Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Nulle ténèbre ne saurait éteindre le soleil
MessageSujet: Nulle ténèbre ne saurait éteindre le soleil   Mar 30 Oct - 11:08


Anders n'était pas présent alors que la princesse était en train de donner la vie. Alors que sa soeur mettait en monde son enfant. Il était fébrile et ce n'était pas de l'indifférence qui l'animait, loin de là. Mais elle était entre des mains compétentes, il n'aurait fait que gêner, à faire les cent pas dans le couloir, à l'entendre hurler alors que l'enfant se frayait un passage à travers son corps fragile. La situation de Dorne était on ne peut plus préoccupante. Il y avait eu de très, très longues discussions avec les envoyés du Tigre, avec le Tigre lui-même, afin de convenir d'une stratégie pour sortir Dorne de ce miasme. Beaucoup de plans, beaucoup de rejets. Et finalement un accord... Sa lance frappa avec fracas celle d'un jeune soldat encore en entraînement. Il ne se rappelait que trop combien la soldatesque s'était révélée impitoyable avec lui à cet âge, parce qu'il était un bâtard qui n'avait rien à faire dans l'entourage des Martell. Pour cela, ils s'étaient montrés sévères avec lui, durs et parfois même injustes. Autant de blessures dans son amour propre qui l'avaient façonné. Finalement, avec le recul, il les en remerciait. Cela avait fait de lui un bon guerrier. Alors que Roward avait été couvé, épargné, ce qui l'avait rendu fou de rage d'ailleurs...

Le bâtard dornien avait besoin de se changer les idées et l'exercice physique avait toujours été une bonne thérapie. Tant pis pour le jeunot en face de lui qui se retrouva bien vite à terre, la pointe de la lance du Martell sur la gorge. "Pas mal, mais il faut travailler ta garde." Il se redressa, essuyant son front couvert de sueur, avant de déposer sa lance et de prendre le chemin de ses appartements. Cela faisait déjà quelques heures que le travail avait commencé. Il devait se rendre présentable. Il prit donc un vain rapide, avant de se vêtir correctement. L'enfant n'avait pas encore pointé le bout de son nez. Il ne pouvait que patienter... Il serra les poings, devant se faire violence pour ne pas se rendre dans les appartements de sa sœur. Il espérait qu'elle comprendrait et n'en prendrait pas ombrage. Il y avait Arianne qui n'était pas loin. Ce n'était pas là une affaire d'hommes. De mari tout au plus. Pas de frère en tous les cas.

Et puis enfin, des rumeurs de naissance. Un fils... Son cœur s'emballa. Un petit garçon... Et Deria était vivante. Elle allait bien. Il poussa un soupir de soulagement. Un soulagement tant intense que ses jambes auraient pu se dérober sous lui. C'était ce qu'il craignait le plus. Même en bonne santé et bien entourée, aucune mère n'était à l'abri de mourir en couches. Il y avait parfois... Souvent, des complications. Et même encore maintenant, elle n'était pas sauvée. Les infections étaient légion. Il n'alla point la voir pourtant. Il n'alla pas voir son neveu. Deria devait être épuisée. La sage femme devait s'affairer. Il imaginait sa sœur allongée dans le lit, son fils contre son sein, le couvant des yeux, pleine d'amour et d'adoration. Ces moments là n'étaient qu'à elle et elle devait les savourer.

Quelques heures plus tard, elle ne pouvait que les garder conservés dans sa mémoire. Précieusement. Le petit Prince lui avait été arraché. Une ombre venait de voiler à jamais le soleil de Dorne. Deria ne se remettrait jamais de cette perte, il en était persuadé. Silencieusement, le bâtard quitta le palais, le cœur lourd. Son regard se porta vers l'océan. Le destin était en marche... Avec la mort de l'enfant venait une offensive dornienne. Il ne s'attarda pas au chevet de sa sœur, ravagée de chagrin. Il baisa son front et lui murmura quelques mots, avant de s'éclipser, tandis qu'une page se tournait pour Dorne. Une bataille navale sans précédents. Issue d'un plan longue mûri. Le Tigre n'avait pas volé sa réputation de conquérant. Anders ne pouvait qu'éprouver du respect pour cet homme. Pourtant, Dorne perdit. Dorne devait faire la paix avec le Bief. Et l'accalmie pouvait revenir. Anders pouvait enfin se poser et s'entretenir avec sa sœur. Il avait compté sur Arianne et les suivantes fidèles de Deria pour la maintenir à flots. Qu'aurait-il pu bien apporter de plus ? Presque timidement, il frappa à sa porte, avant de pouvoir pénétrer dans ses appartements. Elle était là. Digne. Pâle. Cernée. Le chagrin hantant encore son regard sombre. "Deria..." Il ne dit rien de plus, s'approchant juste d'elle pour l'enlacer avec force. "Je ne pouvais pas venir avant..." Pour maintes raisons. Manque de temps alors que Dorne se battait et qu'il devait être présent. Par lâcheté également, de devoir se confronter à sa tristesse. Et parce qu'il ne savait comment se comporter avec elle après les récents événements... "Il faut qu'on discute. T'en sens-tu la force ?"


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1223
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nulle ténèbre ne saurait éteindre le soleil   Mer 21 Nov - 21:19

Je l’avais serré dans mes bras, effleurant avec douceur les contours parfaits de son visage, sa petite main tenant si fermement la mienne. Je lui avais souri, j’avais murmuré, lui soufflant des promesses au creux de l’oreille, des mots dont il ne se souviendrait pas, dont personne n’aurait connaissance. Durant ces quelques heures, trop épuisée pour bouger, j’en avais oublié le reste du monde. J’étais restée à écouter sa respiration, à regarder ses lèvres bouger en dormant, me contentant de respirer contre sa peau et de l’entourer de tout l’amour dont j’étais capable, alors que les soldats blessés et tout autant épuisés commençaient seulement à rentrer, alors que les navires étaient encore en train de sombrer dans la baie. Je m’étais accordée quelques heures, quelques minuscules heures en tant que mère plutôt qu’en tant de princesse. Il était si petit, comment aurais-je pu faire autrement ? Mon fils, si fragile et si important.

Trop petit. Trop fragile. Il lui était impossible de rester ainsi dans ce monde.
Et ce fut bien trop brutal et trop soudain. J’avais beau y être préparée, en quelque sorte, la douleur et le chagrin étaient trop forts et trop présents. J’avais fini par renvoyer tout le monde, devant insister avec certains ne voulant pas me laisser seule, avec Arianne entre autre, pour qu’ils finissent par obéir devant l’ordre donné par leur Princesse plutôt que d’écouter la requête d’une mère éplorée. La nuit avait été bien trop longue et épuisante pour que je puisse encore chercher une quelconque patience ou indulgence. Les épreuves avaient été bien trop nombreuses et difficiles pour que je puisse faire illusion bien longtemps. J’avais besoin d’être seule, quand bien même avais-je eu la visite de nombre de personne, quand bien même avais-je discuté avec le Tigre à son retour de combat. Comme si les Dieux avaient décidé de s’en mêler pour de bon, il avait fallu que la flotte ennemie arrive cette nuit, alors que j’étais en train de donner la vie. Comme si nous avions besoin de plus d’obstacles encore. Pourtant, le conquérant d’Essos s’en était fort admirablement tiré, causant plus de dommages que je ne l’aurais cru possible… Cela ne serait pas suffisant certes, mais, peut-être cela me permettrait-il de négocier un peu, de moins perdre… Le visage fermé, il m’avait détaillé la bataille, m’informant de la défaite, le nombre de pertes adverses me réjouissant malgré tout, me rappelant les termes de notre accord, même si cela continuait de me donner la nausée.
Mais je n’avais pas le choix. Pour le moment, il nous fallait poser les armes et reprendre notre souffle. Pour le moment, je devais accepter de perdre.
Perdre un morceau de mes terres en plus de mon fils.

Quelle justice y a-t-il dans tout cela ? Je me suis pourtant toujours efforcée d’être juste et forte, de protéger les miens, ma principauté et mon peuple. Sans succès. Sans doute n’aurais-je pas dû en être si tôt l’héritière. Mais c’était ainsi. Et j’avais fini par en accepter les conséquences et les impacts. Je cédais du terrain, je tiendrai face à la rébellion des nobles et du peuple qui ne saurait manquer, je ferai passer ma douleur après tout le reste, j’acceptais des conditions qui m’avaient révoltée quelques mois plus tôt. Mais j’ai une promesse. Celle de voir leurs royaumes brûler, celle d’obtenir la tête de mon ennemi. Celle de récupérer mes terres et de mettre mon peuple en sécurité. Je saurais me montrer patiente, tant que le Tigre fait ce qu’il faut pour tenir sa promesse. Et pour le moment, je lui fais confiance à ce sujet, qu’importe le reste, ce n’est pas important.

Il est plus facile de me focaliser ainsi sur cette colère, plus facile de réfléchir aux possibilités pour retrouver mes terres, plus facile même d’envisager la révolte de ceux qui seraient abandonnés, sacrifiés. Tout plutôt que d’affronter cet abîme qui ne cesse de croître. C’est idiot, cela reviendra tôt ou tard, avec un effet sans doute pire il est vrai. Mais je suis pour le moment incapable de l’affronter.
Sauf que je n’ai pas le choix, n’est-ce pas ? Pas alors que Anders frappe et demande à entrer, Elios le laissant faire, s’assurant que nous ne serions pas dérangés. Je lui jette un coup d’œil, avant de reporter mon regard vers l’horizon. Je sais, je n’aurais pas dû me lever, je tiens à peine sur mes jambes. Mais j’étais incapable de rester allongée à ressasser. Ma gorge se serre, incapable de lui rendre son étreinte, sans pour autant chercher à m’en défaire. J’inspire profondément, avant de m’éloigner de lui en hochant la tête.

« Que j’en ai ou non la force n’est pas la question. » Je resserre mon châle autour de moi malgré la chaleur et me dirige vers une bergère. « Il le faut. »




UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 6577
Membre du mois : 9
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nulle ténèbre ne saurait éteindre le soleil   Hier à 14:10


Il ne savait pas trop à qui il avait à faire alors qu'elle rétorquait fermement qu'importe ses sentiments, ils devaient parler. Sans doute était-il plus facile pour elle de se retrancher derrière son statut de princesse. Cela était moins... douloureux. Mais était-ce seulement possible de se diviser ainsi, de cloisonner ses sentiments et sa raison ? probablement pas. Cependant, Deria était forte. Mais à quel point l'était-elle au juste ? Elle restait une mère privée de son enfant, son premier né, celui qui avait été le réceptacle de ses espoirs, de ses désillusions... Et elle se retrouvait soudainement seule. Elle aurait probablement d'autres enfants, avec son nouvel époux, mais tout de même... Il s'était redressé imperceptiblement, comme un soldat au rapport, et plus comme un frère venu s'enquérir de l'état de sa sœur. Qui aurait cru que les épreuves les rapprocheraient ? pendant toute leur enfance, ils avaient été comme chien et chat et ne s'étaient jamais vraiment compris. Mais en vieillissant, en se mêlant aux jeux de pouvoirs, il avait compris davantage le quotidien des puissants. Leur solitude. Et puis Deria lui avait fait confiance. Elle l'avait légitimé, elle lui avait donné des responsabilités. Signe qu'elle l'appréciait un peu tout de même ou du moins, voulait compter sur lui, non ? Il en était reconnaissant. Comme de pouvoir être un soutien, voire un confident... Prenant ainsi une place qui avait été celle d'Arianne ou de Roward jusqu'à maintenant. Et il ne s'en était pas rendu compte jusqu'à maintenant, mais il en avait été jaloux... "Très bien." Il avait répondu d'un ton neutre. Les temps étaient durs pour Dorne, mais ils étaient toujours là, toujours debout, même vaincus. Et le Tigre n'était pas un allié à prendre à la légère. On aurait eu tort de penser l'étranger barbare, c'était un homme avisé, qui suscitait autant l'admiration d'Anders, que la méfiance, alors qu'il se demandait jusqu'à quel point cet homme ferait cas de ses alliances...



I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1223
Membre du mois : 14
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nulle ténèbre ne saurait éteindre le soleil   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Nulle ténèbre ne saurait éteindre le soleil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Teindre du cuir en rouge ?
» La democratie ne saurait faire la guerre a la democratie.
» Bon bah je l'avoue je suis nulle en graphisme uxu
» Bon sang ne saurait mentir
» Ce qui est mort ne saurait mourir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown ::  :: Dorne :: Lancehélion-
Sauter vers: