AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Sam 6 Juin - 18:21

Le soleil se joue des perceptions. De la surface d'un lac, il fera un miroir de diamants. La chaleur étouffe et s'infiltre. Le silence n'est qu'un compagnon de plus au cœur des chants de la nature. L'azur parcourt les alentours et je souris lentement. Qu'importe en vérité, il sera bientôt temps d'oeuvrer, mais pour l'heure, il me vient des désirs de libertés. Déchirer les entraves de la pudeur pour se glisser sans honte aucune au cœur de l'onde fraîche. Se purifier de cette moiteur accablante qui semble n'avoir aucune fin. La nuit sera d'ici deux heures. Le temps est mien en attendant.

J'aime l'air sur ma peau nue au fur et à mesure que je me dévêts. Le vent se fait malice en glissant sensuellement sur chaque parcelle de soie, effaçant les traces de sueur et d'inconfort. Ma robe sombre tombe en corolle. Ma chemise suivra. Une à une les épingles libèrent de leur étreinte mes boucles sombres qui se répandent en vague soyeuses doucement malmenée par le vent. Je respire enfin. Ces carcans sont si étroits. Si versatiles.

La fraîcheur de l'eau m'embrase. Ses doigts liquides enferment ma chair et m'apporte un soulagement intense. Je ris. Au ciel et au silence avant de m'enfoncer avec un soupir au cœur de cette eau salvatrice. Sa caresse m’émus et apaise mon corps. C'est un lent massage d'une délicatesse sans nom. C'est une âme d'enfant qui s'éveille sous les rayons du Maître lorsque je jaillis. Un rire qui danse et s'évade, car il n'est nul plaisir que celui de la baignade par un temps si lourd. Peut être que l'orage grondera d'ici la nuit ou peut être pas, cela m'importait peu en vérité. Bientôt mes murmures se répandront comme une peste délicate et cotonneuse, mais pour l'heure. Il n'y a qu'un rire abstrait.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Sam 6 Juin - 20:01

Le soleil avait amorcé son déclin et ne tarderait pas à disparaître à l'horizon. La température demeurait agréable même si, pour une Dornien, il pouvait faire... frais. Goeville était une ville bouillonnante d'activités, des activités qui étaient naturellement en pleine expansion avec le Conclave et son lot de joutes, tournois, fêtes... Tous ces invités qui se trouvaient désœuvrés lors des heures creuses. Ici, Anders avait pu entendre bien des dialectes, croiser des représentants de tous les Royaumes. Mais quand il ne flânait pas, il découvrait les tavernes, les endroits un peu crapuleux. D'accord, il était un Martell maintenant. Mais il avait encore beaucoup de mauvaises habitudes du Sand. Bien qu'élevé avec son frère et ses sœurs, bien qu'eux n'aient jamais fait de différence, on s'était fait un malin plaisir durant son enfance et son adolescence de lui seriner qu'il n'était et ne serait jamais un prince. Cela avait développé chez Anders un sentiment ambivalent à ce sujet... Avide de reconnaissance, mais pourtant bien heureux de ne pas avoir autant de comptes à rendre que Roward. Il était plus libre.

Et il s'encanaillait bien plus facilement aussi.

Il avait pu fréquenté quelques princesses ces derniers jours. En général, cela se passait bien. Soit elles se fichaient qu'il soit illégitime, soit elles étaient assez polies pour ne pas le montrer. Cela l'amusait et il se montrait tantôt aussi poli et courtois que son frère, tantôt plus direct et voyou. Aujourd'hui, il laissait les princesses à son frère. Auraient-elles eu un panneau Défense de toucher, que cela aurait été la même chose. Elles étaient là pour se marier à des princes ou de riches seigneurs. Anders n'était ni l'un ni l'autre. Séduire ne le gênait pas, mais pas au risque d'un incident diplomatique... Même si certaines devaient être aussi vertueuses que sa sœur. Deria faisait bien ce qu'elle voulait avec qui elle voulait, mais il était certain que son époux n'aurait pas la chance de la déflorer.

Bien que parler de chance soit sans doute un bien grand mot.

Les vierges étaient mignonnes, mais ce n'étaient pas ses proies préférées. Et comme il ne cherchait délicieuse compagnie que pour satisfaire quelques envies bien masculines... La seule qu'il voulait vraiment été inaccessible... Alors autant passer sa frustrations auprès de dames moins farouches.

Mais ce soir, alors que la soleil disparaissait et qu'il quittait une demoiselle de petite vertu et incroyablement expérimentée et inventive, il quitta le tumulte de la ville pour un peu de calme. Il avait sans doute abusé de la boisson aujourd'hui. Il n'était pas ivre, il savait où il était et où il se rendait, mais cela le rendait anormalement mélancolique. En être réduit à étreindre d'autres femmes en pensant que c'était Arianne... pathétique. Et c'était salaud pour les autres. Enfin pas pour les catins qui s'en fichaient du moment qu'on payait.

Au hasard de ses déambulations, il avisa un lac. Mais il se figea en entendant un rire. Féminin. Curieux, il approcha sur la rive et vit alors une femme, qui offrait son corps, nu, à l'éclat de la lune et aux regards des étoiles. Anders avait eu l'intention de se rafraîchir le visage et les idées. Il avança doucement, quittant les fourrés pour s'accroupir au bord de l'eau, plongeant les mains dedans pour s'éclabousser le visage. Il n'aurait plus manqué qu'il passe pour un voyeur... Ce qui était un peu le cas. Ma foi. Que le plus gêné s'en aille. Les environs étaient déserts. La Dame bien imprudente. Elle aurait pu faire mauvaise rencontre... Immobile, il la contempla, prêt à affronter son regard, ses accusations, ses cris... ou son invitation. Un peu de piment, cela lui changerait les idées.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Sam 6 Juin - 20:27

Il possède des yeux fascinants. D'un noir profond. Une couleur sombre mais nuancée d'étrange reflet sous la lumière du ciel absent. Je penche un peu la tête, je souris, un rien amusée. La pudeur ne sera jamais l'apanage d'une Rouge. Que regarde qui veut, il n'y a pas de honte. Bien que la solitude soit savoureuse, le hasard en perce parfois le bouclier. La rive m'appelle et je ne cache rien en sortant de l'eau. Je ne peux refréner le plaisir encore présent en moi que cette danse avec l'eau m'a procuré. Une sensation adorable, adorant, précieuse.

Mes cheveux gouttent sur l'herbe de la berge. Je ne suis outrée, je ne suis insultée. Aucun cri, aucune malédiction. La scène m'amuse. Et le rire se fait maître de mes iris et mes lèvres s'incurvent de moquerie.

« Je vous remercie pour ce compliment. »

Il n'a dit mot. Il le sait. Mais ses yeux eux sont contemplatifs. Il me regarde. Je suis nue avec pour seule parure la brassard d'or et d'argent qui me fut offert. Le rubis renvoyant la lumière en y ajoutant sang et écarlate. Mes doigts empoignent ma chevelure et la tordent avec douceur avant de la laisser de nouveau vivre contre mon dos.

« Les festivités de la ville sont elles si ennuyeuses qu'un lac semble plus joyeux ? »

Il y a un rire qui danse dans ma voix. Ce pays recèlent de surprise. Certaines sans doute délicieuses, d'autres amères sans aucun doute. Pour l'heure, je n'ai encore goûté l'amer mais qui sait...Peut être m'attendait il quelque part. Mais je ne craignais rien. Son regard ne me gêne pas. Ma nudité ne m'effraie pas. Je ne suis pas une dame. Je ne suis pas une putain. Je suis bien autre chose que cela.

Et sans doute l'ignore-t-il.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Dim 7 Juin - 21:38

Elle le regarda soudain, s’apercevant de sa présence. Elle n'était pas très loin de la rive. Il pouvait apercevoir ses traits délicats sous la lumière déclinante. Le crépuscule était superbe. Peut-être était-ce à cause de ses couleurs pastels et feux que cette femme semblait irréelle. Envoûtante. Non. Elle l'était sans aucun artifice. Elle ne hurla pas. Ne chercha pas à cacher sa nudité. Elle avait le port d'une reine. La prestance. Et pourtant, il savait qu'elle n'était pas de famille royale. Il les côtoyait depuis plusieurs jours. Elle était intrigante. Et puisqu'elle ne semblait pas offusquée... La rencontre pouvait bien prendre un tour plus que charmant.

Elle sortit alors lentement de l'eau. S'il avait scruté son visage, il ne se gêna pas pour détailler le reste de cette merveilleuse anatomie offerte sans honte à sa vue. Il eut été dommage de la masquer d'ailleurs, cette femme n'avait à rougir de rien tant elle semblait sculpter dans le plus merveilleux marbre. Aucune imperfection. Il avait eu le nez creux de se rendre ici... Hasard ou destin ? Difficile à dire. Elle n'était parée que de sa chevelure brune et d'un bijou qui attirait immanquablement l’œil vers sa poitrine.

Elle fut la première à rompre le silence. Une voix grave pour une femme, un peu rauque. Qui fit naître des frissons le long de l'échine d'Anders. Et pas des frissons de peur, bien sûr. Il lui rendit son sourire, se redressant lentement pour exécuter une petite révérence. Désinvolte.

« Il n'est pas donné à tout le monde d'assister à pareil spectacle. Je n'osais rompre le charme de peur que vous disparaissiez. »

Vision rêvée. Mais non, la femme était bien réelle. Ce bijou intriguait le dornien. Pas à la portée de toutes les bourses. Une famille vassale ? Une marchande ? Voilà que cette journée morose trouvait soudainement un intérêt. Et Anders aimait les surprises et les rebondissements. Il la regarda essorer ses cheveux qui retrouvèrent la cambrure de ses reins rapidement. Il haussa les épaules à la question de la jeune femme.

« Disons qu'après plusieurs jours, elles perdent de leur attrait. J'ai ressenti le besoin d'un peu de calme. Mes pas m'ont guidé jusqu'à ce lac. Je me félicite d'avoir suivi mon envie. »

Elle devisait clairement, toujours nue et ne semblant pas pressée d'y remédier d'ailleurs. Il n'allait pas s'en plaindre, même si lui mettre sous le nez une pareille tentation était une forme subtile et consommée de torture. Il n'en fallait pas beaucoup pour réveiller le désir du dornien. Mais il n'était pas un cerf en rut, il savait un minimum se tenir. Et il avait dans l'idée que céder à de basses envies avec elle maintenant gâcherait le moment.

« Vous semblez vous aussi avoir eu besoin de fuir l'agitation. A moins que vous ne soyez point venue à Goeville pour assister aux festivités ? »

Peut-être n'était-elle pas intéressée par tout cela ou vivait-elle un peu en marge de la grosse ville. Il aimait l'idée qu'elle soit quelque chose d'un peu... mystique. C'était idiot, mais il pouvait bien se prendre à rêver.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Lun 8 Juin - 13:28

Un rire moqueur lui répond. Je m'amuse de ses mots, de la galanterie qu'ils laissent voir. Doux jeune homme qui s'éveille d'une femme perdue dans un lac. Je lui adresse un regard entendu et amusé. Je ne suis dupe. Je connais les travers de la séduction sous couvert de civilités. Mais qu'importe, moi seule déciderait toujours. Mes lèvres sourient avec un zeste de moquerie déposée sur la chair

« N'importe quel homme s'en féliciterait. »

Il est charmeur, il le sait. Il le peut. C'est un bel homme à la peau sombre. Son charme est subtil et son sourire éclatant. C'est une œuvre maîtresse née de la fascination. La jeunesse le tient encore entre ses bras langoureux. Désinvolture portée en paravent, il est amusant. Je penche doucement la tête, jugeant et jugeant, les iris bleues qui parent mon visage laisse paraître une flamme nuancée qui n'est ni amusement, ni moquerie. Elle est inqualifiable. Mon sourire s'accentue légèrement a ses questions. Il y a du vrai comme il y a du faux. Je glisse sur le sol avec légèreté, brisant les convenances d'un monde bien trop étriqué pour voir ce que je suis. Il n'y a qu'un souffle entre lui et moi, il n'y a qu'un murmure moqueur :

« Qui sait..Vos yeux adorables ne s’intéressent guère a mes songes.»

Un éclat de rire bref, me traversa avant que je ne me décide à faire volte face, a me saisir de ma chemise. La pudeur n'est à prendre en compte, mais lorsque la nuit tombe, qu'elle prive la terre du Maître, le froid se fait bien plus mordant. Combien l'éclat sombre brûlerait les glaciers du Nord.

« Ces festivités ne m'intriguent guère, me fasciner est délicat malheureusement. »

Découvrir forces et faiblesses. Les mots feutrés susurrés dans les ténèbres d'alcôves tendue de soie. Mais cela viendra en son temps. Pour l'heure, je ne suis qu'un regard qui surplombe, admire et scrute. Épie parfois lorsque je le désire.

Agiles, mes doigts nouent lâchement ma chevelure d'ébène, laissant les fibres de soie dessiner un sein avec désinvolture.

« D'ailleurs, vous en voici déjà lassé. Or, je déteste être lassée. »

Mais l'antre recèle de beaucoup de secrets qu'il me plaira de découvrir lentement, soulevant les voiles qui les cache. Ceci sera plaisant.

« Quel est votre nom ? »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Lun 8 Juin - 20:58

Hum, la dame ne semble guère sensible à la galanterie. Ou du moins s'en amuse-t-elle et la pointe-t-elle du doigt en se moquant. Bien. Anders le nota. Il était vrai que son compliment était une évidence. N'importe quel homme serait ravi de pouvoir voir cette femme nue. Cependant, il ne se départit pas de son sourire et répondit sur le même ton qu'elle, taquin :

« Certes, tout dépend de celle qui s'offre ainsi aux regards. Mais je ne doute pas de votre lucidité quant à votre beauté. »

Elle est désirable et elle le sait. De cela il ne doute pas. Comme il ne doute pas de son propre charme. Le fait même qu'elle soit si lente à se vêtir est une preuve que son rapport à la nudité n'est pas forcément celui des femmes qu'Anders peut fréquenter ces derniers jours. Et il n'y a pas non plus ce regard aguicheur l'appelant à se délester de sa bourse pour quelques minutes de plaisir. Elle se rapprocha de lui. Près, bien trop près. Il aurait pu saisir son visage et lui voler un baiser. Il aurait pu se saisir d'elle, la plaquer sur le sol et prendre ce qu'elle exhibait avec tant de sérénité. Tant de provocation. Il inspira légèrement alors qu'elle chuchotait... Et cela doucha quelque peu ses pensées.

« Mes yeux adorables... »

Il ne put s'empêcher de rire. Voilà bien un compliment qu'il n'avait jamais entendu ? Ou du moins, pas depuis qu'il était un homme. On pouvait lui faire bien des compliments sur son physique, mais adorable n'en faisait pas partie. Ne voyait-elle donc en lui qu'un jeune garçon bien sympathique mais qui ne l'attirait absolument pas... C'était dérangeant comme pensée quelque part. Il allait se faire un devoir d'y remédier dans ce cas. Il ne bougea pas quand la belle se saisit de ses vêtements et se couvrit enfin. Ah quel dommage. Il en aurait presque poussé un soupir de regret. Mais les nuits pouvaient être plus fraîches. Surtout en étant... humide.

« Je vois. Je trouve cela un peu dommage quelque part. »

Revenir de tout... Ne plus être capable de s'émerveiller, d'être intriguée ou fascinée. La vie devait être bien morne si elle était ainsi dépourvue de toutes ses couleurs, de tout ce qui permettait de la vivre intensément. Anders était du genre à se laisser aller à la passion et aux excès, quitte à se brûler les ailes. La prudence ne faisait pas partie de son vocabulaire.

« Pourtant, ce qui se joue à Goeville n'est ni plus ni moins que l'avenir de Westeros. Êtes-vous donc si détachée que cela ne vous concerne pas ? »

De ce conclave, la guerre ou la paix seraient décidés. Et la guerre semblait remporter un bien plus grand nombre de suffrages.

« Hum... Vous n'êtes que rarement fascinée ou intriguée, mais vous détestez être lassée. Vous semblez être une femme complexe, dont les désirs sont difficiles à satisfaire. »

Contradictoire quelque part... Non, pas contradictoire. Mais elle devait naviguer sur une frontière invisible.

« Serait-ce vous amener à me considérer de manière défavorable que de vous avouer trouver quelque chose de fascinant chez vous ? »

Il sourit, malicieux. Quand bien même il était sincère. Elle était mystérieuse. Et le mystère avait quelque chose d'attirant n'est-ce pas ?

« Hum, cela a-t-il de l'importance ? Mais si vous y tenez. Cela sera toujours préférable à l'inconnu aux yeux adorables. »

Il lui fit un salut pompeux, avec un grand sourire :

« Anders Martell belle inconnue du lac. Totalement charmé. »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mar 9 Juin - 8:07

Il ose ce que la jeunesse lui permet de faire. Il est plaisant et mon sourire s'anime. J'incline doucement le front. Remerciement muet ou confirmation de ce qu'il affirme. Je m'amuse un instant de l'éclat obscur que ses iris laisse paraître. En joue avec pour seule maîtresse mes propres envies. L'assurance est indomptable et affirmée, nullement cachée. Son rire me plaît.

Que voit il exactement ? Qu'imagine-t-il ? Il juge sur les mots, se qu'ils veulent dire mais pas vraiment le sens que je leur donne. Je ne suis pas amère de cette vie qu'est la mienne. Bien au contraire. Elle recèle d'instants encore bien savoureux.

« Ne soyez pas si hâtif. »

Juste un sourire en parure, car là n'est pas un reproche. Je vis depuis si longtemps sur des chemins délicats que les contours de mon âme apparaissent toujours avec la saveur de l'imprévisible. J’étonne par mon indifférence affichée, mais ce n'est pourtant pas tout à fait le cas.

« Ce qui se joue ici n'est qu'un éternel recommencement. Il y aura toujours l'Ambitieux emplit d'audace et d'avidité. Il y aura toujours un Vertueux pour s'élever devant lui. Parfois les deux se confondent. Ce qui se joue ici s'est déjà produit mainte et mainte fois. Cela se jouera encore. »

Là n'est que la volonté des cieux. Le jeu universel et échappant toujours aux mortels qui se joue entre les divins. Après tout, nous ne sommes que des pions entre leur volonté. Ah nous de seulement savoir être autre chose. Puis, une étincelle s'anime au coeur de mes iris. Comme une lumière sombre et vorace qui se matine d'amusement dissimulé.

« Vraiment ? Alors sans doute est ce pour cela que je vis chacun de ses précieux désirs avec une passion unique et une avidité sans pareille. »

Et c'était le cas. Je m'appropriais ce que je désirais. Egoïste ? Peut être bien. Mais je n'en avais cure. Et il provoqua de nouveau mon rire. Léger, aérien.

« Pourquoi donc le ferais je ? Ce serait hypocrite de renier un compliment sincère.»

Etrange homme qui navigue entre la désinvolture et l'arrogance. C'est un mélange que j'aime. Je plisse les paupières et ma bouche s'incurve avec une moquerie teintée de surprise. R'hllor s'amuse-t-il de son enfant ? M'offrant avec générosité l'un de ses tours qui, Il le sait, me ravis.

"Dorne la Rayonnante dévoile ses secrets avec la prudence d'une amante jalouse..."

Un murmure amusé dont il ne pourra comprendre le sens. Du moins pas encore.

"Je comprends mieux pourquoi votre regard me paraissait familier. Bien que le sommeil l'enlaçait encore lorsque j'ai croisé son jumeau la première fois. Voici un étrange tour du destin qui n'est pas pour le déplaire. Dorne aura toujours un éclat précieux pour celle que je suis."

Parce qu'il y régnait encore les vestiges d'une bâtisse onirique qui renaitra de mes mains et de mes murmures.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mer 10 Juin - 10:40

Il se fendit d'un sourire quand la belle lui rétorqua qu'il ne devait pas tirer de conclusions trop vite. C'était un défaut, et il le savait. Cherchait-il à le corriger ? Pas le moins du monde.

« Pardonnez ma Dame, voilà là un défaut dont il n'est pas aisé de se débarrasser. »

Un défaut qu'il partageait avec son frère d'ailleurs. Bien que Roward prenait sans doute un peu plus garde à ses paroles et son jugement étant donné qu'il était prince et que ses actions portaient davantage à conséquence. Anders se demandait d'où provenait la belle et ce qu'elle faisait ici. Les festivités ne semblaient pas l'intéresser, pas davantage que le conclave et les décisions qui allaient être prises et qui risquaient d'embraser tout Westeros. Ce n'était pas quelqu'un du bas peuple, il en était persuadé. Elle s'exprimait avec trop d'aisance et de mystère et semblait pleine d'esprit.

« Parfois, cela ne se produit pas en une vie d'homme et certaines générations se voient épargnées. »

Ce n'était pas là discours de couard qui craignait la guerre, loin de là. Anders avait le sang chaud et bouillonnant, brûlait de faire ses preuves et s'il se complaisait dans le luxe du palais de Lancehélion, jouissant des privilèges qu'on lui avait gracieusement accordé, il avait aussi apprit l'art de la guerre et brûlait de gagner en expérience lors de combats plus glorieux que quelques escarmouches. Néanmoins, il savait aussi que ses sœurs ne partageaient pas ce point de vue et que Deria voulait simplement protéger Dorne et lui offrir la prospérité. Une prospérité qui serait mise à mal avec une guerre, surtout s'ils se trouvaient dans le mauvais camp. Mais l'inconnue avait raison. Ce n'était là qu'un éternel recommencement car les aspirations des hommes étaient immuables.

L'inconnue s'entourait de mystère et en jouait aisément. Elle semblait difficile à cerner et quand il résuma ce qu'il savait déjà d'elle, elle se plut à ajouter qu'elle vivait de ce fait chaque désir avec passion et avidité... Et naturellement, cela ne put que faire chauffer le sang du Dornien qui imaginait déjà sans peine la belle en plein ébat, laissant la bride lâche à sa passion justement.

« Voilà sans doute la meilleure façon de traverser cette vie. »

Le faire intensément. Il s'était sans doute trompé à son sujet. Difficile à fasciner, mais sûrement pas froide et blasée. Captivante. Il lui avoua la trouver fascinante, alors même qu'elle avait avoué difficilement ressentir ce sentiment. Mais elle ne refusa pas le compliment, offert en toute honnêteté.

« Certes, mais je craignais que vous me trouviez bien naïf d'être captivé par votre personne si facilement. »

Toujours ce sourire en apanage. Un sourire qui pouvait fleurir en un instant et disparaître tout aussi rapidement sous la vexation ou la colère. La dame lui demanda son nom et il le lui offrit de bonne grâce, non sans s'en amuser un peu. Ce nom provoqua un léger sourire chez la jeune femme, un sourire qu'il ne sut interpréter. Son commentaire mystérieux ne l'éclaira pas davantage... Jusqu'à ce qu'elle ne laisse entendre avoir déjà croisé ce regard auparavant. Il fronça les sourcils. Son jumeau ? Si elle avait parlé d'une précédente rencontre entre Anders et elle, elle n'aurait pas parlé ainsi. Il resta muet un instant, avant de comprendre.

« Roward. Vous avez déjà croisé mon frère. »

Il s'approcha de la jeune femme. Oui, le destin était parfois bien joueur alors que la belle rencontrait les deux frères séparément. Sa main vola vers le bijou de l'inconnue, pour l'observer plus attentivement.

« Celle que vous êtes ? »

Voilà encore un mystère.

« Voilà un bijou peu commun. Je n'en ai vu de semblable qu'une seule fois, il y a quelques jours, lors du bal d'ouverture, au bras d'une cavalière flamboyante. »

Déguisée en prêtresse rouge. Au regard bleu de toute beauté. Fort semblable au sien. Il était presque certain que c'était elle.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mer 10 Juin - 16:20

« Alors pour tenter d'essayer n'est ce pas ? »

Bien que là ne soit pas mon intention. Du moins, n'y voyais je aucun intérêt immédiat. Je ne joue d'effort que lorsque je sais, mais qu'importe, il n'est pas temps de jeux divins. Il n'est un instant qui connaîtra une fin. Il suffit juste d'en décidé la mort. Mon sourire s'accentue.

« Ce ne sera pas le cas de ce temps. »

Parce qu'il y a déjà des rugissements au loin comme des rumeurs qui s'ébattent dans le silence. Une ombre qui s'avance sans que personne ne la voit. C'est étrange. On la sent. Courir sur nos peaux. Sur notre âme. Mais on ne la voit. Seulement si l'on sait regarder. La complicité s'invite lentement dans mes iris. Oui, je désire toujours avec intensité. Tout comme je peux aimer avec violence et haïr avec voracité. Pourtant, je ne suis pas l'injure ou la brutalité gratuite. Je suis la patience venimeuse et bien plus encore.

« La plus savoureuse dans tous les cas. »

Et la plus mortelle aussi. Il s'abreuve a ce que je suis sans même le savoir. La fascination est une arme lorsqu'elle est maniée avec dévotion. Peut être la portais je à jamais sans même en avoir conscience. Ou peut être en avais je que trop conscience. Qui sait réellement ce qui erre derrière l'éclat parfois savoureux de mes iris. Qui sauf celui qui m'a fait naître.

« Pourtant la naïveté est une rareté précieuse. Une faiblesse intense mais aussi son contraire. »

Mais je ne voyais pas un enfant naïf lorsque je posais mes yeux sur lui. Il n'y avait pas d'enfant marchant sur cette terre. Je chasse ses pensées bien trop sombres pour cette nuit qui elle, se pare d'étrangeté et de cadeau. Le sourire se fait plus joueur alors qu'il se souvient qu'il a un frère. Prince alors qu'il n'est que bâtard. Bien étrange rencontre si il en est. Mais j'aime parfois les détours du hasard. Cela me plaît de m'y laisser parfois porter.

« C'est exact, je ne me pardonne d'ailleurs pas d'avoir écouté sa nuit. »

Mais le rire qui nage entre les éclats de ma voix résonne avec un amusement certain. Je n'ai rien à faire pardonner. Je le regarde s'approcher. Sans reculer, sa question ne trouvera de réponse que dans un sourire amusé. Ah...Il n'est pas encore temps, mais je devine l'intelligence dans son regard. Peut être n'aurais je nul besoin de mot. Je le laisse effleurer le rubis de sang, regardant nul autre chose que les traits de son visage.

« J'ai toujours aimé la danse... »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Dim 14 Juin - 16:50

« J'ai dit qu'il n'était pas aisé de s'en débarrasser, pas que je n'y travaillais pas ma Dame... Même s'il faut bien quelques défauts pour contrebalancer les qualités... Tout est question d'équilibre. »

Il avait rétorqué avec un air amusé. Oh il ne travaillait pas de façon acharnée à corriger ses défauts, mais il apprenait à ne pas totalement se laisser aller à ses mauvais penchants, pour le bien des siens et de Dorne. Il ne pouvait pas se conduire comme un taureau qui charge dés qu'on agite un bout de tissu devant son nez. On pouvait dire que son jeune âge était une excuse, mais cela aurait été de mauvaise foi. Oui, il tirait des conclusions trop vite, oui, il avait tendance à enfoncer tête baissée les portes ouvertes.

Alors qu'ils parlaient des festivités et de ce qu'il se jouait à Goeville, la jeune femme fit remarquer qu'il n'y avait là rien de nouveau. C'était un éternel recommencement. La paix succédait à la guerre et la guerre à la paix. Anders nuança cependant, bien qu'il soit d'accord. Parfois, on pouvait passer toute une vie sous une ère de paix. Parfois ne connaître que la guerre. Mais son interlocutrice semblait penser que le conflit était inévitable, ce qu'il releva :

« Vous semblez certaine que la guerre ne sera pas évitée. »

Elle avait parlé avec affirmation. Lui aussi. Ce n'était pas une question, et finalement, il partageait la certitude de la naïade. Naïade qui semblait aimer s'entourer de mystère, distillant les informations la concernant avec parcimonie et non sans quelques contradictions qui ne manquèrent pas d’interpeller le bâtard de Dorne. Elle semblait embrasser une certaine philosophie de la vie qui plaisait bien au jeune homme. Il le lui indiqua et elle confirma. Ce qui amena une réflexion amusée au jeune homme :

« Selon votre avis. Qui n'est pas vérité, si ? »

Mais elle semblait pourtant parler comme si tout ce qu'elle proférait était vérité absolue. Sans qu'il ne voit là dedans d'arrogance. Juste de la sérénité et une forme de sagesse. Ou de folie. La frontière entre les deux était mince. Il se permit de lui faire part de la fascination qu'elle exerçait sur lui et elle se montra indulgente face à cette naïveté, qu'elle vanta pourtant comme qualité et force, aussi bien que faiblesse et défaut.

« Malheureusement, je crains que cela soit davantage un handicap qu'un atout au vu de ce qui nous attend. »

Et au vu de son rang... un peu étrange, mais en étant si proche du trône de Dorne, il ne pouvait se montrer naïf et faire confiance à n'importe qui. Trop dangereux de s'engouffrer là dans une brèche. Il comprit que la belle avait déjà rencontré Roward auparavant, amusé par ce tour du destin et se demandant comment cela avait pu finir. Il connaissait son frère, jamais indifférent devant une femme et surtout pas quand elle était parée d'un tel charme. Et à sa réponse, il éclata de rire, imaginant son frère, encore ensommeillé avec la belle. Cela pouvait aussi indiquer qu'ils avaient passé quelques heures ensemble. D'une façon... intime.

« Ne concevez nul remord à ce sujet, quoiqu'il se soit passé entre vous, je suis certain que mon frère n'aura pas vu une perte de temps à côtoyer une femme comme vous. »

Il remarqua alors le bijou de cette femme, déjà vu lors du bal. Elle ne le détrompa pas en affirmant aimer la danse.

« Vraiment ? »

Nouveau sourire taquin, alors qu'il lui tendait la main, l'invitant ainsi.

« Me permettrez-vous de vous accompagner ce soir ? »


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Dim 14 Juin - 21:41

Le sourire s'affine.

«  Voilà un esprit sage sous couvert d'un sourire désinvolte. »

Il peut s'amuser de mes mots, je le tolère. Il cherche l'impression gravée et il a deviné que je ne suis un tableau désuet. Il sait qu'il lui faudra plus que son sourire pour imprimer durablement ma mémoire. Il le sait ou il le devine inconsciemment. Qu'importe, cela n'a pas d'incidence. J'ai versé sur cet instant un rien de hasard et je me complets dans le verbe qu'il m'oppose. Je lève le menton, une souveraineté qu'il ne peut ignorer.

« Je ne semble pas. »

parce qu'elle marche déjà sur ce monde. Sur ces terres. Elle a déjà fait couler le sang. Mais cela est si furtif, si fin...Mais les mots voltent avec leur propre maitre et celui ci se découvre farceur né. Il provoque mon rire comme mes contraires. C'est délicieusement intriguant. Il est délicieusement intriguant. Un enfant au premier abord. Un homme lorsqu'on ne le peut deviner. Un sage lorsque rien ne le susurre. Il est tellement de nuance.

«Douteriez vous ? »

L'iris scintille dans la noirceur de la scène. Un bleu assombrit de la présence lunaire. Mais le destin décide de lever d'autres voiles. Bien plus précis, bien plus savoureux. Ainsi Dorne se lie à moi, tout comme mon cœur se fend de sa beauté. Cela est étrange mais je n'y peux rien. Je me laisse porter par l'instant.

« De quoi êtes vous certain, Lord Martell ? »

Mutine, je le pousse dans ses pensées. Je m'amuse de l'image que je renvoie. Je me gausse de ce que l'on pense. Mais sa patrie aura toujours un goût particulier pour moi. Ainsi est ce le pourquoi de ma tolérance lorsque je le regarde. Il est souple et assuré alors qu'il me tend la main. Je ris doucement...Essos viendra à lui sous la forme d'un pas ou deux qui colleront les corps. Le regard frondeur et assurée d'une femme dans celui plus surpris d'un homme.

« Je vous le permets... »

Juste un murmure alors que je dépose cette main donnée sur ma hanche. Comme une caresse dont j'accepte la légèreté.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Jeu 25 Juin - 19:41

Il ne put s'empêcher de laisser un rire grave et juvénile malgré tout s'envoler vers le ciel alors qu'elle lui répondait qu'il avait un esprit sage sous couvert de désinvolture. S'il y avait bien une qualificatif qu'on ne pouvait lui attribuer, c'était bien la sagesse. Si ses sœurs, ou même son frère, pouvaient assister à cet échange, ils seraient tout aussi hilares. Anders n'était pas quelqu'un de sage ou d'avisé. Il n'était pas stupide, il était bien entendu capable de réfléchir, de comprendre les enjeux, il avait ses propres opinions, mais il parlait souvent trop vite, quitte à réfléchir après. Quand c'était trop tard. L’impulsivité se mêlait difficilement à la sagesse.

« Ah ma Dame, rien que pour ces paroles, je ne peux qu'être heureux de vous avoir découverte ce soir, je gage ne pas entendre quelqu'un me qualifier de sage avant très longtemps. Voire jamais. »

Il conservait son ton léger alors que son regard frisait de malice. Le compliment était bon à prendre bien qu'erroné. A moins que l'inconnue ne devine ce qui pouvait couver chez le jeune bâtard encore trop immature par bien des aspects et habitué à sa propre réputation, prisonnier d'elle. On le prenait souvent à la légère. Il avait été un enfant humilié par les autres, de par sa naissance honteuse, jalousé par son statut privilégié, recevant presque la même éducation que le prince et la princesse. Il avait bataillé durement pour se faire une place. Au sens propre comme au figuré. Sa désinvolture le rendait plus... inoffensif. Ce qui ne l'empêchait pas de nourrir l'ambition d'être connu et reconnu et pas juste comme le frère bâtard insignifiant et volage. Un paravent pour masquer ce qu'il était.

Et cette femme... Elle semblait plus sage, plus intouchable, comme détenant certaines vérités qui échappaient au commun des mortels. Elle n'avait absolument rien de banal. C'était le genre de femme qui se remarquait dans une assemblée pleine à craquer, mêmes des plus grandes beautés de Westeros. Elle était magnétique. Ce qu'elle dégageait était presque écrasant et intimidant. Mais le jeune homme n'était pas du genre à se laisser intimidé, cela tombait bien. Ce qu'il craignait, il l'affrontait. Elle était certaine que guerre il y aurait. Une conviction absolue. Comme si elle avait entrevu l'avenir. Anders avait la même conviction, mais ne se montrait pas aussi catégorique. Ce n'étaient que des convictions personnelles. Pas la vérité. Et pourtant, pour elle... C'était un fait établi.

« Non. Mais il demeure toujours une lueur d'incertitude, à moins de connaître l'avenir, évidemment. »

La vie était ainsi faite qu'il existait bien trop de possibilités, de rencontres, pour que rien ne puisse changer. Il suffisait parfois d'un grain de sable. De quelque chose d'inattendu pour enrayer la marche du destin. Elle lui prêta la naïveté en trait de caractère, rare et précieux, il lui répondit que ce n'était sans doute pas une qualité utile avec les temps sombres qui s'annonçaient. A sa question, il sourit :

« De rien ou presque. Je conçois difficilement que l'on puisse être pétri de certitudes quand tout autour de nous est si changeant et imprévisible. »

Cette rencontre était-elle le fruit du hasard ou du destin ? Difficile à dire, mais elle semblait destinée à se rapprocher de Dorne après avoir déjà rencontré le prince. Il lui proposa alors un peu de légèreté alors qu'il l'invitait à danser. Loin d'être farouche, la sylphide se colla à lui, imprimant ses formes féminines sur son corps viril et réveillant quelques instincts momentanément apaisés quelques heures plus tôt par quelques catins bien payées. Elle posa sa main calleuse sur sa hanche. Lui donnant l'impression de se brûler la paume.

« Pourquoi ai-je l'impression d'être privilégié et d'avoir le droit à un grand honneur ? Et de ne pourtant pas en être tout à fait digne ? De poser les mains sur quelque chose n'appartenant pas tout à fait à ce monde ? »

Cela pouvait passer pour une avalanche de compliments, comme son frère en avait le don. Et pourtant, c'était réellement le sentiment qui le gagnait à cet instant précis. Elle l'impressionnait, le fascinait et pourtant, il ne recula pas, enhardi, alors qu'il s'emparait de la main de la jeune femme, esquissant quelques pas de danse avant de la faire tournoyer avec un grand sourire, comme s'il volait un peu d'insouciance au temps par cette nuit étoilée.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Ven 26 Juin - 12:10

La langueur s'invite un instant dans mes iris. Mes cils s'ébattent comme un souffle :

« Peut être qu'ils ne voient ce que je vois. »

Cela était une certitude. Nul ne voyait tel que je le faisais. C'était une force enrobée de douceur. Trompeuse iréalité dans laquelle je ne me perd jamais. L'homme ne se plaît qu'a voir ce qui l'intrigue ou ce qu'on lui présente. Faiblesse qui me sert le plus souvent. Je peux être ce qu'il désire que je sois. Je peux être ce qu'il haïra le plus. Je peux devenir ce qu'il aimera. Mais pour l'heure, je ne me parerais pas de masques. Acceptant un hasard qui s'amuse de ses enfants avec désinvolture. Juste errer sur l'instant présent sans songer encore à demain. Envie légère et désir soupirant.

Je souris avec quelque chose d'étrange lorsqu'il me parle d'avenir. Ce don qui m'a été offert. Nul ne le soupçonne, nul n'y croit. L'hérésie de ses terres est sans précédent. Je suis prisée d'Essos, ignorée de Westeros. Une ombre qu'il me plaît d'être pour l'instant. Il sera bien assez temps d'enlacer l'idiotie du divin. Autant de murmure qui embrasseront comme le font mes bras lorsqu'il m'invite. Mes pas sont légers. Sa poigne délicate. Et la volte verra mon rire s'embraser devant ce qu'il énonce aussi naïvement. Rire qui deviendra soupir alors que la danse rapproche ses ouailles. L'azur de mes prunelles se noit lentement de reflets idéaux, arrogance amusée lorsque je me saisis de sa main. Langueur avouée lorsque je la dépose doucement sur un sein.

« Pourquoi ? Je ne suis que sang et chair... »

C'est un souffle qui porte ces mots avec majesté. Caresse onirique presque devenue réelle. Le rire s'imprime sur mes lèvres, voile délicat et difficilement perceptible. Suis je amusée ? Suis je séduire ou charmée ? Peut être un peu de tout cela. Ma faiblesse en arme dévastatrices dans les profondeurs d'ébène de ses yeux. Il sera aimé en roi si il n'y prend garde. L'espace d'un battement de cœur.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mar 30 Juin - 16:46

« Sans doute même, mais seriez-vos clairvoyante pour voir ce qui est invisible et caché ma Dame ? »

Il avait posé la question en plaisantant, et pourtant l'idée n'était pas totalement idiote tant elle dégageait une aura de mystère et de mysticisme. Cela dit, si elle était clairvoyante, il se demandait tout de même si son don n'était pas un peu détraqué pour voir de la sagesse en lui. Il était capable de réflexion, bien sûr, il avait reçu une bonne éducation et avait apprit à réfléchir et à analyser, même s'il prenait rarement le temps de le faire, préférant foncer. Que cela lui avait valu nombre de remontrances de la part des Mestres d'ailleurs ! Ou de ses professeurs. Même quand il se battait, Anders avait la fâcheuse manie de se laisser guider par ses émotions. Il suffisait de le mettre en rage pour le voir se battre avec passion et déraison. Il était intuitif, rapide et souple, c'était ce qui le sauvait la plupart du temps, mais il manquait souvent de recul et se faisait souvent avoir par ses instructeurs ainsi. Il essayait de se corriger, mais c'était difficile.

Et une fois encore, il se demanda qui elle était et si elle n'avait pas quelques pouvoirs en parlant avec autant d'assurance de l'avenir, faisant la réflexion qu'on ne pouvait être certain de rien à moins d'être capable d'entrevoir le futur. Cela la fit sourire, sans qu'elle ne réponde, mais avec un air éthéré qui donnait l'étrange impression à Anders de toucher du bout de doigt une vérité. Il l'invita pourtant à danser, avec l'insouciance d'un enfant qui se moque des conséquences. Elle avait quelque chose de sacré, ce qu'il lui confia en la faisant danser et tourner entre ses bras, mais qui contrastait avec sa façon de la toucher. Comme une façon de provoquer, de tester les limites. Il avait un petit côté irrévérencieux et si réellement, elle était mystique, il aimait l'idée de pouvoir la toucher et être profane.

Si le rire la prit quand elle tourna, le faisant sourire avec bonne humeur, son sourire disparut, quand elle s'empara de sa main, la posant sur son sein... Qui se marqua au fer rouge dans sa paume. Sa chemise était humide d'avoir épongé le corps encore mouillé, si bien qu'il avait une conscience très aiguë de ce morceau de chair au creux de sa paume. Comme il avait conscience de la pointe durcie de ce sein. Il avala sa salive, troublé, alors qu'elle lui rétorquait avec langueur qu'elle n'était que sang et chair. Son regard s'assombrit davantage encore si c'était possible sous l'effet d'un désir violent qui lui fouilla les reins.

« Vraiment ? Je crois qu'il me faudrait vérifier pour en être totalement convaincu. »

Il écarta doucement l'encolure de la chemise de l'inconnue et se permit de poser ses lèvres sur la chair tendre et frémissante de sa gorge, descendant lentement jusqu'à la clavicule. Il releva légèrement la tête, soufflant contre son oreille :

« Si le magnifique inconnue du lac est un surnom qui vous sied à merveille, n'auriez-vous pas un patronyme plus commode à me livrer ? »

Il s'écarta de nouveau, la regardant dans les yeux, avant que ses yeux ne glissent vers cette bouche dont s'échappaient quantités de paroles mystérieuses. Il ne réfléchit plus, s'emparant avec ardeur de ces lèvres invitantes, tandis que ses mains encadraient le visage de l'inconnue pour glisser dans son dos et l'enlacer, la pressant contre son corps, lui laissant deviner la force du désir qui s'éveillait en lui.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mar 30 Juin - 18:20

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mar 7 Juil - 10:38

Il ne pouvait pas dire qu'il était en manque pour devoir assouvir un besoin naturel avec cette femme. Il s'était retrouvé en galante compagnie quelques heures plus tôt et aurait donc du être repus. Mais comment rester de marbre quand une femme de cette beauté et de ce charme venait à vous et vous envoyait des signaux aussi clairs et limpides ? Il avait naturellement noté sa beauté en la voyant ainsi nue. Il avait été fasciné en la regardant sortir de l'eau, lentement, lui exposant sa glorieuse nudité dans toute sa splendeur et sans honte aucune. Il ne s'était pas gêné pour profiter du spectacle. Qu'il passe pour un voyeur pervers ne le dérangeait pas. Si la dame avait été outrée, il se serait comporté autrement. Mais là... Et que dire de sa façon de se coller à lui, de son léger badinage ? Le bâtard était suffisamment habitué à la compagnie féminine pour savoir interpréter ce genre d'invitation. Peut-être ne la reverrait-il jamais. Peut-être que si, à Dorne, puisqu'elle y avait croisé Roward. Il n'était pas du genre à se poser beaucoup de questions et à réfléchir aux conséquences de ses actes pour l'avenir. Il prenait les choses comme elles venaient et voilà tout. C'était bien là un défaut qu'on lui avait maintes fois reproché. Entre autres.



I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mer 8 Juil - 16:30

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Ven 10 Juil - 16:23



I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Sam 11 Juil - 16:54

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Ven 24 Juil - 20:56



La belle s'extirpa de leur étreinte et il la laissa faire, la regardant d'un air curieux. Allait-elle simplement se rhabiller et s'en aller, comme si de rien n'était, conférant davantage encore à ce moment une aura de rêve ? Pourtant, les doigts d'Arya se perdirent un instant dans les cheveux sombres du Dornien alors qu'elle laissait échapper quelques paroles énigmatiques.

« Cela signifie donc qu'il y aura d'autres rencontres pour que tu y veilles... »

Il se demandait de quelle lueur elle parlait. Qu'est-ce qui lui plaisait tant chez lui qu'elle soit contrariée que cela change ? Sa fougue ? Son insolence ? Sa façon de vivre ? Peut-être un mélange de tout cela et bien que curieux de savoir exactement de quoi elle parlait, il ne posa pas la question. Elle s'échappa alors et il la regarda se mouvoir, nue, dans la nuit. Spectre diaphane qui trouait les ténèbres, qui semblait attirer les attentions exclusives de la lune.  Elle était magnifique, magnétique et il se sentait comme aimanté par cette beauté mystérieuse.

Elle lui lança alors un regard adorable, lui demandant de la rejoindre. Il se fendit d'un sourire ravi, se levant souplement pour aller rejoindre la sylphide dans le lac, frissonnant agréablement de la fraîcheur de l'eau et se rapprochant d'Arya jusqu'à se glisser dans son dos et l'entourer de ses bras.

« Me diras-tu qui tu es ? »

Pas une simple servante. Pas une noble non plus. Il ne savait pas. Il n'avait pas vraiment demandé. Il aurait pu se contenter d'un simple nom. Il aurait pu. Mais elle l'intriguait bien trop. Libre à elle de dévoiler ses secrets ou de les taire et de ne lui accorder comme confiance que la chaleur douce et accueillante de son corps.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 


Dernière édition par Anders Martell le Jeu 30 Juil - 13:42, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mer 29 Juil - 15:37

La bouche se fend doucement, laissant entrevoir le nacre qui y niche. Ah belles paroles, vérité ou mensonge. Il ne peut le savoir. J'erre sur des chemins que moi seule distingue. L’azur se pare d'un rire silencieux. Mon index s'imprime sur la ligne de sa lèvre.

« Le voudrais tu ? »

Je ris doucement. Je lui échappe. Avec la grâce divine qui m'a été donnée. L'onde est fraîche. Elle apaise les chairs délicieusement heurtées. La peau frémit avec délectation. L'invitation se perd d'une voix amusée. Je laisse ses bras s'éprendre de ma taille. Mon dos épouser son torse. J'aime la force qui dort en lui. Comme sa fougue. J'aime ce qu'il m'a offert et sa question dessine un sourire étrange sur mes lèvres. Je volte entre ses paumes, déposant mes mains sur sa poitrine nue. Ma joue se dépose avec douceur sur l'écrin de son cœur. Il bat avec justesse, juvénile et fort. J'apparais comme une sculpture d'ivoire enserrée par l'ébène. Mes iris se perdent dans les reflets scintillant du lac. De la lune qui s'y contemple avec adoration.

« Je suis beaucoup de chose mais rien auquel tu penses. Que désires tu savoir réellement ? »

Il m'appartient de lui faire don de mes songes ou de jouer de ses pensées. Qu'importe ce que je choisirais, il n'aura le choix que d'accepter. Doux amant d'un présent éphémère qu'il me plaira de regarder lorsque l'envie m'en prendra. Enfant d'une terre qui m'est tendre. Berceau décidé de ce que je serais bientôt lorsque tous mes désirs seront vérité. Une âme intrigante qui m'attire. Je croiserais ses pas à nouveau, je le sais. Ce qu'il adviendra demeure domaine du Radieux.

« Ces mots que tu ne prononce pas, quels sont ils ? »

Mes paupières se ferment à demi, une féline qui repose doucement contre la chaleur d'un rocher. Et sans doute est ce que je suis. Je frissonne doucement. Patiente comme je le suis toujours. Curieuse des mots qu'il me dira. Me surprendra-t-il ? Sans aucun doute. Il demeure en lui quelque chose d'indomptable que j'espère sans chaîne à jamais. Une illusion tant le monde broie ses êtres, mais qu'importe, pourquoi ne pas croire un instant ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Jeu 30 Juil - 13:59

    « Cela ne me déplairait pas. »

    Il y avait une certaine légèreté entre eux maintenant. Aussi mystérieuse soit-elle, elle était faite de chair et de sang, elle avait gémi sous ses caresses. Aucun des deux n'avait d'intérêt à vouloir séduire l'autre, sinon pour le plaisir de jeux amoureux. Il ignorait toujours qui elle était, n'ayant qu'un nom d'elle. Si elle disparaissait, il n'aurait aucun moyen de la retrouver. C'était un risque qu'il avait en tête et qu'il était prêt à prendre. C'était là le jeu des étreintes volées et éphémères. Néanmoins, il ne serait pas contre l'idée de la revoir, de jouir une nouvelle fois de sa compagnie. Mais ce serait au bon vouloir de la belle, qui, elle, saurait où le trouver. Il n'avait pas fait mystère de son identité. Facile de retrouver le bâtard Martell à Dorne. Il lui laissait ce pouvoir. Tout en espérant bien avoir fait suffisamment impression auprès de la belle pour lui donner envie de faire un crochet par Dorne à l'occasion.

    Il l'observa retourner dans l'ondée d'où il l'avait délogé. Il se serait presque attendu à la voir disparaître dans les eaux pour ne plus en reparaître. Mais c'était là son imagination trop fertile qui se mettait en branle. Il avait toujours été un petit garçon particulièrement inventif. Et adulte, son esprit vagabondait toujours autant. Il savait juste discerner les songes de la réalité désormais. Il ne se fit pas prier pour la rejoindre, l'enlaçant étroitement, l'empêchant ainsi de s'évaporer, la sentant délicieusement délicate entre ses bras, fasciné par le contraste qu'offraient leurs peaux si proches. Il se permit alors de lui demander qui elle était. Et la belle fit volte face entre ses bras, ses paumes à plat sur le torse de son compagnon nocturne, son visage proche de son cœur qui battait régulièrement.

    Il ne fut pas surpris de sa réponse emplie de mystères. Il avait l'impression qu'il lui fallait poser les bonnes questions et choisir soigneusement ses mots au risque de passer à côté de ce qu'il désirait savoir. Rien auquel il pense... Intrigant.

    « J'ai pensé à beaucoup de choses te concernant... Si tu n'es rien de cela alors je me demande ce que tu es. Ni reine, ni princesse, ni noble, ni marchande, ni servante, ni paysanne... Étrangère au Val, sans aucun doute. »

    Il était plus simple de faire la liste de ce qu'elle n'était pas. Rien de banal ou de commun en tous les cas. Il ajouta avec une touche d'humour :

    « Et je doute que tu sois une Septa... Cela ne colle pas. »

    Pourtant, il n'était pas si loin de la vérité. Juste qu'il ignorait qu'elle était d'Essos et que son dieu n'était pas celui du Dornien.

    « Et ce bijou... Je n'en ai jamais vu de tel. Que signifie-t-il ? »

    Quelque chose lui échappait. Il ne poussait pas son raisonnement jusqu'au bout. Parce qu'il était loin de deviner qu'il avait étreint une prêtresse d'un ancien dieu, banni de Westeros, oublié... Quand des vestiges trônaient encore à Dorne.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Mar 11 Aoû - 10:33

Une Septa.

Un rire délicat s'écoule doucement dans le silence de la nuit. Non je ne suis ces vierges frigides. Je ne suis l'esclave d'un culte imbécile. Il serait aisé de l'abreuver de colère pour cette pensée impie. Mais je pardonne l'ignorance. Il ne peut en être autrement lorsque l'onde nous entoure de sa fraîcheur savoureuse. Le carmin de ma bouche effleure sa peau de miel. La couleur d'une aube contre la pâleur de ma peau. Mon regard se baisse lentement et accroche l'éclat rouge de mon bijou. L'azur de mes yeux s'adoucit lentement, comme une vague de soie s'étalant sur la dureté d'une roche de marbre.

« Ceci est beaucoup de choses...Le signe de mon rang, un cadeau précieux, un réceptacle aussi. »

Je lève la tête. Mes lèvres laissent éclore un sourire amusé et aussi délicat que les entrelacs d'argent qui ornent mon bras.

« L'essence même de ce que je suis et effectivement, je ne suis pas de cette terre. Le berceau de ma naissance se trouve par delà le Detroit. »

C'est un soupir fragile qui ce meurt derrière mes mots. Mes doigts remontent, s'enivrent un instant de la soie de ses cheveux, s'y mêlant avec légèreté.

« Crainte et respectée par delà les mers, ignorée ici. Mais cela n'est pas grave, j'aime à tracer mes propres chemins. »

Le sourire se teinte doucement d'une voracité rêveuse. Oui, mes rêves s'étendront car il ne peut en être qu'ainsi. Les âmes que je croise sont d'autant de marche qui mène à mon but. Futiles rencontres ou non. Instant éphémère ou non. Rien n'est innocent, rien n'est fragile, tout ce construit et je suis une bâtisseuse affamée. Ma tête se penche doucement.

« Ta terre fut accueillante dans les temps anciens pour ce qui je suis, il me plaira d'y raviver la flamme. »

Et rien n'est plus vrai que cela. Parole prophétique si il en est.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Lun 17 Aoû - 22:01


    Heureusement qu'Anders n'était pas... susceptible. Même s'il se demanda ce qui pouvait motiver ainsi ce soudain éclat. Il avait avancé quelques hypothèses la concernant, la plus ridicule étant de faire d'elle une Septa. C'était sans doute cela qui l'avait fait rire mais... Même si c'était à ses dépends, il devait admettre être séduit par ce rire spontané et sans retenue.

    « D'accord, d'accord, j'ai tout faux. »

    Il esquissa un léger sourire. Il prenait les choses avec légèreté, amusé par le mystère dont elle s'entourait, par le fait de serrer une femme de cet acabit dans ses bras. Une nuit qui pourrait être unique... Ou se reproduire si elle en ressentait le désir. Il n'était pas difficile de retrouver Anders Martell si on le cherchait. Et il le lui fit bien comprendre. Peut-être songerait-elle que ce n'étaient là que des paroles et qu'il l'aurait oublié dans quelques jours... Même s'il avait l'intuition qu'elle était davantage du genre à venir le trouver, à l'aise, un peu conquérante.

    Il l'interrogea alors concernant son étrange bijou, ayant l'intime conviction que la clé de qui elle était se trouvait dans la réponse. Il fronça les sourcils quand elle lui répondit que c'était le signe de son rang, un cadeau et un... réceptacle. Cela lui évoquait la magie. Elle le regarda et sourit, ajoutant que c'était son essence et qu'elle venait d'Essos. Une lueur de doute dansa dans les prunelles sombres du Dornien alors qu'il additionnait les indices. Il n'osait formuler ses doutes la concernant. Il n'était pas idiot, il avait reçu une éducation princière et avait eu accès à des archives, avait entendu de vieux récits. Et quand elle ajouta qu'elle était crainte et respectée chez elle, mais ignorée ici, il eut la confirmation de ses doutes.

    Une prêtresse rouge. Rien que cela. Il y avait bon nombre d'histoires qui couraient sur leur compte. Il imaginait que la plupart étaient fausses et exagérées. On leur prêtait de grands pouvoirs. Terrifiants même. Les prêtres rouges vénéraient un autre dieu. Leur élément était le feu. On disait qu'ils pouvaient lire l'avenir, ressusciter les morts, contrôler les ombres et bien d'autres fables encore... La femme qui se tenait dans ses bras en cet instant, qui glissait ses mains dans ses cheveux et soupirait contre lui était-elle capable de tous ces prodiges aussi fascinants que terrifiants ? Était-elle venue à Westeros pour y implanter son dieu ? Alors le chemin serait ardu.

    Et avant qu'il n'ai pu poser la question, elle lui confia qu'elle retournerait avec plaisir à Dorne, une terre qui avait accepté son culte il y a longtemps, afin de le ressusciter. Et le mot flamme n'était pas anodin. L'insouciance quitta un instant l'expression du bâtard. Il n'était pas souvent sérieux ou réfléchi, mais il avait là une prêtresse rouge qui marchait à Westeros et comptait raviver le culte de son dieu sur des terres qui en vénéraient d'autres. Autant dire qu'elle n'avait pas intérêt à trop ébruiter ce qu'elle était.

    « Alors nous seront amenés à nous revoir. »

    Si elle allait à Dorne, et cela semblait être le cas, ils se reverraient.

    « Comptes-tu parler de tes projets à la princesse de Dorne ? »

    Cela serait sans aucun doute plus sage. Deria était tolérante, mais qu'une étrangère vienne ainsi semer le trouble à Dorne risquait de lui déplaire, surtout si cette étrangère s'y prenait seule et sans aucune autorisation.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 939
Membre du mois : 12
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   Jeu 27 Aoû - 15:11

Mes paumes s'enchantent de ses joues. Légèrement râpeuses. Délicieusement mâles. Mon sourire s'envenime doucement de vérité. Je retrouve la fraîcheur de ses lèvres sur les miennes. Sauvage amant à l'intelligence redoutable. Mais je n'en ai jamais douté. Ceux qui attirent mes regards ne sont que rarement des ombres sans saveur.

« Dorne n'aura jamais à craindre ma colère ni même mon irrespect , Anders. Telle n'est pas mon intention, elle entendra bien assez tôt mes murmures. »

Les déserts seront un écrin de diamant pour la flamme qui dort en moi. Mais il me faut la prudence en compagne. Et je ne suis naïve. Mon ombre s'étendra dans la suavité et l'inconscience des âmes. Mes chants et mes rêves déversés dans la nuit sans que rien ne se dresse sur leur chemin. Je souris avec une douceur immuable et étrange. Mes songes naviguent toujours là où on ne les voit. Mélopée délicate. Ma paume glisse sur son torse. Joueuse petite rebelle qui s'abreuve de sa peau parce que tel est mon plaisir.

« Craindrais tu pour elle ? »

Question amusée dont je devine sans peine la réponse et je m'en amuse. Sa fierté est savoureuse mais plus que cela, sa fougue me séduit. La jeunesse du soleil telle que je ne l'avais encore jamais admiré. Je suis douce et fragile entre les bras qui me bercent mais je pourrais être bien pire pour la psyché qu'il m'oppose. Mais il n'a rien a craindre de moi, il est doux à mon âme. Oui, mes pas le croiseront encore les siens, parce que c'est ce que je veux. Tout comme ma présence hantera les beautés de Lancéhélion.

« Peut être devrais tu craindre pour toi à la place... »

Et le sourire qui enchante mes lèvres se noie de promesses enflammées.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Ces sylphides qui s'ébattent [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Les Mêlées du Grand Tournoi [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: