Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Livre II, Intrigue N°1 - Ce Sont Toujours Les Pires Qui Survivent.
MessageSujet: Livre II, Intrigue N°1 - Ce Sont Toujours Les Pires Qui Survivent.   Livre II, Intrigue N°1 - Ce Sont Toujours Les Pires Qui Survivent. EmptySam 23 Fév - 15:18




  • Bloody Crown
Hiver et Loups



Le Mestre court dans les couloirs du château. Il a déjà failli tomber trois fois dans les escaliers qui descendaient de la Roukerie. Il fallait qu’il prévienne le maître des lieux, afin qu’il puisse prendre les meilleures décisions. Mais le sage était vieux, ni ses jambes, ni son souffle, n’avaient réussi à soutenir les assauts du temps. Il arriva tout essoufflé dans la grande salle du château, où le seigneur était en train d’écouter le rapport de ses éclaireurs. On lui demanda ce qu’il se passait, et ce qui pouvait justifier pareil empressement. Etait-il arrivé un nouveau drame ? Les mauvaises nouvelles pleuvaient sur le continent tout entier depuis des mois, sinon des années. Le Mestre dut s’éclaircir la gorge, la voix enrouée, sifflante, après l’effort qu’il venait de fournir.

| Si fait, messire ! Blizzard au Nord. Tempêtes de neige au Conflans, au Val. Il gèle dans nombre de contrées. On signale des orages partout dans l’est, et au sud. On signale les attaques récurrentes de grandes meutes de Loup dans la Région de la Néra. Plus de doute, l’Hiver est sur nous. Et je crains qu’il ne soit des plus rudes, monseigneur. |





  • Bloody Crown
L’Empire des Royaumes Fédérés



L’Empire avait vécu un énorme coup d’arrêt lord de la défaite de Buron, face à Harren le Noir. Il fallut plusieurs mois pour réorganiser les troupes, le ravitaillement, pour préparer un nouveau plan d’attaque pour en finir avec le royaume du Sel et du Roc. Cette période fut aussi source de tensions pour les Royaumes Fédérés ; tous avaient leurs problèmes, tous subissaient les déprédations d’un ennemi qui paraissait invincible. Alors que les premières neiges tombaient, l’armée impériale s’ébranla, exécutant un plan complexe. La confrontation décisive eut lieu à Eysines, près de Noblecoeur dans le Conflans. Se sentant acculé, Harren le Noir passa à l’attaque. Il manqua de submerger l’armée de Peyredragon, qui tint résolument position grâce à son général en chef, Baal Forel, et au courage de héros comme le Prince Orys Baratheon, ou Erevan Staunton, qui se battirent becs et ongles le temps que l’armée du Nord se déploie. Bowen Glover, bras droit du Roi du Nord, vint rapidement au secours de l’armée de Peyredragon, qui était sur le point de craquer. Son écuyer Leyk Snow fut blessé dans la bataille, intimidé par le bain de sang, tandis que le Roi Jon Stark en personne cherchait la percée sur le flanc gauche.

La décision fut emportée par une armée composée d’unités nordiennes et impériales, arrivant dans le dos d’Harren. Des semaines de manœuvres se concrétisaient enfin, et alors que le Maréchal Conrad Omble encerclait et détruisait l’arrière-garde d’Harren, l’Empereur Torrhen Braenaryon perçait la mêlée et engageait un duel contre son pire ennemi. Le Roi des Rois fut abattu, et la victoire fut impériale. De nombreux héros et des milliers d’hommes étaient tombés, mais l’armée du Sel et du Roc était décimée. Harren était mort et son héritier, Yoren Hoare, était gravement blessé et en fuite. Soigner les blessés fut une tâche terrible, accomplie avec courage par toutes les bonnes âmes ; mestres, septons, femmes de soldats et dames de haut parage, telles Orane Whent.

L’ironie fut terrible, quand la nouvelle de la chute de Fort-Darion tomba le lendemain de la victoire ; un petit parti de troupes du Noir avait assailli la ville par surprise et l’avait capturée. Dame Alysane Manderly, qui gérait les travaux de la capitale, négocia avec le chef des fer-nés pour sa réddition, la guerre ayant pris un bien mauvais tournant avec la mort de son souverain. L’Empereur pesa le pour et le contre avec son épouse, et parvint à obtenir la reddition de l’armée ennemie occupant la capitale, qui la rendit aussitôt à l’Empire.

L’Impératrice Rhaenys Braenaryon était arrivée trop tard pour peser sur les combats, mais elle avait coupé une partie de la retraite de l’armée ennemie. Enceinte, elle avait subi plusieurs tentatives d’empoisonnement déjouées par son entourage, notamment son écuyère Leslyn Raybrandt, ou sa guérisseuse lady Yesaminda Forel. L’Impératrice avait fait beaucoup ces derniers mois pour cimenter ses relations avec la Reine Fédérée de l’Orage, Argella Durrandon. La souveraine d’Accalmie avait eu à déplorer la perte de plusieurs villes, mais aussi la perte de l’enfant qu’elle portait. Difficile épreuve qui ne la détourna pas des préparatifs militaires engagés avec Artus Estremont ou Devon Connington.

Pendant que l’avenir de l’Empire se jouait dans le Conflans, la Reine du Nord Eléanor Stark, enceinte, remontait vers la capitale de son nouveau royaume, toujours tenu par le jeune Walton Stark. Elle était accompagnée de Nelya Omble, qui pouvait tout lui apprendre sur sa patrie d’adoption.

Le Conflans Fédéré avait vu beaucoup de batailles se tenir en ses frontières. Son Roi, Lyham Tully, avait été gravement blessé peu avant Eysines, dans une bataille préparatoire à l’action décisive. Il obtint les ralliements en masse de seigneurs auparavant inféodés à Harren et qui le reconnaissaient maintenant comme Roi, mais sa défaite comme sa blessure l’avaient amoindri, et malgré le soutien de sa sœur Lysara, le Roi du Conflans devait encore prouver à tous sa valeur et son aptitude au commandement du royaume.





  • Bloody Crown
Foi, Saints et Démons



Le Grand Septon regarda attentivement les pièces sur le plateau qui représentait Westeros. Ses acolytes restaient deux pas derrière lui, pendant qu’ils lui faisaient leur rapport sur les derniers contacts. Les choses bougeaient dans le Val, les fidèles de ce royaume en avaient assez des déprédations des sauvages des montagnes. Cela bougeait dans l’Ouest aussi, où ses ouailles les plus zélées réclamaient vengeance pour la croisade avortée contre les hérétiques de l’Empire. La victoire semblait acquise, ou peu s’en faut, contre Dorne. Mais que faire de l’Orage, qui pouvait encore être sauvé, si sa Reine renonçait au mariage avec l’un de ces impies de Martell ? Il avait soutenu ouvertement Harren Hoare, et Manfred Hightower. Leurs destins étaient liés, désormais. Il se retourna quand un Septon lui rappela que le Roi de l’Ouest attendait toujours une réponse à plusieurs missives. Il était temps d’écrire, en effet.

Lycaon XII se retourna, et demanda un jeune initié avec une plume et du papier. Il était temps de passer à l’action, en effet. Il fallait garder le Roi du Bief sous contrôle, et il fallait encore s’assurer du châtiment pour les idolâtres de l’Etranger.





  • Bloody Crown
Les Puissances Centrales



Le Royaume du Sel et du Roc, jadis superpuissance de Westeros, avait vaillamment résisté et contre-attaqué des mois durant contre les royaumes qui se liguaient contre lui. Harren fut fragilisé par des dissensions internes, par la fragile loyauté que certains serviteurs lui vouaient, ou par leur manque d’espoir en la victoire. Il apprit par ses espions que sa belle-fille Myria Hoare négociait chez l’ennemi dans le plus grand secret, que des seigneurs comme Lord Paege ou Bonru risquaient de passer à l’ennemi... Harren mourut sur le champ de bataille d’Eysines, encerclé par les armées impériales, sans savoir que l’un de ses meilleurs aides de camp, Lyle Salfaise, négociait lui aussi avec l’Empire. Harren avait vaincu à Buron, à Haut-Brechies, et il venait même de capturer la capitale impériale dans un raid audacieux. Mais isolé, ses effectifs amoindris et ses meilleurs troupes disparues dans le creuset de la guerre, il perdit toute chance de l’emporter, et paya son entêtement de sa vie. Mieux valait la mort que la capture, dans sa position… Et sitôt son dernier souffle rendu, ce fut son dernier fils, le bâtard de naissance, Yoren Hoare, qui récupérait la couronne. Le jeune Prince avait été grièvement blessé à Eysines. Evacué par des fidèles du trône, il jura de se venger dans le sang, et de recouvrer toutes ces terres qu’on lui avait spoliées.

Le Bief, lui, était dans une position nettement plus avantageuse. La guerre contre Dorne était en passe d’être gagnée ; les cités des Montagnes Rouges tombaient les unes après les autres et la Flotte de Fer de Eren Hightower, princesse fer-née de naissance, avait mis à genou Boycitre à un jet de pierre de la capitale ennemie. Dans l’Orage aussi, les cités tombaient. Forts de ces succès, Manfred Hightower, ministre de la guerre et frère de la Reine, brandit un acte d’abdication de celle-ci et au sortir d’une cérémonie des plus martiales, se fit couronner en présence d’une bonne partie de la noblesse et de l’armée. Une fois devenu Roi, il couronna son épouse, la fille d’Harren. Bien sûr, la transition entre dynastie Gardener et Hightower ne se fit pas sans heurts, mais Manfred s’était lancé après des mois d’intrigues, une fois qu’il eut toutes les cartes en main, dont son atout principal, le soutien du Grand Septon en personne, et la fédération du peuple bieffois contre ses ennemis. Auréolé de sa gloire naissante, Hightower contacta l’Orage pour proposer une trêve et Dorne pour promettre un bain de sang si un armistice n’était pas rapidement conclu. Dans l’ombre, le stratège vertueux qu’était Manfred Hightower se révélait le pire des monstres, brutalisant ses maîtresses comme ses servantes, à l’instar de la pauvre Wylla.

Pendant ce temps-là, l’ancienne Reine Tricia Gardener, veuve du précédent Roi et sœur du nouveau, négociait dans l’Ouest pour rompre l’isolement de son royaume. Le Bief devait-il lutter seul contre cet Empire qui les menaçait tous ?





  • Bloody Crown
Le Bâtard devenu Roi



Quelle pitié que de voir un Prince dans cet état. L’homme était un grand capitaine de la Flotte de Fer, malgré son jeune âge. Un guerrier renommé. Le Fils d’Harren le Noir. Sa tignasse blonde comme les blés était poisseuse de sang, son visage, marqué par le coup d’épée reçu de travers. Cela ne l’empêchait pas de cracher le sang qui lui emplissait la bouche avec un suprême dédain, comme s’il ne s’agissait que d’une moindre gêne, agaçante mais pas handicapante. Autour d’eux, si peu de survivants… Ils étaient près de quarante mille, ce matin. Mais ce soir ? L’Empire avait brisé leurs lignes, et rattrapé nombre de fuyards. Les restes de l’armée du Sel et du Roc fuyaient dans la pénombre par petits groupes disparates. Le Prince, lui, n’en démordait pas. Yoren Hoare ressemblait si peu à son père, mais on ne pouvait douter de son tempérament, de sa fougue et de sa hargne.

| Je vais rejoindre nos dernière troupes, au sud. On s’y rassemblera. On y attendra les renforts de ma sœur, qui est devenue Princesse du Bief. On va se regrouper et vous verrez. Je pisserais dans le crâne de ce vieux fils de pute de Stark, je violerais moi-même sa sorcière de femme et je tuerais tous leurs gens. Je le jure par le Dieu Noyé. J’étais capitaine avant d’être Prince. Avant d’être Roi. Ces paysans nous ont submergé aujourd’hui, mais je noierais leurs côtes dans un ouragan de sang, j’en fais le serment ! |





  • Bloody Crown
Les Puissances Neutres



Le Val était assiégé. Pas par une armée ennemie. Pas de l’extérieur. Bien sûr, être entouré par l’Empire inquiétait tout le monde, mais pas tant que les clans des montagnes qui avaient détruit l’armée de Lord Rougefort, qui les pourchassait. La noblesse valoise, elle, restait divisée. Il y avait ceux qui voulaient se battre contre l’Empire, déclaré comme hérétique par le Grand Septon. Ceux qui voulaient le rejoindre, notamment les adeptes des Anciens Dieux. Et ceux qui voulaient rester neutres, de moins en moins nombreux. L’humeur des Eyrié était si troublée que le drame frappa là où on ne l’attendait pas. La jeune Reine Nyméria, épouse du Roi Ronnel, mourut des complications de sa grossesse en seulement quelques heures. On cria au poison, au complot, même si aucune preuve ne fut trouvée. Le Roi Ronnel, si jeune, en fut anéanti, et ce fut la Reine-Mère Sharra Arryn en personne qui reprit publiquement les rênes du pouvoir ; le Val ne pouvait rester isolé et il fallait au plus vite renforcer ses alliances…

L’Ouest continuait de gérer ses tensions internes. Le Roi Loren Lannister jouait un difficile numéro d’équilibriste, essayant d’apaiser la Foi qui agitait les masses, tout en condamnant fermement les exactions religieuses. Son fils Lyman, qui voulait aussi contenter une plèbe hargneuse, organisa de grandes festivités pour le Retour du Roi après sa mission diplomatique dans le Conflans. Des centaines de participants de bousculèrent et ce fut lord Tarbeck qui l’emporta par ruse, sur de jeunes et fougueux concurrents qui ne parvinrent pas à s’illustrer, comme Gareth Kenning, William Potter, Ser Crakehall ou Reyne, ou le Prince lui-même. Les Princesses Megara et Jeyne, toutes deux enceintes, affrontèrent les festivités dans cet état qui les fatigua, mais qui ravissait leur entourage. Lynara Brax, enceinte elle aussi, complétait le tableau d’une nouvelle génération en devenir. Ce genre de circonstances est également propice aux alliances, et la jeune Sybelle Farman ne manqua pas d’y nouer des contacts importants pour son domaine et sa maison.

Dorne n’avait pas grand-chose de neutre. Elle n’en était pas moins isolée diplomatiquement. Ses cités tombant les unes après les autres et son armée, défaite, ne faisait plus que reculer. Pis, l’ennemi avait ouvert une tête de pont non loin de la capitale. Deria Martell avait encore nombre de fidèles, mais elle était aussi de plus en plus défiée. Des nobles, comme les Brooke, les frères Forrest, ne payaient plus leurs taxes ou refusaient d’envoyer des troupes, voire fomentaient directement contre la famille Princière. Les Dalt s’étaient rendus, d’autres ne tarderaient plus à le faire. La Princesse pouvait toujours compter sur ses soutiens, comme son frère Anders Martell, guerrier de renom, ou Nalia Dayne, dont la famille était fidèle à jamais aux Martell. Mais elle devait aussi compter sur des opportunistes, comme Hathor Qorgyle. La Princesse Deria, au pied du mur, passa alors un pacte avec un conquérant de l’étranger ; le Tigre de Volantis. Elle le laissait utiliser villes et ports de Dorne. En échange, il la débarrassait des envahisseurs de l’Etranger. Ne restait plus à savoir qui allait retirer le plus de bénéfices de cette nouvelle alliance.





  • Bloody Crown
Cleitos Caradreon, Diadoque de Valyria, Caesar d'Essos, Tigre de Volantis



Enfin il y était. On lui en avait tant parlé ; une colonie des Rhoynar. De loin, ça sentait bon le soleil, les agrumes, le poisson frais. Mais ça sentait bon la guerre, aussi. Vers le sud, on apercevait des colonnes de fumée sur l’horizon. L’ennemi de la petite princesse était-il déjà si proche ? Cleitos Caradreon, plus souvent appelé le Tigre de Volantis, se demandait s’il n’avait pas fait un choix d’alliance précipitée. Qu’importe. Les fruits les plus mûrs n’ont même pas à être pris ; il tombent tout seul à qui sait se tenir au pied de l’arbre. Ses dizaines de navires avançaient à la force des esclaves des bancs inférieures, tandis que les milliers de soldats, de montures de guerre, piaffaient d’impatience dans les cales ou sur les ponts. Il avait eu Braavos, Pentos, Lys, tant de villes conquises… Westeros était plus vaste encore. Et recelait de nouveaux dangers, de quoi éprouver sa force et sa gloire. Demain, il prendrait pied à Lancehélion. Et la semaine prochaine, le mois suivant, l’année qui viendrait ? Les Dieux seuls le savaient. Ce qui était certain, c’est qu’il ne laisserait pas une cité, pas une ville, pas une chaumière, sans sa marque.

Il était le Tigre de Volantis, Diadoque de Valyria et Caesar d’Essos. Et il allait tous les tuer.
Le Cyvosse
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 10609
Membre du mois : 2109
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
 
Livre II, Intrigue N°1 - Ce Sont Toujours Les Pires Qui Survivent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les vrais mariages sont toujours insensés
» Ce sont toujours les cons qui l'emportent ; question de surnombre. (Sether)
» HEDWIGE BROWNS >> Ce sont toujours les cons qui l'emportent. Question de surnombre.
» "Tu sais que les bruits qui courent sur les gens sont pas toujours vrai."
» Ils sont fous ces japonais !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Chroniques de l'ère de luttes :: Le Grand Livre des Mestres :: Histoire & Intrigues-
Sauter vers: