Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Livre II, Intrigue n°2 - Vaincre n'est rien, Il faut profiter du Succès
MessageSujet: Livre II, Intrigue n°2 - Vaincre n'est rien, Il faut profiter du Succès   Livre  II, Intrigue n°2 - Vaincre n'est rien, Il faut profiter du Succès EmptySam 23 Fév - 15:25




  • Bloody Crown
La Reine Plus Haute que la Montagne



La Reine inspire à pleins poumons. Des décisions difficiles, elle a déjà dû en prendre. Empire ou Puissances Centrales, elle n’a pas choisi, cette fois. Son fils quant à lui, n’est toujours pas en mesure de le faire. Faut-il seulement le faire, prendre cette décision qui répandrait des torrents de sang ? Les hommes qui l’entourent l’ont fait, eux. Mais ils sont allés plus loin. Un an que le Val est soumis à leurs caprices. A leurs menaces. Tous ces dévôts serviteurs des Sept, qu’elle aime et révère, mais qui ne sauraient pousser de féaux valois sur cette voie. Elle contemple les hommes. Ils sont nombreux. Tous ceux qui l’ont accueilli avec des armes.

Ceux qui se sont rendus ont perdu la main qui tenait l’épée. Ils se plaignent et pleurent au milieu de leurs familles, conscients que la Justice de la Reine les met tous au ban de la société féodale. Les autres sont exposés dans la rue principale du petit bourg. Suspendus à des gibets. Sang qui gèle sur leurs blessures. Mains appuyées sur la balustrade, elle parle d’une voix haute et claire.

| Le Val n’est pas le jouet des fanatiques, pas plus qu’il ne l’est des ambitieux. Quiconque complote contre moi complote contre la couronne. La Reine, c’est encore moi. |





  • Bloody Crown
L’Empire des Royaumes Fédérés



Forgé dans la guerre, l’Empire vivait toujours une époque troublée et dangereuse. Mais les choses allaient mieux. L’Empereur et l’Impératrice, Torrhen et Rhaenys Braenaryon, avaient consolidé leur emprise sur les terres du Trident, et sur chacun des Royaumes Fédérés. La naissance des Princes Jumeaux allait pérenniser l’Empire, contribuer à l’unifier, de l’avis de tous. Athynéa et Aeden Braenaryon symbolisaient un avenir à protéger. Fondant un ordre secret, le couple impérial voulut protéger ses enfants en leur assurant protection et éducation. Dame Yesaminda Goldwyne et Leslyn Raybrandt furent ainsi chargées de l’avenir de l’Empire. Il fallait travailler à maintenir l’autorité impériale sur les nouvelles terres qui lui étaient dévolues, autour de la capitale. En ce sens, Dame Orane Whent et Isla Chelsted se révélaient déjà précieuses pour l’Empire, par leur connaissance de ce peuple, ou des textes de loi. L’ennemi extérieur devait quant à lui toujours être combattu. Lyle Salfalaise, fer-né transfuge, fut envoyé auprès de la flotte, tandis que le Maréchal Conrad Omble préparait la reprise de la guerre au printemps, dans le sud du Conflans toujours aux mains ennemies. Nul doute que les forces vives des terres Braenaryon, dont Sacha Racin, jeune noble, seraient bientôt mises à contribution.  

Dans le même temps, le Conflans Fédéré s’organisait. Bousculé à Noblecoeur par des pillards envoyés par le dernier Roi Hoare qui tenait toujours le sud, le pays semblait commencer à s’unir sous la direction du Roi Lyham Tully, fort de ses appuis impériaux, et d’une certaine paix retrouvée dans sa maisonnée avec son épouse Alysanne. La jeune sœur de Lyham, Lysara, était du genre à faire bouger les lignes. Très impliquée dans son royaume et la politique de son frère, elle posait les pierres non seulement d’un nouveau Grand Septuaire pour les Sept, à Vivesaigues, en même temps qu’elle semait les graines d’un schisme avec la Foi.

Les Nordiens avaient payé le plus lourd tribut, avec les riverains dans les deux camps, de la Première Guerre de l’Ere des Luttes. Ce n’était que justice que l’hiver étant venu, les troupes rentrent à la maison… Menées par le jeune Roi Jon Stark en personne, secondé de son Sénéchal Bowen Glover, les soldats retrouvaient leurs pénates, et chacun des deux hommes, leur épouse. La Reine Eléanor, enceinte, était alitée à cause d’une grossesse compliquée, seule ou presque dans un pays qu’elle ne connaissait pas. Elle pouvait toutefois compter sur le soutien de Maedelyn Glover, la femme du Sénéchal, qui se remettait de son propre accouchement. Sur le départ, Nelya Omble accompagnerait sans nul doute le Prince Walton, réclamé par son père au sud. De nombreux nordiens restaient avec les troupes, ou près de la capitale impériale, comme la jeune devineresse Ingheam Harclay. Le pays se scindait, entre ceux qui rejoignaient les forces vives de l’Empire, et ceux qui rejoignaient le Royaume pour l’aider à passer l’hiver.

Loin de l’idylle entre Royaumes Fédérés et Empire, le jeune Roi Kevan Gardener faisait sa première expérience du pouvoir en s’éloignant de ses égaux et du couple impérial. Plein de rancoeur et de défiance, éconduit sur de nombreuses quêtes de mariages, on le disait volage avec les femmes, et aigri par son absence de tout ; il avait quitté son frère, et son royaume d’origine, pour une femme qui ne l’épouserait pas. Parti avec une poignée de fidèles sans avis du Collège Impérial, il se mit en tête de réussir seul sa conquête. Son plus fervent soutien repartit pour Fort-Darion au bout de quelques jours de voyage, Garlan Goldwyne attaché par mariage à l’Empire et circonspect quant à la stratégie de son monarque. Plus que jamais, il fallait du courage au jeune Gardener, sans troupes, sans sous, armé de sa seule légitimité.

Au bord de la rupture, l’Orage s’était raffermi au fil des mois. La jeune Reine Argella Durrandon pouvait compter sur des soutiens comme celui de Lord Swann, ou des Caron, alors qu’une partie occidentale du royaume restait sous occupation bieffoise. Pleine de fougue et de passion, très proche du couple impérial, la jeune Reine était confiante dans l’avenir, avec qu’un nouveau défi ne s’élève face à elle.






  • Bloody Crown
Le Dévôt



On ne l’avait pas toujours écouté, quand il était fermier. Moins encore quand il avait rejoint les Piquiers du Roi, qu’il avait fait la guerre contre le Val, contre le Sel et le Roc, ou contre le Bief. On ne l’avait pas non plus écouté quand il avait épousé la fille d’un marchand, très religieuse, comme lui. Non, la seule fois où on lui avait prêté attention, c’était quand il avait parlé de Foi, de valeurs, de traditions. Il avait toujours su parler, et sa verve s’était affinée à mesure que sa colère grandissait. On avait pendu les agents de la Reine, aujourd’hui.

| Mes frères ! Mes Soeurs ! Cela ne fait que trop longtemps que nous nous taisons, nous, le petit peuple ! Nous nous sommes battus pour les puissants depuis des années. Contre tous les ennemis de nos souverains, les uns après les autres. Et comment nous remercient-ils ? Ils nous laissent crever face aux troupes du Bief ou du Sautoir, ils nous envoient à l’abattoir pendant qu’eux donnent de grandes fêtes et de grands bals dans leurs palais… C’est le Grand Septon, qui a raison ! Notre Reine est devenue la putain de l’Empire, sa couche a été remplie de bandits et de dorniens, de tant et tant d’hommes que les dieux l’ont rendue incapable de nous sortir de la guerre, incapable d’avoir des enfants. Forniquer avec des loups, avec des dragons, c’est cela qu’on doit accepter maintenant ? Assez de sacrilèges, assez de blasphèmes ! Prenons l’Etoile à Sept Branches, et marchons sur Accalmie pour délivrer notre Saint Royaume de l’Apostasie ! Pour les Sept, et contre l’Empire, nous autres orageois avons un autre combat à mener que celui des Rois de ce monde ; nous nous battons pour les dieux! |

Ils crient, ils acclament. Les corps des espions de la Reine Argella sont mutilés et cloués aux bannières et aux autels qui accompagnent la procession, de l’ouest du royaume battu par les armées en guerre, en direction de la capitale. Bientôt se décidera le sort des hérétiques qui ont embrassé la cause impériale.





  • Bloody Crown
Les Puissances Centrales



Le Royaume des Fleuves et du Crépuscule, hérité du Sel et du Roc, était la nouvelle mouture du pouvoir Hoare. Le jeune Roi Yoren, né bâtard et devenu l’espoir d’une lignée saignée à blanc, avait entrepris de grands chantiers. Epousant Helena Bracken, il raffermit son autorité sur les rétifs barons du Conflans, tandis que la propre sœur du Roi restait préférée au commandement de la Flotte de Fer. Souverain énergique, il envoya sa belle-sœur Myria négocier avec le Roc, à l’Ouest, tandis que son neveu Beron lui échappait vers Hautjardin. Le Roi parvint malgré la situation militaire, à renforcer sa position de Pierremoutiers, dernier bastion continental, et entreprit un vaste chantier de réformes… Appuyé en cela par la loyauté indéfectible de certaines maisons comme les Volmark, dont les filles, Heda et Siam, étaient de terrifiantes guerrières. Bien entouré, pragmatique et déterminé, le Roi Yoren était prêt à se battre à mort avec l’Empire, qui avait décimé sa lignée, et conquis l’essentiel de son royaume.

C’était bien le Bief qui s’affirmait comme le principal rival de l’Empire en Westeros depuis la chute d’Harren le Noir, et c’était confirmé à tous points de vue par la progression de la cause de la nouvelle dynastie Hightower. Le Roi Manfred, qui avait pris le pouvoir par la force alors que la couronne était restée vacante, bénéficiait toujours du puissant soutien de la Foi. Plus encore, il avait son mariage avec la Reine Eren, née fer-née de sang Hoare. Cela lui avait donné la Flotte de Fer. Fort de ses richesses et de ses armées, le Bief avait soumis Dorne pour la première fois de son histoire, l’avilissant à une paix honteuse. Bénéficiant de gains territoriaux d’importance, le Roi Manfred fit bénéficier de ses conquêtes à ses soutiens de l’Ouest, ainsi qu’au Royaume Des Rivières et du Crépuscule de Yoren Hoare. La Foi avait ce qu’elle voulait ; Dorne était rendue coupable de la guerre. Le commerce reprit au sud, et plus encore, Manfred avait su obtenir l’appui de Dorne contre l’Empire, ancien soutien de la Principauté. La puissance retrouvée du Bief semblait asseoir la légitimité du Hightower sur le trône, mais sa suzeraineté restait toujours remise en question par les factieux et les ambitieux. Rien n’était gagné, même si le Bief se paraît des dorures d’une gloire renaissante.





  • Bloody Crown
La Conversion



L’ouest était béni, semblait-il. Pas de guerres, pas de feux des bûchers. Beaucoup de tensions bien sûr, mais le pays avait su rester à l’écart des grands bouleversements de Westeros. Troubles sociaux, troubles religieux, l’Ouest avait mis une année entière à ramener le calme dans ses campagnes. Ne restait qu’un point noir ; en finir avec les tensions religieuses en convertissant la princesse Jeyne, épouse du Prince Lyman. Elle était née Stark. Nordienne de naissance, elle adorait les anciens dieux. Entre sa conversion et le baptème des enfants princiers, il y avait de quoi déployer tout le faste de l’Ouest ! A la sortie du septuaire, le couple princier saluait la foule en liesse. Megara et Gareth, puis Lyman et Jeyne. Enfin, le couple royal. C’est alors qu’une volée de carreaux d’arbalète griffa le marbre du lieu saint de Port-Lannis. Panique, cris.

| Le Roi est mort ! Le Roi est mort! |

Les rumeurs naissent et meurent à toute vitesse. Le Roi Loren Lannister, le Lion du Roc, n’était pas mort. Frappé à deux reprises, il baignait dans son sang, faisant un rempart de son corps à sa femme, la terrible Reine Jordane, qui, submergée d’une fureur glacée, de retrouver les coupables sur l’heure. Elle fut exaucée. Et bientôt, les rumeurs les plus folles sur les commanditaires se mirent à courir.

Finalement, la guerre se rapprochait de l’Ouest, à mesure que les bandages du Roi s’imbibaient de sang Lannister.





  • Bloody Crown
Les Royaumes Neutres



L’Ouest avait su rester neutre pendant plus d’un an et demi. Proches d’Harren le Noir et unis par mariage aux Stark, les Lannister avaient su se préserver. Bien leur en a pris, car la paysannerie comme la noblesse s’écharpèrent pendant des mois. Le pouvoir royal avait finalement repris le dessus. Par le faste de sa cour, le Royaume se redressait. La Princesse Megara accouchait de jumeaux, de son époux Gareth Kenning. La Princesse Jeyne, épouse de l’héritier Lyman, accouchait d’une future tête couronnée, Martyn Lannister. Ne restait que la question religieuse à régler. Le Procès Potter permit à cette maisonnée de laver son honneur contre les fanatiques coupables de meurtre et de spoliation de terres, tandis que la Princesse Jeyne devait se convertir à la Foi des Sept. C’est durant ces cérémonies que le Roi fut sérieusement touché par deux carreaux d’arbalète, qui le laissaient entre la vie et la mort.

Le Val composait avec de fortes tensions internes, depuis le début de l’Ere des Luttes. La mort de la jeune Reine Nyméria avait plongé le Roi Ronnel, héritier du trône et jeune souverain couronné, dans le plus profond des désespoirs. Si d’excellents ministres et conseillers comme Meribald Belmore ou Mereth Baelish aidaient la Reine-Mère Sharra Arryn à gérer les affaires du Royaume, personne ne sut endiguer l’emprise grandissante des Croisés de la Foi au sein du Royaume. Ni les Royce, ni les autres familles fidèles aux Anciens Dieux. Personne. L’influence étrangère, représentée par des marchands d’Essos comme Valarr Irhonin, n’arrangeait pas les affaires valoises, dont le pouvoir était sans cesse accusé de collusion avec les puissances de l’étranger. Après une campagne militaire sauvée de justesse contre les montagnards, les armées valoises furent rendues à la vie civile pour la durée de l’hiver. Cela n’arrêta pas les groupes les plus extrêmistes de fidèles des Sept, qui complotèrent contre le Roi pour s’emparer de la flotte valoise, et partir combattre l’Empire comme le dictait le Grand Septon. La Reine l’apprit, et agit rapidement et secrètement avec une troupe de chevaliers fidèles et d’hommes d’armes Arryn. Elle arrêta les félons et affermit son pouvoir sur les fanatiques de son royaume. Son fils était jeune. Mais elle restait la Reine-Mère, et c’était elle qui devait décider de l’implication du Val dans la guerre, et pas quelques illuminés récalcitrants.

Dorne avait tout perdu, pendant sa guerre contre les Puissances Centrales. Ses ports étaient sous blocus. Quantité de places fortes et de villes étaient sous occupation bieffoise ou coalisée, la Croisade de la Foi se déchaînait contre son peuple et ses alliés de l’Empire avaient fini par dénoncer les accords passés avec la Principauté. Seule contre tous, Dorne ne pouvait espérer vaincre. Malgré les efforts de sa Princesse Deria, de personnalités comme Idriss Allyrion ou Nalia Dayne, le pays s’effondrait faute de ressources, faute de soldats.  Ce n’était pas l’héroïsme du Prince Anders Martell qui suffirait à redresser la barre, la Principauté manquait trop de forces vives pour soutenir ses héros. Une large part de la population était sous domination ennemie, telle Hathor Qorgyle qui s’était fait capturer par les fer-nés. La Principauté accéda aux exigences de ses adversaires réunis, Hoare, Lannister, Hightower et religieux, dans la ville prise par l’ennemi aux portes de la capitale, Boycitre. Après d’âtres négociations, la Principauté achevait de se retourner contre l’Empire, après avoir perdu en territoires, mais surtout en prestige. Dorne changeait de camp pour de bon.





  • Bloody Crown
L’Anabase



Le Tigre de Valyria sort furieux des appartements de la Princesse de Dorne. Il n’était pas venu pour combattre tout Westeros, et sa flotte avait été détruite au large de Lancehélion quelques semaines plus tôt. Il n’avait pas voulu la guerre avec le Bief, ni avec la religion de Westeros. Mais il avait besoin de bases pour accomplir ses desseins, il avait besoin d’endroits qui ne répondent qu’à lui, et à personne d’autre. Ses plans étaient contrariés. Il avait plus attendu de Dorne. Et quand le Commandant de ses Compagnons l’attendait au dehors, casque à cimier sous le bras, ce dernier n’hésita pas à questionner le Tigre, le potentat de tout l’Ouest d’Essos, au-delà du Détroit.

| Où allons-nous, général? |

Général. Pas Empereur. C’était ce qu’était resté Cleitos Caradreon, malgré ses victoires et ses conquêtes.

| Formez les légions de Valyria. Envoyez des messagers. Dorne peut ramasser la merde de ses bourreaux, je m’en contrefous. |

Malaise. Les Jardins Aquatiques sont remplis de gardes Martell, de soldats de Dorne, qui regardent sévèrement les guerriers venus de l’est. Le Tigre remet sur son crâne son casque à tête de lion, à plumets rouges.

| Nous allons vers la guerre. En avant pour le nord, et pour l’Orage. Contactez les autres légions. Il est temps d’agir. |
Le Cyvosse
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 11146
Membre du mois : 2188
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
 
Livre II, Intrigue n°2 - Vaincre n'est rien, Il faut profiter du Succès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Rien pour écrire à sa mère...
» le livre rouge
» "Il ne faut jurer de rien"...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Chroniques de l'ère de luttes :: Le Grand Livre des Mestres :: Histoire & Intrigues-
Sauter vers: