Partagez | 
Across the sky
MessageSujet: Across the sky   Sam 21 Avr - 18:00



Conflans, An 1, mois 3, semaine 2


Kora fit de nouveau tomber le verre qu’elle venait de ramasser. Ce n’était sans doute rien mais cela m’inquiétait quand même. Elle avait besoin de se reposer, et de bien dormir. Elle en faisait trop, encore plus maintenant que nous allions vite et que nous nous contentions du minimum la nuit. Je doutais de plus en plus qu’elle ne dorme vraiment. Les cernes se creusaient sous ses yeux et il m’avait semblé la voir trembler une ou deux fois. Je n’aimais pas ça. Et j’aimais encore moins devoir jouer de mon statut d’Impératrice avec elle pour qu’elle cède. Je lui avais demandé d’aller se reposer mais elle avait refusé en m’indiquant qu’elle se sentait bien. J’avais fini par devoir lui ordonner de gagner ma tente qui venait d’être fini d’être installée et d’aller s’y coucher. Et pour faire bonne mesure, je l’avais accompagné sinon la connaissant, elle aurait contourné mon ordre. A peine avait-elle posé sa tête sur ma couche moelleuse qu’elle s’était endormie. J’avais soupiré avant de lever les yeux au ciel puis de sortir le plus silencieusement possible avec quelques affaires de rechange. J’ordonnais à ce que personne ne rentre dans mes quartiers, avant de me diriger vers la rivière non loin, mon escorte me suivant comme mon ombre.

Arrivée non loin de la rive, je leur demandais de m’attendre et de se retourner, ce qu’ils firent comme un seul homme, y compris Leslyn. Je posais mes affaires propres sur l’une des pierres, avant de commencer à me dévêtir. Je détachais les lanières de cuir de ma tenue de voyage les uns après les autres. Ce qui m’apparaissait simple avant prenait une toute autre tournure à mesure que mon ventre grandissait. J’aimais mon fils, mais je détestais perdre en mobilité. Bientôt je ne serais plus capable de voir mes pieds. D’après les estimations de Yesaminda avec qui je correspondais beaucoup, j’atteignais bientôt la fin de mon second trimestre et tout cela était normal. Je devais bien l’avouer, elle me manquait mais je savais que j’avais prise la bonne décision en la laissant avec Argella. Elle avait bien plus besoin d’elle que moi. Et Kora avait vu plus d’un ventre s’arrondir, à commencer par le sien. Elle savait s’occuper de moi pour les gestes quotidiens. Il était de toute façon convenu que l’essossienne nous rejoigne dans quelques temps pour mettre au monde Aeden.

Renonçant à ôter mes chaussures, j’entrais dans le ruisseau froid, petit à petit, jusqu’à ce que l’eau m’arrive à hauteur de poitrine. Elle aussi n’avait pas manqué de grossir. Le froid me soulageait de la légère douleur qui me lançait. Il allait vraiment falloir que je fasse reprendre ma tenue de voyage. Elle devenait bien trop étroite sur le haut et je commençais à craindre que l’un de mes siens, à l’un des soubresauts de mon cheval, ne jaillisse à la vue de tous. Cette pensée me fit rire, un rire que je ne réprimais pas. Je devais sans doute avoir l’air folle à rire dans l’eau seule, mais je m’en fichais. Je me sentais d’humeur joyeuse tout à coup. Ça aussi, ça allait avec la grossesse. Il m’arrivait de me sentir extrêmement bien comme extrêmement mal.

Mon rire fut interrompu par l’avancée de Leslyn vers moi. Son armure faisait un léger bruit à chacun de ses pas et c’est ce qui m’avait fait relever la tête et me tourner vers elle. Elle m’indiqua, en s’excusant de me déranger, si j’autorisais la présence de lady Chelsted, venue elle aussi se baigner ou s’ils devaient l’empêcher d’avancer et lui indiquer de revenir plus tard. Je lui répondais que la rivière appartenant à tous, je n’avais nullement l’intention de l’interdire à des femmes éprouvant le besoin de se laver après notre chevauché. Elle me fit un signe de tête avant de retourner à sa place et d’indiquer que la Peyredragonnienne avait le droit de passer. De mon côté, je m’étais de nouveau tournée – j’avais beau faire confiance en ceux qui composaient ma garde, je ne préférais pas les tenter –. Je trempais l’éponge que j’avais prise pour venir la passer sur mes bras tout en chantonnant doucement. Je ramenais ensuite mes cheveux sur mon épaule pour les commencer à démêler les tresses que m’avaient faites Kora. C’est long, fastidieux, et m’agaçais déjà alors que j’en avais défaite qu’une seule. Je soupirais avant de tourner légèrement la tête vers Isla qui venait d’entrer à son tour dans l’eau. Tu arrives à point nommé Isla ! Veux-tu bien m’aider s’il te plait ? lui demandais-je en lui faisant un sourire. S’il s’était s’agit d’une autre noble, je me serais débrouillée seule. Mais non seulement elle n’avait déjà vu dans le plus simple appareil, mais elle m’avait déjà à de nombreuses reprises aidée quand nous étions jeunes. D’ailleurs à cette époque, elle adorait passer ses mains dans mes cheveux argentés, des cheveux qu’elle enviait alors que les siens étaient superbes. Cela faisait maintenant longtemps qu’on ne s’était pas retrouvée l’une avec l’autre et j’espérais sincèrement que le temps n’avait pas totalement fait disparaitre ce lien qui nous unissait jadis. Nous avions été de très proches amies mais notre amitié s’était effritée avec les années, quand elle avait dû quitter le château. Nous étions écris souvent au début. Et puis de moins en moins jusqu’à ne plus du tout correspondre l’une avec l’autre.











Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2399
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Across the sky   Mar 24 Avr - 23:42

Across the Sky

« L'amour régénère tous les espoirs ».


La poussière de cette journée de chevauchée lui collait à la peau et lui laissait une désagréable sensation de lourdeur et de souillure. Isla n'avait jamais été une grande cavalière, ni une aventurière chevronnée. Ses compétences d'équitation n'avaient été développées que pour les balades et les petits voyages d'agréments non pour de longues étapes entre royaumes. De plus, ses explorations des pays étrangers s'étaient limitées à de rares visites lors d'évènements officiels assez rares, elle n'avait jamais réellement quitté et pas pour longtemps la familiarité et la sécurité de l'île de Peyredragon. Elle était ainsi totalement dépaysée dans les paysages si particuliers de l'Orage qui ne manquaient pas de l'émerveillée et de lui faire peur en quelque sorte, car derrière chaque petite forêt ou collines pouvaient se cacher un danger mortel. Mais pour l'heure Isla ne voulait pas penser à ces hypothétiques problèmes et tentait de se concentrer sur l'instant présent. C'est donc en claudiquant un peu qu'elle traversa le petit campement dressé pour la nuit afin de rejoindre le cours d'eau d'une rivière qui coulait non loin. C'était tout à faire ce dont elle avait besoin pour se nettoyer correctement et surtout pour délasser ses muscles endoloris. Le voyage pour rejoindre l'impératrice dans l'Orage s'était avéré semé d'embuches et il avait fallut souvent parcourir de très grandes distances en peu de temps et à cheval. L'entre-cuisse d'Isla la faisait donc particulièrement souffrir, surtout que le nouveau voyage ne faisait que débuter.

En effet une fois la capitale de l'Orage enfin atteinte les retrouvailles tant espérée par dame Chelsted ne s'étaient pas déroulées exactement comme elle avait pu les fantasmer. Rhaenys s'était avérée fort occupée, assez fatiguée et surtout déterminée à partir le plus vite possible. Il était heureux qu'Isla avait su la trouver avant qu'elle ne reprenne la route car elle n'aurait certainement pas prit la peine de l'attendre. Isla n'avait pu cacher son inquiétude, bien qu'elle n'avait pas protesté lorsqu'il lui avait été annoncé que l'impératrice et une petite partie de ses gens reprendraient bientôt les routes vers une destination tenue secrète, bien qu'il n'était pas difficile de s'en douter. Rhaenys était bien assez grande pour prendre ses propres décisions sans que la noble n'ait rien à y redire, elle saurait parfaitement en assumer les conséquences et surtout Isla n'était ni sa mère ni sa nourrice pour se permettre de contester ses décisions. Elle avait donc tout simplement suivie, la chose était simple car ses bagages tenaient dans un simple sac qu'elle avait emporté avec elle. Il était étrange pour une dame de noble naissance comme elle de se retrouver presque dépourvue de toute assistance comme seule peut en fournir une servante ou une dame de compagnie, mais ce n'en était pas moins formateur, inédit et appréciable. Se débrouiller par elle-même n'était pas une chose qui l'effrayait, bien au contraire elle se sentait presque revivre de pouvoir ainsi goûter à une certaine liberté sans la surveillance de personnel, d'un père ou d'un mari.

C'est donc assez fatiguée mais sereine qu'elle s'approcha de la rivière et fut quelque peu étonnée de trouver sur ses berges autant de monde. Il ne lui fallut néanmoins pas longtemps pour identifier la garde personnelle de l'impératrice. La situation se compliqua donc, car il pouvait être délicat de déranger Rhaenys dans un moment aussi intime, elle souhaiterait peut-être avoir enfin un peu de solitude, de calme et un semblant de vie privée. D'un autre côté la nuit commençait à avancer et le manque de sommeil tiraillait les traits de la demoiselle, elle ne savait pas si elle saurait résister à l'appel de Morphée si elle devait retourner à son couchage dans l'atteinte de pouvoir s'adonner à une toilette. Après une petite hésitation elle décida alors de déclamer avec douceur et respect ses intentions et solliciter ainsi la permission de l'impératrice. Elle ne souhaitait que profiter un peu de l'eau, si Rhaenys ne souhaitait pas discuter ou être perturbée Isla saurait se faire discrète et terminée rapidement ses ablutions. C'est donc à Leslyn Raybrandt qu'elle adressa sa requête avec un petit sourire amical. Elle ne connaissait pas tellement l'écuyère de l'impératrice mais déjà elle suscitait son admiration par sa ténacité et sa loyauté. Il était toujours rassurant pour Isla de voir que Rhaenys était entourée de personnes de confiance, mais ce n'était pas pour autant que la dame relâchait sa vigilance. Son interlocutrice accepta en silence de délivrer le message, elle revint une petite minute plus tard avec une réponse positive.

Ravie Isla se débarrassa donc prestement de son vêtement de lin et de ses chausses en cuir pour aller au contact de l'ondée. Le liquide assez glaciale lui tira un gémissement de désagrément lorsqu'elle s'enfonça jusqu'à la taille. Des frissons coururent bien vite sur la peau claire et les cheveux détachés ne manquerait pas eu aussi de recevoir leur dû. C'est alors seulement que les prunelles d'Isla rencontrèrent le corps de Rhaenys qui était lui aussi immergé et aussi exposé que le sien. Bien qu'elle soit de dos cette silhouette ne pouvait pas tromper Isla qui saurait la reconnaître entre mille. Cette vision fient remonter en elle des visions d'un passé dont elle était nostalgique. L'impératrice avait gardé sa beauté et sa grâce, bien que sur ses traits pouvaient se lire une certaine fatigue et une un reste de dureté qui n'avait auparavant jamais existé et ceci malgré son expression joyeuse. Le poids de la couronne et de l'assassinat de sa fratrie marquait forcément, une certaine tristesse teinta ces pensées, bien que la demoiselle ne montra rien de celles-ci à son ancienne amante. Une certaine honte tapissait le fond des émotions d'Isla, elle s'en voulait énormément de n'avoir pas cherché plus tôt à retrouver la complicité et le soutien qu'elle avait pu partager avec Rhaenys, surtout dans une période où elle en avait cruellement besoin, elle devait se sentir terriblement seule.

Ne se laissant malgré tout pas miner par de telles réflexions Isla les balaya d'un revers de main et c'est avec une expression de contentement qu'elle se rapprocha de l'impératrice. Celle-ci tentait de démêler ses cheveux soyeux des tresses qui l'avaient accompagné toute la journée, travail au combien fastidieux et ardu lorsqu'on était la propriétaire de telle splendeur. C'est bien entendu elle qui engagea la conversation, lui demandant son assistance dans cette tâche. Isla répondit avec empressement.

« Rien ne me ferait plus plaisir Votre Altesse ! Ils sont plus longs que dans mon souvenir mais même à l'époque c'était bien compliqué de défaire tous ces entremêlements compliqués. »

Elle laissa s'échapper un petit rire de joie, car la légèreté avec laquelle Rhaenys l'accueillait emplissait son cœur de bonheur. Le ton certes distant n'était pas du tout condescendant, juste de rigueur, après tout leur éloignement imposait cette marque de respect à laquelle Isla s'adonnait avec plaisir. Ce serait à Rhaenys de lui demander de cesser cette marque de déférence si elle le souhaitait, mais ce ne serait certainement pas Isla qui en prendrait l'initiative, de plus par rapport à leurs anciens échanges tout ou presque avait changé. Passant ses doigts dans les mèches fines avec dextérité elle en apprécia la texture aussi douce que de la soie qui n'avait pas du tout été modifié par les années. Rhaenys devait certainement avoir un secret pour obtenir cette douceur, mais Isla n'avait jamais pensé à le lui demander bien qu'elle l'enviait pour cela. Il ne fallut pas des tonnes de réflexion pour comprendre la structure de la coiffure et pour commencer délicatement à la dénouer, un mouvement trop brusque pourrait causer une petite douleur malvenue et Isla ferait tout pour l'éviter.  

« On pourrait croire par votre physique que vous n'avez absolument pas changé, à un petit détail près. Je n'ai pas eu l'occasion de vous entretenir de cet évènement mais c'est un immense bonheur pour lequel je vous adresse toutes mes félicitations. Cependant je dois l'avouer c'est chose étrange de vous voir une mère en devenir alors que j'ai du mal à me départir de nos souvenirs d'enfants qui ne me semblent guère éloignés. »

Le ton est très doux, presque complice malgré la teinte de neutralité du vouvoiement. Il est vrai que la grossesse rendait Rhaenys rayonnante, car elle avait prit un peu de poids de ce fait, ce qui contrebalançait à merveille la minceur qu'elle avait toujours arboré. Seul le ventre proéminent clamait son état à tous, sinon elle avait juste un peu plus de formes, loin de ces femmes devenant énorme pendant cette période de leur vie. La guerre l'avait certainement éloignée de la nourriture ou de prêter trop attention à des envies fugaces. C'était choses également triste qu'elle ne puisse vivre sereinement et avec une certaine légèreté ces instants si fondateurs. La voir ainsi comblait Isla mais la rendait aussi assez étrange. En effet, Rhaenys était pour elle une compagne de longue date, une amie, une amante et une souveraine tendrement aimée, mais qu'elle n'avait pas une fois concrètement imaginé mère. Certes, l'idée était logique et cela devait bien finir par arriver, mais cela affichait clairement le poids des années sur les épaules des jeunes femmes, elles n'étaient plus les insouciantes femmes hédonistes, rêveuses et idéalistes ou tout du moins était-ce à présent plus difficile avec la maturité et le poids des responsabilités plus écrasant.


CODAGE PAR AMATIS
Gif par Giphy
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: LadyChelsted | Conseillère en matière judiciaire
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
« Que la Justice soit forte, que la force soit juste
Messages : 192
Membre du mois : 0
Célébrité : Katherine McNamara
Maison : Chelsted | Anciennement Chyttering
Caractère : Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Séductrice ▪▪ Tenace
« Que la Justice soit forte, que la force soit juste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Across the sky   Lun 30 Avr - 11:09



Conflans, An 1, mois 3, semaine 2


Je ne le montrais pas à mes hommes, mais je me sentais certains jours plus qu’harassée. Je ne me laissais aller qu’à l’abri des regards, tenant à afficher l’air et la détermination d’une femme forte et invincible. Je désirais ardemment Aeden, cela ne faisait pas de doute. J’avais toujours rêvé d’avoir une grande famille et il était une bénédiction des dieux. Seulement… Seulement cette grossesse me posait des désagréments. Combien de matins me retrouvais-je nauséeuse par exemple ? Dans les livres et les bouches des Mères, enfanter un nouveau être est quelque chose de merveilleux, et les mois précédents sa venue le sont tout autant. J’y avais bêtement crû, même si j’imaginais sans mal que je serais plus sereine si j’étais sur les terres qui m’avaient vu naître, à m’épanouir et vivre comme je le faisais jadis. J’aurais pu m’accorder un temps de repos. J’aurais pu dire que je me rendais à Peyredragon le temps de ma grossesse. Mais, à mes yeux, cela aurait signifié fuir le combat, abandonner les miens, abandonner les hommes qui me suivent. Et ça, je m’en savais incapable, pas alors qu’ils me suivaient, pas alors qu’ils se battaient pour moi, pas alors que Torrhen et Orys risquaient eux aussi leur vie. Peu importe si je fatiguais plus vite, j’avais malgré tout ma partition à jouer. Et c’était ça le plus important.

Pour l’heure, je profitais de la fraicheur de la rivière. Avec l’hiver qui venait, bientôt il ne me sera plus possible de me baigner ainsi en pleine nature. J’adorais pourtant cela depuis toujours. D’après Père, c’était parce que ma Mère m’emmenait souvent promener quand je n’étais encore un bébé. Elle pouvait partir avec nous trois pendant toute une journée. Parfois seule avec nous, parfois accompagnée de mon père ou d’autres fois de certaines de ses amies les plus proches. Avec l’âge, elle avait arrêté, et s’était concentrée sur notre éducation. Elle avait toujours voulu que nous soyons dignes de notre nom de famille… Et je savais que je l’avais souvent déçu à ne pas arriver à me plier constamment à l’étiquette, à ne pas savoir broder ou coudre, à ne pas vouloir arrêter de grimper aux arbres, à faire tourner en bourrique nos gens en m’enfuyant, ou encore en partant parfois deux jours durant sans repasser par le château. J’avais été ainsi faite, libre, sans chaine, insouciante. Et je n’avais jamais été réellement seule car il y avait toujours Orys, Meraxès, ou les deux à la fois. Ils étaient mes protecteurs, comme j’étais la leur. Mon frère m’avait appris à faire du feu, à vivre un peu plus dans la nature et je savais très bien qu’il avait appris tout cela dans le but de me l’apprendre ensuite. Je ne serais d’ailleurs pas étonnée si un jour il m’indique que c’était Père qui lui apprit tout cela. S’il était Roi et qu’il s’amusait de mes frasques, il n’allait que très rarement contre Mère et redoutait la colère de cette dernière.

Je me sentais heureuse ce soir, mais aussi nostalgique quelque part. Tous ses souvenirs, ses bons souvenirs me donnaient envie d’en avoir de nouveau. Je ne voulais pas oublier mon passé, non, mais je voulais que mon avenir soit aussi radieux, fait de fous rires, d’évasion et de découverte. J’avais des responsabilités oui, mais elles n’excluaient pas non plus que je sois libre et parfois même un peu insouciante… Et cela même si j’avais un enfant ou plusieurs. Je ne serais, au fond, jamais seule, et j’aurais toujours quelqu’un vers qui me tourner pour avoir de l’aide… Cette pensée était réconfortante et même s’ils n’étaient plus là physiquement, je restais persuadée qu’Aegon et Visenya veillaient sur nous, au côté de Père, de Mère et de tous ceux qui étaient tombés. Il ne pouvait en être autrement. L’amour que nous ressentions les uns pour les autres n’avaient pas disparu avec eux.

Isla me tira de mes rêveries en entrant dans le ruisseau. Je passais de l’eau sur mon corps avant de m’attaquer en vain de mes cheveux. Kora les avait trop habilement noué pour que je sois capable de m’en défaire seule. Elle avait changé de style lorsque je lui avais indiqué que des mèches s’en échappaient parfois, me gênant pour chevaucher. Elle passait plus de temps tous les matins à me coiffer, mais je devais avouer que le résultat était à la hauteur de l’attente. Ma servante avec de l’or au bout des doigts et je ne savais vraiment pas ce que je ferais sans elle. Cependant j’avais conscience que je devais lui en demander moins et la laisser se reposer plus qu’elle ne le faisait si je voulais la préserver. Alors plutôt que de la faire venir, je demandais l’aide de la jeune Peyredragonnienne. Son toucher ne me dérangerait pas, je le savais par expérience. Nous avions grandi ensembles et avant que le temps nous sépare nous avions été amies, et amante. Nous partagions un passé qui nous liait toujours l’un à l’autre. Je savais que si elle était venue de Peyredragon pour rejoindre notre troupe, ce n’était pas simplement parce qu’elle s’ennuyait. Nous n’en avions pas parlé par manque de temps. J’avais été bien trop prise pour l’accueillir comme je l’aurais dû, mais elle ne m’en tenait pas rigueur. La preuve en était son enthousiasme qui me dit légèrement rire à son instar. Elle se rapprocha rapidement et ses doigts se glissèrent dans mes cheveux qu’elle défit doucement tout en me parlant. Son entrée en matière était étrange, mais cela me fit sourire plus que de m’offusquer. Rhaenys… Je n’ai pas changé à ce point-là Isla. Tu peux m’appeler Rhaenys lorsque nous sommes seules ou en présence de personne de confiance. lui dis-je avant d’ajouter non sans rire légèrement. Je ne suis altesse, mais Majesté Impériale… Entre nous, cela sonne bien trop pompeux à mes oreilles. Je détestais déjà à l’époque qu’on m’appelle Princesse alors je te laisse imaginer ce que je pense de ce nouveau titre… Si cela ne tenait qu’à moi, ce serait simplement Rhaenys… Même si, je l’avoue, cela peut servir pour en imposer. Isla avait peut-être changé avec les années et moi c’était certain. Je ne pouvais plus lui faire confiance, pas sans en savoir plus sur elle. Pour autant, lui avouer cela ne me faisait en aucun cas prendre le moindre risque. Il était connu que je n’apprécie pas vraiment qu’on m’appelle autrement que par mon prénom. Je te remercie pour tes félicitations. Aeden est une véritable bénédiction, le symbole même que notre combat est juste et béni des dieux. De cela j’en étais persuadée. Ma grossesse avait été difficile au début. J’avais été empoisonnée et crains de le perdre plusieurs fois. Mais cela n’était pas arrivé. Mon fils était déjà fort, et robuste comme le Loup et le Dragon qu’il était.












Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2399
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Across the sky   Jeu 3 Mai - 15:40

Across the Sky

« L'amour régénère tous les espoirs ».


L'eau mordait de moins en moins la peau de sa fraîcheur au fur et à mesure qu'Isla demeurait immergée. Elle s'habituait donc vite à la température et n'y pensait bientôt plus, bien qu'un des bains brûlants de Peyredragon auraient été un très grand réconfort pour ses muscles endoloris, il ne valait mieux malgré tout ne pas trop en demander, rien que la faculté de pouvoir se laver en ces temps troubler devait s'apprécier à sa juste valeur. Le courant n'était pas du tout prononcé et se ressentait simplement comme une douce caresse, il n'entravait en rien les mouvements. C'est donc avec facilité qu'Isla avait pu se rapprocher de son ancienne amante et souveraine. C'est avec un réel ravissement qu'elle la retrouvait et elle se sentait vraiment honorée et considérée de pouvoir profiter de sa compagnie dans un tel moment de vulnérabilité. Tout en glissant ses mains habiles dans l'épaisse chevelure entremêlée elle ne pouvait qu'admirer le travail de la personne qui avait coiffée Rhaenys, l'ensemble étant harmonieux et assez rehaussé pour ne pas paraître négligé, tout en restant fonctionnel ce qui était certainement le but recherché. La tâche était certes un peu compliquée mais guère impossible, de plus Isla prenait tout son temps pour effectuer ses mouvements en douceur et ainsi ne provoquer aucune douleur à son amie.  

Ce moment était très important pour elle, et les paroles de Rhaenys lui intimant de l'appeler par son prénom lui réchauffèrent le coeur bien plus que tous les bains brûlants de la terre. Il fallait dire qu'Isla était avant cela dans une véritable confusion qui avait presque ébranlé sa détermination. Rhaenys n'avait eu aucun instant à lui accorder et leurs retrouvailles avaient presque été inexistantes. Bien entendu elle ne lui gardait aucune rancœur, elle comprenait que l'impératrice avait d'autres impératifs et même d'autres préoccupations plus pressantes, comme par exemple la sauvegarde de sa personne et de son enfant. Isla avait donc été quelque peu livrée à elle même dans le château d'Accalmie, elle n'avait pas pu véritablement nouer de liens alors que l'arrivée de son voyage ne serait que temporaire et qu'elle devrait bien vite reprendre la route. Elle avait donc passé une journée dans la grande bibliothèque pour satisfaire un peu sa curiosité mais pour une fois la solitude avait été très douloureuse. Certes elle ne s'attendait pas à être accueillie avec les honneurs comme autrefois, après tout leur éloignement était aussi de son fait, elle n'avait guère persévéré en envoyant des tonnes de lettres, son navrant quotidien n'avait rien de croustillant à partager. Malgré tout elle se sentait coupable d'avoir ainsi laissé Rhaenys seule face à tous les tragédies et les combats, chose dont elle était décidée à se racheter. Cette attitude plutôt distante l'avait conforté dans sa culpabilité et elle avait craint que son amie ne lui en veuille également de son attitude. Voilà pourquoi elle se sentait si soulagée de voir que tout n'était pas mort entre elle, bien au contraire.

« Je dois t'avouer que je ne savais pas si j'avais encore le droit de prétendre à cette proximité avec toi. Les titres sont importants malgré tout, leur symbolique également et je n'ai aucun doute qu'avec une collection comme la tienne c'est bientôt en déité que tu seras reçue. Mais tu as raison, je préfèrerais toujours Rhaenys à cette beauté guerrière, bien qu'elle force l'admiration. »

La princesse de l'époque avait déjà une autorité certaine, son fort caractère lui permettait d'imposer le plus souvent sa vision des choses, même si parfois cela lui mettait des œillères quant à certaines situations. C'était d'ailleurs le cas lorsque la haine lui brûlait le sang. Isla admirait énormément cette fougue, cette flamme qui pourrait tout décimer et qui résiderait éternellement dans son cœur de Targaryen. Isla de son côté n'était pas du tout de la même nature, plus réfléchie, elle cherche en premier lieu à arrondir les angles, elle est plus dans la négociation et l'accord amiable au lieu de défendre ses convictions corps et âme. Leur duo ne s'en équilibrait que bien mieux, surtout dans le domaine de la justice où une main de fer peut causer bien plus de tords que ce qu'on pourrait croire. Ce rôle lui manquait alors qu'autrefois elle pouvait se targuer d'avoir de véritables ambitions professionnelles, exerçant concrètement une incidence sur l'avenir de sa patrie tout en se consacrant à sa passion. Pourtant après un tel éloignement entre les deux femmes Isla était plus que comblée de pouvoir de nouveau profiter aussi simplement de sa compagnie, et de voir qu'elle était accueillie avec bienveillance dans son intimité. Leur relation ne pouvait pas redevenir en un clin d'oeil ce qu'elle fut, d'autant qu'elle n'aurait peut-être plus son caractère charnel avec le récent mariage de Rhaenys mais Isla était persuadée qu'avec le temps et son dévouement elle pourrait se refaire une place dans son entourage et son intimité.  

Le sujet s'orienta alors sur la nouvelle vie qui grandissait en elle. Pour ne la voir que de dos, Isla ne pouvait pas encore apprécier à quel point son ventre était devenu proéminent mais elle ne doutait pas que dans une certaine mesure la grossesse épanouissait Rhaenys. Petit à petit la chevelure se dénoua et bientôt elle pu s'étaler librement dans le dos de sa propriétaire. Cependant une affirmation dans le discours de Rhaenys lui tira un petit sourire. Comment pouvait-elle être si certaine que son enfant à venir serait un fils ? Certes toutes les épouses l'espéraient ardemment lors de leur grossesse, encore plus dans le cas de l'impératrice qui devait garantir ainsi la pérennité de sa nouvelle maison mais aussi la souveraineté de son ancienne en donnant certainement à un futur second fils la couronne de Peyredragon. Inconsciemmment Isla porta une main à son propre ventre nu et toujours implacablement plat. Roward Chelsted n'avait jamais su y planter la moindre graine, elle soupçonnait d'ailleurs l'âge ou la fatalité de ne pas lui avoir laissé le don d'une grande fertilité, car elle n'avait jamais rien fait pour contrecarrer une grossesse. Néanmoins maintenant qu'il était décédé, elle était heureuse de n'avoir pas le poids d'un enfant pour l'entraver dans son ancienne vie qu'elle avait pu quitter assez aisément.

« La graine est vigoureuse, je n'en attendais pas moins, cet enfant est déjà un véritable guerrier dans ce monde qui n'est pas souvent tendre pour personne. Néanmoins comment peux-tu être aussi certaine du sexe ? En tous les cas c'est un très beau prénom que celui-ci. »

Les sonorités étaient belles et rendaient très bien hommage aux origines valyriennes du futur Braenaryon. Pour signifier que sa tâche était terminée la demoiselle passa une dernière fois ses doigts dans la cascade étincelante de Rhaenys, et elle poussa même l'audace jusqu'à caresser la peau d'albâtre du bras de son ancienne amante avant de se reculer d'un pas.

« Tu es encore plus belle que dans mes souvenirs, je ne peux t'exprimer comme je suis heureuse de te retrouver et à quel point tu m'as manqué. »



CODAGE PAR AMATIS
Gif par Giphy
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: LadyChelsted | Conseillère en matière judiciaire
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
« Que la Justice soit forte, que la force soit juste
Messages : 192
Membre du mois : 0
Célébrité : Katherine McNamara
Maison : Chelsted | Anciennement Chyttering
Caractère : Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Séductrice ▪▪ Tenace
« Que la Justice soit forte, que la force soit juste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Across the sky   Lun 7 Mai - 18:44



Conflans, An 1, mois 3, semaine 2


De nombreuses années étaient passées, de très nombreuses même depuis la dernière fois où Isla et moi-même nous étions retrouvés ensembles. La veille de son mariage plus précisément. Un dernier adieu en présence d’Aegon, avant qu’elle ne nous quitte véritablement. Ses noces avaient été joyeuses et belles, mais teintée d’une certaine tristesse malgré tout. Nous étions heureux qu’elle épouse un noble de son rang, mais tristes de la voir nous quitter. Nous perdions une amie, une conseillère, en plus de perdre une amante. A l’époque, je pensais vraiment qu’échanger des missives suffiraient. Mais le temps avait fait son œuvre et à mesure que les lettres se faisaient rares, je perdais l’habitude d’y répondre rapidement. Jusqu’à ce que plus aucune n’arrive à Peyredragon. Je l’avais compris. Isla avait des responsabilités, et désormais, elle était mariée. Elle avait des devoirs envers ses gens, mais aussi envers son époux. Il était triste que ce soit la tragédie qui l’ait touché qui l’ait fait revenir. Sans doute avait-elle été présente à mon couronnement ? Je ne saurais le dire. A l’annonce de la perte des miens, j’étais devenue un simple corps. On devait me lever chaque matin, m’obligeait à subvenir à mes besoins. Je me serais laissée mourir de chagrin sans cela, et même Meraxès et ses cris n’avaient pas su me sortir de ma torpeur. Orys. Orys avait été le seul à y arriver. Le soir même de mon couronnement, j’avais fait ce que je n’avais plus fait depuis des années. Je l’avais rejoint dans sa chambre et j’avais pleuré dans ses bras jusqu’à ce que le sommeil de me gagne. J’avais eu besoin de son réconfort, de sa protection de ses bras, de son amour pour avancer, pour accepter. Aegon, Visenya et lui étaient toute ma vie. Les dieux m’avaient pris les deux premiers. Ils m’avaient rendu plus forts, c’était indéniable mais à quel prix ?

Les mains d’Isla dans mes cheveux étaient une sensation familière, une sensation qui n’était pas dérangeante. Je n’aimais pourtant plus qu’on me touche, qu’on me frôle depuis que j’attendais Aeden. Je voyais le mal partout depuis qu’on attentait à sa vie, et je craignais pour lui. Je ne laissais que peu de personne m’approchait désormais quand bien même je ressentais bien souvent de furieuses envies de contacts physiques. Je m’y refusais. Je m’y refusais pour mon fils, pour le protéger. Sans doute tout aussi nue que moi, la jeune femme n’était pas un danger pour moi. Et, en souvenirs de notre passé commun, je lui accordais cette proximité, proximité que je lui avais demandé pour m’aider à défaire mes cheveux. Non, elle n’était pas en danger. Je le savais, je le sentais aussi. Elle ne pouvait pas avoir changé autant. Elle ne serait pas venue jusqu’ici si c’était pour me nuire, pas alors que sa vie pouvait en dépendre. Je riais doucement à ses paroles. Beauté guerrière ? Déité ? Je n’en étais pas aussi certaine qu’elle. N’étions pas amie et intimes ? Même si cela parait lointain, les souvenirs sont encore présents en moi. Au nom de tout cela, lorsque nous sommes que deux, Rhaenys suffit amplement. Je n’ai pas la prétention d’être plus. Je suis certes désormais Reine et Impératrice, mais ce n’était pas ce à quoi j’aspirais et ce qui me définit réellement. Visenya… Visenya devrait être à ma place. lui dis-je doucement, en haussant les épaules. Je n’étais pas faites pour gouverner et régenter la vie des autres. Je le faisais parce que je le devais, parce que là étaient mes responsabilités de dirigeante. Mes hommes méritaient une bonne souveraine et je faisais tout pour l’être. Mais j’étais assez réaliste pour savoir que ma sœur aurait été bien meilleure que moi.

Mes cheveux finissent par totalement être libérés. L’eau les mouille tout autant que mon corps, alors qu’ils retombent complètement dans mon dos. Isla n’a pas perdu son savoir-faire et est toujours aussi douée dans ce domaine-là. Je doutais être arrivée seule en aussi peu de temps à me défaire de la coiffure de Kora… Ou à défaire les cheveux d’une autre femme d’ailleurs. Ce n’était pas le genre d’exercice dont j’avais l’habitude et je savais que je n’aurais pas la patiente pour cela. J’avais toujours aimé démêler les cheveux de Visenya et toucher leur douceur, une douceur que je lui avais toujours envié… Mais nullement les détacher et libérer de prime abord. Je ris de nouveau aux propos d’Isla lorsqu’elle affirma que la graine de Torrhen était vigoureuse. C’était amusant et surtout, elle était loin de s’imaginer combien c’était le cas. Moi-même j’avais été surprise de la vivacité de mon époux, dans le bon sens bien évidemment. En effet. Et c’est peu de le dire… Aeden sera aussi fort que son père l’est et lui ressemblera bien plus qu’à moi d’ailleurs. Mes yeux… Il aura mes yeux, mais pour le reste, il sera le portrait craché de Torrhen. Et, je le sais parce que je l’ai vu tout simplement. lui répondis-je honnêtement. Nous avions grandi ensembles. Elle savait très bien que parfois, j’entrevoyais des choses dans mes rêves. Rarement, mais quand c’était le cas, je ne me trompais pas. J’avais rêvé de la naissance de Meraxès, de la mort de mon père puis de ma mère. Puis, après son départ, de celles de mes ainées, mort que je n’avais su empêcher.

Isla lissa une dernière fois mes cheveux, avant que ses doigts ne s’éloignent d’eux pour caresser mon bras. Je m’écartais aussitôt de son contact, et me retournais vers elle. Je t’apprécie toujours Isla, mais ne refait plus jamais ça sans mon consentement. Je n’aime pas les surprises. Je n’aime pas être touchée sans l’avoir autorisé avant. Mon ton était légèrement froid, mais ce n’était pas contre elle. Je ne laissais personne me toucher en dehors de Kora et Yesaminda. Je ne le supportais plus. Plus depuis qu’on avait attendait à la vie de mon vie. Je le portais en moi et j’étais son seul rempart face aux dangers. Je sais que tu ne me veux aucun mal, mais il y a des réactions qui ne se contrôle pas avec l’esprit. Alors ne fait jamais rien sans que je te l’ais accordé. ajoutais-je le plus sérieusement du monde, en la regardant droit dans les yeux. Il était important qu’elle comprenne que ce n’était pas contre elle mais que, malgré tout, il y avait certaines limites à respecter désormais. Je te remercie pour ton aide. finis-je par lui dire avec un ton un peu plus chaleureux, avant de plonger la tête sous l’eau pour bien mouiller mes cheveux. J’y restais quelques seconds, savourant la fraicheur sur la totalité de ma peau, avant de me redresser. Je repoussais mes cheveux vers l’arrière, puis passais mes mains sur mon visage pour chasser toutes les gouttes d’eau. Donnes moi ma main. dis-je à la jeune femme, en sentant Aeden remuer légèrement dans mon ventre. Je fis d’ailleurs une grimace lorsqu’il se retourna légèrement. D’après Yesaminda, c’était totalement normal et cela arriverait souvent. Cela me semblait encore étrange, mais je finirais sans doute par m’y habituer. Je posais ma paume de la jeune femme sur mon ventre, prenant énormément sur moi en faisant cela Là, tu as senti sous tes doigts ? . Puis je pris ses deux mains dans les miennes et finis par lui dire. Redevenons amies tu veux bien ? Donnons-nous le temps de réapprendre à nous connaître. Beaucoup de temps à passer. Et je n’ai pas encore pu te présenter en personne mes condoléances pour ton époux. C’est d’une certaine façon de ma faute si tu l’as perdu. Je n’ai su préserver sa vie, et je m’en excuse.





[/quote]









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2399
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Across the sky   Mer 27 Juin - 0:05

Across the Sky

« L'amour régénère tous les espoirs ».


Les titres pouvaient devenir une barrière bien ardue à briser. Elle s'était même emmêlée à vrai dire dans toutes ces appellations parfois pompeuses que l'on devait aux grands de ce monde, Isla avait mis plusieurs mois voir même une année entière pour se rappeler de toutes les subtilités, toutes les fonctions et toutes les parures que pouvaient s'adjoindre les noms des puissants. Il lui avait fallut de nombreuses répétitions et parfois même écrire de faux entêtes à des lettres imaginaires avant de savoir maîtriser cette subtilité qui appartenait à un rituel bien rodé. Malgré tout cela, elle s'était emmêlée bien aisément, car Westeros n'avait jamais connu d'empire ni même vu de réunification de couronnes aussi important que celui que sa tendre amie avait réussi à édifier. Il n'existait donc vraisemblablement pas de combinaison pour une reine d'un royaume et une impératrice de presque un continent, ou ce qui le serait bientôt. Comment alors ne pas s'embrouiller quelque peu. Isla savait que Rhaenys ne lui en tiendrait pas rigueur, qu'elle détesterait même probablement cela si elle était restée au moins un tant soit peu celle qu'elle avait si intimement connue. Avec un petit soulagement elle le lui confirmait bien vite, balayant presque d'un revers de main ces marques de respect comme si la personne à qui elles étaient adressées n'était pas présente ce soir. Cette dissociation pouvait être compréhensible, et elle semblait presque palpable tant la femme forte qui se coulait dans l'eau non loin d'elle ne ressemblait quasiment pas à celle qu'elle avait connu jadis.

« Nous l'étions en effet, et devoir employer le passé est douloureux mais ainsi est la vie. La couronne est un fardeau bien lourd à porter, seuls ceux qui n'ont pas conscience de cela peuvent se pâmer d'envie pour un trône. J'ai souvent lu dans les chroniques des souverains de Peyredragon que le couronnement est un enterrement comme une naissance. La personne qui était jusque là prince ou princesse cesse totalement son existence, ne demeure que la nouvelle royauté. Visenya sera tellement fière de toi, tu le sais bien. Je suis certaine qu'au travers de Meraxès elle veille sur toi. »

Isla ne cherchait guère à la bercer d'illusions ou d'histoires fantasques. Rhaenys était bien trop perspicace pour se laisser endormir par des contes ou s'émerveiller sur le prestige du pouvoir. En un sens, la voir ainsi l'attristait, car il ne demeurait dans son regard que bien peu de la douceur et de l'innocence qu'elle avait pu y voir jadis. En ces temps révolus il régnait jusque dans sa posture une douceur de vivre qui n'était plus d'actualité. La demoiselle ne la contredisait pas non plus dans sa dernière affirmation, tout d'abord parce que cela ne servirait à rien, l'évidence était bien trop claire pour y faire obstacle, Visenya était une guerrière née, elle avait le sang des forces de la nature, pouvant affronter bien plus que les ouragans sans faillir, mais Isla n'était pas certaine qu'elle ait justement par son caractère la patience et l'écoute nécessaire pour devenir une reine de paix. Si en ces temps troublés Peyredragon et le nouvel empire aurait commandé une dirigeante de fer c'est par ses compétences sur le long terme et sa gestion que Rhaenys brillerait. Ensuite, énoncer une autre idée ou réfuter les aptitudes de Visenya ne serait nullement productif et énerverait certainement son interlocutrice, submergée par l'amour, la tristesse et la nostalgie elle n'avait pas un avis objectif, d'autant plus sur sa propre personne et ne serait certainement pas disposée à en écouter un autre. Enfin si douloureuse qu'était la vérité, Visenya n'était plus, personne ne saurait comment elle aurait évolué ni vers quelle conduite l'aurait guidé ses comportements enflammés.

Bientôt la chevelure de la demoiselle pouvait librement s'épanouir dans son dos. Isla préféra ne pas renchérir sur le passé, ces paroles infiniment tristes lui renvoyait étrangement son propre deuil. Son époux n'était pas très aimé d'elle, mais maintenant qu'elle était définitivement libérée de son emprise et de son ombre imposante la jeune femme en éprouvait un vide désagréable. Ronald n'était pas le preux chevalier plaisait qu'il se plaisait à jouer, ne plus supporter sa présence avait été un soulagement. Mais Isla n'avait jamais souhaité sa mort, même dans les pires moments. Elle avait partagé son intimité, ses repas, son lit, ses colères et trop rarement ses joies. Aucun mariage n'est parfait mais si chaotique que s'était révélé le sien il était le ciment d'une certaine sécurité et d'un confort de vie. Une fois l'époux parti la mariée n'était plus qu'une veuve que l'on prenait en pitié et Isla détestait cela. D'autant qu'elle ne ressentait pas autant de tristesse et d'effondrement que ce qu'elle aurait dû. Il ne lui manquait pas vraiment, seul le statut qu'il lui apportait et la tranquillité qui en résultait. Mais de sa personnalité ou de sa présence rien ne lui manquait, car il était bien rare qu'il exprime un peu de tendresse ou d'attachement pour sa femme, elle n'était à ses yeux que la pouliche qui perpétuerait sa maison. Malheureusement Isla avait faillit à sa tâche et en cela elle aurait eu du mal à affronter sa belle-famille très longtemps. La proposition de rejoindre le convoi impérial était donc tombée au meilleur moment, d'autant qu'elle avait permis à Isla de penser à d'autres choses.

Alors qu'elle dérivait dans ses pensées l'attention d'Isla fut ramenée par les paroles de Rhaenys, par le ton si doux et emprunt d'espoir qui la caractérisait si bien. Cela réchauffait le cœur de son ancienne amie de la voir ainsi pleine d'entrain et si passionnée. Par cette simple description si succincte la demoiselle pouvait presque voir le bambin faire ses premières courses autour d'elles. Isla n'avait absolument aucun doute que sa tendre amie disait la vérité et que ses visions se réaliseraient. D'aucun pourrait trouver cela farfelu, voir même détecter la présence d'une certaine folie, mais Isla savait bien que Rhaenys pouvait pour certains évènements avoir des pressentiments très forts ou des visions qui s'avéraient d'une exactitude étonnante. Bien que l'idée d'envisager son amie mère lui paraissait encore bien surprenante la jeune noble ne doutait absolument pas des capacités maternelles de Rhaenys, néanmoins elle espérait pouvoir jouer quelque rôle dans la vie de ce jeune être promis à un grand avenir. Elle se prenait presque à s'imaginer déjà sa préceptrice pour certaines matières ardues ou pourquoi pas dans des enseignements attrayant à la maîtrise du Haut Valyrien, car l'étude de textes complexes pouvaient s'avérer déroutante.  

« Cette vision est un cadeau très précieux. J'ai hâte de rencontrer cette nouvelle vie, il laissera une trace scintillante dans l'histoire j'en suis certaine, et il sera entouré d'un amour flamboyant. Qu'en dit ton époux à ce sujet ? Lui a tu parlé de ton don et de cette vision ? »

Il est vrai qu'elles n'avaient pas encore eu le temps de discuter de ce nouvel aspect de la vie de Rhaenys. La savoir mariée à un autre être qu'Aegon était vraiment déstabilisant, Isla n'aurait jamais douté de la force de rebond de son ancienne amante, mais cette perte devait être terriblement atroce pour elle, et Isla ne savait pas du tout comment elle appréhendait la chose ni la relation qu'elle avait pu nouer avec le glacial ancien roi du Nord. La demoiselle se concentrait sur cet aspect pour ne pas comprendre la petite douleur qui lui agitait le ventre. Après toutes ses années de mariage Isla n'avait toujours pas connu les joies d'attendre un enfant. Elle ne voulait certes pas se voir définie par cette capacité à enfanter, mais il fallait avouer qu'insidieusement Lady Chelsted prenait de l'âge et que rien n'était venu troubler sa dévorante passion de lectures juridiques. C'était un bonheur qu'elle commençait à craindre de ne jamais connaître. Si voir sa royale amie aussi épanouie dans sa grossesse ne lui tirait aucune jalousie, il fallait avouer que cela ravivait une crainte et une douleur qu'elle ne pensait même pas ressentir. Parfois se mettre des œillères était bien plus aisé que d'affronter clairement les problèmes que la vie plaçait sur notre chemin. Alors qu'Isla était en quête d'un peu de proximité physique et qu'elle dérapait dans ses gestes, provoquant un très perceptible mouvement de recul de l'impératrice.

Ayant tout de suite conscience de sa transgression Isla tressaillit, espérant ne pas avoir provoqué une fureur dont elle aurait bien du mal à se dépêtrer. Néanmoins Rhaenys ne semblait guère lui en vouloir et contrairement à la flamboyante fureur qu'elle pensait affronter se tenait une glaciale silhouette qui lui expliquait les raisons de cette fuite. Cette réaction était plus que compréhensive, et la demoiselle s'en voulu instantanément d'avoir ainsi forcé son amie à un contact non désiré. L'impulsivité n'avait pas été contrôlable, tant son désir de réconfort et de renouer des liens avait guidé sa main. Néanmoins Isla ne détourna pas les yeux, elle ne voulait pas se montrer puérile car elle n'était plus une enfant qui fuyait les regards réprobateurs des aînés moralisateurs. Au contraire elle soutint les iris de sa souveraine. Avec un hochement de tête humble elle lui signifia qu'elle avait parfaitement compris. Elle ne voulait pas se donner d'excuses, mais puisque Rhaenys s'était donné la peine de s'expliquer sur son comportement alors que rien ne l'obligeait à le faire, Isla se sentait le devoir d'être complètement honnête avec elle.    

« Je suis sincèrement désolée, cela ne se reproduira plus jamais, pas sans ton consentement. Tu es le premier vestige d'une amitié qu'il m'est donné de revoir, et l'émotion fut trop forte à contenir. Je croyais que je ne souhaiterais plus être proche d'une autre personne depuis que Ronald est décédé. Malheureusement je crains que ce manque ne m'apparaissait pas très clairement jusque là. Il n'était pas un époux tendre ou même appréciable, mais le vide est tout de même présent et sans savoir de ce qu'il s'agit j'ai comme un creux dans le cœur. »

Les années de couple ne pouvaient s'estomper en un instant pour ne rien signifier. Certes Isla avait un caractère volage, et son lit n'avait pas l'exclusivité de son époux. Néanmoins elle n'en était pas moins émotionnellement impliquée dans ses devoirs conjugaux et quant à sa place dans la famille Chelsted. Elle avait en silence souffert bien plus que ce qu'elle voulait bien dire du manque de considération de celui qui partageait sa vie. C'était donc tout en nuances et contradictions qu'elle vivait ce deuil si soudain. Alors qu'Isla entendait les paroles de remerciement de Rhaenys comme une demande un peu plus chaleureuse de prendre congés elle fut très surprise lorsque son interlocutrice lui demanda sa main. Totalement en confiance Isla n'eut aucun instant d'hésitation ou mouvement d'appréhension. Rhaenys lui aurait demandé jusqu'à son souffle de vie qu'elle lui aurait offert avec le sourire. C'est d'ailleurs avec un étonnement très clairement visible sur son faciès lorsqu'elle sentit très clairement la vie remuer dans le ventre de son amie. La sensation était forte, bien plus que ce qu'elle aurait pu imaginer. Bien entendu Isla avait déjà pu voir ou côtoyer l'entourage de femmes enceintes, mais jamais elle n'avait eu ce privilège, cet instant d'intimité partager, de pouvoir s'extasier ainsi sur une vie en éclosion.  

« Une véritable furie déjà ! Je n'imaginais pas que l'on pouvait aussi nettement distinguer les mouvements de l'enfant à naître rien qu'en touchant le ventre maternel. Puis-je te demander ce que cela fait ? La grossesse ne m'a jamais été accordée donc je suis totalement perdue face à ton état j'en ai peur... Tu sais Rhaenys dans mon cœur notre amitié n'a jamais cessé et il ne sera donc pas difficile de la renouer pour ma part. Ensuite je te remercie pour tes douces paroles. Ne te fustige pas ainsi ! C'était le choix et l'honneur de Ronald que de combattre dans tes rangs. Il en fanfaronnait tant et tant qu'il doit encore se vanter où qu'il soit. Ce n'était pas âme à fuir un affrontement ou à laisser les autres changer le monde pour lui. Il voulait apporter sa pierre à l'édifice, c'est chose faite. Je suis honorée que tu ais si bien su lui rendre justice par la place que tu lui as donné. Alors ne t'en fais pas, il n'y a rien à pardonner. »

La voix d'Isla était douce, et sur la fin presque triste. Non pas parce qu'elle pourrait nouer un quelconque ressentiment à l'égard de Rhaenys. Certes elle avait joué un rôle dans le décès de son époux. Il ne servait à rien de le nier, car elle avait certainement aidé à constituer le plan de bataille, mais rien de tout ceci n'était sa volonté, jamais Rhaenys ne souhaiterait la mort d'un seul de ses fidèles sujets. Non c'est la guerre qui avait fauché Ronald et elle seule était à haïr. Pourtant Isla ne ressentait aucune colère, juste une froide acceptation qui pouvait elle aussi être douloureuse. Elle se sentit quelque peu ridicule, car elle ne pensait pas tenir l'homme en haute estime, pourtant une larme glissa sur sa joie, car dans le fond Ronald Chelsted pouvait bien entendu être un homme peu agréable mais jamais il ne s'était montré cruel ou violent, et en énonçant ainsi une partie de son caractère Isla se rendit compte qu'elle nourrissait tout de même pour lui et à sa manière une certaine admiration pour sa dévotion à sa patrie et à sa souveraine.


CODAGE PAR AMATIS
Gif par Giphy
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: LadyChelsted | Conseillère en matière judiciaire
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
« Que la Justice soit forte, que la force soit juste
Messages : 192
Membre du mois : 0
Célébrité : Katherine McNamara
Maison : Chelsted | Anciennement Chyttering
Caractère : Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Séductrice ▪▪ Tenace
« Que la Justice soit forte, que la force soit juste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Across the sky   Mer 25 Juil - 11:51



Conflans, An 1, mois 3, semaine 2


Je ne répondais rien à Isla, caressant légèrement l’eau dans laquelle je m’étais immergée. Je ne pouvais pas affirmer que Visenya serait fière du chemin que j’avais parcouru. Tout comme je ne pouvais l’infirmer. Il en était de même avec Aegon d’ailleurs. S’ils ne m’avaient pas été enlevés, je n’en serais pas ici à l’heure qu’il était. Nous aurions fait les choses différemment. D’ailleurs, sans doute aurions-nous déjà conquis tout Westeros. Ils étaient forts et braves, bien plus que je ne le serais jamais. Et, ils étaient nés pour gouverner contrairement à moi. Je n’aurais jamais eu à prendre des décisions, simplement à les suivre. J’aurais été leur main armée, leur chevaucheuse de dragon, Pion entre leurs mains, Pion essentiel oui, mais Pion quand même. Là, j’étais celle qui les faisait bouger et qui devais anticiper les actions de son adversaire… Et je n’y arrivais pas toujours avec aisance. Combien d’hommes étaient morts par ma faute ? Plus que je ne pouvais en compter.

Nous ne pouvions pas refaire l’histoire, ni revenir en arrière. Le passé appartenait au passé et il nous fallait avancer… Il me fallait avancer, chaque jour un peu plus, un pas après l’autre. Ressasser ce que j’aurais dû ou non faire ne changerait rien à la situation actuelle. Et mon regard, même s’il s’égarait en arrière parfois, devait être focalisé sur l’avenir, un avenir que je portais et qui s’incarnera en Aeden. Il était ma priorité et j’étais son bouclier. Et, s’il le fallait, je donnerai ma vie pour lui. Les dieux m’avaient montré à ses côtés, mais le futur n’était pas encore tout tracé, et les choses pouvaient changer si je m’y prenais mal. De cela, j’en avais parfaitement conscience. Nous verrons… Je l’espère en tout cas. Torrhen et moi nous n’avons aucun secret l’un pour l’autre. De nombreuses choses me concernant doivent sans doute le dépasser, mais il les accepte et sait que je ne lui mens pas. Tout comme je l’accepte pour ce qu’il est. lui répondis-je en haussant les épaules, comme une évidence. Il n’était pas Orys. Il n’était pas Aegon. Mais nous nous comprenions et nous étions arrivés assez facilement à un équilibre entre nous. C’était là le plus important, autant pour lui que pour moi. Nous marchions l’un au côté de l’autre, dans la même direction et sur le même chemin. Et cela était notre plus grande force.

Je m’écarte d’Isla avant de lui faire comprendre que son geste était déplacé. J’entendais ses raisons, mais elles ne pouvaient excuser malgré tout totalement son geste. Je n’étais pas un objet et je n’appartenais à personne, pas même à Torrhen. Je pouvais comprendre qu’elle puisse se sentir seule et vouloir renouer avec le passé seulement, elle et moi avions changé. Et je ne pouvais tolérer qu’on me touche ainsi alors même que je n’en avais pas donné la permission. Seules les personnes les plus proches de moi le pouvait et elles étaient très peu nombreuses… Orys, Torrhen, Baâl, Yesaminda, Kora et Argella. Et sur ces personnes, trois d’entre elles – Kora, Baâl et Yesaminda - ne le feront jamais sans me l’avoir demandé au préalable, quand bien même elles savent qu’elles possèdent ce droit. La jeune Peyredragonnienne ne le pouvait pas. Et elle devait le comprendre. Nous n’étions plus dans ce château que m’avait vu grandir, et je n’étais plus une enfant. Mais surtout, je n’étais plus une Princesse qui n’en portait que très rarement le titre. Les choses étaient désormais bien trop différentes et aussi étranges que cela puisse être, elle devait le comprendre et s’en accommoder. Un ou une autre que moi t’aurait fait couper la main pour ton geste, et cela peut importe tes raisons. lui dis-je en guise d’avertissement. Ce n’était pas une menace mais un fait. Si l’un de mes gardes avaient été présents, elle ne s’en serait pas sortie avec une simple réprimande verbale.

Je pris sa main pour la poser sur mon ventre en sentant Aeden bouger. Il était important qu’elle comprenne que ce n’était pas contre elle personnellement. J’étais heureuse de la retrouver, même si, entre nous, les choses étaient désormais différentes. Je ne la rejetais pas. Elle devait simplement faire preuve de plus de prudence voilà tout. Je riais quand elle affirma qu’il était déjà bien vigoureux. Selon Yesaminda c’était un très bon signe de sa bonne santé. Puis la jeune femme me questionna sur ce que cela faisait d’attendre un enfant avant de m’assurer qu’elle n’avait pas à me pardonner la mort de son époux. Je secouais la tête de gauche à droite. Quoi que tu en dises, quoi que tu en penses, c’était là ma responsabilité. Et sa mort sera un fardeau que je porterai… Et pour répondre à tes questions, c’est tout simplement… Etrange. Je ne saurais être de bons conseils et de bonnes explications. Ma grossesse n’est pas commune. ajoutais-je le regard un peu plus sombre et les poings sous l’eau serré. Tout cela c’était la faute de Hoare et il me tardait de lui ôter la vie. Une brise se leva, emmenant avec elle un air bien plus frais. L’hiver était en marche, cela ne faisait plus le moindre doute. Ne t’attarde pas trop. Tu risquerais d’attraper froid dis-je à la jeune peyredragonnienne, avant de revenir vers la jetée où Kora m’attendait avec une chemise propre et sèche. Elle m’enroula immédiatement avec avant de poser sur mes épaules une épaisse fourrure. J’adressais un vague signe de la main à Isla avant de m’éloigner et de rejoindre la tente qui avait été montée pour moi.

(hj : je le cloture vu qu’il commence à dater ! On pourra s’en refaire un plus d’actualité ;) )






[/quote]
[/quote]









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 2399
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Across the sky   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Across the sky
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans
-
Sauter vers: