Partagez | 
Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]
MessageSujet: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Mer 24 Jan - 19:57


 « Ser Orys, votre bras est complètement guéri ! Vous pouvez vous estimer heureux, et j'en suis certain, vous le serez amplement. »

La voix du mestre était assurée, même s'il savait parfaitement, tout comme l'intéressé, que le bras dont ils parlaient n'était pas en pleine santé. Mais la visite du vieil homme, aujourd'hui, n'avait pas pour but de savoir s'il fallait encore apporter des soins. Il s'agissait de vérifier que le bâtard légitimé était capable d'utiliser son bras droit, son bras d'épée, sans trop de mal.

 « Amplement est peut-être fort, comme mot. »

 « Certes, maître, mais au moins vous semblez capable de le maintenir en place pendant un bon moment. Avez-vous ressenti des crampes ce matin ? Ou des démangeaisons ? Avez-vous eu des blocages ? »

 « Non, mestre, et vous le savez déjà. J'ai été à l'entraînement, et je n'ai pas eu de problèmes pendant presque une heure. Les seuls problèmes que j'ai, c'est pour lever le bras, où je sens une raideur et parfois une douleur. »

Le vieil homme rassembla ses affaires et s'inclina, faisant mine de partir.

 « Bien, ser. N'oubliez pas d'être prudent. Sa Majesté serait contrariée d'apprendre que son compagnon d'armes se soit de nouveau brisé le bras. Mais quelle idée, aussi, d'arrêter un coup de masse avec votre bras ? »

Pour toute réponse, Orys adressa un sourire malin au mestre, puis se rhabilla pour sortir. L'hiver venait de commencer, et il faisait froid. Très froid, notamment à cause des murs de pierre de Vivesaigues. Il enfila donc un surcot portant les couleurs de sa maison – les Baratheon, dont il était le seul représentant à l'heure actuelle – par-dessus son pantalon et sa chemise de lin. Il préféra laisser son épée d'acier valyrien là où elle était : il n'en aurait pas besoin pour aller voir Torrhen. Il sortit donc de la pièce qui servait de chambre pour sa simple personne, puis se dirigea vers celle qui abritait l'empereur.

En chemin, il croisa des chevaliers, des servants ; comme toujours, il avait du mal avec ceux qui inclinaient le buste ou la tête sur son passage. Etant un bâtard à l'origine, il ne saurait sans doute jamais s'il devait remercier Rhaenys d'avoir fait de lui un noble d'importance. Même s'il était sans doute le seul homme d'importance à avoir une famille composée d'un seul membre. Mais cela était censé changer bientôt, quand son fils naîtrait. Son front se plissa à cette pensée. Pour en avoir discuté avec Baâl, il se discutait pas mal de choses à ce sujet. Et il avait surtout hâte qu'une vraie décision soit prise. Quelle qu'elle soit.

Il arriva alors à la pièce où se trouvait Torrhen. En entrant, il constata avec un brin de contrariété qu'ils n’étaient pas seuls ; un scribe et deux servants se trouvaient là. Il retint un soupir. Ça voulait dire qu'il faudrait respecter le protocole – pour le moment.

 « Votre Majesté, vous m'avez fait demandé ? »

Evidemment, que c'était le cas. Mais le protocole, toujours le protocole... c'était d'un lourd.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Lun 29 Jan - 21:28

Je dictais les ordres les uns après les autres. Pour avoir potassé rapports et cartes depuis des semaines, j’avais tout en tête. Du moins l’essentiel. Ce qui me concernait directement. J’avais commencé par les ordres donnés au nord de notre position, puis par ceux de l’armée impériale unie de Vivesaigues, et j’avais ensuite envoyé leurs nouvelles aux autres commandants d’unités et de places fortes de l’Empire. On n’avait pas voulu du plan d’attaque pendant les festivités du mariage de mon fils, mais il était plus que temps de se mettre en route. A l’ouest, on disait que le mauvais temps assaillait les côtes, même s’il faisait encore relativement bon et doux aux Jumeaux. Ici, il neigeait ou pleuvait par intermittence. Mes informateurs me soufflaient que le temps était plus clément au sud-est, vers Pierremoutiers. L’hiver était là, mais il n’était pas encore en mesure de tous nous renvoyer chez nous. Pas si je pouvais m’y soustraire, en tout cas. Je continuais ma dictée, me frottant les yeux et la barbe, râpant ma main contre le poil dru de ma pilosité faciale, qui avait réchappé, contrairement à d’autres parties de mon visage, à la hache de ce fichu fer-né. Il n’y avait que le coin de la moustache qui avait été impacté, et s’abrégeait un peu plus tôt qu’avant, me redressant le coin des lèvres. Qu’importe. Je devais rester concentré.


| Et une prime d’enrôlement, fixée par les capitaines de garnison, pourra être attribuée aux volontaires de la milice, dont l’équipement devra être prélevé dans les dépôts de Salins, des Epois ou d’Herpivoie pour ce qui concerne le nord-est du Conflans. De plus, l’activation de ces unités de réserve sera conditionnée au… |


Un garde Demalion, tout de plates vêtu, fait son entrée dans la pièce après avoir toqué. L’homme sait qu’il peut me déranger à tout moment lorsque je dicte des ordres ; il n’y a que les rendez-vous privés que je ne souhaite jamais interrompre, car les négociations peuvent parfois s’avérer particulièrement délicates et la moindre interruption pouvait parfois tout remettre en question. L’homme me salue et m’indique que le Prince de Peyredragon est arrivé, comme je l’avais fait mander. J’avais déjà échangé avec Forel, commandant officiel de l’armée de Peyredragon. Mais je voulais aussi échanger avec mon beau-frère… Dont l’histoire et le combat me rappelaient ceux de mon frère Brandon, une vie plus tôt. L’homme arrive, visiblement remis de ses blessures, en tout cas bien apprêté. Je le salue d’un signe de tête quand il me salue. Un regard vers les deux grattes-parchemins et les serviteurs, qui s’inclinent et sortent tour à tour. Laissant le vin, dont je sers moi-même deux coupes, et en tends une au dragonien.


| Baratheon. | le saluais-je en entrechoquant mon godet contre celui que je venais de lui fourrer en main. | Je pars demain aux aurores, après une dernière revue d’armes. Tu te sens les épaules de suivre Forel ? Le plus dur nous attend ; Harren a moins d’hommes que jamais, mais il vendra chèrement sa peau. On sera assez nombreux… Mais assez forts ? La troupe aura besoin d’inspiration. |


Je laisse mes paroles traîner en suspend et mon esprit se perd une seconde. Neige. Buron. Je me gifle mentalement.


| Ta sœur n’est pas au mieux de sa forme. Tu as sans doute lu son discours ; elle a été empoisonnée par notre ennemi, et se remet doucement. | Je disais cela sur le ton de l’évidence, tout le monde maintenant, devait être au courant, et sans aucun doute le lui avait-elle déjà dit elle-même. | Nous devons en finir avant que l’hiver ne vienne pour de bon. Tu commanderas la cavalerie de ton pays. Te sens-tu assez bien pour cette tâche ? |









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Mar 30 Jan - 12:48

Orys resta un instant le regard perdu dans son gobelet. Oh oui, il était au courant pour Rhaenys. Et il savait aussi qu'il ne devait pas laisser ces considérations pénétrer trop loin dans son esprit. Il savait qu'au combat, il devait avoir la tête vide de toute considération extérieure, sinon il risquait d'y passer de nouveau. Comme à Buron... il réprima un frisson et releva la tête, pour ne plus y penser. Ce sinistre épisode appartenait au passé, il était donc inutile de revenir dessus. A moins que Torrhen ne souhaite lui-même en parler, mais il doutait que ce soit le cas. Les deux hommes avaient appris à leurs dépends que l'Empire était loin d'être invincible, comme leurs vies étaient tout à fait vulnérables, comme pour n'importe qui.

Une pensée qui le ramenait inévitablement à la guerre.

 « Suivre Forel ne devrait pas trop poser de problèmes. Commander non plus. Reste à savoir ce qui nous attends. Harren a chèrement défendu sa peau une fois, comme nous le savons tous les deux. Cette fois, il sait que le marteau va tenter de s'abattre sur l'enclume où on l'accule. Il doit défendre, et surtout, il doit gagner. Qu'importe comment, mais il doit parvenir à la victoire. Un ennemi acculé et désespéré est dangereux, et se persuader que nous gagnerons facilement est une erreur. Trop de nos hommes le pensent, hélas. »

Il but, pour la première fois, une gorgée de son gobelet. Le liquide lui fit du bien, malgré le goût amer qu'il lui laissait. Il avait toujours eu du mal avec le vin, même à Dorne. Surtout à Dorne, où il était meilleur et plus fort.

 « Forel et moi... qui d'autre aurons-nous pour cette bataille ? Whent ? Et à quoi devons-nous nous attendre ? Si tu peux ou saurais m'en dire davantage. La moindre rumeur, la moindre information ou certitude sur Harren, son opinion et son armée pourrait nous être utile. D'autant que tu pars très bientôt, alors il vaut mieux que je sache tout autant que possible. Ou du moins, que ce soit frais dans ma mémoire. Forel peut me pardonner d'avoir du mal à lever le bras, mais il ne pourra pas me pardonner de ne pas savoir contre quoi nous nous battons. »

Et la guerre serait perdue. Il y avait beaucoup d’enjeux autour de cette guerre. Harren tenant tête par lui seul à l'Empire était un message fort et dangereux. La preuve que les Impériaux n'étaient pas invincibles, et qu'ils pouvaient eux aussi épuiser leurs armées. Il était imprudent de laisser trop longtemps un ennemi ralentir leurs forces ; mais il fallait se méfier de la précipitation. Foncer dans le tas pour en finir plus vite n'assurerait pas la victoire. Et même en l'obtenant, cela coûterait la vie à beaucoup trop d'hommes.

Non, la tâche n'était pas aisée. Et Orys allait devoir s'en acquitter du mieux qu'il le pouvait.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Mer 31 Jan - 23:05

J’avais l’impression d’être une casserole d’eau posée sur un feu de camp, et que l’eau pour le moment ne faisait que frémir, avant d’être portée à ébullition. Ce résultat inéluctable, je le sentais arriver, mais sans pouvoir rien y faire, ni le précipiter, ni l’empêcher. Je devais simplement attendre, avec tout ce raz-de-marée d’émotions violentes qui me tiraillaient sans cesse et que j’enfermais sous un vernis bien soigné de calme et de pragmatisme. En quelques mots, je me sentais prêt à exploser. Enfin, j’allais pouvoir me confronter à nouveau à Harren. Six semaines avaient passé. C’était plus que tard, mais pas encore trop. Nous pouvions encore l’attraper avant l’hiver. Le Val n’avait pas bougé, ni l’Ouest. J’avais le champ libre pour en finir, mais cette fenêtre de tir n’allait sans doute pas rester ouverte bien longtemps. Orys Baratheon devait peut être ressentir la même chose que moi. C’était un guerrier. Mais un jeune. Il n’avait finalement connu la guerre, la vraie guerre, que depuis moins d’un an. Il avait bien rattrapé son retard, mais en un an, il s’était aussi attaché à beaucoup de choses. Dont sa femme sudienne, si ce que les missives partagées par Rhaenys étaient bien de sa main comme elle semblait le penser. Rien ne serait jamais facile avec cet homme-là.


Il me confirme qu’il est prêt à suivre Baal Forel. On aurait pu anticiper chez un autre une crise de colère et de jalousie, mais Baratheon savait que la situation était complexe, et que Forel et moi travaillions ensemble depuis avant Paege ; nous avions mené ensemble les armées coalisées jusqu’à la victoire. Orys Baratheon lui, n’avait participé qu’à de brillants combats mais sans encore gagner de véritables batailles. Il devait s’aguerrir sur ce registre, avant de prétendre à un commandement plus élevé. Prince ou pas. Jon n’avait pas vingt ans qu’il avait fait La-Mort-Aux-Loups, et la campagne la précédant. Baratheon était capable, mais comme moi, il devait se focaliser sur ses meilleures qualités.



| Je pense qu’ils ont encore pour beaucoup la crainte de l’horreur que nous avons dû combattre à Buron. Deux armées, coup sur coup… La première était notre cible, nous nous sommes préparés, nous avons su en sus saisir l’opportunité, mais la seconde… Je pense que le Noir nous mènera la vie dure. D’une manière ou d’une autre, la prochaine bataille majeure sera décisive, plus que n’aurait jamais pu l’être Buron. J’ai pu me relever d’une défaite, l’Empire ne peut s’en permettre une seconde. Et c’est exactement pareil pour lui, maintenant que nous avons saigné à blanc ses effectifs. Pour lui comme pour nous, c’est quitte ou double. |


Baratheon serait précieux, lors de la prochaine campagne. Il connaissait Harren, et lui avait survécu. C’était plus que ce dont pouvaient se targuer mon fils Jon et son nouvel encadrement, dont les vétérans avaient disparu, et plus aussi que Lyham et son propre état-major… Orys, à la tête d’une cavalerie même modeste, pouvait flairer le bon moment pour intervenir. S’il savait se contenir, et ne pas se laisser influencer par ses blessures, par sa colère, ou par le reste des sentiments qui l’imprégnaient.


Je n’aimais pas cet homme. Il entretenait une relation contre-nature avec ma propre femme.


Mais j’avais très vite aimé Rhaenys, en particulier parce qu’elle n’était comme aucune autre femme, vive et passionnée, et pour la raison essentielle, incontournable, qu’elle m’avait tout dit sans détour, d’une franchise sans borne et sans limite. Pour la première fois de ma vie. Orys et moi, de notre côté, avions vécu le moment le plus fort et impressionnant qui soit pour un homme ; sa propre mort. Nous avions été passés tous deux à tabac, enfin, surtout moi. Et emprisonnés. Menés sur l’échafaud, la corde au cou, le nœud resséré. Notre survie était un miracle, et même si nous étions rivaux, et même si nous n’avions pas grand-chose de semblable de prime abord, nous avions survécu ensemble. Quelque part, je le connaissais mieux que Rhaenys ne l’avait jamais connu, désormais, tout en ignorant ce qui faisait sa vie. Le Prince de Peyredragon m’interroge. Je ne le lâche plus du regard. A quel point puis-je me fier à lui, au final ?



[/i]








Spoiler:
 


Dernière édition par Torrhen Braenaryon le Dim 4 Fév - 17:47, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Ven 2 Fév - 12:49

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Dim 4 Fév - 19:41










Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Lun 5 Fév - 17:14

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Lun 5 Fév - 20:29











Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Mer 7 Fév - 20:32

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Jeu 8 Fév - 23:14










Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Ven 9 Fév - 15:32

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Jeu 1 Mar - 13:33

[Comme on est du domaine de l’hypothétique et qu’on ne parle plus plans militaires, je retire le hide]


Il fallait qu’on se sorte d’une quantité phénoménale de problèmes. C’était la rançon du pouvoir. Je ne voulais pas de tout ça, un an plus tôt. Je menais trente mille hommes vers le sud, avec de grosses réserves, et une collectivisation sans précédent de l’effort de guerre au Nord ; approvisionnements, matériels, renforts, entraînement, tout avait été revu, et sans fâcher personne. Le sentiment d’urgence et de survie des nordiens, submergés par quantité d’ennemis au nord comme au sud, nous avait permis de faire passer n’importe quoi. J’aurais sans doute pu aller plus loin. Créer l’embryon d’une véritable armée centralisée, et non simplement d’améliorer la procédure de levée de ban et simplifier le ravitaillement. Mais il y avait eu l’extension de la guerre. Le retour de l’est dans la balance des opérations. Et nous ne pouvions pas surmonter la totalité de ces obstacles sur nos routes. Jusqu’aux attitudes dans notre propre camp, qu’avec Rhaenys nous devions encore convaincre. A l’extérieur, l’Empire avait formé une résistance lisse, dure. Le vernis avait déjà commencé à se fissurer, avec une Sharra Arryn habile à jouer de nos dissensions, se nos problèmes interpersonnels en interne. J’ai un rictus amusé, lorsque le Baratheon me dit qu’il a les mains liées.


| Nous sommes tous prisonniers de notre devoir, nous autres, hommes d’honneur. |


J’en avais fait, des saloperies et des sacrifices, au nom de ce que je devais faire pour le Nord, puis pour l’Empire. J’avais épousé sa sœur pour nous gagner un allié de plus, et parce qu’elle n’avait pas voulu d’un Prince qui n’hériterait peut être jamais du trône. Une vraie alliance. J’y gagnais quinze mille hommes, un dragon, et une flotte de guerre au Ponant. Elle, trente mille hommes expérimentés immédiatement mobilisables, et mon nom. Mais elle ne me voulait pas, personnellement. Et j’avais su dès le premier soir, qu’elle ne serait jamais mienne non plus. Parfois, j’enviais les gens du peuple. Ces colons que j’avais envoyé dans les fiefs les plus désolés du centre-est et nord-est. Des individus libres de tout, qui pouvaient vivre comme ils l’entendaient, de ce dont ils étaient capables et fiers, auprès de gens sur qui ils pouvaient compter, et qu’ils aimaient. Moi, j’étais ici, à vivre sous le faste mensonger d’un titre creux tant que mon ennemi vivre, avec des obligations oppressantes, le besoin, sans cesse, d’aller au contact pour faire passer les choses. Je vivais mieux que jamais en campagne. Mais j’étais quand même fatigué. Buron avait beaucoup remis en cause, jusqu’aux piliers même de mon existence.


Je regarde fixement Baratheon, comprenant l’allusion. Le sexe guidait l’Homme depuis toujours. Vous aviez beau faire les plans politiques les plus détaillés, les plus poussés et précis, si vous tombiez sur un écueil personnel de ce genre, cela pouvait tout remettre en question. J’étais surpris en revanche, de son sentiment sur les dorniens. Impossible de rester dans une telle ambivalence entre rancœur et affection, de toute évidence. Il y avait eu quelque chose, avec Deria. C’était visiblement moins évident avec le reste de ce peuple. Je soupire, alors qu’il me demande frontalement ce que je pense de tout ceci.



| Cela aurait pu être une excellente solution dès le début, bien sûr. Mais ta sœur et la Martell se sont retrouvées piégées par les liens qu’elles avaient eux-mêmes désirés, avant qu’ils ne soient pervertis par la rancœur. Je ne t’ordonnerais rien. De toute manière, tu es encore légalement marié, et elle aussi. Avant d’envisager quelque avenir que ce soit, il faut encore surmonter ce blocage. Certains de mes conseillers pensent déjà que nous sommes victimes de croisade et de guerre, que la punition ne saurait être pire. Je respecte pourtant les croyances du peuple de l’Orage, que l’on dit très fier, voire impétueux. S’ils ont le sentiment que leur Reine floue sa religion en se remariant avec un autre alors qu’elle porte le fils d’un premier mariage qui ne s’est pas terminé par un veuvage, ça peut gronder. Même s’il est dornien, ce mari, et que Dorne a froissé tout le monde par sa veulerie politique. Je ne sais trop. Le choix principal en reviendra à Argella, de toute manière. Je dois encore y réfléchir. Je ne suis pas certain d’être le mieux placé, pour marier les gens. |


J’hésite, mais si je connais peu Baratheon, j’ai instinctivement confiance en lui. Buron nous a rapprochés ; nous n’avons pu compter que sur nous-mêmes pour survivre, et j’avais bondi vers la mort pour tenter de le dégager… Ou de ne pas le laisser mourir tout seul.


| Ma fille se plaît avec l’époux que je lui ai choisi, mais l’Ouest reste incertain, et menaçant. J’ai échoué à faire épouser Nord et Val. Les Durrandon m’ont repoussé Jon, et celui-ci, une fois marié à une riveraine, est disons loin d’être satisfait de la situation. |


Je pose ma main sur son épaule, entrechoquant ma coupe remplie à nouveau contre la sienne, même s’il avait arrêté de boire.


| Mais je sais ce que c’est que de faire un mariage qui tourne aigre. Rassure-toi, je ne te parle pas de ta sœur. Avec elle, les choses sont franches et honnêtes depuis le début. Mais je sais. Alors, si tu veux rompre ton mariage et ton serment envers Deria Martell, je te soutiendrais personnellement. |









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Jeu 1 Mar - 18:11

Orys fit doucement la moue, essayant de déterminer si Torrhen se moquait de lui ou non. Il avait toujours du mal à savoir si le Loup était sérieux, ou moqueur, parfois. C'était sans doute un mélange des deux, par moment. Là, il ne lui semblait pas être mesquin, mais peut-être que c'était une illusion ? Comme d'ordinaire lorsqu'on parlait de sa sœur, le bâtard légitimé se posait des milliers de questions et ne trouvait pas la réponse. Il ne savait pas quoi penser de tout ça, et il n'aimait pas qu'on lui rappelle – volontairement ou non – le souvenir que sa sœur était enceinte d'un autre homme que lui.

Parfois, il se demandait comment les gens réagirait si, par chance, Rhaenys et lui pouvaient prétendre à une union officielle. S'ils occupaient tous les deux un trône. Il se doutait que ça ne passerait pas forcément très bien. Personne ne pouvait comprendre la relation qui les animait. Même si lui, il se contenterait facilement d'une vie de fermier s'il le fallait. Il n'avait pas l'ambition de s'asseoir un jour sur un trône ; mais il le ferait s'il le fallait. C'était là, la différence. Et il n'aimait pas ceux qui désiraient par-dessus tout le pouvoir. Vivre était déjà un combat de longue haleine.

 « Argella devra attendre, de toute façon, qu'on soit capables d'abandonner quelques jours la guerre. Si sa décision devait se porter sur un mariage avec moi. »

La question du mariage avec Deria, dans l'esprit d'Orys, était claire. Mais peut-être que Torrhen avait besoin de l'entendre le dire, mot pour mot. Qu'il désirait rompre cette alliance de mauvais augure. Cette union qui n'avait, au final, eut aucun effet positif.

 « Je pense que oui, il est temps de faire en sorte qu'on abandonne définitivement Dorne. C'est un poids mort, ce mariage, et il en sera toujours ainsi tant qu'il existera. Assumons les conséquences de cet acte ; contrairement aux Dorniens, je n'essaierais pas de me dérober à mes obligations s'il doit y en avoir. Faire la guerre est une chose pour laquelle je suis doué, alors je ne risque pas d'abandonner. »

Il garda pour lui qu'en secret, il espérait que cette rupture de mariage lui permettrait de passer quelques temps auprès de Rhaenys. Il en doutait. Mais s'il avait la moindre chance d'y parvenir, alors il la saisirait. Il y avait bien trop longtemps qu'il n'avait pas senti le corps de sa sœur contre le sien, ni le goût de ses lèvres, et encore moins ses caresses. Etant enceinte, il doutait que leurs retrouvailles puissent aller bien loin. Mais au moins, passer un peu de temps avec elle, seul.

C'était tout ce qui lui suffisait.

 « Je crains que les événements ne nous permettent pas de réaliser nos souhaits avant un moment, de toute façon... »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   Ven 2 Mar - 22:30


Quand on y repense, les Enfants de Peyredragon sont nettement plus des séducteurs que je ne l’avais jamais été. Pour ce que j’en savais, Rhaenys avait eu pas mal d’amants. Loren Lannister, elle me l’avait dit. Son frère. J’avais su que le Prince de Dorne l’avait beaucoup appréciée et n’aurait sans doute pas dit non à rejoindre sa couche… Et on lui prêtait pas mal de succès, quand elle n’était qu’une dame de la maison Targaryen, en train d’éclore. Orys était de toute évidence du même bois. Argella, après Deria, Rhaenys… Et quand on le voyait, on ne pouvait pas avoir tant de doutes sur sa capacité à mettre le feu à quantité de donzelles. Jeune, courageux, aventureux d’après toutes les missions dont il avait été chargé, sans parler de son expérience militaire… Et le parti qu’il représentait, désormais. Tout ça me semblait tellement loin, maintenant. Cette époque, cette posture. J’avais eu Sigyn, pour marquer un énorme coup d’arrêt à tout ce qui autrefois m’avait rendu impétueux auprès des femmes. Et cela faisait des années que je n’avais plus à séduire quiconque ; ma couronne attirait celles qui me suffisaient à assouvir mes besoins. Il n’y avait pas à chercher plus loin. Au moins étais-je encore en capacité physique d’avoir des enfants. C’était toujours ça. Et ça n’avait pas traîné, avec Rhaenys. Je nuance un peu plus les propos d’Orys, à propos de la Reine de l’Orage.


| De toute manière, ça ne saurait se faire du jour au lendemain. Vous êtes tous deux engagés devant les dieux. Ou alors, il faudra passer diplomatiquement à l’offensive. |


Mias je n’avais pas le temps et pas les ressources pour ça. Je ne pouvais en aucun cas disperser mon énergie à courir après des ennemis aussi fuyants que les dorniens, prompts à l’insulte et à l’affront, mais que nous n’arriverions pas de sitôt à saisir. Je hochais la tête en terminant ma coupe jusqu’à la lie, étant totalement d’accord avec Orys. Se souvenait-il que je les avais mis en garde dès Goeville avec sa sœur, sur un rapprochement avec une Prince sans expérience, à la légitimité fragile auprès d’un peuple revanchard, et sans aucune certitude sur la réalité de leur intervention. Et pour le coup, si je m’étais fourré le doigt dans l’œil jusqu’au coude vis-à-vis de la fiabilité du Val, j’avais plutôt vu juste sur celle de Dorne. Des vivres et quelques coffres de matériel envoyés depuis le sud. C’était tout. Dorne avait mené sa guerre, de son côté, tout en cherchant à faire tomber l’Orage dans son escarcelle en jouant aux dominos avec des contrats de mariage déjà établis. Je coule un regard vers Orys, vers son bras. Il comprendra ce que je regarde, et pourquoi.


| Il va d’abord falloir te réentraîner, crois moi. J’ai été blessé assez de fois pour savoir qu’on laisse toujours un peu de soi à chaque bataille, même sans blessure traumatique. Pour Dorne, je te fais confiance. C’est toi qui t’es marié, c’est ta sœur et toi qui l’avez décidé. Tu connais mon avis sur le sujet. Carte blanche sur votre manière de procéder, tant que vous vous justifiez le mieux possible vis-à-vis de notre peuple. Ca ne devrait pas être si difficile, vu le passif. Mais il faut quand même construire votre argumentaire et l’appuyer sur des preuves solides. |


Orys a raison sur le reste.


| Ca n’empêche pas que nous pouvons y travailler. Réfléchies-y. Contacte ta sœur. Elle ne va pas très bien. L’inaction, dû à son état et ses blessures… Tu la connais. Avoir de tes nouvelles, avoir tes pensées, ça lui fera plus de bien que tout le reste. |


Je lui tends la main, pour serrer la sienne, poignée contre poignée, geste de respect entre guerriers, au Nord du Neck.


| Il te faudra aussi revenir en vie, mon « frère », car je ne serais pas là pour te récupérer, cette fois-ci… |


Je le taquinais, compte tenu des circonstances et de la tournure de son dernier sauvetage…









Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 19319
Membre du mois : 138
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Loup et le Dragonneau [Tour V - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» Quand le loup arrive dans la bergerie [Topic terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: