AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Les excuses sont faites pour s'en servir
MessageSujet: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mar 3 Oct - 10:35





Manquée de peu ! Voilà le genre de propos que je détestais entendre car ils signifiaient une perte de temps. Pour ma part, j’en avais perdu assez tout ce temps où j’avais dû rester alité. Je râlais donc, ne prêtant aucune attention aux personnes que je croisais. Du moins je leur jetais un coup d’œil pour être certain qu’il ne s’agissait pas de celle que je venais voir et que j’avais manqué. Avec un soupir d’exaspération je tentais de me raisonner en me disant que si je l’avais fait prévenir de ma venue, elle m’aurait attendu. Ça ne fonctionnait pas forcément ! Je n’avais toujours pas digéré d’avoir été laissé en retrait même si je savais que je n’aurais pas tenu cinq putains de minutes sur un champ de bataille. Du coup la moindre contrariété était de trop. Oui, c’était de la colère irraisonnée et elle allait devoir passer car je m’apprêtais à faire des excuses à ma fiancée. Oui… Moi, Conrad Omble, j’allais présenter des excuses à quelqu’un ! Ou du moins dire un truc qui y ressemblerait. Je lui devais au moins ça après la manière dont je l’avais traité lorsqu’elle était venue prendre de mes nouvelles.
Je m’étais comporté comme le dernier des connards et même si cela n’avait rien de surprenant de ma part, je reconnaissais que j’y avais été un peu fort tout de même. Surtout que rien ne l’avait obligée à venir à mon chevet. Elle était juste arrivée au mauvais moment. Je venais d’apprendre le départ de Torrhen qui décidait de me laisser en retrait et je rédigeais des missives annonçant des décès, un en particulier. Non, elle n’était décidément pas venue au bon moment.

Alors que je commençais à me dire qu’il serait préférable que je retourne d’où je venais et que je la prévienne d’une prochaine visite je reconnus sa silhouette marchant beaucoup plus loin devant moi. Je chassais ma colère et mon exaspération avant d’accélérer le pas en direction de la belle brune qui n’était malheureusement pas seule. Il allait falloir que je me fasse violence pour la vouvoyer et tout le tralala alors que ce n’était pas du tout moi ça. Ayant récupérer des forces à être obligé d’écouter les mestres mes pas étaient rapides et la distance entre nous diminuait rapidement.
Je ne tardais pas à dépasser celle qui m’était promise et avec un léger sourire un coin je la saluais elle ainsi que sa suivante de manière très polie. Ce qui relevait du miracle pour un type comme moi et dont on connaissait la réputation. Me postant ensuite devant elles pour les faire s’arrêter je reprenais la parole en portant mon attention sur ma fiancée.



- Dame Corbois ! Pourriez-vous m’accorder de votre temps ? … En privé, précisais-je de suite pour ne pas à avoir à le faire par la suite.


Dans le même temps j’observais la brune. Il n’y avait pas à dire ! Elle était sublime et moi chanceux. Pour sa part, pensait-elle la même chose ? Je l’ignorais. Mais une chose était certaine ; j’étais beaucoup plus présentable que la dernière fois qu’elle m’avait vu. Moins amaigri et rasé d’un peu plus près, je n’avais plus l’air d’être à l’article de la mort et c’était le cas. Je reprenais des forces de jour en jour et il me tardait de pouvoir de nouveau manier l’épée comme je l’entendais. Ces quelques entraînements que je pratiquais m’ennuyaient à mourir.
Mais le moment n’était pas à ce genre de penser et je me contentais d’attendre la réponse de la brune.


.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Connétable de l'Empire
Âge du Personnage: 43 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 347
Membre du mois : 96
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Dim 8 Oct - 18:58

Je n’aurais pas dû mal le prendre. A dire vrai, la majorité des femmes se seraient sans doute d’ores et déjà rendues à sa rencontre pour s’excuser d’être intervenues au mauvais moment et de l’avoir dérangé. Sottises. Stupidité et faiblesse. J’avais bien des choses à faire et à voir, et j’avais néanmoins pris le temps de lui rendre visite chaque jour, m’occupant même de baigner son visage d’un linge propre pour le rafraîchir. J’avais tenue mon rôle de fiancée inquiète et attentionnée de manière on ne peut plus sérieuse. Oh, évidemment, je pouvais fort bien comprendre qu’il n’aime aucunement être laissé en arrière, qu’il soit trop blessé ou non ne rentrait pas en ligne de compte à ses yeux. Son ami de toujours et empereur était parti au-devant du danger, avec toute l’armée, quand lui demeurait cloué au lit. Je n’avais jamais apprécié être laissé pour compte ou être considérée comme de moindre importance, certes c’était différent parce que j’étais une femme, mais tout de même. Je comprenais donc on ne peut mieux sa mauvaise humeur et sa colère.

Néanmoins, rien n’excusait son comportement à mon égard. Pensait-il que j’allais m’effacer et courber le dos devant lui ? Qu’une fois mariés, je me plierais à toutes ses sautes d’humeur et à ses maladresses ? Il devait pourtant bien savoir que je n’étais pas le genre de femmes à simplement me taire et suivre aveuglément son époux. A vrai dire, je crois que c’était bien là un de mes traits de caractère qui lui plaisait. Que ce soit parce qu’il n’avait pas l’habitude qu’on lui tienne tête, encore moins une femme, et que cela l’étonnait ou l’amusait, ou parce qu’il appréciait vraiment d’avoir à faire à une personne ayant du répondant, était une autre histoire. Toujours est-il que quelle que soit la raison, il ne pouvait me traiter ainsi et espérer que je passe simplement à autre chose. Je lui avais donc aimablement répondu que je serai ravie de passer mon temps à autre chose qu’à visiter un impotent qui ne savait mieux faire qu’insulter et se montrer désagréable envers sa future épouse si attentionnée… ou quelque chose du genre. Avec mon plus beau sourire évidemment, et j’étais partie sans attendre de réponse de sa part. Je m’étais donc abstenue de lui rendre à nouveau visite. tant pis pour lui.

Je sais. En vérité, je ne devrais guère avoir mon mot à dire et rester sagement à ma place. Mais rien qu’à y penser, j’ai envie de rire, même si je sais tout autant qu’il pourrait tout aussi bien me vilipender sur la place publique pour lui avoir répondu, et qu’il serait dans son droit. Ou presque. Je retiens un soupir et tâche d’écouter ma dame de compagnie qui me parle d’un quelconque chevalier s’étant illustré, avant de froncer les sourcils en apercevant Conrad. Je m’arrête et le dévisage, les mains sagement croisées sur mon ventre.

« Lord Omble. Vous semblez vous remettre de vos blessures, je suis heureuse de l’apprendre. » Je le fixe un instant, avant de tourner la tête vers Kiyara. « Si vous voulez bien m’excuser, il semblerait que Lord mon futur époux ait quelques secrets à me confier. Je vous retrouverais dans la grande salle. »

Elle sourit, d’un air hésitant entre le rougissement, l’amusement et la réprobation, et incline la tête avant de se sauver. Je me tourne à nouveau vers Conrad, haussant un sourcil.

« Je vous l’accorde Lord Omble. » J’esquisse un sourire un peu tendu. « Pouvons-nous continuer à marcher dans les coulois ou est-ce trop privé pour risquer que cela ne soit entendu par d’indiscrètes oreilles et devons-nous dans ce cas trouver un endroit isolé ? »

Oh non, qu’il ne s’imagine pas obtenir davantage qu’une discussion avec moi dans l’immédiat, mais il faut bien que je demande malgré tout, non ?



La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 472
Membre du mois : 20
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mer 11 Oct - 18:19





Une fois ma mauvaise foi enrayée tout comme ma colère, je tombais sur celle que je voulais voir. Je me fichais qu’elle ne soit pas seule ! Son futur époux, Sénéchal et bientôt Connétable, passait en premier. Bien sûr, les raisons de ma présence ici faisaient que je me comportais avec politesse lorsque je stoppais les femmes dans leur marche.
Je ne manquais pas le froncement de sourcils de la brune au fort caractère mais ne disais rien à ce sujet. Je me contentais de les saluer et de demander à Nelya qu’elle m’accorde du temps. J’acquiesçais d’un signe de tête à ses paroles avant de lui répondre.


- Oui, malgré mon caractère exécrable avec tout le monde, les mestres ont continué à me soigner, déclarais-je en sous-entendant que mon comportement avait été odieux. Quelle chance n’est pas ?


Puis je me taisais tandis que Nelya s’adressait à sa suivante en m’évoquant comme son futur époux. C’était un fait que j’oubliais encore parfois ! Non pas que j’étais contre… mais avec tout ce qui se passait ces derniers temps, rien n’avait été organisé. Du moins de mon côté ! Mais j’avais tout de même prévenu ma famille de mes fiançailles ! Je gardais mon sérieux à l’évocation du mot ‘secrets’ alors que j’aurais volontiers souri, tout comme j’aurais largement préféré appeler Nelya par son prénom plutôt que par son nom. J’enviais parfois les simples soldats de ne pas à avoir à faire tout ce cirque. Sans oublier qu’elle et moi avions déjà consommé !
Je regardais la jeune femme qui était de trop partir et reportais mon attention sur ma fiancée lorsqu’elle s’adressa de nouveau à moi. Je hochais la tête d’un air entendu lorsqu’elle accepta de m’accorder du temps. Pour sa question, je regardais les alentours et mon attention se posa sur une porte.


M’entendre faire des excuses n’était pas un fait anodin et je n’avais pas envie que des oreilles indiscrètes captent celles que j’allais sûrement faire à Nelya. Cette histoire ne regardait que nous, quand bien même j’avais envoyé la jeune femme sur les roses devant quelques personnes soignantes. De toute façon ce n’était pas la même chose ! Elle était une femme, avec du caractère certes, et quel putain de caractère mais cela ne changeait rien. En théorie je pouvais l’envoyer se faire foutre sans qu’elle n’ait son mot à dire… C’était d’ailleurs ce que j’avais fait ! Les excuses n’étaient même pas à envisager.
Mais la pratique n’était pas la théorie. Nelya n’était pas n’importe qu’elle femme. Je le savais et je m’en rendais compte un peu plus chaque jour ! Elle n’avait pas apprécié mon comportement à son égard et avait donc cessé de venir. Même si je ne le reconnaîtrais jamais, cela m’avait emmerdé. Ses visites étaient agréables et j’avais passé le reste de ma convalescence à brailler sur tout le monde à cause de l’ennui. Une chance ; personne n’avait tenté de me tuer à cause de cela.


J’ouvrais alors la porte de la salle qui servait parfois à des réunions et laissais passer la brune avant de nous enfermer. Je me tournais ensuite vers Nelya et la contemplais quelques secondes. Un sourire naquit de nouveau sur mes lèvres !


- J’avais l’impression que tu t’ennuyais… je suis venu te secourir, déclarais-je amusé. Je ne mentais pas ! Elle semblait vraiment s’ennuyer mais je reprenais de suite. On m’a dit que je te trouverais par ici, avouais-je en me rapprochant d’elle sans la lâcher du regard. Je voulais te voir concernant ta dernière visite à laquelle j’ai eu le temps de repenser. … Ma blessure et l’inquiétude pour l’Empereur seraient de bonnes excuses dont je pourrais me servir mais j’ai conscience que je n’aurais pas du te traiter de la sorte puisque tu étais là sans que tu n’y sois obligée, déclarais-je sincèrement.


.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Connétable de l'Empire
Âge du Personnage: 43 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 347
Membre du mois : 96
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mer 1 Nov - 18:31

Devrais-je me montrer reconnaissante qu’il se montre pour l’occasion patient et compréhensif ? Autant qu’il le pouvait tout du moins ?... Sans aucun doute. Mais ce n’était pas réellement le cas. Que ce soit la façon dont j’avais été élevé ou mon caractère propre, je n’étais pas, et n’avais jamais été, de ces jolies et souriantes cruches qui se contenter d’acquiescer. Enfin si, je l’avais déjà fait, évidemment, j’avais déjà été mariée et j’avais appris à savoir quand sagement approuver et sourire. Mais cela ne durait jamais longtemps, et j’arrivais malgré tout à avoir ce que je voulais. La plupart du temps. Je n’étais pas parfaite, malheureusement, et me trompais parfois, bien que rarement. Et en l’occurrence, quoiqu’il puisse dire ou penser, il avait tort. Quoique puisse en penser les autres également. J’étais femme, mais je ne m’étais jamais résolue à n’être que cela. Et il s’était conduit comme le rustre qu’il était la plupart du temps. Mais je n’avais pas apprécié pour autant. Je le dévisage, haussant un sourcil à sa remarque. Au moins se rend-il compte qu’il est parfois odieux, c’est toujours ça de pris. J’esquisse un sourire à peine visible, même si mes yeux s’éclairent quelque peu.

« Il semblerait que les mestres apprennent à gérer les patients difficiles effectivement. Tout comme la patience est une vertu qui leur est indispensable pour exercer leur charge… et sans doute celui qui s’est occupé de vous doit l’être encore davantage que les autres, vous avez indubitablement de la chance. »

Et bien sûr que j’accède à sa demande, je ne suis pas stupide au point de refuser de lui parler, ou tout du moins d’accepter de l’écouter. Rien que le fait de venir à ma rencontre ressemble à un effort de sa part, j’ai beau être arrogante, je ne suis ni inconsciente ni grossière. Si mon premier mariage s’était gâté avec le temps, je m’étais tout de même bien entendu avec Lucan. Et puis, Conrad serait certainement moins lassant que lui… moins présent aussi. Ce qui n’était pas forcément une bonne chose me connaissant… Bah, j’aviserai.
Je le suis et passe devant lui alors qu’il ouvre la porte de ce qui ressemble à un bureau, ou une salle de conseil que sais-je. Allant jusqu’à la fenêtre, je jette un coup d’œil à l’extérieur, avant de revenir vers lui et de l’observer, les mains sagement croisées sur mon ventre. Mes lèvres se plissent un peu quand il commence à parler, avant que je ne hausse une épaule en secouant la tête, une légère étincelle amusée toujours présente dans le regard.

« Tu es bien trop bon. As-tu secouru beaucoup de demoiselles ces jours-ci ou suis-je une privilégiée ? »

Je croise les bras sans le quitter des yeux alors qu’il s’approche. Penchant la tête sur le côté, je le fixe.

« Ai-je réellement des excuses de la part de Lord Omble ?... Ce ne seraient guère de bonnes excuses à opposer à une fiancée alors inquiète et apeurée… Tu n’aurais pas dû effectivement. » J’inspire et incline lentement la tête. « Mais j’accepte tes excuses. Et je t’en remercie. » Je lui jette un coup d’œil, la mine butée. « Et je suis navrée de ne pas être revenue malgré tout. Mais je ne suis pas une vulgaire suivante que tu peux mettre à la porte ou insulter impunément Conrad. Ou du moins, je ne l’accepterai pas, même si je n’ai nulle envie de me confronter à toi et de débuter notre union sur des disputes. Le comprends-tu ? »

Qu’il le comprenne ou non ne changeait pas grand-chose au final. Ce serait lui qui aura raison et qui imposera ses décisions le cas échéant. Mais les hommes ont souvent tendance à oublier à quel point une femme peut être retorse, comme ils sous-estiment le pouvoir qu’elle peut avoir. Enfin, la plupart des hommes… Je soupire et j’ai une moue contrite à son intention.

« Mais je constate que tu semble t’être plutôt bien remis depuis… Comment vas-tu pour de vrai oh mon futur époux ?... T’ai-je manqué à ce point pour que tu viennes ainsi à ma rencontre ? Pour que tu remettes ton comportement envers moi en question ? »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 472
Membre du mois : 20
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mar 7 Nov - 15:39





Je n’étais pas le dernier des imbéciles et j’étais parfaitement au courant que mon comportement impatient et colérique était loin d’être un avantage en dehors des champs de bataille. Certaines personnes n’avaient d’ailleurs pas hésité à se plaindre auprès de Torrhen. Mais je préférais ne pas penser à cela maintenant car je savais très bien ce que je ferais à ces langues de vipères si je savais qui elles étaient. Je me concentrais donc sur les remarques de la douce au caractère bien trempé. Nelya ne mâchait pas ses mots mais que pouvais-je bien répondre à cela ? Elle avait raison, j’avais un caractère de merde et si j’avais été le mestre qui me soignait je n’aurais pas été aussi patient. Cependant, je ne voulais pas que la jolie brune ait le dernier mot.
Aussi, je haussais les épaules pour me donner un temps de réflexion. Et cela sembla fonctionner ! J’esquissais l’ombre d’un sourire avant de prendre la parole.


- Peu importe ! C’est son métier. Que le patient soit d’une gentillesse absolue ou pas, il doit le soigner correctement.  Je fixais Nelya. Lorsque je me bats pour protéger nos terres je ne le fais pas uniquement pour ceux qui le méritent. Dans le cas contraire beaucoup de pleutres se retrouveraient sans rien !


Mais cela je ne l’avais jamais envisagé. Je me fichais des nobles et me contentais de me battre pour le Nord depuis toujours. Cet état de fait allait d’ailleurs bientôt changé puisque je me battrais bientôt officiellement pour l’Empire. A cette pensée je me demandais ce qu’allait dire Nelya. Je devais lui en parler et c’était justement pour cela que je la cherchais. Je savais qu’elle ne portait pas l’Empire dans son cœur et aux vues de notre dernière rencontre je ne pouvais pas aborder le sujet sans passer par la case excuses. Oui ! Ces dernières étaient calculées mais cela ne voulait pas dire qu’elles n’étaient pas sincères… même si elles n’étaient pas vraiment formulées. Et j’étais persuadé que la femme qui regardait par la fenêtre les avait comprises.
Cependant, je fronçais les sourcils à sa question concernant le secours de demoiselles avant de comprendre. Le doute s’était insinué dans mon esprit car j’avais croisé Mathie il y avait quelques jours. Avec un haussement d’épaules, je déclarais…


- Je n’ai rien d’un preux chevalier et je passe beaucoup de temps auprès de l’Empereur… Mais tu es une privilégiée effectivement…


Après tout il était rare que je coure avec une femme puisque habituellement l’inverse était de mise. Si Nelya n’était pas ma promise et surtout, si elle n’avait pas ce tempérament fougueux, je l’aurais laissé de côté. Mais je ne le souhaitais et c’est pourquoi je fus soulager que la belle accepte mes excuses. Bien que surpris par ses remerciements, je ne laissais rien paraître et l’écoutais attentivement. Je ne devais pas faire la sourde oreille avec elle car elle n’était pas le genre de potiche à subir les humeurs de qui que ce soit, y compris de son futur époux.


- Je le comprends parfaitement et je sais à présent que tu n’accepte pas ce genre de comportement de rustre, déclarais-je. Je ferais mon possible pour que cela n’arrive plus, précisais-je sincère.


J’allais m’en tenir à ce que je venais de lui dire mais il y aurait des failles. Je le savais parfaitement et Nelya devait s’en douter également. Il est impossible de changer le caractère d’un homme de mon âge mais on peut l’améliorer. Mathie avait presque réussi avait de disparaître mystérieusement. Ma future femme avait le tempérament pour améliorer mon comportement… pas en général, mais vis-à-vis d’elle ! J’en étais certain mais je ne lui disais pas.
Je la regardais soupirer avant de reprendre la parole. J’esquissais un sourire lorsqu’elle me demanda si elle m’avait manqué. La réponse était oui ! L’arrêt de ses visites avait rendu le temps plus long et mon caractère plus exécrable.


- Je me suis remis et je te cherchais afin de te parler d’une chose dont l’Empereur et moi-même nous sommes entretenus, expliquais-je sans détour. Je ne voulais pas que tu l’apprennes d’une quelconque rumeur.



.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Connétable de l'Empire
Âge du Personnage: 43 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 347
Membre du mois : 96
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Ven 24 Nov - 18:22

Si j’avais eu le temps d’apprendre à le connaître un peu et que j’avais réussi à m’apercevoir qu’il n’était pas uniquement le rustre brutal que tout le monde dépeignait, fort heureusement, j’avais aussi eu le temps de me rendre compte qu’il avait bel et bien un caractère difficile. C’était le moins que l’on puisse dire. Ce n’était pas temps pour me déplaire, je préfère avoir quelqu’un ayant du répondant face à moi que le contraire c’est certain. Mais j’avais mes limites, et il s’échinait à vouloir jouer avec. Le bon côté, c’est que mon propre caractère et mon audace semblaient lui plaire et qu’il ne s’offusquait pas de mes réponses pour lesquelles d’autres auraient trouvé beaucoup à me reprocher.
« Vous avez raison Lord Omble, c’est son métier. Mais il ne faut pas oublier que c’est justement lui qui administre soins et potions, et qu’il vaut mieux en général ne pas trop l’importuner… » Je penche la tête sur le côté. « Ils ont donc bien de la chance ces pleutres, que de courageux et intrépides soldats pensent à leur royaume et aux autres. Nous avons tous de la chance. »

Je souris doucement, avant que nous ne nous retrouvions seuls, dans un espace plus privé. Ce n’est pas la première fois, loin de là, mais il ne s’agit nullement cette fois-ci d’outrepasser les règles de la bienséance ou du mariage. Il avait été trop loin, de mon point de vue du moins. Et du sien aussi visiblement, étant donné qu’il me présente manifestement ce qui semble être des excuses. Je souris un peu plus franchement, haussant un sourcil, alors que je le regarde. Certes, il n’a pas grand-chose du preux chevalier sur lequel rêve les jeunes demoiselles. Et j’aime toujours autant l’idée d’être une privilégiée il est vrai. D’autant qu’il m’écoute vraiment. Ou du moins fait-il bien semblant dans le pire des cas. Je le fixe, ancrant un instant mon regard dans le sien, et je hoche lentement la tête.

« Cela arrivera encore, nous le savons tous deux. Et je t’éviterai donc de nouveau au mieux. Ou je m’emporterai quelque peu au pire… Mais tant que tu sais et accepte que je n’apprécie guère et que je ne suis pas femme à souffrir cela… nous devrions nous en sortir. »

Cela venait à admettre que je ferai des efforts, aussi surprenant que ce soit, ce qui n’était pas peu dire. Et qu’il devrait en faire également, ce qui était sans doute plus difficile encore. Enfin, il venait de faire un premier pas en s’excusant, c’était une bonne chose et ça laissait présager un avenir possiblement… agréable ? Ou tout du moins concevable à ses côtés.
Oh un sourire. Je lui ai donc manqué. Bien. Néanmoins, ma moue disparait et un léger froncement de sourcils apparait en réponse à sa déclaration. Qu’ont-ils bien pu se dire qui puisse me concerner ?

« Une chose importante je présume pour que je doive en être informée. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?... » Je plisse les yeux avant de hausser un sourcil. « Cela concerne-t-il notre mariage ? Ou est-ce à moi que de te rappeler cela et de fixer une date avant qu’à nouveau tu retournes au combat ? »

Quoi ? Je mets les pieds dans le plat et alors ? Il faut bien que nous en parlions non ?


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 472
Membre du mois : 20
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Dim 31 Déc - 12:39





Je n’arrivais pas à imaginer ce que pourrait donner mon mariage avec Nelya… Nous avions tous deux des caractères très forts et je savais que de nombreux hommes n’appréciaient pas cela chez une femme. Ce n’était pas mon cas ! J’avais pourtant connu et même plu, sans que je ne sache pourquoi, à de jeunes beautés douces, serviables et dociles mais elles m’ennuyaient. J’aimais que l’on me tienne tête et Nelya ne se gênait pas pour le faire. Cette femme avait tout pour plaire selon moi et savait même me faire sourire.
Ce fut le cas. L’ombre discrète d’un sourire apparut avec sa remarque on ne peut plus vraie concernant les mestres. Après, j’étais pénible, certes, mais pas au point que l’un d’entre eux veuillent m’empoisonner… n’est-ce pas ? A vrai dire, la question pouvait donner naissance à un débat et je la gardais donc pour moi.
Puis je fronçais les sourcils à ses paroles concernant les pleutres et leur chance due au fait que des types comme moi ou Torrhen les protégions. Je haussais les épaules…


- Ce n’est pas de la chance… Tout comme les mestres se doivent de soigner tout le monde ; les soldats tels que moi sont là pour protéger les gens quels qu’ils soient.


Puis nous nous retrouvions ensuite dans un lieu plus intime et cela raviva ma mémoire et les moments forts agréables que j’avais pu passer avec Nelya lorsque nos fiançailles avaient été annoncées. Nous avions outrepassées les convenances mais je m’en fichais royalement et gardais de ces instants de sublimes souvenirs. Je ne savais pas s’il en était de même du côté de la jolie brune puisque nous n’avions jamais reparlé de cela depuis. Qui plus est le moment était très mal choisi. Je faisais en quelques sortes des excuses pour m’être comporté comme un rustre ; évoquer cet échange passionné et interdit que nous avions eu ne serait pas le bienvenu. Je tentais donc de chasser ce désir que je ressentais pour Nelya et me concentrais sur ses paroles. Je hochais la tête.
Elle avait raison… Des disputes nous en aurions mais encore fallait-il qu’elle accepte la nouvelle que j’allais lui apprendre. Comme en avait ri Torrhen, je n’allais pas demander l’autorisation à Nelya concernant mon futur poste de Connétable de l’Empire mais j’allais l’en informer. Elle déciderait ensuite de ce qu’il serait bon de faire !


- La fougue de ton caractère ne nuit en rien à ta beauté, déclarais-je. Quoique tu dises ou fasse, tu as cette manie d’être radieuse.


Était-ce bien le rustre Conrad Omble qui venait de dire cela ? Oui ! C’était le cas et j’avais été on ne peut plus sincère. Nelya était sublime et je pouvais me considérer comme chanceux de l’avoir comme fiancée. Bien sûr, elle ne perdait rien au change mais je n’étais pas connu pour être un noble chevalier courtois et plein de bonnes manières. Loin de là !
J’esquissais réellement un sourire lorsque la belle me demanda si elle m’avait manqué. Je ne répondais pas verbalement car elle était assez intelligente pour deviner que mon sourire était une réponse positive.
Puis arriva le sujet fatidique. Était-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? De son point de vue je ne saurais le dire. Je me raclais la gorge avant de répondre… Tout comme moi, elle n’oubliait pas notre mariage mais elle en aurait peut-être l’envie lorsqu’elle apprendrait que je risquais de ne pas être un mari très présent.


- Je n’oublie pas notre mariage, bien que je ne sois pas doué dans la préparation de ce genre d’événement… ce dont tu dois te douter.  Je marquais une pause et me rapprochais d’elle en ne quittant pas son regard du mien. Avant que nous fixions une date je dois te mettre au courant d’une chose afin que tu sache ce que l’avenir risque de nous réserver.  Je me taisais quelques secondes. L’Empereur va bientôt me nommer Connétable de l’Empire, dis-je simplement en guettant la réaction de Nelya.


Je ne disais pas que j’aurais pu refuser cette proposition puisque je ne l’avais envisagé à aucun moment. Cependant, je me devais de lui dire puisque la jolie brune n’avait pas l’Empire dans son cœur. Et puis cette nomination voulait dire d'autres responsabilités, d'autres guerres et des absences...




.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Connétable de l'Empire
Âge du Personnage: 43 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 347
Membre du mois : 96
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Jeu 4 Jan - 19:07

J’ai beau commencer à le connaître et à trouver comment manœuvrer avec lui, pour ne pas dire comment le manœuvrer lui, je reste néanmoins encore raisonnable si l’on puis dire. Savoir à quoi m’en tenir est une chose, connaître ses limites également, mais je n’ai pas non plus envie de le pousser à bout. Surtout sans être mariée à lui en contrepartie. Mais pour le moment, je dois plutôt bien jouer le jeu, puisque j’arrive même à distinguer une ombre de sourire qui disparaît rapidement. Ma foi, cela pourrait déjà sembler un exploit le concernant. Je ne vais pas poursuivre sur cette voie, me doutant bien qu’il peut y avoir du vrai derrière mes paroles lancées légèrement. Et je hoche sagement la tête alors qu’il rebondit sur les soldats et leur devoir. Protéger tout le monde, en voilà une idée plus qu’absurde, mais je n’allais pas non plus refaire le monde et je ne tenais aucunement à le convaincre de l’idiotie de cette idée. D’autant plus que nous avons bien d’autres choses à discuter ensemble, autrement plus importantes que de savoir qui il faudrait ou non protéger. Et à le voir agir de la sorte, présenter des excuses comme il a très rarement dû le faire, je ne regrette point d’avoir accepté cette entrevue. Je le fixe, un sourcil levé, et j’esquisse un sourire.

« Un compliment en plus d’excuses, je suis réellement gâtée aujourd’hui ! Radieuse. Cela me plaît. N’oublie pas de me le rappeler de temps à autre. »

Je souris un peu plus en le dévisageant. Cherche-t-il à m’acheter ainsi ou à amenuiser ce qui semble si important ? Non, il s’agit de Conrad, il ne prendrait pas de telles précautions. Il peut semble-t-il se montrer courtois et agréable, comme à l’instant, mais de là à essayer de prendre des pincettes pour me dire quelque chose… À moi ou à quelqu’un d’autre soit dit en passant. Sauf à Torrhen, et encore, je pense que leur vieille amitié et complicité sur les champs de bataille à depuis longtemps effacer cette face de la bienséance. Toujours est-il qu’il me sourit et que cela me fait plaisir, réellement, de savoir que j’ai réussi à me rendre assez indispensable et intéressante pour que mon absence se fasse ressentir. C’est une bonne chose.
Mais durant un instant, je me dis qu’au final peut-être cherchait-il réellement à amoindrir cette nouvelle pour laquelle il semble chercher ses mots. Je chasse d’un geste impatient sa réponse concernant notre mariage et je le dévisage, les sourcils se fronçant au fur et à mesure qu’il parle. Et je reste à le regarder, les yeux un peu écarquillés.

« Connétable ?… Oh. Tu ne seras donc plus rattaché au Nord mais à l’Empire… Mais c’est un poste plus important, qui marque la confiance que l’empereur à en toi aux yeux de tous. Ce n’est pas si surprenant que ça venant de lui. Et c’est une bonne chose. C’est une bonne nouvelle non ? » Je grimace un sourire, gardant malgré tout pour moi mes réserves concernant l’Empire, et reprend après un silence. « Mais cela signifie que tu seras encore moins présent n’est-ce pas ? » Je le fixe, les yeux légèrement plissés, avant de soupirer. « Craignais-tu de me le dire pour cette raison ? Ou parce que cela remet en cause notre union ? Ou pour une autre raison que j’ignore encore ?… Conrad, j’ai passé ma vie entourée de soldats, je sais parfaitement ce que cela représente et signifie. Mon père, mes frères, mon précédent époux, tous étaient absents pour des durées plus ou moins importantes. Crois-tu que j’ai besoin d’un homme sans cesse à mes côtés pour me dire quoi faire ou comment gérer mon domaine ? Par les Dieux, heureusement que non. Nous deviendrions tous deux fous si nous passions trop de temps ensemble qui plus est. » Lui d’être enfermé, moi de devoir supporter quelqu’un au quotidien. Je reprends plus lentement, me rapprochant de lui, faisant glisser mes mains sur son torse pour les monter jusqu’à son cou. « Mais si cela signifie que tu dois repartir au plus vite, sans savoir quand tu reviendras… sans vouloir avoir l’air de presser les choses, il faudrait que nous nous mariions avant ton départ. Enfin, si tu désires avoir un héritier officiel… »

Tomber enceinte ne serait pas tant le problème, nous le savons tous deux, mais hors mariage, cela était hors de question. Et il me faut bien être mariée pour pouvoir m’occuper de son domaine… notre domaine… non?


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 472
Membre du mois : 20
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Ven 5 Jan - 1:21





J’étais et je serais toujours avare en excuses directes. Les ‘désolé’ et ‘je m’excuse’ semblaient m’arracher la gueule sans que je n’ai jamais su pourquoi ! Sûrement à cause d’une fierté un peu trop importante selon certains et certaines. Mais je m’en fichais… Ils pouvaient penser ce qu’ils voulaient, cela ne m’atteignait absolument pas. Bien entendu, ce m’en-foutisme ne fonctionnait pas avec tout le monde et je m’en étais voulu d’avoir traité Nelya avec aussi peu de respect alors qu’elle venait me tenir compagnie pendant ma convalescence. Les excuses n’avaient donc pas été directes mais il ne faisait aucun doute que ma présence était une recherche de pardon auprès de ma future femme. Fiancée avec qui je devais de toutes les manières m’entretenir.
Il y avait nôtre mariage et ma future allégeance à l’Empire en tant que Connétable à aborder. Si le deuxième sujet n’annulait pas mes fiançailles alors je pourrais m’estimer heureux.
En attendant, je me contentais d’être amusé par la répartie de la brune si séduisante. L’air de rien je haussais les épaules en levant les yeux au plafond avant de reporter mon attention sur Nelya qui souriait ce qui la rendait sublime. Je m’étais rendu compte que le petit froncement de son nez lorsqu’elle offrait un sourire était adorable mais bien entendu c’était le genre de chose que je ne dirais jamais à voix haute.



- Je suis peut-être un rustre grossier mais il m’arrive de faire des compliments qui sont des plus sincères lorsque c’est le cas. Je laissais passer quelques secondes. Je tâcherai cependant de me souvenir que tu apprécie entendre dire que tu es radieuse.


Puis arriva le sujet qu’il me tardait d’aborder avec Nelya. Je ne comptais nullement remettre en cause mon acceptation à devenir Connétable de l’Empire comme me l’avait demandé Torrhen. Je voulais prévenir Nelya afin qu’elle ne soit pas mise au courant par une tierce personne. De plus, je connaissais les réticences de la brune vis-à-vis de l’Empire ! Ce nouveau rôle m’éloignerait également davantage et plus longtemps d’elle. Je n’ignorais pas qu’elle avait déjà connu ce genre de vie avec son premier époux, mais peut-être voulait-elle en changer ! Pour ma part, il me serait impossible de me contenter de rester enfermé dans un domaine. La guerre était ma spécialité, mon amante comme le disait si bien Teora. Et voilà près de vingt que cette maîtresse était en quelque sorte devenue ma femme !
Alors j’annonçais à Nelya ce que j’avais à lui dire sans cacher que je n’étais pas le mieux pour organiser un mariage. Cela étant dit, je ne lui disais pas non plus que je ne l’aiderais pas car ce n’était pas le cas. Mais avant toute chose… je devais savoir qu’elle était son opinion face à ce changement important et arrivé plus tôt que prévu selon moi.

J’écoutais Nelya avec attention et je hochais la tête lorsqu’elle aborda la confiance de Torrhen à mon égard. J’étais fier qu’il me l’accorde et je ne m’en cachais pas. Je fixais la brune droit dans les yeux lorsqu’elle déclara interrogative que cette nouvelle était bonne. Je hochais la tête…



- Du point de vue de quelqu’un qui n’a aucune réserve concernant l’avenir de l’Empire c’est une excellente nouvelle, c’est vrai, avouais-je sans rien ajouter si ce n’est… comme il est certain que mes absences seront plus nombreuses et sûrement plus longues, continuais-je en toute sincérité.


Mes aveux firent reprendre la parole à la brune que je regardais avec un sourire. Se doutait-elle à quel point j’appréciais son caractère, sa façon de mettre en avant ses pensées et ce, sans aucune gêne face à moi. Je la laissais finir avant de reprendre immédiatement la parole.


- Cette nouvelle n’a, pour moi, jamais remis en cause notre union, déclarais-je, franc. Je voulais être certain que mon manque de présence ne serait pas un problème pour toi, comme je veux être sûr que mon allégeance à l’Empire n’en soit pas un non plus, précisais-je. J’esquissais ensuite un sourire. Cela étant dit, je suis d’accord avec le fait que la folie nous guetterait tout les deux si nous passions tout notre temps ensemble !


Puis je vis la brune se rapprocher sans que je ne la quitte des yeux jusqu’à ce que ces derniers se posent brièvement sur ses mains appuyées contre mon torse. Je plongeais à nouveau mon regard dans le sien tandis que ses mains glissaient jusqu’à mon cou.
Sans crier gare et à la suite de ses paroles concernant un héritier, je passais ma main derrière sa nuque et lui volais un baiser sans aucune brusquerie… bien au contraire ! Ce qui était un fait étonnant de ma part.


- Tu as raison… Le mariage doit avoir lieu avant mon prochain départ ! J’irais prévenir Torrhen dès la fin de cette entrevue, annonçais-je à ma future femme. En attendant que je le retrouve, as-tu d’autres souhaits à me faire part ?


Elle avait beau avoir des dames de compagnie et des servantes pour l’aider aux préparatifs accélérés de notre mariage, je ne comptais pas rester en retrait. Ma convalescence me le permettant, j’allais l’aider.





.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Connétable de l'Empire
Âge du Personnage: 43 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 347
Membre du mois : 96
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mar 9 Jan - 22:00

Mon sourire s’agrandit sensiblement à sa réponse. Je sais que je lui plais, et ce depuis le début, ce qu’on peut aisément comprendre en me regardant, mais il reste agréable de l’entendre conformer à haute voix, d’autant plus par un homme si peu prompt en compliments en temps normal. J’incline la tête, malicieuse, pour le remercier, avant de perdre quelque peu mon sourire. J’aurais dû me douter qu’il ne me cherchait pas uniquement pour me présenter des excuses, mais je suis naïve que voulez-vous…
Je l’écoute, sagement, alors qu’il m’expose la proposition de l’empereur, qu’il a sans doute accepter sans même y réfléchir. Tant de loyauté et de confiance aveugle pourraient forcer le respect il est vrai. Pour ma part, je trouve cela quelque peu stupide, mais passons. Le bon côté, c’est que l’on peut effectivement y voir la preuve que cette confiance est réciproque aux yeux de l’empereur, ce qui est plutôt positif. Je ne peux m’empêcher de grimacer un peu quand il reprend et je le fixe en haussant les épaules.

« Je ne doute pas de l’avenir de l’empire, je doute de l’avenir du Nord, et des autres royaumes accessoirement même s’ils ne m’importent guère. Mais je sais me tenir et je continuerai de garder mes doutes et mes craintes pour moi. »

Et mon scepticisme. Si je ne doute pas réellement de son avenir, j’ai de forts doutes concernant le reste. Je sais depuis longtemps, et Conrad le sait tout autant que moi, que cette guerre est devenue bien trop personnelle, il y a bien trop longtemps de cela, pour chacun des belligérants, et qu’elle ne cessera qu’à la disparition de l’une ou l’autre des parties. Quand bien même j’aimerais voir les fer-nés disparaître, cela n’est pas suffisant. Car pour eux tous, qu’importe les morts de chaque côté, et si je ne suis guère touchée par le sort du peuple ou même des soldats, certains de ces hommes étaient les miens et pire encore, ma famille. Sans parler des terres mis à feu et à sang.

« Tes absences ne seront pas un problème non. » Je le fixe et fronce un peu les sourcils, alors qu’une appréhension sournoise est apparue quand il a parlé de son allégeance à l’empire, reprenant lentement, les yeux toujours rivés sur lui. « Qu’est-ce que ton allégeance à l’empire représente aux yeux des autres ? A ceux du jeune roi du Nord en particulier ? Qu’en est-il des autres Ombles et de ce qui les concerne ? »

Les terres et le titre de maître d’Atres-les-Conflins ? Y a-t-il seulement réfléchi ? Cette confiance aveugle et cette fidélité irréfléchie pour Torrhen sont honorables et pourraient être louées, tout comme la confiance qu’il obtient en retour de l’empereur. Pour ma part, je trouve cela assez regrettable. Parce que si son allégeance et ses absences répétées ne me gênent nullement en soi, j’en viens à me demander ce que cette décision implique quant au reste. Ses absences ne me gênent aucunement, au contraire, si tant est que j’ai des terres et un domaine à gérer et à gouverner pour le futur héritier… Sans cela… non pas que cela n’ait aucun intérêt, mais ce mariage aurait-t-il un sens ? Malgré tout, en attendant de savoir à quoi s’en tenir exactement, il faut bien prévoir et organiser ce qui peut et doit l’être. Et si ce n’est guère surprenant de me voir agir avec douceur, venant de lui, malgré une nette amélioration de ses réactions, cela reste néanmoins étonnant. Et agréable certes. Je lui rends son baiser et acquiesce.

« Bien… D’autres souhaits ? Avoir un héritier, et non un bâtard. Un héritier avec des terres, et non sans fief à protéger. En dehors de connaitre les réponses à mes questionnements, je crois que je pourrais m’en sortir. Crois-moi, tu n’as aucune envie de te mêler de l’organisation d’un mariage, d’autant plus avec de si courts délais. »

Je lui souris, mes mains toujours derrière sa nuque, même si j’essaie de trouver des réponses à ces interrogations survenues brutalement.


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 472
Membre du mois : 20
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Jeu 11 Jan - 0:00





Il était plaisant de voir sourire Nelya mais je savais que mes paroles n’auraient pas toujours cet effet. Cela serait plus difficilement le cas lorsque nous aborderions des sujets plus diplomatiques. J’en avais la preuve devant les yeux ! L’enthousiasme de la brune envers l’Empire était semblable à celui que j’avais moi-même envers lui à ses débuts. Je la fixais et je comprenais parfaitement ce qu’elle voulait dire. Moi aussi j’avais ressenti des craintes pour le Nord lorsque Torrhen avait choisi de créer un Empire… mais après réflexion j’étais persuadé qu’il ne ferait rien qui pourrait nuire à ses origines et celles de ses enfants. J’étais certain que nos terres étaient protégées de la meilleure façon qui soit.
De nouveau j’esquissais l’ombre d’un sourire en entendant la brune. Elle avait son caractère mais elle n’était pas sotte ou folle. Son intelligence pouvait même, j’en étais sûr, la rendre dangereuse.



- Je ne ferais rien qui puisse nuire ou mettre en danger le Nord. Je suis persuadé qu’il en est de même pour l’Empereur, répondis-je simplement. Il s’agit de notre patrie première. Puis je la regardais. Et je ne doute pas que tu sauras te tenir. La fougue de ton caractère ne te désert pas puisque tu as l’intelligence de t’en servir à bon escient.


C’est d’ailleurs ce qui me plaisait chez elle. Son habileté à manier les mots à son avantage ! J’avais rencontré peu de femmes comme elle. Soit elles étaient dociles et sans caractère, soit elles ne savaient pas rester à leur place. Lesquelles étaient les pires ? Je n’en savais rien et ne voulais pas le savoir. Mon intérêt pour elles n’était que physique !  
Puis je me concentrais sur la discussion que j’avais avec ma fiancée. Si je me contentais d’hocher la tête en apprenant que mes absences ne seraient pas un problème pour elle, je devenais beaucoup plus attentif à la suite. Qu’est-ce que pensaient les autres de mon allégeance à l’Empire ? C’était une très bonne question à laquelle j’avais à peine réfléchi. Peut-être aurais-je du le faire ! Peut-être que mon mariage avec Nelya était la meilleure solution puisqu’elle pensait à ce que moi j’oubliais.



- Je ne connais pas encore l’avis du jeune Roi du Nord mais j’espère m’entretenir avec lui dès son arrivée, répondis-je sincère. Pour ce qui est des Omble, ils soutiennent l’Empire ! La seule crainte de mon père est que son fils aîné ne veuille prendre sa succession, ce que je me voyais difficilement faire en étant seul ! En me mariant, tout va changer, lui dis-je en la fixant.


Seul je n’aurais pu gérer le domaine qui devait devenir le mien ! Mais tout changeait avec le mariage et j’en avais pleinement conscience. Le patriarche Omble aussi puisqu’il ne cessait de me pousser au mariage ! Il n’avait de cesse de me rappeler que je devais trouver une femme qui saurait me donner un, voir des héritiers mâles.
J’eus alors un léger rire. Nelya parlait comme j’aurais moi-même du le faire ! Mon père ne cessait de me dire que je ne m’impliquais pas assez concernant notre domaine et je ne pouvais pas lui dire le contraire.

Après un baiser, j’écoutais les souhaits de la brune et me rendais compte que j’étais en mesure de lui offrir tout ce qu’elle désirait. Héritier, domaine qui s’était agrandi grâce aux récompenses de Torrhen pour ma loyauté. Seul manquait le mariage ! Et ce dernier serait bientôt célébré… Mon ami lui-même m’avait poussé à accélérer les préparatifs et ce que j’étais en train de faire.
Appréciant ses mains derrière ma nuque je plongeais mon regard dans le sien.



- Un héritier… des terres ! répétais-je. Tes désirs sont des ordres. Tu auras cela ! L’Empereur m’ayant lui-même conseillé d’accélérer les préparatifs de nôtre mariage, tu peux commencer l’organisation dès à présent, continuais-je alors que ma main s’était égarée et glissais sur sa hanche.






.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Connétable de l'Empire
Âge du Personnage: 43 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 347
Membre du mois : 96
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Les excuses sont faites pour s'en servir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» LIAM ≈ les règles sont faites pour être brisées.
» Les rumeurs sont faites pour être confirmées [Taténen/Destiny]
» Les droits sur Alex Kovalev sont disponible pour réellement pas cher
» Mulan | Non jamais, je ne serais faite pour le mariage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: