Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Never goodbye [Tour V - Terminé]
MessageSujet: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyMar 1 Mai - 12:21



Terres de l'Orage, An 1, mois 2, semaine 3

Je finissais de resserrer l’un de mes baluchons avant de le tendre à mon garde et de le remercier. Demain, nous prendrons la route pour rejoindre Torrhen, et je partais à la fois le cœur léger et lourd. Je n’aimais pas l’idée de laisser Argella, mais je me réjouissais de retrouver mon époux. Cela ne faisait que trop longtemps que j’étais partie. Et j’avais de voir par mes propres yeux qu’il allait bien… Il n’était pas le seul que je voulais revoir. Il y avait Orys et Baâl bien évidemment mais aussi Jon. Je me devais d’ailleurs d’avoir une discussion avec lui, et le plus tôt serait le mieux. Peut-être arriverais-je à le raisonner ? Peut-être arrivera-t-il à s’ouvrir à moi plus facilement comme il l’avait fait jadis ? Je l’espérais réellement, autant pour le bien de notre famille que pour l’empire. Je ne pouvais pas supporter laisser la situation comme elle l’était actuellement. Je ne le pouvais tout simplement pas. Nous étions désormais liés les uns aux autres et je ne voulais pas que mon fils grandisse dans un tel environnement.

Je soupirais avant d’aller me servir un verre d’eau et de le boire doucement. Puis je me mis à chantonner tout en finissant de plier les vêtements qui me seront envoyés plus tard. J’avais congédié Kora pour qu’elle se repose avant notre voyage à venir. Cela faisait longtemps que je n’avais pas chanté, mais j’en ressentais comme l’envie. Je laissais la berceuse que je chantais jadis Mère franchir mes lèvres et emplir la pièce. Je m’arrêtais en plein milieu d’un couplet en sentant une drôle de chose dans mon ventre. Cela faisait mal… Et c’était si étrange aussi. Est-ce normal ? Ou avait-on encore une fois essayé de nuire à mon enfant ? Sentant la panique me gagner peu à peu, j’ordonnais immédiatement qu’on aille chercher Yesaminda. Elle se trouvait avec Argella, ou non loin de la Reine de l’Orage. Je la laissais avec un pincement au cœur, mais c’était la meilleure décision à prendre. Elle allait énormément me manquer, je m’en rendais bien compte seulement… Seulement Argella avait bien plus besoin d’elle que moi. L’Essossienne ne se contenterait pas seulement de panser ses plaies physiques, mais aussi celle de son âme. Je connaissais son histoire et qui mieux qu’une mère ayant perdu elle aussi son enfant pouvait aider une mère qui venait toujours de perdre le sien ? Le mal qui avait touché la Reine de l’Orage m’avait bouleversé. Je posais ma main sur mon ventre et senti de nouveau, à la fois en moi mais aussi sous ma paume ce truc bizarre. Ce n’était pas normal. L’eau que je venais de boire avait elle était empoissonnée ? Etais-je en train de perdre aussi mon fils ?

Dès que Yesaminda arriva, je la regardais complètement paniquée. Je m’asseyais sur ma couche et lui dis Il y a un problème Yesa. Je sais pas comment décrire ça… Je… ne comprends pas ce qui se passe. Ce n’était pas très cohérent mais je n’arrivais pas à trouver les mots pour lui décrire ce que je ressentais. J’eus de nouveau un hoquet de surprise en sentant de nouveau quand cela reprit avec qu’elle avait posé ses mains sur mon ventre. Là ! Tu as senti ?









Fire, Blood & Winter

Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles...

RHAENYS :
 



Dernière édition par Rhaenys Braenaryon le Sam 12 Mai - 13:33, édité 1 fois
Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Messages : 2981
Membre du mois : 22
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyMar 8 Mai - 14:41

An 1, mois 2, semaine 3
à la Griffonnière




La jeune femme enroule un foulard autour de son visage, pour ne laisser paraître que ses yeux et se rend du côté du campement séparé qui recueille les malades. Elle y est souvent, et le fait est qu’elle semble immunisé contre cette maladie, elle prend toutefois quantité de précautions. La plupart sont mourants, d’autres en bonne voie de guérison, tous ont besoin de compagnie alors qu’ils sont isolés des autres. Elle leur conte des histoires venus d’Essos, leur parle de sa vie à Braavos pour les plus curieux, cela les soulage quelque peu, mais pas assez. Elle aimerait pouvoir faire plus pour eux, mais ne peut que préparer des onguent et des décoctions dans l’espoir que leur corps accepte les vertus de ces derniers.

Tous les jours, elle s’emploie à leur venir en aide, avec les Mestres qu’elle assiste. Et non l’inverse. Elle ne se considère pas comme inférieure à eux, contrairement à ce qu’ils sont persuadés de lui être supérieurs. Elle reconnait que leurs connaissances sont différentes, elle a des lacunes à combler, mais s’ils se trouvaient à Braavos, ils se retrouveraient à sa place. A la différence qu’on ne les regarderait pas de haut, comme ils le font. Les Mestres n’ont pas une once de sympathie de la part de la Guérisseuse. Leur étroitesse d’esprit leur est inutile. La guérisseuse passe la matinée auprès des malades, jusqu’à ce qu’elle les quitte.

Elle retrouve son propre campement, une tente tout ce qu’il y a de plus pratique et s’y change, non sans laver son corps avant de changer de vêtements. Après quoi, elle regarde parmi ses possessions, très peu, et y sort un ouvrage pour aller le lire à l’extérieur. Il ne pleut pas, pour une fois, même si le climat est extrêmement froid, elle préfère passer son temps à l’air libre.

Yesaminda observe l’agitation dans les campements, des départs se préparent et elle n’y est pas conviée. L’Impératrice s’est montrée ferme, elle doit rester auprès de la Souveraine de l’Orage et cette dernière a rapidement compris son rôle à jouer lors des prochains jours. Partager sa souffrance, aider Argella au cours de son deuil. Yesaminda s’y est résignée, mais cela ne l’enchante pas. Qui veillera sur Rhaenys et le bébé en l’absence de la guérisseuse ? Déjà 2 empoisonnements, Yesaminda craint toujours une troisième tentative. Involontairement, elle ne peut tenir la promesse faite à son oncle, de veiller sur Rhaenys. Et s’il lui arrivait quelque chose ? L’inquiétude ronge la guérisseuse.

Le nez plongé dans son ouvrage, elle est incapable d’en suivre les informations alors que son regard n’a de cesse de se tourner vers les hommes qui préparent leur départ. Avec une certaine jalousie. Finalement, elle décide d’occuper son esprit avec autre chose, quand on vient la chercher. L’Impératrice la réclame, visiblement dans un état de panique d’après l’émissaire. Aussitôt, la guérisseuse accourt auprès de cette dernière. Son coeur bat la chamade, elle prie pour qu’il ne s’agisse pas d’un troisième empoisonnement, elle court à travers le campement, jusqu’à la tente de Rhaenys. Le souffle erratique, elle entre sans se faire inviter et se précipite vers la jeune femme qui lui explique son mal, ou du moins qu’elle ne saurait l’expliquer.

Yesaminda s’agenouille devant l’Impératrice et pose une main sur son ventre arrondi, tandis que l’autre se pose sur son front pour voir sa température. Concentrée, elle perçoit bien l’infime mouvement, mais elle attend qu’un deuxième coup frappe pour donner un verdict. “Pas d’inquiétude, c’est Aeden...Ton fils bouge dans ton ventre.” Elle rit, retire sa main du visage de l’Impératrice, mais le regard fixe sur son ventre, y laisse sa main. “Tu ne pouvais avoir meilleure preuve de la santé d’Aeden, il va bien.” Les femmes enceintes de leur premier enfant ont souvent cette réaction, la peur, mais dans le cas de Rhaenys elle est légitime. Yesaminda avait vécu cela, mais elle avait ressenti les coups qu’au septième mois et sa mère l’avait déjà préparé aux changements dû à la grossesse.

“Tout va bien Rhaenys, il se fait une place. Sans nul doute, il sera un grand gaillard ce petit, en général les premiers coups sont donnés au sixième mois.” Elle ne se départit pas de son sourire, alors que ses souvenirs remontent à la surface, elle est trop heureuse pour son amie pour songer à la perte de son fils.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptySam 12 Mai - 13:29



Terres de l'Orage, An 1, mois 2, semaine 3

Je ne sais pas ce qui se passe. Mais ce n’est pas normal. Cette sensation… Ca faisait mal et ça ne m’était encore jamais arrivé. Depuis que nous avions arrêté l’empoisonneur, beaucoup de mesures avaient été prises. Kora, Leslyn ou Yesaminda étaient les seules à me préparer ma nourriture, une nourriture qu’elles mangeaient quelques heures avant de me la porter. Elles en faisaient pareil avec l’eau. Rien n’arrivait dans ma tente sans que cela ait passé leurs contrôles. Cela ne me réjouissait pas. Je détestais qu’elles prennent des risques et mettent leur vie en péril pour moi. S’il n’y avait pas eu Aeden… Je ne l’aurais pas permise. Seulement je n’étais pas seule et je devais penser avant tout à lui. Il était ma priorité et il devait le rester. Mon fils n’était pas seulement mon héritage, mais il était aussi l’avenir de Westeros. Et aussi contraignante pouvait-être cette grossesse, je l’acceptais pour lui. Je n’étais pas sereine. Je pense que je ne le serais pas avant qu’il ne voit le jour. Et encore, je me savais trop protectrice pour arriver à me séparer de lui les premiers mois de sa vie. C’était d’ailleurs quelque chose dont je devrais parler avec Torrhen. Tout comme à Yesaminda même si pour l’heure, j’avais bien d’autres pensées en tête. Je ne voulais pas perdre Aeden. Je ne pouvais pas le perdre.

La guérisseuse vint immédiatement à ma rencontre. Sans perdre du temps dans des politesses inutile, elle s’approcha rapidement, s’agenouille ensuite pour à la fois toucher mon front et mon ventre. Je la laisse faire sans bouger, sans rien dire de plus qu’essayer de lui faire comprendre. Je la regarde avec la peur au ventre attendant qu’elle me dise ce qui était en train de se passer et comment on pouvait l’aider. Elle relève les yeux vers moi et m’indique que je n’ai pas à m’inquiéter avant de rire en me disant que c’était simplement Aeden qui bougeait. Je l’écoute me dire que cela signifie qu’il va bien, même si le fait qu’elle me dise que normalement cela survient plus tard ne me rassure pas plus que ça. Elle sourit, mais je n’arrive pas encore à en faire de même. Ca fait mal Yesa… Et ce n’est pas normal alors si cela aurait dû se produire plus tard. Tu es sûre de toi ? Vraiment certaine que cela ne signifie pas qu’il est en détresse ou qu’il ne va pas bien ? lui demandais-je toujours inquiète avant d’ajouter Je sais que je l’ai vu plus grand mais… J’ai peur… Peur de ne pas avoir fait les choses comme il le fallait et changer son avenir, notre avenir à tous… lui avouais-je dans un souffle. La guérisseuse avait pris beaucoup d’importance dans ma vie. Baâl avait eu raison, nous étions faites pour nous entendre, pour devenir proches aussi. Ce voyage, cette proximité n’avait fait que nous rapprocher chaque jour un peu plus, tout comme toutes ses épreuves même. Elle possédait ce que de rare personne avait : ma confiance totale. Je lui confiais ma vie et celle de mon enfant les yeux fermés.  









Fire, Blood & Winter

Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles...

RHAENYS :
 

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Messages : 2981
Membre du mois : 22
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyLun 21 Mai - 22:10

An 1, mois 2, semaine 3
à la Griffonnière




Rhaenys est inquiète et Yesaminda ne souhaite pas qu’elle garde cette sensation. Elle ne se contente pas de partager cette nouveauté, elle partage ses craintes. Le sourire de la guérisseuse disparaît, elle se fait plus solennelle tout en gardant une expression rassurante. Elle comprend, ce n’est déjà pas anodin de vivre sa première grossesse, ça l’est encore moins de survivre à deux empoisonnements avec un enfant dans le ventre.  “Je vais te toucher Rhaenys, allonge toi, tu veux bien ?” Leur relation a beau avoir évolué dans le bon sens, la guérisseuse ne se permettra jamais de donner des ordres à l’Impératrice. Cette dernière est assez raisonnable quand il faut, même si Yesaminda lui rappel régulièrement de prendre soin d’elle, pour le bien d’Aeden, si ce n’est pour elle-même.

“Respire, détends-toi et sois attentive, ne vois pas cela comme une expérience négative.” Une fois Rhaenys allongée, Yesaminda palpe son ventre avec des gestes précautionneux pour ne brusquer ni la mère, ni l’enfant, elle cherche à atteindre ce dernier. Etant donné que Rhaenys ne souffre d’aucune fièvre, pas plus de saignements ou elle s’en serait rendue compte, Yesaminda ne s’inquiète pas outre mesure. Bien au contraire, l’enfant redouble d’efforts pour se manifester dans le ventre de Rhaenys, mais il est encore trop tôt pour déterminer la véritable position d’Aeden.

“Certains bébés bougent plus que d’autres, à vrai dire la grossesse ne se déroule jamais de la même façon d’une femme à l’autre. Nous sommes toutes différentes. De la même façon, chaque femme réagit différemment aux premiers coups du bébé, c’est une expérience nouvelle et inconnue, surprenante. Il en va de même pour la douleur, certaines en souffrent, d’autres ne perçoivent qu’une gêne, si tu te sens mal vis à vis de ça, si ça persiste, tu peux te mettre sur le côté, ou sur les genoux et les mains, ton bébé changera de position avec toi. Je le répète Rhaenys, il n’y a pas d’inquiétude à avoir à ce sujet.”

Pour ce qui est du reste, c’est une autre histoire, des souffrances qui n’ont rien de physiques. Des empoisonnements que Yesaminda avait toujours su soigner, mais l’esprit reste vulnérable. Autant que la guérisseuse s’inquiète d’une nouvelle tentative malgré toutes les mesures prises à ce sujet, Kora et Leslyn veilleront sur Rhaenys, mais Yesaminda devra rester auprès d’Argella, à la demande de Rhaenys. “Je comprends tes inquiétudes, tes peurs, elles sont fondées et nous ne pourrons jamais effacer ce que tu as subi. J’imagine que la fausse-couche d’Argella n’est pas pour te rassurer non plus et je ne peux complètement t’assurer que tu as plus de chance d’y échapper, toutefois, nous avons éloigné le mal de toi à deux reprises, tu possèdes plus de force que tu le penses. Peu de femmes peuvent survivre à un empoisonnement, deux encore moins et j’ai eu beaucoup de chances d’avoir pu éviter le pire. Par deux fois, nous avons repoussé le mal, et nous recommencerons si cela s’avère nécessaire. Il n’y a rien que tu ais mal fait, si ce n’est être la victime d’autrui. J’ai Foi en tes rêves, tu m’as raconté ceux que tu as, l’avenir de ton bébé à venir et je me battrai pour que tes rêves se réalisent, qu’Aeden vienne au monde en bonne santé.”

La guérisseuse termine d’ausculter Rhaenys, sans rien trouver d’anormal pour une femme enceinte de 5 mois tout juste entamé et se redresse. Elle ne peut faire de promesse qu’elle ne saurait tenir, elle ne peut lui promettre qu’on ne tentera pas d’attenter à sa vie ou celle de l’enfant une troisième fois, pas plus qu’elle ne sera pas victime d’une fausse couche, mais elle peut lui promettre de toujours se battre pour que cet enfant vienne au monde. “Est-ce que… Tu souhaites en parler ? J’ignore si ta mère a pu le faire avant de vous quitter. Si tu désires que je partage mon expérience de mère avec toi, je le ferai, tu n’as qu’à demander.”
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyDim 3 Juin - 15:31



Terres de l'Orage, An 1, mois 2, semaine 3

Je suis inquiète. Je ne peux pas m’en empêcher. Comme je ne peux pas le chacher Yesaminda. Je ne le veux pas d’ailleurs. La guérisseuse était devenue, en très peu de mois à bien y réfléchir, une personne très importante à mes yeux et à qui je faisais confiance. Elle nous avait sauvés. Pas seulement suite à mes empoisonnements, mais aussi de ma propre bétise. Elle n’avait pas hésité à aller contre moi, quitte à perdre sa place pour ce qu’elle jugeait le meilleur pour moi. Elle ressemblait bien plus à son oncle qu’elle ne le pensait. Et, d’une certaine manière, elle agissait comme un Dragon. A mes yeux, il n’y avait pas plus grand compliment. Elle avait gagné non seulement mon amitié mais aussi ma confiance. Et quelque part, je la considérais comme faisait partie de ma famille. Elle me rappelait sur bien des points Visenya et sa perte était moins lourde à porter quand la jeune femme était à mes côtés.

Yesaminda ne se rendait pas compte de combien cela me coutait de la laisser derrière moi. Je le faisais au nom de mon affection pour Argella et parce que je savais qu’elle pourrait l’aider à panser ses plaies. Pour autant, je ne renonçais pas à elle. Je ne le pourrais jamais. Je le refuserais. Car il n’était pas question ni concevable qu’elle ne soit plus à mes côtés. Elle ne retournerait pas à Peyredragon, même si c’était là que je serais forcée de renvoyer Baâl. Cela me couterait beaucoup. Et je savais que cela me causerait des tourments et que j’en pleurerais aussi. Mais il le fallait. Sa place était sur mon île natale, à aider Orys à gouverner et à prendre soin des nôtres comme il l’avait toujours fait. La situation était différente pour la jeune femme et égoïstement, je m’en réjouissais. Je ne voulais pas me séparer d’elle. Non je le ne voulais pas.

Elle me demanda si elle pouvait me toucher, m’indiquant de m’allonger. Je lui répondais d’un signe de tête, appréciant qu’elle me fasse cette demande, conscience que je n’aimais pas qu’on prenne ce genre de liberté à mon égard. Je fis tout ce qu’elle me demanda, même si cela n’était pas agréable, malgré les efforts de Yesaminda pour que cela soit le moins inconfortable possible pour moi. J’avais besoin de réponse, et elle était la seule capable de me les donner, la seule capable de réellement me rassurer. Les mestres étaient brillants mais ils étaient des hommes et par conséquent ils ne pouvaient pas comprendre. Et, je n’avais pas autant confiance en eux qu’en elle. J’écoutais ses paroles tout en me redressant, une main posée sur mon ventre arrondi. Elle répond à ses inquiétudes silencieuses qui me hantent en évoquant Argella et ce qui lui était arrivé. Elle allait bien. Ils se portaient bien tous les deux et pourtant… lui soufflais-je, ne pouvant finir ma phrase. Je me sens quelque part coupable… Tous les regards étaient tournés vers moi et pratiquement aucun vers Argella… Peut-être aurais-je dû être plus… Je ne sais pas, vigilante ? … Le mestre m’a dit qu’il s’agissait d’une fille… Si j’avais congédié Argella dans l’un de ses châteaux alors peut-être ?... Je suis en partie coupable de ce qui lui ai arrivé.  Et cela personne ne pourrait me l’ôter de l’esprit. Je nous avais pensé invulnérables et fortes. J’avais bêtement pensé que nos grossesses ne nous empêchaient pas de mener la vie que nous avions avant. Et à cause de cela Argella avait perdu son enfant, sa fille. Je ne comprenais d’ailleurs pas comment elle faisait pour ne pas m’en vouloir.

Je secouais la tête et me relevais pour de bon pour aller me servir un verre d’eau tout en pensant aux dernières paroles de la guérisseuse. Le regard dans le vague je lui répondais en haussant les épaules J’avais seize ans quand ma Mère est partie… Ce n’est pas le genre de choses dont nous parlions… Elle avait trop à faire pour en avoir de toute manière le temps… Je ne pus m’empêcher de sourire à cette pensée et en prenant le ton que ma mère prenait toujours avec moi, je lui dis   « Descendez de cette arbre immédiatement ! Ce n’est pas digne d’une Princesse » ; « Par les anciens dieux Valyriens, qu’avez-vous fais à cette nouvelle robe ? Ne vous avais-je pas dit d’y faire attention ?» ; « Cessez de vouloir dompter ce dragon mon enfant ! Cela est possible. N’êtes-vous pas lasse de revenir avec des traces de crocs et de griffes sur votre peau ?» « Quand prendrez-vous exemple sur votre sœur ? Elle, elle sait broder et bien se comporter à la coure, contrairement à vous » ; et sa préférée « Qu’ai-je fais aux dieux pour qu’ils me punissent de la sorte ? » Je ne pus m’empêcher de rire et d’ajouter joyeusement. Ce à quoi mon Père répondait « Voyons, laissez-la donc respirer. N’avez-vous pas une pièce du château à redécorer ? » Car, dès que ma Mère était contrariée, elle restaurait à sa manière notre demeure, au grand dam de mon Père, puisqu’elle s’arrangeait toujours pour que cela ne soit pas à son goût. Là où ma mère me trouvait imparfaite, mon père lui, pensait le contraire. Et au fond ma mère aussi d’ailleurs, même si elle s’en cachait. Ils m’avaient toujours laissé plus ou moins faire ce que je désirais. Aegon était leur héritier et Visenya avait toujours fait une épouse parfaite. J’avais toujours été bien plus libres qu’eux d’agir comme je l’entendais. Je n’avais pas besoin de savoir broder, ni même de bien me comporter puisque, de toute façon, je n’étais pas amenée à gouverner.  Et à Peyredragon, ils n’auraient eu aucun mal à me trouver un époux qui saurait apprécier mon caractère et  « ma douce folie » comme l’appelait mon père…








[/quote]





Fire, Blood & Winter

Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles...

RHAENYS :
 

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Messages : 2981
Membre du mois : 22
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyJeu 9 Aoû - 19:37

An 1, mois 2, semaine 3
à la Griffonnière




Rhaenys culpabilise vis-à-vis d’Argella, Yesaminda penche la tête sur le côté, compréhensive. La dragonne est bien plus soucieuse des autres qu’on ne le pense de prime abord, elle se soucie d’ailleurs plus des autres que d’elle-même. Avoir des inquiétudes est légitime, surtout lorsqu’il s’agit du premier. Yesaminda n’était pas plus fière lorsqu’elle avait appris sa grossesse et malgré le fait qu’elle s’occupait déjà des femmes enceintes au dispensaire de Braavos.

“Tu te tracasses d’un coup du sort et je doute qu’Argella ait souffert d’un manque d’attention, au contraire, suite à ton premier empoisonnement tout le monde s’est montré plus vigilent, envers toi autant qu’envers elle. Et tu sais très bien qu’Argella n’aurait jamais accepté d’être congédié, pas plus que toi. Vous êtes bien similaire toutes les deux. Est-ce qu’elle t’as laissé penser qu’elle t’en voulait d’une quelconque façon ?” Ce qui expliquerait pourquoi l’Impératrice se fait autant de soucis.

Depuis des semaines que la guérisseuse côtoie les reines, elle a appris à les observer et d’une certaine manière à les connaître et était saisie par les similitudes entre les deux femmes. Elle ne s’étonnait donc pas de voir une amitié naissante et grandissante entre elles. Toutefois, elle connaît bien mieux Rhaenys que Argella. Qui sait si cette dernière n’accuse pas la première d’être à l’origine de ses maux ?  “Je te prie de ne pas te tourmenter Rhaenys, la vie est injuste avec ou sans toi.” Ajoute-t-elle dans un murmure.

Après quoi, elles abordent le sujet de la mère de Rhaenys, morte quand la princesse était encore jeune, mais dont les souvenirs restent gravé dans sa mémoire. Yesaminda sourit de ces derniers. Rhaenys n’était pas destinée à devenir Reine, elle n’était que troisième dans la succession, malheureusement le fourbe de Noir a assassiné son frère aîné et sa soeur. La jeune femme compatis à sa douleur, toutes deux ont traversés des épreuves douloureuses, à la différence que c’est grâce à Rhaenys qu’elle reste forte. Mais qui éveille la force de l’Impératrice ? Son besoin de vengeance peut-être ? Mais une fois accomplie, que lui restera-t-il ?

“Dans l’éducation le juste milieu est la clé, je pense qu’il faut laisser des libertés à ses enfants, et s’assurer qu’ils soient attentifs aux connaissances. J’imagine que la descendance royale se doit d’être irréprochable...” Mais comment se découvrir soi-même si l’on doit être quelqu’un que l’on n’est pas ? C’est triste. La mère de la guérisseuse a dû faire usage de chantage pour donner une bonne éducation à sa fille, mais il n’en reste pas moins que curieuse et érudite, Yesaminda s’épanouissait dans chacune de ses découvertes. La soif de connaissance n’est pas donnée à tout le monde.

“J’ai du mal à concevoir qu’une mère ne veuille pas le meilleur pour ses enfants, la tienne s’inquiétait sûrement de tes péripéties. Elle t’aimait n’est-ce pas ?” Comment ne pas aimer Rhaenys d’ailleurs, lorsqu’on la connait bien, la jeune femme est loin d’être aussi dure que l’Impératrice. Elle est douce, généreuse, passionnée, bien loin de ce qu’elle affiche face aux autres, bien qu’elle soit guidée par une farouche détermination. On ne peut qu’admirer cette dragonne aux cheveux d’argent.

“Tu chéris tes souvenirs et j’imagine qu’ils seront nombreux à compter à ton enfant, son héritage plus que l’empire, sera de connaître ses origines. Il sera que plus déterminé à préserver la paix.” La jeune guérisseuse est contre toute forme de violence, malgré tout, elle a conscience que ça fait partie de ce monde. L’autre côté du Détroit n’a pas été épargné par les rêves de conquête d’un homme, le Tigre. Quand on vient d’un peuple d’anciens esclaves en quête de liberté, on chérit cette liberté malgré les siècles écoulés depuis. Elle déplore qu’il ait mis la main sur son pays et davantage de n’avoir aucune nouvelle de sa famille.

“Es-tu certaine de vouloir que je reste ?” S’enquit-elle spontanément et inquiète. Depuis qu’elle lui a demandé de rester alors que Rhaenys compte partir, Yesaminda est dans le tourment. Et si l’on tente une troisième fois de l’empoisonner ? Connaissant également le caractère particulièrement imprévisible et fougueux de l’Impératrice, elle s’inquiète également qu’elle se mette en danger.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyVen 17 Aoû - 17:27



Terres de l'Orage, An 1, mois 2, semaine 3

Je ne cachais pas à Yesaminda que je me sentais coupable, coupable parce qu’Argella avait perdu son enfant. La jeune braavossienne était devenue ma plus proche confidence en un temps finalement très court. Son lien filial avec Baâl et l’approbation de celui qui a toujours été comme un père pour moi, m’avait poussait à la laisser entrer. Pour le reste, cela s’était fait, simplement mais solidement. Elle n’était pas une suivante à mes yeux. Non. Elle était mon amie, ma confidente, une personne de grande confiance à qui je pouvais parler sans détour, sans risque d’être jugée, sans risque qu’elle ne tienne pas sa langue. Et, ce n’était pas l’Impératrice son ami, sa compagne, mais Rhaenys, simplement Rhaenys. Elle n’avait jamais essayé de profiter de sa position et je pense que cela ne l’a jamais effleuré non plus. Le pouvoir, la richesse, le faste, elle s’en fichait. Ou du moins c’était l’impression qu’elle me donnait. Elle n’était pas vénale, loin de là même et celui qui pense pouvoir l’acheter se retrouvera face à une porte fermée. Je mettais non seulement ma vie entre ses mains, mais aussi celle de mon fils. Et à plus d’un titre elle m’avait prouvé qu’elle était digne de cette confiance. Pas une fois mais… Je me sens quand même mal, mal de porter la vie alors que cela lui a été repris tu comprends ? Elle ne voulait de cette grossesse mais elle s’est attachée à son enfant… Elle est bien plus fragile qu’elle ne peut le laisser voir. Et c’est pour cela que je veux que tu restes avec elle lui répondis-je doucement, non sans tristesse. Je savais qu’elle avait raison, que la vie était injuste et que je n’y pouvais rien.

Parler de ma mère me rendait mélancolique, nostalgique aussi… Et pourtant, cela me faisait du bien, et sourire même. Elle n’était pas parfaite non. Et il m’est arrivé de la détester, de lui crier au visage même avant de m’enfuir… Et d’être rattrapée plus tard par mon Père qui exigeait que je m’excuse auprès d’Elle pour mes mots. La seule fois où j’ai refusé de le faire, ils ne m’avaient plus parlé, plus dit un seul mot, plus accordé le moindre regard. La petite fille que j’étais avait tenue trois jours avant de m’excuser auprès de l’un et de l’autre, les larmes ravageant mon visage. Je n’en avais pas le souvenir, - je devais avoir trois ans, peut-être quatre ?-  mais Aegon me le rappelait de temps à autre quand je pestais contre mes parents. Nous étions tous bien trop proche des uns et des autres, différemment, mais très proches malgré tout. Et c’était cela que je voulais pour mes enfants. Visenya et Aegon devaient être parfaits et irrépochables… Orys et moi… Disons que nous n’avions pas à l’être, même si pour Orys cela a été bien plus difficile. lui répondis-je en haussant légèrement les épaules avant de continuer.  Elle m’aimait. Je le sais, et je le savais. Elle avait peur pour moi, constamment, et elle cachait cela derrière ses remontrances. Un Reine Dragon ne doit pas laisser voir qu’elle a peur, jamais. Visenya était une force tranquille, calme, douce, et patiente. Elle avançait au grès du vent… Alors que, de mon côté, je fonçais, et je déclenchais des tempêtes. Je ris un instant, puis repris. C’était une bonne mère, aussi imparfaite que peuvent l’être les mères. Elle ne me comprenait pas souvent, très peu d’ailleurs. Mais elle essayait, et elle m’acceptait, même si je n’étais pas la petite fille qu’elle aurait voulu avoir, aussi imparfaite que je pouvais l’être.

A la dernière interrogation de Yesaminda, je secouais doucement la tête. J’ai promis de veiller sur l’Orage en acceptant les serments d’Argella… Et elle est inclue dans ce peuple que je dois protéger. Egoïstement, j’aimerai que tu viennes avec moi. Mais, je ne peux pas me permettre d’être égoïste, pas envers Elle, pas après ce qu’elle a vécu. Ce n’est pas ce je veux, mais ce qui doit être fait tu comprends ? lui répondis-je doucement et en toute honnêteté. Je lui avais demandé si elle comprenait parce que j’avais besoin qu’elle me le dise, qu’elle me dise cela à voix haute, ce que je savais d’ailleurs déjà.














Fire, Blood & Winter

Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles...

RHAENYS :
 

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Messages : 2981
Membre du mois : 22
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyDim 23 Sep - 20:01

An 1, mois 2, semaine 3
à la Griffonnière




Certaines personnes n’acceptent pas le hasard, les coïncidences, à la vie tout simplement et la mort par définition. Tous les vivants finissent par mourir. Ce qu’ils ne comprennent pas, ils accusent des Dieux, ils ont besoin de rejeter la faute sur quelque chose. La guérisseuse est beaucoup plus pragmatique parce qu’elle a vu des innocents mourir et des criminels survivre, elle ne croit pas en la justice divine. Elle croit en la vie et la vie est donnée par la femme, c’est pourquoi elle célèbre la femme et la fertilité en priant les Chantelunes. Ce n’est pas pour autant qu’elle les accuserait d’être la cause des fausses couches de femmes, il s’agit là d’une fatalité récurrente et il se trouve que la Reine de l’Orage en a été victime.

Yesaminda ignore si elle est dans le déni et accuse à tort et à travers, si elle le perçoit comme une punition divine ou si elle accepte son sort. Elles n’ont guère eu l’opportunité d’en parler, la reine dispose de mestres compétents et ne lui a pas vraiment laissé l’opportunité de faire usage des connaissances de la guérisseuse de Braavos. Quoi qu’il en soit, la jeune femme espère sincèrement qu’Argella ne jette pas sa souffrance à la figure de Rhaenys. Cette dernière lui confirme qu’il n’en est rien, mais lui fait comprendre son mal être, sa culpabilité. Rhaenys est dotée d’une sollicitude hors du commun pour une souveraine. “Je sais qu’il est difficile de te demander de ne pas te tracasser pour Argella, toute femme ressent de la compassion à sa douleur. Sois son amie comme tu l’es, c’est sans doute ce dont elle a besoin.”

Elle est aussi attristée de parler de ses parents, mélancolique, mais aussi heureuse de pouvoir en parler également. Une Reine ne peut guère se confier à n’importe qui sachant que la plus infime erreur peut se retourner contre elle, c’est pourquoi Yesaminda est très fière et heureuse de faire partie de son cercle très restreint de confidente, elle se promet de ne jamais la trahir. Avant de la connaître, la jeune femme venue d’une cité libre, ne s’imaginait pas le quart de ce que traverse un Roi ou une Reine, aujourd’hui, elle saisit que leur vie est loin d’être empli de privilèges contrairement à ce que l’on pense, elle est chargée de sacrifices.

Rhaenys confirme que sa mère l’aimait, malgré les défauts de sa fille. Et inversement. La guérisseuse sourit, des défauts ils en ont tous, mais surtout, elle n’imagine pas une mère ne pas aimer ses enfants. Même si elle sait que ça existe. Fort heureusement, l’Impératrice n’a pas eu ce genre d’enfance et Yesaminda ne doute pas qu’elle aimera ses enfants. “Continue de chérir ces moments, les bons comme les mauvais, c’est ce qui fera de toi une bonne mère. Je ne doute pas que tu le seras, aussi douce qu’autoritaire envers ce petit garçon en ton sein.”

Après quoi, la situation ne change pas, Rhaenys ne change pas d’avis et pense nécessaire que Yesaminda reste à la Griffonière pour venir en aide à Argella. “J’espère qu’elle a conscience de la chance qu’elle a de te compter comme amie. Tu es noble et juste et je consens à ta volonté, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour aider la Reine de l’Orage. Je comprends que tu considère comme la mieux placé à traverser cette épreuve et c’est une confiance qui m’honore. Malgré tout, puisses-tu me pardonner de venir à ta rencontre lorsqu’il sera temps pour toi de mettre au monde Aeden. Je traverserai un champ de bataille si nécessaire, mais je serais à ton côté lorsque tu accoucheras.”

Elle ne saurait supporter trop longtemps d’être éloigné de Rhaenys sachant les menaces qui pèsent sur elle. Deux empoisonnements déjà, par deux fois elles l’avaient sauvés et la guérisseuse craint par dessus tout une troisième fois, fatale.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptyLun 3 Déc - 21:43



Terres de l'Orage, An 1, mois 2, semaine 3

Tout ce que me disait Yesaminda… Je le savais. Je le savais même très bien. Mais l’entendre le dire, avec conviction… Quelque part, j’avais besoin de cela. Je n’étais pas coupable de la perte de l’enfant d’Argella, et pas une seule fois elle ne se l’était imaginée. Elle ne m’en voulait pas. Comment le pourrait-elle ? Malgré tout, j’avais porté ce poids sur mes épaules, et je le savais, je continuerais à le porter, même si je le ferais de manière plus légère. J’étais ainsi, ainsi faite. Et sa situation ne pouvait que me toucher, moi qui portait la vie et qui avait manqué de perdre mon enfant. Cela m’aurait rendu folle. Je n’aurais pas été aussi forte que la reine de l’Orage. Je n’aurais pas pu survivre à Aeden. Pas après tout ce qui avait pu m’arriver. Pas après toutes ses pertes qui étaient les miennes.

Je chasse ses pensées de mon esprit pour repenser à mes parents, et à la manière dont ils m’avaient élevés. Ils n’avaient pas été parfaits comme je le disais à Yesaminda, mais ils avaient été de très parents. Et je donnerais tout ce que je possédais pour pouvoir les revoir, leurs reparler, les serrer dans mes bras, contre mon cœur. Je pense que jamais je ne pourrais cesser de les aimer, jamais. Ils m’avaient tant donné, et j’espérais être une aussi bonne figure parentale qu’ils l’avaient été pour moi. Parfois… Souvent j’en doutais. J’avais peur, non j’étais terrifiée à l’idée de ne pas être à la hauteur. Mais ça, je ne pouvais pas le dire, pas à voix haute, pas à n’importe qui. Et si j’échoue ? Et si je n’arrive pas à l’aimer autant qu’il le mérite, à l’élever comme il doit l’être ? Les Dieux ont rappelé mes parents à eux il y a si longtemps… Et si je finissais par le délaisser au profit de mon statut d’Impératrice ? Je suis morte de trouille Yesaminda… lui avouais-je dans un chuchotement, dans un murmure qui mourut quasiment dans un silence. J’avais besoin d’Elle, j’avais besoin de Yesaminda à mes côtés, pour m’aider, me guider, m’épauler. Elle avait pris une place dans ma vie, une place laissée vide par la perte de Visenya. Jamais elle ne pourrait la remplacer. Qui le pourrait ? Personne. Mais en elle, je trouvais une sœur. Baâl avait vu juste, si juste de nous faire nous côtoyer, même s’il risquait de le regretter quand il retournerait à Peyredragon. Je ne pourrais pas permettre qu’elle aille avec lui. Non, je ne le pourrais pas. Pas éternellement en tout cas. Elle restait pour l’instant avec Argella, mais je savais que je la retrouverais même si j’allais me sentir bien seule sans elle et bien plus tourmentée. Elle était la seule à qui je pouvais parler à cœur aussi ouvert. Je ne permettrais pas autre chose. Faut-il qu’on retarde mon accouchement de plusieurs jours, il est hors de question qu’un mestre l’orchestre si tu n’es pas là. lui dis-je franchement, férocement même. Au diable les convenances, ce serait elle qui tiendrait en premier mon fils dans ses bras, elle et personne d’autre.









Fire, Blood & Winter

Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles...

RHAENYS :
 

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Messages : 2981
Membre du mois : 22
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Perzys Ānogār sōnar. I'm not a Queen, I'm a Empress
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] EmptySam 19 Jan - 18:02

An 1, mois 2, semaine 3
à la Griffonnière




Rhaenys lui confie ses craintes, ses inquiétudes, comme elle ne le ferait à nulle autre que ses amies proches. Et c’est une grande fierté pour Yesaminda d’en faire partie. Elle l’avait accepté malgré son lourd secret, non sans lui faire des reproches et connaître le fond de sa pensée, d’éveiller une nouvelle forme de culpabilité chez la guérisseuse qui avait sous estimé la valeur de cette femme. C’est une Impératrice, une femme forte et juste, mais aussi une femme, comme elles toutes. Ca, son oncle ne voulait pas que Rhaenys l’oublie. Il souhaite qu’elle garde cette âme si généreuse qui fait d’elle une femme exceptionnelle, mais aussi une Reine Dragon qui marquera l’histoire à tout jamais.

“Eh bien je suis certaine que tu seras fabuleuse Rhaenys. C’est naturel de douter de toi, de t’inquiéter. Tu es tellement soucieuse des choses et des personnes, je m’inquiéterais si ce n’était pas le cas concernant ton fils. Je ne suis pas au fait de tout ce que tu dois gérer, et je ne peux pas t’assurer que ton enfant ne percevra pas tes responsabilités comme un abandon de ta part, mais je sais que tu l’aimeras au delà de toute raison. L’arrivée d’un enfant bouleverse l’existence, et le quotidien, mais tu n’es pas seule. Je suis là tant que t’auras besoin de moi, je te le promets.”

Il n’y aura pas qu’elle, Rhaenys est bien entourée. Elle force l’admiration avec un tel naturel, que les gens qui l’entourent lui sont totalement dévoués. Même son mari n’y est pas insensible, lui qui possède une solide réputation d’homme pragmatique et féroce, guerrier de renom, attendri par ce bout de femme. Yesaminda en a été témoin, même s’il ne semblait pas se rendre compte des petites attentions qu’il a à l’égard de sa femme. Elle pourra compter sur Kora, Leslyn, Isla, Baal, son demi-frère, Rhaenys est de ces femmes qui se sentent seules à cause de leurs responsabilités, tout en étant bien entourés.

Elles s’accordent concernant l’accouchement de l’Impératrice, l’une ne se voit pas passer cet événement sans l’autre. Encore une fois Rhaenys prouve qu’elle n’a confiance qu’en Yesaminda et l’honneur est infiniment grand pour la jeune femme. “Nous nous entendons sur le fait qu’à la fin du quatrième mois je quitterai l’Orage pour te rejoindre. N’importe où tu seras.” Son oncle se doutait-il que leur relation deviendrait aussi amicale ? Alors qu’il ignorait tout de sa nièce, il sait tout de Rhaenys, comment savoir si elles s’entendraient ?

A l’extérieur, il y a du mouvement, jusqu’à ce qu’un garde entre pour annoncer que l’attention de l’Impératrice devrait se porter sur quelque chose d’autre. Il n’en dit pas plus, pas devant la guérisseuse, mais Rhaenys le fait sortir en lui faisant comprendre qu’elle arrive. Leurs regards se croisent. “Je t’en prie, prend soin de vous, Rhaenys.” Supplie-t-elle alors qu’elle n’est pas certaine de pouvoir la revoir avant son départ le lendemain. La guérisseuse déplore que ce moment se termine, déplore le départ de son amie alors que tant de danger lui tournent autour et qu’elle ne sera pas là pour lui venir en aide. “Je t’écrirai régulièrement, si tu le veux bien.” Pour prendre de ses nouvelles plus que pour donner des siennes. Rhaenys, dans sa grande bonté accepte volontiers et lui dit au revoir avant qu’elles ne quittent le campement.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Never goodbye [Tour V - Terminé]   Never goodbye [Tour V - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Never goodbye [Tour V - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» Le reflet d'une perle au soleil [Tour I - Terminé]
» Le Grand Banquet [Tour I - Terminé]
» The Storyteller's Dreams [Tour II - Terminé]
» Pour ravir un trésor, il a toujours fallu tuer le dragon qui le garde. [Tour III - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: La Griffonière-
Sauter vers: