Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hard Men Rule the World
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Hard Men Rule the World   Lun 30 Juil - 22:33





Hard Men Rule
the World


Contexte
Le Roi du Sel et du Roc est mort au champ de bataille de Buron. Sa dépouille a été incendiée et ses cendres semées aux quatre vents par l’Empereur victorieux. L’armée du Sel et du Roc est en lambeaux, elle ne compte plus qu’un dixième des effectifs de départ. Les campagnes, les maladies et les défections ont largement entamé les rangs toujours fidèles au nouveau Roi, le jeune et fougueux Yoren Hoare. Le bâtard est respecté des fer-nés. Pour les riverains, la chose est moins aisée à acceptée ; le Prince Joren était jadis plus riverain que fer-né, mais son cadet est, en outre d’un bâtard, un pillard sans foi ni loi renommé.
Toutefois, les troupes encore loyales n’ont pas déserté sa bannière, quelle que soit leurs origines. Le Bief arrive dit-on, l’Ouest et le Val ne peuvent plus que renforcer la Bannière au Sautoir maintenant que l’Empire est si fort. Harren a dilapidé l’essentiel de ses ressources en hommes, en vivres et en matériel, dans la campagne du Conflans. Son fils a néanmoins rendu hommage à son illustre prédécesseur. Les feux de camp sont avivés et garnis de victuailles en train de rôtir, tandis que les fûts de vins et de bière sont percés. Des hymnes guerriers sont entonnés, corne tendue vers les cieux. Ce qu’il reste de la Cour du Noir est présente, assemblée autour de son nouveau Roi.
La cohésion de son royaume dépend maintenant de la réussite de ces festivités.

Déroulement concret

  • Cette mission durera jusqu’au 31 août 2018 inclus.
  • Vous pouvez poster une page word maximum par réponse, et merci de laisser 2/3 joueurs entre chacun de vos réponses Smile
  • PAS d’ordre de passage. Vous faites comme vous voulez tant que vous respectez la règle ci-dessus.
  • Seul vrai impératif ; indiquez en spoilers où vous vous trouvez globalement et à qui vous parlez. That’s it.


Inscrits
- Yoren Hoare
- Heda Volmark
- Myria Hoare
- PNJs à venir ?
Si cette mission vous intéresse, vous pouvez la rejoindre en vous rendant simplement dans ce sujet pour exposer votre idée
 

     
©️ Crédit Dyxie
avatar
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 9105
Membre du mois : 1972
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mar 31 Juil - 23:59

Hard men rule the worldLe camp fortifié que j'avais ordonné de dresser s'étendait sur plusieurs kilomètres dans les collines surplombant la ville devenue la dernière propriété majeure de mon royaume qui ne se résumait plus qu'à cette modeste région frontalière de l'Ouest et du Bief. J'avais recu d'excellents soins du mestre de la forteresse et n'avais pas tardé à prendre des édits concernant mon royaume avant de réformer ce qu'il restait de mon armée tandis que je me remettais lentement mais surement des blessures graves récoltées à Eysines. Pour autant malgré mes efforts pour rassurer et remonter le moral des troupes comme de ma cour qu'Harren avait dans un élan de prudence bienvenue expédié à Pierremoutiers, la situation restait bien trop critique à mon gout. Si, mes compatriotes m'avaient visiblement offert leur inconditionnelle loyauté eu égard à ma réputation de pillard redouté et renommé ainsi que mon comportement lors de la bataille d'Eysines. Il n'en allait pas de mème pour les riverains restés loyaux à ma bannière. Or, dans une situation comme la mienne tout mon royaume se devait d'ètre soudé derrière son nouveau roi sinon peu importait les renforts à venir. Peu importait les victoires potentielles de demain, le Sel et le Roc ne porterait plus jamais ce nom avec justesse et je serais contraint de vivre comme les aieux du Noir.

Perpétuellement en mouvement accompagné de mon armée en vue de mater toute vélléité rebelle d'un coin à l'autre du royaume. Et aussi étonnant que cela puisse paraitre je n'aspirais pas à cela. Dans ma vision, la félonie et la division qui dominaient depuis Beurlieu étaient autant dommageables que bénéfiques car elles avaient permis de révéler le coeur des véritables traitres. La guerre totale qui se jouait tragiquement sur ces terres me permettrait de séparer le bon grain de l'ivraie de manière définitive. La réforme de mon armée traduisait mon état d'esprit vis à vis du Conflans et des Iles de fer. Un état d'esprit se heurtant à la mauvaise volonté des composantes riveraines de l'armée. Mais au lieu de m'en offenser et de me laisser gagner par la colère je cherchais un moyen d'abattre leurs préjugés car j'étais pertinnement conscient d'avoir plus que jamais besoin d'eux. Eysines m'avait changé. Froler la mort m'avait changé. Atteindre ce rève innateignable m'avait changé. Oh, je restais néanmoins celui que j'étais devenu faconné par la volonté de mon géniteur cependant je tentais de prendre une attitude plus digne d'un roi riverain. Je ne serais jamais Harren et encore moins Joren mais je pouvais devenir Yoren le roi et non Yoren le batard légitimé.

Pour preuve de mon amour pour ma culture de naissance, j'avais par exemple décidé que ce banquet se tiendrait ici au milieu du camp plutot que dans la forteresse de la cité. Pour que les chants guerriers des miens puissent s'envoler jusqu'à la mer du Crépuscule afin que le Dieu Noyé entende les prières et hymnes de ses fidèles. L'hommage à mon illustre prédecesseur me semblait particulièrement naturel d'une part parce que je lui devais cette courronne et d'autre part parce qu'il était toujours à mes yeux le plus grand souverain que ce continent eut jamais connu. Une estrade avait été dréssée au coeur du camp et sur celle-ci se trouvaient plusieurs grandes tables de banquets. Ce qu'il restait de ma cour se trouvait là avec moi tandis que mon neveu se trouvait à mes cotés de mème qu'Helena Bracken.

J'avais rapidement avisé la jeune femme que je comptais l'épouser et passée sa surprise celle-ci avait acceptée. Aussi, je gardais ma future épouse près de moi de mème que le petit fils du Noir comme des symboles politiques. Esquissant un sourire en voyant les fers nés lever leurs cornes en hommage à mon père et à nos morts, j'observais les environs d'un air satisfait. Les feux de camps illuminaient les lieux par centaines et une douce odeur de viande grillée flottait dans l'air nocturne. Croisant le regard d'Heda l'espace d'un instant, je décidais de lever à mon tour ma coupe de vin afin de porter un toast. A Harren Hoare le plus grand roi que le Sel et le Roc ait jamais connu ! A tous nos morts qu'ils soient fers nés ou riverains ! A ma future union avec lady Helena ! J'avale quelques gorgées de ma coupe avant de faire signe à un garde d'aller chercher Myria Hoare.  
©️ 2981 12289 0



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 


Dernière édition par Yoren Hoare le Lun 6 Aoû - 19:41, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 860
Membre du mois : 11
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mer 1 Aoû - 15:33


Hard Men Rule the World
Les feux de camp sont vifs, et nombre de victuailles sont entrain de rôtir. Les fûts de vins et de bières sont déjà percés afin d’étancher la soif des guerriers de l'armée du Sel & du Roc. Le camp fortifié s'étend sur les collines surplombant la ville à protéger. Plus tôt lors de notre arrivé, j'avais veillé aux bons soins de mon ami et roi, par le mestre. Ensuite je l'avais aidé à rédiger ses édits et réformes, en vue de les faire parvenir dans tout les coins du royaumes. Nous avions eu le temps de discuter de plusieurs intentions politiques et militaires, certaines le heurtant d'autres me heurtant moi.

Une estrade dressée au milieu du camp regroupe plusieurs tables du banquets. Ce qu'il reste de la cour se trouve là, ainsi que Beron Hoare et Helena Bracken. Yoren s'est entourée de ces deux-là, m'empêchant sans le savoir, de m'installer à ses côtés.

J'attends debout, près du première rang de tentes juste à côté de l'estrade. Je reviens tout juste de la tente des intendants, veillant au bon déroulement de ce début de festivités. J'observe pensivement l'estrade déjà bien remplis, quelques places vacantes attendent d'êtres réclamées. Une seule place est libre à la table de Yoren, mais ce n'est pas ma place habituelle. D'ordinaire j'étais installée à sa droite, mais aujourd'hui Helena Bracken y est. C'est un fait, je ne sais pas ou m’asseoir. Puis-je prendre place à la table de Yoren ? Cette festivité est sa première en tant que roi, et non plus en tant qu'héritier ou capitaine. Peut-être ne suis-je pas attendu à cette place ? Dois-je m'asseoir avec les autres membres de la cour ?

Je m'avoue sans mal que je n'aime pas cette femme, Helena du Conflans. Je n'aime pas ses jolies robes, ni ses cheveux blonds si biens coiffés. Je n'aime pas non plus le changement, j'aime lorsque tout est à sa place, et ma place est occupée. Je suis de ce genre de personne, celle qui s'assoie toujours à la même place, même lorsque toutes les chaises sont libres. Mon visage est de marbre, ne laissant place à aucune expression particulière. N'importe qui ne me connaissant pas dirait que je fais la gueule. Et n'importe qui me connaissant dirait aussi que je fais la gueule.

Un instant mon regard croise celui de Yoren avant qu'il ne décide de porter un toast. Comme tout le monde je porte le toast en l'honneur d'Harren, et en l'honneur de nos morts. Mais pas le dernier, j'avale le contenu de mon gobelet avant la fin de la phrase de Yoren. Au diable la blonde. De là j'observe la suite des événements, attendant que la providence ne m'indique ou se trouve ma chaise.

© 2981 12289 0

Spoiler:
 



           
There will be peace when you are done
“Swift as a deer. Quiet as shadow. Quick as a snake. Calm as still water. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère du Roi Yoren Hoare
Âge du Personnage: 24
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Messages : 509
Membre du mois : 37
Célébrité : Alycia Debnam-Carey
Maison : Volmark
Caractère : ▪▪ Flegmatique ▪▪ Pessimiste ▪▪ Raisonnable ▪▪ Pointilleuse ▪▪ Forte ▪▪ Timorée ▪▪ Rigoureuse ▪▪ Renfermée
En tuer un pour en terrifier un millier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Ven 3 Aoû - 0:34

Hard men rule the world Contre toute attente et par miracle, Myria était parvenue à fuir le camp de Lyham au sein duquel elle était retenue prisonnière depuis une lune. Aidée par Anders Paege, elle avait fait ses adieux à ce compagnon d’infortune qui l’avait accompagnée jusque dans l’antre du traître avec courage. Elle ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir rallier l’Empire et de vouloir rester avec le Tully. Le gratifiant d’un baiser sur les lèvres en guise d’adieu, elle courut dans le bois où ce dernier avait attaché un cheval un peu plus tôt à l’intention de la Princesse. Elle enfourcha sa monture et partit séance tenante au triple galop vers le sud-est. Elle ne se retourna pas, pourtant, elle aurait aimé aller à Fort-Darion, ne serait-ce que pour retrouver Lyle Salfalaise.

La brune était partie sans demander son reste, avec les frusques de souillon qu’elle avait sur le dos, des armes volées, une cape de laine épaisse, une couverture de fourrure, quelques biscuits, du pain et une outre d’eau fournis par Anders. Elle galopa jusqu'à perdre haleine toute la nuit pour s’éloigner au plus vite de ceux qui ne tarderaient pas à la poursuivre. Ne sachant pas exactement où elle se trouvait, elle fut contrainte de passer par les routes et chemins le jour venu pour atteindre un bourg et se repérer.

La région avait tant souffert que la Princesse déchue peina à trouver un forgeron pour échanger l’épée contre quelques pièces d’argent. Avec cet argent, elle acheta un nouveau cheval quand le premier mourut d’épuisement, ne s’arrêtant que peu pour manger ou dormir. Elle avait suffisamment de pain pour tenir tout le trajet. En revanche, même en dormant collée à son cheval, aux heures les plus chaudes du jour, elle avait peur de ne pas se réveiller.

Pourtant, la jeune femme arriva à Pierremoutier, affaiblie, amaigrie, à moitié morte de froid et épuisée. L’avant veille des funérailles d’Harren le Noir, elle tomba de son cheval devant une paire de chevaliers du Conflans et dit péniblement :

__ Messers, je suis Myria Hoare. Menez moi au Roi Yoren.

La Hoare sombra alors dans un sommeil fiévreux qui dura presque tout ce temps. Elle ne sut pas ce qui arriva alors, si le Roi avait été prévenu, si elle était d’ores et déjà condamnée à mort ou non. En ouvrant les yeux la première fois, elle se rendit compte qu'elle n’était pas dans un cachot, mais dans une chambre avec un lit plutôt douillet, des tas de couvertures et un bon feu qui brûlait dans l’âtre. La seconde fois, elle vit l’assiette remplie de pain, d’oeufs et de fromage mais n’eut la force de se redresser suffisamment pour manger qu’à son troisième réveil.

Le soir du banquet, la brune était encore faible, mais il lui semblait qu'elle avait échappé au pire. En tout cas, elle tenait debout et put prendre un bain chaud afin de revêtir une de ses anciennes robes sans se rendormir. C’était une robe noire en velours, par dessus, elle enfila une lourde et chaude cape de fourrure noire. Ses cheveux ondulés tombant dans son dos ne dissimulaient pas ses imposantes boucles d’oreilles en or ciselé, ni le collier assorti. Deux gardes à la mine austère la menèrent devant le Roi. À quelle sauce allait elle être mangée ? Elle ne savait pas si cette entrevue publique durant le banquet donné en l’honneur du Grand Roi était une de bon ou de mauvais augure.

La princesse s’inclina, ni trop, ni trop peu, devant le nouveau Roi du Sel et du Roc, mais ne pipa mot, chose rare pour Myria Hoare, si loquace d’habitude.
[size=40]©️️[/size] 2981 12289 0


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1174
Membre du mois : 5
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Vénale ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Aimante
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Sam 4 Aoû - 18:42

Hard men rule the world L'air glacial de l'hiver se voyait refoulé par l'ardeur des innombrables atres de fortune éparpillés à travers le camp fortifié. Malgré cela, la fraicheur nocturne était indéniable aussi je tirais sur l'épaisse fourrure d'ébène retenu par un brocard d'or aux armoiries de ma maison afin de me protéger davantage des assauts impitoyables de cette détestable saison. Après avoir porté un toast à la gloire d'Harren, de nos braves et de l'avenir du royaume je remarque l'attitude revèche de ma Renarde Sanglante qui fait preuve d'une impertinence à peine voilée vis à vis d'Helena Bracken. Décidant de faire comme si je n'avais rien remarqué, ne comprenant pas pourquoi ma conseillère réagissait ainsi vis à vis d'une obligation politique au sujet de laquelle nous avions déjà discuté en privé je porte ma coupe à mes lèvres et me délecte d'une gorgée de vin chaud tout en balayant ma modeste cour du regard. Mes blessures se rappellaient de temps en temps à mon bon souvenir et durant ces brefs instants je donnais une image bien grimacante à mon entourage. Cependant, dans l'ensemble  les travaux du mestre s'avéraient remarquables. J'aurais aimé pouvoir accorder à Heda l'attention que notre lien privilégié avait de tout temps permis mais j'étais roi à présent et si sa présence au sein de cette vague de visages festifs pour les fers nés et au contraire rétifs pour les riverains me permettait de me raccrocher à un roc tel un refuge au milieu d'un océan déchainé elle ne devait pas oublier tout ce qui se jouait pour moi au cours de ces illusoires festivités.

Jetant un coup d'oeil à mon neveu je ressentis un élan de satisfaction à le voir si digne et droit malgré les évènements passés. Cela ne faisait que me rappeller davantage pourquoi les nobles Riverains et de la Nera présents affichaient de telles mines. Durant quelques instants, je me perdis dans un jeu de déduction interne cherchant à déceler ce qui se trouvait sous ses masques hypocrites m'entourant. Les loyalistes riverains me tenaient griefs de bien des choses dont je n'étais guère tributaire et j'avais prévu nombre de mesures politiques pour m'assurer de leur soutien. Des mesures dont je n'avais parlé à personne pas mème ma conseillère et amie intime qui se révèlerait cette fois aussi surprise que le reste de l'assemblée. La main de ma promise se posant sur la mienne me ramenait à la réalité. Les deux gardes ayant escorté Myria se trouvaient derrière elle la main sur la garde de leurs épées. Ma courronne ne me pesait guère car celle-ci n'était nullement aussi massive que celle d'Harren puisque j'avais ordonné que l'on m'en fasse forger une autre bien plus simple. Ma belle soeur proclamée traitresse par feu mon père le Noir s'inclina prestement mais sans obséquité excessive. Je laissais défiler de longs instants durant lesquels toute l'assemblée retint son souffle suspendu à mon jugement jusqu'à ce que je ne daigne prendre la parole. "Princesse Myria vous voilà de retour parmi nous. Un siège pour ma belle soeur !" La surprise dut se lire sur tous les visages mais je n'y prétais guère attention. J'avais bien plus urgent sur le feu que de statuer sur le sort de la mère de Beron. Sa mine épouvantable me fit comprendre qu'elle avait autant souffert du coté de Vivesaigues que moi lors de la retraite.

Que je la fasse exécuter ou que je la gracie elle pouvait bien profiter d'un bon repas avant cela. Adressant un discret signe de tète à ma conseillère, je l'invitais à se détendre sans grand résultat. Je lui accorderais peut ètre la première danse au motif que c'était elle qui m'avait sauvé la vie à Eysines. Mais avant cela, je devais régler bien des sujets. Tapotant sur ma coupe de mon couteau pour obtenir le silence, je décidais de me lancer. "Nobles du Conflans et des Iles de fer. Je ne vais nullement passer par quatre chemins ni m'éterniser en palabres car cela ne me ressemble pas. La chute de feu mon père ainsi que la fin de mon demi frère avant celle-ci m'ont fait comprendre bien des choses. Et de ces lecons, j'ai tiré de nombreux enseignements. Ne nous voilons guère la face. Une part d'entre vous aurait souhaité un autre souverain que moi. Je suis né batard d'une catin des Iles de fer. Si, le sang de la noire lignée coule dans mes veines j'ai été élevé pour devenir un capitaine et non un roi. Et pourtant me voici désormais à votre tète au beau milieu d'une tempète sans précédent pour le royaume. Si, j'ai longtemps hai et méprisé Joren suite à son choix je comprends désormais ce qui a pu le motiver à le faire. Raison pour laquelle j'ai de nombreuses annonces à vous faire en ce lieu." Satisfait de l'effet de mon discours sur la petite foule attablé, je me ménage un temps avant de reprendre la parole, laissant les discussions et les murmures fleurir par dizaines.    
©️ 2981 12289 0



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 


Dernière édition par Yoren Hoare le Mar 14 Aoû - 0:15, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 860
Membre du mois : 11
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Lun 13 Aoû - 13:48


Hard Men Rule the WorldJ'attendais la suite des événements. J'observais le regard de Yoren qui passait de visages en visages parmi les nobles du banquet. Je le connaissais assez pour savoir qu'il cherchait à déceler leurs intentions ou leurs secrets.

Nous étions tous suspendu aux paroles de notre Roi, attendant de savoir comment allait-être traitée Myria Hoare. J'essayais de comprendre les intentions de Yoren vis-à-vis de la traîtresse. Mais peut-être ne voulait-il s'encombrer de ce problème pour le moment ? Elle avait une mine déplorable. Les survivants de la famille Hoare étaient presque tous réunis autour de la même table, seul manquait Eren Hightower et les autres enfants de Myria. Un symbolique forte se dégageait d'un tel rassemblement. À cet instant, je regrettais la mort de mon père, feu lord Volmark, et l'absence d'Ivar mon demi-frère. L'un d'eux aurait pu me tenir compagnie durant ce festin. Mais ils étaient absents, me laissant démunie face à cette horde de nobles qui m'étaient presque tous inconnus. Je ne m'étais pas sentis aussi seule depuis bientôt 12 années, lors de mon arrivée sur la Garce Mortelle.

Yoren demanda le silence, prêt pour une nouvelle annonce. Son annonce était longue et faite de belles phrases, mais surtout, elle annonçait l'arrivée d'autres annonces. Les murmures se font entendre, et les discussions commencent à voix basse. De mon côté, je me demandais si j'allais assister à de nouvelles surprises. Je n'étais pas au courant du retour de Myria Hoare, et j'aurais aimé que Yoren m'en informe. Une conseillère ne peut faire son travail correctement sans avoir un maximum d'informations en main. De plus, Yoren m'obligeait à cacher ma surprise aux yeux de tous. Pourquoi ? Parce que mon rôle m'oblige à tout savoir. Si j'ignorais une manœuvre de mon Roi, ma position s'en retrouvait fragilisée aux yeux de tous les hommes. J'étais une femme, certes noble, mais une femme avant tout. Nombreux étaient ceux qui voudrait prendre ma place et gagner l'oreille du Roi. Et si mon Roi me réservait une nouvelle surprise, il allait m'entendre à coup sûr.

© 2981 12289 0

Spoiler:
 



           
There will be peace when you are done
“Swift as a deer. Quiet as shadow. Quick as a snake. Calm as still water. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère du Roi Yoren Hoare
Âge du Personnage: 24
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Messages : 509
Membre du mois : 37
Célébrité : Alycia Debnam-Carey
Maison : Volmark
Caractère : ▪▪ Flegmatique ▪▪ Pessimiste ▪▪ Raisonnable ▪▪ Pointilleuse ▪▪ Forte ▪▪ Timorée ▪▪ Rigoureuse ▪▪ Renfermée
En tuer un pour en terrifier un millier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mar 14 Aoû - 0:26

Hard men rule the world Laissant les murmures s'amplifier encore et encore jusqu'à devenir un brouhaha ambiant, je me complaisais dans cette atmosphère tendue. Un autre que moi aurait pu trouver suffocant et étouffant de devoir manœuvrer particulièrement habilement afin de s'assurer du soutien des barons riverains et de ceux de la Nera mais j'étais le fils illégitime d'Harren le Noir, celui qu'il avait toujours utilisé pour ses basses œuvres et autres plans inavouables. La tension et l'adversité avait constituées mon mode de vie depuis que j'étais en âge de lever une épée. Ma vision d'un nouveau royaume neuf et plus équilibré, gouverné de manière plus juste et apportant une prospérité commerciale digne de la situation entre puissances marchandes du continent était le rêve que je me battrais pour voir se réaliser, l'œuvre de ma vie que je m'échinerais jusqu'à mon dernier souffle à bâtir. Cependant avant de pouvoir poser la première pierre de cet édifice ambitieux qu'était la réforme complète que j'avais en tète afin que des cendres du Sel et du Roc renaisse le royaume des Fleuves et du Crépuscule je me devais de souder tout mon peuple autour de moi. Sinon, la base même de ma position serait semblable à un château de sable aisément balayé par les vagues ou le vent.

Et les souillures de la félonie menaceraient de faire s'écrouler mon ambitieux et visionnaire projet pour ce royaume que j'aimais tant malgré mon ascendance déshonorante et purement insulaire. Echangeant un regard complice avec ma promise, je prenais la main d'Helena et la portais à mes lèvres pour y déposer un baiser fougueux avant de me tourner vers Beron. Aucun mot ne sortit de ma bouche mais le message à mon héritier présomptif était clair. Regarde et apprend mon neveu. Un coup d'œil vers Myria m'indiqua qu'elle avait été confortablement installée à une table voisine au vu du zèle mis dans mon ordre. Entourée d'une majorité de lords fer nés et de quelques seigneurs de la Nera loyalistes elle ne pipait mot et faisait avec une impériale abstraction montre d'un détachement admirable vis à vis des regards haineux de certains seigneurs et fils de seigneurs insulaires.

Satisfait, je décidais de rompre le suspense et me levais brusquement tout en saisissant ma coupe de vin avant de clamer d'une voix forte. "Avant toute chose, je voudrais que nous portions un nouveau toast ! Un toast à la bravoure et à la loyauté de ma conseillère Heda Volmark sans laquelle je ne me trouverais pas devant vous en ce jour. A Heda !" Tous les regards se braquèrent vers ma meilleure amie alors que celle ci se tenait en retrait des célébrations à mon plus grand dam. Les acclamations furent brèves mais intenses. Les fers nés furent les plus bruyants ce qui me fit sourire. Sourire s'élargissant en constatant que mon compagnon d'arme et ami proche Euron Timbal fils d'un commandant de l'un de mes bataillons réformés invitait bruyamment la Volmark à le rejoindre. J'avais bien noté la déception dans les yeux de ma Renarde Sanglante et cet hommage public venait lui prouver que je n'oubliais pas tout ce que je lui devais. "Je ne suis pas né pour être quoi que ce soit. Fils d'une putain favorite d'Harren le Noir, mon destin semblait tout tracé. Pourtant le roi des rois a su voir en moi un potentiel que j'ignorais moi même. Je n'ai pas voulu devenir capitaine ce fut le résultat du choix d'autres personnes et pourtant je le suis devenu et l'un des meilleurs que les Iles de fer aient jamais connu ! Mes compatriotes peuvent en témoigner. Je n'ai pas voulu devenir prince encore une fois ce fut le résultat des actions et des choix d'autres personnes !"

Regard appuyé vers les riverains car ce furent eux qui choisirent de suivre en masse feu mon demi frère qui avait causé en partie la gravité de notre situation actuelle. "Et pourtant j'ai combattu vaillamment à Buron et à Eysines ou j'ai manqué de perdre la vie. Menant nos troupes en me moquant du danger et tentant de sauver la situation en retournant à l'assaut. Chaque homme  de bonne foi autour de ces tables peut en témoigner !" Portant une main sur mes bandages aux cotes, je faisais quelques pas le long de l'estrade avant de reprendre toujours aussi théâtral à dessein. Car la politique était faite tout autant de symboles que de paroles. "Je n'ai pas voulu devenir roi et pourtant la mort de mon père a fait de moi votre souverain car telle était sa dernière volonté ! Si, je suis roi c'est encore une fois en raison d'actions et de choix autres que les miens. Le roi Yoren voilà qui je suis ! Yoren Ier de la maison Hoare !" Marquant une pause pour prendre appui sur l'épaule d'un seigneur fer né je laissais quelques instants défiler avant de reprendre. 

"Si j'ai réformé ce qu'il reste de notre armée c'est parce que je veux qu'elle soit la pierre angulaire de ma vision de l'avenir de notre nation ! Mais cette vision ne se cantonne pas qu'à la puissance martiale. J'annonce solennellement devant cette assemblée seigneuriale mon intention de réformer le régime politique du royaume afin de le rendre plus juste et égalitaire. Mes aïeux ont régnés sur ces terres d'une main de fer écrasant les riverains d'un poing d'acier. Mais, le vent du changement soufflant sur Westeros m'a fait comprendre que pour renaitre de ses cendres le royaume se devait lui aussi d'évoluer ! Le royaume du Sel et du Roc sera à compter de ce soir le royaume des Fleuves et du Crépuscule. J'annonce la création d'un conseil des pairs du royaume composé d'autant de lords riverains que de lords fers nés. Je nomme mon neveu Beron Hoare comme héritier présomptif si je venais à tomber avant que ma reine n'accouche d'un fils et c'est vous lord Whent que je nomme régent du royaume. La guerre n'est pas une fin en soit et je rêve d'un Conflans riche et prospère de part ses frontières avec l'Ouest et le Val. Les barons loyaux que vous êtes se verront récompensés par un redécoupage territorial du royaume afin de diminuer la puissance des maisons félonnes. Quant à vous mes chers fer nés n'imaginez pas que l'antique voie va disparaitre. La puissance future du royaume nous vaudra toujours des ennemis. Aussi, vous aurez votre lots de batailles, de pillages et de raids par le Dieu Noyé ! Suivez moi ! Accordez moi votre confiance et votre allégeance et ensemble nous bâtirons une puissance qui traversera les épreuves du temps et du sang !"
©️ 2981 12289 0

Spoiler:
 



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 


Dernière édition par Yoren Hoare le Lun 20 Aoû - 20:33, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 860
Membre du mois : 11
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mer 15 Aoû - 1:09

Hard men rule the worldMyria, aussi surprise que le reste de l'assemblée d’être invitée à festoyer si près de la table du Roi tenta malgré tout de ne rien laisser paraître. Elle effaça donc le plus rapidement possible de son visage ses yeux grands ouverts, ses sourcils levés et sa bouche entrouverte pour reprendre son expression habituelle. Regard froid et port de tête altier, visage impassible de statue de marbre majestueuse et impénétrable.

Bien entendu, elle avait remarqué la jeune et belle Helena Bracken à son côté et il ne fallut pas longtemps à la princesse, rompue aux conventions et aux alliances matrimoniales, pour savoir que cette dernière allait être l’heureuse élue du rôle qu’elle aurait dû obtenir. Elle lui adressa un sourire respectueux, mais un peu pincé, difficile pour elle d’accepter de céder sa place. Elle était pourtant tristement consciente que c’était là le meilleur choix que Yoren puisse faire pour le Royaume, mais pas encore décidée à se l’avouer complètement. Sans compter qu’Helena, qui avait autrefois été son amie, ne lui avait pas reparlé, ni envoyé la moindre missive depuis la trahison de Joren. Pour une soit disant amie, c’était un peu fort de ne pas s’enquérir personnellement du sort de la Princesse durant tout ce temps. Mais évidemment, Myria n’était alors déjà plus en lice pour la couronne puisque Harren venait de déshériter Joren, elle devenait bien moins intéressante comme amie. Comme elle avait du rire quand Yoren avait été désigné comme héritier, la place tant convoitée s’offrait comme une putain à un bourgeois, rien que pour la Bracken. Mais peut-être qu'après avoir rit, Héléna en prenait elle la pleine mesure du grand rôle qu’elle devrait jouer et des sacrifices à venir avec deux Lords Bracken aux mains de l'Empire.

__ Je suis désolée pour votre père et votre grand-père, Dame Helena. Lord Brayan Bracken nous a sauvés à Buron et je lui serais éternellement reconnaissante pour son courage et pour son soutien. Je prierais pour eux.

Tu es plus belle… peut-être, plus jeune pour sûr. Mais jamais tu ne me surpassera, quand bien même pourrais-tu me prendre tout ce qui m’est cher.

Se faisant cette promesse, la Hoare tourna la tête vers son fils. Elle lui sourit en hochant la tête, et comme des yeux s'emplissaient de larme, elle ne bougea pas la tête d’un millimètre pour qu’aucune ne tombe et ne laisse voir son éternelle faiblesse. Son tout petit devenu homme, lui seul pouvait voir combien elle était heureuse de le retrouver sain et sauf, triste du sort qu’il lui était réservé et profondément désolée de ne pas être parvenue à rétablir le cours des choses. Pour autant, elle le voyait grandi, endurcit et assis près de son oncle. Son coeur de mère s’emplit de fierté et de brisa en même temps. Ses lèvres se pincèrent et sa gorge se serra, mais elle contint ses larmes une fois de plus en cessant de respirer le temps de ravaler ses émotions. Il avait réussi son premier pas sans elle alors qu’elle ne cessait de trébucher, il marchait seul mieux qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Voilà, elle pouvait lui lâcher les mains, il était prêt, même si le ventre de la jeune femme se serrait de peur qu’il tombe et que son estomac faisait des bonds à chaque pas un peu approximatif. Il n’avait peut être plus besoin d'elle, il n’était plus son enfant mais un Prince. Elle n’osa pas faire le moindre geste vers lui de peur que Yoren devienne soupçonneux ou que les Fer-nés se moquent de lui. De peur surtout qu’il refuse.

__ Mon Prince, je suis plus qu’heureuse de vous voir ici, et en bonne forme semble-t-il. J’espère que feu le Roi Harren vous a enseigné ce qu’il devait vous transmettre et que notre nouveau Souverain voudra bien prendre la relève.

Plongeant alors ses yeux azur dans ceux de Yoren, Myria scruta le visage de son beau-frère sans la moindre expression lisible sur son visage. Néanmoins, juste avant d’aller s’asseoir, elle baissa les yeux et souleva légèrement le coin de ses lèvres en guise de remerciement. Seul le roi et ses voisins directes ou un oeil très affûté sauraient déceler cet imperceptible signe de reconnaissance, mais elle l’avait fait. Elle le savait. Il le savait. C’était bien suffisant.

Une fois installée, la brune dévisagea les invités pour découvrir à quel point la bataille d’Eysine, qui avait coûté la vie au Roi Harren, avait été un carnage. Malgré tout, les Fer-nés étaient égaux à eux même : toujours les premiers à ripailler, boire et se battre. Mais les Riverains, c’était une toute autre affaire, leurs mornes mines et leur façon de boire avec retenue était de bien mauvais augure. Mais pouvait elle leur en vouloir ? Ils avaient payé cette guerre de leur sang versé et de leurs terres souillées, aucune famille n’avait été épargnée, encore moins celle de la future Reine. Ils avaient probablement bien plus soufferts que les Fer-nés malgré l’avantage du terrain. Ils étaient las et désemparés, tout comme elle. Elle adressa un sourire bienveillant à chacun, Un hochement de tête à ceux qu’elle connaissait, Un clignement des yeux à ceux qui avaient perdus un proche dernièrement. Ses larmes avaient séchées et malgré ses propres doutes, elle tacha de leur présenter un regard plein de forces et d’assurance tel qu’elle savait si bien le feindre. Certains d’entre eux lui jetèrent un regard noir quand d’autres feignaient de l’ignorer, néanmoins, nombre de Riverains lui répondirent par un hochement de tête ou même un sourire.

La Princesse fit de même avec les Seigneurs insulaires et ne reçu pas le même accueil. Elle s’y attendait et essuya la tempête tel un vieux capitaine coutumier des mers agitées et connaissant son navire mieux que sa propre queue. Abaissant les voiles et tenant bon la barre. Elle se paya même le luxe de lever son verre désormais plein en l’honneur d’Oksanna à Lord Othon Greyjoy qui était assis en face d’elle.

__ J’aurais aimé pouvoir trinquer avec votre soeur ce soir en l’honneur du Roi Harren, mais elle festoie pour l’éternité avec le Dieu Noyé, Messire. Ce qui est mort ne saurait mourir, mais se lève à nouveau plus dur à la peine et plus vigoureux.

La veuve but sa coupe jusqu'à la lie puis reporta son attention sur Yoren qui venait de terminer son introduction. Tout l'espoir du Sel et du Roc reposait donc sur ses épaules. De bien larges épaules, comme celles de son bien aimé, solides. Mais seraient elles assez fortes pour redresser ce pays moribond ? Après Buron ? Après Eysine ? Oui, il y avait de quoi désespérer, elle ne comprenait que trop bien les Seigneurs du Conflans. Oui, il y avait de quoi craindre le pire, mais peut être aussi le meilleur, qui ne saurait s’écrire sans elle.

Les murmures se muèrent en rumeur et la rumeur en brouhaha. La brune aux yeux azurs écouta attentivement ce qui se disait autour d’elle tout en faisant tourner le pied gravé de sa coupe entre ses doigts. Elle prenait se faisant, toutes les informations qui lui avaient tant manquées durant son exil forcé. Elle devait absolument se mettre à jour le plus rapidement possible pour avoir un maximum de cartes en main pour la suite. Lord Lothson, son voisin la tira de sa concentration profonde.

__ Et vous Princesse Myria ? Que pensez vous du Roi Yoren ?
__ Je pense, Messire Lothson, que vous devriez écouter attentivement ce qui va suivre.  

La Hoare lui adressa un sourire en coin, elle avait déjà vu Yoren à l’oeuvre sous la tente de commandement et elle était certaine qu’il serait à la hauteur. Restait à voir comment ses annonces seraient accueillies, et cela, Myria n’en savait rien mais comptait bien pouvoir sonder les esprits en observant scrupuleusement les visages autour d’elle. Elle but brièvement en l’honneur d’Heda, pas par manque de respect, mais pour rapidement se remettre au travail en regardant les expressions des invités. Elle ne put passer, cette fois-ci, à côté de sa moue boudeuse et de son air renfrogné, ni de son regard assassin envers la Bracken. Cela valait bien un sourire, même s’il était probable que la Volmark n’en pense pas moins à propos de Myria. Il faudrait qu'elle demande à Ivar, son absence était dommageable, mais s’il n’était pas là, il devait être dans le Bief, et il était probablement plus utile là-bas, avec Aenarion et surtout avec Eren.

La princesse manqua de s’étouffer avec sa propre langue lorsque Yoren annonça qu’il faisait de Beron son héritier présomptif. C’était une opportunité inespérée, à double tranchant, tentante pour l’ambition de sa mère. D’ailleurs, cela ne manqua pas, les Seigneurs attablés avec elle la regardèrent d’un air circonspect, se demandant probablement ce qu’elle avait bien pu faire au Roi pour obtenir une telle faveur pour son fils. Mais elle n’avait rien fait et Beron était la seul personne à féliciter pour cette ascension éclair. Elle se retint de sourir et noya sa fierté dans une gorgée de vin.

__ Au Roi Yoren ! Au Royaume des Rivières et du Crépuscule !

La brune leva sa coupe et but cul sec. L’alcool commençait à la réchauffer. Elle ne serait pas Reine. On lui spoliait sa couronne et son projet et elle devait plier l’échine encore et encore. Elle devait être folle pour vouloir partager avec lui ce qu'elle imaginait. Folle ou terriblement réaliste. Elle jeta un coup d’oeil à Helena et poussa un long soupire en pinçant les lèvres.
[size=40]©️️[/size] 2981 12289 0

Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1174
Membre du mois : 5
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Vénale ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Aimante
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Ven 17 Aoû - 0:50


Hard Men Rule the WorldJ'observais un instant Myria Hoare assise à une table entourée de nobles Fer-nés et Riverains. Mais la nouvelle annonce de Yoren retenu mon attention. Ce toast qu'il portait était en mon honneur, moi, sa fidèle et loyale amie et conseillère. J'étais touchée par son geste, et réellement surprise. Tous les regards se braquèrent sur moi, me mettant légèrement mal à l'aise. Mais la joie d'être reconnue au grand jour par mon ami et souverain me remplissait d'une joie nouvelle. Je souris sous les acclamations des invités, dont les plus bruyants étaient certainement les Fer-nés accompagnés de Euron Timbal. Celui-ci m'invita à m'installer à ses côtés, et je décidais de le rejoindre. Aux côtés de mon ami Euron, nous écoutions les autres discours de Yoren et les déclarations de Myria.

J'observais avec soin le comportement de Myria Hoare. Elle observait tous les invités, riverains puis fer-nés, essayant de gratter des informations sur chacun d'entre nous. Je préférais la garder à l'oeil, ne sachant pas de quoi cette femme pouvait être capable.
Comme tout le monde je levais ma coupe pour Yoren, et pour le royaume.

© 2981 12289 0

Spoiler:
 



           
There will be peace when you are done
“Swift as a deer. Quiet as shadow. Quick as a snake. Calm as still water. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords.”


Dernière édition par Heda Volmark le Mar 21 Aoû - 19:23, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère du Roi Yoren Hoare
Âge du Personnage: 24
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Messages : 509
Membre du mois : 37
Célébrité : Alycia Debnam-Carey
Maison : Volmark
Caractère : ▪▪ Flegmatique ▪▪ Pessimiste ▪▪ Raisonnable ▪▪ Pointilleuse ▪▪ Forte ▪▪ Timorée ▪▪ Rigoureuse ▪▪ Renfermée
En tuer un pour en terrifier un millier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Ven 17 Aoû - 11:54

Au plein milieu du camp fortifié situé juste au pied des murs de Pierremoûtier, on avait élevé estrades, tables et feux de camp. Les fûts de bière étaient déjà percés, les fer-nés remplissaient à cœur joie leur corne au fur et à mesures des toasts qui étaient portés. Certains n’en étaient pas à leur première ceci dit en passant ! Les riverains semblaient préférés le vin, une boisson qu’ils jugeaient délicates, Euron avait toujours considéré qu’il s’agissait d’une boisson de femme. Pas étonnant qu’ils l’appréciaient donc tant. La viande, qui était en train de rôtir, commençait à ouvrir l’appétit des convives. L’hiver était bien là, l’air était froid et tous les individus s’étaient bien couverts pour pouvoir rester dehors. Heureusement, les feux allumés étaient innombrables et consistaient à réchauffer l’air ambiant, le rendant beaucoup plus doux.  Puis il y avait bien d’autres moyens pour eux de se réchauffer, l’alcool en faisait parti bien entendu !

Le Timbal était attablé avec certains fer-nés de son équipage et en compagnie d’autres bonnes connaissances de son entourage. Le jeune homme écoute attentivement les déclarations de son roi, il sait que ce dernier a besoin de raffermir sa position auprès des riverains, tout en sachant que la loyauté des fer-nés lui est acquise, respectant le capitaine et le pillard qu’il a été, ils respecteront le roi tout autant. Il annonça officiellement son mariage prochain avec le joli bout de femme qu’était la Bracken, un beau parti pour sûr ! C’était un moyen de récompenser leur fidélité, après tout cette maison avait donné énormément pour l’effort de guerre. Euron aurait préféré qu’il prenne sa femme-roc parmi les maisons des îles de Fer, mais il était roi désormais. La politique, cela barbait le guerrier qu’il était et Yoren devrait maintenant devenir un maître dans ce domaine.

Le capitaine regardait d’un œil mauvais le retour de Myria Hoare, cette femme qu’il considérait comme une traîtresse pour ce qu’il avait attendu d’elle. Un sourire carnassier s’illumina sur son visage lorsque ses yeux sur elle, comme celui d’un prédateur louchant sur sa proie. A sa table, on beugle comme des diables à l’honneur de Yoren lorsqu’un toast est porté . Un boucan similaire est créé lorsque on porte honneur à Heda Volmark, fière conseillère de Yoren depuis bien des années. Les fer-nés attablés tapent des cornes et de leurs chopes sur la table  et gueulent à tout va des « A Heda ! » «  A la Renarde Sanglante ! » « Pour Heda ! ».  Le fer-né la cherche du regard et finit par la trouver, esseulé, elle ne semblait pas prendre bien du plaisir. Il pouvait prétendre bien la connaître , et oui, elle faisait clairement la gueule !

Euron comptait bien changer tout ça, se levant, il lui fit des signes de bras pour attirer son attention et l’invita bruyamment à le rejoindre , se fichant complètement de se faire remarquer. Se dirigea vers la table, les fer-nés se poussent pour lui faire une place sur le banc juste à côté du Timbal. Une fois assise, ils trinquent en l’honneur de leur roi et des nombreux pillages à venir. Voyant qu’elle gardait toujours sa mauvaise bouille, Euron la secoua à l’épaule pour la distraire, tout sourire aux lèvres.  « Dis donc ! Tu tires une gueule à en réanimer les noyés ! On dirait presque que tu veux trucider quelqu’un ! Profite ! Bois, gueule ou envoie toi en l’air ! Ou les trois, je t’assure qu’il n’y a rien de tel !   »
 
Il adorait taquiner son amie pour la pousser dans ses retranchements et tester sa patience, arrêtant de la bousculer, il but trois bonnes gorgées de bière et s’essuya la bouche sur sa manche afin de reprendre en scrutant Yoren tout en s’adressant à Heda. « Ta place, tu l’auras toujours à ses côtés, tu l’as toujours eu ! Et ce soir, dis toi qu’il doit bien nous envier notre position. C’est nous qui sommes les plus proches des fûts, regarde. » . Il désigna du doigt les cinq fûts percés juste derrière eux.

Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Lun 20 Aoû - 20:39

Hard men rule the worldDressé debout sur l'estrade à l'issue de ma tirade enflammée, je dus porter la main à mes cotes bandées sous l'armure légère noire recouverte d'une cape cendrée réhaussée d'une épaisse fourrure que je portais sur le dos. De toute ma jeune existence, je n'avais jamais autant saigné qu'à Eysines et j'en porterais les stigmates durant tout le temps qu'il me restait à vivre. Ces cicatrices supplémentaires venant se mêler à mes tatouages insulaires ainsi qu'aux précédentes bien ancrées sur ma peau albâtre seraient telle une calligraphie sanglante me rappelant à jamais le parcours qui avait été le mien avant de pouvoir me voir accorder le droit divin de ceindre cette couronne. Couronne bien plus légère que celle de feu mon père par choix personnel et gout de la sobriété mais qui pesait intérieurement bien plus lourd que celle du défunt roi des rois car jamais aucun de mes ancêtres de la noire lignée n'avait eu à gérer une situation aussi critique en plus de plusieurs siècles de règnes sur les Iles de fer d'abord et en un siècle sur le Conflans. Cela n'avait clairement rien d'un cadeau mais bien plus tout d'un fardeau et pourtant je n'en laissais absolument rien paraitre. Car si Harren m'avait involontairement appris quelque chose c'était bien que l'image était plus importante que tout.

Aussi j'affichais une expression pleine de royauté à la fois digne et féroce adaptée aux circonstances. Avoir été un batard royal avait eu le mérite d'avoir quelques avantages. Passer quelques temps au sein d'une cour royale permettait d'apprendre ses mécaniques, d'observer et de s'imprégner de cette atmosphère si particulière à la fois détachée du sort du commun et pourtant terriblement liée à celui de la plèbe de par sa nature intrinsèque. J'espérais que mon projet politique ainsi que ma vision d'un royaume du Conflans et des Iles de fer réformé en profondeur à chaque niveau existant du commerce à la politique en passant par la manière de faire la guerre avait su convaincre mes barons continentaux loyalistes. Concernant mes fers nés, je savais que je disposais de leur loyauté pleine et entière justement parce qu'en dépit de mon statut précédent de batard j'avais rendu hommage à l'antique voie de nos Iles avec une maestria que seule Eren pouvait se permettre de clamer plus imposante que la mienne et que tant que je leur offrirais du sang et des batailles ils me soutiendraient envers et contre tout.  

Je ne pouvais guère faire mieux que réformer et prouver que je n'avais rien à voir avec Harren le Noir qui avait régné d'une main de fer par la terreur durant plusieurs décennies pour les continentaux. Ce que je proposais aux riverains et aux seigneurs de la Nera toujours fidèles c'était l'avenir qu'ils avaient probablement toujours souhaité, un avenir qu'avait à dire vrai dépeint mon demi frère Joren lorsqu'il avait tenté de s'opposer à Harren. J'espérais qu'ils se montreraient suffisamment pragmatiques et intelligents pour dépasser ma bâtardise et m'offrir leur allégeance comme ils l'avaient fait à Joren afin que nous concrétisions cette œuvre. Si la gravité morbide dans laquelle nous nous trouvions n'était guère suffisante pour provoquer un sursaut national alors c'était que le royaume des Fleuves et le Crépuscule était voué à l'échec et que ma lignée s'éteindrait dans les cendres encore fumantes du Sel et du Roc. Je savais qu'allais gracier Myria Hoare mais je comptais le faire plus tard. Sa présence à une table aussi proche de la mienne constituait un indice suffisamment évident pour un observateur politique expérimenté.

"Mes Seigneurs, chevaliers, commandants, généraux, capitaines, héritiers si vous êtes restés à mes cotés c'est que dans le fond de vos cœurs vous croyez à la cause qui est la mienne ! C'est que dans le fond de vos cœurs vous en mesurez la justesse et la légitimité. C'est que dans vos tripes vous trouvez inadmissible que le Conflans se retrouve inféodé comme un vulgaire chien de troupeau à une puissance étrangère ! Une puissance étant un agglomérat de tous les ennemis que vos ancêtres et aïeux ont combattu. Des ennemis contre lesquels vos fils, frères, cousins, oncles et pères ont perdus la vie de manière héroïque pour défendre la fierté riveraine et insulaire ! L'Orage qui s'était arrogée vos terres et les traitèrent comme une vulgaire et lointaine possession. Le Nord dont les loups ont égorgés vos fils durant des générations. La dragonne venue d'outre détroit pour s'imposer à tout un continent par la force. En se prostituant de la sorte le Tully n'a pas que déshonoré sa propre maison. Il a déshonoré la terre de ses ancêtres et notre peuple."

"Mon prédécesseur a certainement effectué des choix regrettables au niveau stratégique mais durant des décennies la lignée Hoare a offert la paix intérieure à ce royaume. Je ne vous promets pas que cette guerre ne soit la dernière car les vicissitudes de l'histoire étant ce qu'elles sont il ne faut jamais dire jamais cependant c'est la première qui semble sacrée à mes yeux. Demain nous ne battrons pas simplement pour venger nos morts, pour l'indépendance et la souveraineté du royaume, pour l'émergence d'une nouvelle nation des cendres du Sel et du Roc. Nous nous battrons pour l'avenir et celui de nos descendants ! Pour vos petits fils lord Terrick et vos petites filles lord Brune, pour vos fils lord Noirmarées et vos arrières petits fils lord Valleuse !" 

Achevant mon discours et regagnant ma place d'un pas tranquille, je laissais trainer mes oreilles de l'autre coté de l'estrade et reconnaissais une mélodie doucereuse jouée dans l'immensité du camp. Le rythme de la chanson était à la fois tragique et sublime, triste et courageux, vivace mais langoureux. Il ne s'agissait point d'un hymne guerrier et ce fut certainement la raison pour laquelle cela m'interpella. Une musique riveraine à n'en point douter car ce chant tranchait avec les cornemuses et tambours des Iles. Cela me donna envie de danser avec ma promise. Car toute la mélancolie de cette mélopée me saisissait aux tripes.  
©️ 2981 12289 0

Spoiler:
 



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 


Dernière édition par Yoren Hoare le Sam 25 Aoû - 18:59, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 860
Membre du mois : 11
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mar 21 Aoû - 21:12


Hard Men Rule the WorldL'air était froid, me faisant légèrement grelotter sous mes vêtements peu adaptés à la saison froide qui arrivait sur le Conflans. Je n'avais pas pris le remplir ma garde-robe de capes chaudes, et je commençais à le regretter.

Euron me secoua l'épaule, attirant mon attention. Je restais assez surprise de sa déclaration, même si je reconnaissais bien là les manières d'un Fer-né. De mon côté, je n'avais ni envie de crier, ni de baiser qui que ce soit. Quant à la bière, je n'avais jamais été une grande buveuse. Je remplissais légèrement ma choppe, buvant une gorgée pour avoir l'air de participer un peu plus à l'ambiance. Peut-être qu'un bon repas allait améliorer mon humeur un peu maussade.

- "Je te prends au mot, mais ce n'est pas vraiment dans mes habitudes de faire toutes ces choses."

J'observais l'attitude joviale du Fer-né, buvant sa bière avant de m'adresser de nouveau la parole. Mais cette fois ses mots eurent plus d'impact, il réussit à me voler un sourire grâce à sa petite plaisanterie sur les fûts de bière.

- "Certes, nous prenons en otage les fûts de bière."

La suite du discours de Yoren est toute aussi bien ficelée que les parties précédentes. J'avais foi en ses paroles, et dans sa détermination à unir le Sel et le Roc de façon plus pérenne. Une légère musique se faisait entendre depuis le campement, mais les bavardages incessants en couvraient presque toutes les notes.

© 2981 12289 0

Spoiler:
 



           
There will be peace when you are done
“Swift as a deer. Quiet as shadow. Quick as a snake. Calm as still water. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère du Roi Yoren Hoare
Âge du Personnage: 24
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Messages : 509
Membre du mois : 37
Célébrité : Alycia Debnam-Carey
Maison : Volmark
Caractère : ▪▪ Flegmatique ▪▪ Pessimiste ▪▪ Raisonnable ▪▪ Pointilleuse ▪▪ Forte ▪▪ Timorée ▪▪ Rigoureuse ▪▪ Renfermée
En tuer un pour en terrifier un millier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mer 22 Aoû - 23:10



Helena Bracken


Helena Braken, Fiancée de Yoren Hoare pour le banquet du Conflans où Yoren annonce officiellement son union prochaine avec elle. La jeune femme a subi les changements et les pertes causées par la guerre dans le Conflans, elle a vu les siens se déchirer et finalement son grand-père prendre position contre Harren Hoare au profit de Joren, le prince félon. Aujourd'hui, il est temps de prouver que la famille Bracken est restée fidèle au Roi des Rois malheureusement disparu et malgré la surprise qui a été la sienne à la demande en mariage de Yoren, elle a accepté autant de s'unir à cet homme que le rôle qui serait le sien ensuite.
 


Il y avait quelque chose d'étrange et de magique dans cet instant. Tous les feux de camps, qui avaient été dissiminés un peu partout pour pouvoir réchauffer le corps et l'âme des braves guerriers du Sel et du Roc, illuminaient les lieux d'une lueur particulière, donnant une atmosphère chaleureuse à l'endroit. Les hommes du Conflans avaient un tempérament un peu plus calme que celui des Fer-Nés pour autant, chacun se mêlait aux chants des autres, l'alcool jouant bien évidement sur les intonations, sur la clareté de parole et surtout sur le volume sonore. Cependant, elle se prêtait joyeusement à sourire face à l'ambiance qui s'était installée petit à petit dans le camp fortifié que le roi Yoren Hoare avait demandé à monter ici dans ce dernier repère terrestre, dans cette dernière arche où la sécurité du peuple du Sel et du Roc pouvait encore dire fièrement qu'il lui appartenait. Les pertes avaient été lourdes, Le Noir avait été défait et l'Empire n'avait pas manqué de savourer sa victoire et de bien faire comprendre aux restes de l'ennemi qu'il ne manquerait pas de les traquer et qu'ils seraient ensuite réduits en cendre comme ce qu'on avait fait avec leur roi déchu. Il y avait chez Helena Bracken une certaine impatience du moment qu'elle allait vivre lors du banquet de ce soir, même si tout cela était contrebalancé par le fait qu'une légère angoise était en train de s'installer face au rôle qu'elle avait accepté de tenir auprès du nouveau roi. Helena ne pouvait pas nier que le jeune homme avait su la marquer quelques années auparavant pour son caractère, son regard décidé et sa force. Elle ne pensait pas pour autant qu'il viendrait à se tourner vers elle pour en faire son épouse et sa reine alors qu'il venait d'accéder au trône.

C'était une joie immense pour elle, même si elle avait décidé de le faire mariner un peu le temps d'accepter sa proposition. C'était un honneur pour elle mais encore bien plus pour sa famille qui avaient pris certaines décisions, qui en avaient payés les conséquences et qui avaient aujourd'hui comme bien d'autres, des morts à pleurer. A son arrivée au banquet principal, partageant de nombreuses oeillades complices avec son futur époux, elle avait pris place à ses côtés. Elle s'était faite au début discrète, observant hommes et femmes présents dans la salle, personnes du Conflans et celles venant des Îles de Fer. Pour autant, même face à la foule présente, elle ne manqua pas de remarquer quelques comportements à son égard, une certaine réticence pour certains, d'autres lui avaient accordés un sourire joyeux et même d'autres s'étaient montrés quelque peu énervé face à la nouvelle de leur mariage. Elle ne manqua pas la réaction de Heda Volmark, dont elle ne s'offusqua pas plus sur l'instant, quelques questionnements ne manqueraient sans doute pas de naître par la suite mais il n'était pas l'heure pour une quelconque discussion houleuse. Elle remercia Myria Hoare pour les paroles que celle-ci lui adressa conercnant ces défunts et elle ne manqua pas elle-même de lui adresser ses condoléances pour les pertes qui avaient été les siennes. Il était étrange de se retrouver là face à elle, elles qui avaient été amies aujourd'hui Helena aurait été incapable de définir leur relation. Elles avaient fait un échange de fonction dans le jeu politique de Westeros, mais toutes les deux n'oubliaient pas ce qu'il s'était joué dans un passé encore tout récent et pour le moment la jeune fiancée n'avait pas le désir de changer ses positions.

Pour autant, l'heure était à la fête, elle souriait de voir son jeune frère en train de s'enivrer alors qu'elle posait sur sa sœur un œil bien plus sérieux, désirant protéger autant la jeune fille de l'ivresse que des hommes qui en ce soir de fête auraient un peu trop de désir à lui monter. Et surtout, elle ne manqua pas d'écouter attentivement son fiancé lors de son discours à tous ceux qui lui étaient restés fidèles. Son discours était fort, puissant, il incarnait pleinement une nouvelle génération qui en voulait et elle ne pouvait être qu'admirative de l'homme qui allait être le sien. Helena glissa doucement sa main dans la paume de son promis quand il revint à ses côtés. « Mon ami vous êtes aussi bon orateur que vous êtes un fort guerrier. L'avenir est entre vos mains ce soir, nous sommes tous là pour vous rendre gloire. » Elle inclina doucement la tête avant de venir à se lever sous l'envie de danser que lui procurait la musique. Elle s'inclina légèrement devant lui. « M'accorderiez-vous cette danse mon Roi ? »


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile




Dernière édition par Jon Stark le Jeu 23 Aoû - 11:16, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 1526
Membre du mois : 11
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Jeu 23 Aoû - 1:06

Hard men rule the world
Myria écoutait donc Yoren et regardait les invités tandis que son sourire s'élargissait. Elle aussi aurait pu tenir le même, à la différence près qu'elle était née et avait été éduquée pour être Reine et qu’elle désirait ardemment gouverner. Mais c’était donc Héléna qui allait prendre sa place sur le trône et encore une fois, cette putain de couronne lui échappait. Les deux jeunes tourtereaux échangeaient des regards complices et Myria eut un pincement au coeur en pensant que ç'aurait pu être Joren et elle sur cette estrade, tenant ce même discours. Il avait lui aussi un projet pour le Conflans, pourquoi diantre avait-il fui ses responsabilités ! Il avait trahi ses hommes, sa famille. Et pourtant, elle l’aimait toujours, elle rêvait toujours de lui et non d’Harren. Pourrait-elle aimer un autre homme ?

Quoi qu'il en soit, si Yoren semblait prendre la mesure de la tâche qui lui incombait désormais et des difficultés qu'il lui faudrait surmonter, la brune doutait que la jeune Bracken se rende compte du rôle qu'elle allait devoir jouer et des risques qu'elle courait. Elle l'enviait, bien sûr, mortellement même, mais elle était presque dans une situation plus confortable car elle n'avait que sa peau à sauver, pas celle de tout un peuple, d'un Royaume et d'une dynastie.

À la fin du nouveau discours de Yoren, la jeune femme continua d’observer les seigneurs un à un. Elle conclut en son fort intérieur que le Roi lui avait volé son idée, mais qu'elle ne lui en voulait pas puisque c’était une idée brillante. Mais surtout, elle se fit la réflexion qu’il connaissait mieux les Fer-nés et elle, les Riverains et qu’à eux deux, ils pourraient bien trouver des solutions à tous leurs problèmes. Son âme de pillard n’oublierait pas de contenter les adorateurs du Dieu Noyé, pour elle, ce point avait toujours causé du souci. Elle n’arrivait pas à imaginer de place pour eux dans le Royaume qu’elle envisageait, enfin si, elle avait bien une idée, mais il n’était pas certain qu’elle leur convienne. En tout cas, si Yoren était sur la même longueur d’onde qu’elle, elle pourrait lui parler de ses idées, mais pas avant de savoir ce qu’il comptait faire d’elle et pas avant d’être débarrassée de la souillure que le Noir avait jeté sur elle en la nommant traîtresse.

Les Riverains accueillirent les nouveautés avec un retenue, évidemment c’était un projet qui leur parlait, mais la situation actuelle était toujours aussi intenable et les beaux projets du nouveau roi ne pesaient pas bien lourds. Pourtant certains d’entre eux, ceux qui la connaissaient assez bien pour savoir qu'elle avait les mêmes idéaux, lui adressèrent un regard, à elle, interrogeant son rôle dans ce revirement. Elle leur adressa un signe de tête et un sourire confiant, pour leur donner du baume au coeur. Elle n’y était pour rien, mais elle ferait tout pour que les promesses de Yoren ne soient pas de vaines paroles. Les Fer-nés, eux, étaient ravis et le faisaient savoir à grand coups de choppe sur les tables et de grognement rauques.

Myria fut tentée un instant de se lever pour évoquer le sort des félons, le Roi avait dit qu’ils verraient leurs terres réduites, mais pas à néant. Or, la félonie ne saurait être pardonnée. Mais elle craignait de se prendre une carafe dans la tête où un poignard dans la poitrine si elle évoquait ce sujet sensible. Elle aurait peut être le temps d’en discuter avec le Roi un de ces jours, en privé, c’était plus prudent. De plus, sa position concernant Lyham et les traîtres de la première heure semblait plutôt claire. Aussi claire que la sienne désormais, car elle avait essayé d'unir le Conflans quitte à pactiser avec l'ennemi, mais elle avait pu constater qu'il ne restait rien de leur amitié ni du courage qui avait été le sien. Elle lui devait la vie, probablement pas pour ses discours et ses promesses, peut être s'était il souvenu qu'ils avaient été amis, ou peut être même qu'elle n'était pas le monstre qu'il s'imaginait. Mais cette vie ne valait pas grand chose et si elle s'en sortait, elle ne se devrait qu'à elle même.

Yoren faisait bien de rappeler les faits, le sang versé dans le Conflans par le Nord et l'Orage, ennemis viscéraux du Royaume. Ça lui remettait les idées en place et il est probable que si cela fonctionnait sur elle, cela fonctionnerait aussi sur les autres riverains.

__ Alors Messires, Lord Greyjoy, Lord Lothson, que pensez vous de tout cela ?
[size=40]©️️[/size] 2981 12289 0


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1174
Membre du mois : 5
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Vénale ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Aimante
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Sam 25 Aoû - 19:14

Hard men rule the world Tandis que je revenais à ma place légitime en bout de tablée sur le siège royal, je laissais mes yeux balayer l'assistance d'un regard souverain, confiant et inquisiteur. Les temps à venir seraient particulièrement sombres et compliqués mais si tout ce qu'il subsistait du royaume des Fleuves et du Crépuscule s'unissait, nous pourrions bien faire de nos faiblesses des forces et rééquilibrer la balance plus que déficitaire en notre défaveur. Pour cela, il faudrait bien que ces deux peuples qui furent longtemps antagonistes acceptent l'idée de n'en former plus qu'un seul en dépit de leurs nombreuses différences. J'aurais pu me contenter de leur promettre des choses afin de m'assurer une allégeance douteuse mais relativement stable de la part des riverains cependant je ne souhaitais pas être ce genre de souverain, utilisant ses sujets au gré de ses besoins. Ce que j'avais dépeint avec passion et conviction ce soir était ce que je souhaitais voir émerger de tout ce chaos pour ces terres devenues miennes. Ce à quoi j'aspirais sincèrement de tout mon être et que je me battrais pour accomplir quitte à y laisser mon dernier souffle. M'asseyant au coté de mon neveu Beron prince du royaume et héritier présomptif ainsi que de ma sublime et fougueuse promise dans une grimace douloureuse que je masquais rapidement dans la foulée d'un masque avenant, je sentis un large sourire de contentement étirer lentement mes lèvres alors qu'elle glissait une main dans ma paume.

Ce contact chaud et doucereux me rassena au milieu de ces ténèbres glaciales combattues avec toute leur ardeur par les feux de camps garnis de victuailles en train de rôtir ainsi qu'eu égard au moment politique plein de tension qui s'avérerait déterminant pour le début de mon règne et tout ce qui s'ensuivrait. J'avais pertinemment conscience que du déroulement de ce banquet pouvait découler le regard de ces hommes et de ces femmes sur ma personne du statut d'illégitime légitimé au rang de prince héritier à celui de roi mal couronné ou tout le contraire celui de batard à la sombre réputation à celui de monarque salvateur placé sur le trône par le Destin au moment opportun. Mon esprit était inextricablement perdu entre deux mondes. Celui de la politique et de la stratégie desquelles dépendaient l'avenir, l'existence même de mon royaume et héritage en décomposition. Et celui de la célébration que je connaissais bien mieux de par ma nature de fer né mais dans lequel je n'osais me montrer trop hardi d'une part par pudeur vis à vis de mes nouvelles fonctions autant que par conscience de celle-ci. Comment se réjouir alors que plus des deux tiers de la formidable armée présente à Eysines avaient été rayés de la surface de ce monde par la volonté impériale ?

Plus qu'au niveau militaire, le cout humain était ahurissant. Cela ne faisait que renforcer ma détermination à faire payer l'outrage à l'ennemi au centuple et j'espérais qu'il en irait de même pour chaque loyaliste présent autour de ces tablées. Finalement ce fut ma future reine qui décida pour moi et me fit pencher pour le second. Tournant la tète vers Helena, je plongeais mes yeux gris acier dans les siens fascinants comme ils l'étaient déjà des années plus tôt sans me départir du sourire que son contact me procurait. "Je me contente de faire ce que je peux ma chère mais la flatterie est particulièrement douce je vous en remercie. Espérons que vos pairs partagent votre avis. Si seulement, je pouvais tenir celui des prochaines semaines également. Je me moque bien de la gloire pourvu qu'ils m'acceptent car j'aurais besoin d'un royaume uni pour ce qui nous attend." Concluais je en riant brièvement. Ma promise se laissa un instant bercer par la beauté de la musique qui semblait glisser sur le camp comme un navire sur les flots. La sulfureuse et courageuse ainée de Ser Adriel Bracken se leva finalement et s'inclina devant moi avant de me demander de lui accorder une danse. Ce serait la première de la soirée. C'est un brin cabotin que je lui répondais avec un sourire étincelant.

"Je ne sais pas ma dame. Devrais je vous faire attendre comme vous l'avez fait concernant notre mariage ?" Satisfait de ma taquinerie complice à l'encontre d'Helena, je me levais doucement avant de lui prendre la main. "Bien évidemment celle ci et toutes les suivantes si mes blessures me permettent un tel exploit." N'étant pas très au fait des danses riveraines je laissais la future reine me guider un instant afin de me placer correctement. Mes mains trouvèrent le creux de ses reins et je m'étonnais qu'elle les placent si bas alors que je me figurais les danses continentales plus prudes. Elle plaça ses mains autour de mon cou tandis que nous commencions à valser langoureusement et doucement au gré de la mélopée appréciable. Avant de m'abandonner aux plaisirs de sentir le corps de ma promise contre le mien, je décidais d'engager ma cour à se laisser aller. "Mes amis, demain sera un jour sombre et difficile de même que tous ceux qui suivront et il nous faudra une grande force d'âme et du courage pour les affronter. Mais, je ne doute pas que vous possédiez l'un et l'autre aussi je vous en prie laissez vous gagner par l'ivresse de cet instant. L'avenir sera ombrageux mais nous l'affronterons. Pour l'heure, célébrons nos morts et nos héros."

Et enfin je décidais finalement de me laisser aller en tentant de me décrisper difficilement au départ mais plus facilement alors que je sentais le corps chaud de ma promise pressé contre le mien dans un fourreau d'ébène pour le deuil de feu Harren ainsi que tous nos compatriotes tombés au champ d'honneur. Humant le doux parfum émanant des cheveux de la Bracken, je tentais de me montrer aussi habile à la danse locale qu'au maniement des armes et des mots. Hélas, je craignais de ne pas pouvoir briller dans ce domaine. Oh, je savais danser à la mode des Iles mais cela ne serait guère seyant pour un souverain de se laisser emporter dans la fureur de nos traditions. Alors, je suivais son allure en évitant de me montrer gauche. Feintant une assurance que je n'avais pas sur cette piste de plein air. Tandis que nous dansions et qu'Helena posa sa tète sur mon épaule certainement aussi dépassée que moi par la splendeur de cette mélodie portant en elle toute la tristesse, le désespoir et la peine du monde mais également une certaine promesse inconnue j'observais la jeune femme que je m'étais choisi pour reine. Elle pouvait paraitre frêle mais ne l'était aucunement. A mes yeux elle avait déjà tout d'une reine. Seuls lui manquaient l'assurance  et l'expérience qui lui viendraient avec le temps.

Tandis que je la dévorais du regard je me souvenais de notre première rencontre des années plus tôt au cours de laquelle celle-ci m'avait surpris en ne me traitant pas comme un paria mais surtout en m'exposant sa force de caractère, sa fougue et son indépendance d'esprit vis à vis des mœurs riveraines. Je la revoyais me narrer comment elle avait appris à tirer à l'arc en secret avec son oncle Erwann, comment elle avait tout fait pour échapper à une union Ouestrienne. Un sourire amusé teinta mes lippes d'une lueur solaire alors qu'elle relevait la tète et que je rapprochais la mienne pour murmurer à son oreille. "Je vais vous confier un secret ma mie. Ne vous fiez pas aux apparences. Pour la première fois de mon existence, je sens la peur me déchirer les tripes.  Je suis terrifié par l'ampleur de la tache qui m'attend, qui nous attend. Elle me semble titanesque. Cette couronne je n'en avais jamais rêvé. Mais de vous si. Il est au moins heureux qu'elle me rapporte quelque chose d'agréable au milieu de tous ces devoirs au poids de plomb." Puis, déposant un baiser sur le cou de la Bracken sans me soucier de l'étiquette je reprenais bien conscient de la jeunesse de sa sœur et du regard inquiet qu'elle avait eu toute à l'heure.

"Ne vous en faites pas pour votre sœur. Votre oncle Erwann veille sur elle. Disais-je en désignant le Bracken du regard." Il restait encore deux sujets que je devrais traiter au cours de ce festin. Le sort de ma belle sœur que je comptais gracier afin de prouver l'étendue de ma magnanimité et celui qui attendrait certains félons une fois que nous aurions reconquis le royaume. Certains pouvaient penser que je cherchais à éviter ces sujets mais il n'en était rien je cherchais le bon moment pour les placer comme l'escrimeur confirmé cherche la faille dans les défenses de son adversaire pour placer le coup de grâce. Il fallait bien que mes barons continentaux sachent que leur loyauté serait pleinement récompensée également par l'anéantissement de certaines familles traitresses ne serait ce que pour que la félonie ne gangrène plus jamais ce royaume. Mais pour l'heure, je savourais pleinement le fait de tenir Helena dans mes bras.  
©️ 2981 12289 0

Spoiler:
 



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 860
Membre du mois : 11
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Dim 26 Aoû - 16:52

La soirée menait bon train, l’alcool coulait à flot. A droite et à gauche, Euron observait certains de ses camarades montrer des signes de défaillance. Tous des buveurs de petit lait ! Voilà ce qu’ils étaient ! S’ils continuaient ainsi, ils ne verraient très certainement pas la fin des festivités. La plupart des fer-nés avait commencé à picoler juste avant les festivités et ils allaient remplir leur corne dès que cette dernière était vide, pas étonnant qu’ils se retrouvent dans cet état. La Main d’Os avait toujours eu une bonne descente, il lui arrivait tout de même de ralentir le rythme à certains moments pour tenir le choc. L’astuce, c’était de toujours avoir le contenant à moitié plein lorsque c’était le cas, pour être certain qu’on ne lui reproche pas de ne pas profiter de la soirée ou qu’on ose remettre en cause le fait qu’il encaissait bien. Si quelqu’un osait le chatouiller sur ce terrain là, il finirait avec son poing dans la gueule, c’était certain.

Au moins, lui serait encore debout lorsque tout le monde commencerait à se disperser, mais dans quel état, ça c’était autre chose ! Les mots d’Heda ne le surprirent pas du tout, c’est vrai, après tout ils se connaissaient depuis quelques années maintenant. Euron l’avait toujours assimilé à quelqu’un de réservé, voir de très coincé, elle ne semblait jamais s’amuser, prendre son pied ou autre. Il y avait même quelques paris derrière son dos comme quoi elle serait encore vierge, peut-être étonnant pour une femme naviguant sur un navire fer-né de son âge, mais soit. Le Timbal avait parié qu’elle l’était, trop coincée qu’elle était, il l’imaginait mal prendre son pied avec un autre. En tout cas, le fer-né explosa de rire, tapant du poing sur la table, même si ce n’était pas ce qu’elle recherchait, elle l’avait fais bien rire pour le coup,  ses yeux roulèrent dans ses orbites, désabusé. Il calma son fou-rire pour se concentrer de nouveau sur Heda.

« Peut-être que tu devrais te laisser aller alors, Heda ! Après tout, Yoren ne s'en privera avec notre nouvelle reine très prochainement, je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas en faire autant. » avait-il dis, tout sourire, il sous-entendait bien entendu que le lien particulier qui liait la Renarde Sanglante à Yoren serait mis à mal par ce mariage. Bien qu’il cherchait surtout à la taquiner encore davantage pour qu’elle sorte enfin de ses gons, il ne voulait pas la blesser. Toujours en la fixant, il but une nouvelle gorgée de bière. Il faisait toujours attention aux paroles de Yoren, il parlait bien, c’était important pour un leader, d’autant plus qu’il était roi maintenant, il saurait remonter le moral de ses troupes. Le capitaine était plutôt joyeux qu’elle approuve sa dernière proposition, il lui donna une tape dans le dos avant de quitter le banc. « Tu vois, ça me fait plaisir de t’entendre dire ça, Heda ! » Après s’être levé, il alla remplir rapidement une chope vide, ne souhaitant pas faire la queue, il bouscula les riverains pour se faire une place. Il retourna ensuite aux côtés d’Heda pour venir poser la bière juste en face de la Renarde Sanglante en commentant. « Une d’avance pour être certain que tu ne vas pas tomber à sec et pour que tu puisses profiter un peu de la soirée ! »

Il reprit sa place, trinqua avec elle et désignant l’estrade, il demanda son avis à la conseillère du roi.   « Alors, qu’est ce que tu penses de notre future reine ? »  

Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Dim 26 Aoû - 22:53


Hard Men Rule the WorldMon regard se perdait dans les ondulations des flammes qui dansaient dans leurs cages métalliques. Le feu était par nature beau et envoûtant, captivant mon regard. Durant quelques instants tous les bruits environnant disparaissaient très loin de ma conscience, comme si un voile épais filtrait le son. Je n'étais plus incommodé par toutes ces voix, ni même par la vision de Yoren et sa promise. Plus rien ne pouvait m'affecter, j'étais enfin en paix.

Cependant, le magnifique mélange de couleur du brasier disparaissait par intermittence, me sortant malgré moi de mon état second. Devant mon regard, Yoren et sa promise partageaient confortablement une danse au milieu des tables. La musique qui accompagnait la danse représentait parfaitement l'état d'esprit qui s'imposait à moi en voyant Yoren dans les bras d'une autre femme. Je devais avouer qu'il s'était plutôt rapidement remis de la peine que nous partagions ensemble il y a de cela encore quelques jours. Aujourd'hui plus que tout, je doutais de la sincérité de ses mots. J'étais peut-être la seule ici à souffrir par sa faute. J'avais offert ma virginité à Yoren lors d'un coup de tête, enivré par ses doux mots que j'avais attendus durant bien trop d'années. Maintenant je regrettais amèrement. Je me sentais trahi, par lui mais surtout par moi-même. Je regrettais de m'être livrée à lui, de lui avoir cédé à quelques jours de son mariage. Il m'arrivait même de penser que j'aurais préféré lui laisser regretter toute sa vie de n'avoir jamais pu me posséder. Mon regard se faisait dur et glacial à l'encontre du couple royal.

Mon regard changea brusquement en étant surprise par Euron Timbal, tapant du poing sur la table. Je lui lançais un regard interrogateur, tandis qu'il tentait de calmer un fou rire. L'espace d'un instant je me vexais de son attitude, lui envoyant un regard courroucé.

- "Je ne suis pas Yoren moi, je..." - dis-je en coupant ma phrase avec une note de regret.

Les paroles du Fer-né était vraies, totalement vraies. Sans le savoir il me rappelait à quel point j'avais été faible face à un débauché comme Yoren. Mon meilleur ami ne se priverait pas de cul-butter toutes les femmes dans les environs jusqu'à son mariage, et je n'étais qu'une femme parmi d'autres. Je détournais le regard, n'ayant plus grande envie d'évoquer ce sujet sensible pour le moment. D'une certaine façon je fuyais la discussion. Une choppe de bière fut déposé devant moi par Euron, m'incitant à trinquer avec lui. Je bus une longue gorgée de ma choppe tout en écoutant la question du guerrier à côté de moi. Je remarquais que nous étions dangereusement plus serrés sur le banc, me forçant à être épaule contre épaule avec le brun. Je n'aimais pas particulièrement le contact physique, mais j'étais obligée d'accepter celui-ci pour échapper à mon second voisin. Cette situation désagréable avait au moins le mérite de me partager un peu de la chaleur d'Euron afin de réchauffer mes membres grelottants.

- "Je n'ai pas d'avis constructif et impartial à son sujet." dis-je d'un ton morne avant d'avaler une autre longue gorgée de bière.

© 2981 12289 0

Spoiler:
 



           
There will be peace when you are done
“Swift as a deer. Quiet as shadow. Quick as a snake. Calm as still water. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords.”


Dernière édition par Heda Volmark le Lun 27 Aoû - 17:22, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère du Roi Yoren Hoare
Âge du Personnage: 24
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Messages : 509
Membre du mois : 37
Célébrité : Alycia Debnam-Carey
Maison : Volmark
Caractère : ▪▪ Flegmatique ▪▪ Pessimiste ▪▪ Raisonnable ▪▪ Pointilleuse ▪▪ Forte ▪▪ Timorée ▪▪ Rigoureuse ▪▪ Renfermée
En tuer un pour en terrifier un millier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Lun 27 Aoû - 15:54

Hard men rule the worldLa brune aux yeux céruléens était aussi à Buron, son sexe lui interdisait de combattre, mais elle avait risqué sa vie face aux chevaliers d’Orys. Et à la guerre, lorsque les hommes étaient simplement tués, les femmes étaient violées avant de rejoindre leurs pères, leurs frères et leurs époux. Alors peut être valait-il mieux mourir vite, les armes à la main, que de subir le sort qui lui aurait été réservé si les cavaliers légers envoyés par Harren ne l’avaient pas sauvée in-extremis. Elle savait pourtant pertinemment ce qui lui arriverait si elle était prise, mais elle était restée au nord du champ de bataille, faisant face aux chevaliers du Prince bâtard sous une pluie de traits d’arbalete. Pourquoi ? Parce qu’elle ne pouvait ordonner le repli, les hommes du Prince Bâtard auraient tôt fait de les rattraper et de les réduire en bouillie. Elle aurait pu partir et les laisser crever, mais une Princesse ne fuit pas le champ de bataille tant que sa présence est plus utile que son exfiltration. S’ils étaient suffisamment courageux pour se battre, elle le serait pour rester avec eux quitte à tomber avec eux. Elle n’avait suivi vers l’arrière les soldats envoyés pour s'extirper de la nasse des mourants que parce que si elle avait refusé, ils seraient morts aussi.

La Princesse avait gardé l’espoir qu’Harren lance son attaque tout de suite et sauve le plus possible d’hommes, mais il n’en fut rien. En se retournant, depuis le flanc de la colline où elle allait trouver refuge, elle les avait vus se faire engloutir sous l’avancée implacable des Peyrdragonniens et en avait eut la nausée. Mais néanmoins, elle s'était tenue aux côtés des hommes que Joren avait, lui, abandonné, Riverains et Fer-nés qui avaient suivi le traître et qu’elle avait tenté de sauver. Certains d’entre eux étaient là ce soir, des survivants, après Buron et Eysine. Elle les chercha du regard. Avaient-ils donc déjà tout oublié ?

La veuve n’était certes pas présente à Eysine, mais ça n’était pas un choix, son choix avait, encore une fois été d’essayer de leur éviter un nouveau massacre. Que d’échecs et d’actes manqués, que de regrets et d’amertume. Mais il n’était pas l’heure de ressasser, il était temps d'observer, de prendre la température, de se frayer un chemin, de se faire une place dans l’histoire à venir. Qu’importe le passé, tant que je suis en vie, je peux oeuvrer. Demain peut être, Yoren, décidera de me tuer, mais demain, j’aurais les clés pour l’en dissuader. Et après demain, je pourrais poursuivre mon dessein et réussir maintenant ce que j’ai raté hier.

Myria regarda le couple Royale danser un moment avec nostalgie.
Pardonne moi Joren, je meurs chaque jours un peu plus de ne pas t’avoir à mes côtés, de t’avoir oté la vie et le droit à un avenir, quel qu’il soit. Tu as été le cavalier de mes nuits et de mes jours, le seul homme que j’ai jamais vraiment aimé. La passion animait chacune de nos minutes passées ensemble, c’était ainsi que nous étions vivants toi et moi. Et je meurs sans ta passion qui animait la mienne, je m’éteins doucement telle la flamme d’une bougie consumée dans la nuit. Nous nous disputions souvent, mais jamais comme cette dernière fois où nous nous sommes parlés. Mon amour, si seulement j’avais su, à cette époque, tout ce que je sais aujourd’hui. Je n’aurais pas mis en doute tes actions et nous n’en serions pas arrivés là. Je t’aurais suivi, quoi qu’il m’en coûte, même si c’était de la folie, parce que c’était ta folie. J’ai cru que tu étais fou, mais bien au contraire, tu étais le plus lucide d’entre nous, et tu n’avais pas peur, ou peut-être avais-tu peur, mais tu avais la force de n’en rien montrer. Pas moi. J’avais trop peur, peur de ton père, peur de tout perdre, peur pour ma vie et celle de nos enfants, peur de ne point avoir de couronne. Quelle imbécile !

La main de la veuve se serra avec rage sur le pied de sa coupe.

Je t’aime Joren, et contrairement à toi, je suis en vie. Alors je te promet, si je survis à tout cela, je te promet que je ferais tout pour que le rêve que tu as fait et que je partageais se réalise. Ce sera Yoren et non toi qui montera sur le trône, ce sera lui qui fera éclore ce renouveau, si nous ne sommes pas tous anéantis, mais je serais là pour l’aider comme j’aurais dû être à tes côtés pour te soutenir et non t’accabler de reproches et de colère dissimulant ma peur. Ma pénitence pour t’avoir arraché à la vie, au Conflans et à mon coeur, sera de voir une autre monter sur le trône que tu me destinais.  

La brune ferma les yeux alors que les larmes lui piquaient le nez et sourit en dansant avec son défunt bien aimé dans un songe de sa composition, la musique l’emmenait vers l’endroit où reposait Joren et elle le retrouvait là, entre la vie et la mort, pour que la mélodie les emporte loin d’une réalité trop cruelle pour leur amour éternel.
Lorsqu’elle ouvrit à nouveau les yeux, ils étaient secs et brûlaient d’une nouvelle ardeur. Elle se leva et trinqua avec les Seigneurs attablés avec elle ainsi que les Ladies présentes.

__ Nous tiendrons, pour nos défunts et pour les vivants, pour nos hommes, pour leurs épouses et leurs filles, pour nos fils. Nous tiendrons car l’Empire, je vous le dis car je l’ai vu, veut nous exterminer, tous, jusqu’au dernier. Torrhen est fait du même acier glacial et impitoyable que feu notre Roi Harren. Ce Roi là - elle désigna Yoren - vous offre quelque chose de plus beau, mais il ne peut y arriver seul, c’est à nous tous de construire le Royaume que nous voulons dans le futur dont nous rêvons.
[size=40]©️️[/size] 2981 12289 0




Dernière édition par Myria Hoare le Mar 28 Aoû - 2:28, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1174
Membre du mois : 5
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Vénale ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Aimante
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Lun 27 Aoû - 20:09

Hard men rule the world
Amertume, vil étouffoir de nos rêves ! Comme j’avais du mal ce soir à te repousser loin de mon coeur, à t’empêcher de le corrompre du noir poison de la haine. Un autre avait ma couronne et la destinée de mon peuple entre ses mains. Mais devais-je l’en tenir responsable alors que je l’écoutais nous narrer combien il n’avait pas souhaité ce titre et le poids écrasant qui allait avec ? Devais-je blâmer un fils pour les erreurs d’un père ? Non, le seul responsable de ce gâchis, de ces massacres, le seul responsable de la mort de mon père, le Prince Joren, c’était celui que nous célébrions ce soir.  Quelle ironie de rendre hommage à celui qui nous avait tous tant pris et coûté en pertes humaines, en fierté, en honneur, en amour ? Harren le Noir, tyran, sans cœur et sans âme. Bourreau des riverains, prenant les terres et les femmes avec la même facilité pour les annexer, les mettre dans son lit. Terreur de ses fils, joug du peuple, narcissique pervers et manipulateur.

Ainsi tandis que mon oncle glorifiait son défunt père duquel, moi y compris nous portions le deuil, je psalmodiais mentalement toutes les tournures ordurières que je pouvais trouver pour qualifier feu mon grand-père, certaines glanées dans le campement en écoutant les conversations des Fer-nés et notamment lorsque ils parlaient avec amour de Torrhen Braenyon. «  Pourriture décadente- vieux sac d’os grisâtre à la tête trop branlante pour porter sa couronne- amateur de petites filles – félon du cœur de ta descendance – déserteur  de l’amour paternel – trousseur de gueuses-  fou amoureux de lui-même – fossoyeur de ta propre lignée- bourreau de ton peuple – pisse froid et chie debout – lécheur de catins – broyeur de rêves – hyène à la queue desséchée – empaleur de vierges – chien des enfers – putride monarque aux couilles scrofuleuses »  Puis je conclus ma litanie afin d’écouter plus attentivement mon Roi par un toast  murmuré «  Va brûler en Enfer Harren le Noir ! Plutôt crever que de boire en ton honneur !»

En revanche, je voulais bien boire à nos morts et les honorer en compagnie de ces vaillants Fer-nés et de ces courageux Riverains, qui, les uns comme les autres avaient payé le prix fort les folies d’un mégalomane. Je voulais bien boire à Helena Bracken dont l’ascendance masculine était tombée aux mains de l’ennemi et qui deviendrait apparemment ma tante par alliance, une bien belle tante qui ravissait la couronne de ma Mère. Je voulais bien boire à Heda Volmark, dont j’admirai plus encore la réserve silencieuse et la fierté farouche, la beauté sauvage et naturelle, une guerrière à l’état brut, une femme de tête et de cœur.

Et plus que tout, je voulais bien boire à la santé de ma Mère revenue d’entre les morts, couverte de l’opprobre de la trahison. Des comptes seraient à demander quant au sort qu’elle réserva à mon père, mais je ne pouvais nier que la revoir m’emplissait d’un soulagement indicible et m’ôtait une chape de chagrin du cœur, je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter en la voyant si amaigrie et avec ce masque de souffrance sur le visage.

Malgré son état déplorable, elle conservait une beauté poignante et une dignité jamais prise en faute et je la voyais se passionner pour l’éloquence de Yoren, Je la voyais déjà projetant sa nouvelle place auprès de lui, flattant les uns, réconfortant les autres, tentant déjà de travailler dans l’ombre à l’événement des idées de mon oncle, qui je le savais, n’étaient pas très éloignées des siennes, mais comble de l’ironie et de l’injustice, encore moins des paroles que j’avais entendu sortir de la bouche de mon père, les rares fois où nous avions le loisir d’avoir une conversation profonde. « Un bon Roi doit s’oublier Beron. Il doit voir plus loin que le passage qu’est sa vie dans son Royaume. Il doit voir même au-delà de sa descendance. Sans le peuple nous ne sommes rien. Nous montons sur le trône à la faveur de notre naissance ou par un exploit au champ de bataille, mais ce qui doit rester après notre mort, c’est ce qui sert le peuple chaque jour que le Dieu Noyé nous accorde. La lame fait un Roi mais l’amour en fait LE ROI dans le cœur de son peuple. N’oublie jamais ça Beron. »

Mais la mention de mon nom me sortis de cette réminiscence douloureuse. Comme un clin d’œil paternel au delà de la mort, j'entendis mon oncle annoncer qu'il me faisait son héritier présomptif. Cela voulait dire peu et beaucoup à la fois. Peu parce que mon oncle ne tarderait pas à avoir descendance et son fils serait l'héritier direct, beaucoup parce qu'il m'incomberait de toute façon de le seconder dans ce cas, et que si je n'étais pas maintenu à l'écart du pouvoir, alors mon père ne serait pas mort en vain et Mère n'aurait pas sacrifié tant de choses en vain. J'inclinai la tête avec retenue, remerciant discrètement mon oncle de l'honneur qui m'était accordé et continuai à observer en silence les réactions de chacun. Yoren avait marqué les esprits avec son éloquent discours à n’en pas douter, mais il m’avait surtout marqué moi. Il parlait comme un Roi. Il parlait comme aurait pu le faire Joren le traître. Je levai ma coupe pour saluer la justesse de son discours. Une larme resta figé au pli de ma paupière tandis que le visage de mon père dansait devant mes yeux.

Alors que mon oncle se levait pour danser avec celle qu’il avait choisi pour future reine, alors que les Fer-nés s’amusaient bruyamment, et qu’un de leur capitaine tentait de dérider la belle Heda, je dardai sur ma mère un regard brûlant et, me saisissant une à une des coupes laissées à moitié pleine par la tablée désertée par mes voisins qui dansaient, je les descendis une à une. Et peut-être bien que si mon statut ne me l’avait interdit, je serais allé m’enivrer à la table des guerriers du Sel et du Roc. Mais peut-être que mon sang de Roc et de Sel serait le plus fort et que je jetterai aux orties la respectabilité riveraine pour aller me saouler à mort. Après tout, il fallait bien grandir un jour.

 
©️ 2981 12289 0

Spoiler:
 




Fiche ~ Liens ~ RPs ~ Corbeaux ~ Absences ~ Histoire longue (à venir)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Sel et du Roc
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 69
Membre du mois : 16
Célébrité : Nathan O'Toole
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Nerveux ▪▪ Obstiné ▪▪ Violent ▪▪ Agile ▪▪ Hyperactif ▪▪ Combatif ▪▪Distant ▪▪ Rusé ▪▪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://visionimaginary.kanak.fr/
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Mar 28 Aoû - 20:59



Helena Bracken


Helena Braken, Fiancée de Yoren Hoare pour le banquet du Conflans où Yoren annonce officiellement son union prochaine avec elle. La jeune femme a subi les changements et les pertes causées par la guerre dans le Conflans, elle a vu les siens se déchirer et finalement son grand-père prendre position contre Harren Hoare au profit de Joren, le prince félon. Aujourd'hui, il est temps de prouver que la famille Bracken est restée fidèle au Roi des Rois malheureusement disparu et malgré la surprise qui a été la sienne à la demande en mariage de Yoren, elle a accepté autant de s'unir à cet homme que le rôle qui serait le sien ensuite.
 


Un jour nouveau se levait pour le Royaume des Fleuves et du Crépuscule, un jour nouveau qui était auréolé d'or par la prise de pouvoir de Yoren Hoare comme nouveau souverain. Helena ne manquait pas de fixer avec attention chacun de ses gestes, elle écoutait attentivement chacune de ses paroles comme si c'était un précieux trésor, comme si c'était le souffle d'un vent frais qui s'engouffrait sur le campement, un air venu tout droit de la mer qui pouvait d'un seul coup d'un seul prendre en puissance et arriver à s'abattre sur les côtes telle une tempête violente et dévastatrice avant de retrouver son calme d'apparence. La mer pour autant n'était jamais calme, l'eau ne dort jamais, se mouvant, se dépliant et vous emmenant au fond du gouffre en un claquement de doigt. Oui, elle croyait aux paroles que Yoren avait prononcé, il avait cette force et cette puissance en lui, celle qu'on ne voyait que chez les véritables souverains, ceux qui avaient ça dans le sens et que Yoren ait été un Pyke ne changeait rien à cela. Ce n'est pas parce qu'on naissant entre des cuisses bien plus mal dotées que celle dans lesquelles Joren ou Eren avaient pu voir le jour, que cela définissait automatiquement l'homme que vous alliez devenir par la suite. De plus aujourd'hui, ce qu'il restait du Conflans, qu'il avait eu en héritage de son père Harren Hoare, après sa défaite contre celui qu'on appelait Empereur, la fausse reine des Sept Couronnes et leur dragon cracheur de feu, ainsi que des ïles de Fer, tout cela était à lui et rien qu'à lui, il était tant pour lui de décider de ce qu'il allait faire de ses hommes, de ses femmes, de ce peuple qui le soutenait encore et qui donnerait sans aucun doute sa vie pour lui s'il jouait les bonnes cartes et leur inspirait la confiance qu'elle, elle avait déjà en lui. Joren avait trahis son père et par la même occasion les Hoare, et le Conflans. Elle ne manqua pas d'en vouloir pleinement à son grand-père et à son père pour leurs attitudes respectives lorsque l'ancien prince avait pris la décision de s'opposer ouvertement. Ils étaient tous les deux dans les prisons de l'Empire à présent et même si cela pouvait procurer du chagrin à la jeune femme, c'était leurs sentences pour le chemin qu'ils avaient tous les deux décider de suivre. Les Sept ne laissaient jamais les impunis s'en tirer et s'il y avait bien une chose qu'elle détestait c'était la trahison. Quant à Eren, même si elle gardait une position favorable, elle était maintenant attachée au Bief par son mariage et cela changeait quelque peu les choses. Alors Yoren était le seul, et il était à ses yeux le seul capable dans tous les cas à refaire naître ce Royaume des cendres encore fumantes.

Pour autant, Helena ne manquait pas de se questionner sur les raisons de ce mariage. Oh, elle n'aurait refusé pour rien au monde même si elle s'était délectée de faire patienter son futur époux pour lui donner la réponse, elle n'était pas femme si facile et si elle n'était qu'une Dame du continent, qu'on se plaisait à moquer alors qu'une Fer-Née aurait sans doute été mieux placé aux côtés du nouveau souverain, elle ne manquerait pas de faire ses preuves et de faire vivre un enfer à quiconque prétendait qu'elle était une personne faible. Cependant, après la trahison du seigneur de la maison Bracken avec la complicité de ses fils, elle n'aurait jamais cru qu'on lui aurait proposé une union et la couronne qui allait avec … Le nom de la famille Bracken avait été souillé, même elle le reconnaissait et même si elle s'était montrée fidèle à Harren Hoare, elle et le reste de sa famille, que les hommes de sa maison avaient à nouveau changer de camp, c'était un grand honneur pour elle. Et elle ne manquait pas de ce souvenir de ce moment où les deux s'étaient rencontrés, déjà trois ans auparavant … Elle avait parlé avec passion, se souciant peu de ce qu'on dirait d'elle, il y avait une certaine liberté à discourir avec lui, il avait été vrai et elle avait été tout aussi franche dans ses paroles, dans ses actes. Il lui avait plu dès le départ, mais à l'époque il n'était pas question de nouer quoique ce soit avec lui, Helena n'était pas certaine que cela aurait été du goût de son grand-père d'accepter son mariage avec un bâtard même si celui-ci était de sang royal et il n'était pas plus certain que cela aurait effleuré l'esprit de Harren d'organiser une telle union. Les choses étaient véritablement étranges quand la situation changeait drastiquement. Ce qui n'était clairement pas pour lui déplaire. « Vous n'êtes pas seul mon ami … Les miens seront reconnaître la véritable valeur de l'homme que vous êtes et la force du projet qui est le vôtre. Vous êtes un Hoare, mais avant toute chose vous êtes Yoren, Roi des Fleuves et du Crépuscule, vous portez avec vous un projet nouveau et c'est ce qu'il leur faut. Croyez-vous que nous pouvons faire confiance à ce Tully … Quant je pense que j'ai pu avoir de l'admiration pour cette Alysanne lorsque j'étais enfant … Ils ne méritent que de se balancer au bout d'une corde, ou de les observer se noyant progressivement, attaché à un des boutres des Îles de Fer … Promettez moi une chose, quand nous parviendront à les atteindre … Laissez moi lui trancher la gorge que le Dieu Noyé puisse s'abreuver de son sang. » Elle lui fit un clin d'oeil complice, elle avait murmuré tout cela à son attention, même si sa voix était pleine de conviction.

Cependant, ils étaient aussi là ce soir pour pouvoir en profiter, et célébrer leurs fiançailles et elle n'avait pas envie de passer sa soirée, assise sur sa chaise à regarder les autres en profiter. Alors elle demanda à Yoren s'il voulait et son regard se fit malicieux quand elle entendit sa réponse. « Mais si je vous ai fais attendre mon Roi c'est pour que vous me désiriez encore plus ! Et il semblerait que cela ait parfaitement fonctionné … Sur ce coup-là vous avez perdu et j'ai gagné. Attendez vous à ce que cela se reproduise ! » Elle lui fit un clin d'oeil avant qu'ils ne viennent se placer pour pouvoir danser. Elle ne manqua pas de lui prendre les mains sur l'instant pour les poser sur le bas de ses reins, de convenance ou non, elle avait besoin de se sentir proche physiquement de lui, elle avait besoin du contact de sa peau contre la sienne et même si elle avait été à l'initiative de ce geste, elle ne manqua pas de frissonner. Les paroles qui suivirent lui fire monter quelque peu le feu aux joues et surtout une intense chaleur dans le creux de son cœur et dans le creux de ses reins, elle se rapprocha un peu plus de lui, s'accrochant à son fiancé avec force. Elle se mordit un instant la lèvre avant de le fixer avec intensité, leurs visages proches, et leurs lèvres prêtes à se toucher à se frôler pour autant elle se mit à murmurer à son attention. « Qu'il soit terrible que je sois une femme de principe et que je vous oblige ainsi à patienter jusqu'à la nuit de noces … Je ne peux vous promettre que nous gagnerions ce combat politique, mais sachez une chose c'est que je serais à vos côtés pour se faire et je ne manquerais pas de vous montrer avec ferveur, l'intensité de mon engagement dans notre lit conjugal. » Elle reprit une très légère distance, un espace nécessaire pour pouvoir tourner le regard vers sa sœur et elle sourit doucement. « Je sais combien je peux compter sur mon oncle, et sur les valeurs que ma sœur a pu avoir … Il se pourrait que je m'inquiète un peu plus de vos hommes qui sous l'effet de l'ivresse ne vienne à ternir sa vertu … Quoi que je n'ai qu'une hâte c'est que vous vous occupiez de la mienne... » Elle se mit à rire doucement.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 1526
Membre du mois : 11
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Jeu 30 Aoû - 2:30



La réponse que murmura ma fiancée à mes oreilles me tira un sourire à la fois amusé et empreint d'une satisfaction sauvage qui ne pouvait que provenir de mon sang insulaire. Je fus tout d'abord énormément touché qu'elle m'affirme que les riverains sauraient se montrer sensibles à mon éloquence que j'avais acquise dans les rangs de la flotte de fer en dirigeant ma propre escadrille ainsi qu'en observant ce grand spectacle qu'était toute cour royale les rares fois ou j'avais pu prétendre à un peu de repos dans les vastes batiments d'Harrenhall en sempiternelle construction. Ma vision pour ce royaume était désormais le feu qui m'animait et que je sois damné par le Dieu des Tornades lui mème si je perdais cette flamme. Je ne doutais pas que les seigneurs riverains sauraient reconnaitre la part des idées de feu Joren tout comme une partie des idées politiques de son épouse Myria Hoare ma belle soeur cependant j'étais celui qui incarnais désormais cet ambitieux projet et qui ferais tout pour le voir s'accomplir. Je faisais mien et remaniais à ma manière ce qui avait déjà emporté leur adhésion quelques mois plus tot. Les lords riverains loyalistes n'avaient de toute manière pas le choix nous étions dans une situation critique et nul ne savait si nous serions encore là demain. 

Pourtant, plutot que de leur rappeller ce simple fait qui suffirait en soit à les faire se souder je souhaitais gagner leur loyauté de toute ma sincérité et ma fougue verbale de par la description de ce nouveau royaume qui ne connaitrait plus jamais de situation comme celle-ci car reposant sur une base politique plus solide que la terreur causée par un seul homme sur tout un peuple. Demain serait sanglant. Demain serait sombre mais nous incarnerions une lumière d'un feu ardent face à la menace d'un empire se présentant sans cesse comme le parangon du bien commun alors que ses actions contredisaient cet idéalisme de facade. Oui demain serait apre et probablement plus tragique qu'aujourd'hui mais demain serait notre car nous n'avions d'autres choix que de vaincre. C'était cela ou disparaitre et avec nous cette vision politique qui m'obsédait depuis la débacle d'Eysines. Je vous remercie pour votre soutien Helena. C'est ce que j'espère de toutes mes forces ma chère car ce projet que je souhaite incarner comme une alternative crédible face à un empire vengeur et hypocrite se batit dès ce soir et chaque jour sera comme une pierre supplémentaire à l'édifice. 

Ce soir ce sont les fondations d'un nouveau royaume que je veux voir émerger de cette agréable soirée parce que demain il sera déjà trop tard. Non, ma promise je ne pense pas que nous puissions avoir confiance en ce Tully. Il a trahit et n'accepterait jamais de faire machine arrière quand bien mème je pourrais lui offrir ma mansuétude. Il hait ma maison et mon peuple au point qu'il préfère jeter à bas l'honneur que l'on prète à sa maison en se prostituant à l'envahisseur étranger ayant sur sa conscience plus de sang riverain qu'aucun autre ennemi du royaume. Il ne reculera pas. Nous admirons certaines personnes parfois et parfois ces dernières nous décoivent finalement. Oh, mais je vous laisserais trancher toutes les gorges que vous voudrez ma reine. Vous parlez déjà comme une véritable Hoare je n'aurais pu faire de meilleur choix. 

(...)

Alors que je dansais langouresement avec l'ainée de la maison Bracken au mépris de l'étiquette car je sentais son désir de se presser contre moi, un désir que je partageais particulièrement. En effet mylady vous m'avez vaincu sur ce coup là car je ne vous désire que bien plus. On m'avait pourtant toujours enjoint à me méfier des charmes des continentales. Je ne sais pas si cela doit me ravir ou m'inquiéter mais j'imagine que je le découvrirais bientot. Le clin d'oeil complice que m'adressa ma fiancée me tira un large sourire solaire un peu canaille, de ceux que j'avais esquissé des centaines de fois dans des situations relativement similaires cepedant cette situation ci n'avait rien d'ordinaire et Helena n'était aucunement une femme comme les autres aux miens. Tandis que nous valsions doucement au rythme lancinant et enivrant bien qu'empreint de tragédie douceureuse de la mélopée continentale à mi chemin entre la plainte langoureuse et les larmes rageuses mais silencieuses, je savourais pleinement ce contact corporel né de cette proximité qui aurait pu paraitre indécente selon les moeurs puritaines d'un royaume du continent. Cependant au vu du contexte particulier ainsi que de nos réputations respectives je doutais que les lords, chevaliers et dames loyalistes de ma cour ne s'offusquent grandement de cette attitude jetant la bienséance aux orties. 

Nous pouvions mourir demain. Dans un contexte politique aussi critique tout pouvait aller très vite, trop vite aussi pouvait on me jeter la pierre de me montrer fidèle à ma nature ? Tout en laissant mes sens s'imprégner d'Helena, de la fragance délicate émanant de son cou à la texture probablement soyeuse de ces longs cheveux rebelles je laissais un nouveau sourire parer mes lèvres en la voyant s'empourprer suite à mes aveux directs et sans concession. La Bracken semblait s'embraser contre moi et l'homme que j'étais ne pouvait décemment pas ètre insensible à cette délicieuse réaction. Celle-ci s'accrocha soudainement à moi avec plus de vigueur encore et je sus qu'attendre la nuit de noce serait une torture. Cette force avec laquelle elle s'agrippait à mon cou me plut immédiatement sans que je ne puisse ètre capable de dire pourquoi. Nos visages n'étaient désormais plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre et je n'avais qu'à me pencher pour prendre possession de ses lèvres désirables. Je crus succomber et n'ètre plus capable de me controler en la voyant se mordre la lèvre inférieure tandis que nous nous fixions avec une ardeur dévorante mais je parvins à ne pas craquer de justesse. 

Vous n'imaginez en effet pas à quel point il me coute de devoir savourer votre présence parfaite sans pouvoir me délecter de l'ambroisie que vous ètes à mes yeux lady Bracken. Je ne puis qu'admirer la femme que je me suis choisi pour reine au vu de ces principes et de la valeur que vous leur accordez bien que je suppute plutot une tentative de me rendre fou. Un bref rire rauque, intense et brulant franchit prestement mes lèvres tandis que je devais lutter contre l'envie de jouer avec ses cheveux. Mylady, vous me laissez sans voix. Vous n'avez pas changé en ces trois années pour mon plus grand bonheur. Je n'aurais su me résoudre à livrer ce combat plus qu'incertain et potentiellement mortel avec une autre que vous à mes cotés. Alors que je m'imaginais déjà dans un contexte encore plus bouillant et sulfureux avec ma promise, celle ci se recula légèrement afin de pouvoir diriger sa tète vers sa soeur. Tète qui s'illumina d'un sourire léger tandis qu'elle me confiait ses inquiétudes. Ne vous inquiétez nullement ma chère, mes fers nés sont peut ètre sauvages mais aucun d'eux n'oserait se risquer à pareille opprobe car ils savent bien à quel point le requin noir peut se montrer cruel si la faute est exemplaire. D'ailleurs, dame ma future belle mère veille autant que ser Erwann aussi je vous assure que Cassandra ne craint rien bien qu'il vaudrait peut ètre mieux en effet que les plus innocentes des membres de ma cour ne s'éternisent guère dans les environs. 

Un rire crystallin passa les lèvres malicieuses de ma promise tandis que je la fixais d'un regard carnassier un sourire amusé aux lèvres. Puisse ce supplice insoutenable qu'est l'attente de pouvoir vous faire mienne plaire aux dieux afin que ceux ci bénissent notre union et nous assistent dans la guerre sacrée à venir. Car par le Noyé madame je n'ai jamais autant souffert de la proximité d'une femme qu'en ce jour. Terminant cette communion mélodieuse avec ma divine promise, je m'écartais d'elle à contre coeur sans lui lacher la main comme une promesse que cette danse ne serait que la première d'une longue lignée. Mais également parce que la présence de celle-ci contre la mienne constituait un soutien discret mais réconfortant que je n'avouerais jamais m'ètre nécessaire mais qui pourtant l'était. Avisant la mine renfrognée de ma Renarde Sanglante, j'eus un pincement au coeur eu égard à notre nuit passée et aux aveux qu'elle avait vu se dresser comme des ombres aussi aiguisées que ne l'étaient toujours les regrets dans notre relation autrefois éclatante. Oh ma Heda. Ne prends pas mon attitude pour du mépris car ce n'en est absolument pas. 

Mais nous avions tous notre role à jouer dans cette pièce tragique dont l'issue semble déjà écrite en notre défaveur. J'aurais du comprendre ton inclinaison depuis qu'Arianne Martell m'avait ensorcelé sur le Requin Noir. Mais en quoi cela aurait il altéré le cours du destin ? Ton silence est aussi coupable que le poids de cette couronne. Autant que mon attirance irrémediable et mystérieuse pour ma future reine. Mon regard se porta sur ma belle soeur qui s'était levée et trinquait en mon honneur avec des riverains lords et ladies. Nos regards se croisèrent un instant et son allocution me prouva que Myria devait vivre comme je l'avais décidé depuis l'annonce de son arrivée à Pierremoutiers mais que j'avais gardé pour moi jusqu'à ce soir. Mes seigneurs, commandants, capitaines, chevaliers, compagnons, braves. Mes dames, demoiselles, conseillères, guerrières, éclats de ma cour toutes aussi braves. Parce qu'un souverain juste doit savoir pardonner et faire preuve de magnanimité je vous annonce la grace royale et le pardon que j'accorde à ma belle soeur, la princesse Myria Hoare. Vous connaitrez bien vite les raisons justifiant mon choix mais pour l'heure je tiens à conclure par le fait que si un souverain doit savoir se montrer bon, il doit parfois se faire impitoyable. 

Et impitoyable je le serais avec les félons ayant offerts les clés du royaume à nos ennemis séculaires. Il n'y aura pas de pardon pour les traitres ayant déshonorés nos terres et leurs rangs en s'inféodant aux puissances étrangères suprématistes se servant d'eux comme un outil politique et un bouclier humain. Il ne saurait y avoir de pardon pour ceux ayant vendu leur fierté et leur loyauté aux bourreaux du peuple riverain et fer né. Cette terre est notre et nous le leur prouverons ! Le Bief de ma sœur arrive pour nous soutenir et j'ai déjà pris des mesures pour tenter de décider les dernières puissances neutres à nous rejoindre dans ce combat contre l'hydre impérial menaçant de tout engloutir sur son passage ! Une fois mon ultime estocade placée j'abandonnais ma cour à la surprise la plus complète concernant Myria et aux élans de mon discours guerrier pour me focaliser de nouveau entièrement sur Helena que je ne tardais pas à entrainer dans une nouvelle danse.

The end for me:
 



Maison Hoare des Fleuves et du Crépuscule

Toujours il y eut cette clameur:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Fleuves et du Crépuscule
Âge du Personnage: 23
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Messages : 860
Membre du mois : 11
Célébrité : Alexander Ludwig
Maison : Hoare
Caractère : ▪▪ Conquérant ▪▪ Débauché ▪▪ Tacticien ▪▪ Alcoolique ▪▪ Charismatique ▪▪ Brutal ▪▪
From bastard to a king. My flame will burn them all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Jeu 30 Aoû - 18:04

Hard men rule the world
Après son éloge à Yoren, Myria croisa le regard de son fils et ne sut ce qu’elle y lisait. Etait-ce de la haine ou du défi ? De l'amour, du soulagement ou de la nostalgie ? Elle fronça les sourcils en le voyant terminer, à la va vite, toutes les coupes à demi bues qui étaient à sa portée. À n’en point douter, il pensait la même chose qu'elle. Joren aurait fait un grand roi si les événements ne l'avaient pas poussé à commettre l’irréparable. Mais surtout, malgré les regrets, le chagrin et le pouvoir qui leur échappait, ils avaient une infime chance, avec Yoren, de voir les rêves de son demi-frère se réaliser. Cette chance était leur salut, et il fallait la saisir à tout prix, pour le Royaume, pour les Fer-nés et les Riverains. Elle se resservit et leva sa coupe en direction de son fils, dardant sur lui un regard sévère. Elle but d’une traite, elle aussi aurait aimé pouvoir se soûler, mais elle ne devait pas perdre de vue deux choses : elle avait un rôle à jouer et elle était en sursis. Alors… pas aujourd'hui.

Nous ne mourrons pas aujourd'hui, mon fils.

La veuve dirigea son regard vers deux personnes qui étaient présentes à Buron, mais qu'elle avait mis du temps à reconnaître. Euron Timbal, un ami de Yoren qu’elle savait être un intolérant dévot du Dieu Noyé. Heda Volmark, la seconde du Roi dont elle ne savait pas grand chose. La musique fit place à un silence plein de rumeurs, de rires gras et d’éclats de voix issus de la fête qui battait son plein. Mais son coeur amer pleurait de n’avoir pas su protéger Joren de lui même, ni sauver ses fils. Plus que tout ; parce que nulle vie ne vaudrait jamais les dizaine de milliers sacrifiées sur l’autel de la vengeance aveugle entre Torrhen et Harren ; elle pleurait pour son peuple. Ces hommes, femmes et enfants qu’elle n’avait pas pu préserver de la guerre. Mais désormais, il était trop tard pour la paix, trop de haine, trop de sang versé, il fallait vaincre ou mourir. Perdue dans les sombres méandres de ses pensées et de ses remords, elle fut cueillie par l’annonce de son souverain.

La grâce royale ?

La brune aux yeux azurs qui, un instant plus tôt, faisait tourner le vin dans sa coupe en observant la manière dont le liquide rouge coulait sur les paroies en argent comme s’il s’était agit du sang de ses ennemis s’arrêta net et manqua de faire tomber sa coupe. Elle fixa Yoren d’un regard plein de questions. Se jouait-il d’elle ? Avait-il compris sa folle entreprise ? Était-ce leur dernière rencontre, après Buron, son attitude durant le Conseil qui venait de lui sauver la vie. Pas les années de mépris dues tant à l’attitude d’Harren pour mettre ses fils en compétition qu’à son statut de bâtard.

La surprise était totale, trop pour laisser place à la gratitude, pour le moment en tout cas. Myria était bien trop choquée pour prendre la mesure du brouhaha que sa grâce suscita dans l'assemblée. Elle se rendit compte seulement qu'elle avait arrêté de respirer un peu trop longtemps et prit brusquement une grande inspiration. Ouvrant grand la bouche comme un nouveau né qui prend sa première goulée d’air dans le monde terriblement plus dangereux que le ventre maternel, elle venait de renaître. Elle mit un genoux en terre pour le remercier d’un geste généralement réservé aux hommes, mais elle se fichait des convenances en cet heure sombre et elle n’avait pas le coeur à faire une putain de révérence. Elle baissa la tête pour cacher ses larmes. S’il s’avérait être l’homme qu’il semblait être, il méritait bien cet égard qu'elle n’avait jamais réservé qu’à ceux qu’elle respectait profondément.

Mais ce nouveau souffle fut de courte durée, l’angoisse de sombres lendemains la prit à la gorge tandis que la jeune femme attendait l’ordre où un geste pour se relever. Oh pas ceux qu’ils connaîtraient tous bientôt, la guerre revenant et fauchant leurs rêves et cette douce trêve qui les rassemblait tous sous la bannière d’un nouvel espoir. Ceux la, elle ne les craignaient pas, tout au contraire, elle les attendait avec l'énergie du désespoir, car au bout du compte, seule la mort les délivrerait. Mais ceux auxquels feu le Roi des Rois l’avait condamnée. Et si cette grâce inespérée était une manoeuvre de sa part pour mieux l’humilier. L’ombre d’Harren et la manière dont il l'avait traitée après Buron planait comme un aigle menaçant au dessus de leurs mortelles carcasses. Elle se méfiait, elle ne pouvait pas faire autrement, elle ne savait plus faire confiance, comment le pourrait elle après avoir vécu si longtemps à la cour du Noir. Elle n’arrivait pas vraiment à y croire, pas à se réjouir totalement, la peur était comme un serpent qui lui serrait doucement la poitrine. Cruelle aurait été la fin qu'il lui aurait réservée, comme celle de croire que l’on est sauvée et pardonnée pour se voir retirer chaque chose auxquelles on tient avant de mourir, enfin.

La suite du discours de Yoren fit craindre le pire à la Hoare quant à son propre sort. Pourtant, il avait raison, entièrement raison. Son coeur de mère qui avait trop longtemps pardonné tout le monde et voulut, à tout prix, réunir le royaume à nouveau ne le savait que trop bien. L’heure n’était plus au pardon. Une vengeance froide et implacable coulait à présent dans ses veines, malgré la douleur qui serait sienne quand elle verrait la tête de ses anciens amis tomber. Jamais elle n’oublierait, tout comme pour Joren, l’amour et l’amitié, la joie et la loyauté. Mais l’évidence dictée par le grand blond était comme une lame glacée s’enfonçant doucement dans sa colonne.

J’ai tourné le dos à mon Prince, j’ai tourné le dos à mon Roi, mais jamais je n’ai tourné le dos à mon peuple. Oui Yoren, nous le leur prouverons.

Le visage de la veuve s’assombrit et son regard emplit de tristesse se posa sur le Roi, puis sur Beron. Aux deux, elle devait des excuses et, de toutes ses forces, continuer d’oeuvrer pour le meilleur, même dans la pire situation. Au premier, malgré la méfiance qui subsistait en cet instant, elle était prête à sacrifier ses ambitions personnelles s’il continuait, comme en ce jour, de se comporter en Souverain. Pour le second, elle n’avait que du sang et des larmes, mais il portait en lui toute la force de son père et il en ferait meilleur usage, elle y veillerait.
[size=40]©️️[/size] 2981 12289 0

Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 1174
Membre du mois : 5
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♦ Ambitieuse ♦ Diplomate ♦ Vénale ♦ Pragmatique ♦ Maligne ♦ Aimante
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Sam 1 Sep - 17:59





Hard Men Rule
the World


Mise à Jour
Suite au test demandé par Yoren sur la réhabilitation de Myria, les résultats sont nuancés. Personne ne vient contredire le Roi. Personne ne remet en question la décision. Mais quantité de messes basses. Dans la confusion qui avait suivi la révélation de la présence de la Princesse à Vivesaigues par les espions d'Harren, personne n'a oublié que personne, pas même Yoren, ne s'était alors élevé pour la défendre. Personne n'a oublié les intrigues de la Princesse, et sa position toujours ambigüe autour de Joren et Harren. La décision est acceptée, mais pas sans messes basses.

Myria qui a demandé un test pour "prendre la température" des riverains, échoue totalement dans sa mission. On ne lui oppose que des mines fermées, des politesses creuses. Les regards et attentions se tournent surtout vers la Bracken... Myria n'arrive pas à obtenir les informations désirées.

Déroulement concret

  • Cette mission durera jusqu’au 31 août 2018 inclus.
  • Vous pouvez poster une page word maximum par réponse, et merci de laisser 2/3 joueurs entre chacun de vos réponses Smile
  • PAS d’ordre de passage. Vous faites comme vous voulez tant que vous respectez la règle ci-dessus.
  • Seul vrai impératif ; indiquez en spoilers où vous vous trouvez globalement et à qui vous parlez. That’s it.


Inscrits
- Yoren Hoare
- Heda Volmark
- Myria Hoare
- PNJs à venir ?
Si cette mission vous intéresse, vous pouvez la rejoindre en vous rendant simplement dans ce sujet pour exposer votre idée
 

     
©️ Crédit Dyxie


Dernière édition par Le Cyvosse le Sam 1 Sep - 18:42, édité 2 fois
avatar
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 9105
Membre du mois : 1972
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Sam 1 Sep - 17:59

Le membre 'Le Cyvosse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 20' : 7
avatar
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 9105
Membre du mois : 1972
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   Sam 1 Sep - 18:26

Test Myria
avatar
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 9105
Membre du mois : 1972
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Hard Men Rule the World   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Hard Men Rule the World
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» God Save the queen- English Rule the world and I speak English
» everybody wants to rule the world
» Everybody wants to rule the world { HARLAN
» (Alastar) everybody wants to rule the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown ::  :: Le Conflans :: Pierremoutier-
Sauter vers: