AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara
MessageSujet: On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara   Mer 7 Juin 2017 - 0:32

La patience était une vertu, de l'aveu même des Mestres et autres fervents spécialistes de la religion et de ses préceptes. La patience était une vertu, car qui a qui sait attendre, le temps ouvre ses portes. La patience était une vertu, car pratiquer la patience était censé être la manière la plus efficace de préserver la paix de l'esprit. C'était la religion qui prêchait cette vertu, pas forcément plus celle-là qu'une autre, mais le résultat était le même : loin de l'idée de Megara de se dresser contre les enseignements que l'on avait pu lui inculquer, et particulièrement lorsque ceux-ci étaient vus comme émanant des Sept eux-même, en quelque sorte. Et loin d'elle, aussi, l'idée de faire des vagues ou de créer quelques remous. Dans la fratrie des enfants royaux Lannister, Megara avait toujours été vue comme la plus calme et la plus raisonnée et raisonnable. Elle ne créait pas le moindre conflit, ne cherchait pas alimenter quelque querelle que ce soit, et s'était déjà placée à maintes reprises entre son frère et sa sœur. Et cela lorsque Lyman jouait au grand prince sachant tout mieux que tout le monde et s'arrogeant le droit de vouloir contrôler ses cadettes, alors que de son côté, farouche et quelque peu sanguine qu'elle était, Nymeria n'était pas en reste pour se montrer revendicative et vindicative ! Oui, Megara avait toujours été la plus calme, celle auprès de laquelle on ne s'attendait pas réellement à la naissance du moindre problème, ou de la moindre manifestation d'agacement ou d'impatience.

Et pourtant, impatiente, elle l'était. Pour un certain nombre de choses. Et cela allait en grandissant. Pour l'instant, le changement d'humeur et de caractère était presque entièrement imperceptible, et seuls les regards avisés de ses plus proches, qu'il s'agisse de ses parents ou de la domesticité lui étant particulièrement affectée, pouvaient sans doute détecter quelque chose. Sans doute ces quelques privilégiés, si l'on pouvait réellement évoquer la moindre idée de privilège, avaient-ils tôt fait de mettre ces petits changements sur le compte de son état physique. Megara attendait un enfant, et les métamorphoses étaient, en des cas comme celui-ci, visiblement tout autant physiques que psychologiques. Mais si son ventre s'arrondissait seulement doucement, la Princesse commençait déjà à éprouver quelques maux. Certaines odeurs venaient s'ajouter à celle qui avait fini par affairer Mestre Aethon auprès d'elle, à savoir le jus de grenade. Certains aliments commençaient également à quelque peu la répugner, et la nuit, il lui arrivait de se réveiller en sursaut saisie d'une crampe. Mais elle ne passait pas trop de temps pencher au-dessus du moindre bassinet, même si, le matin, elle se sentait parfois un peu trop vaseuse pour avaler quoi que ce soit, solides comme liquides, avant un petit temps. Mais tout ceci ne concernait sans doute que des changements attendus et compréhensibles, à entièrement assimiler au fait qu'elle attendait un enfant. Seulement voilà, certaines autres pensées étaient présentes en elle, sans pour autant entièrement être le fruit de sa grossesse.

Son époux était au loin, en mission, accompagnant la Princesse Jeyne, leur belle-sœur. Et lorsque Megara avait pu exprimé ses questionnements quant au fait de le choisir, lui, alors qu'en tant que son épouse enceinte, elle aurait préféré pouvoir s'appuyer sur lui, sa mère, Jordane Lannister, avait balayé le propos de la main. Son père, lui, lui avait pincé les joues en tentant de la rassurer quant aux capacités de Gareth. Sans forcément comprendre que Megara n'éprouvait pas la moindre inquiétude à ce sujet. Non, en réalité, ce qui l'effrayait, c'était qu'il leur arrive quelque chose. A Jeyne et à lui, mais, égoïstement, peut-être qu'elle s'inquiétait plus pour son époux que pour sa belle-sœur. Ce satané Harren le Noir ne lui plaisait absolument pas, elle ne lui accordait aucune confiance, et en plus de cela, il semblait vouloir tant exiger du Roc qui, en retour, ne semblait pas forcément prompt à acquiescer. Alors Megara devait se changer les idées. Bouger. Ne pas forcément rester enfermée toute la journée dans ses appartements. Mais c'était si facile à dire, et bien plus difficile à faire, d'autant plus que ... D'autant plus que Gareth n'était pas là, et que le Roc résonnait aussi de l'absence de sa belle-sœur ...

Une absence qu'elle n'était pas la seule à ressentir, elle le savait. Il y avait Lyman, bien sûr, mais il y avait également la cousine de Jeyne, Lynara Karstark. Qui ne se nommait d'ailleurs plus Karstark ! Oui, bien des choses changeaient en si peu de temps au sein du Roc, alors qu'il lui semblait déjà que son époux était au loin depuis une éternité, comme quoi, la notion de temporalité, c'est si variable ! D'ailleurs, en parlant de la Nordienne ... Les pas de Megara l'avaient guidée jusqu'à la Cour de l'Aube, où, plus jeunes, les deux Princesses du Roc se distraient en bénéficiant de la lumière du soleil sans sa chaleur parfois harassante, tout en pouvant être à l'abri sous la galerie couverte en cas d'ondée. Et visiblement, ces lieux continuaient de charmer, car Megara reconnaissait la silhouette de Lynara. Peut-être qu'en passant quelques temps ensembles, toutes deux parviendraient à ... A sentir l'absence de leur proche respectif moins longue ?
    ❧ Lady Brax, me permettriez-vous de me joindre à vous ? ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara   Jeu 29 Juin 2017 - 18:00

Le temps était long. Trop long. Elle se sentait plus seule qu’elle ne l’aurait souhaité, alors que Jeyne était partie, que… Gareth était parti. Son époux tentait d’apprendre à la connaître, et elle appréciait les efforts qu’il faisait, mais il avait ses propres obligations, et elle peinait à s’habituer au fait d’être une femme mariée… surtout considérant la culpabilité qui l’assaillait, à chaque fois qu’elle repensait à ce qu’elle avait fait. Elle prétextait devoir écrire à ses proches et à leurs connaissances, à leurs alliés, pour justifier le fait qu’elle évitait bien des gens, mais le temps commençait à se faire long, même pour elle. Surtout pour elle, peut-être, qui avait eu Jeyne à ses côtés toute sa vie, et qui se retrouvait aujourd’hui bien seule. Elle avait échangé quelques courriers avec sa tante, avec sa mère, mais l’attente entre chacun d’entre eux était bien longue à son goût.

C’est ainsi désœuvrée qu’elle s’était rendue dans un premier temps auprès de ces dames de la Cour, pour jouer à ces jeux dont elles sont si friandes, et dont Lynara connaît très peu de choses. La vie dans le Nord est à l’opposée de celle dans l’Ouest, et il lui manque parfois de chasser avec son faucon, comme elle l’a appris en imitant Jeyne, pour tenter de l’amadouer, avant de réellement apprécier cet art là. Oh, elle le sort, mais ce n’est en rien comparable. Elle a beau être dame de compagnie de la princesse et future reine du Royaume, elles doivent l’une et l’autre se plier aux exigences que l’on a d’une noble, d’une très importante noble qui plus est, dans ce Royaume. Elle peinait donc à rester plus de quelques instants auprès de ces nobles femmes, non pas tant par désintérêt, que par incompréhension de ces jeux auxquels elles se livraient. Elle avait hésité plusieurs fois à solliciter la princesse Megara pour lui apprendre, pour instaurer cette amitié dont elles avaient déjà discuté, mais elle craignait les sujets qu’elles pourraient être amenées à évoquer. Et de l’importuner.

Elle sursauta, d’ailleurs, en reconnaissant sa voix, alors qu’elle se trouvait accoudée au balcon de cette Cour, abritée par une galerie qui la protégeait du soleil. Elle avait craint – à raison – les chaleurs excessives du Royaume, et elle avait déjà goûté quelques brûlures dues au soleil, bien qu’elle ne sorte jamais sans une ombrelle. « Lady Lannister. Je ne m’attendais pas à vous voir ici, j’espère que je n’envahis pas un lieu réservé à la famille royale. » Rien ne lui interdisait d’y être, à vrai dire, sans quoi on lui en aurait bloqué l’accès, mais peut-être s’agissait-il là d’une règle tacite, que seules leurs altesses, ainsi que leurs invités, pouvaient y pénétrer. Peut-être l’enfreignait-elle sans le vouloir.

« Vous allez sûrement me trouver trop directe, mais je pensais à vous. J’ai pu constater, lorsque je me rendais auprès des dames de la Cour pour apprendre vos moyens de vous distraire et passer quelque moment sympathique en leur compagnie, votre absence. Loin de moi l’idée de vous juger, je me suis simplement dit que, peut-être, je pourrais vous apporter la compagnie dont vous manquez, si tel est le cas. Et que vous pourriez m’apprendre les règles des nombreux jeux auxquels vous vous livrez, ici. »

Elle partit dans un rire quelque peu gêné. « Soyez assurée que je ne souhaite pas vous offenser, et que je n’oserai croire que vous manquez de compagnie. C’est peut-être une volonté égoïste, que de n’être pas seule et dévisagée de tous, pour mon statut de dame de compagnie de Jeyne, et toute jeune mariée… »


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
The sun of winter
Messages : 2874
Membre du mois : 56
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
The sun of winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara   Lun 17 Juil 2017 - 1:39

Le cours du temps et des évènements n'avait de cesse de s'accélérer, semblait-il, et ce depuis plusieurs mois. En vérité, depuis le piège dans lequel étaient tombés Aegon Targaryen et sa sœur Viserya, tout semblait partir a volo. Des alliances se créaient à la hâte, et les plus farouches ennemis continuaient de s'opposer les uns aux autres, quand ils ne se mettaient pas plutôt à plancher sur un rapprochement exigeant et parfois ratifié dans le sang. Megara n'était pas à la tête du Royaume du Roc, et sans doute est-ce fort aise pour tous. Pas qu'elle soit incapable de réfléchir, mais sans doute était-elle dotée d'un bien trop grand coeur ainsi que d'une grande sensibilité doublée d'une empathie certaine, ce qui, il fallait être honnête, n'étaient pas des qualités requises pour faire un grand monarque en temps de guerre. Cela pouvait même plutôt être assimilé à des défauts. Quoi qu'il en était, elle était pleinement consciente des enjeux, à défaut d'être sans cesse toujours parfois informée de tout ce qui pouvait se tramer sur le continent entre les différents royaumes ou différents blocs alliés. Tout comme elle avait sa part à remplir, son rôle à jouer. Si sa cadette avait épousé le Roi du Val, cela n'avait pas été pour rien, pas plus que cela n'avait été pour honorer l'amour mutuel que tous deux semblaient d'ores et déjà se porter. De son côté, cela avait été pour l'intérêt du Roc que Megara elle-même avait été mariée au plus proche ami de son frère, pour ne pas répandre le moindre de risque de scandale en place publique. Elle comprenait parfaitement que la concernant, le ver était dans la pomme, et que toute alliance qui aurait pu être conclue via sa main aurait pu aisément être dénoncée et se retourner contre ses royaux parents ...

Lyman avait quitté le royaume pour aller quérir sa promise, et il s'était même marié dans le Nord. Les deux jeunes époux avaient finalement regagné le Roc, et Megara avait alors été informée de son mariage à venir. Une union matrimoniale qui n'avait pas tardé à être célébrée et concrétisée. Et désormais ... Désormais, elle attendait déjà le fruit de cette union, alors que l'autre principal concerné avait été envoyé au loin, dans l'intérêt du Roc. S'il était vrai que, désormais, en tant que son époux, Gareth était encore plus officiellement entré dans le cercle restreint de la famille royale de l'Ouest, il n'en demeurait pas moins que Megara n'était guère rassurée. C'était comme si, pour l'instant, Garetj n'avait été que de passage dans son existence, lui laissant un goût de "reviens y" sur le palais, sans que cela ne puisse aboutir à quoi que ce soit, tant qu'il était en déplacement. Elle avait encore besoin de temps pour bien mieux connaître son époux, et surtout pour s'habituer à tout ceci. Au fait d'être mariée, de désormais vivre aux côtés d'un être non issu, biologiquement, de la Lignée Lannister. Au fait de partager ses appartements, de ne plus être seule lorsqu'elle allait se coucher, de se réveiller Au fait, désormais, de devoir tourner le dos à certains de ces mets ou à certaines de ses boissons préférés, non sans devoir en plus s'efforcer d'éviter de se regarder de profil dans le miroir en pieds toutes les 30 secondes. Depuis qu'elle se savait enceinte, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de se dire que c'était forcément visible de tous, et que cela était limite marqué sur son front, que son arrière train et son ventre commençaient déjà à tirer sur le tissu de ses vêtements au maximum, alors qu'on était pourtant loin d'en être rendu là ! Tout ceci la poussait donc à parfois ne plus trop savoir comment aligner un pied devant l'autre en prétendant que rien n'avait changé, absolument rien, pour elle. Elle dirigeait parfois sa main vers une coupe de main avant de se restreindre : elle ne pouvait plus consommer d'alcool, désormais. Ce qui n'était là qu'un exemple parmi tant d'autres tendant à prouver qu'elle n'était pas encore exactement habituée à tout ceci, et qu'elle n'avait pas encore pris le pli.

Alors, elle devait développer de nouvelles techniques, et parmi elles, il y avait l'esquive. Elle se disait un peu trop patraque pour sortir de ses appartements, face au Mestre, et sa mère semblait la laisser en paix, sans doute en se remémorant ce qu'avaient pu être ses propres grossesses à elle. A côté de cela, sans doute le restant de la Cour, ignorant sa situation, se disait-il qu'elle ne pouvait se faire au départ de son époux ... Ce qui l'agaçait tout autant que cela la réconfortait : s'ils pensaient cela, au lieu de se douter de quoi que ce soit, sans doute n'était-ce pas une mauvaise chose ? En tout cas, prendre l'air lui devenait parfois nécessaire, et ce même si un très large balcon longeait ses appartements, et lui permettait d'avoir une vue imprenable sur les flots, en contrebas du Roc, tout en lui apportant de l'air et une relative paix, loin du tumulte. Mais de rester enfermée, aussi grands et confortables puissent être ses appartements princiers, à la fin, cela lui donnait la sensation de tourner folle, d'avoir maintes et maintes fois les mêmes craintes et les mêmes pensées qui revenaient l'assaillir mentalement et moralement. Faire un pas au dehors était donc recommandé, et elle savait bien que si Gareth était là, il la pousserait à agir ainsi. De ça, elle était sûre et certaine. Tout comme il l'enjoindrait de ne pas demeurer silencieuse, pour ne pas s'enfermer dans ses pensées. Et sans doute Lady Brax était-elle l'un de ces interlocuteurs auprès desquels elle pouvait plus aisément se poser et discuter. Lynara Brax venait du Nord, et était loin d'être rompue aux jeux de la Cour, et puis, elle n'avait pas la même mentalité que les gens de l'Ouest, sans parler du fait qu'elle était la cousine de Jeyne. Jeyne, que Gareth lui avait conseillée de chercher à mieux connaître. Faute de grives ...
    ❧ Rassurez-vous, la Cour de l'Aube n'appartient pas à l'aile réservée aux membres de la famille royale. Peux y venir qui le souhaite, même si, plus jeunes, lorsque Nymeria et moi y jouions, il est vrai que Mère veillait à ce que nul ne puisse venir nous y importuner et à ce que cet endroit devienne privé le temps que nous y étions. ❧ Megara était loin de lui révéler quelque secret d'alcôve. Ici, tous savaient où les jeux enfantins des princesses du Roc avaient pu se tenir, lorsqu'elles étaient plus jeunes. Et, plus largement, tous savaient que lorsque des gardes royaux étaient postés à l'entrée d'une pièce ou d'une cour intérieure, c'était qu'un membre de la Lignée Lannister n'était pas loin, et qu'il était donc fort possible que les hommes d'armes fassent barrage de leur corps si l'on tentait de pénétrer dans le dît lieu. D'ailleurs, c'était ce qui devait désormais bien se passer, maintenant que Megara était arrivée jusqu'ici. Les deux jeunes femmes ne seraient donc point déranger, et pas même épier. ❧ A moi ? Quelle charmante attention ... ❧ Elle lui sourit quelque peu, avant de reprendre. ❧ C'est que les récents évènements m'inquiètent quelque peu, me poussant à ne pas chercher à trop m'entourer des dames de la Cour, qui auraient sûrement bien des paroles un peu trop mielleuses à m'accorder. Sans parler de leur propension à toujours me laisser gagner lors des jeux auxquels je peux prendre part. Au passage, je n'ai nul besoin d'elles pour gagner, possédant bien des bottes secrètes, certes, mais le fait de me voir faciliter la tâche et de ne me voir opposer aucune réelle concurrence est bien peu divertissant, au final. Mais quelque chose me dit que vous n'êtes pas de ce genre là ... ❧
Elle en savait encore très peu sur les deux jeunes Nordiennes venues s'installer au Roc. Dans les faits, elle n'avait pas passer beaucoup de temps seule en leur présence, mais cela lui était tout de même arrivé. Nul ne pouvait donc l'accuser de faire bande à part, ou de mener quelque politique d'ostracisme. Et puis ... Jeyne était tout de même sa belle-sœur, et cela avait été de son devoir de faire un pas vers elle. Concernant Lynara, si celle-ci, initialement, avait été une porte d'accès vers la future Reine du Roc, il n'en demeurait pas moins qu'elle avait fait une très bonne impression à Megara. Ce qui la poussait, aujourd'hui, à ne pas fuir sa présence, pas plus qu'à la redouter. En tout cas, si elle savait que bien des différences se dressaient entre elles, de par la distance séparant leurs deux royaumes natals, Megara était parfaitement conscientes qu'au delà d'être tous deux des jeunes femmes et d'avoir le même âge, certains autres éléments concrets et presque terre à terre faisaient qu'elles possédaient toutes deux plusieurs similarités. Et qu'il n'y avait pas besoin de chercher longtemps pour en débusquer.
    ❧ Je comprends tout à fait ce sentiment. Même s'il m'est habituel et familier, de part mon rang, le fait est que depuis mon mariage, la Cour bruisse toujours plus de questions et de curiosité à mon égard, et que ceux qui veulent que je leur prête l'oreille alors qu'ils viennent me parler semblent étrangement comme plus nombreux qu'avant. Certains semblent même continuer à me faire du charme, en pensant que j'y répondrais plus qu'avant même en était désormais mariée ... ❧ Elle marqua un temps d'arrêt, en repensant à tout ce qu'elle avait bien pu entendre, dernièrement. Oui, il y avait eu des attitudes et des questions quelque peu déplacées. Il y a peu, une jeune femme, bientôt mariée, était venue toute rougissante vers elle, pour lui demander quelques conseils, ou plutôt pour s'enquérir de ce que l'on ressentait lorsque l'on perdait son innocence, sa vertu, sa virginité. ❧ Les distractions de l'Ouest sont-elles si différentes de celles auxquelles vous étiez habituée, dans le Nord ? Je suppose que nombre de jeux ont des bases semblables, mais qu'avec le temps ... C'est un peu comme ces jeux d'enfant : vous dîtes un mot dans l'oreille de votre voisin, qui fait de même au creux de l'oreille de son voisin à lui, jusqu'à ce que cela vous revienne, bien déformer ! ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara   Dim 13 Aoû 2017 - 1:11

Dire qu’elle fut surprise de l’arrivée subite de Megara Lannister était en deçà de la réalité – tout comme la qualifier de prompte était erronée. La vérité était que Lynara, toute à ses pensées, n’avait guère prêté d’attention à ce qu’il se passait autour d’elle. Elle aurait assurément du – surtout pour ne pas négliger celle qui lui faisait face, et donner l’impression d’y être indifférente. Au delà des manquements à l’étiquette qui régissait la Cour, elle lui était supérieure en rang, et, plus encore, Lynara ne voulait pas lui manquer de respect, ou s’en faire une ennemie. Pas plus qu’elle ne souhaitait compliquer une relation qui était déjà difficile à ses yeux.

Elle se fendit, un peu trop tardivement, d’une révérence à son attention. Après lui avoir adressé la parole. Après lui avoir demandé si elle ne s’était pas invitée dans un lieu où elle n’aurait pas du se trouver, où elle n’était pas la bienvenue.

« Je vous prie de m’excuser, perdue dans mes pensées comme je l’étais, j’ai manqué à tous mes devoirs. J’espère ne pas vous avoir offensée, je ne voulais pas faire preuve d’irrespect en ne m’inclinant pas devant vous. » La princesse ne semblait pas lui en tenir rigueur, toutefois, lui parlant doucement, et lui souriant, ce qui encouragea Lynara à poursuivre la discussion, souriant elle-même. « Vous devez grandement apprécier ce lieu, en ce cas. C’est un tendre souvenir pour moi, que celui des lieux qui ont accueillis nos jeux d’enfants, à Jeyne et moi. » Malgré leur différence de rangs, malgré leurs royaumes d’origine opposés en bien des choses, peut-être avaient-elles beaucoup plus en commun qu’il ne semblait, au premier abord. Lynara s’abstint toutefois de dire qu’il suffirait d’un mot de la princesse, pour qu’elle quitte les lieux. C’était la réalité, mais même si elle ne l’avait pas souhaité, elle y aurait été contrainte, si tel était le désir de la princesse – et évoquer des évidences de ce genre, pour montrer combien elle était affable et facile n’était pas dans ses habitudes.

« Évidemment. Je ne suis sûrement pas aussi au fait que vous de tout cela, mais, pardonnez-moi cette franchise ou ce terme, je ne sais lequel est le plus déplaisant ou condamnable, l’hypocrisie est bien plus déplaisante, lorsque l’on est déjà troublé. » Pas que Lynara l’ait appréciée en quelque circonstance que ce soit, mais encore moins lorsque les Nordiennes essayaient de charmer Jeyne, en l’absence de son Père, et des hommes du Nord, partit combattre. Encore moins, alors qu’elle s’inquiétait pour sa famille. Elle la tolérait, feignait ne pas la voir, en ce moment, par obligation. Elle était étrangère, et n’avait que bien peu de poids, en l’absence de Jeyne. Quoi que son union récente lui en donnait davantage – et elle était reconnaissante de cela, à bien des gens. Son époux, mais aussi Lyman Lannister. Gareth… à Gareth, aussi, mais la situation était bien trop complexe, pour qu’elle y pense.

« Je vous avais informée, je crois, que je ne chercherais pas à vous flatter ou à vous dissimuler la vérité, si c’était là ce que vous cherchiez. Que vous auriez toute franchise de ma part, si vous le désirez, et que je saurai me taire, si c’était là ce que vous vouliez. Cela vaut aussi, pour le jeu, comme vous l’évoquez. Je ne vais pas vous cacher ne pas savoir jouer, mais je sais me battre, et j’ai le goût du gain. Une jeune femme ne devrait pas dire cela, mais quand je saisirai les règles, quand je maitriserai réellement ces jeux, si vous consentez à me les faire connaître, alors vous aurez une adversaire qui ne reculera pas, parce que vous êtes princesse. Qui ne vous garantira pas une victoire facile. Je n’aurai pas la prétention de penser pouvoir gagner aisément, ou gagner tout court dans les premiers temps, mais sitôt que je serai en mesure de le faire, je peux vous faire le serment que vous aurez un adversaire digne de ce nom. » Elle était sûrement présomptueuse, mais elle avait toujours été assez sûre de ses compétences. Et elle apprendrait. Elle s’entrainerait, aussi, seule, pour se perfectionner. Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir, pour lui offrir une réelle opposition, et glaner toutes les chances de gagner. Si elle n’était pas réellement mauvaise perdante, elle aimait malgré tout gagner. Qui n’aimait pas ?

Elle écarquilla les yeux, en l’entendant, trahissant sa confusion plus qu’elle ne l’aurait peut-être dû, à attendre que les hommes cherchaient à charmer la princesse, même après son mariage. Qu’il l’ait fait avant, espérant le droit de la courtiser, elle aurait pu le comprendre – et encore. Personne ne se serait risqué à réellement courtiser Jeyne, sans que son père ne l’eut autorisé, et elle bénéficiait de cela aussi, en tant que cousine de la princesse du Nord. Mais même alors que son union avait été prononcée, cela continuait ? Lynara en était, réellement, stupéfaite, et quelque peu choquée, bien qu’elle essaye de se ressaisir. « Je ne pensais pas qu’une fois mariée, ils osent envisager de poser les yeux, les mains, sur vous. Vous me voyez désolée de cela pour vous, j’espère que la pression n’est pas insupportable. » Elle était plus que sincère, plus qu’elle ne l’avait été dans tous ses échanges avec Megara Lannister, bien qu’elle n’ait jamais usé de mensonge ou fait preuve de malhonnêteté.

« Cela dépend… Mais plus austères, peut-être. Saviez-vous que la princesse Jeyne et moi, nous avions dressé notre propre faucon, et appris à chasser avec ? Je reconnais volontiers l’avoir initialement fait par mimétisme, de cette cousine méconnue avec qui je cherchais à m’entendre, mais j’ai réellement apprécié cela. Pas que ce soit une occupation commune – seule l’obstination de Jeyne, sa volonté et sa force à vrai dire, l’ont permis. Mais je gage que, comme nous, vous deviez broder et coudre. Vous risquer à quelques jeux de cartes. La nature de ces jeux diffère, cependant. » Elle leva les sourcils, quelque peu étonnée, de ce jeu dont elle lui parlait. Elle n’y avait jamais joué, mais cela ne voulait rien dire. « Figure-vous qu’il est nouveau pour moi. Mais de vous à moi, je ne suis arrivée à la Cour du Nord qu’à la mort de ma tante, la mère de Jeyne, aussi a-t-elle été chargée très tôt de maintes responsabilités, et peut-être n’avons-nous pas suffisamment profité de tout cela. Même si nous partagions bien des moments de détente. Mais son éducation, et la mienne par extension, importaient beaucoup. Elle devait prendre le rôle de sa mère. Mais je vous en dis peut-être trop. »


Le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. © Pierre Bottero

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de Jeyne Stark
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
The sun of winter
Messages : 2874
Membre du mois : 56
Célébrité : Astrid Bergès Frisbey
Maison : Karstark
Caractère : Opportuniste, respectueuse, attentionnée, imprévisible
The sun of winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
On ne nait pas femme, on le devient ❧ Lynara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'homme ne nait pas homme, il le devient. (alice)
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» L'écrivain Georges Anglade et sa femme sont morts dans le séisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: