AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
"Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Mer 12 Aoû - 19:33

Nous retournions chez nous. Et malgré les festivités et autres réjouissances, j’avais senti depuis la veille au soir l’impatience des miens de rentrer. Et en toute honnêteté, j’avais également hâte. La situation s’envenimait bien trop rapidement, et si les premiers murmures que j’avais entendus m’avaient dans un premier temps fait sourire, leurs confirmations s’étaient chargées de me ramener à la réalité. Je devais absolument réagir, bien que je ne sache encore comment, si ce n’était en menant l’armée contre le royaume du Bief, ce qui bien entendu était hors de question.

Je posais la robe que je tenais sur le lit. J’avais choisi la robe bustier en mousseline et organza orange, au bustier fait de pierrerie. Autant marquer les esprits encore une fois, avant le départ.
Perdue dans mes pensées, je laissais Célène finir de faire mes malles dans un silence total, ne répondant à ses questions que par quelques monosyllabes ou hochements de tête. Elle n’avait certainement pas besoin de moi pour finaliser notre départ. Me rendant une dernière fois sur le balcon, j’observais le tumulte parmi les tentes situées plus bas. Certains étaient déjà partis, le reste étaient sur le départ, et j’arrivais à distinguer les étendards de certains dorniens se rendant sur le port rejoindre à leur tour leurs navires.
Je finis par sourire à Célène, alors qu’elle m’annonçait avoir fini. Je l’envoyais chercher les porteurs, la laissant gérer les derniers détails logistiques.

Attrapant la veste courte assortie à ma robe, mes gardes sur les talons,  j’allais une dernière fois saluer la Reine Sharra pour la remercier une nouvelle fois de son invitation et de son hospitalité. J’aurais aimé la voir davantage, mais je comprenais fort bien à quel point elle pouvait être occupée avec tout ceci.
Je ne m’attarde pas, finissant par me diriger vers le port. Cela me permettra en autre de saluer les miens et de peut-être désamorcer d’ores et déjà certaines tensions ou doutes naissant des rumeurs.
Mais en toute objectivité et bien que cela soit profondément égoïste, dans l’immédiat, ce n’est pas les tensions internes de mon royaume qui obnubilent mon esprit. J’ai ressassé une grande partir de la nuit, et depuis les aurores, ma conversation avec la reine de Peyredragon. Et bien qu’il m’ait souri et rassuré, le fait est que conclure ainsi le mariage de Roward me pèse énormément. Même sachant qu’il ne pouvait en être autrement, que ce soit avec Rhaenys ou avec une autre, même sachant qu’il en sera de même pour moi… je ne peux m’enlever de l’esprit que je viens de vendre mon petit frère.

J’inspire et redresse les épaules, confiant mon cheval à l’écuyer. « Fais-lui faire un tour avant le départ. Ce sera bien assez long pour lui après. »  
Je souris et me laisse assaillir par les nobles et autres demoiselles de compagnie, échangeant sourires et badinages légers. Elios ne me quitte pas, bien que nous soyons entourés de dorniens. Ou peut-être encore davantage pour cette raison, au vue des dernières distensions existantes. Je ne m’inquiète pour pas, peut-être devrais-je, mais non, je n’en suis pas à craindre pour ma vie parmi les miens.
Ce fut Adina qui attira mon attention sur lui, et celle de toutes les personnes alentours, avec un presque innocent et léger : « N’est-ce pas Sire Barathéon, le gagnant des joutes, qui vous dévisage de la sorte votre Altesse ? ». Tournant la tête dans la direction indiquée, je plissais les yeux, un léger sourire aux lèvres. Etait-ce un hasard qui l’avait mené jusqu’ici, ou sa sœur lui avait-elle parlé ? Il incline la tête, avant de descendre de son cheval. Si ce n’est point une coïncidence, voulait-il me parler à moi ou cherchait-il Roward ? Me doutant de la réaction de mon frère s’il avait s’agit de mon mariage, je préfère qu’ils ne se rencontrent pas pour le moment. Ils devront se voir certes, mais autant laisser passer du temps, je crois que cela est préférable et plus prudent.  
Je me tourne vers Adina « C’est effectivement bien lui. » Je leur souris. « Si vous voulez bien m’excuser, je crois que je vais aller saluer et féliciter ce preux chevalier. Et vérifier par la-même s’il est aussi séduisant de près que de loin. N’ayez crainte, je vous raconterais tout en détail. » Certaines sourient et se mettent à chuchoter. Qu’elles s’imaginent contes et merveilles importait peu.
Je leur souris avant d’avancer dans sa direction, ma garde toujours sur les talons. Je le détaille alors que j’approche de lui. Par les Sept, a-t-il toujours l’air si revêche et renfermé ?
Arrivée  près de lui, je m’incline légèrement.

« Ser Barathéon, quel plaisir de vous rencontrer avant mon départ. » Je lui souris.   « Je tenais à vous féliciter en personne pour votre victoire aux joutes. Vous avez été impressionnant, et votre victoire est amplement méritée. Mais je suppose que vous le savez déjà. »

J’observe un instant son cheval. Comparé à ceux dont j’ai l’habitude, comparé au mien, tous choisis pour leur vitesse et leur pied léger, il est démesurément énorme. Aussi noir que Kiranov, mais deux fois plus grand sans doute. Je tends lentement la main pour la poser sur les naseaux du destrier. Oh si, je me souviens parfaitement de son incartade lors des joutes, mais je suis plus prudente quand il s’agit de ma famille que de moi-même, je le sais bien. Peut-on créer un incident diplomatique avec un cheval ? La question me traverse l’esprit, et repart aussitôt. Non. Si je me fais mordre, je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même.

« Il est magnifique. Comment s’appelle-t-il ? »



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Lun 30 Nov - 16:31, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Jeu 3 Sep - 23:12

Suis-je donc trop habituée aux personnes enjouées et souriantes pour le trouver à ce point sombre ? Certes, si ça sœur lui a parlé, je gage qu’il ne doit pas énormément apprécier. J’ai beau savoir depuis que je suis en âge de comprendre que nos mariages ne seront que d’intérêts, je ne peux m’empêcher de sans cesse me demander si je prends la bonne décision. Et je déplore d’ores et déjà ce que je fais à Roward. Qu’aurais-je fais si cela avait été encore Mima ou Père ? Nul doute que j’aurais protesté. Que ce soit pour Roward ou pour n’importe lequel d’entre nous. Même sachant que cela ne changerait rien, et que j’allais de toute manière accepter, j’aurais contesté et répliqué et tempêté, en privé, inutilement et stupidement. Simplement parce que je ne saurais être autrement. Pourtant, présentement, il n’y avait que moi qui avais pris cette décision, même si j’avais longuement échangé avec Roward.
Mais lui, frère et Main de la reine de Peyredragon, à quel point a-t-il envie de hurler ? Que lui a-t-elle dit ? Est-il simplement morne ou fait-il uniquement bonne figure ? Non, je ne vais pas lui poser la question bien qu’elle me brûle les lèvres.

Il esquisse un léger sourire alors que je le salue. Devrais-je appeler cela une victoire de réussir à lui faire perdre ne serait-ce qu’un peu son côté renfrogné ?
Je souris et le félicite pour sa victoire. Mon sourire se fait un peu plus grand à ses paroles.

« Je serais bien hypocrite de dire que je n’aurais pas préféré voir un de mes frères ou même un de mes guerriers gagner il est vrai. Mais ils se sont bien défendus et n’ont pas à rougir. Vous avez gagné de haute lutte ces joutes Ser. » J’incline la tête sur le côté.   « Et de telles confrontations n’ont-elles pas pour unique but de montrer au reste du monde la puissance d’un royaume par le biais de quelques guerriers ? Davantage que pour faire s’exclamer et impressionner quelques demoiselles venues là pour soutenir leur champion ?
Vous me voyez ravie de savoir que ce but a été atteint concernant Dorne.»
 Je souris amusée. « Et je suis heureuse de savoir que vous vous entendez bien avec les miens. Anders a l’air de vous apprécier. Espérons que cela se propage aux autres membres de la fratrie Ser Barathéon. »

Une histoire de choppes de bières, de tavernes et de filles. Enfin, il faut dire que c’était la même que pour le Prince de l’Ouest. Et je n’étais pas réellement surprise qu’ils s’apprécient. Après tout, il y avait un certain nombre de similarités dans leur histoire. Même si, à priori, leur caractère était diamétralement opposé. Quant à Roward… Oui, j’espérais que cela se passe aussi bien.

Je le vois froncer les sourcils du coin de l’œil, alors que je tends et pose ma main sur les naseaux de son animal. Son bras passe sur la tête de l’étalon comme pour l’empêcher de s’emporter. Ce qui est certainement le cas effectivement, surtout au vu de la réaction de l’étalon. Mais celui-ci se contente de plaquer les oreilles en arrière. Je ne suis pas réellement inconsciente, juste un peu… téméraire… ou imprudente. Beaucoup soit. Mais c’est un cheval. Je n’ai jamais été trop prudente avec eux, même si ceux dont j’ai l’habitude sont bien moins gros. Je laisse ma main poser sur ses naseaux quelques secondes.

« Ardent. Je suis ravie de te rencontrer. » Je souris avant de lentement le caresser.
« J’ai grandi entouré d’animaux, que j’ai dressé dès que j’en ai été en âge de le faire. J’ai tendance à ne pas être fort prudente je le crains. Navrée si je vous ai fait peur en m’approchant de lui. Ce n’était pas mon intention. » Pas plus que je ne voulais m’attirer encore une fois les reproches à peine masqués d’Elios. Mais après tout…
« Oui, le nom me plait effectivement. Et ça lui va fort bien. »

Je tourne la tête vers le chevalier, un sourire pensif aux lèvres. « Mes chevaux sont tout aussi nerveux. Enfin, je suppose que c’est bien moins impressionnant chez un animal qui fait la moitié de celui-ci. Et je me suis toujours dit que c’était parce que j’étais moi-même trop vive. »  Mon sourire se fait taquin. « Mais vous n’avez pas l’air aussi emporté que je peux l’être ou qu’Ardent semble l’être. Ou est-ce un masque que vous arborez en public ? »

Je secoue la tête, avant de le regarder. « Pardonnez-moi. Je ne voulais pas me montrer inconvenante. »  
Je souris doucement.
« Et de votre côté, rentrez-vous bientôt sur vos terres Ser Barathéon ? »



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Lun 30 Nov - 16:31, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Ven 18 Sep - 13:05

Sans doute avait-il raison. Ces joutes représentaient bien davantage à leurs yeux qu’à ceux des autres. Ils avaient bien plus à y gagner que quiconque. Je sais fort bien tout ce qu’Anders et lui ont pu vouloir y prouver.

« Il est vrai qu’il s’agissait pour vous deux d’une possibilité supplémentaire de démontrer ce que vous valez, encore davantage que pour les autres participants. Je comprends fort bien, même si dans l’absolu, je répondrais que vous n’avez pas à justifier ou à prouver quoi que ce soit. » Je ris légèrement. « Ce qui est relativement hypocrite étant donné que tout le monde cherche toujours à prouver quelque chose, aux autres ou à soi-même. »  Et moi en première. Etre digne de l’héritage reçu, prouver à tous que je mérite leur confiance, me prouver à moi-même ce dont je suis capable. Je lui rend son regard. « Vous avez raison. Vous avez tous deux démontrés à tous votre bravoure et votre détermination. Espérons donc que tout ceci ait suffit à faire taire les détracteurs, ou tout du moins à les faire réfléchir. »

Je lui souris. Il ne répond pas, omettant volontairement Roward. Je ne suis pas dupe, mais je le comprends. Ce n’est point chose aisée que d’accepter un étranger au sein de sa famille. Mais s’il s’entend avec Anders, il le devrait avec Roward, n’est-ce pas ? Sauf s’il ne le souhaite vraiment pas, ce qui est peut-être le cas. Nous aviserons le moment venu.
Je  lui souris.

« Vous aurez certainement l’occasion de vous croiser à nouveau.
Et si ce n’est à Peyredragon, sachez que vous êtes le bienvenu en mes terres. Nous serions ravis et honorés de vous faire découvrir notre royaume. »


Et le fait est qu’avec le mariage, il y avait des chances pour que cette invitation se concrétise…
Mais en dehors de cela, je faisais mon possible pour ouvrir Dorne au reste du monde, et nous avions conclus de nombreux accords avec Peyredragon, c’était dans l’ordre logique des choses. Et puis, mon royaume est magnifique, quelle offense ce serait de ne point le faire découvrir.
Je ne peux m’empêcher de sourire. Certes, il aurait été malvenu de me faire broyer la main, causant ainsi un incident diplomatique, pour avoir voulu caresser un cheval. Mais il se contenta de renâcler alors que ma main passait lentement sur sa tête.
Je souris en l’entendant parler ainsi de son cheval, avant d’hausser les sourcils.

« Plutôt fougueux donc… Oui, décidemment, Ardent est un nom qui lui convient fort bien.
Ne serait-il effrayé par Méxarès ? »
Je reporte mon attention sur le cheval. « Et après on dit de moi que je suis parfois trop irréfléchie. Je n’ai point ton envergure mon beau, mais face à un dragon, je crains que cela ne change pas grand-chose. »

J’esquisse un sourire et hoche la tête.

« Ce sont des animaux incroyables. Intelligents et attentifs. Je crois que j’ai su monter à cheval avant de savoir courir. Je vous avoue que j’ai un faible pour les miens, ceux de Dorne, rapides et lestes. » Je penche la tête sur le côté et lui souris. « Si vous venez un jour à Lancehélion, je vous en confierais un et nous irons visiter ma ville et mon royaume. Ardent est magnifique, mais il s’éreinterait inutilement dans les dunes. »

Je ne pensais pas qu’il me répondrait, je pensais même qu’il s’offusquerait de ma question. Mais tel n’est point le cas. J’aurais dû m’en douter, même s’il ne semble pas avoir le caractère espiègle d’Anders, il n’a pas l’air d’être plus soucieux que lui concernant les conventions. Je ne peux m’empêcher de rire à nouveau.

« Oh non, n’en croyez rien, Anders n’idéalise personne, il n’a en aucun cas mentionné que vous étiez pondéré. Ni le contraire d’ailleurs. Il m’a uniquement dit qu’il vous appréciait et que vous aviez passés des moments divertissants ensemble… J’avoue ne pas en avoir demandé davantage de peur de la réponse. » Je secoue la tête toujours amusée. « Mais oui, il connait pire sans aucun doute. A commencer par lui-même je pense. Quoi qu’en toute sincérité, la seule de notre famille à pouvoir se targuer d’être réellement réfléchie ou mesurée est Arianne. »  Je réfléchis une seconde. « Et moi. J’essaye du moins quand je suis la princesse. Je commence à me faire à ce masque. »  

Je lui souris. Il comprendrait sans doute. Rhaenys avait changée également. Bien sûr, elle avait mûrie, et la perte de sa famille l’avait sans doute forcé à changer. Mais quand il parlait de masque que le pouvoir impose, je suis persuadée qu’il ne parlait pas que de lui.

Peut-être n’aurais-je pas dû lancer ce sujet et rester sur des questions plus légères. Pour autant, ce n’était pas une question fort cruciale à l’origine. Mais j’aurais dû me douter oui. Nous avons beau discuter sans difficulté, je suis princesse de Dorne et il est Main de la reine de Peyredragon. Des sujets bien plus délicats nous appellent. C’en est presque triste.
Je hoche lentement la tête, bien que certains termes me fassent frissonner. Je savais oui, pourtant…

« Oui, j’aurais fort à faire et peu de temps. Le roi Mern m’a obligeamment invité à Villevieille, je ne puis refuser une telle invitation. »  Mais j’aurais été absente pendant des semaines déjà, cela ne me convient guère. Je chasse l’ombre d’une missive aux désagréables nouvelles reçue le matin même. Non, sottises que tout cela. « Beaucoup d’accords ont été signés, mais je n’aurais malheureusement que quelques jours avant de repartir pour faire le point avec mes conseillers et rencontrer les personnes que je dois. »  

Je le dévisage un instant.

« Concernant la baie de la Nera…  Oui. Cela a été évoqué lors du conclave. Et lors de mon entretien avec votre sœur.
Je sais que les dorniens sont connus pour être prompts aux excès et à la colère, aussi je risque de ne point sembler très crédible, mais la guerre est-elle réellement une nécessité ?  »
 

Je vais paraître sans doute bien candide, pourtant je trouve cela d’une telle… absurdité.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Lun 30 Nov - 16:32, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Dim 4 Oct - 13:31

Mon sourire se fait plus pensif et je penche la tête sur le côté en l’écoutant parler de valeur, de mérite et de persévérance.

« Oui, je crains qu’il en soit en réalité ainsi pour chaque personne ayant un tant soit peu de responsabilités et de pouvoir. D’autant plus peut-être effectivement lorsque votre position est sujet à caution aux yeux de certains. »  
Je souris, un peu tristement. « Il est vrai que ma situation est aussi proche de celle de votre sœur Rhaenys que celle d’Anders de la vôtre. Mais même si mon arrivée au pouvoir a été… brusquée, j’étais toutefois préparée à cette éventualité…  pour ainsi dire…
Contrairement à elle si je ne m’abuse. Elle a d’autant plus de mérite à être si forte. »
 

Je ne savais si ce désir brûlant de tout ravager était réellement une force en soi, mais une partie de moi le comprenait fort bien, même si je tentais au contraire de mon côté de canaliser tout ceci chez les miens.
J’incline légèrement la tête alors qu’il répond poliment à mon invitation. Les guerriers insoumis. Si davantage de personnes s’en souvenaient, si davantage voulaient bien se rappeler ceci plutôt que d’autres détails. Certes, le côté belliqueux entre autre allait de pair avec mes guerriers insoumis. Mais tout de même, nous ne nous résumons pas à si peu. J’ose l’espérer.

Je caresse son cheval quelques instants, avant de lentement en retirer la main. Sans conteste, il s’agissait d’un animal impressionnant, bien plus que les miens, et de loin. Mais j’étais pourtant certaine de le battre à la course. J’esquisse un sourire. Comme si…

« Oui, peut-être une question d’habitude. Peut-être que le fait que son cavalier craigne moins cette créature que les autres joue-t-il aussi. »  

Après tout, la plupart des destriers finissent par s’attacher au cavalier, à lui faire confiance. Et oui, je suppose qu’à force de le côtoyer, Ardent s’habituait à sa présence… ou à son vol effectivement.
Je ris légèrement à sa remarque, répondant à son sourire.

« Même si nous ne sommes pas toujours d’accord, j’accorde grande importance au ressenti des miens. Anders vous apprécie.
Et votre compagnie est jusqu’à présent agréable il est vrai. »
 Mon sourire se fait taquin.
« Et j’aime mes terres, c’est toujours un honneur et un plaisir que de les faire découvrir Ser. »  

Pensait-il que je sous-entendais autre chose ? Je souris. Certes, il était plus que séduisant. Mais je doutais que ce fut une bonne idée au vu des récentes alliances.
Et en parlant d’Anders, je ne peux m’empêcher de rire à nouveau.

« Si cela tient juste à quelques verres, ce n’est pas bien méchant. J’ai effectivement connu pire… et eu vent de bien davantage encore.
Et je doute qu’Anders vous en tienne rigueur si vous m’en disiez trop. Il serait plus certainement à vous offrir une nouvelle chope…  »
 

Je hausse un sourcil avant de lentement acquiescer.

« Oui, Arianne se révèle une aide précieuse, elle l’a toujours été. »  J’esquisse à nouveau un sourire. « Je vous remercie de votre prévenance Ser Barathéon. N’ayez crainte, telle était mon intention. Ils sont les seuls sur lesquels je pourrais toujours compter et avoir confiance n’est-ce pas ?»  

Après notre venue au Val, nous irions au Bief. Nul doute que leur soutien me serait précieux. Et le temps s’échappait si rapidement. Aplanir la situation. Sans doute. Serait-ce possible ? Et il avait raison, sur place, nous pourrons peut-être avoir davantage de renseignements.

« Je suis plus prudente qu’il n’y parait… ou du moins, d’autres le sont pour moi… Je ne suis pas seule, mais je vous remercie à nouveau de votre inquiétude à mon encontre. »  Je souris, amusée.
« Et le roi Mern n’est pas le seul à espérer pouvoir encore sauver la paix. Je m’y échine depuis mon accession sur le trône. Contre vents et marées malheureusement semble-t-il. »  

Preuve en était de ce conclave. Qui n’avait rien amené de plus. Certes, alliances et divers traités avaient été signés, mais la situation avait-elle évoluée ? Je me demande parfois pourquoi je cherche encore à me montrer si prudente et pondérée. Peut-être aurais-je dû déclarer la guerre au Bief ou à l’Orage, comme les miens m’y avaient poussé. Cela n’aurait choqué, ni étonné qui que ce soit. Nous sommes réputés pour cela après tout. Mais je refuse de voir mon arrivée sur le trône coïncider avec des morts et le sang versé de mon peuple.

Et je dois l’avoir offensé si j’en crois son changement d’attitude. Je le fixe, mon regard se faisant plus doux.

« Je ne voulais pas vous froisser Ser Barathéon. Ma question était sans doute mal formulée et quelque peu… naïve.
Je sais fort bien ce qu’a provoqué le roi Harren. Je ne remets en aucun cas votre désir de vengeance en cause croyez-le.
Je le comprends, et pour être tout à fait honnête, je vous envie de connaître l’identité exacte du meurtrier de votre famille. »
 J’esquisse un triste sourire.
« Malgré tout… Vous savez que cela risque de tout précipiter n’est-ce pas ? Pas seulement pour vous. Mais pour tous. Pour Westeros… nos royaumes… »  

Je le dévisage et relève légèrement la tête, retrouvant quelque peu l’arrogance et le côté indocile qui définit si bien le peuple de Dorne, qui me définissaient si bien il y a seulement quelques mois de cela. Chassez le naturel hein…

« Dorne ne tombera pas. Je ne m’en inquiète pas. Nous sommes les Insoumis, et croyez-moi ce nom n’est absolument pas usurpé Ser Barathéon. Mais je refuse de voir mes terres ravagées, de voir mes enfants mourir parce qu’une guerre déclenchée par d’autres aura franchi les barrières de mon royaume. »  

Quand bien même ai-je conclu un accord avec leur royaume, quand bien même ai-je promis de fournir de l’aide, je ne puis cautionner pour autant de tels actes.
Rhaenys le sait, je ne souhaite en aucun cas une guerre. Si tel était le cas, j’aurais déjà lancé mes propres troupes contre le royaume du Bief, avec ou sans preuve.  

« Je ne voulais en aucun cas vous offenser Ser Barathéon. Je sais à quel point vos pertes ont été lourdes. Et je me rends compte que je ne vous ai pas présenté… »   J’inspire. « Je suis sincèrement désolée des pertes que vous avez subi Ser Barathéon.

Mais comprenez-moi. Je m’efforce depuis des semaines d’appeler mon peuple au calme et à trouver une autre issue qu’une guerre qui mènera autant des miens à une mort certaine.
Et tout ceci pour m’apercevoir que ce ne sont pas les répercussions des assassinats des miens qui provoqueront un tel désastre, mais que ce sont les ricochets d’actions d’autres royaumes. »
 

Je soupire et ferme les yeux une seconde avant d'à nouveau le regarder.

« Porter secours aux habitants de la Baie de la Nera est tout à votre honneur. Tout comme vouloir autant protéger votre sœur. Je le comprends et je ne peux qu’approuver.
Mais appréhendez ce qu’il en est pour moi. Je viens d’accéder au trône. Tout comme vous, je me relève de pertes douloureuses. Et déjà je contemple les prémices d’une catastrophe qui entraînera ceux que je me suis promis de protéger, sans que je n’ai nul autre choix que d’y prendre part pour sauvegarder un tant soit peu mon royaume et ses habitants. »
 



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Lun 30 Nov - 16:32, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Mer 4 Nov - 20:06

Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi enjoué qu’Anders, même en sachant que ce dernier l’appréciait. Il avait la mine beaucoup trop revêche pour ça. Pourtant, il me surprenait. Plutôt agréablement je dois dire. Il lui arrivait donc de sourire. Et je voyais derrière ce masque de prudence et de retenue ce qui avait pu plaire à mon frère. Mais il le cachait fort bien, ou du moins, ne devait guère sortir de son mutisme et de sa froideur apparente.
Les têtes dirigeantes. Je souris, presque amusée par sa réponse. Il a raison, les hommes en général ne sont jamais satisfaits et trouvent toujours à redire.

« Vous avez raison. Bien que les décisions des dirigeants aient toujours un impact pour le peuple, que ce soit en temps de paix ou de guerre. Et malheureusement, il y aura toujours des détracteurs et autres critiques, c’est dans la nature humaine. » Je me contente de légèrement hausser les épaules.
Je lui souris à nouveau. « J’espère simplement que ce ne seront pas des épreuves trop dures qui lui enseigneront ce qui lui manque. Oui, vous vous complétez bien, c’est une chance. Rhaenys a de la chance de vous avoir à ses côtés. »

Nous abordons quelques instants des sujets plus légers, plus désinvoltes. Sa monture, les dragons, et puis, Dorne. Je souris, et acquiesce. Avant de rire lorsqu’il sous-entend que… Que quoi ? Que j’essaie de le séduire ?
Je secoue la tête, un sourcil relevé, à la fois amusée et surprise.

« Le chevalier de Peyredragon est donc capable de se montrer flatteur et séducteur ? N’êtes-vous donc pas uniquement un vaillant combattant et un fin stratège Messire ? » J’incline la tête, mon regard se faisant à son tour espiègle. « Vous ne faites pourtant qu’effleurer la surface Ser Barathéon. »
Je souris. « Mais votre compliment me va droit au cœur. Mon peuple et mes terres sont tout ce qui importe. J’espère réellement pouvoir éclairer les miens. S’il me suffisait de sourire ou de rire pour cela, ma tâche en serait grandement facilitée. »

J’acquiesce d’un signe de tête.

« Je plaide coupable, curieuse je le suis. Même si je pourrais arguer le fait que les actes de mon frère, maintenant légitimé, peuvent avoir des répercussions importantes…
Mais, oui, elles sont nombreuses. Et je n’ai nullement besoin d’anecdotes ou confidences de votre part, les murmures finissent toujours par arriver jusqu’à moi. En direct de la source principale en général. »


Je ne pouvais pas réellement dire le contraire de toute façon. Nous n’avions pas de vrais secrets entre nous, même si évidemment Arianne était au courant de davantage de choses à mon sujet que les garçons. Oui, je faisais des efforts pour ne pas laisser Anders de côté et pour faire taire cette stupide jalousie qui n’avait pas… plus lieu d’être. Mais nous étions proches tous les quatre. Et cela ne changerait pas.

Et les sujets faciles laissent la place à des points plus délicats. Nous dérivons sur l’invitation du roi Gardener. Je ne suis pas la seule à me poser des questions, même si je les tais. Je n’ai pas pour habitude de parler de mes doutes à tout va. Pas toujours. Pas à n’importe qui.

« Je comprends. Et suis touchée de l’inquiétude que vous manifestez. Je serais prudente. »

Peut-être suis-je allée trop loin, ou me suis-je simplement mal exprimée. Je cherche simplement à lui faire comprendre la situation délicate dans laquelle je me trouve également. A me défendre peut-être aussi de la position que je tente tant bien que mal de maintenir.
Un sourire tenu et un léger hochement de tête, je suis soulagée. Peut-être est-il réellement aussi irascible que ce qu’il pouvait dire. Mais il faisait preuve de retenues dans ce cas en ma présence.

« Je suis donc heureuse que cela ne soit pas le cas. » J’inspire lentement. « Le roi Hoare a certes été le premier à faire preuve de… à se montrer aussi méprisable. Mais les événements s’enchaînent et bientôt tout ne sera plus que feu et sang. » Mon regard dérive sur les hommes et femmes passant à nos côtés, vaquant au quotidien de leur vie. « Il n’y a effectivement pas grand-chose à dire de plus… »

Ils ne se rendent pas compte. Pas lui, eux. Peut-être seront-ils épargnés un temps ici, dans le royaume du Val. Mais même si la reine Arrys souhaite rester neutre…
Je l’observe et réfléchis. Que lui a-t-elle donc dit ? J’esquisse un sourire.

 « Ce n’est point moi qui ait proposé cette alliance, ni même ce mariage.
Je m’étais dit neutre quelques heures auparavant durant le conclave, je voulais essayer de sauvegarder la paix, ce qui m’a valu je pense l’invitation du roi Gardener.
Et j’ai pourtant fini par m’entretenir avec votre sœur. Par prendre parti. Peut-être parce que je suis dans un sens aussi idéaliste qu’elle peut l’être. Peut-être parce que nous nous connaissions. Peut-être parce que je n’approuve pas les actes du roi Hoare. »
Je secoue la tête.
« Je serais aussi honnête avec vous qu’avec votre sœur. Non, je n’approuve pas totalement vos points de vue. Non, je ne reconnaîtrais jamais Rhaenys Targaryen comme Seigneur des Sept Couronnes. Pas plus qu’Harren Hoare évidemment. Je suis Princesse de Dorne, personne n’usurpera ni ma place, ni mon pouvoir. »
Je fixe ses incroyables yeux lilas.
« Votre sœur a un but que je rejoins. Unir les royaumes pour en garantir l’équilibre est quelque chose que je comprends et que je souhaite dans un sens.
Mais obtenir ceci par la force brute, par contre, je ne le conçois pas. Menacer et attaquer les royaumes refusant de se soumettre sous une autorité que vous vous êtes seuls octroyés sont pour moi des actes incompréhensibles et intolérables.
Dorne est un royaume indépendant, plus encore peut-être que les autres royaumes de Westeros. Mais ne vous attendez pas à ce que les autres seigneurs se contentent de mettre un genou à terre en acceptant votre domination. Jamais ce ne sera le cas. Et je les comprends. Je ne conçois pas de devoir rendre des comptes à qui que ce soit. En dehors des miens. Et certainement pas à un  suzerain auto-déclaré. »
Je soupire. « Mais nous avons besoin de paix. De stabilité. Westeros et ses habitants en ont besoin.
Comme nous en avons discutés, votre sœur et moi, la création d’un conseil comprenant tous les royaumes, sans suprématie d’aucun, serait une solution. »


Ai-je vraiment besoin de continuer ? Je n’approuve pas beaucoup de choses. Je me battrais, même contre elle, pour bons nombres de ces points. Je lève la tête alors qu’il s’approche et reprend d’une voix plus douce. Je me mords la langue, tachant de rester impassible sous ses paroles. A-t-il raison ?

« Je sais que vous dites cela pour mon bien Ser Barathéon. Votre gentillesse me touche encore une fois. Et encore une fois, vous avez raison.
Mon peuple m’exhorte depuis mon accession au trône à prendre les armes. Qu’importe contre qui en effet. Même ma famille m’y incite. Et c’est vrai. Si je n’agis pas, ils prendront malheureusement les devants. Quelques sujets passent déjà mes frontières pour se faire eux-mêmes vengeance.»

Ma mâchoire se crispe légèrement. « Je ne désignerais pas des innocents uniquement pour contenter la soif de sang des miens. Si tel était le cas, que se passera-t-il lorsque j’apprendrais le nom du véritable coupable?
C’est mon père et ma grand-mère qui ont été lâchement assassinés. J’obtiendrais justice Ser Barathéon. Je me le suis promis. Et j’y parviendrais. »

J’esquisse un sourire triste. « Je vous crois sur parole. Je sais à quel point je dois paraître naïve, ou même sotte, à vos yeux. Mais je n’agirais pas davantage de la sorte pour autant. Je ne le puis. Même si ce serait là la solution la plus raisonnable. »



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Lun 30 Nov - 16:32, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Lun 30 Nov - 15:53

Nous avons de nombreux points en communs, avec lui comme avec sa sœur, s’il était encore besoin de le démontrer. D’autres ont évidemment perdus des leurs, mais dans un état quasi constant de guerres et guérillas dans tous les royaumes, que peut-on attendre d’autre ? Et, si cela ne retire rien à la douleur infligée et ressentie, perdre quelqu’un lors d’un combat, de maladie ou de vieillesse, n’a rien de comparable avec le fait de savoir qu’une tierce personne a précisément désiré et réussi à tuer l’être aimé. A la douleur sourde du deuil et de la peine se mêle celle, insidieuse et profonde, de la colère et de la haine. Et ce besoin impérieux de vengeance et de vérité. Mais là où je n’ai que doutes et spéculations, les Targaryens eux ont une cible précise. Est-ce plus facile ? Cela les aident-ils à canaliser toutes leurs souffrances ? Peut-être un peu, je ne sais point.

Et je préfère pour le moment, tout comme lui, laisser tout ceci de côté. Je ne le connais pas pour me permettre davantage que les quelques phrases déjà échangées. Son sourire se fait plus grand à ma répartie, aussi gardais-je le mien. Et j’apprécie davantage son sourire que son air renfrogné et revêche cela va de soi. D’autant plus que j’ai l’impression de réussir un exploit ou peu s’en faut de le distraire autant.  

« J’exerce mes dons depuis mon plus jeune âge Messire. Flatter l’égo n’est guère difficile. Cela le devient davantage lorsque l’on souhaite s’en tenir à la vérité.
Vous ne vous débrouillez pas trop mal non plus n’ayez crainte. »


Et ma surprise amusée persiste alors qu’il poursuit. Je le dévisage, avant de reprendre un ton plus bas, continuant toujours mi-amusée, mi-enjôleuse.

« Le souhaiteriez-vous ?… » Mon sourire se fait plus taquin à son tour. « Nous trouverons certainement l’occasion Messire... Si vous le désirez. »

Ce n’est guère réfléchi ni même réellement prudent, même en s’en tenant à des paroles. Cela ne mettrait-il pas en danger notre toute récente alliance ? Mais après tout, il est plus que séduisant… et de mon côté, cela ne changerait rien.
L’amusement finit par prendre le dessus alors que l’on parle d’Anders.

« Ne vous en faites pas, je ne cherche pas à l’être. Je ne tiens pas à connaître tous ces secrets. »

Et alors que les sujets changent à nouveau, revenant vers des pensées et projets plus sérieux, plus profonds, je reprends presqu’inconsciemment un peu de retenue.
Je ne sais trop que penser de l’invitation du roi Gardener, même si je redoute déjà la réaction de mes nobles et de mon peuple. Mais je ne pouvais décemment refuser de m’y rendre.
Je le sens se raidir et reprendre son air taciturne alors que nous parlons du roi Hoare et des conséquences de ses actes.

« Avec des si vous pourriez refaire le monde Messire. Vous seriez mort à sa place et votre frère porterait ce fardeau. Peut-être aurait-il réussi. Peut-être aurait-il uni tout Westeros qui sait. Brûlant et ravageant les terres... Combien de morts, combien de sacrifiés y aurait-il eu en sus ?
Je ne doute pas que vous auriez donné votre vie pour sauver la sienne, tout comme mes frères le ferait pour moi. Et si cela devait arriver, je les détesterais et me haïrais davantage encore. Rien de bon n’en sortirait vous pouvez en être certain. »

Je secoue la tête et lui rend son regard. « Je l’espère également, mais j’en doute. Mon peuple n’est guère patient. »

Mon peuple qui déjà prenait les armes pour se venger lui-même. J’inspire profondément. Si je possédais réellement une quelconque preuve, la moindre certitude… Mais mise à part des querelles qui remontent à aussi loin que l’existence même de nos royaumes et les dernières paroles d’une vieille femme, je n’avais rien.
Quant à lui, visiblement, il est certains points dont il ne semblait guère au courant au vu de son attitude. Même Ardent renâcle en le sentant se tendre.

« Non. Je ne suis point naïve ou idéaliste à ce point. Je me rends bien compte que des combats et de nombreuses batailles seront nécessaires. Je sais qu’il y aura de nombreuses et innombrables morts, car la guerre est d’ores et déjà déclarée avec le Conflans.  
Mais, contrairement à Rhaenys et vous, je refuse de me battre contre d’autres. Je refuse de simplement menacer un roi et un peuple qui souhaitent uniquement conserver leur indépendance et leur royaume. Je n’ai aucun souhait de voir des villes réduites en cendres et leurs habitants tués sous prétexte qu’ils refusent d’accepter votre domination. Est-ce si compliqué à entendre ? Il ne peut y avoir de seigneur des Sept Couronnes. En aucun cas, je ne saurais le soutenir. »


Je soupire doucement à mon tour, mon regard toujours fixé sur lui. Pourquoi ai-je l’impression de m’adresser à un mur face à eux ? Que cela leur soit douloureux, je ne le conçois que trop, tout comme je comprends le désir de vengeance et la colère. Peut-être que je me trompe. Peut-être Rhaenys n’a-t-elle réellement point envie de soumettre les autres royaumes par la force. Peut-être la guerre s’arrêtera-t-elle une fois Hoare défait… ou nous… Peut-être…

« Je suis on ne peut plus d’accord. Mais les autres seigneurs ne sont pas tous retors et capable de tels actes d’ignominie. Je souhaite la paix Messire. Et je reste persuadée que la guerre et la destruction ne sont nécessaires pour l’obtenir. »

Je l’observe un instant, alors qu’il rassure à nouveau son cheval. Il reprend la parole. J’esquisse un sourire à son air visiblement inquiet. J’acquiesce lentement d’un signe de tête à ses paroles.

« Oui, leur donner une occasion de faire couler le sang, même si ce n’est point celui qu’ils désirent, pourrait temporiser de mon côté. Et vous apporter une aide précieuse. Mais comprenez qu’il me faut en discuter avec mes conseillers militaires. Et contrairement à vous, aucun de mes hommes n’est mobilisés à ce jour. Et tout le problème est là, je le crains. Le temps nous manque Ser Barathéon. Mais une fois rentrée, j’aviserai selon la situation et vous tiendrez informé. »

Cela fonctionnerait-il ? De leur fournir une échappatoire à leur colère ? Cela méritait d’être considéré.  
Je lui rends son petit sourire.

« Foi en moi ? Vous croyez ? » Ont-ils foi en moi ? Moi qui envoie les miens au Mur, moi qui m’allie aux dragons, moi qui vais en territoire bieffois ? Moi qui n’aie rien fait jusqu’à présent pour mériter quoique ce soit ? Je me rends compte que j’ai parlé à haute voix, et secoue la tête en riant, un peu désabusée. « Cet éclat comme vous dites est porté par mon peuple, pour lui. C’est uniquement dans le but de le protéger et de protéger ses intérêts que l’on m’a élevé et que je suis ici aujourd’hui. Je ne peux le perdre tant que... »

Je ne sais pas… Je soupire, et secoue à nouveau la tête. Je ne sais pas.
Il a beau dire, je le suis, naïve, de croire encore que malgré tout ce qui se trame des choses positives peuvent en ressortir, que tout n’est pas perdue, que tout est encore possible. Pourtant, j’en reste persuadée.

Il s’avance à nouveau vers moi, et nous nous retrouvons plus près l’un de l’autre que ce que les convenances exigent. Non pas que je tienne compte de la bienséance en général soit.
Mes yeux ne quittent pas les siens, alors qu’ils se font on ne peut plus sérieux. Et mon sourire qui nait, léger et presque craintif, est tout autant sincère que mes précédents.

« Oui, nous devrions y parvenir ensemble. »
Ma main se lève pour se poser sur sa joue avec douceur. « Merci Orys. Pour tout ça. »

Ma main descend, effleurant sa mâchoire alors que mon pouce frôle ses lèvres. Même si je sais que ce n'est pas forcément une bonne idée... Pour autant...
Je souris doucement.

« Mais aborder de tels sujets au milieu de la foule n'est guère prudent. Peut-être devrions-nous aller dans un endroit plus privé... si vous en avez le temps et l'envie évidemment... »

Je retire lentement ma main et l'observe, la tête penchée sur le côté, un sourcil levé. Devrais-je lui dire que je ne m'offusquerais point quelle que soit la réponse ? ... Non, le simple fait de lui proposer ainsi signifie bien la même chose non ?



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Mer 9 Déc - 10:41

Je hoche la tête, acquiesçant à ses paroles, avant d’en sourire à nouveau.

« C’est effectivement une des plus impressionnantes armes mis à ma disposition. Vous n’imaginez pas ce que l’on peut obtenir par flagornerie…
Mais si je ne peux me permettre d’être aussi franche que vous, je crains que cela ne passe guère auprès de certains nobles et autres seigneurs, j’aime tout autant éviter les simagrées et l’hypocrisie. Quand cela m’est possible. »


Et j’acquiesce d’un signe de tête alors que nous poursuivons, à grand renfort de compliments, sans doute quelque peu déplacés. Amusée, je le suis. Tout autant que tentée, je l’avoue. Oui, je saurais sans aucun doute créer des occasions. Même si cela risquait de s’avérer compliqué, nous finirions bien par nous recroiser au vue des circonstances.

Son charmant sourire disparait quand nous abordons des sujets plus sérieux, plus douloureux. Je me doute bien que parler d’Harren et de la perte des siens est douloureux. Les choses auraient-elles été différentes si son frère n’était pas mort ? Sans aucun doute. Y aurait-il eu encore davantage de morts lors de sa conquête ? Peut-être aussi également.

«  Il est encore possible d’éviter une guerre totale n’est-ce pas ? Ou suis-je là encore trop crédule de l’espérer ? » J’inspire et souris.
«  A l’épreuve des flammes ? L’êtes-vous également Ser ? »

Oui, c’était quelque peu étrange, voir dérangeant, de s’apercevoir que Rhaenys pouvait littéralement passer à travers les flammes sans en subir le moindre dommage. Certes, elle descendait de l’ancienne Valyria, mais ça n’en restait pas moins singulier.
Quant à mes dorniens. Inutile d’en dire trop. Tout le monde connait notre réputation, même sans jamais nous avoir cotoyés. Et pour ceux qui pensent qu’il est plus aisé de les gouverner que de les affronter, je les invites à essayer. Réussir à jongler avec leur besoin quasi incessant de combattre et les intérêts du royaume relevait du prodige. Et si Meria semblait y parvenir aisément, j’étais malheureusement bien loin d’avoir son talent et son expérience.
Son idée, son offre n’était peut-être pas si mauvaise. Un exutoire à défaut d’un véritable coupable…
Je hausse les sourcils.

« Me remercier ? » Je secoue la tête amusée. « Vous êtes un chevalier émérite et expérimenté, il serait sot de ma part de ne pas tenir compte de vos conseils.
Nous trouverons du temps, et un terrain d’entente. Même si je sais que vous comme nous ne reviendrons pas sur certains souhaits et procédés… »


Peut-être Rhaenys changerait-elle, se calmerait-elle. Ou peut-être avais-je mal compris. Pourtant, entre ses propres paroles et celles du roi du nord…Mais nous verrons bien. J’avais fait part de mes conditions...

« Je ne l’oublie pas. J’ai peur que votre sœur ne l’oublie dans sa soif de conquête. J’espère que cela ne sera pas le cas. »

Et qu’elle ne cherchera pas à faire plier par la force tous les royaumes. Je ne souhaitais pas davantage un Westeros placé sous une seule bannière que les autres suzerains. Ce n’était pas pour cela que je m’étais liée à elle.
Et je me rends compte tout en parlant que cela ne le concerne en rien. Que je ne peux me montrer si hésitante, si faible. Encore moins concernant le soutien et l’attachement que mon peuple peut avoir ou non me concernant. Pas plus devant lui que devant un autre. Même s’il s’avère beaucoup plus intéressant et … subtil que je ne l’aurais pensé. Ou que lui-même le laissait entendre.

Et c’est moi qui franchis les dernières lignes des convenances. Et je le fixe, mon sourire s’agrandissant, en l’entendant répondre. Heureusement que mes gardes nous cachent quelque peu, bien que cela ne change pas grand-chose à mon avis. Mais qu’importe. Il s’empare de ma main et il est maintenant si proche….

« Je vous demanderais bien pourquoi vous ne partez pas avec les vôtres, mais je vous avoue que dans l’immédiat, cela m’importe peu. » Et je ne peux m’empêcher de rire. Son manque flagrant de protocole répond au mien, et toute princesse que je suis, je préfère cela.  
« Non effectivement, la prudence n’est pas forcément le mot le plus adapté… Mais rester ici ne serait guère réfléchi pour autant. »

Je le fixe quelques secondes alors qu’il se redresse et s’éloigne à nouveau un peu.
J’avance vers lui, saisissant son bras pour avancer, reprenant ma route vers mon bateau, un sourire toujours aux lèvres.

« Pensez-vous qu’Ardent supportera de rester seul le temps que je vous fasse visiter mon navire ? Il serait dommage qu’il éborgne l’un de mes gardes dans l’attente… »

Espérons que ce ne sera pas le cas, car nous le laissons alors que je grimpe sur bateau. Mes dames de compagnie ont-elles disparues depuis longtemps ? Ou seulement lorsqu’elles m’ont vu revenir avec lui ? Encore une fois, cela ne changera pas grand-chose, le vaisseau entier sera au courant dans l’heure…

« Je crois que mes amies se sont lassées d’attendre mon retour. » Je me tourne vers lui dans le couloir menant à ma chambre, et poursuis en souriant de plus belle. « Ou  peut-être ont-elles fuis en vous voyant à mes côtés… »

Je le laisse entrer, et les gardes déjà s’éloignent. Oui, il ne pourrait aller bien loin ici. Je me tourne vers lui, l’observant une seconde. Je m’approche lentement de lui, et commence à défaire les points d’attaches de sa côte de maille. A quoi bon tenter de jouer les prudes maintenant que nous sommes dans ma cabine ?

« Voulez-vous quelque chose à boire Orys ? »  Je fais passer sa côte par-dessus sa tête, et la fait finalement tomber sur le tapis.   « J’ai du vin, de l’hydromel et de la bière sans doute… » Je le regarde, et ma main passe sous le tissu de sa chemise, frôlant sa peau, alors que la seconde se loge derrière sa nuque et l’attire vers moi. « Personnellement, je n’ai pas soif. »
Et mes lèvres s’emparent lentement des siennes.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Ven 25 Déc - 16:10, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   Ven 25 Déc - 20:42

Il est amusant de l’entendre parler de convenances, lui qui ne semble point en avoir. Tout comme Anders, peut-être a-t-il dû se battre plus que nécessaire pour défendre sa place et sa position, que ce soit par les mots ou par l’épée. Peut-être peut-il se permettre davantage de propos et de gestes de par sa situation. Ou peut-être se fiche-t-il tout simplement de la bienséance. Ce n’est point moi que cela dérangerait en vérité.

« Oh, je l’ai déjà fait. Mais j’étais alors plus jeune… avec guère plus de responsabilités qu’un possible héritage lointain…
Ces précieuses convenances sont une partie de ce qui les lie à moi, je ne peux pas simplement passer outre et mettre ainsi mes interlocuteurs face à certaines vérités dérangeantes… Je représente mon royaume, son patrimoine, son peuple. »
Je lui rends son sourire. « Quand bien même j’en aurais envie ou que je trouve cela aussi amusant que vous. »

Mon regard se fait plus dur alors que nous poursuivons. Suis-je aussi obtus que lui semble l’être ? Ou met-il un point d’honneur à ne pas comprendre ?

« Je ne ferme pas les yeux Ser. Je cherche simplement d’autres portes de sorties, s’il en est. Je sais à quel point les situations peuvent rapidement changer, se renverser pour quelques paroles ou quelques actes. » Je redresse le menton. « Pensez-vous que je n’ai pas déjà fait de sacrifice ? Pensez-vous que parce que je rêve de paix et non de morts, je compte laisser mon peuple sans défense et mourir ? Ou bien que ces assassinats resteront impunis ?  » Je secoue la tête. « Je souhaite protéger mon peuple et mon royaume. Je souhaite que les miens puissent continuer à vivre libres et comme bon leur semble. Les envoyer mourir me répugne il est vrai. Es-ce si mal ? Mais je le ferais pourtant. Je vous aiderai à combattre Harren, et je trouverai le meurtrier des miens. Ce n’est pas parce que je souhaite la paix que je ne suis pas prête à faire le nécessaire. »

J’esquisse un sourire. J’avoue que je n’aurais guère était tentée par l’idée moi non plus… Mais je n’avais en aucun cas du sang de dragon personnellement.
Quant à l’idée de laisser ses ennemis le défaire pour tester… J’espérais, bien naïvement penserait-il, que cela n’arriverait pas. Quand bien même était-il un guerrier adroit et reconnu, mieux valait ne point tenter le destin.

Et sans doute, encore une fois, vais-je trop loin. Ou bien est-ce lui… Rhaenys a pourtant à plusieurs reprises mentionné qu’elle soumettrait les royaumes si ceux-ci refusaient de plier non ? Tout comme j’ai mentionné que je ne pourrais accepter cela. Sa voix se fait plus sèche, et je me dis que cela fait également un point commun avec Roward, cette manie de vouloir défendre sans cesse protéger et défendre sa sœur. Il se braque, sans être au courant desdits engagements. Ce n’est pas tant que je remettais réellement la parole de Rhaenys en doute. Mais je savais à quel point elle désirait se venger. Je savais qu’elle souhaitait reprendre le désir de son frère et en faire une réalité. Un Westeros uni. Tout ceci, je le comprenais fort bien. Pour tout ceci, je l’appuierais.
Le point qui me chagrinait, et sur lequel j’émettais quelques réserves, était la couronne sous laquelle elle souhaitait régner. Celle des 7 Couronnes était pour ma part inconcevable. Il faudra bien qu’ils le comprennent.

Et il semble ruminer alors que nous prenons la direction de mon navire. Si quelques instants, quelques secondes, plus tôt c’est lui qui m’offrait davantage, ou qui du moins répondait plus que positivement à mes sous-entendus pas si sous-entendus, il semble plus… éloigné. Il me suit pourtant et me laisse approcher. Sans avoir ouvert la bouche depuis tout à l’heure... Mes lèvres se saisissent des siennes et j’entreprends de lui retirer sa lourde côte de maille.
J’ouvre les yeux alors qu’il me repousse contre le mur, restant assez proche pour que je sente son souffle. Je fronce les sourcils, l’observant alors qu’il … Qu’il quoi ? Qu’il réfléchit ? Je n’en sais rien. Mais il finit par me relâcher, et je  fais bouger mes épaules.
Je cligne des yeux plusieurs fois alors qu’il m’adresse quelques mots et sort sans un regard en arrière. Quoi ? Comment ? Est-il sérieux ? N’a-t-il fait tout ceci que dans l’unique but de me rejeter ? Tenait-il donc tant à m’humilier ainsi ? Est-ce donc une vengeance pour je ne sais quel affront ? Je pensais pourtant qu’il était franc et direct, c’est-ce pas ce dont il se targuait quelques minutes plus tôt ? Je serre la mâchoire et ferme les yeux. T’emporter ne changera rien… Si, cela me soulagera peut-être, mais guère plus. Qu’un homme refuse ne m’offensait nullement, je ne suis point si futile. Mais le faire de la sorte… Je sers les poings, avant de respirer lentement.
A mon tour, je sors de la chambre, chassant mon air revêche, me forçant à prendre sur moi. Faisons donc activer notre départ.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5619
Membre du mois : 12
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
"Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Regarde le soleil en face, laisse l'ombre derrière toi." [Tour I - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Etalon au coeur d'or? Ah bon... Que fera-t-il face à l'Ombre grise?
» L'ombre et le feu [Tour I - Terminé]
» « Tout le genre humain n'est qu'une famille dispersée sur la face de toute la terre. » [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: