Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

A little pray in winter PV Euron
MessageSujet: A little pray in winter PV Euron    Ven 17 Aoû - 18:09

A little pray in winterYoren & Euron
Le banquet s'était achevé seulement aux premières lueurs du jour et il était clair que ce jour serait un jour de repos bien mérité pour tous les soldats de mon armée car tenter de faire s'entrainer des hommes venant tout juste de s'enfiler des litres et des litres d'ale et de vin sans compter le ventre lourd de la ripaille de la veille était une tache que même le Dieu Noyé ne parviendrait pas à mener à bien. Le soleil était à son zénith alors que je me réveillais nu entre deux couches de fourrure sur le grand lit de mon pavillon. Helena avait décidée de rester dormir dans le camp pour des raisons pratiques plutôt que de regagner Pierremoutiers et le donjon de la forteresse à l'instar de bon nombre de dames de ma cour qui avaient rejoints les couches martiales de leurs époux le temps d'un repos plus que nécessaire. Je n'avais pourtant guère profité de la présence alléchante de ma superbe promise car nous nous étions mis d'accord pour respecter la tradition souhaitant que la consommation de notre royale union attendrait bien la célébration du mariage d'une part et d'autre part il fallait dire que j'avais fini ivre mort aussi je m'étais endormi presque immédiatement une fois dévêtu.

Cela aurait pu énormément me frustrer si je n'avais pas eu un besoin inaltérable de sommeil. La tète délicate mais aux traits féroces de ma fiancée se trouvait à présent posée sur mon épaule tandis qu'un bras m'enserrait avec possessivité. Esquissant un large sourire de contentement malgré ma gueule de bois monstrueuse, je prenais le temps d'observer dormir la Bracken avant de caresser ses cheveux avec affection en tentant de ne pas la réveiller. Nous avions tellement dansé la veille que je me demandais si je parviendrais à me lever. Ma sublime et indomptable future reine au caractère de feu, j'aurais pu à dire vrai passer tout le reste de ma journée ainsi à la contempler afin de mémoriser chaque trait de son visage dans mon esprit simplement par simple précaution car nul ne pouvait savoir de quoi serait fait demain. Mais, j'avais à faire en ce jour. Un roi n'a guère jamais longtemps avant de devoir s'occuper d'une nouvelle question supplémentaire. Aussi, je repoussais doucement le bras d'Helena qui grogna dans son sommeil m'arrachant un sourire amusé. Puis, je me levais tranquillement en essayant de me remettre les idées en place.

Une fois le sol suffisamment tangible sous mes guiboles, je me redressais et me préparais rapidement dans une tenue simple, guerrière mais néanmoins royale et adaptée à l'hiver qui venait s'enfoncer de plus en plus au sud de Westeros. Bientôt, les conditions météorologiques seraient déplorables jusque dans le Bief. Un avantage ou un inconvénient cela dépendait du point de vue tactique comme de la situation. Mais, je le prenais en compte en bon commandant. Une fois mon épée et ma hache au coté et une imposante fourrure sur mes épaules, je me penchais vers ma promise pour déposer un baiser sur ses lèvres brulantes. Je me serais harnaché plus rapidement si j'avais un aide de camp comme insistait Helena souhaitant que je prenne un écuyer de sa maison à ce poste mais je refusais arguant que j'avais passé toute ma vie à m'équiper moi même sans avoir jamais besoin eu l'aide de personne et que mes blessures ne m'empêchaient de perpétrer ce choix. Je sortais de mon pavillon royal et saluais le groupe de gardes en faction autour de ma tente d'un signe de tète martial. Pas un ne somnolait ou n'était dans un état second, alertes et à leur poste mes protecteurs engoncés dans d'épaisses capes de fourrures et postés autour de braseros n'avaient pu que gouter l'ivresse festive de la veille. A l'instar des guetteurs, veilleurs et patrouilleurs. Point de repos pour les protecteurs de leurs frères mais la prochaine fois verrait les tours s'alterner ce n'était que justice et logique militaire.

Alors que la moitié des hommes voulurent m'emboiter le pas je leur précisais mes ordres. "La future reine des Fleuves et du Crépuscule se trouve dans ce pavillon aussi vous veillerez à sa sécurité comme s'il s'agissait de la mienne. Ne vous en faites guère pour moi, une escorte m'attend." Les chevaliers hochèrent la tète avant de s'incliner respectueusement tandis que je quittais les lieux seul dans le silence solennel de la chappe de plomb du camp fortifié. Dépassant d'un pas martial la nouvelle tente que j'avais fait alloué à Heda bien plus confortable et plus proche de la mienne, je prenais néanmoins mon temps pour savourer la paix relative du camp tandis que les quelques soldats et guerriers éveillés s'inclinaient maladroitement sur mon passage. Sur le chemin, mon esprit emprunta de nouveau le chemin tortueux de la stratégie et des calculs politiques ainsi que de la diplomatie comme si cela devenait simplement mécanique dans ma cervelle autrefois concentrée uniquement sur l'océan et la faim du sombre requin. Malgré mon esprit embrumé, je parvins sans mal à atteindre la tente de mon vieux frère et compagnon d'arme Euron.

Sa tente se trouvait près de celle de son père lord Timbal qui était l'un de mes commandants. Simple mais spacieuse la bannière de sa maison flottant au vent, j'en connaissais par cœur le chemin. Pénétrant à l'intérieur sans aucune once de gène, je ne fus guère étonné de le voir ronfler entre deux catins de Pierremoutiers. Un sourire amusé étira mes lippes tandis que j'étudiais le meilleur moyen de le réveiller. Hésitant entre donner un coup de pied monumental dans sa couche pour la faire trembler et assister au spectacle amusant de ce triolisme qui se verrait effrayé. Je décidais finalement de saisir la cruche d'eau m'étonnant au passage qu'il s'agisse bien d'eau et non d'alcool avant de la déverser sur le Timbal. Il allait adorer sans nul doute au vu de son amour de la religion. Ce dernier se réveilla brusquement en pestant en sortant une dague de sous son oreiller et j'éclatais de rire à cette vue. Son expression changea du tout au tout lorsqu'il me reconnut. Il s'inclina brièvement avant de rire à son tour. "Eh bien je vois que tu t'es bien amusé sombre canaille ! Cela ne m'étonne guère. Les catins étant une denrée rare je me demande bien comment tu as fait pour t'en accaparer deux mais passons. J'ai besoin de toi alors sors de ce plumard et prépares toi en vitesse."

Tandis qu'Euron repoussait sans ménagement aucune ses partenaires et ne se gênait pas de sa nudité je quittais la tente en lui indiquant de me rejoindre à la sortie du camp dès qu'il serait prêt. Une fois dehors j'allais rameuté les éléments de ma future garde royale. Une trentaine m'emboita le pas et emprunta des montures appartenant aux cavaliers légers fers nés. L'armure éclatante, le casque nasal couvrant des visages tatoués et couturés de cicatrices, la cape cendrée flottant dans le vent, l'épée au coté et la grande hache sur l'épaule ma future élite en formation faisait son effet sur notre chemin. Pour ma part, j'enfourchais mon étalon tandis qu'un de mes gardes tenait par la bride une monture pour Euron. Ce dernier se présenta quelques dizaines de minutes plus tard et je lui indiquais la monture d'un signe de tète. Les fers nés n'étaient guère de brillants cavaliers mais ceux ci savaient monter. Tu m'as presque fait attendre ! Disais je en souriant. Suite à la question de mon ami intime, je répondais. "Nous allons prier le Dieu Noyé vieux frère et nous allons le faire près d'un cours d'eau cela va de soit."
© 2981 12289 0



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 


Dernière édition par Yoren Hoare le Dim 2 Sep - 15:22, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 849
Membre du mois : 14
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    Dim 19 Aoû - 16:13

Les festivités s’étaient terminées très tard dans la nuit. L’hiver ne semblait avoir en rien gêné la soirée, chacun ayant décidé de célébrer les annonces de leur Roi autant que possible. Une accalmie salvatrice entre deux conflits, les riverains se taisaient à ce sujet, les fer-nés espéraient que prochainement ils pourraient se complaire dans de nouveaux combats et surtout dans de nouveaux pillages. Certains n’avaient  pourtant pas vu la fin des festivités. L’alcool avait coulé à flot, personne n’avait manqué de rien, il y avait à boire et à manger à profusion. Celui qui avait géré l’intendance avait vraiment très bien fais son travail. Des camarades fer-nés, il en avait vu s’affaler sur les tables, tombés par terre, se vomir dessus, ils finirent ronds comme des barriques. Son peuple s’imposait très peu de limite en ce qui concerne l’alcool, voir pas du tout. Euron avait vu également que son ami Yoren avait bien profité des breuvages qui lui étaient servis, un peu trop probablement, mais le Timbal aurait été surpris du contraire et peut-être même un peu déçu.

Il espérait que le poids de la couronne ne le changerait pas totalement, bien qu’il puisse comprendre que maintenant de lourdes responsabilités reposaient sur ses jeunes épaules. C’était surement les fer-nés qui avaient veillés le plus tard dans la nuit, alors que les riverrains avaient décidés d’aller se coucher, la plupart avec leur épouse ou en galante compagnie. Les îliens, eux, avaient entonnés des chants guerriers jusqu’à ne plus en avoir de voix tout se rinçant le gosier . Lorsque les réserves d’alcool étaient presque vides, le fer-né se remplit deux grosses choppes pour ne pas être à court. Il était hors de question pour lui de finir maintenant, alors qu’il avait encore pas mal d’idées encore pour s’amuser. Toutes les femmes chez les fer-nées dormaient déjà, étaient inconscientes ou étaient déjà accompagnés. Par défaut, il allait devoir se rabattre sur les catins de Pierremoûtier, une idée qui ne lui plaisait guère, car ils devaient les payer, mais pas au fer-prix.

Et c’est surement pour cela qu’il détestait en arriver là, mais la soirée était tellement bonne qu’il voulait la terminer en apothéose. Puis il ne pouvait guère aller prendre une femme de la ville, bien qu’il en aurait envie, Yoren ne laisserait pas ça impuni. Il ne fut guère facile de trouver les femmes de joie, c’était une ressource qui commençait à se faire rare ces temps-ci. Le fer-né en prit une et défonça le nez d’un autre fer-né pour prendre également celle qu’il avait embarqué. Sous sa tente, il en avait pris d’une plaisir, ça avait été vraiment une foutue bonne soirée. Dans les bras des deux catins, il s’était également endormi, épuisé par la coucherie et aidé par l’alcool, il n’eut aucun mal à trouver le sommeil. Euron extrait de ses songes brutalement, la première idée qui lui vint à l’esprit fût que le camp était attaqué. Son réflexe le plus primaire fut donc de se réveiller en sursaut tout en s’armant d’une dague sortie de sous son oreiller. Pestant comme un diable, il se détendit rapidement lorsqu’il découvrit qu’il s’agissait de son ami

Il rit de bon cœur, avec sa dague il mima une révérence et sur un ton impérieux exagéré, il le salua  « Votre Grâce ! » Plutôt qu’un simple « Yoren » en privé, mais c’était plus pour le taquiner qu’autre chose. Se relevant de sa couche en bousculant les deux catins, il se fichait bien que son frère d’arme constate sa nudité, le roi finit tout de même par quitter sa tente pour l’attendre à l’extérieur, lui intimant de se dépêcher. Le Timbal n’avait pas forcément envie d’aller se cailler les miches dehors, bien qu’elles avaient été maintenues au chaud toute la deuxième partie de la nuit par les deux jeunes demoiselles. Il prit son temps pour se vêtir de vêtements chauds et de fourrures, il discuta quelques instants avec les femmes de joie, finissant même par demander leur prénom, car après tout il ne les connaissait même pas. Histoire de pouvoir les retrouver plus facilement lors d’une prochaine soirée, sait-on jamais.

Euron rejoignit la sortie de camp où le Roi et tous les éléments de sa garde royale l’attendaient. Yoren lui fit bien entendu remarquer le temps qu’il avait mis pour pouvoir le rejoindre. Ce à quoi, le fer-né fit dandiner sa tête en souriant : « Il fait de plus en plus froid, l’hiver sera rude, autant que je me vêtisse chaudement pour compenser la présence des deux catins qui me les ont maintenues au chaud cette nuit ! Pour quelle raison tu avais besoin de moi, l’ami ? »  La réponse du fils d’Harren ne tarda pas, le sourire d’Euron disparut, renfrogné, il l’était et pas qu’un peu. Il s’emporta. « Tu aurais pu me le dire plus tôt, vieux-frère ! Je ne t’aurai pas fais attendre si longtemps et je serai même venu à poil s’il le fallait ! » La religion était quelque chose d’important dans la vie du jeune homme et on ne plaisantait pas avec ça. S’empressant de monter à cheval, alors qu’il n’était guère un bon cavalier et qu’il n’aimait pas vraiment ça. Il fit un signe de tête à son ami pour lui signifier qu’il était prêt, pressé, il l’était assurément.

Le groupe se mit en route, les gardes royaux entouraient le roi pour que rien ne lui arrive. Bien qu’ils laissaient tout de même une certaine liberté de mouvement autour du duo pour qu’ils puissent s’exprimer librement , se penchant légèrement sur sa selle vers Yoren, il s’enquit de sa nuit. « Alors la Bracken ? Elle est comment dans un plumard ? A moins que tu aies trop bu hier soir, faut dire que c’était une bonne beuverie ! »




avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison Timbal / Capitaine du "Kraken Osseux"
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Awash with blood !
Messages : 111
Membre du mois : 0
Célébrité : Alex Høgh Andersen
Maison : Timbal
Caractère : Loyal • Violent • Charismatique • Têtu • Rusé • Exubérant • Intrépide • Débauché • Tacticien • Impitoyable
Awash with blood !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    Lun 20 Aoû - 19:45

A little pray in winterYoren & Euron
La réponse de mon ami intime et fidèle compagnon d'arme quant à ma saillie relative au temps qu'il avait mis pour enfiler son armure légère, sa cape de fourrure épaisse en peau d'ours ainsi que ses bottes sans oublier une paire de gants rembourrés m'arracha un large sourire amusé ainsi qu'un rire guttural. Car nous savions tous les deux que s'il avait mis autant de temps avant de rejoindre son souverain c'était bien parce que deux jolies catins avaient du vouloir continuer de le tripoter quelques instants supplémentaires avant qu'il ne les abandonne à moins que ce ne fut l'inverse. Pour avoir par le passé déjà vu le Timbal en action dans un bordel, au cours d'un raid ou partagé avec lui une jolie diablesse  je savais qu'il y mettait presqu'autant de cœur que moi. Qu'y pouvions nous, nous aimions le travail bien fait voilà tout. Et pour connaitre la passion d'Euron pour les parties de jambes en l'air je savais que l'en arracher était l'un des exercices les plus délicats à accomplir. Ainsi que sa vision pure et sans concession de l'antique voie de notre peuple avait du lui couter de ne pas aller razzier dans ma capitale quelques pauvres bougresses involontaires. Cependant, aussi puissant était notre lien l'héritier de la maison Timbal savait parfaitement que s'il avait agi ainsi je n'aurais pas hésité une seconde avant de lui couper un membre.

L'en arracher était un exercice bien délicat mais pas si difficile que cela pour qui connaissait par cœur le fier et indomptable guerrier car s'il y avait bien une chose qu'Euron vénérait plus que les cuisses entrouvertes d'une femme c'était bien notre religion insulaire. Son amour du Dieu Noyé dépassait de loin celui de satisfaire les besoins de sa queue. Or c'était exactement ce que je lui proposais en ce jour bien terne d'un hiver détestable. Accompagner son roi et ami pour une prière plus intimiste que celles beuglées la veille par des milliers de guerriers des Iles de Fer au bord d'un cours d'eau proche d'être gelé tant le froid se faisait chaque jour un peu plus mordant. Un autre éclat de rire ne tarda pas à suivre le premier tandis que le visage de mon ami se parait d'une mine renfrognée et que ce dernier s'empressait d'enfourcher sa monture tout en me clamant que si je l'avais informé de mes intentions bien plus tôt il n'aurait pas même hésité à se pointer les bourses à l'air. Connaissant Euron, il en aurait tout à fait été capable aussi je me félicitais de ne pas lui avoir révélé le but de notre escapade hivernale. Un simple signe de tète discret mais respectueux m'indiqua que le guerrier était prêt et bien en selle. Ce détail était important car nous n'étions guère de bons cavaliers de nature de par notre ascendance et si je me débrouillais personnellement même mon neveu Beron était meilleur que moi dans l'exercice.

D'un signe de mon poing ganté, je donnais signe à ma petite troupe de s'ébranler et lançais Bucéphale au galop. Encadrés par la fraction de ma future garde royale je savourais l'ivresse de la chevauchée au coté de mon compagnon d'arme en faisant fi de mes blessures qui cicatrisaient plutôt bien. L'étalon était nerveux et fougueux sous mes jambes et je sentais bien que cette petite excursion devait lui faire le plus grand bien. Alors que nous galopions cote à cote en tète de cortège vers le bras de la Nera se trouvant près du camp, Euron ne manqua pas de se montrer fidèle à lui même en m'interrogeant au sujet de ma nuit précédente. Un bref sourire en coin étira lentement mes lippes gelées par la glace ambiante. Tandis que je répondais dans un panache de buée. "Eh bien étant donné que nous allons nous marier dans quelques jours nous avons convenu de respecter la tradition. Ma queue devra encore attendre avant de pouvoir s'enfouir en elle. Bon d'accord, j'étais tellement ivre mort que je me suis endormi comme un ours mal léché en hibernation."

Je laissais le rire de mon compagnon d'arme et de chevauchée planer quelques instants dans notre sillage avant de reprendre sans quitter la Nera des yeux. "Mais tu aurais vu son visage à mon réveil. Une sirène qui saurait même tenter le Dieu Noyé. Si tes catins t'ont pris tant de tant pour te tirer de ta tente. Dis toi que j'aurais pu passé la journée nu pressé contre elle." Me rendant compte que je venais de donner des airs de sentimentalisme à mes propos, je pestais dans ma barbe sans néanmoins m'empêcher de sourire. Helena était tant et bien plus encore. "Allons pressons nous ! J'ai hâte d'entendre la voix de notre père le Noyé !" Et, je talonnais les flancs de ma monture pour filer vers le fleuve à quelques centaines de mètres. J'étais bien moins bigot que mon capitaine mais ma foi au Dieu Noyé n'en était pas moins bien réelle.

©2981 12289 0



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 849
Membre du mois : 14
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    Mar 28 Aoû - 22:26

Le Noyé régissait la  vie, il avait un plan pour chacun d’entre eux, ils n’étaient que de simples instruments entre ses mains, un pion sur un gigantesque jeu de Cyvosse. Euron n’avait de cesse, qu’un jour, il engloutirait les impies afin de leur faire comprendre que leurs misérables dieux ne les protégeraient pas. Que peut donc faire un vieil arbre contre la puissance dévastatrice des flots, rien du tout. Les Anciens Dieux, les Sept, la religion des Rhoynar et le culte du maître de la Lumière. Ces cultes et leurs croyants seront balayés par les dévots du maître des océans. Il en était persuadé, cela arriverait un jour, peut-être pas au cours de son existence, mais il ferait en sorte de préparer les générations suivantes pour qu’ils puissent reconnaître ce jour et prôner leur religion au dépend de toutes les autres. Les fer-nés domineraient alors les océans, ils n’auraient nuls rivaux, et les continentaux seraient leurs serfs ou perdraient la vie par le Fer de leurs armes.

Une vision idéaliste qui devait plaire à tout bon fer-né, c’était certain, même si le Timbal souhaitait y croire, il savait que ce n’était qu’une utopie et que cela ne se réaliserait surement jamais. Du moins, ils n’avaient plus assez de forces pour que cela se réalise, pour le moment. La religion était tellement importante dans la vie du jeune homme, ses parents s’étaient appliqués à en faire un fidèle croyant du dieu des Mers depuis sa naissance, son oncle en avait fais un fanatique. Il y puisait sa force et sa motivation, jusqu’à devenir un berserker lorsqu’il était plongé dans des pulsions meurtrières quand combattait des nordiens ou des soldats d’une autre religion que la sienne. Son ami savait donc très bien qu’il serait capable d’aller les fesses à l’air prier le Noyé, même sous ces conditions climatiques, s’il le fallait.  Rien ne semblait l’effrayer ou l’arrêter lorsqu’il devait communier avec son Dieu, Euron essayait d’aller prier au moins une fois par jour.

Euron ne put qu’exploser de rire après ce que son ami avait pu lui raconter. Lui, dans le même lit d’une femme, allonger contre elle et il lui affirmait qu’il ne s’était rien passé. C’était inédit, incroyable, invraisemblable ! Il le connaissait depuis plusieurs années maintenant et il l’avait connu avec de nombreuses femmes dans les bras, parfois plusieurs en même temps d’ailleurs. La plus longue relation qu’il avait du avoir, c’était avec la princesse dornienne, une sacrée femme-sel qui avait dû l’échauffer comme il le fallait, pour sûr ! Il était pris d’un puissant fou-rire, difficile à contrôler. Voilà que son ami avait décidé de respecter des traditions, une première ! Toujours en rigolant, il taquina quelque peu son roi, il ne pouvait s’en empêcher. « Avec ce froid polaire, tu sais bien, tout comme moi, que si tu ne t’en sers pas régulièrement, il y a un risque qu’elle gèle en un rien de temps ! Je m’en fous un peu où tu traînes tes bourses mais ça serait dur de se dire que l’on sert un roi eunuque si tu les perds ! »  

Ami vigilant, Yoren pouvait compter sur Euron, comme un petit démon sur son épaule droite qui lui rappelait qu’il fallait prendre du bon temps et que la monogamie était la mort d’un couple, ce n’était que son avis. Il rit de bon cœur encore un moment, avant d’écouter les nouveaux mots du Hoare, il se calma quelque peu. Un peu trop sentimental pour le coup, il semblait perdre de sa force qu’il inspirait, mais ça ne devait être que temporaire, une pensée. Le Timbal ne tint pas compte et fit en sorte de ne pas chercher son roi sur ce sujet pour ne pas le provoquer davantage. « Tu vas me faire croire que tu t’es amouraché de la Bracken en si peu de temps ? Cela ne te ressemble pas vraiment, camarade, bien que je dois admettre qu’elle n’est pas laide pour un sous et qu’elle a une jolie bouille ! »  

Imitant son ami, il talonna son destrier avec ses étriers pour augmenter la cadence, il l’avait déjà assez fais attendre comme ça aujourd’hui, inutile de jouer davantage avec la patience de Yoren. Le cheval augmenta la cadence, Euron avait tout du mal à garder l’équilibre sur sa monture, c’était un fer-né, pas un putain de cavalier ! Cela faisait peine à voir quand même. Le groupe s’approchait à toute vitesse des flots de la Néra, ils commençaient à entendre le brouhaha caractéristique de la rivière s’écoulant vers son exutoire. Aux anges, un grand sourire apparut sur son visage, sentant le moment religieux s’approchait à grands pas. « Entends-tu l’appel du Noyé, Yoren ? Il n’y a pas de ralliement plus doux à entendre !  C’est le moment de préparer tes prières pour communier avec lui, notre Dieu sera à l’écoute. »  




avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison Timbal / Capitaine du "Kraken Osseux"
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Awash with blood !
Messages : 111
Membre du mois : 0
Célébrité : Alex Høgh Andersen
Maison : Timbal
Caractère : Loyal • Violent • Charismatique • Têtu • Rusé • Exubérant • Intrépide • Débauché • Tacticien • Impitoyable
Awash with blood !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    Dim 2 Sep - 15:35

Le rire puissant et rauque de mon compagnon d'arme et vieux camarade de beuverie comme de sanglantes batailles résonna longuement dans mes oreilles tandis qu'il se moquait du fait que je n'ai pas prise la Bracken dès cette première nuit passée ensemble. Cela ne me ressemblait guère en effet il fallait néanmoins bien en convenir cependant cela n'avait rien à voir avec de la faiblesse à moins que celle de l'ivresse compte car j'aurais bien été en peine de chevaucher qui que ce soit au vu du degré d'alcool que j'avais eu dans le sang au sortir du banquet qui s'était avéré comme aisément prévisible bien trop mitigé à mon gout. Non, un roi se devait de savoir faire preuve de patience parfois pour le bien de son royaume, le bien de sa cause et ne pas laisser son tempérament prendre le dessus. Or, quelle meilleure torture que celle-ci afin de m'infliger cette leçon moi qui aimais tant les femmes et leurs attraits ? Mes fers nés devraient également apprendre les vertus de la patience au niveau martial car ce qui faisait la puissance de l'empire c'était bien avant tout l'extrême et glacée discipline de leurs hommes. Aussi, voir des guerriers les charger sans ordre de formation n'avait pu qu'être du pain béni pour des légionnaires expérimentés comme l'étaient ces chiens de nordiens notamment. On ne pouvait guère attendre des autres ce que l'on ne s'astreignait pas à obtenir de soi même.

La discipline voilà ce qui avait manqué de tout temps à mon peuple pour dépasser ce statut de vulgaires pillards, de pirates maitres des eaux mais négligeables sur terre. Nous n'étions nullement dépourvus de qualité ou de ressources et si mon père avait eu le bon sens de réformer ses armées il y a de cela des décennies nous ne nous trouverions certainement pas en pareille posture. Mais, les Hoare successifs s'étaient contentés de la maitrise incontestée des flots et de la fièvre guerrière des fers nés couplée à l'élite de la cavalerie du continent. Cela avait suffi durant près d'un siècle à assoir notre puissance sur Westeros mais désormais les temps avaient changés et nous devions changer avec eux sous peine de tout perdre. Pourtant, le fou rire de mon ami finit par se faire contagieux et tandis qu'il me taquinait comme il savait si bien le faire je ne pus réprimer un grand sourire amusé. Hum, je n'avais peut être pas pris possession du corps de ma future reine cependant j'avais gouté à des femmes bien plus raffinés que les putains que j'avais passé mon existence à m'envoyer et dont se contentait mes hommes. Mais, cela ne regardait personne d'autre que moi.


"Oh mais je ne le sais que trop bien vieux frère. C'est ma plus grande hantise par ce froid détestable. Que mes bourses gèlent pour ne plus me permettre de me complaire dans la débauche. Plus sérieusement, bien que tu me vois extrêmement touché du fait que tu t'inquiètes pour ma royale queue je puis t'assurer qu'elle se porte très bien et que je n'ai absolument pas à me plaindre de ce coté là. Alors rassuré Euron ?"
J'éclatais de rire suite à ma conclusion et dus porter une main à mes bandages sous l'armure légère et l'épaisse cape de fourrure me recouvrant entièrement. Saloperies de blessures. Saloperie de piquiers. Saloperie de Forel...J'étais pertinemment conscient que si je me laissais tenter par l'aventure de la fidélité. Aventure qui pourrait très bien se voir tenter eu égard à la passion existant entre ma future reine et moi ainsi que ce petit quelque chose indéfinissable qu'il y avait entre nous et que j'étais bien en peine de définir mais qui me rappelait dangereusement ce qu'avait su faire naitre en moi la délicieuse présence de ma femme sel Dornienne de sang princier. Arianne...Un large sourire étira de nouveau mes lèvres devant la réaction d'Euron face à mes aveux sonnant bien peu comme un langage de fer né pour le coup. Hum, il faudrait que j'évite de me montrer trop énamouré d'Helena face à certaines personnes. Les fers nés ne respectent que la force brute et cette force coule dans les veines de ma lignée depuis que le premier Hoare Harras bout de mains. 

Je veillerais à ne pas laisser mon attachement pour Helena être trop visible à l'avenir sauf peut ètre vis à vis de mes autres lieutenants Erwann Rivers oncle de ma promise et commandant de bataillon, Ser Royle frère du héros nationnal ayant suivi le sillage de feu mon glorieux géniteur à Eysines dans sa charge tragique pour abattre le Baratheon ainsi que le monstre ailé, Lord Grell parain de Victarion Valleuse le capitaine de ma garde royale et meilleur ami ou bien une poignée d'autres fidèles qui ne jugerait pas l'attraction irrémédiable me liant à ma sauvage et impétueuse Bracken. Je pouvais néanmoins pleinement comprendre la réaction de mon compagnon d'arme car elle ne me ressemblait guère. "C'est bien plus complexe que cela Euron ! Je la connais depuis quelques années désormais et son souvenir a plané au dessus de ma tète durant nos pérégrinations sanglantes dans les mers du Bief et de Dorne. Tu trouveras une femme roc un jour qui te feras ressentir des choses bien étranges crois moi. Mais assez parler du supplice que représente l'attente de cette foutue nuit de noces durant laquelle tout Pierremoutiers devrait entendre nos ébats tant ils risquent d'être furieux, le Dieu Noyé nous attend et personne ne peut se permettre de le faire attendre. Pas même moi tout roi que je suis désormais."

Je galopais à toute allure vers ce large simulacre de la puissance de notre père à nous autres fers nés. La Nera et ses sources toutes proches étaient majestueuses en tant que fleuve mais n'avait strictement rien de comparable à la fureur des flots associés aux mers et aux océans. Les mers du Crépuscule voilà ou se trouvait le panthéon de notre maitre vénéré à tous. Dans les profondeurs abyssales de nos Iles mais le bruit du clapotis de l'ondée fluviale résonnait néanmoins comme un chant bien que maigre à mes oreilles de pirate insulaire. Ah, l'eau notre élément. Celui duquel nous avions toujours tiré notre grandeur et qui assurait notre subsistance. Bucéphale filait telle une flèche lâchée par un archer long et le martèlement de ses sabots sur la glace sonnait comme l'annonce d'une charge tonitruante si ce n'était qu'il n'y avait qu'Euron, moi et une vingtaine des deux cents gardes royaux dans le sillage de l'étalon. Un coup d'œil en arrière m'arracha un ultime sourire lorsque je constatai la difficulté de mon ami à cavaler dignement. Les gardes royaux avaient tout autant de mal mais le masquaient bien mieux tandis qu'Euron ne cachait pas son inconfort et son désagrément.

Avoir été un batard de sang royal avait au moins eu quelques avantages pour moi. J'avais chevauché dès que je le pouvais à chaque halte à Harrenhall entre deux missions pour le Noir. Et si je ne serais jamais aussi bon que mon neveu je me débrouillais bien mieux que la majorité de mon peuple à ce niveau. Freinant devant le fleuve puissant, ma monture se cabra avant de retomber sur ses pattes. Descendant en me laissant glisser sur le coté en dépit de mes blessures, je flattais mon compagnon de chevauchée d'attentions affectueuses avant d'en confier la garde à un de mes gardes. Puis, me tournant vers Euron alors qu'il approchait avec déférence du cours d'eau je ne parvins pas à m'empêcher de le taquiner. "Alors vieux frère. On chevauche mieux les catins que les chevaux de guerre." Seule la raison de notre présence ici m'empêcha de pousser la moquerie plus loin car le Timbal avait raison, je l'avais fait venir avec moi pour un but bien précis.

"Oh oui, je ne l'entends que trop bien. Il résonne avec vigueur et douceur dans mes oreilles. Les flots et leur ardeur me manquent cependant ce bruit caractéristique suffira. Je peux presque entendre notre père me parler à travers lui. Mes prières sont prêtes et j'espère que les tiennes aussi. Si seulement, j'avais un espion ennemi ou un félon à lui offrir en sacrifice mais je crains fort que nous allons devoir nous contenter de la fidélité de nos cœurs et de la pureté de nos serments." M'agenouillant sur la berge le plus près possible de l'eau je jetais un coup d'oeil en arrière et constatai que tous mes gardes royaux avaient fait de même les montures ayant été attachés à un arbre tout proche. Quant à Euron, bravant la température il s'était immergé dans les flots un peu plus loin. "O toi père de l'océan, maitre des profondeurs. O toi notre créateur et seigneur. O Noyé entends nos prières."

Puis, je plongeais ma tète dans l'eau glacée et se faisant je laissais mes demandes muettes à mon Dieu le rejoindre en quittant mon corps pour aller le trouver dans les eaux. Prières pour tous les braves ayant été balayés de ce monde à Eysines, prières pour le Noir, Joren et chaque Hoare ayant perdu la vie depuis le début de cette guerre sanglante, prières pour ma sœur Eren et son enfant à naitre qui devrait devenir un véritable Hoare lui aussi et non pas un de ces pathétiques godelureau du sud. Prières pour l'avenir de mon peuple et de mon royaume, prières pour que les félons trouvent la fin qu'ils méritent et périssent tous dans d'atroces souffrances indicibles et éternelles. Prières pour ma famille ainsi que ma reine. Pour que celle ci me donne de nombreux enfants et qu'il me soit permis de les élever et de les voir grandir. Prières pour que Salfalaise reçoive le châtiment qu'il mérite, châtiment que je comptais bien lui offrir de mon vivant. Prières pour que toutes nos futures batailles nous soient favorables et enfin prières pour que les tempêtes engloutissent les navires ennemis ou qu'ils soient. Prières pour que j'accomplisse le grand dessein que je m'étais fixé. "O toi Dieu des flots, des mers et des océans entends nos voix et réponds à nos humbles appels car tu es le sel dans nos veines et le roc de nos cœurs."



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 849
Membre du mois : 14
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    Mer 10 Oct - 21:33

Il était toujours là pour donner des conseils à ses camarades fer-nés. Euron les bons tuyaux qu’on devrait l’appeler. Bon d’accord, très mauvais jeu de mots au vu du sujet de conversation. Mais bon, vous connaissez à le connaître depuis le temps. La subtilité et lui, ça fait bel et bien deux ! Après tout il se préoccupait de Yoren, ce dernier était son ami, surement un de ses meilleurs amis. Un compagnon d’arme qu’il connaissait depuis maintes années, ils s’appréciaient, se respectaient et se faisaient confiance l’un envers l’autre. Que demander de plus franchement ?  Du haut de sa monture, le fer-né se contenta d’hocher la tête et de ricaner pour répondre à la question de son roi lorsque ce dernier lui demandait s’il était rassuré. Après tout, c’était ses bijoux de famille, il en faisait ce qu’il en souhaitait. Le Timbal ne faisait que le prévenir de ce qui pouvait arriver.

Après tout ne dit-on pas que c’est d’abord les extrémités qui étaient impactées lorsque le froid saisissait un corps ? Et oui, et c’est bien souvent cette partie du corps que l’on oubliait à ce moment-là. Yoren le châtré, Yoren l’eunuque ! Que cela sonnait bien ! Euron souriait à cette idée. Non, mais en réalité, si son ami perdait un jour sa troisième jambe, il était plus que probable qu’il ne garde pas sa couronne très longtemps. Après tout, comment les fer-nés supporteraient-ils d’être commandé par un homme qui n’en était plus vraiment un ? Non, cela était impossible, on disait qu’en perdant ses bourses, un homme perdait également sa force et leur peuple respectait la force brute plus que tout autre chose. En tout cas, « La Main d’Os » espérait que son ami ne changerait pas trop à cause du poids de la couronne qui reposait aujourd’hui sur sa tête.

Le jeune homme pensait bien connaître le Hoare, après tout, depuis toutes les années pendant lesquelles ils s’étaient côtoyés, une solide amitié avait vu le jour entre eux. Ils avaient traversés bien des événements qui avaient forgés et solidifiés le lien qu’ils se prêtaient. Si bien que les deux individus se fessaient pleinement confiance aujourd’hui. Malgré tout cela, il ne l’avait vu étalé ses sentiments ainsi, comme s’il n’avait de yeux que pour sa fiancée, alors qu’il y a à peine trois semaines, nombre de femmes passait encore dans sa couche. Euron ne l’avait jamais vu dans un tel état, et même si celui-ci affirmait la connaître depuis maintes années. Un tel étalage de sentiments pouvait s’apparenter à de la faiblesse, alors que les fer-nés se plaisaient à garder une image rude de leur personne. Si Yoren ne faisait pas attention, il risquait de se faire bien des ennemis.

En effet, certaines personnes y verraient une faille à exploiter et n’hésiteraient à s’y engouffrer, car maintenant que son ami était devenu roi, certains devaient envier sa position. Si bien que des individus tenteraient de prendre sa place s’il se montrait trop sentimental, tout en payant le fer-prix, il en va de soit ! Le Timbal n’en ferait rien de son côté, cette fois-ci, il espérait que Yoren se montrerait plus discret sur ses sentiments qu’il portait à la Bracken. Il le devait s’il souhaitait conserver sa couronne le plus longtemps possible sur sa tête tout en préservant la sécurité de sa future épouse. Euron déglutit lorsque son ami lui déclara qu’il serait dans un état similaire lorsqu’il aurait une femme-roc. Ce n’était pas prêt d’arriver ! Du moins le jeune homme aimait trop sa liberté pour se faire à l’idée d’être lié à une femme jusqu’à la fin de sa vie.

C’était dans les traditions, et même s’il ne le souhaitait pas pour le moment, il finirait par s’y plier. Cela ne serait pas évident de trouver une femme arrivant à le supporter et surtout qui accepterait qu’il aille voir ailleurs s’il le souhaite. Il répliqua à son ami, de façon sarcastique :   « Vu les combats qui nous attendent, j’ai plus de chance de finir entouré de sirènes dans l’antre abyssal du Noyé que de prendre une femme-roc. Une sur chaque genou, parfait pour me les maintenir au chaud ! »  On disait qu’elles étaient magnifiques, des formes à vous en faire tourner de l’œil, jamais une telle beauté n’aurait été aperçu sur le continent. Il s’agissait de propos d’individus qui avaient vu la mort en face, qui s’étaient noyés et qui avaient été réanimé. Des personnes qui étaient rentrés en contact avec le seul et unique Dieu, du coup il les croyait.

On ne trouvait pas beaucoup de chevaux sur les îles de Fer, les fer-nés étaient de piètres cavaliers et ils ne s’en cachaient guère. On trouvait par contre de nombreux poneys qui étaient plus facile à monter et ces derniers se montraient utiles dans différentes tâches agricoles ou alors pour extraire des minerais dans les mines. Non, les guerriers insulaires préféraient se battre à pied, ce n’était guère une question d’honneur, aucun d’eux n’en avait. Non son peuple était en perpétuelle recherche d’un défi à leur hauteur, quelqu’un qui saurait mettre à rude épreuve leurs capacités martiales. Tuer du haut d’un destrier, où était le défi dans tout cela ? Il n’y en avait aucun, on ne pouvait que mesurer la force de son adversaire en lui faisant face, à sa hauteur.   « Cela est une certitude, vieux frère ! Elles sont beaucoup plus faciles à dompter et tellement plus délicieuses à monter. Je suis sûr que les deux de hier soir auraient été à ton goût !   »  

Il parlait toujours sans détour, sans chercher à utiliser de belles formules pour ne pas paraître grossier. Il s’en fichait éperdument, il était comme cela, son ami en avait l’habitude. Ils étaient arrivés à leur destination, descendant de leurs montures, leur objectif était atteint. Alors que son roi s’était arrêté à l’extrémité de la berge, Euron affronta la température ambiante et l’eau glacée des flots pour aller s’immerger jusqu’aux genoux et ensuite s’agenouiller. Il avait froid, très froid, qui pourrait supporter de telles conditions ? Tous les indicateurs de son corps s’alarmaient déjà, il était certain qu’il serait malade, si ce n’était pas aujourd’hui, ça serait demain. Mais sa passion, sa ferveur pour son Dieu, lui donnait de la force, ainsi il resta là. Il entendait son ami prier à voix haute. Lui se contentait de prier à voix basse ou alors dans ses pensées. Il immergea sa tête sous l’eau, il avait l’impression qu’un immense glacier s’était formé autour de son cerveau, il n’avait pas intérêt à rester ainsi trop longtemps.

Il tourna ses prières vers son Dieu, souhaitant qu’il prenne soin des siens, qu’il accorde sa vengeance à Yoren et lui permette de récupérer ce qui lui revenait de droit. C’est un des vœux les plus chers d’Euron. Il ignora combien de temps il resta ainsi, mais lorsqu’il releva la tête, il commençait à manquer d’air, il prit une grosse bouffée d’air et son souffle devint haletant, peinant à se réchauffer. Ses dents claquèrent les unes contre les autres, il se tenait les bras, ses mains les frottaient pour créer une potentielle chaleur par effet de friction. Il alla rejoindre son ami et l’interloqua : « Rien de tel qu’une prière pour se mettre en jambe pour le restant de la journée ! Alors vers quoi et ou vers qui étaient tournées tes prières, vieille canaille ? »  




avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison Timbal / Capitaine du "Kraken Osseux"
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Awash with blood !
Messages : 111
Membre du mois : 0
Célébrité : Alex Høgh Andersen
Maison : Timbal
Caractère : Loyal • Violent • Charismatique • Têtu • Rusé • Exubérant • Intrépide • Débauché • Tacticien • Impitoyable
Awash with blood !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    Dim 14 Oct - 21:34

Les gardes royaux agenouillés dans mon dos et communiant avec le Noyé, mon frère d'arme préféré immergé dans une eau glaciale sans se soucier de la température mortelle de la Nera en une telle mauvaise saison et ma souveraine personne au bord du fleuve psalmodiant des chants religieux insulaires ancestraux il n'y avait pas à dire nous étions face à un tableau bien glorieux de fidèles du père de notre peuple en dépit de l'éloignement de ses véritables demeures liquides se trouvant dans les abysses des mers de notre naissance. Les fantassins lourds d'élite murmuraient leurs prières guerrières et ce son flottait jusqu'au fleuve aussi paisible qu'un fer né après une nuit de débauche. Je ne pouvais pas deviner la teneur de celles d'Euron mais il ne faisait aucun doute que celles-ci devaient ètre tout autant portés sur le déluge de sang dont nous abreuverions les fertiles terres vertes pour venger les notres, trop nombreux tombés au champ d'honneur, trop nombreux à avoir été abattus comme du bétail par des envahisseurs plus disciplinés que nos rangs. Pour ma part, tout en gardant le contenu de mes prières en mon coeur je ne rechignais pas à accompagner mes voeux et demandes au Noyé de quelques chants cérémonieux comme si j'espérais par la mème que ma voix portererait sur le vent jusqu'aux mers du Crépuscule et plongerait droit jusqu'au hall divin de l'adversaire du Dieu des Tornades.


C'était à mes yeux d'insulaire ce qui faisait toute la beauté de notre religion rude et implaccable. La liberté de vivre ce culte comme nous l'entendions. Contrairement à la rigueur formelle de celui des sept qui n'était que bien trop formalisé à mon gout, celui de nos Iles laissait toute lattiude à ses pratiquants de le vivre comme ils le souhaitaient. Exubérant ou contemplatif, receuillement ou cérémonial, en groupe ou solitaire la déférence et l'hommage au Noyé étaient simples mais plus vivant que l'adoration de ces statuts de marbre car reposant sur les éléments naturels. Le mouvement des vagues, le chant des fonds marins, les effets du ressac tout cela constituait un langage doux aux oreilles d'un fer né. Oh certes, il fallait bien se montrer imaginatif pour déceler en ce fleuve placide l'ardeur magnificente du maitre des destinées des fils et des filles des mille Iles cependant à mes yeux plus le coeur était pieux plus il était aisé de sentir la présence du Père en chaque lieu pourvu d'un affluant ou d'un courant aquifère.


Terminant de confier mes prières au Noyé, je le remerciais de m'avoir gardé en vie jusqu'à ce jour afin de pouvoir accomplir ma vengeance sur l'empire avant de me relever lestement. Derrière moi, notre escorte fit de mème sans brusquerie chaque fidèle communiant à son rythme avec notre dieu. Un sourire amusé étira très lentement mes lèvres alors que mon regard se fixa sur la silhouette de Euron qui quittait les eaux à grand pas. Fendant les flots tel un kraken agressé par l'assaut frontal et sans pitié d'un ennemi plus insidieux que toutes les lames du monde. Le froid coeur de l'hiver, cadeau des ennemis séculaires de notre peuple. Réprimant à grand peine une irrésistible envie de rire devant la démarche de l'un de mes meilleurs amis, d'habitude premier au milieu des mélées et qui cette fois semblait se presser dans ma direction pourchassé par un adversaire invisible. Les dents du Timbal claquaient si forts que de ma position je pouvais aisément les entendre et ce dernier se frictionnait les mains avec une telle ardeur que je craignis qu'il ne se les arrache dans un excès d'humeur. Nous savions tous deux qu'il ne parviendrait pas à se réchauffer aussi facilement après un tel plongeon dans des eaux d'une telle température. Levant les yeux au ciel, j'observais le blizzard naissant d'un oeil cironspect sans perdre mon expression hilare.


La foi de la main d'Os était admirable. Euron était certainement de loin l'un de nos plus fidèles compagnons dévoués à la gloire du Noyé et il venait de le prouver de cet acte qui mème aux yeux d'une majeure partie d'insulaires pouvait passer pour inspiré voire excessif. La remarque de mon compagnon d'arme me fit reporter mon attention sur ce dernier et cette fois j'éclatais d'un rire rauque et rocailleux avant de porter une main sur les bandages sous mes atours. Avant que je ne te confie mes voeux envers notre père camarade, nous allons devoir nous occuper de ta carcasse gelée. Je sais bien que mourir ainsi pour le Noyé ne te dérangerait pas le moins du monde mais j'ai pour ma part besoin de mon capitaine le plus téméraire dans la guerre à venir ! Faisant signe à un garde royal, je lui intimais d'un geste de nous apporter une lourde cape de fourrure qui m'était à l'origine destiné pour des raisons de sécurité évidente. Encore blessé, le froid pouvait s'avérer dévastateur. Le berseker tatoué placa la cape sur les épaules du Timbal avant de retourner dans les rangs de ses camarades. Décrochant une gourde d'un alcool fort local au gout abject mais décapant les boyaux, le genre de chose que je ne buvais plus vraiment depuis mon couronnement pour des raisons que l'on imagine aisément. Je lancais l'outre à Euron en souriant. Avale ca vieux frère et je t'assure que le froid sera le cadet de tes soucis. Mais vas y doucement, quelques rasades devraient suffire.


Tout en sachant pertinnement que le Timbal ne m'écouterait pas et s'enfilerait l'eau de vie comme un marmot tète sa mère je resserais ma cape autour de mes épaules et réajustais mes gants de cuir avant de reprendre d'une voix pleine d'applomb comme si communier avec le Noyé m'avait requinqué en dépit de mes blessures et que je pourrais partir en guerre demain. Tu as raison rien de tel qu'une prière pour bien commencer une journée morne. Tu te doutes bien qu'elles ont tournées autour des batailles à venir, des épreuves qui nous attendent, des impériaux que je souhaiterais décapiter ou eviscerer moi mème mais également vers l'ame de nos braves ayant été arrachés de ce monde à Eysines et Buron avant cela. Ainsi que pour que la maison Hoare résiste à la tempète et prouve à ses ennemis qu'elle est plus vivante que jamais. Sans compter mes demandes qu'il accorde ses faveurs sanglantes à nos braves dont tu fais partie. Enfin, disons que je me suis étendu. Et toi ivrogne ? Mollo sur la boisson Euron, je t'ai dit que cette pisse de chat était dangereuse ! Un nouvel éclat de rire s'échappa de mes lèvres devant la mine de mon partenaire de beuverie le plus expert en festins interminables.



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 849
Membre du mois : 14
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A little pray in winter PV Euron    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
A little pray in winter PV Euron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Test Winter Assaut par Manik
» eat pray love, 28.05 - 20:42
» Jean-Guillaume de Winter
» Une arme éveillée pour tuer : Winter is coming
» Winter Tournament kits!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown ::  :: Le Conflans :: Pierremoutier-
Sauter vers: