AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mar 26 Mai - 12:16



Le Conclave.


Le but principal de toutes ces festivités arrive enfin. Il se déroule dans la grande salle de Lord Grafton, en présence de toutes les têtes couronnées de Westeros, et d’uniquement elle. Nul garde à l’intérieur et tous sont désarmés, laissant leurs armes éventuelles à l’escouade de soldats de la Garde Régine à l’entrée. Les portes se referment et une grande carte de Westeros est déployée sur l’immense table ronde au centre de la pièce. Sont positionnées dessus des pièces indiquant la menaces sauvageonne et les forces connues en cours de déploiement. En retrait de la table, il y a quelques fûts de bière et de vin, des coupes, et un buffet pour sustenter les appétits terrestres des souverains. Chaque Souverain s’assied où cela lui plaira et la Reine Sharra ouvre le Conclave d’un petit discours.


Citation :
« Bonjour à tous. Avant toute chose, je souhaiterai à nouveau vous remercier d'avoir chacun répondu favorablement à mon invitation. J'ose espérer que vos premiers jours à Goeville vous furent agréables. »

La Reine Régente marque une pause, et laisse un instant son regard dériver sur ses homologues.

« Au vu du climat de plus en plus tendu qui règne sur notre continent, j'ai pensé intéressant et utile de pouvoir nous en entretenir tous ensemble autour d'une table. La guerre en soit n'est pas un but ; elle n'amène que mort et destruction. La paix, le commerce, peuvent nous être bénéfiques à chacun. Je ne demanderai cependant pas aux ennemis de se serrer la main. Je demande juste à ce que nous puissions discuter, analyser, en tant que personnes censées. »

Vous avez une semaine pour poster, peu importe l'ordre et la quantité de réponses.

Participent :
- Sharra Arryn, Reine Régente de la Montagne et du Val
- Loren et Jordane Lannister, Souverains du Roc
- Torrhen Stark, Roi du Nord
- Rhaenys Targaryen, Reine de Peyredragon et Souveraine auto-proclamée de Westeros.
- Harren Hoare, Roi du Sel et du Roc, Souverain auto-proclamé de Westeros.
- Argilac Durrandon, Roi de l’Orage
- Deria Martell, Princesse de Dorne
- Mern IX Gardener, Roi du Bief

avatar
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 5440
Membre du mois : 1119
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mar 26 Mai - 23:25

La nouvelle se répandait depuis quelques jours. Les forces d'Harren le Noir avaient rencontré de la résistance de la part des nobliaux locaux, dans les seigneuries de la Baie de la Néra. Je ne savais pas comment les choses allaient y tourner. Mal. C'était une certitude. Les effluves des délices de la veille refluaient déjà, et j'avançais fourbu dans la lueur de l'aube. J'avais apprécié cette soirée, avec la Reine Sharra, malgré les circonstances. Mais déjà, cette parenthèse plaisante s'éloignait. Déjà... Et peut-être pour longtemps. Peut-être pour toujours. L'Hiver Vient. Il arrive sur nous, avec la vitesse d'un vent d'ouest, froid et glacé. Je me suis habillé en vitesse. Seul. Pas besoin d'écuyer ou de qui que ce soit. Vêtu simplement. Comme à mon habitude, mais de manière plus formelle encore. Je ne dois laisser aucun doute sur ce qu'est le Nord, et ce que je suis, moi. J'ai quand même dû faire appeler Bran qu'il me file un coup de main. Pour le plastron. Bottes de cuir rembourré de laine, couleur noires. Pantalon simple, en laine également. Laine noire. Solide, robuste, mais souple. Chaud. Habituelle tenue de cuir noir, masquant le haubert de mailles qui est jeté sur la peau de daim qui repose sur ma peau. L'ensemble est lourd. J'y ajoute pourtant la cuirasse du Loup Garou, une demie-armure me couvrant des épaules au bas ventre. Le métal est frappé en son cœur d'une tête de Loup-Garou et de sa fourrure broussailleuse, le même que celui sur les étendards des milliers d'hommes qui se réunissaient loin au Nord. Au dessus du plastron, retenue par les attaches de l'armure, une grande cape traînant au sol. A mes côtés, Hurlements, épée de substitition à Glace. Barbe taillée, cheveux coiffés. Je me regarde dans la bassine que me tend Brandon, silencieux. Je suis grand, bien fait. Dans la fleur de l'âge.


La guerre, je la sens dans mes os.


Je plonge mes mains dans l'eau glacée, me les passe sur mon visage. J'écoute un instant les rumeurs parmi ma garde, dans une salle non loin de là. Jon, Jeyne et Walton sont en train de se préparer pour assister aux tournois. Savent-ils que des choix de leur père dépendra leur vie, leur survie, même ? Jon le sait mais il s'en fiche. Jeyne le sait et elle angoisse probablement un peu. Walton le sait et aurait voulu venir avec moi. Il ne peut. Je me dirige avec deux guerriers jusque dans la plus grande salle des Grafton. Fier, silencieux, solennel. La guerre. La guerre arrive.


On me demande mon épée. Je délie mon fourreau et leur laisse. Ils ne voient pas de dague ; ils fouillent pourtant. J'obtempère, malgré la vilénie. C'est ainsi, au milieu d'un tel ni à ennuis. Mes gardes doivent rester là. Je leur fais un signe de tête. Je ne croise pas leurs regards et entre dans la salle. La Reine Sharra est là, nous attend, en bout de table. Cette pièce d'ameublement est couverte de figurines de bois, peintes aux couleurs des factions en présence. L'Ouest, le Conflans, les Îles de Fer et le Nord étaient recouverts de pions. Je m'asseois derrière le Nord, comme il se doit. Je me fiche de qui viendra à mes côtés, je laisse mon regard se poser sur les nouveaux arrivants, que je gratifie systématiquement d'un signe de tête, sans plus de courtoisie. Je sais déjà ce que je dois faire. Le serment est là, dans mon cœur. Il me le serre, car je sais que des gens vont mourir. Mais la cause est importante. J'écoute les sages paroles de la Reine du Val. Puis, je me lève. Je pose mon regard sur chacun d'entre eux.



| Les récents événements ont montré que la suzeraineté de nos terres était mise à mal par les appétits des factieux. Moi, Torrhen Stark, suis venu si loin au sud pour clarifier la position du Royaume du Nord. Les ambitions du sud ne nous intéressent pas. Elles se sont déjà cassées les reins sur nos épées. | dis-je en toisant Harren le Noir. | Et tous ceux qui s'y risqueraient à nouveau seront brisés de la même manière. Il n'est un secret pour personne que je pars en guerre. Mes arrières sont sécurisés. Mon armée est composé d'hommes de garnisons et du peuple, qui se battent pour certains depuis toute leur vie. Nous sommes un peuple aguerri et prêt à tout pour défendre son indépendance... |


Je laisse un regard de plomb, particulièrement sérieux, peser sur toute l'assemblée. Je me fichais des richesses, des couronnes, du pouvoir absolu. Je ne menaçais personne, sauf ceux qui viendraient chez moi. Ceux-là finiront comme les riverains et les fers-nés. Crucifiés sur les créneaux de Moat Cailin ou précipités du haut des falaises des Roches. Je me tourne vers la Reine Sharra.


| Le Nord a un immense respect pour le Royaume fort et ancien de la Montagne et du Val. Le Roi Jehan était un sage. Aujourd'hui, les ambitieux se pressent réclamer la main de sa Reine, une noble dame, avisée et courageuse. Tous lorgnent sur les joyaux d'une des contrées les plus puissantes de Westeros. | Mon regard retourne vers le reste de l'assemblée. Targaryen, Hoare, Lannister, Durrandon, Gardener et Martell. | Le Nord est prêt à se défendre. Mais il est aussi prêt à défendre le Royaume de la Montagne et du Val. Quiconque en voudrait à la suzeraineté de ses terres se verrait alors devenir mon ennemi et celui de tout le Nord. Moi, Torrhen de la maison Stark, Roi du Nord et Seigneur de Winterfell, jure solennellement de donner ma vie s'il le faut pour défendre nos amis du Val d'Arryn. Je ne reconnais que pour seul Roi de la Montagne Ronnel, de la Maison Arryn. Quiconque s'en prenant au commerce du royaume, à la loyauté de son peuple, de son aristocratie ou à l'intégrité de ses frontières, deviendra dès lors proie de mon Ost de Loups. |


La voilà, la menace. Je ne tolérerai pas les propositions de mariage mal intentionnées de la part de seigneurs étrangers, ni les intrusions, ni les menaces, ni les traîtrises. Je voyais le Nord comme le Val, deux royaumes fiers et indépendants, pouvant se développer dans l'échange et l'assistance mutuels. J'échange un regard avec la Reine. Pour elle, pour son Royaume, j'étais prêt à engager mon honneur et celui de tout le Nord. Car il n'y avait qu'en se serrant les coudes que nos petites armées pouvaient s'en sortir face aux hordes sudiennes, malgré nos forteresses imprenables et nos vétérans.


| Ni le Nord, ni le Val ne souhaitent dès lors être mêlés aux conflits du Sud. Nous sommes neutres et le resteront, mais malheur à ceux qui en voudraient à cette neutralité. |


Je me tourne à nouveau vers Hoare. Je le dévisage.


| Cela ne veut pas dire que je sois sourd aux rumeurs de guerre, ni indifférent aux malheurs des sudiens. Je suis prêt à discuter de solutions pour éviter que la Néra ne s'enflamme et ne déclenche un conflit qui ruinerait tout ce qu'il y a au sud de la Verfurque. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mer 27 Mai - 17:33


Le conclave


Conclave And The Queen

Baâl ? Fait porter ce parchemin au plus tôt à Orys s’il te plait. En main propre, je ne veux aucun intermédiaire Je scellais la lettre avec mon sceau avant de la tendre au chevalier. Il hésita un instant avant de s’en saisir et de quitter ma chambre. Je connaissais assez le maitre d’arme pour savoir que sa réticente était lié au fait de me laisser rejoindre le conclave sans lui, ni Orys. Par craindre de rencontrer Haren, mon frère avait décidé de rester en retrait et de ne pas veiller sur moi personnellement. Je l’avais accepté, même si je devais bien avouer que je lui en voulais un peu de me laisser seule rencontrer le meurtrier de notre famille. J’avais bien entendu pris sur moi, mais je n’en restais pas moins contrariée par ce que je prenais pour de l’égoïsme de sa part.

Je sortais à la suite de mon protecteur pour me rendre dans la salle du conclave. Des gardes du val nous escortaient également, sans doute sur ordre de Lady Arryn. Guidés par eux, nous ne mîmes pas beaucoup de temps pour arriver à bonne destination, et j’avais beau être à l’heure, plusieurs seigneurs avaient déjà pris place autour de la table. On me demanda alors de me désarmer et ce fut à contre cœur que je laissais derrière moi Noire Sœur. Je la confiais à l’un de mes gardes royaux, lui demandant de l’apporter à Baâl, seul homme en dehors d’Orys en qui j’avais réellement confiance. Elle était la dernière arme en acier valyrien que je possédais, et surtout, elle était le dernier souvenir que j’avais de ma sœur ainée. Il n’était tout simplement pas question qu’elle soit égarée.

Les gardes du Val ne me fouillèrent pas. Ma robe bleue et argenté ne laissait pas beaucoup de place à l’imagination, dévoilant autant de chair qu’elle en couvrait. Je ne cachais aucune arme, cela se voyait parfaitement. J’avais lâché mes cheveux argentés, si bien qu’ils retombaient légèrement bouclés dans mon dos. Pour seul ornement, j’avais attaché à mon cou un collier composé de deux griffes de dragons, reliées entre elle par une épaisse chaine en argent. Celle de droite appartenait jadis à Ballerion et représentait Aegon. Celle de gauche appartenait à Vaghar et représentait donc Visenya. Harren m’avait peut-être enlevé mes aînés, mais ils seraient symboliquement présents ce jour, me rappelant le montre qu’il était et dont ce qu’il m’avait arraché.

D’une démarche sure et fière, je pris place autour d’une table ronde où était déjà installé Sharra Arryn et Torren Stark. Comme l’avait fait avant moi le Seigneur Stark, je pris place en face de mon blason, posée sur une carte représentant Westeros. Il n’y avait là aucune stratégie de ma part. Je m’étais simplement installée à une chaise libre,  face à Peyredragon. J’avais salué les deux personnes déjà présentes d’un signe de tête respectueux, me gardant bien d’ouvrir la bouche. Mon cœur était on ne peut plus emballé à l’idée de me retrouver face à l’assassin de mon frère et de ma sœur et mes poings étaient sous la tables et serraient sur mes cuisses. J’apparaissais calme et sereine, alors qu’en moi se jouait un véritable typhon.

Je saluais chaque nouvel arrivant sans exception, d’un signe de tête et d’un sourire, même Harren Hoare. Oh mes yeux brillèrent d’une haine sans commune mesure oui, mais je m’étais tout de même montrée polie à son égard. Il n’était pas question de le laisser m’atteindre d’une quelconque manière. J’eus, par chance, le plaisir de voir mon attention se détourner de son odieuse personne. Quelle fut ma surprise – et quelle bonne surprise que cela fut – de voir arriver Muño qāttös ëdrugon. Je m’étais doutée qu’il était un seigneur de l’Ouest, et surement un Lannister, mais je ne m’étais pas attendu à ce qu’il soit LE seigneur de l’Ouest, Loren Lannister. Il était accompagné naturellement par celle qui dirigeait réellement le royaume, sa femme Jordane Lannister. Par égard pour elle, je ne laissais pas voir sur mon visage combien j’étais amusée de revoir son époux et je les saluais comme je l’avais fait avec tous les autres seigneurs. Oh bien sûr, je comptais bien m’amuser de la situation, mais je ne le ferais pas de manière visible, et fort heureusement pour moi, nous avions pris place autour d’une table. A peine le chat paresseux s’était-il assis que mon pied vint caresser légèrement sa jambe. Juste l’espace de quelques secondes, rien de plus. Pour l’heure, cela était suffisant.

Une fois toutes les conviés arrivés, Lady Arryn ouvra le conclave. A peine l’avait-elle fait que le loup se leva et sorti les griffes. Il appuya le Val comme il m’en avait déjà fait part lors de notre entrevue. Ses mots étaient durs, légèrement acerbes et agressifs envers les royaumes qu’il disait considéré comme sans importance pour le nord. Je l’avoue, cela n’était point pour me plaire, mais je me gardais bien de l’exprimer à voix haute. Il parlait de paix, mais il ne transpirait de ses mots que division. Son discours se termina sur les troubles qui assaillaient la baie de la Néra, et dont j’avais été informée peu de temps avant le conclave. C’était d’ailleurs à ce sujet que j’avais fait porter un message à Orys par Baâl. J’attendis qu’il ait fini pour prendre la parole à mon tour, en restant, pour ma part assisse sur ma chaise. Je lui dis alors d’une voix douce et calme Pardonnez-moi Seigneur Stark, mais vous parlez de partir en guerre. Contre qui exactement voulez-vous partir en guerre ? Vous n’êtes point en guerre avec un souverain contrairement aux miens. Il n’y avait là aucune animosité de ma part, mais simplement de la curiosité. Si la main de Lady Arryn est convoitée, cela est lié au fait qu’elle a pu être proposée à plusieurs seigneurs par la Régente elle-même. Ne jetons donc point la pierre aux prétendants qui se pressent à ses portes. Aucun ne pourrait la contraindre à l’épouser à moins de s’en prendre aux siens. Hors avec la protection du Nord, cela ne peut arriver. Je puis vous assurer cependant qu’il n’est point dans nos intentions de nuire au royaume du Val et de la Montagne. Contrairement aux rumeurs qui peuvent circuler, la maison Targaryen n’est pas un ennemi à abattre, qui souhaite écraser les autres royaumes. Nous ne sommes point des étrangers en quête de pouvoir. Je balayais la carte du regard, la montrant à tous. Il nous ait reproché de vouloir prendre les armes et  mettre ce pays, NOTRE pays à feu et à sang. Hors, voyez-vous quelque part sur cette carte quelques garnissons ou mobilisation d’armée targaryenne ? Ce que je vois ici, c’est l’Ouest se préparant à une attaque du conflant, un conflant qui mobilise plus d’une armée et qui qui se fortifie, un nord qui se met en marche pour protéger son royaume et celui du val en cas d’invasion ou d’attaque. Puis j’ajoutais en pointant du doigt la presqu’il de Claquepince. Et une contrée qui appelle les miens à l’aide après la rafle qui a été faite auprès des leurs par le conflant. Je regardais quelques secondes chaque seigneur présent, en finissant par Hoare. Seigneur Stark, j’ai bien peur qu’il soit trop tard. La Néra est déjà enflammée. Elle se divise et rejette l’autorité d’un souverain qui s’est attaqué injustement à eux. M’adressant à tous, sauf à Hoare, je finissais par dire  Allons-nous rester indifférent à leurs souffrances et à leur appel à l’aide ? Aucune paix durable ne se bâtira de la sorte. Aussi étrangère pouvez-vous tous me considérer, les intérêts de toutes les nations de Westeros me tiennent à cœur. Je n’abandonnerais pas un peuple réclamant mon soutien. J’avais promis au seigneur du nord d’aider la garde de nuit, et de combattre les sauvageons pour protéger Westeros. Je ne resterais pas indifférence, sans rien faire, alors qu’une partie de la baie de la Néra me demandait de l’aide. Je n’étais pas Hoare. Je n’avais pas des ambitions de pouvoir et de destruction. Oh certes, j’allais le détruire lui et tous ceux qui se dresserons sur mon chemin. Mais j’épargnerais tous ceux qui me le demanderont. Je ne serais pas une Reine cruelle et tyrannique. Je ne serais pas Hoare.




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1962
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mer 27 Mai - 21:14

Je fais les cent pas. Je sais pourtant que je n’arriverais pas à me calmer de la sorte. Je stoppe sur le balcon, fermant les yeux face au soleil. Je suis nerveuse. Je n’ai jusqu’à présent croisé que la Reine Sharra, et encore uniquement lors de mon arrivée, entretien bien trop bref… De ma faute certes, j’aurais dû lui demander audience pour pouvoir la rencontrer et discuter davantage, comme je l’ai fait pour le Roi du Nord. J’esquisse un sourire avant d’inspirer. Ne pas l’avoir laissé indifférent est une chose. Positive sans doute. Mais cela ne change rien. Il a raison. Je n’ai que peu d’amis… En ai-je seulement ? Sans doute pas. Et cela importe-t-il réellement ? Oui, évidemment que oui. Que puis-je faire seule ?  
Dorne commerce avec certains Royaumes depuis longtemps, mais nous sommes toujours restés à l’écart, les relations ne sont pas plus importantes qu’une simple transaction. Cela me contraint plus que cela ne m’aide aujourd’hui. C’est un tord. Malgré tout le respect que j’ai pour Mima, c’est un tord, quand bien même cela nous a toujours semblé inutile de nous lier. Je regarde vers le bas. Oui, cette pensée est en partie bien égoïste. J’aurais moins de mal aujourd’hui si nous n’étions pas restés si isolés. Je souris. Non, ce n’est pas que pour moi. Si Harren ou Rhaenys tournent leur tête vers moi, vers mes terres… Sur qui pourrais-je compter ? Personne… Je sers les mains sur la rambarde.
Non. Je n’ai pas à me soucier de Peyredragon pour le moment. Mais a-t-elle compris pour autant que je ne plierais pas devant elle ? Pas plus que devant le Noir ? Quelle que soit la menace, mon peuple se battra. Nous avons repoussés toutes les attaques contre nos terres. Nous sommes les Invaincus, les Insoumis. Aucun des miens n’acceptera un étranger. Même s’il brûle tout sur son passage ? Je repousse cette pensée insidieuse. Je sais ce que je dois dire. Je sais ce que je dois faire.

Ilyana essaie d’attirer mon attention. Oui, l’heure tourne, je vais réussir à me mettre en retard. Elle finit de me coiffer, me relevant les cheveux pour une fois, et laissant ainsi ma nuque dégagée, à l'aide de ce qui ressemblait à deux baguettes ouvragées, mais qui se révélaient deux petits couteaux stylets. J'avais hésité, puis finit par céder devant l'insistance de Roward. Je me redresse. Célène finit de lasser la robe bustier de soie et de satin, dans les tons orangés. Bien trop décolletée devant comme derrière pour les bonnes gens d’ici. J’aime beaucoup, l’idée de croiser des regards presque indignés ne m’amuse que plus. Une simple chaine d’or avec un rubis de la taille de mon pouce. Je redresse les épaules. Je suis Princesse de Dorne. Je regarde Arianne qui hoche la tête en me souriant, avant de me serrer contre elle. Et je ne suis pas seule.

Je fais un signe à Elios qui m’accompagne jusqu’à la salle en silence. Je sais qu’il n’apprécie pas davantage que ma famille de me laisser seule avec tant d’ennemis potentiels. Mais il ne dit pas un mot, se contentant d’un regard, alors que les gardes du Val m’ouvraient la porte. Sans me fouiller. Certes, j’avais peu de cachettes possibles. La Reine Arryn est déjà là, évidemment. Tout comme le Roi du Nord et la Reine de Peyredragon. Je les salue d’un signe de tête et d’un sourire, observe un instant la carte, avant de m’installer face à mon Royaume, tout comme eux l’avaient déjà fait.
Je salue chaque nouveau Seigneur arrivant, me mordant l’intérieur des joues à l’arrivée de certains. Droite et fière. Tu sais faire.

Notre hôte ouvre le bal. Discuter comme des adultes censés. C’en était peut-être beaucoup demander pour certains. Et le vieux roi se lève. Les ambitions du Sud. Devrais-je parler moi d’ambition du Nord ? Et tout en s’assurant bien que chacun comprenne que son royaume est mieux protégé que jamais, il prend la défense du Val et soutient le jeune roi. Tiens. Que de menaces.
Qui veut la paix prépare la guerre n’est-ce pas ? Et moi, puis-je rester neutre ? Un royaume le pourra-t-il vraiment ? Et de ce que je sais, la Néra a déjà commencé à s’enflammer. Rébellion qui sera sans doute étouffée dans le sang et les cris.
Je tourne la tête vers Rhaenys. Comment puis-je être aussi hésitante, alors qu’elle… Non. Tu es ce que tu es. Depuis que tu es née. Contrairement aux rumeurs ? SON royaume ? Et dire qu’ils ne sont que deux à parler, et que ça commence déjà à s’envenimer.
J’inspire et les regarde tous à mon tour.

« Le Royaume du Nord soutient et protège le Royaume du Val et de la Montagne, tout en partant en guerre contre les sauvageons qui nous menacent tous. La reine Arryn cherche des alliances pour protéger son Royaume. Le Roi du Val est encore bien jeune, il a besoin des soutiens que la Reine Régente pourrait trouver, ou que le Roi Stark représente. Tout cela je l’entends et je le comprends. Je le soutiens même.

Toutefois il est certains points qui m’interpellent et me laisse interrogative. Mais peut-être est-ce uniquement parce que je suis jeune et trop néophyte dans mon rôle… »


Je secoue la tête en souriant. Non, je ne souhaite pas me mettre la moitié des têtes couronnées à dos. Ni même quelques-uns. Mais je ne peux rester sans rien dire.

« Les Royaumes du Nord et du Val souhaitent rester neutres. Bien. Ni le Nord, ni le Val ne veulent être mêlés aux conflits du sud ? Soit.
Devrais-je dire à mon tour que mon royaume ne souhaite être mêlé aux conflits du nord ? Mais que je ne souhaite pas davantage que des conflits ne ruinent tout ce qui se trouve au nord des Montagnes Rouge ? »


Je me tourne vers la toute jeune Reine, l’autre toute jeune Reine.
« Et j’aimerais éclaircir un point… VOTRE pays Reine Targaryen ? Parlez-vous uniquement de Peyredragon ? Vous semblez désigner tout le continent de Westeros de la sorte. Ni la Principauté de Dorne, ni les autres Royaumes ne font pourtant partis de vos terres. Pas plus qu’à celles de quelqu’un d’autre. Mais sachez que je ne vous considère pas comme étrangère et que vous ayez à cœur le sort des peuples est tout à votre honneur.

Néanmoins, il me semble que ces prérogatives dont certains se targuent sont à l’origine même de ce conclave que la Reine Arryn a eu la perspicacité de mettre en place, malgré les risques encourus en organisant une telle rencontre. »


Je les regarde à nouveau tour à tour, n’omettant ni Harren, ni Mern. Droite et fière. Facile.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Jeu 28 Mai - 13:12, édité 4 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5800
Membre du mois : 19
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mer 27 Mai - 21:34


Le conclave


Conclave And The Queen

A peine avais-je finis de parler que le Sud s’enflamma, faisant échos au Nord. Si nous agissions tous ainsi, nous risquions que de rien ressortir de bon de cette entrevue, je le craignais malheureusement. J’écoutais cependant la Dornienne avec attention. Je devais bien avouer que Deria avait énormément changé. Elle était devenue méconnaissable, tant par sa prosture que par ses paroles. Tout comme moi, la jeune fille insouciante, fuyant les cours de sa préceptrice avait laissé place à une fière, belle, et surtout forte jeune femme. Elle ne se laissa nullement apeurée par le Nord et contrattaqua justement contre les arguments qu’il avait pu avancer. Je devais bien l’avouer, elle avait beau être une jeune reine, elle forçait mon admiration. Rien ne semblait l’atteindre, et je l’avoue, je la jalousais un peu en ce point. Elle était si forte, si fière. Rien ne pouvait l’arrêter alors que moi, je n’arrivais pas à me défaire du deuil des miens, que je portais en silence, et à l’abri des regards. Toutes ses trames politiques, et toutes ses suspicions… Je n’aimais vraiment pas ce genre de jeu. Lorsqu’elle s’adressa à moi de manière aussi incisive, elle me fit penser à un serpent prêt à mordre et cela me déplût au possible. Je n’avais attaqué ni agressé personne, appelant à l’union plutôt qu’à la désunion. Mais comme avec le seigneur du Nord, mes mots avaient été interprétés de travers et on leur avait donné un sens caché qui n’était pas le leur. Je ne pus m’empêcher de lui répondre tout de suite, me forçant à rester calme, posée et déterminée. Mes poings étaient complètement serrés, et mes ongles s’enfonçaient dans ma chair. Je les relâchais légèrement avant de me blesser et de tâcher ma robe de sang.  Sachez que lorsque j’ai dis MON pays, je faisais référence au fait que Peyredragon appartient, tout comme Dorne, le conflant, les terres de l’Orage, le Bief, le Val et les terres de l’Ouest, à Westeros, et que ce royaume est autant le mien que le votre. Rien de plus rien de moins. Je n’ai nullement parlé de possessions, ni de terres et je vous priais de ne point chercher des interprétations là où il n’y en a point. Soyez assurée que je fais toujours preuve de transparence et d’honnêteté. Je laisse les mensonges et les mascarades à qui veut, cela ne m’intéresse nullement, et ne m’a jamais intéressée. Vous me voyez cependant ravie de savoir que vous ne me considérez pas comme une étrangère. C’est là un point qui me tient à cœur et j’en suis des plus touchée. lui répondis-je, en inclinant légèrement la tête, pour appuyer mes dires. Je n’avais rien de plus à ajouter et laisser les autres souverains s’exprimer et réagir à leur tour.
Je sentais que cette journée allait être très longue et mettre mes nerfs à rude épreuve.  
.



Hj : j'espère que ça te dérange pas que je re réponde aussi vite




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1962
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Jeu 28 Mai - 12:56


Même si je n'en montrais rien j'appréhendais ce Conclave entre têtes couronnées car il allait décider de l'avenir de Westeros. Il confirmerait des propositions, déciderait des alliances mais renforcerait aussi les conflits. Si ceci était un fait, ce que je redoutais par dessus tout était de me faire tuer lors de cet entretien à huis clos. Ils pouvaient tous s'être offusqué par mon action contre le Targaryen, mais j'étais le premier à savoir que de belles paroles pouvaient dissimuler une initiative décisive. C'était justement pour cela que j'avais fourni des instructions à une partie de mes troupes permanentes, et même aux autres après le soulèvement d'une partie de la Nera.

Malgré cette situation tendue je me prépare avec application, portant mon armure et mes habits d'apparats. Je porte ainsi mes armoiries, le sautoir de la maison Hoare, sur mon plastron. Cette tenue est lourde mais lors d'un tel rendez-vous l'image plus que jamais a son importance. Qu'importe ce que pensent les autres gouvernants, si leur désir de paix est vraie, la discussion promet d'être houleuse autant qu'intéressante.

Escorté par mes hommes, puis ensuite par les hommes du Val, je suis accompagné jusqu'au lieu du Conclave. Avant d'entrée on me fouille et me demande mon épée, que je donne à l'un de mes hommes. Hors de question si je péris ce jour qu'elle ne tombe entre les mains de mes ennemis. Aucune autre arme n'est trouvée sur moi malgré la fouille en règle que je subis sans maugréer.

En entrant ensuite dans la pièce, mes hommes ayant reçu leurs instructions, je m'avance et observe ceux qui sont déjà présents. Chacun s'est positionné face à son territoire, volontairement ou non qu'importe le résultat était là, autour de la table où est représenté Westeros ainsi que les mouvements de troupes connus. Je détaille la disposition des pièces représentant ces mouvement de troupes afin de déterminer l'efficacité de mes observateurs et comparer nos données et celles que le Val nous affiche présentement puis lorsque nous sommes au complet les festivités commencent.

Le Nord parle se lève le premier et affiche d'emblée ses positions, ne manquant pas de me regarder lorsqu'il évoque notre passé commun. Je supporte ses yeux sans faillir, il est loin de m'impressionner, et l'écoute encore. Comme à son habitude le Nord se place en juste, poussant même le culot jusqu'à se présenter comme un soutien possible. Je lui offre en l'état un simple sourire pour réponse, préférant patienter un peu afin de voir ce que d'autres s'empresseront de répondre. Ce que la Targaryenne fit rapidement.

Elle aussi se place en justicière, précisant répondre à l'appel au secours des rebelles de la Nera. Pourtant elle prend bien soin de ne pas évoquer le projet qu'avait son frère jusqu'à l'aube de son exécution, dominer tout Westeros. Je ne suis pas le seul que ses paroles interpellent, preuve en est l'intervention de Dorne à sa suite. Tout comme ses précédents je l'écoute aussi avec attention et ses paroles apparaissent plus posées en dépit de songeuse âge. Deria Martell, si ce n'était son avis favorable au Targaryens qui n'est pas un secret elle pourrait faire une alliée de choix mais pour l'heure la question n'était point le sujet de choix. Je laisse la Targaryenne lui répondre puis décide de prendre la parole à mon tour, me levant pour le faire contrairement à la catin blonde qui a refusé cette politesse ne serait-ce qu'aux autres couronnes de Westeros.


Et si nous mettions fin à l'hypocrisie et parlions franchement de l'avenir de Westeros? dis-je en guise d'entame de mon intervention. J'allais en froisser certains mais qu'importe, les vexations ne faisaient que commencer aujourd'hui.

Westeros connait un conflit ouvert: Hoare contre Targaryen. La question est de savoir qui prendra parti et qui s'en abstiendra, qui s'en protégera et qui voudra en profiter. dis-je en m'adressant à tous sans fuir leur regard.Le reste n'est qu'une question de prétextes pour justifier des choix. ajoutai-je avant de faire une brève pause puis de reprendre.

Aegon Targaryen s'est auto proclamé Seigneur des Sept Couronnes et affichait ouvertement son désir de dominer tout Westeros, même si vous prétendez aujourd'hui ne pas vouloir asservir les royaumes du continent, en dehors du mien que vous voulez anéantir ce que je peux comprendre en l'état. dis-je en plantant mon regard dans celui de la Targaryenne en lui opposant un regard assuré.

Félonie innommable pour certains d'entre vous, initiative osée pour d'autres encore, toujours est-il que mon initiative a épargné de nombreuses vies et protégé des terres de l'avidité des dragons. D'autant que nous n'avions aucune espèce d'alliance entre nos maisons, il s'agit ni plus ni moins d'une embuscade militaire. Voyez comme chacun peut justifier ses choix, quels qu'ils soient.

J'avais conscience que mes paroles allaient offenser la Targaryenne, mais qu'importe car au final nous étions en conflit ouvert et il ne tenait qu'à mon engagement auprès du Val que je ne me jette pas sur elle pour la tuer de mes mains, afin d'épargner de nouvelles vies encore une fois.

Comme l'a dit Dame Arryn, Reine du Val, la guerre n'est pas un but en soit. Cependant elle reste une alternative lorsque la diplomatie ne suffit pas, mais elle a un coût pour les gouvernants et leur peuple. N'est-ce pas le réel objectif aujourd'hui, trouver les alliances qui permettront de ne pas entre en guerre avec un autre royaume? Tout comme s'assurer de la neutralité d'un voisin dans un conflit qui ne pourrait être éviter. dis-je encore avant de poursuivre, décidément j'étais en forme aujourd'hui.

Je serais donc aussi direct que le Roi Stark: dis-je en regardant celui-ci sans fuir son regard avant de le poser à nouveau sur l'assemblée restreinte que nous étions. Je confirme ce que j'ai déjà eu l'occasion de proposer à certains d'entre vous avant ce Conclave. Je suis prêt à conclure des accords avec vos royaumes. Une neutralité, du commerce, un accord militaire ou même une alliance forte scellée par une union maritale, nombreuses sont les maisons comptant de bons partis à marier.

Et pour précéder certaines objections, les escarmouches aux frontières ne sont pas l'exclusivité du Sel et du Roc, ni des pirates Fer-Nés. En revanche la ré-attribution des fonctions de leurs effectifs peuvent faire l'object d'une discussion, mais aucun effet rétro-actif cependant ne pourra être envisagé. Après tout nous sommes ici pour avancer, non pour ressasser le passé.


L'intéressé comprendrait le message sans mal. En effet on m'avait fait remonter l'information d'une capitaine Fer-Né présente au Val s'étant entretenue avec Stark, prémices d'une négociation peut-être. Il me faudrait d'ailleurs convoquer cette femme pour échanger avec elle, notamment à propos de son avenir. Mais pour le moment j'avais parlé longuement et j'allais reprendre place sur mon siège car les réactions n'allaient pas tarder à pleuvoir de toutes parts, mais avant cela j'avais encore une précision à apporter.

Quant aux rebelles de la Nera, ceci est l'affaire du Sel et du Roc. J'écraserai ceux qui pensent pouvoir s'élever contre moi en mon royaume, et certains le feront d'eux-même, par crainte ou par appât du gain et de la récompense qui est promise aux fidèles. leur dis-je pour réagir sur ce point avant de reprendre.

Nombreux sont les royaumes dont certains vassaux ne comprennent pas les décisions de leur famille régnante, pour autant je ne m'en mêle pas. Je vous demande d'en faire autant. dis-je avec sérieux, avant d'ajouter un trait d'humour.

En revanche si certains d'entre vous veulent participer, cela pourrait être de bonne augure avant la conclusion d'une alliance quelle qu'elle soit. dis-je en affichant un sourire amusé, puis en m'essayant sur mon siège.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Jeu 28 Mai - 13:02

Les aurores avaient accompagnées mon réveil, ce matin. J'avais laissé fenêtres de la chambre grandes ouvertes, et l'aube était venue me tirer des bras de morphée. Je n'avais en effet pas une seconde à perdre, car ce jour promettait d'être hautement mouvementé. Et crucial, en tous les cas. Mon repas fut avalé en vitesse, directement dans mes appartements. Et avec mon fils. Nous avions tout deux décidé que j'irai seule. Mieux valait qu'il assiste aux festivités, et montre ainsi au Val que leur Roi existait et se tenait parmi eux. S'il n'assistait pas au conclave à proprement parler, il ne devait pour autant se contenter de suivre mes décisions en simple spectateur. Dans quelques années ce serait à lui, et les dieux seuls savent quel monde sera le nôtre à ce moment là. Plus dur à diriger, cela j'en étais certaine. Il devait apprendre, réfléchir, analyser. Nous avions déjà beaucoup parlé, mais il le fallait encore ce matin, avant que les lourdes portes de la grande salle ne se referment sur les têtes couronnées. Mais nous avions peu de temps, ce matin. Ainsi je le libérais vite, non sans lui avoir fait jurer qu'il se tiendrait au mieux, et surtout, qu'il serait prudent. Je le serrai contre moi, avant de le laisser passer ma porte. Nous savions tous deux ce qui pouvait se jouer aujourd'hui. Et j'étais une mère inquiète, qui laisse son petit déjà trop grand dans la nature, pour aller régler le sort de tous.

Je me préparais tout aussi rapidement, mes suivantes m'attendant déjà pour s'occuper de mon apparence. J'avais moi même choisi la robe. Bleue, aux couleurs des Arryn. Décolleté devant et dans le dos, juste assez important pour suggérer, pas assez pour choquer qui que ce soit. Les hommes ont de toute manière une imagination débordante en la matière. Suggérez, le reste se fera tout seul. Une chaine en argent pendait autour de mon cou, sur laquelle était accrochée un pendentif en saphir, retombant sur ma chair dévoilée par le décolleté de la robe. Mes cheveux étaient rassemblées en arrière et relevés, mais de manière à ce qu'ils puissent retomber en une longue cascade dans mon dos. Maquillage léger, comme toujours, simplement pour souligner bouche et regard. Les filles savaient ce qu'elles avaient à faire.

Une demie heure avant l'heure officielle donnée à mes homologues, j'arrivais avec une dizaine de gardes à la salle où devait se dérouler la réunion. Tout était prêt comme nous l'avions décidé, mais je préférais vérifier par moi même. Je laissais mes gardes avec les quelques un des Grafton déjà présents. Chacun connaissait son rôle, j'y avais veillé. Comme à l'organisation de cette salle. J'en fis le tour rapidement, vérifiant buffet qu'on terminait d'installer, cartes, livres, table... Oui, j'étais quelque peu anxieuse, malgré tout, et cette attente ne faisait que l'alimenter.


Elle disparut cependant lorsque les premiers monarques arrivèrent. Torrhen Stark en tête de liste, suivi de la Targaryen. Deria Martell, Princesse de Dorne. Chacun suivit au compte goutte, et l'on referma les portes lorsque le dernier eut pénétré la Grande Salle. J'avais salué chacun d'un signe de tête et d'un sourire des plus formels. Si ma soirée d'hier m'avait parue fort agréable, elle me semblait aujourd'hui bien loin.

Après mon petit discours d'introduction minutieusement préparé, ce fut le premier arrivé qui prit le premier la parole. Toute mon attention était fixée sur lui, mon regard dans le sien lorsqu'il se tourne vers moi, bien que je connus d'avance le fond de ses paroles. Je guettais les réactions également, les réactions immédiates. Je sais pouvoir compter sur l'appui du Nord, même si dans un premier temps il faudra à ses armées repousser les sauvageons. Je laisse moi même mon regard peser sur la foule, leur faisant comprendre que s'ils s'en prenaient au Val, ils s'en prenaient également au Nord, désormais. Et bien sûr, Rhaenys Targaryen renchérit. Comme c'est amusant... Je ne réagis pas encore, cependant, préférant voir qui prendrait la parole après deux tirades qui annonçaient déjà lourd pour la suite. Et ce fut la voix de Deria Martell, qui répondit. Je ne savais trop comment la considérer, je la connaissais trop peu encore, et n'avais eu que peu d'occasion d'échanger avec elle. Peut être était-ce là un tort. Dorne et le Val commerçaient, mais si géographiquement éloignée, rien d'autre n'existait entre nos contrées. Pouvait elle pour autant faire une alliée ? Ses paroles pouvaient me donner matière à réfléchir sur la question. Je laisse Rhaenys lui répondre,  et décide d'appuyer la jeune dornienne. Mais Hoare me devance, et je ne l'interromps pas.

"Je ne considère pas non plus la Reine Rhaenys comme une étrangère, et il est tout à votre honneur de vouloir venir en aide à un peuple qui vous l'a demandé. Dire que la Néra est l'affaire du Sel et du Roc est bien réducteur, Sire.; Ce à quoi nous assistons est bien significatif du futur qui attend notre continent."

Je reportais un instant mon regard sur la jeune Princesse.

"Mais pour rebondir sur les paroles de la Princesse... Westeros est vaste. Il y a un monde entre les Montagnes Rouges au sud, et le Mur au Nord. Chaque Royaume est différent. L'Orage a un climat des plus mouvementés, le Nord est une région froide et rude, alors que le Bief est fait de terres vertes et ensoleillées. Chaque Royaume a ce qui fait ses atouts et ses particularités. Aucun Royaume ne peut se targuer d'en mépriser un autre. Mais aucun ne peut non plus régner sur un autre, car nous avons chacun nos valeurs, nos mœurs, nos coutumes. Je le dis encore, je ne considère pas les Targaryens comme étrangers à Westeros. Mais qui mieux qu'un Montagnard pourrait régner sur la Montagne, contenir les clans de sauvages qui y vivent ? C'est cela, notre diversité, qui fait notre richesse."

Je parcourais du regard mes homologues. Oui. Tous égaux. Jordane pouvait penser notre alliance inutile car mon Royaume blessé. Le Val se tenait toujours fier, et sa Reine défendrait sa sécurité bec et ongles. Peu importe par quels discours cela devait passer. Je pourrai les faire tous.

"Pensez vous réellement qu'un souverain régnant sur le continent saura y amener la paix, y gérer des peuples si opposés, autant géographiquement que culturellement ? Je trouve fort honorable le coeur que met la Reine Rhaenys au sort des peuples, et j'y mets le mien également, car j'aime mon peuple. Mais pensez-vous vraiment que la collaboration soit si inaccessible entre des royaumes, et qu'il faille acheter une paix incertaine au prix de tant de sang ?"

Je marquais encore une pause, avant de conclure, laissant mon regard peser sur chacun, Durrandon, Hoare, Lannister...

"En tous les cas, le Roi du Nord l'a déjà dit, le Val ne donnera pas la vie de son peuple pour cela. Les épées du Val viendront compléter celles des Nordiens si quiconque tente de nuire à l'équilibre et la neutralité que nous voulons tous deux conserver."
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Jeu 28 Mai - 19:57



Le Roi Mern Gardener fend la foule des gardes Arryn d'un pas vif. Le talon de ses bottes de monte en cuir brun claquait à chaque pas et la main négligemment posé sur le pommeau de son épée, le Roi filait vers la grande salle des Grafton. Il avait laissé Tricia, sa sublime épouse, aux bons soins de son propre frère, connétable des armées du Bief, Kevan Gardener en personne. Son bouc taillé avec soin, ses cheveux coiffés en arrière, la silhouette et l'apparence du Roi du Bief étaient soignés mais sans fioritures. Mern avait répugné à porter l'amure depuis l'enfance ; il avait donc décidé de ceindre cape blanche au poing vert, tunique de cuir frappée elle aussi de l'emblème familial. Des bottes hautes permettaient de monter aisément, mais elles étaient aussi confortables. Le Roi Mern laissa ses armes à l'entrée de la grand salle. Arrivant juste après le Roi Harren, il alla s'asseoir directement en bout de table, à côté de Deria Martell. Simple salut d'un signe de tête pour chaque tête couronnée, mince sourire poli. Le Roi du Bief n'avait rien d'un rustre, mais l'ambiance était déjà à couper au couteau. Mern Gardener était un Roi bon et sage. S'il avait pris les armes durant son jeune âge, à la suite de son père sanguinaire, il s'était efforcé de maintenir la paix pendant des années, calmant les ardeurs du Roi de l'Orage, maintenant Dorne à distance et essayant d'amadouer ses voisins de l'Ouest. Aujourd'hui, plus rien ne semblait simple.


En plus d'être sage et avisé, Mern Gardener avait toujours été fin analyste, et bien plus porté sur la réflexion qu'aucun des souverains autour de cette tablée. Il écouta les arguments du Nord, et nota que le Nord et le Val s'alliaient pour faire bouclier. Stratégie défensive, pour se tenir à l'écart de l'inévitable combat entre le Dragon et le Sautoir. Il écouta également la Targaryen, parler de paix et de représailles, de nobles desseins et d'un avenir proche relativement sombre. Vint le tour d'Hoare. Droit au but, comme le Nord. IL appelle un chat un chat, après que la Princesse de Dorne ait elle aussi ajouter quelques intentions pacifiques par le dessus. Et le Joyau du Val qui cimente son alliance avec le Nord. Ne reste finalement plus que l'Orage et les Lannister. Mern regarde celui qu'il a toujours considéré comme un ami, Loren Lannister, sans pour autant lui accorder toute sa confiance, puis Argilac Durrandon, qu'il n'a jamais considéré comme un ami mais qui reste peut-être malgré tout le seul que compte encore le Bief.


Que ne ferait-il pour protéger ses vallées verdoyantes, son peuple rieur et ses courageux guerriers ? Il avait vu les ravages de la guerre il y a bien longtemps, et avait édifié la puissance de Hautjardin sur l'agriculture, le commerce, la paix. Il y avait un ordre des choses, en Westeros. Contrairement à certains, Mern Gardener ne se leva pas pour parler. Il se frottait le menton, pensif, en regardant la carte.



| Je suis en désaccord sur bien des sujets avec le Roi du Sel et du Roc, mais il faut reconnaître qu'il n'a proféré aucun mensonge. Par droit de traité, il a conquis la Baie de la Néra. La loyauté de ses barons n'est que de son ressort, pas du nôtre. Pour autant, le Bief, pas plus que le Nord, ne peut continuer à endurer les attitudes belliqueuses et les tensions aux frontières.[/color] |


Mern redresse le regard pour la première fois et les regarde tous, un par un.


| Pour qu'une paix durable s'installe, il faut en finir avec les vieilles rancoeurs. Le Roi Harren doit tenir ses pirates en laisse s'il ne veut encourir le ressentiment de la moitié du continent. Le Roi Loren doit démobiliser pour ne pas encourager l'escalade. Dorne ne doit pas obéir à un désir aveugle de vengeance. |


Maintenant, il se lève, et montre les armées Lannister.


| Comment dois-je réagir à cela ? Le Bief n'est pas un royaume belliqueux, mais il dispose pourtant d'une vaste armée et sa noblesse comme son peuple n'apprécient guère d'être menacés aux frontières. Personne autour de cette table ne désire l'escalade, mais vos mouvements impliquent pourtant le contraire. Si j'y suis forcé, je peux aligner une centaine de milliers d'hommes, et le sang coulera par torrents entiers dans tout Westeros. Mais dans quel but ? |


Je les regarde tous, les dévisageant les uns après les autres.


| Je refuse de laisser entrer le Bief dans une compétition au pouvoir suprême qui ne peut se terminer que dans un bain de sang. Il faut plus lier nos royaumes que jamais auparavant. Nouons des liens si inextricables entre nos maisons qu'il soit impossible de déclencher la guerre sans faire couler notre propre sang. Que le Roi Harren épouse la Princesse Deria, que la Princesse Argella rejoigne Winterfell, que les Princesses de l'Ouest se lient à Peyredragon, ou encore que la Reine Sharra épouse mon propre frère et héritier présomptif. Ouvrons nos ports et nos marchés les uns aux autres. Croyez moi, cela vaut mieux qu'une guerre qui embraserait le continent tout entier. |
avatar
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 5440
Membre du mois : 1119
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Ven 29 Mai - 12:20



le Conclave
des Rois et des Reines de Westeros.


a good queen knows when to save her strength, and when to destroy her ennemies Confortablement calée contre le dos de sa chaise, une main baguée délicatement posée contre l'un des accoudoirs cependant que l'autre restait en suspens, un rien nonchalante, Jordane observait amusée la scène qui se déroulait sous ses yeux. Dès son entrée dans la pièce, l'odeur fielleuse des nerfs mis à vif avait eu raison de l'atmosphère jusqu'alors festive qui régnait à Goëville. La subtilité et la générosité de leur hôte de marque avaient pourtant de quoi adoucir les plus aiguisées des rancunes royales. Et pourtant : à peine les dignitaires couronnés de Westeros s'étaient-ils installés autour de la grande table du Conclave que déjà, les hostilités, fussent-elles verbales, étaient déclenchées. Nord et Sud, Fer-Nés et Valyriens. Assise face aux miniatures de Castral-Roc et de Port-Lannis, elle avait plus de mal encore à réprimer un rire de satisfaction et de peine mêlée : à réunir les grands de ce monde, alors que tous menaient leurs fronts personnels d'une main déterminée, on ne pouvait pas espérer autre chose ! Malgré tout, elle n'avait pas décliné l'invitation pour autant. Son absence aurait été d'autant plus cruellement remarquée qu'il était toujours d'un intérêt particulier d'observer ses semblables. Enfin, elle serait venue, même en l'absence de Conclave, pour renouer avec Sharra Arryn, que deux longues années avaient séparées - et les récents évènements lui semblaient avoir allongé cet éloignement de plusieurs décennies !

A sa droite, Loren observait tout comme elle l'assistance, prudemment muet. De tous les Royaumes représentés, ils formaient le seul couple. Une rareté d'autant plus notable que depuis son couronnement, le Roi du Roc donnait la détestable impression de délaisser l'Ouest, confiant ses rennes à celle qui, d'un naturel déconcertant, s'était montrée plus digne que quiconque à la maîtrise du pouvoir. En près de dix ans de règne, Jordane avait exploité les mines gisant sous Port-Lannis et battit un véritable empire financier, qui pouvait rivaliser de puissance avec la célèbre Banque de Fer de Bravoos. Cet argent, prêté avec intérêt, lui avait également servi à rehausser le blason de sa ville portuaire pour un faire l'un des centres de commerce et de culture les plus influents du continent. Aussi, sa réputation de redoutable femme d'affaires n'était plus à prouver autour de cette table, et, forte autant de son expérience que de sa réussite, les élans un rien fougueux des plus jeunes de ses congénères ne lui arrachaient aucune réaction. Pourtant, un royaume prospère n'est rien sans de solides défenses ; et si elle pouvait se vanter de ses talents diplomatique, elle ne pouvait que reconnaitre le génie militaire de son époux. Il avait ainsi judicieusement investit en une infanterie plus lourde, déployant une large partie de leurs soldats aux frontières biefoises, en réactions aux attaques gratuites des épées achetées par Mern Gardener. Cette initiative, Jordane l'avait accueillie non sans un certain soulagement. Trop longtemps solitaire sur le Trône du Roc, elle était tout autant agacée que lasse des tendances un rien nonchalantes de celui auquel elle avait été donnée devant les Dieux. Ainsi, en lui accordant un début de confiance sur la gestion de leurs forces armées, La Lannister savait qu'à ce Conclave, elle partait avec l'avantage de la surprise : il ne faudrait pas compter sur une Lionne, mais bien deux Lions !

Pourtant, ils n'avaient pas encore eu à jouer de leur tandem. En effet, alors que le Conclave était bien entamé, rien d'extraordinaire n'avait été proposé jusqu'ici. De façon prévisible, le Loup se terrait dans sa tanière, en protection du jeune Aiglon. Sous couvert de sa défense un rien chevaleresque, il ne se voyait que trop que les charmes de La Belle avaient eu raison de la solitude bourrue du nordien ;aussi, Jordane remercia les Dieux d'avoir proposé une alliance maritale plutôt que militaire aux Stark, s'assurant la pérennité d'un statut quo avec une région qui, de toute façon, ne se maîtrisait pas par un étranger : trop vaste et trop sauvage, joindre leur sang leur serait à tous deux bien plus bénéfique. Allié de longue date, il en serait de même pour le Royaume du Val et de la Montagne bien qu'il y avait fort à parier que Sharra ne réitèrerait pas ses engagements sans un gage de contrepartie. Quoi qu'il en était, Jordane s'était assurée du soutient mutuel des puissances les plus froides de Westeros. Au Sud, elle comptait bien faire fructifier ses relations commerciales avec la Principauté de Dorne ; leur indépendance promettait un gage subtile de non agression. Et à voir avec quelle détermination la jeune Deria maintenait ses positions, Jordane voyait en elle une interlocutrice de choix. En ce qui concernait le cœur des tensions qui les avaient poussés à se rassembler aujourd'hui, les prémices du Conclave lui avaient également apporté un atout déterminant ; mais elle s'était gardée de l'abattre prématurément. Comme elle s'en était douté, la petite valyrienne ne cachait que mal sa rancœur vis à vis de Harren Hoare qui de son côté, restait ferme sur ses intensions connues de tous. Aussi, en l'absence de toute prise de parole d'Argilac Durrandon, Jordane ne pouvait réprimer un rire discret de satisfaction en dessinant mentalement les contours de sa stratégie.

Pourtant, malgré ses bonnes dispositions, et gonflée de cet orgueil qu'apporte la préparation avec succès d'un évènement politique majeur, la discussion venait de prendre un tournant qui avait de quoi réveiller ses impatiences. En effet, Mern Gardener venait de prendre la parole. Et à l'entendre, il se positionnait en messie, dont la parole providentielle était celle dans l'écoute de laquelle tous avaient attendu ce Conclave ! Avec cette insolence qui de tout temps caractérisait les biefois, et qui agaçait La Lannister avant même qu'elle ne coiffe la Couronne du Roc, il ordonnait ni plus ni moins la démobilisation générale des différentes troupes, en se gardant naturellement de proposer la sienne. Attaquant frontalement la Défense Lannister, Mern se leva et pointa d'un doigt un rien accusateur les miniatures des troupes du Lion, étalant son indignation devant tant de déploiement militaire, et fanfaronnant qu'il disposait lui aussi d'une armée, ironisant sur sa supériorité et allant jusqu'à menacer les forces de l'Ouest. Pour ensuite finir sur un discours d'une démagogie telle qu'elle eut raison du silence résolument circonstancié de la Reine du Roc. « De grâce, Sire Gardener, calmez-vous. Jusqu’alors, nous avions une discussion certes animée, mais résolument civile. Nul besoin de tant de virulence alors que vous nous exhortez à plus de pondération. »

La voix suave, aussi douce que le velours, mais toujours emprunte de cette fermeté qui la caractérisait, Jordane quitta sa position jusqu'alors un rien en retrait pour se tenir droite, assise et mains croisées sur ses genoux. Le sourire qu'elle offrait à l'assistance était de ceux avec lesquels elle avait conclu nombreux accords, rendu justice et parfois même donné plusieurs de ses ordres les plus décisifs. « Je me réjouis de trouver le Roi du Bief si disposé à des relations plus pacifiques entre nos pays. Gageons que les dernières attaques de ses quelques milliers de corsaires le long de nos routes commerciales n'avaient pour but que de profiter de notre beau soleil... » fit-elle, l'ironie dessinant un sourire plus franc encore sur ses lèvres. Croyait-il sincèrement jouer au plus fin avec elle, quand son frère Rickard était sorti blessé des derniers affrontements ? Croyait-il que les Forces du Lion resteraient sans bouger face à une menace bien réelle, qui avait coûté et en richesses, et en vie aux Lannister ? C'était sans compter sur sa lucidité, et sa carte maîtresse qu'elle s'apprêtait à abattre. Savourant d'avance l'annonce à venir, Jordane s'accorda une gorgée de son vin qu'elle s'était préalablement servit. Puis, rejetant sa tête en arrière, jouant des quelques boucles d'or qui s'échappaient ça et là de sa couronne tressée, elle accompagna son propos d'un geste joueur de sa main. « Et pour vous assurer de ma bonne volonté, et ôter toute suspicion d'intention belliqueuse de notre part, sachez que par un curieux hasard - et une parfaite longueur d'onde avec vos sages conseils, l'Ouest s'est déjà ouverte à ses voisins. »

Échangeant un dernier regard entendu avec Loren, et son autre allié, Jordane annonça alors : « Afin d'amorcer une ère durable de paix et de prospérité en Westeros, et afin que cela exhorte d'autres d'entre vous à faire de même, le Royaume de l'Ouest a conclu un pacte de non agression mutuelle, et accordé un crédit à durée indéterminée de la Banque Lannister à la maison Hoare des Iles de Fer et du Conflans. » Reprenant sa position initiale au fond de sa chaise, Jordane flairait les réactions.

made by pandora.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Ven 29 Mai - 18:45





    Je suis installé dans ce fauteuil avec une envie présente de lever mon épée dans l’air et sectionner la tête de la catin blonde et du celui qui m’a trahi jadis. Mon sang de guerrier me dit que ce serait une solution facile et nous serions débarrassés de l’épine qui gangrène Westeros. Le roi reste calme, malgré l’agitation de ma main sur le rebord de la table. J’écoute la reine Sharra exposer son message de bienvenue : « Des personnes censées ». Notre monde se fout de la raison. Je soupire intérieurement. Je me demande si elle croit réellement à ses propres mots. J’en doute ! Lorsque le roi du nord prétend que le roi Jehan était un sage, je fronce les sourcils. Il a sauvé son royaume contre ma lame, mais pas sa tête.  Me réjouir de sa mort ? Non, il a bien combattu, mais il était très loin d’être sage. Chacun son opinion sur le sujet dirons-nous. J’écoute l’envolé lyrique de Torrhen de la maison Stark, prêt à défendre le Royaume du Val. Peut-être même sa vertu ? Tant de prétendants qui se bousculent comme des voraces pour épouser la délicieuse Sharra, reine du royaume du Val. Ah si j’avais été veuf. Une idée à garder en tête, pour les nuits où Rowenna se laisse à ses colères habituelles.  Les discutions continuent.

    La voix cristalline de la Targaryen m’hérisse les poils et pourtant, je reste de marbre lorsque le sujet tombe sur la Néra. Je n’aime pas cette femme, ses cheveux blonds me piquent aux yeux et pourtant nous voilà sur un sujet qui pourrait bien nous unir. Oh attention Argilac !  Jadis ses terres appartenaient au royaume de l’Orage, et sous mon autorité, la population était en paix. Ce que je souhaitais, c'était de retrouver cette paix mais cela ne peut aboutir qu’avec la guerre. Je n’allais pas laisser ces rebelles dont certains m’étaient encore fidèle dans cette situation. Oh non ! Il en va s’en dire, mais la guerre dans cette situation peut-être tout aussi néfaste. La jeune Martell reprend les paroles de la reine des dragons, s’enflammant comme le fait si bien les doriennes. Autant dire que je savais de quoi je parle. J’en ai une version plus qu’exaspérante en tant qu’épouse. Je ne sais que penser de cette femme qui se dresse devant nous. Une guerrière. J’en doute … . Dorme est son sang chaud. Dorme est ses filles chaudes. Un entretien s’impose. Peut-être qu’avec la mort de la matriarche, nous allions envie trouver un terrain d’entente.

    Je manque de m’étrangler lorsque Harren se lève souhaitait enlever le voile de l’hypocrisie. Si ce n’est pas pour nous prendre pour des idiots ! Je ne l’aime pas mais cela ne m’empêchera pas de faire alliance avec lui si j’y voyais un intérêt pour mon royaume. Il s’agit bien de ça. Nos intérêts. Harren pense pouvoir écraser ceux qui viendraient à aider les rebelles. Son arrogance me fit rire intérieurement. Je reste de marbre. Toujours tapotant sur cette table, regardant ces têtes couronnées. Observant mes futurs alliés et mes futurs ennemis. Beaucoup pense que je suis un homme sanguin. Oui, effectivement, on ne peut nier sa propre nature mais je sais aussi rester pondéré lorsque cela s’avère nécessaire. La délicieuse Sharra prend la parole. Torrhen parle de Jehan comme ayant été un roi sage, j’écoute la reine est je crois qu’elle est bien plus. Je suis d’accord avec elle mais rester neutre … pensait-elle vraiment qu’ils pourront le rester longtemps ? La guerre arrive. Je reste de marbre. Ah voilà le tour du Bief. Je me rends compte qu’en fait je n’aime pas beaucoup monde autour de cette table. Je respecte certain d’entre eux, mais c'est tout. J’apprends à connaître certain et certaine pour mieux me positionner. Il parle, il parle le roi. Tant de belles paroles. Argella, ma douce voilà qu’il propose de te marier au seigneur du Nord. J’avoue l’idée n’est pas mauvaise. Mes doigts tapotent la table dans un rythme tout aussi monotone que l’utopie déverser par Mern.  Je reste de marbre.

    Au tour des Lannisters. Une couple pour le moins étrange. Un homme se laissant presser les couilles par son épouse. Elle me fait penser à mon épouse, en plus sournoise. Je l’écoute et prends note. Je sortis de ma tanière, levant ma voix profonde et rude, scrutant cette manipulatrice. – Nous y voilà … offrir au royaume d'Harren Le Noir, des crédits pour maintenir la paix à Westeros ? – Incrédule. Je l’étais. La guerre se gagne avec des alliances … et des richesses pour moderniser et mener une armée. Harren à trouvé des alliés de taille.  Je me penche et plonge mon regard amusé dans celui de la reine Jordane. Vilaine. – Que pouvons-nous dire ! Devant votre générosité à offrir au roi Harren des richesses qu’il utilisera sans nulle doute … - Je ne disais pas le mot que tous pouvait comprendre. La guerre est proche.  Elle voulait une réaction de notre part, nous les rois et reines de Westeros. Elle se la jouait stratège, avec ce sourire mielleux, fier apparemment de s’afficher comme alliée d’Harren Le Noir.

    Autant mettre les choses au claires sur la position de mon royaume, sur ma position – Le royaume de l’Orage … est soyez en sûr, répliquera à la moindre tentative d’agression de ses voisins. Tout comme la reine Rhaenys Targaryen, je viendrais en soutien aux rebelles de la baie de la Néra. Qui en passant était une région bien plus calme sous mon autorité. – Dis-je en posant mon regard glacial sur Harren. Certains mettaient encore loyaux et pour cela ils méritaient mon soutien. - … je suis ouvert à toutes propositions d’alliances pour maintenir le peu de paix qui subsite encore à Westeros … et lèvera mon épée à tous ceux qui tenterons de soumettre le royaume de l’Orage … - Au moins ça c'est clair. Ni Harren, ni la blondinette aux décolleter tellement plongeant qui donnerait une érection à un troupeau de bataillon, ne pourra se proclamer Roi ou Reine des sept royaumes. Je me love dans mon siège et regarde l’assemblée de mon regard glaciale. Il ne peut y avoir de paix, juste des temps morts. Des temps de répits. Je devais penser à Argella, à mon peuple. Ils sont ma priorité.

 



Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Ven 29 Mai - 22:14

Le Conclave des Rois et Reines de Westeros

Hear Me Roar.

Enfin le Conclave, C’était quelque chose que le Lion attendait avec impatience et il ne se fit pas prier lorsque fut enfin arrivé le moment de siéger avec les grands de Westeros et c’est en compagnie de sa femme qu’il se rendit là-bas, se demandant comment allait se dérouler cette réunion. Le couple Lannister fit son entrée de façon hautaine, comme il sied aux lions du Roc, il y avait un certain prestige dans le couple qu’ils formaient, le seul couple royale de Westeros et quand il regardait du coin de l’oeil sa femme, il sentait une grande fierté l’habiter. Loren regarda tour à tour les autres participants, ils étaient tous là, pas un seul n’avait fait preuve d’arrogance en boudant ce Conclave. Mais le Lion n’était pas au bout de ses surprises, car il remarqua alors la servante de Sharra, habillée de façon élégante, bien trop élégante et il étouffa un juron, audible pour lui seul lorsqu’il comprit qu’il n’avait pas à faire à une banale servante, cette même femme qui avait partagé sa couche l’autre soir, mais bel et bien à la dragonne targaryenne, la maudite ! Après le juron, il faillit rire de sa propre bêtise et son ignorance à son sujet, ainsi donc la personne avec qui il avait partagé les draps était en fait la reine d’argent. Le Lannister secoua la tête pour lui-même avant de s’installer à côté de son épouse, il ne lança pas de regard à Rhaenys, ce n’était pas le moment, mais pourtant, la diablesse ne se fit pas prier pour se rappeler à son bon souvenir alors même que Sharra Arryn ouvrit le Conclave, la sieur léonin était confortablement installé bien que ce pied qui avait furtivement caressé sa jambe l’avait fait légèrement bouger dans sa chaise. Il se ressaisit pourtant, écoutant attentivement l’espoir qu’avait la Reine Régente du Val de mettre un terme aux tensions entre les royaumes, une douce chimère, la pauvre, elle allait très certainement tomber de haut.

Ce fut le Stark qui débuta les hostilités et il n’y alla pas de main morte, vêtu pour la guerre, le Nordien expliqua très clairement sa position et le lien fort qu’il avait avec le Val, ses paroles ne souffraient pas d’être contredites et Loren écouta attentivement, amusé dans un sens de voir ce rude roi être si prompt à défier ceux qui oseraient toucher à la beauté du Val. Torrhen Stark allait cependant peut être trop loin, même le commerce ? Harren avait du souci à ce faire, quand bien même il menait les Fer-Nés à la baguette, ce peuple insulaire était avant tout doué pour les pillages et les actes de piraterie. Non clairement, c’était peut-être chercher la guerre alors même qu’il ne voulait pas rentrer dans les conflits du sud, vraiment, cet homme était tout en contradictions.
Ce fut Rhaenys qui répondit la première à Torrhen et le blond de l’Ouest se fit plus attentif, intrigué de voir de quoi était capable la targaryenne. Elle-même avait des tripes, volant au secours des seigneurs de la Néra, était-elle sérieuse dans ses propos ? Le Lion se redressa dans son siège, comment pouvait-elle imaginer tenir la comparaison face aux armées du Conflans et des Iles de Fer ? Certes, des seigneurs étaient rétifs à Harren, ils s’étaient armés, mais le soutien targaryen, aux yeux de Loren était bien trop faiblarde pour qu’elle puisse faire pencher la balance et menacer le Hoare et le fait qu’elle parle de son pays, c’était d’une arrogance que le lion accueillit avec un léger rire. Le tour de la Martell fut anecdotique, elle souligna les faits énoncés rien de plus, comme à son habitude, Dorne n’était pas enclin à s’intéresser à autre chose que son nombril. La dragonne répondit aux remarques de Deria Martell et le sujet semblait désormais clos. Le Roi du Roc se pencha légèrement vers son épouse, posa sa main sur la sienne et la gratifia d’un léger sourire tandis que Harren prenait la parole.

Il fut tout comme Stark, direct même si dans un certains sens, il était plus habile dans la manière de parler, Harren n’était pas un idiot, les tensions entre leurs frontières était un sujet que Loren avait eu à coeur de régler sans tarder avant le Conclave, ce n’était au final que de la diplomatie maritale, montrer les muscles afin de montrer la puissance d’une nation à une autre. La Reine Régente prit la parole à son tour, se voulant encore une fois conciliante dans ses propos, mais restant tout de même ferme, tout à son honneur et il respectait cela, malgré une baisse d’activité diplomatique avec l’Ouest, Loren considérait le Val comme un partenaire, un allié, il ne voulait pas de conflit avec et il savait que Jordane était dans cette même optique.
Et enfin, Mern se présenta pour prendre la parole, cet homme qu’il considérait à la fois comme un ami et un ennemi, il aimait dans un sens son attitude pacifiste, tout comme lui, mais il restait un bieffois, les seigneurs de l’Ouest réclamaient vengeance et Loren savait que tôt ou tard, les tensions seront trop fortes pour que l’un comme l’autre ne puisse retenir ses bannerets. L’écoutant, Loren faillit s’étrangler vis-à-vis des propos du Roi du Bief, il osait se montrer si paternaliste envers lui ? Il avait l’impression d’être un enfant qui se faisait sermonner pour son attitude ! Menace de mettre son armée en branle, rien que ça, à l’entendre, l’Ouest avait tous les défauts, mais que dire des corsaires qui pillaient les marchands sur la route maritime de Port-Lannis ? Pour la première fois, Loren faillit parler, bondir, mais ce fut sa femme, plus prompte qui s’élança, parlant avec une ironie acerbe à Mern et le lion fut fier d’elle. Oui, elle était plus fine que lui, elle avait le génie de la diplomatie, c’était une des raisons pour laquelle il ne parlait pas, elle savait mieux y faire, mais il était aussi quelqu’un qui préférait attendre, laisser, parler les gens et analyser. Rongeant son os, le lion laissa donc la lionne parler et lorsqu’elle se posa sur son siège, il se pencha vers la belle de Castral Roc et murmura doucement. Tu n’as pas ton pareil pour me subjuguer. Il lui fit un léger clin d’oeil alors qu’un nouveau participant apporta sa pierre à l’édifice de ce Conclave qui, il fallait l’avouer n’arrangeait aucunement les tensions.
Argilac ne se fit pas prier, abrupt tout comme Torrhen Stark et pourtant, Loren trouvait ce dernier plus fin que l’Orageux, au moins, il faisait honneur à son royaume en ayant ce genre de réaction. Loren l’écouta sans broncher avant de lever, sourire aux lèvres, il devait sembler le plus faible de tous, le matou à la botte de sa femme, autant les laisser penser ainsi. Et bien Roi Argilac, voilà une bien belle démonstration de votre tact légendaire. De grâce, ne soyez pas jaloux de notre offre vis-à-vis d’Harren Hoare. À dire vrai, il n’y a pas pire qu’un royaume devant faire face à des bannerets rétifs, que se passera-t-il s’ils gagnent ? N’avons-nous pas tous ? Dans nos terres des seigneurs rêvant parfois de grandeur ? Aspirant à mieux ? Il regarda ses homologues, s’ils pensaient que tout était parfait dans le meilleur des mondes et qu’ils n’avaient pas des ombres dans leurs propres royaumes, alors ils étaient bêtes. Vous parlez tous de paix et pourtant, vous tous, vous  menacez, voilà à dire vrai une hypocrisie générale qui devrait nous faire rire. Il allait très certainement se faire huer, mais il s’en fichait. Roi Mern, sachez que je suis lasse de vos paroles, l’Ouest n’est pas un royaume indolent, vos corsaires pillent nos routes commerciales, apprenez donc à calmer vos bannerets et peut être que nous rappellerons nos troupes afin de trouver la paix ? Il regarda droit dans les yeux son pair du Bief avant de se reposer dans son fauteuil et il soupira. De ce que je vois pour l’instant, nous ne trouvons pas d’issues, nous creusons tous le fossé de la guerre. La dragonne et le cerf voulant soutenir les rebelles, voilà une grande chance de paix dans tout Westeros.. Sachez une chose, la guerre, parfois, déborde, elle est mauvaise maîtresse et adore flirter avec d’autres. Oui, il espérait que Rhaenys et Argilac comprendront l’allusion, il était facile d’envoyer des hommes au front, mais parfois, certains hommes s'affranchissaient des frontières et le Val serait le premier royaume à voir des bandes franchir ses frontières avec tout ce que cela pouvait impliquer.

made by LUMOS MAXIMA
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Ven 29 Mai - 23:24

La guerre. Je la sens. Elle est là. Cette carte sera bientôt pleine de sang, et les armées s'élèveront les unes contre les autres, c'est devenu plus que probable. Malgré mes manœuvres ; malgré une ouverture inédite du Nord sur le reste du monde. Je suis le Roi qui aura essayé sans réussir. Mon regard se fait sombre, mais je ne coupe pas le Dragon. Elle a raison, sur certains points. Pour le moment, je devais bien avouer qu'elle tenait parole. Elle n'avait pas mobilisé, et si les rumeurs de préparatifs militaires nous venaient bien de Peyredragon, il y avait pourtant bien peu à craindre en dehors du dragon ; on ne parlait pas d'une flotte de corsaires dans la Mer du Détroit, pas plus que d'un dragon survolant le Val. Pourtant, si j'ai un espoir de voir la Targaryen vouloir sauver la paix, je me rends compte qu'au contraire, elle enfonce un clou supplémentaire dans la tombe de Westeros. Soutenir les barons félons. Ainsi donc, la Néra s'est bel et bien soulevée. Ses seigneurs frondent contre Harren le Noir. Ils rassemblent leurs troupes, et de ce que je comprends de la situation, ils ont fait appel à des souverains étrangers, dont la Targaryen. Sans doute souhaitent-ils ainsi mettre toutes les chances de leur côté, contre l'énorme armée que peut aligner la couronne du Sel et du Roc. Que pouvait faire le Dragon, si ce n'est tendre la main à ceux qui réclament son assistance ? Si elle aurait refusé, personne n'aurait pu croire en elle, plus jamais. Elle se réclame de la couronne de tout Westeros. Elle doit donc s'engager dans un conflit pour lequel elle n'est pas prête. Deria Martelle enchaîne. Belle et provocante, comme la première fois. Mais plus fine tacticienne, j'ai l'impression. Je me demande plus encore ce qui a réellement motivé ses avances. Qu'importe, désormais. Je sens en moi poindre une sourde colère et je dévisage l'assemblée d'un regard sombre. Et le voilà lui.


Harren le Noir se lève.


Mettre fin à l'hypocrisie. Il m'échauffe, la pression monte, mon cœur s'accélère. En finir avec l'hypocrisie. Une embuscade militaire...SI la Targaryen a présenté le clou, c'est Hoare qui l'enfonce pour de bon. Il est déjà en guerre, il se considère comme tel depuis un moment. Pour l'avoir combattu pendant cinq ans, je sais comment il pense. Ses ordres sont pour partie déjà donnés. Je dois agir, et vite. Tant pis pour les retardataires. L'armée se mettra en route de Winterfell avant même mon départ de Goeville, et je crèverais des chevaux à plusieurs reprises pour la rejoindre une fois débarqué à Blancport. Je lâchais un éclat de rire ironique quand le Grand Roi dit qu'il pouvait « redistribuer ses troupes » en signe de « bonne volonté ». Il admettait donc que ces raids étaient voulus. Ils n'étaient pas seulement menés dans son indifférence. Ils faisaient partie de ses objectifs. La Reine Sharra me soutient, mais ma mâchoire est toujours aussi serrée, je dévisage Harren le Noir en n'essayant même pas de contenir ma colère. Alors comme ça, je dois baisser mes braies et me faire prendre par derrière avec une poignée de graviers, et venir réclamer ensuite mon petit susucre ? Ce que dit le Gardener m'indiffère. Si ses intentions sont louables, nous avons déjà dépassé le point de non-retour. La Lannister se prend la parole à son tour et je la dévisage. Exagérations que les problèmes frontaliers avec le Bief, je savais de source sûre qu'il ne s'agissait jamais que de brigandages. Sa déclaration me laisse totalement stupéfié par ce que je viens d'entendre. L'Ouest et Hoare ?


Pour quelle raison ? S'acheter leur frontière Nord ne peut vouloir dire qu'une seule chose, qu'ils soient toujours dans mon camp ou dans le sien. Et cette chose là déroule tout une gamme d'autres conséquences. Mon regard devient plus sombre que jamais, ma mâchoire est serrée si fort que l'on voit sous ma barbe le mouvement des muscles maxillaires. Crédit illimité, vraiment ? Hoare allait se lancer dans une guerre totale, financée par les Lannister. Qui, s'ils devenaient créanciers d'Harrenhal, ne pourraient entrer en guerre contre lui. Paradoxalement, le mariage de Jeyne n'a jamais été aussi nécessaire, mais l'alliance avec l'Ouest n'a jamais été aussi lointaine non plus. Je dévisage toujours Harren. Les paroles du Sire d'Harrenhal résonnent encore à mes oreilles.


Je revois le visage de Weyton, allongé dans la tente. Une flèche dans l'oeil. Mort. Le visage de Rickard, mort avec son navire face aux Fer-Nés. Ryman, qui agonisa pendant des heures, à demi-éventré, me serrant la main et me contant tous ses regrets. Tous ces visages. Ces villages en ruines. Ces femmes, meurtries dans leur chair et dans leur âme, que j'avais dû reloger, tenter de marier, d'oublier ces ravages. Ces hommes aux mains coupés. Ces enfants massacrés. L'Orage répond, agressif mais pourtant loyal envers ses anciens sujets. Je me fiche de sa réponse ; cette guerre là n'est pas la mienne. La mienne est bien plus ancienne. Je me lève à mon tour et toise le Roi du Roc.



| Vous armez un Roi qui a passé sa vie à combattre et à envahir ses voisins. Soyons désormais réalistes. Guerre il y aura, puisqu'aucun des seigneurs ici présent n'a le choix. Ni Rhaenys Targaryen ni Argilac Durrandon ne peuvent ignorer l'appel de seigneurs vaincus et brimés, tout comme Harren Hoare ne peut tolérer un affront pareil. Mais pas plus que les autres, vous ne semblez désirer la paix par vos actions, Roi du Roc. Financer cet ambitieux va faire pleuvoir les cadavres au sud du Trident. |


Je me tourne vers Harren le Noir, à ma droite. Je savais que je regretterais mes paroles mais qu'importe. Etre le Nord, c'est incarner son âme, ses blessures, son avenir. Celui-ci se fera sans le Roi qui nous massacre depuis des années.


| Vous ne prenez même pas la peine de nier que ces attaques que le Nord subit depuis des années ne sont pas de votre fait. Il s'agit bien de vos forces, qui brûlent des villages, violent, capturent ou assassinent. Cela fait quinze ans que je me bats contre ces pirates. Quinze ans que je vois le visage de ces gens à qui vous avez tout pris. Et maintenant, je devrais oublier cela et devenir votre ami, acheter ma propre neutralité en acceptant vos conditions ? |


Je souris et pars d'un rire plein d'ironie, secouant la tête.


| Le Grand Roi se sert sur mes terres depuis des années. Mais je vous rappellerais aisément, Sire, que le Nord n'est pas un chien que l'on peut battre, puis siffler pour qu'il vous aide à vos sales besognes. |


Ma voix se teintait du plus profond mépris, du dégoût le plus amer. Je rive à nouveau mon regard dans le sien.


| Je ne me laisserai pas insulter plus longtemps. Je ne laisserai pas les nordiens servir vos vils desseins et emplir vos poches. | Regard de plomb, ton tranchant comme une épée. | Si un seul de vos navires est ne serait-ce qu'aperçu au large de nos côtes, je fais la promesse solennelle de mener mon ost au sud et de châtier les coupables. |


Plus que de la colère. Plus encore que de la haine. Harren le Noir a poussé trop loin son raisonnement. Le Nord n'est pas un pion qui peut tantôt lui servir, tantôt être massacré à loisir. Le Nord est une terre de guerriers, et s'il a oublié ses armées saignant dans les marais autour de Moat Cailin ou ses pillards passés au fil de l'épée par ma cavalerie, cinq ans d'échecs, je suis prêt à les lui rappeler. Je ne plierai le genou devant personne. Je ne jurerai jamais allégeance au Dragon. Harren le Noir aurait pu, en y mettant les formes, acheter ma neutralité. Le Nord avait suffisamment saigné comme cela. Pourtant, il continuaient encore de nous traiter comme des proies, et c'était intolérable. On pourra me taxer de bellicisme, ou tancer mon manque de diplomatie.


Passez huit ans à récupérer les restes d'enfants dans des villages calcinés, à reloger des veuves qui ont été violées à côté du cadavre de leur mari, à écouter les plaintes des pères dont on a réduit les fils en esclavage. Je voulais sauver la paix, mais le Roc finance les guerres d'Hoare, Durrandon et Targaryen vont sauter à la gorge du Sautoir et peut-être se déchirer entre eux. Je ne coule aucun regard vers Sharra Arryn ; cette menace, cette promesse, ne regardent que le Nord. Je n'attends aucun soutien de sa part si Harren me force à la guerre.


Le voilà prévenu, la belle est dans son camp. La balle est dans leur camp à tous. A force de jouer sur le commerce, sur les frontières, le Loup finit par mordre, et il ne sera pas le seul.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mar 2 Juin - 22:31


Rhaenys s’est défendue, protégée, retranchée. Peut-être ai-je mal interprétée. Je sais pourtant qu’elle s’est mise en tête de poursuivre les rêves saugrenus de son frère et de sa sœur. Mais soit, nous verrons bien ses prochaines actions.
Le Roi Harren, lui… m’a déjà sorti plus ou moins le même discours. On ne pourra pas dire qu’il est versatile. Et je ne suis toujours pas en accord avec lui sur bien des points.
Je m’adosse sur ma chaise, empêchant mes doigts de pianoter comme le fait le roi de l’Orage. Je l’écoute, pourtant mon regard circule sur les visages. Tant de colère. Sa simple intervention semble faire voler si facilement les tentatives de certains de vouloir rechercher un accord… La tension est palpable. Contagieuse presque… sûrement.
J’observe la Reine du Val alors qu’elle s’adresse à nous. Elle vient de s’attirer le soutien du Nord. Ce n’était pas une idée en l’air ce conclave, elle y croit. Alliance, collaboration… J’esquisse un sourire. Pourtant, elle s’affiche neutre tout comme le Nord, si besoin il était de le mentionner. En retrait. Terrain neutre et impartial. Y croyait-elle réellement à cela ? Qu’ils pourraient simplement regarder les autres s’entretuer ? Certes, j’espérais tenir mon peuple en dehors de tout cela. Mais les armées du Noir et du Dragon ne se tenaient pas à mes portes. Pas encore.
Mern. Je tourne la tête, alors que c’est le Bief qui prend la parole. D’une voix calme et posée. Même lui, je l’envierais d’avoir l’air tant à sa place. Je sers la mâchoire. En finir avec les vieilles rancœurs. Et c’est lui qui sort ça ? Tout comme les Iles de Fer et ses escarmouches aux frontières qui doivent faire grincer des dents le Roi Loup. Il désigne la table, parle paix, démobilisation et tranquillité. Je ne peux malgré tout retenir un sourire narquois alors qu’il continue. Oh, je suis certaine que ses propositions d’alliance ont été murement réfléchies. Et une partie de moi sait que ce qu’il propose à du sens. Pas les mariages non. Mais… Mes yeux s’assombrissent.
La Reine Lannister. Je ne sais pas quoi penser d’elle. Tout comme Sharra Arryn, elle incarne la beauté, le pouvoir et la force. Je ne vaux pas moins qu’elle. Je ne sais si je constate ou si je tente de me persuader. Je préfère l’ignorer. Je reste un instant à la fixer. Un crédit… à Harren ? Peut-être devrais-je repenser à la proposition de Mern quant au mariage. Je ricane, bien que cela ne sied point ni à mon rang, ni à la situation.

Je ne suis pas à ma place. Je suis trop novice. Oui, je me répète, mais plus ils prennent chacun leur tour la parole, plus je ressens cette différence. Pourtant, je reste droite. Je ne baisserais pas le regard. Je ne peux. Ni devant Harren, ni devant les lions, ni devant Mern.
Mais tout s’enchaîne si vite. Trop vite. Comment pouvons-nous… comment puis-je… Ils ne peuvent. Pas plus les uns que les autres. Les paroles des Rois s’enchaînent. Promettant guerre, morts et douleurs. Plus le temps passe, plus les nuages s’amoncèlent et cela commence réellement à m’effrayer. Je n’étais pas prête pour mener mes guerriers dans une guerre. Je n’étais pas prête pour voir le sang couvrir le sol de mon Royaume. Pour voir les enfants pleurer leur père. Les femmes sangloter devant leur terre brulée. Pour découvrir mon royaume ravagé.
Ils parlent, argumentent, se justifient. Le Roi Argilac propose la paix, mais défendra ses terres. Le Roi Lion sourit, tente de se disculper en arguant des bannerets rétifs, averti Mern, prévient des dangers d’une guerre. Après avoir armé de fond en comble le Noir, je trouve cela plus qu’ironique.
Ma crainte  s’effiloche, et la colère gagne du terrain. Bien.  
Et le Roi du Nord se lève à nouveau. Et menace le Roi du Sel, et blâme le Roi du Roc.
Les chances de repartir en paix s’éteignent aussi rapidement que mon acrimonie et ma colère augmentent. Je ferme les yeux.

« C’est assez. »

Je me lève brutalement, repoussant ma chaise, posant mes mains sur la table.

« C’est assez. »

Bien. Perds tous tes moyens et pique une crise princesse, tu leur montreras comme tu es digne d’être sur ton trône. Je pourrais me retrancher derrière l’excuse du sang dornien. Je relève la tête et inspire.

« Je ne vous comprends pas. Encore une fois, je suis bien trop jeune et sans doute trop novice pour jouer avec vous. Mais…  nous… Vous êtes tous venus ici… sur l’invitation de la Reine Sharra.
Pourquoi ? »

Je les regarde tour à tour.
« Uniquement pour relancer les querelles ? »

Je fixe le Roi en face de moi.

« Vous m’avez demandé, Sire Stark, de me montrer raisonnable. De ne pas chercher vengeance au risque d’enflammer tout le continent. Et, si ce n’est pour vous, je l’ai fait pour mon Peuple. Pour mes Terres. »
Je souris, désabusée.
« Vous me demandez à moi, Deria Martell, de me montrer sage et réfléchie. Ce que j’essaie désespérément de faire depuis que je suis arrivée sur le trône.

Et je suis venue ici. Jusqu’au Royaume du Val. Quelques semaines seulement après mon accession au trône. Quelques semaines à peine après les meurtres de ma famille, de la Princesse de Dorne. Tout en sachant qu’il y avait de grandes chances que je croise également le donneur d’ordre de ces assassinats. Mais je suis venue. Dans l’espoir de… mettre à plat tout ceci. De trouver des terrains d’entente. »

Je secoue la tête en riant. « Et j’étais terrifiée à l’idée de me retrouver en face de si grands Rois et Reines. De ne pas être à la hauteur de ceux dont j’entendais déjà parler il y a des années. De ne pas être capable face à vous tous qui êtes si censés, prudents, vous qui êtes depuis bien plus longtemps que moi à la tête de votre Royaume. »

Je regarde la carte, un petit sourire ironique aux lèvres. « Je vous pensais meilleurs que ce que vous m’offrez à voir aujourd’hui. Je n'ai pas à rougir. Je ne suis pas moins bonne suzeraine que vous, malgré mon jeune âge. Cela devrait pourtant me rassurer. Mais ce n’est pas le cas. Certains cherchent des solutions, c’est certain. Les autres versent de l’huile et embrasent nos terres. »  

Je sers la mâchoire. La colère est toujours là. Je les dévisage tous.

« Est-ce un privilège de vieux Suzerains que de donner des conseils, que de se montrer agressifs  ou dédaigneux envers d’autres seigneurs ? » Je ne parle pas à Torrhen Stark en particulier. J’espère bien qu’il le comprendra… même si oui, cela s’adresse aussi à lui. « Je comprends que certaines colères, certains… différents soient beaucoup trop profonds, trop anciens ou trop personnels pour être simplement écartés d’un revers de la main. Je ne le sais que trop bien.
Et, je n’apporte aucune solution dans l’immédiat. Je m’en rends bien compte aussi. Mais si ce conclave doit finir de la sorte, autant l’abréger. Chacun pourra rentrer chez soi au plus vite pour préparer ses troupes. »


Je les toise une dernière fois, moitié en colère, moitié désillusionnée. Non je ne les pensais pas non plus parfait, loin de là. Je me rassois. Mais… C’est à se demander si certains d’entre eux pensent parfois à leur peuple.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Sam 6 Juin - 10:49, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5800
Membre du mois : 19
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Ven 5 Juin - 18:43


Le conclave


Conclave And The Queen

J’avais écouté avec attention tous les seigneurs qui avaient pris la parole, même ce fourbe d’Hoare. J’avais été surprise d’apprendre que les Lannister soutenaient financièrement la guerre du Noir, restant sans voix face à cette déclaration. Que cherchaient-ils ? Voulaient-ils eux aussi entrer en guerre contre moi ? Je dévisageais quelques instants Loren, avant de me reprendre rapidement. Bon, je l’avoue, je ne pus m’empêcher de le bousculer sous la table pour lui faire comprendre son alliance avec le Noir m’enchantait. Il ne pouvait pas savoir qui j’étais, donc je ne pouvais pas lui en vouloir, seulement… Ne fallait-il pas être tordu pour s’allier à un homme tel que lui, sans honneur et sans parole ? Comment pouvait-on faire confiance à un homme tel que lui ? Je me le demandais bien.

Sans étonnement, le Val et le Nord se voulaient neutres. Sans doute s’imaginaient-ils que cela était encore possible, alors que ce n’était plus le cas. Nous étions à l’heure des choix, et ils devront rapidement choisir quelle est la cause qu’ils voulaient défendre.

Je l’avoue, je suis contente d’entendre le Seigneur de l’Orage proclamer qu’il irait défendre la bai de la Néra. Nous ne serions pas trop de deux à le faire. Que le Nord s’offusque de l’attitude du Noir fut aussi un point possible pour les miens. Hoare montrait dans toute sa splendeur la fourberie dont il était capable envers les autres royaumes. « brûle de t’élever », telle était sa devise. Nul doute qu’il n’allait pas se contenter de son royaume, pas alors qu’il s’était proclamé Roi des sept royaumes. Il ne désirait pas la paix, il voulait s’asservissement de tous. Les autres royaumes étaient encore trop aveugles pour s’en rendre compte et j’espérais que, lorsqu’ils ouvriront les yeux il ne sera pas trop tard.

Dorne reprit la parole, forte et fière comme précédemment. Je n’étais pas en désaccord avec tout ce qu’elle disait, mais je n’étais pas non plus entièrement d’accord avec elle et sa manière de voir les choses.  Elle essayait d’apaiser les tensions, ne voyant pas qu’elles étaient finalement nécessaires pour faire éclater au grand jour les véritables personnalités de tous. Lorsqu’elle eut finit, je décidais de prendre la parole. Je ne vois pas notre jeunesse comme une faiblesse mais comme une force Lady Martel. dis-je d’abord à Dorne, avant de m’adresser à tous les seigneurs.   Nous sommes le futur de ce pays, ce royaume que nos ancêtres, nos parents, et tous nos aînés nous ont légué. Je récupérais sur la table chacun des emblèmes des royaumes et les posa devant moi. Je m’étais levée, et me tenais dorénavant droite. Ma voix était sure et déterminée. Seigneurs, vous êtes la force de ce royaume et votre expérience ne peut être que bénéfique. Cependant, j'aimerais vous demander à tous : quel monde voulez vous laisser pour et à vos enfants? Je renversais tous les pions sur la table, le mien y compris d’un revers de main, les laissant dévier à leur guise.   Désirez vous un monde déchiré par des guerres entre voisins n'arrivant pas à s'entendre et à cohabiter ensembles? Un monde où les seigneurs ont peur des autres, et que cette peur les amène à soutenir un autre seigneur? Un monde où des dirigeants accepteraient que leurs peuples pillent et volent les autres royaumes, sans essayer de faire cesser cela? Je m’emportais légèrement dans ma voix, montrant combien j’étais convaincue par les mots. Je me stoppais un instant pour relever chaque pion et les repositionner au centre de leurs royaumes. Ou alors, voulez-vous leur laisser un monde uni ou chacun aurait trouvé sa place, un monde en paix, où l'un n'aurait plus peur de l'autre et où tous gouverneraient son royaume MAIS respecter des lois communes garantissant la paix et la sereinitéde tout Westeros? Un monde où nos voisins ne seront plus des ennemis mais des alliés prêts à nous aider en cas de coup dur?   J’indiquais la baie de la Néra du regard, avant de reprendre. Dites moi, que voulez vous voir? Que désirez-vous ? Qui désirez-vous être? Je regardais un par un droit dans les yeux chacune des personnalités présentes, leur faisant comprendre que je m’adressais à eux tous à la foi. Qui voulez-vous être ? Un seigneur se battant pour la paix, et protégeant son prochain? Je me décalais légèrement sur le côté pour faire face à la baie de la Néra Un seigneur décimant des familles et renvoyant leurs têtes à leur proches? Un seigneur permissif laissant ses bannerets attaquer d'autres royaumes en tout état de conscience? Je tournais autour de la table et décala le pion d’Hoare vers les iles de fer, puis vers le Nord. Oui, je le visais complètement. J’haussais les épaules, puis en regagnant ma place, je continuais de parler, laissant les mots venir et sortir tout seul de ma bouche, à mesure qu’ils traversaient mes pensées. Moi j'ai fais mon choix depuis bien longtemps. Pensez-moi idéaliste, cela m'importe peu. Je suis prête à me battre pour mes idées. Je pris le symbole de ma maison et le posa sur la presque ile de Claquepince.   La guerre, je ne l'ai pas connu, mais on me l'a amené à mes frontières. Mon ton se fit plus dur. Je posais mes deux mains sur la table, me penchais en avant, un regard féroce sur le visage. Je suis l'héritière de l'ancienne Valyria, un monde qui fut prospère et serein avant que le fléau ne s'abatte sur lui. Je suis une chevaucheuse de dragon. Je suis la dernière représentante de la maison des Targaryen. Je suis Rhaenys, de Peyredragon, mon père était Lors Aerion Targaryen et ma mère  lady Valaena Velaryon. Je sais qui je suis et ce que je veux. J'aiderais Westeros, et tous ceux qui solliciteront mon aide. Je ne me battrais que pour la paix et uniquement pour elle. Je pointais du doigt la baie de la Néra  Je n'abandonnerais pas des seigneurs à leur triste sort. J'irais me battre à la baie de la Néra, et je laisserais le choix aux seigneurs de se rallier ou non à ma maison, ou à celle de l'Orage, ou à celle qu’ils désirent. Je regardais le seigneur de l’orage droit dans les yeux, et lui dis Ce sera un honneur pour moi d'aller les aider, et si je puis compter sur votre soutien Messire Durrandon, ce serait avec grand joie que je me battrais à vos côtés pour la libérer. Je me relevais et m’écartais e la table Il n'est nullement question que je ne fasse rien alors que je possède les ressources nécessaires pour agir. J’haussais de nouveau les épaules, le regard toujours aussi dur  Peut-être vais-je tomber? Peut-être est-ce de la folie? Qu'importe. Si je ne me bas pas pour défendre cet idéal que je poursuis, personne ne le fera à ma place. Libre à vous d'agir ou de ne rien faire. Je regardais un à un les seigneurs présents. Sachez seulement que rien ne pourra m'arrêter, pas même la mort. La guerre a été déclarée à Peyredragon et on m'a contrainte à prendre le pouvoir. J’attardais mon regard sur Le Noir, avant de passer sur les Lannister. Je récupérais l’une des torches accrochées au mur avec ma main gauche. Je la baissais à hauteur de poitrine, avant de plonger la main droite dans les flammes. Je n'ai pas peur d'y brûler des ailes. Le feu est mon élément, et e répondais à l'injustice par la justice Je reposais la torche la mur, et referma mes poings sur l’embout, pour l’éteindre en étouffant les flammes. Je n’avais jamais craint le feu. Je suis une dragonne et les flammes ne peuvent me faire du mal. Je regagnais ensuite ma place, n’ayant rien de plus à rajouter. Je venais de jouer cartes sur table.  




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1962
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Sam 6 Juin - 20:12


A présent que j'avais parlé j'écoutais avec attention les autres gouvernants et notai plusieurs points qui pourraient me servir à conclure différents traités. Si certains campent sur leurs positions d'autres montrent des signes d'apaisement lucide, et même d'une envie de s'ouvrir. Peut-être que de nouvelles alliances allaient se signer, à moi de trier celles qui valaient la peine de propositions fortes, voire d'éventuelles concessions. Il allait être temps pour moi de reprendre la parole à leur suite et de répondre à certains points, notamment au sujet de la réaction du Nord, fidèle à lui même.

Loin d'apaiser la situation il ne faisait qu'agir dans le sens de la guerre, faisant le jeu des Targaryens mais aussi dans un sens du mien. Les tensions qu'il créait laissait présager des conflits à venir et il ne tenait donc qu'à d'autres de se lier pour s'en protéger. Forger de solides alliances permettraient de tuer dans l'oeuf toutes idées d'invasions, à défaut d'éviter la guerre entre moi et Peyredragon.

J'affiche un sourire satisfait lorsque Jordane Lannister annonce notre alliance et je ne manque pas de bien écouter les réactions qui ne se font pas attendre, et celle de Stark est la plus expressive. Il est à l'image de son peuple, de ses guerriers qui ont tenu tête face aux miens. Les cinq années de guerre entre nos deux royaumes ont été couteux, en hommes et en richesses, pour autant ni moi ni mon peuple ne regrettons celle-ci. Stark était trop sentimentale en fin de compte et ceci finirait probablement par le perdre. Il était trop sanguin au final mais qu'importe, ses menaces n'avaient aucun effet sur moi.

Je comptais répondre à chacune de ses paroles mais d'autres décidèrent de parler avant moi, aussi décidai-je de les écouter. L'écoute permettait d'apprendre beaucoup, certains semblaient l'oublier, ne parvenant pas à s'affranchir d'un passé lourd en tribut mais nécessaire à l'évolution de Westeros. La Princesse de Dorne s'emporte à son tour, pour autant elle prononce des paroles qui ne sont pas dénuées de raison en un sens, mais cela suffirait-il?

Clairement non à en voir la réaction de la catin blonde. Et allez qu'elle récite encore son laïus de justice candide, se désignant comme agissant pour la paix. L'hypocrisie de ses paroles me surprend, non pas pour ce qu'elle dit mais plutôt le fait que depuis le début de ce Conclave tous semblent y croire. Les Targaryens n'étaient jamais venu en Westeros pour la paix, Aegon n'a jamais parlé de paix mais bien de domination. Etais-je le seul à m'en souvenir? Je me masse la tempe avant de reprendre la parole à mon tour.


Et bien et bien… Il vous a fallu peu de temps pour que votre neutralité ne s'efface Sire Stark. Ai-je indiqué que les actes de piraterie sur vos terres étaient effectués sur mon ordre? Non. J'ai simplement indiqué pouvoir y mettre fin. dis-je d'abord avant de me taire un instant, le fixant sans céder. Le Nord avait été un adversaire valeureux, pour autant à mes yeux son Roi réagissait présentement comme un enfant.

Mais qu'importe l'apaisement souhaité par Dame Arryn Reine du Val en organisant ce Conclave, vous le balayez d'un revers de main. Nous verrons ce qu'il en sera lorsque le problème des sauvageons prend davantage d'ampleur. Nous verrons bien combien de temps vous parviendrez à protéger Westeros de leur arrivée. dis-je avant de faire une nouvelle pause. Chacun avait un rôle en Westeros, encore fallait-il que tous soient en mesure de le tenir. Quelle réaction dois-je avoir face à vos paroles? Dois-je fermer mes frontières et imposer à ceux qui vous envoient un soutien sur le mur ou qui désirent simplement se rendre au Nord de contourner mon royaume? Dois-je faire preuve du même refus d'avancer que vous?

Ma réponse est non.

Pour vous répondre Dame Martell, à nos yeux votre âge n'est en rien un frein quant à votre bonne capacité à régner. Vous êtes la Princesse de Dorne et nul ne peut le nier. Si la guerre est inévitable pour certains royaumes, d'autres sont ouverts à la paix.
dis-je pour finir de répondre Stark d'abord puis ensuite à la Dornienne de sorte à ce qu'elle ne se sente pas méprisée ou ignorée.

Quant à vous, Rhaenys Targaryen, ne vous dédouanez pas. Votre frère Aegon ne parlait pas ni de paix ni d'union mais bien de domination pure et simple. En voulant conquérir chaque royaume de Westeros, et par ses paroles et ses choix, votre frère seul vous a contraint à prendre aujourd'hui le pouvoir en Peyredragon. Et aujourd'hui en appelant à la vengeance, c'est vous qui décidez de porter la guerre en Westeros en dépit de vos paroles.

Vous voulez la paix? Alors n'appelez pas à la guerre. Je m'arme pour faire terre la colère en mes terres de la Nera, pour me défendre face à d'éventuelles invasions et pour me défendre face à votre soif de vengeance. J'assume ce que j'ai fait à votre famille, mais Westeros mérite-t-il de s'embraser pour autant? A vous d'en décider. Décidons aujourd'hui, ici et maintenant, de mettre fin à ce conflit déclaré.

Je vous propose la paix, qu'en ferez-vous?
dis-je avant de me taire une nouvelle fois à son attention, avant de reprendre brièvement aux autres protagonistes.

A tous ici présent je vous fais la même proposition: plutôt qu'une guerre sanglante, je vous propose une alliance solide et pérenne où chacun verra l'intégrité de son royaume préservée et assurée. Qui voudra vraiment assurer la sécurité de son peuple? dis-je pour conclure et me taire enfin. Qui réagira le plus violemment? Car nul doute qu'ils seront nombreux à rejeter toute idée de paix, en dépit de leurs belles paroles. J'étais le seul à la proposer en ce jour.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mer 10 Juin - 14:06


Le conclave


Conclave And The Queen

Je regarde le Noir avec un dédain non caché. Ces mots ne m’atteignaient pas. Je n’avais que faire de ce qu’il pensait et de ce qu’il voulait. Je ne l’écouterais jamais et ne prendrais jamais son avis en considération. Il m’avait pris ceux que j’aimais le plus au monde et jamais je ne pourrais passer outre cela. Je me fichais de ce qu’il disait vouloir. Il n’était qu’un menteur, qu’un traitre, qu’un fourbe. Je voyais juste et clair dans son petit jeu. Il pouvait peut-être leurrer tous les autres, mais pas moi. Oh non, il ne pouvait pas me leurrer. Je ricanais de dédain lorsqu’il me proposa la paix, me demandant ce que j’en ferais. Il venait de trainer les miens dans la boue, avant de me faire pareille proposition. Pour qui donc se prenait-il ? Il ne savait rien de nous, rien du tout. Je m’adossais au fond de mon siège, dans une posture désinvolte, lui montrant bien que je me fichais royalement de son opinion. Parce que vous non peut-être ? Il me semble que vous vous êtes proclamé Roi des Sept royaumes juste après avoir tué mon frère et ma sœur alors même que vous les aviez placés sous votre protection, alors même qu’ils étaient venus parler de paix avec vous. une petite piqure de rappel ne pouvait pas lui faire de mal. Je montrais aux autres combien il était hypocrite tant dans ses paroles que dans ses gestes. Il venait de me reprocher les rêves de mon frère et le titre qu’il s’était donné alors que lui-même en avait fait autant. , dans une posture désinvolte, lui montrant bien que je me fichais royalement de son opinion. Ah et notons que contrairement à vous, Aegon a toujours été franc et droit. Je n’ai jamais porté la guerre en Westeros. C’est vous qui l’avez fait en tuant la délégation de paix qui était venue sur votre territoire. C’est vous qui avait déclaré la guerre à Peyredragon en tuant son seigneur. Dites-moi Lady Lannister, si Hoare avait tué votre époux venu pourparlers avec lui en lui plantant un couteau dans le dos, ne seriez-vous pas partie en guerre ? Seigneur Stark, Lady Arryn si Le Noir avait assassiné votre fils en visite diplomatique chez lui, n’auriez-vous pas crié à la vengeance ? Seigneur Mern, Seigneur Durrandhon, si cet homme là avait tué votre fille venue discuter avec lui, seriez-vous resté tranquillement chez vous sans rien faire ? Lady Martel, si le seigneur du Conflans avait invité votre Frère à venir chez lui pour bavarder et vous aurez ensuite renvoyé sa tête en gardant son corps comme trophée, n’auriez-vous pas pris cela comme une déclaration de guerre ? Je n’attendais pas de réponse des personnes que je venais d’interpeller. Les réponses, je les connaissais déjà, tout comme eux d’ailleurs. Je lâchais un nouveau rire hautain, avant de me retourner de nouveau vers Hoare l’hypocrite. Vous voulez la paix ? Soit, je suis prête à vous l’accorder, sous trois conditions. La première est que vous me livriez votre fils et votre fille. Ne vous en faites point, si je vins à me débarrasser d'eux, j’aurais la décence comme vous l’avez eu à mon égard, de renvoyer chez eux leurs têtes. Oh, je garderais bien entendu leurs corps. Sans doute serviront ils de repas à Meraxès, ma dragonne. Ma deuxième condition est que vous fassiez parvenir au plus tôt cinq cent chevaux à Peyredragon, pour compenser la perte de Vaghar et Ballerion. Et ma troisième condition est que vous soyez jugé pour vos crimes à Peyredragon, par une cour que je présiderais. Alors, que décidez-vous Hoare ? Je vous propose la paix, qu’en ferez-vous ? A tous ici présent, je vous fais la même proposition : plutôt qu’une guerre sanglante, je vous propose une alliance solide et pérenne où chacun verra l’intégrité de son royaume préservé et assuré. Sauf que contrairement à cet homme, MOI, je tiens mes promesses. Contrairement à cet homme, je ne vous couperais pas la tête si vous me rendez visite à Peyredragon. Vous êtes libres de choisir en qui vous préférez avoir foi. Un homme prêt à tout pour voir son rêve de puissance et de gloire s’accomplir, quitte à tuer des personnes placées sous sa responsabilité, ou Moi. Mon discours était tout aussi enflammé que ma précédente prise de parole. J’avais repris à escient les mots de Hoare. Il n’était qu’un hypocrite et cela ne pouvait que sauter aux yeux. Comment croire un tel homme ? Ses actes parlaient d’eux même. Et s’il voulait vraiment la paix, il accepterait mes conditions. Mais bien entendu, il ne le ferait pas. Ce serait la fin de sa maison et de sa vie et il était trop lâche et trop avide pour voir cela arriver. Surtout qu’entre nous, je n’étais pas le même monstre qu’il était. Je ne tuerais pas son fils ni sa fille. Oh, ils seraient prisonniers à Peyredragon, mais je n’aurais pas attenté à leur vie. Il y avait déjà assez eu de mort et de sang qui avait été versé.

 




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1962
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mer 10 Juin - 19:38






La princesse de Dorne est bien jeune. Elle s’enflamme, apporte des paroles censées pour mieux nous ouvrir les yeux. Nos yeux sont grands ouverts et nos oreilles également, mais les mots n’ont pas d’impact. Aucun de ses mots ne pourrait changer ce que nous sommes. Des souverains et souveraines d’un monde insensé. Nous sommes issues d’un poison plus tenace, le pouvoir. Nos querelles tournent autour de ce poison, c'est ainsi. Dorne, est un ennemi de longue date. Nous nous repoussons à chaque fois que l’autre met un pied de trop sur les terres de l’autre. Je me demande bien qui à eu l’audace de tuer la princesse Méria et son fils. Vu qu’il ne s’agit pas de mon fait, je penche pour Bief. Je scrute de mon regard azur tout ce petit monde. Que disait la jeune dornienne ? De l’huile sur le feu. C'est ainsi qu’on règne, en divisant pour mieux régner. La jeune enfant a encore des choses à apprendre. En espérant que ses ennemis, lui en laisse le temps.

La Targaryenne reprend la parole, nous incitant à réfléchir pour l’avenir de nos enfants. J’y pense ardemment. J’y pense aux points d’avoir des migraines. Où est-ce les colères orageuses de ma reine ? Va savoir. Je n’ai pas besoin d’elle pour savoir que mes motivations restent les miennes depuis tant d’année. Non, depuis la naissance de ma fille. Mon royaume, mon sang avant tout. Voilà que nous avons droit à une tirade sur sa généalogie. Les mots et les longs discours m’ont toujours fait grandement chier. Et franchement, je ne crois pas à la sincérité de ses paroles. Après la mort de son frère, elle a reprit le titre que son frère s’est injustement autoproclamé, Seigneur des sept royaumes. Pourquoi n’avoir pas décidé de reprendre le simple titre de Reine de Peyredragon ? Parce que le pouvoir est notre poison. C'est dans les détails qu’on perce la vérité. Je suis un homme rancunier et je n’oublie pas les affronts des uns et des autres.

Nous reprenons enfin un sujet qui m’intéresse grandement, la baie de Néra. Cette terre qui appartient avant tout au royaume de l’Orage. Elles étaient prospères sous mon règne. La Targaryenne me regarde de ses yeux de biche, prête à défendre ses terres à mes côtés. Pas d’envolé lyrique, juste un signe de tête pour confirmer qu’elle peut compter sur mon soutien. En aucun cas, je resterais inactif dans cette histoire. Ce n’est pas mon genre. Harren Le Noir, le fourbe comme on l’appelle. Où n’est-ce que moi qui ‘appel ainsi ? Je ne veux pas de sa proposition où il souhaite qu’on garde nos royaumes comme ils sont pour une paix solide. Je veux récupérer ce qu’on ma pris, marier ma fille et lui offrir un royaume prospère. Que les Sept m’emportent si je n’obtiens pas ce que je veux.

La fureur de la dragonne s’élève dans ses lieux, et cela me laisse de glace. J’ai connu bien des colères, et les miens sont plus que des mots. Je me lève de mon siège, mon postérieur me démange. – Vous n’avez pas besoin de nous rappeler Dame Rhaenrys, ce qu’est le roi des îles de Fer. – lui dis-je d’une voix monocorde et posée. Mon entourage se méfier toujours de ces instants où je reste calme. Comme toute tempête, elle s’annonce toujours avec le calme plat de la mer. – Il est évident que si ma fille avait été tuée par Sire Hoare, je n’aurais pas laissé passer ce meurtre sous silence. J’aurais embrassé Westeros, et décapité chaque parcelle de son être … - Dis-je en désignant la Roi Harren. Je m’arrête un instant en imaginant la scène. Je reprends avec un rictus mauvais - Peut-être même que je lui aurais fait manger chaque membre décapité avant de lui donner la mort. – Je passe derrière ma chaise, posant mes bras sur le dossier. – Depuis le début, vous nous prenez à partie dans votre querelle. La guerre est inévitable. Nous le savons tous. Peu importe la neutralité de certain – Je regarde d’un air détaché le Roi du Nord et la Reine du Val – Où ceux qui ont manifestement déjà fait leurs choix entre la reine Rhaenrys et le Roi Harren – Un regard appuyé à la Reine de l’Ouest. – Quant aux autres … - Je regarde la souveraine de Dorne et le roi du Bief ceux qui n’ont pas exprimé ni choix, ni neutralité. – … nous prendrons certainement notre décision en fonction de nos aspirations pour la survie de notre royaume. Je pense qu’à cette heure ce Conclave tourne en rond. – Je me retourne sur la reine Sharra, avec un sourire bienveillant – Majesté peut-on avoir un peu de vin ? Etant donné que si ce Conclave dure encore des heures en querelle stérile, je préfère le faire avec un verre à la main.



Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Mer 10 Juin - 21:34

J'écoutais simplement. Je ne faisais aucun bruit, aucun soupir, rien qui ne puisse traduire ce que je pouvais penser. A quoi m'attendais-je ? Cela n'allait servir qu'à envenimer les tensions déjà existantes, comme si elles ne l'étaient déjà pas assez. Oui, je m'en étais douté, dès que l'idée d'organiser cet événement m'étais venue. Mais au moins, chacun allait jouer cartes sur tables, et je saurai à quoi m'en tenir. Ces discussions stupidement stériles étaient nécessaires pour savoir à quoi m'en tenir. Je ne m'aventurais pas à répondre à chacun, à placer une remarque à chaque seconde. Je laissais faire, et j'observais... Moins j'en dirai, moins ma position sera définie aux yeux des autres. L'alliance avec le Nord, seulement. Je montrai que je n'étais pas faible, que j'étais soutenue. Point. IL fallait que je voie où tout cela allait mener, car pour l'instant, ce n'était pas très fameux... C'était tellement prévisible. Hoare défend sa cause, l'autre aussi. Les mêmes arguments des deux côtés. La Targaryen a bien sûr l'avantage d'être blanche comme neige, alors qu'Hoare a un lourd passé. Elle peut dire tout ce qu'elle voudra, personne n'aura quoi que ce soit pour affirmer ou infirmer ses promesses. Mais fera t'elle le poids, face au Sel et au Roc et... aux Lannister. Ma main se crispe discrètement sous la table, lorsque Jordane prend la parole. Je la fixe encore plus intensément que j'ai fixé chaque autre souverain prenant la parole. L'Ouest aux côtés d'Hoare. Je m'en doutais, mais j'osais espérer qu'il puisse en être autrement, qu'après m'avoir ré assuré la solidité de notre alliance, elle ne m'ait pas fait ce coup dans le dos. Mais venant d'elle, c'était prévisible. Peu importe. Laissons couler pour le moment, il sera totalement l'occasion de remettre ça sur le tapis un autre moment... Je la regarde, et me garde de tout autre expression pouvant traduire mon ressenti. Le Nord, lui, riposte à Hoare et aux Lannister avec la vitesse d'un loup sautant sur sa proie. Je ne me prive pas de le fixer, lui non plus. Sans intervenir. Qui suis-je pour le blâmer, alors que moi même je brûle depuis deux ans de jeter toute ma haine à la figure de Durrandon ? Et ça continue. Gardener se porte en grand pacificateur, mais son discours ne m'atteint pas. Il est bien trop tard pour la paix, je le sais. Malgré ce que je peux en dire. Je note cependant qu'il m'associe directement à son frère, dans sa liste de mariage... Dorne et Peyredragon s'enflamment, et je reste éternellement stoïque et muette, tel un bloc de marbre finement sculpté. Non. Je ne me décide à sortir de mon silence que lorsque mon voisin de l'Orage se tourne vers moi. Je lui renvoie un sourire amusé. Lui, le meurtrier de mon si cher époux...

« J'en prendrai une volontiers de même, cela n'est pas de refus... Tout est derrière. »

Dis-je en désignant le buffet qui se tenait derrière moi. J'invitais chacun à se servir, et repris la parole d'autorité lorsque ce fut fait, avec toujours ce même sourire flottant sur mes lèvres. Mon regard s'attarde sur les Lannister.

« Tant d'hypocrisie... Pourquoi parler de paix, dites moi, alors que l'Ouest s'apprête à financer la guerre la plus dévastatrice que Westeros ait jamais connu ? Ayez au moins le cran d'assumer vos actes, chacun, je vous prie. »

Je bois une gorgée, avant de reprendre, sans que ma voix oscille, froide, neutre. Garder son calme.

« Il est clair qu'en ces circonstances, votre désir de vengeance semble légitime, Reine Rhaenys. Mais vous parlez de fils. Avez vous un fils ? Savez vous ce que c'est, que d'être mère, et de n'avoir plus que cela ? Je pense que si c'était le cas, vous n'aimeriez pas envoyer ce fils, cet héritier, au devant d'une armée, alors que vous y avez déjà perdu beaucoup. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Jeu 11 Juin - 15:15



le Conclave
des Rois et des Reines de Westeros.


a good queen knows when to save her strength, and when to destroy her ennemies Qui veut la Paix prépare la Guerre. Un dicton que de tout temps, les grands stratèges scandent en marge de leurs prises de position. Un art qu'elle n'était pas destinée à maîtriser, née femme et dont le destin premier était d'accompagner un grand homme capable de saisir la nuance d'une telle exhortation. Pourtant, et bien qu'entrainée à plier devant les exigences paternelles, un désir prémonitoire de s'initier au subtile équilibre entre pacifisme et conflictualisme l'avait très tôt poussée à observer scrupuleusement cet homme de chair et de roc dans son élément premier. Combien de fois avait-elle observé, cachée dans un renforcement de mur, la silhouette imposante de ce père toujours prêt à affronter les mers ou les plaines de ses ennemis menaçant ses terres ? Trop de fois, et trop souvent confrontée aux conséquences de son rare manque de vigilance, pour ne pas porter en son fond la conviction intime qu'il valait mieux provoquer au conflit que de l'attendre. Assise à cette table, où chacun menaçait l'autre, persuadé que la violence des mots pourrait un temps remplacer celles des armes, Jordane avait dû trancher. Personne d’autre ne l’aurait fait, si ce n’est pour clamer comme pour s’en persuader que l’on était pas prêt à s’effacer, ou réclamer le sort de ceux qui donnent la mort. La gangrène des non dits, des rancœurs mal cachées, auraient bientôt fait de ravager la seule chose sur laquelle tous s’accordaient, bien que sur des terrains différents : protéger sien. Il avait fallu tuer dans le giron d'une mère tourmentée, condamnée témoin de la déchirure de ses sept enfants, la folie fratricide qui les agitait. Dans ce jeu des trône, roue de fortune actionnée par une force étrangère, la règle était simple : gagner, ou mourir. Devancer chacun, se bâtir une force en écrasant les autres. Coup de maître ou coup de traître, là n'était pas la question. Le front à présent constitué, révélé au grand jour, se destinait à prendre l'avantage. Et cette hypocrisie que tous lui reprochaient à tour de rôle, Jordane la leur renvoyait à la face : des surpris comme Deria Martell ou Sharra Arryn, des outrés comme Torrhen Stark ou Rhaenys Targaryen, et des railleurs comme Argilac Durrandon, qui était donc le plus fourbe, le plus aveugle, le moins innocent ? Sa franchise porterait de lourdes conséquences. Mais si le prix de la vérité, de faire passer ses intérêts et ceux des siens avant les autres, était de s'attirer les foudres d'une farandole de pris au dépourvus, Jordane s'y exposait volontiers.

A ses côtés, Loren et Harren s’étaient joints à elle. Pour l'un, que n’aurait-elle voulu, instinctivement, attraper cette main forte et chaude, sentir son pouls battre au même rythme que le sien le glas d’un temps révolu, la marche vers une ère nouvelle. Le passé lui avait appris le dur métier de souveraine, ainsi que la froide et solitaire clairvoyance du pouvoir. Elle se remémorait encore le matin de leur noces, quand le soleil avait réveillé les nouveaux amants de ses premiers rayons. Nue, elle s'était approchée du balcon de leur chambre nuptiale, surplombant dans ses apparats originels Port-Lannis et sa somptueuse plage de sable blanc. Chevelure au vent, mains posées de chaque côté de la balustrade, elle avait longtemps contemplé cette étendue de terre et d'eau à présent sienne. Les beaux yeux bleu s'étaient perdus dans l'horizon, distinguant au loin la presqu'île de Feux-de Joie. Et maintenant ? Elle était mariée, épouse du Roi du Roc. Elle avait accompli ce à quoi les siens la destinaient depuis sa naissance ; consciente que sa tâche ultime consistait bien évidemment à présenter un héritier à l'Ouest, Jordane s'était cependant demandé si être Reine n'en demandait pas d'avantage. Elle se souvint alors d'avoir tourné la tête en direction du lit, où son royal époux cherchait d'une main encore endormie le contact absent de sa peau. Une image qui resterait à jamais gravée dans sa mémoire : ce simple geste était à lui seule la métaphore de toute une série de déception. Déception de ne trouver au bras de Loren que la recherche du plaisir, de l'insouciance, du pittoresque. Elle avait toujours su que cela ne suffirait pas ; ni pour elle, ni pour le Royaume. Ainsi, dix longues années lui servirent à construire son personnage, à s'imposer tant en épouse Lannister, en Dame de Castral-Roc, en Reine de l'Ouest. Aujourd'hui, le Conclave et son intervention marquaient l'accomplissement final d'une décennie entière à faire de l'Ouest une force incontournable, à élever ses enfants selon leur rang et leur destin. A présent que le décors était planté, Loren devait lui montrer qu'au même titre, il était prêt. Pour l'autre, Jordane savait qu'elle avait fait le bon choix. Harren Hoare était bien d'avantage que le monstre sanguinaire et sans honneur que décrivait Rhaenys Targaryen. Pour le moment, le mot d'ordre de ses congénères était l'insurrection, le mépris ou encore la rage à l'égard de leur alliance. Mais tandis que la Dragon tentait d'impressionner l'assemblée avec le feu, et que l'Orage grondait, menaçant, Jordane ne pliait pas.

La proposition de paix du Noir était loin d'enchanter l'assistance. Une fois de plus, la jeune Targaryen prenait la parole, vive et fougueuse. Interpellée, Jordane haussa les épaules. Que devait-on répondre à une étrangère qui ne savait s'adresser dignement à une Reine, l'affublant d'un modeste titre de dame tandis qu'elle clamait le discours d'une royauté dont elle ne portait ni le sang, ni l'héritage. Les conditions qu'elle exigeait par ailleurs étaient risibles, digne d'une petite fille trépignant du pied en se voyant retirer son jouet. Un sourire las aux lèvres, Jordane secoua la tête. « Au moins, nous sommes assurés d'une chose : avec vous, la "Justice" ne traine pas, car vous vous faites l'avocat et le juge à la fois ! » Se tournant vers Sharra Arryn, la dureté de ses traits s'adoucit cependant. Était-elle à ce point déçue qu'au nom de leur amitié, elle ne lui ait pas confié les tenants et aboutissants de sa stratégie ? « Pardonnez-moi, Reine Sharra » fit-elle alors, obligée par le protocole à adopter un ton moins familier « Mais j'aurais tendance à me targuer de bien plus de franchise que la plupart des membres de cette assemblée. Si je n'assumais pas pleinement mes actes, je n'aurais jamais annoncé publiquement, ici, l'offre faite à la maison Hoare.» Croisant ses mains sur la table, Jordane reprit une position plus droite. « Je maintiens œuvrer pour la Paix qui, de mon point de vue, ne saurait émaner d'une succession de vengeances personnelles - n'en déplaise à la grande générosité de Rhaenys Targaryen. »

made by pandora.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Ven 12 Juin - 3:52


Quand bien même je me décidais à ne pas réagir aux paroles de la Targaryen, je l'écoutais avec la plus grande attention. Etais-je le seul à être surpris de sa naïveté audacieuse? Son frère franc et droit? Et cela était censé légitimer la soif de domination de son frangin? Autant d'idées ridicules que l'étaient ses conditions de paix.

D'autres prennent à leur tour la parole à sa suite. Durrandon le premier avec un discours plutôt neutre en définitive, dissimulant assurément ses véritables attentions. Puis Arryn du Val, désolée de la tournure de son Conclave. Son bel espoir de paix, si tel était le véritable but de cette rencontre, ne pourrait exister si chacun se terrait derrière ses remparts, incapable de voir plus loin que le bout de leur nez. Je décidai de reprendre la parole à leur suite, il était temps d'arrêter de tourner autour du pot.


Auriez-vous fait le choix de sacrifier votre frère? Tueriez-vous votre dragon, détruiriez-vous les oeufs de dragon que vous gardez certainement jalousement en votre cité? Nullement. Pourquoi devrais-je sacrifier ma maison et mon royaume pour vous? Je n'ai pas à me justifier de mes décisions. J'ai éliminé un danger pour mon royaume, et pour Westeros. Je ne vous crains pas Targaryen. dis-je en l'appelant par son simple nom, tout comme elle en avait fait de même pour moi un peu plus tôt, usant néanmoins d'un ton posé, ferme mais calme. Elle ne me poussait pas à l'emportement et j'étais capable de garder ma contenance en dépit de tout le mépris que j'avais pour elle.

Le Roi Durrandon l'a justement dit: Qu'importe les justifications, les faits sont là. Il y aura une guerre. Certains ont déjà arrêté leur décision, de neutralité ou de prise de parti. La main revient donc à ceux qui ne se sont pas encore décidés. ajoutai-je en regardant droit dans les yeux chacun des souverains présents, amis ou ennemis, avec la même assurance.

Pour ma part, j'offre protection et soutien militaire à ceux qui souhaiteront rejoindre l'alliance de la maison Hoare et Lannister. Nos deux maisons ont plusieurs partis à marier, qui seront autant de garants d'une alliance pérenne et solide, comme l'a indiqué plus tôt le Roi Gardener du Bief. La seule condition à l'entrée dans cette alliance est la conclusion d'une alliance pleine et entière avec l'ensemble des royaumes qui en feront parties en plus de nos deux maisons.

En gage de mes paroles, sitôt ce Conclave terminé, j'ordonnerai l'exécution de tous pirates Fer-Nés s'attaquant à un membre de cette alliance, et à nos voisins neutres.
poursuivis-je en soutenant les regards furibonds. Pour respect de votre décision de ne point prendre part à la guerre prochaine à condition qu'elle ne parvienne jusqu'à vos terres. ajoutai-je sans amertume.

En revanche, toute incursion sur les terres d'un de nos royaumes équivaudra à une déclaration de guerre en bonne et due forme et engendrera les conséquences inhérentes.

C'était dit. Quiconque viendrait en la Nera sans y avoir été invité s'exposerait à une réplique forte, nombreuse et financée par mes alliés de L'Ouest. J'espérais clairement que mon offre convaincrait l'un ou l'autre des dirigeants présents, mettant en avant la protection de cette alliance. Et puis j'avais encore une carte à jouer avec l'un d'entre eux, mais ne savais pas trop s'il valait mieux l'utiliser en public, même restreint, ou patienter pour un tête à tête ultérieur. Aussi décidai-je de m'assoir à nouveau pour savourer les réactions épicées qui allaient probablement pleuvoir.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Dim 14 Juin - 1:25

L’atmosphère devient irrespirable dans la grande salle de Lord Grafton. Encore une fois porté par des idéaux qui ne sont que tout au plus des murmures aussi éphémères que l’air que nous respirons, je constate qu’il s’agit peut-être de la réunion la plus importante que Westeros ait pu connaître et connaîtra à l’avenir. Nous sommes bien en train de parler de guerre totale. Il ne s’agit plus d’un conflit entre deux royaumes instrumentalisé par l’intermédiaire d’un quelconque assassinat. Les mots sont prononcés sciemment dans un monde dominé par la fourberie et les arrangements secrets. L’ampleur de ce conflit sera dévastateur. Et je sais en mon âme et conscience que je ne pourrai  l’éviter, peu importe mes recommandations à cet instant.

Je ne suis donc pas venu ici pour m’attendre à ce que les Sept Couronnes connaissent la paix mais pour préparer la guerre qui éreintera des peuples en quête perpétuelle de vengeance. Ce besoin s’entend à la première taverne venue de Lancéhelion ou encore de Port-Lannis et il est retranscrit de manière différente lorsque je sonde les yeux de ces souverains. Mes doigts glissent furtivement sur mon bouc alors que la discussion semble opposer l’alliance Hoare-Lannister au reste des Sept Couronnes hormis le Bief et Dorne. Et justement le Roi du Sel et de Roc me donne l’occasion de me positionner en disant que la main revient à ceux qui ne se sont pas décidés. «Avec tout le respect que je dois accorder à chaque suzerain ici présent, je ne suis pas certain que vous saisissez les risques que vous encourez. La guerre que vous fomentez, que vous préparez…que ce soit par simple esprit de revanche n’amènera que le chaos dans tout Westeros. Aussi riche que vous pouvez l’être, Reine Lannister, vous en sortirez perdante. Aussi brave que vous pouvez l’être, Roi Stark, vous en sortirez perdant. Vous ne pensez pas aux conséquences de vos décisions à long terme et je ne sais même pas si vous serez en mesure de tenir cette guerre à long terme parce que nous parlons bien d’un conflit qui ne se terminera qu’au terme d’innombrables batailles…»

Mes yeux sondent le regard des souverains ici présents, peiné de savoir que tant de peuples risquent de souffrir à nouveau. Mais, je ne peux m’arrêter à une mise en garde. Je ne suis pas là en tant qu’émissaire de la paix mais en tant que souverain du Bief en premier lieu et il est de mon devoir d’assurer sa sécurité, en particulier à ses frontières. Seulement, tout semble inextricable et il est bien difficile de parvenir à quelque chose d’acceptable en face d’individus déterminés à en découdre. «Il est évident que le cœur du conflit se situe entre la maison Targaryen et la maison Haore. Tout ce que je souhaite en premier lieu, est la sécurité du Bief que ce soit au Sud ou au Nord. Ces mobilisations de forces sont inquiétantes et je suis prêt à punir tout corsaires bieffois arraisonnant un navire de l’Ouest tout comme chaque exaction réalisée contre un dornien. Ce que je demande en revanche est d’en finir avec ces querelles ancestrales et de cesser de ressasser le passé. Le Roi Garse est mort, des hommes sont morts, autant Bieffois que Dorniens ou Ouestriens et aucun de nous n’en veut davantage. »

Il m’est plutôt difficile de tenir ce genre de discours qui vise à trouver un consensus. Je ne me place pas pour autant du côté des terres de l’ouest et de Harren le Noir. Après quelques secondes de réflexion, je reprends la parole les mains se rejoignant et les avant-bras posés contre la table. «Quand le conflit éclatera, je fermerai les frontières du Bief et toute entrée ou sortie du territoire sera strictement encadrée. Cela concernera aussi bien les voyageurs que le commerce. J’accepte tout accord de paix mais je refuse d’alimenter tout Westeros sous prétexte que vous ne parvenez pas à nourrir vos soldats en plus de les équiper et de les payer. Croyez-moi, une armée qui a faim est une armée qui ne vaut rien. Je ne suis pas sûr que l’Ouest soutiendra longtemps le Roi du Sel et de Roc si les ressources viennent à manquer et à devenir bien plus onéreuses…Et il m’appartient tout à fait de négocier les prix. Je suis parfaitement en mesure de rendre chaque boisseau de blé, comme toute autre denrée alimentaire relativement rare, cinq fois moins cher pour le Roi de Sel et de Roc que pour les terres de l’Ouest….A une seule condition :  que si une guerre doit avoir lieu entre l'Ouest et le Bief, les troupes des Iles de Fer et du Conflans, comme tout autre royaume, ne doivent pas intervenir. Aussi, je convie la princesse Martell à Hautjardin, à une date que nous définirons plus tard, pour discuter de la stabilité du sud de Westeros entre royaumes voisins et complémentaires. »

Bien entendu, il est hors de question de nous faire plier en tant que puissances neutres. Et si certains sont trop préoccupés à se déchirer, je suis assez intéressé à l’idée d’ouvrir une nouvelle ère au sud de Westeros consacrée au développement, à la sécurité et à un enrichissement réciproque. Je ne m'attends pas à ce que tout se déroule comme je l'entends mais je dispose désormais d'un certain pouvoir d'influence obtenu simplement pour obtenir la paix du royaume.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Dim 14 Juin - 11:53

Je prends un risque, comme un parieur. J'estime qu'Harren le Noir a fait une faute, et je ne suis pas le seul à l'avoir vue. Il a beau retomber sémantiquement sur ses pattes, tout le monde aura compris désormais qu'il avait connaissance des raids sur mon pays et qu'il les cautionnait. Je l'ai mis au pied du mur. D'une manière ou d'une autre, il est désormais obligé d'agir. Il doit prendre une décision par rapport au Nord. Et moi, je dois en prendre plusieurs nées de mon nouvel alignement. La neutralité, oui. Je compte m'y tenir au moins formellement. Mes certaines causes ne me semblent plus si éloignées que cela. La Princesse Deria Martell, se lève, visiblement excédée par la tournure de la discussion. J'hausse un sourcil. Pas du tout apeuré, mais quelque peu surpris de pareil éclat. Est ce finalement surprenant venant de la part d'une femme si entière ? Je ne la connaissais pas depuis plus de quelques minutes qu'elle me faisait des sous entendus charnels. Cette femme m'a semblé particulièrement honnête et franche. Peut être un peu trop pour son propre bien. Plus encore que moi, c'est dire. Ses paroles sont pleines de fougue. On pourrait se sentir insulté, moi le premier. Ce n'est pas le cas. Elle a raison. Mais à cet instant précis, je ne vois pas d'autre conclusion possible que la guerre. Cela me semble si évident que continuer à palabrer ne va faire qu'entretenir les vieilles inimitiés. Rhaenys Targaryen soutient la symbolique de Dorne assez habilement ; tout le monde connaît désormais ses ambitions mais elle parvient à allier les Durrandon à ses propres intérêts tout en se posant en défense de la liberté de seigneurs déloyaux. Elle manœuvre assez bien. Je ne pense pas que ce conclave lui rapportera des soutiens directs, mais ils ne peuvent que contribuer à la diffusion de ses idées. Il me menace à nouveau, d'isolement cette fois. La guerre n'est vraiment plus très loin, mais j'attends de voir la réaction des autres seigneurs. Rhaenys Targaryen monte d'un cran en suivant la logique du Noir, une logique de compensation et d'équilibrages. Bien entendu inadmissibles, mais cela ne faisait que souligner les propres contradictions du Sire d'Harrenhal.


Lui aussi se déclarait seigneur de Westeros, après tout. Et tendait la main tout en tenant un poignard de l'autre.


Je jette un regard noir au Durrandon lorsqu'il demande à Sharra Arryn un peu de vin. La prend-il pour une servante ? La prochaine étape le verra lui demander si elle peut relever un peu sa robe et venir sur ses genoux ? J'ai un léger sourire amusé quand elle contourne habilement la demande. Je m'éloigne moi-même de la table, assez raide. Je me sers une grande coupe de vin. Pas pour me souler, mais parce que l'alcool m'a toujours aidé à réfléchir. Certains chiquent, d'autres méditent devant un bon feu. Donnez moi une coupe, et en la sirotant je me calmerais et ordonnerais mes pensées. Je note que mon amie de la Montagne semble plus agacée que moi par la proposition Lannister. J'ai compris la manœuvre, elle aussi, probablement. Mais les Lannister, s'ils ne souhaitent visiblement pas notre destruction, n'ont pas compris que le Nord et le Val attendaient un geste officiel pour contraindre le Noir à la neutralité. Ou s'ils l'ont compris, ils ont décidé que ce n'était pas la priorité du conclave. Sans doute éclaircirions nous ce point prochainement, mais je savais désormais à quoi m'en tenir. La réaction de la Lannister me pousse à confirmer un peu plus ce que je pensais. Hoare persévère dans sa position, et Gardener a bien compris que l'alliance ou en tous cas le soutien entre Lion et Sautoir est un danger direct contre lui. Je suis assez ravi de cette évolution. Hoare a déclenché beaucoup d'incendies et a aiguisé des appétits qu'il ne pourra pas tous sustenter. Ouest et Bief vont bientôt lui demander d'arbitrer leurs conflits frontaliers. Il va devoir laisser des troupes face au Val et au Nord, de peur que la guerre ne prenne là aussi. Il ne pourra envoyer tout d'un bloc dans la Néra. Je vide ma coupe et me rapproche à nouveau.



| Vous avez reconnu pouvoir y mettre un terme, Sire. Tout le monde a compris que vos pirates avaient agressé le Nord depuis des années avec votre complaisance. Qu'ils le font donc probablement aussi avec votre accord contre le Bief, et contre Dorne il y a quelques années. Vous prenez ce que vous désirez par la force et vous avez le front ensuite de nous promettre le respect de notre neutralité quand cela vous arrange. Vous avez rejeté ma proposition de dédommagement de vos victimes, à vous d'en assumer les conséquences. |


Ma décision est prise. La situation arrêtée. Je lance un coup d'oeil à Sharra Arryn. Je me demande à quel point cette femme va me suivre, mais devant la menace de la guerre, je suis presque certain qu'elle aura au moins autant besoin de moi et du Nord que moi d'elle. Je jette aussi un regard à Rhaenys Targaryen. Elle n'est ni mon amie, ni mon alliée, et je ne lui livrerais jamais la suzeraineté du Nord sans combattre. Pourtant, je dois la rencontrer à nouveau. Il nous faut parler d'une opportunité. Intérieurement, je me rends compte que la situation n'aurait pu m'être favorable que dans la paix la plus partagée... Ou dans la guerre qui se profile dans ces modalités précises. Harren le Noir a reculé face au Nord dans les négociations, j'ai pu affirmer mes alliances et je ne pense pas que mon ennemi sort grandi de ces négociations. Cela ne le rend pas moins dangereux, mais la complexité des liens et des ressentiments entre royaumes va bientôt écarteler ses efforts tous azimuts. Je n'ai plus rien à négocier, hormis peut être de trouver des solutions pour sauvegarder l'intégrité du Val au cas où Harren voudrait l'envahir pendant que je suis occupé au Nord.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Lun 15 Juin - 23:28

Le Conclave des Rois et Reines de Westeros

Hear Me Roar.

Tout était si stérile, Sharra Arryn avait voulu bien faire, mais au final, cela ne faisait qu’exacerber les rivalités. La pause qu’offrit la Reine Régente fut de courte durée, elle se permit même de prendre la parole comme il était de coutume dans ce genre de Conclave, mais elle ne fit que relancer les attaques. Loren resta à sa place, regardant tour à tour les autres suzerains. Si la dornienne avait du bon sens, il ne pouvait s’empêcher d’y voir une faiblesse, elle se retirait du jeu tout simplement et c’était une erreur à son avis alors même que Dorne avait de quoi rayonner. La dragonne, elle continua de passer à l’attaque, la Néra était le point chaud, l’endroit qui cristallisait la guerre et de ce qu’il pouvait entendre, personne ne lâcherait le morceau et tout cela ne menait plus à rien.
Il soupira légèrement et regarda sa femme avec un demi-sourire et lorsque Mern parla de nouveau, le lion se fit plus attentif et les paroles du Bieffois firent rire le Roi du Roc. Que croyait-il ? Qu’on pouvait couper les vivres à l’Ouest ? Le Bief n’était pas le seul royaume avec du blé, le plus prolifique certes, mais s’il croyait pouvoir menacer les Lannister de famine, il se trompait. Bien qu’il eût du respect pour Mern, il ne pouvait croire qu’il tenait ce genre de discours, oh l’alliance entre le Sautoir et le Lion avait sûrement fait plus que réagir les autres suzerains, mais franchement, Loren ne se doutait pas que ses homologues étaient tous prêts à baiser les pieds d’une étrangère qui s’offrait le luxe d’avoir clairement dit qu’elle revendiquait Westeros. Le Lannister regarda Sharra Arryn. Ma dame, je suis désolé de voir à quel point votre désir de paix s’étiole ainsi… Laissez-moi vous dire cependant que nous ne nous cachons pas n’y ne faisons preuve d'hypocrisie. Nos convictions sont notre, chacun ici à les siennes. Je ne laisserais personne s’attaquer au Val car à dire vrai, j’ai un immense respect pour vous, nous sommes amis et pas même une alliance ne peut briser cette amitié. De ce que je vois, aucun de nous ne fléchira sur ses positions, alors à quoi bon continuer ce Conclave ?

Il regarda l'assistance, comme pour avoir une approbation, après tout, pour lui, tout était terminé, il n’y avait plus de paix qui tenait. Il regarda son homologue du Bief, son visage se ferma à sa vue. Vos menaces, vous pouvez les garder pour vous Roi Mern. Vous vous contredisez dans vos propos, la carotte et le bâton, une vraie girouette. Je laisse cependant une chance à l’apaisement, mes troupes arrêteront leurs raids, j’enverrais un corbeau dès que ce Conclave sera terminé. J’ose espérer que vos corsaires arrêteront leurs pillages de mes navires au même moment. Sachez cependant bon roi Mern que l’or n’achète pas que des denrées alimentaires. Loren n’était pas dupe, ce n’était pas parce que cette tension frontalière allait s’apaiser que la guerre s’éloignerait, mais cela laissait peut-être une chance. Il regarda ensuite les autres rois et reines.En fait nous parlons tous d'une paix qui n’existe pas car personne ne propose la seule chose qui pourrait arrêter les prémices du conflit. Que la reine Rhaenys Targaryen renonce à aider les rebelles, qu’elle reconnaisse la souveraineté d’Harren, ce dernier reconnaîtra alors la souveraineté de la dragonne sur la Presqu’île de Claquepince.. Ce ne serait que paix n’est-il pas ? Mais voilà… Allez-vous accepter… Comment dire oui à la paix alors que la guerre peut s’avérer plus lucrative pour chacun ? Et ne parlons pas de jugement lorsque le juge est bourreau. Il haussa les épaules, car oui, la demande de la targaryenne était idiote. Qui accepterait ce genre de procès ? Harren avait plus vite fait de poser sa tête sur le billot.

Loren resta ainsi à voir les réactions qui allaient très certainement être explosives, il allait sûrement se faire lyncher, mais qu’importe. Le blond n’était pas un idiot, mais au moins il proposait quelque chose et il montrait que les Lannister, bien qu'aidant Harren pouvaient fort bien proposer autre chose que la guerre, mais il ne se faisait pas d’illusions. La dragonne ne reculera pas, il le savait pour l’avoir vu en action, et même si ce n’était pas la même chose que de parler politique et de coucher, certains traits de caractère ne se gommaient pas. Maintenant, il en avait terminé avec le Conclave, il laisserait sa femme mettre un terme à leur présence à cette réunion, les autres pouvaient le traiter de fou, d’idiot, de soumis, il n’en avait rien à faire. Il avait juste envie que cela se termine maintenant, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre, juste dire “paix” n’allait pas changer la donne.
Lui avait offert quelque chose, aux autres de se débrouiller, mais Loren ne laisserait pas l’Ouest fléchir, il apportait son soutien à Harren, même Mern ne le ferait pas reculer, Sharra semblait de plus en plus s’éloigner des Lannister, il comprenait que cette alliance lui faisait peur, mais c’était ainsi tout comme jamais il ne laisserait quelqu’un s’attaquer au Val, il prenait peut-être le risque de froisser Harren mais c’était ainsi, les Lannister avaient un sens de l’honneur, n’en déplaise à certains. Il allait peut-être avoir une explication avec Jordane mais ainsi soit-il. L’Ouest s’était posé en soutien du Sautoir et en ami du Val, c’était acter et une chose était sûre, Mern n’avait pas intérêt à trop chercher Loren car il ne faudrait pas plus pour qu’une autre guerre éclate et celle-ci serait plus sanglante que celle qui pouvait éclater à la Néra...
made by LUMOS MAXIMA
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Sam 20 Juin - 15:12

[iTout est dit. A quoi bon continuer ? Je me rasseois doucement. J'écoute distraitement les paroles du Roi du Roc. Il a fait un choix. Il a emprunté une pente qui s'avérera glissante, car les conséquences de son alliance avec Harrenhal ne tarderont pas à se faire sentir. Je respecte sa position, comme celle de tous les autres. Nous faisons tous ce que nous avons à faire. Martell est hésitante. Elle penche pour la Targaryen mais sans apparemment choisir de camp définitif. Appelons cela prudence, prudence de voir ce qu'il se passera dans les semaines et les mois à venir. Je la compte déjà dans les soutiens de Peyredragon, car elle ne semble vraiment pas être une amie à Harren le Noir. Durrandon, je ne sais pas grand chose de lui. Ses paroles lèvent pourtant l'ambiguité. Il se battra, peut être pas avec la dragonne mais en tous cas contre Harren. Mern ne se mouille pas encore. Lui aussi attend, comme Dorne. Je vois très bien quel rôle d'arbitre aura Le Noir dans la querelle entre Hautjardin et Castral Roc. Le Val s'en est tenu à notre ligne de conduite, et si mes paroles auraient pu me sortir de ma neutralité, cela n'a pas été son cas. Mon respect et mon admiration pour Sharra Arryn grandissent encore. Ce royaume est désormais le frère du mien. A la vie, à la mort. Nous verrons bien où cela nous mène. Je sais que Sharra Arryn cherche un nouveau parti, pour elle comme pour son fils. Ma fille sera déjà prise, avec ces mêmes ouestriens qui jouent un jeu dangereux. Sharra n'a pas voulu de mon fils et je sais pourquoi. Elle a déjà l'alliance du Nord. Maintenant, elle cherchera au sud. Mais qui, parmi ceux qui sont encore neutres ? Peut être m'a-t-elle manoeuvré pour me détacher de toute possibilité d'alliance avec Harren le Noir. Je me redresse.[/i]


| Le Sire du Roc a tout dit. Tant que certains considèreront la guerre plus lucrative que la paix, alors le sang coulera, et coulera encore. Je suis venu pour mettre en garde ceux qui auraient des vélléités contre le Nord, et contre la Montagne. C'est chose faite. S'il n'y a aucun espoir de sauver la paix, alors l'utilité de ma présence au conclave s'arrête ici. |


Je me lève tout à fait, termine mon gobelet et pose un dernier regard sur l'assemblée, et un regard plus prononcé vers Sharra Arryn. Somme toute, même si les résultats sont décevants, nos objectifs sont cependant atteints.


| Majesté, je vous remercie pour votre invitation. Si cela vous agrée, je resterai quelques jours de plus avec ma maisonnée pour suivre la progression de mon fils lors du tournoi et rencontrer le Roi votre fils, puis je repartirai pour le Nord et pour la seule véritable guerre qui soit. |


Dernier regard, signe de tête, et je quitte l'endroit. Que dirons les gardes, quelles rumeurs propageront ils après avoir entendu les éclats de voix du Sire de Winterfell et le voir quitter rapidement les négociations? Qu'importe. La seule vraie guerre m'attend, contre ce qu'il y a au-délà du Mur et qui souhaite dévaster Westeros.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   Lun 22 Juin - 16:15





    Nous tournons en rond, encore et encore. La reine me désigne le buffet derrière elle, avec le sourire. Je ne suis pas dupe, et sait combien elle souhaite plus que tout me voir mort. Délicieuse créature. De haine à … non, n’allons pas jusque là. Il n’y a pas d’amour qui tienne entre la belle et moi-même. Je la désire comme beaucoup d’hommes. Comment ne pas s’incliner devant tant de beauté ? On succomberait facilement. Tiens, tiens, tiens, le roi du Nord me jette un regard bien sombre. Je reste de marbre et m’amuse intérieurement du comportement de cet homme. L’envoûtante Sharra a-t-elle réussit à capter l’intérêt du loup ? Je m’avance vers le buffet, remplit une coupe, puis une deuxième. J’apporte à la reine sa coupe de vin, et lui fait un sourire aimable. Le loup et le faucon. J’en reste perplexe, et prendrait toute la mesure d’une telle union, si union il y a.

    J’écoute les seigneurs s’exclamer haut et fort. Menace. Représailles. Ainsi soit-il ! Je ne pouvais pas rester sans réagir alors que les seigneurs de la Baie de Néra m’ont s assistance. Il s’agit là d’un principe qui se désigne par un seul mot : l’honneur. La guerre est à nos portes, elle n’attend plus que l’ouverture, tel un gladiateur dans une arène. Me voilà poète ! Je bois ma coupe. Délicieux que ce vin du Val. J’en oublierais le Conclave et les autres seigneurs. Faire alliance avec la dragonne était une chose que je n’avais pas envisagée au petit matin. La vie nous réserve quelques surprises. Harren le Noir va répliquer avec force. Nous serons très vite jusqu’où il est près à aller.

    Je regarde le fier Roi Loup se lever est conclure sa présence en ses lieux. Je vide ma coupe d’une traite et me lève à mon tour. - Ce Conclave est également terminé pour ma part – Dis-je en posant mon verre sur la table. J’ai dis tout ce que j’avais à dire et je n’avais pas envie qu’on reparte dans un débat stérile. – Reine Sharra ... - Sans plus de cérémonie, j’incline la tête pour la saluer, et fit de même aux autres membres. Je n’aime pas parlementer pendant des heures cela me convient peu. Je resterais encore quelque jour entre ses murs, et reprendrais la route vers mon royaume pour préparer la guerre. Je ressors de la pièce, mes hommes rient entre eux jusqu’à ce qu’ils m’aperçoivent. Mon regard sombre, leur donne le ton.





Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Conclave des Rois et Reines de Westeros [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Mêlées du Grand Tournoi [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Le Bal Masqué du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Au royaume des travestis les rois sont reines [Erwin et son lapin]
» Le Bal Masqué du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: