Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?
MessageSujet: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptyDim 26 Aoû - 2:34


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Wdsw
Tac, Tac, Tac, Tac

Je fais les cent pas devant la lourde porte de bois, tout seul, dans le couloir. Tout est calme en cette soirée d’hiver, et la lumière des bougies a remplacé la pâle lueur du jour. La plupart des invités ont regagné leurs appartements, et on entend que le bruit de mes bottes dans le couloir. Ce n’est pas la première fois que je me promène seul dans les couloirs de Winterfell le soir. C’est même assez courant. Je suis habitué à ce silence, au bruit de mes propres pas, au souffle de ma respiration. En général ça a quelque chose d’apaisant je trouve. Mais ce soir, c’est un peu différent. Je ne suis pas venu là pour déambuler dans les couloirs. Aujourd’hui c’est un peu particulier…

Tac. Tac. Tac. Tac. Tac.

Depuis combien de temps suis-je devant cette porte ? 20 minutes ? Une demi-heure ? Peut-être plus. En fait je ne sais pas vraiment. Au final rien ne m’empêche d’ouvrir la porte et d’entrer. Rien à part moi-même. Je n’ai pas peur. J’ai eu peur à la Mort-Aux-Loups, quand je me suis rendu compte que je m’étais éloigné des autres. J’ai eu peur lorsque je recevais les diverses missives qui m’arrivaient des champs de bataille… Là ce n’est pas de la peur. Plus… de la nervosité. Mais est-ce que c’est vraiment ça ? Il y a aussi de la joie, et de l’inquiétude… J’ai un peu de mal à exprimer cette émotion. C’est étrange quand même, comment une situation joyeuse, qui ne devrait représenter ni inquiétude ni stress peut-elle me mettre à ce point mal à l’aise ? Au point d’hésiter à ouvrir cette porte…  

Tac… Tac…

Surtout que ce n’est pas comme si je n’étais pas au courant… J’ai demandé à être mis au courant dès que cela commencerait. Je le devais, pas tant par obligation, mais plus en raison du lien qui nous uni, et de la promesse que j’ai faite. Je ne suis pas intervenu, mais j’étais là. Une présence peut-être, plus qu’un réel soutien. Puis, nous sommes partis, le Mestre et moi, pour lui accorder un repos nécessaire. Enfermé dans les bibliothèques, j’ai commencé à rédiger la lettre annonçant la bonne nouvelle à l’intéressé. Et depuis, plus rien…

Alors pourquoi suis-je nerveux à l’idée d’ouvrir cette satanée porte ?

Tac… Tac…

Peut-être parce que la situation est totalement nouvelle pour moi, et que je ne sais pas la gérer. J’ai toujours été le dernier, celui dont on s’occupe. Le temps a passé, et j’ai appris à m’occuper de moi-même. Et puis, avec la guerre, j’ai appris à veiller sur un royaume, à le gérer…

Mais veiller sur quelqu’un…

Je sais que ce n’est que temporaire. Mais quand bien même… C’est ma responsabilité, mon devoir. Et j’ai l’impression d’être totalement désarmé. Pourtant, j’avais l’impression que ça se passait bien. On m’avait donné une mission, assez simple en soi : veiller sur elle. Et c’est comme si d’un seul coup, c’était devenu insurmontable… Pourtant, tout se passe exactement… Comme c’était prévu dès le départ ! Mais c’est devenu tellement concret… que je ne sais pas par quel bout le prendre.

Tac… Tac… Tac…

Allons Walton, ressaisis-toi. Tout ce que tu as à faire, c’est de t’annoncer, d’ouvrir cette porte, et de t’assurer que tu vas bien. Il n’y a aucune espèce de raison pour laquelle ça pourrait mal tourner. Il n’y a absolument aucun point négatif dans la situation. Bien au contraire. Tu devrais te réjouir, oublier pendant une heure ou deux tes responsabilités et ne penser qu’à ce qui importe vraiment :

Elle, et lui.

Tac.

« Lady Maedalyn, c’est Walton, puis-je entrer ? »

Après avoir reçu l’approbation de Lady Glover, j’entre dans la chambre, où s’affairent encore les domestiques au service de la jeune femme. Après avoir poussé la porte pour la refermer, je m’approche d’elle, avec un sourire non feint.

« Pardonnez-moi, j’aurais dû venir plus tôt. Mais je devais absolument prévenir votre époux et… »

Je regarde autour de moi, et mon regard se pose sur le couffin où dort l’objet de toutes mes inquiétudes. Cet enfant qui porte en lui l’héritage, ainsi que tous les espoirs, de la famille Glover, et de Bowen. Après quoi je reporte mon attention vers la jeune mère, avec un sourire sincère et adouci.

« J’espère que vous avez pu vous reposer, et que tout va bien. Si je peux faire quoi que ce soit, si vous avez besoin de quoi que ce soit… n’hésitez pas à demander. »
Walton Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 13 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 517
Membre du mois : 0
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptyMar 4 Sep - 0:39

Les prunelles de la jeune mère fixaient le nouveau-né. Son visage souriant portait les marques de la fatigue. Elle n’aurait jamais cru que la délivrance mette autant de temps. Le mestre avait craint pour sa vie et elle-même avait bien failli être emportée par les anciens dieux. Mais ils avaient été clément, envers elle et surtout envers son époux. Bowen avait déjà connu tant de perte. Mais grâce aux bons soins du mestre, le Lord de Motte-la-forêt n’aura pas à pleurer son épouse et pour cela, elle les remerciait chaque jour dans ses prières. Lady Glover était heureuse d’avoir pu donner naissance à un fils. Cela représentait tant de chose, elle en était parfaitement conscience. Ils avaient choisi ensembles le prénom de leur héritier et la Dame du Bois-aux-loups était ravi de ce choix. Elle espérait simplement que ce prénom de soit pas trop difficile à porter pour son garçon. Le temps seul pourra le lui dire et en attendant, elle veillait sur lui comme un dragon veille sur son trésor.

Un soupire s’échappa de la bouche de la jeune femme. Malgré le fait que désormais elle pouvait se lever, le mestre lui refusait encore le droit de sortir de ses appartements. Cloîtrée dans ces pièces, pourtant charmantes, Maedalyn Glover commençait à trouver le temps long. On disait la Dame de Winterfell sur le point d’arriver depuis ses terres conflanaises. Ou bien était-elle déjà arrivée, elle ne savait plus trop. Elle devra le demander la prochaine fois qu’elle en a l’occasion. Lady Glover sourit à son fils et le laissa finalement dormir. Elle se leva et alla jusqu’à une chaise près de sa fenêtre. Si elle ne pouvait sortir, au moins elle pouvait contempler l’extérieur. Une servante lui apporta sa broderie qu’elle prit avec délicatesse. Puis on vint finalement frapper à sa porte. Au nom de son invité surprise, un fin sourire s’étira sur les lèvres de la nordienne. Sa voix claire répondit et une servante s’empressa de s’approcher de la Dame et de l’enfant. Du coin de l’œil Maedalyn la vit faire une révérence et la mère su alors qu’elle devait faire face à la personne qui venait d’entrer, Walton Stark, prince de Winterfell.

Walton Stark semblait presque perdu, ou trop inquiété, Maedalyn ne saurait le dire. Mais ce qui état certain c’était que toutes ses marques d’attention touchaient profondément la mère. Lady Glover posa la broderie et se leva d’un pas peu assuré comme cela lui arrivait encore parfois. L’une des femmes présentes l’aida à se rasseoir sur son lit et la mère posa un regarda attendrit sur l’enfant endormi. « Ne vous inquiétez pas Walton. Mon époux sera visiblement doublement averti de la nouvelle. Mais je gage qu’il sera plus que ravi de recevoir une missive de votre part, altesse. » commença Maedalyn d’une voix douce et posée. D’un petit signe de tête, elle invita les dames à quitter les lieux. Puis elle se tourna vers son invité. « N’ayez crainte, je vais bien et je ne manque de rien. Le mestre veille à mon confort à ce que je me repose. Mais puisque vous me le proposez… il y aurait bien une chose que vous pouvez faire Walton. » reprit la brune avec un petit air rempli de malice. Maedalyn avait beau avoir donné la vie, elle n’en restait pas moins une jeune femme avec ses envies de jeux et sa curiosité enfantine. Et elle invita alors Walton à prendre place près d’elle. « Vous pouvez vous asseoir, Walton. Vous serez ainsi plus proche de mon fils. J’ai bien vu qu’il avait toute votre attention peut-être même plus que sa mère. » ajouta-t-elle rieuse.


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Tumblr_obyqwc0MxY1touj4bo1_250
Maedalyn Glover

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Glover
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Nous levons le poing
Messages : 137
Membre du mois : 22
Célébrité : Alexandra Dowling
Maison : Glover
Caractère : Douce▪▪ Très exigeante ▪▪ Fidèle ▪▪ Précieuse ▪▪ Mystérieuse ▪▪ Possessive
Nous levons le poing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptyMer 24 Oct - 0:26


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Wdsw
Je rejoins Maedalyn et m’assois auprès d’elle. Je suis malgré tout un peu inquiet de l’avoir vu chanceler. J’imagine que oui, en tout cas aucune de ses femmes ne s’est inquiétée, et elles l’ont aidé à se rassoir comme si de rien était. Malgré cela, mon visage arbore un sourire relativement calme, le genre de sourire que je n’affiche pas souvent, pas volontairement en tout cas. Surtout en ces temps où ma nouvelle fonction m’impose plus de dureté et de rigueur que de réel apaisement. Un moment de calme, dans tout ce chao. Oui, de calme. Un peu tout le contraire de ce que je ressentais quelque minute auparavant en fait. Je ne suis pas du genre lunatique pourtant, mais c’est vrai que le simple fait de voir que tout va bien a suffi à m’apaiser pour le moment, me faisant réaliser à quel point ma nervosité des dernières minutes était stupide.

« Pardonnez mon inquiétude. Ce n’est pas tous les jours qu’une naissance à lieux ! »

Une pensée me traverse soudain l’esprit, qui m’arrache involontairement un sourire amusé. Le genre de pensée que je garde habituellement pour moi, n’étant pas très à l’aise avec l’autodérision. Ce n’est pas le genre d’humour que je maitrise réellement, comme ont pu le constater ceux qui s’y sont frottés avec moi, comme Gareth Kenning. Pourtant, je décide de la partager avec Maedalyn, avec qui je me sens plus à l’aise.

« Pour dire vrai, je crains bien que la dernière naissance que ces murs aient connue soit la mienne... »

Et la prochaine sera surement celle de l’enfant de Jon. Un garçon, si on peut se permettre d’espérer. J’ai un peu du mal à me faire à l’idée que Jon puisse devenir Père, même si c’est dans l’ordre des choses. Après tout, c’est son devoir de Roi de donner au trône un héritier mâle. Et je dois avouer que plus vite cet enfant sera né, mieux ça vaudra pour moi. Tant que Jon n’a pas de fils, je suis l’héritier présomptif du royaume, et étrangement, cette perspective ne m’enchante pas réellement. Je veux faire de grandes choses, et faire la fierté de la maison Stark, mais pas en tant que Roi. Intimement, je sais que mon destin n’est pas à Winterfell, sur le Trône des Rois du Nord, mais bien au-delà de nos murs, peut-être même au-delà de nos frontières. C’est à ce destin que j’aspire. Mais tant que le trône ne sera pas assuré, ce destin ne sera pas à ma portée.

Mais en réalité, toutes ces pensées sont bien loin en ce moment. Maedalyn n’a pas totalement tort quand elle dit que son fils occupe toute mon attention. Depuis que le travail a commencé, Maedalyn et son enfant à naitre occupent globalement toutes mes pensées. En grande partie à cause de la promesse que j’ai faite à Bowen, mais pas seulement. À force de côtoyer Maedalyn, j’ai fini par m’attacher à elle. Peut-être pas comme une sœur, pas comme Jeyne, évidement. Mais sans doute plus que la plupart des gens autour de moi, surtout en ce moment. Alors forcément, j’étais inquiet, même si ça me coûte de l’admettre.

« J’avais peur qu’il vous arrive quelque chose. Bowen… Je ne me le serais jamais pardonné… »

Après quoi j’enchaine rapidement, pour ne pas l’inquiéter.

« Mais je suis soulagé de voir que tout va bien, pour vous deux ! »

Je regarde ensuite l’enfant, encore endormi. Difficile de se dire que ce petit homme, sur lequel repose tant d’espoir sera un jour le seigneur de la Motte. Cette situation est assez étrange pour moi je dois le reconnaitre. Étant le benjamin, ainsi que le plus jeune de mes cousins, tout cela est très nouveau pour moi. Et je dois avouer que l’inquiétude laisse petit à petit la place à une certaine curiosité, à peine dissimulée.

« J’imagine que vous et Bowen avez choisi un prénom »
Walton Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 13 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 517
Membre du mois : 0
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptyMar 30 Oct - 9:57

Lady Glover n’avait pas encore retrouver son pas élégant et aérien. L’accouchement l’avait épuisée et après plusieurs longues semaines restées aliter, elle marchait d’un pas peu assuré. Elle n’aurait jamais soupçonné se remettre aussi difficilement de la naissance de son petit Torrhen. Elle n’avait bien vu le regard un peu inquiet du prince face à sa démarche. Mais il ne dit rien et Maedalyn ne jugea pas nécessaire d’ajouter quoi que ce soit. Le fait qu’aucune des dames l’entourant ne réagisse de façon totalement démesurée aida sûrement le loup à rester calme. Du moins la femme du Sénéchal l’espérait. Elle ne souhaitait pas que Walton envoi un corbeau inquiétant à son sujet à son époux. Il devait penser à la guerre, à rester en vie et à lui revenir. Les inquiétudes à son sujet ne devaient en aucun cas envahir ses pensées.

Maedalyn Glover sourit aux paroles du jeune prince. Oui ce n’était pas tous les jours qu’une femme, de son rang en tout cas donnait naissance à Winterfell. Et le Loup l’aida à se rappeler de la dernière femme qui avait mis au monde un enfant en ces lieux. Lady Sigyn Stark, née Karstark, la mère du roi et première épouse du roi Torrhen Stark, désormais leur Empereur. « Espérons que la demeure des Stark porte chance à mon fils dans ce cas. Avec autant de prestigieuses naissances comme furent les vôtres à votre frère, votre sœur et à vous, mon fils aura peut-être un avenir brillant dans le Nord. » répondit la jeune femme avec un sourire non dissimulé. Face à Walton, Maedalyn commençait à réagir comme s’il s’agissait de Jon. C’était une bonne chose à dire vrai. Son époux était proche des deux fils de l’empereur et elle serait amenée à les côtoyer bien plus s’avant. Et si par facile elle s’était rapidement rapprochée de Jon qui était l’aîné, elle trouvait en Walton un être plus un peu plus ouvert. Malgré son affection pour l’aîné des Stark, elle ne pouvait pas dire que Jon n’était pas avare de parole. Walton était depuis longtemps dans l’ombre de son frère mais depuis qu’il était en charge de garder le Nord pour Jon, le jeune Loup révélait son véritable visage et la née Cerwyn en était plus que ravie.  Walton serait un grand homme pour le Nord et un conseiller précieux pour son frère.

Maedalyn avait invité le prince à s’asseoir près d’elle. Il pouvait ainsi veiller sur le jeune Torrhen puisqu’il était l’objet de toutes ses attentions. Walton avoua sans mal son inquiétude et le fait qu’il ne se serait jamais pardonner de devoir annoncer une triste nouvelle à Bowen. D’une main douce, elle vint le rassurer. Elle la posa sur le bras du loup et hocha simplement de la tête comme pour affirmer ses dires. Oui, ils allaient bien tous les deux et c’était bien là le principal finalement. Mestre Rorshar avait fait du bon travail, elle lui devait probablement la vie, elle e était consciente. Puis tout en reportant son attention sur le nourrisson, Walton demanda à la mère s’ils avaient trouvé un nom. Un large sourire s’empara du visage de Maedalyn Glover. « Oui votre Altesse. Nous avons décidé de l’appeler Torrhen. Bowen, enfin mon époux le Sénéchal du Nord y tenait. Je ne m’y suis pas opposée, l’Empereur a fait tellement pour lui. Et puis je trouve que c’est tendre hommage à votre père. » répondit Lady Glover. Elle regarda son fils et ajouta. « Un corbeau partira bientôt pour annoncer la nouvelle au couple impérial. J’espère que l’Empereur appréciera le geste. » ajouta Maedalyn. « Et vous qu’en pensez-vous Altesse ? » demanda finalement la jeune mère.


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Tumblr_obyqwc0MxY1touj4bo1_250
Maedalyn Glover

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Glover
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Nous levons le poing
Messages : 137
Membre du mois : 22
Célébrité : Alexandra Dowling
Maison : Glover
Caractère : Douce▪▪ Très exigeante ▪▪ Fidèle ▪▪ Précieuse ▪▪ Mystérieuse ▪▪ Possessive
Nous levons le poing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptySam 26 Jan - 16:57


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Wdsw
Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres lorsque Maedalyn évoque les naissances « prestigieuses » qui ont eu lieu à Winterfell et en mettant la mienne dans le lot. Tiens donc, c’est la première fois que j’entends ça. Et je doute que Père et Jon soient de cet avis. Mais bon. Et bien soit, raison de plus pour me démarquer alors, ne serait-ce que pour ne pas faire démentir Maedalyn. Mais chaque chose en son temps, car c’est de l’avenir du petit Glover dont nous parlons, et pas du mien. Les propos de la jeune mère m’évoquent une histoire que j’entendais étant petit. Je ne sais pas trop si c’était Jeyne qui me la racontait ou si c’est une réminiscence des rares souvenirs que j’ai de Mère. Elle évoquait des esprits se penchant sur les berceaux des nouveau-nés pour leur accorder des bénédictions et des présents. Je ne suis pas du genre à accorder crédit à ces contes pour enfant, mais après tout, qui sait… Winterfell est pleine de surprises.

« Je ne sais pas si Winterfell à ce pouvoir. Mais cet enfant sera bien entouré, aussi il ne tiendra qu’à lui de rayonner. »

Maedalyn m’annonce enfin le nom de son fils. Torrhen. Le sourire sur mon visage ne peut que s’agrandir en entendant ce nom. Pas tant parce que c’est le nom de Père, mais surtout parce que je m’en doutais. Un nom fort en symbolique. Le nom du premier Empereur des royaumes fédéré de Westeros, pour l’héritier de la famille Glover. Né à Winterfell ou pas, cet enfant a déjà un lourd destin sur les épaules. Mais à vrai dire, je dois reconnaitre que ce nom ne m’étonne pas le moins du monde, ce que je fais remarquer avec un ton amusé à Lady Glover lorsqu’elle me demande mon avis.

« C’est un bon choix, mais, je dois l’admettre, sans la moindre surprise de la part de votre époux »

Et je ne dis même pas ça pour plaisanter. À vrai dire, si j’avais dû parier j’aurais misé sois sur Torrhen, sois sur Jon. Les deux avaient l’avantage d’être à la fois des hommages politiques envers les souverains de la famille Glover en plus d’être les noms de personnes proches de Bowen. Alors c’était une évidence. Finalement, la question n’était pas tant « Bowen appellera-t-il son fils Torrhen ou Jon ? », mais plutôt « Est-ce que Maedalyn le laisserait faire ».

Une fois la plaisanterie passée, je reprends d’un ton plus doux, le visage tourné vers le nouveau-né mais le regard perdu dans le vide,

« Vous savez, quand Bowen est devenu l’écuyer de Père, c’est comme s’il était entré dans la fratrie. De la manière dont je vois les choses, ce n’est pas qu’un hommage à notre empereur et ancien Roi, c’est plus que ça. Et je suis certain que Père en est conscient et appréciera ce cadeau à sa juste valeur. »

Bowen est l’un des rares à avoir su faire la liaison entre les différents membres de la famille Stark, moi y compris. À bien des égards, je me sens plus proche de lui que de Jon ou Père. Et je sais que Jeyne et Jon ont le même sentiment à son égard. De par son âge, il est comme notre ainé. Alors oui, c’est comme s’il faisait partie de la famille, de la meute, aussi dysfonctionnelle et désunie soit-elle. J’ignore s’il en est seulement conscient, mais quelque chose me dit que le choix de ce nom n’est pas qu’une simple politesse, et me confirme dans l’idée qu’il y a un lien plus fort que ça entre Bowen Glover et la famille Stark. Et maintenant que je mets des mots dessus, je me dis que ma nervosité venait peut-être de là. En considérant Bowen comme un membre à part entière de la meute, je l’ai peut-être un peu transposé sur son fils…

Je sors de mes pensées et me retourne une nouvelle fois sur Maedalyn, avant d’enchainer tranquillement.

« Espérons juste que votre Torrhen vous cause moins d’inquiétude que son homonyme. Mais même si cela devait arriver, je pense qu’il y aura toujours un Stark auprès de votre fils. »

Walton Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 13 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 517
Membre du mois : 0
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptyJeu 7 Mar - 0:24

« Il fera la fierté de son père j’en suis sûre. Et je suis déjà si fière de lui. » ajouta simplement la mère en regardant son fils. Oui l’enfant était vigoureux alors que le froid de l’hiver régnait en mettre sur le Nord. Le voir ainsi était déjà une vraie fierté pour la née Cerwyn. Elle ne demandait au fond rien de plus, simplement que son fils passe son premier hiver et tous les suivant. S’il venait à disparaître si jeune, qui pouvait dire comme elle réagirait. Elle préférait ne pas y songer et chassa rapidement cette idée de sa tête. Puis elle finit par donner le nom qu’ils avaient choisit pour leur fils. Maedaly avait pour ainsi dire un peu cédé ace à son époux concernant le choix du prénom s’il s’avérait que l’enfant était un fils. Elle aurait pu se battre, oui, pour lui donner un autre prénom peut-être moins prestigieux mais aussi moins lourd à porter. Mais la jeune femme n’avait pas eu le cœur à cela et c’était avec une profonde sincérité qu’elle s’était finalement ranger du côté de son époux. Mais pour le prochain enfant, s’il s’agissait d’une fille, elle se jurait d’avoir le dernier mot. « J’aurai peut-être dû m’imposer u peu plus pour le choix de ce prénom. Au moins j’aurai eu le mérite de créer la surprise » répondit Maedalyn Glover en riant. Oui visiblement, cela ne surprenait personne que son époux ait pu choisir un tel prénom. Et à dire vrai, cela ne l’avait pas plus étonné que cela.

Alors lors que Walton avoua que son père allait sûrement apprécier le geste, Maedalyn eut un large sourire. Au moins la petite concession qu’elle avait faite portait ses fruits. « J’espère que vous avez raison, Altesse. » répondit la jeune femme qui gardait toujours un œil sur son fils. Alors quand le prince de Winterfell avoua espérer que le petit Glover cause moins d’inquiétude que sa Majesté impériale, Maedaly eut un petit rire amusé. « Vous savez, j’ai bien peur que les mères s’inquiètent toujours pour leur enfant. Qu’il porte le nom de l’empereur n’y change rien. Je suis sa mère et je crains fort que mes nuits d’inquiétudes à son égard ne fassent que commencer. « Quant aux Stark… cela ne devrait-il pas être l’inverse ? » reprit Maaedalyn Glover. Elle posa une main bienveillante sur son fils avant de reprendre. « Vous savez, j’espère que mo fils saura trouver la place qui est la sienne auprès des vôtre. Non pas parce que son père est Sénéchal du Nord mais parce qu’il sera devenu un homme de valeur et de confiance. » C’était toute son espérance et elle priait les anciens dieux tous les jours, plusieurs fois par jour s’il le dallait pour que son fils devienne un homme digne de confiance. Elle ne désirait rien de plus. Enfin si, que la paix dure assez longtemps pour qu’il puisse un jour lui donner des petit-enfants. Mais il avait encore bien le temps pour cela. Il fallait déjà qu’il grandisse bien et qu’il passe les premières années de sa vie sans que les Anciens Dieux ne le rappelle à eux. Et Lady Maedalyn Glover le savait, les toutes premières années étaient primordiales et cruciales.


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Tumblr_obyqwc0MxY1touj4bo1_250
Maedalyn Glover

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Glover
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Nous levons le poing
Messages : 137
Membre du mois : 22
Célébrité : Alexandra Dowling
Maison : Glover
Caractère : Douce▪▪ Très exigeante ▪▪ Fidèle ▪▪ Précieuse ▪▪ Mystérieuse ▪▪ Possessive
Nous levons le poing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptySam 16 Mar - 16:11


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Wdsw
J’ai peur d’avoir un peu vexé Maedalyn en évoquant Bowen. Elle me répond qu’elle préférerait que le petit Torrhen trouve sa place par sa valeur et pas parce qu'il est le fils de Bowen. D’un air songeur, je regarde l'enfant endormis, paisible. Je ne peux que comprendre le sentiment de Lady Glover a cet égard et me ranger a son avis. Je serais très mal placé pour dire le contraire, moi qui passe mon temps a entre de m’améliorer pour m'accomplir au-delà de mon nom. Est pourtant, je l'ai dit. Sans mauvaises intentions, au contraire. Mais je n'ai pas pu m’empêcher de voir cet enfant comme le fils de Bowen, et pas comme lui-même. Peut-être que les autres voient aussi ça en moi, peut-être qu'ils ne voient pas Walton, mais un petit frère, un fils… Sans être mal intentionnés, ils ne voient peut-être juste pas au-delà… Souhaitant réparer mon erreur, je reprend sur un ton qui se veux solennel :

« Alors dans ce cas je vous promet de l'aider a trouver sa place et a faire ses armes s'il le souhaite, comme Bowen l'a fait pour moi. »

Je souris a Maedalyn, manquant un peu de sujet de conversation. A l'origine je venais juste m'assurer que tout allait bien. Et… c'est le cas. L'enfant comme la mère ont l'air en bonne santé, malgré la fatigue. Et si le dieux le veulent, il le restera encore de nombreuses années. Je suis encore impressionné devant sa petite taille. Difficile d'imaginer que ce petit être devienne un jour un homme comme son père. Il semble si fragile encore... Et pourtant, je ne suis pas encore moi-même un homme fait ! Je n'aurais quatorze ans que dans un an, sans compter l’expérience qui me reste encore à accumuler pour être vraiment considéré comme un homme… et pourtant, a l’époque ça n'a pas empêché Bowen de me mettre une épée entre les mains et de me montrer comment m’en servir. Je crois qu'il est le premier a avoir vu en moi plus qu’un enfant. Ça et probablement le fait que j'ai insisté lourdement pour que l’écuyer de Père me montre par quel bout tenir une lame. Je souris de plus belle a l’évocation de ce souvenir, que e décidé de partager avec Maedalyn.

« Je ne sais plus si je vous l'ai déjà dit, mais c'est Bowen qui m'a appris a me battre avec une épée, ou du moins les bases. En y repensant, j'ai du être particulièrement infernal a l’époque, le pauvre n'a pas eu d'autre choix que de céder ! »

Je ris a cette dernière phrase, tout en espérant secrètement que le petit Torrhen se montrera plus indulgent avec moi que je ne l'ai été avec son père. Seul l’avenir nous le dira. En attendant, avec le recul, je ne peux que saluer la patience de Bowen avec moi. C’était agréable, déjà à l’époque de ne pas être traité comme un enfant, ou comme le fils cadet du Roi du Nord…

« Mais je pense que c'est en parti a lui que je dois cette envie de faire plus, de ne pas être qu'un nom. Alors si je peux rendre la pareille a votre fils, je serai très honoré. »
Je me redresse et m’étire. Je ne comprend pas comment Maedalyn peut supporter de rester allongée de la sorte. Certes, elle n'a as vraiment le choix, mais moi je pense que ça le rendrait fou. Je passe beaucoup de temps assis a la bibliothèque en ce moment, mais heureusement j'ai les entraînements militaires, sans quoi je perdrait la tête. Et même comme ça, j'ai l'impression d’être un lion en cage. Alors rester alité aussi longtemps… après. J'imagine que la fatigue rend ça plus supportable. Mais quand même ! Je ris quelques pas avant de partager ma pensé à la jeune mère avec un large sourire aux lèvres.

« Je ne sais pas comment vous faites pour rester allongée ! Rien que ces quelques minutes suffisent a m'ankyloser ! »

Walton Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 13 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 517
Membre du mois : 0
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? EmptyLun 8 Avr - 0:48

« Je vous remercie pour votre sollicitude, altesse. Votre proposition me touche. » répondit avec émotion la jeune mère que l’avenir de son fils préoccupait déjà. Les échanges étaient parfois coupés par le silence et la respiration lente du nourrisson. Maedalyn avait toujours les yeux braqués sur son fils à l’affut de la moindre réaction de sa part. Elle ne se pardonnerait pas s’il devait lui arriver malheur. Elle était sa mère et son devoir premier étai de veiller sur lui. Walton l’arracha à sa silencieuse contemplation en parlant de Bowern. Ainsi son époux avait été comme un mentor pour le prince et loup de Wintefell. Elle en avait entendu parler lorsqu’elle avait longuement séjourné à la forteresse. Mais elle n’y avait que peu prêter attention pour tout avouer. « Je gage qu’il ne vous en veut point, Altesse. Lord Glover n’est point un homme comme cela. S’il vous a aidé c’est qu’il le voulait bien. » rassura la jeune femme. Elle savait désormais les valeurs et la bonté d’âme de son époux, toujours aimable, toujours sincère. Et la née Cerwyn rit de bon cœur en écho au prince.

« Vous n’êtes pas qu’un nom, Altesse, n’en doutez jamais. » répliqua rapidement Lady Gover. Walton n’était pas qu’un nom. Ce n’était pas que le fils de l’Empereur autrefois roi du Nord. Walton n’était pas que le frère du roi Jon. Il avait cette simplicité et cette façon de ne pas voir à quel point il était unique. Et c’était cela qu’aimait Maedalyn chez le prince. Il avait une douceur et une chaleur que n’avait pas son aîné, ni son père. Et la jeune femme le regarde se coucher pour mieux s’étirer et se relever. Il semblait intriguer, ne comprenant pas comment elle pouvait rester alité ainsi pendant des jours. Maedaly eut un sourire amusé. « Vous savez Altesse, j’étais tellement fatiguée qu’à dire vrai je n’avais même pas la force de me relever. Ce fut si éprouvant. Rester allongée était pour moi une délivrance. » commença Maedalyn Glover. Elle passa une main dans ses cheveux et reprit. « Je dois pourtant avouer que je suis heureuse de pouvoir me lever enfin. Pouvoir regarder par une fenêtre, m’occuper presque seule de mon fils, c’était tout ce que je voulais.

Un jour vous le comprendrez ou du moins, le concevrez bien davantage lorsque votre épouse aura donné naissance à votre premier enfant. »


Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Tumblr_obyqwc0MxY1touj4bo1_250
Maedalyn Glover

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Glover
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Nous levons le poing
Messages : 137
Membre du mois : 22
Célébrité : Alexandra Dowling
Maison : Glover
Caractère : Douce▪▪ Très exigeante ▪▪ Fidèle ▪▪ Précieuse ▪▪ Mystérieuse ▪▪ Possessive
Nous levons le poing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?   Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle? Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'y a-t-il dans l'existence de plus vrai qu'un miracle?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: