Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hunting times... | Dovan
MessageSujet: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptyVen 14 Déc - 19:24

Je prends une profonde inspiration alors que, pendant un instant, le seul bruit que l’on peut entendre est celui des oiseaux et du bruissement dans les branchages. Je ferme les yeux, brusquement replongé dans des souvenirs pas si lointains mais qui, l’espace d’un instant, me donnent l’impression d’appartenir à une autre personne, à une autre vie. Lorsqu’il m’arrivait de chevaucher aux côtés de mon père, puis de mon fils et de chasser. Autant le dire tout de suite, le but de ces sorties n’était pas vraiment de ramener de quoi manger mais, plutôt, de profiter d’un instant de répit dans notre vie quotidienne.

Et aujourd’hui, je réalise que j’en ai plus besoin que jamais. De me rappeler cette vie d’avant, d’appréhender des souvenirs trop douloureux que j’ai préféré laisser de côté depuis que j’ai appris la mort de mon père. Bran me manque aussi, même si je sais qu’il est en sécurité à Vivesaigues, tout du moins, j’ai réussi à m’en persuader. Et nous le rejoindrons prochainement pour passer l’hiver ensemble. Je sens la nostalgie m’envahir, chose que je n’avais pas vraiment prévue quand Alester m’a proposé d’aller chasser un peu.

Mon regard se perd dans le vide alors que je rouvre les yeux, incapable de fixer quoi que ce de particulier. Et je sursaute quand j’entends le bruit d’une flèche qui se plante contre un arbre. Des jurons suivent et j’ai un sourire en coin alors que je jette un regard à mon camarade. « A croire que tu commences à être un peu rouillé. Il va falloir reprendre l’entraînement. Et ce n’est pas comme ça que nous aurons de… c’était une perdrix ? Il y en a encore en cette saison ? » Difficile à dire. L’hiver commence à s’installer et ce matin, une fiche couche de gel recouvre ça et là les derniers buissons qui continuent de tenir bon. Je resserre ma pelisse, guère motivé à sortir moi-même une arme pour chasser, plus enclin à profiter d’un peu de calme tandis qu’Alester descend de son cheval pour récupérer sa flèche, sa mine agacée me faisant sourire plus largement.

Mais je retrouve mon sérieux alors que j’entends un craquement de branches un peu plus loin. Pas assez léger pour être celui d’un animal. Je plisse les yeux, essayant de distinguer quelque chose entre le feuillage, non sans repenser à la mine inquiète d’Alysanne qui n’aime guère nous savoir dehors, sans être accompagnés par une vraie garde. Mais elle a pu voir dans mon regard mon besoin de couper un peu avec tout ce qui nous occupe à longueur de journée alors elle n’a guère insisté. J’espère juste que je n’aurais pas à lui donner raison alors que ma main se pose sur la pomme de mon épée et que j’ai un mouvement du menton en direction d’Alester. Qui reprend son sérieux et arme son arbalète, non sans avancer de quelques pas. Je toussote légèrement avant de lancer, d’une voix forte et assurée. « Qui va là ? » Et je distingue enfin une silhouette qui ne m’est que vaguement familière. Je l’ai déjà croisé à Fort-Darion et, à voir Alester baisser son arbalète, il n’est donc clairement pas un danger. Même si j’ai du mal à être aussi serein que lui, espérant ne pas devenir paranoïaque, surtout qu’en l’état il n’y aucune raison. Mais j’attends, silencieux, de voir comment l’homme va se présenter à moi.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 722
Membre du mois : 18
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptyDim 16 Déc - 18:16

Le gel faisait crisser l'herbe sous les bottes de Dovan. Les arbres, qu'il devinait autrefois majestueux étaient aujourd'hui honteusement dénudés et fragiles. Le silence était largement dominant, quelques oiseaux habitaient encore les lieux, mais les courantes nuées allant vers le sud signifiaient que bientôt, la forêt serait aussi nue que ses arbres.
Le jeune Lord tendait cependant l'oreille, à l'affût du moindre petit bruit. Il entendait quelques chants à l'est, d'autres plus au nord, mais vers Fort-Darion, mais le but n'était pas de retourner là-bas pour le moment.
Un faux sentiment de nostalgie le submergea. Il existait un bosquet à l'est de Séréna, à la cheville des Montagnes qui séparaient l'Orage de Dorne. Il s'y rendait souvent, pour voir son ami Hobb, pour jouer au chevalier avec ses deux grands frères, ou encore pour garder les petits. Il se remémora d'abord les odeurs, typiques de son enfance, ces senteurs de mousse, de champignons, de litières et de sapins avaient le pouvoir quasi divin de le rendre heureux. Cependant, dans cette forêt, rien de tout cela. Bien que quelques pins étaient dispersés par-ci et par-là, rien n'était réellement comparable à ce bosquet qu'il aimait tant. Les litières et mousses étaient figées par le gel et il n'en échappait plus aucune odeur, les champignons étaient déjà morts, et les cours d'eaux moins nombreux. Cette forêt était fade, et elle allait bientôt être tuée par l'hiver. Il le savait au fond de lui, son bosquet y survivrait, c'était une forêt montagneuse, et donc habituée.
Il était parti chasser. Il n'avait pas nécessairement envie de changer d'air, les entraînements à l'arc lui allaient très bien, et rien n'était réellement capable de lui extirper Séréna de la tête. Non. Il avait seulement rêvé d'un porc, dont le gras ruisselait sur un feu doux dont le brasier crépitant lui aurait fait oublier le froid mordant. Et depuis le matin, la faim l'avait saisi, elle fut si violente que Dovan pris son arc de chasse, et alla presque subitement pénétrer dans l'amas d'arbres, sans réfléchir.
Les solides pierres de son manoir lui manquaient également. Elles étaient parfaites pour se protéger du froid l'hiver, et pour atténuer la chaleur écrasante du soleil du sud, l'été. Et ici encore, rien de très confortable, hélas. Point de feu de cheminée, point de jeux avec la famille, point d'ami à retrouver, point de lit tendre, drapé de satin et de couvertures chaudes. L'espace d'un instant, il eut l'impression d'être recouvert de ces draps, cela l'apaisait, mais subitement, il entendit un bruit brut.

Chtonk !


Dovan connaissait ce son, il en avait l'habitude, c'était une flèches. Aussitôt, il vit des ombres, assez lointaines, dirigées vers lui, ou presque. Il ne réfléchit alors pas, il partit immédiatement en quête d'une cachette suffisante pour lui : cette flèche lui était peut-être destinée. Les éclaireurs Hoare pouvaient, sait-on jamais, ne pas être loin, mais il supposa une autre menace, ces descendants des premiers hommes, ces oreilles noires, ces chiens peints, autant de noms que l'on donnait aux barbares qui colonisaient tout le sud du Val. Il décida de ne pas sous-estimer leur menace, et, bien qu'ils soient généralement décrits comme des sous-hommes, étaient reconnus comme très fort au combat. Dovan le savait, s'ils étaient plus de deux, il n'aurait aucune chance, il fallait se préparer à fuir.
Il posa alors ses deux mains sur son arc, l'une tenait le bois, et l'autre bandait déjà la corde. Il analysa les environs. Il n'y avait personne derrière lui, ni à sa droite, ni à sa gauche, il en était sûr, certain, ou alors ils savaient foutrement bien se cacher, et il serait alors forcé de reconnaître leur talent pour la dissimulation. Mais il n'en voyait que deux. Sa théorie des éclaireurs se confirmait alors de plus en plus, cela l'inquiéta, ils étaient un danger pour l'empire. Il réfléchit rapidement, et décida alors de s'approcher, pour les tuer. Il se demandait encore comment deux hommes pouvaient avoir pénétré si loin dans les terres du Conflans, mais après tout, le gros des forces était situé à Fort-Darion. Il avança, doucement, avec la plus grande subtilité. Si cette flèche lui était destinée, alors les deux hommes avaient très certainement perdu sa trace. Il était alors aussi léger qu'une plume, et aussi adroit qu'un chat. Cependant, il était aussi gauche que Dovan Caron.

CRAC.


Une branche sèche et épaisse craqua sous sa botte et sa légère fracture semblait retentir dans toute la forêt. Dovan se figea de peur, en se maudissant de tous les noms. Sa première réaction, après avoir regardé, impuissant, la branche se briser, était de se cacher. Là, inutile d'être subtil. Il devait les tuer, là, maintenant.

"- Qui va là ?"

L'ennemi se mit à parler. Sa voix, grave et sûre, rebondissait sur tes les arbres environnants. Dovan se sentit pressé, il banda encore plus son arc, quand, soudainement, lui vint une réflexion.

« Qui va là ? » se répétait-il. Cela signifiait-il que l'homme ne se doutait pas de sa présence ? Alors... Il en conclue aussitôt que la flèche ne lui était pas destinée. Il poussa plus loin sa réflexion. « Un barbare n'aurait pas tourné cette phrase de cette manière, et puis... Un éclaireur n'aurait pas eu la bêtise de demander une pareille question. Il aurait attaqué, je serais peut-être déjà mort. ».

Il se sentait tout à coup ridicule. Il avait tout inventé. L'ennemi ne pouvait être qu'un allier, tout compte fait. Il hésita entre s'infliger des baffes et se féliciter d'être aussi prudent. Un jour, peut-être, cette paranoïa lui sauvera la vie. En attendant... Il devait rapidement répondre, les deux autres n'auront peut-être pas autant de recul que lui. Il se présenta alors, mains levées, vers les deux hommes. Dovan fut immédiatement apaisé, quand il vit que l'un d'eux baissait son arbalète.

« - Par les sept ! J'ai bien cru que j'allais vous attaquer ! Et qui êtes vous, vous, mis à part des louchards qui auraient pu me blesser par inadvertance ? Savez-vous au moins faire la différence entre un sanglier et un homme? »

Bien que soulagé, Dovan ne pouvait dissimuler toutes les craintes qui lui étaient montées à la tête, et un début de rage le submergea. « Encore des nobles d'à peine quinze ans qui jouent au chasseurs de renom je parie » se disait-il.
Mais c'est en s'approchant que Dovan les reconnut, tous deux. Le premier, le plus reconnaissable, était Lyham Tully, il n'était nul autre que celui qui devait régner sur les Conflans, une fois la guerre terminée. Il était accompagné de Ser Alister Vance, commandant des troupes du Conflans et, tout comme Lyham, membre du collège impérial. Au premier coup d'oeil, leur statut social fut une évidence.

« Ser Lyham Tully et Ser Alister Vance... Veuillez m'excuser pour ces injures. Je suis toujours sur la défensive et je dois avouer avoir pris ce carreau planté dans l'arbre pour une attaque des oreilles noires. »

Dovan fit alors une salutation maladroite, une sorte de révérence peu élégante et accentuée par une perte d'équilibre qui le fit presque tomber au sol.

« Je me nomme Dovan Caron, Messire, et voici celui que vous aviez dû prendre pour un ennemi. Il n'en est rien en réalité. Vous le savez certainement tous deux, je sers sa majesté Argella Durrandon. »

Une fois les présentations faites, Dovan se narra tout ce qu'il avait entendu des deux hommes face à lui. Il ne connaissait que très peu de choses d'Alister, à part le respect que chacun s'accorde à lui donner. En revanche, Lyham était plus connu. Il fit autrefois un des cœurs battants de l'armée Hoare, et, lorsque cette dernière contrôlait la totalité du Conflans, il était une force de frappe non négligeable. Cependant, certains disaient que le Conflans se sentait trop éloigné de la culture des résidents des îles de fer et que conscient de la dangerosité d'Harren le noir et de l'impuissance qu'il avait face aux dragons, celui-ci trahissait leur souverain, et la tête pensante de cet acte n'était nul autre que Lyham. Dovan fut alors partagé. Etait-ce de la lâcheté ou au contraire, du courage. Qu'aurait-il fait à sa place ? A-t-il sauvé l'honneur de sa région en se soulevant contre les Hoare, ou a-t-il seulement su se diriger selon le courant ?

« Je ne m'attendais guère à rencontrer parmi les plus grands noms de l'Empire lors de ma chasse. Permettez seulement que je vous aide, je suis un excellent archer de notre armée. Je vous ramène le gibier que vous désirez, si vous me laissez ramener un porc. Ce serait un honneur, messires. »

Que penser de tel ou tel noble était au final relativement accessoire, mais Dovan y attacha de l'importance. Même s'il était désireux de se rapprocher des bonnes personnes, il voulait en premier lieu que celles-là aient de bonnes valeurs. Il avait une ville à récupérer, l'Empire à servir, mais pas au prix de son honneur.
Dovan Caron

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 356
Membre du mois : 4
Célébrité : Jamie Dornan
Maison : Maison Caron
Caractère : Attentif, prévoyant, combatif, rancunier, passionné, réfléchi, incrédule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptyJeu 3 Jan - 21:42

Je sais bien, je devrais me montrer bien plus méfiant, surtout après tout ce qui a pu se passer, que ce soit les empoisonnements et j’en passe. Je sais que, quoi que puisse dire ou faire Lysara, le Grand Septon serait probablement ravi de me réserver le même sort qu’à mon défunt père, sans parler des Hoare qui donneraient cher pour que je m’écroule à leurs pieds. J’ai un frisson à cette pensée, la chassant aussi rapidement qu’elle est venue et préférant me focaliser sur ce petit moment de liberté que j’ai cherché en m’éloignant ainsi du gros de l’agitation de Fort-Darion, au risque d’y faire de mauvaises rencontres. Je ne suis certes pas seul mais, quand bien même j’ai une confiance aveugle en Alester, je sais aussi qu’un seul homme ne peut pas grand-chose face à une embuscade menée par des mercenaires ou des hommes prêts à devenir riches avec ma tête.

Mais je refuse de céder à la paranoïa ou d’arrêter de vire. Alors, au bruit suspect, je me contente de poser une question, essayant de me montrer courtois avant de songer à l’agressivité. Ce qui me vaut une oeillade d’Alester qui préfère pourtant ne pas faire de commentaires, se fendant d’un sourire à la réaction de l’inconnu lorsqu’il daigne enfin se montrer à nous. J’arque un sourcil aux premières paroles qu’il prononce, avant de souffler, non sans un sourire en coin. « Si vous étiez un sanglier, vous n’auriez rien risqué vu la façon dont notre ami ici présent semble préférer tuer des arbres et des bosquets à un véritable gibier. »

Alester semble sur le point de répliquer mais il tousse un rire quand l’homme nous reconnaît finalement. J’ai une grimace, hésitant un instant avant de souffler, d’un ton presque las. « Majesté. Je n’ai pas de couronne mais je suis déjà considéré comme… peu importe. Il n’y a pas d’oreilles noires ici, pas que je sache. Sinon on ne nous aurait pas recommandé cet endroit pour chasser ou tout du moins, j’ose l’espérer. » Je me tends un peu en le voyant tenter tant bien que mal une révérence et réprime un sourire quand il perd l’équilibre. Outre le fait que les lieux ne sont guère appropriés, je ne suis vraiment pas encore habitué à cette attitude, surtout venant de parfaits inconnus. Mais, à défaut de créer une gêne, ou d’en rajouter, j’ai un bref hochement de tête à son attention, attendant qu’il se redresse. « Lord Caron, c’est un plaisir de croiser un allié de l’Orage. » Même si, pour l’heure, je réserve encore mon opinion concernant la Reine de l’Orage, n’ayant pas vraiment eu l’occasion d’échanger avec elle en direct. Elle est une alliée dans l’Empire certes, mais difficile de savoir si cela ira au-delà ou pas.

L’espace d’un instant, alors que je l’écoute parler de nous comme parmi les plus grands noms de l’Empire, je me demande ce qu’il a pu entendre dire sur nous. Et je rétorque, d’un ton léger. « Je ne pensais pas rencontrer qui que ce soit. Et j’avoue, je suis curieux. De quoi avez-vous entendu parler pour parler de nous de la sorte ? Quant au reste… ce serait un plaisir de chasser avec vous dans cette forêt. Si vous n’avez pas peur que lord Vance ne vous tire dessus. » A mes paroles, Alester se fend d’un rire. « Je vous viserais vous Majesté, si cela peut vous rassurer. » Je lève les yeux au ciel avant de reporter mon attention sur l’orageois, songeant que je n’ai encore jamais vraiment discuté avec l’un d’eux depuis mon arrivée.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 722
Membre du mois : 18
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptyVen 11 Jan - 16:11

Le Lord de Séréna se sentit immédiatement stupide. Il n'était effectivement plus un simple Lord, mais un Roi, celui des Conflans. Il laissa alors deviner une épaisse grimace de malaise et de remise en question. Mais heureusement pour lui, le Roi semblait y porter peu d'importance, et ne releva pas non plus la révérence affreusement gauche du jeune empoté. C'est pour toutes ces raisons là qu'il se sentait déjà bien en leur compagnie.
Les deux hommes rassuraient Dovan sur certains points, à commencer sur sa maladresse, puis sur l'absence certaines des tribus barbares du Val dans les forêts environnantes.

- Il n’y a pas d’oreilles noires ici, pas que je sache. Sinon on ne nous aurait pas recommandé cet endroit pour chasser ou tout du moins, j’ose l’espérer.

Cependant, le roi enchaîna avec une remarque qui anéantissait tout ravissement chez Dovan.

- Je ne pensais pas rencontrer qui que ce soit. Et j’avoue, je suis curieux. De quoi avez-vous entendu parler pour parler de nous de la sorte ? Quant au reste… ce serait un plaisir de chasser avec vous dans cette forêt. Si vous n’avez pas peur que lord Vance ne vous tire dessus.

Dovan se rendit compte avoir trop parlé, cependant. Il était facile de deviner qu'il avait entendu des bruits de couloir, par ci et par là, d'autant plus que les archers se trouvent être entre eux de véritables commères.

- Oh .. Eh bien.. Majesté... Tout d'abord … Je vous remercie de l'enthousiasme que vous apportez à une partie de chasse en ma compagnie et ...


Le jeune Lord essayait dans son esprit toutes les tournures de phrases possibles pour éviter le sujet, ou l'aborder de manière douce.

- J'osais aussi espérer l'absence des oreilles noires, et autres chiens peints, mais nous ne sommes guère loin, et ses tribus sont dites plutôt nomades, alors je m'en méfiais. Je vous prie d'excuser mon manque de connaissance du terrain. J'ai aussi eu peur de l'intrusion d'espions Hoare, ou d'éclaireurs, même si j'ai ouïe dire que cette méthode d'approche leur est presque inconnue, et que la leur est bien moins subtile.


De cela non plus, Dovan n'en savait rien, mais dans le sud de l'Orage, les fer nés étaient dépeints comme des fous furieux, peu à l'aise avec la stratégie, toquant à votre porte sans jamais que vous vous y attendiez. Mais ce genre de méthodes, le jeune Lord le savait, étaient très dangereuses et hasardeuses, et il doutait de plus en plus de la véracité de ces descriptions. S'ils s'y prenaient réellement comme cela, il était étonnant qu'ils aient été là, ou alors ils étaient très fertiles.
Dovan tenta de se rattraper encore. Qu'il ait eu raison ou non concernant les Hoare, il estimait qu'il n'avait pas encore assez assuré le coup pour que sa majesté ait confiance en lui. Il s'essaya alors à un tout autre type d'approche.

- Aussi, si cela peut rassurer votre majesté, je peux me positionner derrière Lord Vance, ainsi aucun de vous deux ne devra se tenir pour responsable devant sa majesté Argella Durrandon de ma mort prématurée !


Dovan se mit à rire maladroitement, puis, se sentant coupable de charrier ainsi le Lord, plus âgé et surtout plus respectable que lui, s'excusa aussitôt.

- Excusez moi, Lord Vance, de me comporter ainsi. Durant mon enfance, je n'ai guère parlé à d'autres nobles que mes frères eux-mêmes, ou presque, et étant le troisième de la lignée Caron, tout le monde estimait qu'il était peu nécessaire que je m'exerce trop à la courtoisie. Alors, veuillez pardonner ma maladresse, vous aussi, votre majesté.


Il fit une autre grimace, encore plus lourde de sens que la précédente. « MAIS QUEL SOT !!! » se hurla-t-il dans ses pensées. Il essaya de sourire, les présentations avaient déjà bien assez duré selon lui, et malgré l'immensité de la forêt, c'est dans un trou de souris qu'il eût envie de se cacher. Mais avant de reprendre la chasse, Lord Caron se devait de jouer la carte de la sincérité. Au moins, là, il était certain de ne pas faire d'idioties. A bien des moments il se rendait compte que les formules et les sourires de façade n'étaient pas faits pour lui, le troisième du lot, le faible et trop expressif Dovan, le pensif... Si Dovan avait dû entendre des mots sur sa majesté Lyham Tully, il était plus que probable que ce dernier en avait également entendu sur l'Orageois. Même Bowen Glover, résidant du Nord, avec qui Dovan avait eu une discussion, était au courant de ce qu'il lui était arrivé. Son père, mort au combat, son second frère, mort après avoir été tombé malade, son premier démembré par la guerre puis tombé également malade, et surtout, Séréna, sa ville qu'il chérissait, prise dans les crocs du Bief avec tous ses chers frères à l'intérieur. Tout cela, en une lune seulement, tous ces événements, avaient valu à Dovan le surnom de maudit.

- L'on raconte sur vous, votre majesté, autant de choses que l'on peut entendre sur certains hommes dans nos propres rangs. Je vais vous narrer les murmures, mais je vous en prie, n'y voyez pas là une quelconque méfiance de l'Orage à votre égard.

Dovan se racla la gorge.

- Il y a deux camps. Tous s'accordent à dire que vous vous êtes rebellé contre les Hoare il y a peu, mais les raisons émergeant de cette rébellion sont très nombreuses, selon nos avis à tout. Certains s'accordent à dire que vous avez senti le vent tourner, et que vous avez senti la fin des Hoare très proche. Ces gens vous traitant de lâche ont souvent eu la volonté de prendre l'arc pour se battre loin de la foule, en sécurité, donc laissez moi vous affirmer que les racontars à ce sujet n'ont que peu de valeur sortis de telles bouches. Ils s'emportent facilement sur des sujets qu'ils ne maîtrisent point. Ils ne s'y connaissent ni en stratégie, ni en bravoure, et pourtant, ils se convainquent tous d'être l'élément faisant pencher la balance lors des batailles que nous gagnons. Ah, et ils boivent beaucoup aussi ! Et... Les autres sont plus réfléchis. Ils ne vous défendent ni ne vous accablent. Ils ont conscience de ne pas vous connaître et cela leur suffit amplement, ils ne sont pas des rustres, et eux, croyez-moi, sont bien plus braves que tous vos détracteurs réunis, majesté.

Les dents de Dovan grincèrent. Il espérait ne compromettre aucune amitié ni alliances.

- Et une fois à nouveau, pardonnez moi si je mets en vous des doutes. Nos épées sont également votre, nos arcs aussi, et les ouïe dire n'ont que peu d'impact sur l'issu d'une bataille. Le nombre, en revanche... Nous avons tous besoin d'une grande armée, forte et unie, et cela, tout le monde s'accorde à le dire. Et je pense avoir parlé au point de faire somnoler Lord Vance, alors si cela ne vous dérange pas majesté, nous pouvons débuter cette parie de chasse. Dites moi juste, quel animal voulez vous débusquer ?
Dovan Caron

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 356
Membre du mois : 4
Célébrité : Jamie Dornan
Maison : Maison Caron
Caractère : Attentif, prévoyant, combatif, rancunier, passionné, réfléchi, incrédule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptyDim 27 Jan - 19:12

J’ai comme le sentiment, qui ne fait que s’accroître à mesure que le seigneur de l’Orage essaie de se dépêtrer de ses propres paroles, que je suis loin d’être le plus mal à l’aise dans cette rencontre. L’idée m’amuse, j’avoue. Pour une fois, je ne me sens pas emprunté ou à me demander quand je pourrais m’échapper, voilà qui est pour le moins un soulagement. C’est un peu idiot, j’en conviens et je suis tout autant soulagé de savoir que le seul qui pourrait s’en rendre compte est Alester et qu’il ne dit rien. Même si son sourire veut tout dire en vérité. « C’est toujours un plaisir d’avoir de la compagnie pour chasser. Surtout quand elle semble faire preuve d’autant d’entrain. »

Au reste de ses propos, je tousse un rire alors qu’Alester souffle, d’un ton amusé. « Il est vrai que les fer-nés ne sont pas réputés pour leur subtilité. Pour autant, ils sont encore malheureusement accompagnés de riverains qui sont un peu moins … bruts de décoffrage. Je ne dirais pas moins idiots, si c’était le cas, ils auraient su à qui prêter allégeance, n’est-ce pas Altesse ? » Je hoche la tête, ne sachant pas trop je dois rire ou grimacer alors que je me demande à quel point les riverains sont encore prêts à prendre les armes contre leurs frères. Cette idée n’a de cesse de me tracasser, nuit et jour mais je ne compte pas m’en ouvrir dans cette forêt, quand bien même Alester est au courant. J’ai un ricanement à la proposition de l’orageois alors que mon camarade lève les yeux au ciel. « Voilà qui me paraît un excellent compromis. Enfin si tant est que lord Vance ne nous épate pas à viser derrière lui. J’aimerais autant ne pas avoir à affronter votre Reine dans de pareilles circonstances. » Je ne l’ai croisée qu’à peu de reprises et elle ne semblait guère enthousiaste à l’idée d’être dans le même camp que moi. Je me suis peut-être fait des idées, après tout elle a proposé de discuter plus tard mais, dans l’immédiat, je ne sais pas encore quelle opinion avoir à son sujet. Qu’elle soit une amie de l’Impératrice me met dans de bonnes dispositions évidemment, mais rien n’est jamais aussi manichéen, j’en suis conscient.

J’ai un regard amusé en direction d’Alester lorsque l’orageois s’excuse et il lève une main dans sa direction, non sans sourire. « Nul besoin de vous excuser. Si nous ne pouvons pas oublier les convenances dans un lieu comme celui-là, nous allons mourir d’ennui ou de je ne sais quoi avant de rentrer chez nous. Et puis, je sais que c’est une ruse de son Altesse pour éviter que l’on prête attention à ses propres lacunes avec une arbalète, rien de plus. » Un clin d’oeil à mon encontre alors que je finis tout de même par poser une question un peu plus sérieuse. Je ne m’attendais pourtant pas vraiment à cette réponse et à cette franchise.

Je lève un sourcil, me faisant attentif aux propos du Caron. En soit, il ne m’apprend rien de vraiment surprenant ou de nouveau. Après tout, je sais que beaucoup soupçonnent que j’ai pris ma décision uniquement pour être dans le camp des vainqueurs au bon moment. Difficile de leur en vouloir, d’autant que j’espère être dans le bon camp lorsque tout se finira. La nuance est faible et je sais que certains n’ont pas envie de la voir. Mais, dans le fond, peu importe, tant que le Conflans se sort de là prêt à affronter son avenir. J’ai un temps avant de souffler, le regard fixant le vide l’espace d’un instant. « Le vent tourne souvent lord Caron. Hoare est mort mais ni son fils ni sa fille ne resteront sans rien faire. Et ma décision a fait de moi une cible de choix pour certains. Je sais que j’ai l’étiquette de traître sur le dos. » Une ombre de sourire. « Autant mettre un mot sur ce que certains pensent de moi non ? Je suppose que ces mêmes personnes qui boivent beaucoup et ne sont pas des stratèges attendent le moment où je retournerais de nouveau ma veste si je vois que nous sommes en difficulté. » S’ils savaient vraiment, s’ils connaissaient toute l’histoire, je me demande s’ils penseraient toujours la même chose. J’aurais peut-être dû mourir sur le champ de bataille. Ce qui, avec ma chance ces derniers mois, risque toujours d’arriver.

Je hoche la tête alors qu’il continue, évoquant une armée forte et unie. Voilà qui serait merveilleux mais, après avoir déjà pu échanger avec d’autres têtes couronnées, je sais que, si nous n’avons plus d’ennemis communs, l’union sera autrement plus délicate à gérer. « Vous avez raison, les ouï-dire n’ont rien à faire sur un champ de bataille. Mais je vous avoue que je serais plus serein à l’idée que si je dois avoir des hommes dans mon dos qui ne sont pas les miens, qu’ils ne soient pas en train d’attendre que je tombe de cheval pour me piétiner s’ils en ont l’occasion. » J’ai un rire un peu jaune mais je secoue la tête, comme pour chasser cette pensée. « Nous avons entendu parler d’une biche non loin. J’avoue qu’un peu de venaison serait bienvenu, vous ne trouvez pas ? En espérant qu’elle n’ait pas profité de nos bavardages pour prendre la fuite. »


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 722
Membre du mois : 18
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptyMar 26 Fév - 12:54

Le Lord Caron était sauvé. Il lui arrivait régulièrement ces derniers temps de s’empêtrer dans sa propre maladresse. Si seulement son père ne l'avait pas considéré comme "le troisième frère", celui qui n'avait aucune chance de se retrouver un jour Lord de Séréna, il aurait peut-être eu un peu plus d'aise en courtoisie. Il était à cause de cela, extrêmement gauche, et ce depuis qu'il était jeune, mais il était également celui qui avait le plus de réflexions de toute la fratrie. Il devait mettre cet avantage là à contribution... Il était fort, agile et réfléchi, ce qui n'était hélas pas le cas de beaucoup de ses camarades archers. C'est alors avec une immense attention qu'il scruta les gestes et paroles de ses deux futurs compères de chasse. Fort heureusement pour lui, il ne décela pas vraiment de moqueries de leur part, ce qui, au vu de sa précédente maladresse, aurait été possible. Les deux hommes avaient l'air sincère, et aucunement condescendant.
En revanche, la sincérité du jeune Caron aurait certainement dû être moins opaque. A ses aveux sur la réputation du Roi, il sentait qu'il avait installé un malaise, il sentait surtout qu'il l'avait touché... Il n'avait pas anticipé cette réaction de la part d'un Roi, il le pensait invulnérable. Le sarcasme de sa Majesté ne faisait qu'amplifier l'amertume qu'il ressentait, et immédiatement, le Lord Caron se sentit coupable, non pas d'avoir touché un Roi, mais d'avoir touché un homme.

- Je …

Il se coupa tout seul. Il eut l'intelligence de ne point en rajouter, il comprenait ses sentiments, il les vivait presque en même temps. « Que doit ressentir un Roi allié d'un peuple autrefois ennemi... Entouré d'inconnus, de haine en face, et de méfiance derrière ? Quels sont les bons et les mauvais choix, lorsque son territoire et son peuple sont situés en plein carrefour d'un immense territoire, tiraillé par les conflits ? ».  Et surtout, qu'aurait-il fait à sa place ? Il avait déjà sa réponse, il aurait fait exactement pareil.
Il racla sa gorge, le sujet devait changer.

- Une biche dites-vous ? C'est une grosse cible, si je vous la tue, pourrez-vous m'offrir une de ses pattes ? Je pense que cela ferait plaisir à mes camarades d'entraînement... Pas tous évidemment, seulement ceux qui sont sobres !

Il se mit à rire jaune, priant pour que Sa Majesté se mette à penser à autre chose.

- Je ne sais en revanche pas débusquer les bêtes... J'ai quelques notions bien sûr, mais en général, ce sont des hommes que je tue. Et eux, il n'est point difficile de les rater sur le champ de bataille.

Un bruit retint son attention, dans la cime des arbres, juste à sa gauche. Plus rien autours n'existait, il espérait même ne couper la parole de personne lorsqu'il pivota vers la source, tout en bandant silencieusement son arc. Il ne vit rien, mais il y avait quelque chose, il en était sûr. Le son ressemblait à un frémissement, une branche qui se tord, ou des feuilles qui s'entrechoquent. Il avait peut-être rêvé. Il dit alors doucement.

- J'ai entendu quelque chose, mais je ne vois rien du tout... L'un d'entre vous pourrait-il jeter quelconque objet vers ces branchages ?

Il attendit un peu, et lorsqu'un objet lancé par l'un de ses deux compagnons de chasse heurta le bois, une vaste bourrasque se fit sentir dans les feuillages. Des battements d'aile.... Et pas de petites ailes en plus. Et soudain, l'oiseau fit son apparition. Il se dirigeait vers la droite, mais ses lourds battements d'aile faisaient gigoter tous les branchages environnant, brouillant la vue du jeune lord, mais durant un court instant, il ne se trouvait que du vide aux alentours des imposantes ailes de l'oiseau... Alors qu'il quitta un des rares arbres encore feuillu de la forêt, il n'en croisa plus que des nus... L'hiver avait l'avantage de dévoiler aux yeux des trois nobles l'oiseau. Dovan se concentra et, d'un coup de flèche, le vacarme des branches se brisant, et des ailes se déployant à toute vitesse cessa. L'oiseau tomba au sol lourdement.

- Ma foi, cet oiseau était aussi empoté qu'une dinde ! Et presque aussi gros !

Mais que pouvait-il être ? Une perdrix ? Non... Pas aussi lourd et maladroit une perdrix... Alors...

- Un .. Un faisant ?

Il se rapprocha, et constata.

- Lord Vance, je crois que vous avez confondu un faisant avec une perdrix tout à l'heure ! Et quel faisant ! Il est énorme celui-ci !

Enorme, oui, mais de ce fait, bien peu rapide. L'allusion avec des soldats était facile à faire. Certes, un homme en armure est bien protégé, mais il est tellement lourd qu'il donne tout le temps nécessaire pour atteindre la visière.

- Nous formons visiblement une équipe efficace. Vous voyez ? Point de réussite sans cohésion ni alliés. Cela doit en être de même en politique et en stratégie. Mais je n'apprends rien à deux hommes de votre prestance !

Il ramassa l'oiseau. Il était extrêmement lourd, ce qui eut l'effet de gonfler l'orgueil de l'Orageois.

- Ce n'est point une biche cependant, mais je ne doute pas que nous la débusquerons… Et si possible, un porc aussi.
Dovan Caron

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 356
Membre du mois : 4
Célébrité : Jamie Dornan
Maison : Maison Caron
Caractère : Attentif, prévoyant, combatif, rancunier, passionné, réfléchi, incrédule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan EmptySam 23 Mar - 18:27

On dirait que le lord semble soulagé de mon attitude, sans que je n’arrive vraiment à saisir pourquoi. C’est vrai qu’il est quelque peu maladroit mais j’ai déjà vu bien pire, à n’en pas douter. Et puis, je ne suis pas encore vraiment porté sur le protocole. Il faudra probablement que j’y remédie tôt ou tard mais, dans l’immédiat, au beau milieu de cette forêt, je ne vois guère l’intérêt de trop en faire ou trop en demander. Surtout que la situation est déjà délicate, le lord me faisant part de ce qu’il a pu entendre sur moi. Le deviner est une chose, l’entendre a quelque chose de plus définitif. Comme si je ne pouvais plus me voiler la face, si tant est j’ai espéré pouvoir le faire un jour.

J’ai une ombre de sourire quand il reprend la parole pour s’arrêter de lui-même. Parfois, il est vrai que trop en dire ne sert à rien. Et là, nous en avons suffisamment dit sur le sujet. Pour autant, paradoxalement, on pourrait continuer longtemps, pour discuter de comment chacun pourrait réagir face à des anciens ennemis, comment gérer l’avenir alors que le passé est encore bien trop frais dans tous les esprits. Et c’est un exercice difficile, vraiment, je le vois dans certains regards qu’il m’arrive de croiser. Mais cela ne change rien à ce que je peux penser et aux objectifs que je veux atteindre. Et mon sourire se fait plus large alors qu’il parle de la biche.

Ne voulant pas le laisser seul ou en rajouter inutilement, je réponds, d’un ton léger. « Si nous arrivons à débusquer cet animal ensemble, je gage que le cuisiner et le partager avec qui nous le voudrons tous serait une bonne idée non ? Quant aux camarades d’entraînement dont la sobriété laisse à désirer... » J’ai un temps avant de reprendre, plus tranquille. « Ne vous tracassez pas trop à ce propos lord Caron. Ils finiront par dessaouler. Et les choses changeront. C’est inéluctable. » Je fais mine de ne parler que de la chasse et de son résultat bien évidemment, avant d’ajouter, d’un ton amusé. « Pourtant, on peut parfois comparer certains soldats à des poulets sans tête sur le champ de bataille. L’exercice n’est pas si différent. » Alester se fend d’un rire avant de lever une main pour nous intimer au silence. Les propos de l’orageois confirment qu’il y a quelque chose dans les fourrés et je hoche la tête en silence.

J’attrape alors une pierre, attendant un instant qu’ils soient prêt à intervenir le moment venu et, après avoir levé un index, je lance le caillou dans le buisson. Il ne faut que quelques instants pour entendre les battements d’ailes avant de voir l’énorme oiseau s’envoler. Mais Caron reste attentif et il ne lui suffit que d’une flèche pour faire s’écouler la bête au sol. « Sacré bestiole ma foi... » Alester me devance, plissant les yeux pour observer l’animal avec attention avant de souffler, non sans un sifflement approbateur. « Joli coup lord Caron. Propre, précis. Je n’imagine pas ce que cela pourrait donner sur un champ de bataille. » Et j’approuve en opinant du chef, non sans tousser un rire. « Tant que lord Vance ne confond pas les perdrix avec ma propre personne, je pense que nous pouvons lui pardonner son erreur. »

Mon camarade lève les yeux au ciel avant de souffler, pensif. « Il est vrai que nous avons réussi facilement. Pensez-vous qu’il en sera de même sur un plus gros gibier ? La coordination et la coopération sont quelque chose d’essentiel. Nous en avons bien besoin. » J’ai une ombre de sourire à ses propos avant de le pousser doucement en avant. « Cherche donc les traces de cette biche, ta réputation est jeu. » Il grommelle plus pour le principe qu’autre chose et commence à s’éloigner, sourcils froncés alors qu’il regarde le sol avec attention. Et il nous fait signe de le suivre. Je m’exécute, incitant le Caron a faire de même d’un mouvement du menton avant qu’il ne nous fasse stopper.

Et on peut entendre quelques bruits plus loin. Des branches mortes qui craquent. Alester désigne l’arc de notre camarade d’un geste de la main tandis que je me saisis de mon arbalète en silence. Il fait de même avec son arme et nous tirons en direction de la proie dès qu’elle devient visible, de concert. Elle s’écroule avec un bruit sourd, faisant s’envoler nombre d’oiseaux autour de nous. « Et bien… il semblerait que l’un de nous ait touché au but. Reste à savoir qui. Bien joué Alester. » Il se fend d’un sourire quelque peu orgueilleux. Mais il peut se le permettre, il a trouvé sa proie rapidement après tout.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 722
Membre du mois : 18
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hunting times... | Dovan   Hunting times... | Dovan Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Hunting times... | Dovan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE
» We need to go hunting!![Dynastie and me]
» TAKA SCAR ◭ « I'm ten times the king Mufasa was! »
» " I'll be good, For all of the times that I never could."
» Xia He - I may look calm, but in my head I've killed you 10 times.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: