AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Les excuses sont faites pour s'en servir
MessageSujet: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mar 3 Oct - 10:35





Manquée de peu ! Voilà le genre de propos que je détestais entendre car ils signifiaient une perte de temps. Pour ma part, j’en avais perdu assez tout ce temps où j’avais dû rester alité. Je râlais donc, ne prêtant aucune attention aux personnes que je croisais. Du moins je leur jetais un coup d’œil pour être certain qu’il ne s’agissait pas de celle que je venais voir et que j’avais manqué. Avec un soupir d’exaspération je tentais de me raisonner en me disant que si je l’avais fait prévenir de ma venue, elle m’aurait attendu. Ça ne fonctionnait pas forcément ! Je n’avais toujours pas digéré d’avoir été laissé en retrait même si je savais que je n’aurais pas tenu cinq putains de minutes sur un champ de bataille. Du coup la moindre contrariété était de trop. Oui, c’était de la colère irraisonnée et elle allait devoir passer car je m’apprêtais à faire des excuses à ma fiancée. Oui… Moi, Conrad Omble, j’allais présenter des excuses à quelqu’un ! Ou du moins dire un truc qui y ressemblerait. Je lui devais au moins ça après la manière dont je l’avais traité lorsqu’elle était venue prendre de mes nouvelles.
Je m’étais comporté comme le dernier des connards et même si cela n’avait rien de surprenant de ma part, je reconnaissais que j’y avais été un peu fort tout de même. Surtout que rien ne l’avait obligée à venir à mon chevet. Elle était juste arrivée au mauvais moment. Je venais d’apprendre le départ de Torrhen qui décidait de me laisser en retrait et je rédigeais des missives annonçant des décès, un en particulier. Non, elle n’était décidément pas venue au bon moment.

Alors que je commençais à me dire qu’il serait préférable que je retourne d’où je venais et que je la prévienne d’une prochaine visite je reconnus sa silhouette marchant beaucoup plus loin devant moi. Je chassais ma colère et mon exaspération avant d’accélérer le pas en direction de la belle brune qui n’était malheureusement pas seule. Il allait falloir que je me fasse violence pour la vouvoyer et tout le tralala alors que ce n’était pas du tout moi ça. Ayant récupérer des forces à être obligé d’écouter les mestres mes pas étaient rapides et la distance entre nous diminuait rapidement.
Je ne tardais pas à dépasser celle qui m’était promise et avec un léger sourire un coin je la saluais elle ainsi que sa suivante de manière très polie. Ce qui relevait du miracle pour un type comme moi et dont on connaissait la réputation. Me postant ensuite devant elles pour les faire s’arrêter je reprenais la parole en portant mon attention sur ma fiancée.



- Dame Corbois ! Pourriez-vous m’accorder de votre temps ? … En privé, précisais-je de suite pour ne pas à avoir à le faire par la suite.


Dans le même temps j’observais la brune. Il n’y avait pas à dire ! Elle était sublime et moi chanceux. Pour sa part, pensait-elle la même chose ? Je l’ignorais. Mais une chose était certaine ; j’étais beaucoup plus présentable que la dernière fois qu’elle m’avait vu. Moins amaigri et rasé d’un peu plus près, je n’avais plus l’air d’être à l’article de la mort et c’était le cas. Je reprenais des forces de jour en jour et il me tardait de pouvoir de nouveau manier l’épée comme je l’entendais. Ces quelques entraînements que je pratiquais m’ennuyaient à mourir.
Mais le moment n’était pas à ce genre de penser et je me contentais d’attendre la réponse de la brune.


.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Sénéchal du Nord
Âge du Personnage: 42 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 236
Membre du mois : 81
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Dim 8 Oct - 18:58

Je n’aurais pas dû mal le prendre. A dire vrai, la majorité des femmes se seraient sans doute d’ores et déjà rendues à sa rencontre pour s’excuser d’être intervenues au mauvais moment et de l’avoir dérangé. Sottises. Stupidité et faiblesse. J’avais bien des choses à faire et à voir, et j’avais néanmoins pris le temps de lui rendre visite chaque jour, m’occupant même de baigner son visage d’un linge propre pour le rafraîchir. J’avais tenue mon rôle de fiancée inquiète et attentionnée de manière on ne peut plus sérieuse. Oh, évidemment, je pouvais fort bien comprendre qu’il n’aime aucunement être laissé en arrière, qu’il soit trop blessé ou non ne rentrait pas en ligne de compte à ses yeux. Son ami de toujours et empereur était parti au-devant du danger, avec toute l’armée, quand lui demeurait cloué au lit. Je n’avais jamais apprécié être laissé pour compte ou être considérée comme de moindre importance, certes c’était différent parce que j’étais une femme, mais tout de même. Je comprenais donc on ne peut mieux sa mauvaise humeur et sa colère.

Néanmoins, rien n’excusait son comportement à mon égard. Pensait-il que j’allais m’effacer et courber le dos devant lui ? Qu’une fois mariés, je me plierais à toutes ses sautes d’humeur et à ses maladresses ? Il devait pourtant bien savoir que je n’étais pas le genre de femmes à simplement me taire et suivre aveuglément son époux. A vrai dire, je crois que c’était bien là un de mes traits de caractère qui lui plaisait. Que ce soit parce qu’il n’avait pas l’habitude qu’on lui tienne tête, encore moins une femme, et que cela l’étonnait ou l’amusait, ou parce qu’il appréciait vraiment d’avoir à faire à une personne ayant du répondant, était une autre histoire. Toujours est-il que quelle que soit la raison, il ne pouvait me traiter ainsi et espérer que je passe simplement à autre chose. Je lui avais donc aimablement répondu que je serai ravie de passer mon temps à autre chose qu’à visiter un impotent qui ne savait mieux faire qu’insulter et se montrer désagréable envers sa future épouse si attentionnée… ou quelque chose du genre. Avec mon plus beau sourire évidemment, et j’étais partie sans attendre de réponse de sa part. Je m’étais donc abstenue de lui rendre à nouveau visite. tant pis pour lui.

Je sais. En vérité, je ne devrais guère avoir mon mot à dire et rester sagement à ma place. Mais rien qu’à y penser, j’ai envie de rire, même si je sais tout autant qu’il pourrait tout aussi bien me vilipender sur la place publique pour lui avoir répondu, et qu’il serait dans son droit. Ou presque. Je retiens un soupir et tâche d’écouter ma dame de compagnie qui me parle d’un quelconque chevalier s’étant illustré, avant de froncer les sourcils en apercevant Conrad. Je m’arrête et le dévisage, les mains sagement croisées sur mon ventre.

« Lord Omble. Vous semblez vous remettre de vos blessures, je suis heureuse de l’apprendre. » Je le fixe un instant, avant de tourner la tête vers Kiyara. « Si vous voulez bien m’excuser, il semblerait que Lord mon futur époux ait quelques secrets à me confier. Je vous retrouverais dans la grande salle. »

Elle sourit, d’un air hésitant entre le rougissement, l’amusement et la réprobation, et incline la tête avant de se sauver. Je me tourne à nouveau vers Conrad, haussant un sourcil.

« Je vous l’accorde Lord Omble. » J’esquisse un sourire un peu tendu. « Pouvons-nous continuer à marcher dans les coulois ou est-ce trop privé pour risquer que cela ne soit entendu par d’indiscrètes oreilles et devons-nous dans ce cas trouver un endroit isolé ? »

Oh non, qu’il ne s’imagine pas obtenir davantage qu’une discussion avec moi dans l’immédiat, mais il faut bien que je demande malgré tout, non ?



La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 454
Membre du mois : 5
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mer 11 Oct - 18:19





Une fois ma mauvaise foi enrayée tout comme ma colère, je tombais sur celle que je voulais voir. Je me fichais qu’elle ne soit pas seule ! Son futur époux, Sénéchal et bientôt Connétable, passait en premier. Bien sûr, les raisons de ma présence ici faisaient que je me comportais avec politesse lorsque je stoppais les femmes dans leur marche.
Je ne manquais pas le froncement de sourcils de la brune au fort caractère mais ne disais rien à ce sujet. Je me contentais de les saluer et de demander à Nelya qu’elle m’accorde du temps. J’acquiesçais d’un signe de tête à ses paroles avant de lui répondre.


- Oui, malgré mon caractère exécrable avec tout le monde, les mestres ont continué à me soigner, déclarais-je en sous-entendant que mon comportement avait été odieux. Quelle chance n’est pas ?


Puis je me taisais tandis que Nelya s’adressait à sa suivante en m’évoquant comme son futur époux. C’était un fait que j’oubliais encore parfois ! Non pas que j’étais contre… mais avec tout ce qui se passait ces derniers temps, rien n’avait été organisé. Du moins de mon côté ! Mais j’avais tout de même prévenu ma famille de mes fiançailles ! Je gardais mon sérieux à l’évocation du mot ‘secrets’ alors que j’aurais volontiers souri, tout comme j’aurais largement préféré appeler Nelya par son prénom plutôt que par son nom. J’enviais parfois les simples soldats de ne pas à avoir à faire tout ce cirque. Sans oublier qu’elle et moi avions déjà consommé !
Je regardais la jeune femme qui était de trop partir et reportais mon attention sur ma fiancée lorsqu’elle s’adressa de nouveau à moi. Je hochais la tête d’un air entendu lorsqu’elle accepta de m’accorder du temps. Pour sa question, je regardais les alentours et mon attention se posa sur une porte.


M’entendre faire des excuses n’était pas un fait anodin et je n’avais pas envie que des oreilles indiscrètes captent celles que j’allais sûrement faire à Nelya. Cette histoire ne regardait que nous, quand bien même j’avais envoyé la jeune femme sur les roses devant quelques personnes soignantes. De toute façon ce n’était pas la même chose ! Elle était une femme, avec du caractère certes, et quel putain de caractère mais cela ne changeait rien. En théorie je pouvais l’envoyer se faire foutre sans qu’elle n’ait son mot à dire… C’était d’ailleurs ce que j’avais fait ! Les excuses n’étaient même pas à envisager.
Mais la pratique n’était pas la théorie. Nelya n’était pas n’importe qu’elle femme. Je le savais et je m’en rendais compte un peu plus chaque jour ! Elle n’avait pas apprécié mon comportement à son égard et avait donc cessé de venir. Même si je ne le reconnaîtrais jamais, cela m’avait emmerdé. Ses visites étaient agréables et j’avais passé le reste de ma convalescence à brailler sur tout le monde à cause de l’ennui. Une chance ; personne n’avait tenté de me tuer à cause de cela.


J’ouvrais alors la porte de la salle qui servait parfois à des réunions et laissais passer la brune avant de nous enfermer. Je me tournais ensuite vers Nelya et la contemplais quelques secondes. Un sourire naquit de nouveau sur mes lèvres !


- J’avais l’impression que tu t’ennuyais… je suis venu te secourir, déclarais-je amusé. Je ne mentais pas ! Elle semblait vraiment s’ennuyer mais je reprenais de suite. On m’a dit que je te trouverais par ici, avouais-je en me rapprochant d’elle sans la lâcher du regard. Je voulais te voir concernant ta dernière visite à laquelle j’ai eu le temps de repenser. … Ma blessure et l’inquiétude pour l’Empereur seraient de bonnes excuses dont je pourrais me servir mais j’ai conscience que je n’aurais pas du te traiter de la sorte puisque tu étais là sans que tu n’y sois obligée, déclarais-je sincèrement.


.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Sénéchal du Nord
Âge du Personnage: 42 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 236
Membre du mois : 81
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mer 1 Nov - 18:31

Devrais-je me montrer reconnaissante qu’il se montre pour l’occasion patient et compréhensif ? Autant qu’il le pouvait tout du moins ?... Sans aucun doute. Mais ce n’était pas réellement le cas. Que ce soit la façon dont j’avais été élevé ou mon caractère propre, je n’étais pas, et n’avais jamais été, de ces jolies et souriantes cruches qui se contenter d’acquiescer. Enfin si, je l’avais déjà fait, évidemment, j’avais déjà été mariée et j’avais appris à savoir quand sagement approuver et sourire. Mais cela ne durait jamais longtemps, et j’arrivais malgré tout à avoir ce que je voulais. La plupart du temps. Je n’étais pas parfaite, malheureusement, et me trompais parfois, bien que rarement. Et en l’occurrence, quoiqu’il puisse dire ou penser, il avait tort. Quoique puisse en penser les autres également. J’étais femme, mais je ne m’étais jamais résolue à n’être que cela. Et il s’était conduit comme le rustre qu’il était la plupart du temps. Mais je n’avais pas apprécié pour autant. Je le dévisage, haussant un sourcil à sa remarque. Au moins se rend-il compte qu’il est parfois odieux, c’est toujours ça de pris. J’esquisse un sourire à peine visible, même si mes yeux s’éclairent quelque peu.

« Il semblerait que les mestres apprennent à gérer les patients difficiles effectivement. Tout comme la patience est une vertu qui leur est indispensable pour exercer leur charge… et sans doute celui qui s’est occupé de vous doit l’être encore davantage que les autres, vous avez indubitablement de la chance. »

Et bien sûr que j’accède à sa demande, je ne suis pas stupide au point de refuser de lui parler, ou tout du moins d’accepter de l’écouter. Rien que le fait de venir à ma rencontre ressemble à un effort de sa part, j’ai beau être arrogante, je ne suis ni inconsciente ni grossière. Si mon premier mariage s’était gâté avec le temps, je m’étais tout de même bien entendu avec Lucan. Et puis, Conrad serait certainement moins lassant que lui… moins présent aussi. Ce qui n’était pas forcément une bonne chose me connaissant… Bah, j’aviserai.
Je le suis et passe devant lui alors qu’il ouvre la porte de ce qui ressemble à un bureau, ou une salle de conseil que sais-je. Allant jusqu’à la fenêtre, je jette un coup d’œil à l’extérieur, avant de revenir vers lui et de l’observer, les mains sagement croisées sur mon ventre. Mes lèvres se plissent un peu quand il commence à parler, avant que je ne hausse une épaule en secouant la tête, une légère étincelle amusée toujours présente dans le regard.

« Tu es bien trop bon. As-tu secouru beaucoup de demoiselles ces jours-ci ou suis-je une privilégiée ? »

Je croise les bras sans le quitter des yeux alors qu’il s’approche. Penchant la tête sur le côté, je le fixe.

« Ai-je réellement des excuses de la part de Lord Omble ?... Ce ne seraient guère de bonnes excuses à opposer à une fiancée alors inquiète et apeurée… Tu n’aurais pas dû effectivement. » J’inspire et incline lentement la tête. « Mais j’accepte tes excuses. Et je t’en remercie. » Je lui jette un coup d’œil, la mine butée. « Et je suis navrée de ne pas être revenue malgré tout. Mais je ne suis pas une vulgaire suivante que tu peux mettre à la porte ou insulter impunément Conrad. Ou du moins, je ne l’accepterai pas, même si je n’ai nulle envie de me confronter à toi et de débuter notre union sur des disputes. Le comprends-tu ? »

Qu’il le comprenne ou non ne changeait pas grand-chose au final. Ce serait lui qui aura raison et qui imposera ses décisions le cas échéant. Mais les hommes ont souvent tendance à oublier à quel point une femme peut être retorse, comme ils sous-estiment le pouvoir qu’elle peut avoir. Enfin, la plupart des hommes… Je soupire et j’ai une moue contrite à son intention.

« Mais je constate que tu semble t’être plutôt bien remis depuis… Comment vas-tu pour de vrai oh mon futur époux ?... T’ai-je manqué à ce point pour que tu viennes ainsi à ma rencontre ? Pour que tu remettes ton comportement envers moi en question ? »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 454
Membre du mois : 5
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   Mar 7 Nov - 15:39





Je n’étais pas le dernier des imbéciles et j’étais parfaitement au courant que mon comportement impatient et colérique était loin d’être un avantage en dehors des champs de bataille. Certaines personnes n’avaient d’ailleurs pas hésité à se plaindre auprès de Torrhen. Mais je préférais ne pas penser à cela maintenant car je savais très bien ce que je ferais à ces langues de vipères si je savais qui elles étaient. Je me concentrais donc sur les remarques de la douce au caractère bien trempé. Nelya ne mâchait pas ses mots mais que pouvais-je bien répondre à cela ? Elle avait raison, j’avais un caractère de merde et si j’avais été le mestre qui me soignait je n’aurais pas été aussi patient. Cependant, je ne voulais pas que la jolie brune ait le dernier mot.
Aussi, je haussais les épaules pour me donner un temps de réflexion. Et cela sembla fonctionner ! J’esquissais l’ombre d’un sourire avant de prendre la parole.


- Peu importe ! C’est son métier. Que le patient soit d’une gentillesse absolue ou pas, il doit le soigner correctement.  Je fixais Nelya. Lorsque je me bats pour protéger nos terres je ne le fais pas uniquement pour ceux qui le méritent. Dans le cas contraire beaucoup de pleutres se retrouveraient sans rien !


Mais cela je ne l’avais jamais envisagé. Je me fichais des nobles et me contentais de me battre pour le Nord depuis toujours. Cet état de fait allait d’ailleurs bientôt changé puisque je me battrais bientôt officiellement pour l’Empire. A cette pensée je me demandais ce qu’allait dire Nelya. Je devais lui en parler et c’était justement pour cela que je la cherchais. Je savais qu’elle ne portait pas l’Empire dans son cœur et aux vues de notre dernière rencontre je ne pouvais pas aborder le sujet sans passer par la case excuses. Oui ! Ces dernières étaient calculées mais cela ne voulait pas dire qu’elles n’étaient pas sincères… même si elles n’étaient pas vraiment formulées. Et j’étais persuadé que la femme qui regardait par la fenêtre les avait comprises.
Cependant, je fronçais les sourcils à sa question concernant le secours de demoiselles avant de comprendre. Le doute s’était insinué dans mon esprit car j’avais croisé Mathie il y avait quelques jours. Avec un haussement d’épaules, je déclarais…


- Je n’ai rien d’un preux chevalier et je passe beaucoup de temps auprès de l’Empereur… Mais tu es une privilégiée effectivement…


Après tout il était rare que je coure avec une femme puisque habituellement l’inverse était de mise. Si Nelya n’était pas ma promise et surtout, si elle n’avait pas ce tempérament fougueux, je l’aurais laissé de côté. Mais je ne le souhaitais et c’est pourquoi je fus soulager que la belle accepte mes excuses. Bien que surpris par ses remerciements, je ne laissais rien paraître et l’écoutais attentivement. Je ne devais pas faire la sourde oreille avec elle car elle n’était pas le genre de potiche à subir les humeurs de qui que ce soit, y compris de son futur époux.


- Je le comprends parfaitement et je sais à présent que tu n’accepte pas ce genre de comportement de rustre, déclarais-je. Je ferais mon possible pour que cela n’arrive plus, précisais-je sincère.


J’allais m’en tenir à ce que je venais de lui dire mais il y aurait des failles. Je le savais parfaitement et Nelya devait s’en douter également. Il est impossible de changer le caractère d’un homme de mon âge mais on peut l’améliorer. Mathie avait presque réussi avait de disparaître mystérieusement. Ma future femme avait le tempérament pour améliorer mon comportement… pas en général, mais vis-à-vis d’elle ! J’en étais certain mais je ne lui disais pas.
Je la regardais soupirer avant de reprendre la parole. J’esquissais un sourire lorsqu’elle me demanda si elle m’avait manqué. La réponse était oui ! L’arrêt de ses visites avait rendu le temps plus long et mon caractère plus exécrable.


- Je me suis remis et je te cherchais afin de te parler d’une chose dont l’Empereur et moi-même nous sommes entretenus, expliquais-je sans détour. Je ne voulais pas que tu l’apprennes d’une quelconque rumeur.



.


Le Saigneur du Nord
“On dit d’un homme qu’il est raisonnable, comme les putains disent d’un client qu’il est sérieux.”
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Sénéchal du Nord
Âge du Personnage: 42 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Messages : 236
Membre du mois : 81
Célébrité : James Purefoy
Maison : Omble
Caractère : ♦ Suspicieux ♦ Loyal ♦ Ripailleur ♦ Charismatique ♦ Cruel ♦ Brave ♦ Stratège ♦ Grossier
“Le sang est la sueur des guerriers.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Les excuses sont faites pour s'en servir   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Les excuses sont faites pour s'en servir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» Quand deux personnes sont faites pour être ensemble, quand leur amour est vraiment fort, rien ne peut les séparer! ll Donovan #6
» LIAM ≈ les règles sont faites pour être brisées.
» Les rumeurs sont faites pour être confirmées [Taténen/Destiny]
» Les droits sur Alex Kovalev sont disponible pour réellement pas cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: