Partagez | 
Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas
MessageSujet: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Mer 23 Mai - 22:15

Je lève le nez vers le ciel, esquissant un sourire en voyant l’horizon sans nuage. Si le temps se refroidit au moins est-il toujours aussi beau pour le moment. Pourtant, cela ne risque guère de durer à en croire les mestres et autres, l’Hiver vient et il vient vite. Raison de plus pour profiter des dernières semaines, des derniers jours de beaux temps qu’il nous reste. Et j’ai besoin de me changer les idées, de me vider un peu la tête même après tout ce remue-ménage et ces nouvelles. Non pas qu’être mariée me change la vie, pas vraiment, mais il y a beaucoup trop de nouvelles données imprécises et incertaines pour que je me sente véritablement sereine. Entre mon tout nouvel époux nommé Connétable de l’Empire, qui ne perd peut-être pas au change niveau héritage et domaine, mais rien n’est moins sûr, et le reste… J’inspire profondément alors que de nouveau mon cœur se serre en y pensant. Je suis parvenue à garder la tête haute, et il n’y a pas de raison que cela change, mais peu sont ceux qui savent à quel point cela a pu me toucher. Quand bien même est-ce normal après ce qu’il s’est passé, je n’ai pas envie de m’y appesantir, je n’ai pas envie de perdre cette image de force, voire de dureté, que j’ai réussi à bâtir. Seul xxx sait que je suis tout autant touchée et blessée que lui, et quand bien même, lui aussi demeure imperturbable et presque froid, alors qu’il a non seulement perdu sa mère, mais sa femme également… et son fief, son île, notre île. Notre maison.

Je me répète que mes enfants vont bien, que les deux plus jeunes sont en sécurité à Winterfell, que je les retrouverais bientôt, mais cela ne change pas grand-chose, même s’ils me manquent chaque jour un peu plus et que j’ai vraiment hâte de les voir et de les serrer dans mes bras. Benjen sera toujours au-devant du danger, et je ne serais plus là. Je sais bien que ça ne change rien, que je ne puis le protéger même en restant, mais, c’était pourtant le cas, en quelque sorte… ce n’est pas logique je sais.
Je frissonne, resserrant mon manteau sur mes épaules et caresse doucement le museau de la jument en l’attendant. Peut-être ne viendra-t-il pas. Sans doute serait-ce même plus intelligent et prudent, quand bien même ne l’avons-nous jamais été tous les deux. J’ai proposé à Conrad, qui est bien trop occupé avec son départ imminent, ainsi qu’à mon frère, avec une réponse identique. Alors à défaut, qui de mieux que le capitaine de la garde de la princesse ? J’ai eu l’air bien assez agacée lorsque les hommes avec qui il aurait été raisonnable de se promener ont refusé pour que cela soit crédible non ? Ils sont tous préoccupés et surchargés avec les derniers préparatifs, alors à quoi bon insister ? Sans doute l’est-il lui aussi… peut-être moins toujours est-il. J’espère qu’il ne va pas m’envoyer un page pour me signifier son refus. Cela m’ennuierait quand même de devoir y aller seule. Et puis, je n’aurais plus guère l’occasion de le revoir, et je dois avouer que cela m’attriste. J’ai une moue en me demandant vaguement comment ce valet a pu devenir important pour moi, tout en sachant que nous avons bien plus parlé que ce que l’on pourrait imaginer…
Et j’ai un mince sourire alors que je le vois arriver. J’incline la tête.

« Messire Kenning. Je suis heureuse de vous voir. Acceptez-vous de m’accompagner ? Je pourrais y aller seule, mais il s’avère que ma famille est réticente à l’idée que je me promène seule. Ce qui est saugrenu, malgré tout, je ne vais pas inquiéter mon époux pour si peu n’est-ce pas ? »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 504
Membre du mois : 10
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Lun 28 Mai - 15:25

Je ne devrais pas y aller. Ce serait peu raisonnable et, surtout, il y a encore fort à faire avant notre départ. Il a été arrêté et j’avoue que je suis plus que soulagé de reprendre la route mais, surtout, de la reprendre avec autant de monde. Au moins Jeyne sera en sécurité et il y aura plusieurs milliers d’hommes prêts à mourir pour elle en cas de besoin. Tant qu’elle arrive à bon port, c’est l’essentiel.

Je me surprends à me faire nostalgique, à penser à Castral Roc de plus en plus souvent. Je suis un piètre correspondant épistolaire et je sens que je vais me faire sermonner à mon retour. Mais je tâcherai de me faire pardonner auprès des principales intéressées. Et je me demande un instant comment se passe leur vie là-bas, avant de secouer la tête. Je me suis interdit d’y penser vraiment, préférant éviter de me faire trop sombre, triste ou je ne sais quoi. L’ambiance est déjà suffisamment tendue pour cela.

C’est peut-être pour ça que je suis en chemin vers les écuries. Pour rejoindre mon propre cheval et accompagner Nelya pour ce qui sera probablement une de nos dernières escapades. Et puis, j’avoue que l’idée de pouvoir monter de nouveau à cheval, avant de prendre la route est une bonne chose. Je suis un peu rouillé et j’ai peur que ma jambe ne fasse des siennes. Alors, quitte à me rendre ridicule, autant que ce ne soit qu’en sa présence non ? Et au moins, je saurais quelles sont mes limites.

Alors, je finis par arriver et j’ai un sourire en reconnaissant la silhouette familière de Nelya. Je la fixe un instant avant de me rapprocher, attrapant les brides tendues de mon cheval par un page et esquissant un semblant de révérence à l’égard de la dame. « Lady Omble, ce sera un plaisir de vous accompagner. J’ai besoin de prendre un peu l’air et surtout de remonter à cheval, ce que je n’ai pas fait depuis mon arrivée. J’ai peur d’être un peu maladroit, j’espère que vous saurez me pardonner. Et votre famille a raison. Se promener seule dans les parages n’est pas conseillé. » Je monte en selle, attendant qu’elle fasse de même, avant de sortir de l’enceinte du château.

Et j’ai un soupir de soulagement en voyant que ma jambe, même si elle me tire un peu, n’est pas aussi douloureuse qu’escomptée. J’ai un regard vers Nelya avant de souffler, avec un sourire. « Bon, je ne risque pas de tomber de cheval à cause de ma blessure. C’est plutôt une bonne chose j’imagine. Tu connais un peu les environs ou pas ? Oh… j’ai oublié de te féliciter pour ton mariage je crois. » J’ai un clin d’œil malicieux à son attention avant d’accélérer un peu le pas et de nous éloigner un peu de l’agitation tout autour du château. Entre les hommes Lannister qui campent non loin et les allées et venues, j’avoue que retrouver un semblant de calme ne sera pas de refus. Et puis, cette petite forêt non loin a l’air parfaite pour une promenade non ? Nous devrions être tranquilles. J’ajoute donc, désignant les arbres. « Par là, cela te convient ? »


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 2725
Membre du mois : 37
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Mar 5 Juin - 21:44

L’effervescence est omniprésente ces derniers temps et je ne parviens pas à me joindre à l’engouement général. Quoique je ne suis pas certaine que l’on puisse parler d’engouement ou de joie… Certes, les ouestiens repartent chez eux, et ont des raisons d’être heureux, mais les autres… Oh, j’ai cessé il y a bien longtemps de chercher à comprendre le comportement et les réactions des soldats du Nord, trop pressés et trop fébriles de repartir combattre… De mon côté, je crains plus l’avenir que je ne saurais le dire. Benjen repart, moi aussi, mais je ne l’accompagne pas cette fois-ci, je ne serais plus à ses côtés. Alors j’essaie de me concentrer sur ceux que je vais retrouver, et non sur celui, ceux que je crains de ne plus revoir. Cela fait trop longtemps, bien trop longtemps, et la perte des miens me le fait encore plus cruellement ressentir. Alors oui, sans doute suis-je tout de même quelque peu pressée de rentrer, de retourner à Winterfell et de pouvoir serrer mes enfants dans mes bras. Peut-être pourrais-je de nouveau envisager l’avenir plus sereinement, même si mon aîné combattra encore et toujours…
Pour le moment, je ne puis que ressasser et m’inquiéter, sans devoir paraître le moins du monde inquiète ou tourmentée. Chagrinée ou attristée à la limite, mais je ne peux me permettre davantage. Alors à défaut de pouvoir être utile, ou de vouloir discuter des modalités du trajet de sa nouvelle majesté jusqu’à Winterfell, je préfère m’occuper l’esprit. Et non, je n’ai évidemment pas choisi au hasard qui m’accompagnerait.

Peut-être est-ce parce qu’il me rappelle un peu Ryman, sans doute est-ce cela qui m’a attiré chez lui au départ. Peut-être son sourire et sa nonchalance, feinte ou non, son besoin de reconnaissance et cette insolence aussi agaçante qu’imperceptible. Non seulement le temps passé en sa compagnie est plus qu’agréable il faut bien l’avouer, mais surtout il parvient presque à me faire oublier le reste, tant le temps qui passe que les malheurs qui se produisent. Ce n’est que momentané et éphémère, mais c’est toujours cela de pris non ? Alors oui, je suis heureuse de le voir arriver, même si je me contente d’un léger sourire à son intention. Je secoue la tête en l’entendant.

« N’ayez crainte, je n’oserai juger un homme tout juste remis d’une si grave blessure. D’autant plus que j’étais présente et que j’ai pu constater de la violence de l’attaque de mes propres yeux. » Je regarde autour de nous et hausse un sourcil. « Avec tous les soldats qui circulent dans les environs, ce n’est pas non plus imprudent, je ne comptais guère m’éloigner. Mais je ne vais point contre l’avis de Ser mon époux. »

Ser mon époux dont le rire se ferait entendre à la ronde s’il m’entendait prononcer cette phrase, mais fort heureusement il n’est pas là. Et puis, il sait tout autant que moi que jamais je ne le contredirais en public, pas tant qu’il ne dépasse pas certaines limites tout du moins. Je monte à cheval, m’installant convenablement avant de faire avancer ma jument à la suite du jeune homme. Je lui rends son sourire.

« Tu m’en vois rassurée, je n’aurais pas aimé devoir te ramasser à terre. Et non, je ne connais guère les environs, puisque je n’ai guère l’autorisation de mon cher époux de m’y aventurer seule… et que je ne suis pas aussi stupide que cela. » Je lui jette un regard, souriant un peu plus en voyant son clin d’œil. « Effectivement, tu as oublié. Mais je te pardonne ton retard n’aie crainte. » Je le suis, observant les alentours alors que nous nous enfonçant un peu plus dans la forêt. Cette agitation a beau m’agacer, elle va me manquer. Le Nord est presque déserté, et c’est bien parce que mes enfants s’y trouvent que j’y retourne… Enfin non. J’aime ses paysages sauvages à couper le souffle malgré tout ce que je peux dire. Mais j’aime tout autant les réceptions et les rencontres… « Ce sera parfait. Ne partons pas trop loin non plus, ils seraient capables d’envoyer des hommes nous retrouver si nous mettons trop de temps à rentrer. » J’ai un sourire amusé alors que je me porte à ses côtés, avant de désigner sa jambe. « Ta jambe supportera un tel voyage ? Ne pas tomber est une chose, ne plus pouvoir bouger ta jambe parce que tu veux trop en faire en est une autre... » Mon sourire se fait plus doux. « Pressé de rentrer je suppose ? T’es-tu déjà imaginé à quoi ressemblerait ta femme à ton retour ? »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 504
Membre du mois : 10
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Dim 24 Juin - 20:28

Même si j’ai hâte de rentrer à Castral Roc, je me demande ce que je pourrais leur raconter. Est-ce que j’ai le droit de faire part de mes doutes, de toutes ces interrogations qui n’ont eu de cesse de se bousculer à mesure que le temps a passé ? Une part de moi me souffle que je ferais mieux de garder le silence, de ne pas dire quoi que ce soit avant d’en savoir plus sur l’ambiance dans l’Ouest, notamment auprès du Roi. Après tout, il a passé de nombreux jours à discuter avec nombre de personnes présentes ici. Et sa venue même a eu quelque chose d’assez spectaculaire, sans compter le fait qu’elle a engendré quelques tensions. Mais au moins, je sais que nous serons bien entourés pour rentrer et que Jeyne sera en sécurité.

Et, en attendant de partir, j’ai envie de profiter de la compagnie de Nelya, que je ne reverrais probablement pas avant très longtemps. Je sais, je m’étais déjà fait cette réflexion à deux reprises et j’ai parfois l’impression que le destin s’amuse à nous faire emprunter des chemins qui se croisent plus souvent qu’il ne le faudrait. Mais, avec l’hiver qui approche, je suppose que nous allons tous regagner nos demeures et nous préparer pour les conflits à venir. Elle me manquera, d’une certaine façon, même si nous serons tous les deux fort occupés et comblés par nos conjoints respectifs. Enfin, ce sera mon cas tout du moins, j’espère que ce sera pareil pour elle. Même si je ne doute pas qu’elle saura s’occuper autrement si nécessaire.

Je me fends d’un sourire amusé à sa répartie, mimant une révérence avant de souffler, d’un ton taquin. « Vous êtes bien aimable lady Omble. J’aimerais autant ne pas avoir à subir la honte d’un regard moqueur si peu de temps avant mon départ. Et cela reste peu prudent tout de même, vous le savez bien. Tant que vous n’en faites pas qu’à votre tête, tout va bien donc. » Je retiens tout de même une grimace à l’évocation de son époux dont la réputation n’est pas des plus aimables. Mais visiblement, Nelya ne semble pas avoir de problèmes avec cela. Cela ne m’étonne guère au vu de sa force de caractère et je suppose qu’il lui faudra au moins cela.

Je lui jette un nouveau regard amusé après avoir galopé quelques instants avant de soupirer tout de même de soulagement. « Tu m’aurais vraiment ramassé ou tu m’aurais abandonné aux loups qui rôdent ? Enfin, avec mon beau-père non loin, il faudra nier m’avoir croisé si tu veux éviter les problèmes. » Je lève les yeux à cette idée avant de tousser un rire. « Ne fais pas ta mauvaise tête, il a eu raison de t’interdire de te promener seule. Il y a plusieurs centaines de soldats ouestriens qui seraient ravis de jouer avec toi, sans compter … tout le reste. » Elle le sait aussi bien que moi de toute façon et je n’insiste pas, la fixant un instant avant de reprendre, d’un ton toujours aussi léger. « Je dois donc te féliciter ? Tout se passe comme tu le voudrais avec lui ? »

Je sais, la question est pour le moins intime. Mais au vu des relations que nous avons tous les deux, je crois que nous avons dépassé le stade des discussions de simple courtoisie non ? Je hoche la tête quand elle confirme que la petite forêt lui convient et je tousse un rire. « Oui, j’aimerais autant être rentré avant que l’on commence à s’interroger sur les raisons de notre absence. » Pour le moment tout le monde est bien trop occupé pour cela mais, d’ici quelques heures, ce sera une autre histoire. « Pour ma jambe... » J’ai une grimace avant d’inspirer longuement. « Il faudra bien. Hors de question de me retrouver dans une carriole ou que sais-je comme un handicapé. Je ferais le trajet à cheval et je prendrais le temps qu’il faut pour me reposer à mon arrivée. Je l’espère en tout cas. Tant que je ne tombe, cela ira bien. » Et je hoche la tête, mon regard se perdant un peu dans le vide à sa question. « … je… oui j’ai hâte de rentrer. Mais je suis un peu inquiet de l’accueil qui nous sera fait en vérité. Je n’ai passé que peu de temps avec ma femme avant que nous partions, nous n’avons pas eu le temps de devenir vraiment proches et… elle m’a dit dans ses missives qu’ils ont du desserrer ses robes à la taille à plusieurs reprises. Je suis curieux de voir ça, surtout au vu de la taille qu’elle a en temps normal. Et toi, tu es contente de retrouver tes enfants j’imagine. » La connaissant, c’est bien la seule chose qui la ferait traverser tout Westeros sans hésiter.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 2725
Membre du mois : 37
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Mar 17 Juil - 21:17

Le retrouver, sans doute pour la dernière fois - cette fois-ci - est à la fois plaisant et assez… déroutant ? Lui qui est rapidement devenu un compagnon distrayant… Et puis, cela a toujours quelque chose de grisant de le côtoyer, non que j’aime particulièrement les situations délicates ou difficiles, mais…. Si peut-être bien que si. Au moins, est-ce amusant et divertissant. J’esquisse un sourire en secouant la tête.

« Je ne me moque jamais des soldats mon brave, car je  n’oublie pas qu’ils risquent leur vie pour nous protéger. » Ou quelque chose du genre. « Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, je suis prudente et j’écoute les conseils que l’on me donne. »  

Je ne les suis pas souvent, mais je les écoute. En l’occurrence, Conrad ayant dû en parler à plus d’un, je préfère me montrer docile et sage. Pas uniquement pour que l’on me considère comme l’épouse modèle, mais si sa propre femme ne tient aucun compte de ses paroles, qu’adviendra-t-il de ses hommes ? Il est Lord, Connétable de l’Empire, son autorité fait loi, n’est-ce pas ? Qui plus est, la susceptibilité et l’orgueil des hommes sont de petites choses sensibles qu’il faut manier avec précaution. Je lui souris plus franchement alors que nous nous sommes éloignés et que nos chevaux reprennent un rythme plus lent.

« Suis-je vraiment si peu charitable à tes yeux ? Je t’aurais ramassé. Outre ton beau-père, que j’aurais peut-être pu amadouer d’une façon ou d’une autre, avec qui pourrais-je plaisanter et qui pourrais-je taquiner dans les mois à venir si ce n’est toi ? » Je lui jette un coup d’œil et soupire en levant les yeux au ciel. « Je le sais bien. Mais le contredire est bien plus amusant que de lui avouer qu’il a raison, je ne vais tout de même pas lui rendre la tâche facile, je ne suis point un de ses soldats… » Je le fixe un peu plus longtemps, souriant de nouveau. « Je ne suis toujours pas grosse, malheureusement, pas que je le sache du moins. Et malgré son… obédience à l’Empereur et ce nouveau poste dont il n’a daigné me parler que tardivement… Je suppose que oui, tout se passe plutôt bien. Je me retrouve à devoir composer avec le Nord et l’Empire, avec la promesse de terres près de la nouvelle capitale, et mes enfants au Nord, peut-être pourrais-je continuer à jouer les ambassadrices ou quelque chose du genre… je ne vais pas me plaindre. Pas trop. »

Je lui fais un clin d’œil et regarde autour de nous.

« Nous avons le temps avant qu’ils ne s’inquiètent, ils ont tous tant à faire… » Je plisse un peu les yeux en le dévisageant, mon regard se posant un instant sur la jambe en question. Je renifle et plisse le nez. « Comme un handicapé ou une femme… Je n’ai jamais aimé me sentir inutile ou être oisive non plus, je te comprends fort bien. D’autant que tu es chevalier et que tu dois jouer ton rôle devant les autres. Je ne sais si cela est pire en tant qu’époux de la princesse  ou en tant que Commandant de la garde royale tiens… » Non, j’ai dit que je ne me moquais point, je me demande vraiment. Je souffle un rire léger alors qu’il répond à ma question et parle de sa femme. « Si ta femme te mentionne, même indirectement, qu’elle a pris du poids, beaucoup de poids, c’est déjà qu’elle a assez confiance en toi pour te l’avouer. Et surtout, surtout… » Je lui jette un coup d’œil et soupire, me perdant à mon tour dans la contemplation des bois nous entourant. « Je ne connais pas la princesse, je ne saurais préjuger de son comportement et caractère, mais une femme enceinte, surtout la première fois… a tendance à se trouver uniquement trop grosse, laide et gauche. Surtout quand elle est particulièrement jolie comme ton épouse. Alors, que ce soit la vérité ou non, dis-lui qu’elle est encore plus jolie que dans ton souvenir. Dire qu’elle porte la vie et qu’elle va avoir votre enfant, votre héritier, est une chose, mais en vérité, ce n’est ni aussi simple, ni aussi évident, même pour les mères. Que vous ne soyez pas vraiment proches ne changent rien, pense à elle avant de penser à l’enfant… Sinon tu risques de ne jamais l’être, proche d’elle. Et puis, ajouter qu’elle est encore bien plus jolie sans ses robes peut avoir des avantages pour toi…» Je souris, amusée, et je hoche la tête. « Et j’ai hâte oui. Cela fait longtemps, trop longtemps. Ils ont dû apprendre pour leur grand-mère de la bouche d’inconnus et… Je ne peux malheureusement pas faire grand-chose pour Benjen, j’ai beau être convaincue du contraire, je ne peux le protéger uniquement par ma présence, il est bien entouré et il sait se battre, et… Ils ont besoin de moi aussi. Ils me manquent oui, et ils grandissent tellement vite à cet âge-là…  » J’ai un mince sourire, mon cœur se serrant à cette pensée. Oui, je suis bien plus pressée que je ne veux bien l’avouer. Et non, cela ne m’étonne ni ne me gêne de discuter de tout cela avec lui. Allez savoir pourquoi…


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 504
Membre du mois : 10
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Mar 31 Juil - 20:34

J’avoue, en dépit de tout bon sens, je suis heureux de pouvoir profiter d’un dernier moment en tête à tête avec Nelya. Outre les moments purement charnels que nous avons pu passer ensemble, pour notre plus grand plaisir mutuel, elle est d’une compagnie des plus agréables et lui parler me permet bien souvent de réfléchir à ma propre situation. J’arrive grâce à elle à faire preuve d’objectivité sur certaines situations et surtout à ne pas m’apitoyer sur mon sort. Elle n’est pas du genre à avoir pitié de moi. « La plupart des soldats aiment à risquer leur vie. Ou en tout cas, ce que cela peut leur apporter une fois rentrés à la maison. Il y a quelque chose de grisant à parler d’une bataille ou d’un moment où l’on a risqué sa vie. Même si c’est effrayant la plupart du temps. » J’ai parlé d’un ton pensif, plus pour moi-même qu’autre chose, avant de sourire à la lady. « Vraiment ? Lady Omble écoute tous les conseils qu’on lui prodigue ? »

Je me fends d’un clin d’oeil dans sa direction alors que je continue de mener nos deux chevaux un peu à l’écart. Pas trop loin pour que nous puissions rentrer rapidement, mais à l’abri des regards tout de même. Et je tousse un rire à sa répartie. « Tu n’es pas la personne la plus charitable du monde, il faut tout de même le reconnaître. Mais heureux de voir que tu m’aurais ramassé pour pouvoir me taquiner. » Et je secoue la tête, clairement amusé quand elle continue avant de grimacer, non sans me frotter l’arrière du crâne. « Si tu l’avais été… il y aurait tout de même eu de fortes probabilités que j’ai un lien dans cette histoire non ? Ca ne t’aurait pas posé problème ? Quant au reste… je peux comprendre qu’il soit difficile pour toi d’apprendre à composer avec de nouvelles informations. Ce serait bien que tu continues à jouer les ambassadrices, on pourrait se recroiser.» J’ai un sourire malicieux avant de reprendre, un brin plus sérieux. « Tu vas rentrer dans le nord alors ? Ou aller voir leur fameuse capitale ? »

Et mon sourire se fait plus large quand elle reprend. Un peu de temps tous les deux. J’ai une vague idée sur la façon dont les choses vont se passer mais, pour le moment, nous sommes sages tous les deux. En pleine discussion. « Je dois m’excuser ? Mais oui, comme une femme, si cela t’agrée. Et je me vois mal rangé dans un coin avec le Roi qui commande la troupe, ce serait vraiment le comble, que ce soit comme commandant de la garde princière et non royale ma dame, ou comme époux de la princesse… dans tous les cas, je n’apprécierais guère. Mais j’ai peur de ne pas avoir mon mot à dire si le Roi décide. Heureusement, il est du genre à vouloir nous laisser faire nos propres erreurs, dans ce domaine en tout cas. » Je l’écoute avec une attention accrue quand elle évoque la réaction possible de Meg et je lève les sourcils, un rien décontenancé. « Je dois donc lui mentir ? Enfin pas lui mentir mais si elle a pris du poids, elle a bien du s’en rendre compte toute seule. Et elle sera forcément moins avenante avec un ventre arrondi non ? » Je laisse filer un silence, un rien sceptique, avant de laisser filer un soupir. « Donc lui dire qu’elle est encore plus jolie et ne penser qu’à elle, c’est bien cela ? » J’aimerais me dire que je serais sincère quand je la verrais, que je le penserais vraiment mais, au vu des propos de Nelya, j’ai tout de même un sérieux doute à ce propos. Tout comme j’ai du mal à l’imaginer comme elle doit être aujourd’hui. Pourtant, plus le temps passe, plus le départ se fait proche et plus je pense à Meg. Elle me manque, bien plus que je l’aurais cru possible et, enfant ou pas, j’ai envie de la serrer dans mes bras.

Je lui jette un regard en coin quand elle parle de ses enfants et je laisse filer un silence avant de souffler, d’une voix plus douce. « C’est amusant de voir à quel point tu te transformes quand tu parles d’eux. Tu as pu échanger un peu avec eux tout de même ? » J’ajoute, sourcils légèrement froncés. « J’espère que je pourrais voir grandir mes enfants. » Je ne sais même pas pourquoi j’ai dit cela en réalité. Je secoue la tête avant d’aviser un point d’eau que je lui désigne, guidant nos chevaux jusque-là avant de mettre le pied à terre, non sans tanguer quelques secondes, grimaçant de douleur. Le voyage retour va vraiment être rude.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 2725
Membre du mois : 37
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Ven 24 Aoû - 21:21

Je hoche la tête à ses paroles, non sans avoir une moue désabusée et de soupirer par la suite.

« Grisant oui, de quoi impressionner et exciter les bonnes gens prêtant l’oreille. Père adorait cela, nous conter ses batailles, autour de la cheminée en jouant des ombres et des murmures du vent, et pourtant, les Dieux savent que ce n’était pas le plus prolixe des hommes. Et j’aimais beaucoup. » J’ai un sourire, avant de laisser échapper un rire en l’entendant. « Évidemment ! Lady Omble est une épouse modèle. Tous les conseils ne sont pas judicieux pour autant, mais les écouter est tout à fait dans mes possibilités. »

Je le suis, menant ma monture à la suite de la sienne. Et j’ai un sourire en l’entendant.

« Connais-tu des gens réellement altruistes et philanthropes ? Sans arrière-pensée, ni raison, calcul ou nécessité ? Je fais aussi bien illusion que d’autres la plupart du temps. Avec certains… j’évite les simulacres inutiles. » Même si je ne dirais nullement que ces personnes sont privilégiées… Je le dévisage un instant, et j’inspire lentement. « Mes enfants me ressemblent davantage qu’à leur père, si ce n’est Lyarra qui a hérité de ses yeux. À moins qu’il n’ait été blond, quelle importance ? Je ne t’aurais nullement importuné si telle est ton inquiétude. » J’ai un mince sourire. « Ce serait bien. Même si je ne suis pas certaine que cela arrive… Et je rentre, j’ai trop tarder à retrouver mes enfants. Leur capitale… reste une bourgade. J’irai sans plus tard. »

Un jour, si elle est encore là. J’ai déjà beaucoup à faire dans les jours et semaines à venir, et je connais la guerre et ses conséquences, trop pour vouloir anticiper et prévoir à long terme. Protéger les miens sera une tâche assez ardue et prenante pour ne pas m’encombrer inutilement.
Je chasse d’un geste de la main sa précision sur son poste et j’acquiesce.

« Et te laisser chevaucher en sachant que tu ne pourras plus marcher en arrivant est une erreur qu’il te laissera commettre ? C’est une bonne méthode, je dois appliquer peu ou prou la mienne à mes enfants, pour certaines choses. Il n’y a qu’ainsi que l’on apprend et grandit après tout. » Même si en matrone trop protectrice parfois, ce n’est pas toujours évident. Mais je sais comment j’étais, je sais à quel point vouloir empêcher des décisions et des choix a un effet contraire et plus que néfaste. Et nous revoilà sur un sujet plus délicat. Je le fixe et hausse un sourcil. « Forcément ? Peut-être. Mais elle n’aura perdu ni son sourire, ni ses formes, au contraire même. Tu pourrais t’en satisfaire et apprécier qui sait. Et je ne parle pas de lui mentir, qu’elle ait pris du poids est une chose plus que normale, je te dis de la rassurer et d’être prévenant. » Je souris doucement en l’observant. « Oui. Et quoiqu’il en soit, ne réfléchis pas trop, tu n’auras peut-être même pas besoin de chercher quoi dire que ton attitude parlera pour toi. Quoique les mots sont utiles malgré tout. Tu pourrais la trouver bien plus avenante que ce que tu imagines. Dis-le-lui juste. Ou adoucis la vérité si telle n’est pas le cas. Mais vu ton regard quand tu penses à elle… Ne t’en fais pas trop. » Car malgré ses craintes et son manque de conviction, il a l’air plutôt attaché à sa jeune femme déjà. Tant qu’il fait mieux que les hommes de ma connaissance, il s’en sortira. Je hausse les sourcils quand il reprend la parole, le dévisageant un instant. « Je deviens douce et sentimentale ? J’ai été la première surprise lorsque je m’en suis rendue compte la première fois. Je ne pensais pas pouvoir aimer autant. Les enfants sont une calamité qui te font t’inquiéter, te mettre en colère, t’affoler, te forcent à penser à eux avant tout, et qui malgré cela deviennent le centre de ton monde. Et oui, j’ai pu leur écrire et voir des nouvelles, même si ce n’est pas assez souvent. Et j’ai besoin de les serrer dans mes bras. » Ma main effleure sa joue. « Ne fais pas trop l’idiot et prends garde à toi, il n’y a nulle raison que ce ne soit pas le cas. Mais je te ressortirai cette phrase quand tu te plaindras de trop. »

Je descends à sa suite, secouant la tête sans rien dire en le voyant grimacer, et je laisse mon cheval paître non loin avant de me diriger vers le bord de l’eau.

« Dois-je aller chercher un mestre ou un garde, ou ta jambe tiendra-t-elle ? »

Au temps pour ma volonté de ne pas le taquiner.


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 504
Membre du mois : 10
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Lun 3 Sep - 8:55

Je laisse filer un silence songeur à ses propos, avant de souffler, à mi-voix. « Je n’ai probablement pas connu assez de conflits pour y trouver quoi que ce soit de grisant. Sûrement même. Et pourtant, j’ai souvenir de ces soirées passées à écouter le Roi nous conter les batailles qu’il avait vécues et auxquelles mon père avait participé. C’était encore mieux que toutes ces histoires que l’on pouvait entendre ailleurs. J’avoue que j’ai parfois du mal à comprendre ce qui peut rendre tout cela épique ou grandiose mais je me dis que je finirais par saisir les subtilités plus tard. Ou par savoir suffisamment jouer le jeu pour faire croire que c’est le cas. » J’ai un sourire amusé alors qu’elle me targue être une épouse modèle et je la fixe un instant, le regard pétillant. « Voyez-vous ça. Et donc, tu les écoutes avant de les oublier aussi sec, c’est bien cela ? »

A sa question, je fronce légèrement les sourcils avant de finir par soupirer. « Malheureusement pour eux oui, j’en connais quelques-uns. Que les gens de la cour aiment à manipuler et à rendre aigris à mesure que passe le temps. Et à quel point est-ce altruiste de faire des calculs non pour soi mais pour les autres ? » Je tousse un rire avant de reprendre, toujours sur un ton amusé. « Je suppose que je fais partie de ces privilégiés ? » Je laisse filer un temps avant de reprendre, un rien plus sérieux. « Ce n’est pas mon inquiétude. J’aimerais savoir, si c’était le cas. » Parce que j’ai fini par m’attacher à elle et que ce n’est pas quelque chose d’anodin. Quand bien même elle n’a pas l’air de s’en soucier plus que cela. Je lui lance une œillade, non sans tousser un rire au reste de ses propos. « Une bourgade hein… tant de mépris en un seul mot, c’est assez impressionnant. Tu parles peut-être de la future capitale de tout le continent ou peu s’en faut. » Au rythme où vont les choses, c’est bien ce qu’ils souhaitent en tout cas. A cette pensée, j’ai une grimace avant de secouer la tête.

Et je lui adresse mon plus beau sourire tandis que je reprends, comme si de rien était. « Ce qu’ils ne savent pas ne peut pas leur faire de mal. Je sais que Meg va déjà m’envoyer voir le Mestre dès que j’aurais posé un pied à Castral Roc, que je profite au moins des derniers instants où je peux n’en faire qu’à ma guise. Et si je n’ai toujours pas appris aujourd’hui, tu crois vraiment que cela peut changer ? » Pour le reste, je me sentirais presque comme un enfant pris en faute alors qu’elle me sermonne quelque peu concernant ma femme. Mais j’ai tout de même une grimace sceptique quand elle me dit que j’apprécierais le changement. « Le mariage est une chose bien trop compliquée en vérité. Et je n’ai pas vraiment eu le temps de me faire à quoi que ce soit que j’étais parti du Roc et loin d’elle. Je suppose que je ne devrais pas me plaindre et me contenter d’apprécier l’idée de rentrer bientôt chez moi. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. » Je me frotte la nuque, un rien dubitatif au reste de ses explications. « Mon regard ? Qu’a-t-il donc de particulier ? » Pour un peu, je trouverais la situation des plus étranges. Parler de ma femme avec elle, vu ce que nous avons fait plus d’une fois, parler de ses enfants, alors qu’il n’aurait pas été impossible que je sois le père du sien si elle était grosse. Et pourtant, je me sens à mon aise avec elle, sans avoir à chercher la meilleure façon de tourner la phrase ou à savoir si je vais l’offenser ou non. « Tu deviens douce et sentimentale oui. Sans cette ironie mordante dont tu arrives à faire preuve à chaque instant ou presque. Mais tu me brosses un portrait pour le moins inquiétant, tu en as conscience ? Et que feras-tu, une fois que tu les auras serrés dans tes bras ? » J’ai une grimace quand elle effleure ma joue. « Je ne suis pas sûr d’avoir vraiment le choix quant à prendre garde à moi. J’aurais tout de même le droit de me plaindre ou pas ? »

Si je ne peux pas cacher ma grimace de douleur quand je mets le pied à terre, je ne peux pas non plus m’empêcher de lever les yeux à sa remarque. « Moque-toi donc femme de peu de foi. Je peux tenir debout, tant que tu ne me demandes pas de courir. Mais si tu souhaites gambader, fais-le à ta guise… » Tout en parlant, je finis par m’assoir tout près du cours d’eau, laissant échapper un soupir alors que je tends ma jambe douloureuse. Au temps pour le coté bravache.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de la Maison du Roi
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 2725
Membre du mois : 37
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   Hier à 22:32

« Les entendre et les vivre sont deux choses différentes… Et il est des hommes qui aiment tout autant faire vivre leurs combats et exploits, les rendant plus impressionnants et plus grandioses à chaque narration. Il est, je crois, plus facile de s’en souvenir et de vivre avec de telles atrocités en les contant telle une légende et en voyant dans les yeux des autres émerveillement et respect… » Je perds le peu de sérieux que j’avais pour le fixer en plissant les yeux d’amusement. « Je ne les oublie pas, je n’en tiens pas compte, note la nuance. J’ai dû œuvrer assez durement pour obtenir ce que j’ai, ce que je suis, je ne vais pas laisser d’autres changer cela et prendre des décisions pour moi. »

Je le dévisage un instant, fronçant légèrement les sourcils à mon tour et je hoche la tête, laissant échapper un soupir.

« Peut-être bien suis-je trop narcissique ou insouciante, mais comme tu le dis si bien, les personnes de bonnes volontés, aimables et obligeants, ne font pas long feu au sein d’une cour. » Et il va sans dire que je préfère amplement être du côté de ceux qui manipulent. « Disons que si tu es conscient d’agir pour les autres, c’est déjà… un bon point. Et tu as grandi avec la famille royale, dans son ombre, je suppose qu’il est normal pour toi d’agir pour eux. » J’esquisse un sourire. « Te considères-tu ainsi ? Privilégié ?… Mais oui, tu fais partie de ceux-là. » Je le dévisage un instant en silence avant de doucement lui sourire. « Si tel est le cas, tu seras donc au courant. Mais ça ne l’est point pour le moment. » Quant à savoir quand cela sera possible… Il sera déjà parti depuis longtemps. Mais c’est… amusant qu’il souhaite être informé alors même qu’il va en avoir un légitime. Mon sourire s’agrandit en l’entendant rire. « Les mots ont un pouvoir qu’il faut manier avec précaution, et je m’en sors plutôt bien en général. Et si cela doit arriver, cette capitale aura toute mon estime et ma fascination. » Mais c’est encore bien loin d’être le cas.

Je le toise alors qu’il parle, se plaignant peu ou prou que sa femme prenne soin de lui, et je lève les yeux au ciel, un sourire aux lèvres. « Ne peut-on toujours apprendre et évoluer ? Mais j’aime autant que tu ne changes pas trop à ce sujet, ces côtés insouciant et arrogant font partie de ton charme. » Et j’acquiesce alors qu’il reprend. « Si c’était facile, ce ne serait guère intéressant reconnais-le. » Je lui jette un coup d’œil. « Tu as l’air heureux, pressé de la retrouver malgré tout ce que tu peux dire. Quand tu parles d’elle, il y a cette petite flamme et souvent cette infime sourire… Tu ne l’as peut-être guère côtoyé longtemps avant de partir, mais tu sembles déjà l’apprécier… C’est une bonne chose. » Après tout, que lui souhaiter de mieux que, non seulement s’entendre avec sa femme, mais de l’apprécier, voire peut-être davantage avec du temps. Et qu’importe ce que nous avons fait tous deux, ou ce que nous allons faire, et qu’importe que je sois trop cynique pour y croire réellement, si cela peut le rendre heureux ma foi… Et j’ai un sourire, avant de souffler un rire en l’entendant. « Oh. Et est-ce préférable que je sois douce plutôt qu’ironique ? Et cela n’a rien d’inquiétant, ils te font juste ressentir les choses beaucoup plus intensément… et ils apportent bien plus de joie et de bonheur qu’on ne pourrait l’imaginer, ne t’inquiète pas. Quant à ce que je ferais… je m’ennuierais à mourir, il n’y a presque plus personne dans le Nord, je vais me retrouver entourée d’enfants, d’ennuyantes épouses et de demoiselles candides, coincée par le froid de l’Hiver. Je tenterais de survivre à tout cela. » Je soupire et souris de nouveau en acquiesçant d’un signe de tête. « Fais ton possible pour que ce soit le cas alors. Tu auras le droit de te plaindre oui, cela me divertira et te soulagera de pouvoir en parler. »

Mon sourire s’agrandit, avant que je ne le rejoigne, m’asseyant sagement à ses côtés en lissant ma robe.

« Je ne suis point en tenue pour gambader comme tu le dis si bien, sans parler du fait que cela n’a aucun intérêt, d’autant plus seule. Il faudrait tout de même en parler au mestre, peut-être qu’avec l’application d’onguents, par massage, se remettra-t-elle plus rapidement. » Je lui jette un coup d’oeil. « Cela avait marché pour ton épaule à Winterfell… C’est fort dommage, je n’ai pas emporté d’eau de source chaude… »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 504
Membre du mois : 10
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: