AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.
MessageSujet: On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.   Mar 29 Aoû - 12:26

Fengué. An 0, Mois 12, Semaine 3.





Le voyage s’est passé sans encombre de Vivesaigue jusqu’à Fengué, une dizaine de jours, passés en compagnie de Kora et sous bonne garde. Le convoi est petit et prévu pour passer inaperçu, elles ont reçu des ordres clairs et concis quant au comportement à adopter en cas d’attaque. Ce qui n’avait pas mis la jeune femme très à l’aise quant au parcours à suivre sur un territoire ennemi. Elle n’a rien d’une courageuse guerrière, elle est juste une femme, aux compétences moins agressives, qui espère vivre encore longtemps.

Ses connaissances ce sont d’ailleurs nettement améliorées depuis que le Roi Torrhen l’y a aidé. Voilà 2 mois qu’elle travaille de concert avec les Mestres afin d’améliorer ses compétences avec les plantes de Westeros. Et puisqu’elle les avait sous la main, elle s’améliore aussi concernant l’histoire du continent. La jeune femme étudie avec la force du désespoir, pour ne pas penser à ce qui l’a emmené ici, mais rien à faire, l’image de son fils s’impose à elle chaque jour. Disparu si jeune, parce qu’elle n’a jamais eu la force de s’opposer à son mari.

“Nous approchons.” Annonce l’un de leurs protecteurs. L’essossienne relève la tête et avise la demeure qui se dresse devant eux, et tout autour un campement, les tentes des soldats orageois. L’Orage, elle associe ce royaume à Argilac Durrandon, Roi venu leur prêter main forte pour que Braavos préserve son indépendance. Mort, peu de temps avant qu’elle n’arrive à Peyredragon, sa fille s’était parée de la couronne et fédéré son royaume à l’Empire.

Rhaenys était partie lui faire signer la constitution et devait revenir, mais les plans avaient changé entre temps. Si elle en croit la rumeur, l’Empire se battrait au côté de l’Orage pour les libérer de l’invasion du Bief. Le fait est que l’Impératrice avait appelé Yesaminda et Kora à la rejoindre. Pourquoi elle, plus qu’une autre ? Après tout Daena est sa cousine, sans doute la plus à même de rejoindre Rhaenys.

Quoi qu’il en soit, elle ne tardera pas à le savoir. Pour l’heure, son attention est attirée sur le château de Fengué, où loge l’Impératrice et la Reine orageoise. La garde soulève la bannière de Peyredragon pour faire savoir qu’ils sont alliés, tandis qu’ils traversent le campement extérieur. Les visages se tournent vers eux, la garde et les 2 femmes qui la suive. Si Kora passe aisément pour une femme de Westeros, ce n’est pas le cas de Yesaminda dont les origines sont visibles sur ses traits et sa carnation plus brune que la moyenne.

Elle ignore toute cette attention posée sur elle, c’est devenue une habitude. Les bannières flottent au gré du vent, des bannerets de l’Orage. Pourtant, il lui semble qu’une bannière dénote un peu plus loin, celle du conflans. Etrange, mais peut-être se trompe-t-elle. Ils arrivent à hauteur du château sans être arrêté, leur arrivée à dû être annoncé, mais ce n’est pas pour autant que les deux femmes s’attendent à être accueillis par Rhaenys, aucune ne lui en tiendra rigueur, l’Impératrice est sûrement occupée. Pour autant, un homme s’avance lorsque les présentations sont faites, et leur tend un parchemin à chacune. Un rendez-vous donné par l’Impératrice, ce soir.

Yesaminda est tiraillée, c’est au plus tôt qu’elle doit lui parler, en même temps, elle est terrifiée à l’idée de se retrouver face à elle et de sa réaction quand elle saura. Il n’est plus temps de retarder l’échéance, son oncle sait et lui a conseillé d’en parler à Rhaenys. “Tu serais surprise.” Lui avait-il dit. Yesaminda a beau retourner ses propos dans tous les sens, elle n’y trouve aucune réponse. L’étrangère écoute les bruits de couloir, à la recherche de l’Impératrice. Apparement, elle vient tout juste de retourner à ses appartements, c’est donc là qu’elle se dirige. “Je suis Lady Forel, je souhaiterai une audience avec l’Impératrice.” Demande-t-elle au garde devant sa porte. Il lui demande ce qu’elle a sous le bras, ce à quoi elle répond : “Un cadeau pour l’Impératrice.” Et il disparaît, le temps de demander à la principale intéressée si Yesaminda peut la rejoindre. Et la réponse ne tarde pas. “Elle vous demande de patienter.”

Elle patiente donc. Son paquet entre les mains. Elle s’en veut déjà de se présenter sans y être invitée. La jeune femme ne tente pas d’engager la conversation avec le garde, lui non plus, il se contente tantôt de l’observer, tantôt de l’ignorer. Combien de temps s’écoule-t-il ? Perdue dans ses songes, concentrée sur la meilleure manière de le dire, elle l’ignore. Finalement, la porte s’ouvre de nouveau et on l’autorise à entrer.

“Votre Majesté.” Dit-elle tout en s’inclinant devant sa Reine. Malgré tout, Yesaminda ne peut s’empêcher de sourire à la Souveraine et Impératrice. “C’est un plaisir de vous revoir, en bonne santé. J’espère que vous me pardonnerez, je sais que nous devons vous retrouver un peu plus tard, mais je souhaiterai m’entretenir avec vous si vous le voulez bien… Ce ne sera pas long, je ne vous demande que de m’écouter, cela doit être dit… Sans vouloir vous commander...” Nerveuse, elle se tait avant d’énoncer une énième bêtise.



Comment vous qui guérissez les autres ne vous guérissez-vous pas vous-même ?
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Forel, Dame de compagnie de l'Impératrice, Guérisseuse de la Maison des Mains Rouges
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 220
Membre du mois : 12
Célébrité : Nina Dobrev
Maison : Forel
Caractère : Bornée♦ Passionnée ♦ Exubérante ♦ Attentionnée ♦ Autoritaire ♦ Érudite ♦ Tourmentée♦ Généreuse ♦ Espiègle ♦ Romantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.   Mar 12 Sep - 18:25






Fengué
An 0 Mois 12.



J’étais éreintée. Mais cela était de la bonne fatigue comme le dirait mon père. J’avais passé ma journée à travailler, à parlementer, à éduquer aussi. Mon corps était éreinté, mais cette fatigue était la bienvenue. J’avais fait demander à ce qu’un bain m’attende dans ma chambre et je l’y trouvais pour mon plus grand plaisir. Je laissais Leslyn s’occuper de mes affaires alors que je me glissais dans l’eau chaude et réconfortante. La fumée s’élevait du baquet. La chaleur aurait brûlé tout autre personne mais je n’étais pas n’importe qui. J’étais un dragon. Le Roi de la Nuit barbotait lui aussi dans la baignoire, profitant de sa température. Il éclaboussait de l’eau sur le sol et pas qu’un peu en agitant ses ailes, mais je m’en fichais. Pour l’heure, je savourais cet instant, les yeux fermés et la tête reposant sur le bord.

On frappa à la porte et je fis signe à Leslyn de s’en occuper. Lorsqu’elle revient, elle vint troubler la quiétude de ce moment pour m’annoncer que Lady Forel avait demandé à me voir. Je me redressais légèrement et l’interrogeais du regard. Je lui avais donné rendez-vous plus tard. Pourquoi diable venait-elle me déranger ? Elle commençait pourtant à me connaitre. J’hésitais un instant avant de soupirer et d’indiquer à ce qu’elle patiente. Je me lavais rapidement avant de sortir de la baignoire, y laisser Ebryon qui continuait à s’y amuser comme un fou. Je m’enveloppais dans un linge, et fis signe à ce qu’on la fasse entrer alors que j’essorais entre les mains mes cheveux pour qu’ils ne goutent pas sur le sol. La jeune nièce de mon général entra et s’inclina aussitôt devant moi. Le reste de ses paroles me firent froncer les sourcils. Je ne lui connaissais un tel trait de caractère et je n’étais pas certaine d’apprécier.  Cependant, avant de lui répondre, je me tournais vers mon écuyère pour lui dire  Je vous présenterais plus tard. Veillez nous laisser lady Raybrandt et regagnez votre chambre. Je vous ferais appeler plus tard.  Puis une fois qu’elle fut sortie, je tournais mon regard sur la nièce de Baâl et lui déclarais. Lady Forel. J’ai accepté de vous recevoir par amitié de votre oncle et respect à votre égard, alors que je vous ai donné audience plus tard. N’abusez point de ma générosité, ni de ma patience. Vous voulez parler ? Et bien par les Dieux, faites le donc franchement que je puisse retourner à ma toilette ! Je n’étais pas la plus patiente qui soit, mais c’était entièrement de son fait et non du mien. Je n’avais que peu de moment de tranquillité et elle venait d’en interrompre un. Et en attendant qu’elle se décide je m’approchais de nouveau du baquet, restais debout à côté pour garder un œil sur Ebryon qui arrosa une fois de plus le sol d’eau, ainsi que mes pieds et le bas du linge que je portais.




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1991
Membre du mois : 19
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.   Ven 15 Sep - 20:52

Fengué. An 0, Mois 12, Semaine 3.





La jeune femme se mord les lèvres, ce n’est pas le moment idéal au vu de l’accueil de l’Impératrice. Yesaminda observe la femme qui l’accompagne, quitter la pièce. D’où sort-elle ? Peut-être la nouvelle ecuyère de Rhaenys. Quoi qu’il en soit, elle a commis un écart de conduite en réclamant audience, ce que l’Impératrice ne manque pas de faire remarquer, la guérisseuse s’en veut terriblement et entache sa motivation à déclarer la vérité sur sa venue ici.

“Toutes mes excuses Votre Majesté.” Murmure-t-elle coupable. Elle se fait cependant violence, maintenant qu’elle a dérangé la Reine régente et Impératrice, il n’est plus temps de revenir en arrière. “Ma Reine, vous savez que je suis ne suis pas d’une nature violente, ni revancharde, je suis plus couarde que courageuse, mais je suis loyale envers et contre tout, dès lors que j’ai formé mes voeux. Et ma loyauté vous est toute acquise, toutefois, il est des événements que je dois vous révéler.”

La jeune femme a eu des jours pour réfléchir à ce qu’elle dirait, mais face à l’heure de vérité, elle se retrouve terrifiée. Du regard que lui portera l’Impératrice, malgré les propos de son oncle quant à la réaction de Rhaenys qui pourrait la surprendre. Elle doit être le plus bref possible, tout en assurant sa défense. “J’étais mariée… Nous avions un enfant, Swan, envers eux ma fidélité était dévouée. Malgré les affres de mon mariage,  j’ai formulée les voeux de fidélité et loyauté à cet homme violent qui ne pouvait me pardonner ma descendance, d’être plus aisée financièrement que lui. Raison de notre union.”

Si sa mère et elle n’étaient pas guérisseuses, elle serait morte depuis longtemps, ou son corps serait  déformée par les innombrables coups de son mari. Aux premiers mois de leur mariage, il l’avait frappé au visage une fois, il a dû trouver que l’hématome ne lui plaisait guère puisqu’il n’avait plus recommencé. Malgré tout, il voulait une femme belle à son bras en dépend du reste. Cependant, elle en garde les traces, son corps couvert de cicatrices, il prenait toujours garde à la frapper aux endroits qu’une robe puisse recouvrir, cacher à la vu de tous. Et elle prend toujours garde de porter des robes qui cachent ses cicatrices.

“J’ai tout supporté, absolument tout, durant presque 6 ans de mariage. Mais j’ai précipité la chute de mon foyer, j’ai commis l’impardonnable, du moins, j’en avais l’intention. J’ai failli être infidèle et il l’a su, j’en ai fais les frais le soir venu. Notre fils aussi, il l’a tué par accident alors qu’il ne souhaitait que prendre ma défense... J’en ai perdu la tête, j’ai assassiné mon mari.”

Elle avait perdu son fils, l’être le plus cher à son coeur, en l’espace de si peu de temps. Ses yeux s’embuent de larmes, il est douloureux de planter le couteau dans la plaie, mais comme l’a dit son oncle, il faut que ce soit dit. “Je m’excuse Votre Majesté, si vous me jugez indigne de votre confiance, je comprends.” Finit-elle par dire, face à l’Impératrice, la tête baissée et les mains croisées sur son paquet devant elle.



Comment vous qui guérissez les autres ne vous guérissez-vous pas vous-même ?
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Forel, Dame de compagnie de l'Impératrice, Guérisseuse de la Maison des Mains Rouges
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 220
Membre du mois : 12
Célébrité : Nina Dobrev
Maison : Forel
Caractère : Bornée♦ Passionnée ♦ Exubérante ♦ Attentionnée ♦ Autoritaire ♦ Érudite ♦ Tourmentée♦ Généreuse ♦ Espiègle ♦ Romantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.   Lun 2 Oct - 12:09






Fengué
An 0 Mois 12.


J’étais agacée de la présence de Yesaminda. Je l’avoue c’était strictement égoïste. Les journées avaient été longues et j’avais besoin de ce bain pour me détendre. Je me sentais éreintée, fatiguée, bien plus que d’habitude. Je récupérais normalement assez vite de mes voyages avec Meraxès, mais cette fois-ci ce n’était pas le cas. Est-ce un contrecoup de la présence d’Aeden ? Je ne saurais le dire et je ne préférais pas interroger le mestre sur ce point ne voulant pas que cela s’ébruite pour l’heure. La seule personne dans la confidence était pour l’heure Argella Durrandon. Je comptais en parler plus tard à Kevan Gardener, ainsi qu’à Leslyn, quand j’en aurais l’occasion. Nous étions tous pris par nos obligations et nous avions tant à faire…

Les excuses murmuraient de Yesaminda me font regretter aussitôt mon ton froid et un peu brusque. Je commençais à la connaitre et elle ne m’aurait pas dérangé si cela n’était pas important. Je soupirais et lui fis signe de s’asseoir si elle le désirait. Je resterais debout pour ma part, afin de garder un œil sur mon jeune dragon qui barbotait gaiement dans l’eau bouillante, et qui mouillait le bas du linge dans lequel j’étais enveloppée à chaque fois qu’il battait des ailes. L’essossienne prit la parole pour m’évoquer les raisons de sa visite. Je ne l’interrompais pas, la laissant dire tout ce qu’elle avait à me dire et qui devait être dit en l’instant, sans attente. Et à mesure qu’elle parlait je la regardais de plus en plus fixement, jusqu’à ne plus jeter de coup d’œil au Roi de la Nuit qui continuait à s’amuser comme un fou.

La tête baissée, le regard vers le sol, Yesaminda attendait ma réponse. Je laissais plusieurs minutes de silence s’étirer, réfléchissant à tout ce qu’elle venait de me dire et ce que cela impliquais. Vous ne regrettez pas votre geste. dis-je en brisant le silence. Ce n’était pas une question mais une affirmation. Et j’imagine que vous regrettez de ne pas l’avoir fait plus tôt. Je m’avançais vers elle et posais une main sous son menton pour relever sa tête et que son regard se pose sur le mien. Je ne vous mentirais pas. Je ne vous dirais pas que vous n’êtes pas coupable. Je ne parle pas du meurtre de votre époux de votre main. Mais de la mort de votre fils. Vous êtes tout aussi responsable que lui. Et c’est là le fardeau qui vous impose de porter. Je ne la consolerais pas dans le sens le strict qui soit. Je lui évoquais les faits tels qu’ils étaient, aussi durs soient-ils. Elle n’avait pas besoin qu’on la berce d’illusion et je n’allais lui dire qu’elle n’était responsable en rien alors que je ne le pensais pas. La vérité était cruelle et je ne lui épargnerais pas. Je levais la main et la laisser claquer sur sa joue. Je n’y avais pas mis toute la force que je possédais. Mais je n’avais pas été tendre non plus. Sa peau sera marquer quelques minutes et légèrement douloureuse ce lapse de temps. Ca, c’est pour vous êtes montrée indigne de ma confiance en effet. Vous n’avez pas eu foi en moi et c’est là quelque chose qui me froisse énormément. Je ne pense pas, à aucun moment, vous avoir donnez la moindre raison de le faire. N’ai-je pas pris soin de vous ? Ne vous ais-je pas traité avec égard, considération, respect et en amie ? Je n’aime pas les mensonges ni les faux semblants. Cela n’est un secret pour personne. Et je suis extrêmement déçue que vous, Yesaminda, avait pu douter de ma personne, vous qui me connaissez pourtant, alors même que des milliers d’hommes pour qui je suis une inconnu ont foi en moi. lui dis-je sèchement avant de m’écarter et revenir vers Ebryon le pas lourd. Je m’agenouillais à côté de la baignoire, tournant le dos à la jeune femme. Et sans me préoccuper de l’eau qui maculait tout le linge que je portais, je jouais avec mon dragon. Depuis quand Baâl est-il au courant ? Depuis combien de temps lui imposez-vous de garder vos secrets et me mentir par omission ? Vous rendez-vous seulement compte de la position dans laquelle vous l’avez mis ? la questionnais-je toujours un peu sèchement. J’étais froissée et déçue. Déçue qu’elle ai pu se fourvoyer sur ma personne, froissée qu’elle m’ait menti pendant tout ce temps, redoutant je ne sais quelle réaction de ma part. Que croirait-elle ? Que j’allais la juger, moi, qui était en guerre contre le Fourbe, qui avait tué plus d’un homme pour les siens ? N’étais-je pas la mieux placé pour comprendre son geste ? Si on osait, ne serait-ce qu’abimer une écaille de l’un de mes dragons, je deviendrais un véritable monstre, torturant avant de tuer le coupable. J’avais tranché les têtes de certains de mes hommes qui n’avaient pas respecté mes règles, mes lois. Alors non, je n’allais pas la condamner pour son geste. Mais son mensonge ? Ca c’était une autre affaire.




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1991
Membre du mois : 19
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.   Mar 10 Oct - 10:40

Fengué. An 0, Mois 12, Semaine 3.





Non, elle ne regrette pas d’avoir tué son mari, elle regrette de ne pas l’avoir fait avant qu’il ne tue leur fils. Son fardeau, assurément, elle le portera jusqu’à sa mort. La gifle fait plus de bruit que de mal, ce n’est rien en comparaison de ce qu’a subi l’essossienne, mais elle fait plus de mal à son âme. Son regard se fait inexpressif, comme chaque fois qu’elle reçoit un coup, chaque fois que son mari la battait, elle allait ailleurs. Son corps supportait, son esprit s’évadait, c’est sans doute pour cela qu’elle est encore vivante.

Meurtrie, par le geste, mais surtout par les mots de Rhaenys, il n’est nullement nécessaire de dire que l’Impératrice a raison. Une larme coule sur la joue blessée de Yesaminda, la tristesse l’accable, d’évoquer cet événement, d’être ainsi source de déception envers l’Impératrice. En effet, elle n’a jamais démontré que l’étrangère ne pouvait avoir confiance en elle. Ce n’était pas totalement une histoire de confiance, la jeune femme n’était pas prête à en parler, à mettre les mots sur ses actes, il y avait beaucoup de crainte également.

“Il l’ignorait. Vous étiez déjà partie lorsque nous avons eu cette discussion à coeur ouvert, c’est lui même qui m’a convaincue de vous en parler, et c’est pourquoi je ne pouvais retarder plus longtemps mes aveux. Je n’ai jamais voulu vous blesser, ni vous, ni mon oncle. J’avais peur, peur que vous me renvoyiez à Braavos pour répondre de mes actes, j’avais peur de continuer de vivre avec ma conscience, mes remords. A dire vrai, mon voyage fut l’initiative de ma mère, elle m’a soutenue durant toutes ces années et si cela n’aurait pas causé sa propre mort, je me serais laissé dépérir”

Finalement, et elle en a conscience, Yesaminda ne vit pas pour elle, mais pour les autres. Elle ignore ce qu’est la vie, à ses yeux, elle se résulte à les sauver. Le jour ou elle ne se trouvera d’aucune utilité pour quiconque, elle n’aura plus de raisons de vivre. Quand il était devenu évident que son mari la battrait à volonté, il était trop tard. Swan était en son sein et elle s’était juré de le protéger. Elle avait lamentablement échoué et aujourd’hui elle doit vivre avec. A son arrivée à Peyredragon, puis Paege, elle s’était longtemps cherchée, longuement hésité à mettre un terme à cette vie sans aucun sens, aucun goût, jusqu’à faire face à la mort.

“J’avais peur, de mon oncle. Lorsque je suis arrivée, il a été évident que vous passeriez bien avant les liens de sang que nous partageons, dès l’instant où il aurait su, il m’aurait renvoyé à Braavos pour m’éloigner de vous. Vous êtes sa famille, pas moi, vous êtes celle qu’il protégerait de sa propre vie, pas moi.” Il l’aurait peut-être même tué, s’il s’était douté qu’elle puisse être source d’ennui pour Rhaenys. Fut un temps, très court, elle avait même jalousé cette relation entre Baal et Rhaenys, avant de comprendre, de connaître cette peyredragonienne.

“Je ne souhaitais pas que mon fardeau devienne le vôtre, vous avez déjà tant à gérer. Ma peur ne peut tout justifier, cette même peur m’a empêché de garder les yeux ouverts sur la personne que vous êtes. Je ne peux qu’espérer qu’un jour vous me pardonnerez, je ferais mes preuves… Si vous ne décidez pas de me renvoyer.”

C’est toujours un risque, que la reine décide de la renvoyer à Braavos pour que Yesaminda réponde de ses actes. Elle sera sûrement pendue pour cela, mais il est grand temps d’assumer. Seulement, sa vie est désormais entre les mains de cette souveraine face à elle, une souveraine qui donne naissance à des dragons, dont l’un d’eux est en train de barboter dans son bain.



Comment vous qui guérissez les autres ne vous guérissez-vous pas vous-même ?
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Forel, Dame de compagnie de l'Impératrice, Guérisseuse de la Maison des Mains Rouges
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 220
Membre du mois : 12
Célébrité : Nina Dobrev
Maison : Forel
Caractère : Bornée♦ Passionnée ♦ Exubérante ♦ Attentionnée ♦ Autoritaire ♦ Érudite ♦ Tourmentée♦ Généreuse ♦ Espiègle ♦ Romantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
On aime mieux perdre en secret que de passer pour dupe sans l'être.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amour secret...
» La liste des choses que je n'aime pas sans savoir pourquoi
» [Réflexion] Porygon2, un Pokémon maudit : pourquoi?
» [Sword Art Online] Présentation
» J'aime me faire passer pour quelqu'un que je ne suis pas (fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Orage :: Le Sud de la Néra
-
Sauter vers: