Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth
MessageSujet: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Lun 29 Oct - 22:20

Les jours passaient et se ressemblaient tous inlassablement teintés de morosité et de l'éclat terne d'une situation politique de plus en plus bouillante en totale contraste avec les températures rigoureuses d'un hiver implaccable. Le jeune souverain du Val d'Arryn se morfondait encore et toujours dans le desespoir lancinant d'une perte tragique et injuste. Cette attitude si elle était parfaitement compréhensible au regard de l'age du faucon n'en restait pas moins absolument préoccupante eu égard à l'évolution défavorable du contexte politique ainsi que les divers soucis s'accumulant au dessus de la couronne. De plus, les observateurs avides autant qu'avisés gravitant autour du pouvoir ne pouvaient pas manquer de se demander en quelle proportion ce comportement dénotait de la personalité du nouveau maitre du Val et de la Montagne. Ronnel Arryn était jeune certes mais il était également le roi de l'un des plus glorieux et prospères royaumes du continent et à ce titre ne pourrait guère continuer d'apparaitre ainsi diminué aux yeux de ses sujets comme de ses barons. Pour ma part, j'avais relativement confiance en la capacité du jeune homme de se relever plus royal de cette triste et douloureuse épreuve et me contentais d'assurer mes devoirs auprès du fils de Sharra conformément aux demandes qu'elle m'avait fait parvenir par missive. Des demandes et non des ordres en vertu de notre lien cependant la reine régente savait pertinnement que celles-ci seraient considérés comme tels par l'ami que j'étais. La position de chambellan étant innocupée à ce jour, je m'étais de manière fort cavalière imposé à ce rang de par mes actions auprès de Ronnel et de mes liens avec sa mère. 

L'important n'était pas le respect de l'étiquette par les temps que nous traversions mais bien que le travail soit accompli de manière efficace et expéditif car avec l'absence de Sharra et l'état de son fils l'administration du royaume reposait sur les hommes entourant le trone. J'attendais également le bon moment pour tenter de tirer le roi de sa torpeur dévastatrice avec la perspective d'une renaissance amoureuse. Passant énormément de temps auprès de Ronnel, je savais bien qu'il n'était pour l'heure nullement le moment de lui laisser entrevoir la nécessité de s'assurer une descendance. Ainsi, les jours passaient inlassablement et se ressemblaient sempiternellement. Me trouvant dans un cabinet près des appartements royaux, je rédigeais une série de missives attablé au bureau. La lumière du jour éclatante et presque agressive filtrait à travers une épaisse meurtrière. Les portes sanglantes, bastion le plus important du Val constituait une résidence d'hiver à l'exact opposé de la magnificence de la capitale comme de son palais innateignable et chaque élément se laissant effleurer par le regard ne rapellait que trop bien cette vocation militaire. De nombreux souvenirs planaient au dessus des vivants en ce lieu légendaire de l'histoire du royaume. Et la plupart de ces derniers étaient liés à la bataille ayant eu lieu trois ans plus tot face au cerf couronné et ses hommes. 

Parfois, il suffisait de contempler un meuble pour se remémorer un conseil de guerre et avoir l'impression d'entendre la voix sereine et puissante de feu le roi s'élever. L'Histoire s'était écrite dans ces lieux et continuait de le faire car celle-ci n'avait pas de fin. La première missive pour Amarei achevée, j'enchainais sur celle à mon capitaine afin de savoir ou en était la mobilisation d'hommes supplémentaires devant venir renforcer l'armée permanente du royaume avant de terminer par une à la reine Sharra afin de lui faire un rapport de l'état des lieux. Puis, faisant signe à mon échanson de m'apporter une coupe de vin je savourais cette dernière en imaginant Forchant et les miens dans le grand hall. Une fois les missives parties pour la volière, je quittais la pièce étroite pour aller me dégourdir les jambes. Deux chevaliers de ma maison dans le sillage, je rejoignais la salle du trone au moment ou je reconnus le grand argentier du royaume. Mereth de la maison Baelish, l'homme était élégant et fidèle à sa réputation mais plus important que tout il s'agissait de l'un de mes plus proches alliés au conseil du Val aussi ce fut tout naturellement que je l'accostais au milieu du couloir avec un signe de tète respectueux. Lord grand argentier Baelish. Je suis fort aise de vous croiser ici. Faisons quelques pas ensemble, je vous prie.




   
« House Belmore from Strongsong »
For The Vale .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord Belmore de Forchant
Âge du Personnage: 35 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Messages : 83
Membre du mois : 42
Célébrité : Craig Parker
Maison : Belmore
Caractère : Flamboyant - Ambitieux - Loyal - Cynique - Compétent
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Mar 30 Oct - 19:17


Fortune du royaume est celle du conseiller


L'ambiance était morose dans les couloirs du palais royal. La paix et la sérénité des lieux étaient gravement troublées par le récent drame ayant affecté la famille régnante. Parmi les esprits éveillés à la politique extérieure, plus précisément les membres du Conseil, nous savions à quel point ces événements jetaient une ombre colossale sur notre tranquillité. Les beaux jours des signatures de juteux contrats pour renflouer les caisses prenaient fin. Une période de dépenses titanesques pointait le bout de son épée.

Notre reine reprenait les rênes du royaume, devenant de nouveau la figure de la maison Arryn. Notre jeune roi se morfondait de la perte de sa précieuse épouse. Aux yeux de ma fonction de Chancelier des Finances et du Trésor, je voyais là une perte immense. L'événement mettait en péril nos rentrées d'argent, que ce soit par le commerce ou les taxes liées. Mais également la diplomatie externe, fragilisant la neutralité et la paix entre les deux grandes nations aux caisses pleines d'or. Pour sauvegarder nos efforts, la Reine s'était absentée, laissant le royaume aux mains du Conseil. En bon opportuniste, je gardais mon regard rivé sur les ombres rodant autour du trône, et plus particulièrement autour du fragile souverain. Rien ni personne ne devait le faire dévier de sa politique actuelle. Aucune silhouette obscur aux délimitations floues ne devait prendre le dessus sur les autres.

Pour l'heure j'analysais de multiples documents et transactions, préparant le terrain pour d'éventuelles hausses de taxes. La tâche était complexe, l'équilibre devait être maintenu entre les recettes et les dépenses du royaume. Les taxes ne devaient pas briser la balance commerciale, au risque d'engendrer des mois de pertes. Les innombrables documents s'entassaient sur le bureau en bois massif, m'obligeant à recruter quelques mains libres afin de rédiger des récapitulatifs, et des tableaux de données. La rédaction prendrait des heures, voir quelques jours, me permettant de vaquer à des occupations plus sociales et factuelles. En homme avisé, je quittais mon bureau avec pour seule protection un chevalier de la maison royale. Le détail n'était pas anodin, me rappelant sans cesse le statu de ma maison mineur. Mon fief n'était qu'une étendue boueuse comportant un troupeau de brebis et un village d'une dizaine de familles. On pouvait bien me surnommer le Seigneur de la brebis, et le Maître de la Tristesse. Mais en réalité, j'étais bien le seul à me surnommé secrètement ainsi, car jamais aucun noble n'avait pu voir le désastreux fief que la Maison Corbray nous avaient délégué. Mon arrière grand-père et mon grand-père après lui, avaient fièrement servi leur maison, et notre récompense avait un arrière goût amer.

D'un air fier et condescendant, je menais la marche vers la salle du trône, en quête de nouvelles informations à me mettre sous la dent. Un commérage, une rumeur, tout était bon à prendre, surtout pour cracher sur quelqu'un. Là était l'avantage d'être d'une famille mineure. La tête haute, et un porte-document sous le bras, j'entendis des bruits de pas nous accoster. Je reconnus Lord Belmore, et je lui rendis son signe de tête.

- "Lord Belmore. Je suis ravie de vous revoir. Je suppose que nous allons tout les deux vers la salle du trône ?"

©️ 2981 12289 0



UN AMER GOÛT DE FER,
ARRIERE GOÛT DE SANG.


Spoiler:
 


Dernière édition par Mereth Baelish le Jeu 1 Nov - 20:58, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chancelier des Finances et du Trésor
Âge du Personnage: 35
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 152
Membre du mois : 91
Célébrité : Tom Hiddleston
Maison : Baelish
Caractère : Acerbe, Opportuniste, Complexé, Calme, Rusé, Hautain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Jeu 1 Nov - 19:24

Fortune du royaume fait celle du conseiller.Mereth Baelish & Meribald Belmore« Une ambition raisonnable et mesurée est le fruit précieux de l'élévation des sentiments de l'âme : c'est par elle que toutes nos actions reçoivent beaucoup plus de mouvement, qu'une noble émulation règne parmi les hommes, et qu'il naît dans toutes les conditions le plus grand bien.»Un porte document sous le bras gauche soulignait de manière assez nette le role du Baelish dans l'administration du royaume tandis que le chevalier arborant une cape azur ainsi que le blason de la maison Arryn sur une armure étincelante dans son  sillage proclamait son rang. Tète haute et l'expression soucieuse le grand argentier de notre prospère contrée en imposait à tous par sa superbe tranchant notablement avec la modestie de ses origines. Sa tenue était d'un gout certain et pourrait faire palir de jalousie bien des nobles du Val et de la Montagne. Bien que je doutais que certains seigneurs accordent une réelle importance à leur paraitre laissant de bon coeur cela à leurs dames, en homme rompu à une certaine coquetterie naturelle je ne pouvais que prendre le temps d'admirer le talent de son tailleur. De beaux atours n'étaient pas qu'une simple question d'obligation courtisane. Ces derniers indiquaient un rang, un statut, une situation financière. Se pavaner n'était point une simple  question de bon gout mais bien également d'orgeuil. Et un pourpoint finement ouvragé disait sans l'usage de la parole si les affaires de telle ou telle maison se portaient bien. Oh, bien sur il arrivait que certains jouent les illusionistes par ce biais mais n'était ce point le propre de toutes les cours que de mentir dans ce jeu permanent teinté d'hypocrisie. Le temps n'était néanmoins pas à la fète dans le royaume et la cour présente à la Porte Sanglante moins importante que celle des Eryés pour des raisons évidentes baignait dans la morosité souveraine. L'hiver pesant avait poussé bon nombre de nobles, de chevaliers et de gentes dames à retourner en leurs domaines. Le deuil du jeune faucon avait également pu joué sur la décision de ces affables et dévoués flagorneurs. Aucun courtisan n'aimait déperir dans une ambiance morbide sauf les plus déterminés à picorer les faveurs et les graces royales en se faisant bien voir. Pour finir, la forteresse elle mème expliquait cet exode. Le faste des Eryés contre la rigueur architecturale d'une perle militaire. Ainsi, seuls restaient les membres du Conseil, les proches de la couronne, les généraux et ce simulacre de cour. Ce qui n'était guère plus mal car le roi Ronnel aspirait à la tranquilité et en ces temps troublés et compliqués le calme permettait ce que l'agitation génerait. Un infime sourire effleura le bout de mes lippes tandis que lord Baelish me rendait mon signe de tète respectueux. Le protocole eut été plus lourd mais nous nous connaissions relativement bien. Du moins autant que deux alliés politiques puissent le faire. Tout le plaisir est pour moi lord Baelish. En effet, faisons donc le chemin ensemble. Me placant à coté du grand argentier, mes gardes encadrèrent le chevalier de la maison Arryn alors que nous reprenions notre route commune. Comment se porte votre épouse ? Et vos fils ? Simple formalité d'usage et de courtoisie avant de se lancer dans les discussions plus sérieuses. © YOU_COMPLETE_MESS




   
« House Belmore from Strongsong »
For The Vale .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord Belmore de Forchant
Âge du Personnage: 35 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Messages : 83
Membre du mois : 42
Célébrité : Craig Parker
Maison : Belmore
Caractère : Flamboyant - Ambitieux - Loyal - Cynique - Compétent
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Jeu 1 Nov - 21:25


Fortune du royaume est celle du conseiller


Lord Belmore face à moi semblait en forme. Deux gardes aux couleurs de sa maison lui emboîtaient le pas, assurant sa protection et marquant son importance. Alors qu'il m'abordait dans un couloir menant à la salle du trône, nous engagions quelques banalités. Je pouvais sentir son regard sur ma nouvelle tenue, comme souvent coloré de noir et de vert. Les deux couleurs m'allaient plutôt bien, et se trouvaient êtres celles de ma maison. Quelques touches de dorée faisaient également merveille dans l'association des deux coloris. Quant à la coupe, rien d'affriolant, elle était droite et élégante.

J'avais une certaine horreur des discussions banales et peu profondes. Rien d'intéressant n'en résultait jamais, et je ne comprenais même plus l'intérêt de poser les mêmes questions tous les jours. Il m'arrivait même de ne pas saluer mes propres subalternes, ou même n'importe qui d'autre que je voyais trop souvent. J'avais hâte que le Belmore entre dans le vif du sujet, mais il me forçait la main avec ses politesses. Je me voyais obligé de les lui rendre.  

- "Ils vont biens, vous aurez certainement l'occasion de les croiser dans les couloirs. Il n'y a rien d'intéressant à Drearfort, autant qu'il reste avec la cour. Comment vont vos filles ?"

Une question me piquait les lèvres. J'avais ouï dire que le Belmore s'occupait du Roi en l'absence de la Reine Mère et Régente. Peut-être que le lord pourrait m'éclairer sur l'évolution de la situation. Peut-être pourrais-je également lui proposer l'un de mes fils, afin de changer les idées du jeune roi.

©️ 2981 12289 0



UN AMER GOÛT DE FER,
ARRIERE GOÛT DE SANG.


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chancelier des Finances et du Trésor
Âge du Personnage: 35
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 152
Membre du mois : 91
Célébrité : Tom Hiddleston
Maison : Baelish
Caractère : Acerbe, Opportuniste, Complexé, Calme, Rusé, Hautain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Ven 2 Nov - 13:59

Pour côtoyer le seigneur de la maison Baelish depuis un certain temps désormais, je n'étais que trop bien conscient de sa fâcheuse tendance à dédaigner l'étiquette aristocratique voulant que la courtoisie la plus hypocrite ou la plus exaspérante soit une obligation scrupuleusement respecté par chaque membre de la cour. En quelle proportion j'avais éludé ce fait par habitude consommée de plusieurs années passées à la capitale et en laquelle mon sens de la taquinerie avait parlé car cela faisait intrinsèquement partie de mon caractère ? Je ne saurais guère le définir. Toujours était-il que bien que n'étant pas franchement un homme d'action, le grand argentier préférait rentrer dans le vif des débats de manière assez directe. Oh, cela me convenait parfaitement notez le bien cependant la flagornerie comme le bavardage lourd ou calculé avait de nombreux avantages.


Assommer un interlocuteur, le pousser à basculer sur certains sujets comme si cela était la chose la plus naturelle du monde, le tromper, lui soutirer des informations en enrobant la manœuvre dans un atour de sympathie voire distiller du mensonge de manière fort habile. Non, les us et coutumes de la cour n'avaient rien d'une perte de temps à mes yeux mais constituaient autant d'armes qui bien maniées étaient tout aussi redoutable que les épées et les dagues au coté des hommes que nous étions. Cependant, je pouvais parfaitement comprendre qu'un homme habitué à maitriser les chiffres et gérer l'or d'un royaume méprise ces convenances. L'argent ne parlait pas, il était voilà tout. Un sourire matois étira lentement mes lèvres car je pouvais presque sentir l'impatience de lord Baelish. Il faut bien reconnaitre que les gens qui commentent des sujets aussi triviaux que le temps aiment certainement s'entendre parler n'est ce pas lord Baelish ?


Une lueur amusée traversa mon regard alors que mon sourire s'élargissait. Seulement, la sincérité avait été bien réelle dans mon interrogation car quand bien même la politique s'avérait par essence un jeu de dupes je prenais le plus grand soin d'entretenir d'excellentes relations avec mes alliés. Eh bien je pourrais interroger ces jeunes hommes sur leurs apprentissages d'écuyers il me semble. Mes filles vont bien tout comme mes fils je vous en remercie. Mes enfants se trouvent dans notre fief et je crains de ne pouvoir les revoir avant un bon moment. Je prenais bien soin de noter dans un coin de ma tète la formulation du grand argentier.


Ce dernier n'avait évoqué que mes filles à dessein certainement. Une union matrimoniale devait l'intéresser et il faut dire que si nous n'en avions jamais franchement parlé nous avions évoqué le sujet à demi mots. Mais, j'avais deux filles et l'une d'elle devait certainement en cet instant précis s'exaspérer des leçons de sa mère. Leçons prodiguées afin de lui permettre de plaire à un jeune souverain blessé. Décidant de mettre un terme aux formalités d'usage afin de ne point pousser le Baelish à s'impatienter davantage, je laissais mon sourire disparaitre de mon visage. J'ai fort crainte que l'état émotionnel du roi Ronnel soit identique à celui qui fut le sien juste après la mort de son aimée. Il ne semble guère vouloir sortir de sa torpeur et prendre les rènes de son héritage. En parlant de cette perte tragique, pensez vous que nos relations avec les lions du Roc vont patir de la fin abrupte de ce mariage ?




   
« House Belmore from Strongsong »
For The Vale .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord Belmore de Forchant
Âge du Personnage: 35 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Messages : 83
Membre du mois : 42
Célébrité : Craig Parker
Maison : Belmore
Caractère : Flamboyant - Ambitieux - Loyal - Cynique - Compétent
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Ven 2 Nov - 19:19


Fortune du royaume est celle du conseiller


Je remarquais le sourire finaud qui étirait lentement les lèvres du Belmore. Je connaissais assez bien l'homme pour savoir qu'il me connait tout aussi bien. Il savait que j'avais horreur des banalités et des discussions à rallonges, et pourtant, il prenait un certain plaisir à le faire. Voyant venir son petit jeu pénible, je décidais d'y prendre part avec patience.

- "S'entendre parler, je ne sais pas. Mais, ils doivent sans aucun doute manquer d'interlocuteurs. Les vieux débris ont tendance à radoter au sujet du temps qui passe, et du froid toujours plus vigoureux. Ne trouvez-vous pas, Lord Belmore ?"

L'homme au blason orné de cloches, avait un regard amusé, et un sourire qui ne faisait que s'élargir. Cependant, il semblait sentir mon impatience, et décidait de ne point trop tarder à entrer dans le vif du sujet. Je hochais patiemment la tête en entendant des nouvelles de la famille Belmore, mais je n'ajoutais rien à ce sujet. Le sujet du Roi arriva sans surprise sur le tapis. Comme je le craignais, son état n'évoluait pas positivement. Mais le noble posa une question fort intéressante, à laquelle je répondis.

- "Les lions ont toutes les cartes en main pour mettre fin aux relations cordiales que nous entretenons avec eux. Toutes les puissances ont les yeux rivés sur nous, attendant de voir la chute de notre pérenne relation. Le décès de la reine Nyméria n'est certainement pas anodin. Les décisions qu'il entraîne auront un effet boule de neige sans pareil."

©️ 2981 12289 0



UN AMER GOÛT DE FER,
ARRIERE GOÛT DE SANG.


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chancelier des Finances et du Trésor
Âge du Personnage: 35
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 152
Membre du mois : 91
Célébrité : Tom Hiddleston
Maison : Baelish
Caractère : Acerbe, Opportuniste, Complexé, Calme, Rusé, Hautain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Sam 10 Nov - 22:59

Tandis que je m'attendais à voir le grand argentier faire montre d'une certaine impatience quant à mes taquineries relatives à la banalité des discussions de convenance, le Baelish me surprit agréablement en relevant le gant et en se lancant dans la conversation afin de me faire payer la perte de son temps visiblement précieux. Je n'en attendais pas moins de lui à dire vrai. Aussi, le sarcasme de sa remarque ne manqua pas de faire s'étirer un peu plus longtemps mes lippes rompus au cynisme. Je dus mème réprimer un éclat de rire devant sa saillie. Je dirais que si les vieux débris radotent autant à propos du temps c'est bien parce qu'ils sentent ses variations de manière plus nettes que leurs cadets. Difficile de leur en vouloir dans de telles circonstances. Oh mais détrompez vous lord Baelish, souvent ceux qui sont les plus amoureux du son de leurs propres voix sont ceux qui l'utilisent le plus. Vous conviendrez bien que les politiciens doivent assurément apprécier discourir. L'amusement dans mon regard était aussi palpable que ne l'était l'agacement de mon illustre interlocuteur aussi je décidais de mettre fin à ces amusements coupables pour entrer dans le vif du sujet. Une fois les politesses de coutume échangées au sujet de nos familles respectives, nous abordons la situation préoccupante du royaume à travers l'état toujours léthargique du jeune faucon ainsi que la dégradation potentielle des relations avec notre plus proche allié. De par mes relations avec une foule de nobles Ouestriens ainsi que le souvenir de mon amitié de jeunesse avec leur souverain, je ne pouvais que m'inquiéter d'une telle perspective et ferais tout ce qui était en mon pouvoir pour prévenir une rupture tragique dans nos relations. J'avais d'ailleurs toute confiance en la reine Sharra pour assurer les souverains de Castral Roc de notre douleur partagée comme de notre amitié profonde et sincère. Le sous entendu vis à vis de la disparition soudaine et malheureuse de la reine Nyméria ne m'échappa pas mais je ne relevais guère. Ce genre de propos était dangereux et si cela ne me posait strictement aucun problème de préter l'oreille à ce genre de rumeurs mon lien avec l'Ouest me rendait sensible sur le sujet de cette mort. Bien sur, un esprit aussi cynique que le mien avait bien envisagé toutes les hypothèses jusqu'à ce que Sharra clame la cause du décès à la cour. Si, le grand argentier avait des preuves de ce qu'il sous entendait alors... Sinon, mieux vaudrait qu'il n'insinue pas ce genre de choses. Mon expression changea rapidement et se fit impassible. La politique reprenait ses droits. J'ai bien peur que vous ayez raison lord argentier. Cette tragédie ne peut que fragiliser les liens d'amitié entre nos deux contrées. Cependant, j'ai bon espoir que les deux souveraines à l'origine de cette union parviennent à tempérer le poids de l'émotion et à favoriser la lucidité de la nécessité absolue de la conservation de notre alliance. Il est vrai que les deux camps ou devrais-je dire trois car Dorne ne semble s'aligner sur aucun des deux autres attendent certainement que le Val et l'Ouest abandonnent enfin la voie de la neutralité pour se lancer dans le bain de sang. L'Ouest semble de plus en plus proche des puissances centrales. Quant à nous et bien le spectre de la guerre civile plane au dessus de nos tètes. Qu'insinuez vous par rapport au décès de la reine lord Baelish ?




   
« House Belmore from Strongsong »
For The Vale .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord Belmore de Forchant
Âge du Personnage: 35 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Messages : 83
Membre du mois : 42
Célébrité : Craig Parker
Maison : Belmore
Caractère : Flamboyant - Ambitieux - Loyal - Cynique - Compétent
I serve the kingdom which means I sometimes have to sacrifice certain values to it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   Sam 17 Nov - 16:39


Fortune du royaume est celle du conseiller


J'écoutais d'une oreille la réponse amusée de mon interlocuteur, bien décidé à me taquiner jusqu'au bout. Je hochais la tête en considérant ses arguments au sujet des politiciens amoureux de leurs propre voix. Si je ne connaissais pas si bien le Belmore, j'aurais juré qu'il en faisait partie. Je n'ajoutais rien à ce faux débat ennuyeux qui n'existait que pour engager la discussion avant d'entrer dans une véritable conversation.

Nous abordons la situation préoccupante du royaume à travers l'état de notre souverain, et les relations avec notre proche allié qu'est l'Ouest. J'étais au plus au point défavorable à l'idée que nos relations puissent se détériorer, car j'espérais nouer de nouveaux rapprochements commerciaux. L'expression faciale du Belmore changea du tout au tout pour devenir impassible. Je pris quelques secondes pour formuler mentalement ma réponse, et prendre en compte les paroles du Belmore, puis je pris la parole à voix basse.



©️ 2981 12289 0



UN AMER GOÛT DE FER,
ARRIERE GOÛT DE SANG.


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chancelier des Finances et du Trésor
Âge du Personnage: 35
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 152
Membre du mois : 91
Célébrité : Tom Hiddleston
Maison : Baelish
Caractère : Acerbe, Opportuniste, Complexé, Calme, Rusé, Hautain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Fortune du royaume est celle du conseiller. PV Mereth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Les souveraines du royaume
» [PARTENARIAT]Le Royaume de Zaïrys
» le royaume d'outrebrumes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown ::  :: Le Val & La Montagne :: La Porte Sanglante-
Sauter vers: