AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]
MessageSujet: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Dim 5 Juil - 23:40

Arianne faisait les cent pas, dans les appartements qui lui avaient été donnés, hésitant sur la conduite à tenir. Elle n’avait pour seule envie que celle de rejoindre Anders, malgré les tensions qui rythmaient leur relation. Elle s’en sentait coupable, parfois, et l’en blâmait d’autres fois, mais elle ne pouvait s’empêcher de les regretter, et d’en être attristée. D’autant plus qu’elle n’arrivait pas, pas toujours, à en faire abstraction. Mais l’inquiétude née des joutes avait fait fondre ses réserves, rappelant à la jeune femme sa spontanéité. Après la journée de divertissements, d’affrontement, il semblait que rien ne soit prévu pour cette soirée. Peut-être pourrait-elle s’introduire dans les appartements de son frère, et partager son repas avec lui ? Oui, c’était ce qu’elle allait faire. Et voir s’il allait aussi bien qu’il le lui avait dit avant le dernier affrontement. Elle l’espérait.

Elle sortit, sa garde sur ses talons, se perdant sur le chemin des cuisines. Une servante prévenante l’y amena, avant de lui proposer de l’attendre, pour la ramener à ses appartements. Souriant, Arianne la remercia, et s’enquit de la manière la plus polie et agréable possible d’un panier pour prendre son dîner dans ses appartements, avec sa dame de compagnie, ainsi que diverses boissons. Elle prit quelques délices sucrés aussi, dont un qu’elle enveloppa délicatement dans une serviette, et qu’elle comptait donner à la servante qui la guidait, en guise de remerciement. Peut-être se servait-elle à son bon vouloir, mais Arianne n’était pas ingrate, et souhaitait la remercier. Souriant, précisant ne pas présumer de sa prétention à de tels mets, elle lui indiqua simplement avoir apprécié son aide et la remercier ainsi, et rentra à nouveau dans ses appartements, pour en ressortir quelques instants après, mieux vêtue et correctement coiffée et maquillée. Rien d’excessif, simplement une toilette soignée.

Elle ne mit guère de temps à parvenir aux appartements de son frère, non loin des siens, toujours suivie par sa garde. Faisant fi de l’encombrement du panier, elle fit part de sa présence avec deux coups brefs sur la porte, et entra sitôt qu’on lui ouvrit. Posant le panier sur le sol pour s’en libérer, elle se retourna sur les hommes chargés de sa protection qui attendaient. « Mon frère veillera sur ma sécurité, et me raccompagnera, vous pouvez faire ce que bon vous semble. » Elle était ferme, mais pas dure. Bien que cette protection excessive l’oppresse, elle ne pouvait les en blâmer, et faisait de son mieux pour ne pas leur faire ressentir cela.

S’inclinant avec ironie, elle ne put s’empêcher de grandement sourire à Anders. « Lord Martell, me feriez-vous le plaisir et l’honneur de partager ce modeste repas avec moi, pour célébrer l’honneur avec lequel vous vous êtes distingué ce jour ? Sa Majesté Arryn sait s’entourer de personnel compétent, et les denrées que  voici me promettent, en plus d’une excellente soirée en excellente compagnie, un repas digne des Sept. Si vous me permettez, bien évidemment, de profiter de votre présence. »

Elle n’avait pas fait preuve d’une telle insouciance, et d’une telle légèreté, en sa présence, depuis bien longtemps. Ses réserves se rappelleraient à elle bien assez tôt, Lady Martell était déterminée à profiter tant qu’elle le pouvait, tant qu’elle ne se sentait pas emprisonnée par les convenances ou tous ces sentiments qui l’oppressaient. Prenant le panier, elle le posa sur la table, faisant tinter la vaisselle qui s’y trouvait, avant de s’approcher de son frère pour lui embrasser la joue.

« Comment vas-tu ? »



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mar 7 Juil - 11:09

Rien de mieux pour se délasser après une telle journée qu'un bon bain. Anders savait déjà qu'il serait courbaturé le lendemain au vu des chocs multiples auquel son corps avait été confronté. Il n'y avait aucune souplesse dans cet exercice qu'étaient les joutes. Son corps n'était pas habitué à encaisser de tels chocs. Il s'était contracté pour résister aux multiples assauts. S'il maniait la lance avec aisance, il en allait différemment quand on portait une armure de 40 kilos qui vous empêchait presque de marcher, couplée à une lance plus impressionnante et lourde. Non, la force brute n'était pas pour les dorniens, mais malgré ce handicap, il avait montré qu'il était un guerrier valeureux, malgré l'inexpérience. Il était fier de lui, fier de cette journée. Fier des encouragements de son frère et de Deria. Et davantage encore d'Arianne. C'était idiot, parce qu'à elle, il n'avait rien à prouver. Arianne avait toujours soutenu son turbulent et téméraire petit frère, avait toujours été fier de lui et toujours su qu'il pouvait faire de grandes choses. Pourtant, avec le froid qu'il y avait entre eux, il avait été touché au delà des mots de la voir arriver sous sa tente, et le féliciter personnellement, sans aucune gêne cette fois.

Cela lui avait réchauffé et en même temps brisé le cœur.

Il ferma les yeux en se laissant couler dans le baquet. Il avait renvoyé la servante qui s'était proposée pour l'aider. En d'autres temps, oui, il aurait accepté qu'une jolie femme l'aide pour ses ablutions, mais pas ce soir. Il se retrouvait seul avec lui-même et avait ainsi tout loisir de réfléchir. Ce qui ne lui arrivait pas souvent. Se poser trop de questions amenait un sentiment de mal être chez lui qu'il détestait. Enfant, il s'en était posé beaucoup au sujet de son statut, de pourquoi les gens ne l'aimaient pas ou le raillaient. Pourquoi on l'insultait, ou le rudoyait. Il n'avait jamais été battu, mais il avait été bousculé, voire frappé lors de certains entraînement, les soldats s'en donnant à cœur joie sur le petit bâtard qui le regardait de haut. Quand Anders aurait du faire profil bas, il avait relevé la tête. Il était le fils de Nymor Martell. Qu'importe le nom de sa mère. Le sang princier de Dorne coulait dans ses veines. Et sa mère n'était pas une moins que rien non plus. Il n'avait pas à avoir honte de quoique ce soit. Alors oui, il avait développé cette arrogance face aux jaloux et aux envieux, face à ceux qui ne le pensaient pas digne d'être élevé avec Roward et Deria. Il avait attisé l'animosité à son égard. C'était idiot, mais c'était ainsi.

Et aujourd'hui, il leur avait tous prouvé que le bâtard de Dorne faisait honneur à son sang. A son nom. Deria lui avait accordé l'immense honneur de s'appeler Martell. Cela l'avait galvanisé. Il ne pouvait pas la décevoir, il ne pouvait pas laisser le peuple penser qu'il n'en était pas digne. Aujourd'hui, il était fier de lui et cela n'arrivait pas aussi souvent qu'on pouvait le penser. Et naturellement, ses pensées vagabondèrent encore vers Arianne. S'il était capable de se la sortir de la tête et du cœur, il le ferait. Parce qu'elle lui rendait la vie impossible, bien malgré elle. Il pouvait concevoir qu'elle s'éloigne de lui, mal à l'aise que son petit frère puisse la désire comme une femme. Mais cela le blessait tout de même. Ils avaient tant partagé... Il ne supportait pas l'idée de la perdre totalement.

« Ah l’amour n'apporte que tourments. »

Il grogna, avant de sortir de l'eau et de se sécher, enfilant pantalon et chemise négligemment. Il faisait encore chaud ce soir. Plus frais qu'à Dorne, certes, mais c'était agréable. Et puis, il était seul, il n'avait pas à s'habiller correctement. Ce n'était d'ailleurs sans doute pas une bonne idée de rester seul. Cela lui permettait de ressasser ses sombres pensées et de le mettre d'humeur lugubre. Il allait peut-être rappeler la petite servante... Il en était là de ses réflexions quand on frappa à sa porte. Porte qui s'ouvrit que l'objet de ses pensées, toute pimpante et apprêtée, belle comme le jour, qui lui souriait avec malice. Il resta un instant abasourdi en la voyant d'humeur si légère. Et si... naturelle avec lui. Mais il se reprit vite, lui rendant son sourire.

« Je vous permet. Je suis d'humeur magnanime ce soir, votre Grâce. »

Il s'inclina à son tour devant Arianne, le cœur battant la chamade de retrouver cette connexion particulière entre eux. Sa sœur posa le panier et lui baisa la joue, cessant ce petit jeu pour lui demander simplement comment il allait.

« Plutôt bien, de quoi devrais-je me plaindre ? J'ai montré à tous ces princes de sang que je n'avais pas usurpé le nom que Deria m'a généreusement accordé. Et je vais passer la soirée en compagnie de la plus belle femme de Westeros. »

Il lui adressa un clin d’œil, sachant qu'elle allait penser qu'il exagérait. C'était sans doute vrai, mais Arianne faisait tout de même partie des plus belle femmes des royaumes, c'était certain.

« Je pense que demain sera une autre affaire, je risque de marcher comme un vieil arthritique. »

Il s'esclaffa en imaginant le tableau, s'emparant de la main d'Arianne pour en baiser le dos.

« Cela me fait plaisir que tu sois là. Vraiment. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mar 7 Juil - 23:29

Que ce soit ou non une bonne idée, Arianne ne pouvait plus reculer. Pas alors qu’elle s’était donné tant de mal, pour quérir un repas pour eux, et pour se rendre un peu plus présentable qu’elle n’avait du l’être après les affrontements, couverte du sable qui virevoltait. Pas alors qu’il l’avait rendue si fière, qu’il s’était fièrement opposé à ses adversaires. Pas alors qu’il avait été valeureux. L’amour sincère qu’elle portait à son frère avait beau être mis à mal, ces derniers temps, il était toujours là, intact, et elle ne pouvait en faire abstraction. Pas ce soir. Pas alors que ses pensées lui étaient dédiées, et qu’elle ne l’espérait pas plus sérieusement blessé qu’il ne l’avait laissé paraître. Surpassant la légère appréhension qu’elle essayait de faire taire, elle se signala à la porte, puis entra, un instant absorbée dans ses souvenirs de leur entente, si légère, il y a des mois de ça. C’était l’impulsion dont elle avait besoin, pour faire abstraction de tout ce qui la tourmentait, ces derniers temps, avec en tête ou presque leur éloignement. L’impulsion nécessaire pour qu’elle ne se renferme pas, mais redevienne l’expansive sœur ainée, qui voulait faire oublier les tracas de la vie à son petit frère favori, quant il était un peu trop rudoyé. La sœur qui ne se lassait pas d’inventer mille et une histoires sur leurs origines oubliées, qui étaient bien plus que ce qu’on leur prêtait. Bien qu’Anders n’ait pas à rougir de sa mère, au delà du fait qu’elle ait eu un enfant illégitime, contrairement à elle, elle savait que cela l’apaisait, de s’imaginer descendant d’un valeureux et noble guerrier, dont plus personne n’avait le souvenir. Elle continuait, jusqu’à ce que ses larmes d’enfant se tarissent, et qu’il s’endorme sur ses genoux. Alors elle s’allongeait à ses côtés, et profitait de sa présence pour dormir paisiblement, et moins effrayée par cette si grande cour, si différente du bordel dans lequel elle avait vu le jour. Cela remontait, elle était enfant, et Anders encore tout petit… Il avait bien vite cessé de pleurer, car c’était indigne des vrais hommes, et il avait mis un point d’honneur à protéger sa sœur bâtarde de tout le fiel dont ils étaient victimes, cherchant malgré tout sa présence, une fois la nuit tombée. « Pour éloigner les cauchemars qui pourraient rythmer sa nuit, d’après lui. » Bien que cette proximité leur ait été, à l’un comme à l’autre, indispensable. Cette sérénité lui manquait, par moment. Si elle pouvait en retrouver une once…

Elle s’arrêta dans son élan, un instant, en le voyant si perturbé. Avait-elle commis un impair ? Peut-être pas. Peut-être sa vue lui avait-elle joué des tours, car alors il lui souriait doucement, presque tendrement, entrant dans son jeu. Le soulagement se fit maître d’Arianne, en même temps qu’une délicieuse chaleur, de ne pas se voir repoussée. Bien qu’elle sache inconsciemment que jamais Anders ne la rejetterait, elle ne cessait de craindre le jour où cela viendrait, depuis son enlèvement, depuis la distance qu’elle avait mis en eux, depuis le trouble que ce qu’elle n’avait jamais vu que comme un jeu en tant que jeune fille innocente qu’elle était lui était apparu comme bien plus sans qu’elle ne sache quoi en penser.

« Merci, Mon Seigneur, vous m’épargnez une soirée seule, consumée par l’ennui. »

Ce qui était, par ailleurs, tout à fait vrai. Arianne ne goutait que peu à la quiétude, et à la solitude. Encore moins depuis son séjour au sein des îles de fer. Ses pensées, bien trop dérangeantes, l’y ramenaient constamment. L’unique moment où elle se retrouvait seule et n’était pas hantée par ces pensées insupportables, depuis, consistait en ses promenades à proximité de Lancehélion, dans les déserts brulants de Dorne. Sa garde, évidemment, non loin. Secouant légèrement la tête, elle embrassa son frère, s’enquérant de son état. Si elle le disait avec légèreté, elle ne pouvait entièrement dissimuler son inquiétude de la journée, et son souhait qu’il n’ait de douleurs trop dures à supporter.

« Tu leur as montré avec honneur et dignité ce que ta famille savait déjà. Ce que j’ai toujours su, et n’ai jamais cessé de croire. Je ne répèterai pas ce que je t’ai dit sous la tente, mais je n’en pense pas moins. Tu es un digne Martell, Anders. Tu l’as toujours été, quoi que qui que ce soit ait pu en penser, ou en dire. Deria n’a fait que rendre officiel ce qui était déjà. »

Elle était intimement convaincue de ce qu’elle avançait. Encore plus qu’elle, qui avait vécu une vie diamétralement opposée à celle à la Cour, avant de rejoindre Lancehélion, et qui ne pouvait renier ses origines. Anders n’avait jamais que connu la vie de presque Prince, et il était l’égal de Roward, aux yeux de la bâtarde. Peut-être même, à sa manière, supérieur, car il avait été forgé par des épreuves que Roward n’avait jamais eu à affronter. Là où le Prince Roward s’était retrouvé confronté à l’hypocrisie, Anders lui avait eu à affronter le mépris. Deux fléaux bien différents, qui avaient forgé deux Princes, car ils en étaient, complémentaires, mais bien distincts. L’un était une lance raffinée, quand le second était une épée brute, efficace et résistant aux chocs. Sortant de ses pensées, elle se reconcentra sur son frère, ses paroles, et le clin d’œil qu’il lui fit, alors qu’elle s’empourprait, et ressentait un certain malaise, suite à son compliment. Plaquant un sourire sur son visage, elle s’efforça malgré tout de ne pas se démonter.

« Je vais croire que tu as posé l’œil bien avant aujourd’hui sur l’armure de notre frère, et qu’un seul regard sur elle a suffit à t’éblouir, et à t’empêcher d’observer convenablement les Reines, Princesses et jeunes filles nobles qui nous entourent, depuis notre arrivée, plus ravissantes les unes que les autres, et bien plus que moi. »

Si elle s’exprimait sur un ton léger, elle était malgré tout intimement convaincue de ce qu’elle avançait. Elle se savait belle, et désirable, elle n’avait plus besoin de preuves de cela depuis plusieurs années et n’était pas femme à se diminuer sans raison, mais parmi les beautés de Westeros, nombreuses étaient plus désirables ou raffinées qu’elle.

« Puis-je faire quoi que ce soit, pour soulager tes maux ? Te préparer un bain avec des herbes, chercher une onction apaisante, quoi que ce soit ? »

Elle jeta un œil en arrière, voyant le baquet qu’il venait probablement d’utiliser, haussant les épaules. Peu importait. Un second bain, pour lui permettre de délasser ses muscles perclus, ne lui ferait surement pas de mal. La jeune femme fit à peine attention au rire qui cessait, surprise lorsqu’il saisit sa main, remarquant alors sa tenue qui montrait bien qu’elle l’interrompait alors qu’il n’avait pas prévu d’avoir de la compagnie. Elle détourna vivement le regard, quelque peu gênée, avant de le ramener sur son visage et de lui sourire.

« À moi aussi. Je ne voudrais pas être ailleurs. »



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Ven 10 Juil - 14:39

« Et que vous périssiez d'ennui pèserait lourdement sur ma conscience. »

C'était beaucoup plus facile de se comporter ainsi avec elle. De plaisanter, d'aborder des sujets légers. Il ne pouvait la repousser, quand bien même sa présence le mettait au supplice. A bien y réfléchir, il avait conscience d'être terriblement pathétique à se consoler ainsi et à tant rechercher sa présence même alors qu'elle ne le voyait que comme son petit frère, celui qui s'endormait souvent au son de sa voix apaisante quand il n'avait que 5 ans. Celui qui avait défié tous ceux qui lui avaient manqué de respect quand il en avait 10 de plus. Il était difficile de comprendre ce qui les unissait, au delà de l'amour fraternel. Leur lien était spécial, parce qu'ils avaient connu les mêmes tourments et même si Deria et Roward les avaient toujours aimé et soutenu, il n'avaient jamais traversé ces épreuves qui vous blessaient et vous apprenaient à vous protéger.

Une fois ce petit jeu de nobles terminés, chacun tomba le masque et Arianne félicita encore une fois son frère qui n'était pas peu fier de sa performance. Il avait davantage à prouver que n'importe lequel des participants de ce tournoi. Davantage encore qu'Orys Baratheon qui lui semblait plus estimé qu'il ne le serait jamais par son peuple. Il avoua cette fierté d'avoir pris sa revanche à sa sœur. Ce n'était sans doute pas utile, elle devait bien le deviner, mais cela faisait un bien fou de pouvoir le prononcer à haute voix.

« Sans doute. Mais ce qui a toujours été évident pour vous, ne l'a jamais été pour le peuple. Je ne me fais cependant pas d'illusions, cela n'est pas prêt de changer. »

Même avec cette performance aux joutes. Il soupira, repoussant ses cheveux encore humides en arrière tout en contemplant Arianne. Elle était vraiment superbe. Simplement vêtue, mais elle n'avait nulle besoin de fanfreluches pour mettre en valeur sa beauté éclatante. Il lui en fit d'ailleurs le compliment et fut encore ravi de la voir rougir légèrement, comme embarrassée qu'il puisse la trouver plus belle que toutes les autres. Elle était adorable quand elle avait des accès d'humilité de ce genre.

« C'est vrai que les dames rivalisent de beauté. Mais ce n'est pas l'armure de Roward qui m'éblouit. C'est la tienne. Et puis, la beauté n'est pas que physique, c'est un ensemble... Une aura, un charme... Et certaines princesses et reines ont beau n'avoir aucune imperfection, elles me laissent de marbre. »

Ce n'était sans doute pas très malin ni subtil d'enfoncer ainsi le clou alors qu'elle était gênée de ce genre de compliments qui devait lui sembler totalement subjectif. C'était peut-être le cas, mais Anders avait quand même vu défiler pas mal de femmes dans son lit (ou ailleurs, il ne manquait pas d'imagination) et il pensait avoir un goût assez sûr en matière de femmes. Arianne faisait partie des plus belles qu'il ai vu. Sa bouche pulpeuse, sa peau dorée, ses longs cheveux bruns, son air malicieux, sa sensualité qui contrastait avec une certaine candeur... Il inspira profondément alors que son esprit s'emballait. Ce n'était pas le moment de tout gâcher. Et de la faire fuir pour de bon.

Il plaisanta sur son état de santé malgré tout. Si pour aujourd'hui, cela pouvait aller, malgré quelques douleurs, il savait que le lendemain, ce serait bien pire. Ce à quoi sa sœur se proposa gentiment pour le soulager. Par les Sept... Et c'était proposé avec tant de candeur... Alors qu'il interprétait déjà cela de façon bien plus perverse, imaginant Arianne qui le massait tandis qu'il se prélassait dans le bain. Stop l'imagination on a dit ! Et pourtant... Pourtant, c'était tellement tentant.

« Et bien, j'ai déjà prit un bain comme tu peux le constater, mais je ne serais sans doute pas contre quelque onguent de ta composition couplé à la magie qui sait naître de tes doigts. »

Il jouait vraiment, mais vraiment avec le feu. Mais il était ainsi et il n'avait jamais été prudent. Rien que l'idée de sentir les mains d'Arianne, même en toute innocence de sa part, sur sa peau, lui convenait. Il lui avoua pourtant, en toute sincérité et sans fards qu'il était heureux qu'elle soit là. Cela avait une portée bien plus forte encore depuis qu'ils s'étaient éloignés. Depuis combien de temps n'avaient-ils pas passés du temps que tous les deux ? Depuis avant l'enlèvement d'Arianne. Un enlèvement sur lequel elle ne s'était jamais étendue, ne racontant pas à son frère ce qu'il s'était passé. Si bien qu'il imaginait le pire. Et était un peu blessé qu'elle ne se confie pas à lui quand ils se disaient tout avant. C'était de la sagesse de la part d'Arianne. Mais qu'importe, le sentiment d'être exclu de sa vie primait sur tout.

« Tant mieux. Tu me manques. »

Elle pourrait lui rétorquer que c'était idiot, puisqu'ils se voyaient tous les jours. Mais elle ne lui ferait pas l'affront de ne pas comprendre le sens réel de cette phrase n'est-ce pas ? Leur complicité lui manquait.

« J'espère qu'il ne me faudra pas participer à un autre tournoi pour retrouver ces instants avec toi. Je dois avouer ne pas vraiment priser cette armure trop lourde. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Sam 11 Juil - 1:19

Elle lui sourit, d’un sourire qui se voulait bienveillant. Il était certain que le peuple ne considérait pas Anders à sa juste valeur, pas encore. Mais ça allait changer, de cela, sa sœur en était persuadée. Il ferait ses preuves, à chaque fois, et gagnerait un peu plus de prestance. Il gagnerait le cœur des Dorniens. Celui d’Arianne se serra, à cette pensée, mais elle s’efforça tant bien que mal de l’ignorer. Il était et serait toujours le courageux jeune homme, qui la protégeait des tourments de la vie, et elle serait toujours l’aînée attentionnée qui s’inquiétait tant pour lui. C’était dans l’ordre des choses, et elle devrait le partager bien malgré elle, bien qu’elle ne soit même pas consciente de la difficulté qu’elle avait à imaginer ça. À imaginer être séparée de son frère. Et pourtant, n’avait-elle pas contribué à cette séparation, ces derniers mois ?

« Ils le seront. Tu t’illustreras encore, je n’ai aucun doute là-dessus. Ce n’est qu’une mise en lumière de tes capacités. »

Elle le lui répèterait, autant que nécessaire. Dusse-t-elle en être lassée, qu’elle ne cesserait pas, si ça lui était utile. Si ça l’encourageait à y croire. Ses pensées ne purent s’attarder sur les moyens de lui faire entendre raison à ce sujet, toutefois, qu’il persistait dans le compliment qui la dérangeait tant, elle qui était habituée pourtant à de tels encensements, et les accueillais avec bonne humeur… Quand ils ne provenaient pas de son frère. Elle ne pouvait s’empêcher d’être mal à l’aise, encore plus quand il persista.

« Car tu n’as pas eu l’occasion de les rencontrer, et tu ne leur as pas donné la chance de faire preuve de cela. Tu devrais y songer. Peut-être ne les laisserais-tu pas de marbre, et que la réciproque deviendrait vraie. Il y a sûrement des perles qui ne demandent qu’à se dévoiler, au fil du temps, protégées par leurs coquilles pour le moment. »

Si elle cherchait à créer une distraction, à changer le sujet, et si elle ne pouvait ignorer le pincement qu’elle ressentait, elle espérait malgré tout sincèrement que son frère trouverait chaussure à son pied. Une belle princesse, ou jeune femme respectable, qui le rendrait heureux. Mais il devait s’ouvrir à elles, et Arianne l’aider à le faire. Apprivoiser, encore, son farouche petit frère. Malgré la distance, malgré leurs difficultés à se comprendre.

Fort heureusement pour elle, il ne s’attarda pas, plus, évoquant ses muscles courbaturés et qui seraient surement douloureux. La peine transparut sur le visage d’Arianne, fugace et fugitive, à l’idée qu’il ait récolté des blessures, même mineures, et qu’il puisse en souffrir. Elle avait toujours voulu épargner les souffrances à sa fratrie, et davantage à Anders qui ne pouvait comprendre la cause de toutes celles qui lui étaient infligées. Ça n’avait pas réellement changé.

« Mangeons, et je m’affairerai à faire en sorte que tu n’en souffres pas trop demain. Demande à tes gardes de recueillir auprès d’une personne compétente de quoi adoucir ta peine ? »

Arianne n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait se passer dans la tête d’Anders. Pas à ce sujet, du moins. Elle n’avait pas été dupe de ses compliments. En revanche, elle ne voyait dans sa proposition d’aide que l’amour d’une sœur pour son frère. Le reste de ses paroles, en revanche, était limpide… S’il ne l’accusait de rien, énonçait avec une certaine candeur même, la plus cruelle des vérités, comme aurait-elle pu ne pas saisir l’allusion à cette distance qui se creusait entre eux, mais qu’elle se sentait bien incapable de combler ? Comment l’affronter, avec son déshonneur en tête, cette souillure qu’elle ne pouvait supporter, et qu’elle ne pouvait laisser derrière elle ? Sans lâcher sa main, maigre réconfort dans le tumulte de ses pensées, elle se retourna, la gorge nouée, incapable de se confronter à lui, cette fois. Incapable de le laisser voir la détresse dans ses yeux – si ça n’était pas déjà fait.

« C’est difficile. Comprends le. Et jamais je ne voudrais que tu participes à un tournoi, que tu te mettes en danger, pour moi. Promets-moi de ne pas agir ainsi sur un coup de tête. Je ne le supporterai pas. Je ne me supporterai pas. Je ne supporterai pas ton absence. »

La bonne humeur qu’elle s’était efforcée d’instaurer était brisée, aussi surement qu’Arianne brisait, à répétition, le cœur d’Anders. Et le sien. La détresse transparaissait dans sa voix, sans nul doute. Elle ne voulait pas que leur soirée se poursuive ainsi. Libérant sa main, elle s’affaira près du panier, pour disposer la vaisselle et les plats, toujours de dos à son frère. Le temps de reprendre une contenance. Ces gestes l’apaisaient.



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Sam 11 Juil - 21:03

Hélas, même en démontrant sa vaillance, Anders savait que cela ne suffirait pas à faire oublier aux Dorniens la souillure de sa naissance. Ni même à permettre aux autres têtes couronnées de Westeros en plus du peuple de Dorne, à considérer que Deria avait eu raison de légitimer le bâtard. C'était dommage, mais il ne désespérait pas. Il n'avait pas besoin de la reconnaissance des autres... Du moins, c'était ce qu'il aimait penser. Il aurait aimé que cela soit totalement vrai, que l'avis des autres ne lui importent pas. Il s'était forgé une forteresse plus jeune, afin de pouvoir encaisser les coups. Peu étaient ceux qui savaient ce qui se cachait derrière cette carapace. Arianne était la seule à approcher au plus près de la vérité. S'effrayant pouvoir de la perversité de son petit frère à son encontre. Encore heureux que Roward ou Deria n'en avaient pas la moindre idée... Pour quoi serait-il passé ? Pouvaient-ils seulement comprendre qu'il n'y avait rien de pervers là dedans, que c'était simplement l'une des plus pures formes d'amour qu'il puisse éprouver ? De l'amour et du désir. Il n'avait pas l'impression de la souiller en pensant ainsi à elle... La seule chose qui était répréhensible était qu'ils avaient le même père. Sinon... Cela n'aurait pas posé de problèmes. Sinon, peut-être ne se serait-elle pas retranchée derrière ce lien de parenté et lui aurait-elle laissé une chance...

Il tenta de chasser ces pensées qui avaient tendance à assombrir son humeur. C'eut été dommage de gâcher ce moment privilégié avec Arianne.

« J'espère que tu as raison. »

Cela lui faisait chaud au cœur qu'elle ai tant confiance en lu et semble si assurée. Il était fière. Cela dit, il était un peu déçu pour Roward, qui était allé moins que lui. Son petit frère méritait lui aussi d'être reconnu à s ajuste valeur et il savait combien le jeune prince brûlait de devenir le meilleur et plus grand guerrier de Westeros. Ils s'en étaient fait la promesse, plus jeunes.

Et comme elle le complimentait sur ses qualités de guerrier, il fit de même, encensant la beauté d'Arianne qui en rougissait et tentait de la minimiser en se comparant aux princesses et reines qui foulaient le sol du Val depuis le début des festivités. Il se fendit d'un sourire désinvolte quand elle insista.

« Oh je suis certain que je saurais bien susciter un peu d'intérêt de leur part. Mais soyons sérieux, je demeure un bâtard Arianne. Les princesses sont pour les princes, comme Roward, je n'ai pas la prétention d'approcher pareil trésor. »

On lui avait assez répété qu'il n'était pas prince quand bien même il recevait la même éducation et qu'il ne pourrait prétendre à un mariage aussi prestigieux. Il n'avait même pas tenté d'approcher une demoiselle de sang royal. Peut-être en avait-il côtoyé au bal. Mais contrairement à son frèe, jamais il n'aurait pu prétendre défendre les couleurs d'une dame de haut lignage. Il devait admettre du cran de la part du bâtard Bolton. Ou de l'inconscience. De toutes façons, il n'avait envie de couronner aucune comme reine de beauté. Seulement Arianne.

« Et déflorer une princesse est très mal vu je crois. »

Il se fendit d'un nouveau sourire, arrogant cette fois. Cela dit, des princesses totalement vierges, il ne devait plus en avoir beaucoup. C'était une sacrée hypocrisie. Et puis, il aimait bien provoquer, même Arianne. Elle ne se faisait aucune illusion concernant la sexualité de ses frères. Roward était un séducteur, et Anders n'était pas en reste, c'était lui qui avait initié son cadet après tout. Et puisqu'il ne pouvait pas avoir Arianne, il devait bien passer sa frustration...

Il profita alors de l'offre innocente de sa sœur. C'était mal. Ils n'avaient pas du tout la même idée en tête, mais il ne pouvait pas résister à ce genre de tentation. Quitte à ce que cela se retourne contre lui... Mais il n'allait pas limiter tous les contacts physiques avec Arianne quand même ! Et elle accepta. Il se disait bien qu'il était en train de faire une erreur, mais c'était trop tard. Il hocha la tête, se dirigeant vers la porte, pou s'adresser à un des gardes et demander de quoi permettre à Arianne de le... délasser. Cela fait, il revint auprès d'elle, lui avouant combien elle lui avait manqué, espérant qu'il ne faudrait pas qu'il risque encore sa vie ainsi pour qu'elle revienne auprès de lui. Cela troubla Arianne, naturellement, alourdissant l'atmosphère. Il s'en voulut, mais il saurait la faire sourire de nouveau, il était doué pour chasser la gravité et la morosité. Elle s'échappa, mais après un léger silence, il s'empara de sa taille, la retournant pour qu'elle lui fasse face et caressa doucement sa joue.

« Ah, tu es en train de me demander de faire preuve d'un peu de réflexion au lieu d'agir de manière inconsidérée ? »

Un sourire en coin flottait sur ses lèvres, alors qu'un étincelle amusée dansait dans ses yeux bruns... Masquant aussi le plaisir qu'elle se retrouve si proche de lui. Bon sang, ce n'était pas possible de rechercher à ce point le contact avec elle... Mais il avait tant joué à la charmer qu'il avait toutes les difficultés à se débarrasser de ces habitudes... Il la relâcha, en haussant les épaules.

« Si cela peut te rassurer, je participerais à ce genre de tournoi davantage pour ma gloire personnelle. C'est tellement glorifiant d'éjecter tous ces nobles et princes bien nés. »

Il ricana, encore enjoué au souvenir de sa performance. Il faillit lui rappeler qu'il ne demeurerait pas à Lancehélion toute sa vie, qu'il y aurait la guerre et bien des embûches, mais cela ne ferait que plomber encore la discussion et il n'en avait pas envie.

« Alors dis moi, qu'as-tu ramené de bon pour redonner des forces au guerrier épuisé ? »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Dim 12 Juil - 1:04

L’aînée des Martell se contenta de sourire à son frère. Elle ne pouvait affirmer que les choses se passeraient comme elle le dépeignait et le souhaitait, mais elle ferait tout pour que sa bravoure soit récompensée, et pour qu’il soit perçu à sa juste valeur. Qu’il soit Sand ou Martell ne changeait rien pour elle, mais le nom qu’il portait maintenant lui ouvrait de nouvelles portes, et une importance plus grande, c’était certain. Pas pour l’être qu’il était, pas encore, davantage pour plaire à la Princesse Martell, mais c’était un début. Un début couronné de succès après ces joutes.

La gêne qu’elle avait ressentie à l’entendre la complimenter commença à se dissoudre, en le voyant sourire de manière aussi détachée. De cet air impertinent qu’il avait du savamment travailler, elle en était presque sûre. Elle était attendrie, devant cette vision de son impétueux et provoquant petit frère, si sur de lui.

« Mais tu es un Martell, si l’on ne t’offre pas une princesse, tu peux sans difficultés prétendre à une noble. Vous valez tout autant qu’une Lady, Lord Martell, et je suis persuadée que ces merveilles ne se feront pas prier, devant un valeureux chevalier tel que vous. Et pensez donc, vous côtoyez le prince et la princesse de près, c’est une opportunité en or ! Elle s'arrêta un instant, lui souriant malicieusement. Tu as plus de valeur que tu ne le crois, petit frère. »

La surprise ceint son visage, un bref instant, avant qu’elle ne hausse les yeux au ciel. Il ne changeait décidément pas. C’était plaisant, mais aussi exaspérant par moment.

« Et je te défends de le faire. Mais je suis certaine que tu n’as pas besoin de mes recommandations pour cela, tu le sais très bien, en réalité. »

Oh oui, elle n’avait aucun doute à ce sujet. Il ne faisait que la taquiner. Elle aurait préféré qu’il en reste là, et non pas qu’il lui reproche sa distance. Elle en était blessée, bien plus qu’elle n’aurait dû se permettre de l’être, sachant combien elle-même blessait son frère. Mais elle ne pouvait ignorer l’amour qu’elle lui portait, et la peine de se voir reprocher cette distance, qu’elle aurait voulu abolir. Mais elle ne pouvait pas lui offrir ce qu’il recherchait. C’était son frère, et cela ne se faisait pas. Elle ne voulait pas non plus feindre l’étendue de son affection.

Elle se laissa malgré tout faire, frémissant à son contact, inquiète mais soulagée qu’il ne s’énerve pas ou ne lui dise pas qu’il ne tenait qu’à elle de rendre la situation plus simple. Elle acquiesça, s’efforçant de sourire, en l’entendant, avant d’ébouriffer affectueusement ses cheveux. « Je suis sûre que tu en es bien plus capable que tu ne le prétends. »

Il se détacha d’elle sur le clin d’œil qu’elle lui fit, la faisant regretter sa proximité, et la chaleur de ses doigts. Secouant légèrement la tête, elle rit légèrement en l’entendant, si galvanisé, si… libéré. Si heureux. Oh, il n’était pas maussade de nature, mais il était rare de le voir aussi enthousiasmé, et cela faisait plaisir à Arianne. « Très bien. Mais veille à ne pas te défigurer, tu en auras besoin, en plus de ton charme et de ton humour, pour alpaguer ces Lady qui ne demandent qu’à se jeter à tes pieds. »

Elle lui sourit une dernière fois, avant de déballer son panier. Diverses viandes froides, des légumes à déguster crus, des œufs, différentes sauces… Le tout présenté d’une manière raffinée, à l’honneur des cuisiniers de leur hôte. Laissant les plats sucrés dans le panier, Arianne en sortit quelques bouteilles, du vin et de la bière, principalement, ne sachant de quoi son frère aurait envie.



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Dim 19 Juil - 19:20

Anders haussa les épaules alors que sa sœur lui assurait qu'il pourrait faire un... beau mariage. Il n'était absolument pas pressé de se marier, attention. Ils pouvaient bien en parler en plaisantant, la perspective de devoir avoir une épouse ne le ravissait pas spécialement. La pression inhérente à tout noble de devoir un jour accomplir son devoir et épouser un bon parti avait été moindre chez lui, mais cela ne l'avait pourtant pas écarté de ce jeu d'alliances. En étant bâtard, il était moins prisé naturellement, mais en devenant un Martell, il pouvait déjà viser un peu plus haut. Arianne avait raison, Deria pouvait sans problèmes le promettre à une noble, même si certains seigneurs un peu rétrogrades pouvaient en être mécontents. Hélas, tous ne partageaient pas le point de vue de sa famille sur sa valeur. Même si aujourd'hui, en étant arrivé en final lors des joutes et en ayant été éliminé assez difficilement face à un chevaler de Peyredragon, il n'avait aucunement à rougir de ce qu'il était. Il n'avait jamais eu honte d'être un bâtard, loin de là et chaque coup porté n'avait fait que lui permettre de relever davantage la tête encore et de toiser les autres avec une arrogance jugée déplacée. Et qui lui avait attiré pas mal d'ennui. Encore cette fois, alors qu'il avait été relevé de terre par son adversaire draconique, il avait affiché un sourire éblouissant et une fierté palpable... Ainsi qu'une sorte de mépris envers tous ces nobles qui se pensaient supérieurs. Anders n'avait pas la victoire modeste hélas.

« Si tu le dis... »

Il avait confiance en lui, mais c'étaient les autres qui doutaient. Et malheureusement, il ne pouvait pas changer leur état d'esprit. Même après son triomphe d'aujourd'hui. Il avait toujours eu son petit succès auprès des femmes et il se doutait bien que sa côte de popularité allait grimper avec ses performances guerrières. Pas assez pour que des princesses lui tournent sérieusement autour. Et de toutes façons, l'amour courtois avec sérénade, poésie et tout ce qui allait avec, ce n'était pas pour lui, il laissait ça aux enfants légitimes. Donc, les princesses ne l'intéressaient pas. Le sang royal ne l'intéressait pas. C'était là une défense de toucher et quand bien même il plaisantait à ce sujet avec sa sœur, il n'était pas assez stupide pour s'y frotter de trop près.

« Hum... Même si Deria et toi en doutez souvent, il m'arrive d'avoir un peu de plomb dans la cervelle oui. Même si je crois avoir perdu un peu de matière grise après les assauts du dragon. »

Il fallait avouer que le combat contre le Baratheon avait été le plus difficile, mais aussi le plus gratifiant. Il avait encaissé des coups puissants, jusqu'au dernier qui l'avait vu perdre en se retrouvant éjecté de sa monture et condamné à demeurer sur le dos comme une tortue, incapable de se relever seul avec une armure aussi imposante et lourde. Situation ridicule, connue par tous ceux qui s'étaient retrouvés sur le sol. Il profita de ce petit moment de complicité pour étreindre sa sœur, retrouver la douceur réconfortante de sa présence. Arianne avait toujours su apaiser l'enfant turbulent et l'adolescent frondeur qu'il était. Mais depuis quelques années, c'était devenu plus délicat, puisqu'elle était la raison même de son agitation et de son tourment. Résultat, elle ne pouvait plus l'étreindre et espérer le calmer ainsi. Il lui reprocha malgré lui la distance qui s'était instaurée entre eux, de par le fait de la jeune femme, sans pour autant lui en vouloir totalement. Mais au moins, c'était dit. Il n'était pas hypocrite. Il plaisanta d'ailleurs sur le fait qu'il espérait ne pas avoir à jouter pour qu'elle s'inquiète pour lui et vienne s'enquérir de sa santé, la retrouvant ainsi comme avant.

Elle ne goûta pas la plaisanterie et il s'en voulu presque d'assombrir ainsi son humeur. Il parlait souvent trop vite au lieu de réfléchir à ses paroles, c'était le problème. Il tenta de rattraper le coup, en lui rappelant qu'il n'était pas spécialement reconnu pour ses capacités de réflexion et sa pondération. Elle lui ébouriffa les cheveux en le contredisant légèrement, le faisant rire de bon cœur.

« Possible, mais autant laisser planer le doute. »

Il se détacha d'elle, à regret mais aussi parce que sa proximité était source de tentation, plaisantant de nouveau sur le tournoi. Sa sœur entra dans le jeu, lui conseillant de ne pas trop abîmer son beau visage au risque de perdre en charme et il lui lança dans un sourire malicieux :

« Hum... j'avais entendu dire que le côté cicatrice avait tendance à attirer les femmes, m'aurait-on menti ? »

Ah pourquoi est-ce qu'elle lui disait avec tant de conviction qu'il pouvait autant plaire aux femmes alors qu'elle ne voyait en lui que son petit frère trop fougueux et impétueux ? Cela faisait mal quelque part. Elle reconnaissait qu'il était bel homme et que beaucoup de femmes le trouvaient séduisant mais la seule qu'il voulait vraiment était totalement hermétique à ce charme... Il s'assit alors qu'Arianne s'installait en déballant les vivres qu'elle avait emmené. Il attrapa le vin, récupérant deux coupes pour les servir tous les deux.

« Et bien, à ma presque victoire et à cette soirée ! »

Il trinqua avec sa sœur, savourant le vin, avant de reprendre, en faisant pensivement tourner le vin dans son verre.

« Tu sais ce que je regrette vraiment ? C'est de ne pas avoir pu te couronner reine de beauté. La Targaryen le méritait aussi mais... Enfin, tant pis. »

Il haussa de nouveau une épaule, installé négligemment dans son siège. Pas besoin de faire trop attention à ses manières avec Arianne, bien qu'elle l'ai souvent reprit quand il était petit et ne tenait pas en place. De tous, elle avait toujours été la plus sage, la plus obéissante et la plus calme et avait fait en sorte que son turbulent petit frère ne s'attire pas davantage l'ire de leurs enseignants.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mar 21 Juil - 23:31

Il ne servait très probablement à rien d’insister sur le parti auquel il pouvait prétendre, mais Arianne avait à cœur de faire comprendre à son frère qu’il n’était pas un moins-que-rien, comme il l’avait trop souvent entendu. Il était un fier et valeureux guerrier, bâtard légitimé peut-être, mais cela ne changeait rien. Elle était certaine que, sur un champ de bataille, nul n’avait plus de valeur qu’un autre. Tous risquaient leur vie, même si certains pouvaient être mieux protégés que d’autres. Tous se battaient pour une même cause, tous devaient se battre vaillamment pour revenir auprès des siens. Et pour courtiser ces demoiselles, cela revenait au même. Il y avait plusieurs flancs, et tous combattants n’étaient pas sur les mêmes, mais tous avaient une chance variable selon leur grade, et Anders allait certainement monter à ce niveau là. Sa sœur voulait simplement qu’il le réalise, qu’il saisisse sa chance, et profite de l’opportunité d’être sur toutes les lèvres suite à ses exploits de joutes. Elle ne surenchérit pas, malgré tout, en l’entendant, presque défaitiste, haussant les épaules. Qu’avait-elle de plus à dire ? Elle lui jeta un regard presqu’offusqué, en tout cas, légèrement vexé. Croyait-il vraiment cela d’elle ?

« Tu sais très bien que je ne t’ai jamais pris pour un idiot, et que jamais ça ne sera le cas. Tu agis impulsivement, certes, mais tu sais ce qu’il convient de ne pas faire. Ne crois jamais que je sous-estimerais ainsi. Souffres-tu ? Es-tu blessé à la tête, aussi ? »

Si elle avait parlé avec quelque peu de froideur, elle avait vite changé de ton, s’inquiétant à nouveau pour lui. Elle espérait sincèrement qu’il ne souffre d’aucune blessure trop profonde, trop dangereuse. Il n’avait pas été épargné, pour son dernier affrontement. Les coups avaient été violents, et le choc de sa chute surement brutal. Elle avait manqué se précipiter au bord des gradins, mais pour l’étiquette s’était contenue, surtout en voyant son frère être relevé et pouvoir marcher, bien qu’avec raideur. L’armure n’aidait surement pas. Si elle se referma, elle lui sourit assez rapidement, rassurée par son propre rire. Elle n’avait jamais pu rester très longtemps fâchée contre lui, bien qu’elle garde ses distances, dernièrement. Ses yeux prirent un léger éclat amusé, en l’entendant.

« C’est l’effet guerrier, je pense, mais tu peux bien t’autoriser une petite cicatrice. Pas trop, pour ne pas éprouver mon petit cœur. Déjà que j’ai eu peur de mésaventures que tu as du subir, avec Roward, quand tu as eu celle que tu as déjà sur la joue… »

Elle s’inquiétait bien trop, mais elle était incapable de faire autrement, et de relativiser.

« A toi et au talent dont tu as fait preuve. Tu m’as impressionnée, même si je te l’ai déjà dit. »

Elle ne comptait pas avouer qu’elle avait failli succomber à l’inquiétude, inutile de risquer qu’il doute de la confiance qu’elle lui portait, ou qu’elle portait à ses capacités. Cela n’avait strictement rien à voir, c’était une manifestation de l’amour qu’elle lui portait, et du besoin qu’elle avait de lui. Elle ne pouvait imaginer un seul instant vivre sans Anders, c’était ainsi.

« Tu m’as déjà couronnée Princesse, et tu m’as rendue fière, c’est l’essentiel. Il n’y a aucun regret à avoir, si ce n’est que tu ne sois pas entièrement en forme. »



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Lun 27 Juil - 11:51

Il ne s'était pas attendu à ce qu'Arianne monte ainsi sur ses grands cheveux tandis qu'il la rassurait avec humour. Il ne pensait pas à mal, mais elle semblait offusquée qu'il puisse sous entendre qu'elle le prenne pour un crétin.

« D'accord, d'accord. Je voulais simplement plaisanter. »

Et on pouvait dire sans exagérer que c'était totalement loupé au vu de la réaction de la jeune femme.

« C'est juste que vous avez tellement l'habitude avec Deria de nous charrier sur notre manque de réflexion que... »

Il haussa les épaules, laissant sa phrase en suspens, tandis qu'Arianne s'inquiétait de nouveau pour lui en lui demandant s'il était blessé et s'il souffrait. Ah... Oui, il souffrait, mais ce n'était pas physique et ce n'était certainement pas la faute du Baratheon. Mais il ne pouvait pas lui avouer n'est-ce pas ? Elle ne comprendrait pas. Ou elle comprendrait trop bien au contraire et fuirait cette chambre et son occupant comme la peste. Or, il ne voulait pas la perdre.

« Non je vais bien, j'ai la tête dure. »

Il accompagna son ton rassurant d'un sourire. Il s'en sortait vraiment bien. Il en était le premier étonné d'ailleurs. Il ne savait pas s'il devait mettre cela sur la chance du débutant, ou sur une quelconque bravoure insolente. Mais qu'importe finalement, seul comptait le résultat. Encore une fois, il usa d'humour, encore une fois, Arianne le prit au premier degrés, ce qui provoqua un nouveau froid entre eux, qu'il eut tôt fait le balayer de nouveau, lui demandant son avis quant à l'effet de cicatrices de guerre sur les femmes. Et il réussit de nouveau à la dérider. Elle lui semblait bien inconstante aujourd'hui, passant de la gravité à la légèreté en un claquement de doigts. Etait-ce là le reflet du propre chaos intérieur qui l'habitait quand elle était avec son frère ? Avec le spectre de ses tentatives de séduction au dessus d'eux... entre eux ? C'était bien possible. Elle ne devait pas savoir exactement sur quel pied danser.

Néanmoins, elle lui rétorqua avec humour, non sans glisser qu'il risquait fort de l'éprouver s'il s'amusait à en récolter toute une ribambelle. Il sourit au souvenir de celle, presque effacée maintenant, qui ornait sa joue et il y porta la main par réflexe, le regard brillant de malice.

« Ah, un petit souvenir pour me rappeler qu'il faut être un peu moins téméraire et un peu plus prudent... »

Il fit une petite grimace.

« Oui bon, je l'oublie souvent, mais j'y travaille. »

Ah on ne changeait pas son caractère si facilement, n'est-ce pas ? Bien que conscient qu'il devait réfléchir un peu plus avant d'agir et ne pas prendre des risques inconsidérés, le jeune Dornien avait du mal à lutter contre sa nature profonde. Il en allait de même en combat. Il avait tendance à jouer le tout pour le tout, surprenant ainsi ses adversaires en laissant une ouverture, mais en misant sur un coup bien placé pour en finir. C'était dangereux. Et plusieurs fois ses instructeurs lui avaient dit qu'il finirait embroché s'il ne prenait pas davantage garde à sa garde justement. Mais ça, Arianne l'ignorait. Et c'était mieux ainsi.

Ils servirent le vin et Anders en profita donc pour porter un toast. Suivi par Arianne qui le félicita encore. A vrai dire, il s'était même impressionné tout seul. Il but une gorgée, avant de livrer à sa sœur son plus grand regret. Il sourit quand elle lui rétorqua qu'il l'avait déjà fait princesse.

« Ah oui... Sur le moment, cela m'a paru tellement... normal et approprié. Mais je crois que j'ai parlé trop vite... Encore. »

Sans mesurer les conséquences.

« Enfin, ce que je veux dire, c'est que tu as toujours été et seras toujours une princesse pour moi, pour Deria, pour Roward... Mais les têtes couronnées de Westeros et les nobles ne sont sans doute pas de cet avis pour la majorité... C'est difficile de lutter contre l'étroitesse d'esprit. »

Et il ajouta, malicieux et sans doute jouant avec le feu :

« Mais je le serais quand tu te seras occupée de moi, tu es douée. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mar 28 Juil - 0:46

Que… Que quoi ? Elle soupira, devant l’incompréhension qu’elle avait de son frère, et qu’elle n’appréciait pas. Elle aurait su, avant, finir sa phrase. Elle décida cependant de laisser tomber, lui rendant son sourire alors qu’il lui disait avoir la tête dure. Pourvu malgré tout qu’il ne teste pas ses limites jusqu’à ce qu’elle se brise… Il affrontait de réels dangers, certes, mais elle aimait autant qu’il les limite au maximum. Même s’il n’avait pas toujours le choix, supposait-elle. Et elle ne pouvait pas réellement le blâmer d’être emporté par le moment. Que pouvait-elle faire, de toute façon ? Se montrer hystérique, apeurée par le danger qu’il courait ? Non, elle ne pouvait pas se le permettre, bien qu’elle aurait aimé céder à cet élan. Au moins en privé. Mais sa retenue et son désir de ne pas offenser son frère en remettant en cause ses aptitudes l’en empêchaient. Peu importait. Elle se contenterait de laisser l’inquiétude la ronger, quelques fois en compagnie de Deria.

« Tant que tu n’as pas un plus grand souvenir que ça… Je peux te pardonner ta témérité. Et tu ne penses pas à mal, malgré ton manque de prudence. Mais ça finira pas te rester en tête. Si tu ne le fais pas pour toi, fais le pour nous. Tu manquerais trop grandement à nos vies, pour risquer la tienne au delà de ce que ta place exige de toi. »

Arianne était sûrement légèrement trop sérieuse, mais tout se mélangeait en elle. L’inquiétude, la peur pas encore tout à fait effacée, le soulagement, la tristesse de ne plus être aussi à l’aise avec Anders, la joie de pouvoir malgré tout lui parler et passer ce moment seule avec lui ce soir pour célébrer sa victoire… Une multitude de sentiments, contradictoire et perturbante.

« Mal leur en fasse. Quoi qu’ils puissent en dire et en penser, notre entente et notre union fait la force de notre famille, de Dorne. Même si tous ne le voient pas, même si tous ne sont pas d’accord. Ils l’accepteront, tôt ou tard. Et je n’ai ni la prestance ni les obligations d’une Princesse, comme Deria peut les avoir, et cela me convient on ne peut mieux. Même si je ne renoncerai pour rien au monde à être ta Princesse, comme tu es mon Prince depuis que nous sommes tout petits. Que Westeros tout en entier en pense ce qu’il veut, nous avons toujours su toi et moi la véritable valeur de l’autre, c’est l’essentiel. »

Oui, rien ne comptait plus pour elle. Malgré la cruauté de sa remarque, envers les espoirs de son frère, dont elle ne se rendait même pas compte.

« J’espère que je saurai soulager tes muscles meurtris. Mais tu dois aussi reprendre des forces, mange. »



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Jeu 30 Juil - 22:23

« Et qu'est-ce que ma place exige de moi au juste Arianne ? »

Il avait répondu rapidement, à peine avait-elle terminé sa phrase. Il comprenait tout à fait qu'elle s'inquiète pour lui. C'était naturel, comme il s'inquiétait pour elle. Mais il était dans l'ordre des choses qu'il combatte et risque sa vie, pendant que ses sœurs restaient à l'abri. Et pourtant... Pourtant, Arianne avait été enlevée et il avait connu l'inquiétude pendant trois longs mois. L'incertitude, la colère, l'impuissance, la frustration. Si cela n'avait tenu qu'à lui, il aurait lancé toute la flotte dornienne sur les mers afin de retrouver Arianne, ce qui était totalement immature et stupide, mais cela l'avait rendu fou de la savoir entre les mains des Fer-Nés... Il s'était imaginé le pire... A tort ou à raison, il 'en savait rien, Arianne s'était montrée très peu bavarde sur le sujet. Et Anders bien trop vif, à lui demander si elle allait bien, si ces chiens ne lui avaient pas fait mal, promettant qu'il les tuerait jusqu'au dernier, comme quand il était un enfant de 10 ans prêt à remuer ciel et terre pour venger l'honneur de sa sœur. Sauf qu'il avait 21 ans, qu'il n'était plus un enfant et qu'il ne pouvait se lancer dans ce genre de quête vengeresse dans conséquences.

« Quelle est ma place au juste, tu saurais me le dire ? »

Parce que lui ne le savait pas. Il n'était pas un prince. Il n'était pas non plus un vulgaire enfant illégitime. Il avait sa place dans la fratrie Martell, une place que son père lui avait conféré, naturelle pour Deria et Roward. Mais ce n'était pas le cas pour la noblesse dornienne et il ne fallait même pas parler de la royauté de Westeros. Il n'avait aucun pouvoir, mais il n'était pas sans influence pour autant. Il ignorait quel était son statut au juste.

« Toi, tu es la conseillère de Deria. Cela est admis et public. Et moi ? Je suis le turbulent bâtard, qui accompagne le prince Roward partout. Rien de plus. »

Il soupira, se passant une main dans les cheveux en soupirant.

« Ah, pardon, je ne voulais pas parler ainsi. Oublie. Je souhaite juste... exister autrement qu'à travers vous. »

Et cette finale aux joutes était un premier pas vers ce désir. Il espérait bien confirmer cela lors des mêlées, même si Arianne allait encore se ronger les sangs et le lui reprocher malgré elle. Mais cela n'avait pas été dans son intention de parler de sa difficulté à se positionner à sa sœur. Il n'aimait pas parler de ses doutes. Même à elle. Il était un homme, il devait agir comme tel. Et ne pas donner l'impression d'être ingrat et capricieux. Ce n'était pas le cas. Mais il avait ses propres inspirations. Et il espérait que son exploit d'aujourd'hui l'aiderait à se faire un nom. Même s'il n'était pas naïf au point de penser que ce serait si facile.

Arianne lui rétorqua que l'union de la famille faisait la force des Martell et il ne pouvait qu'être d'accord. Même s'il y avait parfois des tensions entre eux, même si l'entente entre Anders et Deria n'était pas toujours au beau fixe, ils faisaient front ensemble face à l'adversité.

« Tu as la prestance d'une princesse. »

Mais elle avait raison, il s'estimait heureux aussi de ne pas avoir tout ce lot d'obligations pour l'étrangler. Il conservait une certaine liberté. Plus grande que Deria et Roward. Ou qu'Arianne. Il hocha la tête à ses paroles.

« C'est vrai. »

Les deux enfants naturels qui s'étaient créés leur propre monde, qui s'étaient réconfortés comme ils l'avaient pu, qui n'avaient jamais fait cas de leur naissance.

« Mais je ne suis pas comme toi... Je ne saurais me contenter de cela, j'aspire à davantage... »

A la reconnaissance, tout simplement. Un rêve qui pouvait bien le blesser cruellement, mais tant pis. Songer aux mains d'Arianne sur sa peau avait de quoi lui remonter le moral. Décidément, Anders aimait approcher du soleil au point de se brûler les ailes... Il hocha la tête, commençant à manger avec entrain. Les mets étaient délicieux, le vin bien choisi.

« Avec ça, je vais tous les sortir de la mêlée. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Jeu 30 Juil - 23:08

Ce que sa place exigeait ? Bien trop, pour Arianne, qui ne saurait le supportait. Bien trop. Pourrait-elle un jour tolérer qu’il risque sa vie ainsi ? Qu’ils la risquent ainsi, lui et Roward ? Qu’elle puisse les perdre, du jour au lendemain, alors qu’ils défendent Dorne ? Son devoir, sa propre place, le lui imposaient, quand son cœur lui hurlait que c’était là une infamie, et que Deria et elle auraient du leur trouver une place moins dangereuse. Quand sa raison et ses croyances lui dictaient que c’était là folie et ingrat, que de ne pas les autoriser à s’illustrer en temps que combattants. Insoumis, invaincus, intacts, ils l’étaient, et le seraient aussi longtemps qu’on les autoriserait à démontrer leur force et leur valeur. Mais ils ne seraient qu’impudents, imbus et infamants, s’ils se targuaient de cette devise en restant enfermés dans un palais. Tout cela s’emmêlait en elle, déboussolée et ne sachant vers quoi pencher. Tantôt l’un, tantôt l’autre. Elle dut y accorder plus d’attention qu’elle ne le crut, son frère se remettant à parler, avant même qu’elle n’ait pu répondre. Avant même qu’elle n’ait su ce qu’elle aurait répondu. Elle sourit en l’entendant, d’un sourire doux-amer à la fois. Oh, elle aurait pu répondre à la place qu’il occupait. Mais comment s’opposer à ses propos, de manière à lui faire comprendre qu’il était bien plus qu’il ne le croyait ?

« Concernant ta place, tu es bien plus qu’un turbulent bâtard, mais il va falloir que tu le crois toi-même, si tu veux que les autres y croient aussi. Cesse donc de te rabaisser, sous prétexte que nous ayons eu la vie dure. Tu vaux plus que ça, tu le sais, et nous arriverons toi comme moi à nous imposer, à leur faire comprendre cela. Je conseille Deria, c’est admis et public, certes, mais puis-je seulement me présenter comme telle ? Non, c’est implicite, et il n’en tient qu’à moi de faire mes preuves, afin que Deria puisse me donner explicitement cette place, et la faire accepter. Je n’aurai de cesse d’y arriver.

Quant à toi… Tu n’accompagnes pas le prince Roward. Tu es son aîné, et tu n’as pas à rougir de notre frère. Là où tous se retenaient contre lui, et ne lui répète pas cela, tu sais dans quelle fureur ça le met, tu prenais tes coups, leurs vils coups, et toute la retenue qu’ils expiaient. Tu es plus vif, plus agile, plus retors, et un aussi bon combattant. Ne me dis pas que tu as oublié que je vous regardais, quand Deria était retenue par ses devoirs de Princesse. Je n’ai jamais arrêté. Ta place est de devenir un grand Chevalier, aujourd’hui t’y mènera, sous le commandement de notre frère, en effet, mais tu commanderas aussi tes propres hommes. Je ne suis pas avec vous sur les champs de bataille, mais je ne peux croire que le mérite et le talent n’est pas récompensé. Tu le seras. Et je ne te permettrai pas de baisser les bras.
»

Qu’il lui ait dit d’oublier ? Elle ne l’aurait fait pour rien au monde. Jamais elle n’ignorerait une telle remarque de la part de son frère. Pas en sachant qu’il avait toujours souffert de ce manque de légitimité, de reconnaissance. De ce mépris qui lui était infligé, qui leur était infligé, et de l’injustice latente derrière tout ça. Non, elle savait que ça n’était pas quelque chose d’anodin. Elle lui sourit doucement, l’encourageant comme elle le pouvait. Elle croyait en lui, tout comme Deria et Roward croyait en lui, moins qu’elle certainement mais tout de même. Il devait simplement, lui même, croire en lui. Réellement croire en lui, et non faire uniquement preuve de l’orgueil propre aux Martell, propre aux Dorniens, même. Elle secoua légèrement la tête, en l’entendant. Elle savait ne pas atteindre la prestance de Deria, et de loin. Elle était plus gauche, plus empruntée, plus insignifiante. Elle n’avait pas son naturel, ni son aisance…

« J’en suis loin, je n’ai ni son adresse ni son assurance. Là où elle passe telle un souffle léger et bienvenu, je ne suis qu’une rafale dévastatrice. »

Elle exagérait, assurément, et le savait, mais elle n’égalait malgré tout pas sa sœur.

« Ne crois pas que nous soyons si différents sur ce point. Je veux plus. Pour toi, pour moi, pour nous. Je veux, enfin, faire taire toutes ces vipères qui ont toujours douté de nous. Je veux que tous soient fiers de te compter parmi eux, comme je le suis. Je veux ne plus être la bâtarde Sand, dans l’esprit de tous, mais Arianne Martell, Conseillère Officielle de la Princesse, et non Conseillère temporaire le temps que je fasse une erreur, et que l’un de ces conseillers avides de pouvoir prennent ma place. Et plus que tout, je veux que tu deviennes un valeureux défenseur de Dorne, le plus brillant que l’on ait connu. Et tu en es capable. N’en doute pas. Patiente. Ne rumine pas ta rancœur et ton envie d’en avoir davantage, mais élève toi grâce à elles. »

Elle sourit de le voir manger avec entrain, rassurée. Il n’était pas assez amoché, pour perdre toute envie de goûter à ces agréables mets, savamment accompagnés par le vin.

« Je n’ai jamais douté que tu le fasses. En espérant que cela te préserver de toute blessure. »



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Dim 9 Aoû - 15:41

La réponse d'Arianne ne manquait pas de sens. Pourtant, Anders n'avait pas l'impression de se comporter comme un turbulent bâtard et de se rabaisser... A moins qu'il ne le fasse inconsciemment alors qu'il aspirait à quelque chose de plus grand ? C'était possible. Il avait de l'ambition, des rêves de grandeur. Une revanche à prendre sur la vie. Certes, la place de conseillère d'Arianne était admise, mais encore implicite, mais au moins, elle avait une place. Pour Anders, c'était un peu plus complexe. Il était l'ombre de Roward. Il n'avait ni la sagesse, ni la pondération d'Arianne pour aspirer à un rôle de second ou de conseiller. Il était à peine moins impétueux que Roward et il en avait bien conscience. Il avait le sang chaud, comme beaucoup de Dorniens et privilégiait l'action à la réflexion. Mais il traînait pas mal de casseroles derrière lui. Il avait un lourd passé oui. Difficile de se sortir de cette image dans laquelle il s'était englué et le comble du paradoxe était qu'il se complaisait à se cacher derrière cette image alors qu'il voulait accomplir également de grandes choses et faire ses preuves.

Mais Arianne n'ignorait rien de ses rêves. Il les lui avait confié quand il était enfant et ils n'avaient guère changé depuis, bien qu'ils soient plus... réalistes. Il n'avait jamais rien caché à sa sœur. Jusqu'à maintenant. Jusqu'à ce qu'il éprouve pour elle des sentiments plus que fraternels. Elle pouvait comprendre le jeu de charme entre eux. Pas qu'il la désire au delà de la convenance. Pas qu'il éprouve un amour qui n'était pas vraiment celui d'un frère. Arianne était très ouverte d'esprit et tolérante, mais cela... Elle ne comprendrait pas. Et depuis qu'elle avait été enlevée... C'était devenu encore plus délicat. Anders ignorait ce qu'elle avait vécu durant ces trois mois et son esprit imaginait naturellement le pire. Une jolie femme, seule, sur un bateau rempli de marins qui ne voyaient pas régulièrement de femmes... Forcément, son esprit s'emballait. Pourtant, Arianne n'était pas revenue couverte d'hématomes, amaigrie et terrorisée. Choquée, heureuse de revoir les siens mais pas si maltraitée que cela.

Il sourit quand elle parla de devenir chevalier. Sa performance du jour était un tremplin certain vers cet optique. Chevalier. Commandant des hommes. Même si c'était sous l'égide de son frère, cela ne lui posait pas de soucis. Il pouvait être ambitieux, il n'avait pas comme désir de prendre la place de Roward. Il aimait la gloire, mais pas les responsabilités. En cela, sa place était parfaite. 

« Comment baisser les bras avec une telle foi en moi ? »

Il inclina la tête sur le côté. Arianne était la première à l'encourager et le serait toujours. La première à croire en lui. Roward faisait de même, mais c'était différent. Quant à Deria... Il ne savait pas exactement ce qu'elle pouvait penser, ils ne se confiaient pas l'un à l'autre. Pas aussi étroitement que pouvaient le faire les deux bâtards. Il espérait bien avoir surpris la princesse de Dorne.

« Ne t'en fais pas, je sais ce que je veux et je ne suis pas du genre à renoncer. Et je serais malade de te décevoir. »

Mais alors qu'Arianne lui conseillait d'avoir confiance en lui et de ne pas baisser les bras, qu'il lui assurait qu'elle avait la prestance d'une princesse, ce fut à son tour de minimiser les choses et de se dénigrer. Il claqua la langue, comme pour l'inciter à cesser de dire des sottises.

« Je ne suis pas d'accord. Tu es plus pondérée que Deria, ne t'en déplaise. Tu es celle qui sais prendre le plus de recul sur les événements, qui est la moins enflammée. Tu dois tenir cela de ta mère je suppose. »

Pourtant, si on partait de là, Anders aurait du être le moins entier, sa mère n'étant pas dornienne. Mais il avait énormément hérité de son père. Ce que lui reprochait inconsciemment Deria d'ailleurs.

« Tu n'a rien de dévastateur... »

Du moins... Pas sur les autres. Il se rendit compte de combien cela sonnait faux dans son propre cas. Parce que oui, pour lui, elle avait été une rafale qui avait tout emporté et qui le torturait désormais. Sans même le savoir. Néanmoins, il n'ajouta rien sur le font de sa pensée, écoutant Arianne lui confier ses propres envies, sa propre vengeance.

« Et encore une fois, tes paroles sont sagesse. Nous leur prouverons ce que nous valons. Les mécontents se tairont et comprendront que Deria a été clairvoyante et sera une aussi grande souveraine que Meria. Nous lui devons bien cela... »

Il avait terminé en murmurant, pensif. Malgré leurs différents, lui, il lui devait beaucoup. Être finaliste à la joute était une manière de lui signifier sa gratitude également. Et il comptait bien faire de même lors de la Mêlée, où il serait plus à l'aise encore. Il commença à manger avec appétit, confiant cela à sa sœur.

« J'essaierais d'être... prudent. Je ne te promet rien. Mais les armes seront émoussés Arianne, hormis quelques contusions, je ne risque rien. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Jeu 20 Aoû - 0:13

Elle aurait tout donné pour voir ce sourire orner son visage plus souvent, comme avant. Comme avant ces trois mois passés trop loin d’eux tous, bien qu’ils aient été plaisants, au final. Malgré la nécessité de s’éloigner, de mettre fin à ce jeu qui lui semblait aller parfois trop loin, elle avait souffert de cette distance et de ne plus pouvoir recueillir ses confidences, sans contreparties. Elle ne pouvait plus laisser cela arriver, encore. Elle s’en faisait la promesse, ils ne s’éloigneraient plus. Ce sourire, elle n’en viendrait plus à l’oublier. Elle lui sourit en retour, chaleureuse et tout simplement heureuse. Si elle avait hésité, elle savait avoir bien fait de le retrouver dans ses appartements. Peu importait ce que pouvait en penser qui que ce soit.

« J’espère bien que tu ne le peux, et ne le veux. Je me sentirai vexée, que le fait que je crois en toi sans même penser un seul instant que tu n’es pas capable d’égaler et de surpasser tous ceux qui t’entourent ne soit pas suffisant pour tenir e coup ! »

Elle plaisantait, mais elle était tout de même malgré tout un petit peu sérieuse. L’un comme l’autre s’étaient soutenus mutuellement depuis toujours, et c’était cette foi immense qui leur avait permis d’avancer et de ne pas succomber aux coups et aux insultes, au mépris. Pourvu qu’il en soit toujours ainsi. Si elle ne souffrait reconnaître cette dépendance, elle était bel et bien là, et des années à se battre ensemble l’avait forgée et renforcée. Secouant la tête, elle lui sourit de nouveau.

« Jamais tu ne me décevras. Je t’aime bien trop pour cela, et quoi qu’il advienne, mon soutien t’est acquis pour toujours. Je ne cesserai jamais de croire en tout ce que tu peux faire, même si tu ne penses pas pouvoir aller si loin. Peut-être devrais-je commencer à t’appeler Ser Anders, que tu t’y habitues. En quelques mois, tu auras été fait Lord, et il ne faudra que peu de temps, avant que tu ne deviennes un chevalier émérite. »

Elle lui jeta un regard surpris, en revanche, en l’entendant faire part de sa désapprobation. Qu’avait-elle dit ? Ses yeux se firent plus sévères, en l’entendant. Mais pas à son encontre, à l’égard de ceux qui rendaient les choses telles. Elle s’efforça de l’adoucir, sentant bien qu’elle se braquait, sans grand succès peut-être.

« Nous ne pouvons pas tout contrôler, ni toi, ni moi. Peut-être suis-je toutes ces choses, très certainement, mais je suis avant tout l’enfant illégitime, qui usurpe la pureté de la noblesse, qui conseille la Princesse, quand elle devrait être conseillée par plus ancien et plus expérimenté. Plus digne, moins… souillé. Plus noble. Plus méritant. En tout cela, je suis dévastatrice. Lucide, et plus pondérée, plus apte à prendre du recul. Peut-être ais-je hérité de ma mère, peut-être. Peut-être même m’a-t-elle, inconsciemment, appris à juger les gens, et à savoir ce qu’ils pensaient. À feindre ne pas en être affectée, et à en sortir plus forte. Mais toi mieux que quiconque sais ce qu’il en est réellement, et toi mieux que quiconque devrais comprendre que pour eux, je le suis. Et que si Deria doit faire ses preuves, ils seront deux fois plus impitoyables envers moi. »

Elle s’arrêta un instant, presqu’essoufflée d’avoir affirmé tout cela d’un trait. Se donner le temps de se calmer, effectivement affectée mais plus coléreuse que blessée à l’instant, pour reprendre de manière plus pondérée, plus mesurée et plus sérieuse. Légèrement hésitante, à l’idée de confier son ambition. Quoi qu’elle dise quasiment tout à sa sœur, elle ne lui avait pas parlé de cela. Pour ne pas lui mettre la pression, pour ne pas la pousser à agir par amour pour elle, plutôt que par bon sens. Elle ne pouvait se permettre d’officialiser la place de sa sœur, et cela parce que les dorniens se révélaient déjà mécontents de bien de choses, à commencer par la légitimation de son frère et elle. Arianne devait faire passer ses propres désirs de reconnaissance après Dorne, et ne se ferait jamais passer en premier par ailleurs, pour le bien être de leur contrée et de leur peuple.

« Nous le lui devons, et nous le lui apporterons. Toi comme moi faisons de notre mieux, et faisons bien. Elle est aussi fière de tes prouesses que je le suis, j’en suis certaine. Tu l’aurais vue, aussi anxieuse que moi, et presque plus désireuse que tu les battes tous. »

La jeune femme soupira, avant de saisir la main de son frère. Elle ne pouvait lui demander plus, et c’était déjà beaucoup.

« Merci. Je ne pourrais m’empêcher de m’inquiéter, mais tu me rassures plus que tu ne le crois. Je panserai tes blessures, si tu en as besoin, après la mêlée. »



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Dim 6 Sep - 13:32

Il rit alors que sa sœur espérait bien que son soutien suffisait à le porter. Il leva les mains devant lui en signe d'apaisement et de capitulation. D'accord, d'accord, cela suffisait. Il savait aussi que si il avait été un incompétent, Arianne ne l'aurait pas soutenu aussi ardemment. Du moins, il l'espérait et elle, elle le lui assurait. Mais il n'était pas un incompétent. Il avait la rage de prouver sa valeur, il était un bon guerrier, personne ne pouvait lui retirer cela. Il ne lui restait plus qu'à s'illustrer désormais. Il avait bien commencé avec le tournoi, créant la surprise, même pour lui. Il pouvait encore se faire un nom aux mêlées du lendemain. Et pourtant, même si être arrivé en finale le grisait, il était encore capable de gravité alors qu'il espérait bien de jamais décevoir Arianne. Tout en sachant que cela arriverait forcément. Pas de par ses exploits guerriers, mais par son comportement, par sa jalousie possessive à son égard. Mais Arianne ne pouvait pas deviner les pensées impures qui animaient son demi frère et se méprit sur le sens de ses paroles. Il se contenta de sourire quand elle le taquina en lui disant qu'il serait bientôt chevalier à ce rythme. Cela ne lui déplairait pas, c'était certain.

« Ah que les Sept t'entendent. Et Deria. »

C'était sa sœur qui avait le pouvoir de lui octroyer ce titre. Mais elle en avait déjà suffisamment fait pour lui en le légitimant non ? Il valait peut-être mieux ne pas encore exciter la vindicte des Nobles en accordant de nouveau de l'importance à son bâtard de frère. Une importance qu'il méritait. Comme Arianne. La conseillère de la princesse de Dorne, officieusement, pas assez... pure pour être davantage. Il n'aimait pas qu'elle diminue son mérite, qu'elle se rabaisse, même si ce n'étaient là que les paroles entendues. Elle avait les qualités nécessaires pour conseiller sa sœur, elle était calme et posée, plus que les trois autres de la fratrie. Elle était pondérée, mature... Il était dommage que la bâtardise vienne entacher son mérite... Il hocha sombrement la tête aux paroles de sa sœur. Elle avait raison. D'eux, on exigeait beaucoup plus, et sans jamais leur accorder le mérite qui était le leur pourtant. Cela avait toujours été ainsi et le serait toujours. Anders conclut alors en assurant qu'Arianne et lui allaient faire taire les mécontents, prouvant ainsi leur valeur et rendant la monnaie de sa pièce à Deria qui avait eu foi en eux. Arianne lui apprit que Deria avait tremblé pour Anders elle aussi, tout aussi anxieuse qu'Arianne, désireuse qu'il prenne sa revanche. Et sa sœur n'était pas rassurée de savoir qu'il allait encore combattre le lendemain, même s'il tenta de la rassurer. Il ne risquait vraiment pas grand chose, mais son sourire s'affina quand elle assura qu'elle panserait ses blessures si besoin.

« Ah et bien justement, si tu t'occupais de muscles tendus pour que je sois au meilleur de ma forme demain et que tu n'ai aucune blessure à panser, hum ? »

Après tout, chose promise... Chose due ! Il avait suffisamment mangé et bu, là, il avait bien envie de se délasser un peu sous les mains expertes d'Arianne... Quitte à souffrir mille morts quand son esprit s'emballerait et irait imaginer des choses qui n'arriveraient jamais.

« Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. »

Il se leva avant d'aller s'étendre sur le lit, attendant le bon vouloir de la jeune femme.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mer 30 Sep - 22:26

« Ser Anders Martell. Avoue que ça sonnerait bien, et que tu pourrais te pavaner, drapé de fierté et d’honneur, prêt à charmer toutes ces demoiselles pas assez bien pour toi. Une distinction méritée, mais honorifique et glorieuse. Un moyen, assurément, de faire parler de toi. Ce Ser inoubliable qui démontra la force de sa lance à maintes reprises, au point de faire tomber en pamoison ces dames. »

C’était indéniable, Arianne était persuadée que Deria ne pourrait que le faire chevalier. Une manière de faire parler, de répandre la nouvelle de ses exploits aux joutes, car les gens ne manqueraient pas de parler, et par là de faire reconnaître sa valeur. Que tous comprennent que Lord Martell était aussi digne qu’eux, voire plus.

« Si je ne peux prétendre avoir une oreille attentive auprès des Sept, j’en ai assurément une auprès de Deria. Et elle sait tout comme moi, j’en suis persuadée, que c’est mérité, et légitime. Je n’ai pas besoin de lui en parler pour ça. »

Les choses seraient plus compliquées, bien évidemment, mais elle avait agi dans ce sens en le légitimant. L’adouber ne serait qu’un geste logique, et amplement mérité, indépendamment de ses actes passés. Mais ses détracteurs ne le verraient sûrement pas ainsi. Ça n’en était pas moins ce qu’il y avait de plus évident, suite aux affrontements qu’il avait mené en ce jour. Et qu’il continuerait sûrement de mener, le lendemain. La jeune femme frissonna à cette idée, sans bien pouvoir se défaire de son appréhension, malgré l’assurance de son frère qu’il ne risquait rien. C’était aussi violent que les joutes l’avaient été, elle en était certaine, et bien qu’elle soit de même assurée du talent d’Anders, elle ne pouvait que craindre pour lui. Quoi qu’il en pense ou dise lui-même. Il n’arriverait assurément pas à la raisonner.

Soupirant, elle arqua un sourcil, en le voyant sourire avec malice, alors même qu’elle exprimait son inquiétude et les soins qu’elle lui prodiguerait, s’il était blessé. Ce qu’elle ne souhaitait absolument. Elle était sérieuse, si lui ne l’était pas. Elle s’apprêta à parler, mais il fut plus rapide, faisant naître un sourire sur ses lèvres. C’était donc ça. Il était malin. Très. Mais elle s’était engagée, et elle le ferait avec plaisir.

« Très bien, dans ce cas, allonge toi, et voyons ces onguents qui nous ont été amenés. »

Elle prit un air très sérieux, déchiffrant les noms sur les trois pots déposés là.

« Mixture d’aubépine et de fenouil… Excellent contre la douleur des beaux parleurs. Tire la langue, que je te l’enduise de ça. »

Elle adoptait un air mi-sérieux, mi-amusé, attendant la réaction de son frère.



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Jeu 22 Oct - 21:29

Anders retint un ricanement malvenu quand Arianne commença à l'imaginer en chevalier et surtout à parler de la force de sa lance. Comment dire qu'il avait parfois l'esprit légèrement mal placé ? Même si, au cours de ces joutes, il n'avait sans doute pas été le seul à jouer de doubles sens. Il suspectait fortement ses sœurs d'être rentrées dans son jeu et la complicité qui s'était jouée aujourd'hui entre la fratrie avait été une belle preuve de l'union de tous dans l'adversité, aux yeux des autres royaumes. Certains pouvaient bien dénigrer les Martell d'avoir ainsi accepté de légitimer des bâtards, il n'en demeurait pas moins qu'ainsi, Deria et Roward avaient deux fidèles alliés... Qui auraient très bien pu œuvrer contre eux s'ils avaient été laissés livrés à leur sort. Mais après ce détournement des paroles sans ambiguïté de sa sœur, il fut prit d'un regret, d'une certaine mélancolie alors qu'elle était persuadée qu'il pouvait ravager bien des cœurs... Alors que le sien lui était à jamais inaccessible. Elle disait cela en toute innocence encore une fois, persuadée de ce qu'elle avançait. Et il n'avait rien fait pour la détromper... Depuis qu'il était devenu un homme, il traînait une réputation assez sulfureuse. Bien qu'il soit un peu plus calme aujourd'hui, qu'il y a quelques années. Il s'était perdu dans nombre de bras féminins. Sans distinction. Aujourd'hui, s'il aimait toujours charmer et ne pas passer de nuit seul trop souvent, il ne courait pas frénétiquement la gueuse et les tavernes.

« On me taxe déjà d'arrogance, je n'ose imaginer ce que cela donnerait en me pavanant comme tu dis si bien. Même si c'est terriblement tentant d'alimenter ainsi l'image déplorable que certains ont de moi. »

Il lui adressa un clin d’œil, masquant ses pensées qui étaient bien moins joyeuses derrière sa désinvolture. C'était devenu un réflexe, même devant sa sœur. C'était nécessaire quand elle était la source de ses tourments.

« Tu sais, Deria a déjà fort à faire depuis qu'elle nous a donné le nom de Martell, je ne suis pas sûr qu'il soit judicieux d'ajouter un titre de chevalier à tout cela maintenant... Sa position est fragile, nous le savons tous les deux et il ne faudrait pas davantage l'ébranler pour satisfaire mes... caprices. »

Ou ses ambitions, serait plus juste. Il en avait naturellement et le titre de Ser Anders Martell sonnait plus qu'agréablement à ses oreilles, mais si cela impliquait d'avoir une nouvelle vague de mécontentement auprès des nobles Dorniens... Le jeu n'en valait pas la chandelle. Quand bien même cela le ferait enrager de se voir interdire ce titre à cause de cela. Il faisait bonne figure devant sa sœur, mais espérait secrètement malgré tout que Deria le récompenserait... C'était ambigu. Il préféra passer sur un sujet plus léger... Du moins en apparence. Car rappeler à sa sœur sa promesse de le masser était un appel au vice et un subtil moyen de se torturer tout seul. Mais qu'importe. Anders avait toujours joué avec le feu, il ne changerait pas de sitôt.

Et Arianne ne se déroba pas à sa promesse. Il préférait encore se flageller en sentant ses mains innocentes sur lui que de la voir s'inquiéter ainsi pour lui. Il était un homme, un guerrier de Dorne. Il avait déjà été blessé, jamais gravement. Peut-être n'aurait-il pas toujours cette chance. Mais il ne se déroberait jamais devant le danger. Il aimait la vie, mais elle n'avait de saveur que quand elle était ainsi remise en question.

Alors qu'il obéissait et attendait, elle se mit à déchiffrer les composants des onguents, non sans lui lancer une petite plique au passage. Il éclata de rire.

« Ma langue va très bien ! Allez, avoue-le, j'ai mis un peu d'ambiance dans ce tournoi guindé avec mes talents de beau parleur. Et si je peux me permettre, Roward en a davantage besoin que moi. »

Il se redressa, attrapant sa sœur par le poignet et l'attirant vers lui.

« Allez femme, j'attends ! »

Il lui tira la langue, mais rapidement, des fois qu'il lui prenne l'idée de lui coller sa mixture sur la langue, avec Arianne, il s'attendait à tout. Mais il était fort aise que leur complicité renaisse.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mer 4 Nov - 23:58

L’éclat de… contrariété qui anima un instant le visage de son frère perturba Arianne, d’autant qu’elle ne savait pas dire ce qui le contrariait. Elle mourrait d’envie de lui dire qu’il pouvait lui parler de ce qui le tracassait, mais il le faisait spontanément avant, et elle ne voulait pas forcer une confession qu’il n’avait pas envie de faire. Tant pis. Elle ne demanderait pas, mais elle n’oublierait pas. Et elle espèrerait qu’il s’agirait seulement de quelque chose d’éphémère.

« C’est parce qu’ils ne te connaissent pas, et ne savent pas ce que tu as enduré, qui t’a obligé à agir comme ça. Ils ne le pourront jamais. La seule importance, c’est que tu sois assuré que Deria, Roward et moi, on sait ce que tu vaux, et tant pis pour ces ignares. Qu’ils s’imaginent que tu vaux moins qu’eux, ils en déchanteront d’autant plus quand tu leur prouveras le contraire, comme tu l’as fait aujourd’hui. »

Arianne était généralement charitable et tolérante, mais rarement au sujet de l’attitude des gens qu’Anders et elle avaient du subir. Nombre de mésaventures étaient arrivées à son frère le plus âgé, à cause de cela, et elles lui collaient parfois bien trop à la peau. Et cela, la dornienne pouvait difficilement le tolérer. Mais elle se gardait généralement de le dire, lui affirmant plutôt qu’il avait une grande valeur, et non que les autres ne méritaient que de mordre la poussière. Elle n’en pensait pourtant pas moins.

« Deria fait de son mieux, je le sais tout comme toi, et il ne serait peut-être pas judicieux de le faire dès cet instant, mais ce serait juste. Alors ne t’avise pas de ne qualifier ça que de simple caprice. Je connais l’envie qui t’anime parfois, ton ambition qui n’a que peu de concurrence, mais je sais aussi que tu t’es illustré, et que tu mérites cela. Ne me fais pas l’affront de ne pas penser que c’est le cas. Et si tu ne peux pas l’être officiellement, pour l’instant, sache que tu as toute la carrure et la prestance d’un Ser. »

Oui, Arianne n’aurait pas pu en être plus convaincue. Il n’avait pas gagné ce titre par mais son attitude, dès lors qu’il se séparait de son impétuosité, faisait de lui un très bon chevalier. Qu’elle l’ait vu ou non sur les champs de bataille, elle l’affirmerait avec conviction et sincérité à quiconque la questionnerait.

Un éclat de joie apparut dans les yeux de la bâtarde, en entendant son frère rire. Par les Sept, que cela lui manquait.

« Je ne manquerai pas de lui en envoyer un pot, avec le conseil que je viens de te donner. Mais seulement si tu consens à t’enduire la langue avec. »

Lui tirant la langue, elle le regarda hésitant entre la colère et le rire, alors qu’il l’appelait femme. Partout ailleurs en Westeros, une telle appellation serait synonyme de mépris, mais Anders était dornien et ne pouvait réduire les femmes qu’à cela. Arianne n’en dit rien, même si cela pouvait être insultant, autant que si elle était qualifiée de bâtarde. Elle savait qu’Anders ne pensait pas à mal, et elle ne voulait pas gâcher cette soirée qui se déroulait très bien pour le moment, aussi n’en dit-elle rien.

« Détends-toi, alors, et laisse toi faire. »

Embrassant son frère sur la joue, elle finit de l’allonger doucement sur le lit, s’asseyant en tailleur à côté de lui, passant ses mains dans son dos.



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mar 24 Nov - 18:46

Il avait envie de croire Arianne. Envie de penser que ses paroles n'étaient pas dictées par l'amour fraternel et donc pas vraiment objectives, mais que c'était là la vérité. Oui, il était arrogant, trop fier, ne savait pas s'écraser quand il le devait, même s'il faisait des efforts de ce côté là. Anders était une tête de mule, un dornien dans toute sa splendeur et son arrogance n'était qu'un paravent face aux humiliations, une façon de ne jamais se soumettre, de ne jamais laisser voir ses blessures. Son sourire et sa désinvolture étaient ses meilleures armes face aux médisances, quand bien même cela ne faisait que les alimenter. Deria et Roward connaissaient les vexations de leur frère, savaient qu'il s'était souvent battu pour se défendre, ou défendre sa famille, pour défendre son droit d'être né et d'être élevé avec les Martell. L'enfant avait grandi dans un cocon douillet au sein du palais, mais dans ce cocon, il avait connu bien des poignards prêts à le transpercer. Arianne était bien celle qui pouvait le mieux le comprendre, elle aussi née sous le seau infâme de la bâtardise. Plus que quiconque, ils devaient prouver qu'ils étaient bien des Martell et qu'ils n'avaient pas outrageusement profité des largesses de Nymor sans en être dignes. Arianne était la conseillère de Deria, une femme magnifique qui subjuguait les hommes et les impressionnait par sa douceur, mais aussi sa sagesse. Elle était la plus pondérée de tous.

Cependant, il avait besoin de reconnaissance et que son frère et ses sœurs soient les seuls à savoir ce qu'il valait lui posait problème. Il espérait bien que ses performances aujourd'hui, sur la lice, n'étaient que le début d'une liste d'exploits qui permettrait à son nom de se faire connaître. Pas en tant que bâtard Martell. Mais bien en tant qu'Anders. Et si à 21 ans, il avait pu arriver en finale de ces joutes, il avait grand espoir de s'aguerrir au cours des années. Devenir chevalier... S'illustrer. Ne pas demeurer l'ombre de Roward. Cependant, aussi grande soit sa soif de gagner un titre, il savait aussi que ce n'était pas forcément le meilleur moyen pour le faire. Sa légitimation, ainsi que celle d'Arianne avaient fait grand bruit au sein de la noblesse dornienne et Deria avait fait nombre de mécontents avec cette décision. La première après avoir endossé son rôle de princesse de Dorne... C'était courageux. Et même si ses relations avec Deria n'étaient pas eu beau fixe, Anders lui en était reconnaissant... Même s'il avait l'intime conviction que c'était parce qu'elle voulait faire d'abord d'Arianne une Martell et que jamais la jeune femme n'aurait accepté si son frère ne subissait pas le même sort.

Mais peut-être se trompait-il au sujet de Deria. Peut-être n'était-elle pas si injuste qu'il le pensait à son égard.

Il sourit au discours d'Arianne. Voilà pourquoi elle était conseillère de Deria. Elle savait trouver les mots justes et redonner confiance. Et Deria en avait cruellement besoin. Si elle n'avait eu ses frères et sa sœur, elle aurait été seule. C'était le destin des souverains, aux responsabilités bien trop lourdes, qui devaient faire des choix lourds de conséquences. Il n'aurait pas aimé régner.

« Et toi toute la pondération et le recul pour être conseillère. »

C'était le cas... Officieusement. Tous deux attendaient leur heure finalement. Que l'officieux devienne officiel. Bientôt... Quand les nobles seraient matés, calmés. Anders avait bien une petite idée de la façon de les satisfaire, comme, par exemple, attaquer le Bief, présumé coupable de l'empoisonnement des Martell, mais Deria appelait à la pondération et voulait des preuves de leur félonie avant de se lancer dans une guerre. Anders n'était pas d'accord avec ça. Qu'importe finalement que Mern soit coupable, au moins, cela rallierait les dorniens. Ils valaient chacun dix bieffois... Sauf s'ils croisaient le fameux chevalier qui avait bien failli leur ôter la vie quand il était avec Roward... Il grimaça intérieurement à cette pensée. Bon, Deria n'avait peut-être pas tort de vouloir mettre le hola avec ses impétueux frères et guerriers.

Cependant, la réflexion d'Arianne lui arracha un rire joyeux et son humeur s'embellit alors qu'il préférait passer la main à son frère. Cependant, elle persistait à vouloir lui enduire la langue de son onguent. Il fit la moue, comme quand il était petit garçon, capable de faire céder sa grande sœur sur presque tout avec ses grands yeux sombres et malicieux et sa moue boudeuse.

« Tu veux m'empoisonner en fait. Ou tester les vertus de ce baume sur moi avant de le faire sur Roward, vilaine. Ah que ne consentirais-je de faire pour mon prince ! »

Il lui tira fugitivement la langue. Pourtant, ce n'étaient pas des paroles en l'air, il était prêt à tout pour protéger Roward. Il avait pris ce rôle très à cœur. Il était son frère, de cœur et d'arme. Il savait comment Roward se battait et était à même d'anticiper ce qu'il prévoyait. Et les deux se battaient parfaitement ensemble, chacun protégeant l'autre. De même, il savait comment pouvait réagit Roward, ce qui pouvait le tourmenter, ou lui changer les idées. Ce qui se cachait derrière le beau prince avenant, sûr de lui et charmeur qu'il offrait aux yeux du monde. Mais là, il était question de lui et de ce massage qui se faisait attendre. Heureusement qu'il pouvait tout se permettre ou presque avec Arianne, une autre se serait froissée de sa plaisanterie. Mais elle n'en prit pas ombrage, de bonne humeur.

« Je suis totalement détendu. »

Il frissonna pourtant quand elle l'embrassa fraternellement. Il n'était qu'un menteur. Sa désinvolture masquait sa tension. Et quand les mains de la jeune femme se posèrent sur sa peau, il se crispa légèrement, alors que ses sens l’électrisaient. Il ferma les yeux, se concentrant sur les mains d'Arianne et empêchant son esprit de vagabonder et de fantasmer sur d'autres caresses, plus intimes et moins innocentes. Heureusement qu'elle ne pouvait deviner les pensées qu'il refoulait tant bien que mal. Il se força à respirer profondément et calmement. Malgré ses pensées sulfureuses, les mains d'Arianne faisait des miracles et lui faisaient un bien fou. Un soupir de bien être lui échappa.

« Je suis persuadé que l'onguent n'a rien à voir avec le bien fou que cela me fait, tu as de la magie dans les doigts. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Lun 30 Nov - 18:08

Arianne sourit doucement à son frère, touchée par ses paroles. Elle était bien plus mesurée que lui dans son besoin de reconnaissance, et surtout bien plus silencieuse, mais il était bien là. Elle avait une ambition qu’elle ne montrait peu, bien consciente des privilèges qu’elle avait grâce à son père d’abord et grâce à Deria maintenant, alors qu’elle n’était qu’une bâtarde. Mieux vue qu’ailleurs en Westeros, mais pas bien vue pour autant. Surtout pas quand on était légitimé à peine un règne commencé, alors que la nouvelle Princesse devait faire ses preuves. Les Dorniens n’en étaient pas conscients, mais Deria avait fait preuve de bravoure, prenant un pari risqué. Elle avait agi avec toute l’impétuosité et la fierté dornienne, avec toute l’assurance d’aller au bout de ce qu’elle pensait le plus juste. Ils le réaliseraient, tôt ou tard. Comme elle se battait pour ses frère et sœur bâtards, elle se battrait pour son peuple. Arianne le savait, et espérait que leur peuple s’en rendrait rapidement compte. « Merci. De me dire ces choses la. » Oui, c’était tout ce qu’elle avait à dire.

Son sourire s’élargit, en entendant rire, jusqu’à ce qu’elle se laisse aller à rire elle-aussi, celui d’Anders étant hautement communicatif. Arianne n’était pas morose, au contraire, mais personne ne lui arrachait un rire aussi facilement qu’Anders. Ça avait toujours été le cas, et elle était rassurée de voir que malgré la distance qui s’instillait petit à petit entre eux, ils parviennent à s’amuser comme lorsqu’ils étaient enfants.

« Quel dommage, tu m’as démasquée. Moi qui espérais que tu ne décèlerais pas ma vile tentative de te voir te couvrir d’opprobre, après que ta langue puis ton visage se soient vus parsemés de boutons disgracieux… Quel sacrifice, pour ton Prince, je suis impressionnée ! »

Elle en plaisantait autant que lui, mais elle savait pertinemment que, pour lui, rien ni personne ne valait davantage que son frère, à part peut-être elle-même, et qu’il ferait tout pour lui. Y compris donner sa vie. S’il n’avait pas fait la proposition de tester tous les plats des Martell après la mort de leur père et leur grand-mère, c’est uniquement parce que le chagrin les dévastait tous, Arianne en était persuadée. Elle lui sourit doucement, avant de baiser sa joue, et de s’asseoir à ses côtés pour délasser ses muscles endoloris, et apaiser la morsure, la brûlure des coups et des hématomes. Du moins l’espérait-elle.

« Ne dis pas ça au mestre qui l’a préparé, il en prendrait sûrement ombrage. Et ce n’est guère compliqué, étant donné la dureté de ton corps, tu t’es fait un tel devoir de faire tes preuves que la tension s’en ressent. Profite de pouvoir t’accorder un peu de repos, tant qu’il en est encore temps. »

Car il en serait bientôt tout autrement, c'était certain...



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Ven 4 Déc - 20:59

Il hocha doucement la tête quand sa sœur le remercia de lui avoir parlé. C'était assez facile avec elle et il n'avait pas besoin d'exagérer ou de se forcer pour lui dire la vérité. Du moins, dans les limites du raisonnable. Il pouvait facilement la complimenter, lui assurer de son soutien, mais également vanter ses compétences. En revanche, il ne pouvait pas lui dire qu'elle était tellement belle qu'il en avait le souffle coupé, ou que sa sensualité le hantait jusque dans ses rêves... Cela, elle ne le comprendrait pas et le condamnerait même peut-être. Et il ne pouvait pas prendre le risque de la perdre ainsi. Anders aimait jouer avec le feu et prendre des risques, mais pas aussi inconsidérément qu'on aurait pu le penser. Quand sa vie était en jeu, il s'en moquait, mais quand ils 'agissait des autres... C'était un peu délicat. Surtout quand c'était Arianne. Particulièrement quand c'était Arianne.

« De rien. Je suis sincère. »

Finalement, elle avait autant besoin que lui de se voir encourager et rassurer, même si elle le montrait moins. L'atmosphère se détendit, alors qu'il éclatait d'un rire franc, bientôt rejoint par sa sœur. Ah, cela lui avait manqué. Juste quelques instants d'insouciance dans un monde bien trop dangereux et sérieux. Et les choses n'allaient sans doute pas aller en s'améliorant... La guerre allait s'abattre sur Westeros. Dorne avait choisi son camp. Mais pour le moment, cela ne leur permettrait pas de venger la mort de Meria et Nymor et Anders le déplorait. Le Bief devait payer pour ses crimes. Et il n'avait pas besoin de dénicher des preuves pour cela. Mais Deria était plus tempérée. Il était sans doute heureux que ce soit elle l'héritière. Même si elle pouvait passer pour être timorée, plutôt que prudente.

« Ahah, tu vois, je suis plus malin que tu ne le pensais ! Ah que tu es vile de vouloir ainsi ternir ma beauté éclatante ! Jalouse. »

Puis, il ajouta avec un petit sourire en coin et un air suffisant :

« Oui je sais, ma bonté me perdra. Ainsi que mon sens du sacrifice. Mais bon, c'est mon petit frère, faut bien veiller sur lui ! »

Et derrière ses airs nonchalants, il prenait son devoir de grand frère très à cœur. Il ne pouvait pas le faire avec Deria et Arianne qui étaient plus âgées que lui, même s'il les dépassait toutes les deux d'une tête, comme Roward. Cela lui avait fait une drôle d'impression quand il était devenu plus grand que ses aînées, quand sa musculature s'était étoffée. Il était déjà protecteur avec sa famille avant, cela s'était encore affirmé quand il était devenu un homme... Il s'allongea comme convenu et laissa sa sœur masser ses muscles tendus. Cela n'empêcherait sûrement pas les courbatures le lendemain, mais le délasserait au moins sur l'instant. Et puis surtout, il partageait un moment privilégié avec Arianne, essayant de resserrer des liens détendus depuis son enlèvement et ça, ça n'avait pas de prix. Il la complimenta alors sur les vertus de son massage et elle en plaisanta. Et pourtant intérieurement, il ne pouvait s'empêcher de relever ses termes... La dureté de son corps... Par les Sept, elle n'avait pas idée à quel point et heureusement qu'il était allongé sur le ventre d'ailleurs, cela aurait été quelque peu embarrassant.

« Et il ne faut surtout pas titiller les compétences de nos vénérables sages n'est-ce pas ? »

Il soupira :

« Comment aurais-je pu songer autrement ? Nous représentions Dorne et Dorne se doit de briller. Maintenant, plus que jamais. Les autres royaumes ont leurs regards braqués sur nous, pensant que nous sommes affaiblis, que Deria n'est peut-être pas à la hauteur. Il est de notre devoir de leur montrer que nous sommes insoumis, invaincus, intacts. A Deria et toi de vous occuper de l'aspect diplomatique, à Roward, moi et nos guerriers de montrer que nous sommes des adversaires sur lesquels compter. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Lun 28 Déc - 15:48

« C’est sûr que tu es prompt à veiller sur lui et à le dissuader de braver le danger. Je me disais bien que tu étais sage et mesuré ! Une face insoupçonnée de toi, que tu ne nous as pas encore montrée, évidemment. »

Sa sœur lui sourit, tout en lui tirant brièvement la langue. Tous les dorniens étaient sanguins, et ni Anders ni Roward ne dérogeaient à cela. Ils l’illustraient au contraire parfaitement, on aurait pu croire qu’ils étaient une exagération faite de la réputation dornienne. Ils écoutaient encore, fort heureusement, leurs sœurs, sans quoi les Martell et Dorne risqueraient bien trop. Sans doute les deux frères auraient eux-même assemblé les armées de leurs vassaux, pour les amener affronter le Bief. Le sang demandait le sang, et la mort sa semblable. Seules Deria et Arianne les empêchaient de conduire eux-même les échauffourées qui avaient lieu aux frontières que Dorne avait en commun avec le Bief. Si Arianne se moquait gentiment, elle savait toutefois qu’aussi périlleuse que soit la tâche qu’ils entreprenaient, Anders ferait tout pour que son frère n’y laisse pas la vie. Elle détestait cette pensée, mais la vie de son frère le plus âgé était malheureusement moins importante que celle de Roward, tout comme la sienne était négligeable en comparaison à celle de Deria. Leur condition de bâtards, bien qu’ils soient légitimés et portent le nom Martell avec fierté voire même orgueil, y veillait.

Elle s’attela à délasser les muscles de son frère, bien qu’ils continuent à discuter. Elle n’était pas certaine de devoir venir, avant d’arriver dans les appartements d’Anders, mais elle ne regrettait pas d’avoir mis de côté ses appréhensions. Les choses semblaient si simples, en l’instant, alors qu’elle le massait. Comme avant. Leur complicité était retrouvée, pour la soirée du moins. Lui comme elle semblaient désireux de ne pas raviver les tensions qui pouvaient les opposer depuis son enlèvement, et c’était tout aussi bien. « Oui, il ne manquerait plus qu’ils tentent de ternir ta beauté eux-même, si tu les insultais contre ton gré. L’une des plus fameuses beautés de Dorne, après notre sœur évidemment, gaspillée pour une parole malheureuse. Pense à toutes tes soupirantes, qui se laisseraient aller au désespoir et à la tristesse. » Elle lui releva la tête, passant sa main sur les cicatrices qui s’y trouvaient : légères et petites, pour la plupart, et tant de traces des combats qu’il avait vécus. Elle n’exprima pas ce qu’elle pensait, mais s’il pouvait ne pas avoir à requérir aux mestres pour soigner une future blessure, elle n’en serait que plus tranquille et sereine.

« Je te fais le serment, en tout cas, que je préserverai Dorne autant que possible, que je ferai au mieux pour ne pas que vous ayez à vous battre plus que nécessaire. Et nous resterons insoumis, invaincus, intacts. Jure moi que tu ne seras pas trop téméraire. »

Elle posa ses lèvres sur sa joue, doucement, comme pour sceller ses paroles.



             
"The arms of House Martell display the sun and spear, the Dornishman's two favored weapons, but of the two, the sun is the more deadly."      

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Messages : 3173
Membre du mois : 8
Célébrité : Freida Pinto
Maison : Martell
Intègre. Idéaliste. Ingénue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   Mar 29 Déc - 22:38

« Évidemment, j'aime garder quelques surprises et atouts ! »

Cela dit, même s'ils en plaisantaient et qu'Arianne se moquait allègrement de son sens de la mesure totalement absent, il était vrai qu'il veillait sur Roward. Pas en l'enfermant sous une cloche de verre pour qu'il ne lui arrive aucun mal, ça, c'était plutôt un truc de femmes, mais il gardait toujours un œil sur lui et assurait ses arrières, prêt à prendre les coups à la place du prince. Quant au fait de le dissuader de braver le danger... hum... Là, elle avait raison. Ils étaient tous les deux des têtes brûlées et il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Ils étaient bien trop similaires sur nombre de points. Pour le plus grand malheur de leurs sœurs. Heureusement, Deria et Arianne arrivaient encore à les tempérer et à les empêcher de n'écouter que leur sang dornien pour aller se venger dans le Bief en emmenant l'armée dornienne avec eux. Ce n'était sans doute pas la meilleure chose à faire. Mais ils n'étaient pas doués pour ronger leur frein et réfléchir sur le long terme. C'était bien pour cela que le trône était entre de bien meilleures mains en ayant Deria assise dessus, même si elle doutait d'elle, même si les nobles doutaient d'elle. Elle devait faire ses preuves.

Ils devaient tous les faire.

Ils étaient la nouvelle génération, l'avenir de Dorne. A des degrés différents. Roward et Deria devaient prouver qu'ils étaient à la hauteur de leurs ancêtres. Arianne et Anders, à celle du cadeau fait par Deria. Elle avait prit des risques pour eux. Et c'était encore plus vrai concernant son indiscipliné petit frère qui avait tout de même pris une petite revanche aujourd'hui, lors de ce tournoi, alors que personne ne l'attendait en finale. Même pas lui en vérité. Il ricana quand sa sœur plaisanta concernant sa beauté, suivant le ton donné par Anders. Il fallait admettre que les quatre Martell avaient de quoi briller. Deria était magnifique, Arianne époustouflante, Roward terriblement séduisant. Et Anders n'était pas en reste. Il nota tout de même qu'elle prenait soin de placer la princesse avant tout le monde et cela le fit sourire intérieurement. C'était Arianne tout craché.

« Ah, ce serait l'hécatombe, on ne peut pas laisser cela arriver. »

Il croisa alors son regard alors que ses doigts effleuraient sa peau, plus irrégulière là où elle avait été marquée jadis, par des maladresses d'enfant, des bravades d'adolescents et des combats d'homme.

« Mais je sais que je resterais toujours le plus beaux aux yeux de ma sœur préférée. »

Il lui adressa un clin d’œil. Ah, il feintait une légèreté qu'il ne ressentait pas. Arianne le voyait comme son petit frère et ne le verrait jamais autrement. A se demander parfois si elle avait constaté qu'il avait grandi et n'avait plus rien d'un enfant... Lui en tous les cas, avait bien remarqué la féminité et la sensualité d'Arianne à son grand désespoir et pour son plus grand tourment. Mais après l'humour, vint la gravité. Une fois n'était pas coutume, alors qu'il prônait sa famille et son rôle dans la grandeur de Dorne. Il sourit quand Arianne lui promit de ne pas les envoyer se battre plus que nécessaire. Il se redressa alors.

« Quoi ? Tu voudrais nous priver d'amusement ? »

Lui, il brûlait de faire ses preuves, de se battre, de s'illustrer. Il n'avait assisté à aucune grande bataille, sans doute déchanterait-il au milieu d'un charnier avec la vision de ses compagnons mourant, mais pour le moment, il était jeune, idéaliste, courageux. Trop. Et téméraire. Il soupira alors que sa sœur lui demandait une promesse, l'amadouant d'un baiser qui le fit tressaillir.

« Et notre devoir à nous est de vous préserver Deria et toi. »

Il biaisait. Il secoua la tête.

« D'accord, d'accord. Je te promet de faire mon possible pour refréner ma témérité. Je préférerais t'éviter d'avoir des cheveux blancs trop tôt, ne me remercie pas. »

Sa main glissa dans les cheveux d'Arianne, avec douceur, avant qu'il ne l'embrasse sur le front, dans un geste tendre et protecteur. Le regard qu'il avait posé sur elle était très doux. Néanmoins, il rompit le contact, pour éviter de la faire fuir. Même si elle était sans doute trop innocente pour deviner ses pensées déviantes. Il ne voulait pas rompre la magie, la complicité retrouvée. Ces quelques heures n'appartenaient qu'à eux. Ils avaient besoin de se retrouver. Comme autrefois. Avant qu'Anders ne découvre le désir. Et l'amour.

RP TERMINE


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 990
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La saveur d'un passé retrouvé [Tour I - Terminé]
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: