Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Il y avait longtemps (Lyham Tully)
MessageSujet: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyLun 10 Déc - 20:22

Il y avait longtemps« Il faut oser perdre la jeunesse pour mieux la retrouver. »
Orane
Whent
Lyham
Tully
Debout près de la fenêtre, Orane posait sur la cité qui s'étendait jusqu'à la mer un regard pensif, triturant du bout des doigts la tresse qui reposait sur son épaule. Les nouvelles tâches qu'ont lui avait confiées occupaient la majeure partie de son quotidien et elle était très soucieuses de les mener à bien pour ne jamais décevoir ceux qui avaient ainsi placé leur confiance en elle. Il lui restait encore tant de documents à étudier, de missives à rédiger et les Sept savaient quoi d'autre ! Sans oublier son rôle de mère auquel elle ne manquait pas de se consacrer. Son esprit ne connaissait aucune tranquilité, et peut-être était-ce mieux ainsi. Se garder occupée lui permettait de ne pas trop réfléchir à sa sitation actuelle, son veuvage. Ce matin-là, exceptionnellement, elle s'octroyait volontiers une pause dans toute cette paperasse pour rendre visite à une ancienne connaisance avec qui elle devait s'entretenir en privée. En attendant que cet illustre personnage puisse la recevoir, on avait installé la dame dans l'anti-chambre sous la vigilance d'un garde qui ne la quittait pas du regard. Quelques minutes avaient suffit pour qu'elle en oublie sa présence, n'ayant d'yeux que pour la ville en ébulition en dessous d'eux et les navires que l'on voyait glisser sur l'onde grise, droit vers l'horizon.
L'entretien de ce matin faisait suite à leur rencontre fortuite lors de la réception donnée pour la naissance d'Aeden et Athynea Braenaryon. Elle n'avait pas été exactement surprise de l'y voir, à dire vrai elle avait eu surtout peine à le reconnaître. Depuis toujours, chaque fois qu'on évoquait son nom – associé à quelque titre que ce soit – Orane n'avait en tête que l'image d'un garçon jovial mais distant qu'elle avait autrefois cotoyé. Il aurait été abusif de les déclarer amis d'enfance, ils ne l'avaient jamais été. En fait, elle hésitait même à les dire connaissances, étant donné qu'ils avaient à peine échangé quelques mots dans leurs jeunes années. Cet entretien, donc, tenait presque davantage d'une première rencontre. Et d'ailleurs, elle était un peu en avance.

« Madame. » une voix dans son dos la fit sursauter. « Sa Majesté le roi va vous recevoir. »

Un sourire de remerciement, un hochement de tête puis un dernier regard à la capitale à travers la vitre et Orane traversa la pièce pour rejoindre l'homme qui l'avait ainsi interpellée. Sa main se détacha de ses cheveux pour venir rejoindre l'autre, doigts entrelacés sur sa robe. Elle fit claquer ses talons sur le sol et croisa le regard inexpressif du garde qui lui avait apparemment tenu compagnie. L'instant d'après, la porte s'ouvrait dans un grincement et on l'introduisit dans une sorte de salon tout baigné de la lumière du jour. Il se tenait debout à distance, face à elle et pendant un instant elle resta perplexe, sur le point de l'appeler par son prénom comme ils avaient pu le faire autrefois. Ils avaient tant changé... Reprenant ses esprits, Orane s'inclina avec déférence – protocolairement.

« Votre Altesse. » dit-elle en se relevant. « Je suis arrivée plus tôt que prévu, j'espère ne pas vous déranger. Avant toute chose, j'aimerais vous remercier d'avoir permis à ma famille de rester à Vivesaigues ces derniers mois. »
Orane Whent

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de l'Empire et intendante des terres Whent
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Douce Amère
Messages : 428
Membre du mois : 1
Célébrité : Rachel Weisz
Maison : Whent
Caractère : Calculatrice ∴ Intelligente ∴ Curieuse ∴ Diplomate ∴ Aimante ∴ Jalouse
Douce Amère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyVen 14 Déc - 17:44

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais été particulier doué pour les mondanités. Lorsque j’étais plus jeune, je me sentais particulièrement gauche et j’avais toujours du mal à trouver des conversations capables de captiver mon interlocuteur. Heureusement, Alysanne est entrée dans ma vie. Outre le fait qu’elle toujours eu l’air intéressée parce que je raconte, ou alors elle a toujours réussi à faire très bien semblant pour ne pas m’offusquer, elle a réussi à me donner quelques clés pour tenir tant bien que mal une conversation. Quand bien même j’ai toujours été plus que ravi de m’éclipser pour la laisser discuter et pour aller m’entraîner, au risque de la voir froncer les sourcils à mon retour. A cette pensée, j’ai un sourire, même si je reste préoccupé par son état de santé. Elle se remet mal des derniers évènements et l’inquiétude que j’éprouve pour elle reste latente, ne me quitte jamais vraiment.

Pour autant, je ne peux pas me permettre d’attendre qu’elle soit remise pour continuer à tisser des liens avec les gens qui nous entourent. Qu’ils soient d’anciens vassaux d’Hoare, tout comme nous, ou des personnes venant d’autres royaumes. La survie de l’Empire vient tout autant de notre capacité à gagner cette guerre qu’à nous allier les uns aux autres. Et cela passe par renouer de vieilles amitiés mais aussi par réfléchir à l’avenir. Celui d’Eléanor a pris une tournure que je ne soupçonnais pas et je sais qu’Alysanne m’en tient encore rigueur d’une façon ou d’une autre. Alors, réfléchir à ce qu’il se passera pour Bran doit se faire plus en douceur. Et surtout, choisir la future Reine du Conflans est important. Bien plus que j’aurais pu le penser au premier abord. Si j’avais cru à une époque pouvoir laisser mon fils choisir qui il voudrait, je me rends compte que c’est devenu totalement impossible. Heureusement, il ne s’en soucie guère pour l’instant et ne doit pas s’imaginer que les tractations le concernant vont déjà commencer. Même si cette fois, je ne déciderais de rien sans l’aval de mon épouse.

J’inspire longuement avant de hocher la tête en direction de la servante qui attend mon assentiment pour laisser entrer la jeune femme qui attend derrière la porte. J’ai un dernier coup d’oeil vers la fenêtre à travers laquelle je ne regardais pas vraiment avant d’esquisser un sourire à la voir s’incliner de la sorte. J’incline la tête dans sa direction avant de souffler, non sans lever une main vers elle. « Nous nous connaissons depuis suffisamment longtemps pour éviter d’être trop… protocolaires. Surtout en étant tous les deux. » Je laisse filer un silence, avant de reprendre, d’une voix tranquille. « Vous ne me dérangez pas, bien au contraire. Je suis heureux de vous avoir croisée lors de la réception, même si cela m’a replongé bien des années en arrière. » Difficile de savoir si ce sont de bons ou de mauvais souvenirs. A dire vrai, j’ai préféré ne pas trop me poser la question, le passé qui se déroule derrière moi étant à la fois doux et amer, selon les moments, et surtout parfois délicat à observer. « Et vous n’avez pas à me remercier. C’était le moins que nous puissions faire, au vu des circonstances. Cette guerre nous a coûté beaucoup. A tous. J’espère qu’elle ne continuera pas à prélever son dû de la même façon dans les mois à venir. » Elle avait perdu bien plus que je n’aurais été prêt à le supporter personnellement. Et pourtant, elle était là, la tête droite, essayant visiblement de se focaliser sur l’avenir et non sur ce qui nous avait menés jusque-là. Et c’était quelque chose qui méritait le respect avant tout.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 703
Membre du mois : 12
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyVen 21 Déc - 19:07

Il y avait longtemps« Il faut oser perdre la jeunesse pour mieux la retrouver. »
Orane
Whent
Lyham
Tully

Il lui signifia par quelques paroles que le respect de ces règles obséquieuses n'était pas nécessaire. Pas lors d'un entretien privé, du moins. Orane opina en silence. C'était bien malgré sa volonté qu'elle gardait sa posture cérémonieuse, fruit d'une quinzaine d'années d'éducation stricte qu'on ne parvenait pas à chasser si aisément. La situation était inédite à dire vrai, elle ignorait comment se comporter en sa présence, encore moins lorsqu'elle était seule avec lui. De toute évidence, on ne voulait pas qu'un malaise s'en ressente ; elle s'avança donc vers le centre de la pièce, là où il se tenait, pour réduire la distance qui les séparait et s'avérait peu propice à la conversation. Et ils avaient bien des choses à discuter ce jour.
Un bref soulagement apporta un léger sourire à ses lèvres quand il rompit le silence. Même si cela m'a replongé bien des années en arrière ? Orane demeura impassible, mais la remarque la rendait perplexe. Même si. La gaieté de leur précédente rencontre semblait s'opposer au souvenir de leurs jeunes années. Peut-être n'était-ce pas l'idée qu'il souhaitait exprimer, c'était néanmoins celle qu'elle retenait. Oh, elle se dispensait de l'en blâmer, elle non plus ne gardait pas une appréciation entièrement positive de ces souvenirs communs.

« Le plaisir était pour moi. » se contenta-t-elle de répondre en hochant de la tête. « Surtout dans pareil contexte – une naissance – l'on n'a rarement l'occasion de se réjouir en temps de guerre. Et il y avait si longtemps que je ne vous avais vu. Des années, en effet. »

En toute honnêteté, elle ne parvenait même plus à se souvenir de la dernière fois. Ou peut-être ne souhaitait-elle pas s'en rappeler. L'enfance n'était pas pour elle synonyme d'une grande joie – l'avenir ne s'annonçait pas plus radieux d'ailleurs. Orane aurait pu se laisser aller à songer quelles opportunités s'offraient encore à elle, quels obstacles elle devait encore rencontrer et quelles solutions il lui faudrait mettre en œuvre pour maintenir à flot le navire fuyant que menaçait de devenir ce qu'il restait du clan Whent. Elle aurait pu, en effet, mais l'on changea rapidement de sujet pour refuser poliment ses remerciements. Hélas, pas de quoi se réjouir davantage car la conversation dévia sur le sujet de la guerre qui faisait rage au dehors et dans laquelles ils se trouvaient impliqués.

« Je l'espère également. » mais elle en doutait. « Je me dois néanmoins d'insister : ma fille aurait pu rejoindre Fort-Darion il y a plus d'un mois déjà, c'était très généreux de votre part de lui permettre de se remettre de la perte de son père avant de reprendre la route. »

Peu importe les circonstances ou le temps qui s'était écoulé depuis Eysines, Orane ne pouvait empêcher son cœur de sauter un battement à la mention de leur tragédie familiale. Elle se consolait en pensant que Morgane avait su trouver du réconfort auprès des amis qu'elle avait rencontrés à Vivesaigues. C'était désormais une grande fille, courageuse et sans doute plus tenace que sa mère le serait jamais.

« Cependant, est-ce bien là le sujet de notre entrevue ? Il est une chose dont vous souhaitiez m'entretenir, je crois. » dit-elle d'une voix avenante, la tête légèrement inclinée.


Dernière édition par Orane Whent le Sam 26 Jan - 13:00, édité 1 fois
Orane Whent

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de l'Empire et intendante des terres Whent
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Douce Amère
Messages : 428
Membre du mois : 1
Célébrité : Rachel Weisz
Maison : Whent
Caractère : Calculatrice ∴ Intelligente ∴ Curieuse ∴ Diplomate ∴ Aimante ∴ Jalouse
Douce Amère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyDim 6 Jan - 20:40

Difficile de savoir sur quel pied danser avec une femme qui m’avait connu avant tout cela. Avant qu’un nouveau poids pèse sur mes épaules. D’une certaine façon, elle me rappelle Myria, même si je gage qu’elle n’apprécierait guère savoir que je pense ça. Je réprime un sourire à cette idée et je me focalise sur elle, alors qu’elle ne semble pas non plus bien savoir comment se comporter. Son éducation et le protocole aidant, elle garde tout de même sa posture, son sourire me donnant tout de même le sentiment qu’il n’y a pas vraiment de malaise entre nous. Je l’espère en tout cas, alors qu’elle se rapproche et que la discussion reprend. Je hoche la tête en retour, me faisant plus songeur. « Il est vrai que nous n’avons que peu l’occasion de nous réjouir d’une telle chose. Et deux enfants qui plus est. Voilà qui est d’excellente augure pour l’avenir de l’Empire. Nous avons besoin de signes aussi positifs et qui nous rappellent pourquoi nous nous battons. »

J’ai beau chercher, en vérité, je suis incapable de me rappeler de notre dernière rencontre. Il faut dire que nous évoluions dans deux univers bien distincts, chacun de notre côté du mur qui sépare la vie des hommes et des femmes riverains. Alysanne me racontait parfois ce qu’elle faisait de ses journées et je m’en amusais mais, là encore, ce souvenir me semble si lointain que j’ai du mal à m’y raccrocher. J’ai un silence quand elle reprend, mon coeur se serrant alors que je finis par répondre, d’une voix douce. « Je sais ce que c’est de perdre son père. Quel que soit l’âge, on n’est jamais vraiment prêt à cela. Et au moins, elle a pu le pleurer en paix, sans avoir nombre d’yeux braqués sur elle. » Contrairement à moi, mais je n’avais de toute façon pas le temps de le faire. Je ne l’ai jamais vraiment pleuré à la réflexion, le temps manquant pour que je puisse songer au vide que sa mort a créé et à la douleur qui reste là, lancinante, sans que je puisse y faire quoi que ce soit. Et la fille Whent est bien trop jeune pour avoir à grandir avec une telle douleur. « Je suis heureux si elle a pu en profiter pour se remettre un peu. Et je sais qu’elle a su trouver sa place à Vivesaigues et s’y faire des amis. »

Je ne l’ai que brièvement croisée pour être honnête mais, de ce que j’ai pu en entendre dire, il y a un jeune homme qui semble avoir fortement apprécié sa compagnie. « A dire vrai, c’est un peu le sujet de notre entrevue ma dame. » J’ai une ombre de sourire, cherchant les mots pour aborder au mieux le coeur de cette discussion. J’en ai parlé longuement avec Alysanne, ne souhaitant en rien réitérer les erreurs du passé qui continuent de flotter entre nous et elle a semblé approuver mon projet. Je ne veux pour autant rien forcer, d’un côté comme de l’autre, le temps pouvant enfin être un allié à défaut de nous manquer comme c’est le cas ces derniers mois. Je me frotte l’arrière de la tête avant de reprendre, toussant un rire. « J’avoue, j’ai du mal à savoir comment aborder tout cela. Alors j’espère que vous ne m’en tiendrez pas ombrage si je m’embrouille un peu. » Je finis par m’assoir, désignant le siège près du mien alors que je continue, d’une voix douce. « Le temps file à toute allure. Et, si l’Hiver nous laisse un peu de répit, il va nous falloir repartir au combat. C’est pourquoi il faut que je songe à l’avenir. Le mien, celui de mes enfants. Eléanor est mariée et reine du Nord. Charissa est encore bien trop jeune pour y réfléchir. Mais les regards vont bientôt se porter sur Brandon. Il n’est pas encore en âge de se marier mais des engagements peuvent être pris. Et j’ai cru comprendre qu’il avait développé une certaine accointance avec Morgane. Il l’apprécie grandement. Et je souhaite que mon fils épouse une jeune femme originaire du Conflans. Alors, j’aimerais avoir votre opinion sur le sujet. » Je m’arrête alors, lui laissant le temps de réagir, espérant qu’elle ne prendra pas ombrage à la façon un peu abrupte dont j’ai amené les choses.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 703
Membre du mois : 12
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptySam 26 Jan - 13:00

Il y avait longtemps« Il faut oser perdre la jeunesse pour mieux la retrouver. »
Orane
Whent
Lyham
Tully

Il était vrai que la naissances des jumeaux impériaux tenait de la bénédiction. Un enfant était déjà une grande promesse d'avenir mais deux, c'était tout bonnement inespéré. Le soir de leur venue au monde, Orane avait pris soin de les mentionner dans ses prières aux côtés de sa fille bien-aimée, comme si quelques mots adressées à d'invisibles divinités pouvaient les mettre à l'abri du danger. Il fallait pourtant qu'elle y croie, puisque c'était sur leurs frêles épaules que reposait tout l'avenir en lequel ils mettaient tous tant d'espoir. Lorsque justement elle mentionna sa fille et la terrible perte qu'elle avait du subir, il s'assombrit et compatit après un silence. Oui, bien sûr, lui aussi connaissait la douleur de perdre un père. Orane baissa les yeux un bref instant.

« Oui, j'ai été vraiment navrée d'apprendre pour votre père. Mes condoléances. » lui répondit-elle, marquant un silence respectueux. Elle ne l'avait pas véritablement connu, sa famille n'avait pris ses quartiers à Vivesaigues qu'après la mort tragique de son défunt seigneur, ses souvenirs de lui se limitaient à l'enfance où elle l'avait entraperçu quelques fois. Mais fallait-il l'avoir connu pour comprendre ? Plus jeune, Orane avait elle-même perdu une mère. Une horrible mère, certes, mais une mère tout de même. « Elle a pu compter sur de grands soutiens. La vie que nous menons depuis presque un an ne lui avait malheureusement pas laissé l'occasion de se faire des amis, de son âge qui plus est. C'est un soulagement de savoir qu'elle n'a pas eu à affronter cette épreuve toute seule. »

Elle hocha la tête, surprise, lorsqu'il lui avoua que la jeune fille était bien la raison qui avait motivé cette entrevue. Pendant un bref instant, elle demeura silencieuse, priant intérieurement pour que sa fille ait su se comporter en son absence et qu'elle ne se soit pas rendue responsable de quelque mésaventure. Lyham, lui, semblait vaguement embarassée par le sujet, ou peut-être confus sur la façon de l'aborder. Il lui adressa un sourire qu'elle rendit par automatisme. Un rire lui échappa, maladroit, et il la pria de ne pas tenir compte de sa confusion. Elle eut l'impression qu'ils étaient enfants à nouveau pendant un bref instant.

« Bien entendu, je vous en prie, continuez. » répondit-elle en faisant un geste de la main pour l'enjoindre à s'exprimer.

Sans attendre, il prit un siège et lui fit signe d'en faire de même. D'un pas léger, elle le rejoignit et s'installa au plus près de lui, comme il seyait à une conversation privée. Ce faisant, il poursuivit calmement. Orane ne le quitta pas du regard un instant, les mains rassemblées sur ses genoux, l'écoutant parler de l'avenir et de l'Hiver à venir, des combats qui reprendront. En vérité, elle avait essayé de ne pas trop y penser depuis sa dernière conversation avec l'Empereur car ce semblant de paix lui était déjà si doux qu'elle aurait pu en venir à souhaiter que jamais l'Hiver ne se termine. Quand il prononça le nom de Brandon, elle comprit où il voulait en venir. Puis vînt le sujet de l'amitié qui le liait à Morgane et le désir que le père nourrissait de voir son fils épouser une fille du pays, et finalement il se tut pour la laisser y répondre. La surprise l'empêcha de répondre immédiatement. À son tour, elle eut un rire pincé et s'en excusa immédiatement :

« Pardonnez-moi, je dois avouer que je ne m'attendais pas à une telle conversation. » expliqua-t-elle sincèrement avant de se taire pendant un instant, pour ordonner ses idées. « D'abord, permettez-moi de vous rassurer : votre exposé était des plus clairs, vous ne vous êtes guère embrouillé. » un sourire. « Pour tout vous dire, Morgane me fait peu de confidences concernant ses relations, et j'ignorerais tout de son amitié pour votre fils si mon frère ne me l'avait pas rapporté. L'affection, vous dîtes, serait donc mutuelle et j'en suis ravie. Ce que vous me proposez... et bien, l'idée est plaisante. Ils se connaissent et s'apprécient – ce qui, il faut le dire, n'est pas le cas de bien des mariages. » Elle se tut un instant, l'air un peu contrit. « Je me dois de vous avertir malgré tout : ma fille n'est pas encore tout à fait disciplinée, ou du moins pas autant que je pus l'être à son âge, sans doute vous souvenez-vous... Je ne doute pas que sa force de caractère sera un atout dans sa vie d'adulte, mais elle pourrait aussi lui causer bien des torts si elle n'apprend pas à s'en servir quand elle est de mise. »
Orane Whent

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de l'Empire et intendante des terres Whent
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Douce Amère
Messages : 428
Membre du mois : 1
Célébrité : Rachel Weisz
Maison : Whent
Caractère : Calculatrice ∴ Intelligente ∴ Curieuse ∴ Diplomate ∴ Aimante ∴ Jalouse
Douce Amère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyLun 18 Fév - 13:52

Fort-Darion semble connaître un semblant d’accalmie ces derniers jours, depuis la naissance des jumeaux impériaux. Chacun se prépare à repartir dans son propre fief ou à passer l’hiver ici. Je sais qu’il va être temps pour nous de reprendre la route, avant que les intempéries ne nous en empêchent. Et je n’imagine pas la tête d’Alysanne si nous nous retrouvons bloqués loin de Bran. Réprimant une grimace à cette pensée, je me focalise sur la femme qui me fait face, retrouvant quelque peu les traits de la jeune fille que j’ai rencontrée il y a bien longtemps. Et je me demande pour la première fois si sa propre fille lui ressemble, n’ayant jamais pris le temps jusque-là de me questionner à ce sujet.

J’ai un silence à ses propos avant de souffler, à mi-voix. « Nous avons tous perdu des êtres chers durant cette guerre. Et j’ai peur que cela doive encore arriver avant que la paix ne finisse par s’installer durablement. Le prix à payer me parait parfois un peu trop élevé mais il faut tenir bon, quoi qu’il arrive. » Même si la douleur nous pousse parfois à demander grâce, pour éviter que d’autres malheurs ne viennent se rajouter encore et encore. Même si parfois, affronter les choses est bien plus difficile qu’on pourrait le croire. J’ai tout de même un sourire quand elle reprend. « C’est heureux, qu’elle soit bien entourée. Etre seul dans un moment pareil rend la chose encore plus difficile à accepter. »

Il me faut pourtant aborder le sujet de cette entrevue. Et j’avoue que l’exercice est bien moins aisé que je l’aurais cru au premier abord. Son attitude arrive cependant à me détendre et j’arrive tant bien que mal à lui expliquer ce que j’attends. Ce que je souhaiterais plutôt. Je ne peux m’empêcher de tousser de nouveau un rire quand elle reprend la parole, me gardant cependant bien de l’interrompre. Et j’ai un silence avant de reprendre. « Je ne m’attendais pas non plus à aborder ce genre de choses. Tout du moins pas dans ce contexte et pas avant quelques années. Mais le fait que la guerre est là, que Bran est supposer hériter d’une couronne que je n’ai encore pas vraiment portée et qu’il nous faut renforcer les amitiés au sein du Conflans. Quant au reste… » Mon sourire se fait amusé alors que je repense à la description qu’elle vient de me faire de sa fille. « Cela explique encore plus pourquoi Bran semble s’être attaché à elle. Sans ce caractère, ils ne seraient probablement pas devenus amis. » Je fronce cependant légèrement les sourcils avant de continuer. « Outre le fait qu’ils s’apprécient et que, comme vous l’avez dit, ce serait déjà un plus que n’ont pas nombre de mariages, pensez-vous que votre fille pourrait faire une bonne reine pour le Conflans ? Car c’est ce qu’elle deviendra un jour, si les dieux nous le permettent tout du moins. » Et si nous ne remportons pas cette guerre, la question n’aura de toute façon pas lieu d’être alors inutile de trop s’arrêter à cela non ? Et je la regarde, toujours curieux de ce qu’elle va pouvoir me raconter de plus sur sa fille au caractère si bien trempé.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 703
Membre du mois : 12
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyMer 10 Avr - 23:41

Il y avait longtemps« Il faut oser perdre la jeunesse pour mieux la retrouver. »
Orane
Whent
Lyham
Tully

Elle eut le coeur serré pendant un instant lorsqu’il évoquait les êtres que la guerre leur avait cruellement arrachés. Oh, ils n’étaient pas les premiers à souffrir le deuil et ils ne seraient certainement pas les derniers, elle ignorait du reste pourquoi on avait tendance à croire que l’on pouvait traverser les pires conflits sans pour autant rien y sacrifier, ou du moins rien de précieux. Sans doute valait-il mieux se persuader qu’à l’issue des combats - quelle qu’elle puisse être - les hommes qu’on avait vus partir, parés des insignes de leur maison et le coeur tout gonflé de courage, s’en reviendraient couronnés de gloire et de fierté… Si l’on était convaincu de leur mort prochaine, quand bien même c’était là plus qu’un simple risque, à quoi bon les laisser partir ?
Il y avait quelque chose d’un peu mélancolique dans le sourire qu’il lui adressa ensuite, tandis qu’il se réjouissait avec elle de savoir la fille Whent en bonne compagnie dans les moments difficiles. Être seul dans un moment pareil rend la chose encore plus difficile à accepter. Orane ne doutait pas que cette maxime avait désormais pour lui une résonnance très personnelle, comme pour elle d’ailleurs. Si elle avait du faire face à la mort de son époux seule et sans soutien… cette pensée la troublait. Elle n’était pas certaine d’avoir en elle assez de force pour affronter une telle épreuve sans les amis sur lesquels elle s’était reposée durant ces longs mois, aussi acquiesça-t-elle à ses propos.

« Bien sûr, je partage votre avis. Nos peines de demain seront les même qu’hier et, même si je ne voudrais pas prendre l’habitude de ces chagrins, nous devons apprendre à continuer à vivre avec eux. J’aime à croire que, si nous sommes encore là pour en parler, c’est que nous ne les affrontons pas seuls. »

L’entendre rire avec elle quand, revenus au sujet de leur entrevue, ils réalisèrent très certainement à quel point ils étaient peu préparés à ce genre de négociations, lui mit un peu de baume au coeur. Et ce n’était pas chose courrante pour eux de rire ensemble, ils n’avaient pas réellement coutume de le faire autrefois. Orane songea qu’elle avait peut-être été une fillette trop austère, elle l’oublia presque aussitôt.
Comme lui, elle n’imaginait pas devoir considérer la possibilité de marier sa fille si tôt mais l’urgence de leur situation à tous ne s’y prêtait guère. Et puis, c’était aussi l’occasion d’assurer un futur pour Morgane, elle qui n’hériterait certainement pas les terres dont sa mère avait la charge grâce à la confiance et l’amitié de l’Empereur. Un mariage, qui en outre n’aurait lieu que dans plusieurs années, serait la garantie d’un soutien et d’un foyer pour cette jeune damoiselle qui ne devait plus avoir l’habitude d’avoir un lieu qu’elle pouvait appeler sa maison. Quant à lui, il devait penser diplomatie et succession, protéger les intérêts de son tout jeune royaume pour les années qui suivraient la fin de son règne - puisse-t-il durer longtemps, pensait-elle.

« Beaucoup de pression sur vos épaules, comme sur les siennes. » dit-elle, en pensant à Bran qui, selon les dires de son frère, ne devait pas être plus âgé que Morgane. « Ne craignez-vous pas ce qu’il pourrait résulter de l’union de deux fortes têtes comme eux ? » un sourire. « Après tout, qui se ressemble s’assemble. » puis, reprenant son sérieux : « J’imagine que toute mère voudrait répondre que son enfant est le meilleur de tous. Je n’aurais pas cette prétention, mais je sais ma fille pleine de bonne volonté et de résolution. Elle est certes peu conventionnelle, mais elle tient de feu son père un grand sens de la justice et de l’honneur, pour lequel je lui suis gré, et elle a grande soif d’apprendre. J’ai connu peu de reines à dire vrai, mais si elle devait le devenir, je sais qu’elle assumerait ce rôle avec intégrité. »

Parfois, elle s’étonnait elle-même de l’orgueil qui gonflait son coeur quand elle se prenait à décrire Morgane. Comme tout parent, elle avait quelques fois un ou deux mots de reproche à lui faire, peut-être quelque regret quant à la façon dont elle l’avait éduquée, mais sa fille demeurait ce qu’elle avait de plus cher dans ce monde et, depuis la mort de Dorian, Orane se réjouissait un peu plus chaque jour que les Sept aient bien voulu lui donner une enfant qu’elle aimât autant.

« Si elle avait été un garçon, j’imagine qu’elle se serait faite chevalier, comme Dorian. Il a longtemps été son modèle. Aujourd’hui, c’est notre Impératrice. Une grande source d’inspiration, même si j’espère qu’elle n’aspire pas à prendre autant de risques. C’est une intrépide, cela ne fait aucun doute, et intelligente, ce qui l’aidera beaucoup à se faire une place dans le monde. » elle se tut, leva les yeux vers lui et rougit. « Mais je m’emballe : je pourrais parler de Morgane pendant des heures si l’on ne m’arrête pas. »
Orane Whent

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de l'Empire et intendante des terres Whent
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Douce Amère
Messages : 428
Membre du mois : 1
Célébrité : Rachel Weisz
Maison : Whent
Caractère : Calculatrice ∴ Intelligente ∴ Curieuse ∴ Diplomate ∴ Aimante ∴ Jalouse
Douce Amère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyDim 28 Avr - 12:20

Si la guerre nous enlève, depuis bien des années, nombre de proches, de personnes à qui l’on tient, elle nous permet aussi de nous rapprocher les uns des autres. De se découvrir de nouvelles aspirations et, quand on voit la façon dont se construit l’Empire, de créer quelque chose de plus grand. Mais parfois, la situation est délicate et les pertes semblent prendre le pas sur tout le reste. J’ai un regard curieux en direction de la lady et, à ses propos, je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire. « C’est aussi le sentiment que j’ai. Vivre avec nos peines, en tirer la force nécessaire pour qu’elles nous permettent d’avancer et ne nous empêchent pas de vivre. Et réaliser que nous ne sommes pas seuls. C’est important en effet. »

Aborder le principal sujet de cette entrevue est plus compliqué que je ne l’aurais cru. Parler de l’avenir de Bran, de son mariage possible a quelque chose de passablement surréaliste. Et pourtant, il n’y a rien de plus important que de forger de nouvelles alliances, que de montrer au reste du Conflans que son futur Roi sera marié à une riveraine, à une fidèle à l’Empire. Et entendre le rire d’Orane faire écho au mien me soulage plus que je l’aurais cru. Il m’est plus facile de discuter, de lui dire ce que j’attends et de pouvoir envisager ce pour quoi je me bats depuis le premier jour, un avenir pour mes enfants. Je hoche doucement la tête quand elle reprend la parole. « En effet… et un poids qu’il n’a pas demandé à porter. Il sera éduqué en ce sens désormais, mais il aura besoin de quelqu’un de fort à ses côtés. » J’ai un sourire amusé à la façon dont elle décrit sa fille mais je réalise, à mesure qu’elle parle, que c’est exactement le genre de femme que je voudrais voir régner aux côtés de Bran si cette chance lui est donnée. « J’avoue que j’ai très égoïstement songé qu’ils s’entendaient bien. Et que Bran semblait grandement l’apprécier. Si les mariages d’amour ne sont guère légion dans notre univers, j’aimerais au moins qu’il y ait de la complicité, du respect et de l’affection entre eux. Le fait que Morgane ne soit pas conventionnelle sera pour moi plus une force qu’une faiblesse. Le royaume du Conflans n’est pas conventionnel. Il est en train de se construire, il a besoin de personnalités fortes, capables de le porter au plus haut. Dans quelques générations, peut-être penseront-ils autrement. Mais pour moi, aujourd’hui, il est important d’imposer notre marque, de montrer que le Conflans peut avoir des dirigeants forts. Et riverains. C’est ce qu’est votre fille non ? »

Il est amusant et plus qu’intéressant de l’entendre parler de sa fille. L’amour transparaît dans chacune de ses paroles et j’avoue que c’est quelque chose de tout aussi important que le reste en cet instant. Et, quand elle rougit, je laisse filer un rire. « Il n’y a pas de problèmes. Je préfère de loin entendre une mère parler de son enfant de la sorte que de vous entendre dire à quel point elle est insupportable ou que sais-je encore. » Je me fais tout de même plus sérieux avant de reprendre, d’une voix tranquille. « Pensez-vous qu’elle pourrait être Reine ? Qu’elle comprendra ce que cela implique ? Et qu’elle voudra le faire avec Bran à ses côtés ? » Elle semble bien connaître sa fille et je ne veux pas prendre de décisions sans avoir toutes les cartes en mains, quand bien même Alysanne a accepté de me suivre dans cette entreprise.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 703
Membre du mois : 12
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyVen 3 Mai - 13:35

Il y avait longtemps« Il faut oser perdre la jeunesse pour mieux la retrouver. »
Orane
Whent
Lyham
Tully

Il lui fallait donc quelqu’un de fort pour seconder son fils dans la lourde tâche qui, tôt ou tard, lui incomberait. Orane ne connaissait pas le jeune prince, mais s’il ressemblait à sa fille tant en caractère et en détermination, comme elle avait pu l’entendre dire, alors elle se faisait un peu moins de soucis pour lui. Infatigables étaient leurs coeurs, inébranlables étaient leurs esprits, et c’était là les plus belles qualités qu’on aurait pu souhaiter à un roi et une reine. Du reste, gouverner serait une tâche difficile, mais avec le soutien de leurs proches et l’enseignement dont ils bénéficieraient, elle savait qu’ils seraient en mesure de relever ce défi. Il n’y avait aucune raison de ne pas le croire, du moins.

« Forte et riveraine jusqu’au bout des ongles, à n’en pas douter. » répondit-elle en acquiesçant vigoureusement. « C’est une terre qu'elle ne saurait faillir, j’en ai la certitude. »

En disant cela, elle avait comme un pincement au coeur. Tout était vrai, assurément. Morgane avait grandi dans le Conflans, entre les hauts murs d’Harrenhal et ceux plus modestes du domaine de son grand-père qui donnait sur la Bleufurque, sans oublier Vivesaigues dont elle commençait à connaître les recoins. Du reste, sa mère avait toujours voulu lui trouver un foyer stable, un endroit où s’établir et demeurer en paix, plutôt que ce mode de vie nomade qu’ils avaient malgré eux adopté. Lyham lui offrait cette maison rêvée pour son enfant, c’était une grande joie. Cependant, pour quelqu’un qui avait passé sa vie à vouloir la mettre à l’abri, à s’inquiéter de la voir trop impliquée, trop en avant, n’était-ce pas un peu contradictoire que de vouloir la faire reine ? Il n’y avait pas plus grande sécurité, et pas plus grand danger non plus.
Il sourit en l’écoutant parler de Morgane, le coeur gonflé d’un orgueil qu’elle gardait d’ordinaire secret. Non, sa fille n’était pas insupportable, mais elle n’était pas exempt de défauts. A maintes reprises, elle avait éprouvé sa patience, lui donnant bien des raisons de s’en plaindre bien qu’elle s’en gardât toujours de crainte que les Sept, qui n’avaient laissé vivre qu’un seul de ses enfants, ne lui reprenne la seule et unique vie qui avait finalement germé de son giron. Parfois elle se demandait si Morgane avait conscience de l’amour qu’elle lui portait, si elle ne lui tenait pas trop rigueur pour la stricte éducation qu’on lui avait imposée ou pour les règles - injustes à ses yeux - qu’on l’obligeait à respecter sous peine d’une sévère correction… Orane n’avait pas la sensation d’être des plus démonstratives, ses manières l’en empêchaient bien souvent. Oui, sa fille savait, elle en était persuadée. Elle devait le savoir.
Lyham l'observa d’un oeil sérieux. Bien sûr, la chose était déjà digne de la plus grande considération pour elle - il s’agissait tout de même de l’avenir de sa fille - mais pour lui, il n’était pas seulement question de son fils, il devait également penser à son royaume. Il devait savoir si Morgane avait en elle les capacités et la distance nécessaire à une reine, si elle serait prête à assumer ce rôle aux côtés du jeune prince. Orane demeura silencieuse un instant. Elle ne connaissait pas personnellement Brandon Tully, c’était à peine si elle les avait vus interagir quand elle séjournait à Vivesaigues, trop occupée qu’elle était par ses obligations envers l’Empereur. Ce qu’elle avait appris de leur amitié lui était, pour la majeure partie, rapporté par son frère qui jouait un rôle de confident auprès de Morgane. Elle n’avait eu l’occasion de les observer que très récemment, et elle avait eu conscience que leurs adieux avaient été déchirants. De mémoire, elle n’avait pas souvenir d’une autre fois où il eut été plus difficile pour sa fille de quitter un endroit où ils avaient temporairement posé leurs affaires. Cette enfant avait passé trop de temps entourée d’adultes et d’inconnus, il lui faisait mal de l’avoir séparée ainsi des premières amitiés qu’elle avait nouées depuis si longtemps.
Ayant réfléchit à ce qu’elle allait lui répondre, Orane inspira profondément et releva des yeux brillants vers lui en acquiesçant :

« Ma foi, oui, je le pense. Les récents événements n’ont pas entamé son bel esprit, mais ils lui ont assurément apporté en maturité. Je crois qu’elle commence à appréhender le monde dans lequel il lui faudra vivre. » Sans moi, pensa-t-elle et ces deux derniers mots résonnaient comme le glas dans sa tête, elle se faisait moins de soucis pour Morgane qui avait de si beaux jours à venir que pour elle-même. Une fois sa fille mariée, elle serait bien seule. « Bien entendu, si cela doit être, il lui faudra apprendre comment assumer de telles fonctions et je dois m’en remettre à vous pour cela, mais je ne doute pas un seul instant qu’elle prenne la pleine mesure des responsabilités et des attentes que cela impliquerait. Quant à votre fils... » elle marqua une pause, le regarda dans les yeux et hocha de la tête : « ...je vous avouerais que je ne sais rien de lui, sauf pour ce que vous voudrez bien m’en dire. J’ai longtemps pensé que Morgane était une enfant solitaire, or je n’avais pas réalisé avant de lui faire quitter vos murs qu’elle l’était par ma faute et celle de son père. La Providence ne nous a pas permis de lui donner un frère ou une soeur, et nos voyages intempestifs l’ont empêchée de créer des liens avec des enfants de son âge. Elle a longtemps été méfiante, j’imagine, et de savoir qu’elle s’est ainsi prise d’affection pour votre fils… eh bien, cela me réchauffe le coeur. J’ai presque honte, à dire vrai, de les avoir ainsi séparés en la ramenant avec moi. » elle n’avait jamais demeuré si loin d’elle pour une si longue période. « Je pense qu’elle voit quelque chose en lui - vous-même pourrez m’éclairer à ce sujet car vous le connaissez mieux que personne - et en l’état actuel des choses, je crois qu’il n’est personne au monde auprès de qui elle pourrait envisager un tel avenir. » elle se tût, puis crût bon d’ajouter : « Mais, bien évidemment, je dis ces choses sur la foi de la connaissance que j’ai de ma fille et des comportement dont j’ai été témoin, je ne puis néanmoins parler en son nom. »
Orane Whent

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de l'Empire et intendante des terres Whent
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Douce Amère
Messages : 428
Membre du mois : 1
Célébrité : Rachel Weisz
Maison : Whent
Caractère : Calculatrice ∴ Intelligente ∴ Curieuse ∴ Diplomate ∴ Aimante ∴ Jalouse
Douce Amère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) EmptyLun 27 Mai - 22:10

Je ne sais que je ne pourrais prendre aucune décision à la légère. Que la femme qu’épousera Bran aura de lourdes responsabilités sur les épaules, si tant est que nous vivions jusque-là et qu’il devienne bien Roi un jour. Ce que je lui souhaite, bien évidemment, même s’il est encore bien difficile d’y voir clair pour le moment et d’affirmer que le destin est déjà clairement écrit. Et je sais tout aussi bien qu’aucune réponse définitive ne sera donnée aujourd’hui. Je suis venu sonder la jeune femme, pour en savoir plus sur sa fille, pour me faire une idée sur celle qui semble plaire suffisamment à mon fils pour pouvoir envisager une union forte entre eux. Aimer son conjoint est quelque chose de rare. Alors, s’ils peuvent avoir déjà des affinités, voilà qui serait pour le moins prometteur. J’ai un temps, me faisant un rien pensif, avant de souffler, d’une voix douce. « Vous êtes fidèles à l’Empire avant d’être des riverains désormais. Je me trompe ? Non pas que ce soit un problème, bien au contraire. Mais Morgane se voit-elle toujours comme une fille du Conflans ? Toujours est-il qu’au vu de son ascendance, il est impossible ne pas imaginer qu’elle sera forte. »

J’ai un sourire alors que j’incline brièvement la tête à l’attention d’Orane avant de reprendre. « Le Conflans aura besoin de gens qui seront prêt à tout pour elle. La terre saigne depuis bien trop longtemps, elle va même finir par oublier ce que veut dire la paix j’en ai peur. Ce sera à Bran et à sa génération de la construire au mieux, de l’entretenir avec soin et de solidifier ce pour quoi nous nous battons aujourd’hui. » J’ai bon espoir, pour eux. Après tout, c’est pour eux que nous nous battons, que le sang est versé. Pour leur avenir. Et celui de leurs enfants. A écouter Orane parler de sa fille, j’ai presque le sentiment de m’entendre parler de Bran. Non pas d’Eléanor malheureusement, dont l’attitude m’a déçu avant son départ pour le Nord. Et pourtant, mon aînée me manque, quand bien même je serais incapable de poser tout cela par écrit. Et j’ai peur que sa naïveté ne lui joue bien des tours. Je repense à ma discussion avec l’Impératrice à ce propos avant de secouer la tête, me focalisant à nouveau sur mon invitée.

Et je hoche la tête quand elle réponse à mon interrogation, non sans esquisser de nouveau un sourire. « Vous entendre dire le contraire m’aurait surpris j’avoue. Surtout que j’ai pu le voir avec Bran. Il a su gagner en quelques mois cette maturité qui lui faisait défaut à mon goût. Même si j’aurais largement préféré qu’il la gagne d’une façon moins cruelle. Mais je crois que nous ne pouvons guère les protéger de tout ce qui nous arrive, n’est-ce pas ? » A trop vouloir les couver, ils ne seront pas capables d’affronter ce nouveau monde qui se dessine sous nos yeux. « Pour autant, il est délicat de les préparer à un monde où nous ne serons pas là pour veiller sur eux n’est-ce pas ? » J’ai un sourire un peu triste avant de grimacer légèrement. « A dire vrai, voilà quelque chose que nous sommes en train d’apprendre avec dame mon épouse. Peut-être qu’il serait bon pour Morgane de partager le quotidien de souveraines plus… aguerries. Il faudra que nous y réfléchissions, quand le conflit sera terminé. Qu’en pensez-vous ? » Au reste, mon regard accroche le sien et mon sourire se fait plus large. « Il est… entier. Il cherche à prouver sa valeur et, à l’heure actuelle, c’est un peu délicat. Et je ne peux pas dire qu’il soit dénué de caractère mais je crois comprendre que c’est quelque chose qui plaira à votre fille, je me trompe ? » Et je lève une main dans sa direction, comme pour l’arrêter dans son discours. « Au contraire. Qu’ils soient séparés est une bonne chose. Cela permettra de savoir si leur affection est réelle ou si elle n’était que le fruit d’un partage du quotidien. S’ils ont heureux de se revoir, ce sera une bonne chose non ? Cela nous permettra de savoir si nous pouvons envisager un avenir commun pour eux. » Et je me fais curieux au reste de ses propos. « Dois-je comprendre que vous lui laisserez le choix ? Non que je condamne cela, bien au contraire. Je préfère de loin qu’ils soient tous les deux d’accord plutôt que de les forcer et qu’ils vivent mal la situation. » Quand bien même cela voudra dire que ces tractations n’iront pas jusqu’au bout. Je gage qu’Orane Whent préfère de loin le bonheur de sa fille à une quelconque position sociale. Et autant dire que cela me plait d’avantage que le reste.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, Family, Duty
Messages : 703
Membre du mois : 12
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y avait longtemps (Lyham Tully)   Il y avait longtemps (Lyham Tully) Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Il y avait longtemps (Lyham Tully)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai longtemps errer... | Libre |
» On lui avait dit.
» je suis seul,mais pas pour longtemps
» [Jour II] Certes le « petit noyau » n’avait aucun rapport avec la société où fréquentait Swann ...
» "La vie c'est ce qui arrive quand on avait prévu autre chose" - Si je reste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: