AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]
MessageSujet: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Mar 15 Sep - 22:15

« Ah, Lancehélion ! Enfin ! Ça fait combien de temps que je ne suis pas venu dans cette belle cité ? »

Voilà plusieurs jours que je chevauche en compagnie de Javor, un jeune homme d’une petite vingtaine de printemps qui travaille dans notre citadelle de Tombe-du-Roy depuis quelques années maintenant. C’est un jeune homme brillant. Pas particulièrement très costaud, il ne ferait pas mal à une mouche le bougre, mais sa connaissance des plantes a été utile à ma famille à de multiples reprises et le sera encore aujourd’hui. En effet, si nous avons traversé de part en part notre magnifique royaume de Dorne, sans même prendre le temps de s’arrêter dans une auberge de passage,  c’est parce que mon père est souffrant.

Depuis la révélation de la félonie de celui qui était autrefois mon demi-frère et qui repose désormais sous plusieurs mètres de terres avec les pires criminels que Tombe-du-Roy a dû enterrer, mon père ne sort plus de ses appartements. La maladie s’est emparée de lui, son ventre le fait souffrir mais malheureusement les médecins n’ont pas trouvé tous les ingrédients nécessaires à la fabrication d’un remède, ils leur manque une plante assez rare dont j’ai rapidement oublié le nom et il s’agit là de notre venu à Lancehélion.

A notre arrivé, nous retrouvons une ville en liesse fêtant le retour de ses héros. Les exploits des guerriers Dorniens au tournoi de Goeville ont rapidement fait le tour de Westeros, j’ai été heureux d’apprendre qu’Anders s’y est tout particulièrement illustré, c’est un grand guerrier qui mérite respect et considération.

Mon allure de chevalier attire la foule, les jeunes femmes poussent des cris aigus tandis que les enfants courent derrière ma monture. Même Javor à mes côtés attire quelques personnes, autant de fans inattendus qui seraient sans doute moins intéressé s’ils savaient que je n’ai pas pris part aux combats dans ce fameux tournoi. Leur enthousiasme me fait cependant lâcher un rire rauque tandis que les derniers suiveurs retournent vaquer à leurs occupations.

« Dorne recèle bien des merveilles Javor… mais la plus grande d’entre-elle c’est sans conteste ses habitants. »

Le jeune homme baisse les yeux sans dire le moindre mot, depuis le départ de Tombe-du-Roy il paraissait de plus en plus nerveux et il a encore franchit un cap dans ce domaine depuis que l’on a franchi les portes de la ville. Ce trop-plein d’enthousiasme des habitants de Lancehélion n’a pas dû faire partir sa nervosité, bien au contraire. Je lui tape amicalement sur l’épaule, autant pour tenter de le déstresser un peu que pour connaitre la raison de cette étrange impression qu’il dégage, comme s’il était sur le point de faire une grosse connerie.

« Eh bien Javor !? Qu’est-ce que t’as ? Depuis notre départ tu es de plus en plus bizarre, t’as vu un fantôme ou quoi ? »

Le jeune homme semble chercher ses mots quelques secondes avant de répondre en bégayant.

« Nn…non messire. C’est juste que… je suis inquiet pour la santé de Lord Forrest…»

« Eh petit, relax. J’apprécie ton inquiétude à propos de mon père, notre Lord mais il s’en sortira, c’est un dure à cuire. Il ne sera pas dit qu’une petite maladie aura emporté le Lord de Tombe-du-Roy. On trouve la plante, on rentre, il guérit et tout finit bien. Aller, au travail maintenant ! »

Je cherche ma bourse à ma ceinture, je n’ai emporté que le strict minimum : quelques pièces pour la plante et quelques autre pour les prostitués et les boissons que l’on aurait pu trouver en chemin. D’un coup sec, je la détache et en sors quelques pièces que je tends en direction de Javor.

« D’après les indications, la boutique que l’on cherche est juste là. [dis-je en pointant une vieille maison dont l’aspect laisse plus penser à une maison abandonnée qu’à une boutique de plantes et de potions] Voilà quelques pièces pour faire l’achat, de mon côté je vais faire un tour à l’auberge. Rejoins-y-moi quand tu en auras terminé. »

Le jeune homme s’apprête à partir mais je lui agrippe le bras pour lui donner une dernière recommandation.

« Et s’il y a trop tu me rapportes la monnaie, compris ? »

Il hoche la tête et je desserre mon emprise. L’auberge est à deux pas de là, j’attache nos deux montures à l’endroit réservé à cet effet devant l’établissement avant de pénétrer dans ce dernier. Je hume un grand coup pour m’imprégner de ce mélange de fête, d’alcool et de débauche si particulier à ce genre d’établissement. Je m’avance rapidement en direction de l’aubergiste pour lui commander ce qu’il a de plus fort dans son stock. Voilà bien longtemps que je n’avais pas senti cette sensation que procure l’alcool dans la bouche, depuis notre départ de Tombe-du-Roy en fait.

« La même chose ! »

Aussitôt servi, aussitôt bu. Après le deuxième verre je distingue la silhouette très caractéristique de mon brave Javor arriver au loin. Je sors rapidement les quelques pièces qu’il me faut pour payer et après les avoir laissé sur le comptoir je sors à grandes enjambés en direction de mon expert en plantes.

« Tu as la plante ? »

Je lui lance ma question avec un regard sévère, il faut absolument cette plante.

« Oui, je l’ai. »

Ses mains me tendent une plante aux pétales bleus avec de petits points jaunes sur la tige, elle parait quelconque à mes yeux mais c’est lui l’expert. Il a très bien servi la maison Forrest durant ces dernières années, s’il dit que c’est la bonne plante je lui fais confiance.

« Eh bien voilà, dans quelques jours mon père sera de nouveau sur pieds. Peut-être pas à temps pour la fête dans le Bief ceci-dit… »

La veille de mon départ un corbeau avait amené un message pour le moins inattendu avec lui, le roi du Bief nous invite comme bon nombre d’autres nobles Dorniens à une grande fête dans le Bief. Père ne pourra sans doute pas y aller et je devrai certainement le représenter.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Mer 16 Sep - 23:52

Perle était de retour à la capitale. Ca faisait du bien de se retrouver chez soi. La Dornienne n’était pas originaire de Lancehélion, mais elle y avait passé plus d’années que dans les Météores, sa région natale. Et c’était depuis qu’elle y vivait qu’elle avait trouvé un sens à sa vie. Elle avait appris de nombreuses choses auprès des divers formateurs que lui avait attribué la défunte Princesse. Elle était devenue une assassin efficace. Elle protégeait les Martell dans l’ombre depuis toutes ces années et pour rien au monde elle n’aurait échangé sa place. Surtout pas pour une vie rangée auprès d’un mari. Arianne lui en parlait régulièrement, mais Perle n’envisagerait jamais la chose sérieusement.

Elle voulait faire un saut à sa boutique auprès de laquelle elle se procurait diverses plantes. C’était une des meilleures de toute la Principauté, et peut-être même de Westeros tout entier. Le gérant connaissait tout sur le bout de ses doigts, de la plus bienveillante des plantes médicinales au plus dangereux des poisons. D’ailleurs l’un et l’autre se mêlaient très souvent, avec les plantes tout est toujours question de dosage. Aujourd’hui la Dornienne venait simplement se procurer le mélange qu’elle utilisait pour les infusions qu’elle servait à Arianne le soir. Elle avait presque épuisé ses réserves pendant le dernier voyage, et elle ne trouvait l’équilibre parfait qu’ici, dans cette boutique.

Alors qu’elle venait à peine d’entrer et regardait sur les étagères ce qu’il y avait en stock, au cas où elle dénicherait quelque plante rare qui pourrait se révéler utile, elle entendit la sonnerie retentir. D’une oreille distraite elle entendit le nouvel arrivant demander d’une voix un peu nerveuse une Datura regalis, plante que Perle connaissait bien pour l’avoir en réserve sous forme séchée. Un poison très efficace et fatal. Il suffisait de quelques secondes pour que le cœur ne s’arrête définitivement. Trop rapide pour que le moindre antidote ne soit envisagé. La curiosité poussa la Dornienne à relever la tête pour regarder quelques secondes l’homme qui venait de faire cette demande si particulière. Un Dornien, assez jeune. A en juger par sa tenue probablement un serviteur. Elle ne le connaît pas. Ce n’est donc sans doute pas un serviteur des Martell. Elle les connaît tous, si ce n’est personnellement, au moins de vue.

Une fois la course du mystérieux inconnu réglée, Perle s’approcha du comptoir pour demander à son fournisseur préféré deux kilos du mélange dont il avait le secret. Il s’exécuta avec le sourire, lui demandant comment était le Val. Perle lui raconta quelques anecdotes choisies, et s’éclipsa assez rapidement, poussée par la curiosité. L’autre n’était sorti que depuis une minute à peine, elle le retrouverait peut-être. En sortant de la boutique elle le repéra justement, rejoint par quelqu’un qui semblait être un chevalier. Elle s’avança dans la Rue, dans leur direction, et ralentit très légèrement le passage à leur hauteur. Elle ne reconnaissait pas non plus l’Homme qui venait de rejoindre le serviteur, mais sa tenue ne laissait pas de doute sur le fait qu’il était Dornien. Elle s’apprête à passer son chemin, se contentant de garder en mémoire les visages de ces inconnus qui se procuraient de telles plantes. Quels que soient leurs desseins, ils étaient sans doute sombres, avec de tels outils entre les mains. Mais les mots du chevalier l’interpellent. De nouveau sur pieds ? Avec ça ? Sait-il quelle plante il a sous les yeux ? Perle releva la tête et hésita quelques secondes, observant le jeune homme qui semblait si nerveux. Puis elle prit une décision, et s’arrêta avant de s’adresser au guerrier.

« Pardonnez-moi de vous interrompre, Messire. Puis-je vous poser une question ? »

Il pouvait refuser. Après tout il ne la connaissait pas. Elle voulait seulement s’assurer qu’il n’y ait pas anguille sous roche et qu’il savait de quelle plante il venait de faire l’acquisition. C’était son problème après tout, mais Perle flairait une embrouille, et elle avait la possibilité de l’empêcher, si toutefois il lui laisser une chance de le faire.

« Je n’ai pu m’empêcher de remarquer cette plante si particulière, et je me demandais à quel usage vous la destiniez. Vous devriez la laisser dans le sac de tulle, en la sortant ainsi vous risqueriez de déposer du pollen sur vos mains, et d’en avaler par mégarde. Je ne vous le souhaiterai pas. J’ai entendu dire que certains utilisent de la poudre de Datura regalis pour se débarrasser de certains animaux nuisibles qui pullulent dans certaines régions. Si c’est votre cas, vous avez fait un bon choix, c’est très efficace parait-il. »

Tout en parlant Perle observait la réaction du serviteur qui semblait se tasser sur lui-même, une lueur de panique dans le regard. Il y avait décidément quelque chose qui clochait.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Sam 24 Oct - 17:48

Hors RP:
 

L'acquisition de cet ultime ingrédient nécessaire à la fabrication de la potion qui allait soigner son père avait rempli de joie l'héritier de la maison Forrest. Si bien que ce fut avec le sourire que ce dernier hochait favorablement la tête lorsqu'une femme du peuple eut la hardiesse de s'adresser au chevalier qu'il était désormais.

La femme l'intrigua rapidement et pas seulement par sa beauté, c'était surtout le conseil qu'elle donnait au chevalier, de ne pas manipuler la plante, mais plus étrange encore, le nom qu'elle donnait à cette plante, un nom qui sonnait étrangement familier aux oreilles du guerrier, Datura regalis.

Varn ne connaissait pas beaucoup de plantes. Seulement les plus répandues et quelques autres qui avaient marqué sa vie comme la Datura regalis; cette plante qui avait été à l'origine de la mort de sa sœur d'après les recherches qu'il avait mené, mais ce n'était que la première fois qu'il en voyait une en vrai.

Face à tant de révélations, l'héritier de la maison Forrest en était bouleversé et perdu. Il chercha le regard du "fidèle" Javor pour qu'il le rassure, qu'il lui dise que tout cela était faux et que la femme qui se tenait face à eux, aussi belle soit elle, était une charlatante... Mais à peine Varn eut il posé les yeux sur son serviteur qu'il compris la félonie de ce dernier.

« Ça n'est pas une simple erreur n'est-ce pas ? Tu avais l'intention de le tuer... »

La voix du chevalier était étrangement calme et posée. Javor, en revanche, tremblait de toutes parts tandis que de grosses gouttes dégoulinaient de son front, il resta de muet, ne lâchant pas le moindre mot face à la question de son Lord. Sa nervosité lors du voyage prenait enfin tout son sens. Varn laissa tomber au sol la plante que Javor lui avait remis quelques instants plutôt pour agripper le serviteur félon avec une poigne de fer et questionna le traître ainsi tenu d'un ton grave et sombre.

« Pourquoi ? Pourquoi Javor ?  POURQUOI !? »

Le jeune serviteur se liquéfiait sur place mais Varn n'en avait cure. Tout ce qui importait au chevalier était les réponses qu'il devait obtenir face à un Javor toujours muet.

« Tu parleras. Crois moi, tu parleras... Que ce soit ici où sous la torture à Tombe-Du-Roy, tu parleras. »

Face au silence de son serviteur, Varn retourna alors son attention sur la femme qui, par son intervention, venait de sauver son père et Lord d'une mort atroce.

« Vous venez de rendre un immense service à la maison Forrest de Tombe-Du-Roy. De cela, moi, Varn Forrest, vous en serais éternellement reconnaissant... »

Tout en parlant, Varn relâcha légèrement l'attention qu'il portait au traître qui en profita pour se dégager de l'emprise du chevalier et fuir comme si les sept étaient à sa poursuite.

Lâchant un juron Varn mît aussitôt fin à sa conversation pour lui emboîter le pas, tentant de le rattraper dans le labyrinthe que peut être Lancehélion pour ceux qui, comme les deux hommes venant de Tombe-Du-Roy, ne connaissent pas la ville, ses ruelles et ses raccourcis. Dans cette course poursuite, le poids des armes était un sérieux handicap pour le chevalier face au serviteur qu'il ne fallait surtout pas perdre de vue.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Mer 18 Nov - 22:43

Les soupçons de Perle se font plus précis, et elle comprend que le serviteur a tenté de rouler son maître dans la farine. Bien sûr elle ne sait pas pourquoi, et elle ne sait même pas qui ils sont. Mais cette plante est dangereuse, il n’y a pas besoin de chercher très loin pour comprendre les desseins de quelqu’un qui cherche à s’en procurer en la faisant passer pour autre chose. Ce serviteur était un assassin. Un bien piètre assassin à en juger sa façon de réagir. Peut-être n’agissait-il que sous les ordres de quelqu’un d’autre ?

La Dornienne reste silencieuse tandis que les questions fusent de la part du chevalier. Il évoque Tombe-Du-Roy. Un nom qui sonne familier à l’oreille de Perle, bien qu’elle n’y ait jamais mis les pieds. Elle connaît bien la géographie de Dorne, et elle sait donc où cette ville est située. Elle n’a jamais rencontré personne de là-bas, et ne connaît même pas le nom des nobles. Elle ne peut pas tout retenir. Elle connaît les noms de ceux qui sèment le trouble dans la Principauté, mais pas ceux de tous les nobles de Dorne. Elle reste silencieuse alors qu’il s’énerve sur le jeune homme qui semble perdre tous ses moyens. Son visage pourtant bronzé est blanc comme un linge. Il ne répond pas, mais Perle ne saurait dire si c’est par défi ou parce qu’il est pétrifié par la peur.

Alors qu’il se tourne vers elle pour se présenter, elle répond d’une voix aimable, qui s’interrompit rapidement alors que le serviteur fit un brusque mouvement pour se dégager et se mit à courir sans attendre.

« Je n’ai pas besoin de reconnaissance éternelle. Vous avoir été utile me suffit amplement. Je suis Perle Sand. Je ne suis qu’une simple servante. »

Une demie-vérité, mais son activité de servante lui prenait une bonne moitié de son temps, plus lorsque ses services en tant qu’assassin n’étaient pas requis. Elle s’interrompit avant de pouvoir poursuivre cette conversation, coupée par un juron lancé par le-dit Varn. Le nom de Forrest résonnait encore aux oreilles de Perle. En tant qu’assassin elle avait bien sûr prêté une oreille attentive aux rumeurs qui avaient circulé et avait appris la triste histoire qui avait touché cette famille. Elle avait visiblement évité à l’Histoire de se répéter, et c’était tant mieux. Sans trop attendre elle se lança à la suite de Varn, gardant les yeux rivés sur le fuyard. Alors qu’il s’engageait dans une ruelle, Perle s’adressa à Varn, espérant que sa voix porterait suffisamment pour qu’il l’entende malgré les bruits de la foule.

« Lord Forrest ! A droite ! La ruelle qu’il a prise va croiser la vôtre.»

Elle-même resta à l’ouverture de la rue, au cas où le traître fasse demi-tour.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Mer 30 Déc - 16:44

Hors Rp:
 
C’était donc à une servante que la vie du Lord de la maison Forrest n’allait pas être écourtée subitement. Une servante… une bâtarde… le monde est petit n’est-ce pas, deux bâtards qui se rencontrent. Mais l’un était noble et l’autre servante. C’était peut-être pour ça que Varn se sentait beaucoup plus proche du peuple que de nombreux autres Lords, car il savait que son destin aurait pu être tout autre et qu’il aurait pu être comme la femme qui venait de l’aider, un serviteur.

Mais pour le moment, Varn avait d’autres préoccupations plus urgentes que de refaire son destin. Il fallait rattraper le fuyard, le traitre. Il n’avait même pas pris le temps de répondre à Perle avant de s’élancer à la poursuite de Javor. Varn était handicapé par tout son attirail et ne connaissait pas la ville mais Javor non plus. Le jeune valet courait à toute allure sans vraiment se préoccuper du chemin qu’il empruntait. Le garçon transpirait comme jamais, se retournant toutes les deux secondes et renversant tout ce qui arrivait à sa portée, autant d’obstacles laissés derrière lui pour ralentir son poursuivant. Il courait comme si sa vie en dépendait… ce qui était littéralement le cas.

Cependant Varn avait un net avantage sur son valet, Perle Sand. La belle servante connaissait la ville et ses raccourcis. Ecoutant le conseil que cette dernière venait de lui crier, l’héritier de Tombe-du-Roy s’engouffra dans la première ruelle à sa droite tout en accélérant son allure. Manquant de percuter un vieil homme qui marchait tranquillement dans l’autre sens, Varn l’esquiva de justesse avant perdre l’équilibre et de finir sa course dans un tas de tonneaux remplit d’objets de toutes sortes. Laissant échapper un grognement, il se remit debout et reprit sa course, ignorant royalement les protestations du propriétaire des tonneaux qui venait de perdre une partie de sa marchandise.

Lorsqu’il arriva au bout de la rue, Varn stoppa net. Regardant dans toutes les directions, il ne vit tout d’abord pas le traitre qu’il cherchait et pesta contre lui-même. S’il n’avait pas percuté ces tonneaux, il serait sans doute arrivé à temps… Mais après quelques secondes il aperçut Javor parmi la foule. Le jeune homme semblait à bout de souffle et continuait de regarder constamment derrière lui.

Le regard du noble dornien était braqué sur son valet. Varn se frayait un chemin jusqu’au jeune homme, jouant des coudes pour repousser la foule qu’il croisait sur sa route. Quand les regards des deux hommes se rencontrèrent enfin, Javor arrêta sa course. Malgré les quelques mètres qui les séparaient encore, Varn pouvait voir toute la peur dans le regard du traitre.

Le valet, dans une ultime tentative pour s’échapper, rebroussa chemin. La course poursuite reprit mais ne dura guère longtemps. Varn était un guerrier, un homme bien entrainé et endurant. Quand Javor était à bout de souffle, Varn ne semblait pas être marqué par la course poursuite. Le dénouement de cette histoire était proche.

Les deux hommes avaient presque remonté toute la rue lorsque Varn se jeta sur le fuyard, le saisissant solidement et le faisant tomber lourdement au sol. La tête de Javor  heurta avec fracas un gros bloc de pierre. Sous la violence du choc, il mourut sans même le sentir.

« Et merde ! » s’exclama Varn qui venait de perdre sa seule piste pour trouver le responsable.

Et aussi pour trouver la vraie plante qu’il lui fallait… mais sur ce point, quelqu’un d’autre pouvait peut être l’aider. Il l’a trouva facilement du regard, Perle était resté à l’entrée de la rue, la course poursuite avait ramené Varn à son point de départ. La servante n’était qu’à quelques mètres de lui.

« Il semblerait que j’ai encore besoin de votre aide… Si vous acceptez de m’aider. » Lui lança Varn en se relevant. « Je suis venu ici pour une plante et je dois absolument repartir avec. » Commença-t-il à expliquer. « Je me suis fait avoir une fois, je ne voudrais pas que ça arrive une deuxième fois. Il semble que vous connaissez très bien les plantes et vous êtes la seule personne en qui j’ai assez confiance ici. J’aurais besoin de vous pour m’assurer que le vendeur me donne bien la bonne plante. » Varn laissa un instant à Perle pour réfléchir, il en profita pour fouiller le corps sans vie de son valet. Ses mains allaient de poche en poche jusqu’à ce qu’il brandit l’air victorieux un bout de papier. Il avait pris soin de noter le nom de la plante qu’il recherchait avant de le donner à son valet.

« La plante que je cherche est la… vyzerá vivat. Tu connais ? » Demanda-t-il à la servante tout en lisant les deux mots inscrit sur le bout de papier.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Ven 8 Jan - 5:20

Les deux hommes que Perle vient de rencontrer partent en courant, l’un poursuivant l’autre. Perle n’hésite pas une seule seconde avant de conseiller le Lord sur le chemin à prendre pour rattraper le fuyard. En revanche elle ne s’élance pas à sa poursuite. Ce n’est pas son problème. Bien sûr elle est prête à aider. Mais il serait mal venu de se faire remarquer par la foule. Une servante qui partirait à la poursuite d’un valet ferait vite monter des rumeurs. Elle observa le valet qui prenait la direction à laquelle elle s’attendait. Le Lord devrait normalement le rattraper sans problème avec le raccourci qu’il a pris. Pendant quelques instants elle ne les voit plus, mais suit leur avancée aux cris de surprise dans la foule lorsqu’ils se font bousculer au passage. Puis elle le voit revenir vers elle. Le valet a l’air complètement paniqué, et à bout de souffle. Il la voit, et la reconnaît, elle le voit dans ses yeux. C’est la dernière chose que ces yeux exprimeront d’ailleurs, car il a ralenti sa course en la voyant, et ça a suffi pour que Varn Forrest lui arrive dessus à toute allure, les faisant tous deux chuter. La tête du valet heurte une dalle en pierre, et l’immobilité soudaine de son corps ainsi que le sang qui coule de son crâne ne laissent pas de doute sur son état. Il est mort.

La foule s’agite, entre cris et murmures choqués d’une part, et rires gras de l’autre. Certains Dorniens chérissent le spectacle de la Mort, et ne jurent que par la vengeance et le sang. Mais ce n’est pas le cas de tous. Et bien que ce soit plus ou moins un accident, il n’en reste pas moins que pour un témoin de la scène, il pourrait sembler évident que Varn a poursuivi le valet dans le but de le tuer. Leur course poursuite avait attiré les regards sur eux, et un cercle se formait déjà autour. Quelqu’un se baissait pour voir si il était vraiment mort. Il l’était. Des gardes n’allaient pas tarder à rappliquer, et Varn pourrait avoir des ennuis, tout Lord qu’il était. Perle témoignerait, bien sûr. Mais mieux valait éviter. Il s’adressa à elle en se relevant. Reprenant son souffle au passage. Perle lui lança des yeux ronds tandis qu’il se baissait sur le corps inerte de son ancien valet et lui demandait de l’aide pour trouver la plante qu’il était venu chercher. Bien sûr il aurait été mesquin de la part de la Dornienne d’être choqué par la vue d’un mort. Mais elle n’était que suivante, officiellement. C’était donc ce qu’on attendait d’elle. D’une voix hésitante, presque timide, elle lui répondit, désignant la foule autour d’eux qui commençait à s’agiter et à les prendre à parti. Le meneur du mouvement étant le gérant de l’échoppe qui faisait le coin de rue, devant laquelle le valet s’était écroulé.

« Je… Je crois qu’il faudrait d’abord régler ça… »

Elle jeta des petits coups d’œil au corps par terre, et son plus beau regard d’excuse au beugleur qui demandait sans manières à ce qu’on enlève ce mort de devant sa boutique et au reste de la foule.

« Je vous aiderai après, promis. Enfin si on en a l’occasion… »

Sa voix se perdit alors que le petit attroupement se séparait pour laisser passer deux gardes qui comprirent très rapidement au vu du corps et des deux Dorniens qui se trouvaient juste à côté. Ils s’approchèrent sans attendre pour demander des explications. Perle ne répondit rien, jouant la timide un peu choquée par ce qui venait de se passer. Elle espérait que Varn saurait expliquer la situation de façon convaincante. Pour ce qui était de passer inaperçue, c'était raté. Il était d'autant plus important pour Perle de ne pas se dévoiler. Elle fit donc taire ses réflexes et laissa le garde lui saisir le bras docilement, sans faire de scène.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Dim 7 Fév - 23:47

HRP:
 

Un léger filet de sang coulait encore du crâne fendu du jeune valet. Sa mort avait été tellement rapide qu’il ne s’en était même pas aperçu, il était bien le seul. Autour du corps et de Varn un attroupement s’était rapidement créé, des curieux et des choqués principalement mais aussi quelques personnes dont les affaires se porteraient mieux sans un mort dans leur rue. Dans sa précipitation d’acquérir ce pourquoi il était venu, Varn en avait presqu’oublié qu’il venait de tuer quelqu’un en pleine rue, en plein jour. Pas vraiment la meilleure solution pour passer inaperçu.

Heureusement pour Varn, la servante qu’il avait croisée allait l’aider… une fois que la situation actuelle serait réglée. La foule se faisait de plus en plus virulente, encouragée par le gérant d’une échoppe du coin dont les beuglements commençaient sérieusement à énerver Varn. Le Dornien était d’ailleurs à deux doigts de perdre son sang-froid et de lui coller une droite, il l’aurait sans doute fait sans l’arrivée de deux gardes venus pour calmer la foule et trouver une explication à la situation.

L’attroupement commençait déjà à se disperser avec la présence des gardes, l’un d’eux avait agrippé Perle tandis que l’autre s’était approché de Varn. Ce regard, ces traits de visage… Varn avait déjà vu ce garde qui s’avançait vers lui, plus l’homme s’approchait et plus l’héritier Forrest en était convaincu. Mais dans quelles circonstances ? Etait-ce le soldat qu’il avait croisé dans la taverne du P… Non, il n’avait pas cette balafre sur la joue droite. Alors peut-être dans un bordel Dornien… ou à la frontière. C’était ça ! Ils s’étaient connus au front ! Varn se risqua à un :

« Brant ? »

L’homme l’agrippa violemment par le bras avant de l’emmener quelques mètres plus loin, à l’abri des curieux et des regards indiscrets, dans une ruelle adjacente pour le questionner d’une voix grave et anxieuse.

« Qu’est-ce qui s’est passé Varn ? Qu’est-ce que t’as fait ? Merde, tu ne me laisses pas le choix… »

Le bâtard Forrest ne s’était pas trompé, les deux hommes s’étaient croisés sur le front contre le Bief quelques années auparavant. Varn se rappelait bien de ce compagnon d’armes avec lequel il s’était lié d’amitié, en quelques instants il avait retrouvé tout son aplomb pour répondre au garde.

« Brant, tu devrais me laisser partir. Tu ne veux être responsable d’un incident avec Tombe-du-Roy n’est-ce pas ? Cet homme est mon valet, c’est un traitre, sa mort était un accident. »
Le garde ne semblait pas totalement convaincu en face de lui.
« Ecoutes, tu me dois une faveur tu te souviens ? Je t’ai sauvé la mise contre les Bieffois. Tu me dois un service, c’est le moment. »
Fini-t-il par dire en tendant quelques pièces pour le convaincre totalement. Pièces que Brant se saisi avant de revenir vers l’autre garde. Les deux soldats s’échangèrent quelques mots avant de partir en direction de la boutique du croque-mort non sans avoir encore eu à calmer le gérant de l’auberge.

Varn recompta les pièces qu’il lui restait avant de se remontrer sur les lieux du crime. Il avait déjà dépensé une grande partie de ce qu’il avait apporté et regrettait de ne pas être venu avec une bourse plus remplie mais ce qu’il restait allait certainement suffire pour acheter la plante tant convoitée. Cette fois-ci il n’allait pas se faire rouler, Perle allait l’aider, elle lui avait donné sa parole.

Le Dornien chercha la servante du regard avant de la rejoindre.
« Je suis désolé de t’avoir mêlé à tout ça. [Lui dit-il d’un air sincère] Ils ne devraient plus poser de problème [lança-t-il en indiquant les silhouettes des deux gardes] mais j’ai toujours besoin de tes connaissances… [conclut-il en désignant la boutique dans laquelle il trouverait ce qu’il venait chercher] »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Dim 21 Fév - 19:44

L’un des gardes saisit Perle par le bras, et l’autre s’approche du lord, qui semble le connaître. Les deux hommes s’éloignent tandis que Perle reste debout devant le garde qui l’a saisie par le bras. Il commence à la questionner sur ce qu’il s’est passé. La Dornienne explique ce qu’elle sait. Cet homme est le valet de Varn Forrest. Il lui a menti, et Lord Forrest l’a découvert. Il a tenté de fuir, et il est mort en tombant pendant sa course. C’était un accident, rien de plus. Le garde commença à perdre patience. Varn et l’autre garde étaient toujours hors de vue, et la population commençait à s’éloigner, de peur d’être impliqué. Ne restaient que les commerçants, qui retournaient à l’intérieur mais dont on voyait les visages curieux jeter quelques regards en coin. Les deux hommes réapparurent, et les gardes échangèrent quelques mots avant de les laisser partir. Perle était soulagée mais embêtée de s’être retrouvée ainsi au centre de l’attention. Elle cherchait toujours à éviter qu’on la remarque. Heureusement elle n’avait montré aucune de ses capacités, et si quelqu’un l’avait reconnue comme étant la suivante et dame de compagnie d’Arianne, ça s’arrêtait là. Elle n’avait pas montré de résistance face au garde, même si elle aurait fort bien pu se dégager de son emprise.

Perle observa Varn qui comptait son argent. Il vérifiait sans doute si il avait assez pour la plante qu’il était venu chercher. Il s’approcha finalement de Perle et s’excusa, avant de réitérer sa demande.

« Rien de grave finalement. Je ne sais pas ce que vous lui avez dit mais c’était efficace. Je vais vous accompagner, comme promis. »

La dornienne rebroussa chemin dans la rue pour retourner vers la boutique. Quelques regards les accompagnèrent, qu’elle fit de son mieux pour ignorer. Ils entrèrent dans la boutique et Perle se dirigea directement au fond, saluant le gérant de la boutique qui releva la tête un peu étonné de la voir à nouveau alors qu’elle venait de passer moins d’une heure auparavant. Elle lui fit un sourire et lui expliqua aussitôt la raison de sa venue.

« J’ai croisé quelqu’un qui souhaitait se procurer de la vyzerá vivat. Il t’en reste ? »

Le vendeur poussa un petit soupir de soulagement. Il avait cru qu’il y avait un problème avec le mélange que la suivante d’Arianne avait acheté. Le commerce qu’il entretenait avec la famille Martell lui était cher, et il ne voulait surtout pas les décevoir. Quelques secondes plus tard il revenait avec la plante, que Perle reconnut aussitôt, annonçant le prix. Perle se tourna vers le Lord de la maison Forrest, lui confirmant d’un regard que c’était bien la plante qu’il cherchait.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Dim 28 Fév - 0:55

J'emboitais le pas de la servante en restant silencieux face à sa remarque. Les Lords et les Ladies ont cette faculté de se sortir aisément de plusieurs situations dont celle-ci, pas de la manière la plus noble possible mais le résultat était là et le secret était indispensable. Les assassins devaient tuer discrètement, même pour de bonnes raisons, mais les nobles avaient le pouvoir avec eux et tant que le meurtre n'impliquait pas quelqu'un d'important il y avait toujours un moyen d'échapper à la prison.

Les rares témoins encore présents sur les lieux du crime portaient toujours des regards appuyés sur le duo que nous formions, des regards dont nous Perle ni moi ne prêtions attention et qui diminuèrent au fur et à mesure que nous nous éloignions de la zone de conflit. Lorsque nous atteignions la boutique, ça sautait aux yeux que Perle y était comme chez elle. Elle connaissait le gérant, les différentes plantes et potions en vente, ça ne faisait aucun doute qu'elle venait souvent ici. Elle expliqua rapidement mon problème, sans entrer dans les détails des récentes péripéties bien évidemment, et le gérant s'absenta quelques secondes pour revenir avec la fameuse plante dont Perle me confirma l'exactitude d'un léger signe de tête à mon grand soulagement. Mes problèmes allaient enfin s'arrêter là...

Du moins était-ce ce que je croyais avant que le gérant n'annonce le prix. Je manquai de m'étouffer face à la somme demandée, le mestre de Tombe-du-Roy m'avait prévenu que la plante était rare mais autant d'argent pour une si petite plante... Je cru même  un instant qu'il s'agissait d'une blague mais le gérant ne broncha pas. Sans doute n'étais-je pas assez au courant des prix du marché et qu'il n'y avait pas là matière à scandale mais après avoir une nouvelle fois vérifié le nombre de pièces qu'il me restait, force était de constater que j'étais loin d'avoir la somme demandée.

En temps normal j'aurais sans doute crié au scandale et commencé à négocier de façon un peu musclée mais je m'y abstient à contre cœur pour ne pas mettre Perle, à qui je devais énormément depuis quelques dizaines de minutes, en mauvais termes avec le gérant qu'elle semblait bien connaître. Au lieu de ça je lançais simplement un : « Gardez-la moi je reviens tout de suite. » Avant de me précipiter dehors, une idée derrière la tête.

Je n'eu pas trop de difficulté à retrouver l'auberge dans laquelle je m'étais arrêté en arrivant et devant laquelle mon valet et moi avions laissé nos chevaux. Il s'agissait là de deux beaux spécimens en pleine forme mais, Javor en moins, il ne m'en fallait plus qu'un pour rentrer à Tombe-du-Roy. De plus, j'avais repéré une boutique dans laquelle je pouvais certainement en vendre un à un bon prix. Le temps de détacher le cheval, de transférer tous les sacs qu'il portait à ma monture et de négocier un très bon prix de vente et me revoilà dans la boutique pour acheter ma plante.

« Voilà votre argent. »

Dis-je en sortant de ma bourse le nombre de pièces demandé et en les posant sur le comptoir du marchand. Il me restait encore une bonne partie de l'argent de la vente du cheval. Une fois dans la rue, je tendais le reste de la bourse à Perle.

« Ton aide m'a été très précieuse aujourd'hui et je ne suis pas un ingrat. J'aimerais que tu acceptes ceci. »

Je préférais ne pas penser à ce qui serait arrivé si elle n'avait pas été là pour démasquer la traîtrise de mon valet.

« Tes maîtres ont beaucoup de chance d'avoir une servante comme toi. »

Perle avait de grandes qualités, loyale, belle, avec une grande connaissance des plantes et sans doute d'autres talents cachés...
Spoiler:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   Ven 11 Mar - 22:28

La Dornienne déchiffre rapidement l’expression de Varn Forrest, lorsque le gérant annonce le prix. Perle se sent un peu coupable. Elle se doutait que la plante serait chère. Elle aurait sans doute dû le prévenir avant qu’ils ne rentrent dans le magasin, pour qu’il soit sûr d’avoir ce qu’il fallait et ne se retrouve pas embarrassé. Elle hésita à proposer au gérant de lui faire une avance. Elle pourrait sans doute s’arranger avec Deria ou Arianne pour payer ce qu’il manquait au seigneur Dornien. Après tout il était important d’avoir de bonnes relations avec les grandes maisons Dorniennes, et de s’assurer de leur soutien. Perle était sure qu’elles ne lui en voudraient pas. Et si c’était le cas, elle paierait elle-même avec l’argent qu’elle gagnait chaque jour en servant les Martell. Il lui faudrait sans doute quelques temps pour avoir l’argent nécessaire, mais elle pourrait le faire. Et le gérant lui pardonnerait de mettre un peu de temps. Il la connaissait et lui faisait confiance. Mais avant qu’elle n’ait pu proposer aux deux hommes cet arrangement, Varn s’excuse et sort de la boutique, les assurant qu’il reviendra bientôt. Décidément il était du genre à courir partout.

Perle reste sur place, dans la boutique, et discute avec le commerçant, s’informant de comment se porte son commerce ces derniers temps. Après quelques minutes le chevalier revient, un grand sourire aux lèvres et une bourse remplie de pièces. Il sort le nombre de pièces demandé, et les deux Dorniens ressortent de la boutique. Il est temps pour eux de se séparer.

« Je vais devoir retourner au château. C’était une journée riche en émotions. Moi qui n’avait rien prévu de plus que quelques courses dans ma boutique habituelle. Je vais avoir beaucoup à raconter à mon retour. »

Elle lui fit un sourire qui se transforma en grimace interrogatrice la bourse qu’il lui tendait. Elle hésita quelques secondes mais accepta, puisque cela semblait important pour lui.

« Merci. Tu n’étais pas obligé. »

Elle accepta le compliment sans rien ajouter.

« J’espère que nos chemins se croiseront de nouveau, Varn, de la maison Forrest. Tu sembles être un homme valeureux et digne de confiance. »

Elle le salua et s’éloigna en direction du château. Elle raconterait cette rencontre à Deria, car même si la mort du valet n’avait pas eu de conséquences, elle avait eu lieu.

HRP:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Dread poisons, but more dread the poisoned well [Tour II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dread scorpion
» Kisa Amaral di ...
» C'est la Waaagh que j'préfère
» L'ork and Vork corporation
» rasta boyz (idées)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Dorne :: Lancehélion
-
Sauter vers: