Partagez | 
Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche
MessageSujet: Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche   Mar 19 Juin - 13:14

An 1, Mois 4, fin Semaine 02
à Fort-Darion

Dès qu’elle avait reçu les partitions, dont celle qui lui est destinée, Yesaminda avait ressentie l’urgence de mettre un son sur les notes que Rhaenys avait couché sur parchemin à son intention. Elle a longtemps tergiversé et elle est certaine de ne vouloir que personne ne l’écoute jouer, quelque chose qu’elle réservait uniquement à son fils auparavant. Rhaenys l’avait poussé à jouer lors de son mariage et Yesaminda s’était exécutée, bon gré mal gré, peu convaincu d’être à la hauteur, heureusement elle connaissez l’air qu’avait entamé l’Impératrice et s’était prêté au jeu. Mais avec une partition dont elle ignore, la jeune musicienne refuse de se donner en spectacle inutilement.

A ce sujet, elle a toujours eu une certaine pudeur, par manque de confiance ou parce qu’elle a toujours réservé cela pour ses proches. Mais Rhaenys éveille une confiance en elle que la guérisseuse ne se soupçonnait pas en dehors de ses compétences de guérisseuse dont elle ne doute jamais. L’Impératrice souhaite destiner sa musique à une personne en particulier, tout au moins elle ignore encore à qui elle le sera, donc Yesaminda ne peut pas jouer cette partition en sachant que beaucoup de personnes peuvent être susceptible de l’entendre.

Comme à son habitude, elle s’est levée avant le lever du soleil pour prier les Chantelunes sous les rayons de l’astre lunaire, puis s’était éclipsée en dehors de la sécurité de Fort-Darion. Si elle est suivie par un des hommes assignés à sa garde, il se fait si discret qu’elle ne le voit, ni ne l’entend. L’astre solaire entame avec douceur sa remontée quand elle considère s’être suffisamment éloignée pour être certaine de ne pas être entendu. C’est alors qu’elle s’empare de sa vièle et commence à jouer les notes couchées sur parchemin.

La jeune femme ignore combien de temps il lui faut pour maîtriser la partition, le fait est que le soleil est assez haut dans le ciel quand elle est enfin satisfaite d’elle-même. Ses doigts se posent avec adresse et légèreté sur la tête de l’instrument tandis que l’archet glisse sur les cordes pour former le son que Rhaenys s’est imaginée. Les yeux clos, elle écoute la musique, et s’emploie à rendre le tout plus harmonieux en se faisant plus gracieuse. Au fur et à mesure, elle s’impatiente de jouer avec son amie pour entendre la totalité de l’enchantement.

“Que fais-tu là fer-nés ?” Yesaminda écarquille les yeux et cesse tout quand elle entend du bruit dans son dos, le coeur battant alors qu’elle se croyait seule, elle se retourne. Elle n’avait pas soupçonné sa présence, pourtant, un garde l’avait bel et bien suivi et respecté son intimité tandis qu’elle apprenait la partition. Ce dernier s’était interposé entre elle et un inconnu, sa main sur la garde de son épée, prêt à dégainer. Quant à l’inconnu, elle le trouve fort impressionnant, intimidant, elle finit par le reconnaître. Salfalaise. Celui-là même qui avait investi les lieux avant de se rendre.

“Je l’ai invité.” Intervient-elle sur une impulsion. Il s’agit d’un mensonge, Yesaminda ne se le permettrait jamais et le garde est assez malin pour ne pas la croire et ne pas baisser sa garde, mais il ne peut l’accuser de mentir. Elle offre toutefois un répit au fer-nés qui ne devrait pas se trouver là. Que fait-il ici alors qu’il devrait se trouver sous bonne surveillance de Lord Darry ? Ce dernier n’est peut-être pas loin. Quoi qu’il en soit, la guérisseuse ne sera surement pas témoin d’une confrontation, pas si elle peut l’éviter.

La jeune femme croise le regard cristallin du repenti et hausse un sourcil. S’il avait l’intention de s’enfuir, ce n’est pas elle et son garde qui l’en empêcheront, si au contraire, il cherchait simplement de la tranquillité, elle lui offre une occasion inouïe. Elle n’est pas sans savoir l’enlèvement de ses filles, bien que les détails de ce dernier lui sont obscurs. Yesaminda a conscience que cette invitation est dangereuse, Salfalaise a déjà prouvé que c’est un roublard, malgré tout, il s’est rendu. Il a peut-être le droit à une seconde chance.





avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Forel // Guérisseuse de l'Empire // Suivante et sage femme de l'Impératrice
Âge du Personnage: 22
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 266
Membre du mois : 12
Célébrité : Nina Dobrev
Maison : Forel
Caractère : Bornée ▪▪ Passionnée ▪▪ Exubérante ▪▪ Attentionnée ▪▪ Autoritaire ▪▪ Érudite ▪▪ Tourmentée ▪▪ Généreuse ▪▪ Espiègle ▪▪ Romantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche   Dim 22 Juil - 13:12

Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche
C'est une étrange impression qui vous retient éveillé. L'on somnole, on pense pouvoir oublier et pourtant vos yeux ne cessent de s'ouvrir pour vous rappeler qu'ici ou ailleurs il n'y a plus aucune garantie, aucun endroit ou se sentir en sécurité. Les premiers rayons du soleil vinrent cueillir le fer-né. Mes rugueuses phalanges viennent frottés mes yeux fatigué par cette nuit trop courte d'une journée à poursuivre la reconstruction de Fort-Darion. Parfois le doute persiste, il s'installe sur cette décision que j'avais prise dans des circonstances ou seul un fou aurait préférer réduit en charpie. Que pouvais-je bien dire ou faire désormais ? Le sort en était jeté, il me permettait jusqu'ici de rester en vie et c'était là une récompense suffisante quand je percevais encore en haut des murs les corps de mes compagnons suspendus la corde nouée autour de la nuque. Je me suis habitué, cela ne change pas grand chose à mon quotidien car après tout je suis un fer-né. Les récentes nouvelles auxquelles j'étais confrontés persistaient à me retenir en arrière. Rattaché à un foyer que j'avais autrefois passé mon temps à fuir pour ne plus y penser. J'étais veuf, ma reddition m'avait coûté l'estime de mes frères, l'emprisonnement de mes filles et Salfalaise réduite en poussière.

Je marche sans but réel, j'erre parmi les silhouettes les plus solitaires. On pourrait dire que je n'étais plus que l'ombre de moi même. Lord Salfalaise avait laissé quelques regrets dans cette guerre. L'hydre noire c'était laissée finalement prendre au piège mais, pour combien de temps encore tout cela durerait-il ? Il l'ignorait, ses filles étaient dorénavant le dernier ancrage au delà de la mer, de son île, de cette archipel. L'aube se lève, ses rayons transpercent mystérieusement le ciel dans une région qui ne connaît habituellement que les pluies torrentielles. Alors j’entends cet air de musique. Je crois rêver à l'écoute des premières notes. Je tend l'oreille pour écouter plus attentivement et me dirige spontanément vers celle-ci. À quelques mètres plus loin se tient un homme, c'est un soldat tout comme moi. Mes yeux se plissent, le dévisage et je ressent chez moi cette même hargne et haine qui me mena à combattre quiconque se dressait sur mon chemin. Que qu'imaginiez-vous ? Les mauvaises habitudes ont la vie dures. Néanmoins je n'en fis rien. Me confronter ainsi face à un vulgaire pantin et tout gâché après ce que j'avais fais ne rimerait à rien. Je penche ma nuque sur un côté et observe la silhouette affinée, légèrement posée à quelques mètres plus loin. Outre le fait de se retrouver nez à nez face à une curieuse assemblée, une jeune femme douée de talent pour la musique et ce garde impériale dont j'aurais bien claqué le faciès une fois ou deux. Se sont ses paroles, ce timbre de voix spontané et ce mensonge éhonté dont je fus assurément surpris de voir ce curieux bout de femme déclarer.

Mon faciès fermé s'entrouvrit, les sourcils froncés je laissais un visage plus calme et serein face à la soldatesque qui me séparait de mon étrange bienfaitrice. « Tu as entendu la lady. » Déclarais-je dans un geste la désignant mes yeux céruléens allant de cet homme un peu bourru à cette fragile créature. Je le gratifiais d'un sourire narquois, avançant d'un pas puis un autre pour finalement passé lentement mais, sûrement aux côtés de cette femme mes mains bien évidence pour ne pas aggraver le mécontentement de son garde fou. Je m'accroupissais non loin d'elle, quelques centimètres tout au plus inspirant profondément en observant l'horizon. Puis d'un œil furtif je toisais celle-ci. Un léger sourire au coin des lèvres, j’espérais ne pas l'importuner dans cet art qu'elle exerçait pour un fer-né telle que moi à merveille. La pigmentation de sa peau était assurément plus chaude que la mienne. Ses yeux bruns, et sa chevelure brune la rendait bien plus ténébreuse d'une certaine manière. La forme de ses lèvres épousaient à merveille les traits de son visage, ses joues, son nez et ses sourcils formaient le tout dans une beauté imperfectible. J'expirais l'air d'entre mes lèvres, bien plus propre sur elle que je ne devais l'être ce n'était guère une femme taillée pour la guerre. Je tendais mon cou auprès d'elle chuchotant furtivement un simple « Merci. » Dans un sourire que j'arborais aussi curieux qu'énigmatique auprès de cette inconnue. « Je t'en prie, continue. » Lui lançais en pointant de deux phalanges l'instrument dont elle jouait. « Je ne cherchais aucunement à t’interrompre étrangère. » Concluais-je en épiant le moindre de ses faits et gestes.



« The world is changing and we must change with it. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine Salfalaise.
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
L'Hydre noire
Messages : 490
Membre du mois : 71
Célébrité : ft. Travis Fimmel
Maison : Salfalaise
Caractère : ♦ Têtu ♦ Brave♦ Téméraire ♦ Loyal ♦ Mauvais perdant ♦ Spontané ♦ Orgueilleux ♦ Observateur ♦ Imprévisible ♦ Stratège ♦
L'Hydre noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche   Ven 17 Aoû - 9:55

An 1, Mois 4, fin Semaine 02
à Fort-Darion

Si Rhaenys ou son oncle apprennent qu’elle se met inutilement en danger en “invitant” ce fer-né, Yesaminda recevra sûrement un sermon de leur part. Et ils l’apprendront, le garde qui l’a si discrètement suivi ne manquera pas de leur faire un rapport dès qu’il en aura l’occasion, mais il existe une infime chance que tout se passe bien et qu’il garde cette rencontre pour lui. Quoi qu’il en soit, il n’est pas dupe par l’initiative de sa protégée et ne cautionne pas, mais il laisse passer l’importun. Et ce dernier profite de l’occasion donnée et semble s’en amuser.

Elle le regarde venir, le fer-né se donne même la peine de laisser ses mains en évidence, ce qui n’enlève rien de sa méfiance à l’égard de ce Général. Il l’impressionne, elle serait une imbécile de ne pas le craindre et elle ne s’en cache pas. Salfalaise n’inspire aucune confiance, mais est-ce qu’un Général accepterait de sacrifier une partie de ses hommes si ses intentions ne sont pas sincères ? Prendrait-il le risque de pendre autant d’hommes juste pour se donner du temps supplémentaire ? La guérisseuse espère que non.

Elle reste sur ses gardes comme il s’accroupit près d’elle. Trop proche, trop familier, il l’observe et la jeune femme fait un gros effort pour ne pas laisser paraître ce qu’il lui inspire. Elle a rencontré de tout à Braavos, des gens de tout horizon, certains plus amicaux que d’autres, elle sait quand être prudente, comme maintenant. Le fer-né la remercie, Yesaminda s’imagine qu’elle avait raison, qu’il avait simplement besoin d’un coin tranquille. Puis il passe directement au tutoiement, elle repose son instrument sur ses genoux, signifiant par là qu’elle n’a pas l’intention de poursuivre.

“Je vous ai donné une occasion d’avoir la paix, non de m’écouter jouer ne vous en déplaise.” Elle ne s’est pas éloignée du castel pour le plaisir d’être seule. Elle savait bien qu’au moins un garde la suivait, elle n’a pas vraiment le choix à vrai dire, mais à choisir entre un ou plusieurs, le choix est vite fait. Il n’était pas prévu qu’un homme s’invite, encore moins un prisonnier de guerre. C’est ce qu’il est aux yeux de tous, même s’il prétend être du côté de l’Empire. Sauf que la guérisseuse voit au delà, elle ne condamne pas dans la mesure où il obéissait à des ordres, même s’il lui inspire que la crainte.

“A vos yeux, tout êtres nés en dehors de vos îles sont des étrangers ? Ou bien ma réputation me précède ?” S’enquit-elle avec un haussement de sourcils. Les rumeurs se répandent vite, mais elle vient d’arriver avec la suite Durrandon et Gardener, pour autant qu’elle sache Salfalaise avait déjà fort à faire avec la reconstruction de Fort-Darion pour s’intéresser à une simple femme guérisseuse qui s’emploie à venir en aide à ses victimes.





avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Forel // Guérisseuse de l'Empire // Suivante et sage femme de l'Impératrice
Âge du Personnage: 22
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 266
Membre du mois : 12
Célébrité : Nina Dobrev
Maison : Forel
Caractère : Bornée ▪▪ Passionnée ▪▪ Exubérante ▪▪ Attentionnée ▪▪ Autoritaire ▪▪ Érudite ▪▪ Tourmentée ▪▪ Généreuse ▪▪ Espiègle ▪▪ Romantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche   Dim 2 Sep - 16:48

Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche
Mes yeux se baladaient sur sa silhouette, sur l’environnement de cette citée que j'avais pour quelques nuits faite mienne. En revanche je ne pouvais croire que tout cela finirait sans être parsemé de sel. Je n'avais guère les manières les plus civilisés dans cette affaire. Je ne cherchais rien qu'un peu de repos, un endroit ou ils n'y auraient pas tous ces regards figés sur ma tête. Une question taraude mon esprit, je ne saurais comment exprimer ce que cette jeune femme m'inspire. Si elle laisse croire que je ne serais pas la cause de cette retenue aussi docile, que la peur ne la faisait pas quelques peu se sentir fragile. La peur n'a pas de définition propre. Elle se ressent dans son regard, j'avais sillonner les mers, ôté la vie à des centaines d'hommes et de femmes et j'avais pu entrevoir cette même lueur de crainte à mon égard. Je ne suis pas là pour être perpétuellement juger par ma condition car elle ne définit pas qui je suis réellement aux yeux de tout ces pauvres gens.

Vivez dans la peur, cela ne vous évitera pas de la croiser au tournent. La mienne est ici, quelque part en moi mais, j'ai pris cette habitude que d'autres n'ont pas. Je l'accepte comme une part, un morceau de moi. J'arborais un maigre sourire observant quelques minutes de silence face à ses dires. Je laissais glisser sa première parole, elle était sur la défensive rien de plus mais, il est vraie que j'appréciais les quelques notes qui m'avaient attirés jusqu'ici me confrontant à ce garde qui m'était hostile. Qu'importe finalement si elle jouait ou non de cet instrument de musique, j'étais ici pour trouver un coin un peu plus tranquille. Sur mon île j'avais tout le loisir d'être en paix, de pouvoir vagabonder ici et là sans trop avoir à réfléchir. Le souvenir de mon fief me faisait ressentir une certaine douleur étreignant mon cœur et serrant ma poitrine. Je ne perdais pas en vue ma terre natale, mes origines, mon peuple et tout ce que j'avais choisis de subir et d'accomplir pour survivre.
« Nous sommes tous des étrangers sur cette terre. » Feintais-je dans une démarche plus désinvolte que docile, après tout on ne se refait pas. Nous sommes ce que nous sommes et si je pouvais bien laisser paraître cette allure d’apprivoisement docile, l'animal était encore bel et bien présent. « Quel est ton nom ? » Questionnais-je continuant de laisser mes yeux épier celle-ci en expirant l'air frais de mes poumons.



« The world is changing and we must change with it. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine Salfalaise.
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
L'Hydre noire
Messages : 490
Membre du mois : 71
Célébrité : ft. Travis Fimmel
Maison : Salfalaise
Caractère : ♦ Têtu ♦ Brave♦ Téméraire ♦ Loyal ♦ Mauvais perdant ♦ Spontané ♦ Orgueilleux ♦ Observateur ♦ Imprévisible ♦ Stratège ♦
L'Hydre noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la chance tourne, tout riche peut devenir pauvre, et tout pauvre riche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ▬ Heather
» L'Histoire de Harold Charles, un pauvre haïtien devenu riche
» Astuce pour etre aussi riche que Cresus ?
» Parce qu'on peut devenir des handicapés quand on veut
» Il y a un temps pour tout [Pomona]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Fort-Darion
-
Sauter vers: