AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]
MessageSujet: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Ven 26 Mai - 20:07

« Vous avez des nouvelles sur cet individu ? »
« Aucune nouvelle Lord Santagar. Ou tout du moins pas plus qu'hier. »

Dared passa sa main sur sa barbe, la caressant tandis qu'il réfléchissait, perdant son regard à travers les montagnes de Dorne. Depuis quelques temps une rumeur se rependait à travers les terres des Santagar, un homme qui aurait, selon certains, vécu ici il y a longtemps. L'héritier de Bois-Moucheté s'inquiétait autant que se réjouissait de cette nouvelle. Un ancien habitant pouvait être un visage amical, ou au contraire quelqu'un jadis bannit par son père.

Depuis qu'il avait eu ces nouvelles Dared s'inquiétait de savoir qui était cette personne, afin de mettre au clair cette histoire et de s'assurer, ou non, de l'amitié de cet individu. Un homme, seul et armé. Certains disaient de lui que c'était une épée à louer. Certains parlaient d'un assassin. D'autres d'un voleur. Les rumeurs autour de cet homme ne dressaient pas un portrait admirable, l'option d'un ancien coupe-jarret bannit par Lord Santagar devenait de plus en plus possible.

« Où était la dernière localisation déjà ? »
« Sur la route de Bois-Moucheté, à mon d'une journée de marche d'ici mon Seigneur. »
« … Allait-il vers le château ? »
« Oui, après avoir causé pas mal de grabuge dans l'auberge où il fut aperçut. »

« … Envoyez des hommes vers l'auberge, chercher ce qui c'est passé et tenez-moi au courant de l'évolution des événements. »


L'homme salua l'héritier et s'en retourna. Dared quitta à son tour la grande salle, se rendant jusqu'à un petit terrain en contrebas du château, dans lequel il avait passé pas mal de temps à s'entraîner avec son frère dans le temps, dans lequel il se plaît à se perdre entre deux affaires de seigneur. Ce travail est des plus déplaisants, hélas chacun doit se faire au devoir qu'est le sien. Et tel est celui pour lequel est né Dared.

Le regard du Dornien se balada sur les arbres autour de lui, il poussa un grand soupir et détacha sa ceinture, dégainant bientôt son épée à lame courbe de son fourreau, puis commençant à faire quelques pas, se vidant la mémoire en frappant l'air qu'il avait si souvent combattu. Qui était cet homme ? Toutes ses rumeurs étaient-elles vraies ? Il c'était perdu un instant à croire au retour de son frère, jusqu'à ce que tous ces mots le persuadent du contraire.

Le rythme s’accélérait pour le chevalier tandis que, aux portes de la ville les gardes revenaient, seule demeurait la question : avait-ils trouvés leur objectif ? Sans prêter attention à ce qui arrivait autour de lui Dared se plongea encore un peu plus dans ce duel imaginaire, la sueur commençait à perler sur son front tandis que sa lame rasait les arbres autour de lui. Les mouvements vifs et précis du Santagar rappelaient à ceux l'ayant vu la danse de l'eau, tandis que les directions prises et l'angle des coups rappelaient l'art de combattre des chevaliers de Westeros.

Le Santagar fit un pas en avant, un demi-tour et frappa. La lame vint se heurter à l'arbre devant lui, arrachant à l'impact plusieurs écorces et la coinçant dedans quelques instants, jusqu'à ce que le Dornien retire la lame du bois d'un mouvement d'épaule, faisant ensuite une pause en haletant. Il se tourna et fit quelques pas vers sa ceinture un peu plus loin, des bruits de pas l'interpellèrent, il fit face à ceux-ci pour voir une silhouette approcher.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Dim 28 Mai - 14:22

Son arrivée n'avait guère été discrète, mais cela n'avait pas d'importance. Il avait traîné, avant de retourner en direction de la demeure des Santagar. L'idée avait été de prendre, officiellement, un peu de bon temps, pour s'acclimater de nouveau à cet environnement à la fois familier et si différent. Dans la pratique, il était perdu, et hésitait un peu. Dorne lui avait manqué bien sur, mais toutes ces rumeurs de guerre... sans doute ne resterait-il pas longtemps ici. Peut-être même ne rentrerait-il pas une seule fois dans l'enceinte de son ancienne maison ? Il lui fallait quand même essayer. Montrer qu'il était encore en vie, et s'assurer que son frère, au moins, vivait encore bien. Il était un Santagar, il ne devait pas craindre ainsi ce retour. Et pourtant...

Le coup de l'auberge n'y était pas étranger, évidemment. Sarzir avait simplement voulu s'y rendre dans l'espoir de passer un moment en agréable compagnie, et n'y avait trouvé que mornes mines. Aussi avait-il entrepris de rétablir un semblant de joie et d'ambiance sur les faces ridées et sinistres. Hélas pour lui, l'entreprise avait mal tourné, car trois jeunes gens avaient voulu l'empêcher de toucher une demoiselle paysanne. Le comble avait été bien sur le fait que ladite demoiselle était consentante, et que ces hommes étaient jaloux. Le Santagar avait heureusement épargné leur vie, mais pas leurs fiertés. L'un avait même perdu l'utilisation momentanée de sa main droite dans l'affaire.

A Braavos, il les aurait tués, se remémorait-il alors qu'il avançait à pas tranquilles. Le chemin montait en direction de Bois-Moucheté, serpentant à travers les bois et la montagne. Et ses pensées ne cessaient de revenir vers cette époque récente, où il avait été très éloigné de chez lui, où il n'avait eu aucune nouvelle ni aucune préoccupation pour sa famille. Quoique ce n'était pas totalement vrai : il avait toujours gardé une pensée pour son frère. Il espérait d'ailleurs ardemment que ce dernier avait lui aussi gardé l'affection qu'il lui portait jadis. Et ce malgré les changements chez le cadet. Car oui, il y avait aussi de ça. La peur que leurs deux mondes ne soient désormais que trop différents.

Sarzir entendit le bruit de l'épée avant de le voir. Il s'arrêta derrière un arbre, hors de vue de son frère. C'était bien Dared, il en était sûr. Nul autre que lui ne serait venu à cet endroit précis. Et pourtant... une fois encore, il hésitait. Puis finalement, opta pour la solution la plus simple : plus vite il aurait fait ça, plus vite il saurait s'il avait encore une place aux côtés de son frère. Evidemment, celui-ci se retourna aussitôt, l'épée dressée. Avec un sourire, il leva les paumes ouvertes, pour montrer qu'il n'était pas là dans des intentions hostiles.

 « Salutations, Dared ! Tu t'attendais à un bandit ? »

Il eut un léger rire, qui n'avait probablement pas l'effet joyeux du commun des mortels. Sarzir était habillé de couleurs sombres, parfois autant que sa tignasse ou ses yeux. Son teint montrait quelqu'un plus habitué à l'ombre qu'au soleil, désormais. Heureusement pour lui, il ne voyait pas la lueur de mépris dans les yeux de son frère. Du moins, pas encore.

 « Quoique tu n'es sans doute pas si éloigné que ça de la vérité... tu m'as l'air en forme, frérot. Te serais-tu déplacé ici exprès, avec l'espoir que je sois... eh bien, moi ? « 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Ven 2 Juin - 13:13

Dared se retourna violemment, pointant sa lame courbée sur le nouvel arrivant qui l'interpella aussitôt. Le regard de Dared changea du tout au tout, dévisageant le nouvel arrivant. Sa lame restait dressée tant il peinait à croire ce qu'il voyait. L'homme en noir face à lui ne lui était pas étranger, loin de là. Un petit sourire naquit sur le visage de l'héritier de Bois-Moucheté tandis qu'il retenait un rire nerveux. Il planta au sol son épée, un air réjouit au visage.

Sarzir, son frère, était revenu de Bravos. Et qu'il avait changé ! Une certaine lueure déplaisante brulait au fond de ses yeux et il semblait plus... Dangereux ? Peut-être. Mais Dared se refusait à le croire, bien trop occupé à apprécier ce moment dont il avait rêvé pendant si longtemps. Avoir quelqu'un sur qui se reposait ici à Dorne, voilà quelque chose qu'il avait voulu depuis sa prise de pouvoir comme dirigeant des lieux.

Sarzir lui demanda s'il était venu ici, en se demandant si il voulait que son frère soit lui-même. Dared ne fit pas vraiment la liaison avec celui qui est presqu'un criminel et qui traverse son domaine. Evidente pour certains, mais il peinait à croire que son frère pouvait faire ce genre de choses, de même qu'il était là trop heureux pour y faire réellement attention. Il acquiesça les mots de son cadet sans plus d'attention que cela.

Le Santagar fit deux pas, le rapprochant de son frère. Il l'observa de haut en bas avec le sourire d'un homme qui se demande s'il voit un mirage ou la réalite. Le regard de l'héritier de Bois-Moucheté s'arrête sur le visage de son frère, il le dévisage quelques secondes puis vient le saisir au niveau des épaules, toujours le sourire aux lèvres. Il plante son regard dans celui de son cadet et prend la parole, masquant à peine la joie.

« Sarzir. Par les sept, tu as changé ! »

En mal, peut-être, pour autant Dared n'a ni le courage ni l'envie d'y penser sur le moment, trop occuper à se réjouir de voir son frère à ses côtés. Il secoue un peu Sarzir avant de l'attraper et d'initier une accolade avec celui qu'il n'avait pas vu depuis plus de dix ans. Dix années durant lesquelles Dared a du assumer seul son rôle de dirigeant de Bois-Moucheté. Il avait toujours eu espoir que son frère revienne, malgré le fait qu'il n'ait pas apprécié le départ du cadet.

« Et bien... Dix ans un ? Tu aurais au moins put montrer un peu plus de signe de vie que cela... Où étais-tu donc passé pendant tout ce temps sale gosse ? »


Dared se prit à rire seul tandis qu'il s'éloignait de son frère pour venir récupérer son épée au sol un peu plus loin. Il fit quelques moulinets innocents avec avant de venir la ranger dans son étuis au sol un peu plus loin et de renfiler la ceinture. Son regard deriva de nouveau vers son frère, comme pour vérifier qu'il n'avait pas rêvé. Des villageois s'arrêtaient un peu plus loin, discutant entre eux. Certains semblaient reconnaître le cadet de Lord Borys, tandis que les autres cherchaient des explications à ces retrouvailles improvisées.

« Et un peu que j'espère tu es toi. Après tout ce serait dommage de troquer mon frère contre... Contre un autre truc. »

Il sourit un nouvel instant tout en avançant calmement vers son frère, ne réalisant pas vraiment les changements qui avaient eu lieu chez lui.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Lun 5 Juin - 12:08

Dared avait sans doute ses soupçons, propre à lui-même et à sa fonction. Le cadet ne pouvait l'ignorer, il aurait à un moment donné à répondre de ses actes, si minimes soient-ils à ses yeux. Mais peu importait, car en vérité, le moment n'était pas à la justice, à la rancœur ou à ces choses néfastes qui vous compliquaient une vie déjà bien difficile. Il se targua d'un sourire amusé, signe de joie qui disparut rapidement alors qu'il voyait qu'on les observait de loin. L'habitude de Braavos persistait, et il n'avait évidemment pas réussi à s'en débarrasser. Il ne cherchait même pas à le faire en fait. Cette prudence excessive l'avait sauvé à de nombreuses reprises, même si certains accès de témérité lui avaient valu quelques cicatrices bien senties.

Il répondit à l'accolade de son frère avec autant de chaleur que possible, avant de lui répondre, toujours de ce ton badin, naturel, qu'il n'avait plus l'habitude d'utiliser. C'était là le lot d'une dizaine d'années dans l'ombre : on parlait par détours et par menaces, d'ordinaire.

 « Eh bien, facile à dire : j'ai voyagé, beaucoup. Quelques années de plus que toi, et sans doute encore plus loin. Mais l'heure n'est pas encore au récit, mon frère. Un accueil m'attends, on dirait. »

Ils se mirent en marche, leur pas se calant presque aussitôt l'un sur celui de l'autre. Ou plutôt, Sarzir cala son pas sur celui de son frère.

 « Cela dit, je me doutais bien que j'aurais changé à tes yeux. Et aux yeux de beaucoup. Et que ces lieux avaient changé aussi, quoi qu'ils fussent encore quelques peu familiers à mes yeux. Dix années nous séparent, ce qui est fort long. Mais le soleil de Dorne reste quelque chose d'irrésistible, et je m'en serais voulu de ne jamais remettre les pieds par ici. J'ose espérer que tu n'es pas surchargé par ta charge seigneuriale ! Je tiens d'ailleurs à te le dire d'emblée ; je ne suis pas là pour te piquer les rennes, pas plus que pour te causer des problèmes. J'ai ouïe dire que tu en avais déjà bien assez, de surcroît. »

Ils approchèrent du groupe de manants, pages, serviteurs et servantes, soldatesques et écuyers, gouvernantes et domestiques en tout genre qui se pressaient à l'entrée de Bois-Moucheté. La maigre citadelle semblait néanmoins bien se porter dans les Montagnes rouges, entourée de ses forêts et de ses murs. Il l'admettait, ce lieu lui avait manqué, et il revenait bien en partie pour ça. Néanmoins, comme il l'avait précisé, il préférait garder ces choses-là pour un tout autre moment. Il n'aimait pas certains regards qui le jugeaient, qui jugeaient son apparence qui n'avait plus grand chose à voir avec celle d'un chevalier de Dorne. Mis à part l'épée à son flanc gauche, la dague courbée à sa droite n'existait pas avant, ses vêtements étaient sombres et non colorés, et il avait une démarche douce, qui effleurait à peine le sol. A côté, son frère était un symbole de pureté.

L'idée qu'ils étaient devenus deux facettes d'une pièce l'amusa. La part blanche pour Dared, la part sombre pour lui. Ça lui convenait. Il n'aurait pas à se chamailler pour des broutilles, si chacun restait dans sa « partie ». Mais histoire de faire bonne figure, Sarzir se fendit d'un nouveau sourire, ouvrant grand les bras.

 « Bonjour, amis de Dorne ! Je suis de retour ! »

Quel effort de sociabilité il faisait là ! Mais nécessaire, pour calmer les jugements hâtifs et aussi pour tempérer les éventuels soupçons de son frère. Moins Dared le voyait comme un asocial, moins il serait enclin à le forcer au châtiment s'il apprenait qu'il était le fauteur de troubles du moment. Pour le peu de troubles qu'il y avait eu, certes, mais quand même. On ne plaisantait pas avec la justice, qu'elle soit ou non officielle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Ven 16 Juin - 15:47

Dared ne s'empêcha de rire lorsqu'il entendait son frère parler avec légèreté. Non pas qu'il se moque, ou que son cadet fasse réellement de l'humour, non. Simplement qu'il était heureux de retrouver son frère après près de dix ans loin l'un de l'autre, avec une mer pour toute muraille. Avec un devoir pour garde-fou. A quelques reprises Dared avait envisagé de quitter Bois-Moucheté, de tout plaquer, pour pouvoir redevenir un chevalier errant avec honneur et droiture, rejoindre son frère et rester loin de ce devoir qui l'insupportait tant.

Mais chaque homme doit faire son devoir. Et son devoir était de demeuré ici, priant chaque jour pour que son père ne sorte de son sommeil trop long depuis le premier jour. Sarzir pouvait se vanter d'avoir voyager sans doute plus loin que lui, mais continuant en affirmant que les contes ne viendraient pas de suite. Le sourire aux lèvres Dared lança une claque dans le dos de son frère tandis qu'ils commençaient à marcher vers le château.

« Sans doute. Mais ce n'est pas juste, tu as eu plus du triple de mon temps pour voyager ! Enfin. Tu me raconteras ce à quoi ressemble les terres plus loin que celles que j'ai visité. »

Le regard de Dared monta un instant au ciel, fixant l'immense soleil de Dorne. Sa chaleur et sa lumière valaient tout l'or du monde pour lui, pourtant jamais il n'avait retrouvé l’émerveillement en découvrant l'immense colosse de Braavos. Braavos était l'un des endroits les plus impressionants qu'il lui fut donné de voir et il ne regrette pas d'y avoir voyagé. Tandis que les deux frères avançaient en rythme, Sarzir emboîtant le pas de son aîné, Dared reprit la parole.

« Dis-moi, Braavos était l'une des choses les majestueuses que j'ai vu de ma vie. Sa splendeur n'a pas bougé n'est-ce pas ? Un jour j'y retournerai. Juste pour repasser sous le colosse. »

Sarzir reprit la parole. Il se doutait que les autres verraient le changement en lui, ainsi qu'il voyait le changement ici. Affirmant que dix ans était un temps bien long pour un lieu ou une personne. Que forcemment le temps les feraient changer. Il y reconnaissait malgré tout le paysage d'où il vient, affirmant que le soleil Dornien était d'un réconfort rare en soit. Dared acquiesça, son visage était tourné vers la terre.

Il laissa son frère finir, il affirmait ne pas être là pour lui causer des problèmes ou lui voler les rennes, affirmant que Dared avait déjà bien assez à faire. Le Dornien acquiesça tout en semblant un peu ailleurs peu avant de répondre.

« Je t'en remercie. Je t'aurais sans doute dit merci si tu m'avais dis venir prendre Bois-Moucheté. Je ne suis pas fais pour ce rôle. Mais... Ce changement que tu vois ici, ce n'est pas le temps qui le cause. Ces ennuis dont tu parles ne sont pas de simples responsabilités Sarzir. Tu choisis le bon moment pour rentrer au pays. La guerre vient Sarzir. Je ne connais les noms de la moitié des hommes autour de nous, pourtant je risque de les guider à une mort plus que certaine, pour ce soleil que nous chérissons. »


La guerre était proche. Dared avait toujours était pour, depuis le jour où il avait apprit l'assassina de la Princesse. Il voulait venger cet affront, il avait déjà mené des troupes au combat, mais jamais à la guerre, il y avait là une grosse différence. Sarzir se présenta rapidement devant lui, certains le reconnaissaient, d'autres non. Mais il y avait globalement des murmures sur son identité. Les plus anciens voyant en lui le deuxième chenapan de la fraterie Santagar. Dared sourit un peu tandis qu'ils arrivaient au château. Il se retourna vers son frère avant de reprendre la parole.

« Et bien. Allons annoncer ton retour à père Sarzir, il doit être heureux de savoir que son second fils est revenu. J'ai d'autres choses à te montrer, plus gaies que la guerre. »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Dim 18 Juin - 11:37

Sarzir avait presque envie de répondre que ne pas connaître les noms de ces hommes, ce n'était pas une si mauvaise chose. Ça évitait de se les rappeler une fois qu'ils seraient morts, écrasés par une charge de cavaliers, tombés sous les coups d'épée et les pluies de flèches, massacrés loin de chez eux pour une raison qui ne les concernait qu'indirectement. Lui-même n'en avait pas grand chose à faire : user de ces combattants relevait pour lui d'une utilité clairement destinée, calculée, et non pas simplement une bonne et franche camaraderie pour aller se faire défoncer la trogne au combat. L'emploi précis, en fonction de ses capacités, d'un guerrier était à son sens plus intelligent que de l'enrôler uniquement parce qu'il savait et pouvait se battre.

Il garda cela pour lui-même, se préparant à affronter une entrevue qu'il savait d'avance être gênante. Son père dormait depuis trop longtemps, maintenant, et c'était son frère qui avait la charge du pouvoir. Il ne lui semblait guère judicieux de provoquer une réaction éhontée de la part de leur géniteur, d'autant plus que celui-ci ne manquerait pas de voir Sarzir d'un œil bien plus critique son frère. Les mourants avaient souvent une perspicacité redoutable, et si père n'était pas mourant, alors lui n'était qu'un saint homme.

Les badauds se dispersèrent bien assez vite, en les voyant passer. Fait appréciable : les frères Santagar, de la même taille, dépassaient celle des autres. Un mince détail, soit, mais qui avait tendance à gonfler d'arrogance l'égo de votre serviteur. Il était meilleur qu'eux, en tout point, et cela lui faisait plaisir de ressentir cela en passant à côté d'eux. Les voir le regarder avec appréhension était la cerise sur le gâteau. Il leur adressa un sourire qui passait pour aimable, alors qu'en réalité il n'était qu'une menace. Nul ne gênera ton autorité, mon frère. J'y veillerais. Peu importait ce qu'on dira sur lui après sa mort, ou même pendant sa vie. Les rumeurs et les on-dira-que étaient les cadets de ses soucis. Il était là pour aider son frère, et il le ferait à sa manière.

 « Sitôt que nous aurons vu Père, il faudra que tu me tiennes au courant de tout ce qu'il se passe, Dared. Le bon comme le mauvais. Ces rumeurs de guerre m'ont poursuivi et entouré durant tout mon voyage de retour, mais j'ai comme le pressentiment que ce ne sont pas tes seuls problèmes. » déclara-t-il soudainement.

Ils continuèrent leur chemin, entrant dans le bâtiment principal de Bois-Moucheté. Ils montèrent, la chambre de leur paternel se situant évidemment tout en haut. Inconsciemment, Sarzir nota la démarche de son frère, la façon dont il se déplaçait, comment il s'exposait ou non aux risques. Le résultat le déçut, même s'il le comprenait : son frère n'était ici pas prudent, car il avait confiance. Un tort, à l'humble avis du cadet, mais qu'il se garderait bien de faire remarquer. La méfiance viendrait bien assez tôt.

Ils s'arrêtèrent devant la porte de la chambre. Curieusement, l'appréhension s'empara aussitôt du plus jeune des frères, lequel prit une profonde inspiration. Revoir son propre père après toutes ces années et tous ces changements n'était pas la chose la plus facile à faire. Ni même celle qu'il aurait espéré faire tout court.

 « Bon, finissons-en. »

Bien que conscient que cette phrase sonnait très différemment avec lui, il entra le premier dans la pièce.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Lun 3 Juil - 18:52

Sarzir voulait que Dared lui raconte un peu tout, un peu ce qui pouvait poser problème et ce qu'il avait manqué en dix ans. Dix ans, qu'avait-il bien put manquer ? Un peu tout, Dared perdit un instant son sourire en entendant son frère lui dire cela. Il fixa un peu le sol devant lui et répondit rapidement d'une voix assez basse, soulignant le fait que, malgré tout, le vide laissé par son frère c'était fait ressentir.

« Je ne pourrais pas raconter dix ans en dix jours. »

Puis il reprit sa marche, menant son frère à travers le château qu'ils avaient tout deux si souvent arpentés étant jeune. Sarzir semblait assez fier malgré tout, ainsi que toujours proche de son ainé. Un grand point positif, mais un jour où l'autre, ils devront parler des dix ans durant lesquels Sarzir n'était plus là, de la raison qui l'avait poussé à quitter Bois-Moucheté alors que leur père tombait malade. Ce manquement à son devoir avait touché l'héritier des Santagar, bien qu'il gardait cela pour lui pour le moment.

Dared précédait son frère de quelques pas lorsqu'ils arrivèrent à la chambre du seigneur des lieux. L'héritier s'arrêta un instant et se tourna vers son frère gravissant les marches. Il le regarda arriver à sa hauteur, il semblait moins serein que quelques temps avant. Sans doute avait-il raison. Si Dared avait une certaine tristesse de l’événement arrivé il y a dix ans, leur père l'avait prit plus mal que lui et était bien plus difficile du pardon.

Sarzir s'élança en premier dans la pièce, bientôt suivit par son frère. Les quelques mots du cadet avant d'entrer firent froncer les soucrils de l'ainé, plutôt qu'être heureux de revoir son père il prenait ça comme une corvée, une dernière corvée... Dernière... Pourquoi donc ? Dared tenta de chasser cette pensée de son esprit, sans pouvoir vraiment y parvenir. Il emboita bientôt le pas de son frère et se présenta devant le seigneur des lieux. Il se déplaça rapidement jusqu'au lit et mit un genou à terre, posant sa main sur le bras de son paternel.

« Père. Vous avez un invité de marque. »


Dared avait un petit sourire de joie aux lèvres tandis qu'il annonçait la nouvelle.

« Sarzir est là père. »
« Sarzir ? Sarzir... »

Si de la joie semblait émanait de la première répétition, la seconde fut plus marquée par de la déception et de la tristesse venant du maître des lieux, son second fils était revenu après dix ans, après avoir abandonné sa famille pour partir vivre un rêve de gamin encore plus long que celui de l'ainé, une déception pour le père de famille. Tout en forçant Lord Borys tenta de se redresser, pour voir son cadet.

D'un signe de la main Dared l'invita à avancer, pour prendre la parole et que son père puisse le voir sans plus d'effort que celui qu'il fournissait déjà. Le mestre ignorait combien de temps Lord Santagar vivrait encore, chaque journée pouvait-être la dernière, la résistance du vieux seigneur en étonnait d'ailleurs plus d'un.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Jeu 6 Juil - 12:35

Il ne savait pas à quoi il s'était attendu, mais certainement pas à ça...ça, c'était son père. L'homme qui l'avait fait. Celui qui l'avait élevé, et qui avait dirigé ces lieux avant de tomber malade. Comment était-ce arrivé, déjà ? Il ne se rappelait plus. Mais le pire, dans toute cette vision, ce n'était même pas la déception dans la voix du paternel, ni même le fait qu'il ne se sente clairement pas le bienvenue dans cette pièce. Non, c'était la vue d'un homme qui refusait que la mort vienne le prendre, alors qu'il en avait largement besoin pour avoir le repos. Délivré des tourments du monde, il libérerait son âme et aussi les occupations de nombreuses personnes.

Presque machinalement, Sarzir avança d'un pas. Il avait déjà eut affaire à des vieillards, à Braavos, qu'on lui avait ordonné de tuer. A chaque fois, c'était la même chose : face à la vieillesse et la maladie, on accordait une dernière conversation à l'homme qui voyait enfin son salut venir. Mais là, c'était son père. Il ne pouvait faire une telle chose, et en plus de cela... quel genre de conversation pourrait-il bien avoir avec un cadavre ? Il avait beau se forcer, le cadet ne voyait que ça : un cadavre, un vieillard, faible et mourant. L'ombre de l'ombre de ce qu'était jadis son père. S'il se souvenait bien, lorsqu'il était parti, Borys Santagar n'était pas aussi faible. Dix ans avaient achevé sa constitution.

 « Bonjour, père. »

Ces mots sortirent malgré lui, à contrecœur. Il n'y avait presque pas de chaleur, principalement parce que Sarzir en était incapable. Il ne pouvait pas faire semblant de considérer ce vieil homme comme étant celui qui l'avait élevé. Celui qui avait été son père. Il préférait se souvenir de son père comme étant un homme normal, qui était tombé malade et en était mort après son départ. A vrai dire, le vieillard semblait lui rendre ce manque de chaleur. Il ne l'avait pas accueilli aussi bien qu'il aurait pu, en répétant inlassablement son nom. Allongé dans ses draps, Borys Santagar semblait épuisé, alors qu'il ne parlait même pas. Le simple fait de voir son cadet le tuait.

 « Dared... est-ce... est-ce lui ? Mon autre fils dont tu m'as si souvent promis le retour ? »

L’embarras de l'aîné était palpable, aussi Sarzir vint à son secours en parlant de lui-même. Il se força à chasser au maximum la honte qui l'étreignait. Oh non, pas la honte d'avoir laissé Dared avec ce vieux faible. La honte de devoir le considérer encore comme son père, alors qu'il était tout ce que détestait le cadet ; faible, incapable.

 « Oui, c'est moi. Votre cadet. Je suis parti fort longtemps, mais maintenant je suis de retour. Je viens épauler Dared en ces temps difficiles. »

Le père et l’aîné allaient-ils bien réagir ? A mots couverts, il venait tout de même d'avouer qu'il n'était pas là pour Borys, mais uniquement pour Dared. Qu'il se fichait pas mal de ce qui pouvait se passer, ou être dit, contre lui.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Mer 12 Juil - 22:58


Non content de simplement peiner à croire au retour de son cadet le maître des lieux ne semblait pas aussi ravi de le revoir qu'avait put le croire Dared avant, lui qui était simplement heureux de le revoir, oubliant autant que possible l'absence de dix ans de son jeune frère. Lord Borys, lui, en semblait incapable. Ses mots semblaient eux-même montrer la déception qui le tenait en l'instant présent. Naivement Dared avait cru que les retrouvailles se dérouleraient bien.

Quelle erreur. Sarzir était froid, loin de montrer la joie qui aurait dut être la sienne à revoir son géniteur, toujours vivant. Toujours vivant depuis dix ans. Mais à quel prix ? Peut-être était-ce là la question que se posait le jeune Santagar. Il avait toujours était plus perspicace que son ainé, bouffi d'idéalisme Dared s'imaginait toujours que sa vision des choses, sa droiture était une norme. Loin de lui l'idée d'imaginer que certains pouvaient voir cela comme un poids.

Loin de lui l'idée que ni son père, ni son frère ne partageaient aujourd'hui la simple envie que toute la famille Santagar – ou presque – soit à nouveau réunie avant le décès du chef de famille. Les premiers mots peu encourageant du père de famille furent suivit d'une remarque qui enleva le sourire à l'héritier des lieux. Borys Santagar se tourna vers lui pour lui demander si c'était bel et bien son fils, plutôt que de demander directement à l'intéresser.

« Oui père, vous pouvez lui parler... »

Le ton un peu déçu de l'ainé fut vite remplacé par le ton froid et presque cassant du cadet, il affirmait être revenu finalement, pour Dared. Le frère ainé eut un bref sourire, loin d'être un expert en messages cachés et sous-texte. Le père en revanche réagit plus promptement. Il se redressa encore un peu en gémissant, avant de répondre à son ainé, d'un ton peut-être encore plus cassant que celui-là.

« Épauler ton frère ? Pourquoi reviendrais-tu sinon cela après tout... Mais cela fait dix ans que tu aurais dut revenir, ton départ fut un coup de poignard dans le dos de Dared, tu le sais, tu oses encore prétendre agir tel que tu aurais dut ? Dix ans que ton frère rempli son devoir pendant que tu vois du pays comme un gamin ! »

Le ton énervé du seigneur des lieux marqua son fils, Dared se redressa, jetant un bref regard à Sarzir, puis tentant d'apaiser son géniteur avec quelques gestes et quelques mots. L'héritier peinait encore plus à trouver les mots maintenant qu'il comprenait que la joie n'était pas à l'ordre du jour, mais que les reproches menaient là une danse des mots.

« Père, calmez-vous voyons il est revenu p... »
« Pourquoi ? Qu'est-ce que cela changera ? Ton frère a abandonné sa famille il y a dix ans ! »
« Mais il est de retour, pour remplir son r... »
« Ne te moque pas de moi Dared, même ta naiveté a ses limites ! Qu'est-ce que cela va changer, cela fait dix ans que tu... »
« Dix ans que je rempli mon rôle et le sien, et le votre, et celui de tant d'autres ! Pourtant je ne me plains pas ! Mais dehors le monde n'attend pas que j'ai le temps de faire autre chose, la guerre approche, je ne risquerai pas à parier sur mes seules capacités tandis que d'autres sont là ! »

« La guerre est notre lot à tous Dared. Mais en quoi ton frère changera-t-il quoi que ce soit ? Et toi fils, dis-moi quels sont tes talents aujourd'hui, que peux-tu faire pour ta famille et ton foyer, hormis trahir. »


Dared ne répondit pas, son regard se tournant doucement vers son frère cadet, attendant la bonne réponse de sa part. Il n'avait pas grand chose à ajouter, hausser le ton avec son père était déjà quelque chose de bien assez difficile comme cela.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Lun 24 Juil - 18:02

Le ton méprisant et colérique du paternel glissa sur Sarzir comme l'eau dans une rivière. Il se fichait pas mal de ce qui venait d'être dit. L'âge, la peur de la mort, la rancœur et le mépris d'un être trop vieux pour changer maintenant. Il se retint néanmoins, par respect pour son frère, de rire ou de sourire. Inutile de le mettre dans une situation plus désagréable qu'elle ne l'était déjà, ou même, plus dangereuse pour son esprit. Car là, si Dared n'avait pas trop changé, Sarzir savait que la situation le mettait certainement très mal à l'aise – rien de plus normal – et qu'il était à deux doigts d'intervenir pour calmer le jeu.

Le cadet fit donc la seule chose qu'il pouvait faire : répondre, en tapant directement dans l'égo aigri du vieillard. Même s'il pesait ses mots, il n'en pensait pas moins ; Borys Santagar n'aimait plus son cadet, lui en voulait d'être parti, alors il allait lui donner satisfaction.

 « Ah, père. Vos paroles sont couvertes de venin et de mépris. Vous m'en voulez pour quelque chose que mon frère avait lui aussi entrepris, en des temps différents certes, mais tout de même. Que s'est-il passé pour que vous m'en vouliez ainsi ? Nan... ne dîtes rien. Vous osez insinuer que je ne mérite pas de revenir, et que Dared devrait faire comme si je n'étais pas là. Mais... »

 « Mais tu vas rester quand même, c'est cela ? Tu vas continuer de provoquer ton propre père, pour le plaisir ? » risqua le vieux, avec un sursaut de vigueur.

Sarzir répondit avec un sourire dénué de chaleur.

 « Parfaitement. Je suis un bien meilleur combattant que vous ne le pensez, père, peut-être même l'un des meilleurs de Westeros. Arrogance que cela, mais qui possède un potentiel vérifiable. Mon frère aura largement de quoi m'employer tout à son aise dans les temps qui viendront, et pour cela, je pense que mon retour tombe à point nommé. La guerre couve ? Je suis un homme fait pour la guerre, non pour la paix. »

Borys Santagar le regarda avec des yeux voilés par le mépris. Quelque part, très loin dans les profondeurs de l'âme de Sarzir, un écho de regret et de tristesse s'éveilla à ce moment. Mais il fut vite refoulé. Le cadet, au final, se fichait totalement de ce qu'il venait de se passer. Il s'inclina roidement, puis fit un signe de tête à Dared avant de sortir pour attendre son frangin. Il attendit à l'extérieur de la pièce que ce dernier sorte, avant de lui adresser d'un air plus jovial :

 « Bien, maintenant, que faisons-nous ? Cette discussion, fort instructive, m'a donné soif ! »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Jeu 27 Juil - 22:53

La discussion était loin d'être agréable pour l'ainé qui se retrouvait coincé entre son jeune frère et son paternel qui ne semblaient pas pouvoir tomber d'accord. Dared hésitait à intervenir, néanmoins il ne savait pas vraiment quoi dire dans cette situation, coincé entre deux idées, deux envies et deux partis. Il aurait tellement aimé que la réunion se passe mieux. Pourtant il n'en était rien. Son père ne céderait jamais. Et si Sarzir avait bien hérité d'une chose de son paternel c'était sa ténacité.

L'héritier était sensé être un chevalier expérimenté et un commandant aguerri. Pourtant il ne savait que dire dans cette querelle de famille qu'il redoutait plus que tout. L'ainé voulait être autre part qu'ici, il ferma les yeux tandis que le père et le frère s'accusaient de tous les mots. Folie. Que pure folie, il y a bien assez de dangers dehors sans en créer de nouveau au sein même d'une famille ! Le pire qu'il avait envisagé n'était pas à la hauteur de ces retrouvailles.

Le père reprochait tout à Sarzir depuis dix ans. Sarzir semblait se cacher derrière l'ombre de ce que Dared avait fait avant. L'héritier baissa les yeux, la différence était qu'il n'était pas fier d'avoir laissé sa famille ainsi. En un sens il enviait Sarzir, il aurait aimé n'avoir aucune réel attache et pouvoir continuer à être un chevalier errant encore longtemps. Prenant les routes pour participer à des tournois, aider la veuve et l'orphelin...

Mais au lieu de ça, il était héritier de Bois-Moucheté. Banneret de la princesse. Et bientôt commandant pour une armée qui se préparait alors que la famille Santagar se brisait ici, dans la chambre du maître des lieux. La discussion se termina rapidement tandis que lorsque Lord Santagar envoya les deux fils dehors suite à de dernières paroles de Sarzir. Il affirmait être ici pour la guerre et avoir sa place aux côtés de Dared pour cela.

Peut-être oui, peut-être bien. Mais pour le moment Dared avait autre-chose en tête. Une fois dehors Sarzir retrouva un air plutôt jovial, oubliant instantanément la prise de tête qu'il venait de vivre. Dared ne l'oublia pas si aisémment. Son frère proposa d'aller boire un coup. L'héritier releva la tête, plongea son regard plein de reproches dans celui de son frère, un air sévère au visage. Il reprit la parole d'un ton plus inquisiteur.

« Pourtant ce n'est pas l'heure de boire ! »


Dared secoua la tête de gauche à droite et fit quelques grand gestes pour évacuer sa colère. Il fit quelques pas et poussa la fenêtre devant eux. Il fixa quelques instants les terres dehors. Depuis le château il pouvait quelques hommes arriver, convoqués pour rejoindre l'Ost des Santagar. Un d'entre eux avait une arme. Les autres des fourches. Ce n'était pas des soldats entrainés, peu l'étaient. Les quelques vétérans que Dared avait déjà menés craignait ce conflit en devenir. L'ainé se retourna vers son frère en reprenant la parole, accusant son frère de quelques mots à son tour.

« C'est notre père derrière cette porte Sarzir ! Il y a dix ans, il tombait malade, frôlant la même mort que mère quelques années auparavant ! Tu es parti alors qu'il comptait sur toi... Alors que je comptais sur toi... Et tu ne vois ni problème, ni raison de s'excuser auprès de lui ? Dix ans... En dix ans on t'a cru mort, devenu fou et tant d'autres choses... »

Dared fit de nouveaux quelques pas, il baissa le regard et soupira, semblant reprendre son calme maintenant qu'il avait vidé son sac. Il aimait son frère, autant qu'il pouvait aimer un membre de sa famille, il refusait de voir le côté sombre de son cadet, pourtant il ne pouvait pas s'empêcher de lui reprocher son acte d'il y a dix ans. De nouveau il se tourna vers son frère.

« Mais l'heure n'est ni à la dispute ni au conflit ouvert. Il y a tant de choses que je dois de montrer... Te dire... »


Il fit signe à son frère de le suivre tandis qu'il descendait des escaliers, direction sa propre chambre. Lors du chemin il se tourna vers son frère, son ton semblait un peu plus jouasse, même s'il cachait toujours une inquiétude et une déception grave.

« Tu te souviens d'Enia ? »


Il faisait référence à sa femme, qu'il avait épousé à son retour de Braavos, Sarzir l'avait connu. Poru autant il ne lui en tiendrait pas rigueur, cet union était une alliance politique arrangée par Lord Santagar, aucun amour n'existait dans ce mariage, simplement un respect mutuel qui ne représentait pas le vision trop féerique du mariage que nourrissait Dared.

« Il faut que je te présente le nouveau membre de la famille Santagar. »

Tandis qu'ils s'approchaient de la chambre une voix d'enfant se laissait entendre dedans, celui d'une jeune fille née trois ans après le départ de Sarzir, une jeune Santagar, si Dared respectait sa femme, il aimait sa fille, malgré la déception de savoir qu'elle n'est pas née d'une union d'amour. Tandis qu'ils approchaient Dared fit signe à son frère, un mince sourire au visage, d'entrer dans la pièce.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Dim 30 Juil - 13:00

 « A l'attaque ! »

La voix enfantine, et indubitablement celle d'une petite fille, retentit alors que la personne chargeait Sarzir, sitôt celui-ci entré dans la pièce. Il aurait largement eu le temps de réagir, mais préféra s'en abstenir. La fillette, toute contente de son effet, se mit à rire aux éclats sous le regard attendri de sa mère et de Dared. Pour le coup, même le cadet, à l'âme si noire, se laissa momentanément attendrir et alla même pousser le vice jusqu'à prendre la petite dans ses bras. La mère de l'enfant, Enia, hocha la tête en regardant Sarzir, avant de lui donner le nom de la petite. Avec un sourire qui n'était pas dénué de chaleur, le tueur parla pour la première fois à sa nièce.

 « Mais quelle guerrière nous avons là ! Dame Rana, vous m'avez presque tué ! »

 « Tonton Zir, maman dit que tu es sûrement trop fort pour moi ! Mais c'est la preuve que non ! »

Un léger rire secoua Sarzir, qui trouva étrange de se faire appeler tonton et de recevoir tant d'affection de la part d'une enfant. Mais au fond, pourquoi pas ? Il était un tueur sans cœur, ou presque, et trouvait les attaches émotionnelles trop dangereuses pour être une bonne chose. Il accordait un mépris sans nom aux faibles et aux incapables, incompétents et médiocres. Et pourtant... les enfants restaient quelque chose de sacré, d'intouchable. Il était un salopard de première catégorie, mais n'avait jamais touché à un enfant. Et il ne le ferait jamais, la preuve en était. Sa nièce dans les bras, il était plutôt satisfait de voir à quel point la jeune fille ressemblait, physiquement, à sa mère. Par contre, pour le tempérament, c'était son père tout craché.

Il la reposa, surprenant dans son oreille Enia chuchoter quelque chose à Dared, et qui le concernait lui. Peu importait, et il fit semblant de n'avoir rien remarqué. C'était sûrement une chose futile, qui n'avait pour but que d'alerter le seigneur des lieux que son frère avait une apparence redoutablement dangereuse. Néanmoins, après avoir laissé la fillette retourner vers ses parents pour obtenir un câlin de son père, il s'approcha d'un pas en direction d'Enia. Il avait aussitôt, comme par automatisme, repris son air plus normal ; froid et calme.

 « Ma dame, je suis heureux de constater que vous vous portez toujours bien, et je tenais à vous adresser mes félicitations pour ce magnifique enfant. Néanmoins... »

Il jeta un coup d’œil vers son frère, avant de reprendre la parole. Assez fort pour que ce dernier l'entende malgré les paroles surexcitées de sa fille. Vu à quel point elle était contente, il ne devait pas venir les voir très souvent.

 « Je tiens à vous adresser, à vous et à votre fille, la promesse que je me suis faite en revenant. Vous servir, vous et mon frère, aussi bien que je le pourrais. Et sachez que nul ne vous fera de mal, tant que je vivrais. Qu'une personne touche à un cheveu de la petite et elle... disons, subira ma vengeance. »

Il lui fut difficile de ne pas adresser une réplique cinglante au regard dénué de sympathie que lui adressa alors Enia. Oh, je vois bien que tu sais parfaitement à quel genre de personne tu as affaire, contrairement à Dared. N'aie crainte, je respecterais ma promesse. Il était étonnant de voir à quel point elle avait rapidement cerné sa personne, mais peut-être parce qu'elle ne l'avait jamais beaucoup apprécié.

Finalement, les deux frères sortirent de la pièce, laissant la petite fille avec sa mère. Le ventre de Sarzir se mit à bouger et à protester contre la faim.

 « Une bien courageuse fillette que tu as là, mon frère. Dommage que tu n’as jamais su aimer sa mère. Elle ne demandait que ça. Bref, l'heure n'est point aux regrets. Et maintenant ? »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Dim 30 Juil - 19:31

La jeune Rana se jeta sur son oncle, sous le regard de son père. Celui-ci se perdit quelques instants à regarder sa jeune fille avec son frère. Il y vit un Sarzir qu'il n'avait pas vu depuis dix ans tandis qu'il prenait sa nièce dans ses bras. Pour un instant au moins le plus jeune des Santagar semblait heureux et presque attendrit par la fille de son frère. Dared se posa contre le mur le plus proche tandis que son cadet vantait les mérites de la jeune Santagar.

Malgré l'aspect plus sombre que se donnait le cadet il semblait malgré tout avoir encore de quoi aimer la dernière née de la famille Santagar. Le fils de Lord Borys voyait là quelque chose qu'il devrait peut-être faire de lui-même. Pourtant il avait toujours été assez distant. Il tenait beaucoup à sa fille, plus qu'à sa femme. Pourtant il avait toujours été distant avec elle, il la voyait rarement. Si sa mère prétextait l'occupation de Dared les deux savaient que c'était plus car il ne savait pas trop comment s'y prendre, elle était née d'une union d'intérêt, un jour elle le comprendrait sans doute.

Mais pour l'instant il était aussi bien qu'elle reste ignorante de ce fait. Qu'elle vive son enfance autant qu'elle le peut. Que tant qu'elle ait accès à cette innocence autant qu'elle en profite... En espérant que la guerre ne rattrape pas cet esprit. Tandis que Sarzir souriait à sa nièce, Enia s'approcha de son mari pour lui glisser quelque mots sur le revenant. Dared se retourna, l'écoutant attentivement.

« Heureux de son retour ? »

« Bien entendu. »
« Ne crains-tu pas qu'il ait changé en dix ans... Il semble plus... Dangereux qu'avant non ? »
« En dix ans l'on change tous. »

Elle avait sans doute raison. La logique le pousserait sûrement à être assez méfiant vis à vis de son frère rentrant. Mais il n'en était rien, il ne pouvait s'y résoudre. S'il ne pouvait pas lui faire confiance, à qui pouvait-il ? Sarzir reposa Rana au sol avant de se tourner vers le couple. Il prit la parole, saluant alors la mère avant de jeter un coup d'oeil sur son frère. Rana en profita pour se jeter sur les jambes de son père, lui arrachant un sourire tandis qu'il se mettait à sa hauteur.

La jeune Santagar sembla poser des questions sur le frère, ainsi que sur ce qu'avait fait Dared aujourd'hui. L'attention de l'héritier fut bientôt prit par son frère, il renouvela son vœu de protection envers Dared, le portant jusqu'à Enia et Rana. Tandis que Dared faisait un signe amical de la tête à son frère il comprit rapidement qu'une certaine tension existait entre Enia et Sarzir, malgré ce vœu. D'aucun se demanderait s'il était vraiment judicieux de croire un assassin.

« Je te raconterai tout plus tard Rana, promis. »
« Mais c'est quand ça plus tard ? »
« … Un autre jour. »

Il se redressa en ébouriffant les cheveux de sa fille qui protesta et fit quelques pas en arrière pour remettre le tout correctement. Dared fit un signe de tête à sa femme en quittant la pièce, précédé par son frère. Tandis qu'ils sortaient Sarzir s'adressa à nouveau à son frère, déplorant le manque d'amour dans le couple que formaient Dared et Enia, tout en qualifiant de courageuse sa fille.

« On ne m'a jamais demandé de l'aimer Sarzir, simplement d'accomplir mon devoir. Ce que j'ai fais, tu le trouve même courageux. »

Un maigre sourire s'aventura sur les lèvres de Dared tandis qu'il indiquait à son frère de le suivre, il fallait maintenant passer aux choses sérieuses. Tant à se dire. Dared prit la route d'une salle arrière du château dans laquelle il ferait venir à boire et à manger. Sur la route il reprit la parole, au sujet de sa fille.

« Courageuse tu trouves ? Sans-doute. C'est une Santagar après tout. Mais malgré tout... Elle ignore encore tout de ce qui se trouve au-delà des murs de Bois-Moucheté, elle n'a pas à le savoir tu me diras... Mais elle est destinée à me succéder, une fois que père et moi auront tout deux... Enfin. Le courage est essentiel, je suis certain qu'elle développera bien d'autres atouts pour elle, je veille à ce que les meilleurs lui apprenne. »

Les meilleurs, pas lui. Il conduisit son frère jusqu'à la salle et fit signe qu'on apporte à boire et à manger. Il amena son frère jusqu'à une tableau sur lequel il prit place. S'asseyant il invita son cadet à faire de même.

« Bon. Comme tu te doutes il y a tant à faire. La guerre approche et tandis que nous parlons nos hommes se préparent pour une campagne qui s'annonce être d'une autre dimensions que ce qui est arrivé avant. Mais reprenons depuis le début. Que sais-tu de ce qui est arrivé dernièrement à Dorne ? »

Les serviteurs revinrent, avec ce qui fut demandé.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Dim 6 Aoû - 13:02

Avant de répondre à son frère, Sarzir passa quelques instants à examiner la nourriture et la boisson, plus par habitude que par véritable souci de prudence. Il aurait été le dernier des imbéciles s'il ne faisait pas confiance à son propre frère, mais des années de paranoïa au sujet de l'empoisonnement en plein repas lui avaient donné cette prudence excessive. Néanmoins, et pour éviter que son frère n'ait davantage de suspicions à son égard, il fit honneur à la table et se mit à manger et boire avec ferveur. Et c'était foutrement bon.

Toutefois, la politesse voulait qu'il réponde à son frère et à sa question. Il n'avait déjà pas spécialement attendu pour se nourrir, il était temps de rattraper un peu le coup.

 « Vaguement. Quand j'ai débarqué à Lancehélion, j'ai vu des hommes en armes, j'ai vu des navires prêts à la guerre, et d'autres escortant des navires marchands. J'ai vu des réfugiés demander à s'installer ou à prendre les armes pour leur contrée, car la guerre menaçait, disaient-ils. Et pourtant, la capitale dornienne n'était en rien en proie à la guerre. Seule l'agitation trahissait la difficile situation du pays. »

Il but une longue gorgée de vin, le temps d'une pause.

 « Une situation difficile, anxiogène, que j'ai eu le déplaisir de croiser tout au long de ma route. On m'a conseillé de prendre le chemin le plus direct, si je voulais aller vers les montagnes, et de ne pas m'attarder. Car personne ne semblait savoir qui, des Dorniens ou des Bieffois, contrôlait la Passe du Prince et les Montagnes Rouges. Nombre de fiefs, châteaux, villages et places, bourgs et campements, ne donnaient plus de nouvelles, coupés du reste par la guerre ou pris par l'ennemi. Mon inquiétude était réelle, aussi quand j'ai pu gagner les abords de Bois-Moucheté, mon soulagement fut grand. Nous sommes si près des combats, et pourtant... pourtant ici tout est calme. Non pas que je m'en plaigne. »

Mais il aurait tout de même préféré arriver dans le feu de l'action, montrer à tous qui était la meilleure lame, et pousser l'ennemi à se battre jusqu'au bout pour finalement connaître une défaite des plus cuisantes. Il ne doutait pas de ses capacités à être un homme capable de renverser le cours d'une bataille. La qualité primait sur la quantité, selon lui.

 « Mais toi, Dared, qui était là durant toutes ces années, qu'as-tu vu et entendu qui pourrait éclaircir mon manque de connaissances sur cette situation ? Que se passe-t-il réellement ? Cette guerre, sommes-nous en train de la gagner ou est-ce qu'on attends que nous venions sauver la mise ? »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Lun 7 Aoû - 11:11

Sarzir n'avait eu que des échos de ce qui se passait à Dorne. Mais au moins savait-il le principal. La guerre approchait. Dared acquiesça tandis que son jeune frère lui racontait son ressenti. Le peuple craignait cette guerre approchant au moins autant que le dirigeant de Bois-Moucheté. Ce n'était pas la première fois qu'il allait affronter des Bieffois, mais ce n'était jamais pareil. Le Bief était un royaume puissant et disposant d'une puissante armée.

Dared s'était toujours plu à croire que le courage sur le champ de bataille et l'honneur lors des batailles menait à la victoire. Aujourd'hui il en doutait. Pour la première fois il craignait que sa chevalerie ne suffise pas à les guider vers la victoire. Il savait que dans les conflits à venir sa seule lame ne suffirait pas à défaire des milliers d'ennemis. Pourtant il en prendrait autant qu'il peut avec lui. Son regard remonta jusqu'à son frère et il l'imita, attrapant sa coupe et la portant à sa bouche.

Tandis que Sarzir finissait de conter son retour il interrogea Dared sur ce qui était arrivé réellement, ce qui faisait que la guerre frappait aux portes de Dorne. L'héritier de Bois-Moucheté se redressa, coupe à la main et fit quelques pas, perdant son regard sur les drapeaux de panthère. Il y avait tant à faire et si peu de temps à prévoir. Il se retourna vers son frère en soupirant et lui répondit calmement.

« Il s'est passé tellement... Le Noir a tendu une embuscade aux Dragons... Le Bief a violé notre frontière puis empoisonné notre princesse... Et aujourd'hui nous honorons nos alliance et partons en guerre. »

Il soupira. Ils partaient en guerre aux côtés de leur allié : l'orage. Dared avait combattu les orageois. Il avait son premier sang en bataille contre eux. Sentiment étrange que de faire désormais front avec eux contre le Bief. Ce serait étrange d'être avec ceux qu'il combattait avant sur le champ de bataille... Mais soit. La guerre était la guerre, il n'avait pas d'autre choix désormais. Dared reprit la parole.

« Nous allons au Nord. Le Prince Roward rassemble une armée. Le ban est levé, l'Ost également. Nous allons le suivre dans l'Orage, la guerre s'y porte et nous combattrons le Bief là-bas. J'ai donné l'ordre de mobilisation de nos hommes. Nous allons perdre beaucoup de soldats dans cette guerre. »

Le ton de Dared s'assombrit tandis qu'il appuyait l'évidence. Bien entendu, c'était la guerre. Il avait jadis nourri l'envie d'une guerre propre et honorable. Mais il lui était difficile de la voir réalisable aujourd'hui. Il se sentait un peu bête de l'avoir imaginé. Il esquissa un bref sourire en fixant son frère, au moins lui ne devait pas y avoir pensé. Sarzir avait toujours été plus sombre que lui.

« L'Orage est notre allié et nous répondons à son appel. Face à nous le Bief et les Fer-nés sont unis. Nous tenons toujours les montagnes et la passe du Prince, le Bief avance dans l'orage pour l'instant. Au moins nous pouvons être certain qu'ils ne passeront pas les montagnes, nous avons suffisamment d'hommes pour les tenir. »

Il en était certain. Pourtant est-ce que cela allait être vrai ? Seul l'avenir le dira. La confiance aveugle de l'héritier de Bois-Moucheté était peut-être stupide. Sans doute même, mais il y croyait, il avait confiance en chaque Dornien une fois l'arme en main.

« Et toi Sarzir, tu reviens pour cette guerre. J'ai besoin de toi à Bois-Moucheté, en mon absence. Père n'est pas en état de régner... »

Peut-être était-ce là trop qu'il lui demandait, mais Dared n'était pas fait pour gouverner...
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Dim 13 Aoû - 18:25

Sarzir termina sa bouchée avant de répondre à son frère. L'idée d'aller se battre dans l'Orage ne l'enchantait guère ; c'était une région qui, dans son souvenir, était pluvieuse et austère, bien moins plaisante que Dorne. Mais au moins, il pourrait s'y battre et faire ce pourquoi il était revenu. Toutefois, son aîné semblait penser qu'il pourrait le laisser ici, à Bois-Moucheté, et lui permettre de gérer les affaires familiales. L'idée paraissait si saugrenue qu'il eut envie d'en rire, l'espace d'un instant. Il n'avait aucune compétence pour être un homme de politique, et il n'avait ni le temps ni l'envie. Pis, il serait probablement plus mauvais que n'importe qui.

Il hocha la tête en douceur, pour signifier son désaccord.

 « Je ne puis t'aider ainsi, mon frère. Ni toi ni moi n'aimons le fait qu'il faille régner sur ces terres, si belles soient-elles. Mais toi, tu es l'héritier, et tu pars. Moi, je reviens, mais je vais te suivre. Ce n'est pas une question d'être là uniquement pour la guerre... mais je ne serais d'aucune utilité en arrière. Je suis tout bonnement incapable de gérer Bois-Moucheté, alors je pense qu'il vaut mieux que tu confies ça à ta femme ; elle pourrait s'appuyer sur ton mestre et sur une ou deux autres personnes de confiance. D'autant que si tu crains pour leur sécurité... »

Il eut un large geste du bras, en direction des murs derrière lesquels se trouvaient les montagnes.

 « Admettons que nous perdions. Nous sommes sur les abords de la Passe du Prince, perchés dans les montagnes de Dorne. Personne ne connaît mieux ces terres que nous, qui en sommes les ultimes gardiens. Pour être honnête, n'importe quel Bieffois se chierait dessus à l'idée de s'aventurer dans les sentiers tortueux et imprévisibles des Montagnes Rouge. Non, ta famille et tes gens ne craignent rien ici. Et même si nous venions à perdre dans l'Orage, quelqu'un saurait protéger ces terres. Avec moi à tes côtés, tu as davantage de chance de rentrer vivant auprès de ta femme et de ta fille. »

Il marqua une pause, le temps de boire une gorgée de vin.

 « Et il y a un dernier problème, qui peut paraître insignifiant mais qui n'est pourtant pas des moindres ; je reviens à peine. Je suis comme un étranger pour ces gens que je connais pas. Beaucoup ne sauraient même pas qui je suis, et la méconnaissance est prompt au jugement hâtif et maladroit. Je ferais de mon mieux que je ne pourrais satisfaire la populace de cette vallée, pas plus que je n'aurais le réel soutien de ton mestre, de ton commandant de garnison, ou de tes paysans. Non, mon frère, me laisser ici est une mauvaise idée. Qui gâcherait toutes les possibilités que j'aurais de t'empêcher de mourir au cours d'une magnifique mais inutile charge de cavalerie. »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier fieffé
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dressé jusqu'au crépuscule
Messages : 27
Membre du mois : 16
Célébrité : Luke Evans
Maison : Santagar
Dressé jusqu'au crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   Jeu 17 Aoû - 1:20

A la grande surprise de Dared son frère hocha négativement la tête. A tout bien y repenser, c'était prévisible. Si Dared n'avait jamais voulu faire de sa vie celle d'un dirigeant, son cadet le voulait encore moins que lui. A tout bien y réfléchir, c'était logique, évident même. Mais Dared avait imaginé que le retour du cadet signifiait qu'il acceptait son devoir, tout comme Dared l'avait fait dix ans auparavant, lorsque son père était tombé malade.

« A ma femme ? Sans-doute. A père ? Il conseillera tant qu'il vivra. Au Mestre ? Au Maréchal ? Sans-doute seraient-ils aptes à ce travail. Mais il n'y aucun d'entre eux en qui j'ai confiance comme j'ai confiance en toi mon frère. »

Sarzir continua d'appuyer son point de vue. Il avait raison, raison tout du long. Bois-Moucheté était une forteresse perchée dans les montagnes rouges, gardant la passe du prince. Non seulement difficile d'accès elle était naturellement protégée par les monts si difficile entourant la ville. Dared le savait. De même qu'il ne pouvait rêver de meilleur ailier sur le terrain que son frère, car encore aujourd'hui il doutait connaître plus fine lame que lui.

Pourtant... Pourtant la place du cadet était à Bois-Moucheté, officiant comme Régent le temps que l’aîné guerroyait sous l’étendard des Martell. Alors oui, même s'ils venaient à perdre au Nord il y aurait toujours des gens pour se mobiliser, la passe du prince était un lieu extrêmement important à contrôler pour Dorne, Dared n'en doutait pas. Sans doute avait-il raison, même si eux étaient loin il y aurait toujours une garnison... Quand bien même, ce n'était pas ce que Dared pensait.

« Sans-doute as-tu raison mon frère. Mais Bois-Moucheté est la demeure des Santagar. Père est mourant, Rana est trop jeune pour officier, il n'y aurait donc plus aucun Santagar dans leur demeure ? Il n'y aurait plus personne pouvant taper du poing sur la table, sous l’étendard de la panthère sachant que son nom lui donnait plus d'autorité que le plus riche marchand de la ville ? »

Plus que l'extérieur, Dared craignait que certains ne cherchent à changer le rôle que le Santagar a donné à Bois-Moucheté, à enlever sa vision chevaleresque de la vie, à prendre à sa fille l'honneur et le sens du devoir que Dared tente de lui inculquer, lorsqu'il passe du temps avec elle. L'héritier avait sortit de l'équation sa femme, elle portait son nom, avait porté son enfant, partagée sa vie. Pourtant à ses yeux, elle n'était pas vraiment une Santagar, simplement une alliée fidèle de la famille de Bois-Moucheté.

Sarzir continua, marquant un dernier point. Il revenait à peine, il avait tout juste remit les pieds à Bois-Moucheté. Si certains le reconnaissaient, globalement les habitants de la forteresse l'ignoraient, ou le craignaient. Il avait le nom mais avait, depuis longtemps, perdu sa place de choix à Bois-Moucheté. Le peuple autant que l'élite de la forteresse se méfiait de lui qui avait abandonné son père et son frère il y a dix ans. Dared baissa les regard, devant reconnaître à contre-coeur que son frère avait raison.

« Oui. Tu as raison. Pourtant je préfererais que tu restes ici. Non seulement j'ai plus confiance en toi qu'en n'importe qui d'autres ici, mais je sais que tu protégeras Bois-Moucheté au péril de tout. Mais tu as raison. Ni le peuple ni le conseil ne l'acceptera aisément. Peut-être que la sage chose à faire est que tu me suives à la guerre. »

A la guerre... Ces derniers mots raisonnèrent dans l'esprit du Santagar. A la guerre. Il craignait demain plus qu'hier, mais devait maintenant emporter avec lui son jeune frère. Etait-ce vraiment le choix le plus sage ? D'emporter le seul autre Santagar en état à une mort probable ? Dared esquissa un bref sourire en se retournant vers son frère.

« Enfin. J'espère du coup que tu ne me mens pas. Que tu n'as rien perdu de ton talent lame à la main. Ce serait le comble que je doive en plus t'apprendre à nouveau comment combattre. »


Le regard du Santagar glissa jusqu'aux armes de son frère, puis à la sienne, il savait bien que tous deux avaient des façons très différentes de jouer au petit soldat, pourtant il avait toujours reconnu son cadet comme plus doué que lui lame à la main.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier de la maison Santagar
Âge du Personnage: 38
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Messages : 161
Membre du mois : 98
Célébrité : Eric Bana
Maison : Santagar
Par mon honneur je vis, par ma lame j'existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons-nous dans le Bois [Flashback - PV : Sarzir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Dorne :: Bois-Moucheté
-
Sauter vers: