Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The wise learn many things from their foes... | Myria
MessageSujet: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptySam 13 Avr - 18:45

Les deux mains posées à plat sur la fenêtre, je prends une grande inspiration alors que mon regard se perd dans la contemplation de l’agitation à l’extérieur. J’ai toujours trouvé cette distraction apaisante d’une certaine façon, comme si elle me permettait d’oublier ma propre agitation intérieure. Mais, dans l’immédiat, ce n’est guère efficace. Peut-être, sûrement même, parce que j’appréhende cet entretien plus que je ne voudrais jamais l’admettre.

Pourtant, je ne peux pas faire autrement. Parce que c’est une demande royale mais pas seulement. Parce que c’est mon rôle, c’est ce que je dois faire, ce que je veux faire. J’essaie depuis plusieurs jours de ne pas me focaliser sur cette colère qui se fait de plus en plus présente. Envers ceux qui ont osé attenter à la vie du roi, envers ceux qui ont trahi, qui n’ont aucune notion d’honneur. Je sais, pour bien des extérieurs au royaume, ce n’est que justice. Les lions ne méritent pas qu’on fasse preuve d’honneur à leur égard. Nombreux sont ceux à penser cela, j’en suis parfaitement conscient.

Et c’est probablement ce que doit penser la femme avec qui je vais bientôt m’entretenir. Je ne l’aime pas et je ne m’en cache pas, ne nous leurrons pas. Elle représente tout ce dont je me défie de la part du Conflans et des Hoare. A chaque fois que j’ai pu la croiser, j’ai pensé aux paroles de l’impératrice et ses à ses mises en garde. Reste à espérer que cette discussion aura tout de même un semblant d’utilité. Mais elle a demandé à… comment était-ce déjà ? Collaborer ? Ou quelque chose dans cet acabit. Probablement pour éviter que l’on tente de faire un lien entre sa présence et l’attentat. Sûrement même, je ne suis pas stupide au point de croire qu’elle voudrait aider la couronne uniquement par bonté d’âme ou un truc tout aussi ridicule.

Je finis par me détourner de la fenêtre et par me frotter le visage, comme pour me remettre les idées en place. Et j’ai un hochement de tête en direction du soldat qui garde la porte. « Vous pouvez la faire entrer. » Cela ne sert à rien de tergiverser plus longuement et je ne pousserais pas l’affront à la faire patienter pour rien. Je garde le silence alors qu’elle entre dans la pièce, précédée par deux gardes qui me jettent un regard interrogateur. « Vous pouvez nous laisser. Il ne devrait y avoir aucun problème. » Je ne suis pas assez important pour cela. Je suppose.

Et j’observe un instant la femme que j’ai devant moi. Myria Hoare. Elle aurait dû être Reine, elle aurait pu le devenir. Voilà qu’elle est devenue… à dire vrai, j’ai du mal à vraiment savoir ce qu’elle est. Princesse ? Ambassadrice ? Conseillère ? Un peu tout cela probablement mais, au final, elle a quand même dû dire adieu à bien des ambitions, j’en suis persuadé. Enfin, si ça se trouve, elle est comme moi et dénuée de cette volonté de briller sur le devant de la scène mais j’ai tout de même un sérieux doute au vu de la réputation qui la précède.

Je fais un autre pas dans sa direction et je m’incline devant elle, une main sur le torse. « Votre Altesse, merci d’être venue jusqu’ici. » Le salon est des plus confortables et évite qu’on ait l’impression qu’il s’agisse d’un interrogatoire ou quelque chose dans le genre. Je reprends, d’une voix plutôt neutre. « Je sais que votre missive était adressée à sa Majesté la Reine. Mais je gage que vous comprendrez aisément qu’elle ne quitte guère le chevet de son époux. J’ose espérer que vous ne serez pas offusquée d’être reçue par son gendre, le Capitaine de la Maison du Roi. » Qu’elle ne se pense pas reçue par le premier péquin venu non plus. Ce que je ne suis plus. Si tant est que je l’ai vraiment été un jour. Je me demande si elle a eu vent des rumeurs me concernant, sur la façon dont je gravis les échelons du pouvoir, restant dans l’ombre mais en me faisant de plus en plus présent malgré tout. Enfin, à voir comment elle va entamer la conversation. J’avoue, je suis tout aussi curieux que méfiant en réalité. Et peut-être que je pourrais oublier un peu cette colère qui n’a de cesse de pointer le bout de son nez.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Gareth Kenning
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4590
Membre du mois : 15
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
The wise learn many things from their foes... | Myria  Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyJeu 18 Avr - 14:34







 The wise learn many things from their foes
ft. Gareth Kenning

Myria attendait le feu vert de la Reine pour lancer son enquête personnelle, mais la Lionne ne lui avait pas répondu en personne et lui envoyait son beau-fils qui ne cachait pas son animosité, depuis l’arrivée de la Hoare à Castral Roc. Elle avait prit toutes les dispositions avec ses hommes pour qu’une éventuelle arrestation ne tourne pas au bain de sang, d’ailleurs, ses gardes restèrent à l’entrée, le Capitaine de la Maison du Roi se séparant des siens. Il restait tout de même en position de force, sachant se servir d’une arme alors qu’elle n’était douée qu’avec son stylet et devait compter sur la surprise. Mais de toute façon, s’il voulait la tuer, elle mourrait, elle ne pourrait pas s’échapper de l’antre des Lions même avec dix fois plus d’hommes qu’elle n’en avait et elle ne les avait pas alors à quoi bon faire couler le sang pour rien. De toute façon son meilleur atout avait toujours été sa langue acérée, elle allait encore trop parler à n’en point douter, avait-elle le choix ?

__ Capitaine, merci à vous de me recevoir. »

Dit la Princesse en hochant la tête, un peu incrédule tandis que l’homme s’inclinait comme s’il la respectait. Elle portait une robe drapée de taffetas brun brillant découvrant ses épaules et épousant les courbes de son corps. Ses cheveux étaient réunis en plusieurs mèches entrelacées derrière sa nuque et tombaient en cascade sur son dos dénudé. Elle portait de grosses boucles d’oreille et un imposant collier doré, une couronne tressée de cuir et d’or, un bracelet d’or ciselé en haut du bras gauche et un anneau d’or portant les armoiries de la Maison Hoare. Une légère cape de laine gris-bleu aux motifs floraux de fil d’or sur les bords l’empêcherait d’attraper froid dans les couloirs parfois venteux du Roc. Avec un air grave, elle plongea son regard dans celui du Kenning et fit ses aveux sans détour :

__ J’aurais préféré rencontrer la Reine Jordane. Cela m’aurait peut-être évité d’avoir à m’adresser à quelqu’un qui me déteste et cela vous aurais épargné d’avoir à me rencontrer. Mais je ferais avec et j’espère que vous aussi. Sa majesté est là où elle doit être et je suis… là. »

La brune aux yeux céruléens inclina la tête brièvement avant de se défaire de son manteau et d’aller s’installer d’un pas lent sur le fauteuil qui lui parut le plus confortable tout en entrant dans le vif du sujet.

__ J’imagine que vous avez lu la missive, vous savez donc ce que je souhaite entreprendre. Et oui, je crains pour ma vie dans cette histoire, j’ai l’habitude d’être accusée de tous les maux, cette fois je prend les devants. Si l’Empire voulait définitivement enterrer le moindre accord entre le Royaume des Fleuves et du Crépuscule, il n’aurait pas pu trouver mieux qu’un attentat contre le Roi Loren Lannister qui me retombe dessus puisque je suis la seule à m’être déplacée pour fêter l’arrivée du Prince Martyn. Cependant, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais je n’ai tué personne depuis tout le temps que je suis ici, même pas Jeyne Lannister, pauvre enfant prise entre deux feux. Je n’ai aucun intérêt à tuer qui que ce soit ici, ni à faire vaciller le pouvoir en place alors que ma présence m’accuse de fait, soyons sérieux. Je ne suis pas là pour ça, j’ai mieux à proposer à l’Ouest qu’un vil complot contre l’époux de mon amie. Quand à savoir si l’Empire est derrière tout ça, très franchement, je crains que non, et c’est bien ce qui m’interroge. Qui et pourquoi ? »

L’Ambassadrice s’adossa et fixa Gareth en se demandant s’il la pensait vraiment assez bête pour fomenter l'assassinat du Roi de l’Ouest sur ses propres terres alors qu’elle s’y trouvait et n’avait rien à gagner à le faire tuer. A moins qu’elle ait raté quelque chose, un élément lui ayant échappé, elle ne voyait pas comment on pouvait imaginer qu’elle soit mouillée dans cette affaire. C’était très joli en apparence, facile, elle était là, mais en quoi cela pouvait bien servir ses intérêts ou ceux de Yoren ? Elle avait beau creuser de ce côté depuis l’attentat sur les marches du Septuaire, elle n’arrivait pas à comprendre. Il lui manquait une pièce du puzzle et ça l'énervait de ne pas pouvoir trouver de réponse à ses questions, peut-être en saurait-elle plus à l’issue de cet entretien, mais elle en doutait fort, elle doutait même d’en ressortir en vie et libre, mais elle devait prendre le risque, espérant que ce n’était pas un piège.


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit




 
 
 


Bannière:
 

Recompenses:
 


Dernière édition par Myria Hoare le Lun 29 Avr - 15:17, édité 1 fois
Myria Hoare

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Myria Hoare
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1812
Membre du mois : 28
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Rancunière ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Brisée
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyMar 23 Avr - 21:30

Ne nous leurrons pas, j’aimerais grandement être ailleurs. Je n’aime pas cette femme et je n’ai même pas cherché à m’en cacher. Sans bien savoir pourquoi. J’aimerais dire que c’est mon instinct mais, en vérité, je n’en ai pas la moindre idée. Peut-être qu’elle sait trop bien se rattraper au vol. Son époux est mort et on ne peut pas dire qu’il était encore bien vu du reste de sa famille. Et pourtant, elle a réussi à se frayer une place parmi le nouveau Roi. C’est… surprenant. N’essayant pas de songer aux talents cachés qu’elle a probablement su démontrer pour garder un tel statut, je me contente d’un sourire poli quand elle prend la parole.

Mais je joue quand même le jeu. Le protocole reste quelque chose d’important, surtout à Castral Roc. Et Jordane Lannister m’aurait probablement sermonné si j’avais manqué de respect à une hôte de marque comme elle. Je l’observe un instant, curieux, songeant que j’aurais peut-être dû faire d’avantage d’efforts dans ma propre tenue. Mais je n’ai guère le temps de m’appesantir sur ce genre de détails en ce moment. Au reste de ses propos, je tousse tout de même un rire et je souffle, me faisant malicieux l’espace d’un instant. « Vous semblez bien prompte à croire que sa Majesté ne vous déteste pas. Et si vous comme moi ne pouvions faire que ce qui nous fait plaisir, nous ne serions plus là depuis bien longtemps. Je me trompe ? N’allez pas me faire croire que vous attendriez cet entretien avec impatience en tout cas, je ne le croirais pas. » J’ai un léger temps, haussant une épaule avant de reprendre. « La Reine est là où elle doit être en effet. Et j’espère que vous ne voyez pas ma venue comme un affront, ce n’était en rien l’objectif. » Autant être sincère, au moins sur ce terrain-là.

Et voilà qu’elle attaque dans le vif. Je la fixe, curieux, croisant les bras alors que je l’écoute sans l’interrompre. Quand elle termine, je continue de la regarder, un sourire flottant sur mes lèvres. « Et bien, voilà qui est… intéressant. Soyons pragmatiques. Si l’on vous croyait responsable, d’une façon ou d’une autre, nous n’aurions pas cette discussion dans cette charmante petite antichambre mais dans une geôle. Princesse ou non, ambassadrice ou non, la Reine est en colère et n’hésitera pas le moins du monde à trancher, quitte à se faire des ennemis. Alors non, je ne suis pas assez stupide pour croire que vous avez une responsabilité là-dedans. Ou alors, si vous en avez une, je suis assez intelligent pour savoir que vous aurez tout fait pour qu’il nous soit totalement impossible de remonter jusqu’à vous. » Mon sourire se fait plus large. « Sauf si vous avez disséminé des preuves tellement grossières que l’on ne pourrait que croire à un coup monté. Mais ce serait aller bien loin pour un acte qui, au final, est raté. »

Je fais quelques pas dans la pièce, pensif, avant de reprendre. « Mais, que je sache, personne ne vous a accusée de rien. Je me trompe ? Même moi. Et pourtant, je ne vous aime pas. » Je lève un index dans sa direction avant d’ajouter, un rien plus sec. « J’aimerais cependant vous rappeler que la Princesse n’est plus une enfant. Si Loren Lannister était mort, elle serait Reine à présent. Tâchez de vous en souvenir lorsque vous parlez d’elle. Et d’utiliser les titres qui sont les siens. » Non pas que je tienne à ce genre de chose en temps normal, bien au contraire. Mais cette espèce de compassion que je trouve inappropriée m’agace quelque peu. « Mais je prends bonne note que vous n’avez pas attenté à sa vie. Je suppose que je dois vous en être gré ? » Peu importe, le dernier point qu’elle soulève est celui qui m’intéresse le plus. « Je suis d’accord avec vous pour le reste. J’ai du mal à imaginer l’Empire derrière tout ça. Et vous non plus. Les réponses qui me viennent au pourquoi sont encore plus nombreuses que le qui au final. » En vérité, il y a tant de possibilités que cela me donne le tournis. Mais ce qui m’inquiète le plus, avant même le pourquoi c’est qui a été visé par ce complot. Jordane ? Loren ? Quelqu’un d’autre ? Difficile de le savoir après coup, surtout avec toute la cohue qui a suivi. « Je suppose que vous avez des hypothèses à ce propos. Alors je vous écoute. » Si elle nous apportera des nouvelles pistes, si elle va simplement se contenter d’énoncer des idées que nous avons déjà eues de note côté et qui ne semblent mener à rien.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Gareth Kenning
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4590
Membre du mois : 15
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
The wise learn many things from their foes... | Myria  Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyLun 29 Avr - 15:15







 The wise learn many things from their foes
ft. Gareth Kenning

__ Si elle me déteste, elle cache bien son jeu, mieux que moi car je l'apprécie sincèrement, tout comme j'apprécie le Prince son fils. »

L’espace d’un instant, Myria eut un doute sur l’amitié de la Reine Jordane, mais elle préféra ne pas y songer plus longtemps, Gareth essayait peut-être de la déstabiliser, et elle se balança sur ses jambes pour retrouver ses appuis, mais cela n’alla pas plus loin que ça dans son esprit. Si la Lionne étincelante jouait les hypocrites, elle n’en comprenait pas vraiment la raison, elle était ici chez elle, dans un royaume aussi stable que possible et face à l’ambassadrice d’une couronne en perdition, il n’y avait aucune raison qu’elle fasse en sorte pour se faire bien voir d’elle. Cependant, la blonde restait égale à elle même, tout comme la brune, et finalement leur amitié, qu’elle soit feinte ou non ne pourrait probablement que peu entrer en ligne de compte à l’heure de prendre une décision pour son royaume et cela, l’ambassadrice du Roi Yoren le comprenait très bien, c’était d’ailleurs pour cela qu’elle ne jouait pas sur ce tableau.

__ Rassurez vous, n’eut été votre inimitié affichée à mon égard c'eût été un honneur de rencontrer le capitaine de la Garde Royale et époux de la Princesse Megara Lannister, alors peut-être en est-ce un, mais un de ceux dont on ne sait trop que faire. »

Comme lorsque la Princesse des Fleuves et du Crépuscule invite un petit Seigneur ouestrien sans terre frappé d'hérésie dans ses appartements afin de partager un repas. Elle sourit en repensant à Lord William Potter et compris soudain mieux sa gêne. Un honneur inconfortable, c’était tout à fait cela, se dit elle avant de relever les yeux vers son hôte.

__ Je comprends que vous ne m’aimiez pas, vous avez combattu aux côtés des Nordiens et vous avez été attaqués par une troupe d’Harren, mais sachez que, toute Hoare sois-je, je ne cautionne pas toujours ce que tous les membres de ma famille font. »

La brune aux yeux azur sourit, mais son regard s’assombrit tandis qu’elle pensait à toutes les choses que le Noir et ses enfants avaient fait durant toutes ses années qu’elle n’avait guère apprécié sans qu’elle ne puisse les dissuader. Elle hocha la tête tandis que Gareth parlait de geôles et d’un plan machiavélique qu’elle aurait effectivement pu mettre en place, mais de tous ses déboires elle avait appris deux choses, d’une part, on ne réussit pas toujours ce qu’on entreprend, d’autre part on ne prévoit pas de ne pas réussir ce qu’on entreprend. Aussi, fomenter un assassinat n’était jamais quelque chose à prendre à la légère, au delà même des vies qui étaient en jeu.

__ Vous pouvez me croire responsable et ne pas vouloir m’arrêter avant de réunir suffisamment de preuves pour justifier de mettre l’Ambassadrice du Roi Yoren dans les geôles. Vous pouvez me laisser en liberté pour que je me trahisse d’une manière ou d’une autre, et que je vous aide à remonter la piste. J’ignore tout de ce que vous avez pu apprendre jusqu’ici, mais je gage que l’enquête est trop complexe pour tirer des conclusions hâtives et contrairement à un Hoare, vous ne sauriez accuser quelqu’un comme moi sans être sûr de vous. Je suis pragmatique Ser, mais ravie d’apprendre que vous ne me pensez pas responsable. Je craignais que ceux qui ont fait ça aient pu tenter de faire accuser la seule étrangère présente au Roc durant l’attentat pour faire d’une pierre deux coups, se débarrasser de Loren, et de moi. Avec ma réputation c'eût été aisé, vous en conviendrez.»

L’Ambassadrice, confortablement installée dans un fauteuil regarda le jeune homme faire quelques pas et l’écouta parler à nouveau. Elle fronça les sourcils alors qu’il la sermonait, ne goûtant guère le ton employé mais se disant qu’elle ferait attention la prochaine fois. Elle prit le temps de rassembler ses pensées avant de répondre point par point.

__ Personne ne m’a accusé, mais combien pensent que je suis responsable sans oser me mettre en cause ? Vous non, peut-être, parce que vous gardez la tête froide et que vous trouvez ça trop gros et que vous ne pouvez pas vous laisser vos sentiments guider votre mission. Combien de personnes ici et ailleurs, rêverais de me voir mise au pilori. Quand on a connu ce que j’ai connu, on apprend à se méfier de tout et de tout le monde. Je n’ai pas envie de finir bêtement empalée par un Manteau Rouge trop zélé ou empoisonnée par une jeune mère craignant pour ses petits. »

La veuve avait quelque peu haussé le ton.

__ Elle ne l’est pas. Reine. Et c’est heureux si vous voulez mon avis, cela ne l’exposerait que plus. Mais vous avez raison, je ferais comme il vous plaira et je ne me serais pas permise de l’appeler ainsi devant quelqu’un d’autre. Cependant, si mes informations sont exactes, votre sœur et la suivante de la Princesse Jeyne. J’avais imaginé que vous étiez plutôt proche et que par conséquent, cela ne changerait rien au respect que vous lui portez. Quand à moi, je suis mère, comme elle, et j’ai été une toute jeune fille mariée à un Prince. Mais de mon temps, le Royaume que j’étais amené à diriger était puissant, il semblait invincible et stable, l’alliance entre ma Maison et la Maison Royale était nettement plus simple et ne remettait pas en cause d'autres accords, en d’autres termes, je ne risquait pas ma vie à chaque instant. Qu’en est-il de la Princesse Jeyne ? Sera-t-elle en sécurité tant que la guerre fera rage partout autour de vous ? Vous n’êtes pas naïf Messire, et c’est une bonne chose, pour préserver la vie des Lannister et la sienne tout particulièrement. Je sais qu’elle me déteste elle aussi, et je le comprends, nos pays sont en guerre depuis toujours, nos maisons se haïssent et beaucoup des nôtres sont tombés sous les coups de l’autre. Mais elle n’est pas son père et je ne suis pas feu le Noir. L’Empereur et l’Impératrice veulent exterminer ma maison, mais je ne compte pas exterminer la leur tant que je peux faire autrement. La vengeance n’est pas ce qui me guide, je fais de la politique ! »

Myria était passablement énervée qu’on la prenne une fois de plus pour une tueuse sans foi ni loi. Elle pouvait tuer, mais il fallait une bonne raison, surtout pour tuer une innocente, quand bien même celle-ci la haïssait de tout son être. La compassion était peut-être mal venue, mais elle était sincère, tout comme celle qu’elle éprouvait à l’égard des filles de Lyle Salfalaise. Elle haussa les épaules et essaya de reprendre d’un ton plus calme.

__ Donc non. Vous n’avez pas à me remercier. Je ne suis pas venue ici pour tuer qui que ce soit. J’espère qu’un jour, vous me remercierez d’avoir fait en sorte que la Princesse Megara, le Prince Lyman, la Princesse Jeyne, la Reine Jordane et le Roi Loren et leurs petits enfants soient à nouveau en sécurité sur un continent en paix. Pas parce que je suis gentille, pas parce que je suis quelqu’un d’altruiste, mais parce que je suis pragmatique. Mes enfants à moi, ne seront jamais en sécurité tant que la guerre continuera. Ma Maison à moi ne saurait connaître à nouveau la paix et la prospérité tant que ses ennemis auront les moyens de l’anéantir. Pas plus que la Maison Lannister. »

La Princesse s’était levée. Elle se rassit et prit quelques instants afin de reprendre tout son calme. Elle parla d’un ton dénué d’émotion :



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit




 
 
 


Bannière:
 

Recompenses:
 
Myria Hoare

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Myria Hoare
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1812
Membre du mois : 28
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Rancunière ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Brisée
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyDim 12 Mai - 15:06

J’ai un sourire amusé quand la Princesse reprend la parole, laissant filer un silence avant de souffler, d’un ton léger. « Loin de moi l’idée de juger des capacités d’actrice de son Altesse. Je sais juste qu’il ne faut pas forcément tout considérer comme acquis et que la famille de son Altesse passera toujours avant tout le reste. Ce que vous savez également si vous la connaissez bien. » Je suis en vérité incapable de savoir si la Reine apprécie ou non la Hoare. Après tout, si elle m’a demandé de venir à cette entrevue à sa place, c’est qu’elle a un tant soit peu de respect pour elle, a minima. Et qu’elle lui fait confiance d’une certaine façon. Le reste ne me concerne pas et m’importe peur en réalité.

Et je ne peux m’empêcher de tousser un rire quand elle reprend, la fixant un instant avant de hausser une épaule. « Je connais ce genre d’honneur et j’avoue ne jamais avoir su quoi en faire non plus. Mettons que ce n’en est pas un, ce sera plus simple pour nous deux. Et mettons de côté mon inimitié, je vous assure qu’elle ne m’empêchera pas de faire preuve d’objectivité à votre encontre. Bien au contraire. » Si c’était le cas, je ne serais pas là en réalité et je pense qu’elle en a conscience. Mon sourire se fane alors qu’elle évoque sa famille et je finis par répondre, me faisant plus sérieux. « Vous ne cautionnez pas et pourtant, vous êtes toujours à leurs côtés et vous les défendez. Pire encore, vous les représentez. Il y a quelque chose qui m’échappe, comprenez-le. »

Je finis par lui donner mon point de vue et, comme je m’en doutais, la voilà qui réagit. Et pas qu’un peu. Je cille alors qu’elle se lance dans une espèce de monologue, la regardant alors que j’essaie tant bien que mal d’assimiler tout ce qu’elle raconte avant de souffler, pensif. « Ne vous en déplaise, si j’avais le moindre soupçon vous concernant, je ne vous aurais pas laissée aller à votre guise, quand bien même l’idée de vous voir vous trahir est intéressante. Mais vous êtes trop intelligente pour ne pas vous soustraire à notre surveillance et disparaître sans que nous puissions y faire quoi que ce soit. Ce qui vous aurait probablement fait passer de suspecte à coupable, sans avoir besoin de preuves il est vrai. En tout cas, je n’aime pas sauter aux conclusions directement, surtout lorsqu’elles semblent si évidentes et que cela arrangerait bien des gens que ce soit vous. » J’ai une ombre de sourire. « Cela m’aurait arrangé aussi, je ne vous le cache pas. Mais je ne suis pas encore totalement idiot. Et oui, votre réputation ne vous aide pas. »

Je vois bien que mes propos ne lui plaisent pas. Mais qu’elle a assez de retenue et de diplomatie pour passer outre. Et je finis par m’asseoir en face d’elle, songeur, alors qu’elle commence tout de même un peu à s’enflammer. Je la regarde avec un mélange de curiosité et d’intérêt, non sans souffler, d’un ton amusé. « Pour un peu, je pourrais croire que vous tentez de m’assommer de paroles Altesse. Je vais tâcher de répondre à tout ce que vous venez de me dire, mais j’espère que vous ne m’en voudrez pas si j’oublie quelque détails. Il y a masse d’informations à retenir et je ne veux en rien me montrer insultant. » Je prends une brève inspiration, détournant un instant les yeux sur le feu avant d’esquisser un de ces sourires qui ont tendance à faire croire que je me moque de ce qui peut se passer autour de moi. Ce qui n’est absolument pas le cas, bien évidemment. « Et le fait que certains vous croient responsable est un problème pour vous ? N’allez pas me faire croire que c’est la première fois que quelque chose comme ça vous arrive. Je me trompe ? Vous vous méfiez de tout parce que tout le monde se défie de vous donc. Un cercle vicieux difficile à rompre vous ne croyez pas ? Mais inutile de vous énervez pour cela. Si je ne voulais pas entendre votre version des faits, je ne perdrais pas mon temps ici, soyez-en assurée. »

Je continue de la fixer avec une certaine curiosité, sans faire preuve d’animosité alors que je reprends, me faisant tout de même plus sec lorsqu’elle évoque Jeyne. Le sujet est sensible, probablement pour l’attachement que j’ai pour elle et pour Lyman qui va bien au-delà de celui qu’un sujet peut avoir pour ses souverains. Ils sont ma famille, quoi qu’on en dise et je serais prêt à tout pour eux. Bien plus que pour le Roi et la Reine, ne nous leurrons pas. « L’exposer davantage qu’elle ne l’est actuellement en étant prise entre deux feux ? Je vois difficilement comment mais j’avoue ne pas avoir envie d’avoir une réponse à cette question. Nous sommes proches oui, même si cela ne change rien à la façon dont il faut parler d’elle. L’infantiliser est insultant. Je suis père moi-même et je suis marié à une Princesse, vous n’avez pas le monopole de l’affection parentale. Notre Royaume est stable, fort et a encore tous ses hommes valides, prêts à combattre. Et nous avons nombre de réserves insoupçonnées qui font de nous une menace qu’il ne faut pas prendre à la légère. Je ne suis pas naïf, c’est certain et je sais que personne n’est en sécurité avec la guerre qui ravage Westeros. Mais plus encore avec toutes ces dissensions politiques qui n’ont de cesse de creuser le fossé entre les différents pays, qui n’ont de cesse de créer un sentiment de paranoïa ou peu s’en faut. Faire confiance à une personne venant de l’étranger s’apparente presque autant à de la stupidité qu’à un pari totalement fou. » J’ai un temps avant de reprendre, retrouvant mon ton amusé et détaché habituel. « Qu’elle vous déteste ou pas n’est pas un problème. C’est comme moi. Elle fera ce qui est le mieux pour les siens. Et depuis quand la vengeance et la politique son incompatibles ? » J’ai un nouveau sourire avant de lever un sourcil au reste de ses propos. « Vous savez qu’il faudra aller très loin pour que j’en vienne à vous remercier n’est-ce pas ? »

Et je me penche dans sa direction, ma curiosité aiguisée par ce ton calme qu’elle a de nouveau.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Gareth Kenning
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4590
Membre du mois : 15
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
The wise learn many things from their foes... | Myria  Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyJeu 16 Mai - 11:19







 The wise learn many things from their foes
ft. Gareth Kenning

L’Ambassadrice des Fleuves et du Crépuscule sourit sans aucune illusion sur les choix que la Reine de l'Ouest ferait si sa famille était en danger. La brune avait fait tué son époux pour sauver la vie de ses enfants et avait échoué à maintenir leur héritage, elle savait mieux que quiconque ce qu’une mère peut faire pour ses enfants. Mais elle avait cette chance qu'ils soient encore tous en vie à priori, alors que la blonde avait déjà perdu une fille. Elle accusait la guerre, mais peut être était-ce simplement le mauvais sort. Quoi qu'il en soit, ni son fils, ni sa fille n'étaient à l'abri et Jordane le savait pertinemment. Le jour où la Dame du Roc devrait choisir entre sa famille et son amitié avec la brune, cette dernière savait très bien que leur amitié ne pèserait rien dans la balance, mais ce n’était ni sur l’amitié, ni sur les accords passés qu’elle comptait bien heureusement.

__ Je n'en attends pas moins d'une mère. Ni d'une Lionne. »

Myria rit doucement à la remarque de Gareth et répondit simplement sans rien ajouter à ses propos, car leur justesse se suffisait à elle même. Il était pourtant rare qu’elle n’ait rien à ajouter, mais tout était donc possible en ce monde. Perspective intéressante.

__ Soit. »

La brune aux yeux céruléens assumait les frasques des Hoare depuis plus de quinze ans maintenant, alors elle avait l’habitude qu’on l’accuse de tous les maux et plus encore de devoir réparer les pots cassés. D’ailleurs, jusqu’ici, elle n’était pas parvenue à grand chose, il fallait bien le dire et elle s’en voulait beaucoup de ne point parvenir à ses fins, mais elle avait espoir que ce soit différent avec Yoren, l’avenir le dirait, et peut-être si ce n’était une fois de plus pas le cas, si elle n’arrivait à rien, alors elle partirait. Pour aller se faire tuer par quelqu’un d’autre, certainement. Son pire échec en matière de tentative désespérée de faire en sorte que tout ne parte pas complètement en vrille suite à un coup de sang de l’un des membres de sa chère et tendre famille pleine d’amour et de dévotion ayant été la trahison de Joren. Elle l’avait honni, maudit, et tué par ailleurs. Mais elle était parfaitement consciente de sa part de responsabilité dans cette affaire, consciente aussi du fait qu’elle aurait dû agir contre Harren bien plus tôt, malgré ce qui les liait, cette passion, cette ambition. Elle avait une vision bien différente, mais il était trop tard, elle avait agi trop tard. Quoi qu’il en soit, elle répondit sans une once de colère, plongeant son regard assuré dans celui du jeune homme avec juste un peu de mélancolie en croisant ses mains devant elle.

__ Si des membres de votre famille ou vos souverains commettaient des exactions que vous ne cautionnez pas, les abandonneriez vous ou essayeriez vous de les convaincre d'agir autrement ? Si des membres de votre famille avaient commis les pires atrocités laisseriez vous leurs enfants et les vôtres en payer le prix ? Si votre nom en avait été sali, ne voudriez vous pas le laver ? Pensez vous qu'en l'abandonnant le monde oublierait que vous l'avez porté ? »

La Hoare sourit tristement avant de baisser les yeux un instant. Puis la conversation reprit sur le crime dont il était question dans cet entretien, pas celui d’avoir essayé en vain de faire entendre raison à Joren, pas celui d’avoir tenté d'adoucir les angles avec les autres royaumes tout en contenant la cruauté du Noir sans y parvenir. Oui, elle devait être folle pour imaginer pouvoir contrôler un Fer-Né, pour imaginer qu’ils puissent consolider leurs conquêtes, construire quelque chose, plutôt que de piller à tout va comme une bande de chiens fous sans vision de l’avenir. Cet avenir qu’elle n’avait pas vu venir, mais qui à présent semblait si évident, c’était l’Empire, amalgame de Royaumes unis par la haine de sa famille et de son peuple. Cet avenir c’est ce qu’elle avait toujours voulu éviter sans jamais parvenir à l’entrevoir avant qu’il ne la prenne à la gorge et ne lui arrache tout ce qu’elle avait. Maintenant que cet avenir était là, il lui fallait survivre afin de faire, enfin, tout ce qu’elle n’avait pas pu faire avant, prise entre Joren son Prince d’époux et Harren, son Roi d’amant, prise dans les manigances et les mensonges de cour, obligée de faire bonne figure quand bien même les choix des uns et des autres lui semblaient trop dangereux, cruels, injustes, inutiles, sans avenir…

La veuve souleva un sourcil amusé tandis que Gareth déroulait sa pensée comme elle avait déroulé la sienne, les deux se rejoignant et s’éloignant à loisir. La flatterie sur son intelligence ne la laissa pas insensible, mais elle trouva surtout intéressant de constater que cette dernière la protégeait contre certains piège. Comme quoi sa réputation avait bien des conséquences néfastes, mais peut-être aussi certains bon côtés. Elle eut un mince sourire alors qu’il disait que sa culpabilité l’aurait arrangé lui aussi, mais c’était un sourire de connivence en quelque sorte, parce que malgré cela elle était là à discuter de l’attentat avec lui, elle était libre et avait toujours sa tête sur les épaules. Il lui faudrait bien plus que ça pour lui faire confiance, pas tant qu’elle ne pouvait pas avoir foi en lui, mais elle ne pouvait pas contrôler ce qu’il pouvait entendre comme rumeurs infondée ou fondée à son sujet. Aussi, comme il ne lui ferait jamais confiance, elle devrait toujours rester sur ses gardes, c’était ainsi.

La Princesse rit franchement cette fois, le Kenning venait de faire une remarque amusante sur son éloquence presque légendaire, pas tant par le fond ou la forme que par la quantité de mots qu’elle pouvait dire presque sans reprendre son souffle. Elle le laissa répondre en faisant taire son rire, mais elle se dit qu’hélas, ses mots n’avaient jamais suffisamment assommé le moindre Hoare pour qu’elle arrive à en faire ce qu’elle voulait. Ils comprenaient mieux l’acier certainement, du coup c’était nettement plus amusant de discuter avec Lyman, même avec Gareth qui ne manquait pas d’humour malgré tout le sérieux de leur rencontre et de la situation et en dépit de leur relation pour le moins froide. Il avait raison, qu’au moins le travail soit source de joie quand bien même on ne le faisait pas toujours avec les personnes qu’on appréciait le plus et bien qu’il ne soit pas des plus amusant cette fois-ci. Il lui posa alors plusieurs questions qui la décontenancèrent et elle réfléchit un moment en regardant le feu avant de répondre. Plusieurs fois elle sourit, ou ouvrit la bouche mais renonça...

__ Je me méfie de tout le monde parce qu’à chaque fois que j’ai baissé la garde, j’ai été trahie et que j’ai tout perdu parce que j’ai eut le malheur de faire confiance à quelqu’un. »

Myria avait parlé sans détourner son regard triste et désabusé du feu, d’une voix morne. Elle leva les yeux vers Gareth.

__ Je crois que oui. Je crois qu’être tenue responsable de faits que j’ai essayé d’éviter me dérange profondément. C’est arrivé très souvent, et pourtant, cela me blesse toujours autant en vérité. Je déteste être accusée à tort. »

La jeune femme sourit, consciente de ce que cette confidence dans sa bouche avait de ridicule et pourtant profondément vrai. Des crimes, elle en avait commis, plus d’un et elle avait poussé d’autres à en commettre, mais si elle pouvait payer pour ceux-là, elle se refusait à porter le chapeau pour ceux dans lesquelles elle n’avait rien à voir ou ceux qu’elle avait même combattu. C’était probablement idiot, mais c’était ainsi.

__ Veuillez m’excuser, je ne voulais pas l’infantiliser, mais vous avez raison, c’est pourtant ce que j‘ai fait. Si je vous parle de l’affection parentale, c’est que je sais que vous pouvez comprendre, si non, je ne me donnerais pas la peine. »

La veuve était sincère quand elle disait que l’Ouest et les Lannister ne seraient jamais en sécurité tant que cette guerre continuerait, elle avait beaucoup perdu et elle savait qu’eux aussi risquaient de perdre beaucoup s’ils n’agissaient pas au bon moment. Quand à savoir quand serait le bon moment et quel ennemi choisir, elle en avait longuement parlé à Lyman, et il semblait la rejoindre sur beaucoup de points. Lorsqu’elle avait quitté Pierremoutier, elle savait que son projet était intéressant, mais elle n’imaginait pas parvenir à en convaincre qui que ce soit et elle avait été surprise, agréablement, et comblée, de pouvoir discuter avec quelqu’un qui partageait sa vision. Après toutes ses années entourée de Hoare, c’était plus que réconfortant. Mais il subsistait un risque, et pour que l’Ouest se mouille, il fallait l’éliminer, ou tout le moins le diminuer, car la guerre restait toujours un risque quoi qu’on fasse.

__ Lorsque la Princesse Jeyne Lannister sera Reine, elle sera toujours entre deux feux, mais en première ligne. Le premier fusible de la neutralité Ouestrienne, le dernier fusible de la raison Impériale, le soutien du Roi et le pilier du Roc, la tâche dans l’Ouest pour la foi, malgré sa conversion. »

La Hoare fit une courte pause.

__ Loin de moi l'idée de remettre en cause la loyauté de son altesse, mais qui sont les siens ? Ou plutôt, qui seront les siens lorsqu'il lui faudra choisir entre sa famille de naissance et sa famille de mariage ? L'Ouest à bien dansé sur le fil jusqu'à présent, un numéro de funambule que j'admire au plus haut point. Mais vous pensez qu'il lui sera toujours possible de jouer au jeu des trônes sans mouiller sa chemise ? Les exactions des croisés sur vos terres, la menace Impériale grandissante, votre alliance avec le Bief contre Dorne... »

La Princesse se pencha vers le Capitaine et plongea son regard dans le sien en joignant les mains devant elle, les coudes posées sur ses genoux.

__ Je ne vous demande pas de me faire confiance. Ne me faites pas confiance, je ne vous fait pas confiance non plus, vous vous souvenez, je n’ai confiance en personne. Ce que je vous demande, c’est de travailler avec moi pour mettre fin à cette guerre. J’ai parlé de mon projet et de mon plan à votre Prince, et j’ignore quelles sont vos attributions et quelle est la nature de votre relation. Peut-être vous en parlera-t-il, mais ce n’est pas à moi de le faire. Je sais de quelle force vous disposez et c’est entre autre pour cela que je suis là, soyez aussi conscient de vos faiblesses, car c’est ce qui m’a fait défaut et même si je ne cache pas combien il me serait précieux que vous entriez en guerre, je sais la Maison Lannister trop futée pour prendre un tel risque sans raison valable. Et cette raison n’est certainement pas mon amitié avec la Reine Jordane, ni même ma relation avec le Prince Lyman, cette raison ne saurait être l’alliance qui nous unissait ou celle qui vous lie au Bief. Cette raisons, vous l’avez évoquée. Se sont les dissentions entre les Royaumes et au sin même des Royaumes qui pourraient, dans la situation actuelle d’instabilité économique, politique et religieuse, mettre le feux aux poudres en quelques semaines. Cette raison c’est la sécurité des vôtres, la survie des miens et l’avenir de nos peuples et de nos Royaumes. Cette raison c’est que la vengeance est devenue à elle seule une politique, et que je ne pense pas qu’un assassinat, aussi abjecte soit-il, vaille que des centaines de milliers de soldats s’entretuent. La vengeance n’apporte que la vengeance, et vous parliez de cercle vicieux tout à l’heure, nous ne sortirons jamais de celui-ci si à un moment donné, aucun d’entre nous n’est capable de pardonner. »

La brune aux yeux azurs se cala dans le fauteuil.

__ Reste à savoir qui nous pardonnons, et pourquoi. Qu’avons nous à gagner à faire la guerre contre l’un plutôt que contre l’autre. Qu’avons nous à perdre à signer la paix avec l’un plutôt qu’avec l’autre. »

La Hoare sourit.

__ Vous ferez ce qui doit être fait pour votre famille. Tout comme moi. »

L’Ambassadrice sourit en écoutant le jeune homme et répondit, toujours aussi calme.



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit




 
 
 


Bannière:
 

Recompenses:
 
Myria Hoare

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Myria Hoare
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1812
Membre du mois : 28
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Rancunière ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Brisée
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyMer 12 Juin - 19:29

Si je ne l’apprécie pas et que je ne m’en cache pas, j’ai tout de même beaucoup de mal à cerner cette femme, à savoir ce qu’elle pourrait réellement penser ou attendre de nous. Je ne sais toujours pas ce qu’elle fait ici pour être parfaitement honnête, que ce soit à la Cour du Roc ou dans cette pièce. Et j’avoue que je suis tout de même un peu curieux. Pas suffisamment pour me faire affable, il ne faut pas exagérer, mais la situation me permet une certaine forme de franchise intéressante. Après tout, ce n’est pas tous les jours que je peux parler de la sorte à une Princesse, ambassadrice qui plus est. Pour autant, elle ne se rebiffe pas et m’écoute, me répond, argumente même. Si je prenais le temps de la réflexion, je réaliserais à quel point ma situation a changé, à quel point j’ai changé pour me permettre d’agir de la sorte tout en songeant aux conséquences. Et j’ai une ombre de sourire à sa réponse, avant de souffler, avec ce qui pourrait ressembler à de la déférence. « Je n’en attendais pas moins d’une mère. Et d’une femme comme vous. » J’avoue que je suis surpris au reste, quand elle se contente d’approuver mes propos.

Venant d’elle, j’avoue que je me serais attendu à une nouvelle argumentation. Mais cela m’arrange, ne nous leurrons pas. Et je continue de l’observer alors que c’est à moi de faire part de ce que cette histoire m’inspire. Je ne me confie pas entièrement évidemment, juste ce qu’il faut pour instaurer un climat de confiance entre nous, si tant est que la chose est possible. En tout cas, on peut dire que cela pourrait être pire. C’est déjà cela. Difficile de ne pas entendre la colère dans sa voix quand elle finit par me répondre et mon regard rester ancré dans le sien sans sourciller tandis que je garde le silence. « Je comprends ce que vous voulez dire. Pour autant, vous comprendrez qu’il est difficile pour vos interlocuteurs de vous croire sans réserve. A cause de votre nom oui. Il est synonyme de bien des choses mais rien qui ne me vienne de réellement positif. Mais si votre famille continue de commettre des exactions, meurent même en les commettant, pourquoi continuer à essayer de les sauver ? Pourquoi continuer à vouloir laver un nom alors que vous savez pertinemment que cela ne marchera pas ? » Je ne suis pas agressif, plutôt curieux en réalité. Je ne vois vraiment pas comment elle pourrait redorer le nom des Hoare, surtout quand on voit ce qui continue de se passer. Et j’avoue que l’idée d’y voir s’entremêler le nom des Lannister n’est  pas pour m’enthousiasmer.

La discussion continue, alors que je lui expose mes propres idées, mes propres ressentis, sans pour autant aller jusqu’au bout de ce je pense entièrement. Et je ne peux m’empêcher de lui rendre son sourire, songeant vaguement qu’elle doit pouvoir en entourlouper plus d’une assez aisément. Cette pensée me fait sourire plus largement même si la discussion est des plus sérieuses. Et je me fais pensif l’espace d’un instant. « Pour autant, ça ne rend pas la vie plus facile. A force de vous dire que quelqu’un va vous trahir, c’est comme si vous n’attendiez que cela. Pire, la méfiance entraîne la méfiance. Enfin, je ne suis qu’un jeune sot qui a des idées toutes faites. » Je la fixe un instant, sans bien savoir si elle est sincère ou non, soufflant tout de même, d’un ton presque léger. « Je suis étonné. J’aurais cru que vous auriez aimé être au centre de l’attention, même pour cela. Personne ne vous a accusée. Pas à haute voix tout du moins. Même pas moi. Et quiconque le ferait devra justifier de ses dires. Devant moi en tout cas. Ce n’est qu’une maigre consolation, je le sais bien, mais c’est un début. »

Je laisse filer un silence, me crispant tout de même quand elle parle de Jeyne. Et je prends sa défense. Un peu trop abruptement probablement, ne réussissant pas à cacher l’affection que j’ai pour la jeune louve depuis qu’elle est entrée dans ma vie. « L’infantiliser n’est pas la solution. Surtout au vu de la place qu’elle a aujourd’hui, entre deux feux. Et qu’elle aura demain. Quelle est l’expression déjà ? Le Nord se souvient. A vous de faire en sorte que le souvenir qu’elle ait de vous ne soit pas trop entaché. » Pas plus qu’il ne l’est déjà en tout cas. « Mais en effet, elle est un maillon capital dans le positionnement futur de l’Ouest, je ne vais pas vous faire l’affront de prétendre le contraire, tout ouestrien que je sois. L’Ouest se préoccupe de lui-même avant tout. S’il faut continuer de danser sur le fil, nous continuerons, le temps qu’il faudra. » Quand bien même je désapprouve l’exercice, surtout après ce qui est arrivé.

Je continue de l’écouter avec attention, esquissant un sourire quand elle parle du lien que je peux avoir avec Lyman. Elle n’en a pas idée, c’est plutôt une bonne chose, quand bien même elle a dû avoir vent de ma proximité avec lui, ne serait-ce que grâce au mariage avec Meg. Mais dans le fond, cela importe peu. « Qu’avez-vous à gagner à mettre fin à cette guerre ? Si ce n’est avec la fin de l’Empire évidemment. Je suis curieux. J’ai du mal à vous imaginer en faiseuse de paix. Sans offense bien entendu. » Mon sourire se fait plus large au reste de ses propos et je hoche la tête. « En effet, je ferais tout ce qu’il faut pour la famille que je sers. Absolument tout. » Que je lui fasse confiance ou pas n’a pas grand intérêt mais, pour la première fois depuis le début de cette discussion, j’ai le sentiment d’une espèce de connivence entre nous, à défaut d’autre chose.



"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Gareth Kenning
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4590
Membre du mois : 15
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
The wise learn many things from their foes... | Myria  Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyVen 28 Juin - 14:48







 The wise learn many things from their foes
ft. Gareth Kenning

Est-ce de la déférence que la veuve du Boucher entendit dans les paroles du jeune capitaine ? Peut-être bien. Peut-être que de leurs positions respectives pouvait naître une certaine franchise et de leur inimitié, un respect mutuel. Après tout, elle n’avait plus grand chose à perdre à part la vie, elle pouvait elle aussi se permettre bien des choses, et elle avait changé durant ses derniers mois, plus qu’elle n’osait se l’avouer, se sentant toujours la même, même volonté, même ambition, mêmes idées, mais de nouvelles manières d’y parvenir. Nécessité fait loi. Même sans couronne, je peux encore être LA Reine père, celle que vous avez formée, celle pour qui j’ai sacrifié mon innocence et ma naïveté, mon enthousiasme et mon enfance, ma joie de vivre et ma passion. De l’ombre naîtra la lumière et je n’ai pas besoin d’un titre auréolé d’or pour forger ma destinée.

__ Parce que je dois garder espoir, sans quoi, je meurs. »

Myria disant cela, garda son regard céruléen planté dans celui de Gareth avec détermination, mais sans naïveté. Fuir ? Pour laisser son peuple faire tampon entre Manfred et Torrhen ? Elle n’était peut-être pas Reine, mais elle gardait l’intime conviction qu’elle avait pour mission de changer le monde et qu’elle ne pouvait pas abandonner à moins de se renier elle même ainsi que tout ce que lui avaient transmis son père, ses enfants, Harren & Joren et les autres personnes qu’elle avait eut l’occasion de croiser dans son existence. Quitte à risquer sa vie, elle préférait que ce soit pour une plus grande cause que sa simple survie, et si son ambition personnelle était bien réelle, si elle voulait entrer à la postérité, cela allait bien au delà, d’ailleurs avait-elle le choix ? Ne fallait-il pas quelque chose de grandiose pour faire de l’ombre à Harren le Noir et à ses aïeuls, surtout en tant que femme ? Pour évincer Héléna Bracken sans toucher un seul de ses cheveux ? Pour que le nom de Braenaryon ne soit pas le seul à marquer l’Histoire ? Ne fallait-il pas réaliser l’impossible ? Et quand bien même cela serait-il suffisant ? En tout cas, pas si elle échouait, ou réussissait à moitié, pour sûr, personne ne lui ferait de cadeau, ni ici ni ailleurs. Mais elle préférerait toujours mourir debout que vivre à genoux, même pour cela elle pouvait s’allonger ou même courber l'échine, plier dans le vent et suivre le sens du courant, ce qu’un homme, à fortiori un Roi, pis encore un Fer-Né, ne pouvait faire.

__ Jeune, oui. Sot, non. Quand à vos idées toutes faites, elles peuvent encore changer. Mais désormais, je n’attends des autres ni loyauté sans faille, ni trahison, c’est plus simple comme ça, car quand j’ai pensé pouvoir faire confiance, j’ai systématiquement été déçue. Cependant, si je n’étais capable de faire confiance à personne, je ne serais pas ici en train de m’entretenir avec vous alors que je sais pertinemment que vous ne partagerez avec moi que ce que vous pensez utile. »

La Princesse du Sel et du Roc marqua un courte pause avec un léger sourire.

__ Je ne vous en veux pas, vous ne me devez rien si ce n’est de me permettre de tirer cette affaire au clair car c’est ce que je veux tout comme vous. Vous faites les choix qui vous semblent justes. Mais je vous remercie, de me croire innocente ainsi que de votre droiture dans cette affaire, vous auriez pu profiter de cet événement pour m’éliminer. »

Gareth appréciait Jeyne, cela crevait les yeux, quand à lui laisser un meilleur souvenir que ce à quoi elle devait s’attendre, cela ne serait pas simple et d’ailleurs, la Hoare n’était pas ici pour devenir son amie. Il lui avait semblé que son objectif était presque aussi irréalisable, mais il apparaissait à présent que gagner la confiance de la Princesse allait prendre plus de temps et que quelques amabilités ne suffiraient pas. Les Stark étaient hermétiques à son charme, il faudrait qu’elle trouve autre chose.

__ Elle me déteste, et je ne saurais lui en vouloir après les décennies de guerre entre nos deux pays. Je suis une Hoare, elle une Stark et peut-être sommes nous voués à nous entretuer. Mais s’il y a un seul moyen de faire en sorte que cela s’arrête, je ferais tout pour y parvenir. Vous ne me voyez pas en faiseuse de paix, parce que je suis associée à des hommes belliqueux. Tel est mon destin, essayer de convaincre des Fer-Nés de cesser les pillages et la destruction pour construire un avenir commun avec nos voisins, afin que nos peuples puissent vivre en paix et connaître la prospérité, afin que nos enfants puissent se marier plutôt que de se massacrer les uns les autres. Croyez bien que ce n’est pas une sinécure. Si je met fin à la guerre, je gagne le droit de vivre avec un peu de chance, et de voir mes enfants grandir ou au moins de savoir qu’ils me survivront. La fin de l’Empire n’est pas un but en soi, cela n’a aucun sens, d’autant que mise à part le fait de ployer le genoux devant Torrhen, je le rejoint sur bien des points dont l’un de ceux qui l’ont conduit à abandonner son nom et son Nord pour former l’Empire : les guerres en Westeros n’ont que trop duré, il faut trouver le moyen de créer une certaine unité afin de mettre fin à des siècles de sang. »

L’Ambassadrice de Yoren Ier sourit. Elle espérait bien que se serait répété, elle s’en amusa intérieurement, sans pour autant le cacher complètement à l'extérieur. Rien que voir la tête de Torrhen lorsqu’elle se présenterait à lui avec une proposition de paix et d’alliance valait de risquer de perdre la tête ou d’être brûlée vive par le souffle d’un dragon piqué au vif. Elle était parfaitement consciente des dangers de son entreprise, et encore celui-ci arriverait en tout dernier lieu mais faudrait-il que Manfred ne la fasse pas empoisonner avant ou que Lyham ne l’étrangle pas, que Yoren ne foire pas complètement la reconquête du Conflans, qu'Hélèna ne finisse pas par lui tirer une flèche dans le dos. Bref, tout ceci était follement excitant. Elle pouvait mourir à tout instant de n’importe quelle manière, elle espérait juste que ça ne serait pas à cause d’un crime qu’elle n’avait pas commis.

Myria accueilli l’aide de Gareth et sa proposition de lui fournir des hommes avec surprise. Elle resta un moment coite.


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit




 
 
 


Bannière:
 

Recompenses:
 
Myria Hoare

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Myria Hoare
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1812
Membre du mois : 28
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Rancunière ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Brisée
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyLun 15 Juil - 8:58

Je l’observe durant quelques instants sans rien dire, mon regard se plissant quelques instants, comme si cela allait me permettre de mieux la cerner, de mieux la comprendre. Pourtant, je sais que nombre de personnes s’y sont cassé les dents avant moi et qu’il est fort probable que cette femme reste tout autant un mystère après cette conversation qu’avant. Et que je continue de ne guère l’apprécier. Même si elle aura gagné un peu de … respect ? Oui, je crois que c’est le bon terme. J’ai un tout de même un sourire à ses propos et je souffle, d’un ton tranquille. « L’espoir aussi peut conduire à la mort, d’une toute autre façon je l’admets. Avec plus de panache peut-être. Mais il crée des illusions auxquelles on se raccroche, il fait parfois oublier la réalité et au final, le résultat peut-être encore pire que ce qu’on espérait. »

Et je ne cille pas quand elle plante son regard dans le mien, non sans ajouter, un rien plus malicieux. « Je serais curieux de savoir combien de regards d’hommes vous avez fait se détourner de cette façon. » Je ne suis pas dupe et je sais qu’elle doit en jouer. Il serait idiot de faire autrement d’ailleurs, surtout au vu de ses yeux. Et du reste. Mais elle m’inquiète bien plus que je ne pourrais la trouver attirante, quand bien même je ne me cache pas de ce que je peux ressentir à son égard. C’est peut-être manquer de diplomatie mais, au moins, nous jouons franc jeu. Autant que possible dans cette situation s’entend. « Je suis un ouestrien altesse, évidemment que je suis un peu sot. Mais j’ai du mal à saisir comment vous pouvez vous targuer de garder espoir sans faire confiance à qui que ce soit. Ce n’est pas un peu paradoxal ? Quant à la loyauté sans faille… je crois qu’elle est bien plus rare qu’on pourrait l’espérer. Qui serait assez idiot pour être capable de tout et même du pire sans espérer la moindre contrepartie ? Qui pourrait sacrifier son existence entière pour une poignée de personnes en sachant qu’au mieux, il finira par être mis de côté quand il ne sera plus utile ? » Des gens comme moi certes. Mais je ne vais m’en vanter n’est-ce pas ? Surtout pas maintenant.

Je lève un index dans sa direction et je reprends, d’un ton amusé. « Vous me faites confiance donc ? Me voilà flatté. J’aurais en effet pu en profiter pour vous éliminer. Et croyez-moi, j’ai été très tenté. Je le suis encore un peu d’ailleurs, mais il semblerait que la Reine ait d’autres projets pour vous. Ou que tuer l’ambassadrice d’un pays « ami » ne soit pas vu comme un acte très … diplomatique. Enfin je déteste la diplomatie de toute façon. » Je hausse une épaule avant de sentir mes mâchoires se contracter quelque peu à l’évocation de Jeyne. Quand on parlait de loyauté… autant dire que là, elle est aveugle ou presque me concernant. Mais j’écoute la Hoare me parler, partagé entre l’agacement et la curiosité. Je murmure, songeur, alors qu’elle continue. « Une vraie cause perdue… » Et je finis par inspirer longuement. Je n’ai encore pas réussi à me décider quant à mon positionnement vis-à-vis de l’Empire. Tant Torrhen que Rhaenys m’ont fait grande impression et ils ont de ces idéaux qui pourraient donner envie de les suivre au bout du monde. Mais le prix à payer en vaut-il la peine ? « Vous pensez vraiment que ces bains de sang pourraient cesser d’une façon ou d’une autre ? Vous l’avez dit vous-même, cela fait des siècles que cela dure. Au pire, nous aurons une accalmie de quelques dizaines d’années. Mais il y aura toujours quelqu’un, quelque part, prêt à se lever et à se croire capable de tous nous diriger, avec ou sans notre consentement. Ou prêt à aller se servir chez le voisin. C’est le propre de l’homme, de ne jamais se satisfaire de ce qu’il possède déjà. »

Mais j’avoue tout de même avoir bien du mal à croire à son discours, ou au fait qu’elle ne serait pas si opposée à l’Empire. Et j’ajoute avec un sourire. « C’est amusant de voir que vous rejoignez les idées de personnes qui n’attendent qu’une chose, c’est de planter votre tête sur une pique. Vous êtes une Hoare et, pour eux, aucune justification ne pourra atténuer cet état de fait. » Au final, ce n’est peut-être pas l’espoir qui l’anime mais l’illusion. Et ce n’est guère mieux.



"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Gareth Kenning
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4590
Membre du mois : 15
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
The wise learn many things from their foes... | Myria  Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyMer 24 Juil - 14:35







 The wise learn many things from their foes
ft. Gareth Kenning



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit




 
 
 


Bannière:
 

Recompenses:
 
Myria Hoare

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Myria Hoare
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1812
Membre du mois : 28
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Rancunière ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Brisée
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  EmptyMer 7 Aoû - 11:33

J’ai un rire à sa répartie, la fixant avant de souffler, presque malicieux. « J’aimerais autant ne pas mourir dans l’immédiat, même avec panache. Ne vous en déplaise. » Et, au reste, j’ai un soupir avant de secouer la tête. « C’est une question de pure rhétorique n’est-ce pas ? Il faudrait être idiot pour dire le contraire. Tout le monde veut la paix pour ses enfants. Mais des hommes qui ont vécu toute leur vie à faire la guerre auront du mal à s’habituer… » Si tant est qu’ils s’habituent un jour à une paix sommes toutes illusoire.

Je plisse les yeux au reste de ses propos, un peu dérangé à l’idée qu’elle puisse parler du chaos et de sa propre mort avec autant de recul, autant de détachement. J’en serais tout bonnement incapable mais je suis bien loin d’avoir vécu les mêmes choses qu’elle, c’est probablement lié. Pour autant, j’avoue que je suis… et bien impressionné par son comportement. Cela ne change en rien mon point de vue sur les Hoare mais j’avoue être curieux de voir comment elle va se dépêtrer de tout cela.

Au reste de ses propos, j’ai un bref haussement d’épaules. « Il est trop tard pour faire marche arrière. L’Empire est ce qu’il est, une puissance grandissante avec laquelle il nous faut composer au mieux, surtout si nous souhaitons continuer… d’exister, tout simplement. Pour le reste… les options sont nombreuses et je ne souhaite écarter aucune d’elles pour le moment. » Je verrais plus tard, au vu des éléments que j’aurais à ma disposition, pour savoir quelle attitude adopter et ce que la Reine souhaite faire. Dans l’immédiat, si je ne ressors pas de cette discussion avec les informations que j’aurais aimé avoir, au moins suis-je en train de me faire une véritable opinion concernant Myria Hoare. Qui s’avère au final être plus nuancée que je l’aurais cru au premier abord. Alors qu’elle continue, j’ai un bref sourire et je hoche la tête. « En effet, vous n’avez rien à gagner à voir la louve monter sur le trône. J’espère ne pas avoir à me soucier de sa santé, sinon autant dire que je vous jetterais moi-même au fond d’une geôle s’il lui arrive quoi que ce soit. Et vous ne reverriez plus la lumière du jour. » Mon sourire s’est fait plus large alors que mon ton s’est fait sérieux.

Evidemment que c’est une menace clairement énoncée. Mais, de ce que j’en vois, elle n’est pas stupide et ne s’en prendra pas à Jeyne, surtout après ce qu’elle vient de me dire. Pour autant, je compte continuer à la tenir à l’oeil et ça aussi, elle le sait. Je finis par lui donner quelques éléments que j’ai pu obtenir lors de mes recherches et je grimace au reste de ses propos. « Voilà une possibilité aussi effrayante qu’improbable. Autant dire qu’elle ne m’enchante guère votre Altesse. Et qu’ils se mettent d’accord sur la tête d’un autre, j’aimerais autant. » Si j’ai de nouveau retrouvé mon sourire, je continue de la fixer avec sérieux. Et je finis par souffler, d’une voix douce. « Je crois que nous en avons fini pour cette fois. » Je me relève, m’inclinant devant elle, laissant filer un instant de silence. « Si vous trouvez quoi que ce soit, je vous serais gré de me contacter dans les plus brefs délais. » J’hésite avant d’ajouter, d’une voix moins autoritaire. « Et si vous avez besoin de quoi que ce soit, contactez-moi. » Sans vraiment attendre de réponse, je quitte la pièce. Il y a fort à faire maintenant, en espérant que les choses ne s’aggravent pas.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Gareth Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Gareth Kenning
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 4590
Membre du mois : 15
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur
The wise learn many things from their foes... | Myria  Kennin11
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The wise learn many things from their foes... | Myria    The wise learn many things from their foes... | Myria  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The wise learn many things from their foes... | Myria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The End of All Things [1624]
» Isaac A. Sullivan ♣ the worst things in life come free to us
» Frey Njordson ▲ Wise king, you said.
» LAVINIA ♠ « Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next. »
» Tinker Bell ~ You gave away the things you loved, and one of them was me [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: