AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Ven 15 Mai - 20:12

Je n'aimais pas vraiment que l'on questionne dans mon dos. Certes, c'était louable et sans doute Père ne se gênerait-il pas de son côté, néanmoins, je connaissais assez les dangers des rumeurs. Vraies ou fausses, peu importait d'ailleurs, seuls les mots et l'attention qu'on leur donnait en avait.

Légèrement pensif, je regardais le dos d'une servante s'éloigner tout en sirotant une bière. C'était fou le gout que j'avais développé pour cette boisson ! Mais revenons à nos moutons, enfin nos loups en l'occurrence. Il y avait deux solutions, où j'attendais sagement une convocation ou je provoquais moi même la chance dirons nous. L'une comme l'autre avait ses avantages et ses inconvénients. Après tout c'était un roi, du Nord que l'on disait totalement dépourvu de manière, mais un roi tout même. De plus, si je pouvais en juger par le rapport succint d'Aléinor, du moins ce que j'avais tiré de son nez, le sire était loin d'être aussi mal taillé.

Quel casse tête. Le séjour avait pourtant commencé sous des auspices imprévues et légères...Mais il était écrit que cela ne devait pas durer éternellement. Les Sept devaient sans doute bien rire. En tout état de cause, cela ne résolvait pas mon problème. Oh je pourrais sans doute laisser Père se charger de l'affaire, bien que ce mot soit un peu trop lourd de sens pour une bagatelle telle que celle ci mais cela ne quémandait pas son intervention.

D'autant plus qu'il risquait de trouver les agissements du Nord soit normal, soit...insultant.

Autant éviter le pire, c'est à dire l'insultant. Finalement, je balançais mes pieds sur le sol, quittant le fauteuil qui avait accueillit ma réflexion et hélai une servante qui passait devant ma chambre :

"Pourrais je avoir un broc de cette fabuleuse bière épicée du Val et deux choppes ?"

Je lui souris, angélique avant de tourner la tête vers l'un des gardes de père posté devant ma chambre.

"Accompagne moi jusqu'au appartement du Roi du Nord, Erik."

Le dit Erik fronça légèrement les sourcils mais ne pipa mot. Bien cette fois, pas question de me passer de mes couleurs, ce serait indélicat, de plus, je fis un effort vestimentaire, la moindre des choses tout de même. Je glissais à mon index la chevalière de mon rang et domptait mes cheveux d'un geste.

Quelques minutes plus tard, je me trouvais face a deux gardes aux armes du Nord. Eryk leur tendit la missive que j'avais préparé a l'intention de mon futur beau père, du moins, si les négociations aboutissaient. Elle tenait en ces quelques mots :

Spoiler:
 

C'était certes audacieux mais respectueux et de bonne volonté, on ne pouvait pas le nier n'est ce pas ?

De plus, il laissait la possibilité au Roi de refuser cette demande, chose qui serait décevante mais possible. Silencieux, Eryk attendait de concert avec moi, avec dans les mains, le plateau et le breuvage.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Sam 16 Mai - 17:14

Les Mormont signalaient par corbeaux que les sauvageons avaient profité d'un temps clément ces trois dernières semaines pour débarquer en masse. Une galère de la Garde de Nuit avait pu croiser au large pendant quelques jours, mais avait dû s'écarter après une tempête qui avait mis fin au beau temps. Si des centaines voire des milliers de raideurs avaient réussi à débarquer, il semblait assez logique de penser que les Gardes avaient réussi à couler plusieurs frêles esquifs et avaient envoyé les sauvageons se noyer par dizaines. Pas de nouvelles des clans de la lune, et les Cerbois avaient du mal à réunir leurs gens d'armes alors que la majorité d'entre eux, combattants aguerris, étaient occupés à rentrer les bêtes dans leurs villages pour éviter que la multiplication des loups dans la région n'ai raison de leurs richesses. Une demie-douzaines d'autres familles avait des problèmes de ce type. L'armée s'assemblait à Winterfell. Conrad me proposait d'y retourner aussi vite que possible en achetant quelques chevaux à la Reine Sharra pour les faire crever en route si c'était nécessaire, pour assurer l'efficacité de la mobilisation. J'avais refusé. Il ne servait à rien de mettre la charrue avant les bœufs. Jon m'avait déjà demandé le privilège de l'avant-garde mais je l'avais refusé. Ne se laissant pas démonter, l'héritier avait demandé un autre poste de commandement. J'avais décidé qu'il irait avec la cavalerie, avec Bran. Part essentielle de mon plan de bataille qui se construisait à chaque missive reçue à chaque heure du jour. Aucun corbeau n'était encore arrivé de la Garde de Nuit, mais j'escomptais leur présence. Après avoir saigné sur leurs arrières ou à leurs côtés pendant des années, il était temps qu'ils me renvoient l'ascenseur.


Les piques Cassel et les hallebardes Karstark étaient déjà arrivées. On m'informait qu'à Winterfell, de vastes réserves de fourrages et de grain étaient constituées. Bientôt, il serait temps de repartir. Bientôt, je saurais combien d'ennemis j'aurais en plus de ces misérables pillards.


On cogne contre la porte. J'indique que l'on peut entrer, congédiant par la même occasion le servant Grafton qui ranimait le feu en prévision d'un début de soirée qui s'annonçait un peu plus frais que les précédents. Un garde vient et me donne un papier, dont je brise le sceau. Je me fige. Puis, un sourire apparaît au coin de mes lèvres. Je pose le papier sur mon bureau de campagne, rajustant ma cape sur les épaules. Allant vers le miroir de Myr, je constatais que mon apparence n'avait pas bougé d'un poil. Coupe de cheveux et de barbe assez sévère, contrairement à la mode en Westeros. Demie-armure et tunique de cuir teinte en noir, frappée du Loup Garou. Je fais signe que l'on fasse entrer le jeune homme, ses gardes restant dehors. Je l'accueille, bras croisés. Il a les bras chargés.



| Entrez donc, Prince Lyman. |


Je ne lui fais aucun signe de déférence ou de salut particulier. Nos mœurs sont peut être plus austères qu'au sud, je n'en sais rien. Je lui indique l'un des deux sièges face au feu, ravivé.[i]


| Prenez place, jeune homme. Et expliquez moi la raison de votre venue. |


[i]Test.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Sam 16 Mai - 23:15

Je me permis un léger sourire en coin tandis que je prenais la place offerte, déposant mon fardeau sur une petite table d'appoint.

"Ais je réellement besoin d'expliquer l'évidence, Sire Stark ? Ce serait vous insulter que de le faire, sans compter le temps perdu pour un homme aussi occupé que vous."

A vrai dire, je ne m'attendais pas du tout a me retrouver face a ce genre d'homme. Tout en ce roi ne collait pas avec le Sud, jusqu'a la manière dont était taillé sa barbe.

Néanmoins, j'aurais été idiot que ne pas remarquer sa prestance et l'aura un peu sauvage qui se dégageait de mon hôte. C'était un Roi-Guerrier tout simplement. Je m'étais incliné devant lui, comme il sied à son rang et n'avais pas tiqué devant son ton plutôt direct. A vrai dire, je préférais de beaucoup cela. Le Sud était emplit de comploteurs et de courtisans qui maniaient la langue comme d'autre l'épée, j'avais été élevé ainsi mais quelque chose me disait que le Nord portait avec plus de fierté sa réputation de bravade et de courage. Comme un diamant brut et non taillé. L'image était peut être un peu surfaite mais elle collait assez bien, du moins de mon point de vue.

"Aléinor est une femme loyale à notre famille, votre visite ne pouvait passer inaperçue, ni son objet d'ailleurs, mais vous vous en doutiez. Néanmoins, j'ai pensé que vous préféreriez vous faire votre propre jugement, aussi ais je bravé quelques convenances en me présentant directement à vous. J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur."

Je portais une main vers le plateau que j'avais emporté avec moi.

"Accepteriez vous de partager quelques boissons avec moi, Sire ? La réputation de la bière du Val n'est point surfaite n'est ce pas."

Je me trouvais en terrain neutre et légèrement pentu. Je le savais pertinemment. C'était un réflexe de tous hommes de règne, surveiller chaque mot et les peser soigneusement avant de les laisser passer la barrière des lèvres. Que cet homme souhaite une alliance avec l'Ouest ne changeait rien à la donne et ne donnait pas davantage naissance à une confiance mutuelle. Il le savait, tout comme je le savais. Le mariage avait certes plus de poids qu'un simple accord verbal mais tant que celui ci n'était effectif, il existerait toujours de la prudence de chaque côté. De plus, je ne savais pas jusqu'a quel point Père avait œuvré auprès du Nord et il était possible qu'il ne m'ai pas tout dit. Ce qui rendait cette entrevue plutôt dangereuse si je n'y prenais garde.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Dim 17 Mai - 19:22

Je me rendais compte que je devais sans aucun doute paraître assez peu impressionnant avec un accueil comme celui-ci mais qu'importe ; je toise le jeune homme se débarrasser de la bière sur la petite table qu'il y avait à presque égale distance entre chaque siège et l'âtre, tout juste ravivé. Le voilà qui me pose une question qui dénote d'une certaine... Je ne sais pas, intelligence ou prétention. Il sait bien ce que je sais, mais j'essaie de le lui faire énoncer clairement, pour voir le fond aussi bien que la forme. Il reconnaît que je suis occupé, mais que la question n'a pas lieu d'être. Il a raison, bien sûr. Je ne retire pas encore grand chose, de mon questionnement. Je n'ai aucune idée de ce que j'évoque comme a priori à mon jeune invité, mais je note tout de même qu'il me regarde et qu'il détaille mon apparence, ma carrure et mon visage. Peut-être que l'image de qui j'étais collait avec l'idée qu'il avait dû avoir de moi. Je n'en savais rien, et fondamentalement, cela n'avait encore que peu d'importance. Très vite, il me confirme que comme je m'y attendais, Aléinor Clegane avait tout raconté de notre petite entrevue et que la donzelle n'avait probablement pas été avare de détails. Je reconnaissais en tous cas l'aplomb sinon le courage du jeune homme qui se tenait face à moi, visiblement prêt à clarifier les questions que je pouvais me poser à son sujet. Il en vient également à me proposer de la bière. Il avait raison pour sa qualité, qui différait pourtant grandement de celle que j'avais l'habitude de savourer au nord. Plus fruité et plus légère, mais moins forte.


| Volontiers, Prince. Si la réputation de la bière n'en est absolument pas surfaite, je reconnais que l'ouverture et la cordialité de l'ouest n'est pas non plus usurpée. |


Je détaillais le jeune homme du regard alors que je me saisissais de la bière. Assez grand et de carrure svelte, il n'était pas particulièrement imposant et sa taille de barbe comme sa coupe de cheveux en faisaient effectivement plus un prince qu'un guerrier ; il avait l'air d'un noble dans la jeunesse dorée que nous avions tous connue. Il n'était guère impressionnant, mais n'avait pas encore  fait preuve de la moindre brusquerie ou impolitesse. Je préférais donc réserver mon jugement à son encontre.


| Au Lion. | dis je en levant ma pinte


J'en engloutissais une large mesure avant de me caler plus dans le fond de mon siège. C'était vrai que cette bière était bonne. Allez, c'est parti. Cartes sur table.


| J'ai commencé en effet par votre épée-lige. Vous comprendrez que je ne peux offrir ma fille en épousailles à n'importe qui ; je tiens à son bonheur infiniment plus qu'à l'amitié du Roc, même si celle-ci m'intéresse également. J'ai donc appris que vous étiez courageux, que vous aviez à cœur les affaires de votre royaume et de votre famille, et que vous pouviez sans doute être digne de confiance. Mais j'ai aussi appris que vous aviez déjà connu des femmes. Je m'interroge donc. Le jour où vous serez marié à ma fille, quel traitement lui réserveriez vous ? |


Regard pénétrant. Gorgée de bière. Dis moi tout, petit.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Dim 17 Mai - 21:20

"Cette réputation se base sur des faits, Sire et vous me voyez honoré de l'appliquer."

Bien que l'Ouest était aussi connu pour ses richesses, ses mines et ses rois et reines. On louait ma mère pour sa capacité à gouverner. On louait mon père pour être proche de ses bannerets et son désir de paix. Et ses conquêtes féminines. Moi ? On ne me louait pas encore.

Je nous servis donc. Une tâche que je ne pensais pas insultante et de toute manière cette entrevue n'avait guère besoin de témoin. par contre le taost porté me surpris légèrement mais je souris en coin. Là n'était que préambule et je le savais.

"Au Loup."

répliquais je donc tout en observant mon hôte avaler la moitié de sa chope sans frémir. Bien bien bien. J'allais éviter le même exploit. L'alcool ne me tentait guère généralement et je le sirotait toujours avec parcimonie. Résultat, je le supportais plus ou moins bien. S'enivrer devant Stark serait une très mauvaise idée.

Cela dit et même si je m'en doutais, personne ne m'avait prévenu de la franchise du Nord. Ni de l'usage qu'en ferait son roi. J'évitais, fort heureusement, un étranglement de fort mauvais aloi lorsque Stark rentra directement dans le ventre du sujet qui provoquait notre rencontre. Cela dit, je cachais assez aisément ma surprise d'être ainsi prit de court et dardais un regard curieux sur mon interlocuteur.

"La première femme que j'ai connu était ma mère, Sire Stark. Viens ensuite mes soeurs. Je ne suis certes pas un moine et je ne tenterais certainement pas de vous le faire croire, mais j'ai appris que les femmes n'étaient pas a sous estimer et dignes de respect. Vous savez aussi bien que moi ce que l'on dit du Nord mais je ne suis pas homme à m'arrêter a ce genre de rumeurs. Pour ma part, dès que le nom de votre fille me fut révélé il allait de soit qu'elle serait, si rien ne s'y oppose, un jour reine de l'Ouest et qu'elle méritait donc l'attention qui lui était dût."

Je bus un peu, lentement mais l'éclat bleu de mes iris ne vacillait pas, combien même devrais je lui faire affronter le sombre du Nord.

"Elle est un choix de ma mère et vous savez quelle femme est ma souveraine, or j'ai confiance en cette reine ainsi qu'en sa décision. Je pourrais vous promettre des largesses et des mensonges mais je ne le ferais pas, cependant, il n'est pas dans ma nature de dénigrer une femme juste pour son sexe ou son origine."

Je souris légèrement. Père était connu pour ses frasques, je l'étais aussi dans un moindre mesure mais il n'y avait rien de violent ou de brutal. De plus j'ai toujours été témoin des infidélités de mon père et je ne sais toujours pas si cela est condamnable ou normal d'une certaine façon. Mais je savais ce que je voulais me concernant :

"Je donnerais a votre fille la patience d'une  nouvelle patrie, l'affection si cela lui sied, le respect qui lui ai dût et qu'elle aura en tant que mon épouse. Elle ne sera plus Princesse du Nord mais Princesse de l'Ouest et je veillerais personnellement a ce qu'elle s'épanouisse dans ce rôle. Ce que je souhaite, Sire Stark, c'est une bonne entente et un foyer solide, une partenaire capable de comprendre les aléas du pouvoir, une alliée n'ayant peur de m'indiquer le chemin à suivre si je m'égare. L'humilier ou l'insulter ne ferait naitre qu'un ennemi dans mon propre lit et si l'adage veut qu'il faille garder proche ces rivaux, je préfère garder mes alliés encore plus proches."

Je reposais ma chope au creux de ma main.

"Il n'existe guère d'amour dans un mariage tel que celui là et il est bien souvent à l'avantage du mari. Néanmoins, je sais qu'une union, même ordonnée peut marcher si il existe assez d'affection et de respect entre les deux partis et c'est quelque chose que je suis prêt a donner."

Je levais ma chope a mes lèvres et ajoutai doucement :

"De plus, il me semble que rien concernant votre fille ne vous échappera. Alors en sus de ma parole, aurez vous des preuves de ce que j'avance."

Une façon d'accepter sans qu'il ne le dise la présence d'un Nordien dans la suite de ma promise. L'idée ne me plaisait guère mais père la trouverait normale alors...Autant faire avec et cela pourrait me servir de toute manière.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Dim 17 Mai - 23:34

Etre direct procurait un certain nombre d'avantages. Le premier, et non des moindres, était celui de pouvoir diriger les échanges. Certes, vous vous ouvriez à la vérité ou tout du moins à une partie de celle-ci. Je savais aussi que tout ce qui serait désormais échangé ne pourrait forcément être pris pour argent comptant. Loin de là, même. C'était la manière de le dire et la portée de certains mensonges qui devaient être évalués. Ce qui importait le plus était surtout de voir ce que le jeune rogaton avait à me dire. Déjà, il est poli. Bien élevé. Je n'en attendais pas moins du fils de Jordane Lannister ; cela m'aurait grandement étonné qu'une femme pareille n'élève un foutriquet de bas étage. Je hoche la tête à ses paroles polies. Et continue de boire mon bock. Le jeune homme, parfaitement courtois, porte son propre toast en mon honneur. Le voilà qui semble maintenant quelque peu surpris par l'aplomb de ma question, de ce que je lui réclamais sans aucune honte ni la plus petite retenue.


Il commence par un trait d'humour qui m'indiffère ; je ne suis pas amusé. Le voilà qui contre-attaque en disant que les femmes étaient dignes de respect, et poursuit derechef en parlant du Nord et de l'aspect néfaste des rumeurs. Je ne peux bien évidemment pas le nier, nous savons tous à quel point des palabres nées du mauvais esprit peuvent être douloureuses. Il était peut être honnête, peut être pas. Son argument de confiance envers sa mère sonnait vrai, mais ses arguments me semblaient pourtant quelque peu naïfs. S'il considérait facto que toute personne, que toute femme, méritait le respect, c'était foncièrement faux. Il apprendrait à découvrir ce genre de choses en vieillissant.


Je termine ma bière et la repose en la claquant, vieille habitude du Nord, dans les tavernes. Je médite un instant ses paroles, avant de reprendre.



| Je conçois que votre mère est connue pour ses choix avisés. Je sais aussi que ma Jeyne, sous son joli minois et son air girond, cache le même caractère que sa propre aînée. Je ne vous connais pas, je ne connais pas non plus vos parents. Je les respecte, j'espère qu'ils ont su vous inculquer les valeurs qui leur ont permis de hisser leur royaume à des sommets de prospérité et de grandeur. |


Je me lève et ouvre la porte, après avoir indiqué d'un geste sûr de la main que je revenais. J'indique au garde de mander servant Grafton pour nous ramener de la bière. Nous avons des choses à nous dire. Cartes sur table, encore et toujours. Je reviens m'asseoir, contemple le feu. Je pense à tout ce que j'ai vécu avec Sigyn. A Jeyne. A la guerre, passée et future. Je ne le regarde plus. Je réfléchis à haute voix.


| J'aurais préféré que ma fille reste à proximité de Winterfell. Elle est intelligente, d'une grande bonté. Très belle. Elle sait ce qu'elle veut. Comme sa mère. Bien entendu, elle se fait une très haute idée de l'amour, et de qui sera son futur mari. J'attends le meilleur pour elle. Je ne m'appesantirais pas là-dessus, mais vous avez sûrement compris l'intérêt de ce mariage ? Vous allez avoir une épouse qui peut vous être dévouée ou être votre ennemie. C'est à vous de voir, et à elle. Mais au delà de vous, il y a les royaumes. Vous n'êtes peut-être pas sans savoir que les sauvageons ont passé le Mur en masse. Ils l'ont contourné, pour être exact. Avec des radeaux, des barges, souvent de bric et de broc. La Garde et ses quelques patrouilles en ont éliminé quelques uns, mais ils sont des milliers et il en arrive chaque jour, sous la férule du plus grand chef de guerre que le Grand Nord ai connu depuis trois siècles. J'assemble mes troupes. Je les repousserai, bien sûr. Mais au sud, il y a tellement de dangers... Hoare convoite mes terres depuis quinze ans, prêt à me frapper dans le dos. Je me suis allié au Val. La Reine Sharra est menacée, comme le Nord, de tous côtés. Je la protègerais, elle et ses terres. Le Dragon veut tous nous dévorer, Hoare veut tous nous assassiner. Ce mariage, s'il se passe bien, peut nous sauver la mise. Est ce que vous comprenez, Prince? |


Mon regard se retourne vers lui et le fixe pesamment.


| Vous n'auriez pas été fils unique, j'aurais demandé à votre père de vous ramener avec Jeyne et moi. Pour découvrir les terres de votre future épouse. Et pour commander mon aile gauche contre les sauvageons. Pour vous endurcir. Pour vous montrer le coût de la paix que j'essaie de maintenir. Pour vous donner à cœur de défendre l'Ouest, le Nord, et les alliés de ces royaumes. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Lun 18 Mai - 11:49

Il est étrange ce Roi. Enfin d'une certaine façon dirais je. Je n'arrive pas vraiment à savoir ce qu'il attend de moi en vérité. L'assurance que sa fille vivrait heureuse dans l'Ouest ? Certes mais encore ? Je n'étais pas connu pour ma cruauté inexistante, ni ma brutalité d'ailleurs. J'étais certes encore jeune je ne pouvais le nier et c'était un travers que seul le temps pourra effacer.

"Si fait et certaines l'ont été avec la réalité des choses. Je suis jeune Sire Stark, mais pas idiot, du moins, je ne le pense pas. Sans doute un peu naïf face à vous mais je n'ai pas votre expérience, cela étant Ils m'ont apprit le prix de ma position et ses conséquences, parfois avec douceur parfois sans."

Le suivant du regard, je me permis une petite moue pensive. Je comprenais parfaitement le père derrière le roi, d'une certaine façon j'avais deux soeurs après tout et si je savais qu'elles étaient destinées a se marier et a sceller des alliances, j'espérais que Père saurait alors choisir leurs époux avec bienveillance. Lorsqu'il revint, ces premiers mots furent pour sa fille dont il dressait un portrait flatteur et attirant, je le convenais mais un père avait il véritablement un jugement sûr concernant ses enfants ? Je n'en étais pas persuadé mais pour l'heure je préférais sans doute le croire sur parole. Ce portrait rappelait à mon souvenir l'éclat d'une paire d'yeux sombres d'ailleurs.

Je fronçais légèrement les sourcils devant son récit. Effectivement j'étais au courant...Par contre l'alliance avec la Reine Sharra...Me laissait quelque peu perplexe. Si le Loup protégeait déjà sa frontière nord, comment espérait il protéger le Val dans le même temps ? Le Roi Harren désirait certes ses terres mais il était aussi possible qu'il frappe là où ne l'attendait pas. L'Ouest n'était pas plus à l'abri d'ailleurs.

"Il serait folie que d'abattre le seul bastion nous protégeant des Sauvageons, Sire Stark. Vous garder occupé sur votre frontière nord serait plus intelligent. Lorsque vous regardez d'un côté, vous ignorez ce qu'il se passe de l'autre. Une union avec l'Ouest vous assurerait un regard sur vos arrières et à nous un puissant soutient. De plus, le Conflans se retrouverait encadré et prit en étau. - j'esquissais un léger sourire un peu désabusé - Mais cela serait sans doute sous estimer Harren le Noir et les Fer-nés que de croire qu'il ignorera la manoeuvre, du moins ce n'est là que mon humble avis et sans doute est il quelque peu éronné, d'autant plus qu'il manque quelques cartes à ce jeu."

Je fis légèrement tourner ma chope entre mes paumes :

"Quant aux Dragons...Si j'en juge par leur présence en ces lieux, je dirais qu'ils ont avant tout besoin d'alliés pour appuyer leur reconquête et il n'est pas dans leur intérêt de faire usage de force. Du moins, pour le moment."

La suite provoqua un peu d'amusement de ma part. Un amusement que je ne montrais pas, cela dit. Il était de notoriété publique que je n'étais pas un guerrier, oh je savais me battre là n'était pas le problème, juste que j'avais une nette préférence pour l'aspect stratégique d'une guerre.

"Je vois mon père œuvrer chaque jour pour cette paix, Sire Stark. Que ce soit dans l'Ouest ou dans toutes les contrées de Westeros. Si il m'a épargné les aspects les plus brutaux, ce ne fut pas le cas de ma mère et j'ai a cœur de devenir, si les Sept me l'accorde, un roi digne de ce qu'il est."
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Mer 20 Mai - 21:01

Je me laisse aller aux confidences et ma voix est grave. Peut-être un peu lasse, aussi. Je me suis épuisé ces derniers jours en premières rencontres diplomatiques, en chasses avec la noblesse valoise et en travaux sur la mobilisation de mon armée. Je sais déjà tout ce que va me coûter mon expédition au Nord. Je ne veux pas y aller, mais je n'ai pas le choix. Une part de mon âme est presque ravie cependant, devant la perspective de quelque action, devant l'idée de se mettre en danger, une fois de plus. Et l'autre moitié de mon âme me déteste pour ressentir ce besoin presque viscéral de chevaucher vers la guerre et vers la mort. C'est ainsi. Chaque homme porte en lui certaines contradictions, cela je le savais depuis longtemps. J'aimais mon frère autant que je le haïssais, après tout. Difficile à porter ce genre de sentiments tous les jours. Mais c'est le lot de tout monarque et plus encore, de tout homme. Je continue de fixer le jeune homme.


| Je ne pense pas que vous êtes idiot. Vous êtes jeune, c'est certain. C'est une qualité, dans ma bouche. La jeunesse est source de bien des prodiges. De bien des excès, aussi. Ce sont les premiers que je souhaite voir apparaître pour celui qui vivra pour le restant de ces jours avec ma fille. |


Je notais que les informations que je lâchais au prince de l'ouest l'étonnaient ; il fronça très légèrement les sourcils mais suffisamment pour que je comprenne qu'il aurait eu quelques choses à redire à pareille manœuvre. Il éveille ma curiosité. Un prince, oui. Il réfléchissait déjà en termes stratégiques, selon l'évidence. Mais il n'avait pas encore appris à tout masquer, tout garder pour lui. Le secret, meilleure arme à disposition d'un souverain. Et son pire poison, aussi. J'arborais l'esquisse d'un sourire aux paroles du Lannister, quant à ses propos sur le Mur. Incroyablement cynique comme réflexion, mais particulièrement vrai.


| Harren le Noir est un grand homme. Il rédige lui-même les plans de constructions dont on parlera encore dans mille ans, comme Brandon le bâtisseur. Il est aussi bon tacticien, et c'est un ancien guerrier. Il n'ignorera pas la manœuvre. Pourtant, il sait que sans le Nord, il ne peut gagner Westeros. Parce que comme vous le dites si bien, nous autres nordiens mourront sans cesse pour que toutes les terres au sud du Neck soient tranquilles. Oh bien sûr, nous le faisons surtout pour nous. Mais le résultat est le même. J'ai tenu tête au Royaume du Sel et du Roc, malgré notre infériorité numérique. Je jouis depuis d'une certaine réputation, sachant que je me bats depuis toujours contre les sauvageons. Tout est affaire de prestige, dans cette histoire. Je suis le seul qui ai jamais tenu tête à ses armées, le seul à avoir passé toute ma vie à me battre. En dehors d'Argilac Durrandon, bien sûr. Je ne dis pas que votre père, que Mern Gardener, Sharra Arryn ou Deria Martell n'ont aucun mérite ou talent pour la chose militaire. Ce que je dis, c'est que personne n'a autant tenu tête les armes à la main au Grand Roi que le Nord. Il doit m'abattre. Tout comme il m'a pris mes frères et que je ne pourrais jamais m'allier avec cet ogre. La guerre devenant dès lors inévitable, pour moi ou pour mon héritier, je cherche effectivement l'appui de l'Ouest. Car vos parents ne sont pas plus idiots que vous. Ils ont tout à gagner à temporiser avec le Noir, jusqu'à un certain point qu'il dépassera un jour. A ce moment là, les vôtres auront besoin des miens, d'une manière ou d'une autre. Quant aux dragons, le Nord ne saurait s'allier à une Reine qui le menace de destruction en cas de refus de soumission. |


Je continue de le toiser, alors qu'il me parle de brutalité. Que savait-il de la brutalité, en dehors de plaies et bosses ? De fait, je devais persévérer dans ma première idée.


| Je voulais... Je crois que je vais vraiment demander à vos parents de vous emmener avec moi, finalement. Il le faut. L'homme qui épousera ma fille doit connaître le Royaume qu'il défendra. J'aimerais que vous tissiez des liens avec Jon, mon aîné. Et je veux aussi qu'un homme digne de ce nom défende ma Jeyne. Si vos parents sont d'accord, vous nous accompagnerez dans notre marche vers le Nord. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Sam 23 Mai - 15:51

"Qui ne le souhaiterait pas pour ses filles, Sire Stark ? Ce discours pourrait être celui de mon père."

Je n'ignorais pas que là était le père avant le roi qui me parlait. Bien que l'ombre du souverain ne soit jamais bien loin de l'homme.

Je penchais légèrement la tête sur le côté. Il ne m'apprenait rien que je ne savais déjà. Une alliance avec le Nord n'était pas prisée pour le climat de cette région, mais plutôt par la puissance dont elle savait faire preuve. Néanmoins...

"Harren le Noir n'a jamais pu vous abattre, certes, c'est quelque chose que l'on vous doit tous. Néanmoins, lui même le sait, vous attaquer une seconde fois de front serait comme commettre deux fois la même erreur. Je ne nie pas qu'il souhaite votre disparition et la main mise sur le Nord, non, je me dis juste qu'il oeuvrera différemment. Vous n'êtes pas le plus vulnérable des rois et sans doute l'un des plus terribles sur un champs de bataille, mais il y a des moyens détournés et si il possède la patience des stratèges, comme vous le soulignez, il prendra le temps d'être sûr de pouvoir vous mettre à genoux d'un seul coup. Nous pouvons tous devenir l'objet de sa convoitise pour atteindre son but et j'ai conscience de nos faiblesses, mais plus encore de nos forces. L'Ouest temporisera effectivement, car pour l'heure, c'est sans doute le plus utile a faire. Mais l'Ouest n'est pas naïf et ne le sera sans doute jamais, il sait où se trouve son intérêt."

Il était difficile pour moi de parler politique et manoeuvre stratégique. Pas que je sois un incapable non, mais il me fallait prendre garde à mes mots pour ne pas contrarier les propres plans de Père. C'était un excercice difficile. Je levais le chope a mes lèvres, buvant une petite gorgée de bière. Mais la fin de son révit me laissa quelque peu pantois, je dois bien l'avouer. Mais je n'avais pas été dans la conversation donc il était difficile de comprendre dans quelles circonstances les Dragons en étaient venus a menacer aussi ouvertement le Nord.

"Le dragon a une manière de parlementer très...étrange. C'est une erreur stratégique qu'un enfant ferait et qui n'ai pas en sa faveur."

Et totalement idiot, mais ça, je le gardais pour moi cependant. Plongeant un instant mon regard dans ma boisson, je le relevai bien vite devant les exigences de ce roi. Manifestement, il savait ce qu'il demandait...Je lui souris. De ce sourire angélique qui plaisait tant.

" Je suis un homme Sire Stark. Peut être pas selon vos critères, mais cela n'empêche que je le suis. Je suis capable de réflexion, je connais le poids de la charge qui est la mienne et ce qui m'incombe. Je ne connais pas la guerre que vous même avez menée certes, mais j'en connais les conséquences et le prix. Je ne m'opposerais pas a votre demande si tel est votre désir mais j'apprécierais que vous évitiez de me prendre pour un enfant immature. Car il n'y a point d'enfant promis à un trône dans ce monde."
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Mer 3 Juin - 21:20

Il me semblait assez évident que j'allais passer la soirée là, dans ce fauteuil confortable et près de ce feu, maintenant. Je m'y réchauffais l'âme, et une étrange mais pourtant habituelle mélancolie me serrait le cœur. La guerre. Y mener des gosses. C'était nécessaire et non seulement Jon refuserait tout net de rester en arrière, quitte à rejoindre une colonne d'hallebardiers en secret, mais je savais aussi que ce n'était pas souhaitable pour mon pays et pour peut être celui de mes prochains alliés, de tenir les futurs souverains à l'écart d'une épreuve de force dangereuse mais pleine d'enseignements pour leur propre avenir. J'opine lentement du chef lorsque le blondinet me dit que son père aurait sans doute la même réaction. Nul besoin d'en ajouter. Tout père qui se respecte doit avoir le même genre d'attitude, c'est comme ça. Je dévisage doucement le prince lorsqu'il reprend la parole et me fait part de ses considérations stratégiques. Je savais bien que ce qu'il disait faisait sens ; je m'étais fait la réflexion depuis des années. Nulle armée massive ne pouvait entrer dans Moat Cailin par la force. Entre ses marais emplis de Lézards-Lions enmpêchant tout encerclement, il ne restait que l'assaut frontal... Le plus souvent sanglant et désastreux. C'est pourquoi je me méfiais depuis des années des stratégies alternatives de mon ennemi. Et c'est pourquoi j'avais pris mes précautions avant de venir ici et de convoquer le ban à Winterfell. Il me confirme que l'Ouest conservera une position attentiste. J'imagine que l'on doit plus cela à la Lannister qu'à son mari, que l'on disait rieur et chevaleresque. Et j'avais aussi très bien compris que l'intérêt de l'Ouest, avoué ou non, était que le Nord et le Conflans restent à couteaux tirés, car cela garantissait leurs frontières nord et leur laissait les mains libres par ailleurs. Le gamin n'est pas stupide, mais il parle peut-être beaucoup. Est-ce pour m'amadouer, me montrer qui il est, est-ce un message ? Oui, sans doute. Que ce soit conscient ou inconscient, le résultat est le même. Je hochais doucement la tête à nouveau, portant mon bock aux lèvres pour en engloutir une nouvelle gorgée en silence, pesant mes mots.


| Nous sommes tous les produits de notre histoire, prince. Moi comme Harren le Noir, comme Rhaenys Targaryen. Un enfant ne ferait jamais cette erreur, en fait. Car il n'a pas encore vécu. Il ne s'agissait pas d'un caprice de la Reine, ni d'une absence d'ouverture de ma part ou de la sienne. II est des choses sur lesquelles nous n'avons que peu de contrôle. Un Roi n'est pas un dieu, ni même un de leurs représentants sur terre comme se plaisent à le répéter vos septons. Un Roi n'est jamais qu'un homme. Cela le rend prévisible ou imprévisible, fort ou faible, selon les circonstances. Argilac Durrandon a la réputation d'une brute injurieuse. Il a pourtant créé un outil militaire parfaitement efficace contre les armées sudiennes et même s'il a perdu la guerre, a volé de victoire en victoire pendant deux décennies. Qu'est ce qui compte le plus ? La valeur de ses réformes, ou la dernière bataille ? Personne n'est infaillible, prince. |


Pensées à voix haute. Je ne lui faisais pas vraiment la leçon, pas plus que je ne l'insultais. Je lui confiais ma propre vision du monde, quelque part, bien plus que je n'essayais de lui imposer une sagesse qui continuait aujourd'hui encore de m'échapper. Le prince sourit. Il a l'air sûr de lui, mais cela lui donne une espèce de fragilité, comme une naïveté sur le monde. Je comprenais ses mots. Il avait éprouvé sa virilité, je le savais déjà. Il savait réfléchir, je l'avais vu aussi. Mais il n'avait pas encore dû prendre de décisions qui opposent ses sentiments à son esprit. Cela viendrait, avec le temps.


| C'est votre droit de penser cela, mais souffrez que mon avis diverge. Vous ne semblez pas immature, pas plus qu'idiot. Il n'empêche que le monde dans lequel nous vivons est extrêmement dangereux, et nos ennemis légions. Vous ferez la guerre, un jour ou l'autre. Je veux que vous appreniez certes à respecter ma fille, mais que vous aimiez son pays. Pour cela, rien ne vaudra une découverte de vos propres yeux. Un homme doit savoir dans quoi il s'engage, et comment l'imaginer en restant à mille lieux de ce qui se joue pour celle qui partagera votre existence ? Je ne m'attends pas pour autant à un accord de la part de vos parents. Moi-même, j'aurais sans doute eu du mal à autoriser la même chose pour mon fils. Il n'empêche que cela me semble important. Nous verrons bien ce que les Seigneurs vos parents répondront ; demain est un autre jour. |




Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13349
Membre du mois : 219
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   Mer 24 Juin - 8:52

Je trempais le bout de mes lèvres dans le breuvage. Non pas que la boisson ne me plut pas bien au contraire, mais l'alcool avait tendance à m'embrouiller l'esprit et ce n'était pas vraiment le moment. L'éclat de mes iris ne changea pas tout du long du discours du roi. Je ne le prenais pas personnellement pour moi, ni même comme une leçon donnée. J'avais certes encore des choses à prouver mais je n'avais aucun doute me concernant. C'était sans doute cette lucidité qui me permettait de ne pas me sentir insulté a chaque parole que l'ont pouvait prononcer. Je n'avais pas mené de guerre, cela était certain, parce que là était le fruit des manoeuvres de mon père mais je n'en étais pas pour autant naïf. La voir de mes propres yeux et la vivre y changerait il quelque chose ? Sans doute. Mais c'était quelque chose pour laquelle j'étais préparé. Mère m'avait certes appris les bases d'une bonne négociations, mais Père n'en avait pour autant pas négligé mon éducation martiale. Cela étant, nous n'avions sans doute pas la même manière de faire que le NOrd. Ce n'était pas pour rien qu'ils étaient taxés de barbarie. Mais comme d'aucun dirait, nous n'avions pas des Sauvageons a nos portes.

Je m'abstins donc de répondre a quelque chose qui me semblait somme toute logique. Je n'avais pas leurs expériences, c'était certain. J'étais bien plus dans la reflexion et la patience que l'impulsivité cependant. Je pouvais louer le désir du Roi de me faire aimer sa patrie, mais celle ci ne viendrait jamais devant la mienne. Il en était conscient sans doute. De même que sa fille ne serait plus une fille du Nord, mais belle et bien une Princesse de l'Ouest. Cela dit, je préférais garder cette pensée pour moi. C'était sans doute le mieux à faire.

Je reposais mon gobelet sur la table. L'idée de mon départ n'allait sans doute pas enchanter Père mais le fait était qu'il était inévitable apparemment. Cela ne me dérangeait pas vraiment. Je n'avais pas peur du Nord en lui même, je pouvais craindre la guerre effectivement, parce que comme il l'avait si bien souligné aucun homme n'était invulnérable, je savais pertinnemment que j'y serais un jour ou l'autre confronté. Autant le faire aux côtés de guerriers aguerris n'est ce pas ? Mon père était certes réputé mais celle du Roi Stark n'était plus à faire non plus. Sans doute aurais je beaucoup à apprendre de lui. J'esquissais un léger sourire.

"Quel père aime voir son fils unique et héritier partir au devant de la guerre ? Cela étant, j'ai la confiance de mon père tout comme il possède la mienne. Je n'ai guère de doute quant a sa décision concernant un éventuel départ de ma part pour le Nord."

Père me laisserait partir, parce qu'il était un guerrier au même titre que le roi qui me faisait face. Et quelque chose me disait que je n'aurais guère de place au Nord si je ne la creusais pas moi même. Je fini par me lever, m'inclinant de nouveau devant mon vis à vis.

"Permettez que je me retire à présent Sire Stark. Je gage que vos occupations ne peuvent souffrir d'attendre et j'ai, quant à moi, une promesse faite à mes cadettes qui se doit d'être respectée. Ce fut un honneur que de pouvoir m'entretenir avec vous."

Ainsi mis je fin à cette rencontre qui me laissait de quoi réfléchir.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Entre une pelote de laine et un os [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pelote de laine au milieu des décombres. [Libre (: ]
» Lézard Bourguignon ft. Pelote De Laine
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: