AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Breaking Loose [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Lun 6 Juil - 22:57

Il fait un peu frais, dehors. Doux. Elle avait raison, la petite nymphette qui a pris mon bras, cheminant à mes côtés, tout sourire et tout regard de miel. Je lui ai fait plaisir en sortant. Vêtu comme un simple franc-coureur, tenue de cuir plutôt quelconque, plus une épée au côté. Il fallait tout de même que j'assure ma sécurité, et celle de ma compagne. Je savais très bien qu'en ce genre d'endroit, les bagarres d'ivrognes pouvaient très bien dégénérer et sortir gourdins improvisés et coutelas tranchants. J'étais bon bretteur, et surtout, j'étais un boucher. Aussi vif que brutal, et je n'hésitais pas à user de tous les stratagèmes pour m'en sortir en vie. Mais là, sous ces oripeaux semblables à ceux de la moitié des chevaliers sans fief ou des mercenaires qui pullulaient, personne ne me reconnaissait. Mathie attirait les regards, bien sûr, mais je le vivais bien ; je n'avais pas eu à rabattre le caquet de quiconque qui aurait eu le verbe un peu haut. Il faut dire aussi que j'avais mis du temps, pour me détendre. Je me sentais bien, pourtant, ce n'était pas le problème. J'avais toujours été boire, au milieu de mes hommes ou dans les troquets du Nord. Ce n'était pas le souci. Le souci était de le faire accompagné, de ne pas trahir les attentes de ma jeune maîtresse, de ne me montrer ni gourd ni ivrogne. Nous buvions donc, attablés à une auberge d'où provenait un joyeux tintamarre. Ici, c'était la fête. Ce que Goëville avait de mieux à offrir à ses visiteurs en cette fin de Grand Tournoi. Riant de plaisanteries grivoises, parlant d'anecdotes du passé, de rêves d'enfance qui ne se sont jamais réalisés et de quantité d'autres futilités.


Bien vite, les pintes de brune s'enchaînent et je ressens un léger engourdissement au bout de mes doigts, mes yeux me picotent légèrement et la belle me jette ce genre de regard, profond et intense, qui me fait faire n'importe quoi. Elle me demande une danse, je sens déjà que quantité de regards masculins se posent sur la donzelle. Prêts à sauter sur sa main si je ne me lève. Pourtant, ce genre de danse populaire, accompagnée d'instruments à cordes et de tout un orchestre de la roture, n'a plus été pratiqué depuis... Quoi, quinze ans ? Je crois qu'il s'agissait d'une fête de la moisson, où j'étais allé avec Sigyn. Depuis, j'étais resté assis lors de ces occasions, ayant plus le cœur à boire qu'à chanter. Mais ce soir, je n'avais pas le choix. Mathie me faisait le cadeau de sa compagnie et de plaisirs simples mais efficaces, pour m'oublier un peu avant que je ne me laisse accaparé par la mort. Je prends sa main douce et délicate dans la sienne alors qu'au cœur de l'auberge, dans un large espace débarrassé de tables et de bancs, dansent déjà quantité de couples. Il me faut un petit moment pour me rappeler des pas de cette danse, qui consiste pour une large part à sauter un peu partout et à taper dans ses mains en rythme. Il y a de brefs instants de corps à corps, et c'est lorsque les percussions les annoncent que je saisis au vol le corps leste et agile de Mathie, l'enlaçant pour la pencher en arrière et lui offrir un long baiser... Je suis essouflé, mon corps peu habitué à ce genre d'efforts là. Faites moi chevaucher ou combattre comme un damné que je serais plus en forme qu'après tous ces mouvements vifs et coordonnées. N'empêche que le baiser, langoureux, tarde. Le but est de couper la respiration à Mathie pour me donner meilleure contenance. Oui, je triche sur notre petit pari. Bien sûr qu'à l'origine, elle était moins haletante et fatiguée que moi. Peut-être plus maintenant, et heureusement, car l'enjeu était élevé.



| Alors, qui est le plus essoufflé, maintenant? |


Je ris doucement alors que je tire contre moi la jeune femme, encore à moitié en arrière. Alors que son corps est contre le mien et que mon rire continue de s'élever au milieu du tintamarre ambiant, mon regard se promène dans l'assemblée. Et mon cœur se fige.


Là, dans la foule.


Mon rire meurt et s'éteint dans ma gorge. Jeyne. Elle est là, elle me regarde. Je vois quantité de choses dans ce regard, et souffle doucement, la respiration coupée par la surprise. Et par l'appréhension.



| Alors là, ma toute belle, je crois que l'Hiver Vient pour de bon. |soufflais-je contre l'oreille de ma maîtresse





Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 11959
Membre du mois : 185
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mar 7 Juil - 15:58

Si je ne profitais pas maintenant des délices du Val, je savais que je le regretterais. Je ne savais pas ce que l'avenir me réservait. Il me semblait moins sombre que lorsque Père m'avait annoncé qu'il m'avait trouvé un fiancé, après avoir parlé avec Lyman, mais j'ignorais tout de même quel genre d'époux il serait, s'il me laisserait de la liberté ou pas. J'osais espérer qu'il ne serait pas du genre à me mettre en cage, mais peut-être me leurrais-je. Peut-être que tout son charmant baratin n'était que cela. De la poudre aux yeux pour m'amadouer et dissimuler ainsi sa vraie nature, beaucoup moins charmante. Que savais-je des hommes et de leurs stratagèmes après tout ? Mais le fait qu'il doive nous accompagner au Nord me rassurait sur un point : il ne pourrait jouer un double jeu si longtemps et en territoire hostile. S'il n'était pas sincère, il finirait bien par se trahir, non ? J'étais songeuse concernant tout cela. Concernant ce mariage et mes sentiments à cet égard. Je me surprenais à imaginer les lèvres de Lyman sur les miennes, puis sur d'autres parties de mon corps, ses mains me caressant. J'en avais envie. Et j'étais curieuse de connaître ces sensations. Il semblait doux et attentionné... Je pensais également qu'à défaut de nous aimer, nous pouvions bien nous entendre. Il était taquin, drôle, parfois moqueur, cela donnerait immanquablement naissance à des vexations et des disputes, mais rien de grave ou d'irrémédiable...

J'étais moins angoissée concernant l'avenir, mais pleine de questions que je ne pouvais pas poser. J'avais besoin de me changer les idées. Nous repartirions bientôt pour le Nord, pour l'austérité, où ce genre de festivités n'aurait plus sa place. Je voulais goûter encore un peu à l'insouciance. Ce soir, j'allais sortir un peu en ville, accompagnée de gardes naturellement. Je ne pouvais pas m'éclipser sans rien dire, au risque que ma réputation en pâtisse. Père ne me le pardonnerait pas. Et après l'épisode avec Aléinor, j'étais moins encline à penser que je ne risquais rien. Je sortirais donc avec quelques gardes du Nord pour assurer ma sécurité. Mais j'avais besoin d'air, besoin de cesser de penser.

J'optais pour une robe simple, bien que trahissant aisément que je n'étais ni une servante, ni une paysanne, sans pour autant m'indiquer clairement comme une princesse. Je mis une légère capeline, alpaguais les gardes et en chargeais un de dire à mon père que je sortais. Le temps qu'il le trouve, je serais déjà dehors, mais mieux valait qu'il l'apprenne de mon fait qu'autrement. Par quelques ragots par exemple.

J'avançais donc dans les rues de Goeville, le cœur plus léger d'entendre la musique ou de voir les gens danser. La ville était encore animée à cette heure. Les premiers ivrognes se faisaient entendre. Mais j'étais bien accompagnée, je ne les craignais pas. L'animation dans une auberge m'attira immanquablement et je pénétrais à l'intérieur, surprise par le monde et ravie de voir des danseurs. J'étais tentée de les rejoindre. Tout simplement. En profiter pleinement avant le retour. Y aurait-il ce genre de fêtes au Roc ? Les Lannister étaient-ils coutumiers de ces festivités ? Je l'espérais... J'étais frivole de désirer ainsi plus d'amusement, mais j'en avais cruellement manqué depuis la mort de Mère et je n'avais guère eu l'occasion de m'intéresser à ce qui intéressait toutes les jeunes filles de mon âge, devant très tôt m'occuper de mon petit frère et de ma famille déchirée en général. Et encore ce genre de fête était bien différente du bal de Lady Arryn. Ici, c'étaient des gens simples, des danses simples, une toute autre ambiance, tout aussi séduisante.

Je me surpris à sourire et à taper des main en rythme. Jusqu'à ce que mon sourire ne s'évanouisse et que je ne cesse de bouge,r pétrifiée alors que je reconnaissais un homme dans cette joyeuse assemblée. Un homme que je n'aurais jamais pu penser voir ici. Ni danser. Surtout danser en fait. Avec une insouciance que je ne lui connaissais pas. Mais ma mâchoire termina de se décrocher quand je vis le roi du Nord, MON PERE, se saisir de sa cavalière et l'embrasser à pleine bouche. Avec un petit quelque chose de malicieux tellement peu familier que j'avais l'impression de voir un étranger.

Qu'est-ce qu'il faisait là ? Qui était cette femme qui semblait lui apporter le sourire ? J'étais mi intriguée, mi outrée. Et jalouse. D'un côté, j'étais heureuse de voir mon père sous un autre jour. De l'autre, j'ignorais qui était cette magnifique brune avec laquelle il semblait si intime et je la voyais comme... une rivale. J'allais bientôt quitter Winterfell. S'était-il donc décidé à m'envoyer au loin pour pouvoir installer une nouvelle Dame à Winterfell ? Mon sang ne fit qu'un tour et je fendis la foule pour les rejoindre. J'allais sermonner mon père. C'était incongru, mais il allait m'entendre. Et il le savait au regard qu'il me jetait.

« Sire. »

Ma voix aurait pu charrier des glaçons que l'effet aurait été le même alors que je les toisais tous les deux.

« Je suis heureuse de voir que vous trouvez quelques avantages à cette visite dans le Val. Je ne me souviens plus de la dernière fois où je vous ai vu danser... »

Jamais.

« Et en si galante compagnie. »

Mon regard noir se focalisa sur la jeune femme que je toisais avec un certain mépris. Petite princesse outrée.

« Je n'ai pas le plaisir de vous connaître il me semble. Je suis Lady Jeyne Stark. »

Je n'ajoutais pas que j'étais enchantée, car cela aurait été mentir. Cette femme là était un insecte. Insignifiant, mais agaçant. Restait à savoir si c'était là une passade pour mon père ou quelque chose de plus important. Je priais pour la première option. Il était un homme, il avait sans doute des besoins à assouvir. Je ne pouvais me leurrer en le pensant fidèle au souvenir de ma défunte mère.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1760
Membre du mois : 12
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mar 7 Juil - 22:00

Finalement, il n'avait pas fallu user de beaucoup de force de conviction pour amener le nordien à sortir en douce du château. L'idée avait travaillé d'elle-même et c'était lui qui avait remis ça sur le tapis, quelques jours à peine après son arrivée. Mathie était ravie, elle n'avait pas menti lorsqu'elle avait parlé de lui comme d'un camarade avec qui elle aimait passer du temps. Lorsqu'il était de bonne humeur, le Stark savait s'amuser et il l'avait prouvé à maintes reprises.

Goeville était tout sauf un lieu d'amusement pourtant, elle l'avait bien compris à mesure que les jours se succédaient et que la catin passait toutes ses nuits à ses cotés, à le divertir et à essayer de gommer les idées noires qui continuaient de s'amonceler au-dessus de sa tête. Elle en avait même oublié sa mission première, réussissant à se convaincre qu'elle aurait bien le temps de voir plus tard.

Il ne lui avait guère fallu de temps pour se dérider. Probablement était-ce du à l'anonymat, à la bonne humeur de la jeune ou encore à ces pintes de bière qu'ils s'amusaient l'un comme l'autre à vider, se piquant mutuellement de ne pas être capable de finir le premier. La musique était entrainante et la catin tapait déjà du pied sans même s'en rendre compte quand elle finit par arborer un sourire mutin alors qu'elle lui tendait la main, soufflant, avec une effronterie non dissimulée.

"Alors messire, pensez-vous que malgré votre grand âge vous serez capable de survivre à ce genre de petite acrobatie sans y perdre totalement votre souffle?"

L'hésitation du nordien ne dura qu'une fraction de secondes et il l'entraina sans lui laisser même le temps de prendre son souffle, Mathie se perdant dans un rire alors qu'ils suivaient les autres couples.

La musique finit enfin par s'arrêter et, alors qu'elle avait toujours son bras passé autour de son cou, la catin laissa filer un rire joyeux, son regard se perdant un instant dans celui du nordien.

"Vous voyez, vous essayer encore de tricher. Mais comme j'y gagne moi aussi, je ne vais rien dire."

Et là d'un coup, son sourire s'effaça, comme par enchantement.
L'espace d'une seconde, la jeune femme eut l'impression de faire face à un inconnu et, s'il n'avait pas soufflé ces quelques mots à son oreille, elle se serait éloignée d'un mouvement brusque. Au lieu de ça, elle fronça les sourcils alors qu'il murmurait à son oreille.
Déglutissant, Mathie tourna le regard et se figea à son tour. Elle avait entraperçut la jeune Stark à plusieurs reprises, prenant bien garde à surtout ne pas croiser son chemin. Mais là, difficile de faire comme si rien ne s'était passé et elle ne put s'empêcher de la suivre des yeux alors qu'elle se rapprochait d'eux à grandes enjambées.

Le regard noir que lui lança la jeune lady ne la fit pas broncher et elle le soutint sans ciller, ses mâchoires se crispant imperceptiblement. Mathie avait déjà connu tellement pire et elle était habituée à ce que les femmes de haute lignée la regardent de la sorte. Mais elle ne put s'empêcher d'avoir un léger pincement au cœur à la pensée de la façon dont le Stark pourrait la regarder elle après cet échange. C'était encore quelque chose qu'elle n'avait encore jamais apprécié à sa juste valeur, le fait que le Roi du Nord n'avait jamais été méprisant à son égard.

Ne sachant toujours pas si elle devait rester proche du nordien ou s'en éloigner, Mathie opta pour un compromis en évitant le moindre contact physique avec lui, même si, pour le coup, elle aurait bien aimé sentir sa main sur sa taille, ne serait-ce que pour ne pas avoir l'impression de s'écrouler. Elle prit alors une profonde inspiration et esquissa une légère révérence à l'attention de la jeune louve.

"Lady Stark, c'est un honneur de vous rencontrer."

C'était plat, sans aucune saveur, la catin en avait parfaitement conscience. Mais elle se doutait qu'un jeu de mot ou une petite pique sur leur présence ici ne seraient pas forcément les bienvenus. Et mentir sur son identité ou son rôle auprès de Torrhen ne lui semblait pas des plus judicieux même si c'était ce qui lui serait venu spontanément, pour ne pas accabler le nordien. Alors, plutôt que de répondre à une question qui n'était pas explicitement posée, Mathie laissa échapper une moue. La situation n'était pas du tout gênante, c'était une superbe façon de continuer une soirée qui avait si bien commencé.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mer 8 Juil - 0:02

Elle fend la foule. Et je la vois Elle. Morte depuis près de dix ans. Dix ans qu'elle m'avait laissé, dans la plus grande tourmente, dans le plus grand abandon. Dix ans et mon cœur battait toujours à tout rompre. Ma petite est devenue grande, maintenant. Elle est femme. Je l'avais déjà compris, mais désormais je le sens, je le vois. Elle est digne et capable. Elle est Elle. Mon cœur bat frénétiquement, au rythme douloureux de la mélancolie, du désespoir et du besoin le plus intense de la serrer contre moi. Il a fallu cela pour que je me rende compte que ma petite, ma toute petite, ne me connaissait pas, que je ne la connaissais pas non plus. Et que l'espoir que je nourrissais que cela soit gommé par mes efforts se flétrissent devant l'urgence. Elle est devenue femme et va devenir Reine. Comme Elle. Dans les deux cas, j'aurais couronné les amours de ma vie. Propre artisan de ma propre solitude. Elle se rapproche, vive mais digne. Un garde plus loin, reste à distance. J'échange un regard avec l'homme, un vétéran des guerres du Conflans. Il a compris. Il sait, pour Mathie, comme pas mal d'autres frères d'armes de ma garde personnelle, guerriers que j'entraîne avec moi dans la peur et dans la mort depuis ma jeunesse. Il reste là où il est. Il surveille, guette les gens qui envahissent la piste de danse, pintes à la main et rires aux lèvres. Ambiance que je ne goûte plus. J'ai le goût des cendres, sur le bout de ma langue. Je vois son regard. Morne, je sais que ma petite est blessée. L'entaille est profonde. J'espère juste qu'elle n'est pas mortelle pour nous.


L'Hiver vient avec les mots de ma chair, que j'avais senti venir. Froide, dégoulinante de mépris et de rancoeur surtout, de blessure à vif pour le regard d'un père, que s'il n'a jamais connu, a néanmoins toujours compris. Comprendre... Au moins la nature des choses. Pas leur raison, pas leur explication. Pourtant, je me mets facilement à sa place. Mathie se raidit contre moi. Elle aussi a compris. Elle affronte la tempête avec courage. La jeune putain a sans doute déjà connu pareille situation, en voyant une femme trompée et jalouse débarquée sur son lieu de travail ou pire encore. Jeyne m'attaque de front. Elle se présente. Mathie a la sagesse et l'instinct de préservation. Je me sens cruellement à vif pour ma petite princesse, mais je me sens honteux. Honteux de briser ainsi, pour de bon, l'image que ma fille avait de l'amour que je portais à sa mère. Toujours vivace, mais plus secret, plus personnel que tout le reste. Honteux pour Mathie, à qui j'infligeais cette disgrâce, cette épreuve. Elle savait ne pouvoir s'élever contre une noble, et moins encore contre ma propre fille.


Je marche sur une mince piste, qui peut me faire tomber d'un côté comme de l'autre dans les flammes. Je dévisage toujours ma fille. Ce n'est pas cruauté que d'ignorer Mathie ; je ne veux pas provoquer une réaction qui rendrait les choses plus incontrôlables encore. Mon regard, triste et nostalgique, s'attarde dans les prunelles de Jeyne, y entrevoient toute cette colère, tout ce manque chez elle aussi. Mais je suis le Roi du Nord et désormais, le seul guide de mon sang. Pour le meilleur et pour le pire, je n'ai pas le choix. Les paroles de la prêtresse résonne dans mes oreilles. Le prix de mon devoir, son coût, sera sans cesse plus élevé. Pourtant, je ne suis pas insensible. Elever et éviter les blessures inutiles, cela semble parfois si difficile... j'ai déjà dégrisé, au fait. Un regard de ma fille aura suffi.



| Ma fille... Je suis désolé de la surprise que cela doit être, pour toi. Vraiment. Je suis peut-être Roi, mais je sais reconnaître mes tords devant les miens. Tu ne méritais pas de l'apprendre comme ça. |


Je me tourne vers Mathie, mais pas dans les yeux. Je ne voulais pas qu'elle se méprenne, qu'elle pense que j'ai honte d'elle ou que je nourrissais du dégoût pour sa condition. La honte, je le ressentais surtout pour moi-même. J'inspirais avant de reprendre.


| Voici Mathie Rivers, dame du Conflans. Elle n'est pas noble mais comme ton oncle, elle n'en est pas moins digne de notre compagnie. |


Ce n'était pas un reproche pour la rancoeur et le mépris qu'avaient dévoilés ma fille, je comprenais parfaitement que sa colère était avant tout dirigée contre moi. Finalement, Mathie n'était que le symptome d'une découverte qui devait lui sembler affreuse. Cependant, je tenais à mettre les choses au clair. Jeyne n'avait peut être pas encore compris que c'était une catin que j'embrassais juste avant, mais une roturière. Je tenais à ce que les choses soient claires dès le départ. Je ne laisserais pas ma maîtresse se faire insulter par ma fille. Pas par grandeur d'âme ou par amour, simplement parce que la pauvre riveraine ne méritait pas de mépris, de mon point de vue, pour s'occuper d'un homme seul et vieillissant. Parce que je considérais que l'honnêteté en famille était importante, et qu'en me réservant ce jardin secret j'avais été à l'encontre de mes propres principes. Je devais néanmoins naviguer entre la dignité de Mathie et la douleur de Jeyne. Cela ne m'empêcha pas de mettre les pieds dans le plat, désemparé par la souffrance de ma fille, chamboulé dans ma vie privée, ma vie intime, et désireux d'épargner au mieux celle qui faisait les frais de ma conduite.


| Je ne voulais pas te blesser, ma fille. Mais j'imagine qu'il est trop tard pour ça, maintenant. J'avais peur que la vérité... J'avais peur, à raison, que ton regard ne soit plus le même sur moi alors que j'essayais d'apprendre à mieux vous connaître, toi et tes frères. |


J'inspire et je me lance. Finis les faux-semblants, je suis un homme.


| Je n'ai pas trouvé quelque avantage dans le Val. C'est moi qui ai fait venir Dame Rivers, du Nord. Elle est ma maîtresse depuis un petit moment, maintenant. Je voulais qu'elle puisse découvrir la joie d'une grande ville en fête plutôt que la chambre glacée d'un vieux loup de Winterfell. |


Et enfin... Même si c'est une immense connerie, je n'ai pas le choix. J'échange un regard avec Mathie.


| Cela ne veut pas dire que j'ai oublié ta mère. Ni que je ne suis pas bien avec toi et tes frères. Je n'ai jamais voulu que l'affaire ne vous touche. Mathie m'a aidé à ce que vous n'ayez à souffrir aucune conséquence de notre relation. Elle a été bonne avec moi. Sans jamais exiger quoi que ce soit de ma part. Si tu dois mépriser quelqu'un, diriges plutôt ta colère vers moi que vers elle, Jeyne. |


Encore que c'était injuste. Sigyn, par les Anciens Dieux que j'aimais toujours, ne s'était pas gênée, elle. Quand j'étais en guerre. De la plus horrible et cruelle façon qui soit, de la plus compréhensible aussi. J'en étais toujours torturé, aujourd'hui. Jeyne me haïrait moi sans jamais rien savoir de sa mère. Pourtant, j'encaissais. Je ne voulais pas qu'en plus de considérer son père comme un satyre infidèle, elle n'en vienne à considérer sa mère comme une garce sans cœur. Il y avait sans doute un peu de vérité dans ces deux descriptions. Mais j'osais espérer que ce n'était pas tout ce que le Roi et la Reine du Nord avaient été.


[ ]





Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 11959
Membre du mois : 185
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mer 8 Juil - 1:08

Elle ne baissait pas les yeux. Cette femme me regardait et je la toisais de tout mon mépris. J'étais blessée et en colère. J'apprenais que mon père avait une liaison par hasard et cela ne me plaisait pas. Je doutais fortement que cette femme ne soit qu'une distraction de passage, rencontrée ce soir. Même si je ne connaissais pas autant mon père que je l'aurais souhaité, je doutais fortement qu'il se permette de danser et d'embrasser une inconnue, aussi jolie soit-elle. Car je devais lui reconnaître une beauté certaine. Elle avait un petit air espiègle adorable et je devinais sans peine le sourire facile chez elle. Un sourire communicatif à mon père... Un sourire et une insouciance qui ne prenaient que trop rarement vie quand il était avec nous. Avec moi... Je commençais à le connaître, et il m'envoyait épouser un héritier, m'envoyait au loin. Loin des miens que je chérissais. Il me dépossédais de mon rôle... Pour l'attribuer à une autre ?

J'ignorais qu'en ce moment précis, je ressemblais plus que jamais à ma défunte mère. Père me le disais sans cesse. Plus je grandissais, plus j'étais son portrait craché, que ce soit physiquement ou moralement. Mais ce soir, j'étais aussi outrée qu'elle avait pu l'être. Je n'avais aucun droit de houspiller le roi du Nord pour cela. Ni de lui en vouloir. Et pourtant, je prenais ce droit. Nous avions été élevés ainsi, dans la franchise. Père appréciait cette qualité. Moi aussi. Même si parfois, les mots faisaient mal. C'était toujours plus sain que la rancœur et les non dits.

La femme fit une référence, prononça quelques paroles. A sa façon de rester en retrait, d'être humble avec moi, je devinais qu'il n'y avait pas un soupçon de noblesse en elle. Une roturière. Une servante. Une paysanne. Ou une catin. J'avais l'embarras du choix, mais nous ne jouions clairement pas dans la même cour. Et si je n'avais pas pour habitude de snober le peuple, là, les circonstances étaient un peu particulières.

« Souffrez que cela ne soit pas réciproque. »

J'avais répondu avec quelque chose de cassant dans la voix. Je ne mentirais pas. Ce n'était vraiment pas un honneur de rencontrer cette inconnue sortie de nulle part. Je lui avait répondu sans la regarder, épinglant du regard mon père qui semblait vouloir être partout sauf ici. Pris sur le fait. Il pouvait aussi ordonner aux gardes de me ramener chez moi. Il n'avait pas d'explications à me donner. Comme sur le bateau, pourtant, il choisit le dialogue. Il commença par s'excuser de s'être fait prendre ainsi. Je pinçais les lèvres en comprenant que cette liaison devait durer depuis un bon bout de temps. Magnifique. Je n'étais même pas au courant. Et Jon ? Etait-il le complice de notre père ? Et Oncle Bran ?

« Je suis fort aise que vous ressentiez une pointe de regret que je découvre vos accointances pour cette personne par inadvertance. Comptiez-vous me le cacher encore longtemps ? »

Pas difficile de deviner que cela me mettait en rage. Mais pour le moment, c'était une rage froide et digne, aussi glacée que le blizzard. Je pouvais aussi rentrer dans des colères plus explosives et infantiles, mais nous n'étions pas en privé. Il se décida alors à me la présenter et mon sang ne fit qu'un tour. Une bâtarde. Du Conflant. Rien que ça. Et ce n'était pas la peine de me parler de mon oncle pour atténuer le choc de la nouvelle. Je n'avais rien contre les bâtards, ils savaient être méritants, là n'était pas le problème.

« Qu'importe sa naissance. Il n'est pas utile de me rappeler les mérites de Brandon pour me faire accepter cette fille du Conflans. »

Et j'appuyais bien que les derniers mots. Une bâtarde des terres de Harren le Noir. L'ennemi du Nord. L'ennemi de Père. Rien que cela. Elle avait du vraiment le séduire pour qu'il la défende autant face à moi. Et ce n'était pas pour me rassurer. Il ajouta qu'il ne voulait pas me blesser. Mais le mal était fait. Cependant, ce qu'il dit ensuite me laissa abasourdie. Pardon ?

« Alors tu m'as caché l'existence de cette... de ta... maîtresse, parce que tu avais peur de me décevoir ? »

J'étais surprise qu'il puisse penser une chose pareille.

« C’est ridicule ! »

Totalement idiot ! Me connaissait-il donc si mal ? Me pensait-il si naïve ? J'en restais sans voix alors qu'il continuais, visiblement à contre cœur. Mon père était au supplice. Comme à chaque fois que nous avions une discussion houleuse. Il me confirma qu'elle était sa maîtresse depuis un moment, l'ayant même fait venir du Nord... Pour qu'elle découvre autre chose. Mon cœur se serra... Qu'est-ce qu'elle était pour lui ? Plus qu'une aventure. Il avait des sentiments pour elle. Il devait en avoir pour la convier ici. Sinon, elle aurait pu attendre son retour sagement. Mon père s'intéressait à une autre femme et je ne le savais pas. Parce qu'il avait peur de me décevoir... Et il termina en parlant de Mère, puis en m'assurant que Mathie, puisque c'était son nom, l'avait aidé à garder cette relation secrète pour nous... épargner. Là, c'était la goutte d'eau.

« Quelle charmante attention de ta part de penser ainsi à nous préserver. Évidemment, ce n'est que pour notre bien que tu l'as fait et pas par peur de nous affronter, n'est-ce pas ? Sincèrement, me penses-tu donc si naïve ? »

Sans le faire exprès, j'étais repassée au tutoiement au cours de la conversation, abolissant ainsi la distance entre nous. Spontanément.

« Même si l'idée me répugne, je me doute bien que tu n'es pas resté un vieux loup solitaire depuis la mort de Mère ! J'aime cette idée, naturellement, mais il faut être lucide, tu restes un homme et je ne me fais guère d'illusions concernant votre capacité à vous tenir éloigné de toute tentation. Mais découvrir que tu as une maîtresse depuis je ne sais combien de temps, en te voyant danser avec elle et l'embrasser comme un jouvenceau empressé me déplaît profondément ! Comptais-tu m'en parler avant que je ne parte pour le Roc ? Avais-tu déjà décidé comment tu allais cacher sa présence à nos hôtes de l'Ouest en retournant à Winterfell ? »

Ces questions me tourmentaient et je les posais sans prendre de gants.

« Est-ce pour cela finalement, que tu veux m'envoyer loin de toi ? Pour pouvoir jouir de la présence d'une autre femme en toute quiétude ? »

Ma voix se fêla malgré moi. J'avais envie de pleurer, mais je me refusais à laisser voir cette faiblesse.

« Qu'est-ce qu'elle est pour toi ? »

Mais je n'attendis pas la réponse, regardant alors cette femme, cette rivale.

« Qu'est-il pour vous ? Un moyen d'assouvir une quelconque ambition ? Une distraction ? Un veuf encore séduisant qui a besoin de réconfort, ce que vous êtes toute disposée à faire ? Comment êtes-vous arrivée dans le Nord ? Pourquoi avoir quitté le Conflans et la souveraineté de Harren le Noir ? »

Je la harcelais de questions, mais je voulais des réponses.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1760
Membre du mois : 12
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mer 8 Juil - 20:50

La catin mit quelques instants avant de comprendre quel était le sentiment qui animait le nordien. Elle l'avait vu passer par bien des humeurs mais celle-là lui était inconnu. Et puis, d'un coup, ce fut l'évidence.

Il avait honte. Là encore, comme le mépris qu'elle avait pu lire dans les yeux de la jeune louve, c'était un sentiment qui ne lui était pas étranger. Après tout, quoi de pire que d'être pris en flagrant délit avec une simple prostituée ? S'il avait réussit à la présenter d'une façon des plus valorisantes, impossible de ne pas avoir l'impression que ce sentiment lui était directement destiné. Ce n'était pas vraiment une surprise, Mathie savait que cela risquait d'arriver un jour ou l'autre. Mais c'était blessant, bien plus qu'elle n'aurait voulu l'admettre.

Elle le voyait bien, il se refusait même à la regarder dans les yeux. Instinctivement, elle s'écarta un peu plus de lui, laissant échapper un soupir inaudible alors que les échanges continuaient d'aller bon train entre la jeune femme et son père. D'une certaine façon, Mathie était plutôt soulagée de ne pas être prise à parti même si Torrhen semblait parfois chercher son approbation lorsqu'il parlait. La louve ne lui accordait pas la moindre importance, c'était une évidence. La catin avait tout de même retenu difficilement un sourire amusé à sa réaction lorsqu'elle avait fait sa petite révérence. Elle avait du répondant la demoiselle et elle ne cachait pas son indisposition  son égard. Peu importait à dire vrai, c'était le regard du Stark qui la tracassait encore et toujours.

L'un des avantages qu'elle avait trouvé à sa bâtardise c'était de n'avoir jamais avoir connu son père et de ne pas avoir eu à affronter un modèle qui se briserait de la sorte. Elle n'avait toujours eu qu'au mieux un vague mépris pour les hommes, le Stark arrivant toutefois à lui faire revoir quelque peu son jugement.
Toujours est-il qu'en cet instant, elle avait un peu de mal à comprendre les raisons de la colère de la jeune louve. Mais, une fois de plus, cela ne la concernait pas vraiment, pas directement tout du moins, les deux Stark s'affrontant en prêtant de moins en moins attention à la jeune femme, ce qui n'était pas pour la déranger, bien au contraire.

C'est pourquoi elle manqua de sursauter lorsque la jeune lady l'interrogea brusquement, alors qu'elle se demandait ce que Torrhen allait répondre à sa dernière question. Elle la fixait avec insistance et, l'espace d'un instant, Mathie se demanda quelle carte jouer. De toute façon, peu importe ce qu'elle dirait, il est évident que la jeune louve l'avait déjà étiquetée et qu'il serait impossible de lui faire revoir son jugement, alors autant raconter ce qui lui passait par la tête, sans trop chercher à broder.

Laissant filer un silence un peu gêné, la jeune femme finit par lâcher, les mots venant tout de même avec une difficulté qu'elle n'essaya même pas de cacher.

"Ce qu'il est pour moi ?"

Elle jeta un bref regard gêné en direction du nordien, songeant qu'il n'appréciait peut-être pas ce qu'elle dirait et finit par souffler, à mi-voix.

"C'est un ami. Un camarade de jeux. Une personne avec qui je peux discuter des heures durant de tout et de n'importe quoi. Je vous mentirais si je vous disais que son statut de Roi du Nord n'a pas la moindre importance. N'importe qui à ma place aurait été flattée et honorée d'être remarquée par lui. Ca a été mon cas et aujourd'hui encore je suis étonnée qu'il ait trouvé du plaisir à ma compagnie. Je ne sais si je lui apporte réellement du réconfort mais, j'aime à croire que j'arrive à le distraire un peu et je pourrais m'estimer heureuse si j'arrive à lui rendre une infime partie des bienfaits qu'il a pour moi."

Difficile de savoir où s'arrêtait la vérité et où commençait le mensonge. Si on lui avait posé la question, Mathie aurait été, à l'heure actuelle, bien incapable de le dire elle-même. Elle reprit alors, l'amusement qui était habituellement le sien apparaissant dans sa voix alors qu'elle jetait une nouvelle œillade au Stark.

"Et tant qu'il ne sera pas lassé de moi, je ferais ce que peux pour que ma compagnie lui soit agréable et ne soit pas un poids ou une gêne. Enfin, si ce n'est pas trop tard."

Puis, après avoir fixé la jeune louve durant quelques secondes, son sourire se fit plus large alors qu'elle ajoutait, d'un ton mutin.

"Quant à pourquoi j'ai quitté le Conflans. Je ne suis pas persuadée que l'histoire vous intéresse. Elle est aussi pathétique que commune.  Je n'ai cure de la souveraineté d'Harren ou d'un autre. Pour nous, petites gens, la seule chose que cela change, ce sont les couleurs arborées par les soldats lorsqu'ils nous envahissent."

Ou qu'ils dépensaient de l'argent ou qu'ils s'amusaient à abuser des femmes qu'ils croisaient. La loyauté à un souverain était quelque chose qui dépassait encore totalement Mathie, surtout lorsque l'on évoquait Harren. Elle avait pourtant réussi à rester aussi naturelle que possible, à croire qu'elle en avait presque oublié qu'il l'avait missionnée jusqu'ici.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Lun 13 Juil - 0:27

J'ai encore tout gagné, semblait-il. Ma fille m'en voulait visiblement. Elle ne comprenait pas et elle était en colère et sa vindicte, non seulement me touchait, mais touchait aussi ma compagne tarifée. Et celle-ci... Je ne sais pas. Elle semblait raide, silencieuse. Touchée par mon attitude, mais je n'avais absolument aucun moyen de savoir si c'était en bien ou en mal. Allez. Avec la chance que j'ai, elle est probablement blessée par ce que je dis ou ce que je fais. Au moins, c'était sans aucun doute le moment de crever un bon gros abcès. Il n'empêchait que je dépassais à intervalles réguliers tout ce que je pensais avoir infligé à ma famille. A chaque fois que les relations me semblaient plus douces, plus aplanies... J'étais cruellement détrompé. Par ma propre solitude, ma bêtise, mon égoïsme. Ma fille toise Mathie et lui fait bien comprendre le mépris qu'elle a pour sa position. Je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils. J'allais dire « Jeyne... » d'un ton plein de mise en garde, mais je ne voulais pas envenimer les choses. Pas tout de suite, pas maintenant. Quelque part, sa colère est légitime. Elle me confirme en tous cas que son statut de bâtardise n'est pas source de son mépris, mais je me doute que cela a tout de même à voir. Jeyne aurait elle agi de même en me voyant charmer Sharra Arryn au bal du Grand Tournoi ? Je sentais que non. Elle aurait été sans doute heureuse, quelque peu mélancolique sans doute, mais heureuse pour moi. Je laisse couler ses questions, la laissant déverser la bile de sa colère avant de constater qu'elle est surprise de l'anticipation que je nourrissais à son encontre, quand elle aurait découvert que j'avais toujours une vie intime. J'étais encore jeune, relativement en tous cas...


Quoiqu'il en soit, je n'aimais pas ses mots. Ni sur ma nature d'homme, ni sur mes besoins, ni sur ce qu'elle sous-entendait. Me pensait-elle lâche ? Non. Ce n'était pas son genre de s'en prendre à moi de la sorte. Jeyne se laisse dépasser par sa colère et sa rancoeur.


Et pis encore, sa déception. Je la laisse se tourner vers Mathie, décontenancé par la vigueur de l'attaque. Elle lui pose des questions, volée après volée, pour en savoir plus sur elle et sur ses motivations. Je me sens blessé, et pis encore, je sens que je blesse les personnes auxquelles je tiens. Parfois, je me dis qu'il aurait mieux valu mourir quelque part dans les roches et que Sigyn règne toujours, avec Jon. Tout serait tellement plus simple. Tout aurait été tellement plus simple, si seulement je n'avais été roi. Mathie est poussée dans ses retranchements et je suis suspendu à ses lèvres. Elle semble gênée, prise au dépourvu. Je dois reconnaître que la catin s'en tire bien, et le dévouement affiché me ravit autant qu'il me blesse ; qu'ais-je fait pour mériter pareille affection quand je ne la rétribue qu'en monnaie sonnante et trébuchante, sans jamais lui donner plus ? Je me tourne vers Jeyne, après un regard intense échangé avec Mathie.



| Mettons les choses au clair. |


Voix dure, inflexible.


| Je ne t'écarte pas pour avoir la belle vie. Ce que je t'ai dit sur ce navire en venant ici est toujours d'actualité. Ton devoir est de nous trouver des alliés. Le mien est de mener l'armée. Le mien est de diriger cette maison vers l'avenir au travers de la guerre. Si je dois me marier, je le ferais. Mais pour le moment, aucune opportunité ne s'est présentée. |


Je ne prends pas la main de Mathie mais je lui jette un nouveau regard, plus appuyé.


| Je ne t'ai rien dit pour t'épargner ? Quel bien y aurait-il à ce que des enfants apprennent que leur père déjà si lointain passe du temps avec une autre femme que leur mère ? J'ai pensé au mieux, sur le moment. Ménager toutes les parties. Je n'avais pas forcément envie d'étaler ma vie privée au grand jour et de passer pour un Roi libertin. Je ne voulais pas que Mathie connaisse les commérages et lui épargner le plus possible l'indignité d'être traitée comme la chaufferette du Roi. Je voulais que vous, mes enfants, ayez l'image la meilleure possible du devoir, du mariage, de tout cela. Je plaide coupable, ma faute a été d'espérer que ce regard d'enfant adulant leur père soit permanent chez toi et tes frères. |


Je regarde Jeyne dans le fond des yeux.


| Tu me demandes ce qu'elle est pour moi ? Je ne saurais le dire. Il y a deux ans, je t'aurais probablement dit une superbe distraction. Aujourd'hui, elle se rapproche bien plus d'une amie. Elle est jeune, elle est belle et sa compagnie m'est précieuse. Préférerais-tu que j'enchaîne les conquêtes à ma cour, que je donne à toutes ces nobliardes ce qu'elles désirent de moi ? Les choses avec Mathie au moins, sont claires. Elle me rappelle que je ne suis qu'un homme. |


Je soupire doucement et me tourne vers les deux donzelles.


| Ecoutez... Je suis vieux, je suis Roi, et si je pense que j'ai pour devoir d'expliquer, je ne pense pas avoir à me justifier. Mathie ne m'a jamais rien demandé, n'a jamais trahi ma confiance. Elle est discrète et fiable. Elle n'est pas en compétition avec le souvenir de ta mère, et rien n'est plus précieux à mes yeux que mes enfants. Je ne veux pas renoncer à sa compagnie. Tout autant que je ne veux pas renoncer à ton estime, Jeyne. |





Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 11959
Membre du mois : 185
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Ven 24 Juil - 23:55

Oh il aurait été illusoire de penser que seul mon père subirait ma colère. Cette fille savait bien qui il était. Une proie de choix. Être la maîtresse d'un roi donnait quand même quelques avantages. J'ignorais son statut, mais c'était une bâtarde au vu de son nom. Donc pas une dame de haut rang. Pas une menace réelle, mon père n'était pas une crétin romantique et ne se marierait jamais avec une moins que rien. Je l'imaginais déjà difficilement tomber amoureux de nouveau. Alors se marier une seconde fois... Non. Le roi du Nord n'avait pas besoin d'une femme, il n'avait besoin que d'une paire de cuisses ouvertes pour soulager des ardeurs toutes masculines. C'était sans doute cruel de penser ainsi, mais j'avais grandi dans un milieu d'hommes et certains gardes n'étaient pas très délicats concernant ce genre de choses. Père, Jon ou Brandon étaient plus discrets, mais je savais que mon frère avait connu des femmes depuis pas mal de temps. Ce n'était plus un enfant...

Quoiqu'il en soit, je m'adressais directement à cette fameuse Mathie, qui aurait sans doute aimé se trouver n'importe où ailleurs qu'ici. Je n'étais pas du genre à totalement snober les petites gens. Même si j'avais très envie de le faire avec elle, pour l'humilier. Lui faire penser qu'elle n'était rien et m'était indifférente... Ce qui était totalement en contradiction avec la violence de ma réaction. Le soucis étant que si je savais comment me comporter, mon cœur allait en général plus vite que ma tête. Et là, je n'avais pas réfléchi.

Elle répéta ma question, un peu confuse. Vas-y ma grande, réfléchis bien et choisis soigneusement tes mots, tu n'auras pas de seconde chance. Elle m'avoua alors qu'il était un ami, un camarade de jeux et je grimaçais malgré moi en me demandant à quel genre de « jeux » elle faisait allusion. J'espérais réellement que c'était totalement innocent de sa part et qu'elle n'osait pas insinuer ce genre de choses devant moi. Elle ajouta qu'elle pouvait discuter avec le roi du Nord et je jetais un bref regard à mon père. Ainsi donc, elle avait de la conversation en plus d'avoir des charmes certains. Quelque part... C'était pire que tout. Qu'il puisse apprécier la compagnie de cette fille et pas juste... faire son affaire. S'était-il attaché à elle ? Elle en tous les cas, semblait très attachée à lui. Et c'était bien dommage. Bien sûr, je voulais que mon père soit heureux et je ne lui souhaitais pas de finir ses jours en solitaire, mais c'était tellement plus facile de penser cela quand il n'y avait aucune damoiselle dans les parages. Là, le danger était réel. Et il m'envoyait au loin. Elle continua en avouant être flattée et honorée d'avoir été remarquée par le roi et s'en étonner et je ne manquais pas de confirmer, glaciale :

« J'en suis étonnée aussi. »

Oui, c'était mesquin. De quoi parlaient-ils ? Père lui confiait-il les tourments inhérents à sa charge ? Lui parlait-il de ses doutes, de ses peurs, de ses ambitions, de ses projets ? Des sujets qu'il n'abordait même pas avec moi ? J'en étais blessée... je n'étais plus une enfant et malgré mes coups de colère, je pouvais l'écouter, le réconforter... Le... Il me le refusait et l'offrait à une autre. Une étrangère. Je sentis alors un changement de ton chez la Rivers et me raidit. Donc, elle avait les faveurs du roi et se permettait quelques écarts en ma présence ? Comment osait-elle ? Mon regard en disait long. Et quand elle s'expliqua sur sa présence auprès du roi du Nord, je ne pus réprimer un commentaire sarcastique :

« On dirait que vous êtes tout de même moins récalcitrante quand c'est le loup qui vous envahit. »

Et là, Père intervint, jugeant probablement qu'il en était assez. Je l'affrontais du regard, délaissant la Rivers. Mais oui, mettons donc les choses au clair. Il était en colère lui aussi et mon intervention avait assez duré. Je connaissais bien cette voix et ce que cela annonçait. Il me confirma qu'il m'envoyait au Roc pour accomplir mon devoir, nous trouver des alliés. Pas pour le laisser faire ses petites affaires avec cette fille. Il n'avait trouvé aucune opportunité de mariage. De toutes façons, il ne pouvait épouser qu'une reine, une princesse ou la fille d'un banneret à la rigueur. Sûrement pas cette gourgandine sans titres. Il avait au moins assez de plomb dans la tête pour ça.

Mais la suite... S'il avait souhaité m'apaiser, m’apitoyer ou je ne sais quoi, c'était raté. Vraiment raté.

« Quelle grandeur d'âme. Quelle bonté de la part du Roi du Nord... Ou quelle lâcheté. Tu ne voulais pas affronter les problèmes que cela engendrerait, tout simplement ? Me prends-tu pour une idiote ? Pour une petite fille naïve ? Je prends soin de moi depuis que j'ai 8 ans ! Je prends soin de notre famille depuis que j'ai 8 ans ! Mes rêves sont morts avec maman et j'ai cessé d'être une enfant quand elle nous a quitté. Je n'ai jamais eu une image idéalisée de toi, bien au contraire. Enfin, je n'ai jamais exigé de toi que tu sois fidèle à une morte ! Je n'y ai même pas songé ! Évidemment que cela me fait un choc de savoir que tu as une femme qui réchauffe ta couche, mais de là à ce que l'on te pense libertin... Et depuis quand ce qu'on pense de toi t'importe-t-il ? Je vais sans doute être cruelle, mais cela fait bien longtemps que tu ne suscites plus l'adulation chez moi... Je suis une fille, je n'ai pas à t'éblouir de mes prouesses guerrières pour que tu daignes me regarder. Je n'ai pas à sans cesse tenter d'être à la hauteur de tes attentes, contrairement à Jon, Jon qui essaie désespérément d'attirer ton attention, qui attend tes encouragements parfois. »

Les mots se bousculaient dans ma bouche, pêle-mêle. C'étaient là des années de rancœur et d'absence qui se déversaient et je savais déjà que j'allais regretter mon emportement, regretter de le blesser.

« Tu n'as pas été là pour nous quand on en avait besoin. Tu as sacrifié ton rôle de père au profit de celui de roi, de guerrier. Parfois, je me dis que c'était bien commode de pouvoir ainsi fuir ton foyer et le justifier. Alors pitié, ne me joue pas la comédie du père cherchant à être adulé par ses enfants ! Tu as notre respect, notre amour, mais pourtant, nous sommes encore des étrangers et tu nous sépares alors même que j'entrevoyais enfin un moyen de t'atteindre et de te connaître. »

Ce qui avait commencé sur la colère prenait des accents de tristesse, de détresse... de regrets. J'étais en colère de quitter cet homme qui avait été un étranger toute mon enfance et que je commençais seulement à connaître. C'était injuste. J'étais aussi injuste en lui balançant le père absent qu'il avait été... Je croisais les bras sur ma poitrine, le regard un peu trop brillant. Je ne savais plus quoi penser alors qu'il me révélait qu'elle était devenue une amie au fil du temps... Alors même qu'elle n'était là que pour assouvir ses bas instincts.

« Es-tu vraiment certain qu'elle ne désire rien de plus de toi que ta... compagnie ? »

J'étais sceptique. Méfiante. Elle avait ferré un gros poisson et j'éprouvais des difficultés à penser que c'était juste parce qu'il payait bien. Parce que de ce que j'en comprenais, c'était une... catin. Mais une catin régulière. Une catin devenue une amie.

« C'est une belle promotion pour une fille de joie. »

Mon mépris était évident. Je la regardais avec défiance. Et je regardais mon père, comme si une corne lui avait poussé sur le front.

« Ta confiance ? Mais que sais-tu d'elle ? Comment peux-tu faire confiance à quelqu'un qui se vend pour quelques pièces ? »

Comment pouvait-il être aussi naïf ? Et bon sang à quel point lui faisait-il confiance ? Que lui racontait-il sur l'oreiller ? J'en avais la nausée en imaginant la scène. Je me massais les temps alors qu'il en arrivait à la conclusion qu'il ne voulait pas renoncer à sa compagnie. Et ne pas perdre mon estime. Je relevais alors le regard vers lui.

« Parfois, on ne peut pas tout avoir. On ne peut pas ménager tous les partis et penser que tout ira bien... »

J'avais répondu sèchement, me redressant de toute ma hauteur. Mais je n'avais pourtant pas le courage de lui briser le cœur. Je m'approchais alors de lui, me saisissant de ses mains.

« N'as-tu toujours pas compris ? Qu'importent les erreurs que tu as pu commettre dans le passé... Qu'importe que je sois folle de rage en ce moment, que je t'en veuille de m'avoir caché cela, de pouvoir faire confiance à cette femme, de parler de choses avec elle, que tu dois sûrement éviter avec moi... Je n'ai pas peur qu'elle remplace maman. Je... Je me sens dépossédée de ce que j'essaie d'acquérir depuis si longtemps : ton attention, ta confiance, ton respect... Que tu saches pouvoir compter sur moi, malgré mes emportements, mes colères, mes mots virulents... et cela me rend malade qu'elle puisse te connaître davantage que moi... Mais tu ne perdras pas mon amour parce que je suis déçue. Ni mon estime... Tu es un grand roi, et un homme d'honneur. »

Je serrais ses mains un peu plus fort, avant de les lâcher, toisant Mathie un instant.

« J'espère vraiment pour vous que mon père ne se trompe pas à votre sujet. »

Parce que ma vengeance si elle venait à lui faire du mal serait terrible. Elle avait déjà prit trop d'importance, s'en rendait-elle seulement compte ?



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1760
Membre du mois : 12
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mer 29 Juil - 15:38

Parler de sa relation avec le roi du Nord de cette façon, sans y être préparée n'était pas un exercice facile, surtout dans de telles circonstances. Mathie aurait aimé ne pas avoir à se confronter au blizzard qui soufflait devant eux, se doutant qu'elle n'était qu'un prétexte pour que la jeune louve se confronte réellement à son père. Elle n'était pas stupide et les mots qu'elle prononça étaient soigneusement choisis, même s'ils reflétaient plus la réalité qu'elle ne l'aurait réellement admis.

Bien évidemment, cela ne contenta pas la jeune louve qui rétorqua avec froideur, pointant du doigt ce qu'elle avait bien pu évoquer avant de parler de ses origines.

La catin ferma les yeux quelques instants, empêchant la réplique peu aimable qui lui serait venue en d'autres circonstances de franchir ses lèvres. Si le sens de la répartie cinglant de la jeune louve l'avait amusée au premier abord, même si elle était dirigée autant contre elle que contre son père, Mathie n'aimait guère cette façon qu'elle avait de déverser son fiel, usant visiblement de sa position pour bien lui rappeler qu'elle était la sienne. Non pas qu'elle n'y soit pas habituée, même si, depuis quelques temps, le confort procuré par le loup et le respect qu'il semblait avoir pour elle avaient quelque chose de rassurant qui lui faisaient presque oublier certains des désagréments de sa profession qui lui revenaient brusquement en mémoire.

Elle se contenta alors de soupirer, jetant un bref coup d'œil à Torrhen avant d'être quel que peu troublée par l'intensité du regard qu'ils échangèrent. Visiblement il avait été touché par la façon dont elle venait de parler de leur relation et peut-être n'avait-il pas si honte que ça finalement. Mais ce n'était pas bon, pas bon du tout et, une nouvelle fois, Mathie se demanda si elle ne ferait pas mieux de partir. Mais elle aurait probablement signé son arrêt de mort et celui de sa mère en faisant ça, se doutant pertinemment que les informateurs d'Harren ne devaient guère être loin en cet instant précis. Hoare s'amuserait probablement de la scène lorsqu'il en serait informé, s'il pouvait être réellement amusé par quoi que ce soit, ce dont elle commençait sérieusement à douter avec le temps.

Alors, il fallait qu'elle se tienne là, pour sa propre sécurité, écoutant les échanges entre le loup et sa fille, mais reculant à nouveau, une nouvelle fois perturbée par le regard que venait de lui lancer le Stark alors qu'il évoquait son devoir à venir et la possibilité d'un mariage à venir. Mathie ne s'arrêta que lorsqu'elle se senti heurter quelque chose, une table, un pilier, impossible de le savoir, son regard toujours rivé sur les deux loups, étrangère dans un conflit qui n'était pas le sien mais dans lequel elle avait sa part de responsabilité même si elle essayait de se convaincre qu'une autre, que des dizaines d'autres même, aurait pris sa place sans le moindre remord.

Et puis, Torrhen énonça à son tour ce qu'elle était pour lui. Impossible de retenir le léger sourire qui lui était venu à chacun des mots qu'il avait prononcé, même si sa conscience se faisait entendre de plus belle, lui martelant sans répit que cette confiance n'avait pas lieu d'être, qu'il ferait mieux d'écouter la jeune louve et de la chasser avant qu'il ne soit vraiment trop tard. Ou peut-être était-ce déjà le cas, certainement même, pour lui comme pour elle.

Elle jeta un nouveau regard au Stark, guettant sa réaction aux propos de la jeune fille sur la confiance, redoutant sa réponse sans bien oser se l'avouer.

Quand la jeune louve la toisa, Mathie soutint son regard une nouvelle fois, sentant ses mâchoires se contracter alors qu'une multitudes de pensées traversaient son esprit. Si elle savait seulement à quel point il se trompait sur elle, si elle pouvait s'imaginer toutes les pensées contradictoires qui l'envahissaient en cet instant… probablement la tuerait-elle de ses propres mains sans que Mathie ait le moindre argument pour l'en empêcher. Pourtant, elle se contenta de souffler, d'un ton aussi calme que possible.

"J'ai confiance dans le jugement de votre père. S'il considère que notre relation peut réellement lui nuire ou vous porter préjudice, je n'ai aucun doute quant au fait qu'il me congédiera sans la moindre hésitation, et je m'exécuterais sans poser de question quel que soit l'attachement que j'ai pour lui."

Puis, levant les yeux en direction du nordien, elle ajouta, un ton plus haut, après avoir dégluti et gardé quelques instants de silence.

"Vous pouvez le faire dès maintenant si vous le souhaitez."

C'était stupide, totalement idiot. Ce genre de propos ne pourrait que remonter aux oreilles d'Harren et il le lui ferait payer chèrement, elle n'avait pas le moindre doute à ce sujet.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Jeu 6 Aoû - 18:33

Je dis toujours que Jeyne ressemble à sa mère. Ce n'est jamais aussi vrai qu'en cet instant, j'en suis maintenant persuadé. Je me rends bien compte que je ne pourrais jamais emporter qu'une victoire à la Pyrrhus en contraignant et en forçant la jeune femme à se taire. Esprit libre comme sa mère, elle ne se représente pas et pire encore, elle refuse tout net de se représenter. Ais-je mérité de finir ma vie seul, sans la chaleur d'un corps contre le mien, sans des paroles douces et agréables quand la mélancolie me porte vers un peu de proximité, vers une plus large expression de mon instinct grégaire ? Je comprends très bien que rien ne sera jamais assez parfait aux yeux de ma fille. En étant exigeant avec mes enfants, en les forçant à grandir plus vite, je m'étais mis moi-même dans cette position peu enviable de parangon de certaines valeurs. Idéal qui ne peut qu'être égratigné par le temps, par les découvertes de qui je suis vraiment au-delà de l'image que je renvoie. Autant dire que je courais à ma propre perte depuis un moment. Fréquenter les putains... De quoi me protéger des vénalités de toutes ces aristocrates qui n'attendent qu'un signe de moi pour m'aspirer mon argent, mon prestige, l'honneur de la position, les avantages pour leurs familles. J'avais pris le risque sciemment, en connaissant les conséquences possibles de mon acte. Je ne pouvais espérer l'emporter avec moi, ce secret bien caché, presque honteux. Je fronce les sourcils sous le coup des attaques de ma fille, qui laisse décharger toute sa bile. Ses mots égratignent ma fierté et surtout, giflent son frère. Elle ne retient pas ses coups. La colère monte en moi et je perds mon calme. J'ai envie de tout balancer. J'ai envie de déballer mon sac. Je la laisse asséner ses coups. Comme au combat. Je la laisse avancer, je la laisse me montrer ce qu'elle a entre les mains, ce qu'elle a dans les tripes. J'ai toujours été ainsi, pragmatique et raisonné, silencieux. Je prends ombrage des insultes, bien sûr. Mais je sais aussi frapper au bon moment.


Penser ainsi à propos de ma fille me fait ressentir encore plus cruellement l'homme que je suis devenu avec le temps.


Et la putain qui se défend avec les armes qui sont les siennes. Une certaine légitimité, malgré son statut quelque peu précaire. Elle le fait avec beaucoup d'aplomb. Pourtant, là, devant ma fille, elle me met au pied du mur. Je sais qu'elle ne pense pas à mal et qu'il ne s'agit pas d'une menace, mais je n'aime pas que l'on me force la main à prendre une décision ; que je la congédie ou que je la garde près de moi, pareille décision dans ces circonstances aurait un caractère peu ou prou définitif. Je regarde la catin assez sévérement. Je tiens à elle. Mais pas plus que je ne tiens au Nord ou à son prestige.



| Si j'avais dû te congédier, je l'aurais déjà fait. Nous avons un contrat qui, tant qu'il trouvera un intérêt pour nous deux, sera reconduit. Ce sera tout, Mathie. J'ai à parler avec ma fille. |


Qu'elle comprenne que j'étais mécontent, et surtout que je ne voulais en aucun cas me retrouver au milieu d'un crêpage de chignon féminin. Que ferait Jeyne en se retrouvant face à une catin pleine d'aplomb qui viendrait d'avoir l'aval de son père ? Je tranche de la seule manière qui m'est satisfaisante ; en insistant sur le fait que Mathie comptait et que je ne comptais pas m'en séparer, mais sans lui montrer de préséance sur ma famille et ses tensions internes. Elle n'était pas ma femme ; elle ne méritait pas autant de mépris et n'avait pas sa place dans ce genre de discussion. Je fais signe au garde de se rapprocher et d'emporter la catin. Espérons qu'elle ai compris, qu'elle ne fasse pas d'esclandre. Je me retournais maintenant vers ma fille. Le regard sombre.


| Comment oses-tu me traiter de lâche ? Tu sais ce qu'il m'a coûté d'être le Roi du Nord, pendant toutes ces années, d'être celui que tout le monde attendait que je sois ? Oui, tu le sais très bien. Parce que ma conduite et mes choix t'ont imposé le même traitement depuis ton plus jeune âge. Ne pas avoir été là est une faute, je le sais, que jamais je ne me pardonnerai. Cela ne t'autorise pas à me parler comme tu le fais. Tu restes ma fille, tu restes mon sang, quoiqu'il arrive. Tu n'as pas non plus à remettre en question mes choix. |


Je soupire et tourne la tête sur le côté, avant de revenir sur elle.


| Je sais que ce n'est pas la décision la plus avisée. Je devrais me remarier, sans nul doute. Mais qui ? Une nordienne, de ces cohortes qui tente de m'aspirer tous pouvoirs et avantages depuis des années ? La Reine du Val ? Je ne suis pas de ces vautours qui profitent des drames chez les autres. Qui alors ? Des dorniens, qui se rapprochent de Peyredragon, ces deux royaumes menaçant de nous avaler tous ? Je ne suis pas vieux, mais je ne suis plus jeune non plus. Je n'ai pas le choix que j'avais pour toi. Je me remarierai, sois-en sûre. Je ferais mon devoir, comme vous tous. Puis-je prendre épouse, mener une vie stable et passer mon temps avec vous comme je le voudrais alors que d'ici quelques semaines, je tenterai tout ce que je peux contre la horde qui nous menace de destruction ? |


Je me contins, inspirant profondément.


| Mathie ne règne pas. Elle me délasse après mes voyages, et oui, elle répond à mes besoins. Elle a de l'esprit, elle m'amuse et j'apprécie sa compagnie. Elle est une catin, peut-être aura t-elle un jour des responsabilités, mais son importance ne pourrait dépasser celle des alcôves. J'ai mes faiblesses, mais je ne suis pas fou. Je ne suis pas de ces rois qui demandent l'aval de leurs maîtresses. Je ne suis pas non plus de ceux qui attendent l'aval de qui que ce soit, enfants ou autres, pour s'autoriser quelques menues distractions. Je fais ce que j'ai à faire. Que j'ai besoin de quelqu'un comme Mathie ne veut pas dire que je lui réserve mon affection, mes secrets ou mon temps. Mes enfants ont depuis toujours ma confiance, mon respect et mon amour. Il n'y a qu'eux qui me font nourrir de pareils sentiments, tout du moins à un niveau si élevé. |


Mon regard est rivé dans le sien, maintenant. Moins dur, moins ferme.


| J'ai effectivement fait un mauvais choix, je le reconnais, en essayant d'être pour tout le monde ce qu'on attendait de moi. Mais toi aussi, tu as fait une erreur. Tu n'aurais pas dû réagir ainsi. Comme ta mère l'aurait sans doute fait. A une cour comme celle du Roc, empli de lions au sens littéral, il te faudra agir avec plus de force sans doute, mais surtout plus de dignité. Tu seras Reine un jour, tu ne peux plus te permettre de remonter tes manches comme tu l'as fait pour rentrer dans le tas. Mathie n'avait pas à subir ta colère. Ce n'était pas juste, et cela t'as abaissée. Comme me faire voir par toi ma putain au bras m'a abaissé. Nous devons être plus prudents. Je n'aurais jamais dû accepter de venir ici ce soir. Tu n'aurais dû réserver ta colère que pour moi seul. Essayons tous les deux de faire ce que nous avons à faire, et de le faire bien, veux-tu? |



[HJ désolé, c'nul]





Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 11959
Membre du mois : 185
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Ven 7 Aoû - 0:58

La tension se faisait de plus en plus palpable, au point que Mathie n'arrivait plus à garder la réserve qui était la sienne et le recul qu'elle avait habituellement dans ce genre de situation. Ce n'était pas le premier esclandre auquel elle assistait mais, cette fois-ci, elle se sentait bien plus touchée que d'ordinaire, sans bien savoir pourquoi.

Et, réalisant qu'elle ne pouvait guère fuir la scène, il ne lui restait qu'à espérer qu'elle se ferait congédier, le plus tôt possible. Fort heureusement, les mots qu'elle utilisa semblèrent faire leur petit effet et le regard que lui jeta le nordien la fit presque regretter d'être allée aussi loin. Mais c'était sans compter le soulagement ressenti à ses propos.

Essayant de garder la mine la plus neutre possible, sourire aurait été particulièrement malvenu même si c'était la première envie qui lui venait à l'esprit à l'idée de se soustraire enfin d'une situation des plus embarrassantes, elle se contenta d'un bref hochement de tête avant de souffler, avec une brève révérence.

"Bien messire. Je suis à votre service."

Puis, après un regard à la jeune louve et une révérence identique.

"Lady Stark…"

Inutile d'ajouter quoi que ce soit, elle fila en direction du garde qu'elle avait déjà rencontré à plusieurs reprises, accélérant tellement le pas qu'il eut presque du mal à la suivre. Ils gardèrent tous les deux le silence jusqu'à la sortie de l'auberge avant qu'il ne lâche, d'un ton pensif.

"Ca c'était inattendu. Drôle de soirée hein ma grande…"

S'adossant contre le mur, Mathie poussa un profond soupir et hocha la tête.

"Tu n'as pas idée…"

Après un nouveau silence, elle jeta un regard aux alentours puis au garde avant de souffler, avec un sourire.

"Tu peux me laisser là, je ne me perdrais pas pour rentrer."

Il grimaça, jetant de brefs regards en direction de l'auberge.

"T'es sûre de toi ? S'il t'arrive quelque chose, il risque d'être encore plus furieux."

La catin haussa les épaules, se contentant d'un clin d'œil malicieux.

"Tu me connais, je m'en sors toujours. Retourne à l'intérieur, on sait tous les deux que veiller sur eux est bien plus important que d'escorter une catin à travers les rues."

Malgré son hésitation palpable, il obtempéra et fit demi-tour, laissant la jeune femme libre dans les rues de Goeville. Si elle n'avait guère envie d'aller s'amuser, marcher lui ferait du bien, sans nul doute. Il fallait qu'elle se vide un peu la tête et qu'elle fasse un peu le point sur sa mission première et ce qu'elle souhaitait faire désormais. Si le mur qu'elle s'était forgé à grand-peine il y a quelques années avait commencé à se fissurer ces derniers temps, là, c'était encore pire.

Et elle n'était pas du tout prête à ça, bien au contraire. Alors, elle s'enfonça dans la nuit, s'éloignant des rues illuminées et agitées et se fondant tranquillement dans l'obscurité.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Dim 9 Aoû - 20:46

Je n'arrivais pas à avoir un avis positif sur cette femme, qu'importe qu'elle me serine qu'elle appréciait la compagnie de mon père. Ce n'était qu'une catin, qui vendait son corps pour avoir de l'argent et avec le roi du Nord, elle avait tiré le gros lot. Surtout si elle lui devenait indispensable, devenant une sorte de favorite. Apparemment, cela commençait à durer. Et si j'aurais du me réjouir de voir mon père tenir à quelqu'un, trouver du réconfort, apprendre que c'était en la compagnie de cette bâtarde du Conflans ne me ravissait pas du tout. Père semblait lui faire confiance. Mais était-il seulement capable de jugement en l'occurrence ? Il demeurait un homme, parfois emporté par ses propres désirs... Je n'appréciai pas sa façon de me répondre, comme une victime. Je passais pour la méchante. La vilaine fille du roi qui osait intervenir dans leur petite histoire et y mettre fin. Comme si j'avais cette influence sur mon père. Comme s'il allait la congédier maintenant, montrant ainsi qu'il était... faible face à moi.

Non, cela ne me plut pas.

Et comme je m'y attendais, Père ne rentra pas dans ce petit jeu. Je fulminais pourtant intérieurement quand il ajouta qu'ils avaient un contrat où ils trouvaient tous les deux leur compte. Magnifique. Je n'étais pas naïve, mais imaginer mon père payer cette pute pour se soulager... C'était déstabilisant. Et trop concret. Cela dit, il la renvoya pour l'heure, afin que nous nous retrouvions tous les deux. Mauvais signe. Mais c'était aussi bien que cette catin n'assiste pas à une dispute plus avancée encore entre nous. Elle en avait sans doute déjà assez entendu et je m'en voulais déjà d'être intervenue ainsi, mettant mon père en porte à faux devant elle. Cela venait égratigner son image de souverain intraitable, alors que sa fille se permettait de lui faire des reproches. Mais ce qui était fait était fait. J'espérais que cette Mathie ne prendrait pas trop d'assurance en se pensant intouchable en ayant ainsi les faveurs du roi. Cela m'insupporterait au plus haut point qu'une moins que rien ose me tenir tête.

Sans demander son reste, la catin fila, nous laissant ainsi face à face. Je me redressais malgré moi, carrant les épaules pour affronter ses remontrances. Ce qui planait dans ses yeux ne laissait rien présager de bon. Mais je ne craignais pas la colère du roi du Nord. Même si, sous le coup de la colère, beaucoup de choses pouvaient être dites et regrettées ensuite. Je l'avais vexé en le traitant de lâche. Naturellement. Oui, j'imaginais les sacrifices auxquels il avait du consentir. Mais je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il était plus heureux à la guerre qu'en son foyer. Qu'il aurait pu faire autrement.

« Je n'ai pas non plus à approuver tout ce que tu fais. Je suis encore libre de parler et de donner mon avis. Si tu pouvais revenir en arrière, en sachant tout ce que tu sais maintenant, agirais-tu de la même manière ? »

Abandonnerais-tu ton foyer, ta famille, ta femme et tes enfants ? Qu'espérais-je exactement en posant ce genre de questions ? Qu'il admette avoir commis une erreur et qu'il souhaiterait les réparer s'il pouvait remonter le temps ? Peut-être... Qu'il soit un père plus présent, plus aimant. J'avais cruellement manqué de son amour étant enfant. C'était oncle Bran qui me l'avait donné. Et maintenant, je savais qu'il m'aimait, qu'il tenait à moi. Mais j'allais devoir me trouver aux côtés d'un autre homme. C'était trop tard et ce gâchis me rendait malade. Il enchaîna sur son probable remariage et je grimaçais malgré moi. Honnêtement, je ne souhaitais pas qu'une autre femme devienne Lady Stark. Aucune n'en était digne. Il me semblait que je préférais encore qu'il couche avec des femmes vénales. De passage. Ah je ne savais plus que penser. Mes sentiments venaient altérer mon jugement.

« Je ne souhaite pas que tu te remaries. Mais la reine du Val serait le moins mauvais choix. Elle ne chercherait pas à ce que ses enfants viennent supplanter les tiens, ils ont déjà un royaume. Ce que je veux, c'est qu'aucune femme ne vienne altérer ton jugement et ne t'influence, qu'aucune ne te fascine au point d'être mené par le bout du nez. »

Il valait mieux que cela. Peut-être serait-il offensé que j'ose seulement parler de ça. Que j'ose penser qu'il puisse être faible. Mais il avait été amoureux de Mère. Et elle avait eu de l'influence sur lui, mine de rien. Mais il ramena le spectre de la guerre sur le tapis. Et je sentis mon cœur se serrer. Et il reprit le cours de la conversation concernant Mathie, venant appuyer ce que je venais de dire sur l'influence des femmes. Mathie n'en avait aucune. D'après lui. Il ajouta qu'il n'avait de la confiance, du respect et de l'amour que pour ses enfants. Je me demandais comment il faisait. Comment il faisait pour me faire sortir de mes gonds et aussitôt après, passer du baume sur mon cœur meurtri et me faire ressentir de l'amour pour lui. Mais cela passa quand il me fit la morale sur ma façon de me comporter.

« Peut-être m'as-tu surestimée en pensant que je serais à ma place dans la cour du Roc, qui semble animée par les secrets, les complots et l'hypocrisie. Peut-être n'envoies-tu dans la fosse aux lions, où je serais dévorée finalement. »

Je soupirais alors qu'il me demandais de faire les choses et de bien les faire. Comme un pacte entre nous.

« Tu sais, je porte un lourd héritage pour y parvenir... Entre toi et maman... »

Autant dire qu'il m'était difficile d'être plus posée, de ne pas commettre d'erreurs... Et de devenir une lionne.

« Est-ce donc à cela que nous sommes condamnés ? Être ce que l'on attend de nous ? Et pas ce que nous sommes ? »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1760
Membre du mois : 12
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Dim 9 Aoû - 23:17

JLa catin s'en va. Je sentais qu'elle était ravie d'échapper à ce petit face-à-face dont elle avait fait malheureusement les frais. J'espérais qu'elle ne m'en voudrait pas trop... Et qu'elle renoncerait à l'avenir à ces plans de me faire sortir ainsi en soirée, soit-disant incognito. Les bénéfices ne s'étaient pas avérés à la hauteur de ce que j'aurais pu attendre, et cela m'avait coûté assez cher comme cela. Et je ne parlais pas d'argent. Je voulais arrêter les frais mais ma fille en profitait maintenant pour crever manu militari de bien vieux abcès qui gangrénaient notre famille depuis des années. Je ne pouvais décemment pas m'esquiver de la sorte, pas devant pareilles attentes. Je devais agir, et ne surtout pas me laisser dépasser par des mots, ou par la situation de manière générale. Je me rends bien compte de la puissance du tempérament de ma fille, visiblement décidée à en découdre. D'un autre côté, son accusation tenait debout et ses questions, légitime, appelaient à une réponse. Me demander si j'aurais fait d'autres choix en ayant une autre conscience des problèmes de notre famille était un coup en traître. Comme une question piège. Sauf que la première et plus douloureuse leçon de mon père tenait justement à assumer chacun de ces choix. Et puis... Un peu plus de Sigyn à la période la plus compliquée de notre vie, de notre relation, cela n'aurait été assurément de tout repos.


| Tu es encore libre, oui. Mais n'abuses pas de cette liberté, ma fille. Il est des choses qu'il n'est pas aisé d'assumer ensuite. Mais oui, en ce qui me concerne, j'agirais sans nul doute de la même manière. Le Nord avait besoin de moi, en paix comme en guerre. Cela ne veut pas dire que je ne vous aimais pas, ni que vous ne me manquiez pas. |


La jeune femme grimace quand je parle remariage. J'imaginais que me savoir au lit avec une femme devait paraître infiniment plus acceptable que d'accepter qu'une autre femme jouisse de toutes les prérogatives de sa défunte mère. Elle valide le choix du Val et je souris. Ce n'est pas vraiment une option, l'intérêt de la plus belle femme de Westeros pour le Nord se limitant à une alliance sans arrière pensée. Ce qui somme toute, m'allait très bien à moi aussi. Me remarier serait compliqué, quoiqu'il arrive. Mon regard se fit ensuite plus dur, tout comme le ton de ma voix.


| Il n'y a eu qu'une femme qui m'ai jamais fasciné à ce point là. Et cela n'arrivera plus jamais. |


J'étais catégorique. Plutôt plus d'amour que cette forme là d'amour. Le but quoiqu'il en soit, malgré cette dureté de voix, n'était pas tant de rabrouer ma fille que la faire avancer, que de lui faire comprendre ses erreurs, qui étaient aussi les miennes. Je ne voulais pas qu'elle se sente blessée ou attaquée sur qui elle était, sur ce qu'elle faisait. Jeyne faisait à peu près tout pour rendre fier son père. Je me rappelais de mes propres sentiments, lorsque j'étais jeune. Que ce genre de conversation m'embêtait, à l'époque, moi qui ne pensait qu'au con des filles, à l'hydromel et à une bonne bagarre. Je passe ma main sur sa joue, la caresse du pouce.


| Ne dis pas des choses comme ça. C'est justement parce que tu es qui tu es, que tu vas conquérir ce nouveau monde qui s'offre à toi. Bien sûr que nous devons être qui nous sommes. Il faut cependant veiller à ne jamais laisser notre identité empiéter sur notre devoir... Ni oublier que nous existons indépendamment de lui. |





Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 11959
Membre du mois : 185
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Lun 17 Aoû - 21:48

Qu'avais-je attendu de sa part ? Qu'il m'avoue regretter ses choix, qu'il aurait aimer passer plus de temps avec nous et que si c'était à refaire, il aurait envoyé un homme de confiance diriger ses armées pour passer davantage de temps avec nous ? Oui... oui, quelque part, j'aurais aimé entendre cela. Mais ce ne fut pas le cas. Si c'était à refaire, il agirait de la même façon. Au moins, cela avait le mérite d'être clair. Je sentis quelque chose se briser en moi... mes espoirs peut-être. Les dernières miettes d'une fillette qui aurait aimé que son père l'aime davantage et l'élève. Je verrouillais pourtant mon cœur, parce qu'il n'était pas temps de pleurer sur les illusions ainsi piétinées. Je pinçais pourtant les lèvres et me raidis, signe que j'encaissais le choc, mais que cela faisait mal malgré tout.

« Au moins, je suis fixée désormais. »

Je l'épinglais du regard. Il avait toujours été ainsi. A faire passer son devoir avant tout le reste. Son devoir de roi, pas celui d'époux et de père. On pouvait l'admirer pour cela. Et on pouvait également le détester. J'oscillais souvent entre les deux malheureusement. Notre relation n'avait jamais été apaisée. Mais avec qui mon père avait-il jamais eu une relation sans éclats ? Immédiatement, je songeais à la catin. Elle, elle disait sans doute oui à tout, se contentait de ce qu'il lui donnait : son argent. C'était plus simple. Elle n'attendait rien de lui et il n'attendait que ses cuisses écartées quand IL le désirait. C'était sans doute ce qu'il fallait à un homme comme Torrhen Stark. Des relations sans contraintes, parce qu'il n'était pas doué avec les autres humains, avec ceux qui avaient besoin de sa présence et de son affection. J'espérais sincèrement que ni Jon, ni Walton ne seraient comme lui sur ce point. Je savais déjà que j'étais différente. La famille comptait énormément pour moi et passait avant tout.

Naturellement je tiquais quand il parla remariage. C'était logique, mais ce serait sans doute un mariage de raison. Je plaignais la future Lady Stark quelque part. En espérant que jamais une femme n'ai de nouveau ce titre. Aucune ne le méritait, même si ce serait plus décent qu'une catin dans le lit du roi... Et cela n'empêcherait pas le roi du Nord de payer les services d'une prostituée de toutes façons. Même avec Sharra Arryn ? C'était une reine, une femme de poigne. Tolérerait-elle l'affront ? Je ris moi-même, de façon jaune, à cette réflexion. Même la plus grande des reines n'avait aucun pouvoir à ce sujet... il suffisait de regarder la reine Jordane. Les frasques de son époux étaient connues de tous. Une si belle femme... Quel affront. Et elle demeurait digne pour autant. Je savais déjà que si Lyman m'était infidèle, les murs de Castral Roc retentiraient de ma colère pendant longtemps. Je ne me pensais pas capable de prendre cela avec détachement ou froideur. J'étais trop impétueuse pour cela.

Malgré tout, je craignais qu'une femme envoûte mon père et prenne de l'ascendant sur lui. Ma mère n'y était pas arrivée, même s'il l'avait aimé, mais cela ne signifiait pas que le roi du Nord soit imperméable à ce genre de manigances. Vu comment il avait défendu sa catin... Comme si elle comptait pour lui! Qu'importe qu'elle soit... offensée, blessée, par mes paroles ! Elle n'était là que pour l'argent, il ne devait rien ressentir pour elle. Même de l'amitié, c'était trop. Et cela me déplaisait royalement. Qu'il s'affiche ainsi avec elle également. Quelle idée de sortir avec cette moins que rien pour aller s'amuser, lui qui ne le faisait jamais ? C'était offensant. Il m'avoua qu'une seule femme l'avait fasciné ainsi et que cela n'arriverait plus jamais et je soufflais :

« Et tu as passé une bonne partie de ton mariage à la fuir. »

C'était sans doute une pique gratuite et cruelle, mais c'était mon sentiment. Mais je choisis de le croire... De toutes façons, bientôt, ce ne serait plus mon problème... Je ne saurais même plus ce qui se passerait chez moi. J'écrirais à ma famille bien sûr, mais ce ne serait pas pareil. Mon cœur se serra à cette idée. Et je me confiais à mon père malgré tout. Je me sentais dépassée par ce qui arrivait dans ma vie. Par le poids qu'il mettait encore sur mes épaules. Par son exemple, qui ne me réjouissait absolument pas. Je songeais que je ne serais pas à ma place au Roc, pas avec mon éducation, mon caractère... Et si cela se passait mal ? Si les Lions se retournaient contre les Loups ? Mon père n'avait pas besoin d'un coup d'épée dans le dos alors qu'il allait devoir reprendre le combat. J'étais dépitée, démoralisée soudainement alors que je m'interrogeais sur qui je devais être. Je faillis lui rétorquer, que lui, il avait oublié parfois qu'il n'avait pas que son devoir dans la vie... Qu'il n'avait pas trouvé son équilibre. Je hochais la tête simplement. Mon devoir était d'épouser le prince Lyman et de nous assurer le soutien de l'Ouest... Pour un jour en devenir reine. Et faire honneur à ma famille...

« Je tâcherais de m'en souvenir... »

Je soupirais, avant que mon visage ne se ferme de nouveau et que je reprenne, avec un peu hautaine :

« Je vais rentrer, je n'ai plus le cœur à m'amuser. Je te souhaite une bonne soirée. Avec qui tu le souhaites. »

Dernière pique pleine de rancœur, avant de tourner les talons et de sortir pour rentrer au palais. Ma soirée était gâchée. De bien des façons.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1760
Membre du mois : 12
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   Mar 18 Aoû - 21:45

Ma fille accueille durement ma froide résolution. La vie et l'éducation de mes enfants n'est jamais qu'une succession d'épreuves, de leçons, qui parfois même malgré moi les poussent à me ressembler, à faire d'eux tous de futurs souverains. Je ne sais pas si Jeyne, au delà de l'éclatement de ses rêves de jeune fille, parvient à voir clairement quels sacrifices son futur statut va lui demander. Avec ce qu'elle est, ce qu'elle aurait voulu être, avec ses principes les plus forts. Elle va apprendre à mentir, à mentir vraiment, pour des motifs graves et importants. Oh, je pense qu'elle a des notions de manipulation. Des notions d'enfant. Elle a la force pour être ce qu'il faudra qu'elle soit, même si cela me ravage déjà de penser à ce que cela lui infligera, autant que cela m'a infligé moi même jadis. Mais il le faut. Car la seule raison d'exister de l'aristocratie n'est pas de détenir le pouvoir pour ses seuls fruits, mais aussi pour son coût. Quelle légitimité avons nous sur le trône, sur nos fiefs, si nous ne saignons pas pour les autres, pour tous ces gueux qui s'échinent à dédier leurs efforts à notre prospérité. J'avais toujours vu la féodalité comme un échange, le seigneur comme un dieu parmi les hommes, mais un dieu maudit. C'était ainsi. Certaines choses ne sont pas faites pour changer, dans notre Nord natal.


| Je suis désolé de te décevoir, mais j'ai été ainsi fait. J'espère que tu sauras te montrer plus flexible que ton père, à l'avenir. |


Parce que mon père n'avait jamais aimé l'adage plutôt plier que rompre. Pour lui, nous devions rester droits et fiers même face à la plus terrible adversité. C'était comme ça. Comme avec le Noir ou le Dragon. Si je devais mener mes troupes à la bataille dans une guerre perdue d'avance pour une question d'honneur ou de principes, alors, je devrais le faire. Cela ne m'avait pas empêché de manoeuvrer pour prendre l'avantage, car conformément à mon devoir je devais tout faire pour assurer la survie et la suprématie des miens. Je fronçais les sourcils, accusant le coup. Je lâchais, un peu amer.


| Elle n'avait pas autant besoin de moi que moi d'elle. |


J'avais lâché ces mots assez laconiquement. J'étais imprudent mais qu'importe. Je ne suis pas le seul fautif de ce qui nous est arrivé à tous. Je ne suis pas à l'origine du problème. Ou peut être que si, justement. Ce dont j'avais fini par me convaincre. Je la rattrape quand elle me quitte. Je prends doucement sa main dans la mienne et lui emboîte le pas.


| Je te raccompagne. Hors de question que je reste là à me demander si, portée par la folie de la jeunesse tu n'ailles faire quelques bêtises comme ton vieux père en son temps. Ne laisse pas gâter ton humeur par les faiblesses de ton père, par les responsabilités sur tes épaules. Tu vas vivre quelque chose de fantastique, tu verras. Il y aura des moments durs, c'est certain. Mais tu seras heureuse. Je le sens. Rentrons. |





Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 11959
Membre du mois : 185
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Breaking Loose [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Breaking Loose [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Les Mêlées du Grand Tournoi [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: