Liens utiles
Dernière intrigue
Journal des évènements
Cartes de Westeros
Localisation des persos
FAQ de BC
La parole aux membres
On vote !

Top 1Top 2Top 3



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]
MessageSujet: Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]   Mer 31 Jan - 19:23


Au milieu des rires, mots et expressions des soldats on ne pouvait qu'à peine distinguer le bruit des armures des pauvres en plein tour de garde. Le regards étaient tournés vers le cœur du camp. Près du feu un vétéran comptait son expérience de la guerre et des combats, il y a une vingtaine d'année, lorsque le précédent souverain de l'Ouest est mort. Les hommes boivent ses paroles et applaudissent le talent de conteur du vieux guerrier.

Chevalier depuis de nombreuses années il était déjà un combattant d'expérience à l'époque, pourtant son discours aujourd'hui change des éternelles histoires dont ses compagnons d'armes n'ont que trop entendu le son. Un peu plus loin, sur une bûche, se trouve la cible des quelques histoires de guerre. Le regard des hommes change fréquemment, se posant sur cette cible tandis que l'homme explique ce qu'il sait et ce dont il se souvient.

« J'étais à côté du Roi Arwin le jour fatidique, je m'en suis toujours voulu de ne pas avoir réussi à empêcher cela. C'était un homme dur, mais un grand commandant et un grand soldat. C'était une véritable perte pour tous. Lorsque la retraite fut sonnée, la plupart des soldats étaient dévastés par cette nouvelle. »


La voix de l'homme se fit plus calme, emprunte de respect et de nostalgie. Il se tourna et fixa à nouveau l'homme plus loin.

« Si nous avons tenu la suite du siège, si nous nous sommes préparés c'est car il restait un commandant de valeur à nos hommes. Un gamin pour beaucoup. Pourtant il avait une motivation et une fougue qui motivèrent même le plus peureux de nos soldats. Avec les autres chevaliers nous avons suivi sans bronché ce plan. Et lorsque le jour vint, la bataille se déroula bien. Ou tout du moins, aussi bien qu'un carnage ne peut se dérouler. »

Son regard revint vers un interlocuteur un peu plus loin, qui semblait plus qu'attiré par les récits du vétéran. Un gamin, chevalier depuis peu, n'avait jamais connu un champ de bataille. Le Vétéran rigola un coup, puis termina son histoire.

« Et ça gamin, c'est la raison pour laquelle je me moque que nous soyons dix, cent, ou mille. Après ce jour, j'ai gardé la foi et par les sept il faudra plus que la mort pour me la ôter. Alors ouais, qu'ils viennent, crevure de l'Empire, d'Harren ou de qui que ce soit. Je ne peux qu'avoir hate de les voir s'écraser contre les Lions ! Et je rugis ! »


L'homme dressa son verre, accompagné par ses camarades de beuverie. Loren le suivit aussi, sous le regard des plus jeunes qui peinaient à voir le siège de Port-Lannis comme un véritable et y voyaient plus une légende faite pour embellir le Roi qu'un réel fait d'arme. Il était difficile d'imaginer Loren comme un commandant émérite lorsque l'on parle plus de lui aujourd'hui pour ses talents au lit.

Il est difficile de le voir comme un guerrier lorsqu'il n'a que le mot paix à la bouche. Le regard respectueux de leurs aînés était sans-doute la seule chose qui les faisaient douter. De son côté le Lion n'avait pas pipé mot, laissant l'homme conter la bataille de belle manière. Lui ne l'évoquait pas, ou peu, ce n'était pas le genre de chose qu'il aimait. Il ne se souvenait ni des chansons, ni des cri de joies après la victoire, il se souvenait de l'odeur, du bruit et de l'allure de la bataille. Il se souvenait de la boucherie et non pas du festin du lendemain.

Le Roi se leva, laissant les hommes boire et manger entre eux. Son regard c'était posé sur un jeune homme, un peu plus loin, il n'avait pas connu cette guerre, mais au moins avait-il déjà connu un champ de bataille. Le Lion vint s'asseoir à côté de son beau-fils, le regard fixé sur le vétéran en train de boire. Pour une fois qu'il passait la soirée autre part que dans sa tente, les hommes s'étaient sentis obliger de conter ses grandes qualités. Malgré tout on ne disait du mal d'un Roi que dans son dos.

« Et toi, qu'est-ce qu'il te reste de ton champ de bataille aujourd'hui ? »


Le Lion posa au sol son gobelet, vide, puis planta son regard sur le meilleur ami de son fils.



Hear Me Roar
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi de l'Ouest
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Un Lannister Paie toujours ses dettes !
Messages : 549
Membre du mois : 75
Célébrité : Nikolaj Coster-Waldau
Maison : Lannister
Un Lannister Paie toujours ses dettes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]   Jeu 8 Fév - 22:54

Le regard perdu dans la contemplation des flammes, j'écoute sans vraiment me concentrer les échanges entre les soldats qui racontent une nouvelle fois les récits de guerre auxquels ils ont participé. Cette fois, c'est le Roi qui est la cible des histoires et j'ai un bref sourire absent alors que j'arrive à mieux capter certaines phrases que d'autres. Il faut dire que le voyage de retour diffère grandement du trajet inverse et j'ai une pensée pour Jeyne, chaudement installée dans une tente un peu plus loin. J'ai passé un peu de temps avec elle tout à l'heure, partageant un bol de ragoût alors que je voyais que ce voyage a un effet des plus négatifs sur son humeur. Mais je n'y peux pas grand-chose. Sa place n'est pas au milieu de ces hommes un peu éméchés qui aiment à parler de la façon la plus épique de taillader leurs ennemis.

Je sursaute quand j'entends les chopes qui s'entrechoquent et je fronce les sourcils en regardant la mienne encore totalement pleine. Je n'ai pas vraiment le cœur à boire ces derniers jours, comme si j'avais besoin de garder les idées claires, alors qu'en réalité, à voir la quantité d'hommes qui nous entourent, je peux me laisser porter par la masse sans plus me soucier de rien. J'étire ma jambe avec une grimace de douleur, avant d'écarquiller les yeux quand je vois le Roi en personne prendre place à côté de moi. J'avoue, je ne m'y attendais pas du tout. Et je sens les regards des autres soldats peser sur nous l'espace d'un instant, avant que chacun ne reparte dans sa conversation. A croire que j'ai réussi à vraiment faire partie du décor cette fois, avec ma mine un rien fatiguée, mon boitillement qui commence à peine à se résorber et mon sourire qui n'est plus aussi fringant qu'avant. Certains diraient que j'ai perdu de mon arrogance. Ils n'auraient pas tort. Je me rends compte que je n'ai pas esquissé le moindre geste en direction du Lion et je finis par hocher la tête, me décalant légèrement, non sans crisper la jambe, pour lui laisser plus de place. "Votre Majesté… navré, j'étais plongé dans mes pensées."

Je me fige à sa question et je fronce les sourcils avant de laisser échapper un rire. "Mis à part le fait que les sauvageonnes n'ont absolument rien de féminin et frappent aussi fort que les hommes ? Je crois que mon épaule s'en souviendra longtemps." Je me masse au niveau du coup que j'ai reçu il y a quelques mois de cela et j'ajoute, attrapant ma chope à deux mains alors que je fixe le liquide sans vraiment le regarder. "Je ne suis pas comme ces vétérans. Mon expérience s'est limitée à une bataille sanglante et à l'attaque en piqué d'un dragon sur nos ennemis. Alors, je vous avoue que je ne suis pas sûr de la réponse à apporter en réalité. D'autant que je n'arrive pas à parler fièrement de ce que j'ai pu voir ou faire… Est-ce que ça vient avec le temps ?" Question bien naïve je suppose mais, en comparaison des hommes qui m'entourent, je reste inexpérimenté et naïf non ? Malgré ce que j'ai pu vivre ces derniers mois en tout cas.  


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1541
Membre du mois : 78
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]   Sam 10 Fév - 21:33


Le jeune chevalier se décale, laissant place au lion. Ce dernier porte un bref regard sur la jambe de son beau-fils, blessure de guerre ne sera pas la dernière. Loren se retient de plaisanter  là-dessus, il n'est jamais aisé de partir jeune sur un champ de bataille, il n'est pas non plus aisé de voir ce qu'il avait vu lorsque la mission devait être une simple escorte diplomatique. Le Lion reporta rapidement son regard sur son verre, qu'il porte à ses lèvres.

Il s'excuse pour son moment d'absence, Loren n'y prête pas vraiment attention et ne répond pas. Il ne lui en tint non plus rigueur, la fatigue était présente et le jeune homme était encore blessé. Tant d'excuses pour le fait qu'il n'avait pas réagi aussitôt. Patiemment le Roi attendit la réponse du chevalier à sa question, celle-ci fut ponctuée d'un petit rire, tandis que Gareth donnait son expérience des sauvageonnes au combat.

Le Roi pouffa un instant lorsque le jeune homme lui fit part de ce qui lui était arrivé dans le nord. Loren ne dit guère plus que cela, il n'avait pour sa part jamais affronté de sauvageons, mais il ne doutait pas de la férocité de ceux-ci. Le jeune homme attrapa sa chope et vient donner sa véritable réponse. Il ne sait pas vraiment, il n'a pas vu tant de monde que cela et ne peut pas vraiment être fier de ce qu'il a vu. Naivement, il interroge le roi si le temps est un remède à ceci. Loren haussa les épaules et vient fixer les hommes un peu plus loin.

« Tu sais, tous ici ne sont pas vétérans. Certains sont de jeunes chevaliers, comme toi, avec peu, ou pas d'expérience de la bataille. En général tu entendras plus ceux-ci avoir hâte d'aller à la bataille. »

Un petit sourire malin sur les lèvres il tourne la tête vers le chevalier, puis reprend la parole.

« J'ai combattu pour la première fois il y a des années, pourtant je n'ai jamais affronté de sauvageons ou vu de dragon brûler des ennemis. Tu vois, en soit tu as une expérience que bon nombre n'ont pas. »

Son regard se baisse. Sa mine d’assombri, puis doucement le Roi de l'Ouest vient répondre. S'il gagnerait à s'habituer avec le temps ? Lui seul pourra répondre d'ici quelques années.

« Le temps ? Cela fait plus de vingt ans que je n'ai mis le pieds sur un champ de bataille. Ce dont je me souviens ? Pas des chants, de la boisson ou des rires après la victoire. Je me souviens du bruit, de l'odeur et du chaos. Je me souviens du bruit que font les hommes lorsqu'ils meurent. De l'acier lorsqu'il transperce la chaire ou se heurte à une autre arme. Je me souviens du bruit des chevaux paniqués au milieu d'une mêlée. De celui des jeunes tenant pour la première fois une arme, fuyant lorsque le frère se fait couper en deux devant eux. »

Il soupire, puis reprend, peu enthousiaste.

« Je me souviens de l'odeur du sang, mêlée à celle de la boue. De l'odeur des hommes lorsqu'ils ne peuvent se retenir de pisser ou de chier. De l'odeur de la sueur ou de celle des cadavres. Je me souviens de l'odeur des hommes n'ayant put changer d'armure depuis des jours, de l'haleine d'un homme au moment de sa mort. »


Il fait une nouvelle pause. Visiblement plongé dans des souvenirs qu'il avait eu trop jeune également.

« Je me souviens de la quantité d'hommes au sol, pleurant, priant, donnant leur dernière volonté ou demandant à ce que l'on puisse les épargner. Je me souviens des fermes brûlant au loin, des carcasses jonchant la route du Roc. Des femmes pleurant leurs fils et leurs maris. »

Il releva son regard et le planta dans celui du chevalier.

« Je me souviens de ce que l'on tait dans les chansons. »

Les hommes plus loins continuent de festoyer. Les vétérans occultent l'enfer du champ de bataille par des chants et des sourires suite à la victoire. Les plus jeunes rêvent de la gloire après la victoire. Mais ils ne pensent pas à la réalité, à ce à quoi ressemble une bataille, une vraie, une grande bataille. Le Roi porte à ses lèvres son gobelet, qu'il finit en quelques instants, puis le repose au sol.

« N'écoute pas les vieux fous qui te parlent de la gloire ou de l'honneur du champ de bataille. C'est une boucherie, un chaos, un lieu sans foi ni loi. Tous ceux qui clament avoir gagner leur gloire par le fil de l'épée ont bien souvent finis par arracher le cou de leur ennemi avec les dents, par peur qu'il ne leur plante une lame dans le ventre. La guerre ne s'apprend pas avec un maître d'arme. On la subit sur un champ de bataille. »


Et c'est bien pour cela que Loren avait refusé de combattre depuis des années, se réfugiant dans les femmes et l'alcool afin de ne voir que ce qu'il y avait de bien dans le pouvoir et non pas tous les nuages qui viennent aujourd'hui occuper ses soirées.

« Ne va pas croire que ton avis compte moins que le leur dans tous les cas. Lyman a une grande confiance en toi et tu as montré valoir autant qu'eux en protégeant la princesse jusqu'à Vivesaigues. »


Il hocha la tête un instant, puis reprend la parole, plantant à nouveau son regard dans celui du Kening.

« Dis-moi. Réellement. Qu'as tu pensé de l'idée d'envoyer Jeyne à Vivesaigues ? »

Au fond le souverain du Roc avait une idée en tête.



Hear Me Roar
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi de l'Ouest
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Un Lannister Paie toujours ses dettes !
Messages : 549
Membre du mois : 75
Célébrité : Nikolaj Coster-Waldau
Maison : Lannister
Un Lannister Paie toujours ses dettes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]   Jeu 15 Fév - 19:28

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours admiré Loren Lannister. Lorsque j’étais enfant, je me cachais pour écouter les soldats parler de ses hauts faits, les yeux légèrement écarquillés alors que j’essayais d’imaginer ce que cela pouvait donner en vrai. Et puis, je n’oublierais jamais la façon dont mon père parlait de lui. Avec ce mélange de respect, d’admiration et ce je ne sais quoi qui me confortait dans l’idée que s’il devait repartir combattre pour lui, ce serait un honneur pour mon père. A cette pensée, mon coeur se serre et je secoue la tête, me focalisant sur les paroles de mon Souverain. J’ai un sourire quand il pouffe de rire à ma répartie, plutôt satisfait que mon trait d’esprit ne soit pas tombé à coté. Si je hoche la tête à ses propos, je ne peux m’empêcher de lâcher, pensif. « J’ai pourtant eu le sentiment que bien des vétérans n’avaient qu’une hâte, lorsque nous étions dans le Nord, c’était de retourner au combat. Comme s’ils ne savaient plus faire que cela ou que rien ne serait assez suffisant pour étancher cette haine qu’ils avaient envers leur ennemi. » C’est peut-être ça qui me manque et je n’ose pas vraiment dire à haute voix. Ce sentiment viscéral de haïr un peuple, un homme, d’être prêt à tout pour en voir la fin. Je ne vais pas m’en plaindre et j’avoue que j’aimerais que les choses restent ainsi. Même si j’en doute de plus en plus à mesure que le temps passe.

Si j’ai un bref sourire quand il me dit que j’ai une expérience que bon nombre n’ont pas, je ne dis rien, presque hypnotisé par les paroles que tient le Roi. Il arrive à mettre des mots sur des sensations que je n’avais encore pas réussi à définir. Et de l’entendre dire qu’il ne se souvient pas de la gloire, mais du reste, a quelque chose de rassurant. Comme lorsqu’un enfant entend son père lui dire que lui aussi, il a pu avoir peur. Je laisse alors filer, d’une voix hésitante. « … je me souviens des cris et de l’odeur du sang. Ils ont… enfin tous les sauvageons survivants ont été crucifiés. Ils ont agonisé pendant des jours. Je n’arrivais pas à dormir tellement j’avais le sentiment que jamais leurs voix ne s’éteindraient... » J’ai fini dans un murmure, fixant le vide avant de finir mon verre d’une traite. Si les cauchemars se sont mués en souvenirs, je sais qu’ils ne disparaîtront jamais. Et ce qu’il me dit ne fait que me conforter dans mon idée alors que je hoche de nouveau la tête à ses propos. « J’ai eu l’impression que rien de ce j’avais appris n’aurait pu me servir lorsque je me suis retrouvé sur le champ de bataille. Comme si je n’étais qu’un fanfaron incapable de me défendre. Mais je sais que le regard des soldats qui étaient autour de moi a changé quand ils ont vu que je n’avais pas fui. Incompétent ou pas, je suis resté avec mon épée à la main, prêt à mourir pour Lyman s’il le fallait. Je ne sais pas si ça fait de moi un combattant, mais ça m’a conforté dans mes priorités. »

J’ai un regard en direction du Roi et je finis par tousser un rire en haussant brièvement mon épaule valide. « Beaucoup me voient encore comme le gamin qui s’amusait à mettre un pied sur la robe de Meg...ara lorsqu’elle apprenait à danser quand nous étions enfants. Ou le jeune idiot qui passait son temps libre dans les tavernes. Je ne peux pas leur jeter la pierre mais… je suis flatté de savoir que le Prince a confiance en moi. Quant à la protection de la Princesse... » Je me renfrogne sans même m’en rendre compte mais je finis par lâcher, à contrecoeur. « Je n’aurais rien pu faire si le dragon n’était pas arrivé. Je lui avais fait promettre de fuir si nous tombions dans une embuscade comme celle-là mais je ne sais pas si cela aurait suffit. Et je n’ai pas été assez attentif » J’inspire longuement, essayant de détendre mes muscles brusquement contractés avant de froncer les sourcils à la question du Roi. Elle n’est pas innocente, surtout à voir son regard planté dans le mien. Et je laisse filer un silence hésitant avant de souffler, cherchant mes mots avec soin. « … c’était… dangereux. Trop dangereux pour les avantages que cela aurait pu apporter au royaume. Mais personne ne pouvait deviner que nous serions attaqués de la sorte. » Voilà qui me paraît assez neutre, pour le moment. Mais je gage qu’il ne sera pas vraiment dupe en réalité, même si cela me permet de gagner quelques instants pour essayer de comprendre où il veut en venir.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1541
Membre du mois : 78
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]   Lun 19 Fév - 18:43

Loren acquiesça doucement. C'était on ne peut plus vrai, bizarrement une part de ceux ayant vécu la guerre semblait n'avoir qu'une hâte, revoir un champ de bataille. Le Lannister ne comprenait pas vraiment cet engouement pour la mort et la bataille, il se disait qu'ils cachaient leur peur d'un champ de bataille derrière un fausse bravoure mal placée. Il n'avait pas hâte de retourner sur un champ de bataille, ni même de tirer à nouveau l'épée.

A cette pensée son regard descendit jusqu'à sa lame, cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait pas utilisée pour autre chose qu’anoblir ou pour frimer. Les entraînements se faisaient avec d'autres armes et le Lannister n'avait pas combattu depuis... Depuis la dernière guerre. Certains parlaient encore de lui comme un grand guerrier, comme quoi la réputation traversait les âges plus facilement que le talent.

Aujourd'hui Loren n'était plus certain d'être capable d'affronter à armes égales un chevalier rompu au combat, ou bien de diriger une armée avec la fluidité qu'il avait pu avoir dans le temps, car après deux décennies de sommeil, le Lion ne se lève pas en pleine forme. Loren se souvenait des sensations, mais elles étaient presque irréelles, fausses, tant il avait forcé pour les oublier. Le regard du Roi se posa sur le chevalier lorsqu'il donna ses souvenirs.

Il se souvenait des cris et du sang. Suite à la bataille les sauvageons avaient été crucifiés, ils n'étaient pas morts vites, mais avaient agonisés pendant longtemps. Le jeune chevalier avait été marqué par l'évènement visiblement. Le regard du Roi se détourna alors, scrutant l'horizon. A leur venue vers Vivesaigues ils avaient décrochés ce qu'il restait des corps des Ouestriens crucifiés par l'Empereur. La première délégation avait du voir les corps également, le Roi garda sa question sur ce sujet, se contentant de commenter.

« Ce n'est pas une fin souhaitable en effet. Les Nordiens ont... Une certaine habilité à imiter la barbarie des sauvageons apparemment. »

Sa main se serra un instant sur ses jambes, Lord Serett avait fait de grandes erreures, avait sans-doute commis des atrocités. Mais laisser ainsi les corps au bon plaisir des corbeaux à la vue de tous n'était rien de plus qu'un acte que le Roi de l'Ouest ne pouvait cautionner, ou pardonner. L'Empire en avait voulu à l'Ouest, si bien que le Lion avait gardé au fond de lui ses pensées, mais les actes de l'Empereur n'étaient pas excusables, qu'importe qu'il y est prit plaisir ou non.

Le Kening s'exprima sur son expérience du champ de bataille, comme quoi ce qu'il avait apprit n'avait guère était très utile. Doucement Loren acquiesça, il disait vrai. Ou tout du moins le Lannister pensait la même chose. Puis le garde princier continua, parlant du regard des autres sur lui, du rôle qu'il avait put jouer au milieu de la bataille. Le Lion le laissa finir, puis répondit calmement.

« Avoir un commandant à ses côtés ne peut qu'encourager. Même le plus lâche des paysans se sentiraient mal de laisser un jeune homme devant et de fuir sans demander son reste, il est plus difficile d'abandonner ceux avec qui on a passé du temps que l'on ne peut le penser. Si un commandant est devant ses troupes, elles avanceront. »

Il fit une pause, puis reprit en nuançant ses propos.

« Mais si un commandant est derrière ses troupes, elles ne reculeront pas. Il est inutile d'aller mourir au milieu du champ de bataille pour une gloire que l'on aurait pas. Lorsque l'on commande une armée, il faut choisir le bon moment pour prendre les devant et non pas charger sans réfléchir, dans l'espoir que l'on ne soit pas tué. Commander et combattre sont deux choses bien différentes. »

Le Lannister eut un petit sourire, puis commenta une dernière fois ses mots.

« Souviens toi de ça, dans les temps qui viennent tu auras sans doute à faire cette différence. »

Le Kenning semblait apprécié la confiance de son ami d'enfance, pourtant devait-il déjà le savoir, il était marié à une Lannister et ami depuis des années d'un autre, sa parole avait déjà du poids au sein du Roc, qu'il le veuille ou non. Lorsqu'il parla de l'embuscade, il diminua son rôle, apparemment il n'avait pas été assez attentif et avait été peu utile au milieu de l'action. Le Lion haussa les épaules puis reprit.

« Peut-être. Je n'étais pas là pour juger de l'attention que tu as porté. Tout ce que je juge est là : Jeyne est vivante, toi également, ta mission est donc un succès. Ne va pas penser que tu as échoué lorsque le résultat est celui voulu à ta mission. »

Puis finalement le jeune chevalier vint répondre au Roi, donnant son avis. Il jugeait la mission trop dangereuse pour les gains qu'elle pouvait amené, malgré le fait que personne ne pouvait prédire l'embuscade. Loren acquiesce tandis que le jeune homme parle. Le Roi n'aurait jamais du laisser la princesse quitter l'Ouest sous si faible escorte. Doucement le Lion reprend la parole.

« Non en effet. Personne ne pouvait prévoir. Mais faute de prévoir, nous pouvons préparer. »

Il fit une pause puis soupira, ses avants-bras vinrent se reposer sur ses cuisses tandis qu'il fixait le sol en continuant.

« Tu as raison. C'était trop dangereux. Envoyé Jeyne de base n'était pas chose à faire étant donné son... Etat. Et avec si peu d'hommes encore moins. »

Son regard remonta jusqu'au jeune homme, puis le balaya de la tête aux pieds.

« Tu est perspicace. Merci pour ta réponse franche, ainsi que pour les services que tu rends au Roc. Ser Kening, durant ce voyage vous avez prouvés votre courage et votre loyauté envers la maison Lannister de Castral-Roc. J'aurai aimé que tu puisse dire ton avis sur cette mission avant qu'elle ne quitte le Roc. Pas toi ? »



Hear Me Roar
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi de l'Ouest
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Un Lannister Paie toujours ses dettes !
Messages : 549
Membre du mois : 75
Célébrité : Nikolaj Coster-Waldau
Maison : Lannister
Un Lannister Paie toujours ses dettes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque l'avenir parle souvenirs [PV : Gareth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'avenir démocratique d'Haiti est menacé...
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» L'avenir dira le reste.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans
-
Sauter vers: