Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Tour 2 - La Bataille Du Gué De Marnach - Année 0 - Mois 4 - Semaine 2
MessageSujet: Tour 2 - La Bataille Du Gué De Marnach - Année 0 - Mois 4 - Semaine 2   Tour 2 - La Bataille Du Gué De Marnach - Année 0 - Mois 4 - Semaine 2 EmptyDim 24 Fév - 0:10




  • Bloody Crown
Embuscade à Marnach




[Quatrième Bataille de la Campagne du Nord, impliquant les forces du Roi du Nord et celles des Envahisseurs Sauvageons ]


Deux jours après la bataille de Village-Au-Bois, l'armée Nordienne continue sa progression vers le Nord. Celle-ci se fait à un rythme moins soutenu, et les blessés de la marche plus une partie de l'arrière-garde est restée au village repris aux sauvageons en s'y fortifiant, pendant que l'armée partirait en quête de son adversaire. Renforçant ses patrouilles de cavalerie à l'avant-garde, le Roi Torrhen Stark a réussi à positionner les sauvageons dans la vallée qu'il souhaite comme théâtre de l'affrontement. Il reste étonné de la décision des sauvageons de venir à sa rencontre, mais il accepte bien évidemment le combat. Ne cherchant pas à devancer l'ennemi, le Roi du Nord continue d'envoyer son avant-garde au devant des troupes pour repérer toute tentative de prise de flanc des sauvageons. Sur la gauche, à la lisière du Bois-aux-Loups, l'immense et sombre forêt, Brandon Snow en personne a repoussé avec ses cavaliers plusieurs patrouilles sauvageonnes. Poursuivant une troupe ennemie dans les sous-bois, il cherche également les points de passage à gué sur la petite rivière Altrhein.


Brandon Snow est un grand chef de cavalerie, reconnu aussi bien pour la vitesse et la force de ses actions que pour ses prises de risques.


Les sauvageons l'ont déjà jaugé et savent à quoi s'attendre. Alors que le général de cavalerie nordien se précipite avec 600 cavaliers sur le flanc de l'armée sauvageonne pour en éclairer les points faibles et peut-être tenter d'audacieux coups de main, il est pris par une embuscade au moment où il traverse la rivière à guet avec sa cavalerie... Les cavaliers pénètrent dans la rivière et les pattes de leur chevaux remuent le cours d'eau, quand des centaines de cris de guerre suraigus montent des couverts de l'autre côté de la rive. 600 sauvageons se tiennent prêts à agir.


Le frère du Roi n'a que deux choix ; battre en retraite et préserver sa cavalerie, ou foncer. Brandon Snow n'en porte pas le nom, mais il est lui aussi un loup. Des plus féroces. Il charge donc alors que les sauvageons lui présente un écran de tireurs et de lanciers.



Clique sur l'image pour l'agrandir


Plan de Bataille des Nordiens

Brandon Snow ne tortille pas du cul pour marcher droit. Charge générale avec toute sa cavalerie de tête, puis repli quand l'assaut sera essouflé, tandis que les deux unités de son arrière-garde chargeront en ligne une fois que les autres auront reculé pour se reformer, et ainsi de suite. Le but est, pas des vagues successives, de prendre pied sur le gué. Il guide ses cavaliers depuis leur centre (étoile sur la carte) pour leur donner des bonus. Il risque également d'être blessé ou tué.


Plan de Bataille des Sauvageons

Les sauvageons ont un plan assez simple. Leurs lanciers, garnis d'épieux, tiennent la berge tandis que les archers tirent par dessus les rangs des combattants, avec une efficacité amoindrie par rapport au tir en direct, mais dans le but de percer les assauts nordiens qui se heurteront aux lances. Si la mêlée devait s'engager sur la rive, 200 sauvageons de plus chargeront pour éclaircir la mêlée et ajouter un peu de nombre à l'embuscade.



Premier Tour ; l'Embuscade


Clique sur l'image pour l'agrandir


Nordiens

Les Nordiens prennent une volée de flèches en se rendant compte que la berge est tenue par l'ennemi. Ils forment donc une colonne d'attaque, sur de nombreux rangs. Plusieurs cavaliers tombent de leur selle pendant la mise en formation et plusieurs chevaux sont blessés ou tués. Brandon Stark s'avance en tête de sa « Lance » de cavalerie lourde et lève son épée ; l'ensemble de ses hommes lève les leurs à leur tour en hurlant et en scandant le nom « Stark ». Puis, Snow porte son cor à ses lèvres et sonne la charge. L'arrière-garde se forme en ligne pour charger à la suite des premiers unités, lorsque celles-ci retraiteront. La cavalcade ne se fait que sur environ deux cents mètres, et termine dans le ruisseau où des gerbes d'écumes et d'éclaboussures sont soulevées par la charge de la cavalerie légère nordienne, qui ne s'arrête pas pour lancer ses javelots. Les flèches sauvageonnes prélèvent un lourd tribut sur ces cavaliers sans protections et nombre d'entre eux tombent à l'eau, percés de part en part. Le choc est rude et plusieurs cavaliers sont à nouveau neutralisés par les épieux sauvageons. Puis, la cavalerie lourde percute à son tour, Snow en tête. La mêlée est confuse et les Nordiens tentent de culbuter les rangs sauvageons, sans succès. Pourtant, quantité de guerriers s'effondre, les crânes fendus ou les poitrines transpercées. Les archers continuent de tirer en cloche par dessus la mêlée et les pertes sont nombreuses. Les Nordiens refluent en ordre suite à deux sonneries de Cor de Snow, laissant la deuxième vague prête pour la charge.


Sauvageons

Les sauvageons hurlent leurs cris de guerre barbares et insultent copieusement les nordiens. Leurs flèches abattent plusieurs cavaliers, puis c'est la charge. Faisant preuve d'une discipline peu commune, les sauvageons campent leur position en plantant dans le sol leurs pieux. De nopmbreux cavaliers n'atteignent jamais la rive et les chevaux se cambrant ou s'effondrant perturbent la charge sur la longue bande de rivière susceptible d'être traversée ; les rangs inférieurs sont désorganisés et la ligne tient le choc. Pourtant, si la rive est tenue, les nordiens frappent sérieusement les premiers rangs en fendant casques et crânes, en tirant dans le ruisseau quantité de sauvageons qui sont impitoyablement lardés de coups d'épée et de lances. Quand la cavalerie nordienne bat en retrait, la ligne sauvageonne est considérablement amoindrie mais tient bon.


Pertes
Les sauvageons perdent 150 lanciers.
Les nordiens perdent 80 cavaliers légers et 60 cavaliers lourds.



Second Tour ; la Seconde Charge


Clique sur l'image pour l'agrandir


Nordiens

Les Nordiens chargent donc avec leurs réserves, qu'ils emploient comme la première fois en une grande vague tonitruante. La traversée est tout aussi périlleuse et les flèches abattent de nombreux chevaux et cavaliers, qui avec les premières dizaines de corps de l'assaut précédents, teintent la rivière de rouge sang. Pourtant, les soldats du Nord franchissent la rivière et percutent les rangs ennemis. Ils dispersent les lanciers, déjà étrillés par la vague précédente. A bout portant, plusieurs salves de flèches entassent de nouveaux cadavres côté nordien et les renforts de sauvageons, des combattants à l'épée ou à la hache, sont percutés à nouveau. La berge se tapisse de cadavres. Un cavalier lourd nordien perdra successivement son casque, son bouclier et son cheval dans la mêlée, mais combattant à pied, il s'emparera d'un totem tribal sauvageon, le jetant dans la rivière, hurlant son succès en étant couvert du sang de ses ennemis.


Sauvageons

Les sauvageons flanchent sous l'assaut nordien. Leurs flèches percent aisément les quelques pièces d'armure de ces cavaliers de la roture, envoyant quantité de corps supplémentaires flotter au fil de l'eau. Alors que les cavaliers nordiens sont à deux doigts de passer, 200 fantassins sauvageons se ruent sur l'ennemi et engagent une sérieuse empoignade où les cavaliers les fauchent sans vergogne, mais en contrepartie, nombre d'entre eux sont tirés au sol par les fantassins qui les poignardent ou les égorgent. La cavalerie a pris pied sur la berge, et le moral sauvageon décline ; l'embuscade semble mal partie.


Pertes
- Les sauvageons perdent 50 lanciers, 70 fantassins moyens
Les sauvageons, du fait de plusieurs charges successives de cavalerie et ayant subi à chaque fois des pertes égales ou supérieures à l'adversaire, passent « ébranlés ». Ils hésitent.
- Les nordiens perdent 40 cavaliers légers et 40 cavaliers lourds.


Troisième tour ; Percée


Clique sur l'image pour l'agrandir


Nordiens

Les Nordiens ont finalement su accrocher l'ennemi. Cela aura nécessité le sacrifice de cavaliers par dizaines et le lit de la rivière charrie nombre de corps, tandis que la pente de la rive est parsemée de cadavres, de flaques de sang et de pièces d'équipement arrachées. Brandon Snow rassemble sa cavalerie et voit que sa réserve a su prendre pied sur une infanterie diminuée, de l'autre côté de la rivière. Il attend que la ligne se reforme, sonne du cor et lance une nouvelle charge. Les archers, directement engagés, font moins grand cas de l'assaut ennemi et les nordiens parviennent à gravir la pente. Le choc est rude, les sauvageons, peu adeptes de formations denses, sont taillés en pièce par les cavaliers qui, chargeant, étrillent leurs adversaires. Brandon Snow sera légèrement blessé à la cuisse par une flèche sauvageonne mais rien de grave ; leurs lignes disloquées, les sauvageons sont mis en déroute et les cavaliers poursuivent et rattrapent nombre d'ennemis qu'ils massacrent sur place.


Sauvageons

Les sauvageons ont perdu l'avantage de la berge, qu'ils tenaient. Le sol est jonché de corps et de chevaux agonisants, mais l'avantage des archers est perdu lorsque les lanciers craquent et sont tailladés par les charges successives. Un archer sauvageon abattra coup sur coup deux cavaliers et en fera chuter un autre de cheval en se saisissant des brides du canasson, mais percé de part en part par une lance de cavalier lourd, l'archer agonisera sur la berge, après avoir gagné quelques secondes pour ses camarades qui détalent en tous sens pour échapper au carnage. Les cavaliers les pourchassent, fatigués et trempés de sang, et nombreux sont ceux à finir percés de lances ou de javelots en pleine fuite. Seule une poignée de survivants parviendra à s'enfuir sous le couvert de la forêt.


Pertes
- Les sauvageons perdent 130  fantassins moyens et 150 archers
Les sauvageons, du fait de plusieurs charges successives de cavalerie et ayant subi à chaque fois des pertes égales ou supérieures à l'adversaire, passent « déroute ».
- Les nordiens perdent 20 cavaliers légers et 10 cavaliers lourds.


Epilogue :

La bataille a failli tourner au désastre pour le Nord, dont la cavalerie, efficace au choc, n'est pas très nombreuse. Perdre cette unité de reconnaissance aurait été de fort mauvaise augure pour la suite de la campagne, car les sauvageons, manquant cruellement de troupes de choc, sont bien en peine contre ce type d'unités. Brandon Snow a pris un risque extrêmement important en choisissant le combat alors qu'il était évident que les sauvageons tiendraient position. Il a perdu quantité de cavaliers et de chevaux en tentant de franchir le fleuve et beaucoup de blessés se sont noyés ou sont morts dans les charges successives. Pourtant, les lignes sauvageonnes ont été brisées. Si la nouvelle de la bataille a pu parvenir au chef de guerre sauvageon qui empêcha dès lors toute nouvelle prise de flanc, la nouvelle du carnage de la rivière réchauffa un peu plus le cœur des nordiens, Snow venant de remporter la première véritable victoire du Nord dans cette guerre.

Le soir même, Brandon Snow était acclamé avec ses cavaliers par toute l'armée, tandis que le Roi en personne félicitait ces braves guerriers. Les sauvageons, revanchards à leur tour, s'avançaient déjà à l'horizon et la bataille tant attendue allait maintenant avoir bientôt lieu, les troupes d'avant-garde ayant cessé de se chercher.

La bataille du Gué de Marnach fit de nombreuses victimes dans les deux camps. Malgré leur supériorité évidente, les cavaliers nordiens eurent à franchir le lit d'une rivière puis à prendre d'assaut la berge, ce qui annulait leur avantage de choc. Brandon Snow perdit 260 cavaliers sur 600, dont 150 cavaliers légers et 110 cavaliers lourds. Ces pertes allaient lourdement peser sur la manoeuvrabilité des forces du nord, mais en face les pertes étaient plus grandes. Les sauvageons perdirent 550 hommes au total ; pendant que l'infanterie se faisait étriller par la dernière charge nordienne, quelques archers parvinrent à s'enfuir dans la forêt. L'essentiel de l'armée avait cependant été anéanti.

Les batailles d'avant-garde semblaient terminées et les jours suivants, les deux armées se rapprochèrent pour le contact, attendant leurs renforts et leurs dernières troupes avant de se lancer dans la plus grande bataille rangée que le Nord ait connu depuis longtemps...


Points du Nord

- Gain de 5 points pour bataille mineure gagnée
- Gain de 5 points pour objectif de la bataille rempli (bousculer et détruire les sauvageons)
- Gain de 2 points, petite armée ennemie ayant perdu l'essentiel de ses troupes, malgré sa supériorité numérique.
Le Cyvosse
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 11085
Membre du mois : 2175
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
 
Tour 2 - La Bataille Du Gué De Marnach - Année 0 - Mois 4 - Semaine 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1ère à 7ème Années] Résultats et Compte-rendus du Test d'Astronomie (pas de tour de jeu)
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Tour de Farce
» Bonne Année
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Chroniques de l'ère de luttes :: Le Cyvosse :: Les Chroniques de l'Ere des Luttes :: Chroniques détaillées du Tour 2-
Sauter vers: