Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth
MessageSujet: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth EmptyDim 28 Avr - 19:13

Ces derniers temps, c'était plus fort qu'elle. Plus fort que le contrôle qu'elle avait de ses propres pensées, de sa propre psyché. Elle ne pouvait s'empêcher de repenser, encore et encore, à ce qui était survenu alors même que Jeyne venait de se convertir et que Martyn venait d'être baptisé. C'était comme si ... Comme si Megara revivait en boucles les tragiques évènements, des évènements qu'elle refusait pourtant de percevoir comme étant funestes. Elle voulait tant et tant rejeter au loin l'idée que tout ceci pourrait bien signer le trépas de son père. Il était encore jeune, Loren Lannister. Et il ne méritait point de périr ainsi, alors même que ... Alors même qu'il n'avait offensé personne, n'est-ce pas ? Elle savait qu'il n'avait pas les mains blanches, bien sûr, car lorsque l'on est monarque, il arrive sans doute parfois que l'on doive faire des choix colossaux, qui engendraient la mort. Et puis, tout le monde l'oubliait, mais il avait guerroyé, en son temps, à une époque où il était pourtant encore si jeune et où il venait d'accéder au trône suite au trépas de son propre père. Il avait sûrement tué des hommes, à cet instant là, des soldats originaires du Bief. Megara ne lui avait jamais posé la question, et il n'avait jamais vraiment évoqué la chose avec elle, ce qui ne l'offensait nullement : elle savait ne point avoir de passion débordante pour la mort et la guerre, tout comme elle n'était en rien attirée par ce genre de sujet là. Née au temps de la paix, si cela ne tenait qu'à elle, il en serait éternellement ainsi. Mais, oui, sans doute son père avait-il tué. Cependant, elle se disait que, depuis tant d'années, la rancœur des familles de ses victimes avait sûrement dû s'apaiser, d'autant plus qu'il s'agissait alors d'un temps de guerre. Une guerre lancée par le Bief, après tout. Et qui avait couté la vie à deux rois. Et puis, le Bief était censé avoir fait la paix avec tout ceci, même si Megara ne pouvait s'empêcher de ne pas faire confiance au nouveau roi bieffois, en la personne de Manfred Hightower. Elle l'avait rencontré, alors qu'il avait été convié à son union matrimoniale, et les présents qu'il lui avait offerts lui faisaient encore froid dans le dos ...

Si cela ne tenait qu'à elle ... Si cela ne tenait qu'à elle, elle ne savait même pas ce qu'elle ferait. Car elle était perdue, grandement esseulée, sans doute aussi. Trop de malheurs survenaient précipitamment, comme si les Dieux leur faisaient payer leurs nouvelles joies. Comme s'il s'agissait d'une balance qui devait sans cesse être équilibrée, alors que ... Après tout, sans vouloir du mal à qui que ce soit, le couple impérial autoproclamé n'avait-il pas accueilli des jumeaux, sans que cela ne leur coute la vie d'un proche ? Et si chacun devait payer d'une vie une nouvelle naissance parmi les siens, l'exigence divine serait un lourd fardeau et représentait une dette colossale de laquelle il fallait s'acquitter. Megara voulait tant s'enfermer dans ses appartements, comme elle l'avait fait à la mort de Nymeria, et comme elle l'avait également quelque peu fait lorsque Gareth, Jeyne et Loren étaient au loin. Mais elle craignait tant qu'en agissant ainsi, elle se prive de passer du temps avec son père, si jamais celui-ci ne devait pas se remettre de sa blessure. Tout comme elle se refusait à d'ores et déjà inculquer le mauvais exemple à ses fils. On avait beau lui dire qu'ils n'étaient pas encore en âge de comprendre quoi que ce soit à la situation, elle, elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'ils percevaient très bien les émotions, et qu'elle devait tout de même leur montrer un visage fort et fier. Mais tout ceci lui coûtait terriblement, et ce même si elle n'était pas seule, que Lyman et Jeyne, eux aussi, traversaient une phase compliquée. Sans parler de sa mère, qu'elle n'avait jamais vu arborer un tel masque ... Et puis, il y avait Gareth. Avoir des jumeaux était harassant, et requérait deux fois plus d'effort, deux fois plus de temps. Heureusement qu'il était là, alors, car sans lui ... La situation en elle-même était compliquée, alors, avec la survie vacillante de Loren, tout se complexifiait encore plus. Mais elle faisait de nombreux efforts, Megara. Elle se forçait encore plus de jouer le jeu de la Princesse forte et résistante, en public. Il lui fallait donner le change, bien que certains comprenaient parfaitement qu'en tant que jeune mère de jumeaux, les choses n'étaient pas faciles pour elle, et que, sans doute, personne ne se leurrait sur la difficulté pour elle de devoir vivre avec ce qui était survenu à son père.

Mais il était de son devoir de Princesse autant que de Mère de ne pas ployer, de ne pas se laisser aller. De résister, et de continuer à avancer. Tybalt et Cadwyn grandissaient de jour en jour, et la jeune femme ne pouvait donc pas stopper sa vie ni même la progression de celle-ci. Ils ne méritaient pas ça. Ils avaient besoin d'elle, et elle se refusait à les laisser entre les mains de trop nombreuses autres personnes qu'elle-même, son époux ou sa famille. Tout comme elle les amenait autant qu'elle le pouvait auprès de leur grand-père, persuadée que, peut-être, Loren les entendait babiller, qu'il sentait leur odeur et percevait leur présence à ses côtés. Elle avait besoin de se rassurer, besoin de se dire, aussi, que tant que son père continuait de respirer, et que son cœur continuait de battre, l'issu fatale n'était pas encore là. Cependant, elle qui s'était attendue à voir sa mère l'abreuver de conseils et la dissuader de certaines choses, et bien elle évoluait quelque peu seule, sur ce point là, car Jordane était bien différente de celle qu'elle était à l'accoutumée. Alors, sans doute Megara passait-elle plus de temps avec ses fils qu'elle ne le devrait, dans le sens où elle n'acceptait guère d'être éloignée d'eux trop longtemps. Même s'ils avaient chacun des nourrices attitrées, elle ne pouvait s'empêcher, la nuit, de parfois les allaiter. Personne ne lui en faisait trop la réflexion, sans doute parce qu'on comprenait que c'était tout de même important pour elle, et que, de toute façon, elle avait déjà montré ses crocs de lionne, à quelques reprises. Les tenir dans ses bras, les bercer, sentir leur odeur et leur peau, là, tout contre la sienne, c'était à chaque fois comme une bouffée d'air frais venant quelque peu déliter la constriction qui enserrait son cœur et ses poumons. Même quand ils dormaient, souvent, elle ne parvenait pas à s'arracher à leur contemplation, les trouvant déjà si beaux et si forts, eux qui tenaient fortement son doigt dans le creux de leur paume, quand ils en avaient décidé ainsi. Ce qui aidait aussi grandement, c'était qu'on leur avait alloué une pièce supplémentaire, à Gareth et à elle, attenante à leurs appartements, pour que les jumeaux puissent y dormir. Le plus souvent, les deux époux laissaient la porte entrouverte, pour pouvoir les entendre. Mais durant la journée, cela leur permettait aussi de vaquer à leurs occupations, dans leurs appartements, sans craindre d'immédiatement réveiller leur fils. Même si Megara passait beaucoup de temps dans la chambre de ses fils, à lire, tricoter ou peindre, comme elle le faisait présentement, non sans balancer distraitement d'une main le grand berceau dans lequel elle avait couché les jumeaux, occupée à lire et à leur chanter en même temps une berceuse.
    Gente Mère, ô fontaine de miséricorde, préserve nos fils de la guerre, nous t'en conjurons. Suspends les épées et suspens les flèches, permets qu'ils connaissent un jour meilleur. Le rythme était doux et lent, et si Megara ne se vantait pas de ses talents de chanteuse, elle savait sa voix suffisamment mélodieuse pour ne pas récolter un concert de cris et de protestations de la part de ses enfants. Ce qui ne l'empêchait pas de se dire que, sans doute, comme durant leur enfance lorsqu'ils recevaient une instruction musicale de la part de leur précepteur, ils auraient fait un bien meilleur ensemble si Lyman avait été là, à côté d'elle, à jouer de la harpe. Là où Nymeria aurait pu marquer le rythme avec son petit tambourin, pendant que Megara chantait. Gente Mère, ô force des femmes, soutiens nos filles dans ce combat. Daigne apaiser la rager et calmer la furie, enseigne-nous les voies de la bonté.


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Meg_toto
Megara Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 18 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 3240
Membre du mois : 8
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth EmptyDim 12 Mai - 13:44

Depuis que tout cela est arrivé, les journées se succèdent sans se ressembler. Et pourtant, j’ai parfois le sentiment que tout s’emmêle au point que je suis incapable de savoir ce que j’ai pu faire ou dire tant mes pensées sont embrouillées. Pourtant, tout le monde semble vouloir prêter main forte pour donner des informations, pour trouver le coupable. Comme si tous étaient innocents. J’ai du mal à le croire, j’avoue. Et pourtant, les indices semblent leur donner raison d’une certaine façon. Mais je continue pourtant. A interroger les gens, à réfléchir aux différentes pistes, à essayer de trouver la meilleure façon de réagir alors que les Lannister semblent, de leur côté, comme paralysés par ce qui est arrivé. Si Jordane a toujours semblé être le Roc de l’Ouest, en vérité, il semblerait que le poids de Loren soit bien plus important qu’on aurait pu le croire.

Et si mes journées sont plus que remplies, j’essaie d’être présent autant que possible pour Megara. Dont l’amour filial pour son père n’est plus à prouver depuis longtemps. Comme d’habitude, elle essaie d’être forte, de se retrancher derrière son masque de Princesse pour tenir bon, pour montrer à la face du monde que les Lannister sont peut-être touchés mais qu’ils restent dignes et qu’ils ne tomberont pas. Je l’admire pour cela, en plus du reste. Encore plus en sachant à quel point elle en souffre. Et j’essaie, à chaque fois, lorsque je passe la porte de nos appartements, de ne me focaliser que sur elle et les jumeaux. C’est parfois difficile de faire la part des choses mais je m’y efforce autant que possible, quand bien même les cauchemars ont décidé de nouveau de hanter mes nuits. Mais j’évite d’en parler à Meg, elle a déjà bien assez à gérer de son côté après tout. Et sa présence me rassure. Tout comme celle des petits, que je vais voir bien trop souvent au milieu de la nuit pour qu’elle ne l’ait pas remarqué. D’autant qu’elle fait de même de son côté. Je me demande parfois si je suis à la hauteur pour la soutenir, si je suis vraiment l’époux dont elle a besoin mais, là encore, je n’ose pas vraiment l’interroger. C’est différent de ce qui est arrivé à Nymeria. Son père est toujours en vie, il y a encore cette lueur d’espoir de le voir s’en sortir. Il n’est pas question de deuil. Pas encore en tout cas. Et je continue d’espérer que ce ne sera pas le cas, que Lyman n’aura pas à porter cette couronne trop vite. Trop de choses changeraient brusquement.

J’ai un soupir alors que j’essaie d’ordonner tant bien que mal mes pensées, réalisant au moment où j’entre dans nos appartements que mes pas m’ont porté là sans que j’en ai conscience. Le besoin de la voir. De les voir tous les trois. J’entre sans un mot, m’arrêtant au milieu de notre chambre alors que j’entends sa douce voix chantonner pour les garçons. J’hésite un instant à faire demi-tour, à les laisser dans cette petite bulle de sérénité. Comme si j’étais un étranger dans mes propres appartements, avec ma propre famille. Je ne sais pas vraiment pourquoi cette pensée me traverse l’esprit. Et je secoue la tête pour la chasser tant bien que mal avant d’entrer en silence dans la pièce, alors qu’elle continue de chanter pour Tybalt et Cadwyn qui eux, dorment profondément.

Je devrais probablement repartir en vérité. Après avoir profité de ce tableau presque idyllique. Juste ce qu’il faut pour me rappeler ce qui est important. Mais je n’en ai pas la moindre envie. J’ai juste envie de grappiller quelques moments hors du temps, loin de tout ce qui peut nous tracasser. Alors je m’avance sans un mot, faisant juste ce qu’il faut de bruit pour qu’elle remarque ma présence avant que je ne finisse par m’agenouiller près d’elle, posant ma tête sur sa cuisse alors que ma main effleure son genou. Et je reste longtemps sans bouger, écoutant la fin de la berceuse avant de souffler, dans un murmure. « Je ne voulais pas t’interrompre ou te déranger. Mais j’avais besoin de vous voir. » Surtout elle en vérité. L’effet apaisant qu’elle a sur moi ces derniers temps m’étonne, sans que j’arrive à savoir si je dois lui en parler ou en pas. En attendant, je me relève un peu pour effleurer ses lèvres des miennes. « C’était une très belle chanson. Ils ne savent pas ce qu’ils ratent à continuer de dormir mais je peux t’avoir rien qu’à moi quelques instants, je ne vais pas m’en plaindre. » Mes doigts glissent sur sa joue avant que je reprenne, toujours dans un murmure. « Comment te sens-tu ma dame ? »


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4299
Membre du mois : 53
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth EmptyJeu 23 Mai - 23:22

Il n'y avait pas de manuel pour être la plus parfaite des mères. Cela n'existait pas. Bien que certains ouvrages se voulaient prodiguer certains conseils. Cependant, Megara avait beau avoir parcouru plusieurs d'entre eux, elle n'en avait retenu qu'un petit goût aigre et quelque peu acide. En effet, elle n'y avait trouvé que des banalités, ou des choses quelque peu ubuesques, le tout s'expliquant très probablement par le simple fait que tout ceci émanait d'hommes. Alors, certes, il faut être deux pour concevoir un enfant, mais jusqu'à preuve du contraire, seules les femmes peuvent être enceintes, et donc, seules elles peuvent réellement comprendre et témoigner de ce que l'on ressent lorsque l'on porte la vie et lorsqu'on donne le jour à un enfant. Sans parler de cette dose de machisme et de misogynie qu'elle n'appréciait que peu, et qui semblait vouloir apprendre aux femmes qu'elles ne devaient absolument pas compter sur leurs époux, que ce n'était pas à eux de faire quoi que ce soit pour leurs enfants, et qu'elles devaient apprendre à obéir aux règles et à laisser leurs fils guerroyer si cela leur chantait. Tout en s'astreignant à bien apprendre à leurs propres filles à devenir de parfaites futures épouses, dociles et obéissantes, soumises et discrètes. Certes, dans sa fratrie, Megara ne possédait pas forcément le caractère le plus fort, mais elle estimait tout de même qu'elle avait des qualités, en plus de posséder un certain égo et un amour-propre dont elle n'avait probablement pas à rougir. Fort heureusement, elle avait été suffisamment vive pour refermer ces fameux ouvrages et s'en remettre à son instinct autant qu'aux conseils qu'elle recevait et sélectionnait ardemment, n'acceptant très probablement de ne réellement écouter que les femmes de son propre entourage, y compris ses plus anciennes servantes, celles-là même dont elle connaissait parfois même les enfants. Une façon comme une autre de pouvoir observer le résultat de l'éducation qu'elles avaient prodigué. Et au milieu de tout ceci, il y avait aussi Gareth.

Gareth, elle ne pouvait point le laisser sur la touche, tout comme elle ne pouvait nullement se plaindre de son attitude. Il aurait sans doute eu matière à quelque peu lui faire la leçon, ces derniers temps, ou plutôt à vouloir la faire retrouver un peu plus le sens commun des réalités, parce que la situation actuelle et environnante ne la poussaient pas forcément à être celle qu'elle devrait être. Mais il comprenait. Il comprenait la situation, et il comprenait dans quel état cela pouvait la plonger. Et Megara, elle, avait conscience qu'elle devait garder le cap. Qu'elle ne pouvait se laisser abattre ni même se laisser dériver. Même si, parfois, de telles vérités venaient se rappeler à ses bons souvenirs au sein de songes flirtant allégrement entre les rêves doux-amer et les très mauvais cauchemars. Surtout quand sa cadette lui apparaissait et qu'elle se disait quelque peu mécontente de voir Megara laisser les courtisans être libres de comploter derrière son dos sans se montrer suffisamment pour leur rappeler qu'elle était lionne, et qu'il ne fallait tout de même pas pousser grand-mère dans les orties. Cela la faisait sourire, quand elle y repensait, mais, à chaque fois, l'instant d'après, elle sentait son cœur se serrer, autant parce qu'elle ne pouvait que constater que tout ceci n'avait été qu'un fantasme de son esprit, reconstitué à partir de bribes de souvenirs, que parce que Nymeria était morte, et que cela lui revenait en pleine figure. Elle n'omettait rien, certes, mais, d'une certaine façon, c'était comme si, tout de même, durant une fraction de seconde, elle avait oublié. Alors, peut-être y allait-elle en tâtonnant quelque peu. Peut-être ne s'y prenait-elle pas aussi bien qu'elle l'aurait dû, ou de la façon la plus adaptée à son rang. Cela provoquait en elle quelques sentiments bien étranges, comme ces fois où elle se sentait presque hors la loi en se relevant la nuit pour donner le sein à l'un de ses fils. Quoi qu'il en était, elle essayait de ne pas forcer les choses, de ne pas aller dans des directions lui paraissant trop étrangères ou ne coïncidant pas suffisamment avec celle qu'elle était, foncièrement. Elle ne s'embarrassait donc pas toujours à faire dans l'élaboration extrême, comme pour le choix des berceuses qu'elle pouvait bien décider de chanter à ses fils. Et elle ne se sentait pas réellement honteuse d'être prise sur le fait. D'autant plus qu'en regardant les choses en face, elle ne voyait aucune raison qui pourrait bien pousser Gareth, qui venait de la rejoindre, à la sermonner. Elle établissait simplement chaque jour un peu plus un lien fort et privilégié avec ses fils. Ce qui la poussait également à ne point s'interrompre sous prétexte que son mari s'approchait d'elle jusqu'à s'agenouiller devant elle, bien qu'elle ne manqua pas de tourner son regard en sa direction, un instant, pour lui signifier qu'elle avait bien noté son arrivée, et qu'elle ne le snobait point. Le tout en ne se privant pas, comme il l'en enjoignait, d'aller jusqu'au bout de sa mélopée avant de lui adresser la parole.
    ❧ Tant que mon public ne s'élargit pas trop, et que je bénéficie de son indulgence, je n'ai rien à y redire ... ❧ Instinctivement, elle passe l'une de ses mains dans la tignasse de son époux, avant grande affection. Un geste qui ne lui était en rien nouveau, mais qu'elle avait tendance à reproduire bien plus fréquemment depuis la naissance des jumeaux. Elle trouvait que cela l'apaisait, égoïstement. ❧ Tu as bien fais. Je ne veux pas être médisante, mais nos fils n'ont pas encore grande conversation, surtout présentement, alors qu'ils dorment. Et l'on pourrait probablement comptabiliser leurs babillements, mais ceux-ci ne doivent cependant avoir de sens que pour eux. Ils pourraient conspirer de leurs futures bêtises que je n'en saurais rien ... ❧ Un doux quoi que pâle sourire prit place sur ses lèvres, alors qu'elle observe tendrement son époux, toujours subjuguée par le fait d'avoir eu tant de chance d'être mariée par son frère à un homme tel que lui, doux, compréhensif, aimant, et à la fois piquant et mauvais garnement. ❧ Techniquement, il s'agit d'une prière à la Mère, mais je me suis dis qu'elle ne m'en voudrait pas trop de lui donner quelque consistance plus mélodieuse et mélodique. ❧ Elle sent sa main se poser sur l'une de ses joues, avant que ses doigts n'y glissent, comme un effleurement mettant en éveil tous ses sens, ce qui ne lui permet pas de pouvoir contrôler ce plus large sourire qui s'épanouit sur ses lèvres, et ce rosissement qui se saisit de ses joues. ❧ Il est vrai qu'ils sont au centre de mes préoccupations et de mes journées, mais cela ne signifie en rien que j'oublie qui est mon époux, et surtout, qui a fait de moi une mère si comblée. ❧ Finalement, le sérieux la gagna quelque peu. Il était inutile de chercher à mentir à Gareth, pas plus qu'il était pertinent de tenter de le duper en amoindrissant et en atténuant la vérité. Alors, posant son livre sur ses genoux, elle prit une grande respiration, avant de plonger son regard dans celui de son mari. ❧ Aujourd'hui est une bonne journée. Je crois que je suis parvenue à ne point trop me réveiller cette nuit. Je crois qu'hier, je me suis endormie en pleine après-midi alors que je lisais un conte aux enfants. Ils n'y ont bien sûr vu que du feu, mais je ne manque pas de croire que cela aurait tout autant pu t'amuser que te préoccuper si tu étais arrivé à cet instant là ... D'ailleurs, je ne peux que te remercier une nouvelle fois pour ce présent : le livre est magnifique, tant par son contenu que son esthétique. J'espère seulement que tu ne t'es pas ruiné pour moi ... ❧ Elle avait envie de l'embrasser, comme elle l'avait fait lorsqu'elle l'avait remercié, la première fois, mais la position ne s'y prêtait pas trop, au risque de faire glisser son actuel livre de sur ses genoux, alors, cela ne serait sans doute que partie remise.


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Meg_toto
Megara Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 18 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 3240
Membre du mois : 8
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth EmptyLun 17 Juin - 10:59

Je me demande à quel moment elle est devenue aussi importante. A quel moment mon équilibre et mon bien-être se sont mis à dépendre d’elle, de notre relation et des instants que je peux arriver à passer avec elle. Difficile à dire. Je sais que l’arrivée des jumeaux a beaucoup penché dans la balance mais, à la réflexion, c’est un sentiment qui a commencé à prendre vie bien avant. A mon retour du Conflans peut-être. En tout cas, la retrouver à ce moment-là m’a assuré des sentiments qui commençaient à se former dans mon cœur et mon esprit.

Et même maintenant, alors que les évènements se succèdent, je continue d’avoir plus que jamais besoin de sa présence. Savoir qu’elle est là, avec les petits, me donne la force, l’envie de continuer, d’essayer de trouver des réponses, quand bien même j’ai le sentiment d’être devant un sac de nœuds impossible à défaire.

Alors, forcément, m’installer à ses pieds et l’écouter chantonner pour nos enfants me parait naturel, apaisant. Je ne cherche pas à l’interrompre et, si elle remarque ma présence, elle continue comme si de rien était. Je l’écoute avec un sourire, m’autorisant même à fermer les yeux quelques instants avant de finir par prendre la parole. Et j’ai un rire silencieux à sa réponse, mon regard rivé sur elle. « Il saura toujours se montrer indulgent. Parce que tu apaises chacun des membres de ton auditoire ma dame. Quant à l’élargir, nous pourrons attendre un peu oui. Sinon je ne pourrais plus du tout profiter de mon épouse et je ne suis pas sûr de l’apprécier vraiment à terme. » J’inspire longuement quand elle passe une main dans mes cheveux, profitant de ce contact affectueux, intime même, qu’elle n’a que lorsque nous sommes seuls. « Nos fils auront une grande conversation quand le temps sera venu. Profite que, pour l’heure, ils se contentent de babiller. S’ils sont aussi bavards que moi, tu n’en pourras bientôt plus. » J’ai un sourire amusé à cette pensée, qui se fait plus large au reste de ses propos. « Et il est fort possible qu’ils conspirent déjà en effet. Mais je suis sûr que tu auras une longueur d’avance sur eux. »

Je l’écoute avec attention quand elle me parle de la chanson, laissant filer un silence à ses propos. « C’est une jolie chanson. Jamais je n’aurais pensé que c’était une prière de base par contre. » Il faut dire que je n’ai jamais été très au fait de la religion, Meg le sait bien. Et ne m’en tient pas trop rigueur tant que je sais me tenir dans les moments importants. « Et je pense que les dieux pourraient difficilement t’en vouloir de la rendre aussi mélodieuse. » Je la fixe longuement, comme pour m’assurer qu’elle va bien, autant que possible en tout cas au vu des circonstances. Et quand elle reprend la parole, j’ai un sourire avant de souffler, me faisant un brin plus sérieux. « Il faut aussi que tu penses à toi ma dame. Bon, à moi aussi, je ne vais pas me plaindre de tes attentions, bien au contraire, mais il faut aussi que tu prennes du temps pour toi. Tu me promets d’essayer un peu ? Les jumeaux ne t’en tiendront pas ombrage. » Et je retiens un soupir quand elle reprend, mon regard ancré dans le sien alors que ma main glisse pour se poser sur la sienne. « Tu as mieux dormi que d’ordinaire oui, je te le confirme. Tu as très peu bougé dans ton sommeil et il a suffi que tu te blottisses contre moi pour que tu te calmes directement. » Comme bien souvent d’ailleurs, ma présence suffit à l’apaiser la plupart du temps. Et c’est tant mieux, je ne suis pas sûr que je pourrais gérer si cela ne suffisait pas. « J’avoue que cela m’aurait plus préoccupé qu’amusé, ne nous leurrons pas. Tu ne dors toujours pas assez donc. » Je grimace, continuant de la fixer longuement avant de baisser les yeux sur l’ouvrage. « Je suis heureux qu’il te plaise. Mais si c’est pour que tu t’endormes dessus, je vais devoir le confisquer. » J’attrape d’ailleurs le livre, sans préciser qu’en effet, il a coûté une petite fortune. Avant de le reposer au sol délicatement et d’attraper les deux mains de Meg. « Viens avec moi. Ils dorment tous les deux et un peu d’air me fera du bien. Ils ne verront même pas que nous sommes partis et nous pourrons discuter sans crainte de les réveiller. Allons nous installer sur le balcon de la chambre. » Je ne lui laisse pas vraiment le choix, gardant ses mains entre les miennes alors que j’esquisse un sourire à son attention, non sans l’embrasser sur le front avec douceur quand elle se lève. Dire que je m’inquiète pour elle et sa santé est un doux euphémisme. Qu’elle tombe malade, ou pire encore, serait quelque chose que je ne pourrais pas supporter et encore moins gérer. Pas elle.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4299
Membre du mois : 53
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth EmptyDim 30 Juin - 22:53

Fort heureusement pour elle, Megara était née Princesse. Dès lors, elle avait relativement été épargnée par les avis de tout un chacun, ou plutôt les gens ne s'étaient-ils pas permis de sans cesse lui donner leur avis en estimant qu'elle en avait impérativement besoin ou qu'elle était trop jeune et inexpérimentée pour pouvoir dignement se faire sa propre opinion. Bien que certains courtisans ne s'étaient tout de même pas privés de lui prodiguer des conseils qu'ils pensaient pertinents et vitaux. Et depuis la naissance des jumeaux, on lui avait à plusieurs reprises indiqué que cela allait être deux fois plus épuisant, compliqué et chronophage, pour elle. Ce dont elle ne pouvait témoigné. Elle voulait se focaliser uniquement sur son propre ressenti, tout en acceptant celui de ses plus proches, leur faisant confiance, à eux, et ayant conscience qu'ils ne lui voulaient que du bien sans vouloir obtenir quoi que ce soit d'elle. Cependant, il y avait aussi ce grand paramètre qui entrait en jeu, celui qui englobait le fait qu'il avait s'agit là tout autant de sa première grossesse que de la première fois qu'elle était mère. Elle avait de suite eu des jumeaux, et ne pouvait donc effectuer aucune comparaison avec une grossesse qui n'aurait produit qu'un seul enfant. Et si sa mère avait eu trois enfants, cela n'avait jamais été qu'un à la fois, là où Jeyne, elle aussi enceinte dans une période très proche de la sienne, n'avait elle aussi eu qu'un seul enfant. Et puis ...

Et puis, elle ne voulait pas se faire un monde colossal de tout ceci, s'inquiéter plus que de raison et se protéger en évitant de tout vivre entièrement de peur de ne pas suffisamment se méfier et de ne pas être prête à réagir quand il le faudrait. Sans parler du contexte alentour, avec l'état de santé plus que préoccupant de son père, et le fait que, jusqu'à maintenant, à ce qu'elle en savait, les responsables couraient toujours. Sans parler du fait qu'elle n'était pas seule. Elle bénéficiait d'aide, et parfois même un peu trop à son goût. C'était plus fort qu'elle, mais en certaines occasions, elle avait la sensation qu'on ne la pensait pas suffisamment capable de tenir son rôle de mère. Pourtant, elle pensait ne pas trop mal se débrouiller. Preuve en était, aucun de ses fils n'était encore tombé malade, et bien qu'il fallait régulièrement les nourrir, ils ne se réveillaient pas en pleine nuit en hurlant à plein poumons pour des causes indéterminées. Et ce même si certains bien pensants lui assuraient que cela arriverait, qu'à un moment, ils commenceraient à faire leurs dents, et que tout lui semblerait alors bien moins idyllique. Elle ne voulait pas se soucier de tout ça, et se disait que si sa mère ne l'avait pas encore prévenue à ce sujet, c'était que chaque bébé devait être différent et que, donc, avec un peu de chance, Gareth et elle pourraient relativement bien être épargnés, non ? En attendant, elle parvenait à les apaiser et à les calmer sans difficultés énormes, lorsqu'elle se retrouvait dans une situation nécessitant qu'elle agisse de la sorte. Gareth non plus ne se débrouillait pas si mal ...
    ❧ Il est vrai que, sans vouloir me vanter, nos fils s'apaisent relativement vite quand ils commencent à pleurer et que je les berce en leur parlant. Mais tu n'es pas en reste non plus. ❧ Face à la suite des propos de son époux, elle ne peut que sourire, avec douceur. ❧ Je ne suis pas sure non plus de bien vouloir être trop entourée. Les garçons et toi me suffisez amplement. ❧ Et puis, elle pose une main sur son cœur, feignant quelque peu le drame et la tragédie. ❧ Mais comment vais-je survivre ? Voilà donc bel et bien la preuve que vous allez outrageusement profiter de votre supériorité numérique à mon encontre ... ❧ Elle en sourit, même si, au fond d'elle, elle se refuse à penser au fait que ses fils vont grandir, et donc irrémédiablement devoir un jour quitter l'âge de l'enfance et de l'innocence, en ce monde où la violence et les risques semblaient être à chaque détour, et encore plus dernièrement. ❧ Père avait toujours promis à Mère que, quand Nymeria serait plus âgée, il lui expliquerait certaines choses, mais je crois que cette conversation n'a soit jamais eu lieu, sans jamais eu des retombées efficaces ! ❧ Pendant quelques secondes, la nostalgie voila quelque peu son regard, et son sourire se teinta d'une certaine tristesse.
Megara était très croyante, encore plus, sans doute, depuis que les Dieux l'avaient mise à l'épreuve en lui infligeant cette tare qui l'éprouvait grandement, malgré sa bonne volonté et son ardente envie que tout ceci cesse. Elle priait chaque jour, et dernièrement, elle constatait que la liste de ceux et celles pour lesquels elle formulait des requêtes en direction des Dieux ne cessait de s'allonger. Bien évidemment, Gareth était au nombre de ceux-là, car elle le savait, mais il faisait partie intégrante de sa vie, et pas seulement parce qu'il était son époux et le père de ses enfants. Il valait plus que ça, et ne résumait pas non plus à ces deux rôles là. Il était important. Très important. Sans doute pour l'Ouest encore plus que pour elle, sur le papier. Dans les faits, sans doute le rapport de force variait-il quelque peu, car il fallait alors prendre en compte le paramètre émotionnel et sentimental. Alors, elle prenait très à cœur sa sollicitude, et se sentait touchée par son attention, mais ... Mais depuis toujours, on lui avait enseigné l'empathie, une qualité naturelle qu'elle possédait déjà par nature, non sans, alors, qu'on lui dise qu'elle pouvait dès lors tout à fait en forcer le trait. Il était de fait compliqué pour elle de faire preuve d'un égoïsme et d'un narcissisme exacerbés, du moins, de son point de vue.
    ❧ S'il ne s'agit que d'essayer, alors, je peux bien te le promettre. Comprends cependant que ... Que les garçons sont plus importants que moi, et tu es plus que juste leur père et mon époux. J'ai parfaitement conscience que notre famille n'est que l'envers du décor, et que la scène publique de l'Ouest est ... Je te promets de prendre un peu de temps pour moi. ... Si j'y pense. ❧ Une certaine légère lueur mutine illumina un temps son regard, alors qu'elle s'efforçait de dissimuler au mieux ce petit sourire en coin. Tout dramatiser n'était pas dans ses habitudes, et la situation actuelle ne s'y prêtait guère, car tout était déjà si compliqué et si tendu ... Et cela déteignait même sur son sommeil, ce qui, visiblement, ne convenait que très peu à Gareth, ce que Megara pouvait comprendre. ❧ Les journées me paraissent à la fois si longues et si brèves ... Le temps s'écoule lentement dès lors qu'il s'agit de voir ce qui me préoccupe disparaître du paysage, et dans la même journée, j'ai la sensation que les minutes s’égrènent à toute vitesse dès qu'il s'agit d'être avec les jumeaux ... Et la nuit, je me sens si impuissante, alors que mon esprit n'a de cesse de cogiter, jusque dans mes rêves. D'une certaine façon, tes bras m'apparaissent tout à la fois un refuge et une forteresse des plus sûrs. ❧
Un instant, en évoquant cet ouvrage qu'il lui a offert, elle ne peut s'empêcher de sentir émue et flattée, alors que, dans les faits, oui, sans doute ne s'agit-il que d'un livre, avec de multiples pages. Mais le contenu lui convient énormément, là où c'est surtout l'attention qui la rend toute émotionnelle. Un instant, aussi, elle veut protester, comme si, telle une enfant, elle craignait que Gareth ne lui confisque réellement l'ouvrage, et sans doute n'est-elle rassurée que lorsqu'elle le voit poser l'objet au sol, au lieu de s'en aller avec et de la laisser ici, seule. Enfin, non, bien évidemment, pas seule, puisque les jumeaux étaient toujours là, eux. Cependant, son cher époux ne semble pas décidé à ce que tous deux restent là, à observer confortablement leurs fils endormis. Et si elle le laisse la hisser debout sur ses deux jambes, elle ne peut s'empêcher de laisser traîner son regard en direction de Tybalt et Cadwyn, comme par peur qu'ils se volatilisent, ou ... Elle n'est pas réticente à la requête de Gareth, non, ce n'est pas ça, c'est juste que ... Que son instinct de mère frappe durement contre sa cage thoracique. Mais son époux est déterminé, et elle se voit mal lui refuser sa demande, d'autant plus qu'elle lui doit bien cela, non ? Mais ses pas sont mesurés et prudents, alors qu'elle le suit en direction du balcon, non sans glisser ses doigts dans ceux de Gareth, comme pour s'y accrocher et être assurée que rien ne pourra lui arriver.


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Meg_toto
Megara Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 18 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 3240
Membre du mois : 8
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth EmptyLun 15 Juil - 14:09

Je ne devrais probablement pas m’inquiéter autant. Elle va bien compte tenu des circonstances. Et je ne devrais pas sentir mon cœur se serrer autant à chaque fois que je m’éloigne d’elle. Et pourtant, impossible de m’en empêcher. Mon prochain départ, s’il doit avoir lieux, risque d’être bien plus difficile à vivre que les précédents. Je ne sais pas si je dois en être heureux ou pas, si je dois juste me contenter d’accepter qu’elle fait partie intégrante de ma vie et que je n’aurais de cesse de me soucier d’elle, quoi qu’il arrive. Ou si je dois essayer d’être plus fort, de garder une certaine distance pour pouvoir la protéger au mieux. Parce que je ne suis plus du tout objectif la concernant, ne nous leurrons pas. Elle est bien trop précieuse, importante, que ce soit parce qu’elle est la mère de mes enfants, la princesse ou tout simplement la femme que j’aime. Difficile de faire le tri dans tout ça.

Et je retiens un soupir, m’efforçant de sourire à son attention alors qu’elle a enfin fini de chanter. Je n’ai pas envie de lui rajouter plus d’inquiétudes qu’elle n’en a déjà et j’ai  juste envie de profiter de ce moment qui n’est qu’à nous. Tout du moins je l’espère. « Serais-tu en train de dire que je suis trop bavard ma dame ? » J’ai parlé d’une voix douce, avec ce sourire malicieux qu’elle aime tant, alors que je l’observe avec attention, guettant la moindre inflexion de voix, le moindre mouvement qui pourrait me laisser croire qu’elle ne va pas si bien que ça. « Je ne dis quand même pas qu’une petite Meg ne serait pas la bienvenue dans quelques temps. J’aimerais beaucoup même. » Et je tousse un rire au reste. « Il faut bien qu’on joue sur la supériorité numérique, c’est tout ce que nous aurons face à toi. » Mon sourire se fane un peu au reste de nos échanges mais je hoche la tête, non sans jeter un regard aux jumeaux. « Il faudra leur parler. De Nymeria. De tout ce qu’elle était pour nous. Même si c’est difficile. Je veux qu’ils la connaissent d’une façon ou d’une autre. Même si j’aurais aimé que ce soit autrement. » Je ne sais pas pourquoi je dis ça maintenant, mais j’en ai besoin. Comme pour me raccrocher à quelque chose que je peux faire, qui est important pour elle comme pour moi.

Je ne peux m’empêcher de froncer les sourcils quand elle finit par répondre à ma demande. C’est encore pire que ce que j’aurais cru et j’avoue être un peu décontenancé l’espace d’un instant. J’ai un silence et je finis par souffler, d’une voix douce. « Ils ne sont pas plus importants que toi. Pas à mes yeux en tout cas. Et ce n’est pas à la Princesse que je m’adresse mais à mon épouse. J’ai … besoin de toi Meg. Et je n’ai pas envie que tu te fanes ou que tu tombes d’épuisement. Tu m’es bien plus précieuse que tu pourrais le croire. Je me moque dans l’immédiat de l’Ouest ou de la scène publique. C’est toi qui m’importe. » Si elle sourit, je suis peut-être un peu trop sérieux. Mais je veux qu’elle comprenne ce que j’ai en tête. Au reste, j’opine doucement du chef avant de lui répondre, toujours sur le même ton. « Mes bras seront toujours là pour t’accueillir Meg. S’ils peuvent t’apaiser un peu, c’est encore mieux. J’ai juste peur que tu ne finisses par t’effondrer à la longue. »

Et qu’elle semble avoir autant de mal à me suivre me serre un peu le cœur. Je sens mes mâchoires se contracter imperceptiblement et je referme la porte derrière nous alors que nous nous retrouvons tous les deux sur le balcon et que je garde ses mains entre les miennes. « Ils vont bien Meg, je te l’assure. Et nous serons les premiers à les entendre s’il y a la moindre difficulté. D’accord ? » Je l’embrasse doucement sur le front avant de relâcher ses mains. Je veux éviter qu’elle se sente prisonnière ou quelque chose dans le même acabit. Et je la fixe longuement, non sans tendre une main pour effleurer sa joue, remettre une mèche de cheveux en place comme je le fais si souvent. « J’aimerais passer tout mon temps ici. Avec vous. Profiter de chaque instant à m’enthousiasmer en les voyant grandir et te garder dans mes bras le reste du temps. Mais ce n’est pas possible. Et… tu sais que ce n’est pas possible pour toi non plus. Je ne parle toujours pas de la politique ou de la scène ouestrienne, qu’on soit bien d’accord. Mais ta mère a besoin de toi. Jeyne a besoin de toi. Lyman aussi. » Et je me rapproche d’elle pour la serrer contre moi, avant d’effleurer doucement ses lèvres des miennes. « Et moi j’ai besoin de savoir que tu vas bien. Que la femme que j’aime arrive à prendre du repos, arrive à tenir bon. Et qu’elle sera capable de se détacher de nos garçons si c’est nécessaire. Tu comprends ? » Je n’ai pas envie de la braquer ou quoi que ce soit dans le même genre, mais cette fois, je suis incapable de cacher l’inquiétude qui brille dans mes yeux alors que je continue de la regarder avec attention.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4299
Membre du mois : 53
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth   Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera ❧ Gareth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La nuit la plus sombre a toujours une fin lumineuse" - Nuage de Vie
» La Forêt Sombre...
» Une ruelle sombre
» .Sombre rêve. |.Libre.|
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: