Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon
MessageSujet: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon EmptyJeu 8 Aoû - 17:16

Fort-Darion
An 1, mois 6 semaine 4

Une semaine mouvementé, Lady Lysara Tully avait expressément demandé une audience impérial pour s'exprimer au sujet de certaines initiatives qu'elle avait prise et que j'avais grandement encouragé.
Inquiète, je l'étais probablement. La Princesse n'était pas revenue vers moi à la suite de son entretien et je n'avais pas en cet instant la finalité de celui-ci. Oui, j'angoissais de ne savoir si cela s'était bien déroulé et si l'Empereur se montrait compréhensif avec ma Lady. Pas trop dur, pas trop ferme... Je l'espérais. Il était difficile pour moi de trouver le sommeil avec pareille boule au ventre. Inspirant profondément, je décidais de me lever afin de me vider l'esprit pour mieux trouver le sommeil. C'était donc l'estomac nouée que je me rendais aux cuisines enveloppée d'une robe de chambre soyeuse. Une tisane, voilà quelque chose qui me ferait le plus grand bien. Je me perdais dans mes pensées le temps de faire chauffer l'eau, une fois chose faite j'ajoutais quelques herbes dont la camomille pour m'aider à trouver le sommeil.

Je quittais donc les cuisines avec un plateau, ma théière et ma tasse trônant dessus, une cuillère, du sucre et les herbes à infuser. Je me mis à errer dans les couloirs à la recherche d'un petit salon que j'avais repéré quelques jours auparavant, un coin tranquille et chaleureux. Je finis par y parvenir, un petit coin de paradis. Des fauteuils. Des canapés. Des tapis. Une table basse. Une cheminée dont le feu crépitait et réchauffait l'atmosphère. Je vins poser mon plateau, m'installer dans le canapé confortablement. Prenant ma tasse, je soufflais dessus pour la refroidir un peu. Posée au creux des coussins de velours, mon regard commença à se perdre dans la beauté des flemmes. J’espérais que Lysara se porte bien, qu'elle ne soit pas trop retournée par cette entrevue, qu'elle n'ai pas le moindre ennui.

J'expulsais un soupire pour chasser de nouveau ces horribles pensées de mon esprit. La première tisane était bue, je me prélassais en souriant à la cheminée quand des pas dans le couloirs me ramenèrent à la réalité. Qui se baladaient dans les méandres de Fort-Darion à cette heure tardive ?
Une ombre se montra quand je reconnue ce visage balafré que j'avais croisé plusieurs fois avant cette nuit. J'étais prise au dépourvu. M'empressant de poser ma tasse sur la table et de me relever pour mieux m'incliner :

-Votre Majesté ! Articulais-je difficilement.

Surprise. Je me sentais très idiote. Qui aurait pu s'attendre à croiser l'Empereur au beau milieu de la nuit. Pas moi. Et surtout pas... dans cette tenue. Ah ! Oui, ma tenue. Immobile. Je fixe l'homme en tendant ma robe de chambre de mes mains. Tentant de bredouiller quelque chose comme des excuses :

-Je... Veuillez excuser ma tenue. Je ne croyais pas croiser qui que ce soit pour être honnête. Je suis réellement confuse. Je vais me retirer dans mes appartements...

Mais qu'est ce que je disais ? Des inepties. J'étais bien là. J'étais paisible jusqu'à ce qu'il m'ait dérangé et que j'en ai perdu tous mes mots. En plus, ce n'était pas de cette façon que j'allais trouver le sommeil en le laissant là, alors que j'aimerais tant savoir si l'entrevue qu'il avait eu avec Lady Lysara Tully s'était bien déroulée. Je baissais mon visage pour fixer le sol :

-Puis-je retrouver mes appartements avec votre permission, votre Majesté ?

Accepterait-il de me laisser fuir telle une petite souris ? Les joues rouges de honte. Je ne tenais plus en place et ne me doutais pas que cette rencontre ne serait pas si fortuite.
Eleyna Bonru

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame Bonru / Suivante de Lysara Tully
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Plis, mais ne rompt pas!
Messages : 96
Membre du mois : 90
Célébrité : Emma Watson
Maison : Bonru
Caractère : ▪▪ Loyale ▪▪ Effacée ▪▪ Croyante ▪▪ Obstiné ▪▪ Douce▪▪ Fleur bleue ▪▪
Plis, mais ne rompt pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon EmptySam 10 Aoû - 16:17

Les choses auraient pu plus mal se passer. D’un côté, j’étais ravi que les Royaumes Fédérés poursuivaient toujours leur propre politique sans tout attendre de l’Empire. C’était ce que j’avais souhaité en rédigeant cette constitution avec Rhaenys, et je ne voulais pas que nous donnions l’impression de ne pas respecter nos propres préceptes. Dans ces conditions, j’aurais encouragé la prise d’initiatives… Mais pas franchement celle prise par la jeune Lysara Tully. Je ne comprenais pas l’intérêt de sa prise de contact avec le Grand Septon, le meurtrier direct de son propre père ; c’était lui qui avait déclenché la croisade des Sept contre nous, et c’était lui qui avait fait de Vivesaigues une cible valide concernant les riverains qui avaient librement choisi de rallier l’Empire. Je comprenais la volonté d’apaisement… Mais seulement si c’était ce que voulaient tous les Royaumes Fédérés. Ce n’était pas le cas. Le Grand Pontife des Sept avait librement choisi de provoquer des bains de sang en terre fédérée et il devait donc en accepter les conséquences, désormais. C’était aussi une chance unique de réformer la question religieuse en Westeros, soit d’ouvrir vers une liberté de culte, soit au contraire de verrouiller les zones d’influence des religions mais le tout en en discutant ensemble.


Nous avions donc parlé un bon moment, avec Lady Tully. Et ensuite j’avais dû gérer énormément de nouvelles reçues d’un peu partout, qui relataient aussi bien les troubles de l’Orage que des avancées des plans du Roi des Rivières et des Collines, Lyham Tully en personne, le frère de Lady Lysara.


Quand je repassais dans mes appartements personnels, partagés avec l’Impératrice, ce n’était que pour embrasser mes nourrissons sur le front, demander à mes estafettes si des missives étaient arrivées de la roukerie. Mais non, rien. C’est à ce moment précis que je me dis que j’avais faim, maintenant. Je demandais donc à un Garde Demalion d’aller me chercher de quoi casser la croûte, et prenant sous le coude quantité de missives en retard auxquelles je devais encore répondre, je me mettais en quête d’un endroit disponible pour travailler ; mon bureau ayant été réquisitionné par Rhaenys qui avait des affaires urgentes à traiter concernant la régence de son frère sur Peyredragon.


Je connaissais plutôt bien les petites pièces d’accueil dans les étages ; c’était là que j’avais rencontré l’essentiel de la nouvelle noblesse impériale, anciens bannerets de divers royaumes venus prêter main forte à la cause Braenaryon ou venu quémander quelque aide pour leurs terres ravagées par le passage des armées. Je poussais la porte d’une de ces pièces, ne me résignant pas à chercher ailleurs pour éviter que le Garde ne sache pas ensuite me retrouver. J’étais surpris en entrant dans la pièce qu’elle soit encore occupée à cette heure, par une jeune femme dont les traits fins me disaient quelque chose.


L’entourage de Lady Tully, ou de la Reine Alysanne. Riveraine. J’avais appris à mémoriser visages et noms depuis longtemps, alors que je devenais Roi du Nord à tout juste quinze ans. La jeune femme était tout autant surprise que moi et sourcils levés, je devais avoir une trogne horrible avec les cicatrices qui me déchiraient le visage sous mes cheveux bruns assez courts, et la barbe bien taillée, relativement épargnée quant à elle par les blessures. Robe de chambre… Elle devait avoir eu du mal trouver sommeil ? Gênée comme pas possible, son attitude m’arracha un sourire.


J’inclinais la tête en guide de salut, main sur le torse.



| Ne soyez pas si gênée. C’est moi qui vous ai dérangée, Dame… Dame Bonru, c’est bien cela ? Il me semble que nous avons été présentés lorsque les honneurs nous ont été rendus à notre retour de la guerre, quand les maisons du Conflans sont venues nous rendre hommage à l’Impératrice et moi-même dans la grande salle du château. |


Le Garde Demalion arriva mais je m’interposais en travers de la porte pour prendre le plateau qu’il me ramenait, et le remercier. Je ne le laissais pas entrer. Me retournant vers la jeune femme après avoir repoussé la porte du pied, je lui offris un mince sourire, qui devait bien ressembler à une grimace en étirant la cicatrice qui me barrait le visage du front à la bouche en remontant sur ma joue.


| Je suis juste venu manger un bout, profiter du feu et rédiger quelques missives. Ne vous gênez donc pas ; l’homme n’a rien vu et votre vertu sera donc à l’abri de rumeurs. Si vous le souhaitez, vous pouvez rester. Et si vous avez faim, je peux partager. |


Franc et direct, comme toujours. Autant saisir cette occasion de rompre la glace avec une dame proche du pouvoir riverain, proche de Lysara Tully et de ses manœuvres politiques, mais aussi jeune, et il n’y a pas si longtemps, dans un camp ennemi… Je m’asseyais et proposais le plateau de pain de guerre, de lard grillé et de fromage à pâte dure.




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 26388
Membre du mois : 262
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon EmptySam 17 Aoû - 18:17

Si il y avait eu un trou de souris pour que je puisses m'y glisser, je l'aurais certainement fait. Le seul soucis étant que l'unique porte de sortie était obstruée par l'Empereur lui même. L'homme à l'apparence très charcuté, portait pourtant un regard chaleureux sur ma personne. Il se mit même à sourire. Étonnant. À moins que je ne sois la cause de son amusement. La salutation rendu, je l'écoutais. Ne pas être gênée, facile à dire. Il avait néanmoins raison sur un point, c'était lui qui venait de me déranger. Il se souvenait même de mon nom, agréablement surprise, j'avais acquiescé à l'interrogation.

-Oui, c'est exact votre Majesté. Vous avez là une bien bonne mémoire pour vous souvenir ainsi des noms et des visages, ainsi que les circonstances de rencontre.

J'étais forte surprise d'une telle attention à l'égard de tous. Je m’apprêtais à quitter les lieux, faisant un pas en avant quand les pas d'un garde accentuèrent mon malaise. Ne sachant pas où me mettre, je me figeais sur place. Avec élégance, l'Empereur s'interposa pour que celui-ci ne franchisse pas la porte et ne me découvre pas en pareille tenue. Quelle idée avais-je eu de me promener ainsi ? Je n'avais pas songé un instant croiser qui que ce soit, surtout en pleine nuit. Il prit son plateau, échangea quelques mots avec le garde pendant que je me murais dans le silence. Retenant, même ma respiration. La porte refermé derrière lui, il m'offrit une grimace ou peut-être un sourire. Je n'avais pas réellement la réponse à cette question. Il était venu ici pour profiter du feu, se délecter d'un en-cas et rédiger quelques missives. Cette dernière partie venant entacher le moment de répit qu'il pourrait s'octroyer. Les mots qu'il articula par la suite se voulaient rassurant, protecteur peut-être. Il avait veillé à ne pas alimenter de potentielles rumeurs, mettant à l'abri ma vertu et mon honneur. L'homme m'invita à demeurer et plus encore à partager son plateau avec moi. Une manière très prompt d'engager la conversation et de briser la glace.

Curieuse. Je l'étais. Quand un bon nombre de gens souhaite solliciter sa Majesté, moi, j'avais l'occasion rêvée de pouvoir le côtoyer en dehors de toute formalité. Pourquoi ne pas rester assise là au coin du feu, après tout j'étais arrivée la première. Le plateau proposé, je retourner m'installer confortablement.

-Bien, si vous accepter que je partage avec vous la tisane après cet en-cas. Elle pourrait bien vous détendre de cette longue journée et de ce dur labeur, qu'en dites-vous ?

Je me penche pour casser un morceau de pain, l'ouvrir pour y glisser lard et fromage avant de le lui tendre. Un sourire bienfaisant illuminant mon visage.

-Si je peux rendre votre corvée de missive un peu moins pénible, faites le moi savoir. En attendant, je vous prépare de délicieux met qu'il ne vous reste plus qu'à déguster.

Une touche d'humour. Légère. Je n'avais pas envie de me torturer de nouveau l'esprit avec des stratagèmes politiques et religieux. Chacun voyait son propre intérêt dans un jeu d'échec où le seul but est d'écraser l'autre. N'existait-il pas de jeu où tous seraient gagnant ? C'est de là que me vient mon rêve de paix pour Westeros. Un endroit où chacun pourrait vivre, s'amuser, prier ce en quoi il croit sans que son voisin n'en soit offensé. Un idéal que le Grand Septon peine à entrevoir et comprendre.

Je me préparais une tartine pour grignoter en la compagnie sa Majesté. Je n'avais pas prévu de partager ma tisane et n'avais prit qu'une unique tasse. Décidée, je proposais tout de même :

-Est ce que je peux vous servir la tisane dans ma tasse où préférez-vous que j'aille en chercher une autre en cuisine ?

Patientant la réponse, je me risquais à vouloir soulager ma conscience. Tout aussi directe que lui, je ne prenais pas quatre chemin pour énoncer ma question.

-Votre Mahesté, est ce que l'entrevue avec Lady Lysara Tully s'est bien déroulé ? Je n'ai pu la voir suite à celle-ci et j'avoue me soucier d'elle. J'espérais qu'elle se sente mieux de son initiative après s'être confié à vous et votre femme.

Je m'étais tournée d'un quart pour poser sur lui mon regard. Je n'étais pas déstabilisée par ces cicatrices, ni même dégoûtée ou  mal à l'aise comme pouvait l'être ma princesse. Non, je scrutais son regard pour y voir l'homme au delà de son fasciés.
Eleyna Bonru

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame Bonru / Suivante de Lysara Tully
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Plis, mais ne rompt pas!
Messages : 96
Membre du mois : 90
Célébrité : Emma Watson
Maison : Bonru
Caractère : ▪▪ Loyale ▪▪ Effacée ▪▪ Croyante ▪▪ Obstiné ▪▪ Douce▪▪ Fleur bleue ▪▪
Plis, mais ne rompt pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon EmptySam 17 Aoû - 23:07

Je me rendais bien compte que la jeune femme était un peu impressionnée… Je ne lui jetais pas la pierre. A sa place, je le serais sans doute également. Elle était jeune, elle était de noble naissance certes mais elle n’avait pas forcément pour habitude d’évoluer en prise directe avec les souverains de ce monde, qu’ils soient de son pays ou étrangers. Bien sûr, elle faisait partie de ma cour par extension de tous ceux qui en faisaient partie, et qui impliquaient également leur entourage. Le sien, c’était Lysara Tully. J’en étais presque sûr, maintenant. J’avais déjà fait e gros efforts pour mémoriser le plus possible tous les nouveaux visages, les noms c’était encore un peu dur quand il s’agissait de les faire correspondre. Ca viendrait avec le temps, comme toujours. J’avais été capable de me rappeler des noms de bien des gens, au sein de mes troupes, de la garnison de Winterfell, ou des personnes qui vivaient en mes domaines. Alors une simple cour, fut-elle impériale, ne me faisait pas vraiment peur. Pensif, je répondais sans regarder tout de suite la jeune femme, alors que je préparais mon « repas », ou ce qui en tiendrait lieu.


| La mémoire est la seule chose qui me maintient la couronne sur la tête, ma jeune Dame. |


Ca, mon épée, et celles des dizaines de milliers d’hommes qui étaient prêts à mourir sinon pour moi, au moins pour ma cause. C’était bien là tout ce dont j’avais besoin, et tout ce que je demandais. La jeune femme allait se préparer à sortir mais elle n’en fit finalement rien, alors qu’elle semblait un peu apeurée maintenant, en plus d’être impressionnée. Je ne voulais pas qu’elle prenne peur, et je ne voulais pas non plus qu’il y ai la moindre rumeur, ni sur elle ni sur moi. Rhaenys et moi n’étions qu’assez peu ensembles, et je savais fort bien à quelle vitesse pouvaient se propager les ragots, surtout entre l’Empereur et une jeune dame, douce et jolie, qui l’aurait attendu dans quelque endroit du château en tenue de nuit, c’est à dire, à peine à moitié habillée. Elle ne semblait pas effrayée par moi, par mon visage, ni par mon accoutrement toujours très martial, mais elle ne semblait pas non plus s’être embusquée à desseins libidineux. Ce qui m’amena toutefois à rire de bon coeur, un peu surpris par sa proposition.


| De la tisane? Je ne suis pas prêt à boire des herbes, Dame, sauf si elles ont participé à une quelconque fermentation. J’ai déjà ce qu’il me faut. |


Dis-je en posant l’outre que j’avais passé à la ceinture, sous la cape, pour la poser sur la table. Bière noire du nord, brune comme la nuit, et forte à en réveiller les Autres. La jeune femme se rapproche donc, prend du pain, du porc et du fromage avant de me le tendre, avec un sourire bienveillant. Je la remerciais, alors que je me servais dans un des godets du plateau un peu de l’épais liquide sombre.


| Vous êtes gentille, Lady Eleyna. Je viens vous déranger, et vous vous me nourrissez comme si j’étais un louveteau. |


Et pas un vieux loup grisonnant, couvert de cicatrices, et qui passait son temps à parler de la guerre, et de la préparer. C’était comme ça, on ne se refaisait pas. Remerciant encore d’un signe de tête la jeune femme, je prenais la nourriture et je croquais dedans avec avidité, faisant craquer le pain sous le coup de dent. Je mangeais le plus souvent sur le pouce, sans trop me concentrer sur mes repas, la digestion et tout le toutim. L’essentiel du temps, je prenais même mes repas simplement en continuant de travailler ; l’expérience m’avait depuis longtemps indiqué que manger pour le travail pouvait filer des indigestions, ou mener à des relations inattendues. Fort heureusement, Eleyna Bonru n’était pas franchement une relation de travail, et je me contentais de manger les tartines improvisées avec avidité, pour vite passer à la suite de mon travail. J’avais bien conscience qu’elle ne pouvait sans doute pas tout lire, ni tout écrire pour moi, mais pour l’instant avoir un peu de compagnie me faisait plus de bien que l’inverse. D’un signe de tête alors que je termine d’avaler la première partie de mon repas, je fais un signe de dénégation.


| Non, ne vous en faites pas, je n’en boirais pas. |


En revanche, quand la jeune femme me dévisageait pour me demander si mon entrevue avec lady Lysara s’était bien passée, je ne pouvais pas nier que j’étais intriguée. Etait-elle vraiment venue toute seule jusqu’ici pour me parler ? Allez savoir, dans ce genre de cas… Je lui jetais un regard pénétrant, sous la cascade de mes cheveux poivre et sel. Ma barbe mit un moment à se fendre pour que ma voix ne s’élève dans la pièce.


| Je ne sais pas si elle se sent mieux. Je pense que votre Princesse ne m’en veuille un peu. Mais j’ai à l’esprit la protection de tous ceux qui me font confiance, et ce qu’elle proposait était un danger et un déshonneur, tant que l’état de guerre perdure entre les instances officielles de la Foi et l’Empire. |


Je buvais une longue gorgée de la bière foncée, avant de reposer le godet. En la dévisageant toujours.


| Vous êtes courageuse, lady Eleyna. Vous me regardez sans ciller, alors que vous n’êtes pas dans vos appartements, ni apprêtée pour paraître devant la cour. C’est rare. D’ordinaire, ceux que je fixe cillent rapidement. |





What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 26388
Membre du mois : 262
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon EmptyDim 18 Aoû - 16:04

De nombreuses histoires et rumeurs circulaient au sujet de l'Empereur, certaine plus reluisante que d'autres. J'avais apprit à me faire mon propre opinion et ma propre expérience avant de juger. Même quand il s'agissait des inquiétudes de ma Princesse. L'homme qui me faisait fasse était connu pour être intransigeant, pragmatique, mais juste. J'ai eu ouïe dire qu'il était noble et courageux sur les champs de bataille, mais qu'il pouvait se montrer très froid pour défendre ces convictions. D'autres rumeurs se chuchotaient sur son avide désir des femmes, qu'il aimait festoyer et se laisser tenter à la luxure lors de ces voyages loin de sa femme. Il y a bien d'autres mots, bien d'autres inepties et d'autres vérités, le tout est de savoir faire le tri. Octroyer sa confiance aux bonnes personnes. Mais surtout se forger sa propre réalité des choses.

Jusque là, l'Empereur s'était montré plus que convenable avec moi. Prévenant. Sympathique. Tout sauf déplacé. Amusant même, oui, il m'amusait beaucoup. Il faisait preuve de répartie et d'esprit avec légèreté. Je n'aurais pas connu cette facette sans son intrusion dans ce petit salon. Finalement, le hasard pouvait être bénéfique. Il continua sur sa lancé, me répondant toujours avec une note humoristique. Voulait-il me rassurer ? Me mettre en confiance ? Je notais que la tisane ne ferait pas partie de ces boissons favorites. Il lui préférait les liquides alcoolisé et fermenté, comme beaucoup d'hommes sur cette terre. Il posa son outre sur la table confirmant ainsi ces paroles. J'abdiquais en souriant, me contentant de ma tisane pour ma part.

Il me fit rire. Portant la main contre ma bouche, je secouais légèrement mon visage pour signifier mon désaccord.

-Vous ne me dérangez pas et je ne vous nourris pas tel un louveteau... Disons que je prends soin d'un noble loup alpha dans la force de l'âge car cela fait partie de mon éducation. Il n'y a pas de mal à accepter de se faire dorloter de temps en temps.

En guise de réponse, il ne tarda pas à mordre à pleine dent dans le pain croustillant visiblement ravit de savourer quelque chose et satisfaire son estomac. Je me demandais à quand pouvait remonter son dernier vrai repas. Il dévorait son en-cas sous mon regard éberlué. Avalant sa bouché, il corrigea mon insistance en m'indiquant qu'il n'en boirait pas. Je me resservais donc une tasse pour moi. La suite de notre conversation sembla l'intriguer. L'avais-je piqué au vif ? Éveillé une quelconque curiosité ? Son regard se voulait pénétrant, intense. Un frisson m'avait parcouru mais je n'avais rien laissé transparaître. Je savais ma question audacieuse. Peut-être trop... Mais je n'aurais pu dormir tranquille si j'avais laissé passer cette occasion. Sa réponse finit par venir et rompre ainsi le silence. Je n'étais pas certaine d'être plus rassurée après ces propos. Lui en vouloir ? Un danger ? Je soupirais. Il était vrai que les instances de la Foi ne facilitaient pas la tâche avec cet état de guerre que je ne pouvais que déplorer. Le grand Septon ne faisait pas le moindre effort et voyait en l'Empire un affront à ces préceptes alors que nombreux étaient ceux qui comme moi priaient les sept. Une distorsion provoquée par la politique plus que par la Foi elle-même à mon humble avis.
Je l'observais se délecter d'une longue gorgée de bière, me laissant surprendre par la suite de ces mots à mon égard. Courageuse ? Je ne le pensais pas mais son argumentaire me prit au dépourvu.

-Je ne vois pas de courage dans mon comportement, peut-être de l'obstination afin d'obtenir une réponse qui me permettrait de mieux dormir. Néanmoins, mon souverain comme vous l'avez stipulé c'est vous qui m'avez dérangé, je ne vois pas pourquoi je devrais ciller. De plus, je m'adressais plus à l'homme qu'à sa Majesté.

Je ne manquais pas d'aplomb, mais demeurais respectueuse de sa personne. Je voulais soulever un autre point, portant ma tasse à mes lèvres, je sirotais une gorgée de ma tisane. Reposant la tasse dans un tintement, je reprenais :

-Je ne voulais pas vous abasourdir avec des discutions politiques, militaires ou tout autre sujet en lien avec votre fonction. Non, j'étais désireuse de recueillir votre ressentit sur votre entrevue avec Lady Lysara Tully car je me soucis d'elle. J'ai simplement supposé qu'à votre demande pour que je reste e ces lieux vous aviez besoin de compagnie pour converser. Rien de plus.

Honnête. J'étais légèrement sur la défensive. En effet ma tenue n'étaient pas appropriée et ma première idée fût de fuir. Sa requête m'avait faites me rasseoir pour lui offrir ma compagnie par simple gentillesse et non par intérêt ou potentielle embuscade afin de lui soutirer des informations.

-Je peux toujours m'en retirer à votre demande et convenance. Il suffit de me l'indiquer et je rejoindrais mes quartiers. Et si mes questions vous semblent indiscrètes, libre à votre personne Majesté de ne pas y répondre. Je ne vous menace pas pour y répondre.

Croisant les bras, je m'adossais. Contrariée. Offusquée. Pour qui me prenait-il ? Une espionne ? Une malotrue prévoyant un attentat ? Je savais compliquer d'accoster la noblesse car très souvent ils se sentaient persécuté, mais là, il n'y avait rien à craindre d'une banale conversation !
Eleyna Bonru

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame Bonru / Suivante de Lysara Tully
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Plis, mais ne rompt pas!
Messages : 96
Membre du mois : 90
Célébrité : Emma Watson
Maison : Bonru
Caractère : ▪▪ Loyale ▪▪ Effacée ▪▪ Croyante ▪▪ Obstiné ▪▪ Douce▪▪ Fleur bleue ▪▪
Plis, mais ne rompt pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon EmptyHier à 21:59

Le calme de la pièce n’était troublé que par nos mots, et surtout par le craquement des bûches dans l’âtre. L’hiver était encore là, quoiqu’en disent les mestres ; les températures peinaient à remonter et de la neige continuaient de voleter par delà la fenêtre qui donnait sur l’embouchure de la mer, non loin de la tour que nous occupions dans ce castel. Je me demande comment la riveraine me perçoit. Je n’avais certes jamais gouverné pour obtenir l’amour ou l’affection de qui que ce soit, mais j’étais réellement curieux compte tenu du fait que les riverains avaient toujours subi cette position difficile d’avoir le cul entre deux chaises. D’un côté, il y avait eu Hoare, avec certes toute sa brutalité, mais aussi sa puissance et sa protection. La mort vaine d’une génération de riverains pour aller conquérir d’autres contrées sur lesquelles leur maître n’avait fait qu’exercer un peu plus son autorité de fer. Mais en face de ce souvenir encore bien vivace, il y avait eu les batailles de Sombreval et de Paege, ces combats avec le Nord et Peyredragon, avant que Lyham Tully ne nous rejoigne et soulève le Conflans de notre côté. Aujourd’hui encore, l’essentiel de l’armée du Royaume des Rivières et des Collines était constitué d’anciens soldats d’Harren le Noir, qui avaient d’abord combattu le Nord et Peyredragon avant de les rejoindre.


Cela laissait des marques indélébiles, parfois, car les troupes coalisées avaient dû se battre dans ce royaume, et si les pillards et les criminels avaient été châtiés extrêmement sévèrement par mes troupes, il y en avait toujours pour passer entre les mailles du filet. La jeune femme rit, en tout cas. C’était plutôt bon signe pour la suite, et je n’imaginais pas Lysara Tully ramener quelqu’un à la cour qui ne soit pas totalement digne de confiance. Un Loup Alpha, vraiment ?



| Dorloter ? Un Empereur n’a pas à l’être, gente Dame. |


Dorloter était une perte de temps et un danger ; s’habituer au confort était dangereux. D’ici quelques mois, je serais jusqu’aux genoux dans boues de printemps, et couvert de sang…. Cela dit, je ne la repoussais pas.


| Disons donc que vous me ravitaillez plus que vous ne me dorlotez, Lady Eleyna. Autrement, quelque dragon de ma connaissance pourrait nous en vouloir mortellement. |


Tout dans mon attitude indiquait que je plaisantais. Déjà, jamais Rhaenys n’aurait vent de cette entrevue. Plus encore, elle savait qu’elle pouvait avoir confiance en moi, et ce n’était pas pour nous autoriser mutuellement à vivre nos sentiments et nos désirs que j’allais sauter sur la première venue. Quand bien même, elle ne trouverait rien à y redire, en dehors du fait de n’y avoir participé. Bref, quoiqu’il en soit, il ne s’agissait jamais que d’une innocente taquinerie. La jeune femme de son côté sembla un peu troublée quand j’évoquais ma discussion avec Lady Lysara, dont elle connaissait visiblement les intentions. Entre elle, son frère et les Anciens Dieux savaient qui d’autre était au courant, ça commençait à faire du monde, et nous n’étions pas à l’abri d’une indiscrétion, fut-elle totalement involontaire.


Tiens, du mordant.



| Etiez-vous vraiment dérangée? |


Voix calme, ton neutre, mais l’interrogation était bien réelle. Si c’était ce qu’elle pensait, alors peut-être devrais-je respecter les règles de la bienséance, remballer mon fourniment et voir si l’Impératrice avait fini son ouvrage pour que je puisse reprendre mes droits sur le bureau ?


Mais plus les secondes passent, et plus la Bonru se montre sur la défensive. Je n’ai que loué son courage d’affronter ma vilaine trogne avec mes cicatrices qui me ravageaient la face, mais elle semblait penser que je lui prêtais d’autres intentions. Avais-je dit quoi que ce soit en ce sens ? Non. Pas une seule seconde. Je la dévisageais. Elle me rappelait Lysara Tully et son impatience devant mes refus. Je n’avais pas l’air en colère ; je ne l’étais pas.



| Mon ressenti, vous l’avez eu, ma Dame. Je n’ai fait qu’énoncer tout haut ce que je pensais tout bas, à savoir que contrairement à beaucoup vous ne détourniez pas le regard de mon visage. Inutile de courir après des chimères ; si je pensais qu’une jeune femme de votre âge pouvait me faire courir le moindre risque d’agacement, d’espionnage, ou de véritable danger, je ne serais déjà plus là, et vous non plus. Je n’ai jamais rien dit en ce sens. |


Je rompais une nouvelle miche de pain pour l’attaquer aussi sec, dépliant sur le côté un paquet de missives.


| Je côtoie assez de personnes qui se sentent oppressées par ma présence et par mes questions ou mes remarques, lady Eleyna. Soit vous prenez ce que je dis pour ce que c’est réellement, sans extrapolation, soit je vais moi vous laisser ; il y a bien assez de place en ce château pour qui veut travailler la nuit. |


Pas de menace, pas un mot plus haut que l’autre, une simple énonciation de ce qui allait se passer dans un cas comme dans l’autre, avec neutralité. Je préférais qu’elle reste, qu’elle fasse la conversation d’un monde que je ne connaissais pas, celui qui l’avait vu naître. Mais je ne nous infligerais pas une conversation pleine de défiance.







What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 26388
Membre du mois : 262
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon   La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
La chaleur de l'âtre - Ft. Torrhen Braenaryon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Torrhen Braenaryon - Fire, blood and winter.
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Bouillotte et mal au ventre...
» Une clope peut pas faire de mal. [Ft. Sacha]
» Vieille histoire irlandaise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: