AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]
MessageSujet: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mar 18 Aoû - 9:18

Une douce brise effleure ma joue, comme une caresse de la nuit qui tombe peu à peu son grand manteau sur Goeville. Plus que quelques jours... Avec le peu de recul que j'ai, j'ai l'impression que ces festivités sont passées à une allure incroyable. Les rouages de notre futur engrangés, les cartes acquises, il faut maintenant se préparer encore plus sérieusement à l'orage qui gronde. Proche. Trop proche. Ce début de nuit reflète parfaitement l'expression parlant de la tempête avant l'orage. Tout est si calme, si paisible sous mes yeux, et pourtant mes pensées sont déjà tournés vers le conflit à venir. J'ai fait ce que j'avais à faire. J'ai joué. Nous avons tous joué. Peut être ai-je mal joué, mais quoi qu'il en soit, les choses sont faites. Je pousse un léger soupir, et décolle finalement ma main de la froideur du marbre du balcon. Si froid, si parfait. J'avance dans la pièce qui m'a servi de chambre ces dernières semaines, et me sert un verre du vin posé sur un guéridon. Je suis si fatiguée... Si seulement je pouvais cesser de porter tout cette fatigue et cette tension comme un fardeau, et me reposer tout mon soul... Non. Il n'en n'est pas question, pas un seul instant. Je suis coincée dans mon rôle depuis tant d'années, qu'il m'est impossible de penser autrement qu'en terme de responsabilités.

Je finis le verre rapidement, et le repose d'une main distraite. Il me reste une dernière chose à faire, ce soir, et non des moindres. J'ai prévenu mon fils que je passerai sûrement le voir ce soir, et il est temps. Oh, certes, j'ai eu grand temps de lui parler durant les festivités, mais juste assez pour m'entretenir avec lui de mes actions et des siennes, finalement. Juste pour le tenir au courant, disons. Il y a d'autres sujets, tout aussi importants, qui trottent dans ma tête et dont il faut que je lui fasse part. Car mon avenir est le sien aussi, d'une part. Mes actions, mes décisions, concernent tout mon royaume. Mes fils les premiers. Ronnel est censé apprendre à gouverner, et j'ose espérer que ce petit bain de foule aura été une bonne expérience pour cela. Je finis donc, après avoir jeté un long regard circulaire dans ma chambre, par me diriger vers la porte. Je traverse mes appartements, et préviens rapidement mes gardes lorsque je mets les pieds dehors. Il n'est pas encore très tard, et tout le château est encore éveillé. Après les préparatifs pour les festivités, ceux pour le départ s'avèrent tout autant chronophage. Je sais que certains partent déjà demain, et pourtant je n'ai pas totalement fini... Je n'en n'aurai jamais fini.

Je n'ai que quelques pas à faire, la famille royale étant logée dans des appartements adjacents. C'est la moindre des choses pour une mère comme moi, qui ne supporte pas un seul instant de penser à sa progéniture loin d'elle et potentiellement en danger. Cette aile du château est l'une des mieux protégées, pour ne pas dire la mieux protégée. Les appartements du maître des lieux ne sont pas loin non plus, et nous avons les plus spacieux et lumineux. Je m'y suis plue. J'ai retrouvé un goût de Cordial, où je n'étais pas perchée dans la brume comme aux Eyrié. Je ne me lasserai jamais de la vue là bas, ni de l'architecture pittoresque, mais ce souvenir de jeunesse me manquait, parfois. Et la présence inexistante de Jehan, toujours aussi entêtante dans nos appartements conjugaux... Bref. Passons. Ce n'est pas le sujet. Les gardes postés devant les appartements de Ronnel se mettent au garde-à-vous à mon approche, et me laissent entrer sans broncher. Je ne leur accorde qu'à peine un regard, alors que je passe la porte.

« Ronnel ? C'est moi. »

J'arrive rapidement à sa hauteur, dans la pièce principale.

« Tout va bien ? Il faut que nous parlions encore de quelques détails, avant de partir. Cela peut prendre un peu de temps. »

Détails qui n'en n'étaient en aucun cas, mais cela, il devait le savoir.


Dernière édition par Sharra Arryn le Dim 6 Déc - 19:11, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mar 25 Aoû - 17:46

Enfin…
Je poussai un soupir de soulagement, en m’asseyant sur le rebord du lit. Je fermai les yeux et attendis de longues minutes dans cette position que le calme de ma chambre m’imprègne à son tour. Je sentais une tension dans mes muscles, dont je n’avais même pas eu conscience, se dissiper progressivement. Sombrer dans un sommeil sans rêve me tentait. Il m’aurait suffi de m’allonger et, après une autre journée toujours aussi riche en événements, j’étais assuré de le trouver dans les minutes suivantes. C’était une pensée qui m’effleurait en permanence mais à laquelle je cédais rarement. Il y avait toujours fort à faire. A moins que, à force de me le rabâcher, je ne savais plus vraiment me détendre. Peut-être un peu des deux.

Je saisis le livre resté sur la table pour en parcourir quelques pages supplémentaires. Il était bon de mémoriser un maximum avant de songer à dormir, pour mieux graver toutes ces lignes dans mon esprit. Je n’avais tourné que la dixième page quand j’entendis la porte s’ouvrir. J’avais espéré que perdure cette tranquillité relative jusqu’au lendemain matin, avant que les préparatifs de départ ne nous accaparent pleinement. Je tâchais de ne rien montrer qui puisse trahir mon manque d’enthousiasme, jusqu’à ce que j’entende la voix de ma mère. Une brève lueur d’étonnement passa dans mon regard. Je marquai la page de mon livre et le reposai à sa place, affichant un sourire de circonstance en retour. C’était inattendu… Mais une certaine méfiance avait depuis longtemps remplacé l’enthousiasme que pouvait engendrer les visites surprises de ma mère. Elles étaient toujours annonciatrices de nouvelles, parfois bonnes, parfois bien mauvaises.

Je me relevai pour lui faire face, lui rendant un regard interrogateur.

- Mère…? Tout va bien, oui. La journée fut dense, mais s’est déroulée sans accrocs notables. Et vous ?

Je marquai un court silence à sa déclaration, bien plus attentif à la suite. Je me doutais bien qu’elle n’était pas venue à une telle heure pour me demander comment avait pu se dérouler ma journée. Ce devait être pour une discussion d’importance qui ne pouvait attendre notre retour des festivités… Certainement en rapport même avec les événements de Goeville. De toute évidence, la situation avait encore évoluée. J’hochai la tête, dans un signe affirmatif et concerné. La soirée était loin d’être finie, alors autant se rasseoir…

- De quoi souhaitiez-vous me parler ?

J'attendis sagement, autant ne pas s'avancer.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mer 26 Aoû - 10:04

Lorsque j'entrai dans ses appartements, je vis brièvement Ronnel reposer un livre avant de se relever pour me faire face. Il semblait fatigué, quoi qu'il n'en montrait pas grand chose, et ne s'attendait sûrement pas à ma visite. Il n'était nullement dans mon but de le déranger... Le soucis est que je n'avais guère d'autres possibilités pour l'entretenir que maintenant. J'avais moi même de dures journées, qui ne me laissaient aucun instant de répit. J'osais espérer qu'il en aille différemment pour lui, bien que je me doutais qu'il n'avait lui non plus que peu de temps à lui. Je m'en voulais si cruellement, dans ces moments, de lui voler sa jeunesse en l'enfermant si jeune dans son rôle... Avais-je le choix ? Certes non, si je voulais conserver un peu de stabilité dans le royaume. Je ne devais montrer aucun doute, aucune incertitude, aucune trace des courants violents qui pouvaient m'agiter. Même à lui, mon propre fils. Ou surtout à lui. Il fallait, quelque part, que je lui montre l'exemple à suivre. Son père en aurait certes été un meilleur que moi, mais s'il avait été là... Tout aurait été bien différent. Il ne sert à rien de refaire le monde avec des si. Jehan est mort, et je dois apprendre à Ronnel le rôle qu'il doit tenir depuis son adolescence jusqu'à sa mort. Cela incluait le déranger à n'importe quelle heure, encore que nous n'étions pas non plus en plein milieu de la nuit. Je n'en n'étais pas encore là, et n'espérais ne jamais y être. Il fallait tout de même qu'il dorme un peu plus que moi, à son âge...

Il était encore si jeune. Et si grand, me disais-je en le voyant face à moi. Tout bougeait vitre, trop vite. Les années coulaient, fuyaient, sans que j'ai le temps de les voir passer. Bientôt.. Bientôt il aura l'âge de régner seul, alors que jamais je n'avouerai le juger prêt. Mais le temps, je ne pouvais le contrôler. Lui non plus. Mon côté protecteur ne pouvait empiéter sur le reste, et c'était bien le problème auquel je faisais face depuis le début de cette régence. Je voudrais rester une mère comme j'avais pu l'être avant tout cela, mais la régence, ce nouveau rapport entre nous, prenait peu à peu le dessus. Et c'était détestable. Pourtant, je ne pouvais rien faire contre. Je faisais ce que j'avais à faire. Je le faisais du mieux que je le pouvais. C'était tout ce que j'avais à me dire, tout ce dont j'avais à me convaincre. Je ne peux m'empêcher de pousser un léger soupir, alors qu'il me retourne ma question.

« Dense, de même, comme toujours. Je n'ai pas eu une seconde pour toi ni pour ton frère... je suis désolée de venir te parler maintenant, j'aurai aimé passer plus tôt. J'espère que je ne te dérange pas trop. »

Je laissais mon regard dériver un instant sur la pièce autour de nous, avant de revenir se poser sur mon fils. Je réfléchis un instant. Par où commencer ?

« Nous n'allons peut être plus beaucoup avoir l'occasion de nous parler seul à seul pendant un certain temps, c'est pour cela que je suis venue ce soir, bien qu'il soit tard et que nous partions bientôt. »

Je m'assois, et lui fit signe d'en faire de même. Rester debout ne fera qu'augmenter la fatigue, bien que je sois du genre à faire les cent pas lorsque je parlais.

« Comme je te l'avais déjà dit, Ser Baratheon fera avec nous le chemin jusqu'aux Eyrié, et y restera quelques jours. Ensuite... C'est là que ça se complique un peu. Le Roi du Nord m'a convié au mariage de sa fille et de Lyman, et je ne peux refuser une telle invitation. Cependant... Il faudrait que tu restes aux Eyrié. J'aurai beaucoup aimé que nous puissions rester ensemble, mais il n'est pas forcément bon de laisser le royaume sans tête dirigeante sur place. Je demanderai sûrement à Smaug de rester avec toi, il n'est pas question que tu restes seul et sans personne de confiance là bas. Qu'en penses-tu ? Je pensais emmener Jonos, également... Voir du pays pourrait lui plaire. »

Je marquais une pause, lui laissant le temps de réfléchir et de me répondre. Avant de passer au second sujet. Nettement plus... délicat. Je me levais machinalement, commençais à marcher tout en parlant, m'arrêtant devant la fenêtre.

« Ensuite... j'ai conscience qu'il aurait fallu nous y prendre plus tôt. Mais il faudrait commencer à songer au mariage. Au tien comme au mien. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mar 1 Sep - 0:51

Je lui rendis un mince sourire, compatissant. Je me doutais bien que des affaires importantes la retenaient sans arrêt, la contraignant à se tenir éloignée de nous. Jonos souffrait bien davantage de ses absences que moi. Je m'étais fait une raison, mais ce n'était pas toujours aussi évident pour mon petit frère. Je me demandais souvent s'il saisissait réellement la portée de nos actes, cette nécessité absolue qui devait faire passer le royaume avant nos intérêts et parfois même notre propre famille. Je faisais mon possible pour lui expliquer, mais il était parfois si puéril dans ses réactions...
Je fus quelque peu surpris de l'entendre se justifier ainsi, et même s'excuser sur son manque de disponibilités. Je savais pertinemment que le temps lui manquait, mais c'était tout de même agréable de savoir qu'elle avait pensé à nous deux, qu'elle était consciente de nous manquer malgré ses obligations qui l'accaparaient tellement.  

- Ce n'est rien. Je n'étais pas occupé, au contraire, le moment est bien choisi.

Je m'assis à côté d'elle, une main de chaque côté comme si j'étais prêt à me relever dans la seconde. Je n'arrivais pas à me détendre, appréhendant déjà la discussion qui aurait lieu. Inconsciemment, je me doutais peut-être déjà de la tournure qu'elle allait prendre. Je lui rendis un regard interrogateur et attendis la suite. Si je pouvais l'aider d'une quelconque manière, je le ferais sans hésiter. J'hochai la tête, simplement pour lui signifier que ça irait. Les événements s'enchaînaient à toute vitesse avec la fin du Conclave. Je me doutais que ce serait plus compliqué encore à l'avenir.

Je me souvenais de Ser Baratheon. C'était le bâtard Targaryen, mais aussi le vainqueur de la Joute. Je ne comprenais pas bien pourquoi il devait nous accompagner aux Eyriés. Je ne pris pas la peine de commenter une décision qui avait déjà été prise. La suite me concernait bien davantage... Seul, aux Eyriés ? Je marquais un temps d'arrêt, prenant pleinement conscience de ce qu'elle venait d'avancer. J'allais devoir voler de mes propres ailes durant le temps de son absence. Et si le Val était en danger, car certains en profiteraient pour agir ? Il faudrait faire front malgré tout. La montagne tiendrait, et tous nos voisins avaient mieux à faire dans l'immédiat. Je m'inquiétais trop, déjà à prévoir les pires scénarios.

- Je comprends bien que... Si vous ne pouvez pas refuser cette invitation, nous ne pouvons pas laisser le royaume livré à lui-même. Même si j'ai plus de mal à saisir pourquoi il est si crucial que vous soyez à ce mariage.

Pourquoi le Roi du Nord a demandé expressément à ma mère de venir à ce mariage ? Il pouvait se passer de sa présence, ce qui n'était pas forcément mon cas. Je ravalais mon amertume pour répondre sur un ton qui se voulait neutre, évitant de songer à ce qui pouvait aussi se passer dans le Nord pendant que nous attendions patiemment aux Eyriés.

- Je resterais avec Smaug dans ce cas. Je suis certain que Jonos appréciera le voyage... C'est aussi une excellente occasion pour lui.

De faire ses preuves, de forger sa destinée et surtout de gagner les faveurs de Mère. On dirait que Jonos ne brûlait que d'avoir une vie trépidante et ce voyage pouvait lui offrir un bon aperçu. Je gardais toutes ces pensées pour moi, car bien vite, nous passions aux choses sérieuses. Le mariage. Je fixai le sol, réunissant mes pensées. J'étais comme figé dans du marbre, à réfléchir à toute vitesse. J'étais plutôt heureux que Mère se soit levée pour se diriger à la fenêtre. Ce n'était pas le genre de questions auxquelles j'arriverais à répondre spontanément.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mar 1 Sep - 21:57

Mes fils avaient toujours eu une place plus qu'importante en moi. Non parce qu'ils devaient hériter du royaume, ou de quoi que ce soit. Simplement parce qu'ils étaient tout ce que j'avais. Tout ce que Jehan me laissait pour adoucir mes jours lorsqu'il partait à la guerre. Peut être les avais-je trop couvés, peut être aurais-je dû dès le départ me montrer plus distante avec eux, pour les y habituer. Même si l'idée m'avait traversé l'esprit, je savais pertinemment que je ne l'aurai pas fait. Ronnel comprenait le pourquoi de ce soudain détachement, suite à la mort de leur père. IL n'appréciait pas, et moi non plus, mais au moins je savais qu'il l'acceptait. Jonos, c'était différent. Il m'avait perdu en un jour, et avait perdu son frère dans la foulée, lui même accaparé par tous les enseignements que je lui faisais suivre. Lui aussi était impacté, autant que nous deux. Lui encore plus, peut être même. Il était encore si jeune... Déjà que je trouvais mon fils ainé trop jeune pour ce qui lui tombait dessus, Jonos avait à peine dix ans. J'essayais de lui expliquer, il faisait mine de cautionner, de se montrer fort et insensible. Cela pouvait presque me faire sourire, mais je voyais trop comment il mentait et comment il souffrait. Si seulement il savait... Si seulement Ronnel savait, aussi. Peut être ne se rendait il pas compte lui non plus, à quel point cette situation pouvait être pénible pour moi. Il ne semble pourtant pas me tenir rigueur de mon arrivé importune, alors qu'il trouvait peut être enfin un peu de calme dans sa chambre. Nous devions parler, il le fallait. Je me sentais débordée, j'avais tenté de repousser, histoire de tout mettre à plat dans mon esprit... Avec un succès tout relatif.

J'étais fière de lui, dans un sens. IL progressait vite. En deux ans, il reste toujours si jeune à mes yeux, et toujours aussi vulnérable. Et pourtant, il a changé. Il a mûri, peut être de manière précoce, mais c'était nécessaire. Alors qu'il se présente face à moi, je sais qu'il va m'écouter, sérieusement, et réfléchir comme il se doit. Nous avions pu nous poser pendant plusieurs semaines à Goeville, bien que les festivités furent déjà mouvementés. Ce n'était que le début. Chacun prend la route, et lorsque nous repartirons nous aussi, tout se mettra en place. Ce qui se joue à la Néra n'attend qu'une étincelle pour s'étendre et embraser tout le continent. Moi, je devrais déjà reprendre la route, au bout de quelques jours. Je n'avais pas pu refuser l'invitation. Peut être avais-je envie de revoir Torrhen Stark. Pensée totalement égoïste et opposée à ce que je tentais d'inculper à mon fils, mais peu importe. Je pouvais cacher cet argument sous d'autres. On refuse difficilement une telle invitation, surtout de son nouvel allié. Il nous faut renforcer nos liens, et l'Ouest sera présent lui aussi... Double intérêt. Mais laisser les Eyrié et le Val seuls aux abords de la tempête qui gronde... je n'étais pas inconsciente à ce point. Laisser Ronnel seul, dangereux aussi. Je devais m'assurer qu'il soit bien entouré. IL marque un temps d'arrêt lorsque je lui annonce la nouvelle, ce qui ne m'étonne en rien. Cela le contrariait. A juste titre. Tant pis. Je haussais légèrement les épaules.

« Il m'a invitée en personne, je ne pouvais refuser, malgré la complexité de la situation... Il est venu au Val, me rendre dans le Nord permettra peut être de consolider notre alliance toute fraîche. Les Lannister y seront aussi, ce sera peut être l'occasion de régler quelques petits... détails, avec eux. »

Rattraper là bas le temps qui m'avait fait défaut ici... Cela pouvait marcher. Ou pas. Je me tournais vers lui, pris sa main dans la mienne.

« Ecoute... Ne crois pas que te laisser seul m'enchante. Je m'imaginerai sans cesse quantités de scénarios plus catastrophiques les uns que les autres, et c'est pour ça que je veux aussi que tu sois le mieux entouré possible. J'essaierai d'écourter le séjour sans paraître malpolie, si je le puis. »

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Lun 7 Sep - 22:49

On avait toujours le choix. J'aurais voulu lui dire. J'aurais voulu qu'elle refuse pour rester à mes côtés, mais je savais pertinemment que, même si j'émettais des réserves sur les raisons qui la poussaient à partir dans le Nord, je ne pouvais plus me permettre de me montrer si dépendant d'elle. Je devais tenir le Val en son absence. Je m'en sentais capable, à condition que la guerre ne frappe pas à notre porte. Quand bien même, si Smaug restait avec moi, je pensais pouvoir compter sur tout son soutien et encaisser ce coup dur. Il avait bien plus d'expériences dans le domaine de la guerre que ne pouvait en avoir ma mère. Je ne restais pas seul et serais bien conseillé. Je n'avais vraiment aucune raison de m'inquiéter. Je devais m'en convaincre et songer aux retombées positives de ce départ pour le Nord. Je devais continuer de lui faire confiance, et me faire confiance.
J'hochai la tête, en un consentement muet. Je gardais pour moi mes quelques pensées sur le Loup. Je savais que cette alliance nous était indispensable, afin de ne pas rester isolé. L'humeur des Lions était par trop changeante pour réussir à s'y fier. Le Nord avait au moins la stabilité de son côté, une parole qui valait cher, même si la guerre avec les sauvageons risquaient de fortement les affaiblir.

- Quelques petits détails...? Pourriez-vous m'en dire davantage sur notre situation avec les Lannister ? Depuis leur coup d'éclat au Conclave, il est difficile de savoir vers qui peut aller leur loyauté, si ce n'est à eux-mêmes.

Je craignais de trop m'avancer par rapport aux Lannister, sans bien cerner le problème qu'ils pouvaient représenter à ce jour. Je quêtais toujours de nouvelles informations, et d'autant plus les conseils de ma mère à la veille de ce départ. J'avais éludé le sujet concernant son départ prochain, mais il semblait que mon malaise s'était fait ressentir. Décidément, elle ne me connaissait que trop bien. Je ne savais pas si je pouvais réellement donner le change. Je me fendis d'un mince sourire, ma main se refermant sur la sienne.

- Tout ira bien, mère. Vous pouvez me faire confiance, ainsi qu'à Smaug, pour conserver la stabilité du Val. Nos voisins sont bien trop occupés à se donner la guerre pour songer à cette place imprenable qui constitue le Val et la Montagne, n'est-ce pas ? Nous serons en sécurité. Quand bien même un malheur devrait arriver, vous serez avertie suffisamment tôt pour réagir et revenir auprès de nous à temps.

C'était la stricte vérité. J'avais pourtant cette impression diffuse de vouloir me rassurer en même temps qu'elle.

Je fronçais les sourcils, le regard fixe devant moi alors que je mémorisais, assimilais ces informations. Je faisais en sorte de rester le plus neutre possible dans ma pensée, pour démêler les avantages et les inconvénients de chaque partie, avec une froide réflexion. C'était un exercice auquel je m'étais beaucoup adonné ces derniers temps, mais qui me restait toujours aussi fastidieux.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Dim 13 Sep - 14:43

C'était une décision assez difficile et peu agréable à prendre, mais le calcul avait été rapidement effectué. Je ne pouvais me permettre de passer à côté des opportunités qui pouvaient se trouver à Winterfell. Jordane y serait, ainsi que son fils, et bien sûr les Stark. Qui sait quelles nouvelles cartes je pourrais y jouer, et quoi qu'il en soit, ce serait l'occasion ou jamais de renforcer mon alliance avec le Nord. Et de discuter avec Jordane. Comme si le temps m'avait manqué pour cela à Goeville... C'était presque le cas. J'avais beaucoup à gérer, et surtout... Surtout je n'étais pas encore sûre de moi. J'avais presque honte de me l'avouer à moi même mais je doutais encore de la ligne à suivre, en particulier avec eux. Il ne fallait pas ça se voit. Et surtout, il fallait que cela change rapidement. Mettre les choses au point, notamment avec Ronnel. Il avait besoin de moi. Peut être plus qu'il ne le pensait. Je ne pouvais pas lui montrer une mère incertaine, perdue dans le doute et dans d'obscurs souvenirs. Je n'en n'avais pas le droit. C'était tout ce qu'il me restait encore à faire d'important dans ce monde ; lui donner confiance, lui donner un avenir. Je prendrai sur moi autant que je pourrai. J'y étais prête. Il était mon fils, ma chair et mon sang, et tout comme Jonos, j'avais su dès leur naissance que je donnerai tout pour eux. C'était ainsi. Savoir qu'il allait rester seul sans moi, aux Eyrié, alors que j'allais être plus loin que jamais... Nous n'avions jamais été véritablement séparés. J'avais toujours pu garder un œil sur lui, d'une manière ou d'une autre, être là s'il en avait besoin. Il était temps de couper le cordon une deuxième fois, pour de bon. Peut être était-ce trop tôt, peut être n'était-ce pas le moment. Peut être la guerre en profiterait elle pour frapper pour de bon à notre porte... J'étais anxieuse. Et l'idée ne lui plaisait pas à lui non plus. Je m'en doutais forcément. Je reste pensive un instant, au sujet des lannister.

« Je ne le sais encore, pour le moment. Et là se trouve bien le problème. Leur loyauté n'est toujours allée qu'à eux mêmes, et ils nous le montrent clairement aujourd'hui. Avant le conclave, Jordane m'avait assurée vouloir conserver notre alliance, et que leur soutien nous était toujours acquis. Après ces révélations, il me semble pourtant qu'une nouvelle petite mise au point s'impose. On ne peut garder un allié bancal et incertain. Soit il fait parti de nos alliés, soit il est un ennemi potentiel. »

Je ne pouvais malheureusement rien lui dire d'autre ou de plus précis, car je ne le savais moi même. Cela ne pouvait durer. Je lui parlais plus sincèrement et plus ouvertement de mon départ, et de ce que cela m'inspirait. Mais peut être était il aussi temps qu'il se débrouille seul, qu'il fasse un essai. Il avait tout pour faire ses preuves, et je ne pourrai m'empêcher de revenir au plus vite au moindre incident. IL tentait de faire lui même preuve d'assurance, et cela m'aurait presque fait sourire. Tout allait bien se passer. C'est ce que je devais me dire. La situation pourrait être pire. Il pourrait partir à la guerre ou... ou je ne sais pas. J’acquiesçais.

« Oui, tu as raison. »

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mer 23 Sep - 11:47

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Dim 27 Sep - 20:08

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mer 7 Oct - 23:08

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Sam 10 Oct - 15:30

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Ven 16 Oct - 0:22

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Lun 19 Oct - 20:24

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Lun 2 Nov - 1:21


J'hochai la tête, à nouveau. Je prêtais une oreille attentive aux conseils que pouvaient me donner ma mère, comme toujours. Elle avait bien plus d'expériences que moi dans l'art de régner, mais on m'avait maintes fois rappelés que je me devais de me positionner, de ne pas me montrer indécis au risque de révéler une faille potentielle. C'était un exercice délicat auquel je m'étais prêté avec bien des difficultés, ayant toujours pour habitude de tout remettre en question, de tout étudier une seconde fois avec une attention renouvelée. J'étais ainsi, dans la réflexion... Et avec le temps, je m'étais rendu compte qu'elle en faisait de même mais masquait simplement bien mieux ses doutes que je ne parvenais encore à le faire. Si bien que je ne m'apercevais que maintenant à quel point elle en nourrissait au sujet des Lannister...

- Alors il ne tient qu'à nous de leur faire croire qu'il l'est, indispensable.

J'abondais dans son sens, lui rendant un mince sourire avant de partir sur un autre sujet, tout aussi délicat, mais totalement différent. Les Lannister encore... Sauf que ce n'était plus une affaire de politique, mais de cœur. Je craignais la réaction qu'elle pouvait avoir à cette annonce, persuadé qu'elle le verrait d'un mauvais œil même si elle ne pouvait être que sensible au miroir de sa propre relation avec mon père... Tout du moins je l'espérais. J'aurais voulu préparer plus savamment un argumentaire pour lui faire valoir mon intérêt personnel, mais je n'en avais pas eu le temps. Je n'étais pas bien doué pour l'improvisation. Je m'en rendis vite compte devant l'air mitigé qu'elle affichait, trahissant autant de contrariétés que d'amusement. Je savais encore moins sur quel pied danser, même si mon regard resta rivé au sien, inflexible comme je l'étais en cet instant.

Je l'écoutais sans l'interrompre, parler de mon père et d'elle... Je sentais le "mais" arriver avant même qu'elle ne le prononce, ce fut bien pire quand elle pensa utile de me rappeler qu'elle voulait le meilleur pour moi. Une légère contraction dans ma mâchoire indiqua que je n'allais pas aimer la suite.

- Et pourquoi pas, mère ? Que perdrait les Lannister à marier leur cadette plutôt que l'aînée ? Rien. Rien du tout. Ils garderaient même le meilleur parti pour d'autres. L'ordre de succession n'a qu'un réel intérêt quand il s'agit de représentants masculins. Je vous demande simplement, à vous, de faire une concession. Et si vous désirez vraiment le meilleur pour moi, vous le ferez.

Je pris une longue inspiration. J'étais calme encore, mais pas idiot. C'était peut-être la première fois que je lui opposais une quelconque résistance et refusait de me ranger à son avis éclairé. Elle n'allait pas apprécier. Je ne comptais pourtant pas rendre les armes aussi aisément, déterminé à obtenir ce que je voulais. Elle avait tort. Qui veut peut et qui ose fait.

- Si vous comptez amorcer les négociations de suite, vous ne verrez donc pas d'inconvénients à ce que je vous accompagne et y participe en tant que Roi du Val et de la Montagne. Il me paraît naturel d'être présent pour des discussions d'une telle importance, surtout que l'occasion me manquera de rencontrer le couple Lannister quand vous serez dans le Nord.

Je marquais un silence, ne la lâchant pas du regard. Je voulais qu'elle se rende compte que je ne courberais pas l'échine, pas cette fois. Et si elle me refusait ce droit bien légitime, rien ne m'empêcherait d'œuvrer de mon côté pour nuancer sa proposition... Même si j'aimerais autant éviter d'envoyer deux sons de cloche différents aux Lannister parce que nous ne serions parvenus à un consensus. Elle allait devoir se faire une raison et se rendre à l'évidence : J'étais déjà roi. Je pouvais prendre certaines décisions par moi-même. Ce n'était pas de gaieté de cœur que je rétorquais, sur un ton que je ne me connaissais pas avec elle et qui me coûtait d'employer :

- Mais le choix ne vous sera pas laissé, mère. S'il nous faut partir en guerre, je ne pourrais pas rester les bras croisés à attendre le retour de nos troupes derrière nos murs. Comment percevront-ils leur nouveau Roi si j'agis ainsi, alors même que père se rendait en plein cœur de la mêlée ? Quel crédit notre peuple pourrait-il m'accorder ensuite ? Il n'est pas question de partir guerroyer mais de diriger comme vous m'avez appris à le faire, et ne pas ruiner vos efforts. Si vous désirez tellement que je prenne en compte vos considérations personnelles, faites-en de même pour les miennes.

On laissait de côté mon cas pour se pencher sur celui de mon plus jeune frère. J'avais appris qu'il était plus aisé de faire passer ses idées en concédant sur des points où l'on était prêt à le faire... Je ne fis donc aucune difficulté concernant Jonos, lâchant d'un ton entendu :

- J'essaie de lui apprendre autant que je le peux, dès que le temps me le permet. Je peux lui demander d'être davantage présent à mes côtés... C'est entendu.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Mer 4 Nov - 18:05

Les premiers sujets que nous avions abordés étaient certes délicats, mais ils avaient été finalement réglés rapidement, et avec peu de vagues. Ronnel et moi partagions tout simplement le même point de vue, et il n'avait fait que profiter de mes conseils et confirmer mes affirmations. Nous en arrivions cependant à un point plus sensible, que j'avais amené dans la conversation... Et qui n'en n'était pas moins un des plus importants. Je ne m'attendais pas aux réponses qu'il m'avait fourni, c'était évidant, et je ne me gênais pas pour lui montrer ma surprise. Et ma réserve. Je n'avais pas vraiment réfléchi, en pensant à cette possibilité de mariage, à l'une des deux princesses en particulier. Et la raison était plus qu'évidente : je ne m'attendais pas à ce que ce sujet ci en particulier soit un point important à ses yeux. Apparemment, même en étant une mère protectrice comme je l'étais, certains éléments étaient arrivés à passer entre mes filets. Oh, cela me faisait bien sourire au fond ; nous avions tous été jeunes et nous savions tous ce qu'était un amour de jeunesse. Mais là... Je lui donnais une possibilité de concrétiser cet amour, alors forcément, il la saisissait. Je n'aimais pas être prise de court, non plus, encore moins par mon propre fils. Sachant déjà que l'idée de le marier à un si jeune âge ne m'enchantait guère... La manière dont il réagissait et dont il voulait m'imposer son choix ne ressemblait en rien à ce que j'avais imaginé pour cette discussion. Tant pis. Je sais m'adapter.

Il m'écoute avec attention, et je ne le lâche moi même pas des yeux. Je ne peux lui mentir entièrement, et ne le ferais pas ; Jehan et moi avions été les deux mariés les plus heureux de notre génération, pour ne pas dire de plus. Et je voulais le bien de mes enfants, oui. Mais je n'étais pas dupe non plus ; me prendre ainsi par les sentiments ne marchait pas à tous les coups. Et je le lui faisais savoir. Il ne lâche pas l'affaire. Je le laisse parler, sentant bien à la fin de sa première prise de parole qu'il n'avait pas fini. J'avais été tenté de l'interrompre, mais m'étais retenue. Il avait le droit de s'exprimer, après tout. Cette opposition ne m'était pourtant pas familière et ne me plaisait guère, mais qu'y pouvais-je ? C'était quelque part de mon fait. Je l'avais formé à réfléchir par lui même, à exposer son point de vue, ses arguments, à s'affirmer. J'aurais dû me douter qu'il allait finir par le faire avec moi, aussi. Mais je n'y étais pas forcément prête.

Je le fixe, un air désapprobateur, mais n'ouvre la bouche qu'une fois qu'il eût finit, me demandant, bien que ce n'était pas réellement une question, d'assister aux pourparlers que je comptais amorcer sous peu.

« Bien. Mais avant, j'aimerai savoir : que comptes tu leur dire ? Je te rappelle qu'un mariage de cette importance est avant tout une affaire d'alliance stratégique. Leur annoncer que tu souhaites épouser leur fille cadette car ton cœur est tout entier à elle, et même si cela est par hasard réciproque, ne me semble guère une très bonne manière d'obtenir ce que nous souhaitons. Tu en conviendras. »

Non, je ne pouvais lui refuser de venir avec moi. Cependant, il savait très bien que je n'avais guère l'habitude que quelqu'un d'autre mène les discussions pour moi ; s'il voulait avoir son mot à dire, il fallait que cela aille dans notre sens. Qu'il trouve une manière de demander Nyméria plutôt que Mégara pour consolider l'alliance entre nos deux pays, et nous verrons. Mais d'emblée, cette soudaine révélation me laissait sceptique. Son regard ne me lâchait pas, toujours pas. Nouveau sujet de désaccord, peut être plus contrariant encore. Pour moi, il n'avait tout simplement pas son mot à dire sur le sujet. Il était mon fils, mon enfant, le fruit de mes entrailles, il était certes Roi, mais je restais sa mère. Quoi qu'il arrive. Il ne pouvait m'imposer cela. Son ton me déplait fortement. Et son allusion à son père encore plus. S'il savait, si seulement il savait... Là encore, je me retiens de lui couper la parole. Qu'il s'estime encore heureux que je le laisse s'exprimer jusqu'au bout, car je ne me serais pas gênée face à quelqu'un d'autre.

« Oh. Je vois. Tu me demandes donc d'envoyer mon fils de quatorze ans se faire tuer sur un champ de bataille, alors que j'y ai perdu mon mari il y a à peine deux ans. Evalue un peu mes considérations personnelles s'il te plait, avant de parler. Et ton Père, laisses moi te rappeler qu'il avait plus de vingt ans lorsqu'on lui a mis une couronne sur la tête, et qu'à ton âge, il n'avait encore tué aucun homme. Mais passons. Il n'a rien à faire dans cette discussion. Imagine l'état du Royaume si tu péris. Jonos a dix ans. Dix ans, Ronnel. Et les vautours regardent déjà le Val comme un festin. Ce serait l'occasion rêvée pour nous écraser. Sans parler de mes sentiments de mère. Ta vie est importante, et on ne peut se permettre de la jouer maintenant. »

Je ne pouvais comparer Ronnel à Jehan. IL était certes son fils, et d'ailleurs, je le reconnaissais tout à fait dans son discours, mais... Mais Ronnel était jeune, son frère qui devrait prendre la relève l'était encore plus. Ce n'était pas comparable, non, vraiment pas. Je soupire, avant de reprendre :

« Je comprends tes arguments et ta volonté. Tout cela est noble, je ne peux le nier. Mais essaye aussi de comprendre mes arguments à moi, s'il te plait, en dehors de mes considérations personnelles. »

Je haussais les épaules.

« Laissons cela de côté pour le moment. Nous nous querellons pour une éventualité devant laquelle nous ne sommes même pas. Nous en reparlerons lorsque le moment sera venu de prendre les armes ; en attendant, tâchons de le repousser encore un peu. »

Non, je n'aimais pas me disputer avec lui. Je le faisais parce que je devais le faire, mais si nous pouvions éviter... Et comme je le disais, nous n'étions pas encore dans l'obligation de prendre les armes. De nous protéger, de nous tenir méfiants et attentifs à tout mouvement, oui. Mais pas de lever une armée dont le Roi devrait prendre la tête. J'acquiesce, concernant Jonos.

« Bien, dans ce cas. Espérons que cela finira par porter ses fruits. J'essaierai de lui parler, aussi, pendant le voyage, et de voir si qui pourrait être fait qui lui plaise. En tout cas, il a eu l'air d'apprécier ces jours à Goeville, non ? »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Lun 16 Nov - 0:43


Tout me semblait subitement affreusement complexe. Elle et moi ne devions pas nous attendre à ce que la discussion prenne cette tournure. Je ne m'étais préparé, à aucun moment, à la perspective du mariage. Ce fut au fil de la discussion que Nyméria s'était imposée comme une évidence pour moi. Nous avions un intérêt stratégique certain à nous lier aux Lannister... Et j'avais un intérêt personnel à ce que ce soit elle plutôt qu'une autre. J'étais convaincu de faire le bon choix, même si cela signifiait s'opposer à l'avis de ma mère qui, de toute évidence, condamnait mon comportement. Je ne me souvenais pas lui avoir tenu tête auparavant. Il était rare que je reste borné dans mes raisonnements, cherchant sans arrêt à appréhender tous les scénarios possibles. En cet instant, je n'en voyais qu'un seul qui me conviendrait... Et il était trop tard pour rebrousser chemin. Impossible de flancher maintenant.

- J'en conviens. Je sais pertinemment que les enjeux stratégiques sont d'importance et que, peu importe à qui va ma préférence, nous ne pouvons nous permettre de mettre en danger un accord futur pour des considérations personnelles.

Je lui rendis un regard résolu, la fixant longuement. Elle devait le savoir : Jamais je ne mettrais le Val en danger pour satisfaire mes propres intérêts. J'avais tenu bon, ces deux années, parce que je savais exactement ce que l'on attendait de moi. Je devais être ce Roi capable de prendre la tête du Royaume, et dont elle serait fière, même s'il en était tout autrement à l'heure actuelle. Je grimaçai. Je réalisais qu'elle était loin d'avoir tort.

- Je leur dirais que nous émettons une seule condition à ce mariage. Etant donné qu'ils ont deux filles en âge d'être mariées, le choix peut m'être laissé. Je rencontrerais Megara Lannister et Nyméria Lannister afin de définir qui sera la future Reine du Val et de la Montagne. C'est une occasion en or pour eux, pourquoi ferait-il la moindre difficulté sur ce qui sera, à leurs yeux, qu'un détail à résoudre ?

Elle cédait du terrain, ce qui m'étonnait un peu, mais me soulageait aussi. Je n'avais aucun mal à sentir les reproches dans ses paroles... Au moins ne rejetait-elle pas tout en bloc et acceptait que je sois présent pour ces négociations. Si je voulais avoir mon mot à dire, je n'avais pas eu d'autres choix que de lui imposer ma présence. La partie n'était pas pour autant gagner, il me faudrait encore négocier âprement.
Je n'avais pas réellement songé que mes déclarations suivantes soient plus encore difficiles à digérer pour elle. Je restais quelque peu interdit devant la colère qui couvait derrière ses paroles, à même de souffler ma résolution. Je repris, avec un calme qui n'était qu'apparence et ne devait pas réussir à la tromper :

- Il n'est pas question d'aller se faire tuer... Seulement de diriger, comme il le faudrait dans de pareilles circonstances. Je ne pourrais pas toujours rester derrière ces remparts, mère. Mais j'espère que nous n'aurons pas à mener une autre guerre avant plusieurs années, car nous le savons bien, nous ne sommes pas encore prêts à une telle éventualité. Je ne vais pas chercher à me rendre au front à tout prix. Je suis d'accord, travaillons plutôt à ce que ce front n'ait pas lieu d'être.

Je ne savais pas ce qu'elle s'était imaginée, mais elle avait raison : Il était encore trop tôt pour évoquer de telles hypothèses. Je craignais pourtant de devoir prendre des décisions difficiles pendant qu'elle serait dans le Nord, en voyage diplomatique. Le Noir et les Dragons allaient répandre le sang aux portes même de notre royaume et rien ne nous certifiait que le Val serait réellement épargné. Je préférais garder ses pensées sombres pour moi, parce qu'elle avait sans doute eu les mêmes et s'attendait peut-être au pire de ma part dès qu'elle se déciderait à partir. J'avais envie de lui dire que j'étais désolé, que je ne comptais pas raviver de vieilles blessures... Mais je me contentais de ce silence lourd, de fixer le mur plutôt qu'elle. Les mots ne sortaient pas. M'avait-on si souvent reproché de m'excuser pour que je sois incapable de le faire ou l'origine de ce malaise était-elle ailleurs ? Je n'avais tout simplement pas l'habitude que nous haussions le ton ainsi. La tension avait pourtant fini par retomber. Etonnement, c'était bien en parlant de Jonos que nous étions plus légers. J'hochai la tête, réintégrant la réalité.

- Oui. Ils lui ont permis de faire de nombreuses découvertes en apportant tous ces horizons si lointains et étrangers directement sur nos terres. Le Nord risque de lui paraître terne en comparaison, mais le mariage en vaudra le détour.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Ven 20 Nov - 18:46

Je ne savais trop comment prendre cela, finalement. Je ne m'y attendais tout simplement pas le moins, du monde, mais bien sûr... J'aurai pu me douter que cela arriverait un jour. Voler de ses propres ailes, n'était-ce pas justement ce que je tentais de lui apprendre ? Mais sur ce sujet là, non. Il m'avait aussi semblé lui avoir dit nombre de fois ce qu'était un mariage, et l'importance qu'aurait le sien. Ainsi que l'importance de notre alliance avec les Lannister, qui devait perdurer, mais cela allait de soi. J'étais étonnée, surprise, et je le prenais forcément de manière négative. Parce que je me rendais compte que j'étais sûrement passée à côté d'une ou deux petites choses lors de la visite des Lannister aux Eyrié, il y a bien longtemps, seul moment où les enfants avaient pu se connaître... Et maintenant, il voulait faire jouer un amour de jeunesse ? Nous en avions tous eu, sauf peut être moi, trop occupée à tenter d'échapper à mon bourreau. Mais passons. Mon passé ne regarde plus que moi désormais, et c'est de mon fils que nous parlions. De son avenir à lui, et de celui du Val. Il ne pouvait mettre en péril nos négociations avec l'Ouest en faisant l'exigeant sur le choix de la mariée. Je gardais une bonne impression de Megara, autant quand elle était petite que lorsque je l'avais revue il y a peu, et j'étais sûre qu'il ferait une parfaite Reine, avec le temps. Oh, je ne doutais pas de Nymeria non plus, mais Jordane avait plus de temps pour lui trouver un époux, je ne savais pas même si elle était en âge ou non. Je lui cède pourtant sur un point, mais il sait bien que le laisser assister aux négociations est loin d'être signe de victoire. J'ai l'habitude de mener, et les habitudes restent dures à changer. Sans compter que pris par l'amour -si véritable amour il y avait réellement- je doutais que son argumentation pour les convaincre soit totalement pragmatique. J'avais moi aussi été folle amoureuse... Je savais ce que cela signifiait.

Il restait résolu, et voulait me donner l'impression de garder les pieds sur terre. Bien sûr, il n'était ni dupe ni le dernier des idiots. Il grimace, et je ne bronche pas. A lui de me dire. J'ai exposé ce que j'avais à exposer, la balle est dans son camp... Et ce que je lui demande n'est guère aisé. Mais j'attends. S'il veut vraiment, qu'il trouve. On dit que l'amour donne des ailes...

« Emettre une condition implique déjà qu'ils acceptent une union matrimoniale entre nos deux maisons, ce qu'il nous faut déjà savoir. Bien sûr, ils y auraient nombre d'avantages, mais je préfère ne pas m'avancer, et émettre une condition avant même qu'ils aient accepté me semblerait une mauvaise manière de commencer. Tu ne trouves pas ? »

Je marquais une pause, avant de reprendre :

« S'ils acceptent, alors je pourrais sûrement te laisser parler. J'espère au moins pour toi que tes sentiments sont réciproques. Mais une autre question, avant... Jordane était elle plus au courant que moi que nos enfants avaient tissés un peu plus que des liens amicaux ? »

Il ne saurait peut être pas y répondre. Sûrement, même. Mais il fallait que j'en sache plus, vraiment. Je n'aimais pas avoir l'impression d'être restée aveugle pendant des années, et que ce soit mon propre fils qui me l'apprenne. Mais ce sujet là semble bien futile, à côté de celui sur lequel Ronnel se jette ensuite.

Je lâche un rire jaune, alors qu'il me dit que non, il n'est pas question d'aller se faire tuer... Je pensais pourtant que la mort de son père lui avait apprise une ou deux choses sur la guerre. Mais en tout cas, de son père, il avait la détermination et l'honneur. Je ne pouvais que lui reconnaître cela et en être fière... Espérer que cela ne le conduirait pas aussi rapidement au même point que Jehan. Je me contente d'une moue peu convaincue, mais ne rebondis pas. Nul besoin d'en rajouter, passons à des sujets plus actuels.

« Tant mieux alors. Tant mieux. J'ai l'impression d'avoir été encore moins là pour lui qu'aux Eyrié, mais heureusement que tu étais là, aussi. Le Nord lui changera, certes... Mais il y aura divers horizons, également. Si Torrhen Stark laisse un peu la main à Jordane, je suis persuadée qu'elle ne lésinera pas sur les moyens ni sur les invités. Et il découvrira un nouveau paysage. J'aurai vraiment aimé que tu viennes... Il faut que cette alliance soit solide, et qu'elle contribue à préparer notre avenir. »

Et ils sont notre avenir, tous les deux.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Lun 23 Nov - 22:59


Je gardais le silence un temps, la fixant avec une ombre de suspicion dans le regard. Je la trouvais subitement bien conciliante, alors que la colère couvait peu de temps auparavant. J'étais incapable de dire si c'était bon ou mauvais signe. Elle pensait certainement me connaître par cœur et n'appréciait pas être détrompée à ce propos. Parce qu'elle m'avait forgé pour être Roi et se rendait peut-être compte que son travail n'était pas si parfait... Qu'en savais-je vraiment ? Pourquoi serait-elle étonnée de mon comportement ? Après tout, elle avait fait en sorte que nos rapports se modifient avec le temps, d'une mère aimante elle était devenue un mentor exigeant. Il lui arrivait parfois de revêtir l'un ou l'autre de ces masques sans que je ne parvienne correctement à faire la différence, encore maintenant. Moi aussi, j'avais l'impression de ne pas si bien la connaître, alors qu'elle était ma propre mère. Beaucoup de choses avaient changé ces derniers temps, et elle n'était pas ma confidente. Nyméria l'était. De cela, elle n'avait pas eu conscience... Craignait-elle qu'elle ne m'écarte du droit chemin ? Je devais lui prouver que non. Faire mes preuves avec elle, encore et toujours cette même rengaine.

- Bien entendu. Nous allons tout d'abord leur faire cette proposition, proposer une alliance matrimoniale, et voir s'ils sont intéressés avant d'établir plus clairement les termes du contrat. Il ne s'agirait pas de brûler les étapes.

Je lui concédais ce point, même si je restais méfiant. Oui, méfiant, envers ma propre mère. Je n'avais aucun mal à me rendre compte qu'elle le voyait d'un mauvais œil mais j'espérais sincèrement qu'elle ne soit pas capable de s'engager auprès des Lannister en mon nom sans me consulter, après ce que je venais de lui révéler. Je lui avais fait comprendre que ce n'était pas qu'une lubie, mais bien une résolution ferme de ma part. Je ne lui pardonnerais pas le moindre coup dans le dos maintenant que nous étions au clair.

Nous en venions à parler de la position de Nyméria, ce qui me semblait plus délicat à aborder sans lui en avoir directement référé. Mon regard dévia de sa trajectoire alors que je me remémorais nos derniers échanges, ici, à Goeville, et nos nombreuses lettres échangées. Pleines de promesses...

- Oui, bien sûr qu'ils sont réciproques.

J'avais lâché ces quelques mots sans l'ombre d'une hésitation. A l'évocation de Jordane, par contre, je cernais bien plus aisément ce qui la dérangeait, dans le fond. Elle n'aimait pas être la dernière au courant, sans se rendre peut-être compte qu'elle était la première.

- Nous sommes restés dans la confidence, mère. Elle attendait le bon moment, tout comme moi. Je n'ai pas la moindre idée de comment réagirait Jordane Lannister à cette nouvelle, et je crains bien que Nyméria non plus.

Je marquai un silence, parce que ça m'importait de savoir ce qu'elle en pensait, de par la proximité qu'elle avait toujours maintenu avec la Reine du Roc. Je n'étais pas encore certain qu'elle soit de mon côté, mais je serais rapidement fixé. A moins qu'elle ne me laisse entièrement me débrouiller, puisque j'étais le seul à qui cela tenait à cœur. Tant qu'elle ne jouait pas une autre partition...

Je gardai le silence à l'entente de son rire, qui n'avait rien d'amical. Je ne comptais pas me batailler avec elle sur tous les sujets. Je n'en voyais clairement pas l'utilité, alors autant ne pas envenimer la situation en relançant le sujet. Une chose à la fois. Surtout que ça ne m'avait jamais paru aussi compliqué de m'adresser à elle... Et pourtant, ces derniers temps, la difficulté était déjà souvent de taille.

Je lui adressai un sourire sans joie, de circonstance mais presque amer, quand elle me détailla les événements à venir dans le Nord.

- Moi aussi, j'aurais bien voulu venir. Je ne doute pas que Jonos saura s'amuser.

J'étais plus acide qu'escompté, mais résigné aussi. J'aurais aimé aussi découvrir de nouveau paysage, quitter enfin un peu le Val et voir le monde... J'aurais eu l'occasion de revoir Jon dans son propre royaume, et peut-être même Nyméria. J'enviais vraiment mon frère, et elle ne devait pas avoir conscience à quel point pour me décrire plus en avant les bénéfices de ce voyage. Peu importait, finalement. Je devais lui montrer que j'étais prêt à faire un certain nombre de sacrifices pour le Val, encore plus maintenant que jamais. Je n'allais pas me plaindre, ni quémander. Je m'abstenais et restais à ma place.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Sam 28 Nov - 16:34

Je tentais de m'adoucir un peu, mais restais pensive. Il n'avait après tout pas mérité que je le blâme. C'était plutôt moi, qui le méritait. J'avais soudain l'impression d'avoir été négligente, et d'être passée à côté de la moitié de la vie de mon fils, qui me prenait de court en me la révélant aujourd'hui. J'aurai dû être plus attentive, mais peu importe. Ce qui est fait est fait, et j'étais devant le fait : mon fils était épris de la seconde princesse du Roc, jeune fille extrêmement fière, et déjà peu amatrice des convenance lorsqu'elle était petite. Pour cela aussi, peu importait. Surtout, j'avais sûrement été trop protectrice, et l'étais d'ailleurs encore. Protectrice, mais tout en réussissant à passer à côté de l'essentiel... J'avais toujours eu du mal à m'habituer à l'idée que mes enfants puissent voler de leurs propres ailes, bien que c'était ce à quoi je les préparais depuis la mort de leur père. Je ne pensais pas que cela arriverait aussi tôt, et oui, cela me faisait mal. Je devrai être heureuse pour lui, s'il pouvait être heureux avec elle, mais je ne voyais que le fait qu'il m'échappait. La preuve que je ne pouvais être toujours là pour tout savoir, veiller sur lui et le guider. Et ce n'était que le début, j'en avais conscience. Je n'y étais pas prête. Je restais pensive, encore, sans pourtant cesser de le fixer. Je lui cédais un peu de terrain, après tout, mais je ne comptais pas me plier devant chacune de ses exigences.  IL est aussi bon pour un souverain de rencontrer des obstacles. Surtout lorsqu'on est aussi jeune, et pour une telle chose que l'amour. Cet amour qui avait fini par me briser...

« Bien. Au moins, nous sommes entendus sur ce point ci. S'ils ont un moment de disponible avant leur départ, tu pourras venir. »

J'insistais doucement sur le « venir ». Il savait que je n'étais pas femme à me laisser faire, encore moins avec lui. Je ne pouvais plus être celle que j'avais été avec lui lorsqu'il était petit, et cela me peinais. Mais il le fallait. Depuis le temps, j'avais assimilé ce fait. Je le regrettais, oui. Je regrettais tellement de choses... Mais on n'avance pas, avec cela. On ne fait que regarder derrière, or, on ne peut modifier la route parcourue. Je lui posais la question des sentiments de Nymeria, bien que je sentais que je connaissais déjà la réponse. Il fallait que je l'entende de sa bouche... Et je l'entendis. Simple, direct. Son regard fuyait le mien, mais je ne le lâchais pas. Il ne fuirait pas, pas maintenant, pas après ces aveux. Je ne réponds pas, n'acquiesce pas. Reste de marbre. J'esquisse un sourire pas vraiment amusé, alors qu'il m'affirme que ni lui ni Nymeria ne savent comment réagiraient Jordane.

« Eh bien, vous n'aurez plus à attendre bien longtemps avant de le savoir. Tâchez de bien vous y prendre et d'être convaincants. Elle connait sa mère. »

Et moi aussi, je la connais. Et toi, tu connais la tienne. Je n'allais pas aller plaider la cause des amours de mon fils auprès de mon amie. Je me doutais de sa réaction, au moins de sa surprise. Nos enfants ne se rendaient peut être pas compte à quel point nous pouvions nous ressembler... Tant mieux, dans un sens.

Quelle belle discussion, pleine de désillusions. Je pouvais m'en douter. Mais entre prévoir et entendre directement les mots de la bouche de son fils, il y a un monde. Je préfère écarter le sujet de la guerre. Nous nous sommes assez disputés pour ce soir, je n'ai pas à cœur de lutter sur tous les fronts. Je perçois son amertume, alors qu'il me répond à propos du voyage dans le Nord. Je me force à rester de marbre. Oui, cela attriste la mère. Mais la Reine sait ce qui est nécessaire.

« Ne m'oblige pas à me répéter. Je t'ai déjà donné les raisons de ce choix, et elles me semblent évidentes. Il est en outre temps que nous voyons comment tu te débrouilles, avant que ce ne soit trop tard. »

Avant que l'essai ne soit plus permis. S'il voulait s'imposer et voler de ses propres ailes, qu'il commence par faire ses preuves. Je lui en offrais l'occasion. Et lorsqu'on règne, ses désirs personnels doivent passer en arrière plan. J'hésitais un instant, avant d'ajouter :

« IL doit commencer à se faire tard. Tu as autre chose à me dire, pendant que nous y sommes ? »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Lun 30 Nov - 23:09


J'hochai la tête, par l'affirmatif. Nous étions finalement parvenus à trouver un terrain d'entente... Bien, elle n'était pas ravie de l'apprendre, mais qu'importe. Je continuerais de me montrer inflexible jusqu'à obtenir ce que je voulais. Elle devait en avoir conscience, car c'est un trait de caractère qu'elle n'avait eu de cesse de renforcer chez moi. Je devais savoir ce que je voulais, où je comptais aller et comment y parvenir. J'avais réfléchi, en hâte, pris de court, ce qui me convenait bien moins qu'une longue nuit à mûrir ma réflexion... Mais nous l'étions tout deux en cet instant, et donc sur un pied d'égalité. Ou presque. Elle n'avait eu de cesse de me répéter que j'étais trop jeune, même si en parallèle, elle m'avait constamment poussé à prendre mes décisions par moi-même. Nous arrivions à un point de rupture de cette balance, celle qui menaçait déjà de fléchir depuis qu'elle avait pris ce double rôle... De mère et de mentor. Pour une fois, je n'étais plus à me demander qui des deux se trouvait en face de moi. J'avais choisi d'éviter de voir ma mère, pour me protéger d'elle. J'aurais le temps, plus tard, quand cette discussion serait terminée, d'analyser scrupuleusement la situation. En attendant, je m'évertuais à ne pas faire d'erreurs qui pourraient mettre en danger ma résolution.

Je pris une brève inspiration, avant de revenir à elle. Elle était si inflexible, si impénétrable. Quelque part, c'était plus facile de l'occulter, mais je ne pouvais m'empêcher d'attendre le moindre signe de sa part, de cette mère qui avait aimé mon père et qui nous aimait encore. Nos rapports étaient devenus si complexes que je ne parvenais pas toujours à la percevoir derrière ce masque qu'elle imposait à tous, et même aujourd'hui à moi. Que dire ? J'avais l'impression qu'elle n'appréciait pas de ne pas avoir su plus tôt. Elle appréciera d'autant moins savoir à quel point Nyméria et moi nous nous connaissions bien, mieux qu'elle me connaissait elle-même sur certains points.

- Elle connait sa mère, oui. Elle connait son père aussi. Je ne pense pas que Jordane Lannister sera la première avertie, mais il ne tient pas à nous de démêler leur propre situation interne. Nous avons une proposition à leur faire sur laquelle nous nous sommes entendus. Le reste les concerne.

Je savais que Nyméria allait finir par le révéler à sa famille, pour plaider à son tour notre cause auprès des Lions. J'avais ouvert la marche et elle ne se défilerait pas. Elle était vive d'esprit aussi. Je ne doutais pas qu'elle s'adresserait en premier à son meilleur soutien, son père, avant d'en référer à sa mère. Elle ne tenterait pas d'assaut frontal, pas cette fois.

Ma mâchoire se crispa, alors que les réprimandes arrivaient bien vite. J'aurais dû me taire. Je n'avais pas pu m'en empêcher... Elle était cruelle parfois, à sa manière. C'était elle qui venait de me dire qu'elle aurait aimé que je vienne, mais inutile de faire l'enfant, surtout maintenant. Je gardais cette amertume en bouche malgré la froide résolution que retranscrivait mon regard.

- Elles sont évidentes. Le Val a besoin d'un Roi et ne peut être laissé à l'abandon, surtout par les temps qui courent.

Quand bien même la guerre se livrerait à nos portes. Je gardais mes inquiétudes pour moi cette fois. J'en parlerais plutôt avec Smaug, puisqu'il était amené à rester pour me seconder. Je lui rendis un sourire de circonstance tandis qu'elle me demandait si nous en avions fini. Il ne tenait pas à moi de la congédier, mais j'avais hâte qu'elle parte pour souffler un peu. Rien que cette pensée puisse me traverser me montrait à nouveau comment nos liens étaient devenus distendus.

- Non, pas pour le moment. Je reviendrais vers vous en cas de besoin, mère. En avons-nous terminé ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   Dim 6 Déc - 19:08

Je ne récoltais que ce que j'avais semé, en fin de compte. Cette détermination et cette résolution dans ses propos, c'était moi qui avait voulu qu'il l'aie. Il était ce que j'avais fait de lui... C'était horrible à dire, mais dans le fond, n'était-ce pas la vérité ? Je ne pensais tout simplement pas qu'il viendrait à se comporter ainsi avec moi, contre moi. Tant pis. Que pouvais-je y faire ? Peu de choses, à présent. Simplement lui faire comprendre que ses sentiments passaient bel et bien en arrière plan, et que ce ne serait pas moi qui irait plaider leur cause. J'irai plaider celle du Val, celle qui devait être celle de Ronnel aussi, avant toute chose. Peut être ne l'avait il pas bien compris ? Il me semblait que si, pourtant. Nous verrons bien d'ici peu, lorsque j'aurai engagé le dialogue avec les Lannister. Et si nécessaire, je lui toucherai à nouveau un ou deux mots. Alors que j'allais le laisser seul aux Eyrié d'ici quelques semaines pour la première fois, je voulais avoir toutes les certitudes du monde. Car tout peut être remis en question, même lorsqu'on se pense prêt pour assurer ses fonctions. Alors, il me semblait logique de vouloir prendre toutes les précautions. J'espérais avant tout qu'il ne me réservait pas de nouvelles surprises comme celle ci. Je n'aimais pas être prise ainsi de court, et qu'on ne me dise tout qu'au moment où il n'y avait plus d'autre option. Peut être ne s'en rendait il pas encore compte, mais dans la position où nous sommes, la moindre relation, la moindre parole, peut avoir des conséquences. Même à travers une chose aussi innocente qu'une histoire d'amour entre deux jeunes. Entre un roi et une princesse.

« Et ton histoire avec la princesse vous concerne. Tout est clair dans ce cas... »

Nous y étions arrivés, plus ou moins... J'étais fatiguée, extrêmement fatiguée. Car mes journées étaient longues, et car cette simple discussion avait été largement plus éprouvante que ce qu'elle présageait. J'avais réussi à me brouiller avec mon fils. Quelle serait la prochaine étape ? Je le saurai bien trop tôt. Je le vois se crisper, alors que j'essaye moi même de garder un masque de marbre. Ce masque que je dois arborer, habituellement, avec les nobles du royaume, avec les autres souverains présents ici à Goeville. Mais pas avec ma propre famille. Mais je ne pouvais faire autrement. Tout lui montrer... C'était impensable. Il lui fallait du courage, de l'assurance. Qu'adviendrait il s'il voyait sa propre mère incertaine ? Pesant, mais nécessaire. Je m'y étais faite. Il fallait qu'il s'y fasse lui aussi, et qu'il y arrive un peu mieux. Il se reprend cependant, et va en mon sens. Je me contente d'acquiescer, sans le lâcher du regard. IL est peut être temps que je le laisse respirer... Et que j'en fasse aussi de même. Dormir, car demain sera également une dure journée, et que bientôt nous reprendrons la route. La fin du tournoi, mais nous ne sommes encore qu'au début de tout. Ce n'est qu'une évidence. Et si j'étais loin d'en avoir fini... Le Val avait besoin de plus. Je me lève donc, avant de lui répondre, pour conclure cet entretien :

« Si tu n'as rien à ajouter, je pense, oui. Nous avons abordé tout ce dont nous avions à parler pour le moment. Nous aurons tout le temps de discuter à nouveau sur la route et aux Eyrié avant mon départ. Repose toi, pour ce soir, nous en avons tous besoin. »

J'hésite un instant, mais finis par me laisser emporter par un dernier petit élan maternel qui me reste. Je m'approche de lui, l'enlace un instant et lui dépose un baiser sur le crâne. Sans rien ajouter d'autre, je me détourne et le laisse seul. Je suis moi même vite de retour dans mes appartements. On me déshabille rapidement, et une fois au fond de ce lit trop grand et trop froid, je me laisse vite happer par le sommeil. J'aurai tout le temps de méditer demain matin, sachant que je serai sûrement réveillée bien avant l'aube...
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
From the shadow to the sun, only one step and you'll burn [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'
» Shadow
» Sen'tsura, magnifique spectacle. [PV: Shadow][en pause]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: