AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell
MessageSujet: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Mer 27 Sep - 20:55




“Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.”
Livia Torth & Roward Martell





Vêtue de sa tenue de voyage, Livia observait le charron et ses apprentis s’affairer autour du carrosse de la maison Torth. La pluie tombait drue et les bourrasques de vent faisaient claquer les pans de sa cape sur ses cuisses. Abritée sous le porche des écuries royales, l’oragoise commençait sérieusement à s’impatienter. Voilà presque une heure qu’elle aurait déjà dû être sur la route si cette maudite roue n’avait pas cédée sous le poids des coffres qui contenaient, il est vrai, bien trop de vêtement pour un si court séjour.

Argella Durrandon, nouvelle souveraine de l’Orage était rentrée au bercail accompagnée par son tout nouvel époux Roward Martell. Un dornien. La belle affaire. Malheureusement pour elle, Livia s’était vue ordonnée par son époux de se rendre à Accalmie pour la présentation officielle du prince consort en tant que représentante de la maison Torth. Le voyage avait été particulièrement désagréable et le séjour d’un ennui mortel.

Comme toujours, l’oragoise s’était efforcé de faire bonne figure et avait aimablement présenter ses félicitations au couple royal. L’échange avait duré en tout et pour tout une vingtaine de secondes, les jeunes mariés étant, de toute évidence, bien trop sollicités de part et d’autre pour accorder plus de temps à une lady d’une maison de peu d’envergure. Contrairement à d’autres, Livia ne s’en était pas offusquée, n’ayant, elle-même, aucune envie de lécher les bottes de ses nouveaux souverains plus de temps que nécessaire.

De longues minutes supplémentaires s’écoulèrent avant que le charron ne daigne enfin venir lui faire un état des lieux. En le voyant s’approcher, Livia recula de quelques pas et porta sa main gantée à son visage pour couvrir l’odeur corporelle et particulièrement désagréable du rustre.

" J’ai bien peur que ça s’annonce mal, m’dam ! L’cerclage qu’est mort, " lui annonça-t-il avant de renifler bruyamment et de cracher un infâme mollard sur le sol.

Livia grimaça ostensiblement de dégoût.

" Ce qui veut dire ? Quand pourrais-je partir ? " s’enquit-elle froidement, sans même daigner dissimuler son agacement.

" Ben ma foi, pas avant d’main tantôt ! Au mieux !C’est qu’on a du boulot à la forge avec c’te guerre, " lui répondit le vieil homme en haussant nonchalamment les épaules.

" Vous vous fichez de moi ?! " s’exclama-t-elle en écarquillant les yeux. Elle avait déjà passé quatre jours ici et avait presque épuisé toutes les excuses acceptables pour rester cloîtrée au maximum dans les appartements qui lui avaient été attribués. Si elle continuait à faire croire qu’elle était souffrante, quelqu’un allait bien finir par lui envoyer un mestre ou pire encore un septon.

" Ben non ma bonne-dame. Si vous voulez que le boulot soit bien fait, faut l’temps. Y vaudrait mieux pas qu’une lady comme vous s’retrouve coincée sur la route, fait pas bon d’rester dehors en c’moment, " dit-il en lui offrant un sourire désolé avant de tourner les talons pour retourner à ses occupations.

Livia laissa échapper un profond soupir de mécontentement puis se mordit la langue pour retenir les dizaines de jurons qui envahissaient son esprit. Plus que contrariée, l’orageoise balança un violent coup de pied dans une motte de foin et un cri strident lui déchira la gorge lorsque ses orteils heurtèrent une chaîne en ferraille dissimulée sous la paille.

" Saloperie, " couina-t-elle alors qu’une violente douleur lui engourdissait totalement le pied.


©TENNESSEE.




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Torth
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Messages : 179
Membre du mois : 1
Célébrité : Lana Parrilla
Maison : Torth
Caractère : Impulsive♦ Ambitieuse♦ Capricieuse ♦ Protectrice ♦ Jalouse ♦ Séductrice ♦Violente ♦ Passionnée ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Mer 27 Sep - 22:08

Cette mascarade n'aura que trop duré. Un bal de félicitations une once de logique, ni de sens jusqu'à ce qu'enfin je puisse m'y défaire. Cela m'avait paru une éternité, et je ne pus que remercier l'agacement d'Argella face à la situation, car elle m'avait épargner bien des souffrances dans le fond. M'éclipsant donc sans me faire prier, j'avais dévaler le seul chemin que je connaissais pour le moment et il menait aux écuries où se trouvé mon cheval. Fuir ? Si seulement Dorne n'en aurait pas payé le prix, je l'aurais fait mais là. Non je ne pouvais pas, en revanche décompresser en m'occupant de lui, je pouvais au moins faire ça, mais à peine avais-je demandé à mes gardes de me laisser tranquille qu'un cri déchira l'espace. Tirant mon épée, j'avançais doucement vers la source, tomba rapidement nez à nez avec un des nobles ayant salué notre union. J'avais besoin de me rappeler de son nom. C'était une de mes nobles. Ah… Thor ? Thorth… Oui c'était ça, les pierres. Ralentissant le pas à son approche, j'envoie mes hommes faire le tour alors que je la vois vraisemblablement commencer à boiter. « Lady Torth. », rangeant mon épée dans son fourreau, je m'approchais d'elle, me courbant légèrement pour la saluer plus correctement avant de lui demander, « Dites moi en quoi puis-je vous aider. », je devais faire bonne figure, même si je n'en avait aucune envie. J'allais déjà lui proposer ce s'asseoir non ? Tirant un banc non loin d'elle jusqu'à sa personne j'ôtais une de ses vestes de circonstance que l'on m'avait fait porter pour couvrir le bois sali par le temps. À la regarder, je ne me faisais que très peu d'illusion sur le genre de noble qu'elle pouvait-être. Autant éviter un impair. Les gardes revinrent alors. « Faites venir le mestre. », les regardant partir, je reportais mon attentions sur la noble. Pourquoi je devais faire bonne figure ? J'avais envie de rentrer chez moi, juste chez moi.

« Puis-je vous soulager d'une quelconque façon ? », j'avais réussi pourtant à paraitre si aimable et gentil à Dorne, mais là, même si rien ne semblait me trahir, j'avais tout de même perdu l'étincelle. J'étais chez moi là-bas, ici, je devais plaire à des gens qui n'avait guère de respect pour moi et cela m'agacé au plus au point. J'étais un étranger, je n'avais pas besoin de leurs demander pourquoi ils ne m'appréciaient guère.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 265
Membre du mois : 4
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Lun 2 Oct - 18:38




“Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.”
Livia Torth & Roward Martell





La mâchoire crispée, les poings serrés et le pied en suspension, Livia luttait de toutes ses forces pour ne pas hurler de colère et de douleur. Elle était lasse. Lasse de cette maudite guerre qui risquait de lui coûter un fils, lasse de ces rois et ces reines qui se fichaient bien du devenir de leurs gens, lasse de ce monde aussi pourri que les cadavres qui ornaient les abords des routes.

Même s’il y avait peu de risque que l’orageoise se soit cassé le pied, la douleur n’en était pas moins lancinante et commençait à lui remonter jusqu’au genou. A cet instant, Livia n’aurait su dire à qui elle en voulait le plus : à Brant pour l’avoir envoyé à Accalmie, à ses deux nouveaux souverains pour avoir organisé cette présentation stupide, au charron pour ne pas avoir été en mesure de réparer son carrosse ou encore à l’abruti qui n’avait pas été fichu de ranger cette maudite chaîne.

Claudicante, Livia fit de son mieux pour se rapprocher du mur de l’écurie et s’y appuya. Elle ferma les yeux et prit une profonde inspiration dans l’espoir de calmer à la fois sa colère et sa douleur.

Soudain, des bruits de pas firent craquer la paille étendue sur le sol non loin d’elle. Pensant qu’il devait s’agir d’un serviteur quelconque et n’ayant pas la moindre envie de se confronter à une expression de pitié voir pire de moquerie, la lady de Torth resta immobile. Cependant, l’indésirable l’interpella.

N’ayant pas reconnu la voix masculine qui s’adressait à elle, Livia laissa échapper un profond soupire d’agacement et accueillit l’homme d’un regard assassin. Il ne lui fallut qu’une seconde pour réaliser que l’homme qui se tenait en face d’elle, n’était autre que son nouveau souverain.

" Majesté, " la salua-t-elle les dents serrées, ses lèvres s’étirant en un sourire forcé qui ne pouvait duper personne.

L’orageoise tenta de lui rendre sa courbette, mais dès que son pied rencontra de nouveau le sol elle dû couvrir sa bouche pour ne pas gémir de douleur.

" J’apprécie votre sollicitude, majesté, mais je crains qu’il n’y ait rien à faire," déclara-t-elle en s’appuyant de nouveau contre le mur afin de soulager son pied.

Avant même qu’elle n’ai pu ajouter quoi que ce soit d’autre, Livia vit le dornien tirer un banc jusqu’à elle et prendre le soin d’y déposer un vêtement.

" Merci, " souffla-t-elle en s’asseyant, le mot lui écorchant la bouche au passage.

Décidément, les sept ne l’avaient pas à la bonne ces temps-ci. D’une part, elle se voyait contrainte de passer une nuit supplémentaire au château et d’autre part, il avait fallu que de tous les habitants d’Accalmie elle tombe sur cet étranger royal alors qu’elle se trouvait dans une situation plus qu’inconfortable.

" Ca ne sera pas nécessaire ! " objecta-t-elle alors que le dornien faisait mander un mestre. " J’ai juste...j’ai juste besoin d’un peu de temps, la douleur va bien finir par passer, " déclara-t-elle avant de se pencher légèrement en avant afin d’effleurer son membre endolori.

Le simple contact de ses doigts contre sa botte la fit sursauter et elle due se mordre la langue pour ne pas crier. Si en d’autres circonstances, Livia n’aura probablement pas manqué de geindre ostensiblement afin d’attirer la compassion de son interlocuteur, en l’espèce, elle n’avait aucune envie de laisser un dornien poser ses sales pattes sur elle.

" Je ne crois pas, Majesté. Après tout, vous n’êtes ni mestre, ni charron, " lui répondit-elle en désignant d’un signe de main son carrosse stoppé au beau milieu de la cour.


©TENNESSEE.




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Torth
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Messages : 179
Membre du mois : 1
Célébrité : Lana Parrilla
Maison : Torth
Caractère : Impulsive♦ Ambitieuse♦ Capricieuse ♦ Protectrice ♦ Jalouse ♦ Séductrice ♦Violente ♦ Passionnée ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Ven 20 Oct - 10:48

Je ne faisais pas l'unanimité ici, c'était évident et le sourire que cette femme me rendit en était la preuve. Il fut un temps je lui aurais rendu son amertume, mais j'étais en terre inconnue et je ne pouvais le faire ainsi. Elle était toutefois éduqué et bien contrainte à un minimum d’allégeance envers moi, ce qui la poussa à se courber. Non sans douleur visiblement. Elle s'était fait bien plus mal qu'elle ne l'aurait voulu. Elle remercia avec hypocrisie sans doute ma sollicitude à son égard, mais rejeta bien rapidement cette dernière. Lui amenant alors un banc non loin de là, j'y déposais un vêtement que je portais avant de l'inviter à y prendre place. Je n'avais pas l'esprit à me battre en cet instant. Si contre Argella j'avais éprouvé un certain plaisir, je n'en trouvais pas autant à lui imposer mon éducation. Je n'allais pas m'abaisser à lui rendre son dégoût, loin de là, mais l'amusement ne serait pas aussi présent. J'allais lui faire chercher un mestre mais elle refusa à nouveau, seul le banc lui allait de toute évidence. « Bien. », sans doute encore trop avenant, je butais face à sa succeptibilité lorsqu'elle signala que je n'étais ni mestre, ni charron. C'était donc ça son problème ? Soupirant doucement, je reportais mon regard sur elle après un bref arrêt sur son carrosse. « En effet. », répondis-je simplement avant de m'adosser à un box, la fixant avec moins d'avenance que précédemment.

« En revanche je suis le Prince Consort de ce pays, marié à votre Reine, amené à être couronné et à porter les couleurs de l'Orage. », j'avais de la patience, de l'éducation, mais le dégoût dans sa voix, c'était une attaque directe à Dorne. « Ce qui implique, sauf erreur du contraire, que je peux vous mettre bien plus d'homme à disposition pour vous libérer d'Accalmie au plus vite. », pour ne pas dire de ma présence, je doutais fort qu'elle n'apprécie ce dernier point. Même si il s'agissait d'une vérité absolue pour elle comme pour moi. Elle m'était d'une désagréable compagnie en même temps, et si Argella avait le mérite de se morfondre dans une incohérence sans nom, cette femme semblait plus perfide.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 265
Membre du mois : 4
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Mer 1 Nov - 14:21




“Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.”
Livia Torth & Roward Martell





Alors qu'il s'adossait au mur des écuries, Livia releva brièvement les yeux vers son nouveau souverain. Visiblement, sa dernière remarque venait de l’agacer. Intérieurement, Livia ne put s'empêcher de ricaner, mais elle se garda bien de le faire. Les dorniens avaient le sang chaud et elle n'avait aucune envie de voir sa famille tomber en disgrâce pour pareille broutille.

N'ayant aucune envie que la conversation ne s'éternise, la jeune femme reporta son attention sur son pied douloureux et recommença à le masser doucement au travers de sa botte.

De nouveau, le prince reprit la parole et ses propos ainsi que le ton de sa voix confirmèrent l'impression de l'oragoise : elle l'agaçait. Une fois encore, la jeune femme due se contenir pour ne pas laisser transparaître ses véritables sentiments. Il n'avait nul besoin de lui rappeler qu'il était dorénavant marié à Argella et par là-même qu'il était devenu son souverain, elle ne le savait que trop bien.

Alors qu'il lui indiquait être en mesure de lui fournir les moyens de quitter Accalmie, Livia marqua un temps d'arrêt. Était-ce un piège ? Était-ce un moyen de se moquer d'elle en lui laissant croire qu'il le ferrait pour finalement lui dire qu'il n'en avait pas l'envie ? Attendait-il quelque chose en retour ?

La jeune femme releva finalement les yeux vers lui et se penchant légèrement en arrière, ses mains posées sur le banc. Elle le jaugea un court instant puis elle laissa ses lèvres s'étirer en un sourire mielleux.

"Et le ferez-vous, Votre Altesse ?" s'enquit-elle en arquant un sourcil, son expression se voulant cette fois plus enjôleuse.

Si le dornien couronné pouvait lui permettre de quitter la capitale au plus vite, elle ne lui en serait que plus reconnaissante, du moins en apparence.

"Par ailleurs, loin de moi l'idée de fuir la capitale comme vous venez de l'insinuer, c'est un honneur pour moi d'être ainsi accueillie entre vos murs, cependant mes deux plus jeunes enfants se trouvent à la Vesprée et il me tarde de les retrouver, " ajouta-t-elle avec toute la courtoisie dont elle était capable face à un dornien.



©TENNESSEE.




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Torth
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Messages : 179
Membre du mois : 1
Célébrité : Lana Parrilla
Maison : Torth
Caractère : Impulsive♦ Ambitieuse♦ Capricieuse ♦ Protectrice ♦ Jalouse ♦ Séductrice ♦Violente ♦ Passionnée ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Jeu 2 Nov - 11:18

Je la vis se contenir, puis se redresser de toute évidence surprise par ma proposition. Elle essayait de savoir à quel point je lui mentais, ou si je venais de lui proposer les choses réellement. Elle me demanda donc si je serais amené à le faire. J'aurais pu me positionner d'une façon à lui faire espérer, mais en cet instant, je désirais juste me débarrasser des éléments gênant dont elle faisait partie. Prenant donc une grande inspiration, je lui répondis, « Oui. », elle reprit alors qu'elle ne voulait pas fuir comme je l'avais signaler, mais rejoindre ses deux jeunes enfants restés sur son îles, quand bien même cela était vrai, je doutais sincèrement de ses mots, de ses intentions du moins. Elle voulait partir, j'en étais certain, je savais reconnaître les attitudes lorsque ma présence dérangeait. Et c'était le cas aujourd'hui. Malgré les sourires, les signes de respects. Comme bien d'autres avant elle, j'étais considéré comme l'étranger. Je me demande bien avec quel pays ils seraient accueillant. A première vu personne. « Je peux comprendre votre empressement. », répondis-je simplement le visage fermé. Tournant la tête vers un garde non loin, je l'invitais à venir me voir avant de lui souffler. « Faites venir qui il faut et si jamais il refuse, invitez le à venir exprimer son refus ici. », il serait bien payer, qu'il se rassure, pour me sortir d'ici et de sa présence, je serais prêt à mettre le prix.

« Voulez-vous attendre à l’intérieur ? Pour ne pas vous rendre malade. », je n'en avais rien à faire entre nous, mais je préférais m'éviter encore une fois une mauvaise image. Même si sa mort là, maintenant pourrait m'arracher un soupire de soulagement. Mais passons.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 265
Membre du mois : 4
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Ven 3 Nov - 18:24




“Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.”
Livia Torth & Roward Martell





Face à la réponse du dornien, Livia laissa ses lèvres s'étirer en un large sourire. Finalement, ce nouveau souverain de l'Orage allait peut-être se révéler utile. Si le charron lui avait rétorqué que la forge était bien trop occupée à fabriquer ou réparer des armes, peut être trouverait-il un peu de temps si la demande émanait de son nouveau prince consort, quoi que... Il n'était pas encore certain que Roward Martell ai si facilement gagné le respect des orageois. Un mot d'Argella et ce carrosse serait remis à neuf dans la seconde, cependant rien n'indiquait qu'il en serait de même avec son nouvel époux.

"Je vous en serais très reconnaissante, Majesté " déclara-t-elle en baissant légèrement la tête en signe de respect.

Alors qu'il hélait un garde, Livia resta silencieuse et se contenta d'écouter. Un mince sourire étira ses lèvres en entendant ses propos. Mieux vaudrait-il qu'il commence par se faire respecter par ses nouveaux gens plutôt que de les menacer...ne put-elle s'empêcher de penser mais elle se garda bien de le lui dire en face.

"D'après le charron, il faut refaire le cerclage," précisa-t-elle à l'intention du garde.

Face à la question du prince, Livia reporta son attention sur son pied et tenta de le faire bouger. Le mouvement lui tira une grimace et elle dut se mordre la lèvre pour ne pas gémir.

Il était évident qu'elle ne pourrait pas rester ici à attendre des heures. Le temps était exécrable, et même si elle avait revêtu sa tenue de voyage les rafales de vent ne s'en faisaient pas moins mordantes.

" Pensez-vous qu'il y en aura pour longtemps ? Je ne pense pas être en mesure de marcher jusqu'au château et encore moins de monter des marches, " avoua-t-elle à contre cœur.

Se retrouver ainsi en position de faiblesse, bien incapable de se déplacer seule, était une chose, mais devoir demander de l'aide à un dornien, même marié à la reine de l'Orage, l'agaçait au plus haut point.



©TENNESSEE.




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Torth
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Messages : 179
Membre du mois : 1
Célébrité : Lana Parrilla
Maison : Torth
Caractère : Impulsive♦ Ambitieuse♦ Capricieuse ♦ Protectrice ♦ Jalouse ♦ Séductrice ♦Violente ♦ Passionnée ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Lun 6 Nov - 11:24

Que pouvait-elle penser au juste, je savais qu'elle n'était pas franche, et qu'elle ne le serait pas de si tôt mais ce double jeu m'agaçait. Faisant venir un soldat à moi, je lui demandais d'aller chercher qui de droit, elle commenta alors qu'il fallait refaire le cerclage. Sans doute, je n'avais pas prêté attention. Envoyant donc l'homme, je reportais mon attention sur la noble, lui proposant de rentrer ce qui ne serait de toute évidence pas possible. Dommage pour elle de devoir attendre ici, en plein froid. Elle me demanda donc si je pensais qu'il y en aurait pour longtemps. Toute franchise je n'en savais rien. J'espérais que tout se déroule pour le mieux et rapidement, mais je ne pouvais rien assurer. Le fait qu'elle soit bloqué ici était en réalité appréciable, elle semblait réaliser que les instants qui suivraient ne serait guère agréable. Peut-être avais-je alors toute les raisons du monde de laisser les choses traîner. « Je ne serais vous dire, tout dépendra de la bonne volonté d'un autre.  ». Les minutes passèrent alors, elle ne me semblèrent pas aussi longues qu'à elle de toute évidence. Mes vêtements étaient chaud, très chaud, et je n'étais pas dans un courant d'air aussi. Finalement le soldat revient avec un homme qui pestait déjà énormément, il se posa devant moi, attendant visiblement que je lui dise ce que je voulais de lui. « Il faudrait remettre ce carrosse en état.  », « J'ai beaucoup de chose à faire avant moi.  », « Je saurais me rappeler votre bonne volonté lorsque l'armée Dornienne rentrera dans son pays.  », après des batailles, beaucoup de combat. Il faudrait bien quelqu'un pour remettre tout ça en état. Et Dorne paierait son travaille. A voir si cela serait gracieusement ou non. Il me regarda alors, puis la Torth, avant de me dépasser et de se diriger vers le carrosse en marmonnant. Il ne m'aimait pas, je n'aimais personne ici. Nous étions donc au même niveau n'est-ce pas ? Soupirant alors, je posais mon regard sur elle. Je ne pouvais pas m'exposer en tant que prince consort, clairement, il était venu sous la menace, la seule chose pouvant me rendre service étant encore une fois Dorne.

Elle devait s'en réjouir, j'en étais sur, et elle aurait tort de s'en priver dans le fond. La situation étant visiblement risible. « Souhaitez-vous quelque chose pour couvrir vos jambes et vos mains ?  », demandais-je finalement, alors que j'aurais pu la dépanner depuis plusieurs dizaines de minutes. Un oublie malheureux n'est-ce pas ?


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 265
Membre du mois : 4
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Mar 14 Nov - 12:06




“Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.”
Livia Torth & Roward Martell





"Je vois," se contenta-t-elle de souffler avec une pointe d'amertume non dissimulée après que le dornien lui eut déclaré que le temps de réparation ne dépendait pas de lui.

Tandis que le soldat envoyé par sa majesté chercher le charron semblait se faire désirer, Livia se frotta vigoureusement les mains puis resserra les pans de sa cape autour de ses épaules. A rester assise, l'orageoise commençait à ressentir la morsure du froid malgré sa tenue de voyage. Le Dornien, lui, semblait plutôt à son aise. Visiblement, il s'était rapidement acclimaté au temps capricieux du royaume de l'Orage qui devait néanmoins et à n'en pas douter lui changer de façon non-négligeable de la chaleur étouffante du désert du son royaume d'origine.

Si d’ordinaire l'orageoise savait se montrer d'une compagnie charmante lorsqu'elle le désirait, à cet instant, elle n'était pas d'humeur. Son pied la lançait douloureusement et l'identité de son compagnon d'infortune était loin de lui donner envie de faire un quelconque effort. Peut-être aurait-il été plus judicieux de se montrer courtoise avec le nouveau souverain de l'Orage afin de s'attirer ses bonnes grâces, mais les a priori que la jeune femme avait sur ses voisins au sang chaud étaient sans doute bien trop ancrés en elle pour qu'elle puisse s'y résoudre si facilement.

Livia se contenta donc de rester silencieuse, non sans observer le prince consort du coin de l'œil. Les traits de son visage étaient fins et plutôt plaisants tandis que l'allure athlétique que lui offrait son jeune âge avait dû lui ouvrir la couche de bon nombre de ses compatriotes. Malgré toutes les tares qu'elle pouvaient trouver aux dorniens, il aurait été de mauvaise foi de leur dénier leur beauté. "Aussi beaux à l'extérieur que pourris à l'intérieur," ne put-elle s'empêcher de penser, ce qui lui tira un léger sourire sardonique.

Le soldat revint finalement quelques minutes plus tard, le charron sur ses pas. Ce dernier était visiblement plus qu’agacé à en juger par les jurons qu'il marmonnait dans sa barbe. Livia resta silencieuse et écouta attentivement le dornien présenter ses arguments au roturier. Alors que ce dernier lui jetait un bref coup d’œil, l'orageoise lui offrit un large sourire sarcastique. Cette fois, l'homme ne pouvait refuser de réparer le carrosse en priorité.

"Sans grande surprise, vos arguments ont été plus persuasifs que les miens. Je vous en remercie, Majesté, " déclara-t-elle en s'efforçant de lui offrir un sourire aimable.

"Cela ne serait pas de refus, Majesté," répondit-elle avec un signe de tête respectueux "Il semblerait que la douleur commence à s'estomper, j'ose espérer que d'ici quelques minutes, je serais en mesure de marcher jusqu'au château. Que penserait votre femme si par ma faute son époux lui revenait catarrheux," ajouta-t-elle mielleusement.

A dire vrai, le dornien aurait-il pu s'étouffer dans un amas de glaire qu'elle n'en aurait eu rien à faire.


©TENNESSEE.




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Torth
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Messages : 179
Membre du mois : 1
Célébrité : Lana Parrilla
Maison : Torth
Caractère : Impulsive♦ Ambitieuse♦ Capricieuse ♦ Protectrice ♦ Jalouse ♦ Séductrice ♦Violente ♦ Passionnée ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Mar 21 Nov - 16:11

L'inverse aurait été étonnant n'est-ce pas ? Une armée à remettre en état avant de partir, des centaines de pièces tombant dans les poches de l'homme. Quel serait l'idiot qui en refuserait l'arrivée ? Se forçant toujours, elle reconnut l'efficacité de mes arguments. Je n'en avais que faire des ses remerciements, si son carrosse pouvait se briser contre les falaises de l'orage, je n'aurais aucune peine à célébrer sa mort. Elle était la parfaite représentation de ce que je n'aimais pas à l'Orage, les doubles jeux, les mensonges. Je n'aimais pas ça. Il n'y avait aucun intérêt à mentir pour protéger ses intentions. Pour moi, l'avenir de Dorne pouvait se jouer, là elle perdrait quoi ? Rien, si ce n'est le peut de respect que je pouvais lui porter. Ne répondant donc pas, je préférais lui proposer de quoi réchauffer ses jambes. Elle avait froid depuis suffisamment de temps, avec un peu de chance elle ramènerait la mort avec elle, mettant fin à sa lignée gangrené par la médiocrité. Elle ne refusa pas, contre toute attente. Elle était déjà assise sur une veste chaude, ce qui me restait sur le dos n'était guère plus qu'un vêtement chaud, que je ne lui donnerais pas. La nuit en plein désert m'avait apprit à résister au froid, mais je n'étais pas fou. Elle avança que la douleur commençait à disparaît, grand bien lui fasse, je ne l'écoutais plus vraiment. Me retournant pour avancer dans les écuries, je finis par monter pour chercher ce qui avait pu être isoler de précieux, pour des couvertures de voyage, finissant par en trouver une, je vérifiais l'état avant de remarquer l'écusson des Durrandon. Ca devrait faire l'affaire. Descendant de mon perchoir, je revenais vers elle avant de lui tendre. Qu'elle en fasse ce qu'elle veut à présent.

Reprenant ma place, je finis par lui demander, « Quel âge ont vos enfants ? », l'idée d'en convaincre un de partir au mur me semblant à présent acceptable. Un peu cruel, mais il était toujours bon de savoir l'age des descendants de nos nobles non ? De fier et vaillant chevaliers devant défendre l'honneur de leur pays et de leur nom. Quoi que si ils étaient comme elle, ils seraient capable de changer de camp à mesure que le vent tourne. Et quelque chose me disait qu'il devait tourner souvent ici.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 265
Membre du mois : 4
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Lun 4 Déc - 21:36




“Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.”
Livia Torth & Roward Martell





Alors que le nouveau prince de l'Orage disparaissait dans les écuries, Livia renversa sa tête en arrière et laissa échapper un profond soupire. Qu'avait-elle fait pour mériter pareille torture ? D'abord le carrosse, puis cette foutue chaîne et en prime un dornien. Si elle avait plus qu'apprécié de revoir sa fille aînée, elle ne se languissait pas moins de la maison. Longtemps, elle avait considéré la Vesprée comme une cage de verre, mais la naissance de ses enfants lui avait apporté une bouffée de liberté pour laquelle elle serait toujours reconnaissante aux sept. Avec la guerre si proche, si menaçante, elle ne pouvait que chérir ces instants de tendresse partagés avec la chair de sa chair.

Lorsque le prince revint, une couverture dans les mains, Livia jeta un œil suspicieux à cette dernière. Elle scruta le tissu à la recherche d'une quelconque tache ou trace de poussière, mais finalement celle-ci se révéla plutôt propre, du moins en apparence.

« Merci, Majesté, » dit-elle non sans continuer à observer la couverture d'un air méfiant tandis qu'elle l'étalait sur ses jambes.

De façon surprenante, le dornien la questionna sans préambule sur l'âge de ses enfants. Livia tourna vivement la tête vers lui, surprise et l'observa un instant. Malgré elle, un doux sourire vint étirer le coin de ses lèvres. Parler de ses enfants lui avait toujours réchauffer le cœur. Quand il s'agissait d'eux, la femme emplie de colère et d'aigreur savait laisser sa place à une femme douce et aimante.

« Mon aînée a 17 ans, mais vous devez la connaître, Ayana, elle est dame de compagnie auprès de votre épouse, » lui indiqua-t-elle en lui jetant un petit regard en coin. Étant donné la réputation des dornien, peut être valait-il mieux qu'il ne la connaisse pas. « Mon premier fils, Olyvar, a 15 ans, il se bat aux côtés de son père pour la première année, » continua-t-elle tandis que son regard s'assombrissait légèrement à cette pensée. « Ensuite, il y a Lyanna qui a 13 ans et le petit dernier Duncan qui en a 10, » termina-t-elle en laissant son regard balayer le sol tandis que les visages d'ange de ses enfants s'imposaient dans son esprit.

« J'aurais préféré qu'ils ne grandissent jamais, » avoua-t-elle plus pour elle-même que pour son interlocuteur avant de laisser échapper un ricanement moqueur face à sa propre bêtise. Cette idée était stupide, mais c'était la plus pure vérité. Elle aurait voulu pouvoir tous les garder auprès d'elle, à l'abri des dangers et des souffrances que recelait ce monde. Ils étaient tous si purs, si innocents et malgré toute sa bonne volonté, Livia savait qu'elle ne pourrait pas les protéger éternellement.

« Vous devez me trouver bien sotte, mais vous comprendrez ce que je veux dire le jour où la reine vous donnera un enfant, » lui dit-elle en le regardant dans les yeux. Il était encore si jeune lui-même, à peine plus vieux qu'Ayana et pourtant déjà en charge d'un royaume en guerre. L'espace d'une seconde, Livia eut l'impression de ressentir un peu de compassion pour lui. Si loin des siens, seul au milieu de gens qui l'exécraient...


©TENNESSEE.




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Torth
Âge du Personnage: 37
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Messages : 179
Membre du mois : 1
Célébrité : Lana Parrilla
Maison : Torth
Caractère : Impulsive♦ Ambitieuse♦ Capricieuse ♦ Protectrice ♦ Jalouse ♦ Séductrice ♦Violente ♦ Passionnée ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   Lun 18 Déc - 14:31

Je n'aurais jamais cru, en posant ma question réussir à adoucir la tempête qu'elle me réservait. Et bien rapidement, l'envie de faire subir à ses enfants ma vengeance personnelle s'effaça. Serais-je tomber aussi bas ? De toute évidence, les ombres pouvaient toujours trouver le chemin de mon coeur. Sa plus agée était donc ici, aux côtés d'Argella, pauvre âme. Le plus jeune de ses fils étant déjà en train de servir son pays alors que les autres, plus jeunes, n'étaient pas encore en âge d'agir pour leurs pays. Je sentis un pointe douloureuse percer son coeur, cette même pointe qui avait traversé le coeur de Deria. Elle confia alors qu'elle aurait préféré qu'ils ne grandissent jamais, regardant les hommes s'activer, je laissais les mots m'échapper avec une franchise que je ne pensais pas pouvoir lui donner, « Et pourtant, votre aînée finira marié à un homme, elle donnera naissance à ses propres enfants qu'elle aimera et chérira avec autant de dévouement que vous, vous retrouverez alors l'émerveillement des premières années... Votre fils mènera des batailles qu'il remportera toujours, que ce soit en victoire ou en marquant la mémoire de ses hommes en se révélant mémorable, dans la vie comme dans la mort, et si les dieux lui sont favorable, il saura survivre aux batailles et deviendra à son tour seigneur de votre île. Nous sommes fait pour grandir, vous dépasser, provoquer votre fierté... », elle avait sans doute l'âge de ma mère, ce qui s'impliquait à moi devait s'impliquer à elle sans doute. Elle affirma alors que je devais la trouver bien sotte de penser ainsi, mais je comprendrais le jour ou je deviendrais père. Tournant enfin le visage vers elle, je la regardais, longuement, le silence comme seul guide. Il n'y avait nul sottise à penser ainsi. C'était une mère, c'était naturel.

« Vous n'êtes pas sotte. », du moins pas sur ce point. « Je n'ai pas eu besoin d'être père pour comprendre ce sentiment. J'ai grandit dans une famille soudé, la perte de mes parents et de ma grand-mère m'a laissé ressentir cela. J'en venais à espérer qu'il ne s'agissait la que d'un cauchemar et que j'allais me réveiller, encore enfant, entouré de mes parents. », de ceux qui m'était cher, et aujourd'hui, je me retrouvais sans mes soeurs, sans mon frère, devant faire face à la froideur dont elle avait fait preuve. « Alors il n'est pas sot de vouloir protéger ses enfants. », même si cela revient à les garder près de soit.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 265
Membre du mois : 4
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains // Roward Martell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DEUX SOLEILS COUCHANTS-KARL EDWARD WAGNER
» Moins deux, moins deux, moins deux, moins deux , font que nous somme plus que deux. [Matthias et Artémis]
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Deux personnes au détour d'un arc-en-ciel.. [PV Iago Milazzi]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie
-
Sauter vers: