Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Visite surprise sur fond d'interrogatoire
MessageSujet: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    Dim 19 Aoû - 21:27

Lorsque le sommeil avait enfin eu raison de Garlan, de la neige commençait à tomber. Ce n’était pas forcément de gros flocons, mais ça tombait à un rythme soutenu et régulier. Si bien que lorsqu’il s’était réveillé de bonne heure, comme à son habitude, lui qui détestait tant les grasses matinées, il ne fut pas surpris de découvrir que la neige tombait encore sur la capitale impériale. Certes, à un rythme moins soutenu que la veille, mais elle était encore bien présente. C’était l’hiver après tout, à quoi pouvait-il s’attendre d’autre ? Dans le Bief, l’hiver était bien plus doux et la neige était assez rare. Il n’était donc guère habitué à de telles conditions météorologiques, mais il devrait s’y faire. Après tout, il ne savait pas pour combien de temps ils resteraient encore ici, il était dépendant des décisions de son ami Kevan pour le moment et il le suivrait quand ce dernier aurait décidé de bouger.

A dire vrai, il n’était pas mécontent d’être ici, sentiment renforcé très certainement parce que Yesaminda y était également. Leur relation avait passé un cap, il le voyait comme ça en tout cas. La nuit des festivités avait marqué le début de leur relation charnelle, ils ne s’en étaient que davantage rapprochés. Elle l’avait rejoins à quelques reprises les nuits précédentes dans sa chambre, se dissimulant pour ne pas qu’on la reconnaisse. Cependant, la nuit précédente, elle n’était pas venue. Garlan pouvait le comprendre, elle était la sage-femme de l’impératrice, ainsi que sa guérisseuse, si un besoin survenait, elle devait répondre à l’appel. D’importantes responsabilités reposaient sur ses épaules, elle devait s’assurer que les futurs enfants des dirigeants de l’Empire viendraient au monde en bonne santé et que l’Impératrice le soit également. Le bieffois ne souhaitait pas que quelque chose aille mal, pas à cause lui et de leur relation.

Et si c’était autre chose ? Peut-être était-elle souffrante ? Il s’inquiéta tout de même, surement plus que de raison. Mais surement que le seul fait de la voir, même un court instant le rassurerait. Elle devait se trouver au castel ou peut-être au marché pour effectuer des courses pour confectionner ses remèdes. Non, c’est très probablement au château qu’il avait le plus de chance de la retrouver. Il s’habilla en conséquence pour ne pas trop souffrir des conditions climatiques. La nuit des festivités, il ne s’était pas vêtu suffisamment et le froid s’était montré particulièrement mordant. Il ne commettrait pas la même erreur  cette fois-ci, ainsi il récupéra les fourrures disposées sur son lit pour se recouvrir avec. Armé et paré contre le froid, il quitta le minuscule endroit qui lui servait de chambre pour se rendre à l’extérieur. S’emmitouflant le visage dans sa fourrure pour ne pas être gelé, il avança vers le castel, il connaissait le chemin par cœur désormais.

Son pas était prudent, ne souhaitant pas glisser sur une plaque de verglas, cela le ralentissait inexorablement, mais il eut ainsi le temps de penser à elle, à eux. De mémoire d’homme, il n’avait jamais connue une femme comme elle, envers qui il ressentait quelque chose d’aussi fort. N’ayant yeux pour elle, les autres femmes le rendaient complètement indifférents, ne se retournant pas sur leur passage, ce qui aurait été clairement le cas auparavant. Leur relation n’était qu’à ses prémices, Garlan ne pouvait qu’espérer que leur attirance réciproque et leurs sentiments ne feraient que monter de façon exponentielle. Il était trop tôt pour dire que c’était la femme de sa vie, bien qu’il n’avait jamais été aussi bien avec une autre jusqu’à présent et encore bien trop tôt, vraiment trop tôt pour parler d’un mariage. Se marier, le chevalier souhaitait se marier un beau jour, pas avec une femme que l’on aurait choisi pour lui, mais la femme qu’il aimait. Une cérémonie sobre, entourée des amis et de la famille de chacun des partis, de la boisson et la nourriture pour ravir les papilles des invités, et de la musique et des dans à tout va. Mais ce n’était pas prêt d’arriver pour le moment.

Garlan arriva enfin au castel, il était couvert de neige. Passant à travers la cour, il déclina son identité à quelques reprises en prétextant venir voir Kevan, un bon prétexte pour que les gardes le laissent passer. Une fois à l’intérieur du château, l’air ambiant était plus chaud, ce qui le força à retirer de la fourrure et à la porter à la main. Traversant certains couloirs, son regard furetait ici et là, son oreille essayait de percevoir la voix de Yesaminda. Mais rien pour le moment. Après d’infructueuses recherches, il lui restait un endroit où cherchait. Lady Forel lui avait dis où était positionné ses appartements, s’il ne la trouvait pas là, alors il devrait se concentrer sur le marché. Se rendant à l’étage qu’elle lui avait désigné, il poussa une porte qui menait sur un couloir. Il se paralysa lorsqu’il vit qu’un important nombre de gardes Demalion était présent. Faire machine arrière maintenant paraîtrait suspect. Il avança donc, observant du coin de l’œil les soldats impériaux le scrutaient d’un  air inquisiteur à chacun de ses pas.

Deuxième porte à droite ou était-ce la troisième ? Il ne s’en souvenait plus, quel abruti ! Il n’eut pas le temps de vérifier de tout de façon, lorsqu’il fut suffisamment avancé dans le couloir, deux gardes quittèrent leur position pour lui bloquer le passage. La main déjà posée sur la garde, Garlan devrait se montrer prudent. «Pas un pas de plus, mon gars ! Déclinez votre identité !» Le chevalier déglutit, avait-il vraiment le choix pour le coup ? Certainement pas, restant maître de son sang froid, il répondit : « Je suis venu prendre des nouvelles de Lady Forel, mais inutile de vous déranger… »Sur ce, il recula d’un pas pour faire demi-tour, mais deux autres gardes lui barrèrent toute retraite, comme s’ils lisaient dans ses pensées. «Je vous ai demandé de décliner votre identité, ne me forcez pas à le répéter une fois de plus !» avait déclaré le même garde que précédemment sur un ton beaucoup plus ferme. Il n’avait pas d’autre choix, vaincu, il souffla. « Ser Garlan Goldwyne. » Le garde regarda son compère qui haussa les épaules, il se contenta d’un «Restez-là, ser.» Comme s’il avait vraiment le choix. Le Demalion se retourna, s’avança dans le couloir, s’arrêta devant une des deux portes que Garlan pensait être les appartements de Yesaminda, il frappa à la porte, se présenta et entra. Si elle n’était pas là, les gardes le laisseraient probablement partir sans plus de question, du moins il l’espérait.


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Goldwyne / Conseiller du Collège Impérial
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1563
Membre du mois : 234
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    Lun 20 Aoû - 21:43



Fort-Darrion, An 1, mois 4, semaine 3




J’avais mal à la tête depuis ce matin. Les remèdes de Yesaminda n’avaient pas vraiment fait effet très longtemps. J’avais l’impression qu’une épée tapait constamment sur un bouclier. C’était atroce. Je posais le livre que j'essayais de lire en soupirant. Je devrais essayer de dormir comme me le disait mon amie mais je détestais cette idée. Il s’était passé à peine deux petites heures depuis que j’étais éveillée et j’avais tellement de choses à faire aujourd'hui, à commencer par rejoindre Torrhen... Qui passa de nouveau le pas de notre porte. Il fronça des sourcils en me voyant toujours dans le même état.  Sans vraiment me laisser le choix -de toute façon j’avais trop mal pour vraiment protester- il me mit sous le nez ce que Yesaminda venait tout juste de finir de préparer. Et comme elle l’avait prévu, ainsi que lui, d’ailleurs, cela m’assomma rapidement. Je perdais le fils de ce qu'ils se disaient pour sombrer dans le sommeil.


Une main me secoua légèrement pour me tirer du sommeil. L’esprit encore un peu embrouillé, je regardais Kora et le garde qui venait de rentrer dans la pièce.  Je du retenir un bâillement alors que l’homme jetais un coup d’œil à ma servante avant de répéter ce qu’il venait de dire. Je notais que mon soldat semblait un peu gêné, sans aucun doute qu'on ait dû me réveiller. J’avalais la potion que Kora me tendait tout en grimaçant.  Cela avait un gout horrible mais au moins mon mal de tête était moins important. Je me relevais doucement mais plissais des yeux lorsqu’on m’indiqua qui demandait à accéder à cette partie du château.  Baal n allait pas être content... Je ne l’étais pas moi non plus. Je demandais après la guérisseuse mais Kora m indiqua qu’actuellement elle devait sans doute être en train de cueillir de nouvelles plantes pour ses potions. Soit, je lui parlerais plus tard même si ce que j’aurais à lui dire en compagnie de Baâl n’allait pas lui plaire. En attendant je fronçais les sourcils alors que mon garde penaud m avouait qu ils n’avaient pas vérifié l’identité de l’homme autrement qu’en lui demandant son nom. Eux aussi allaient passer un mauvais quart d’heure ça ne faisait aucun doute. Surtout si aucun ne pouvait se porter garant pour l’homme.

Je soupirais avant de lisser ma robe et laissais kora réajuster mes cheveux. Le garde sortit sans un mot de la chambre et en refermant la porte derrière lui. Je n’eus pas besoin d’appeler Ebryon qui vint naturellement jusqu’à moi.  Mon dragonneau au-dessus de la tête, je sortais de la chambre, et constatais qu’au moins mes gardes avaient tous sortis leur épée.  Le Roi de la nuit poussa un grognement féroce dès qu'il vit l’homme prêt à en découdre si nécessaire. Un signe discret à mes gardes et ils s’écartèrent légèrement pour que je sois face à l’arrivant mais avec des hommes entre nous malgré tout. J’examinais son blason et ces vêtements. Je pris le temps de le dévisager jusqu'à reconnaître celui qui était avec Yesaminda le soir de la fête. J’indiquais à trois gardes d’entrer avant moi dans la pièce qui servait de bureau impérial pour s’y positionner. Messire. Veuillez laisser votre épée et tous couteaux à mon garde. Aucune lame vous appartenant ne doit vous accompagner. Je ne lui laissais pas le choix et s’il ignorait mon ordre il s’aventurerait sur une très mauvaise pente. J’entrais dans la pièce en premier et m’asseyais. Deux gardes se positionnèrent de part et d’autre de moi. Le troisième lui restera juste derrière l’homme à  qui j’indiquais le siège en face du mien séparé par un bureau massif. Ebryon gronda de nouveau et montra à l’homme ses crocs en se posant sur le bureau juste devant moi. Sachez Lord Golwyne que vous n’avez nullement l’autorisation de vous trouver ici. Ce sont les quartiers impériaux et vous ne faites ni partie de ma famille ni de mes proches. Par égard pour lady Forel et au nom de mes serments envers les hommes de sa Majesté Kevan Gardener je ne vous ferais pas empaler sur un pique. Mais seulement cette fois. Si vous revenez par ici,  je ne me montrerai pas aussi clémente. Je le regardais bien droit dans les yeux avec le plus grand sérieux et cette flamme dragonne qui brulait en moi. Cet endroit verrait grandir mes enfants en toute sécurité. Je ne tolèrerais… Non je n’accepterai pas la présence de personne inconnue. Maintenant que cela est clair pour tous, et puisque je me trouve face à vous, vous pouvez m’indiquer ce que vous faites ici et quelles sont vos intentions à l’égard de Lady Forel.









PS : que l’interrogatoire commence









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2519
Membre du mois : 12
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    Mer 22 Aoû - 21:11

Le compagnon d’arme de Kevan Gardener attend patiemment dans le couloir, encadré par les gardes tout amurés, ces derniers étaient bien capables de le réduire en charpie au moindre geste suspect. Si bien qu’il restait droit comme un piquet, essayant de ne pas bouger d’un poil pour attirer l’attention des gardes. Ou du moins, de l’attirer davantage ou de leur donner une bonne raison de le pourfendre. Il ignora combien de temps il resta ainsi planter là. Garlan retrouva espoir lorsqu’il vit la porte s’ouvrir, pensant que dans l’entrebâillement de la porte se dévoilerait la silhouette de Yesaminda. Mais non, ce n’était que le garde qui revenait, à son grand désarroi. Il eut cru qu’à cette heure de la journée, alors que le château dormait encore, qu’il pourrait s’entretenir quelques temps avec Lady Forel, même quelques minutes, cela lui suffisait amplement. Ce qui suivi, il ne le comprit pas entièrement. Le soldat impérial fit un signe à ses camarades et ses derniers dégainèrent leur épée d’un seul homme. Garlan ne pouvait pas réagir, il le savait, il ne pouvait rien faire dans cette situation. Sourcils froncés, il s’interrogeait vraiment sur ce que cela signifiait.

Il ne posa aucune question aux gardes Demalion, ces derniers étaient si peu loquaces qu’il n’aurait eu aucune réponse en retour de tout de façon. Il restait donc seul avec ses interrogations, surpris et confus de la tournure que prenait les événements. Le Bieffois commençait seulement à comprendre que son idée de venir faire une visite surprise à la guérisseuse n’était pas une si bonne idée que ça, mauvaise même, pas en ces lieux en tout cas.  Le bieffois se demandait comment cela pouvait être pire que ça, il n’était pas au bout de ses peines… Lorsque la même porte, que précédemment, s’ouvrit, le bieffois savait pertinemment que ça ne pouvait plus être Yesaminda, impossible. Lorsque ses yeux se figèrent sur l’Impératrice, son esprit fut pris d’une sorte de malaise, comme s’il tombait dans le vide. C’est comme si son corps était passé en mode automatique sans pour qu’il soit aux commandes. Son corps s’affaissa lorsque Garlan s’agenouilla, menton baissé vers le sol pour la saluer avec tout le respect qui était dû.  «Votre Majesté impériale . ».

Lorsqu’elle lui demanda de confier les armes qu’il pouvait porter au garde, il se releva pour s’exécuter en confiant le fourreau contenant son épée et le couteau présent à sa ceinture au garde. Il se pencha, dans un geste prudent, comprenant que sa situation était précaire, pour retirer une lame qui était dissimulée dans la doublure de sa botte droite afin de la confier au soldat également. Cela était très sérieux si l’Impératrice décidait de s’occuper de son cas elle-même, mais Garlan ne pouvait que suivre les instructions qui lui étaient données. Si bien qu’il suivit docilement la reine des dragons dans son bureau, bien entouré par ses gardes, bien entendu. Le chevalier reste planté en face du bureau, alors que la femme enceinte s’assoit, deux gardes l’encadrant, alors qu’un troisième se déploie juste derrière le chevalier. Une protection on ne peut plus normale pour une haute personnalité comme elle qui recevait un total inconnu.

Le bieffois retrouva totalement ses esprits, lorsqu’il s’assit après y avoir été invité à le faire. Son regard loucha sur le dragon posé sur le bureau, comme s’il n’avait pas remarqué sa présence jusqu’alors, perturbé par l'arrivée de l’Impératrice. Il n’en avait jamais vu d’aussi près, ce dernier ne semblait guère le porter dans son cœur au vu de sa posture menaçante. Désarmé, Garlan savait que la créature n’aurait aucun mal à le mettre en pièces au moindre signe de sa « mère » en cette faveur, se délectant de ses chairs après l’avoir brûlé. Ses yeux se reportèrent sur la jeune femme lorsqu’elle commença à s’exprimer. Ses yeux s’écarquillent et sa bouche s’entrouvre légèrement, pris par surprise lorsqu’il entend le nom de Lady Forel. Le chevalier se concentre de nouveau sur la conversation, se disant que l’Impératrice doit avoir des espions à son service et que dans une ville comme Fort-Darion, tout se sait si rapidement.

Il ne peut que prier les sept intérieurement qu’elle ne fera pas parvenir son erreur aux oreilles de Kevan, sinon le légitime roi du Bief risque de bien avoir des remontrances à faire à son ami. Garlan incline respectueusement sa tête, il essaya de garder un ton le plus calme possible, bien que l’on puisse sentir de la nervosité dans sa voix. «Je vous remercie pour votre clémence, votre Majesté impériale. Plus jamais je ne remettrai les pieds dans cette partie du château sans autorisation, vous avez ma parole. ». Il espère que suite à cela, il allait pouvoir repartir, que c’était fini. Après tout, le seul fait d’être intimidé par un dragon et que l’Impératrice le sermonne était déjà une « punition » suffisante à ses yeux, bien qu’il savait qu’il aurait pu encourir une sanction bien plus sévère comme elle lui avait fais remarquer. Cependant, la protectrice des dragons ne semblait pas en avoir fini avec lui. Non, elle souhaitait savoir ce qui l’avait poussé à venir ici et… Ce qu’il voulait à Lady Forel.

Le chevalier déglutit, lorsqu’elle l’avait citée précédemment, le jeune homme pensait que ça ne reviendrait pas sur le tapis. Devait-il se justifier de sa relation avec Yesaminda ? Elle était l’Impératrice, il ne pouvait pas lui faire constater que cela ne la regardait pas et encore moins lui mentir. Non, ça serait bien pire encore. Il ne mentait presque jamais et lorsque c’était le cas, on le savait pertinemment qu’il ne disait bien la vérité. Non il serait honnête, droit et dirait la vérité. Il mit un peu de temps à trouver ses propos, mais ne fit pas attendre la reine des dragons, ne voulant pas jouer avec sa patience. « Je souhaitais m’entretenir avec Lady Forel pour m’enquérir  de ses nouvelles et m’assurer qu’elle se portait bien. Je consens que ce n’était guère le bon endroit, certainement le plus mauvais à vrai dire pour se faire. J’ai été stupide en faisant preuve d’un manque total de discernement. Cependant, je tiens à faire porter à votre connaissance, votre Majesté Impériale, qu’il s’agit de mon erreur, jamais, ô grand jamais, elle ne m’a demandé de venir en ces lieux.     »

Garlan comptait bien endosser le poids de son erreur tout seul, il espérait que Yesaminda ne souffrirait pas de sa bavure. Le Bieffois maintint le regard de l’Impératrice, plongeant ses yeux dans les siens, ce n’était guère pour la défier ou lui manquer de respect. Loin de là ! Mais pour lui intimer qu’il n’avait rien à se reprocher, en ce qui concerne son lien avec Yesaminda en tout cas. Il déclara en toute franchise. « La rendre heureuse, la protéger, être là pour elle afin de la soutenir. Voilà mes intentions à l’égard de Lady Forel, votre Majesté Impériale. Peut-être me trouverez-vous assez niais suite à ces mots, cependant ils reflètent une réalité, je ne recherche que son bonheur. »



“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Goldwyne / Conseiller du Collège Impérial
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1563
Membre du mois : 234
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    Sam 22 Sep - 21:11



Fort-Darrion, An 1, mois 4, semaine 3




@Garlan Goldwyne : désolée pour le retard :O Je ferais mieux promis !

Je regardais l’homme se délestait de toutes ses armes comme je venais de lui ordonner. Je ne lui en avais pas laissé le choix même si je savais combien les hommes détestaient cela. Moi-même je n’aimais pas ne pas posséder de moyen de me défendre. J’avais Noire-Sœur avec moi, en plus d’Ebryon et de ma multitude de garde. Mais j’étais chez moi et lui, il était un étranger, un intrus même dans ce couloir. Il avait eu de la chance même s’il l’ignorait encore. Car, quand Baâl et Torrhen apprendraient que la garde avait hésité à tirer immédiatement leur épée face à un homme, même si cet homme ils avaient déjà aperçus par le passé, ils allaient passer un très mauvais quart d’heure. Dans cette situation, ils avaient cependant bien fait. Je n’étais pas certaine que Kevan, et encore moins Yesaminda auraient apprécié que les pierres soient maculés du sang du bieffois. Pour autant, ils n’auraient pu qu’admettre qu’il n’avait rien à faire ici et qu’il aurait pu tout aussi bien être venu avec de mauvaises intentions. J’imaginais sans mal que ce qui lui avait « sauvé » la vie était le fait qu’il avait demandé à voir ma guérisseuse et non ma personne, même si cela ne suffisait pas à épargner un homme. Il aurait pu être un tueur, un espion, un ennemi. Il pouvait l’être d’ailleurs encore même si son attitude laissait penser le contraire. Mais nous n’étions jamais trop prudent et je préférais rester sur mes gardes, particulièrement parce que j’avais encore ce martèlement dans ma tête et que je me savais moins réactive. Pour une fois, je ne rechignerais pas à la présence de cette escorte plus que conséquente, une escorte qui me suivrait dans mon bureau attenant aux chambres.

Je m’installais et laissais prendre place en face de moi l’homme qui était plus que mal à l’aise. Du moins c’était l’impression qu’il me donnait. Ses yeux s’étaient écarquillés à mes paroles et il entrouvrit légèrement la bouche de surprise quand je parlais de Yesaminda. J’étais directe avec lui sur ce sujet, ne passant pas par quatre chemins. Je n’étais pas une femme à mentir et je n’allais pas commencer tout de suite. Il savait à quoi s’en tenir et toutes les règles du jeu. Je n’avais rien contre lui, je ne le connaissais pas après tout et je n’étais pas du genre à juger sans connaître. J’inclinais la tête quand il me promit de ne plus jamais revenir ici, lui accordant le bénéfice du doute. Je n’en avais cependant pas pour autant fini avec lui. Maintenant qu’il était là et qu’on m’avait dérangé, autant profiter de ce moment pour en apprendre un peu plus… Et protéger Yesaminda de toute intention mauvaise. A mon sens, il était important qu’il comprenne qu’il ne pouvait pas impunément la fréquenter et lui faire du mal. Je ne le permettrais pas. Je haussais un sourcil à ses paroles, prenant le temps de bien y réfléchir avant de lui répondre Le fait même qu’elle vous ait indiqué comment venir ici était en soi une information que vous avez pu interpréter comme une invitation. Vous êtes fautif, mais vous n’êtes pas le seul et je ne fais jamais de différence, jamais. lui dis-je fermement. J’avais beau aimer énormément ma guérisseuse, elle ne passerait pas entre les mailles du filet et sera réprimandé également. Quoi qu’il puisse en dire, elle n’aurait pas de circonstances atténuantes. Je l’adorais, mais elle n’aurait pas de traitement de faveur parce que nous étions proches. J’écoutais ses prétentions à l’égard de la jeune femme, fronçant un peu plus les sourcils. Je croisais mes mains sur la table, entourant Ebryon qui ne quittait pas l’homme du regard. Vous dites cela et pourtant, à ma connaissance, vous n’avez nullement fait une quelconque demande pour l’épouser par exemple… Je sais de source sure que ni son oncle, ni son frère ne sont au courant que vous voulez la fréquenter… Ou que vous la fréquentez d’ailleurs vu votre présence ici… Vous ne vous êtes pas plus renseigner sur sa place et sa fonction au sein de l’Empire, sinon vous ne seriez pas là… Dans de telles circonstances, comment pouvez vous alors prétendre vouloir la rendre heureuse et la préserver ? Non pas que je doute de vos intentions, ni mêmes qu’elles ne sont pas sincères. Après tout je ne vous connais point. Cependant, vos actes ne laissent pas à penser que c’est là un but que vous poursuivez. Cela pouvait sembler dur, mais ca ne l’était pas. Mon ton n’était pas incisive, mais bel et bien neutre. Je ne faisais qu’exposer des faits rien de plus. Je lui fis un léger sourire compatissant avant d’ajouter. Yesaminda Forel est la nièce de Lord Baâl Forel, Général de Peyredragon et main du Prince. Il était jadis ma Main, mon plus fidèle conseiller. C’est un homme que j’ai toujours connu, et que j’estime énormément. Par égard pour lui, je me dois de préserver Yesaminda… Mais il ne s’agit pas uniquement que cela. Non seulement elle appartient à ma cour en qualité de guérisseuse, mais elle est aussi la future préceptrice de mes enfants, et surtout une amie qui m’est très chère. Voyez-vous Lord Golwyne, elle n’est pas n’importe qui, ni n’importe quelle femme à mes yeux. Non seulement c’est mon devoir de veiller sur elle et la protéger en tant qu’Impératrice, mais aussi en tant qu’amie. Je ne laisserai jamais rien de malheureux lui arriver Si vos intentions sont aussi sincères que vous le dites, vous n’avez rien à craindre de ma personne… Mon sourire se figea et se fit froid, cruel, promesse de bien des souffrances Je ne me mêlerais pas de vos histoires, de votre histoire. Je vous laisserais tous deux vivre comme vous l’entendez… Mais ayez conscience que si vous comptez lui faire le moindre mal, je vous conseille de vous retirer de sa vie au plus tôt. Je suis Dragon, et je peux vous garantir que vous ne voulez pas vous attirez les foudres. Est-ce bien clair Lord Golwyne ? Dire que je ne voulais pas l’effrayer serait un mensonge. Je voulais qu’il ait peur, qu’il ait conscience de ce qui arriverait s’il venait à la blesser, il devra en assumer les lourdes conséquences. Sachez également que je ne la laisserai jamais partir. Jamais. Sa place est à mes côtés, et je ne permettrais pas que cela change aussi égoïste que cela soit.














Ps : Rhae possessive? PAS DU TOUT OKKK !!! ELLE EST A MOUAAA !









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2519
Membre du mois : 12
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    Dim 23 Sep - 23:12

Les dragons, ces créatures légendaires, qui peuplaient l’imaginaire. Tout le monde s’en faisait une représentation différente il y a bien des années, avant que les Targaryen ne commencent à se montrer avec. Certains affirmaient à l’époque que la bête pouvait aisément engloutir une maison dans sa gueule, d’autres qu’elle possédait deux têtes, et les plus naïfs que son seul regard pouvait pétrifier un être humain sur place. La plupart de ces gens n’avait jamais vu de dragons auparavant, mais il suffisait d’une rumeur, quelques mots convainquant d’un menteur qui affirmait avoir survécu à la confrontation avec cet animal, et c’est comme ça que des aberrations sur la description de ces créatures apparaissaient. Aussi, était-il compliqué de se faire une idée sur la vraie forme des dragons sans en avoir rencontré un. Il y a encore de cela un an, Garlan n’arrivait pas à se représenter une de ces créatures, il n’était pas le genre d’homme à se fier à des rumeurs et des bruits de couloir. Il préférait s’en tenir aux faits, à du concret, à du vécu. Au moins, cela était bien plus fiable que des « on dit ».

Sa première rencontre avec cet animal, il la fit lors du couronnement de Kevan par l’Impératrice. Il n’était guère dans les premiers rangs, donc pas forcément à même de détailler la créature comme il l’aurait souhaité. Mais le dragon de Rhaenys Braenaryon était si imposant, qu’on pouvait l’admirer même de loin. Le Bieffois n’avait jamais vu de telle créature auparavant, sa seule présence imposait le respect, elle laissait planer comme une étrange menace également. Le dragon était si puissant que l’on pouvait paraître insignifiant face à lui, à l’époque en le voyant, étrangement, Garlan avait immédiatement pensé aux contes relatant les faits d’un chevalier se dressant seul face à un dragon pour secourir une princesse. En admirant l’animal, il comprit que cela n’avait aucun sens. Un individu, seul, n’avait aucune chance devant cette force de la nature. A part si les sept protégeaient sa personne.

Le jeune homme continuait à jeter quelques coups d’œil au petit dragon posé devant ses yeux, si beau, mais à la fois si menaçant. L’impératrice semblait être quelqu’un de direct, sans-détour, qui disait clairement ce qu’elle pensait. Très bien, Garlan n’aimait pas faire usage de moult courbettes pour s’exprimer et préférait aller droit au but. Elle semblait avoir déjà tranchée, bien que le bieffois fût bien décidé à dégager la responsabilité de Yesaminda de cette affaire. «Votre décision est sans conteste, votre Majesté Impériale. S’il m’était donné la chance d’assumer seul la responsabilité de mon erreur, sachez que je vous serai éternellement reconnaissant. C’est de mon fait si j’ai pu mal interprété les propos de Lady Forel, moi seul devrait en payer le prix, je préférerai encore être jeté aux cachots plutôt qu’elle doive en payer le prix. Je comprends que vous aurez le dernier mot dans cette affaire, votre Majesté Impériale, je souhaitais vous faire part tout de même de ma volonté d’assumer seul les conséquences de mon erreur. »

Elle avait déjà tant souffert, à croire que le destin s’était acharné contre elle, elle avait déjà perdue son fils. Et plus récemment, d’autres membres de sa famille. Garlan ne souhaitait pas qu’il lui arrive d’autres malheurs, il ne le permettrait pas. Elle lui avait accordée sa confiance et par son erreur, le bieffois avait peur de la perdre, et c’était surement cela qui faisait qu’il avait l’estomac retourné en cet instant. Le chevalier écoutait attentivement les propos de l’Impératrice, le jeune homme déglutit maladroitement en entendant parler de mariage et cela le fit toussoter à trois reprises, il ne l’avait pas vu venir celle-là . Elle semblait vraiment tout dire ce qui lui passait par la tête, elle n’était point conventionnelle. Cela facilitait la conversation, c’est vrai, mais ses propos pouvaient être mal interprétés et être blessants. En aucun cas il n’interrompit la mère des dragons et la laissa s’exprimer jusqu’au bout.

L’impératrice vint à lui  expliquer ce qui la liait à la guérisseuse et pourquoi elle était si importante à ses yeux. Yesaminda lui avait déjà transmis la plupart de ces informations, mais il voyait cela d’un œil différent suite aux mots de l’imbrûlée. Il réagit enfin aux paroles de l’Impératrice en la regardant dans les yeux. «C’est très clair, votre Majesté Impériale. Je ferai tout pour qu’elle n’est plus jamais à souffrir, qu’elle ne regrette pas de m’avoir accordé sa confiance, je vous le jure ainsi solennellement que je ne lui ferai jamais aucun mal.  Je ne recherche qu’à la rendre heureuse, être là pour la soutenir dans les épreuves difficiles qu’elle peut traverser.   » Garlan parlait avec franchise et honnêteté depuis le début de l’entrevue, l’angoisse était toujours bien présente, mais un peu moins que précédemment tout de même. Il décida de se confier, surement était-ce le meilleur moyen de prouver sa sincérité et sa bonté d’âme.  

«La vérité est que je n’ai jamais connu de femme comme Lady Forel, une dame à la beauté envoutante, intelligente, possédant des capacités réservés normalement aux plus talentueux guérisseurs et ayant un véritable désir d’aider autrui. C’est vraiment depuis notre arrivée commune à Fort-Darion que j’ai appris à la connaître, à la découvrir. Si bien qu’elle a fais naître en moi des sentiments que je n’ai prêté à aucune autre jusqu’à présent. Je ne sais pas quel est l’opinion de Lady Forel sur le mariage, votre Majesté Impériale. Cela me semble un peu prématuré, je désire me marier un jour,  mais que je ne sais pas si c'est ce que désire Lady Forel désire et que compte tenu des épreuves qu'elle a traversé, je ne souhaite rien lui offrir qui puisse l'indisposer.  De plus aurai-je besoin d’un mariage pour lui prouver que mes sentiments à son égard sont on ne peut plus sincère …     » Il l’avait dis, oui il l’aimait, du moins le sous-entendait-il dans ses propos, c’était certain, elle et non une autre. Elle, comme il n’en avait jamais aimé une autre. Un sourire bienveillant apparu sur son visage et il continua. « Vous avez raison, votre Majesté Impériale, peut-être y a-t-il des informations que j’ignore encore sur Lady Forel. Il y a certainement des éléments de sa vie dont j’ignore encore, je ne souhaite pas brusquer et je la laisserai m’en parler quand elle le souhaitera, la réciproque est de mise. J’ai très brièvement croisé le frère de Lady Forel lors des festivités, je n’ai pas encore eu l’occasion de rencontrer Lord Baâl Forel. Nous avions décidé d'un commun accord d'attendre que nos sentiments soient solides et éprouvés, en tout bien tout honneur, alors m'aurait-elle surement présentée aux siens. Je pense cependant que mon erreur va accélérer les présentations ou bien anéantir la confiance qu’elle pouvait me porter… »

Yesaminda était la guérisseuse de l’impératrice, la future perceptrice de ses enfants, son rôle était fondamental, il le savait. Il comprenait fort bien qu’elle doit séjourner aux côtés de la reine des dragons, pour s’assurer que tout se déroule pour le mieux. Il hocha la tête, à la fois compréhensif et résigné : « N’ayant moi-même pas encore d’enfant, il serait inopportun d’affirmer que je comprenne votre pensée, votre Majesté Impériale. Je conçois cependant que vous souhaitez le meilleur pour vos enfants, et il est certain que vos descendants seront entre de très bonnes mains avec Lady Forel. Elle a des responsabilités. J’ai également les miennes. Envers le Roi Kevan, m’amenant à le suivre dans la reconquête du trône qui lui revient de droit, devant ainsi m’éloigner de Fort-Darion et d’elle. Cependant, je sers également l’Empire désormais, si bien que je sais que je serai amené à revenir à la capitale si la situation le permet…     » La quitter pour mieux la retrouver.

Spoiler:
 


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Goldwyne / Conseiller du Collège Impérial
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1563
Membre du mois : 234
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    Dim 18 Nov - 21:55



Fort-Darrion, An 1, mois 4, semaine 3




@Garlan Goldwyne : décidément... ca fait 10 jours qu'il est fait mais avec tout ce qui s'est enchainé pour nous j'ai pas pu le poster. J'espère que cela t'ira ! Embarassed

L’homme n’est pas le plus assuré qui soit. Le contraire aurait été étonnant. J’avais beau avoir un martellement continu dans ma tête, je l’avais bien remarqué. Il jetait plusieurs fois un coup d’œil à Ebryon. S’il avait pu l’apercevoir avant, cela était sans aucun doute la première fois qu’il pouvait le voir d’aussi près. En avait-il peur ? Cela serait plus prudent si c’était le cas. Les dragons étaient rares, précieux, majestueux, terrifiants, et redoutables. Le moindre geste agressif de sa part et, tout aussi petit qu’il soit, mon Petit Frère l’attaquerait sans aucune hésitation. Il était un gardien aussi solide que les gardes autour de nous, présents dans cette pièce… Il n’était donc vraiment pas étonnant que le Lord en face de moi soit mal à l’aise. Surtout si on considérait les motifs de sa présence ici, des motifs qui pourraient lui couter cher si je ne m’en mêlais pas. Je ne connaissais que peu Conrad Omble mais assez pour savoir qu’il demanderait la tête aux deux amants. J’allais devoir trouver une punition à la hauteur de leurs actes, sans pour autant sacrifier leurs vies. Un vrai casse-tête que je résoudrais plus tard. Vous êtes tous les deux en torts et vous serez punis en conséquence à la hauteur de vos actes. lui dis-je. Cette décision était sans appel et rien de ce qu’il pourrait dire ou faire ne changerait cela.

Profitant de sa présence, et comme à mon habitude, je faisais preuve de franchise à son égard et ne lui cachait pas pourquoi ni combien Yesaminda était précieuse non seulement pour l’empire mais aussi pour moi. Je ne saurais me passer d’elle. Je m’y refusais tout simplement. Elle avait su prendre une place à mes côtés en l’espace de quelques mois, une place que je refusais de laisser de nouveau vacante. J’avais besoin d’elle, bien plus qu’elle ne pouvait se l’imaginer. Nous sommes donc ainsi, quatre désormais à penser à son bonheur. Vous n’êtes surement pas sans savoir que son Frère nous a rejoint depuis peu. Je ne le connaissais pas mais il m’avait semblé très protecteur envers mon amie. Avec Baâl, et moi-même ajouté à lui, l’homme en face de moi se retrouvait face à toute une armée ayant à cœur les intérêts et le bonheur de l’Essosienne. Et nous étions tous, d’une manière différente mais complémentaire, on ne peut plus redoutables. Elle est en effet unique et c’est pour cela que son âme est d’autant plus précieuse à mes yeux. Je vous parlerai une fois de plus sans détour Lord Goldwyne. Yesaminda a déjà traversé bien des épreuves, des épreuves que je ne laisserai pas se reproduire. Et, si vous devrez aborder cela avec elle, il me semble opportun si vos sentiments sont aussi véritables et forts que vous le dites d’envisager de l’épouser. Les choses se savent très vites et sa réputation ne peut souffrir d’une relation libertine. L’Empire ne pourrait pas se le permettre. Car non seulement Yesaminda méritait d’être heureuse, mais aussi elle me représentait, ainsi que mes enfants à venir. Nous ne pouvions souffrir que sa réputation soit entachée et donc par extension la nôtre. C’était injuste oui, mais c’était quelque chose que mon amie savait parfaitement et avait accepté en toute connaissance de cause. Nous ne lui avions pas forcés la main, à aucun moment. Cela avait été son choix, tout comme cela serait le sien de décider de mettre ou non un terme à sa relation avec le Lord présent dans sa pièce ou de légitimiste leur union. . Yesaminda est la nièce de Lord Baâl Forel, Grand Général de Peyredragon et Main du Roi Régent Orys Baratheon. Il est un maitre d’arme redoutable en plus d’être un fin stratège. Son frère, quant à lui, est aussi un guerrier, et pour l’heure, il demeure au côté de son oncle. Vous ne vous conseille pas d’attendre avant de les rencontrer car vous risquez de vous retrouver bien vite avec un couteau ou une épée sous la gorge… ou dans le cœur selon leur humeur. Ce sont des hommes, et il n’est pas certain qu’ils fassent preuve de sagesse, même si Baâl est désormais un Dragon expérimenté. Ma mise en garde était très claire. Il était important, pour ne pas dire primordiale que Yesaminda et lui éclaircissent au plus vite la situation. Baâl était un homme sage… Mais impétueux lorsque cela concernait les siens. Même si la jeune femme pensait qu’il ne s’intéressait pas vraiment à elle, le peyredragonnien de cœur restant toujours à distance, il veillait sur elle comme il veillait sur moi. Elle était importante à ses yeux et il ne laisserait rien ni personne lui faire du mal ou lui nuire. Tout comme je ne le permettrais ni le permettais non plus. Nous l’aimions tous bien trop pour cela. Vos responsabilités respectives vous éloigneront c’est certain. Je suis soulagée de voir que vous êtes conscients et que vous ne vous leurrez point à ce sujet-là. Vous appartenez tous deux à l’Empire mais votre place n’est pas au même endroit. C’est là encore une fois une chose que vous devez considérer et aborder ensembles. Car, lorsque la guerre sera finit, que compterez-vous faire ? Ou vivrez-vous ? De quelle tête couronnée vous serez l’ombre ?


















Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2519
Membre du mois : 12
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Visite surprise sur fond d'interrogatoire    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Visite surprise sur fond d'interrogatoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une visite surprise qui porte bien son nom... [Ewan]
» Visite surprise [PV les locataires de la chambre]
» Visite surprise (Pv Bruno)
» Visite surprise | Lilianna et Trystan
» Une petite visite surprise. [Seth et Emeraude]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown ::  :: Le Conflans :: Fort-Darion-
Sauter vers: