Partagez | 
Too Much Is Never Enough
MessageSujet: Too Much Is Never Enough   Dim 13 Mai - 12:27



Noblecoeur, An 1, mois 3, semaine 3




Mon sommeil avait été sans rêve. Ou s’il l’avait été, je ne m’en rappelais plus. Je ne sais pas vraiment combien de temps j’avais dormi. J’étais encore fatiguée, mais je me sentais un peu reposé malgré tout. Sous la tente, je pouvais entendre des murmures. C’était sans doute ce qui m’avait réveillé. Ils étaient à peine audibles, mais cela avait suffi. J’avais l’habitude d’entendre un camp s’afférer autour de moi, et des hommes se préparer, faire leur ronde, rire parfois. Même installé en haut de la colline, on pouvait les entendre. Cela avait quelque chose de rassurant quelque part. Nous étions entourés, et tant que c’était le cas, nous courrions moins de danger. J’ouvrais les yeux avant de m’étirer. Je tournais la tête vers les deux personnes qui parlaient doucement : Kora et Torrhen. Cette dernière était à genou devant lui en train de faire je ne savais pas trop quoi. Je n’eus pas vraiment le temps de m’attarder sur cela que mon ventre, comme à son habitude et comme chaque matin, décida de me jouer des tours. Je repoussais les fourrures pour respirer mieux, me forçant à prendre une bouchée d’air à la fois. J’avais des nausées et des hauts le cœur, mais mon estomac vide n’avait plus rien à rejeter. Je n’avais pas mangé hier soir, et je n’avais pas gardé le repas que j’avais pris le midi. Je pris la coupe d’eau aromatisé aux plantes que me tendis ma servante, et le bus doucement, comme me l’avait indiqué Yesaminda. Petite gorgée par petite gorgée, tout en prenant bien soin de bien inspirer et expirer. Cela finissait toujours par passer, toujours. Il fallait simplement faire preuve de patience. Kora s’écarta et me laissa, sans doute pour retourner auprès de mon époux qui avait autorisé sa présence sous sa tente. Elle ne pouvait rien faire de plus, si ce n’était de me laisser tranquille le temps que cela passe. Nous avions nos habitudes depuis un certain temps maintenant.

Je payais cher le fait de ne rien avoir avalé. La guerrisseuse m’avait prévenu qu’elles étaient liées à la fatigue, le stress mais aussi à un manque de nutriment. Elles étaient à la fois le signe que la grossesse se passait bien mais aussi que je ne me comportais pas comme il le fallait. Mes nausées matinales auraient dû disparaître à la fin de mon premier trimestre et si elles persistaient, c’était entièrement de mon fait et des évènements extérieurs. Mais cela irait mieux maintenant. Je les avais retrouvés, et ils étaient en vie. Nous allions nous reposer, panser nos plaies et penser à autre chose quelques temps au moins. Je devais simplement continuer à me montrer patiente, voilà tout.

Ce ne fut qu’une fois certaine que mon corps reprenait son fonctionnement normal que Kora s’approcha de nouveau de moi. Elle s’inclina pour me saluer, avant de s’afférer autour de moi. Elle me laissa me lever seule, puis m’indiqua le tabouret qu’elle avait posé derrière le paravent qu’elle avait déplié. J’y allais sans protester, sachant très bien que, contre elle, je ne gagnerais pas. Elle m’aida à enlever ma robe de nuit, à rincer mon corps, puis à m’habiller avec l’une des robes que j’avais amenée. Elle n’était pas assez chaude pour supporter les températures alors elle me fit promettre de ne pas sortir sans fourrure. Elle s’attaqua ensuite à mes cheveux, mais contrairement à mon habitude, je lui demandais de les laisser détacher. Elle les démêla avec minutie, ce qui prit un certain temps puis m’aida à enfiler des chaussures. Elle accrocha à mon cou le collier que m’avait offert Torrhen et qu’elle avait bien évidemment pensé à prendre. Je la remerciais et me levais de nouveau toute seule du tabouret. Elle replia le tabouret, puis m’indiqua qu’elle m’avait apporté un repas, un repas que je devais manger intégralement. Devant ma mine septique et contrariée, elle se tourna vers l’empereur, s’inclina devant lui et lui demanda de bien prendre garde à ce que je mange tout et boive l’intégralité de la cruche. Puis cela fait, elle prit la bassine d’eau qu’elle avait amenée et nous laissa. Je soupirais, avant de rejoindre mon époux et venir l’enlacer. Ne l’écoutes pas… Elle a tendance à exagérer… As-tu bien dormi ? Puis repensant à ce que j’avais vu en me réveillant, je m’écartais légèrement pour le regarder droit dans les yeux et lui demander. Que faisait-elle quand je me suis réveillée ? Aurais-tu oublié de me dire quelque chose hier à ton sujet ?












Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2484
Membre du mois : 25
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   Dim 13 Mai - 16:41

Je me réveillais mal à l’aise. Dans une position confortable, qui ne me donnait pas envie de bouger. Mais avec la désagréable sensation que quelque chose clochait. Je n’aurais su dire quoi… Quelqu’un bouge contre moi. Je mets quelques instants à me débarrasser de cette vague sensation de froid, mais je sens ces mouvements. Qui se lovent contre ma peau. Je me tourne et sens Rhaenys et sa peau ardente. Mes lèvres trouvent son épaule. Y déposent un baiser tendre, doux, sans fièvre mais avec un grand attachement. Je me redresse, toutefois. J’ai encore tout fichu en bordel autour de moi. Je pensais sans doute naïvement que la fin d’Harren signifierait la fin de mes nuits agitées. Mais ce n’était pas le cas. J’avais un drôle de sentiment, au sortir de cette nuit. Et je l’ai toujours en me levant. Je frissonne, loin du corps bouillant de ma femme, qui a l’air profondément endormie. J’ai envie de rester nu, contre elle, de me rendormir des heures durant. Mais je ne peux pas. Ma jambe me tire et je grimace en m’appuyant dessus, enfilant quelques vêtements sans un bruit. Je bois un peu d’eau, pour me désaltérer, quand une servante de RHaenys, que j’avais déjà croisée, se présente. Le soleil se lève lentement. Avec un voile de neige éparse, mais qui recouvre quand même la plaine d’une chape blanche. La dame se présente comme la dame personnelle de Rhaenys. Elle voit l’état de ma jambe… Et me propose de changer le bandage. J’accepte. Nous devisons en silence. Je remercie la brune pour son aide de mon épouse ; elle a sans doute contribué à la sauver, et à sauver mon fils. La servante accepte et nous devisons en silence. Elle me confie que mon sentiment sur Rhaenys n’est pas erroné ; elle était morte d’inquiétude. Et alors que je la taquine sur un homme qui aurait approché mon épouse, la servante ne comprend pas. Aucun ne l’a fait. Je fronce les sourcils. Mon épouse aurait-elle cherché à taquiner ma jalousie ?


Je me retourne, lorsque la servante se dirige vers le lit. J’ai la jambe à nouveau propre et bandée, mais toujours la même raideur. Je regarde Rhaenys sortir du sommeil, visiblement encore à demie endormie. Sa servante la salue. Elles n’échangent que peu de mots. J’en profite pour sortir quelques instants de la tente. Voir mes messagers. Ils m’informent de nouvelles unités ennemies capturées pendant la déroute des troupes Hoare, et le fait que les nordiens se regroupent et se réorganisent, de même que les troupes ralliées aux Tully. Je hoche la tête, et déplace toute entrevue à cause du temps jusqu’en milieu d’après-midi, ce qui laissera aux officiers le temps d’organiser le nouveau cycle de patrouilles que je souhaite mettre en place, ainsi que les reconnaissances vers le sud et l’est. Je reviens à l’intérieur. La servante me prend à parti, me demande de prendre garde à ce que mon épouse, visiblement rétive, avale la totalité de son repas. Je hoche la tête, large sourire aux lèvres.


Rhaenys avance vers moi et m’enlace. Je ferme les yeux à son contact, profitant de sa douce chaleur, et de son odeur corporelle, de celle de ses cheveux, dont j’emplis mes poumons. Elle m’interroge, un rien inquiète.



| Te dire que je t’aime ? | c’était la première fois que je le lui disais aussi naturellement, aussi franchement. | Non, ma jambe saignait un peu. C’est ce que je pensais, le froid va encore me sauver de l’infection, je pense. Comme à Buron. Mais pour courir ou être aussi endurant qu’avant, ça va être coton. Elle m’a donc changé le bandage, et resséré un point, dont le fil s’était détendu. Et toi, tu vas tout manger, je te le garantis. |


Je me rapprochais de mon côté du feu, qui brûlait toujours, entretenu à intervalles réguliers par les hommes de patrouille. Prenant un main un bout de pain, j’y plantais un bout de fromage et suspendais les deux par-dessus le feu, laissant le premier griller et le second fondre.


| Nous voyons en milieu d’après-midi les prisonniers pris depuis hier après-midi. Nobles du Conflans et piétaille de la Ruffurque, mercenaires de plusieurs régions. Ils veulent tous prêter allégeance à l’Empire… Si tu es en forme. Ca nous laisse cinq heures pour en discuter, et discuter du reste aussi. |


Par quoi commencer ? Les négociations entamées par Salfalaise, l’organisation de l’armée, la préparation de l’hiver, la diplomatie, sa succession de Peyredragon, notre avenir à tous deux…








What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 20670
Membre du mois : 157
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   Dim 13 Mai - 18:33



Conflans, An 1, mois 3, semaine 3



Je fronce les sourcils à la première réponse de Torrhen qui n’est pas une réponse d’ailleurs. Il élude ce que je lui demande et je n’aime pas ça. Cela ne fait que m’inquiéter un peu plus et me certifier dans le fait qu’il ne m’a vraiment pas tout dit. J’ouvrais la bouche pour lui dire que je voulais une réponse, mais il me la donna sans que j’ai besoin de lui reposer la question. Je pense qu’il minimise la chose cependant et je comptais bien en avoir le cœur net plus tard. Je fais un vague signe de la main quand il m’évoque. Ce n’était pas important, et pas le plus important d’ailleurs. Je demanderai à ce qu’un Mestre vienne t’examiner ce soir et selon ce qu’il dira, nous aviserons ensuite. Nous ne prendrons aucun risque Torrhen. Pas maintenant que nous avons enfin un peu de répit. lui dis-je avec conviction et fermeté. Je ne négocierais pas sur ce point.

Je le regarde s’approcher du feu avec un peu de nourriture qu’il a pris sur la table. Je grimace en voyant tout ce qui s’y trouvait, ne manquant pas de constater que Kora avait bien pris soin de mettre de côté tout ce qu’elle voulait me voir manger. Je m’y approchais et commençais par boire de nouveau le thé froid qu’elle avait préparé, petites gorgées par petites gorgées. Avisant un fruit pas trop gros, je le picorais un peu et profitant que Torrhen avait le dos tourné, je poussais une partie du pain et de la viande de son côté de la table. Avec beaucoup de chance, il n’y verrait que du feu. J’abandonnais le fruit à peine entamé, pour prendre un petit morceau de fromage que je me forçais à mâcher et avaler. Je n’en avais vraiment pas envie mais il fallait malgré tout que je prenne des forces. Manger était vraiment devenu une vraie corvée et compliqué. Je savais, je savais que je ne serais pas malade en avalant tout cela… Oui je le savais et pourtant, je craignais malgré tous les effets que cela pourrait avoir sur Aeden, quand bien même j’étais conscience que ne rien manger ne pouvait que lui faire du mal. Je soupirais avant de me forcer une fois de plus à prendre un morceau de pain cette fois ci. J’étais en train de le couper en petite taille quand l’homme reprit la parole, m’occupant l’esprit, ce dont j’avais parfaitement besoin. Je peux te laisser y aller seul ? Je dois aller voir Orys, Meraxès et Jon aussi. Et ça ne pourra pas attendre demain. lui dis-je avant de continuer. Demain, je comptais retourner voir les blessés, passer en revue nos troupes et saluer nos généraux… Tout en allant soigner Meraxès et voir Orys. Ces deux dernières choses, je comptais le faire tous les jours de toute manière. Tant qu’ils n’iraient pas mieux l’un et l’autre, je le ferais, encore et encore. Je me décidais à avaler le pain avant de boire une légère gorgée. Nous devons aussi répondre à notre courrier en retard et organiser la suite… Mais une chose à la fois. On ne pourra pas être partout et nous devons parer au plus urgent. Nous l’avons évoqué hier, mais dès que j’ai su pour Fort-Darrion j’ai demandé à nos gens de se rassembler autour de Lord Darry pour aller reprendre notre capitale. J’ai envoyé les soldats qui se trouvaient encore à Peyredragon et toute notre flotte. Nous récupérerons la ville facilement, même si les hommes du noir ne se rendent pas. Et s’ils décident de le faire, nous aurons l’avantage pour nous. Je ne veux plus que notre peuple saigne… Mais je ne laisserais pas impunis les actes commis au sein même de notre ville, du symbole même de notre empire. C’était là la Dragonne en moi qui parlait. La ville avait dû se battre, de cela je n’en doutais pas. Et les hommes du noir n’étaient pas des hommes d’honneur. Allez savoir ce qu’il avait fait subir aux nôtres. Nous avions les moyens de reprendre notre ville par la force. Nous étions assez nombreux et équipés pour cela. J’avais foi en notre peuple pour avoir répondu à mon appel et pour se rassembler chaque jour un peu plus. Et je connaissais le courage des Peyredragonniens, marins comme soldats. Ils n’échoueront pas, de cela je n’avais aucun doute non plus. Il valait mieux pour le dirigeant de cette attaque qu’il rende les armes et nous laisse entrer sans combattre. Sinon, il le payerait de sa vie, lui et tous ses hommes. Aucune pitié ne leur sera accordé, aucune.












Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2484
Membre du mois : 25
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   Dim 13 Mai - 21:07

C’était étrange que de retrouver une intimité avec une femme. Je ne parlais pas de sexe, mais simplement de vie commune. Une nuit, bien sûr, n’avait pas la valeur d’une véritable « vie commune » au sens littéral, mais quand même. La dernière fois que j’avais dormi avec une femme une nuit complète, c’était bien Rhaenys… Mais juste après notre mariage, après une nuit de noces qui avait duré très tard dans la nuit. Notre propre soirée de la veille ne s’était pas déroulée dans les mêmes termes. Rhaenys m’avait félicité pour ma victoire, m’avait remercié aussi. Mais surtout, elle m’avait dit, et m’avait fait comprendre, qu’elle m’aimait. Que je lui avais vraiment manqué. Le vieux loup était capable d’envoyer des tonnes de mecs se faire tuer, et il avait appris à faire sans sa famille, vues nos relations les uns avec les autres. Du coup, c’était quelque chose qui me changeait, d’avoir quelqu’un à mes côtés. En bien, forcément. Je hochais la tête quand la jeune femme me dit qu’elle ne voulait pas prendre de risques. Ce serait bête de le faire. Donc j’opinais. Je n’aimais pas qu’on me tripote des blessures mais j’en reconnaissais l’utilité depuis toujours. Alors je n’étais pas du genre à m’en formaliser. Simple signe de tête en guise d’acquiescement.


En revanche, Rhaenys traîne des pieds pour manger. Je comprenais donc qu’elle n’avait pas la grande forme. A cause de sa grossesse, probablement couplée au stress et à tout le reste. C’était comme ça. Mais sans vouloir la gaver, je tenais quand même à ce qu’elle mange. Et je notais que les mets placés de mon côté du bureau étaient plus nombreux maintenant que je regardais à nouveau Rhaenys que la première fois. Je souris de la ruse. Enfantine. Avec elle, je devais me faire à l’idée que tout serait plus facile, car elle serait toujours avec moi. Mais plus dur aussi. Parce qu’elle résisterait sur les points les plus simples et basiques, incapable de s’empêcher de me titiller. Nous étions fiers, tous les deux. Je fronce les sourcils toutefois quand elle me dit qu’elle voulait voir Meraxès, Orys et Jon.



| Orys n’est pas si blessé et il a ses responsabilités. Il n’aura jamais le moindre ascendant sur ses hommes si tu le couves. Il doit montrer qu’il existe à côté de toi. Tout comme Jon. De toute manière, il n’a pas trouvé le temps de venir me voir. Ni de m’annoncer le fait que je serais grand-père de son côté aussi. |


Je ne réprimandais pas Rhaenys, loin de là. Mais Orys était simplement tombé à plusieurs reprises et même si les mauvaises chutes étaient toujours difficiles, il devait aussi se montrer un peu plus général, et un peu moins « frère de ». Quant à Jon… S’il voulait jouer au fier, grand bien lui fasse. Je préférais encore cette attitude assumée à ses plaintes. Il agissait moins en fils qu’en Roi, mais c’était ce qu’il était aujourd’hui, ce que le Nord avait besoin qu’il soit. Ma fierté blessée par cette énième entaille n’était rien, à côté du devoir. Pour moi, c’était important que Rhaenys soit là. Peut être pas pour les reîtres qui tournaient casaque, mais pour les riverains qui voulaient prêter allégeance à l’Empire. Lyham était au diable vauvert et l’on n’avait pas vraiment de nouvelles de lui. On devait donc s’assurer en personne que ces gens ne changent plus de camp, et qu’ils n’oublient pas Lyham dans leur serment. Inutile de provoquer un incident diplomatique avec notre Roi Fédéré. Sans parler du fait que Rhaenys avait certes le renom de la campagne de la Néra, de Paege et d’Haye Pierre, mais elle avait été absente de Wayfarer, de Buron et d’Eysines. Je hochais la tête, en phase avec ma femme. Nous devions agir, sans laisser les crimes impunis.


| Tu as lu le courrier d’Alysane Manderly ? Les conditions de Salfalaise. L’homme croit qu’il peut m’enculer, puis me demander son paiement. |


Je n’avais pas peur de me montrer crû avec Rhaenys. Elle me connaissait. Je ne voulais pas la choquer, même si c’était un langage de soudard.


| Il veut rendre la place, contre la vie de ses hommes. Je voulais lui répondre qu’il aura la vie de ses hommes s’il rend la place. Je préfère dans ce sens. Vues tes dispositions, il n’a aucune chance s’il campe ses positions, mais évitons les carnages inutiles. Ensuite, impossible de laisser des pillards s’en tirer. Il me désignera donc un homme sur dix qu’il fera pendre pour leurs exactions. C’est peu cher payé, sachant qu’avec ces sauvages, la majorité a dû participer. Mais le symbole sera pour nous ; l’Empire accepte la paix, mais ne pardonne ni n’oublie les déprédations. Il n’aura pas non plus de terres sur le continent. Quel nordien, orageois, riverain ou homme de la néra supporterait un voisin qui a attaqué nos royaumes et les a pillés ? En revanche, on peut lui proposer autre chose. Une occasion de s’illustrer dans notre marine. Ou un titre plus grand que ce qu’il a aujourd’hui dans les Iles de Fer, une fois celles-ci enfin pacifiées. Bien sûr, il devra aussi rendre l’intégralité du butin. Il négocie en vainqueur alors qu’il avait encore 40 000 soldats d’Harren entre lui et nous. Aujourd’hui il a plus de soixante navires à ses portes et des milliers d’hommes qui convergent vers lui. Je suis prêt à pardonner le pillage s’il rend les biens volés et s’il fait un geste contre les voleurs. Et je suis prêt à lui donner une place dans l’Empire, s’il affiche sa volonté de se battre « pour s’élever » comme on disait chez lui. Mais je ne le récompenserais pas de m’avoir planté une épine dans le cul. S’il veut autre chose que la mort, il devra d’abord faire ses preuves. Sous NOTRE bannière. |








What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 20670
Membre du mois : 157
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   Dim 3 Juin - 15:58



Conflans, An 1, mois 3, semaine 3



Je secouais légèrement la tête face aux froncements de sourcils, puis aux mots de mon époux concernant mon frère et son fils. Nous n’étions pas d’accord sur ce point et je pense que nous ne le saurions surement jamais. Mais je ne voyais pas cette contradiction comme un problème entre nous. Au contraire, c’était là la preuve que nous nous complétions bien. Je combattais là où lui rendait les armes et il en faisait de même à mon égard. Nous étions plus forts à deux, plus raisonnables parfois… Le plus souvent plus déraisonnables aussi, je devais bien le reconnaitre. Je lui fis un signe de la main, avant de lui répondre sur un ton léger Je ne le couve pas, je prends soin de lui comme je l’ai toujours fais… Et soit certain qu’à force de m’avoir sur son dos, et que je le harcèle, il se remettra bien plus vite de ses blessures pour se débarrasser de moi... Il avait besoin d’entre dorloter oui, mais surtout d’être poussé dans ses retranchements. Et à ce jeu là j’étais bien plus douée que Baâl. J’allais le forcer à se relever, et à réapprendre à se battre de son autre main. Car, je connaissais son orgueil, assez pour savoir que se faire battre par une femme, de surcroit enceinte allait lui posait un véritable problème. Se faire battre par Baâl était une chose… Se faire battre par moi en était une autre. Quand à Jon, j’en fais mon affaire, soit en certain. Il ne s’en sortira pas aussi facilement, tu peux me croire. Mon ton s’était fait plus dur en évoquant le nordien à que je comptais bien secouer et pousser lui aussi dans ses retranchements jusqu’à ce qu’il retrouve la raison. J’étais une femme terrible quand je le voulais et Torrhen le savait très bien… Ce n’était qu’une question de temps pour que son fils s’en aperçoive lui aussi. Et mon ton fit savoir à mon époux que je ne changerais pas d’avis sur ses deux sujets quoi qu’il puisse dire ou faire. C’était là une bataille qu’il perdrait s’il s’évertuait à y participer. Je ne cèderais pas, pas d’un pouce.

Je boudais la nourriture face à moi, tout en continuant à discuter avec Torrhen. Je me levais d’ailleurs pour trainer la chaise jusqu’à lui et venir m’asseoir à ses côtés. Il m’avait manqué, sans doute bien plus qu’il ne pouvait se l’imaginer. Je ris à son langage tout en beurrant un morceau de pain, puis en le posant devant lui avec un morceau de fromage sur le dessus. Je pris le temps de réfléchir un temps à ses paroles avant de lui répondre Ces hommes répareront les dégâts qu’ils auront causé. Ils se feront bâtisseurs et forgerons s’il le faut. Ils rendront tout ce qu’ils ont pris, jusqu’à la plus petite pièce. Si tout n’est pas rendu, leur capitaine devra prendre les mesures nécessaires et les tuer de sa propre main. Je n’accepterais pas que notre peuple souffre plus par Sa Faute. Tout acte venant de ses hommes lui sera amputé. Et s’il arrive la moindre chose aux Dames et Nobles se trouvant à Fort-Darrion, je m’occuperais moi-même de lui couper la tête et de l’accrocher sur une pique. Mon ton et mon regard étaient sombres, aussi sombres que mes paroles. Et l’Empereur savait combien j’étais sérieuse en parlant ainsi, des paroles qui étaient des promesses. J’étais prête à accepter les conditions de mon époux et celui qui s’était joué de nous si mes propres conditions étaient respectés. Je pouvais pardonner une fois, mais pas deux fois et pas au prix du bonheur de ce peuple que j’avais juré de protéger.













Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2484
Membre du mois : 25
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   Dim 3 Juin - 17:34

Je proposais les conditions que j’imaginais à Rhaenys. Parce que je voulais que nous soyons tous les deux d’accord, ce qui était à mon sens la seule clé de succès qui soit possible au vu des circonstances, et aussi parce que je ne voulais rien oublier. Nous devions nous nourrir de notre approche et notre philosophie de pouvoir si différentes… Mais qui pouvaient, si on faisait les efforts correctement dans ce sens, être totalement complémentaires. J’avais besoin d’un regard neuf et parfois, d’un rien de tempérance. Tout comme Rhaenys. Nous évoquons toutefois d’autres sujets en parallèle de celui-là, et Orys était un sujet pour nous relativement complexe, parce que je savais très bien que si elle m’avait fait le cadeau hier de me dire qu’elle m’aimait, il n’en restait pas moins qu’elle l’aimait lui aussi, depuis plus longtemps aussi. Je n’en concevais nulle jalousie ; nous ne nous étions pas mariés pour cela, et je savais que vouloir la contraindre à n’aimer que moi serait aussi vain qu’inutile. L’Impératrice était la personne la plus libre dans sa tête et dans son cœur que je connaissais, et elle ne se laisserait jamais dicter sa conduite d’un point de vue sentimental. Il n’en restait pas moins que le sujet était délicat, car elle passait parfois trop de choses à Baratheon, ou au contraire, le serrait de trop près, ce qui ne les servait ni l’un ni l’autre. Soit, j’acceptais ses arguments, et je lui répondais d’un hochement de tête. Et pour Jon, rien ne la ferait reculer non plus. J’avais attendu la demande d’entrevue de mon fils avec intérêt. Il me manquait, bien sûr, mais nous avions déjà été séparés bien plus longtemps que ça. Surtout, j’attendais au bout de combien de temps il voudrait venir me voir, sachant que la rumeur de la mort du Noir et ma blessure devaient l’avoir atteint depuis longtemps. S’il ne venait pas, c’était assez révélateur. Les choses étaient claires pour moi, et je ne m’imposerais pas.


Je repousse un plat de nourriture vers Rhaenys, du lard grillé, du fromage dur et orange, du pain dont la mie était encore chaude, et lui fais signe de manger. Je l’écoute m’expliquer son point de vue, tout en se préparant un peu à manger avec ce que je venais de lui avancer. Nous nous comprenions quant au sort à réserver à ces envahisseurs.



| Puisse Dame Alysane Manderly être toujours en vie. J’ai financé et partagé des idées de développement pour Blancport il y a quelques années. La Dame sut bien les mettre en pratique. Elle est efficace. Elle pourra nous aider à bâtir notre chez-nous, une fois reconquis. |





[HJ pour la stratégie j’ai proposé ça coin coulisses]







What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt



Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 20670
Membre du mois : 157
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   Lun 6 Aoû - 20:48



Conflans, An 1, mois 3, semaine 3



Je soupire avant de prendre un morceau du pain que Torrhen n’arrête pas de repousser vers moi. Ce n’est pas qu’il est mauvais… Simplement que je devais réapprendre à manger sans avoir peur pour notre enfant. Je savais que je ne risquais rien, pour autant cette angoisse ne me quittait pas. Surtout que Yesaminda n’était pas là à mes côtés. Elle avait sauvé par deux fois Aeden. Si elle n’avait pas été là, si elle n’avait pas eu les bons gestes, les bons réflexes, les bonnes potions… Le pire serait arrivé. Hoare était peut-être mort mais pas toute sa famille et tant que cela ne serait pas le cas, je ne serais pas tranquille. Je croquais malgré tout l’aliment encore un peu chaud. C’était bon oui, mais pour autant, cela ne me faisait pas changer d’avis sur la nourriture. Je pris ensuite l’orange et après l’avoir examiné sous tous les angles et être certaine qu’elle n’était pas altérée d’une quelconque manière, je me mis à la peler. J’aime quand tu dis cela, notre chez-nous… dis-je à Torrhen avant d’ajouter. Mais Peyredragon me manque affreusement. J’aimerai t’y amener… Vous y amener bientôt, lorsque la situation sera plus calme. Je savais que je devais m’habituer à vivre ailleurs que dans le château qui m’avait vu grandir. Dessiner les plans de notre future demeure m’aidera surement à m’y sentir plus chez moi, chez nous comme il venait si bien de le dire, même si notre repos nous viendra qu’une fois que la paix sera totale. Nous avions gagné une bataille, mais la guerre elle, toujours pas.

J’écoute mon époux tout en mangeant mon orange qui s’avère délicieuse. J’ouvrais la bouche pour lui répondre mais un cri m’arrêta dans mon élan. J’attendais un instant et lorsqu’il se renouvellera, je soupirais. C’est Meraxès… lui dis-je Je ferais mieux d’y aller avant qu’elle ne s’énerve complètement. ajoutais-je en me levant. Je déposais un baiser sur son front, avant de me diriger vers l’une de ses fourrures. Je n’en avais pas à ma taille, pas encore et je savais qu’il ne m’en voudrait pas de lui en empruntait une. Je la nouais avant de me tourner vers lui et de finir par lui dire. Concernant ta proposition… Il me tarde de revenir et sois certain que je ne m’attarderais pas. mon regard était vif et brillant et ma voix ne laissait pas de doute quant au fait que j’adorais son programme. Je lui fis un dernier sourire avant de sortir. Quelques pas et ma garde se forma aussitôt autour de moi, alors que de légers flocons tombaient du ciel pour venir s’écraser sur le sol.















Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2484
Membre du mois : 25
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Too Much Is Never Enough   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Too Much Is Never Enough
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Noblecoeur
-
Sauter vers: