AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Grant Us Peace
MessageSujet: Grant Us Peace   Mar 10 Oct - 23:19

Il neige, on n’y voit pas grand-chose. On entend le bruit du vent, qui étouffe avec la neige qui tombe, le bruit de la clameur qui vient du centre. Juste avant que le rideau blanc ne se mette à tomber sur le dernier acte de cette bataille, on avait vu une véritable horde, cohorte de bois et d’acier, de mailles et de casques cornus, avancer vers le cœur de nos troupes. J’avais vu la défaite dans cette percée que rien ne savait arrêter. C’était pourtant là que tout se jouerait. Là où j’avais fondé mes seuls espoirs de victoire, pour ce second jour. Un groupe de trompettes s’avance et lève ses longs clairons drapés des armoiries impériales en guise de salut, avant de les porter à leurs lèvres. Je tire ma nouvelle épée, Morsure, de son fourreau où elle attendait impatiente. J’ai achevé ma dernière tournée des troupes de réserve et mes derniers discours et clameurs. Je salue l’avancée de la Garde Impériale en passant le fil de la lame devant mon visage. La charge est terrible. Le tonnerre des sabots qui défonce le sol humide et à demi-recouvert de neige. Notre plongée à corps perdu vers les abysses, où nous nous enfonçons dans la neige qui continue de tomber. Le choc est terrible, l’ennemi est vu au dernier moment. Son mur de boucliers se disloque presque instantanément. Morsure mord profondément dans des coups, dans des poitrines et des torses tailladés et renversés par la puissance et la masse de Brennus qui joue des sabots et poursuit sur sa lancée. Les rangs ennemis se reforment. D’autres se précipitent vers l’abattoir. J’enfonce des côtes de ma lame, je fends un casque et le crâne en dessous. Baratheon disparaît dans la tourmente. Je cours le sauver, mais Brennus est abattu et je tombe face contre terre ; mon nez est douloureux, ma face pleine de sang. Je me fends en coups de taille pour repousser l’ennemi qui s’assemble autour, qui se rassemble pour la curée. Les corps s’amoncellent autour de moi et du Prince de Peyredragon, avec qui je combats dos à dos. Je bloque un coup de hache mais du plat de la lame, qui passe outre et fait les derniers centimètres, lentement, terriblement, jusque mon visage.


Je me réveille en sursaut, en sueur. J’ai intensément mal au visage, et la plaie qui me le traverse me brûle, comme si elle était incandescente, comme si elle me brûlait vif. J’avais vaguement conscience d’être en sueur, mais j’avais froid par opposition à la douleur sur mon visage. La plaie partant du coin de mes lèvres était la plus douloureuse. J’essayais de rouvrir les yeux, haussant les sourcils alors que ça ne faisait qu’étirer la plaie et les fils qui essayaient de me les refermer, mais mon œil droit refusait toujours de s’ouvrir sous le gonflement de mon orbite droit. Je me laissais retomber sur le lit, étouffant dans l’œuf l’angoisse et la souffrance, refermant mon œil encore parfaitement valide et inspirant profondément pour essayer de me calmer un peu. Le rire cristallin de Jeyne, le sourire de Jon, sous sa barbe naissante, le regard plein de fougue de mon fils Walton. Le regard de connivence de Rhaenys. Il faut que je me calme. Que je respire. Il me faut un moment pour retrouver mon calme. Je m’enfonce dans la torpeur d’un sommeil comateux. Jusqu’à ce qu’un bruit de porte ne se fasse entendre. Je rouvre l’œil gauche, et je vois une dame de haut parage faire son entrée. Je la toise, alors qu’elle est raide, digne. Je n’ai aucune idée de l’heure du jour ou de la nuit, je dirais étrangement nuit comme cela faisait longtemps que l’on n’était venu m’apporter à boire ou à manger. Je dois déglutir plusieurs fois pour avoir un peu moins l’impression que lèvres et langue sont totalement désséchées.



| V… Votre Grâce… Je suis gêné que vous veniez… Me voir… Dans cet état. |


J’avais fait de sa famille une maison royale, d’elle une Reine, de ses enfants des princes et princesses. J’avais sauvé son fils, l’avait protégé, et permis de sauver Vivesaigues en même temps, mais j’avais provoqué indirectement la mort de son père et de son beau-père. Je lui donnais beaucoup, tout en lui prenant en égale mesure. Je ne savais si elle m’appréciait ou me haïssait pour cela. Mais le résultat de toute cette politique était sous ses yeux ; l’Empire allait nécessiter des sacrifices terribles jusqu’à la paix.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13920
Membre du mois : 257
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
 
Grant Us Peace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peace and Love, mon frère [qui veut]
» Elias Nirvana Blackburn ◄ Peace of dream
» Peace, man !
» (M/LIBRE) GRANT GUSTIN.
» PEACE OF MIND ► SOA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: