Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]
MessageSujet: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyDim 5 Nov - 14:38



The Wolf and the Bat
ft. Torrhen & Dorian۰ Vivesaigues.


Il avait été mandé il y a de cela une cloche et Dorian se dirigeait désormais vers les remparts d’un pas tranquille, non pas qu’il était nonchalant, mais plutôt qu’il essayait de se rappeler le chemin exact histoire de ne pas être perdu dans les coursives de Vivesaigues. Son Empereur avait voulu le voir, la raison lui était inconnu mais cela n’était pas si important après tout non ? Lorsque Son Altesse décidait de vous voir, il fallait y aller sans rechigner et puis la curiosité de Dorian n’était pas en reste. Depuis qu’il était là, il n’avait pas beaucoup vu le Loup, sauf lorsqu’il allait chercher sa femme qui lui servait à dicter certaines de ses missives, mais ensuite, rien.
D’un autre côté, l’Empereur avait été sérieusement touché et le repos qu’on lui imposait ne devait pas être dérangé pour des choses triviales. Aussi, en attendant son heure, le paria des Whent avait découvert la splendide demeure des Tully, mangé avec la troupe, profité de sa femme et de sa fille, bref, lui-même était en repos le temps que l’Empire décide de bouger dans la région du Conflans.

En tournant à sa droite, il remarqua des soldats impériaux en faction dans le couloir, signe qu’il approchait de Torrhen Braenaryon. Un coup d’oeil des gardes suffit pour qu’il passe, même s’il n’était pas dans les hautes sphères de l’Empire, il restait tout de même chevalier de celui-ci et par ici, c’était devenu plutôt rare. En sortant par la porte qui donnait sur les remparts attenants à la tour où l’Empereur avait établit ses quartiers, il sentit une bourrasque d’un vent venu du nord, mordant comme l’aurait fait la mâchoire d’un loup avide de chair. Dorian remit sa lourde cape comme il faut, telle une murailles contre les assauts du vent et continua ses pas tout en admirant par-delà les créneaux la Ruffurque tumultueuse qui offrait ses charmes à la forteresse. Habitué au paysage qu’offrait le Conflans, Dorian ne resta que quelques battements de paupières à contempler l’oeuvre de la nature avant de chercher sur les remparts son objectif.
Il était là, droit comme un “i”, malgré les blessures, il ne semblait pas amoindri, au contraire, il semblait encore plus impressionnant, L’Empereur semblait contempler avec fascination la campagne riveraine, sûrement en train d’imaginer un nouveau plan ou quelque chose comme ça. Dorian n’était pas du genre à s’imaginer trop de chose sur le fil des pensées d’une tête couronnée, car il ne s’y intéressait pas, aucune jalousie, rancœur, envie, sauf envers son frère et Harren le Noir, pour eux, il nourrissait des sentiments profonds et qui le faisait avancer dans la vie. Un jour il aura sa revanche sur Harren, il reprendrait les terres que sa famille avait sans rechigner laissé au Sautoir.
D’autres auraient peut-être cherché avec cet Empereur plus, plus d’ambition, de terres, de pouvoir pour au final se retourner contre lui, mais le Whent n’était pas ainsi, sa loyauté était acquise au Loup et à moins que ce dernier ne le trahisse, il n’y avait pas de raison pour qu’il utilise un poignard qu’il planterait si facilement dans le coeur de l’homme qui se tenait non loin de lui.

Alors qu’il arrivait à ses côtés, Dorian ploya le genou et inclina profondément la tête. “Votre Altesse.” Il la releva et attendit l’autorisation de l’ancien Roi du Nord pour se relever. Le paria avait du mal avec toute l’étiquette qui entourait les empereurs et les reines, c’était une pure perte de temps à ses yeux et aussi grandement puérile, mais il devait s’y plier quand bien même son honneur et sa loyauté n’avaient pas besoin de montrer ce genre d’acte de soumission.
D’un autre côté, il savait qu’il fallait que les couronnes montrent leur pouvoir et rien de mieux que de voir un petit seigneur ou un chevalier à ses pieds non ? Et après certains s'étonnent des trahisons, mais n’est-ce pas normal qu’un seigneur qui parfois pouvait avoir autant de pouvoir qu’un roi se retourne contre ce dernier devant des preuves flagrantes d’humiliation ? Il soupira intérieurement, ravalant par la même occasion une pique et tout en dardant son regard sur son Empereur, il laissa échapper quelques mots de ses lèvres. “Il semblerait que vous ayez demandé ma présence Votre Altesse.”

Voilà qui était fait, la base d’une conversation était lancée bien que son genou commençait à l’indisposer, visiblement, le sol de pierre ne semblait pas se soucier du confort de la position. En contre-bas, les cris d’hommes en exercice résonna, fer contre fer. Que voulait donc le Loup ? Dorian n’avait aucune prérogative ici, simple chevalier, sa femme avait plus de relation que lui, c’est pour dire ! D’ailleurs, elle ne lui avait pas parlé de cet entretien. Étrange, bien qu’elle ne dise pas grand chose de la relation qu’elle entretient avec le Nordien, ce qui était normal, car sous le sceau du secret, il n’arrivait pas à s’imaginer que quelque chose d’important sorte de cette discussion et donc, elle aurait au moins pu lui en parler non ?


made by lizzou – icons & gif by tumblr


Dernière édition par Dorian Whent le Mar 6 Fév - 22:55, édité 2 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyDim 5 Nov - 20:20

Je compilais les dernières missives reçues. Et je froissais la dernière, redressant le regard vers l’extérieur. Le crépuscule au dehors était très beau ; quelques flocons voletaient dans le vent, et tournoyaient sous le coup des bourrasques. Le vent était frais ; il soufflait depuis l’Ouest. Je savais bien qu’au-delà ces forêts, côté sud-est, il y avait encore une vaste armée qui était assemblée sous les ordres d’Harren Hoare. Harren que nous avions privé de l’essentiel de son territoire continental, mais qui continuait la lutte à la tête de l’armée qu’il lui restait. Il me brûlait d’aller le retrouver armes à la main. Des troupes marchaient depuis toutes les directions pour converger vers nous ; les campagnes de mon fils et de ma femme continuaient, les bannières Braenaryon flottaient sur les Jumeaux, sur Salvemer, sur l’Orage qui combattait vaillamment. Et l’ïle aux Ours était tombée entre les mains des fer-nés. Des pêcheurs avaient prévenu Lord Flint. On n’avait que des rumeurs, mais apparemment toute la famille de Lyam Mormont qui était restée sur place avait été massacrée. Le papier froissé, je le comprimais un instant dans ma main avant de le jeter par au-dessus les créneaux, et j’agrippais un instant la pierre, serrant les dents pour m’éviter de hurler de rage et de colère. Je connaissais bien les Mormont, depuis toujours. Lyam allait être anéanti. Je jurais que la vengeance qui s’abattrait sur les fautifs sera sans pitié. Un garde s’avance derrière moi et me souffle que Ser Whent est arrivé.


Je pivotais sur mes talons, non sans m’être d’abord reconstitué tant bien que mal une contenance. Whent était un chevalier du sud, un homme qui avait déserté les rangs de l’armée Hoare pour rejoindre la mienne. Il avait été pris par l’armée de Jon lors de sa descente vers le sud, et le voilà qui se présentait à moi après avoir participé aux derniers combats, de mémoire dans les rangs des chevaliers de Peyredragon. Je ne savais plus. Tant de nouveaux visages, alors que beaucoup d’anciens avaient disparu dans la tourmente de Buron. L’homme s’approche et plie le genou, me saluant en parfait chevalier sudien. Altesse. Tiens donc. Drôle de façon de s’adresser à un empereur. Encore une bizarrerie sudienne. Le fait était que je connaissais peu les coutumes du sud du Neck, et que j’en découvrais tous les jours.



| En effet, Ser Whent. Content que vous ayez pu vous libérer. Relevez-vous. |


J’accompagne mes mots d’un signe l’incitant à se redresser sur ses deux jambes.


| J’ai besoin de vous pour deux choses, Ser Whent. La première est de l’information. Je connais mal la région de l’OeilDieu et il semblerait que notre ennemi s’y rassemble. Je voudrais que vous me relatiez tout ce que vous savez sur votre propre pays ; état des routes, cultures locales, défenses des communautés, forces mobilisables et loyautés de chacun. Et secondairement, j’aurais besoin de vous pour une mission d’ordre diplomatique avec nos voisins de l’Ouest. Commencez par me parler de votre frère, puis de votre pays. Nous allons marcher un jour ou l’autre dans leur direction à tous deux. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 24085
Membre du mois : 241
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyJeu 9 Nov - 15:09



The Wolf and the Bat
ft. Torrhen & Dorian۰ Vivesaigues.


Dorian se releva en remercient intérieurement l’Empereur de ne pas abuser de cette situation. Il écouta attentivement les paroles de l’homme à côté de lui. Il semblait songeur et surtout avide des informations que Dorian pouvait lui offrir sur le Conflans, est-ce que cela augurait d’une nouvelle position au sein de l’Empire ? Surtout, qu’il semblait dire qu’il allait jouer un rôle face aux gens de l’Ouest qui venaient. C’était… Intéressant, le Whent n’était pas un grand diplomate dans l’âme, mais son seigneur semblait penser le contraire, à moins que cela soit un test pour voir s’il était digne de prendre plus d’importance. Rassemblant ses pensées, Dorian eut un léger sourire amer en pensant à son frère. “Mon frère. Hm, je crois qu’il n’est pas difficile d’imaginer sa position. Il est comme de nombreux lords autour de l’OeilDieu à combattre sous la bannière du Sautoir. Ce n’est pas vraiment une surprise.” Il haussa les épaules fataliste. “Il y a une question d’honneur à servir son Roi, quand bien même ce dernier transpire la félonie. Mais surtout, Harren le Noir sait fort bien jouer des menaces et chacun sait que refuser à ce dernier son droit à diriger les terres conquises mène souvent au gibet. D’ailleurs, Harrenhal est le symbole de l’autorité du Sautoir, elle est située stratégiquement et possède une garnison fort impressionnante qui fait réfléchir à deux fois les lords aux alentours sur la question de la loyauté.”

C’était le cas, enfin dans l’esprit de Dorian en tout cas, la forteresse du Roi Noir était parfaitement posée pour prévenir la loyauté des lords, seul un fou oserait se lever contre Harren alors que l’ombre de sa demeure est juste à côté. “Je suis sûr que prendre Harrenhal mettrait fin aux prétentions du Sautoir sur le Conflans, mais hélas, c’est une terrible forteresse, une armée, même un groupe important est visible sur des lieux, cela laisse le temps d’envoyer des corbeaux pour des renforts et un siège serait bien futile tant qu’il possède encore une certaine autorité sur les seigneurs riverains encore sous sa bannière.” Pendant un instant, Dorian regarda l’étendue par-delà les remparts avant de reporter son regard sur Torrhen. “Pour ce qui est du Conflans, vous en avez déjà vue une grande partie, car elle se ressemble en de nombreux endroits. C’est une terre de plaines et de rivières avec de douces collines comme les seins d’une jouvencelle et comme elle, elle offre beaucoup à celui qui la travaille. Des champs qui même s’ils sont loin d’égaler le grenier de Westeros, offrent une certaine aisance pour les denrées. Les multiples rivières aidant beaucoup, mais sont aussi une plaie lorsqu’il y a de trop fortes pluies. Elles rendent alors le terrain difficilement praticable pour une armée qui devra parfois se détourner de plusieurs lieues pour traverser. La brume est aussi une amie fidèle qui masque parfois le regard des yeux les plus acérés.” Il réfléchit à ce qu’il pouvait dire de plus sur son pays, mais rien ne lui vint véritablement. Encore qu’il pouvait certainement parler de choses triviales.
“Concernant le peuple, il est humble, la récolte est le principal centre d’intérêt et vous trouverez sur votre route de petits villages de fermiers, des auberges avec une paillasse en guise de lit. Le charme des riverains à l’état pur en somme.” Il rit doucement avant de redevenir sérieux. “Mais si le paysan est humble, il est aussi rancune si vous l’oppressez de trot et à ce titre, je pense que les gens autour de l’OeilDieu ont beaucoup souffert durant l’érection de Harrenhal. J’ai vu et entendu beaucoup de chose étant donné que j’étais proche de cette forteresse, nombre de villageois ont été déportés là-bas pour travailler, certains sont morts sans émouvoir la Couronne Noire. Je pense qu’il y a un fort ressentiment à l’égard d’Harren mais comme les nobles, ils craignent le retour de bâton de l’ombre d’Harren si jamais ils osaient se révolter.”

Le chevalier s’arrêta un instant de parler pour s’appuyer contre un des créneaux et il croisa les bras, soupirant légèrement en repensant à tout ça, tout ce qu’il avait quitté pour combattre, espérant que cela n’était pas vain. “Pour vous dire Empereur, vous n’aurez pas plus de bannerets sous la couronne Tully pour l’instant, vous approchez du cœur du Sautoir, Harrenhal commande l’OeilDieu, la faire tomber, c’est remporter la loyauté des lords alentours, mais j’imagine que vous savez déjà tout cela. Elle est le centre d’intérêt de la région et ce n’est pas anodin si Harren reforme les rangs là-bas, car elle est imprimée au fer rouge dans l’esprit des riverains comme une couronne de pierre et de terreur. Mon frère est comme les autres, plutôt servir le Sautoir que de subir son courroux. J’ai de la peine de le voir ainsi soumis, mais je peux comprendre la raison.”
Et c’était vrai, quand bien même il avait de la haine et de la honte de voir sa famille si soumise, il comprenait son frère et de plus, il n’avait pas parlé de la religion à son Empereur, car il se doutait que l’homme sût que la croisade était comme pour de nombreux royaumes de Westeros une affaire fort sérieuse. La vie dans le Conflans était ainsi faite entre récolte et dévotion, lui-même avait eu du mal avec l’épouse de l’Empereur, une étrangère, c’était comme si la Foi coulait dans son sang et si par bien des aspects, parfois, cela lui déplaisait d’être au milieu de gens qui ne partageaient pas ses convictions, il avait aussi très vite vu que l’Empire n’était pas un tyran et que chacun pouvait suivre sa religion sans remontrance ou exécutions au bûcher. Mais il n’était pas évident de faire comprendre cela à un homme du peuple, n’y même à un chevalier consacré. Heureusement au final que l’Empire avait fait émerger les Tully pour montrer qu’il n’était question ici que d’une guerre de liberté et non d’asservissement. Mais d’un autre côté, il restait bien du chemin pour le faire comprendre et désormais, il semblait clair à Dorian que la seule façon de le faire comprendre était au fil de l’épée.



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyDim 12 Nov - 16:18

La principale raison qui pouvait expliquer que j’avais réussi à survivre et à vaincre des années durant sur le champ de bataille, c’était avant tout que je savais écouter. Je n’avais jamais eu la science infuse, je ne connaissais ni les terrains ni, parfois, le comportement de mes ennemis. J’avais besoin de renseignements pour battre et combattre un adversaire. La force brute ne suffisait pas toujours, pis encore quand il s’agissait de quelque chose comme vaincre Harren Hoare sur le champ de bataille. Avec ses fer-nés, l’homme avait sans nul doute parmi les troupes les plus violentes qui soient et il était le premier à pouvoir recruter parmi les hommes les plus brutaux et sans concession qui soient. Je ne pouvais pas combattre avec les mêmes armes que lui. Les nordiens avaient eux aussi leurs qualités militaires, bien sûr. Je pouvais sans aucun doute être invincible, si j’arrivais à mobiliser toujours plus de troupes dans mon pays natal. Mais chaque pays avait un réservoir humain bien défini, et pour le moment j’avais épuisé les premières ressources qui étaient à ma disposition ; je ne pouvais pas compter sur beaucoup plus de renforts, en dehors des levées impériales et conscrits qui gagnaient en expérience à mesure des batailles. J’avais beaucoup appris de Buron, mais ça risquait de ne pas être suffisant. C’était pourquoi j’avais fait mander le jeune Whent, afin qu’il me parle de son pays, de sa région, de sa famille et de ce qu’il connaissait de cet univers.


Je hoche la tête aux paroles de l’homme à propos d’Harrenhal et n’hésite pas à l’interrompre dans son récit pour poser les questions qui me viennent en tête.



| Y a-t-il moyen d’attirer ces gens dans notre camp ? Qu’est-ce qui vous a décidé, vous, personnellement ? |


Je ne le savais même pas ; c’était surtout mon fils qui l’avait accueilli après l’avoir pris avec sa femme sur la route du Nord. Je l’écoute alors attentivement à propos du peuple, de la topographie du terrain, de l’histoire récente de ces terres ainsi que sur la mentalité des gens de sa région. Bien sûr, il n’avait parlé que de façon générale, à gros traits. Fronçant les sourcils et effleurant du bout des doigts mon front et la cicatrice qui m’y grattait, je réfléchissais un moment avant de le relancer sur deux sujets plus spécifiques.


| D’accord, je comprends bien. Juste avant l’hiver, à quelle météo peut-on s’attendre dans la région du sud du Conflans, La Glandée et Pierremoutiers notamment ? Par quels chemins la route y est plus facile, et où est-elle plus couverte finalement ? |


Whent allait ainsi avoir quelques renseignements et pistes à exploiter sur nos prochains mouvements mais il s'agissait surtout de ne pas m'aventurer dans un pays impossible alors que l'hiver n'en était pas encore à son plus gros et son plus dur passage,
mais il n'en était pas moins difficile à aborder dans le cadre de cette campagne sous les latitudes qui m'étaient totalement étrangères.




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 24085
Membre du mois : 241
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyDim 12 Nov - 18:11



The Wolf and the Bat
ft. Torrhen & Dorian۰ Vivesaigues.


Dorian se demandait ce à quoi pensait l’Empereur au final ? Après tout, ils ne c'étaient pas vu souvent, seul son fils pouvait à la rigueur parler pour lui. Mais avant qu’il ne puisse approfondir la question, Torrhen en égraina une sur le chemin, une question fort intéressante sur de possibles ralliements. Le Whent ne voulait pas être fataliste sur le sujet et puis le Loup avait déjà dû parler au Tully pour ce genre de question, alors soit il voulait plusieurs avis ou alors, comme le laissait suggérer la fin de sa demande, c’était également pour savoir jusqu’où allait la loyauté du paria qu’il était.
Il laissa la question en suspens afin de réfléchir au mieux, ce n’était pas évident d’y répondre, car en fait, les bannières que l’Empire et le Royaume Fédéré du Conflans avaient réussi à prendre… Et bien, c’était ce qu’ils pouvaient avoir de mieux. “Pour ma part, le désir de réparer les injustices de Harren le Noir. J’ai vu ce qu’il a fait lors de l’érection de sa forteresse au peuple, jamais je ne veux voir cela se reproduire et maintenant que la guerre est généralisée, il risque d’être bien plus dur. Mais ce serait une demi-vérité. Il y a aussi mon honneur envers ma famille, nous nous sommes fourvoyés, nous avons été rabaissés et je désire me venger et récupérer nos terres. L’Empire m’offre la possibilité de faire, je le pense, un monde plus juste, pas meilleurs, mais juste.” Il haussa ses épaules avant de reprendre. “Pour attirer les autres seigneurs, je crains que ce soit difficile. Il y a encore le serment de servir son suzerain qui est ancré chez eux et on ne peut pas leur reprocher. Cela dit… Et ce n’est pas acquis… Je sais qu’il y a dans des familles des dissensions, père, fils, frère, cousin, certains jurent de défendre la Foi en vous combattant, d’autres pensent qu’un nouveau suzerain ne serait pas plus mal par rapport au Sautoir.
Le problème, c’est qu’il est difficile d’y trouver son compte. Je pense que se pencher sur le peuple serait plus raisonnable pour faire plier les lords. Eux ont souffert de Harren le Noir, une révolte populaire serait hasardeuse, mais pourrait faire réagir au sein des familles de la noblesse ceux qui se taisent depuis trop longtemps. À part cela, je ne suis pas un très bon politique mon Empereur, il y a sûrement d’autres moyens, proposer de nouvelles terres, ce genre de chose mais cela affaiblirait les Tully avant même de nettoyer leur royaume. Je pense que le Roi Tully devrait raisonner certains, mieux vaut un vrai riverain qu’un étranger régenter le royaume.
Assurez leurs que leurs terres seront protégées des prédations de Harren et certains rejoindront votre cause, d’autres ne feront tout simplement rien, de peur de la réaction de Harren, voir des voisins de l’Ouest et des armées de la Foi qui se feront certainement un plaisir de brûler des hérétiques.”


Il n’avait que cela à dire sur le sujet, à l’Empereur de méditer même si ce que disait Dorian était maigre, c’était tout ce qu’il avait en tête, le Conflans n’était plus qu’une masse informe, deux pouvoirs, voir trois se partageant les faveurs des nobles, pour lui, le mieux était au final d’y aller l’épée en main, car il n’y aurait rien de bon à faire des concessions à la noblesse riveraine. Pour l’autre question, c’était moins difficile, le chevalier regarda un instant dans la cour intérieure ce qui se passait avant de reporter son regard sur le Loup. “Pour prendre La Glandée, la route de Bel Accueil est la plus directe, mais vous commencez alors à rentrer dans la région montagneuse des Conflans. Elle est encore praticable et elle permet une logistique plus simple. Et vu la géographie, il est difficile de voir arriver une armée que de faire le tour part le sud de Bonru qui est un terrain plat et découvert. Pour Pierrmoûtier c’est plus difficile. Le chemin le plus sûr serait de passer par Blanetree, nous restons alors du bon côté de la Nera, nous protégeons le flanc de notre armée et de notre train. Le souci, c’est justement qu’il faut alors prendre Blanetree avant de continuer vers votre objectif.
Par la suite, il faudrait surveiller le pont qui enjambe la Nera et qui fait face à Atranta, nous coupons alors les renforts possibles pour Pierrmoûtier qui est dans une vallée avec dans son dos la montagne. Vu le temps, la Nera va grossir et peut-être même déborder de son lit, le pont d’Atranta est donc la clé, il faudra laisser des hommes, car si jamais il est détruit…”
Il n’avait pas besoin de lui dire ce qu’il adviendrait alors, bloquée de ce côté, l’armée impériale devra rebrousser chemin, remonter vers la Glandée pour ensuite continuer vers l’est et pendant ce temps, l’ennemi aura eu le temps de manœuvrer.

“Ce ne sera pas évident, mais les routes sont encore praticables, du moment que le temps ne se gâte pas trop, cette campagne ne sera pas embourbée, il faut juste espérer que le ciel ne devienne pas menaçant, mais de cela hélas, je ne peux pas juger.” Il s’arrêta là dans ses propos, le temps pour l’Empereur de les digérer. Il n’avait pas parlé des autres impondérables comme une armée bieffoise qui pouvait tenter de remonter, d’une armée de la Foi également, mais il n’avait pas les informations alors il n’en parlait pas, il n’était pas dans l'État-major aussi les suppositions n’étaient pas à prendre en compte, à charge au Loup et à la Truite de voir les autres options et les possibles complications militaires.
Il espérait par contre pouvoir participer à cette campagne militaire, l’inaction le rendait morose et au moins il aurait l’impression d’être utile à quelque chose et non à juste ripailler et attendre dans cette demeure qui n’était pas la sienne et qui ne lui offrait que du repos.




made by lizzou – icons & gif by tumblr
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyJeu 16 Nov - 21:01

Toujours vers l’avant. Mon père me l’avait appris, jadis, alors que je reculais devant trois hommes d’armes dans la cour, tous plus grands, tous plus âgés. Ces hommes là m’en voulaient, pas parce que j’étais moi mais parce que j’étais le prince, parce que mon entraînement se faisait avec de meilleures armes, des pièces d’armure. Ils m’en voulaient parce que j’avais dit à mon père qu’ils buvaient dans le poste de garde au pied du castel, et j’appris plus tard qu’ils étaient sensés monter la garde à cet instant précis. Je ne pouvais plus rien dire, je ne pouvais plus rien faire. A l’entraînement suivant, mon père avait fait mander les trois hommes et m’avait demandé à moi de les châtier. De les corriger, pour leur indiscipline. J’avais douze ans, et mon père ne cessait de me lancer des « en avant ! » de sa voix grave, asséchée par le crabe qui lui dévorait les poumons d’après le mestre. L’homme me poussait en avant, sans cesse. Mais là, j’avais reculé. La leçon de ce jour-là était que reculer ne servait à rien si on ne regardait pas où on allait, si le terrain n’était pas sûr. Mon père en personne m’avait corrigé, avant de me rejeter dans la mêlée avec les trois hommes. J’avais porté bleus, bosses et plaies pendant des jours et des jours, et cela avait valu une des rares disputes entre mes parents à propos de mon éducation ; rarement ma mère ne s’immisçait dans ce que mon père souhaitait expréssement.


En avant, donc.


Je n’avais pas de carte sous les yeux mais je connaissais celles du Conflans par cœur pour les avoir longtemps étudié, des années durant, des heures encore chaque jour, cherchant dans ces tracés le plus simple, le plus logique, et le meilleur chemin qui soit en terme de logistique, de marche, d’éclairage des troupes. J’avais une idée relativement précise de la campagne à venir, de ses tenants et de ses aboutissants. Je réfléchissais.



| Vous vous êtes pourtant mis à mon service personnel, Ser. Mes serviteurs, riches ou pauvres, nobles ou non, ne peuvent pas tant espérer la conquête. Je me bats pour une idée, Ser Whent, pour des principes que je souhaite voir appliquer. Il ne sera peut-être pas de mon ressort de vous récompenser comme vous l’entendez, car ces terres sont désormais celles du Roi Lyham Tully, non les miennes. Je ne viens pas pour conquérir, mais pour libérer. Cette doléance-là, gardez-la bien précieusement, prouvez votre valeur et allez le voir ; je vous appuierais si vous êtes efficace à notre service. |


L’homme m’explique qu’il y a encore les serments qui tiennent les seigneurs du conflans, les seigneurs qui restent loyaux à Harren. Certains tiendraient parole, bien sûr, et ce serait tout à leur honneur. Tout comme ce serait du ressort de notre propre honneur d’abattre ces gens et de prendre leurs terres, lorsque le moment sera venu. Ainsi en allait le monde depuis le commencement. Je médite un moment, le regard plongé dans le vague, réservant mon jugement à ce sujet pour plus tard.


| C’est pourquoi l’Empire s’est doté d’une constitution garantissant les droits des seigneurs riverains et de sa Majesté le Roi Lyham. Ce sera à lui de guider son peuple ; je ne peux de mon côté que l’y aider et non le faire à sa place. |


Je me frotte à nouveau la barbe, notant ces informations. Je connaissais les cartes mais elles renseignaient mal sur les autres éléments naturels que les rivières et les plus hauts reliefs, et n’étaient pas toujours particulièrement précises en termes de distance. C’était à moi d’arranger le coup et faire en sorte que la prochaine phase de la campagne se passe aussi bien que la campagne éclair sur Vivesaigues, jalonnée de victoires et de prises de villes.


| Est-il possible d’approcher de la Glandée de plusieurs directions à la fois et si oui, par quelles routes est-on le plus discret et par lesquels est-on le plus visible ? |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 24085
Membre du mois : 241
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyMar 9 Jan - 21:59



The Wolf and the Bat
ft. Torrhen & Dorian۰ Vivesaigues.


Il y avait quelque chose de vraiment intriguant chez l’Empereur, son côté nordien était un atout qui allait parfaitement à son nouveau statut. Dorian se demanda alors l’espace des quelques secondes si les autres rois et reines de Westeros pouvaient se targuer d’avoir la prestance impériale. Il n’avait pas vu de nombreux autres têtes couronnées cela dit, il se souvenait tout de même de Harren Hoare, et même s’il y avait chez lui une présence royale, il ne le voyait pas à la place du Loup.
La remarque impériale sur ce que Dorian pouvait avoir de sa part le fit lentement sourire et il hocha distraitement de la tête, bien conscient que Torrhen n’allait certainement pas passer outre la truite pour les prétentions de la chauve-souris. Cela n’aurait pas été à l’image de l’Empereur et honnêtement, Dorian ne se voyait pas quémander comme un enfant les faveurs du Trône Impérial.

“Je n’attendais pas de vous messire un passage en force vis-à-vis du Roi Tully. Je sais bien que vous n’irez pas à l’encontre de vos propres lois. Mais c’est honneur que de savoir que vous serez là pour me soutenir si je m’en montre digne et par les Sept, je ferais tout pour que vous soyez satisfait de mon épée.”

Et il espérait sincèrement le prouver, heureusement pour lui, la guerre allait l’aider. Il n’avait pas honte de le penser, car après tout, voilà comment était gouverné les ambitions à Westeros, seule la guerre pouvait vous élever, enfin, il y avait bien d’autres choses, mais elles étaient moins noble dans un sens.

La conversation revint rapidement sur le sujet de la guerre, une chose que préférait Dorian à l’aspect politique, car au moins, il était plus sûr de lui dans cet aspect que dans l’autre. Dorian se mit à réfléchir rapidement sur les différents options et ce fut rapide, car vu ce que demandait l’Empereur, il n’y avait pas trop de choix.
“Et bien, le plus discrètement possible, il faut passer par Bel Accueil, l’endroit est vallonné et permet de dissimuler une force. Pour le côté visible, passer à l’est de Noblecoeur pour ensuite revenir sur la Glandée, vous êtes sûr d’être repéré à des lieues à la ronde.”

Il termina sa phrase ainsi, comprenant que Torrhen était du genre direct et que les longues tirades qu’il avait fait plus tôt semblait assommer son Empereur plutôt qu’autre chose. En tout cas, cela sentait une probable campagne militaire et elle s’annonçait difficile avec le temps qui devenait de plus en plus difficile, le terrain de ce côté du Conflans pouvait vite se montrer traître avec des fleuves et rivières qui débordent rapidement pour inonder les routes et autres plaines utiles pour le passage d’une armée. Mais c’était très certainement le moment de sortir son épingle du jeu, il devait tenter la chose, même s’il essuyait un refus, au moins il aura tenté sa chance.
“Si je peux me permettre, confiez-moi une cavalerie, je connais le terrain et je pourrais facilement distancer l’ennemi s’il se lance à ma poursuite et l’attirer loin de la Glandée. Ou alors, faire passer la cavalerie dans  le dos de l’adversaire et ainsi jouer au marteau et l’enclume...”

Voilà, il s’était proposé, au Loup de décider s’il avait suffisamment confiance vis-à-vis du paria des Whent. Il espérait sincèrement qu’il aurait le droit à cette chance plutôt que de rester ici à ronger son os en attendant l’occasion de se faire voir. Non décidément, il fallait qu’il puisse participer activement à cette campagne s’il voulait atteindre ses objectifs. Cela le pousserait à quitter sa femme quelque temps, mais il s’avait qu’elle était forte et puis elle serait sûrement satisfaite de le voir de nouveau chevaucher pour la guerre plutôt que de l’entendre grogner comme un lion en cage dans leur appartement.
Malgré tout, il devait rester humble et ne pas trop demander, il le savait car parfois trop d’ambition pouvait déplaire et vis-à-vis de son Empereur, il savait que les actes parleraient plus qu’autre chose.

Il n’ajouta rien de plus, laissant à Torrhen le soin de digérer ses paroles et de dicter la marche à suivre. Il devait pour l’instant se satisfaire de ce qu’il avait, un entretien avec celui qu’il servait était déjà une bonne chose et il n’aspirait pas à être un conseiller à part entière étant donné qu’il devait déjà avoir son cercle d’hommes de confiance, il allait devoir patienter pour en faire partie, mais Dorian pouvait se montrer patient pour avoir la chance d’être un petit peu plus qu’un anonyme dans l’armée impériale. Oui, le temps était son alliée et la guerre, son tremplin, il se le jura à cet instant.





made by lizzou – icons & gif by tumblr
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyDim 14 Jan - 19:10

Je demandais des renseignements sur le terrain qu’il nous faudrait emprunter, car je savais fort bien que la maîtrise de l’ennemi sur sa propre géographie était problématique ; le sud du Conflans avait plus de relief que la rive nord du Trident et il y avait donc plus d’opportunités d’embuscades de leur part. Cela ne voulait pas dire que je devais pécher par excès de prudence, mais je me devais en tout cas d’envisager le plus de cas de figure possible si jamais nous repassions prochainement à l’offensive. Ca ne voulait pas dire non plus que l’ennemi restait sans rien faire, ou même que je puisse ressortir quelque chose de suffisamment précis pour être directement utile pour le déploiement de mes armées. Mais je me devais d’interroger ce riverain à mon service, par acquis de conscience et par volonté d’être le plus efficace possible dans ma future prise de décision. J’allais continuer de consulter chacun de mes officiers mais je ne voulais pas me présenter sans rien à proposer ; j’avais toujours réfléchi à des plans et à leurs alternatives, et ne pourrais jamais me lancer dans un combat sans avoir jamais pris part à la moindre décision dans ses préparatifs.


L’homme me remercie, et me fait honneur de ses compliments autant que de sa volonté de me garantir son service par son efficacité.



| Honneur partagé, Ser, car un général n’est pas grand-chose sans les hommes qui le suivent, et le fondateur d’une nouvelle faction politique n’a aucune légitimité sans ceux qui croient en lui. |


Et après Buron, on aurait clairement pu craindre le déficit de confiance. Et à raison, car cela m’avait fait paraître moins fort et moins solide au regard de nos ennemis. Rhaenys avait su rassurer ses propres troupes, mais les nordiens n’avaient pas retrouvé leur aplomb d’origine. Tout le monde était fatigué des rigueurs de cette campagne-ci, menée tambour battant si loin au sud… Les riverains avaient eux aussi une foi chancelante en notre cause. Nous étions victorieux dans quantité de régions, mais combattus dans d’autres. Rien n’était joué, car nous avions aussi beaucoup souffert, partout, des terribles combats qui nous avaient opposés aux séides des Hoare et de leurs laquais Gardener. Nous devions confirmer notre statut par une nouvelle victoire, ou voir toute perspective de victoire s’évanouir pour de bon. C’était ça, le poids des responsabilités qui pesaient sur nos épaules à tous. Je méditais donc sur ce que l’homme me disait à propos de la région. Cela voulait dire écarte considérablement nos forces.


| A quelle distance une troupe descendant du nord, Herpivoie et Darry par exemple, pourrait être repérée par des patrouilles dans les environs de Noblecoeur et la Glandée ? Le risque que l’ennemi fonce sur notre armée du nord plutôt que sur celle de l’est sont élevés, de ce fait ? |


Il existait des méthodes pour écranter ses troupes, pour camoufler la direction réelle que prenait une armée. La manœuvre est dangereuse, mais elle permet de leurrer l’ennemi. Mais je n’ai plus à disposition une réserve de cavalerie aussi puissante qu’avant Paege, qui permettait une reconnaissance efficace et un leurre tout aussi performant. J’avais perdu des montés en quantité, à Buron. Heureusement, mon fils et Lyham m’en avaient apporté de nouveaux, en remplacement. Je savais qu’Harren, lui, n’avait plus de réserves en terme de cavalerie, et que nous lui serions supérieurs dans ce domaine. A nous de faire jouer cet avantage pour la suite, mais les grandes manœuvres de la fin de l’été étaient terminés ; l’arrivée de l’hiver allait provoquer quelque chaos sur les routes et allait complexifier toute progression. A nous de ne pas nous laisser prisonniers de la météo.


Je soupesais ce qu’il me disait, ce qu’il me proposait. Voilà de l’allant et de l’audace comme je les appréciais. Je méditais la chose



| Un escadron de chevaux-légers impériaux pour ouvrir la route vers Atranta et Blanetree, cela pourrait vous agréer ? Vous seriez les yeux et les oreilles d’une partie de mon armée. De celle que je risque fort de mener en personne, si c’est ce plan qui est adopté en conseil de guerre. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 24085
Membre du mois : 241
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyDim 28 Jan - 19:58



The Wolf and the Bat
ft. Torrhen & Dorian۰ Vivesaigues.


L’un des hommes les plus puissant de Westeros venait d’offrir quelque chose à Dorian, après des semaines et des semaines à jouer des coudes pour prouver sa valeur, voilà qu’il était récompensé et il s’en félicita intérieurement. Mais le Whent devait faire preuve de prudence, on lui offrait certes la chance de commander, mais il allait devoir s’en montrer digne s’il voulait rester dans ce cercle militaire. Son Empereur lui avait demandé autre chose et il devait garder la tête froide pour ne pas paraître être un chien fou ivre de guerre qui attendait juste une promotion pour verser le sang.
Le silence de Dorian pouvait peut-être le desservir, mais il préférait ne pas parler pour ne rien dire maintenant, réfléchissant à ce qu’il avait entendu, il se déplaça légèrement et regarda la morne lande en contre-bas. Ce que Torrhen demandait était intéressant, cette tactique était risquée, mais pouvait payer.

“Je doute que Harrenhal laisse passer une armée si proche d’elle, arrivée vers Lychester, votre armée risque de trouver l’avant-garde d’une armée du Sautoir ou en tout cas les prémices.” Du moins, c’est comme cela qu’il réagirait lui, la tentation serait trop grande de pouvoir harceler une armée qui longe ainsi la forteresse, quelques troupes suffiraient pour miner le train de l’armée tout en se protégeant avec le menaçant Harrenhal dans leur dos.
Maintenant, le problème, c’était que Dorian n’était pas Harren et cet homme était relativement retord pour éviter de se lancer dans l’attaque d’une armée pareille. Il soupira et regarda son Empereur en haussant les épaules. “À dire vrai, cette armée serait l’appât idéal pour n’importe qui avec la protection de Harrenhal non loin mais nous sommes hélas face à Harren, cet homme est sournois, il serait capable de ne pas mordre mais en même temps…. Laisser une armée ennemie si proche de lui et ne rien faire le rendrait faible aux yeux de ses généraux.”

De ça par contre, il en était sûr, un roi ne pouvait se permettre d’en laisser un autre et son armée ravager ses terres sans réagir, c’était le meilleur moyen de perdre la confiance des troupes et des officiers et c’était peut-être encore pire dans les rangs du Sautoir avec les Fer-Nés.
“Je serais, en tout cas, honoré de commander une troupe impériale. Je ne vous ferais pas défaut et sur mon honneur, je jure que vos mots seront mon credo.” C’était encore une fois court, mais il allait à l’essentiel. Il avait maintenant des responsabilités et c’était à lui de prouver qu’il en était digne. L’Empereur avait eu une bonne idée de le nommer à la tête d’une troupe pareille, non pas qu’il était suffisant, mais Dorian connaissait l’endroit et il serait donc utile pour ouvrir la route. C’était une bonne idée et il n’avait plus rien à ajouter, il sentait que Torrhen avait déjà quelque chose en tête pour lui avoir proposé ceci. Il attendait donc la suite des événements, se demandant tout de même s’il était sensé que Torrhen prenne le commandement.

Certes, il avait montré qu’il était un stratège et un bon combattant et la troupe le suivrait jusqu’à la mort, mais comme le Cerf Couronné, un roi à la tête des troupes pouvait rapidement se retrouver lardé de lames, en fait, en y réfléchissant bien, depuis le début de la guerre, il y avait une certaine prédisposition à ce que les têtes couronnées meurt sur le champ de bataille.
Mais il se voyait mal de lui dire qu’il ferait mieux de rester en arrière, il venait peut-être d’obtenir une promotion au sein de l’armée impériale, mais pas suffisamment pour lui dire ça, charge à ses généraux de lui dire. Dorian resta donc pour la forme à attendre une nouvelle parole de son Empereur, mais il lui semblait que tout était déjà bon, pour le reste, l’ordre de mission sera donné durant la prochaine campagne militaire. Une chose était sûre cependant, ils allaient souffrir du temps, heureusement le fait d’avoir un escadron de chevaux-légers allait l’aider à rester mobile et à ne pas s’enfoncer dans le bourbier qui allait vite arriver. Il allait d’ailleurs devoir revoir son armure, si elle était utile pour le chevalier qu’il était, il allait devoir l’alléger pour garder la cohésion avec ses hommes et ne pas se retrouver en arrière. Cela lui rappellera sa jeunesse d’écuyer tien, dès qu’il en aura l’occasion, il ira voir ses hommes afin de les jauger et adapter quelque chose dans la mesure du possible.

Il lui fallait de la mobilité, mais également un bon impact de charge tout en pouvant se retirer rapidement, car une mêlée était mortelle pour ce genre de troupe et le problème, c’est qu’il était un chevalier et que lui était du genre à charger et ensuite massacrer, à l’idée d’avoir ce genre de défi, un fin sourire se dessina sur son visage, il avait son destin entre les mains, l’Empire pouvait le faire parvenir à de grandes choses, mais il pouvait aussi totalement le briser voir… Pire.



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyLun 29 Jan - 22:32

Conseil de guerre… Je ne savais pas comment les choses se passaient ailleurs. J’estimais qu’Harren devait surtout prendre ses décisions seul, mais je savais qu’un général comme le fut Bracken n’avait pas sa langue dans sa poche, et on disait que Kian Tully avait eu la réputation de ne pas hésiter non plus à s’opposer à son seigneur lorsqu’il en ressentait le besoin. Argilac Durrandon ? Il devait choisir seul aussi, avec ses quelques compagnons de ripaille. Je ne connaissais pas vraiment la réputation de feu le Roi de la Montagne et du Val, mais il était mort jeune, dans une vaine tentative de briser le mur de piques de l’Orage dans une charge de cavalerie insensée. Et le Lannister, tiens ? Lui, aucun doute qu’il attendait le conseil de ses nobles. L’aristocratie avait une grande place, dans ce pays occidental, puissance d’argent et de négoce. Dès qu’on fait des transactions son gagne-pain, transiger devient par extension une seconde nature. Lorsque j’étais général en chef du royaume du Nord, j’avais toujours pris le parti d’écouter tout le monde, mais de décider relativement seul. Aujourd’hui, j’essayais de me temporiser, de me canaliser, car je n’étais certainement plus le seul général aux commandes, loin de là. Le Whent doit le comprendre, lui aussi. Je suis plus puissant, et sans doute aussi plus riche que jamais. Mais je reste un colosse aux pieds d’argile, et dépend de ceux qui m’accordent leur confiance et leur crédit. Je méditais ses paroles, du moins sa mise en garde.


| Donc, il est aussi possible de l’attirer dans la plaine au sud du Trident, car il ne laisserait pas passer pareil mouvement sur son flanc ? Cela peut nous aider à nous ménager des opportunités. |


Allais-je vraiment faire confiance à cet homme, qui trahissait ses serments, et pouvait aussi vendre nos progressions futures à l’ennemi ? Je choisissais d’accorder mon crédit à ceux qui changeaient de camp, même si leur sens de l’honneur n’était pas aussi rigide que le mien. Pour deux raisons, la première c’était que sans compromis, nous n’aurions jamais la force de l’emporter, seuls avec Rhaenys, et le second c’était aussi que je voulais façonner l’unité des hommes selon un idéal novateur, mais qui n’était pas moins dangereux. Il nécessitait de placer notre confiance dans de parfaits inconnus. Je hochais la tête.


| J’en suis arrivé à la même conclusion. Harren l’a emporté à Buron,mais la perte des deux tiers du Conflans utile ont miné sa mainmise sur ses vassaux. Il a aussi failli beaucoup perdre, autour de l’œilDieu, à cause des milices pro-Empire que l’Impératrice a su former avec ses sympathisants. Il devra réagir. Ou alors, il nous laisse la porte ouverte. |


La réussite de l’une ou l’autre de ces alternatives ne suffisait pas pour nous assurer de la victoire, loin de là. Mais c’était un premier pas. L’homme m’assure de l’honneur que je lui fais, qu’il a bien conscience de ce qu’il gagne dans cette situation. Je hoche la tête en guise d’accord trouvé, de mon côté aussi.


| Bien, vous devenez donc chevalier en charge d’une partie de ma cavalerie. Je vous ferais suivre le brevet et l’ordre missionné une fois que j’aurais pu le faire rédiger par un de mes aides. Vous devriez également préparer vos affaires, Ser Whent. Nous partirons aussitôt les noces de mon fils célébrées. Nous irons vers le Nord, peu importe le plan retenu, pour y récupérer des renforts avant de nous mettre en marche. Vous chevaucherez avec moi, le Maréchal Omble et la Garde Demalion, et prendrez votre commandement sitôt que nous serons arrivés. Si vous avez une dame, laissez-la ici, nous ne pourrons nous encombrer de non-combattant sur le trajet, la campagne sera menée avec la plus extrême célérité, avec tous les dangers inhérents à ce genre de manœuvre. |


Je ne savais pas grand-chose de cet homme, mais je savais que nous ferons fatalement mieux connaissance en campagne. Et que s’il était efficace et loyal, je pourrais l’amener à progresser rapidement dans une armée qui était en train de se construire.




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 24085
Membre du mois : 241
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  EmptyMer 31 Jan - 22:38



The Wolf and the Bat
ft. Torrhen & Dorian۰ Vivesaigues.


Dorian écoutait attentivement l’Empereur, l’idée du Trident lui semblait être une bonne idée, si Harren était un malin, il ne laisserait pas cela se produire, même s’il flairait le piège, ce serait une trop grosse épine dans son flanc, il n’irait peut-être pas jusqu’à dégarnir Harrenhal pour ça, mais ce serait déjà une force moindre à affronter, voir dans l'incapacité de réagir efficacement pour d’autres intrusions sur son territoire. Dorian hocha distraitement de la tête alors qu’il était en train d’y réfléchir.

“C’est une idée, Harren serait fou de laisser son flanc exposé ainsi, il devra réagir sous peine d’avoir cette menace pour ses campagnes à notre encontre.”

La seule chose qui tracassait Dorian, c’était que Harren était un homme bien fourbe, on ne pouvait pas totalement se fier au bon sens stratégique avec lui, il pouvait être retord à un point difficile à imaginer et le Whent en avait déjà eu la preuve.
Torrhen semblait par contre tout aussi sûr que Dorian sur le fait qu’il ne pouvait que réagir et ce que dit l’Empereur ne faisait que conforter Dorian dans ce sens, même Harren ne pouvait rester sans rien faire devant ce genre de chose. Ce serait de la folie vis-à-vis de ses vassaux, mais cela voulait donc dire que le Sautoir était sur la corde raide dans le Conflans et donc, qu’il devait sûrement se préparer à avancer ses pions. Bien sûr, Dorian n’avait pas un réseau d’espions, son Empereur lui en savait sûrement plus que lui et ses officiers également et bien que cela dérangeait le chevalier qu’il était, il n’en fit pas la mention, il avait déjà la chance d’avoir un commandement et s’il voulait savoir plus, il allait devoir le prouver et il comptait bien le faire. Pourtant, la question le taraudait… Oui, Harren était en difficulté, mais il avait encore des ressources et surtout, il avait les Îles de Fer avec lui, et même s’il n’avait pas avec eux une manne importante de ressources en hommes, la Flotte de fer était bien trop redoutable pour la bouder surtout qu’elle régnait sur les eaux avec l’aide de la flotte du Bief.

“Rien n’est plus dangereux qu’une bête blessée. Si le Conflans lui échappe, il va devoir frapper un grand coup ici pour que les nobles hésitants restent sous sa bannière.” Il se rendit alors compte qu’il parlait à son Empereur comme s’il parlait avec un Lord et il se racla la gorge, inclinant légèrement la tête. “Pardonnez-moi, j’oublie mon rang, mais cela me chiffonne, connaissant Harren, il risque très certainement de frapper un endroit auquel nous nous attendons le moins…”

Il réalisa alors que ses craintes, Thorren en avait déjà sûrement parlé à son cercle, il ne serait pas là où il est maintenant s’il ne prenait pas tout en compte et Dorian se maudit d’être si perplexe et méfiant. Il secoua la tête. “Je suis vraiment désolé, j’ai parfois trop tendance à imaginer le pire.” Il se tut alors, afin d’éviter que son Empereur ne se demande s’il avait bien fait de lui offrir un poste, cela aurait été ennuyant de se voir si vite dépossédé d’une chose qu’il désirait tellement depuis qu’il avait préféré jeter son honneur pour suivre une cause qu’il pensait plus juste.
La suite le fit taire un petit moment alors que le Nordien en face de lui expliquait avec un professionnalisme militaire ce qui lui incombait maintenant. Dorian devait avouer que cet homme avait toute la prestance d’un Empereur et que ce n’était pas juste une outre rempli de vide. Il était heureux de pouvoir se battre à ses côtés. À la mention de sa femme, Dorian ne put s’empêcher de rire sans le vouloir et il hocha la tête.

“Haha, je crois que mon épouse est fatiguée de battre la campagne pour quelques mois après ce que je lui ai fait endurée. Je comprends la nécessité de ne pas faire voyager toute une Cour durant une campagne militaire Empereur. Je ferais en sorte de ne pas manquer à ma nouvelle charge et je serais honoré de chevaucher à vos côtés et à ceux du Maréchal Omble. Je vais de ce pas me préparer avec votre permission.”

Il s’inclina légèrement et attendit que l’Empereur le congédie pour faire demi-tour vers ses appartements, il allait devoir informer sa femme qu’il partait, mais cela ne lui imposait pas une boule dans le ventre ou des complications à venir, il savait qu’elle serait forte pour lui et qu’elle lui souhaiterait bonne chance dans cette campagne, elle était son cap, il l’aimait pour cette force de caractère. Sa fille par contre, c’était autre chose, il allait devoir affronter son regard flirté entre la fierté de voir son père partir au combat et la tristesse de le voir partir, il allait devoir lui faire promettre de se tenir et il savait qu’elle allait essayer… Quelques jours avant de redevenir sa petite sauvageonne qui n’avait peur de rien et certainement pas de l’autorité.




made by lizzou – icons & gif by tumblr
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]    The Wolf and the Bat -  [Tour V - Terminé]  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The Wolf and the Bat - [Tour V - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» Le reflet d'une perle au soleil [Tour I - Terminé]
» Le Grand Banquet [Tour I - Terminé]
» The Storyteller's Dreams [Tour II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Vivesaigues-
Sauter vers: