AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Je ne peux pas te perdre | Torrhen
MessageSujet: Je ne peux pas te perdre | Torrhen   Sam 4 Nov - 12:31

J'avais failli le perdre. Nous ne nous étions pas vraiment quittés fâchés. Il était déçu bien sûr, comme moi, alors que nous avions compris qu'un fossé se creusait entre nous, que nous n'avions plus les mêmes intérêts. Ses ambitions n'étaient plus les miennes. Les miennes plus les siennes. Je demeurais déchirée entre mes loyautés. A qui devais-je être fidèle ? Je ne pouvais me retrouver entre le marteau et l'enclume indéfiniment. J'allais m'épuiser à jouer les tampons dans ce conflit d'ego et de pouvoir. Jon avait été dur avec moi. Bowen, beaucoup plus compréhensif. Le roi loren était en route pour venir nous cherche,r alors que nous étions confinés à Vivesaigues, sous bonne garde, par le roi Lyham. J'avais pu côtoyer celle qui allait devenir ma belle sœur bientôt, Lady Eleonore, devenue princesse par la grâce de mon père et de son épouse. Mais malgré cela, mon époux me manquait désormais. Père, Jon, Bowen, tous étaient repartis se battre et je demeurais en arrière. Une fois de plus.

Et puis, il y avait eu la terrible nouvelle de la défaite du vieux Loup. Des rumeurs sur sa mort. Infondées. Il était vivant. Mais très gravement blessé. Et mon cœur avait cessé de battre en le voyant inconscient, le visage ensanglanté, amoché. J'ignorais totalement s'il récupérerait toutes ses facultés. Son œil... Il était passé bien trop près du trépas. Et mon cœur de fille s'était emballé. J'avais du résister à un crise de larmes et sans doute de nerfs. Mon éducation avait été parfaite à ce niveau. Je n'avais rien lâché, j'avais surveillé les soins, j'y avais même assisté, le cœur au bord des lèvres... jusqu'à ce qu'il me faille sortir alors que la nausée me gagnait. J'étais forte. Mais pas en étant enceinte. Pas quand j'étais déjà nauséeuse sans rien faire. Simplement à cause de l'odeur de la nourriture parfois. Et parfois pour rien. Là, les plaies m'avaient retourné l'estomac et je m'en étais voulu de passer pour fragile alors que ce n'était pas le cas. On avait imputé cela à l'émotion, à la fatigue.

Et les dieux savaient que j'étais effectivement fatiguée. Lasse. Épuisée. Je l'avais veillé pourtant. J'avais épongé son visage. Il n'était jamais vraiment seul. J'étais restée à son chevet autant que possible. Et je m'étais assoupie. Jusqu'à le sentir remuer. Entendre une voix râpeuse croasser. Je relevai la tête, encore un peu endormie, me frottait les yeux. Je ne devais pas avoir une allure digne d'une princesse. Mais mon sourire éclaira mon visage en voyant ses yeux ouverts. Je passai une main douce sur son front et murmurai « Papa... Tu m'as fait une de ces peurs... » Je baisai son front, prenant garde à ne pas effleurer les plaies. « Mais les dieux n'ont pas encore décidé de rappeler le vieux loup on dirait. » Je me redressai un peu, le dos douloureux par ma position inconfortable et par mon ventre qui commençait à se développer de façon trop voyante. Mes tenues larges ne feraient plus illusion longtemps. J'avais tellement envie de dire à mon père blessé que j'attendais un enfant... Et je le ferai sans doute au cours de cette discussion. « Tu veux boire ? » J'attendais un signe de la tête, un geste, un regard, attentive, aimante, oubliant tous nos différents.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1900
Membre du mois : 20
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je ne peux pas te perdre | Torrhen   Sam 4 Nov - 22:59

Les fer-nés étaient en déroute. Notre charge les avait enfoncés ; ils avaient été impitoyablement piétinés sous les sabots ferrés de nos massifs destriers, tantôt percés des longues lances lourdes de cavalerie ou fauchés par les épées des Gardes. Ils ne pouvaient pas résister en terrain clair à une charge de cavalerie lourde ; le mur de boucliers était une vieille tactique de guerre des insulaires et jadis il permettait de tenir, avant que les étriers ne soient introduits. Mais faites un trou, un seul, et tout le mur s’effondre sous les coups de boutoir des plus formidables montures de guerre du continent. Morsure s’étaient abreuvées de plusieurs ennemis, déjà. L’un d’eux avait vu son visage disparaître sous son casque lorsque je l’avais enfoncé d’un coup de ma lame valyrienne, un autre avait eu la moitié du visage éclatée par un coup du tranchant, le suivant avait vu sa gorge perforée d’un coup de la pointe. Nous dispersions l’ennemi à coups de lames et de ruades de nos destriers, et le poursuivions. Mais un terrible bruit de roulement, comme le ressac contre une falaise, se fit entendre sur la droite. L’épée trempée de sang, je fis stopper Brennus. Et le fis pivoter. Il fallait charger !


La cavalerie s’ébranla sur le flanc droit. Je fis rameuter tout le monde par estafettes, alors que l’infanterie achevait la déroute de l’ennemi. Harren arrivait. Hésitant, je savais que mon armée était peut-être perdue. Le fils de pute avait peut-être sacrifié toute une armée uniquement pour me forcer à quitter ma tanière avec toute la Meute et venir ensuite nous chasser à coup de lance. Les flocons tombaient, épars, du plafond de nuages bas. La luminosité déclinait rapidement ; le crépuscule sombre et glacé de cette première nuit d’hiver véritable. Les cavaliers de trois de mes divisions, de ma réserve de cavalerie et de la Garde Impériale étaient présents. Des centaines de nordiens étaient prêts à charger. Karstark entraînait à sa suite un groupe de lanciers des Rus, mais je piquais des deux pour devancer la ligne qui se formait, d’unités disparates, alors que l’ennemi nous opposait un front uni. Tenez la ligne ! En formation ! Serrez les rangs ! Etriers contre étriers ! J’hurlais à pleins poumons. Cors et trompettes sonnèrent la charge, et la cavalerie ennemie vint s’interposer. Je taillais de gauche et de droite ; il en venait de partout. Un homme m’alpaguait. Karstark avait été tué. Regardant autour de moi, je vis une goutte d’eau face à un océan, et me dis que nous y étions fin ; Harren était venu pour nous et ne nous lâcherait pas.


Je rouvrais les yeux. Du moins c’est la sensation que j’avais, même si je ne voyais rien ou presque du droit, comme s’il était plein d’eau ou de larmes. Drôle de sensation. Douloureuse. Désagréable. Je refermais aussitôt la paupière sur cet œil et l’infime mouvement de paupière me fit comprendre que ce côté du visage était enflé. L’autre œil me fit d’abord voir une silhouette indistincte, avant qu’elle ne se précise. J’entendais sa voix mais dans le lointain, réaction étrange qui me ramena aussitôt au lendemain de La-Mort-Aux-Loups, alors que je souffrais des fièvres induites par le poison sur cette flèche reçue en pleine poitrine. Ma gorge me sembla toute parcheminée lorsque je déglutis et l’ouvrais pour parler.



| Jeyne… C’est… C’est toi ? Arh… |


Je fermais les yeux sous le coup de la douleur et ravalais une salive ayant le goût du sang. Tout le côté droit de mon visage me faisait souffrir, et une ligne de douleur incandescente descendait sur mon visage jusqu’au lèvres et me tirais ensuite du coin de celles-ci jusqu’à la joue, qui n’était qu’un vague puits de douleur sourde. Je fis un vague signe de tête à ma fille et entrouvris la bouche, assez peu pour ne pas me refaire mal, sans que je sache trop qu’elle était mon problème sinon que mon visage était touché. J'avais horriblement mal au crâne. En fait, j'avais horriblement mal partout. L'impression qu'un troupeau de chevaux m'était passé dessus au galop.


| Ba… Baratheon. Où est… Baratheon ? A...Armée ? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13920
Membre du mois : 257
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
 
Je ne peux pas te perdre | Torrhen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
» Ou comment perdre son temps devant un portrait...[venez!]
» Si vous avez du temps à perdre :)
» croque-moi si tu peux - jeudi 24 mai, 14h17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: