AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent
MessageSujet: Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent   Dim 12 Nov - 16:42




Une petite douceur de l'Ouest ?
Briséïs & Dorian Whent




Assise sur un tabouret au coin du bar, Briséïs observait attentivement chaque homme qui franchissait la porte de la taverne. La nuit était déjà tombée depuis plusieurs heures maintenant et malgré son audience auprès de l'empereur Torrhen Braenaryon, les clients ne se bousculaient pas sous la tente des Cent Délices. Certes, la nouvelle de l'ouverture d'un bordel non loin des troupes avait attiré bon nombre de rôdeurs en quête de chair fraîche, mais la plupart n'étaient pas en mesure de s'offrir ne serait-ce que le plus futile des services de l'établissement.

Loin d'être le genre de femme à rester les bras croisés et à se lamenter sur son sort, l'ouestrienne avait décidé de s'aventurer dans les rues de Vivesaigues à la recherche de potentiels clients fortunés. Accompagnée par sa garde rapprochée composée de mercenaires, Briséïs avait arpenter les différentes artères de la ville à la recherche d'un éventuel repère d'hommes fortunés jusqu'à apercevoir un groupe d'officiers riverains.

Discrètement, la jeune femme leur avait emboîté le pas et avait pénétré à leur suite dans une taverne proche du château. Visiblement, l'établissement était réservé à une certaine élite, et même si l'odeur de sueur et les rires gras étaient les mêmes que ceux qui hantaient les gargotes les plus sordides aucun manant ne semblaient avoir eu l'audace de venir s’asseoir au milieu des chevaliers et des officiers. L'humeur, loin d'être maussade, n'en était pas non plus à la joyeuserie. L'ombre des batailles et des morts planaient sur l'assemblée. Cette atmosphère n'était pas pour déplaire à la tenancière qui savait par expérience que bon nombre d'hommes se montraient moins regardant concernant leurs dépenses lorsque leur fin se faisait de plus en plus proche.

Alors que la jeune femme s'interrogeait sur la meilleure façon d'aller aborder le petit groupe de riverain qu'elle avait suivis plus tôt, la porte de la taverne s'ouvrit, laissant apparaître ce qui lui sembla être un plus gros poisson ou du moins un mi-loup mi-dragon à en croire le surcot qu'il portait.

La richesse de sa tenue laissait présumer qu'il était au moins chevalier, voir même Lord. Immédiatement, Briséïs fit signe à une serveuse de s'approcher et lui demanda discrètement si elle savait qui était cet homme. La jeune fille se contenta de hausser les épaules en signe de réponse avant de remplir de nouveau sa coupe. La tenancière lui fit alors signe de lui en servir une seconde et tandis que la riveraine s'exécutait, Briséïs prit quelques gorgées de vin sans lâcher des yeux le soldat impérial. Peut-être aurait-elle plus de chance avec lui qu'elle n'en avait eu avec son empereur un peu plus tôt dans la journée.

La jeune femme retira finalement la cape qu'elle avait conservée jusque-là afin de se montrer discrète. En effet, à cette heure tardive, peu de femmes osaient s'aventurer dans ce genre de lieu, probablement plus par peur de voir leur réputation entachée plutôt que de se faire agresser. Heureusement, l'ouestrienne n'avait pas à se soucier de ce genre de problèmes, d'une part elle n'avait aucune réputation à sauvegarder et d'autre part, la présence de sven et de ses hommes attablés à quelques mètres d'elle était une dissuasion suffisante pour garder à l'écart les importuns.

Briéïs avait troqué la jolie robe qu'elle avait portée en présence de l'empereur pour une tenue plus confortable et plus adaptée à son rang. Ses longs cheveux blonds étaient remontés dans un chignon tandis qu'elle avait agrémenté sa chemise en lin par un gilet vert cintré à la taille. Alors qu'elle se levait, la jeune femme déplissa brièvement sa jupe et se saisit des deux coupes de vin.

L'homme s'était installé un peu à l'écart et attendait visiblement qu'on vienne prendre sa commande. D'un pas naturel, l'ouestrienne avança dans sa direction puis déposa l'une des coupes devant lui.

" Messire, " le salua-t-elle avec un sourire courtois. " Une cuvée dornienne, peut être un poil trop fruitée, mais passablement délicieuse, " déclara-t-elle avant de porter sa propre coupe à ses lèvres. " Puis-je ? " demanda-t-elle ensuite poliment en désignant le banc qui lui faisait face.


©TENNESSEE.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Tenancière des Cent Délices
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 81
Membre du mois : 2
Célébrité : Hannah New
Maison : /
Caractère : ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Indépendante ▪▪ Audacieuse ▪▪ Convaincante ▪▪ Franche ▪▪▪️▪️Sensible ▪▪ Intransigeante ▪▪ Autoritaire ▪▪Vénale▪▪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent   Ven 17 Nov - 18:11



 Une petite douceur de l'Ouest ?
ft. Briséïs & Dorian۰ Vivesaigues.


Il y avait parfois des jours où la pesanteur du château des Tully était invivable pour Dorian. Il n’aimait pas plus que cela l’inactivité inhérente dans les châteaux, surtout lorsque l’on n’était point un serviteur qui eux devaient travailler pour leur seigneur. Dorian lui tournait comme un lion en cage jusqu’au rétablissement de l’Empereur et aussi de la réorganisation de l’armée pour de futures campagnes dans le Conflans. Il n’était pas Lord ou général, aussi, il n’avait pas à élaborer des plans, à envoyer des missives et au final, il était ici à ne rien faire ce qui avait le don d’énerver son épouse qui lui proposait de sortir décompresser ce qu’il faisait généralement dans l’heure avant de commencer à avoir des idées noires.
Et c’était le cas ce soir, l’air chargé d’humidité, un vent coulis, il marchait dans les rues et pouvait entendre les rires et les chants de nombreuses tavernes qu’il passait sans prendre la peine de s’arrêter, car une seule avait son intérêt et étant donné qu’il pouvait se montrer borner, c’était la seule qu’il avait décidé de fréquenter durant son séjour ici. Arrivé devant son refuge des mauvais jours, Dorian hésita un instant. Il pouvait sentir la chaleur accueillante qui semblait l’inviter à venir se reposer ici autour d’une bonne pinte. Il pouvait rebrousser chemin, retourner au château et trouver quelque chose à faire, mais quoi ? Alors qu’il y réfléchissait, le destin lui offrit une nouvelle raison de rentrer lorsque la porte grinça et laissa deux hommes sortirent, le visage rubicond et puis surtout, ce fut l’ambiance qui l'intrigua. Sans s’en rendre compte, il entra attiré et vit alors ce qui l’avait semble t’il, attiré, un luth joué par les doigts graciles d’une femme égrenait des notes d’une certaine mélancolie ce qui avec l’ambiance chaleureuse du feu ronflant dans l’âtre de la vaste salle semblait être le signal pour le voyageur ou le curieux de venir se poser juste un temps.

Enlevant sa lourde cape, il fit un léger hochement de tête dans la direction de l’aubergiste qui le lui rendit, il savait que l’humeur du Whent était fort simple, une table, une bière où du vin et rien d’autre, mais il n’allait pas se plaindre de la bourse parfois généreuse du chevalier. Il alla s’installer dans un coin, étendant ses jambes et posa son regard sur le tableau qui se dessinait devant ses yeux, une ambiance désinvolte, de nombreux riverains et visiblement pas de loups ce qui laissait entendre une soirée paisible sans une nouvelle bagarre qui pouvait parfois émailler une auberge.
Alors qu’il attendait que la serveuse vienne à sa rencontre, son regard fut attiré par quelque chose, non loin, à quelques mètres seulement. Ce n’était pas des soldats du Loup, encore moins de la truite, quelque chose dans leur attitude laissait penser à des mercenaires, ce côté à la fois désinvolte et en même temps professionnel que l’on savait ne pas devoir trop chercher si l’on voulait éviter d’avoir un second sourire dans une rixe qui finissait mal. Sans s’en rendre compte, sa main caressa distraitement le poignard dissimulé, comme pour se rassurer quand bien même il savait qu’il n’avait rien à craindre. D’ailleurs, sa main quitta cette sécurité et son regard fut attiré par une nouvelle chose qui commençait à venir vers lui d’un pas déterminé et avec deux coupes à la main. Il l’identifia comme n’était pas serveuse ici, pour les quelques fois qu’il était venu ici, il ne l’avait jamais vu, et même si ses habits n’étaient pas richement décorés, il y avait en elle le maintien d’une femme qui n’avait pas le caractère candide d’une serveuse, non. Un sourire s’accrocha aux lèvres du Whent en imaginant ce qu’elle pouvait bien être, chose fort simple en y repensant et lorsqu’elle arriva face à lui, lui offrant un verre et une réponse délicieusement commerciale sur ce vin dornien, les doutes s’envolèrent comme une nuée de jais.

Intrigué par cette apparition, Dorian Whent leva d’un geste nonchalant sa main pour lui signifier que sa compagnie ne le dérangeait pas le moins du monde et il porta le verre rempli du nectar à son nez et renifla le liquide. “Une femme fort jolie qui apporte un verre de vin alors que l’heure du loup approche, voilà ce qui me semble être une subtile embuscade pour ma bourse.” Il but une gorgée, le vin lui offrant une sensation de chaleur dans le gosier fort agréable et il reposa son verre afin d’étudier la jeune femme qui était maintenant assise.
Elle était d’une beauté fort charmante, sa blondeur la faisant venir très certainement de l’Ouest et ce sourire qui pouvait très certainement faire rougir un mestre et pas que, voilà qu’une soirée tranquille s’annonçait devenir, intéressante. Il remarqua dans le dos de l’inconnue que l’un des mercenaires regardait dans leur direction et il sourit avant de reporter son regard sur elle et il leva son verre à son intention. “Merci pour ceci, même si je ne suis pas grand amateur du fruité d’un vin de Dorne, je le trouve fort agréable.” Pour preuve, il reprit une gorgée. “Cependant, malgré cette agréable rencontre, je me demande ce qui peut bien attirer une femme à venir me voir dans ce genre d’endroit. Mes habits sont-ils trop tentant pour vos yeux lady ?”





made by lizzou – icons & gif by tumblr


The violent delights have violent ends.
©crack in time
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser de la Maison Whent, Paria
Âge du Personnage: 40 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
₪ We cut silk and steel ₪
Messages : 83
Membre du mois : 9
Célébrité : Jude Law
Maison : Whent
₪ We cut silk and steel ₪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent   Lun 4 Déc - 18:27




Une petite douceur de l'Ouest ?
Briséïs & Dorian Whent




Avec le temps et l'expérience, la jeune ouestrienne avait appris une chose en matière de commerce : ne jamais attendre oisivement les clients au risque de voir ses affaires dépérir. Il fallait parfois se montrer entreprenante et mettre l'eau à la bouche des riches prospects sans jamais aller non plus jusqu'à se compromettre. Avec ce genre de transaction, il fallait savoir se montrer discret. En effet, si certains hommes ne cachaient pas leurs penchants pour les plaisirs charnels, d'autres en revanche préféraient garder leur réputation intacte que ce soit à cause d'une épouse un tant soit peu jalouse ou bien d'une haute estime d'eux-mêmes qu'ils ne voulaient pas voir entaché par des passe-temps aussi populaires et licencieux.

Les premières paroles du soldat impérial étirèrent un peu plus le sourire de la tenancière. Visiblement, il n'était pas contre un peu de compagnie et cela était plus qu'encourageant pour ce qu'elle avait à vendre...

« Embuscade...Voilà un terme bien péjoratif, » déclara-t-elle en affichant une petite moue faussement boudeuse. « Si vous me le permettez messire, j'aurais plutôt parlé d'une rencontre fortuite mais passablement prometteuse..., » le corrigea-t-elle avant de prendre place en face de lui et de déposer sa cape sur le banc à côté d'elle.

Alors qu'elle reportait son attention sur son interlocuteur, Briséïs nota le bref regard que ce dernier jeta derrière elle. Il devait avoir remarqué Sven et ses hommes qui loin de ne pas profiter de la soirée restaient tout de même sur leur garde, prêts à intervenir au moindre geste déplacé à son égard. Pour autant, la jeune femme ne se retourna pas pour confirmer ses doutes et elle se contenta d'imiter le geste de l'homme qui lui faisait face lorsqu'il leva légèrement son verre à son intention.

Sans le quitter des yeux, l'ouestrienne avala une infime gorgée. Elle se devait de garder la tête froide. L'alcool et les affaires n'avaient jamais fait bon ménage, du moins pas de son côté à elle. En revanche plus les clients étaient sous influence, plus ils avaient tendance à se montrer moins regardant sur leurs dépenses. Peut-être son interlocuteur se montrerait il moins inquiet pour sa bourse après quelques verres...

Alors que l'impérial reprenait la parole Briséïs posa son verre devant elle et se redressa légèrement, ses avants-bras posés sur la table. Le moment était venu d'entrer dans le vif du sujet.

« Votre tenue et votre emblème sont loin de passer inaperçue, je le concède. Surtout ici, au milieu de tous ces riverains, » dit-elle en laissant son regard s'attarder sur le surcot de son interlocuteur aux couleurs de l'empire. Chacun avait conservé son emblème : le loup et le dragon à trois têtes. Unis sans pour autant de faire qu'un. Drôle d'union... Quoi qu'il en soit, la jeune femme avait mieux à faire que de s'interroger sur l'empire. Elle releva les yeux vers le visage de l'homme et prit un air sérieux. « Mon nom est Briséïs et je suis ici pour affaire, » déclara-t-elle. « Peut-être avez-vous aperçue la tente fraîchement dressée non loin du camp ? » s'enquit-elle, un léger rictus malicieux aux coins des lèvres.

L'information quant à l'installation d'un bordel ouestrien non loin des troupes devaient déjà avoir circulé parmi les soldats et si les riches clients se faisaient encore timides, cela ne voulait pas pour autant dire qu'ils n'avaient pas eu vent de cette arrivée.

« Elle m'appartient, » précisa-t-elle tout de même afin que l'impérial ne se méprenne pas sur sa personne. Il n'était pas toujours évident d'être à la tête d'un tel commerce et d'être une femme. Bon nombre d'hommes pouvaient parfois se faire de fausses idées et elle n'avait aucune envie qu'on puisse penser ne serait-ce qu'un seul instant qu'elle était ce genre de femme.


©TENNESSEE.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Tenancière des Cent Délices
Âge du Personnage: 26
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 81
Membre du mois : 2
Célébrité : Hannah New
Maison : /
Caractère : ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Indépendante ▪▪ Audacieuse ▪▪ Convaincante ▪▪ Franche ▪▪▪️▪️Sensible ▪▪ Intransigeante ▪▪ Autoritaire ▪▪Vénale▪▪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent   Dim 14 Jan - 22:21



 Une petite douceur de l'Ouest ?
ft. Briséïs & Dorian۰ Vivesaigues.


C’était étrange d’être abordé par une femme, d’habitude, les convenances voulaient que ce soit l’homme qui vienne à la femme et non l’inverse. Dorian aurait pu s’en offusquer, noble de naissance, sa caste n’aimait pas ce genre de rencontre avec quelqu’un de socialement inférieur à lui, mais vu les atours de cette femme, il devait s’agir d’une marchande, une marchande au commerce florissant, car à bien y réfléchir, seuls les marchands avaient l’arrogance de venir importuner les nobles avec autant de suffisance. Heureusement pour elle, le Whent n’était pas du genre collet monté vis-à-vis de ça, en réalité il en était plus amusé qu’autre chose et voilà la raison de ce tête à tête qu’il ne semblait pas bouder.

La conversation était en plus fort agréable, les paroles qui sortaient de la bouche de son interlocutrice n’étaient pas une vulgaire bouillie de mots de paysans, mais bel et bien celui d’une personne cultivée. Et lentement, la curiosité de Dorian devint plus grande, qui était donc cette femme ? Buvant son verre, il l’écouta attentivement et ses lèvres se tordirent en un sourire sur le côté fortuit de cette rencontre, mais il ne s’engouffra pas plus dans ce petit jeu, elle voulait mener la danse et il la laissa faire.
Elle se nommait Briseïs et elle était donc là pour affaire, intéressant, il avait donc vu juste sur le côté marchand de l’affaire mais cela restait encore trop nébuleux pour lui. Et puis elle rentra plus présentement dans son commerce et le visage de Dorian se fit plus sérieux. C’était donc ça, oh oui, il avait entendu parlé de cette fameuse tente non loin du camp, ce genre de lieu était toujours présent non loin des armées en campagne, elle faisait le plaisir des soldats, la richesse de certains, mais aussi parfois une source de problèmes qu’il n’aimait guère.

Le problème de ce genre de tente c’est que parfois, les filles n’étaient pas d’une fraîcheur de rose fraîchement cueilli à la rosée du matin mais plutôt de l’ortie qui venait se frotter dans des endroits incongrus. Il avait déjà eu le spectacle d’hommes venant se plaindre, de nobles offusqués voir d’autres totalement sous le joug de cet endroit tentateur.
Mais pour ça décharge, il se disait que cette tente était d’une fort bonne réputation et qu’il fallait être un Lannister pour s’offrir les mets les plus exquis. Ainsi, donc il était en face de la tenancière de ce bordel ambulant. La façon dont elle avait la fierté de le dire ne laissait pas de doute sur la qualité qu’elle avait visée et c’était louable, mais de cela, Dorian n’était pas friand, la pauvre venait de ferrer le mauvais poisson. Il reposa doucement son verre pour la considérer quelques instants, trouvant une nouvelle position sur sa chaise.

“Voilà donc qu'en face de moi se tient la gérante de la tente au pavillon charnel, intéressant.” Il sourit une nouvelle fois, regardant les sbires non loin. Elle assurait sa sécurité, cette femme était intelligente à n’en pas douter, ce genre d’affaire était une plaie pour ceux qui ne prenait pas en compte leur propre sécurité et encore plus lorsqu’il s’agissait d’une femme aux commandes. “Je dois dire que je suis étonné, agréablement étonné en fait, d’habitude, ce genre de chose est tenue par la pire canaille de ce que compte l’espèce humaine mais vous… Vous semblez différente.”

Pour ce genre de chose, elle devait être une femme bien différente de celles qu’il connaissait, car si la guerre était une chose sale faite par des hommes parfois sans cœur, il n’en fallait pas plus pour gérer un bordel, même de luxe. “Vous êtes donc venu à ma table avec vos charmes pour me vendre une de vos filles ma Dame ? Je devrais être honoré sans aucun doute de ce privilège surtout que je sais d’après ce que j’ai entendu que votre tente n’offre uniquement ses services aux gens ayant une bourse confortable. Je devrais être donc doublement honoré que vous pensiez que je sois capable de payer pour la chaleur de bras graciles et de seins soyeux.” Il termina son verre qu’il repoussa vers elle et il haussa légèrement les épaules. “Hélas, je crains de vous décevoir, je ne cherche pas un fourreau pour mon épée.” Façon élégante de le dire, il n’était pas le genre à parler de façon grasse.

Elle allait sûrement partir maintenant à la recherche d’un nouveau client, dans ce genre de milieu, on ne s’intéressait guère à ceux qui font la fine bouche et il ne pouvait lui en vouloir. Fut une époque où il n’aurait certainement pas boudé ce genre d’endroit encore que… Il aurait certainement préféré les services de Briséïs qu’une autre, car sa beauté avait quelque chose de saisissant et elle semblait parfaitement en jouer pour attirer les gens chez ses filles. Il comprenait maintenant Loren Lannister, les filles de l’Ouest avait quelque chose que les autres femmes n’avaient pas, cette attitude, cette assurance et un regard félin. Mais elle avait clairement insinué qu’elle n’était pas un bout de chair à payer, renforçant peut être le désir chez un homme qui ira alors débourser des sommes folles pour ne serait-ce qu’un tête-à-tête avec elle. Enfin, il avait clairement mis un terme à cette discussion en abattant si tôt son jeu. “Merci pour ce vin en tout cas, puisse t’il vous offrir une meilleure issue avec une nouvelle proie.” Il lui offrit un sourire énigmatique, se demandant si elle allait baisser si vite les bras ou alors si elle allait être une vraie lionne et traquer.






made by lizzou – icons & gif by tumblr


The violent delights have violent ends.
©crack in time
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser de la Maison Whent, Paria
Âge du Personnage: 40 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
₪ We cut silk and steel ₪
Messages : 83
Membre du mois : 9
Célébrité : Jude Law
Maison : Whent
₪ We cut silk and steel ₪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Une petite douceur de l'Ouest ? // Dorian Whent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un peu de douceur dans ce monde de brute
» Une petite douceur ?
» Petite Douceur - Femelle - Chaton
» [Fevrier 1990] Une petite douceur sucrée (Ft Gawain Kirkland)
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: