AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras
MessageSujet: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Sam 1 Juil - 21:03

Tout allait vite. Beaucoup trop vite, même. Lynara se sentait dépassée, et presque perdue. Elle savait que c’était indispensable, mais tout s’était fait si rapidement… Dans quelques heures, elle serait mariée. Elle avait pu échanger avec son futur époux, son fiancé, et elle avait entièrement confiance en ce que Gareth lui avait confié à son sujet. Ne lui avait-il pas dit que c’était quelqu’un qui avait toute sa confiance, et qui saurait rendre sa vie agréable ? Mais était-ce seulement possible, alors même qu’elle ne partageait rien avec lui ? Elle espérait apprendre à le connaître et à l’apprécier, mais le futur l’effrayait plus qu’elle n’était prête à l’admettre.

Elle aurait souhaité en parler avec Jeyne, mais elle craignait sa réaction. Elle savait, bien sûr, les errements de sa cousine, et sa honte, plus qu’importante, d’avoir agi ainsi. Même si elle ne pouvait pas dire regretter réellement, bien qu’elle n’osait plus réellement se regarder dans un miroir, de peur de voir une marque révélant ce qu’elle avait fait. C’était une pensée, une superstition stupide, mais c’était plus fort qu’elle. Elle avait même vérifié, à la dérobée, si ce n’était pas le cas. Plusieurs fois. Un peu trop, peut-être.

Toujours est-il qu’elle ne pouvait pas repousser cette discussion avec Jeyne plus longtemps. Elle lui avait demandé de bénir son mariage, selon les anciens dieux, en privé. Elle devait se convertir, elle le savait, mais… cela lui tenait à cœur. Et elle ne pouvait demander cela qu’à Jeyne. Elle seule pourrait comprendre. Au-delà de ça, en tant que seule représentante de sa famille, elle se saisirait de la cape aux couleurs de son père, qu’elle abandonnerait. Qu’importe, que ce ne soit pas un homme ?

Lynara faisait malgré tout les cent pas, dans sa chambre, depuis que les essayages de sa robe avaient pris fin, et qu’elle ait congédié tout le monde. Elle savait qu’elle devait se rendre dans les appartements de sa cousine, mais c’était plus difficile qu’elle ne le pensait. Elle savait qu’elle serait un soutien pour elle, mais elle ne pardonnerait pas non plus ses erreurs – pas aussi facilement. N’est-ce pas ? Soupirant, pour se donner du courage, elle ouvrit et partit d’un pas décidé, hésitant moult fois à faire demi-tour, jusqu’à se trouver bêtement devant la chambre de Jeyne, sans rien faire. Ce fut l’apparition d’un domestique du palais, qui la décida à frapper, et à ouvrir légèrement la porte. Fort heureusement, la princesse du Nord et de l’Ouest était seule. Elle se serait confondu en excuses, si ça n’avait pas été le cas, et ne serait pas restée ni revenue.

« Jeyne ? As-tu… du temps à me consacrer ? »

Elle balbutiait, et sa gêne était palpable. Sa peur aussi, mais surtout de la journée et la nuit qui l’attendaient.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3079
Membre du mois : 28
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Mer 12 Juil - 16:57

Je tournai vivement la tête quand la porte s'ouvrit et qu'une voix chérie m'interpellait avec une hésitation qui me serrait le cœur. Je portait une robe simple encore. Je m'apprêterai plus tard. Il y avait encore quelques heures de battement. Quelques heures avant de voir ma cousine lier son destin à celui d'un inconnu. Parce qu'il ne fallait pas se mentir, le Brax était peut être un ami de longue date de Lyman et Gareth, il n'en était pas moins un inconnu pour nous qui ne l'avions pas côtoyé. Mais... Lynara récoltait ce qu'elle semait, non ? C'était injuste, mais nous autres, femmes, n'avions pas le droit à l'erreur malheureusement. Je l'avais prévenue. Maintes fois. Elle n'avait pas écouté. Les élans du cœur avaient été plus forts que la raison. Et le pire, c'est que je me sentais mal de l'en blâmer ou de la sermonner pour sa conduite inconséquente. Elle s'était comportée comme une enfant naïve. Elle avait joué avec le feu. Elle s'était brûlée. Et j'en voulais également à Gareth de ne pas avoir eu la force d'empêcher les choses d'arriver. Les hommes étaient tous les mêmes. Bien faibles face à l'appel de la chair. Mais il était le plus âgé, celui qui avait le plus d'expérience, il aurait du être en mesure de congédier Lynara et de l'empêcher de commettre l'irréparable.

Peut-être aurais-je du la renvoyer dans le Nord finalement. La forcer à s'éloigner de la tentation. J'avais eu le cœur trop tendre, je m'étais montée égoïste en souhaitant la garder auprès de moi alors que l'homme dont elle était éprise lui échappait et restait pourtant tout le temps sous ses yeux. Lynara m'avait conjurée de la garder avec moi, qu'elle serait heureuse ici malgré tout. Et j'avais voulu la croire, parce que j'étais heureuse quand elle était avec moi, que je la voulais à mes côtés... Idiote que j'étais.

Je me retournai donc vers elle alors qu'elle hésitait. Je savais qu'elle était penaude et qu'elle ne devait pas savoir comment aborder le sujet avec moi. Nous nous disions tout. Nous nous confiions tout. Mais parfois, la honte était plus forte que notre amitié, n'est-ce pas ?

« Entre Lyna. »

Ma voix était soigneusement neutre. J'étais en colère bien sûr. Contre elle, contre Gareth, contre moi. Contre ce destin qui lui échappait. Et en même temps, j'avais envie de la prendre dans mes bras et de la câliner en lui assurant que tout irait bien, même si je n'en savais rien. C'était terrifiant.

« Je t'écoute. »

Franchement, je le faisais violence pour garder un masque de neutralité et d'indifférence. Et cela ne devait pas être encourageant pour Lynara. Mais je voulais qu'elle comprenne que j'étais fâchée. Mes lèvres s'étaient pincées d'ailleurs. Qu'elle me déballe ce qu'elle avait sur le cœur. Je pourrai alors laisser s'exprimer ma nature et ma compassion à l'endroit de celle que je considère comme une sœur et dont la tristesse me poignarde le cœur.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1897
Membre du mois : 17
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Mer 9 Aoû - 13:21

Elle fronça malgré elle les sourcils, devant la tenue de son amie. Non pas qu’elle s’attendait à la voir très élégamment, très richement vêtue, mais elle se paraît de manière plus somptueuse, comme il convenait de le faire pour une princesse, même pour simplement prendre son déjeuner. Quelle heure était-il ? Elle était tombée du lit, elle le savait, mais peut-être davantage encore qu’elle ne le pensait. Toute à son trouble, toute à ces mille pensées qui tourbillonnaient, elle n’avait guère prêté d’attention à tout ce qui se passait autour d’elle. Peut-être aurait-elle du le faire davantage. Surtout à son amie si chère, qui semblait en proie à ce même trouble. Elle n’avait pas la moindre idée de la part de responsabilité que Jeyne semblait se donner, en son fort intérieur, sans quoi elle l’aurait priée, implorée même, de ne rien en faire. Elle savait bien être fautive, la seule fautive.

La voix de Jeyne la chamboula, bien plus que tout le reste, peut-être. Cette voix dénuée de… de tout. D’affection, de rage, de tout ce qui faisait le cœur de leur relation. Lynara pouvait-elle l’en blâmer pour autant ? Peut-être essayait-elle de se contenir, de ne pas exploser, pas si peu de temps avant son mariage. De ne pas faire de scène. Peut-être essayait-elle simplement d’être une digne princesse de l’Ouest, froide et indifférente. Non. Non, Lynara était injuste. Elle le savait. Sa cousine n’était pas la harpie qu’elle dépeignait, ne l’avait jamais été, malgré leurs désaccords aux prémices de leur relation, alors qu’elles ne se connaissaient pas. Malgré ceux qui avaient secoué l’amour qu’elle se portait, quand elles avaient fini par devenir réellement amies, proches.

Elle s’avança, et ferma la porte derrière elle, baissant humblement la tête. Non pas comme une sujette devant sa princesse, mais comme une amie, honteuse de ses actes, qui se soumet aux jugements de l’autre. Et à son pardon, espérait-elle. Elle serra les dents, à l’entendre l’inviter à parler. Que voulait-elle entendre ? Que devait-elle dire, pour apaiser cette colère ? Rien, peut-être. Elle s’était confiée aux Anciens Dieux, s’était fustigée, plus que de raison. Mais elle ne pouvait s’offrir elle-même ce pardon, qui ne lui appartenait pas. Qui pouvait le faire, réellement ? Elle n’en savait rien. Aurait-elle du se confesser à son père et sa mère ? Sûrement pas.

« Je ne viens pas chercher ton… pardon. Ou ta bénédiction, pour ce mariage. Je ne les mérite pas. Je ne fuirai pas ce que j’ai fait. Ne crois pas que j’en sois fière, ou que ça me soit… facile. Ni même que j’ai une haute opinion de moi. Je ne peux y prétendre. Mais mes errements doivent-ils me retirer l’amour d’une sœur ? Je comprendrais que tu ne veuilles plus m’appeler comme ça, me considérer comme cela, mais tu ne cesseras jamais de l’être, pour moi. Si le prix pour mes fautes doit être d’être privée de toi, après que tu aies retiré de mes épaules tout ce qui me relie à mon ancienne vie, à mes parents, à mes frères, alors je le paierai, aussi dur que ce soit. Aussi cruel que cela me semble. Je ferai pénitence, de la manière qu’Ils estimeront bonnes. » Les Anciens Dieux ? Les Sept ? Les deux ? Plus les premiers que les seconds, dans son cœur, mais elles savaient devoir se reposer sur ceux de l’Ouest, ceux des Brax. Jeyne implorerait-elle la bénédiction des Anciens Dieux pour elle, malgré tout ? Lynara n’osait le demander.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3079
Membre du mois : 28
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Sam 2 Sep - 17:36

Il n'était pas difficile de me souvenir de mes propres angoisses à l'approche de mon mariage. J'étais alors une jeune fille totalement démunie, craignant de faire ce grand saut dans l'inconnu. Tout le monde avait été présent pour me rassurer, Lynara la première alors qu'elle n'était pas plus expérimentée que moi. Lynara que j'avais emmenée avec moi ici, qui était tombée sous le charme d'un homme, qui était promis à une autre. Et qui avait commis l'irréparable avec lui, ruinant ainsi ses chances de faire un beau mariage et devant épouser un ami dans la confidence. Comme Gareth avait sauvé Megara du déshonneur en acceptant sa maladie et ses conséquences et en conservant le secret. Décidément, il y en avait des secrets dans l'Ouest. Et cela me fatiguait.

Alors pouvais-je vraiment battre froid à ma cousine qui avait besoin de moi au moment le plus délicat de sa vie ? Je me devais de marquer mon mécontentement, et ma réprobation, mais... A la voir si malheureuse, je sentais ma volonté vaciller. Et quand elle se mit à parler... Comment pouvais-je me montrer aussi dure avec elle ? L'aurait-elle été avec moi si les rôles avaient été inversés ? Au début, nous n'étions pas vraiment des amies. Quand elle est arrivée à Winterfell, il y a eu nombre de disputes entre nous, parce que j'avais un sale caractère et que j'étais capricieuse. Mais le temps nous a lié, a aplani nos différences... Sœurs. Elle avait raison. C'était ce que nous étions, davantage que des cousines. Nous avons passé bien des années ensemble, partagé nombre de secrets et d'espoirs, de chagrins et de colères.

« Oh Lyna... »

Je soupirai, ma voix se mettant à trembler.

« Tu ne comprends pas... je suis en colère oui. Je suis en colère parce que tu es malheureuse, parce que je n'ai pas su te protéger de tout cela. Je suis en colère contre moi, contre toi, contre Gareth, contre Lyman... Dans l'idéal, j'aurai voulu que tu te maries à celui que tu aimes et cela aurait pu être possible si la famille royale ne lui avait donné la main de Megara... Je suis en colère contre le destin, contre les dieux... Contre tout. Je déteste tellement te voir ainsi ! Je n'ai pas à te punir de quoi que ce soit... »

Parce qu'elle était suffisamment punie comme ça. Je la rejoignis alors et la pris dans mes bras, mes yeux s'étant emplis de larmes, le cœur serré et la rage au corps. Mélange explosif et douloureux de sentiments violents. J'embrassai son front, caressai ses cheveux d'un geste maternel :

« Jamais rien ne te retirera mon affection. Quoiqu'il arrive, quoique tu fasses. Je voulais que tu fasses un bau mariage. Que tu sois aimée, choyée comme tu mérites de l'être. Que tu sois heureuse... J'ignore si cette union t'apportera cela... Je ne connais pas suffisamment ton futur époux. Il prendra soin de toi, par égard pour Lyman et Gareth... mais... Cette situation est tellement étrange... »

Parce que Gareth la confiait à son ami alors qu'il était amoureux d'elle. Du moins, c'était ce qu'il affirmait. Était-ce seulement la vérité ? Quelque part, c'était sans doute mieux qu'elle ne convole pas avec lui. Il était de mœurs légère malgré ses qualités.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1897
Membre du mois : 17
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Dim 17 Sep - 22:31

Rien n’était pire que ce silence… Elle se sentait déchanter à vue d’œil, attendant un geste, une parole, de Jeyne. Elle avait exprimé tout ce qu’elle avait sur le cœur, sans réellement ordonner ses pensées et ce qui lui passait par la tête. Elle n’avait pas souvenir d’avoir tant redouté la parole de Jeyne, depuis qu’elles avaient brisé la glace, après son arrivée à Winterfell. Elles avaient plutôt eu tendance à se dire les choses en explosant, et Lynara n’était pas certaine de pouvoir le supporter actuellement. Elle était plutôt sûre de l’inverse, et si elle avait pu se cacher pour ne jamais se montrer à qui que ce soit… peut-être aurait-elle opté pour cette solution. Mais n’était-elle pas venue dans l’Ouest pour accompagner et soutenir Jeyne ? Elle n’allait pas lui tourner le dos, maintenant…

Elle tremblait légèrement, pourtant, bien malgré elle, tant l’attente lui semblait insoutenable. Ces deux mots, son nom prononcé avec tant d’émotions contradictoires, acheva de lui ôter tous ses moyens. Elle ne savait comment elle tenait debout, et comment elle pouvait résister, s’empêcher de fuir pour ne jamais revenir. Elle restait pourtant ici, droite, interdite presque – pour un regard inconnu du moins, quelqu’un qui ne pouvait pas voir ses épaules quelque peu affaissées, ses yeux brillant, ses traits tristes.

C’était plus fort qu’elle, lorsqu’elle l’entendit, lorsqu’elle sentit ses bras se refermer autour d’elle, elle se mit à sangloter, s’abandonnant totalement à cet amour que lui donnait Jeyne, après ces paroles qui lui crevaient le cœur, et la touchaient plus qu’elle ne l’aurait pensé. « Mais tu n’y es pour rien, Jeyne. Tu ne peux pas t’accuser… Je, j’aurai du faire attention moi-même. Et j’irai mieux. Je ferai tout pour. Je ne veux pas que tu t’accables pour moi, que tu ailles mal, à cause de moi. J’ai besoin de toi mais… » Oh, qu’il était dur, de prononcer ces mots, alors qu’elle avait plus que jamais besoin de sa présence, de son soutien. De son amour. Mais pouvait-elle seulement agir autrement ? « Je sais que tu as tant à faire, tant d’autres choses à penser. Je… Que tu ne peux pas te consacrer qu’à moi. » Ça lui crevait le cœur, de dire ça. Elle le savait et l’avait toujours su, mais elle l’aurait voulu pour elle uniquement. Elle aurait voulu profiter de ces moments privilégiés qu’elles partageaient avant. Même si ça n’était plus possible.

Les larmes coulèrent tout à fait, quand elle lui assura qu’elle l’aimerait toujours. Quoi qu’il se passe. Si son cœur était en morceaux, Jeyne le réparait un peu, et la réconfortait rien qu’avec ses paroles. « Si tu savais comme je suis soulagée… Je ne mérite pas une amitié comme ça, et je… Je crois que je pourrais être heureuse. Il a l’air de… me respecter. Vouloir me donner une belle vie. Je... Je crois qu’il veut que ça marche. Et moi aussi. » Malgré ses… particularités. Jeyne en avait-elle la moindre idée ? Elle en doutait, mais elle grimaça malgré elle. Elle ne pouvait lui confier une telle chose, n’est-ce pas ?


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3079
Membre du mois : 28
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Ven 22 Sep - 18:19

Lynara était une vraie dame. Malgré ses erreurs, malgré sa tristesse, elle continuait à affronter chaque jour avec la tête droite, donnant parfaitement le change aux étrangers de l'Ouest qui ne la connaissaient pas. Moi, en revanche, je savais qu'elle était assaillie par le chagrin, la culpabilité et les remords. Je l'avais évité tout ce temps, il me fallait digérer les dernières nouvelles et je voulais lui faire savoir ma désapprobation. Et que pouvais-je bien lui dire en plus ? Et pourtant, j'avais été une amie horrible en lui tournant le dos alors qu'elle avait eu besoin de moi... Alors qu'elle fautait avec Gareth, alors qu'il épousait Megara et qu'elle ne pouvait décemment pas être sa maîtresse, alors qu'elle n'était plus vierge et ne pouvait plus faire un beau mariage alors que son époux aurait déchanté en le découvrant et que cela aurait fait scandale... Aussi sûrement qu'on avait vendu Gareth à Megara pour masquer le fait que la princesse n'était plus vierge, on avait vendu Quentyn à Lynara... Je plaignais ces deux hommes. Finalement... mieux valait ne pas être trop proche de la famille royale de l'Ouest, on en était bien mal récompensé, même si épouser une princesse et une noble Nordienne, proche de la future reine était un sort assez enviable... mais pour de biens tristes raisons.

Finalement après avoir tourmenté Lynara en la laissant dans l'incertitude, je cédais et me rapprochais d'elle, la prenant dans mes bras pour mieux la câliner. Et les digues lâchèrent alors que Lyna fondait en larmes contre moi, que je devais me retenir de ne pas pleurer à mon tour, trop affectée par son chagrin. Cela avait toujours été, comme elle était attristée de mes déboires quand cela se produisait. Nous étions fusionnelles, davantage que si nous avions été sœurs. J'avais trouvé en elle ma meilleure amie, ma sœur, ma confidente, celle à qui je pouvais tout dire sans être jugée. Et moi... Je l'avais jugée. J'étais horrible.

« Comment aurais-tu pu résister à l'attrait de l'interdit, dis moi ? Tu était totalement sous son charme et il n'a pas fait grand chose pour te repousser. Alors que mon jugement n'était pas biaisé par mon cœur, que j'aurais pu t'éviter cette catastrophe, quitte à ce que tu me détestes de t'envoyer au loin... »

Mais alors même que je disais cela, je n'étais pas certaine d'en avoir la force. En cela, j'étais bien différente de Lyman qui n'hésitais pas à sacrifier ses amis pour le bien commun. Je n'étais pas aussi dure que lui.

« Je ne peux pas me consacrer qu'à toi, mais tu es et tu devrais toujours être ma priorité, Lyna. »

J'avais répondu très sérieusement.

« Je suis une sœur horrible... je t'ai abandonnée quand tu avais besoin de moi... »

Un murmure, contrit. Alors je fis amende honorable en l'assurant de mon amour envers elle, quoiqu'il arrive et quoiqu'elle fasse.

« Il ne peut que vouloir te rendre heureuse, tu es une femme formidable. N'importe quel homme serait honoré de t'avoir pour épouse. »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1897
Membre du mois : 17
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Lun 2 Oct - 17:02

L’air était à couper au couteau. La tension était telle que Lynara en avait du mal à respirer, et bien plus de mal encore à refouler les larmes qui menaçaient de lui monter aux yeux. Elle aurait voulu se détourner de sa cousine, fuir, mais ça lui était impossible. Comment aurait-elle pu, alors que son opinion importait plus que tout, qu’elle était la personne la plus chère à ses yeux, la seule personne qu’elle aimait qui se trouvait physiquement à ses côtés ? La seule en mesure de la réconforter, ou de l’accabler, de lui ouvrir les yeux, et de lui faire comprendre ses erreurs, sans la juger trop durement, ou même définitivement. Si elle partait maintenant… Alors elle n’aurait plus rien, plus personne à qui se raccrocher. Que les Enfers, l’attendant, et aucun réconfort. Aucun moment de joie.

Si elle peinait encore plus à résister aux sanglots qu’elle sentait venir, l’étreinte de Jeyne eut tout à fait raison d’elle, et aucune barrière ne put retenir ces larmes de tristesse, ces larmes amères, ces larmes déchirantes, ces sanglots ébranlants qui la secouaient. Et elle bénit les dieux, de l’avoir autorisée à demeurer aux côtés de Jeyne. C’était son destin, mais c’était surtout son ancre, en l’instant.

« Je… J’aurai dû être assez forte. Ne jamais le revoir. Ne plus lui adresser la parole… Ne pas lui imposer ma présence. Il n’est pas… pas plus coupable que moi, Jeyne. » Elle hoquetait, en disant tout cela. N’avait-elle pas cherché à entrer en contact avec lui ? Ou n’avait-elle pas, plutôt, été incapable de supporter de le voir sans lui parler ? Elle n’avait pas voulu… tout ça, pas consciemment en tout cas, mais le savoir à proximité et s’interdire tout contact, cela avait été trop dur. Beaucoup trop dur. « Je ne t’aurai jamais pardonnée, si tu m’avais envoyée au loin, et tu le sais. Parce que je n’aurai pas pu te dire tout le mal que cela me faisait, exploser pour mieux aussi la douleur causée par ce geste. Parce que je n’aurai plus été là, pour te soutenir, inconditionnellement. » Elle bafouillait, à cause des larmes, mais elle parlait malgré tout avec aplomb et sincérité. Avec conviction.

« J’ai toujours su que ton devoir passait avant moi, Jeyne… Tu es princesse, tu… Tu as un époux, une nouvelle famille, tu… as beaucoup à faire. » Elle resserrait pourtant ses bras autour de Jeyne, pour sentir sa présence, l’affection qui les liait. Elle s’en voulait, mais elle avait besoin, pourtant, qu’elle ne se consacre qu’à elle. Au moins pour un court moment.

« Je t’interdis de penser ça. Tu es la meilleure sœur que je pouvais avoir. Et tu n’as pas à payer ou à t’accuser de ce que j’ai fait. Même si ça fait mal, horriblement mal, tu n’as rien à te reprocher. » Même si elle pouvait passer tout le temps qu’elle avait aux côtés de Jeyne, elle ne pouvait pas se blâmer de ne pas en avoir à lui accorder.

Elle rit nerveusement, en l’entendant. « Si cela pouvait être vrai… Si, si je n’étais pas indigne de lui. Si je… » Si elle ne se languissait pas d’un autre. Sa voix mourut, incapable qu’elle était de poursuivre.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3079
Membre du mois : 28
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Sam 28 Oct - 18:25

Elle m'avait manqué, je ne pouvais pas le nier. Pouvoir la serrer dans mes bras était un réconfort infini, malgré ma colère et ma déception. Malgré que je lui en veuille de s'être mise dans cette situation et d'en payer les conséquences. Et le prix était ses rêves. Un prix bien trop élevé, elle ne méritait absolument pas ça. Et pourtant, je ne fis pas autant accusatrice et moralisatrice que cela avec elle. Je compatissais. Parce qu'elle avait succombé aux élans de son cœur et que j'aurais tout aussi bien pu être à sa place. Et cela aurait été davantage désastreux encore. Gareth était totalement à blâmer dans ce fiasco. Il aurait du être celui qui résiste. Et pourtant, elle trouvait encore le moyen de le défendre.

« Si. Il l'est. Il est plus âgé que toi, plus expérimenté. Il a connu des femmes avant toi. Il savait où était son devoir. Et pourtant, il ne t'a pas dissuadée concernant cette relation. Il est homme, il n'y a guère de conséquences pour lui. Mais toi, tu étais encore vierge de toute relation... »

Et c'était bien ce qu'un époux exigeait de son épouse : qu'elle soit vierge. Nous n'étions pas des dépravés. Nous avions de l'honneur et nous nous réservions pour l'homme qui allait partager notre couche. Une épouse qui n'était plus pure n'avait plus guère de valeur. Le mari était en droit de demander réparation pour cet outrage. Et voilà comment Lynara en était venue à se retrouver fiancée à Quentyn Brax, ami de Gareth et Lyman. C'était... malsain. Que Gareth accepte que la femme qu'il avait défloré épouse un ami. Que l'ami l'accepte. Comme c'était malsain qu'un ami de Lyman épouse sa sœur qui était loin d'être vierge. C'était détestable tout ce qu'il se passait au Roc et était caché.

« Oui je le sais... Mais peut-être qu'il aurait mieux valu que je vive avec ta rancœur qu'avec ton malheur... »

J'avais murmuré. Pensais-je vraiment ces paroles ? Aurais-je vraiment pu supporter que Lynara ne m'adresse plus la parole et ne soit plus à mes côtés ?

« Mais le savoir ne suffit pas toujours à l'accepter. »

C'était une chose de savoir que je n'avais pas autant de temps que nous l'aurions souhaité à lui accorder, c'en était une autre de le vivre et d'être ainsi abandonnée. La tête et le cœur n'étaient pas toujours en accord, malheureusement. Doucement, je caressai sa joue alors qu'elle me délestais de mon sentiment de culpabilité.

« Si, j'ai beaucoup à me reprocher. »

Mon sourire s'était fait mélancolique en parlant ainsi. J'avais énormément de regrets. Pourtant, alors que je l'assurais que son époux ferait tout pour la rendre heureux, sa réponse m'alarma.

« Indigne de lui ? En quoi serais-tu indigne de lui ? »

Je lui interdisais de se dévaloriser de la sorte ! Elle ne pouvait pas penser à elle de cette façon. Cette erreur ne l'avait pas rendue indigne d'un homme et le Brax était tout à fait au courant de l'affaire, non ?



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1897
Membre du mois : 17
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   Jeu 9 Nov - 18:56

Elle ne pensait pas mériter cette étreinte, ce pardon que Jeyne lui accordait, malgré ce qu’elle avait fait. Tout cela aurait pu avoir des conséquences plus fâcheuses, des retombées sur Jeyne elle-même. La… frivolité de Lynara aurait pu être imputée à sa cousine aussi. On aurait pu douter de sa vertu, alors qu’elle était plus que respectable. La Nordienne en était bien consciente, et si sa conscience la torturait actuellement, elle s’en serait encore davantage voulu. Elle se laissait pourtant aller comme une enfant dans les bras de Jeyne, incapable de retenir sa peine ou ses sanglots. C’était beaucoup plus fort qu’elle, malgré tout. Elle hocha doucement la tête, alors que sa cousine continuait à blâmer Gareth. Lui aussi, il lui avait dit tout cela.

« Je sais que… que ça n’excuse rien, que ça ne justifie rien non plus, mais il le sait. Il en est conscient, et il ne se croit pas exempt de tout blâme. Même si ça ne change rien, il le sait. Et je sais aussi que, que je n’aurai pas dû. Je sais que j’ai mal agi, Jeyne. Si tu dois au moins croire quelque chose, avoir la moindre certitude, c’est celle-là. »

C’était tout ce que Lynara pouvait lui dire, tout ce dont elle pouvait l’assurer. Ca et… « Mais je peux te promettre que je ne recommencerai jamais. Je… J’ai prononcé des vœux, je ne les bafouerai pas. Tu… Je ne suis pas une de ces femmes, qui ne respectent pas leurs engagements, je, je veux que tu saches que ça n’a pas changé. Je suis toujours… moi. » C’était facile à dire, et elle devrait le lui prouver, mais elle s’acharnerait à le faire.

« Moi, je n’aurai pas supporté que tu m’envoies au loin. Que tu me retires ton affection, parce que c’est comme ça que j’aurai fini par le percevoir. Tu aurais pu vivre avec l’idée que je pense que tu ne veuilles plus de moi, maintenant que tu as ta propre famille ? Que tu tournes le dos à l’ancienne ? Je sais que tu n’es pas comme ça, mais si tu m’avais repoussée… Les blessures causées par quelqu’un que l’on aime sincèrement et depuis aussi longtemps sont plus fortes que tout, plus amères que tout, et je ne sais pas si j’aurai eu la force de te pardonner, la force de chercher à comprendre. Même si tu sais tout ce que cela aurait pu causer… Je t’aime plus que tout, plus que jamais, Jeyne, mais ce serait au-delà de mes forces. » Elle allait peut-être trop loin, même si elle ne cherchait pas à blesser Jeyne, mais elle voulait lui ôter cette idée de la tête. Qu’elle n’y repense plus, à l’avenir. Elle serait reine de ce royaume, elle pourrait très bien, plus tard, décider de l’envoyer au loin, sous prétexte de confier une tâche quelconque à son époux. Et cela, Lynara ne le voulait pas.

Tout sur le visage de Lynara trahissait son désaccord, cependant, alors que Jeyne insistait en affirmant avoir à se reprocher des choses. Elle devait cesser de croire ça, cesser de s’accabler, pour les décisions stupides que sa cousine, sa cousine et Gareth à vrai dire, avait décidé de prendre. Elle n’avait pas imposé ce choix à Lynara, et elle en était innocente. Même si l’éloigner de lui l’en aurait empêchée, elle le refusait. Elle n’insista pas, pourtant. Elle parviendrait à lui faire entendre raison, mais elle craignait que ce ne soit trop tôt.

Elle ferma brièvement les yeux, lorsqu’elle entendit la question de Jeyne, et mit un moment avant de répondre. « Je suis éprise d’un autre… Je, je ne lui porte pas l’affection que je devrais. Je l’apprécie, un peu, mais… » Mais c’était tout. Ne devrait-elle pas être amoureuse de son époux, ne penser qu’à lui et à lui donner une descendance ? A le rendre heureux et à en prendre soin ? Elle en était loin. Même si elle lui accordait ses… préférences, que personne n’accepterait si cela venait à se savoir.


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 3079
Membre du mois : 28
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Laisse couler ton ire et prends moi dans tes bras
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un long voyage jusque dans tes bras [Sarah - Terminé]
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ▬ Caëlyn
» Prends vie dans les ténèbres, grandis dans la lumière - Galaad D'Artorie
» On n'avait pas un truc à faire ? (pv Nicolaï) [terminé]
» Echapatoire... (suite) [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: