AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]
MessageSujet: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Mer 9 Sep - 23:42


L'enthousiasme de Jon faisait plaisir à voir. Le jeune Loup était toujours volontaire, si bien qu'il en était même parfois difficile à suivre. Je ne comptais plus le nombre de cavalcades dans lesquelles il m'avait entraîné. Il paraissait à l'aise dans la forêt, bien plus que je ne pouvais l'être. Je prenais le temps de réfléchir les situations, pour ne jamais me précipiter, quand il arrivait à faire aussi bien, voir mieux, en suivant uniquement son instinct.
Je revenais de la chasse épuisé, mais bien défoulé, avec de nombreuses anecdotes à conter sur le chemin du retour. J'avais laissé la plus belle prise à Jon, bien heureux de lui laisser cet honneur. Un daim, ce qui était presque aussi bien qu'un cerf... J'avais eu l'impression que le jeune Loup avait quelque chose à prouver. Je n'avais pas cherché à lui faire concurrence et n'en avais pas ressenti le besoin. C'était peut-être bien pour cette raison que nous arrivions si bien à nous entendre. A vrai dire, je n'avais même pas décoché une seule flèche. J'avais bien fait une prise en employant le faucon, qui avait fondu droit sur un faisan malgré la différence de taille. C'était surtout symbolique, pour marquer le coup. Je n'avais pas été déçu de sa performance.

Je m'étais retourné plusieurs fois en selle pour aviser Jonos et le plus jeune Stark qui nous suivaient plus en retrait. J'avais adressé un mince sourire à mon frère, qui me l'avait rendu, en ayant pourtant la sensation que ni l'un ni l'autre n'étaient à l'instant présent.
Nous avions regagné le château de Goeville et je mis pied à terre avec soulagement. Je flattai l'encolure de ma monture quand j'aperçus ma mère partir au loin, certainement très prise par les affaires du royaume pour ne pas s'arrêter. Je plissai les yeux, plus suspicieux, en me rendant compte que le Roi du Nord la talonnait de peu. Je n'eus pas le temps d'étudier plus en avant la situation que Jon m'interpella. Je lui répondis évasivement avant qu'il ne se retourne vers nos accompagnateurs, pendant que je cherchais du regard mon plus jeune frère. Jonos s'était tout bonnement éclipsé sans tarder, peut-être bien pour rattraper Mère, pour ce que j'en savais... Il était intenable ces derniers temps. Je secouai la tête négativement, puis la relevai en faisant face à Torrhen Stark qui s'était rapproché de notre regroupement. Je ne laissais pas le doute me tirailler, reprenant bien vite une attitude de circonstance.

Je m'avançai pour le saluer, pendant que tous étaient accaparés à rentrer les chevaux, s'occuper des prises ou simplement à discuter plus loin. Je m'étais fermé un instant à toute cette agitation, néanmoins bien heureux que le silence ne se fasse pas total dans la cour dès que je pris la parole. J'inclinai la tête.

- Sire, venez-vous voir si la chasse a été fructueuse ?


Je marquai une pause, détaillant un temps les traits austères du Roi du Nord. Je me retournais bien vite vers le regroupement, comme pour vérifier les prises, afin d'éviter d'avoir à soutenir trop longtemps son regard.

- Indéniablement, le Prince Jon Stark nous a ramené la plus belle prise.


Dernière édition par Ronnel Arryn le Ven 16 Oct - 13:03, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Dim 13 Sep - 22:33

J'étais peu à mon aise, avec la plus belle femme de Westeros. Je n'étais pas intimidé, en tous cas pas de la manière dont un homme l'est habituellement en compagnie d'une beauté. Ce n'était pas une question de timidité ; je n'avais jamais été un homme timide. Jamais. A dix ans, je procédais déjà avec mes frères aux exécutions capitales à la place de Père. A quatorze, je couchais déjà avec les putains de Winterfell et à quinze, je courais la gueuse. A quinze, je commençais ma première guerre. Et à dix-sept, je devenais Roi une fois que le Vieux Loup mourait de fièvres et de toux grasses. J'avais dû faire face à des vassaux bien plus âgés et expérimentés que le souverain que j'étais, et j'avais depuis longtemps conquis mon lot de filles plus ou moins bien nées. Non, ce n'était pas une forme de peur qui m'étreignait en compagnie de Sharra Arryn. Une forme de désir, peut être. Pour elle bien sûr, comment ne pas désirer une beauté pareille, intelligente et dévouée de surcroît ? Une femme d'honneur. Mais surtout, pour ce que je serais avec Sigyn aujourd'hui. Aurions-nous enterré et laissé derrrière nous les errements du passé, pour nous aimer et nous soutenir comme les premières années de notre mariage, une fois passée la défiance du début ? Ou alors, quel être empoisonné par le fiel de la jalousie serais-je aujourd'hui. Finalement, Sharra Arryn et moi étions infiniment plus proches du fait de nos parcours de vie, que nous ne l'étions avec d'autres personnes. Nous n'étions pas intimes, et ne le serions probablement jamais. Mais il y avait cette compréhension mutuelle et profonde qui nous animait tous les deux. Bref.


Je ressortais bien étrangement disposé de cet entretien que nous avions eu, elle et moi. Un peu perturbé, sans doute. Le jour déclinait et les enfants ne tarderaient plus à revenir. Je sortais du Castel, me demandant quand mes fils rentreraient, me demandant vaguement ce que faisait ma fille, avec toute la colère qu'elle avait contre moi en ce moment. Je la laissais à sa jeunesse, car bientôt, elle sera prise dans un tourbillon de responsabilités qu'elle se devrait d'assumer.


La troupe finit par rentrer. Quelques hommes d'armes légérement équipés, des maîtres-chiens et autres spécialistes, avec le cortège habituel de jeunes nobles. Je saluais mes garçons d'un signe de tête, puis reportais mon regard sur le jeune Roi de la Montagne et du Val, qui incline la tête alors que j'en fais de même, le saluant. Non pas l'homme, qui avait l'âge de mon fils, voire était un peu plus jeune, mais le titre.



| En effet, Majesté. Je me demandais si mes fils me feront plus honneur à la chasse qu'au Tournoi... | fis-je exigeant et un peu sévèrement.


On m'avait conté les joutes de Jon, qui, s'il n'avait brillé, c'était battu avec vaillance et avait séché de leurs étriers des chevaliers parfois beaucoup plus âgés et expérimentés que lui. Un jeune fol, comme son père à son âge. J'espérais seulement qu'il prendrait plus de soin que je ne l'avais fait à l'époque, à ne pas compenser le manque d'expérience par un peu plus de témérité à chaque fois.


| Serait-ce abuser que de vous demander si vous voudriez faire quelques pas avec moi, Sire ? Il y a des choses que nous devons évoquer ensemble, avant que je ne reparte avec ma maisonnée et avec mes hommes. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13374
Membre du mois : 232
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Mer 23 Sep - 16:30


Quelque chose dans son regard ou dans son comportement parvint à me rassurer autant qu’à augmenter mon trouble. Le Roi du Nord ne semblait être à l’instant présent, noyé dans ses réflexions suite à l’entretien qu’il venait d’avoir avec ma mère. Je me demandais si ce n’était pas moi qui inventais, pensant percer un quelconque mystère qui n’existait pas réellement. Pourtant, les faits étaient là. J’avais la curieuse impression d’avoir été congédié comme un enfant qu’on aurait envoyé jouer pendant que les adultes parlaient de sujets d’importance. Je savais bien que ma mère ne me considérait pas ainsi, ou plus tellement… J’avais donné assez de ma personne pour lui prouver le contraire, lui faire comprendre que j’étais capable de prendre les choses en main s’il le fallait. Pourtant, elle continuait de mener toutes les négociations sans me convier à ces dernières. Avait-elle quelque chose à me cacher, vis-à-vis de nos nouveaux alliés, ou plus particulièrement du Roi du Nord ? J’avais cette part de curiosité en moi, qui ne cessait de réfléchir à ce qui avait pu se dérouler loin des regards indiscrets, entre Torrhen Stark et elle. Je n’aimais pas les mystères, ou plutôt, je n’aimais pas ceux que l’on ne finissait pas par élucider.

Il me rendit mon salut en parfait miroir, d’un Roi à un autre. J’appréciais qu’il fasse preuve d’une telle considération, même s’il avait bien l’âge et l’expérience de mon père, ce qui ne m’aidait pas tellement à relativiser. J’observais, passif, la réprimande voilée d’un père qui ne cesserait de rechercher la perfection pour son premier fils. Je rendis un regard à Jon, sans oser m’interposer, me fendant néanmoins d’une remarque sur ce Tournoi qui fut des plus impressionnants et auquel le Roi du Nord n’avait pas cherché à assister.

- La plupart des concurrents étaient jeunes, et peu de vétérans ont cherché à s’illustrer autant qu’eux. Néanmoins aucun ne l’était autant que le Prince Jon Stark… Hormis peut-être le Prince Lyman Lannister qui n’a pas su se qualifier et n’a pas participé à la Mêlée. Ce Tournoi s’est révélé riches en enseignements, pour les spectateurs, mais bien davantage pour les participants. Ceci étant dit, je ne m’attendais pas vraiment à ce résultat…

Deux bâtards qui s’affrontaient, pour les dernières Joutes, et deux Dorniens qui prenaient pleinement l’ascendant sur les autres à la Mêlée. Après tout, on vantait les compétences guerrières de tous ceux qui avaient su briller durant ces Epreuves, mais tout de même…

- Bien entendu, je suis à votre disposition, si je peux vous être utile d’une quelconque manière… La situation serait, paraît-il, bien difficile dans le Nord. Je suppose que vous aurez à partir au plus vite pour mener à bien de nombreuses tâches qui requièrent votre attention sur place. La guerre ne laisse que peu de répit.

S’il désirait réellement discuter, ce serait une bonne occasion d’éclaircir certains points qui me tenaient à cœur. J’emboîtai le pas au Loup, marchant le long de la cour pour quêter davantage de tranquillité. Je laissais derrière moi la cohorte de jeunes nobles, veneurs et autres intéressés. Mes gardes me suivirent à bonne distance, tout le château étant étroitement surveillé par d’autres, au blason de la tour enflammée ou du faucon.

- De quoi souhaitiez-vous me parler, Sire ?

Je restais prudent, peut-être un peu sur la défensive même. Je lui laissais l’initiative, me laissant le soin plus tard de dévier la discussion s’il le fallait.


Dernière édition par Ronnel Arryn le Ven 16 Oct - 13:03, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Dim 27 Sep - 14:58

Je voulais évoquer différents sujets avec le jeune Roi. Prendre sa mesure, aussi. On le disait déjà fait homme, pas inutile au combat si l'on devait en arriver là et assez valeureux, même s'il n'était pas de la trempe de son père à charger le premier dans la mêlée. Les on-dit d'une cour ne sont jamais particulièrement probants, c'est pourquoi je me devais de le rencontrer en personne. De plus, quelle valeur aurait une alliance qui ne se forgerait qu'entre le rude barbu du Nord et la sensuelle beauté du Val ? Il fallait qu'il y ait plus, que le sens que nous donnerions à tout ceci soit suffisamment fort pour guider peut être des années de luttes à venir. Il fallait donc se prémunir contre tout mauvais coup du sort à venir. Il fallait que je fasse bonne impression auprès du jeune roi de la Montagne et du Val tout comme je devais lui laisser une impression impérissable de son côté également. Je ne savais pas encore comment m'y prendre, mais cela faisait longtemps que je menais des hommes à la bataille et je me faisais confiance pour jauger de la valeur de ce jeune homme. Quoiqu'il en soit, je ne pense pas qu'incarner une quelconque figure paternelle en le considérant comme un garçon ne servirait à quoi que ce soit. J'estimais ne pas être du genre condescendant, je n'allais pas l'être aujourd'hui. Le jeune Roi semble nourrir quelque affection pour mon fils, mais a le bon sens de ne pas intervenir. Je haussais doucement les épaules, dans une attitude bien peu souveraine.


| Certes. Je ne dévalorisais pas mon fils, Sire. Je sais qu'il ne manque ni de courage ni de cœur. Il a aussi d'évidentes compétences à l'épée comme à la lance. Mais il n'a pas encore appris la véritable valeur d'un soldat. Discipline, concentration, absence de compassion... J'ai bien peur que, même si ce soit encore de son âge, le jeune fol se bat toujours plus pour faire se pâmer quelques princesses exotiques que pour vaincre véritablement. |


Premier choix, bien sûr. Jon préfère ce qui lui procure un avantage sur le moment plutôt que ce qui le servira sur le long terme. Pour lui, ce qui peut servir n'est pas tant l'après que le maintenant. Je ne peux pas vraiment l'en blâmer, car j'ai été comme cela jadis et pousser plus loin les reproches ne ferait que desservir mon fils, ce que je ne souhaitais en aucun cas. Je hochais la tête aux paroles du Roi Ronnel, qui me confirmait qu'il était partant pour une petite conversation.


| Effectivement, la situation en mon pays est plus compliquée qu'il n'y paraît et la conduite de la guerre requiert ma présence. |


Nous nous éloignons donc pour pouvoir prendre le large. Je reprends donc la parole, alors qu'il me demande un peu plus concrètement ce que j'attendais de lui.


| De votre royaume et de l'avenir, Sire. Comme je l'ai dit auprès de votre mère, je me tiens prêt à soutenir le Val. J'ai offert de mon côté la main de ma propre fille aux Lannister. L'alliance tripartite peut nous aider à surmonter les épreuves à venir... Mais pour cela, il faut que nous soyons solides. Que pensez-vous de la quête des Dragons en Westeros, de leurs manœuvres contre le Noir? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13374
Membre du mois : 232
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Jeu 1 Oct - 16:37


Je ne pus m’empêcher un léger sourire devant la nonchalance dont pouvait faire preuve le Roi du Nord. J’avais entendu tellement de récits sur le compte de Torrhen Stark, qui s’était taillé une solide réputation sur les champs de bataille. On vantait son courage comme sa maîtrise des armes et son sens aigu de la stratégie. Il incarnait cette aura propre au Nord et à ses Loups, inflexible face à l’adversité. Il m’arrivait de craindre que ma mère ne lui trouve des ressemblances avec notre défunt Roi. Certes, le Stark disposait d’un certain prestige qui n’était pas démérité, mais la rapidité avec laquelle il s’était imposé comme une évidence en tant qu’allié me plongeait dans un profond scepticisme. Je laissais ces pensées de côté, en décidant de marcher à ses côtés pour discuter d’un Roi à un autre. Malgré le respect qu’il me témoignait, je me sentais comme dans l’ombre d’une montagne, étonnement chétif à côté de lui. Je doutais sincèrement de posséder un jour une telle carrure, malgré tous les entraînements auxquels je m’échinais constamment.

Je l’écoutais parler de son fils, arborant un pâle sourire en retour. Je ne savais pas non plus si je connaissais la véritable valeur d’un soldat… Je manquais d’expérience, comme Jon Stark pouvait en manquer. Néanmoins, la vie m’avait appris une leçon terrible assez tôt, dont j’avais conservé le goût amer ces deux dernières années. Je lâchai, à mi-voix, sans même le regarder :

- Avec la guerre, il changera. La guerre nous change tous.

J’espérais sincèrement pour Jon qu’il n’aurait pas à voir l’un de ses proches tomber au combat, si ce n’est son père lui-même. Ces images restaient gravées au plus profond de soi, et ne pouvaient jamais nous quitter. Et pire que tout était l’odeur de la mort. Je secouai lentement la tête pour me focaliser à nouveau sur l’instant présent, m’interdisant de me replonger dans mes souvenirs dans l’immédiat. J'avais l'impression d'être presque plus âgé que Jon à parler ainsi, mais bientôt il en saurait bien davantage que moi à ce sujet. Simplement, je me demandais à quel point Torrhen Stark avait conscience des difficultés que pouvait éprouver Jon de par son statut d’héritier.  

- J’ai l’impression qu’il cherche davantage la reconnaissance de ses pairs, à relever le moindre défi qu’on lui oppose. Ce ne doit pas être évident d’évoluer dans votre ombre pour lui.

Je lui rendis un regard interrogateur quand il mentionna la situation compliquée dans laquelle était plongée son Royaume. Ce n’était bien que des évidences, et j’attendais de savoir s’il voulait m’en confier davantage de lui-même ou s’il ne le jugeait pas nécessaire. Je n’avais pas à poser directement la question, au risque que le Roi du Nord me ramène vers une réalité toute autre. D’ailleurs, il n’était pas vraiment question de la guerre à venir pour le Royaume du Nord, mais des manigances qui se tramaient dans les Royaumes du Sud. Il était intéressant de voir que les mêmes termes qu’il employait me venaient à l’esprit. Et pourtant, je ne m’étais pas laissé influencer par les rapports de ma mère qui ne mentionnaient pas une telle volonté. Je répondais par l’affirmative, avec conviction.

- Je le pense aussi.

Oui, nous serions une force sur laquelle il faudrait compter, voir craindre dans un avenir proche, si nous pouvions maintenir une alliance tripartite. Cependant… J’émettais de plus nombreuses réserves que le Roi du Nord n’en donnait l’impression.

- Mais c’est sans compter sur l’instabilité dont fait preuve les Lannister. Devrions-nous placer notre confiance en un allié si prompt à se détourner pour rechercher le meilleur profit ? Ne pouvons-nous pas nous attendre à d’autres coups d’éclat, d’autres tromperies de leur part, au moment où nous nous y attendrons le moins ? Visiblement le Roc… N’en est pas un.

Je lui rendis un regard interrogateur. Je n’étais pas aussi formel que je voulais le faire croire, guettant une réaction de sa part qui me mettrait sur la voie. Je ne voulais pas placer mal ma confiance… Même si c’était peut-être justement ce que je faisais en ce moment même. Je fronçai les sourcils quand il me questionna sur les Dragons. Non pas Harren le Noir et les Targaryen, mais juste ces derniers… Ce qui eut le don de m’interpeller.

- Pourquoi ne mentionner que les Dragons quand le continent entier s’embrase, et non par leur seule action ? Les Dragons nourrissaient de grands desseins pour Westeros… Qu’ils pouvaient se permettre tant qu’ils possédaient leurs trois dragons pour assurer leur suprématie. Et maintenant ? Ils ont décidé de persister dans cette voie, même meurtris par le Noir, en commençant par la Baie de la Néra. Je ne pense pas qu’ils peuvent l’emporter, pas  avec un dragon tricéphale qui n’a plus qu’une tête, et encore moins sans alliés solides. Je n’ai pas l’impression qu’ils ont su s’attirer plus de faveurs qu’Harren le Noir durant ce Conclave, mais je n’y étais pas pour m’en rendre compte par moi-même.


Dernière édition par Ronnel Arryn le Ven 16 Oct - 13:02, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Lun 12 Oct - 22:42

Atteindre le cerveau d'un royaume était une chose, en toucher le cœur et l'avenir en était une autre. Sharra Arryn m'avait décontenancé ; elle était à la fois si semblable et si différente à sa légende que j'en avais immédiatement nourri quelque proximité. Elle avait perdu autant que moi, et nourrissait semblait-il le même genre de desseins pour les siens, pour son pays. Après avoir été des ennemis mortels il y a quelques siècles, valois et nordiens avaient aujourd'hui une toute autre partition à jouer. Encore fallait-il accorder nos instruments avant de nous lancer. Je faisais confiance à mon égale du Val pour tenir les siens et éviter tout rapprochement avec les Targaryen. Je savais pourtant qu'en cas de guerre, les premières victimes sont souvent ceux qui ont le plus mais avec le moins pour se défendre. Les Valois avaient d'excellentes forteresses et des troupes compétentes. Pourtant, leurs côtes étaient immenses et bien moins défendues. Elles pouvaient tomber en quelques jours. Un ennemi rapide et compétent pouvait atteindre le cœur du royaume en très peu de temps et sans se voir opposer tant de résistance que cela. La Montagne allait devenir une cible. Mes bons mots à son égard devant toute la côterie de roitelets que comptait Westeros n'y changeraient rien. Il fallait éliminer les sauvageons au plus vite. J'avais déjà affronté ces pillards, de nombreuses fois. Mais là, d'après les rapports... Ca allait être des peuples entiers que j'allais devoir passer par l'épée. Baigner ma lame dans des torrents de sang et d'horreur. A cette idée, mon cœur ne se serra pas. Pourquoi l'aurait-il fait ? Je ferais ce que j'avais à faire, quoiqu'il m'en coûte. Car l'avenir de Westeros se jouerait sans le Nord, si nous n'étions ni assez rapides ni assez forts. Je hochais brièvement la tête aux paroles du jeune Roi.


| Vous avez raison. En bien comme en mal, il faut toujours le garder à l'esprit. |


Nous nous éloignons donc. Je ne savais pas si Jon avait déjà parlé à Ronnel de ses premières aventures « militaires », traque de pillards et autres patrouilles, je ne souhaitais donc pas commettre le plus petit impair, dans le doute. Je haussais les épaules lorsque le jeune souverain me fait part des difficultés de mon fils. Jon ne serait sans doute pas très heureux d'apprendre qu'un autre livre ses combats à sa place, et cela m'indiffère au fond. Ce que je fais, c'est aussi pour endurcir mes garçons. Cela ne m'empêche pas de les aimer plus que tout, mais je dois faire ce qu'il y a de mieux pour eux.


| Evident ou pas, c'est sa place. Comme vous avez la vôtre, Sire, et comme j'ai eu la mienne. Nous ne pouvons que nous positionner par rapport aux autres. |


Voilà le cœur de notre conversation, enfin. J'interroge le jeune monarque et le jauge comme j'ai jaugé sa mère. Difficile d'imaginer que ce petit bout d'homme puisse me prendre autant à contrepied que la Reine Régente. J'écoute ses paroles sur les Lannister, qu'il connaît mieux que moi. Je comprends aussi le ressentiment qui perce dans ses propos, volontairement ou non. Je n'obtiens pas tout ce que je désire, je dois donc reprendre, et moi aussi, me positionner. Je ne dois pas rester qu'un souvenir fugace, je dois laisser le jeune Roi avec les pensées que je veux qu'il ait.


| Précisément. Comprenez les motivations de vos partenaires, de vos amis, de vos ennemis, et vous serez plus à même de leur faire épouser votre cause, croyez-moi. Les Lannister sont animés par deux choses. L'ambition et l'appât du gain. Comme l'immense majorité des maisons en Westeros, même s'il est sans doute plus confortable de voir l'honneur et la bravoure derrière nos actions. Je peux leur donner une large part de ce qu'ils désirent, peut-être le pourrez-vous aussi. En échange, nous obtenons une épée dans les reins d'Harren Hoare, et une main tendue au-dessus du crâne de Mern Gardener. Quant aux dragons, leur quête est belle. Belle mais dangereuse. Dorne les rejoint déjà. Pris entre plusieurs feux et sans héritier, l'Orage ne tiendra pas longtemps. Gardener est un tiède, il se rangera auprès des plus gros bataillons. Je nourris une aversion profonde pour Harren le Noir, mais ne tiens pas plus à voir une souveraine étrangère dicter au Nord sa conduite. Elle n'est pas si isolée qu'on le pense. Et je connais suffisamment le Sire d'Harrenhal pour savoir qu'il ne l'est pas non plus, malgré les apparences. Que voulez-vous pour la Montagne, Sire ? L'allégeance à celui qui aujourd'hui encore courtise votre mère et a faim de vos domaines ? La soumission à une insulaire qui ne sait rien de nous et prétend bouleverser des millénaires de tradition ? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13374
Membre du mois : 232
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Ven 16 Oct - 14:16


Je me mordis l'intérieur de la joue. Je me forçai à regarder droit devant moi, à suivre le pas rythmé du Roi du Nord en ne laissant rien paraître de mon malaise. Nous n'allions nulle part, et pourtant, on aurait dit qu'il savait parfaitement où il allait. J'avais bien grandi ces dernières années, physiquement et mentalement, ce qui ne m'empêchait pas de me sentir bien plus frêle face à lui. On aurait dit un enfant qui tentait de jouer au Roi. Je devais éviter toute comparaison malvenue, ce qui ne m'aiderait pas à me sentir à ma place. Il ne me prenait pas de haut, bien au contraire. Le vétéran qu'il était pouvait certainement m'apprendre quantité de choses que j'ignorais, de par ses expériences du terrain, mais il ne cherchait pas à me reprendre quand je manquais de fauter. Je craignais de l'avoir fait, en parlant précisément de causes qui le concernaient directement, dont il connaissait toutes les ficelles et moi si peu.

J'hochai la tête, en signe d'assentiment. Oui, peut-être en aurait-il été ainsi pour moi aussi... Si je n'avais pas évolué dans l'ombre d'un fantôme. Ce n'était ni plus simple, ni plus complexe. Seulement différent. Je n'avais pas besoin de brandir fièrement le fruit de ma chasse pour m'illustrer auprès d'un Roi. J'en étais un. Je me contentais de faire au mieux, de tenter sans cesse de me rapprocher d'une perfection inatteignable. Je ne devais pas relâcher mes efforts aujourd'hui non plus.
Je perçus cette légère note, différente dans son discours. Le Roi Torrhen Stark parlait de lui au passé, comme s'il n'était déjà plus de ce monde, ou plutôt que sa place ne l'était plus. Je lui rendis un mince sourire, rectifiant subtilement :

- Comme nous l'avons tous, vous avez raison.

Je l'écoutai sans mot dire. Ce qu'il avançait était intéressant. Je n'étais pas en accord sur tout, et il valait mieux que je ne le sois pas. Je devais avoir mon avis propre sur la question. Il m'apportait des précisions qui étaient nécessaire à ma compréhension de ce schéma global. Ainsi donc, le Dragon avait obtenu le soutien de Dorne... Voilà qui était intriguant et plaçait justement l'Orage en bien mauvaise posture, cerné par ses ennemis. Je n'allais pas pleurer sur leur sort, bien au contraire. Si la lignée des Durrandon venaient à s'éteindre... Les Dieux nous offriraient une Justice à retardement.

- Parce qu'il n'existe présentement que ces deux choix pour vous ? N'ouvrons-nous pas justement une troisième voie, de par notre entente commune ? Il ne sera pas si aisé pour le Dragon et le Sautoir de nous passer dessus après s'être autant déchiré l'un l'autre. Je leur souhaite bien du courage s'ils désirent défier la Montagne.

Harren le Noir, tout comme Rhaenys Targaryen, ne pouvaient pas se permettre d'autant se disperser. Ils seraient fous de tenter le contraire... Mais il valait mieux toujours se méfier, surtout quand ils se trouvaient tout deux si proches de nos frontières. Je croyais en ce que nous faisions, pourtant, et je devais lui montrer bien plus de certitudes que de doutes. Nous devions nous montrer pour le Nord un appui indispensable, comme lui devait certainement avoir à le faire pour nous.

- Ce que je veux, pour le Val et la Montagne ? La stabilité. Par les temps qui courent, c'est devenu quelque chose de bien difficile à obtenir. Je ne vous apprendrais rien que vous ne savez déjà : Nous gagnons du temps. S'il devenait nécessaire de frapper, nous serions prêts. Et vous, le serez-vous ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Jeu 22 Oct - 23:13

Le cœur du sujet était enfin abordé. Là, en bas des remparts, des centaines, des milliers de gens, vivaient en paix, en fête, accueillant des voisins de tous les pays dans un concert de musique, de cris de joie et de libations. Je m'emplissais tout entier de chaque bride de ces moments, sachant que je savais très bien qu'il pouvait y avoir un moment, dans un futur plus ou moins proche, où la baie sous nos yeux s'emplirait de navires en flammes, déchargeant leurs flots de guerriers qui incendieraient cette ville et passeraient la population au fil de l'épée. Certains tenteraient de survivre dans le castel et la pierre se retrouverait maculée de sang alors que Goeville verrait son tribut versé à la guerre à son tour. Ca ne me plaisait pas d'imaginer tout ça, pourtant je voyais déjà ce qu'il allait se passer si nous ne faisions rien pour l'empêcher. J'étais peut-être quelqu'un de pessimiste, de dramatiste, qu'importe, choisissez vos armes. Il n'en restait pas moins que j'étais sûr d'être dans le vrai ; si le Nord et le Val ne se soutenaient pas alors nous irions probablement tous dans le mur, avec un certain degré de certitude. Je laissais le jeune homme aux funestes préoccupations que je nous amenais un peu malgré moi. C'était comme ça, on n'y pouvait malheureusement pas grand chose.


La situation née dans la Néra était particulièrement compliquée. Le Val y avait des intérêts, le Conflans, la Néra elle-même, Peyredragon et l'Orage, tandis que le Bief et l'Ouest regardaient la situation avec attention, ayant tous deux des intérêts commerciaux ou politiques à proximité de la région. Ce qui naissait aujourd'hui dans cette région allait probablement influencer la vie de notre continent pour des siècles, vous pouvez en être certains. Ce qui m'allait le plus dans cette affaire, c'était de trouver des alliés sur lesquels je pourrais compter. Le Val était en ce sens ma meilleure chance, mais pas pour autant la seule. Il fallait donc être assez précautionneux. Le garçon, l'homme, était un jeune Roi. Il avait des certitudes qui n'étaient pas du tout ineptes, bien au contraire. Cependant, le défaut des certitudes est qu'elles ne sont pas systématiquement avérées, vous pouvez me croire.



| La guerre rapporte toujours au vainqueur. Si le Dragon passe sur Hoare ou vice-versa, tous deux pourront compter sur de nouvelles recrues des territoires conquis, pour consolider leurs bases. Sur plus d'argent aussi, plus de ressources. Tout dépend bien entendu des conditions de leur victoire, certes, mais attendre et voir n'est pas forcément une solution idéale, vous pouvez me croire, sire. |


Un dragon pouvait survoler la montagne et prendre d'assaut ses fortifications. Hoare était bien assez fourbe pour se frayer un passage à peu de frais dans les cols, je n'en doutais pas. Rien n'était infaillible, dans tout ce qu'il se passait actuellement. Je hochais la tête aux paroles du jeune souverain.


| Je m'y suis déjà employé. J'ai des troupes disponibles pour vous soutenir ou pour se porter à ma frontière et j'ai entrepris un certain nombre de réformes qui aideront le Nord à une guerre prolongée, contre n'importe qui. C'est ce vers quoi nous nous dirigeons aujourd'hui, j'en suis certain. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13374
Membre du mois : 232
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Mer 4 Nov - 19:15


Je m'arrêtais enfin, cessant de promener mon regard aux alentours pour revenir à mon interlocuteur. Nous étions loin de tout, désormais. L'agitation nous revenait comme un bruit de fond semblable aux remous des vagues, plein de hauts et de bas. Je n'apercevais que quelques gardes plus loin, portant l'insigne des Grafton... Et cette silhouette immense, bien sûr, qui me forçait à lever la tête pour le regarder en face. Il me paraissait pourtant moins grand, moins imposant que l'avait été mon père, mais j'avais eu le temps de grandir ces dernières années, à défaut de m'étoffer, et c'était peut-être ce qui faisait toute la différence dans ce regard que je lui lançais.

J'avais énormément de doutes, même s'il était rare que je les partage avec quelqu'un d'autres que ma mère. Je me demandais s'il était réellement prudent de les aborder devant Torrhen Stark, alors même qu'il me traitait en égal plutôt que de jouer les mentors et me prendre de haut. C'était pourtant l'occasion où jamais de profiter de sa présence pour nourrir davantage mes propres réflexions.

Je repris d'un ton neutre, uniquement interrogateur.

- Et existe-t-elle, cette solution idéale ? Vous avez l'expérience de votre côté. Vous avez tenu longtemps contre les troupes d'Harren Hoare et, à ce jour, vous êtes peut-être le seul qui a su contrarier ses rêves de grandeur. Vous connaissez mieux que quiconque les dangers que nous encourrons, et comment les empêcher de prendre pied chez nous. Alors que préconiserez-vous ?

Je marquai un silence, attendant patiemment de savoir quels conseils il daignerait me communiquer à ce sujet. Tout était bon à prendre, à réfléchir, à analyser. Nous en revenions systématiquement au même sujet, qui risquait tous de nous toucher, à un moment ou l'autre : La guerre.

- Vous pensez qu'elle finira par nous atteindre et que nos ennemis seront plus forts que jamais si nous leur laissons le moindre répit... Vous avez pourtant besoin de ce répit pour mener vos propres batailles dans le Nord, et nous, nous remettre des exactions de l'Orage. Rester sur la défensive et prendre ce temps me paraît plus opportun que de lancer des hostilités, mais peut-être entendiez-vous simplement par là qu'il n'existe aucune solution satisfaisante. Malgré ce bilan pessimiste, mieux vaut simplement choisir la moins pire, il sera bien vite temps de s'adapter.

Je comprenais qu'il s'entende bien avec ma mère. J'entrevoyais cette même lassitude chez eux, dans leurs discours. A trop voir, trop entendre, trop survivre. Je n'avais pas leurs expériences, mais je n'avais pas leurs désillusions non plus.

- Qui pensez-vous sortira vainqueur de ces affrontements ? Qui sera le premier à marcher sur nos terres ?

Des suppositions, c'était bien tous que nous pouvions faire. Bâtir une stratégie sur des possibilités, en espérant prévoir chaque coup. Je craignais plus que tout de ne jamais prévoir assez de parades. Je faisais régulièrement l'erreur de ne pas penser à tout. J'avais la conviction que, lui, ne la faisait pas.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Mer 4 Nov - 22:14

Une guerre prolongée. Avec les effectifs du Nord amoindris par des combats contre les sauvageons, ce n'était pas la situation rêvée. Encore que le sang n'est pas si cher que cela. En pensant ainsi, je sais que je ressemble bien plus que je ne l'avouerais à Harren le Noir, mais qu'importe. Une population décimée offre toujours de nouvelles recrues quelques mois ou un an plus tard. Car finalement, la part de combattants dans la population totale est toujours très faible et en sus, une natalité vigoureuse permet de très vite remplacer les effectifs. Ce n'est pas pour rien que nos familles nordiennes ont souvent une horde de marmots. Et ce n'est pas pour rien non plus qu'il n'y en a rarement plus d'une poignée qui parvient jusqu'à un âge avancé. La vie est rude, dans nos contrées. Il en a toujours été ainsi. Le Nord pouvait se faire étriller plusieurs reprises tout en reconstituant l'armée à chaque fois, même si cela aurait un coût économique et social croissant. Le Val, par contre... Je savais pour avoir observé les rues de Goeville que sa démographie était en trompe-l'oeil. Il y avait une forte jeunesse dans ce pays. Si aujourd'hui, cela impliquait peu de vivacité et de remplacement dans les forces vives, ce royaume jouirait dans les mois et années à venir de quantité de bras supplémentaires. Ce pays était à l'image de ce jeune homme ; en train de panser ses plaies et de se préparer à l'avenir. Je me demandais à quel point je pourrais m'ouvrir devant le Roi de la Montagne. Probablement assez, mais je devais rester prudent, comme toujours.


| Il faut agir, bien sûr. J'ai gagné contre Harren Hoare uniquement parce que je ne misais pas sa défaite absolue, mais la préservation de nos terres. Mais à l'époque, il ne pouvait compter que sur moitié moins d'hommes, et il n'y avait pas de dragons qui menaçaient l'équilibre en Westeros. Ils existaient, bien sûr. Mais ils étaient loin. Aujourd'hui, la situation n'est plus la même. |


Je ne savais pas ce que valait Ronnel Arryn à la guerre. Son père n'était pas un manchot, c'était indéniable. Il avait du courage et un minimum de sens tactique. Pourtant, il lui avait manqué ce qu'il manquait à presque tous en Westeros ; un sens des perspectives. Gagner une bataille n'a aucun sens si cela ne fait pas gagner la guerre. Harren Hoare savait emporter ses conflits. Argilac Durrandon savait gagner toutes ses batailles. Rhaenys Targaryen pouvait être dangereuse à ce niveau-là. Je hochais la tête aux paroles du jeune Roi.


| Oui, c'est à cela que je pensais. Ne pas agir est dangereux, tout comme agir dans la précipitation. Préparer des plans est indispensable, même si ceux-ci ne verront jamais le jour en cas de victoire des sauvageons. |


S'ils gagnent, la partie est finie pour moi. Le Nord s'en relèverait sans doute avec le temps, mais que resterait-il de l'héritage des Stark, que resterait-il de ma famille, de Winterfell ? Pas grand chose. Je réfléchis un moment.


| Je n'en sais rien. Les Martell vont soutenir le dragon, et de facto les Durrandon n'auront pas trop le choix. Le sud-est va se monter contre Harrenhal, qui en sus d'armées pléthoriques dispose d'une vaste flotte et de défenses réputées imprenables, avec en sus des fleuves comme barrières naturelles. Il est trop tôt pour le dire. Mais nous devons nous tenir prêts. Je ne laisserais jamais le Nord à une étrangère, quand bien même l'apprécierais-je. J'ai aussi quelques dettes de sang à régler avec Harren Hoare. L'avenir nous dira le sang de qui coulera, mais sang il y aura, c'est certain. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13374
Membre du mois : 232
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Lun 23 Nov - 22:56


Je demandais au conseil au Roi du Nord, sur la guerre à venir... Parce que guerre il y aurait. Je lui avais exposé nos positions, qui n'avait pas dû le surprendre, car ma version des faits ne faisait certainement que corroborer celle de ma mère. Ils avaient déjà eu maintes fois l'occasion de s'entretenir à ce sujet, même peut-être trop à mon goût, le Loup ne s'intéressant que bien tardivement à ma présence. Je n'en avais pas pris ombrage, d'autant qu'il me traitait réellement en égal malgré toutes ces années qui nous séparaient, mais je me demandais parfois sur quelle base reposerait cette alliance, et si on pouvait réellement la juger solide. Alors, lui demander conseil me paraissait naturel pour jauger ce qu'il était prêt à faire et dire pour que cette même alliance perdure, tout autant parce que son expérience parlerait pour lui. Je n'en avais aucune. J'avais tellement à apprendre de vétérans comme lui.

- Il est impensable de ne pas se préparer à la guerre, alors que tout Westeros manque de s'embraser, mais nos objectifs ne restent pas bien différents de ceux que vous aviez à l'époque : Préserver nos terres de toutes exactions. Il serait imprudent d'attendre que l'un sorte vainqueur, et renforcé par les batailles gagnées. Nous sommes un royaume encore en paix, mais convoité. Si nous nous dirigeons vers une guerre prolongée, comme vous le pensez, il est raisonnable de prendre ce temps pour renforcer nos positions, sur le plan militaire et diplomatique. Ensuite, de guetter les opportunités qui se dessineront d'elles-mêmes.

Je réfléchissais en même temps que je m'exprimais, ce que je devrais éviter de faire en sa présence... Et que j'avais l'habitude de faire devant mère, à l'inverse, et Smaug à l'occasion. Je fronçai les sourcils et décidai de changer de sujet.

- Votre regard porte loin. Je ne pense pas qu'il en soit autant le cas pour les sauvageons, et c'est ce qu'il risque de leur manquer pour s'emparer du Nord. Enfin, les clans des montagnes sont ainsi : Incapable de s'organiser correctement pour représenter une union dangereuse à même de menacer le cœur du Val. Et pourtant, ils sont impossibles à déloger. Sont-ils vraiment différents ?

Je l'observai à la dérobée, plissant le regard quand le Roi du Nord commença à en révéler un peu plus sur ses préférences. L'animosité avec Harren le Noir était légitime, et connue, mais j'étais plus interloqué d'apprendre qu'il pouvait apprécier Rhaenys Targaryen. Pas que je doutais que l'on pouvait éprouver de la sympathie pour la dragonne ou sa cause, mais je connaissais mes raisons qui devaient être bien différentes des siennes.

- Et si elle vous demande d'être son alliée contre Harren le Noir, en oubliant ses revendications, que ferez-vous ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Lun 30 Nov - 12:03


Je me rendais bien compte que la situation dans laquelle nous nous trouvions était éphémère, cette neutralité que j'avais désirée dès le départ. Je ne pouvais pas pour autant me targuer d'être un pacifiste convaincu; la guerre était nécessaire pour certains équilibres du monde qui était le nôtre et il ne fallait pas oublier que nous avions bâti nos royaumes sur des conflits plus ou moins légitimes, plus ou moins destructeurs. Je me rendais bien compte, quoiqu'il en soit, que je n'étais pas le genre de personne à me cacher derrière une posture outrancière, qu'elle soit belliqueuse ou tout son contraire. Ce que je désirais le plus, finalement, c'était placer mes pions. J'avais débloqué le Val et l'avait placé dans ma sphère d'influence parce que j'avais adopté la posture de neutralité que ce royaume désirait. Oh, je ne dirais pas que j'avais été jusqu'à mentir pour acheter le Val, car j'étais sincère sur le fait que nous ne devions pas nous impliquer dans un conflit dont nous ne savions encore rien. Le Val était un fruit juteux et quel que soit le vainqueur, il y aurait très probablement des personnes pour le convoiter. Plus encore, le Val disposait de ressources clés pour remporter un conflit de grande ampleur, qu'il s'agisse de sa production agricole ou encore des revenus de ses mines. Quoiqu'il se passe, le Val était en danger. Il avait donc fallu le sécuriser diplomatiquement et ne surtout pas le laisser isolé. Et je devais préparer la suite, l'étape suivante dans notre alliance. Pour ce faire, je ne pouvais compter que sur moi-même, et anticiper une victoire à venir sur les sauvageons. C'était à mon sens, la seule solution.


| C'est exactement ce que je pense. D'où mon intervention auprès des Lannister pour construire quelque chose de solide avec eux, et je pense que Votre Majesté serait toute aussi avisée de garder des liens étroits avec les Lions. Ils n'ont pas la meilleure ni la plus grande armée, et si leur économie est actuellement moins florissante que la vôtre, ils forment une puissance à ne surtout pas négliger. |


Je laisse désormais le jeune Roi guider nos échanges, bien conscient que mon message formel était bien passé, tout autant que l'informel. Je méditais un instant aux paroles de Ronnel Arryn à propos des sauvages qui menaçaient chacun de nos royaumes.


| Pas à mon sens. Qui ne vit pas dans la paix du Roi représente un danger pour celle-ci. Si Harren Hoare marche sur les Eyriés, il pourrait s'en faire des alliés, car les montagnards vous déteste, selon la rumeur. Comme pour nous et les sauvageons. Il s'agit d'une menace qu'il vous faut contrôler ou détruire, d'une manière ou d'une autre. |


Je ne savais pas si à la place du jeune souverain, je perdrais du temps et des troupes à mener une campagne de contre-guérilla contre des experts de l'embuscade et de la lutte dans du mauvais terrain. Mais il ne pouvait pas ignorer le problème. Trop de souverains du Val l'avaient fait dans le passé, faute d'hommes ou de moyens et ces clans restaient une épine dans le pied des maîtres de la Montagne depuis toujours. Je dévisage finalement mon vis-à-vis, mon jeune égal.


| Je ne sais pas, mais j'ai plus de sympathie pour celle qui secoure et inspire que pour celui qui m'envahit. Si elle pouvait renoncer à ses ambitions Westeriennes, peut-être pourrions-nous transformer cette sympathie en une collaboration plus active... Mais tout comme Harren le Noir lui-même, je ne suis pas du genre à transiger ou à me vendre. Nous verrons bien ce que l'avenir nous réserve, quoiqu'il en soit. |


Je saluais le Roi d'un signe de tête prononcé.


| Bien. Je vais retourner voir mes fils et j'ai encore quelques sujets dont je dois m'entretenir avec la Reine de la Montagne. Je ne manquerais pas de vous tenir au courant de l'évolution de ma situation au Nord. Votre famille sera de même cordialement invitée aux épousailles de ma fille avec le Prince Lyman Lannister... Quoiqu'il en soit, si vous avez besoin de quoi que ce soit, Sire, vous pouvez m'envoyer toute correspondance que vous jugerez utile. Si les difficultés surviennent, ne les affrontez pas seul, de manière isolée... Ce serait faire le jeu de nos adversaires. Prenez soin de vous avant toute chose, et soin des vôtres. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13374
Membre du mois : 232
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   Mer 2 Déc - 23:59


A l'entendre autant insister sur notre alliance probable avec les Lions, il ne faisait aucun doute sur ses intentions. Bien sûr, une telle alliance renforcerait autant notre position que celle du Nord, et nous serait donc profitable à tout deux. Torrhen Stark en avait pleinement conscience, surtout avec Harren le Noir à nos portes, et son royaume qui risquait d'être laissé exsangue. Le devenir du Nord se jouerait sur cette alliance, ou alors il serait laissé à la merci de son éternel ennemi. Nous en étions là, bien conscient d'être ainsi dépendant les uns des autres pour notre propre sécurité. Il n'avait pourtant pas tellement d'inquiétudes à se faire, car je conservais bien des liens... Etroits, avec les Lions. Mais cela, je le gardais encore pour moi.

J'hochai la tête par l'affirmatif. La situation était bien résumée, et il n'était pas nécessaire d'en dire davantage à ce sujet, même si pensais utile de le rassurer sur notre position à leur égard.

- Les Lannister sont de vieux amis que, malgré leur revirement au Conclave, nous ne tenons pas à nous aliéner. Il nous faudra poser avec eux les bases d'une nouvelle entente.

Le cas des sauvageons était préoccupant. Il n'existait pas de solutions idéales pour les bouter hors de nos montagnes, sinon mes ancêtres l'auraient déjà découvertes. Nous avions appris à nous en accommoder et faire avec cette tare dans nos défenses, mais elle risquait de nous être bien plus coûteuse que prévue si nous venions à nous faire envahir. Je craignais que, si nous continuions encore d'ignorer ce problème, il ne nous soit fortement préjudiciable par la suite, quand la guerre serait à nos portes.

- Personne ne peut réellement savoir ce qu'ils pensent, hormis eux-mêmes. Ils revendiquent ces montagnes depuis si longtemps, laisseraient-ils réellement un étranger les fouler pour tenter de nous détruire ? Il va nous falloir apprendre à les connaître avant d'espérer triompher, et résoudre cette difficulté avant qu'elle ne survienne vraiment.

Je craignais que nous ne gâchions des hommes pour de nouveaux coups dans l'eau. Je n'étais pas certain de parvenir à régler ce problème, mais j'essaierais. Et si je venais à réussir, nous aurons enfin sécurisé entièrement le Val, et emporté une victoire là où tous les anciens Rois avaient échoués jusqu'à ce jour. Je voulais rester optimiste, mais réaliste aussi.

Ce que le Roi du Nord me confia sur Rhaenys Targaryen m'étonna quelque peu. Il était donc prêt à s'en faire un allié, si le Dragon rangeait ses griffes et renonçait au Nord. Je n'avais pas la moindre idée si elle était prête à faire une telle concession, mais même de nobles idéaux finissent par être tordu pour espérer remporter une guerre. C'était ironique. Cette discussion avait débuté par cette prise de pouls de notre position envers ces deux royaumes qui s'affrontaient à nos portes... Et c'était finalement le Roi du Nord qui brisait cet équilibre en confiant sa sympathie pour la Dragonne. J'en éprouvais aussi, mais je ne m'étais pas révélé aussi sincère qu'il l'était, me tenant à la position affirmée par ma mère avant moi.

Je ne pris pas la peine de commenter, au risque de paraître déplacé. J'étais encore plongé dans mes réflexions quand il me salua, ce que je m'empressais de faire de même, à égale mesure. Il était donc temps de se quitter, ce que j'accueillais avec autant de soulagement que de déception.

- Je vous remercie pour cette invitation, nous ne manquerons pas un tel événement. Les prochains mois risquent d'être éprouvant pour nous tous. Je ne manquerais pas de vous contacter, vos conseils sont des plus précieux. Que vos anciens Dieux veillent sur vous et votre famille, puissiez-vous sortir vainqueur des prochaines batailles qui vous attendent.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Qui part à la chasse, perd sa place. [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» Départ de la chasse au trésor
» Quand Silvero part à la Chasse ! Oups ! A la Plage...
» Mission Mercenaires : ... perd sa place [Echouée]
» La Chasse aux Sorcières (Intrigue n°1 - Terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: