AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Comme une flèche en plein coeur...|Lynara
MessageSujet: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Dim 9 Juil - 20:36

La journée est déjà bien avancée alors que je rassemble mes flèches, la mine pensive. J'ai eu le droit à un peu de tranquillité aujourd'hui et dire que je l'ai appréciée est un doux euphémisme. Nous partons dans deux jours et la tension que je ressens à l'idée de ce voyage est tout sauf feinte. Je ne sais pas du tout ce qui nous attend et surtout, pourquoi envoyer Jeyne sur des terres ou la guerre fait rage. Enfin, les options qui se dessinent ne me plaisent guère alors, plutôt que de douter de l'intégrité de la Reine, je préfère me focaliser sur tout le coté pratique de cette équipée. Nous ne sommes qu'une poignée pour l'accompagner et pour ramener Nelya à bon port et j'avoue que ce n'est pas pour me rassurer, quand bien même nous sommes supposés être en paix avec tout le monde ou presque. Mais je me doute bien que c'est illusoire. J'inspire, lissant distraitement l'empennage de la flèche avant d'en encocher une et de tirer. Dans le mille. Et bien, au moins quelque chose que je maitrise. C'est toujours ça de pris.  

Je grimace à cette pensée avant d'en attraper une autre. Il n'y a personne, le jeune écuyer n'ayant pas demandé son reste quand je lui ai dit qu'il pouvait vaquer à ses occupations et que je m'occuperais de ranger quand j'aurais terminé. Au moins, je suis tranquille. Même si je guette l'arrivée de Lynara, à qui j'ai demandé de venir ici. Pour avoir l'occasion de lui parler avant mon départ. Pour lui dire certaines choses que je ne veux pas qu'elle apprenne par d'autres biais. Je ne l'ai pas vraiment évitée depuis que nous avons passé l'après-midi dans cette cabane mais nous avons été tous les deux pris par nos occupations. Mon mariage tout d'abord. Puis le sien. Lyman n'a guère apprécié quand je suis entré dans ses appartements pour lui dire qu'il était nécessaire de trouver un mari à la cousine de la Princesse. Je n'ai pas eu à dire grand-chose, difficile de ne pas comprendre ce qui s'était passé mais, comme toujours avec lui, nous nous sommes compris à mi-mots. Ma mine était visiblement suffisamment coupable pour qu'il ne songe pas à me faire la leçon et il n'a fallu que quelques semaines pour trouver le parti idéal. A nos yeux en tout cas. Quentyn est un de mes amis les plus proches et son retour a été vraiment providentiel, surtout pour lui qui avait à souffrir de l'humeur de son père pour qu'il se marie enfin. Dire que je n'ai pas aimé assister à leur mariage est un doux euphémisme mais j'ai fait bonne figure, buvant et riant avec les autres. Après tout, je n'avais que des raisons de me réjouir non ? Cela fait quelques jours à peine qu'ils sont mariés et, depuis, je n'ai eu le temps de croiser ni l'un ni l'autre. Ou je n'ai pas pris le temps de le faire, j'ai préféré ne pas vraiment me pencher sur le sujet.

J'inspire et j'encoche la flèche avant qu'un froissement de tissus n'attire mon attention. J'ai un bref regard quand je reconnais la silhouette de Lynara et je baisse mon arc, me fendant d'une légère révérence à son attention. "Lady Brax, c'est un plaisir de voir que vous avez répondu favorablement à mon invitation." Je laisse filer un silence avant de reprendre, d'un ton plus doux. "Je suis content de te voir." Seul à seule. Si j'ai toujours envie de la prendre dans mes bras, si rien n'a vraiment changé, je sais que je dois me tenir. Pour elle comme pour moi. Trop de mal pourrait être fait si nos errements venaient à nous rattraper maintenant que nous sommes tous deux mariés. Alors j'inspire avant de lui tendre mon arc, me faisant malicieux l'espace d'un instant. "Tu as déjà tiré à l'arc ? Tu veux essayer ?" Oui, je n'ai pas envie d'entrer immédiatement dans le vif du sujet. Profiter de sa présence quelques instants, plaisanter, me faire léger avec elle, voilà quelque chose que j'aimerais pouvoir faire. Pour arriver à construire quelque chose avec elle qui ne lui fasse pas honte, que nous pourrions apprécier tous les deux.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"


Dernière édition par Gareth Kenning le Mer 19 Juil - 11:28, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1000
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Dim 16 Juil - 23:41

Lynara avait l’impression que le temps avait été accéléré, depuis que… qu’elle avait fauté, dans les bras de Gareth. Elle avait à peine eu du temps pour elle, et l’agitation alentours avait quelque peu contribué à la distraire, des pensées néfastes qui l’empoisonnaient. Elle avait peut-être donné l’impression de rester de glace, mais l’agitation l’accaparait complètement, et c’était la seule façon qu’elle avait trouvé, pour ne pas succomber à la panique, ou à la fatigue immense qui menaçait de l’assaillir. Ça avait été une réelle épreuve, que d’affronter le mariage de Gareth, puis le sien, surtout en sachant ce qu’elle avait fait. Et si elle aurait voulu qu’ils restent, une part d’elle était soulagée que Gareth s’éloigne, même si Jeyne devait partir avec lui. Elle ne comprenait d’ailleurs pas que sa cousine soit amenée à aller au loin, alors que les routes n’étaient pas sûres. Elle adressait souvent ses prières aux Anciens Dieux, en son fort intérieur, pour qu’ils veillent sur elle, tout en sachant que son alliance avec les Brax rendait ces actes inappropriés, bien qu’elle peine à imaginer comment on pourrait le lui interdire. Elle avait même prié quelques fois les Sept, avec maladresse, incertaine de la façon dont elle s’adressait à eux, pour sa survie. Elle s’était plusieurs fois demandé si elle devait leur adresser des offrandes, et n’avait encore pas osé questionner qui que ce soit.

Elle avait réussi à contenir la panique qui l’assaillait, emportée par l’effervescence ambiante, utilisant toutes les tâches qui étaient les siennes avant le mariage comme une membrane la préservant de toutes les pensées déstabilisantes qui menaçaient de la submerger. Cela aurait été beaucoup plus facile, si Gareth n’avait pas établi ce rendez-vous, avant son départ. Elle ne pouvait l’en blâmer, malgré tout. N’avait-il pas essayé, à plusieurs reprises, de rompre ce lien qui existait entre eux ? Elle avait œuvré pour que ce ne soit pas le cas, et elle devait en payer les conséquences, aussi difficiles soient-elles. Pour elle comme pour lui, probablement. Elle ne parvenait pas à regretter, quoi qu’il en soit, malgré la honte qu’elle ressentait. Elle n’avait au moins pas à se dissimuler à son époux, malgré la difficulté qu’elle avait à accepter qu’il puisse ne pas la blâmer pour ça. Elle n’avait rien avoué de vive voix, mais il était loin d’être stupide, et comme elle protégeait ses secrets, il protégeait les siens. Elle l’espérait, et tentait de s’en convaincre, du moins.

Quentyn était en compagnie de son père, fort heureusement, alors qu’elle devait rejoindre Gareth. Elle ne voulait pas le provoquer inutilement, à fréquenter l’homme qu’elle aimait, alors qu’elle était sienne, maintenant. Elle aurait pu tomber beaucoup plus mal, avoir pour époux un homme possessif, brutal, violent, elle ne tenait pas à pousser sa chance. Même si elle ne pourrait cesser de fréquenter Gareth, elle était convaincue de ne rien faire de répréhensible. Elle s’y essaierait, du moins. Elle avait choisi une tenue qui rappelait la famille de son époux, par les légères touches de violet s’y trouvant, bien que le gris puisse aussi bien être celui des Karstark que celui des Brax. Elle l’avait faite confectionner dès que son mariage avait été arrêté, bien que l’association des deux maisons soient assez subtile. Elle était toutefois bien plus travaillée que celles dont elle avait l’habitude, dans le Nord, et ses mouvements manquaient de souplesse, de fluidité, alors qu’elle la portait. Une question d’habitude, probablement, et elle la portait pour la première fois.

Elle s’inclina comme elle le pouvait, avec une certaine raideur involontaire, provoquée par la gêne aussi bien que par sa robe, trop extravagante à ses yeux, avec ses volants. Le corset lui coupait quelque peu la respiration, mais elle s’en accommodait davantage que des pas minuscules qu’elle était obligée de faire. Cela lui avait pris une éternité, de se rendre au lieu de rendez-vous.

« Lord Kenning. Vous faites partie de la famille de ma cousine, maintenant, il est normal que nous apprenions à nous connaître davantage, n’est-ce pas ? » Elle avait parlé d’une voix assez élevée, pour les éventuels indiscrets, même si ses propres paroles lui arrachaient une certaine grimace.

Elle reprit d’une voix plus douce, moins audible. « Je suis contente que tu me l’aies demandé. » Cela se reproduirait-il ? Pas avant longtemps, leur départ était imminent, mais leur retour… Les Dieux seuls savaient quand il aurait lieu. Rapidement, elle l’espérait. Jeyne n’était pas en sécurité, sur les routes. Elle soupira un instant, avant de lever la tête pour regarder celui de Gareth. Elle lui demanderait, oui, de veiller sur sa cousine. De faire attention à lui. Mais pas tout de suite. Elle verrait ce qu’il lui voulait. Peut-être… lui faire ses adieux ? Lui dire qu’ils ne se verraient plus, hormis au sein de la Cour, quand ils ne pourraient y échapper ? Elle hésitait à lui demander comme il allait, mais il prit la parole avant elle.

« Jamais. Je… Je peux ? » Ils n’étaient pas réellement habitués, à voir de jeunes femmes s’essayer à cela, dans l’Ouest. Elle s’approcha malgré tout un peu plus, saisissant l’arc, et tirant sur la corde, pour voir. S’il était facile de la tendre. Elle le regarda un instant, lui demandant du regard comment elle devait réellement s’y prendre.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3081
Membre du mois : 30
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Mer 19 Juil - 13:11

Difficile de ne pas remarquer sa nouvelle tenue et de ne pas y voir les touches de violet, du nouveau blason de son mari. Je ne suis pas spécialement attentif à ce genre de choses mais là, c’est comme une évidence. Je ne sais si le message s’adresse à moi ou au reste de la cour et, au fond, je ne suis pas vraiment sûr de vouloir une réponse. Je réalise pourtant que j’aurais bien des choses à lui dire et que c’est probablement aussi pour ça que je lui ai demandé de venir. Je ne sais si je pourrais tout lui raconter ou si je devrais me contenter de lui annoncer certaines nouvelles mais je ne veux pas avoir à regretter quoi que ce soit si je devais ne pas revenir. Je sais pourtant que je dois garder une certaine distance je compte bien m’y tenir, quand bien même je n’ai pas envie de couper toute forme de relation avec Lynara. Je suppose qu’il va nous falloir trouver un certain équilibre et que mon départ aidera probablement à nous remettre les idées en place. C’est mon cas en tout cas. J’ai un bref sourire quand elle me rend mon salut avant de hocher la tête, la mine un rien pensive. "Il est vrai que j’ai tendance à oublier que je suis lié à la Princesse dorénavant. Voilà qui fait bien des changements en quelques semaines n’est-ce pas ?" J’ai un bref regard autour de nous avant de reprendre, d’un ton plus bas également mais sans pour autant me donner le sentiment de me cacher ou de tromper qui que ce soit, elle y compris. "Je ne me voyais pas partir sans prendre le temps de discuter un peu avec toi. Il y a… j’ai des choses à te dire et à savoir." J’inspire avant de reprendre, d’un ton presque malicieux. "Mais cette robe est très jolie en tout cas, quand bien même je n’ai guère l’habitude de te voir avec autant de… froufrous ? Quentyn a dû apprécier les couleurs…" Ma voix s’est faite plus douce à l’évocation de mon ami mais j’avoue ne pas être totalement à l’aise. Quand bien même lui aussi n’a pas dû être dupe, c’est un sujet que je ne risque pas d’aborder directement avec lui.

Je fronce les sourcils quand elle soupire, la fixant un instant, la mine interrogative. Je me demande si c’était vraiment le bon moment pour ce genre de conversation. Je devrais être revenu avant que la grossesse de Meg ne soit trop visible non ? Je ne sais dans combien de temps la Reine voudra l’annoncer mais celle de Jeyne devrait passer avant. Et c’est encore un secret. Je ferme les yeux un instant, me demandant combien de secrets vont encore flotter par ici et je chasse ces pensées avant de la fixer tandis qu’elle saisit l’arc. "Evidemment que tu peux, tant que tu évites de me tirer dessus. Promis, je ne dirais rien à personne, vu qu’il semblerait que ce ne soit pas convenable pour une jeune femme d’apprendre à se servir d’une arme. Pourtant, Nym’ se débrouillait très bien." Je me demande si elle continue toujours de s’entrainer, si elle va bien, si elle trouve sa place au sein de la Cour du Val. J’avoue, sa bonne humeur et son énergie me manquent, bien plus que je ne l’aurais cru. Et surtout au vu de ce que nous vivons. Et il me faut quelques secondes avant de tiquer que Lynara attend que je lui explique comment faire. "Ah oui… hum… déjà, essaie d’imiter mes gestes…" Je mime le mouvement pour tenir l’arc et la flèche et j’attends qu’elle s’exécute corrigeant doucement sa posture, effleurant à peine son coude ou encore son bras pour qu’elle se mette en position. "Il faut te concentrer sur ta cible et non la flèche, c’est le plus compliqué." Et je glisse l’empennage de la flèche entre ses doigts, essayant de la toucher le moins possible tout en continuant, d’un ton léger. "Quand j’étais enfant et que j’apprenais à tirer, c’était le plus compliqué. J’avais tendance à loucher sur la flèche et elle finissait immanquablement par finir au sol. Mais, une fois que j’ai fini par comprendre, il s’est avéré que j’étais plutôt doué. Bien plus qu’avec une épée en tout cas. Même Lyman n’a rien trouvé à y redire." Et, une fois que j’ai le sentiment qu’elle tient bien sa flèche, je me recule d’un pas, lui désignant la cible d’un mouvement du menton. Elle est plutôt loin et, avec la journée qui décline, autant dire que les conditions ne sont pas favorables. Mais ce n’est pas comme si c’était vraiment un entrainement.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1000
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Mar 15 Aoû - 22:51

Donnait-elle le change, à prétendre le fréquenter parce qu’il faisait partie de la famille de Jeyne, et plus ou moins de la sienne, par extension ? Elle l’espérait, mais elle n’en avait aucune certitude, bien au contraire. Comment aurait-elle pu le croire, alors que tout cela lui semblait si peu naturel ? Au moins s’adaptait-elle à ce royaume qui était le sien désormais, en comprenant qu’elle devait ruser, prétendre… Mentir. Elle y répugnait, mais avait après tout provoqué la situation. Si elle avait été franche, jusqu’à présent, elle avait malgré tout commis un impair en dérogeant à ses valeurs. Elle s’accoutumerait, peut-être, à cette fausseté qui allait gouverner sa vie ? Elle réalisait, toutefois, la chance qu’elle avait, de ne pas devoir mentir à son époux – elle ne conversait pas avec lui de l’affection plus que déplacée qu’elle ressentait pour Gareth, mais elle savait qu’il en était averti, ou le supposait du moins, à moins qu’il manque d’intelligence et n’ait pas compris mais elle n’y croyait pas, et cela lui suffisait. Il avait accepté cette union tout comme elle.

« Vous vous rendez compte, vous n’êtes plus simplement l’ami du prince, mais son frère. Votre compagnie doit être d’autant plus recherchée, maintenant, du fait de votre qualité de presque prince. Elle le taquinait, et espérait qu’il ne le prendrait pas mal. Ce n’était qu’un léger amusement, et non un souhait de le froisser. Et il valait mieux en plaisanter, n’est-ce pas ? Elle avait progressivement baissé le ton, pour évoquer d’autres sujets, plus personnels. Et parce que se moquer à haute voix des courtisans du Roc aurait été malavisé. Elle fronça les sourcils, en entendant qu’il avait des choses à savoir. Que voulait-il ? Elle n’avait rien à lui confier, et elle ne comprenait pas. Elle se tut, cependant, le laissant continuer. De… Quelque chose de grave ? Je ne sais même pas réellement ce que vous allez faire. Serez-vous en danger, Jeyne et toi ? Il finirait par lui dire, seul, ce qu’il désirait savoir, il n’était pas utile de le lui demander.

Elle grimaça, cependant, alors qu’il complimentait sa robe. Non pas qu’elle ne goûtait pas au compliment, mais elle n’était pas certaine d’apprécier ce genre de tenues. Bien qu’elles soient toutes splendides. « Ne prends pas ça comme une provocation de ma part… Je ne voulais pas te froisser, en portant une robe avec ces couleurs. Et peut-être suis-je stupide, de croire que cela te dérange. Je… Enfin, merci, je suis rassurée, de ne pas avoir l’air d’une complète idiote, dans cette tenue, bien que je ne comprenne pas comment les femmes d’ici arrivent à marcher aussi vite. J’ai mis trois fois le temps que j’aurai mis normalement pour venir ici, et j’ai cru que j’allais tomber plus de fois que je ne saurai le dire. » Elle parlait à tort et à travers, incapable de savoir comment réagir face à ce compliment. Il semblait sincère, pourtant. Pas jaloux. Elle ne savait pas vraiment comme son ami avait réagi, d’ailleurs, en la voyant. « Je… Je ne le cerne pas encore. Je, peut-être ne voulait-il pas me voir porter ces couleurs. Je n’en sais rien du tout. » Elle était sincèrement désemparée. Elle espérait tout de même qu’un jour, elle comprendrait son époux et saurait ce qu’il appréciait ou non. Pouvait-elle questionner Gareth ? Il le connaissait, après tout. Le voulait-elle seulement ?

Elle lui fut reconnaissante, toutefois, de l’empêcher de s’épancher, de changer de sujet – pour un sujet aussi… surprenant. Elle n’avait jamais touché à un arc, et l’idée lui semblait soudainement très attirante. Pas uniquement parce que Gareth lui proposait, mais parce que c’était inattendu, nouveau. Que cela changeait des distractions des jeunes femmes de l’Ouest. Elle aurait du tenter de passer inaperçu, de se conformer à ce qu’elles attendaient, mais elle en était incapable. Serait-ce un problème ? Apporterait-elle le discrédit sur sa belle-famille ? Elle aurait pu, là encore, demander cela à Gareth, mais sûrement devrait-elle avoir cette discussion avec Quentyn. Cela ne l’arrêterait pas forcément, mais… Au moins clarifierait-elle les choses.

Elle rit franchement, en l’entendant lui dire de ne pas lui tirer dessus. Elle n’était pas maladroite, cela ne risquait pas d’arriver, mais l’idée qu’elle fasse une chose aussi ridicule, alors qu’elle aurait du l’embarrasser, allégea un peu son cœur et ses pensées. « Peut-être devrais-tu te tenir éloigné, un accident est si vite arrivé. Mais je peux te faire le serment de ne pas chercher à le faire volontairement, si cela te rassure. Elle lui sourit, à moitié moqueuse et amusée. J’aurai voulu pouvoir la connaître – elle semble atypique et très plaisante. As-tu de ses nouvelles ? Elle savait qu’il aimait beaucoup la benjamine Lannister. Elle grimça un instant, songeant qu’il devait beaucoup apprécier l’aînée, aussi, quelque chose qu’elle appréciait moins.

Elle l’observe, l’air un peu idiot, l’arc dans une main et la flèche dans l’autre, les bras ballants, sans rien ajouter de plus. Elle voudrait pouvoir le réconforter, le prendre dans ses bras, mais c’est une mauvaise idée. Elle frémit pourtant, quand il s’approche, et modifie quelque peu ses gestes, une fois qu’elle a essayé de tirer. La légèreté de ses gestes complique encore plus la tâche, mais elle essaye de feindre qu’il n’en est rien, les yeux sur la cible au loin. Bien trop loin, peut-être, louchant sur le bout de la flèche. Elle hoche la tête, pourtant, en entendant ses conseils, tournant la tête vers lui avant de se forcer à regarder la cible, aussi difficile que ce soit. « Espérons que je comprenne aussi, alors. Elle s’apprête à tirer, regardant au dernier moment sa flèche tout en lachant, qui se plante non pas à ses pieds, mais pas très loin. Et certainement pas à proximité de la cible. Visiblement pas. Je peux peut-être dresser mon faucon pour amener la flèche dans la cible… »


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3081
Membre du mois : 30
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Lun 21 Aoû - 13:42

Pendant des semaines, des mois même, j’ai tenté de me raisonner, de me dire que je ne devrais pas l’approcher et encore moins passer du temps avec elle, que cela ne pourrait que lui porter préjudice. Outre le fait que j’avais raison, je me rends compte qu’aujourd’hui, ce n’est toujours pas une bonne idée. Parce que les sentiments que j’éprouve pour elle sont toujours là, quand bien même il est impensable de ne pas me tenir correctement désormais en sa présence. Ca ne change pas grand-chose au final, même si je serais soulagé de pouvoir m’éloigner un peu, quelques temps en tout cas. Je sais qu’elle me manquera, plus qu’elle ne le devrait, et que je ne pourrais rien en dire. Enfin, peut-être à elle, maintenant, même si ce serait stupide. J’inspire longuement, non sans esquisser un sourire à ses propos avant de hausser les épaules. "Il est vrai que les gens cherchant réellement ma compagnie ont toujours été rares et je sens que ça ne va pas aller en s’arrangeant. Tant pis, je continuerai à jouer à l’idiot qui ne sait pas ce qu’il fait là, c’est plutôt efficace en général." Je laisse filer un silence, non sans lui jeter un regard que j’espère amusé. Elle est bien placée pour comprendre ce que je peux ressentir sur ma proximité avec Lyman mais là, les choses ont quelque peu évolué, pour ne pas dire empiré. Je secoue la tête, grimaçant légèrement au reste de ses paroles avant de souffler, d’un ton plus tranquille que je ne l’aurais cru. "Non, quelque chose d’important. Quant à ce que nous allons faire avec Jeyne… nous jeter dans la gueule du loup ?" Je regrette  ces paroles au moment où je les prononce mais je n’ai pas envie de lui mentir. "Je ne sais pas ce qui va se passer très honnêtement. Et je ne comprends pas vraiment pourquoi c’est elle qu’on envoie." Enfin si, j’ai une vague idée qui me déplait fortement. Mais je n’ose pas vraiment l’aborder à haute voix.

Au lieu de cela, je la complimente sur sa robe. Je ne saurais dire à quel point c’est une mauvaise idée mais, là encore, trop tard pour faire machine arrière. J’ai pourtant un sourire et je secoue la tête. "Je serais idiot de le voir de la sorte. Et je n’ai pas le droit d’être froissé ni… jaloux. Ce serait déplacé." Ca l’est en réalité, parce que je suis jaloux qu’elle ne puisse pas porter mes couleurs. Même si je peux m’estimer heureux d’avoir une épouse comme Meg. Dire que je suis pétri de contradiction est un euphémisme en cet instant précis mais je reprends, comme si de rien était. "Essaie d’imaginer que tu es poursuivie, tu arriveras peut-être à accélérer le pas, sait-on jamais. Mais je te rassure, tu n’es en rien ridicule. Et… je pense qu’il appréciera le geste. Vraiment. Quentyn est très réservé mais il sait apprécier ce genre de choses. Et cela montre que tu t’investis dans ton mariage. C’est… bien." Je me frotte la nuque un instant, réalisant que je ne sais pas si j’ai envie de parler de mon ami ou non. Alors, je préfère changer de sujet, même si je ne suis probablement pas des plus subtils pour le faire. Et, même si j’ai le cœur plus lourd que je le pensais, j’arrive à souffler un rire à ses propos. "Trop aimable. Si je prends une flèche dans le pied, ce ne sera donc pas volontaire, j’en prends bonne note." A l’évocation de Nymeria, j’ai un sourire nostalgique et je hoche la tête. « Elle est atypique et plaisante. Elle l’était tout du moins. J’espère que le Val ne va pas l’éteindre. J’ai des nouvelles via Meg, elles échangent beaucoup de missives toutes les deux. Je ne l’ai pas encore fait moi-même, je suis un piètre correspondant, je l’admets. Et je n’arrive jamais à retranscrire ce que je voudrais dans une missive.[/b]"

Et voilà que je lui montre comment lancer une flèche. Pourquoi ? Aucune idée. C’est toujours mieux que de rester immobile ou, pire encore, d’avoir envie de la prendre dans mes bras. Cette pensée ne fait heureusement que m’effleurer et je la chasse aussi rapidement que possible avant de laisser filer un rire à son échec mais, surtout, à sa mine déconfite. "Tu ne pensais pas viser dans le mille du premier coup tout de même ? Déjà, ta flèche s’est envolée. Au mauvais endroit certes, mais tu n’as pas pris la corde dans l’œil et tu ne t’es pas emmêlé les pinceaux. C’est un bon début. Même si j’avoue que je serais curieux de te voir dresser un faucon pour cela. Tu pourrais réellement le faire ?" Voilà, la discussion se passe plutôt bien non ? Enfin, pour le moment.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1000
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Dim 3 Sep - 23:54

Elle sourit un peu tristement, en entendant ses paroles, presque désolée que personne ne le fréquente pour ce qu’il est réellement. « Dois-je croire que les gens qui fréquentent la Cour de l’Ouest perçoivent si mal que ça les caractères des gens qu’ils ont en face d’eux ? Je vous ai peut-être sous-estimé, monsieur le valet, mais je n’ai pas souvenir d’avoir pensé que vous étiez un idiot. » Elle avait fini par accepter cette ruse à laquelle il s’était livré, bien qu’elle l’ait mise dans une colère certaine, quand elle l’avait appris – elle qui se targuait de franchise, elle avait peu apprécié que l’on se joue d’elle ainsi. Et maintenant… Maintenant, elle se disait qu’elle allait devoir faire preuve de rouerie, renier presque ces valeurs qui lui sont si importantes. Et elle détestait cela. S’y ferait-elle seulement, un jour ? Elle en doutait certainement.

Elle fronça les sourcils, en l’entendant. Il devait lui parler de quelque chose d’important, mais pas grave ? Qu’est-ce qui pouvait donc justifier ce moment en tête-à-tête ? Elle ne s’en plaignait pas, loin de là, mais elle n’appréciait pas vraiment de ne pas savoir. Elle ne lui reprochait pas de ne pas le lui dire en l’instant, mais elle appréhendait bien malgré elle, ce que cela pouvait être. Et elle se sentait ridicule, de voir et ressentir les choses de cette façon.

Plus encore quand il évoqua avec elle leur départ prochain, à Jeyne et lui. Plus que l’appréhension, elle était effrayée. Effrayée de ce qui pourrait leur arriver. De ce que pourrait subir sa cousine. Effrayée, de ne jamais les revoir. Pouvait-il lui affirmer que non ? Qu’il ne lui dise pas que tout ira bien lui arracha une grimace et une lueur d’effroi prit place dans ses yeux. Elle passerait ses journées à angoisser, aussi longtemps qu’ils seraient loin d’elle. Et à prier, pour eux. Les Anciens Dieux, les Sept, qu’importe. Tant qu’ils lui étaient rendus sain et sauf. Tant qu’elle ne devait pas faire ses adieux à Jeyne. Elle ne pouvait imaginer la vie sans sa cousine, dont elle était si proche. Qui était très certainement la plus proche d’elle, avant même le reste de sa famille. Elle déglutit, hochant la tête sans rien ajouter.

Parler de sa nouvelle tenue, subtile alliance entre ses origines et sa nouvelle famille, aurait du la distraire, la réconforter, et pourtant… Si elle est flattée, elle ne sait pas vraiment comme elle sera perçue, reçue. C’est un hommage à son mari, bien évidemment, et à la contrée qui l’accueille maintenant, mais elle doit être bien gauche, dans cette tenue. Bien peu à l’aise, tellement elle n’y est pas habituée. « Je n’aurai pas du… en parler. C’était indélicat de ma part, et j’espère que tu ne m’en tiendras pas rigueur. Je… Je ne veux pas que tu crois que tu y accordes plus d’importance que tu ne le devrais. Mais sache que ton avis compte pour moi, malgré tout. Et si cela te dérange… je peux ne pas me montrer ainsi, en ta présence. » Elle était sincère, en affirmant ne pas vouloir le blesser. Même si elle était maintenant la femme d’un autre, elle restait jalouse malgré elle de la chance de Megara. Elle n’était pas à plaindre, loin de là… Cela ne voulait pas dire qu’elle acceptait bien la situation pour autant. Et sa maladresse à évoquer sa robe ou même son récent mariage en était bien la preuve.

Il lui arracha malgré elle un rire, à l’enjoindre de se comporter comme si elle était poursuivie. Peut-être était-ce la solution. À moins que… « Peut-être le pourrais-je. Mais n’est-ce pas pire que de tomber, devant toute la Cour, parce que je me serai montrée empressée, que d’aller extrêmement lentement ? Je ne saurai dire ce qui me mettrait dans une position plus délicate, entre les deux. Peut-être ne serais-je que l’imbécile, incapable de porter vos robes, et passerais-je aussi inaperçue que toi, alors. Même si être la confidente de la future Reine contredit cela. Peut-être puis-je les amener à me sous-estimer. Tu as raison, je vais essayer de m’imaginer poursuivie par une hyène carnassière. En espérant que la terreur de cette vision ne déforme pas mes traits. » Elle lui souriait avec un air malicieux. Elle ne pensait bien évidemment pas réellement à agir ainsi – même si elle appréciait de passer relativement inaperçu.

« Je… Ça me touche, que tu cherches à me rassurer ainsi, en dépit de tout. Merci, Gareth. Je suis heureuse, que tu fasses partie de ma vie, malgré tout. » Malgré ces unions qui les séparaient, ces unions qui gouvernaient leurs vies. Elle ne serait peut-être pas si malheureuse, à l’avenir. Oublierait-elle seulement Gareth, malgré tout ? Elle en doutait. Elle n’allait pas s’appesantir sur le sujet pour autant, voyant l’air de Gareth, qui lui ôta quelque peu son sourire. Forcément, elle le mettait mal à l’aise, et s’en voulait.

Elle enchaîna sans plus réfléchir sur le tir à l’arc, bien trop heureuse elle aussi de ne pas insister et noircir leur humeur à tous les deux. Qui savait seulement quand ils se reverraient ? Autant ne pas s’étendre sur des sujets qui fâchaient. Et ce rire, ce rire à lui seul, suffit à alléger son esprit. À la réconforter, un peu. Tant qu’elle pourrait l’entendre, alors tout pourrait aller bien, n’est-ce pas ? « J’espère que tu vois à sa juste valeur ma gentillesse certaine, dans ces paroles. Je pourrais aussi essayer de te viser, pour te faire peur… Quoi que, j’aurai peut-être moins de chance d’y arriver qu’en ciblant la cible. » Elle avait un air amusé sur le visage, en prononça cela, qui devint un peu plus penseur, en évoquant Nymeria. « J’aimerai la rencontrer, un jour. Si je le peux. Peut-être que cela arrivera, un jour. » Elle se garda de rebondir sur Megara, ou même de lui suggérer de demander à sa femme d’adresser quelques mots de sa part à la jeune femme – ça aurait été la réaction la plus censée, mais elle ne pouvait s’y résoudre. Elle peinait à accepter l’entente qui semblait s’être tissée entre eux, et si elle en avait quelque peu honte, elle se refusait à donner de quoi l’alimenter.

Elle fronça les sourcils, légèrement vexée, à l’entendre. Et rassurée, quelque peu, quand il lui dit que c’est déjà bien que la flèche soit partie. Elle se renfrognait de moins en moins, à mesure de ses paroles, jusqu’à se laisser à rire franchement, en l’entendant dire qu’elle ne s’était pas pris la corde dans l’œil, prenant malgré tout un air quelque peu effaré. « Cela arrive réellement, pour la corde de l’œil ? J’espère ne jamais subir cela. Ça doit être affreusement douloureux. Mais tu me rassures, je suis moins incapable que je ne le pensais, alors ? Tant mieux. Et pour le faucon et la cible… Peut-être. Je ne saurai pas, avant d’essayer. Mais on les entraîne bien à chasser, alors… C’est un autre type d’entrainement. Peut-être m’y attèlerais-je, pendant ces longs jours seule… » Elle exagérait la chose, mais elle se sentait réellement démunie, à l’idée d’être ici sans visage ami à ses côtés. Mais son époux ne devait-il pas être là pour ça ? Et n’avait-elle pas dit à Megara qu’elle pouvait essayer d’être amies – ce qu’elle s’était bien gardée de confier à Gareth ? Peut-être ne se sentirait-elle pas si seule, en fin de compte… Elle en doutait malgré tout, et la pensée lui arracha un soupir.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3081
Membre du mois : 30
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Dim 24 Sep - 18:35

Les choses auraient pu être tellement plus simples. Parfois, je me surprends à penser comment les choses auraient évolué si je n'avais pas eu à épouser Meg. Elle serait probablement devenue l'épouse d'un futur Roi et moi j'aurais pu faire ce que je voulais. Ou pas, je le sais bien. Mais, aujourd'hui, je n'arrive plus à ressentir l'amertume que j'ai pu éprouver en apprenant la nouvelle. Parce que j'ai appris à apprécier ma femme, quand bien même planera toujours une ombre de regrets entre Lynara et moi. "Je crois que les gens de l'Ouest ne font surtout pas l'effort de percevoir la réelle personnalité des gens qu'ils ont en face de lui. Ils doivent parfois se rendre compte qu'ils ont affaire à des masques mais, dans le fond, cela ne les importe guère. Et pourtant, je suis un idiot parfois, nous le savons tous les deux." J'ai un sourire alors que je la fixe, réalisant à quel point je connais son visage par cœur ou presque. Je la vois froncer les sourcils quand je lui annonce que j'ai quelque chose d'important à lui dire mais je ne trouve pas immédiatement les mots pour le lui dire.

Tout comme je ne sais pas encore vraiment comment appréhender sa toute nouvelle union. Je suis heureux qu'elle ait pu épouser un homme comme Quentyn. Il est sûr et sera en mesure de veiller sur elle comme personne. Quant aux sentiments qui pourraient naitre entre eux, j'avoue que, très égoïstement, je n'ai pas envie de le savoir. "Ce n'était pas indélicat. Je suis heureux que tu puisses en parler librement devant moi. Je sais qu'il y encore bien des… sources de gêne entre nous mais j'aimerais que nous puissions parler. Sans que tu sois mal à l'aise de ton côté. Même si c'est un peu bizarre, j'avoue." Je lui jette une œillade malicieuse alors qu'elle se met à rire à mes idées saugrenues. "Et puis, au moins, tu pourras t'amuser toute seule de ce qui est en train de se passer. Mais tu n'es ni imbécile ni incapable Lynara. Tu peux vouloir te faire passer pour une jeune femme comme ça mais je ne serais pas dupe. Et Jeyne non plus. Tout dépend de la façon dont tu souhaites être perçue par le reste de la Cour. Et, comme je te l'avais déjà dit, en fonction de tes choix, je peux t'aider à … t'adapter. Je suis pourtant certain que tes nouvelles couleurs ont du faire leur petit effet auprès de certaines nobles qui ont le sens du détail." Et je laisse filer un silence, essayant de m'imaginer la scène qu'elle est en train de me décrire. "Voilà une image pour le moins étrange tout de même."

Au reste de ses propos, je me fige et je laisse filer un silence, incapable de trouver mes mots l'espace d'un instant. "Je n'aurais pas voulu que tu ne fasses plus partie de ma vie. Malgré tout ce qui s'est passé." Je ne pourrais jamais lui dire à quel point je suis désolé. Oh, nous avons déjà eu cette conversation après que nous nous soyons perdus tous les deux mais, au final, ça ne change rien. Nous sommes allés beaucoup trop loin et pourtant, je ne le regrette pas. Et je réalise que, concernant Lynara, je suis toujours aussi égoïste. Voilà qui est des plus stupides, d'autant que je n'ai jamais eu aucun droit sur elle. Encore moins maintenant. Alors, plutôt que de me focaliser là-dessus, je préfère lui donner quelques rudiments à l'arc. Elle s'en sort plutôt bien, même si j'ai un sourire en coin à ses remarques. "Je prends bonne note et je salue ta gentillesse ma dame. Mais, si je comprends bien… évite de ne pas me viser alors ? C'est bien cela ?" J'arque un sourcil, la mine malicieuse avant de hocher la tête. "J'espère que tu pourras la rencontrer aussi oui, même si le mariage et le fait d'être devenue Reine va probablement beaucoup la changer aussi."

Je me frotte le menton alors qu'elle rate quelque peu sa première tentative, sans grande surprise tout du moins. J'ai une grimace et je rétorque, avec un haussement d'épaules. "J'ai pris la corde dans l'œil une fois. Mais j'avais peut-être passé un peu trop de temps à l'auberge avant de m'entrainer, il y a probablement un lien de cause à effet assez facile à faire. Tu pourras t'entrainer oui. Je peux laisser un arc et des flèches à ta disposition. Et même demander à ce que l'on prépare les lieux pour toi." J'inspire avant de reprendre, d'un ton plus doux. "Je sais que les choses vont être plus compliquées dans les prochaines semaines. Les prochains mois même. Avec notre absence. J'aimerais pouvoir t'aider à appréhender tout cela mais non seulement je ne serais pas là mais il faut que tu saches autre chose." Je souffle avant de continuer, hésitant. "Meg est enceinte."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1000
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Lun 16 Oct - 23:21

Elle l’écoutait attentivement, alors qu’il lui fournissait des réponses qui la laissaient passablement perplexe. Quel intérêt avaient-ils, à agir ainsi ? Elle ne le comprenait pas, même si elle savait maintenant l’importance et le poids du secret. Mais de là à ne voir qu’un aspect faussé de tout le monde… « Mais sûrement ont-ils des gens auprès de qui être sincère, non ? Ils ne peuvent pas simplement jouer un rôle, en permanence, et souffrir cette même fausseté pour toujours, n’est-ce pas ? » Cela, plus que le reste, la dépassait complètement. Elle était naturelle en temps normal, autant que possible – chacun avait son jardin secret, mais cela ne faisait pas que les gens renvoient une fausse image d’eux-mêmes. Elle ne put s’empêcher de sourire, en l’entendant conclure qu’il était un idiot. Elle l’avait, sans utiliser de tels termes, sûrement qualifié ainsi elle-même, quand il s’était jouée d’elle. Maintenant… Elle pensait bien des choses à son sujet, mais ça n’était pas la première.

Elle grimaça, en l’entendant lui répondre. Elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise, mais peut-être était-ce son lot à elle, de l’être, en fin de compte. « Je… m’y efforce, en tout cas. Mais, suis-je la seule à trouver cela bizarre ? Es-tu si à l’aise que tu sembles l’être ? » Si oui, elle serait sûrement déçue ou attristée. Parce que cela voudrait dire qu’elle n’avait, en réalité, aucune importance pour lui. Ou pas assez, pour qu’il ne l’oublie pas aussi vite. Elle se savait inconstante, changeante et absurde, à vouloir tant de choses contradictoires, mais c’était plus fort qu’elle. Beaucoup plus fort qu’elle.

Et malgré cela, malgré l’insidieuse déception qu’elle sentait poindre, il réussissait à le faire rire. En cela, il ne changeait pas, et elle ne savait pas comment le prendre. Elle ignora malgré tout ces pensées peu agréables qui lui traversaient l’esprit, pour se concentrer sur son vis-à-vis. « Je leur ferai voir quelque chose qu’ils n’ont pas l’habitude de voir, c’est certain, si je me mettais à marcher bien trop vite, à rire toute seule, puis à tomber lamentablement à terre. C’est une vision qu’ils n’oublieraient pas de sitôt, je suppose. Mais j’essaierai ta méthode, et ne manquerai pas de te dire si elle fonctionne. Si elle échoue… tu devrais le savoir bien assez tôt. » Et elle espérait réellement ne pas être connue pour cela. Elle dépréciait déjà que les nobles de l’Ouest tentent de se lier à elle pour approcher Jeyne, si elle devait y ajouter de se montrer ridicule auprès d’eux… Non, elle préférait ne pas y penser. « Je ne sais pas quelle attitude adopter, Gareth. Je ne sais pas comment je pourrais vivre ici, ce que je devrais faire. Quels devaient être mes choix. Je… Qu’en penses-tu ? Tu connais mieux cette Cour que moi. Qu’attendraient-ils de moi ? Comment ne pas m’illustrer, tout en ne jouant pas leur jeu ? Comment être… moi, et ne pas me dévoiler ? Je ne sais absolument pas comment je pourrais faire ça. Je crois que je vais avoir besoin d’aide. Et je me sens tout sauf intelligente et capable, à ce sujet. Je ne comprends même pas comment ces dames pourraient percevoir mes couleurs ? Ce que tu dis est une vraie énigme pour moi. Font-elles réellement attention à autant de choses ? » Si oui, elle allait avoir du mal à s’en sortir.

Le silence qui s’installa la rendit incroyablement mal à l’aise, comme s’il cherchait les mots pour la repousser et ne plus lui parler. Il savait pertinemment qu’elle peinait à ne pas dire ce qu’elle pensait, mais ça ne l’obligeait pas à faire de même, et surtout, ça ne l’obligeait pas à vouloir entendre ce qu’elle lui disait, en étant aussi sincère. Aurait-elle dû lui mentir ? Elle grimaça malgré elle en le voyant reprendre la parole, avant d’entendre ce qu’il disait, et de se sentir soulagée, malgré le nœud dans sa gorge et celui dans son vente. « Je… J’ai cru que tu allais me dire l’inverse. Mais… Je, je suis soulagée. » Elle l’était, ça et tant d’autres choses, qu’elle ne parvenait pas à identifier et qu’elle n’était pas certaine de vouloir évoquer pour les comprendre. À quoi bon ?

Elle accueillit presque avec bonheur la distraction de l’arc – même si la proximité la troublait, elle se sentait moins oppressée. Elle parvint même à sourire franchement, alors qu’il surenchérissait sur ses paroles. « Exactement. Mais serais-tu capable d’affronter la flèche pointée sur toi de la terrible archère que je suis ? » Elle l’était, terrible. Terriblement mauvaise, à vrai dire. « Espérons qu’elle soit épaulée pour cela. Je ne connais pas réellement sa nouvelle famille, n’ayant guère échangé personnellement avec eux… Est-ce ton cas ? » Elle ne souhaitait pas imaginer le pire pour Nymeria Lannister, mais il était difficile de faire autrement. D’autant que Sharra Arryn régnait au nom de son fils depuis des années maintenant…

Elle se retourna vers lui, en l’entendant, surprise. « Dans l’œil ? Comment est-ce possible ? Hormis l’abus de boisson, ce qui ne sera pas mon cas, je suppose. N’est-elle pas fixée ? Était-elle usée ? Dois-je me méfier de la vilénie des cordes d’arc ? » Elle était mi inquiète-mi amusée, et le ton dans sa voix l’indiquait clairement, de même que son sourire. « Personne n’y trouvera à redire ? Ou penses-tu que celui puisse être assez discret ? Je… Cela me ferait du bien, d’avoir cela pour moi. Mais si cela doit me compliquer la vie… » Il était inutile de poursuivre, surtout alors qu’il affirmait lui-même que cela sera difficile. Ce serait pourtant, elle en était certaine, un exutoire, que de pouvoir tirer à l’arc. Mais aurait-elle la force d’affronter les racontars, si cela en venait à se sa voir ? Elle aurait affirmé que oui, il y a encore quelques mois. Maintenant, elle n’en était plus si sûre.

« Serez-vous donc… » Elle ne s’attendait pas à ce qu’il reparle aussi vite, coupant court à son dialogue. C’était pour le mieux. Elle ne savait pas ce qui était le plus difficile. Le surnom, l’affection dans sa voix, sa peine à le lui confier comme le lui indiquait le ton de sa voix, ou la douleur qui se disputait en elle au fait d’être touchée qu’il ne le lui cache pas. L’aurait-il fait, peu après leur rencontre, plutôt que de fuir ? Elle n’y croyait pas. Elle aurait voulu parler, essaya même, mais elle était incapable de le faire. Le choc se voyait sur son visage, elle avait la gorge serrée et n’aurait laissé échapper que des balbutiements incompréhensibles si elle avait réellement parlé, et elle avait des yeux brillants, qu’elle maudissait.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3081
Membre du mois : 30
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Sam 4 Nov - 11:33

Difficile de lui expliquer la façon de fonctionner des ouestriens, tout du moins ceux de la Cour. Elle a pourtant eu un bel aperçu ces derniers mois mais ses propos me font tout de même sourire. "Je l'espère en tout cas. Moi j'ai cette chance mais ce n'est peut-être pas le cas de tout le monde Le pire c'est que je pense que certains ne se rendent même pas compte qu'ils jouent un rôle en réalité, tant ils y sont habitué. Et la fausseté pour eux est aussi réelle que le reste. Tu vois ce que je veux dire ?" Et, comme à chaque fois que je la vois sourire, mon cœur a un raté. Il faut dire que j'ai été responsable de plus de larmes qu'autre chose la concernant, alors je profite de ces instants, quand bien même je n'en ai pas vraiment le droit.

J'inspire alors que la discussion se fait un peu plus délicate. Si je ne suis pas vraiment à mon aise, j'ai le sentiment que c'est le cas pour elle aussi. Ce que ses propos me confirment. J'ai un sourire alors que je hausse brièvement les épaules. "Je ne le suis pas du tout. Mais je n'ai pas le droit de le montrer après tout. Et faire la tête ou paraitre distant ne serait pas vraiment… intelligent ? Quand bien même il y a des choses que je ne suis pas prêt d'oublier. Que je ne veux pas oublier." Là encore, parce que la situation est des plus délicates, quand bien même nous avons tous les deux décidé de passer outre. J'ajoute, dans un murmure, sans bien savoir pourquoi. "Tu… tu m'as l'air heureuse avec lui. C'est bien." Je n'aurais probablement pas dû dire ça et encore moins avec ce ton. Mais c'est plus fort que moi. Et, malgré ce pincement au cœur, j'arrive à la faire rire et le sourire qu'elle m'arrache est des plus sincères. "Je vais guetter les bruits de couloir alors, je n'ai aucun doute quant au fait que je saurais effectivement rapidement ce qu'il en est. Mais je gage que les gens parleront de toi avec admiration, évidemment." Elle se fait plus sérieuse et je hoche la tête à ses questions, laissant filer un instant de silence, tandis que je me rappelle lui avoir promis de l'aider à s'adapter à cette vie si différente de celle qu'elle avait pu connaitre. "Ils attendent de toi… que tu ne saches pas t'adapter justement, que tu ne saches pas quelle est ta place. En tant que confidente de la future Reine et épouse de lord Brax, tes paroles auront de l'importance. Tes choix également. Si tu souffles à Quentyn que cette personne n'est pas fréquentable, son commerce pourrait s'en ressentir. Si tu dis à Jeyne que ce noble n'est pas digne de confiance, il pourrait avoir à quitter la Cour. En réalité, je pense que les gens te craignent plus que tu les crains toi-même. Parce que tu n'as pas conscience du poids que tu peux avoir et des changements que tu pourrais apporter." J'inspire avant de reprendre, d'un ton plus doux. "Le fait d'arborer les couleurs de Quentyn montrent que tu t'adaptes, que tu es fière de l'avoir épousé et de montrer ton appartenance à une maison de l'Ouest. Sans compter le fait que cette robe te va particulièrement bien et que tu es bien plus jolie que nombre de femmes ici." Et je la fixe, guettant ses réactions.

Avant que je ne me sente plus mal à l'aise que je ne l'aurais cru possible. Je ne sais pas si j'aurais dû lui mentir ou pas mais, pourtant, à ses propos, j'ai un sourire un peu triste. "Vraiment ? Tu n'aurais pas préféré que je dise l'inverse justement ? Ce ne serait pas plus facile pour toi ?" Ou pour moi peut-être, à dire vrai, je n'en sais trop rien. La distraction de l'arc est plus que bienvenue et j'ai un rire à sa remarque. "Je suis probablement capable de tout mais ça, honnêtement, je n'en ai pas la moindre idée. Il serait peut-être plus prudent que je reste immobile quand tu me vises, tu me raterais peut-être plus facilement alors. Quant à Nymeria…" J'ai un soupir avant de reprendre, d'un ton plus doux. "J'ai pu croiser le Roi du Val quand nous étions à Goeville. Je sais que les sentiments qu'il éprouve pour elle sont sincère, elle a de la chance d'épouser un homme qu'elle aime et qui est Roi de surcroit. Je n'ai aucun doute quant au fait qu'elle sera épaulée. Elle sait se faire aimer partout où elle va, il n'y a pas de raison que cela change." Je ne suis probablement pas des plus objectifs concernant ma petite sœur de cœur que je ne risque pas de revoir de sitôt mais peu importe, j'ai envie de croire que j'ai raison.

Et je grimace à ses questions et sa mine surprise. "Je t'avoue, je ne me souviens plus trop. Mais j'avais la marque de la corde traversant ma paupière, c'était pour le moins peu flatteur durant plusieurs jours. Quentyn et Lyman on trouvé cela très drôle, tu pourras leur demander de te raconter. Et à toi de voir pour l'entrainement. Cela pourra être assez discret et si ton … mari est au courant, je pense que ça ne posera pas de problème." Difficile de parler de mon ami de la sorte et, pourtant, c'est encore pire de continuer et de lui raconter le reste. J'ai du mal à trouver les mots et à les aligner correctement mais j'arrive enfin à lui dire pour Meg. Son regard brillant parle pour elle et je sens ma gorge se serrer avant que je ne souffle, dans un murmure. "Je sais que l'idée que tu portes un enfant me sera difficile à accepter alors je pense comprendre ce que tu ressens. Mais je sais aussi que je n'aurais pas aimé l'apprendre de quelqu'un d'autre." Je ne sais pas vraiment quoi dire de plus. Que je suis désolé ? Ce serait hypocrite, encore plus que le reste de la situation. Que mes sentiments pour elle ne se sont pour autant pas envolés ? Je pense qu'elle le sait non ? Et je soupire doucement, mon regard rivé sur elle.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1000
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   Jeu 9 Nov - 18:57

Elle essayait réellement de comprendre, mais ça dépassait sa propre conception des choses. Elle l’écoutait malgré tout attentivement. « Je… Oui, je vois. C’est pire, en fin de compte, que s’ils le faisaient sciemment. Je crois. S’ils agissaient ainsi volontairement… Ils seraient condamnables à bien des niveaux, mais c’est de la sottise, en fin de compte. » Et il n’y avait rien de pire, à ses yeux, que d’agir par stupidité. Elle déplorait bien des choses, mais rien autant que ça, assurément.

Elle aurait peut-être dû rester sur un sujet qui ne la touchait pas personnellement… mais elle était bien incapable de rester mesurée, face à Gareth. De contenir ses paroles, de garder pour elle ses ressentis. De ne pas chercher à savoir ce qu’il pensait. A avoir des preuves que ce n’était pas qu’un jeu, que tout ce qui s’était passé n’était pas important que pour elle. Et pourtant… Pourtant, elle voulait réellement ses réponses. Malgré tout ce que ça pouvait impliquer. Tous les regrets qu’elle pourrait en retirer. Et qu’importe, que ce sourire lui plaise autant qu’il la fait sourire. Car rien ne vaudrait jamais plus que les paroles qu’il prononçait à l’instant. « Je ne veux pas que tu les oublies. Je ne veux pas les oublier, moi non plus. Suis-je cruelle, d’être rassurée de savoir que tu n’es pas à l’aise ? Même si tu le caches bien mieux que moi… » Elle l’était sûrement, oui. Mais elle ne voulait pas lui dire l’inverse. Elle grimaça, encore, quand il lui parla de sa relation avec Quentyn… « On apprend. On apprend à se connaître. Je, je ne sais pas ce qu’il en sera. Mais. » Elle s’arrêta un instant, cherchant ses mots. « L’attachement que j’ai pour toi est réel, Gareth. Et fort. Il… Je n’aurai pas le même, avec Quentyn. On ne partagera pas les mêmes choses. Je ne sais pas qui je cherche à rassurer, de toi ou de moi, avec ses paroles. Mais je veux apprendre à le connaître, à l’apprécier, malgré tout. Si je peux, tout en t’ayant dans ma vie… » Elle ne savait pas à quel point. Mais elle voulait tout ça. Elle en demandait peut-être trop.

Elle lui sourit, plus facilement et sincèrement, quand il essaya de la rassurer. « J’espère que tu dis vrai. Mais j’espère aussi que tu me diras ce qu’il en est réellement – ils n’auront jamais l’audace et le courage d’en parler ouvertement devant moi, n’est—ce pas ? Même si j’aimerai que tu aies raison, je préfèrerai savoir ce qu’il en est réellement. » Car elle pourrait agir, pour l’améliorer, en ce cas. Et elle n’était pas lâche, de toute façon. C’est pourquoi elle lui parlait aussi ouvertement, le questionnant sur ce qui l’attendait. « Dans ce cas, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les détromper. Mais… J’aurai réellement autant de pouvoir ? Jeyne en aura réellement autant ? Je sais que… Que la parole de la princesse destinée à devenir reine est importante. Celle de Jeyne l’était, dans le Nord, mais elle dirigeait Winterfell, elle était seule à sa tête, avec les hommes absents. Et c’était différent. » Elle retint la question qui lui venait, sur le fait qu’elle aurait tant d’importance aux yeux de Quentyn, qu’il l’écouterait tant. Elle devrait régler ces questions-là seule… Ou auprès de quelqu’un d’autre, en tout cas. Elle avait peu échangé avec le prince Lannister, mais peut-être pourrait-elle le faire malgré tout. Elle verrait. « Mais tu as sûrement raison. Sur le fait que je n’ai pas conscience du poids que je peux avoir. Je… Je n’aurai jamais pensé à tout ce que tu as dit. Pas même en ce qui concerne le commerce. Les Brax ont-ils tant de poids eux-mêmes ? » C’était presque une question navrante à ses yeux, symbole de toute son ignorance sur sa nouvelle famille. Elle s’empourpra légèrement, alors qu’il la complimentait. Elle devait arrêter d’avoir ce genre de réactions – elle était femme et non plus jouvencelle. « Je… Je suis contente de l’avoir fait, alors. C’est le message que je voulais faire passer. Que j’étais l’une des leurs… L’une des vôtres. Et tu manques certainement d’objectivité, en disant cela. » Le taquiner pour faire passer doucement ses propos, c’était un premier pas vers le fait de ne plus réagir de manière excessive, non ?

« Non. » La réponse avait fusé, sans même qu’elle n’ait à y réfléchir. S’il avait dit l’inverse, alors… « N’as-tu pas conscience de la douleur que cela m’aurait causé ? J’y aurai sans cesse pensé, m’accusant même de m’être fourvoyée. Cela aurait été bien pire, crois-moi. » Elle avait parlé doucement, avec tendresse, presque. Elle était loin d’accepter la situation, mais elle ne la fuyait pas pour autant. Et elle ne s’en agaçait pas. Pas tellement, pas outre mesure, du moins. « Ca le serait, pour toi ? » Elle ne pouvait pas s’empêcher de demander. Elle avait besoin de savoir les choses, c’était plus fort qu’elle.

Et malgré l’inconfort, malgré la difficulté de prononcer ces paroles et d’écouter celles qu’elle recevait en retour, son rire lui réchauffa le cœur. « Je te laisse décider. Je peux aussi éviter de te viser, si tu le préfères, mais nous avons déjà estimé les risques que cela présentait. » Elle observa un certain silence, cependant, quand Nymeria vint s’imposer à leur discussion. Elle appréciait de parler de la jeune femme, même si elle ne la connaissait pas, ou peu, grâce à ce qu’elle avait pu voir de loin ou ce que l’on avait pu lui dire. Elle se serait bien entendue avec elle, ou du moins elle le pensait. « C’est une chance que peu de femmes ont. Elle sera enviée par beaucoup d’entre nous. Tu peux être rassuré, parce qu’être aimée lui facilitera la vie. Epouser un homme pour qui on a nul attachement, ni points communs… » Elle se tut subitement. Elle ne voulait pas faire le parallèle avec elle. Et c’était faux : elle appréciait Quentyn, pour le peu qu’elle en connaissait. Et elle le respectait – c’était plus que ce à quoi elle s’attendait, quand elle songeait à ses épousailles, plus jeune. « Nymeria sera heureuse, tu dois y croire. » Pourvu qu’il ne s’attarde pas sur le reste.

Elle se laissa aller à rire, en l’entendant dire ne plus se souvenir de sa mésaventure, et lui conseiller de questionner les autres concernés par cette affaire – ou avertis de la réalité, du moins. « Très bien, je chercherais à obtenir cette information auprès de sources fiables. Et je tenterai de poursuivre l’entraînement si… si j’y suis autorisée. » Elle le serait, elle n’avait que peu de doute, à moins que les Brax s’y opposent au nom de Quentyn, mais elle avait du mal à s’habituer de répondre à un époux. « Je ne l’aurai pas aimé non plus, tu le sais… Mais cela n’atténue pas la difficulté de cette annonce. Et… je ne sais pas si je porterais un enfant. » Elle ne faisait rien pour que ça ne soit pas le cas, mais elle ne pouvait affirmer que ce serait le cas.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3081
Membre du mois : 30
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme une flèche en plein coeur...|Lynara   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Comme une flèche en plein coeur...|Lynara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Comme une flèche en plein vol [PV Jiro]
» Une flèche en plein coeur, et je meurs de nous survivre ♔ Avec Aiden
» Je suis libre, libre comme l'air. Ou presque, puisqu'un un petit bout de toi me reste. (Joos)
» En plein coeur d'Oryenna... [Terminé]
» Un regard perçant en plein coeur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: