Liens utiles
Dernière intrigue
Journal des évènements
Cartes de Westeros
Localisation des persos
FAQ de BC
La parole aux membres
On vote !

Top 1Top 2Top 3



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Progeny
MessageSujet: Progeny   Sam 28 Oct - 0:04

Je me perds dans la contemplation du fond de mon godet ; une coupe d’argent dans laquelle la donzelle a servi un Rouge aussi sombre que la nuit. Je me perds dedans un instant, fermant les yeux alors que j’en bois une nouvelle gorgée. Il est bon. Il est rugueux. Il me laisse un rien d’amertume en bouche. Il est raccord avec cette envie sauvage de vivre, et cette rancœur néanmoins tenace qui me taraude depuis des années. La musique bat en cadence au niveau de mes tympans, alors que les instruments à corde entament un rythme plus entraînant. Conrad part en riant jusque dans l’espace entre les tables, où dansent de jeunes gens. Il empoigne une jeune femme que je ne connais pas, et tape de mes doigts sur la table la cadence de la danse, les voyant rire et danser et chanter. Personne n’ose venir jusqu’à moi, mais je vois bien les regards. Ca me convient très bien, que personne ne s’approche. Lord Byron est lui aussi laissé en paix, tout jeune père qu’il est. C’est moi, sur mes propres deniers, qui ait organisé ce banquet. Lord Manderly avait d’autres soucis en tête, ces dernières nuits. Il allait donner un banquet, bien sûr, mais végétant de mon côté et en ayant assez de la chasse, j’avais battu le plancher de ses couloirs toute la journée durant pour gueuler des ordres et provoquer tout ce chambardement, pour fêter l’arrivée de l’enfant de mon vassal. Jeune père comblé, sa femme au repos et lui qui se laissait aller à quelques cornes de brune ou coupes de vin. Tous les nobles de ma suite ou bannerets Manderly s’en donnaient à cœur joie et ce soir, les toasts étaient pour les jeunes parents. Je n’avais que peu mangé, de fait. Pas faim, ces derniers temps. Ce n’était pas faute de bouger. Mais la mer me faisait toujours cet effet-là, bien que je ne m’enhardisse jamais jusqu’à naviguer. La mer me rappelait des souvenirs. Pas tous mauvais, mais peu s’en faut. C’était sur la plage de galets de l’Île aux Ours que je gagnais jadis mes premières expériences en mort comme en amour. Et c’est en mer que je perdais Rickard, et sur une autre plage où je perdais Weyton. C’est à défendre ces milliers de lieux de côtes nordiennes, que je m’étais éloigné de mon foyer jusqu’au point de non-retour. Je n’aimais pas la mer, et Blancport était imprégnée de cette odeur de sel, de ces relents marins qui étaient aussi bons pour les poumons que mauvais pour la conscience et les souvenirs.


Je humais le vin, alors que Brandon tapait dans ses mains en cadence, encourageant Conrad qui avait cessé de faire tournoyer une jeunesse pour vider un énorme bock de brune. Brandon a ce sourire réjouit qui lui a toujours donné le cœur des pucelles. Elles le couvent du regard, et lorsque la danse reprend il en a une dans chaque bras et se laisse porter par l’ivresse. A ma droite, les Flint et les Dustin portaient des toasts au nom des Manderly. Je levais ma coupe et criais mon approbation, avant d’engloutir son contenu. Mon cerveau semblait baigner dans la vinasse et dans la bière et mes pensées dodelinaient entre le monde des vivants, et le monde de ceux qui ne l’étaient plus. Je me revoyais dans cette même ville, des années plus tôt. Ma jolie Reine du Nord, cette beauté brune, contre moi, qui me lançait un de ces regards qui m’avait toujours fait chavirer l’âme. Jusqu’à la toute fin. Je restais ainsi, de longues minutes. J’entendais le rire de Brandon, par-dessus la cohue de la fête. Ce rire qui m’avait tant de fois réchauffé le cœur. Ma main gauche tremblait, nerveusement. Je dépliais et repliais les doigts, serrant le poing. Je buvais ma coupe jusqu’à la lie, et la reposait avec force. Je me levais, doucement. Et m’esquivais discrètement alors qu’une nouvelle musique s’élevait dans les airs et que des convives se levaient ou se rasseyaient. Profitant du désordre, je sortais dans la nuit. Je me sentais malade, nauséeux. Un vide terrible se faisait sentir dans ma poitrine ; ce poids mort qu’était devenu mon cœur me lançait. Je préférais les laisser s’amuser, ce soir. Tous. Les Conrad Omble, les Brandon Snow, les Byron Manderly. Cette nuit était la leur. Récompense de ces années de souffrances, de malheurs, mais aussi de victoires.


Le grand air me fit du bien. Levant la tête vers le ciel, fermant les yeux et appréciant le courant d’air du vent dans ma chevelure, entre mes poils de barbe. L’air frais me revigorait quelque peu. Elle était presque là. Je pouvais presque la sentir, à côté de moi. J’entendais presque ses murmures. Elle m’appelait. Je souris, barrant ma barbe d’un infime trait de satisfaction. J’aurais pu avoir n’importe laquelle des filles présentes ce soir. Presque n’importe laquelle, en tout cas. La ville avait plusieurs bordels, aussi. Mais je n’en avais pas envie. Ce soir, j’aurais troqué tout ce que j’avais simplement pour dormir contre ma femme, et que rien de tout ce qu’il s’était passé ne se soit jamais produit. Que nous soyons juste tous les deux. L’un avec l’autre, l’un contre l’autre. Sous un monceaux de fourrures et de peaux, avec aucun impératif au réveil autre que notre bon vouloir. Une nouvelle bourrasque de vent me fit réprimer un frisson, et m’apporta du même coup une odeur. Ca sentait le parfum. Une femme.


Je me retournais, et apercevais Dame Manderly. Amie de Sigyn. A peine rescapée de son accouchement, qui reprenait des forces comme elle pouvait. Un peu pâle, elle me prenait par surprise dans ma solitude. J’inclinais la tête doucement, lentement, avec respect mais me refaisant du même coup une certaine contenance. Elle et Sigyn avaient été proches, par le passé. Je levais ma main droite pour la poser contre mon cœur, restant à demi incliné un instant.



| Dame Alysanne. Laissez-moi vous faciliter à nouveau pour vos œuvres. Vous féciliter. Féliciter. Pardonnez-moi. J’ai un peu trop fêté avec votre mari et mes gens l’arrivée de cette si heureuse nouvelle pour votre maison. Comment vous sentez-vous ? |


Je me rappelais des accouchements de Sigyn. Du moins, de celui auquel j’avais assisté, et de son état après les autres. Jusqu’au dernier. Je chassais ces sombres et pesant souvenirs de ma mémoire, essayant de me faire plus jovial et plus grisé que je ne l’étais réellement.






Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 18337
Membre du mois : 243
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Progeny   Sam 18 Nov - 15:12

Un rayon de lune traverse les vitres pour effleurer délicatement le sol, redessinant sur le parquet lustré les ombres des croisillons. Mes yeux se laissent distraire, s'égarent un instant, se perdent le long des formes étranges ainsi apparues, avant de rendre toute leur attention au berceau de bois à côté de moi. En son sein, bordé de milles et une attentions, de couvertures et de fourrures, il dort paisiblement. Mon fils. Mon miracle. Benjen, du nom de son grand-père paternel. Mes doigts posés sur son corps minuscule esquissent de douces caresses, remontent parfois à sa joue rebondie pour mieux en admirer la courbe parfaite. Pour avoir porté et câliné chacun de mes cadets aux premières heures de leurs vies, je pensais connaître tout l'émoi que l'on peut ressentir face à un nouveau-né. Je m'aperçois ce soir que je ne savais rien du tout. Nul sentiment n'est égal à l'émerveillement qui fait battre frénétiquement mon cœur en cette heure tardive. Mélange d'amour aveugle, de confiance en l'avenir, de peur...

Mes yeux se lèvent encore, atteignent la fenêtre proche, observent la lune. J'ignore l'heure qu'il est. J'ai dormi tout le jour. Somnolé la nuit et le jour précédents, épuisée par les heures douloureuses de ce labeur interminable. Les premières douleurs étaient apparues aux dernières lueurs du couchant mais ce n'est qu'à l'aube que la peine s'est enfin atténué comme résonnait le premier cri de l'héritier de Blancport. De cette nuit douloureuse, je n'ai qu'un souvenir imprécis, noyé dans la douleur et les brumes de l'inconscience. Nul n'a osé me dire la vérité, exceptée Talya. Elle seule m'a avoué que j'avais perdu connaissance à plusieurs reprises, tant est si bien que les mestres, en dépit de leurs paroles rassurantes, avaient craint de ne pouvoir sauver mère et enfant. « Nous sommes des miraculés, mon amour. », je murmure, le cœur de nouveau étreint par l'émotion.

Les échos du château en fête me parviennent, me suggèrent que la nuit est plus jeune qu'il n'y paraît. Les trilles d'une danse, l'éclat des rires, le brouhaha des hommes qui s'apostrophent d'une table à l'autre... Une part de moi aimerait prendre part à ces festivités, célébrer aux côtés de nos proches et amis la naissance du futur Lord Manderly. Mais il est tard, déjà. Et en dépit de mon bonheur, pour l'heure je ne me sens guère incline à le partager avec mes semblables. La seule compagnie de mon bébé me comble amplement.

Comme s'il sentait le poids de mes pensées à nouveau toutes à lui, Benjen remue dans son sommeil. Ses poings minuscules se serrent, ses paupières se plissent et sur un dernier mouvement, ses lèvres s'ouvrent en un long cri de mécontentement. J'ai à peine le temps de me pencher sur lui, de caresser son front, qu'un cortège de femmes dévouées pénètre à la volée dans la chambre. L'une s'empresse de le prendre dans ses bras, la seconde d'ajuster le pli de ses couvertures. La troisième m'encourage à prendre plus de repos avec une insistance qui m'agace instantanément. Pensent-elles donc que je ne suis pas capable de prendre soin de mon enfant ? Après en avoir élevé quatre, la chose serait cocasse... Il est hors de question que je me conduise comme ces Sudiennes qui abandonnent leurs enfants à des nourrices sitôt qu'elles l'ont mis au monde. Mais je suis si fatiguée... Demain. Je vais les laisser œuvrer ce soir, leur permettre de se réjouir d'être si proche de leur futur seigneur, qu'elles puissent un jour dire à leurs enfants et petits enfants : « J'ai tenu le jeune Lord Benjen dans mes bras au lendemain de sa naissance ! » Oui, demain, je les remercierai et les congédierai, ne gardant qu'une seule nourrice à mes côtés. Pour l'heure, mes bras tremblent trop encore.

Incommodée par le bruit et la chaleur qu'elles ont porté dans leur sillage, je les laisse me guider vers la sortie. Mais je n'ai nulle envie de rejoindre ma chambre et ces quatre murs que je n'ai guère quitté au cours des derniers mois. Mes pas me portent vers la galerie surplombant la cour centrale, d'où je peux apercevoir les lumières dansantes des bougies éclairant les danseurs. Ainsi qu'une silhouette solitaire, accoudée à la balustrade non loin de moi. Une seconde j'hésite, partagée entre l'envie de demeurer seule et la plus élémentaire courtoisie. Pour finalement plonger dans une profonde révérence en reconnaissant l'homme qui se tourne vers moi.

« Sire... » Je resserre autour de mes épaules la cape de fourrure qui couvre ma robe d'intérieur légère. Par les Anciens Dieux, je ne suis absolument pas présentable ainsi vêtue, les cheveux lâchés... À plus forte raison pour me présenter devant le Roi du Nord ! « Veuillez pardonner ma mise, je ne m'attendais pas à croiser quiconque ce soir... Je me porte bien, je vous remercie. Épuisée, bien sûr, mais comblée. »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Manderly, dame de Blancport
Âge du Personnage: 29 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
La sirène au poing levé
Messages : 299
Membre du mois : 0
Célébrité : Michelle Dockery
Maison : Manderly
La sirène au poing levé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Progeny   Mar 28 Nov - 13:02

La solitude donnait parfois l’impression de devenir fou. Ce n’était pas un drame, pas une tragédie cruelle et de chaque instant. Mais parfois, lorsque tout le monde s’était retiré, je me rendais bien compte que sans Brandon, je n’avais plus personne. Il y avait en moi ce vide béant depuis des années, que nulle femme n’avait su combler, que même mes enfants ne pouvaient remplir. Je me détestais pour cela. Mes enfants. Je secouais la tête. Savoir la vérité n’arrangerait jamais personne, et je ne voulais pas porter affront à la mémoire des morts. Tout le monde avait déjà assez souffert comme ça, au fil des années. Les sauvageons, la campagne des Jumeaux, celle de Moat Cailin et son terrible siège, puis la campagne des Roches et des Rus. Le retour à Winterfell, qui ne s’était pas si bien passé que cela. Restait l’attente et la tourmente, le vent froid du Nord qui ne cessait de me balayer bien plus l’âme que la chair, qui me laissait seul et isolé dans la fraîcheur de la nuit. J’étais habitué à ce sentiment, qui n’avait pourtant jamais rien eu de plaisant. Je resserre le col de ma cape de fourrures, essayant de me préserver du froid. J’avais trop bu, et la fatigue contribuait à émousser ma résistance à ce vent du nord que je connaissais pourtant si bien.


Et voilà que je croise la maîtresse des lieux, tout juste ressortie de la bataille que mènent les femmes depuis des temps immémoriaux. Si elles n’arrêtaient jamais leur lutte, pourquoi rangerais-je un jour ma propre épée ? Qu’estc e que cela dirait de moi, en tant que souverain mais aussi en tant qu’homme ? Chacun son champ de bataille et dans les deux cas, beaucoup de sang pouvait être versé. Et des torrents couleraient bientôt, j’en avais la certitude, je le sentais dans chaque recoin de ma carcasse. La guerre était aussi inéluctable que le crépuscule, et je n’étai spas homme à rester de côté pendant que les autres marcheraient vers leur destin. Cruel destin que celui des rois impotents, qui sont condamnés à envoyer de plus jeunes hommes mourir au loin, bien au-delà que l’endroit le plus éloigné qu’ils pourraient autrement couver du regard depuis les remparts de leur dernière demeure. Mon regard se porte sur la jeune femme, dont je connais bien les parents, le frère et le mari, tout en la connaissant peu elle-même. Elle semble mise à mal mais néanmoins debout, fière ou au minimum soulagée. Elle s’incline, mais semble gênée. Sa tenue. Elle l’explique et s’excuse, mais je secoue la tête, regardant ses yeux plus que ses frusques et ses formes ; je suis Roi et elle est femme qui vient d’enfanter.



| Vous m’en voyez ravi, ma Dame. On m’a conté votre combat et la victoire fut vôtre et Manderly, indubitablement. Vous voir me rassure ; il est rare de pouvoir croiser aussi rapidement une femme venant d’accoucher, mais tout de même, les bruits de couloirs n’étaient pas fameux. Quant à votre tenue, ne vous tracassez pas. Chacun ses habits de bataille et les miens sont infiniment moins reluisants que les vôtres. |


Je fronce toutefois les sourcils.


| Ne risquez-vous pas de prendre froid ? Vous devriez rester prudente. Feue la Reine du Nord a été terrassée en couches, comme vous le savez, et après pareille épreuve vous ne pouvez prétendre à plus de résistance j’en ai peur, il serait plus sage de rentrer. |


J’avais évoqué la chose, l’évènement, d’un ton parfaitement neutre, celui que ma femme jugeait jadis glacial, monstrueux lorsqu’il s’agissait d’humain. Mais c’était ma manière à moi de gérer ça.






Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 18337
Membre du mois : 243
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Progeny   Jeu 1 Mar - 11:11

Je dois reconnaître ma curiosité. Je connais si mal Torrhen Stark… Il est mon roi, mon suzerain, mais je ne sais rien de lui, hors des échos qui me sont parvenus. Et ils sont si variables, si dissonants, que j’ignore quel crédit leur allouer. Un homme de grande valeur, généreux, juste, combattif, immense me dirait mon frère, qui lui voue une admiration louable. Et c’est tout naturel. Il a été son mentor, son maître et même, malgré tout l’amour que peut avoir Bowen pour notre père, comme une seconde figure paternelle pour l’adolescent timide qu’il était.
Un rustre, un homme violent et brutal, colérique et épuisant, borné et parfois effrayant, me disait Sigyn. J’ignore comment furent les premiers jours de leur union, s’il y eut de l’amour avant la colère, s’ils ont trouvé quelque bonheur à vivre côte à côte au fil des années. Tout ce que j’ai pu entendre de la part de ma cousine, c’est la douleur et la rage d’une femme malheureuse. J’étais bien trop jeune lors de leurs noces, pour avoir l’écho positif d’une jeune épousée mais j’ose espérer que leurs relations n’ont pas toujours été si tumultueuses.
Un roi sévère, bien que juste, qui tolère mal la contradiction mais sait pourtant écouter, qui pourrait châtier sans pitié aucune les traîtres mais récompense ceux qui lui sont fidèles… L’avis de mon époux me semble le plus mesuré. Sans doute parce qu’au delà de l’affection et du respect qui le lient à son souverain, il ne lui porte ni amour, ni haine. Nul sentiment susceptible d’altérer son jugement. À ces échos se mêlent les rumeurs et bruits de couloirs, de ceux qui créent la légende d’un roi, pour le meilleur et pour le pire, embellissant le monarque ou salissant l’homme à l’envi.

Quant à moi… Je n’ai eu guère d’occasion de le voir, moins encore de lui parler. Et cette rencontre fortuite est, il me semble, la première qui nous trouve sans escorte ni compagnie d’aucune sorte. Je suis presque surprise de le trouver si… simple. Si humain, légèrement enivré comme tout homme qui fête une victoire – fut-elle celle d’une femme – mais aussi aimable, compréhensif, balayant mes excuses d’un geste désinvolte, s’inquiétant de ma santé.

« J’ai peur, monseigneur, qu’on ait exagéré quelque peu. » La notion de combat me saisit, me surprend. Je ne l’ai jamais envisagé ainsi. Pourtant, d’après ce que m’a dit Talya, peut-être n’est-elle pas absurde. Après tout, je suis bien mal placée pour en témoigner ! « Mais j’avoue n’avoir été que très peu consciente des événements, alors peut-être était-ce le cas, en effet. Je suis seulement heureuse que nous soyons tous deux en  vie et en bonne santé. »

Sa sollicitude me touche et je lui souris, décelant au travers de sa courtoisie le dirigeant charismatique que mon frère admire tant. « Vous avez raison, je devrais me couvrir. Il faisait si chaud à l’intérieur, que je n’ai pas pris cette peine. » La brise me fait frémir, comme pour se rappeler à mon bon souvenir, et je croise les bras dans une vaine tentative pour m’en prémunir. « Je vous remercie de votre prévenance. Toutefois, j’avoue n’être guère encline à rejoindre ma chambre. Après deux jours complets à dormir, je crains de n’avoir plus une once de sommeil en moi ! »
Mon trait d’humour se perd pourtant dans l’évocation de Sigyn. Malgré les semaines écoulées, ma cousine me manque toujours autant. Bien au-delà de ma souveraine, c’est une amie que j’ai perdu et nos courriers réguliers me manquent, tout comme ma confidente. L’entendre évoquer si froidement me blesse tant… Je voudrais pouvoir enjoindre son époux à plus de respect envers une défunte, mais comment le blâmer ? Outre sa position, je suis trop bien placée pour savoir toutes les raisons qu’il a de nourrir une colère implacable à son encontre.
Apercevant un serviteur proche, je le hèle pour cacher mon trouble : « Dites-moi, pourriez-vous aller quérir ma dame de compagnie et lui demander de me porter ma pelisse de fourrure ? Je vous remercie. » Puis, adressant une brève prière aux anciens dieux, j’en reviens à mon roi. « Mais vous même, êtes-vous lassé de la fête ? Quelque bévue aurait-elle été commise ? J’ose espérer que tout a été mis en œuvre pour rendre votre séjour ici aussi agréable que possible. » Les couches m’ayant gardée alitée, je n’ai pu superviser tous les détails comme je l’aurais souhaité et bien que j’accorde une grande confiance aux services de notre intendant et de tous ceux qui ont œuvré ce soir, le doute reste permis.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Manderly, dame de Blancport
Âge du Personnage: 29 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
La sirène au poing levé
Messages : 299
Membre du mois : 0
Célébrité : Michelle Dockery
Maison : Manderly
La sirène au poing levé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Progeny   Ven 2 Mar - 18:02

La jeune femme a l’air éreinté mais ravi de la mère qui vient d’enfanter avec succès. Je savais que même lorsqu’elles se faisaient humbles, elles ressentaient forcément de la fierté, un grand soulagement aussi, qu’elles partageaient toutes car la douleur était, d’après les cris que j’avais déjà pu entendre dans ma vie, terrifiants de douleur ressentie. Cela m’avait rappelé des hommes d’armes qui avaient été blessés au ventre. A gueuler, parfois des heures durant. La douleur était peut être semblable, pour ce que j’en savais. Je regarde la jeune femme mais sans la dévisager. Je ne veux pas risquer de la mettre mal à l’aise, de la brusquer, alors que le moment était relativement peu propice à une rencontre, finalement. Elle devait surtout avoir besoin d’un peu d’intimité et elle devait aussi avoir finalement assez peu envie d’échanger avec un homme comme moi, quand bien même étais-je son souverain. C’était plutôt l’heure de se replier sur sa propre intimité, sur le cocon familial et sur les soutiens plus proches. Mais j’étais là. Et je n’avais pas vraiment envie de partir, même si je n’étais pas pour autant à ma place et que j’avais conscience de ça.


J’ai peut être besoin de parler, plus qu’envie. Mais le résultat est le même. Mes pieds ne se décollent pas du sol, et je ne m’éloigne pas. Alysane Manderly m’explique qu’on a sans doute exagérer ce qu’il s’était passé. Je ne réagis pas immédiatement ; elle savait mieux que moi ce qu’il s’était passé puisqu’elle l’avait vécu. J’avais du mal à comprendre, toutefois, comment c’était possible qu’on ne puisse pas vraiment se rendre compte de ce qu’il se passait pendant un accouchement… Peut-être était-ce dû au fait que la douleur engourdissait les sens ? Peut-être. Comme les blessés graves, sur les champs de bataille les plus violents ? Je hochais la tête à la conclusion sur la manière dont les choses s’étaient déroulées.



| Vous pouvez l’être. Et vous êtes en droit d’éprouver de la fierté. Tout le monde sera rassuré. Tous vos proches. |


Ma propre épouse était morte en couches. Je savais donc ce qui était parfois en jeu, quand les choses se passaient moins bien. Elle n’était même pas allée à terme, et elle avait perdu l’enfant et la vie avant d’arriver au bout de sa grossesse, pour une raison que les mestres ne savaient pas expliquer. La volonté des Dieux. Pour mes péchés, et pour les siens. La sanction divine s’était abattue, puissante et mortelle, rappelant à tous que puissants comme gens de peu étaient soumis à leur bon vouloir. Le froid reste mordant, dehors. Elle devrait se protéger un peu mieux que ça. J’ai un vague sourire.


| Je peux le comprendre. C’est souvent dans les moments où nous sommes les plus sollicités par le destin que nous peinons le plus à trouver le sommeil. Mais il faut quand même vous ménager. |


Les fièvres malignes ciblaient toujours les personnes qui venaient d’être fortement éprouvées, physiquement parlant ; c’était le cas de femmes en couches, mais pas seulement. Je savais que les troupes elles aussi, pouvaient vite s’affaiblir lorsque les hommes jouaient les casse-cous, alors qu’ils réchappaient tout juste d’un bain de sang. Je ne veux pas aller plus loin de le sujet de feue ma reine. Le sujet se conjugue au passé, désormais, car j’ai enterré souvenirs et problèmes en même temps que son corps, mis en terre dans le caveau familial auprès des reines de jadis, de ma propre mère, enterrée depuis longtemps. Elle n’avait pas survécu à son époux abusif et autoritaire. Sigyn ne m’avait pas survécu non plus, et était morte encore plus jeune. Est-ce que nous autres Stark, étions condamnés à user, décevoir et brimer nos femmes dès leur prime jeunesse. La dame de céans coupe la conversation et tranche le silence épais qui commençait à s’installer, et s’adresse à un des serviteurs qui passaient par là. Puis, elle me prend un peu par surprise, en pensant que si j’avais quitté la soirée, c’était parce qu’il s’était passé quelque chose, que l’organisation était allée de travers d’une manière ou d’une autre. Je secoue doucement la tête, tapotant mon abdomen.


| Trop d’alcool et de venaisons, j’en ai bien peur. Je supporte moins les excès, depuis quelques temps. Rassurez-vous, tout s’était très bien passé. Quant aux appartements qui m’ont été attribués, ils me conviennent tout à fait. |







Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 18337
Membre du mois : 243
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Progeny   Ven 20 Avr - 18:42

De la fierté... C'était le moins qu'on puisse dire. De l'amour, du soulagement, de la peur aussi. Les histoires et les anecdotes de nos grand-mères ont maintes fois évoqué ce mélange puissant qui saisit une femme à la vue de son nouveau-né... Mais jamais je n'avais réalisé la force de ces émotions, ni avec quelle intensité elles viendraient me cueillir, me prendre aux tripes.
J'avais tant craint de ne pouvoir mener cette grossesse à terme, de n'être pas capable de donner à Byron l'héritier de la maison Manderly... À l'instant où Benjen avait poussé son premier cri, tout le reste avait disparu pour ne plus laisser place qu'à ces sentiments mêlés qui m'étourdissent encore.

Le pas léger de Talya me sort de mes pensées, alors qu'elle vient déposer délicatement une lourde pelisse de fourrure sur mes épaules. D'un mot, je la remercie avant qu'elle ne s'éclipse discrètement. La chaleur et la douceur du manteau m'enveloppent bientôt et j'en rabats les pans autour de moi. Le silence s'impose peu à peu, guère confortable. Mais que dire à cet homme que je connais si mal en dépit de son rang ? Fort heureusement, l'inquiétude quant à son installation nous fournit un sujet de conversation, certes temporaire, mais néanmoins bienvenue. Je hoche la tête, heureuse d'apprendre que notre souverain n'a pas trouvé à redire sur l'accueil qui lui a été réservé. Toute incapacité que j'ai pu être, il m'aurait fortement déplu qu'il puisse trouver à redire à notre accueil. Je pense avoir rendu fou les domestiques à force d'ultimes recommandations, de conseils de dernière minute et autres rappels que je ne pouvais m'empêcher de leur communiquer par le biais de Talya, depuis le fond de ce maudit lit que je ne pouvais quitter avant la fin de mes couches. Quand toute cette agitation sera retombée, il faudra que je prenne le temps de féliciter et de remercier chacun et chacune d'entre eux pour le travail accompli ce soir et ces temps derniers.

Doucement, je m'accoude à la balustrade, le regard perdu vers la salle en contrebas d'où nous proviennent échos de musique et de rires, effluves de viandes et potages et autres rappels de la fête qui bat son plein. Cette pensée m'émeut. Bien sûr, il s'agit de faire honneur à notre souverain, en visite à Blancport. Mais je le sais, ces célébrations sont aussi en mon honneur, en l'honneur de ce tout petit être auquel j'ai donné la vie. Et si je n'y participe pas, l'attention me touche néanmoins. Je sais combien cette naissance compte pour Byron.

« Vous connaissez mon époux de longue date, n'est-ce pas ? » Je me tourne à demi vers lui, curieuse soudain d'en savoir davantage sur cette longue amitié qui les unit.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Manderly, dame de Blancport
Âge du Personnage: 29 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
La sirène au poing levé
Messages : 299
Membre du mois : 0
Célébrité : Michelle Dockery
Maison : Manderly
La sirène au poing levé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Progeny   Sam 21 Avr - 22:40

Les appartements… je me satisfaisais d’un peu, même si j’avais malgré tout toujours apprécié le confort… Un bonus, en quelque sorte. J’aimais bien dormir au chaud, avec un feu non loin. De la nourriture et un cruchon de bière, pour faire passer le goût de bile et de sang, parfois la nuit, lorsque le souvenir fugace de la bataille, du meurtre, me réveillait en vrac. Dérangé et en plein malaise, nauséeux et fièvreux, indisposé sans très bien savoir pourquoi, ni comment. A cette idée, je ressentais un vague sentiment, diffus mais malgré tout si clair, si compréhensible… J’essayais de me concentrer sur la situation présente. Mais je me sentais plein. Ce n’était pas qu’une excuse, pas qu’un faux-semblant. Je ne me sentais que trop empli de tout. De viande. De pain. Dr ce fromage si dur et si bon, et de toute cette bière et ce vin de mer si frais, et si licoreux. Je me sentais plein des gens, plein de leur compagnie et de leur discussion. J’avais envie d’espace. J’avais envie de chevaucher. Brennus. Ce jeune cheval si vigoureux, si impétueux, au caractère si sombre que lui aussi avait déjà vu trop de batailles. Piétiné trop d’hommes. Enfoncé trop de cages thoraciques et de crânes. La guerre ne connaissait jamais qu’un répit. Une pause, avant la prochaine boucherie. Ainsi allait le cycle des hommes, en ce monde. Et bientôt l’ennemi reparaîtrait à nos frontières.


Aussi sûr que les vagues s’écrasaient minute après minute sur nos falaises depuis des milliers d’années. La jeune maman m’interroge. Elle me demande si je connais son mari de longue date. Elle est soit polie, soit son mari ne lui raconte pas tout, pour se préserver sans doute du souvenir des choses trop anciennes et trop douloureuses pour qu’il soit plaisant de les raconter. Je hoche la tête en guise d’excuse. Politesse un rien gênée par les circonstances de notre rencontre. Il n’était pas convenable que ce soit moi qui la voit, ici. Et ce n’était pas



| En effet, Dame. Je puis me targuer de cet honneur. C’est un homme bon que votre mari, quoiqu’en disent les gens. J’ai connu des centaines, sinon des milliers d’hommes, ma Dame. Je puis vous garantir que le seigneur votre époux en est l’un des plus dignes, malgré ce que la rumeur populaire peut en dire. |


Bien sûr, je savais tout ce que murmurait le peuple. Je fréquentais tavernes, bordels, camps de soldats et champs de construction. Je n’étais ni sourd ni obtus, en tout cas pas en matière de racontards. Je savais aussi ce que l’on disait de moi. Je l’acceptais. Qu’y pouvais-je ?


| Vous devriez vous reposer, madame. Je ne voudrais pas qu’une discussion trop longue par cette fraîcheur ne me rendre responsable d’un déclin de votre état ; vous m’avez déjà fait beaucoup d’honneurs, et votre enfant aura droit aux miens sitôt qu’il pourra être présenté. Bonne nuit, Alysane. |


Et je me détourne. Fantôme de sourire qui me relève le coin des lèvres, et resserre le col de ma cape en essayant de retrouver le chemin de mes appartements.







Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 18337
Membre du mois : 243
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Progeny   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Progeny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Nord :: Blancport
-
Sauter vers: