Partagez | 
Let me help you
MessageSujet: Let me help you   Lun 18 Juin - 19:40

Garlan n’avait guère compté les jours écoulés depuis leur arrivée dans la capitale impériale, il se fichait bien du temps qu’ils passeraient ici. Depuis plus de dix ans, il suivait à la lettre les directives de Kevan et encore aujourd’hui, il lui obéirait aveuglément. S’il décidait de repartir vers le Sud du jour au lendemain, alors il le suivrait sans traîner les pieds, afin de l’aider à retrouver ce qui lui revenait de droit. Il combattait uniquement pour lui, pour le roi du Bief Fédéré, il se posait encore trop de questions sur cet Empire qui semblait si mystérieux à ses yeux. On ne pouvait pas dire qu’il servait cette entité corps et âme, il se déclarait uniquement « impérial » parce que son ami avait juré loyauté à l’Empereur et Impératrice, voilà tout. Il se ferait sa propre opinion. Et c’est grâce à des rencontres qu’il arriverait à se la faire.

Il ne savait pas pour combien de jours ou mois ils resteraient à Fort-Darion, son ami avait probablement de très nombreuses choses à régler, notamment avec les dirigeants de l’Empire avant de repartir. Peut-être lui ferait-il part de ses plans, ou pas, il s’en moquait bien. Garlan ferait quand même tout son possible pour soutenir et conseiller son roi du mieux qu’il le pouvait. En tout cas, ces derniers jours avaient été forts chargés, il n’avait pas eu le temps de souffler. Et il ne voulait pas, il était hors de question de se reposer sur ses lauriers en restant assis sur son épée. Non, il n’était pas de ce genre là, il restait actif, enchaînant les entrainements avec ses compagnons d’arme, ne souhaitant rien perdre de son talent à l’épée avec ces derniers mois passés sans bataille. Il escorta également son roi lors de quelques-uns de ses déplacements, l’endroit semblait sûr. Cependant il savait que la capitale regorgeait de fer-nés il y a un mois à peine et la ville en portait encore les stigmates, il préférait donc faire preuve d’un minimum de prudence.

Le chevalier avait également profité de ces derniers jours pour commencer à visiter un peu la ville, se familiariser à son environnement, après tout, vu qu’il ignorait pour combien de temps encore il était ici, c’était nécessaire. Il allait même de temps à autre faire un tour à cheval dans les alentours, on lui avait conseillé d’être vigilant, car la Néra était proche et on l’avait informé du fait que des meutes de loups sévissaient et que ces dernières étaient loin d’être farouches ! En tout cas, il n’hésitait pas non plus à côtoyer la populace locale, il s’agissait de gens de l’Empire, en plus de faire connaissance, c’était un bon moyen de savoir ce qu’ils pensaient de leurs souverains. Et pour le moment, il n’avait eu que de bons retours, bien que le fait, que la capitale impériale eut été prise, temporairement soit, semblait laissé un goût amer pour certains. Qui l’aurait cru après tout ? D’après ce qu’il avait entendu, le stratagème employé pour la prise de la ville avait été très astucieux, de quoi berner les défenseurs locaux en tout cas.

Garlan s’était levé de bon matin, il n’était pas vraiment du genre à traînasser au lit, à part lors des lendemains de soirées un peu trop arrosées. Mais guère d’événement de ce genre depuis son arrivée, il se levait donc tous les jours avec le lever du soleil et parfois légèrement avant. Ce matin, en absence d’écuyer pour le faire, il avait pris le temps de nettoyer tout son équipement et d’aiguiser ses lames. Encore une fois, nul danger en vue, mais il souhaitait être prêt si jamais un combat devait survenir. Il alla également demander à son roi s’il avait besoin de ses services pour la journée ou même pour une seule heure, mais rien de cela. Le chevalier pensait alors qu’il allait passer une journée on ne peut plus banale, comme toutes celles depuis son arrivée dans la capitale. Bien que son arrivée en compagnie de Lady Forel fut on ne peut plus délicieuse. Cela lui donnait des idées d’ailleurs. Le Bieffois allait s’enquérir de ses nouvelles ce jour et continuait à lui faire la cour, chaque moment passé en sa compagnie était on ne peut plus délectable et savoureux.

Finissant une discussion avec deux locaux dans la cour de la Porte Sud, il constata qu’une importante troupe entrait dans la ville. Ces bannières, il avait appris à les reconnaître, il s’agissait de celles de l’Empire. On en remarquait d’autres également, des maisons vassales de l’Empereur et l’Impératrice, bien que certaines bannières lui fussent inconnues, c’était des alliés, et c’était l’essentiel. Garlan se posait pas mal de questions : étaient-ce les forces ayant combattues pendant la bataille d’Eysines ou  s’agissait-il d’autre chose ? Apercevrait-il l’Empereur et l’Impératrice ? S’il s’agissait de l’armée ayant mis fin au règne despotique du Noir, alors toutes les portes de la ville devaient être franchies à l’heure qu’il est. Garlan se mit sur le côté et scruta le convoi qui passait, de multiples chariots, une innombrable piétaille et un grand nombre de cavaliers.

Dans la troupe, une personne attira son attention. Une très jolie blonde aux traits tirés par la fatigue, elle semblait exténuée et pour ne rien arranger, elle portait un petit coffre qui semblait tout de même peser son poids ! Ni une, ni deux, il se dirigea vers elle pour lui prêter assistance. Que cela fût-ce une femme ou non, il se refusait à rester les bras croisés alors que quelqu’un semblait avoir besoin d’aide. Mais il fallait avouer que sa volonté était d’autant plus renforcée vu qu’il agissait une dame. Arrivé à sa hauteur, elle ne semblait pas l’avoir remarqué, surement que la fatigue obscurcissait ses sens et qu’elle ne prêtait plus autant d’attention à ce qui l’entourait. Il vint positionner ses deux mains sous le coffre et se dressa devant elle en s’annonçant tout en la fixant dans les yeux: «- Si vous me le permettez, gente dame, je vais vous décharger de ce fardeau. Vous semblez exténuée, êtes-vous sûr que tout va bien ? » L’avait-il questionné d’un ton bienveillant, ne souhaitant guère qu’elle fasse un malaise, là, juste devant lui.

Il regarda les hommes de la troupe qui passèrent à côté d’eux et n’hésita pas à déclarer à haute voix pour qu’ils entendent : « Il est fort dommageable de constater qu’il n’y a plus guère de gentilshommes prêts à assister une dame lorsque cette dernière a besoin d’assistance.   » Garlan eut le droit à quelques mauvais regards en retour, qu’il n’hésita pas à maintenir le regard, il était hors de question de se défiler, après tout, lorsqu’il trouvait que quelque chose était anormal, il n’hésitait pas à exprimer le fin fond de sa pensée. Concentrant à nouveau son attention sur la jeune femme, il lui adressa un sourire chaleureux et la questionna de nouveau en attendant qu’elle veuille bien lui céder la charge du coffre. « Dites-moi, gente dame, d’où venez-vous donc ? Vous semblez avoir effectué un bien long voyage. Étiez-vous avec les forces de l’Empire à Noblecoeur ? »  


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Goldwyne
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1097
Membre du mois : 173
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me help you   Dim 1 Juil - 21:28

Let me help you
Ft Daena R & Garlan G


Le départ pour Fort-Darion était arrivé plus vite que prévu. Était-ce car je n'avais plus r réellement la notion du temps qui s'écoulait ou car cette nouvelle me réjouissait tellement que les journées me semblaient êtres plus courtes ? Je n'avais pas la réponse à cette question, mais voir ce camp de fortune dans lequel s'était amassé les centaines de blessés me donnait un peu de baume au cœur. Mon travail me plaisait, il était valorisant et utile pour tous. Néanmoins, le cumul des heures sans dormir commençait à peser lourd sur les épaules d'une jeune femme de ma stature et l'idée d'un peu de repos en vue me donnait encore suffisamment de forces pour tenir sur mes deux jambes. Jusqu'à quand ?

Durant des jours et des nuits, j'avais mis mon savoir-faire en matière de soins au service des soldats. De la simple entaille à recoudre aux éviscérations nauséabondes, j'avais gardé la tête haute en toute circonstances. Mains habiles pour soigner ou sourire radieux pour accompagner ces hommes dans leurs derniers soupirs, la mort n'avait plus rien d'effrayant à mes yeux et même si je ne parvenais toujours pas à cautionner ni approuver la guerre et ces infâmes combats qui laissaient derrière eux des corps inertes, les récentes victoires de l'Empire dans lesquelles j'avais indirectement contribuées m'apportaient beaucoup de satisfaction.

Dès le petit matin, à une heure bien trop avancée, un premier voyage en direction de Fort-Darion prit la route. Je me joignais à eux, le sentiment d'une libération imminente plein la tête. Pour autant, mon corps commençait à se rebeller et l'esprit ne faisait plus son travail, j'étais à bout de forces et ce long voyage promettait d'être des plus douloureux pour mes muscles engourdis par la fatigue. Ce visage souriant et plein d'entrain qui me caractérisait en temps normal n'existait plus. A sa place se trouvait une mine blanchâtre, des yeux soulignés de larges cernes et un sourire crispé qui n'avait plus rien de sincère. Comme je l'avais redouté, la route fut longue et éprouvante. A bout de bras, je tachais de ne pas faire chuter le petit coffre qui m'avait été confié. Celui-ci était léger, mais au fil des heures il me paraissait de plus en plus lourd. Enfin, nous arrivions à destination. Les portes de la ville étaient toutes proches et nous ouvraient grand leurs bras, ces derniers mètres firent l'objet d'un ultime effort et à peine étions nous arrivé que le décors qui nous entourait devenait de plus en plus fou. Mes phalanges se crispèrent sur le coffre avant de sentir mes jambes défaillir sous mon propre poids et en une fraction de seconde, je fus libérée de ma charge. Toujours debout, sans vraiment savoir pourquoi, je parvins à reprendre mes esprits et distinguer la silhouette d'un homme tout proche qui s'était emparé de la malle avant que je ne m'écroule au sol. Qui était-ce ? Après tout ce temps coupé du monde, il n'était pas impossible que je ne parvienne plus à reconnaître d'anciennes connaissances, mais le visage de cet homme ne m'était pas familier...

« Tout va bien... enfin.. je crois. Merci pour votre aide. »

Je tentais de faire bonne figure afin de ne pas passer pour la petite faible de la troupe et honorer les drapeaux de l'Empire qui nous entouraient. Toutefois, je restais lucide sur la situation et l'état de mes yeux allaient sans doute me trahir malgré ma bonne volonté. L'homme en question ne manqua pas de lancer une réprimande à l'attention de tous les autres, ce qui me fit sourire. Enfin ! Enfin quelqu'un qui se souciait de ma petite personne. Sa galanterie était appréciable après tout ce temps passé à servir les autres, c'était à mon tour, l'espace de quelques minutes.

«  C'est bien ça. Le voyage depuis Noblecoeur a été éprouvant, votre intervention tombait à point nommé. Sans vous, je serais probablement allongée au sol à l'heure où je vous parle. Au fait, à qui ais-je l'honneur ? »

Inconsciemment, j’espérais ne pas faire de bêtises en posant cette question.


(C) MR. CHAOTIK




"«  Feu, Sang et Hiver »"

Daena  Redwyne ~ Velaryon

♛ by endlesslove.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady, soignante
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 212
Membre du mois : 4
Célébrité : Claire Holt
Maison : Peyredragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me help you   Mer 4 Juil - 22:24

Le petit coffre n’était pas bien lourd, oui il était même plutôt léger. Cependant, si elle avait fait tout ce long voyage en portant ce contenant, il pouvait très bien imaginé que les forces avaient dues lui manquer à la longue et que la fatigue avait pris peu à peu le pas sur sa détermination. Le jeune homme, lui, était en pleine forme, il avait même énormément d’énergie à revendre, autant dire que porter ce coffre n’allait pas l’épuiser et puis si ça pouvait faire plaisir à quelqu’un, il faisait une pierre, deux coups. Garlan essayait de se demander ce qu’il pouvait bien y avoir dedans. Une idée traversa son esprit pendant un instant, il pouvait secouer le coffre afin d’essayer de deviner ce qui y était entreposé. Mais il abandonna cette pensée lorsqu’il se dit qu’il pouvait y avoir des éléments fragiles, comme du verre par exemple, sait-on jamais. Il ne souhaitait guère endommager la marchandise, surtout que pour le coup il risquait de s’attirer par la même occasion les foudres de la jeune femme qu’il venait à peine de rencontrer, ça serait dommage.

Pour l’instant, il gardait ses deux mains sous le coffre, mais s’ils étaient amenés à avancer, alors il penserait à le glisser sous un de ses bras, il était suffisamment léger pour cela. Peut-être qu’elle transportait des objets en relation avec une quelconque activité professionnelle qu’elle exerçait ou bien il s’agissait de ses effets personnels. Le Bieffois la scruta rapidement de bas en haut pour essayer d’accumuler des indices sur qui elle pouvait être. Il fit vite pour prendre le minimum d’informations dont il avait besoin et pas suffisamment pour qu’elle  ait l’idée qu’il était en train de se rincer l’œil. Ce n’était clairement pas son intention, il serait assez gêné si elle croyait cela. Ses vêtements étaient un peu crottés et usés, probablement par le long voyage qu’elle avait entrepris. Il ne réussit pas à identifier un quelconque blason qu’il connaissait. Enfin, il ne connaissait pas toutes les maisons à l’extérieur du Bief, il est possible qu’il ait raté quelque chose qui aurait dû être flagrant.

Tout allait bien, tiens donc… Elle allait donc devoir s’expliquer sur la faiblesse qu’elle venait d’avoir, la fatigue se remarquait rien qu’en la regardant, alors non quelque chose n’allait pas.  «Je ne vous connais guère, veuillez donc m’excuser pour ma franchise, mais si ce n’est que vos yeux cernés et vos traits tirés, je suis obligé de vous contredire, vous n’allez point  bien, vous avez besoin de repos. » Elle confirma son hypothèse, elle venait bien de Noblecoeur et avait accompagné le gros de la troupe impériale jusqu’à la capitale. Un très long voyage qui l’avait exténué, elle le reconnaissait maintenant. La nouvelle arrivante souligna le fait qu’elle serait très probablement au sol à l’heure qu’il est sans son intervention. Cette vérité le fit doucement sourire, car elle reconnaissait maintenant qu’elle n’était plus en état, peut-être s’était-elle entêtée au fait de pouvoir porter cette charge jusqu’au bout ? Ou bien peut-être que personne n’avait souhaité l’aider ?   «Il m’a semblé normal de vous porter assistance, je trouve tout de même ahurissant que personne ne l’ait fais avant mon intervention. Me montrai-je trop curieux en vous demandant ce que contient donc ce coffre ? »

Elle souhaitait connaître son identité. C’était ce qui venait en premier généralement, les présentations. Il en avait oublié ses bonnes manières, il en était confus, il se rattrapa le plus rapidement possible en présentant ses excuses pour commencer. «Veuillez m’excuser, j’en oublie mes bonnes manières. » Le port du coffre rendait compliqué le baisemain, elle comprendrait probablement, il se contenta donc d’incliner respectueusement sa tête et se présenta. «Ser Garlan Goldwyne, chevalier juré de sa Majesté Kevan Gardener, roi du Bief. » Les présentations allaient dans les deux sens généralement, il la questionna donc. «Pourrai-je connaître votre identité, gente dame ? » Après tout, il avait envie de savoir à qui il avait à faire, il n’avait jamais quitté le Bief avant sa désertion, peu probable qu’il l’ait déjà rencontré.

Il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour constater que les troupes de l’Empire s’avançaient dans la ville, peut-être qu’ils avaient pour ordre de se rassembler aux portes du castel pour se disperser par la suite ? En tout cas, la longue file d’arrivants ne désemplissait pas et il ne souhaitait pas qu’ils représentent un obstacle à l’arrivée de l’armée. Garlan reporta son attention vers la jeune femme en lui adressant un franc sourire avant de l’interroger un peu. «Vous comptiez vous rendre à un endroit précis en ville à votre arrivée ? Je ne suis pas arrivé depuis fort longtemps, mais j’ai déjà eu l’occasion de pas mal barouder en ville. Si vous le souhaitez, je peux vous servir de guide. Bien que je pense que vous devriez vous asseoir un peu et vous restaurez dans une auberge, cela vous ferez le plus grand bien. Cependant, je comprendrai, après avoir passé tant de temps avec toute cette troupe, si vous souhaiteriez rester seule un moment pour vous reposer.   »


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Goldwyne
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1097
Membre du mois : 173
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me help you   Mar 14 Aoû - 16:10

Let me help you
Ft Daena R & Garlan G


Par galanterie ou véritable envie d'aider son prochain, l'homme brun me délivrait de la charge du petit coffre qui tiraillait tous les muscles de mes bras maigrichons, du haut de ma nuque et du bas de mon dos. Mes derniers kilomètres n'avaient été que souffrance et la cambrure peu naturelle que j'avais adopté pour tenter de me soulager me faisait à présent un mal de chien. Je tentais de garder la face et de faire mine de rien pour ne pas aggraver davantage mon allure négligée.


« Pour être franche, je n'ai aucune idée de ce qu'il y a à l'intérieur. Probablement du matériel médical, nous avons rangé le camp de soin tôt dans la matinée. Je me suis contenté de l'amener à destination en essayant de l'oublier le plus possible tout au long du trajet. »


J'avais chantonné dans ma tête, je m'étais inventée tout un tas de scénarios, je m'étais imaginée mes retrouvailles avec Rhaenys après que l'Empereur m'est personnellement invitée à un prochain repas... bref, j'avais fait tout ce qui était en mon pouvoir pour avancer avec le peu de forces qui me restaient sans me plaindre une seule fois. Le mental, tout était dans le mental ! J'avais une sainte horreur de passer pour une femme faible et pourtant, face au jeune homme, je me dévoilais sans filtres ; épuisée.

Avec un temps de retard , les présentations arrivèrent enfin. J'allais pouvoir mettre un nom sur le visage de celui avec qui je discutais depuis quelques minutes déjà. Garlan Goldwyne, chevalier de Kevan Gardener, le roi du Bief . Si le prénom de Garlan ne m'était pas familier, chose qui me rassura dans un premier temps : je n'avais pas perdu la mémoire en route, l'information suivante me fit l'effet d'une douche froide. J'étais devenue l'épouse de l'un des hommes les plus proches du Roi Gradener et Garlan devait donc très probablement le connaître. Pour faire bonne figure, j'affichais un large sourire assez peu sincère. Je m'étais juré d'être une femme exemplaire pour Aylan, et cela malgré toutes les crasses qu'il était capable de me faire vivre.


« Enchantée Ser Goldwyne. Je suis Daena... Daena Redwyne. J'imagine que vous devez connaître mon époux ? . »


Cette question n'en était pas vraiment une tant je connaissais la réponse à celle-ci. Je voulais tout de même en avoir le cœur net. Que devait-il penser à mon sujet ? Vêtue de vêtements sales et déchirés, mes longs cheveux blonds emmêlés à cause du vent durant le voyage, de larges cernes bleuâtres qui entouraient mes yeux... ce n'était pas l'image que l'on pouvait se faire de la femme d'un homme tel qu'Aylan. Lui qui était si superficiel, attaché à son image... Je baissais les yeux légèrement honteuse et confuse.


« Votre proposition est plus qu'appréciable, j'accepte volontier. Vous savez, j'ai passé les derniers mois en compagnie de cette troupe, jours et nuits. Ils ne m'en tiendront pas rigueur si je m’absente quelque temps pour aller manger. Pour être honnête... Je suis affamée. » Dis-je dans un léger éclat de rire.

Je n'avais pas pour habitude d'être une jeune femme très distinguée, mes expressions parfois familières m'attiraient souvent des reproches. A cet instant précis, je m'en fichais éperdument et salivais d'avance à l'idée de pouvoir avaler quelque chose à manger.  


(C) MR. CHAOTIK




"«  Feu, Sang et Hiver »"

Daena  Redwyne ~ Velaryon

♛ by endlesslove.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady, soignante
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 212
Membre du mois : 4
Célébrité : Claire Holt
Maison : Peyredragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me help you   Dim 9 Sep - 19:31

La curiosité était un vilain défaut comme on le disait si bien, et Garlan se montrait bien curieux avec la jeune dame en face de lui. Après tout, il aurait bien aimé découvrir quel était le contenu du coffre. Il était fort tentant de l’ouvrir pour observer ce qu’il pouvait contenir. Mais il refréna immédiatement cette envie, cela ne faisait guère, il aurait eu l’air d’un bougre et d’une personne manquant complètement d’éducation. Tout le contraire de ce qu’il était réellement, il s’abstint donc. La distance entre Noblecoeur et Fort-Darion était importante, il avait fallu probablement plusieurs semaines de marche pour que l’impressionnante troupe arrive jusqu’ici. Un nombre incalculable de blessés le convoi, ce qui avait dû le ralentir davantage, car certains semblaient peinaient à tenir debout, bien que d’autres étaient allongés sur des chariots, incapable de se mouvoir ou ayant perdu une jambe dans les combats.

Garlan imaginait fort bien que d’autres n’avaient pas pu être déplacés et que les villages aux alentours de Noblecoeur étaient bondés de guérisseurs qui s’occupaient de leurs patients, qui étaient intransportables dans leur état. Puis avec l’hiver, il fallait se préparer comme il le fallait avant d’entamer un voyage, tout en étant assuré que ce dernier prendrait bien plus de temps que si les sentiers et chemins étaient dégagés. La réponse de l’inconnue le surprit lorsqu’elle affirma qu’elle ignorait totalement ce qui pouvait se trouver dans le coffre.  Ses yeux se posèrent quelques instants sur le coffre, elle pensait que ça devait être des fournitures médicales. Garlan l’espérait pour elle.  «Ou bien peut-être est-ce les effets d’un chevalier fort peu galant qui vous a laissé porter ce poids pendant tout le trajet ! » plaisanta-t-il un peu, en hochant la tête de haut en bas à plusieurs reprises, avec un léger sourire aux lèvres.

C’était possible. Après tout, même s’il essayait de se montrer en tout temps avenant et aimable envers la gent féminine, les relations entre les hommes et les femmes étaient ce qu’elles étaient dans leur culture, ainsi il savait fort bien que la plupart de ses compères se comportait comme des goujats envers les dames. Le chevalier comprenait bien qu’elle puisse être éreintée après un si long trajet, surtout en portant cette charge, ça pesait quand même un bon petit poids ce qu’il y avait là-dedans. Garlan s’entrainait régulièrement et était assez musclé, il fallait le dire, ce n’était pas une tâche très difficile pour lui, mais il imaginait fort bien que ça n’avait pas dû être facile pour elle. Il essaya de la complimenter, assez maladroitement, mais l’intention y était. «Vous vous êtes montrée forte et courageuse en portant cette charge jusqu’au terme de votre voyage. Je gage que de nombreuses personnes auraient baisés les bras en abandonnant. Vous non. Vous pouvez en être fière, gente dame. »

Après s’être présenté, la jeune femme finit par en faire de même. C’était donc elle. L’épouse d’Aylan Redwyne. Il en avait tant entendu par elle, attendant Aylan parfois en parler avec ses proches amis, et pas forcément en des termes élogieux. Au vu des adjectifs utilisés par ce dernier, Garlan s’était attendu à une femme abominable, aux piètres manières et idiote comme pas deux. Elle n’avait point l’air de ces gens-là ou elle cachait  bien son jeu. Mais en même temps, quelle valeur avait vraiment les paroles de cet homme. Le chevalier ne lui accordait pas vraiment de crédits, mais il y avait tout de même de quoi mettre du trouble dans son esprit. Le Bieffois préféra adopter la carte de la prudence, ne sachant pas vraiment sur quel pied danser. «Lady Redwyne…Enchanté de faire enfin votre conaissance. J’ai à de plusieurs reprises entendue parlé de vous. Et en effet, je connais fort bien Ser Aylan… » Le mot « malheureusement » avait failli lui échapper, mais il s’était abstenu. Cependant, il avait terminé sa phrase sur un ton amer qui laissait planer comme un sous-entendu, quelque chose qui n’allait pas.

Les deux jeunes hommes ne s’étaient jamais entendus, leurs caractères respectifs étaient bien trop différents. Leurs échanges verbaux étaient toujours froids dans les meilleurs jours, sinon des joutes verbales éclatèrent. Garlan n’avait jamais répondu aux provocations d’Aylan, il avait su être maître de son sang-froid, mais il était certain qu’ils en viendraient aux mains un jour ou l’autre. Elle accepta sa proposition avec enthousiasme, il rit de bon cœur et d’un geste de la tête, il l’invita à le suivre. «J’imagine fort bien que votre estomac doit crier famine après cet effort. Si vous voulez bien me suivre, Lady Redwyne, je connais un endroit où vous pourrez vous restaurer convenablement.   » Le duo se lança vers leur destination, quittant l’amas de personnes qui s’était formé pour observer l’arrivée des troupes de l’Empire. La jeune femme pourrait enfin respirer et être un peu tranquille, ils pourraient également faire connaissance. Garlan était curieux, il avait tout un tas de questions, mais il ferait en sorte de ne pas harceler l’épouse d’Aylan.

Le lieu où ils pourraient se sustenter était en vue, la rue qu’il empruntait était presque déserte, la majorité des gens ayant été observé l’arrivée du cortège impérial. Le Bieffois profita de cette intimité passagère pour lui demander à voix basse. «Nous nous ne connaissons pas, Lady Redwyne, ainsi jugerez-vous ma question indiscrète. Je me demandais ce qui avait pu pousser deux maisons, dont les domaines sont géographiquement très éloignés et appartement à deux royaumes différents, à créer une alliance par le biais de l’union que vous entretenez avec Ser Aylan ? » Alors qu’ils avançaient, il fut attentif à sa réaction. Une odeur accueillante et alléchante se faisait sentir à l’extérieur du bâtiment, lorsqu’ils y pénétrèrent, cette dernière s’en retrouvait davantage exacerbée, de quoi vous mettre l’eau à la bouche ! Il y avait de la volaille sur le feu, c’était certain !

Le tavernier vint à leur rencontre pour les saluer et les installer à une table. Quelques personnes au comptoir et dans le reste de la salle. Ils s’installèrent à une table sur des bancs opposés, Garlan laissa  le coffre à leurs pieds. Le chevalier poussa un soupir avant d’affirmer : «Votre appétit doit être contagieux, Lady Redwyne, voilà que j’ai l’eau à la bouche en pensant aux mets que nous allons pouvoir déguster ou bien peut-être est-ce toutes ces bonnes odeurs qui inondent l’air ambiant…   »


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Goldwyne
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1097
Membre du mois : 173
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me help you   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Let me help you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Fort-Darion
-
Sauter vers: