AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
La vengeance doit se fomenter avant d'être consommée [Pv: William Potter]
MessageSujet: La vengeance doit se fomenter avant d'être consommée [Pv: William Potter]    Lun 22 Mai - 22:39




Il existe dans le coeur humain un désir de tout détruire. Détruire c'est affirmer qu'on existe envers et contre tout. - Niki de Saint Phalle



Le chant des eaux de la fontaine est presque apaisant, le scintillement qu'elles produisent reproduit les variations des ondes. Eléanora a trouvé ce petit endroit dissimulé dans les jardins de Castral Roc tout à fait approprié pour prier, et pour pouvoir réfléchir en paix loin des tumultes de la cour. L'espace est organisé comme une alcôve grâce à une structure de pierre, bourgeon du château principal, qui s'harmonise très bien dans le décor végétal par des plantes grimpantes qui s'y épanouissent. Le temps était encore plus que clément, malgré l'arrivée de l'hiver annoncée par les mestres. On aurait d'ailleurs du mal à y croire au vue du beau soleil qui s'étendait encore au sein de la voûte clémente des cieux. Les gazouillements d'oiseaux se faisaient très bien entendre, ce qui dérangeait parfois la Lady dans le fil de ses pensées. Bientôt ils migreraient vers le Sud, car même l'Ouest pouvait être étreint par les bras glacés et inhospitaliers de la neige. Eléanora était tombée sur cette fontaine complètement par hasard, alors qu'elle cherchait une fois de plus à fuir cette réalité qu'elle ne pouvait entièrement affronter. De plus, aucun lieu de culte n'était érigé parmi les nombreuses salles du château pour le culte des Anciens Dieux. Cette religion était d'ailleurs la plupart du temps étrangère aux habitants de ces contrées. Ainsi nul Barral dans ces grands jardins magnifiquement agencés, ils feraient d'ailleurs tâche dans le décor. La demoiselle ne pouvait alors se confier à ces arbres ancestraux comme elle avait si souvent l'habitude de le faire lorsqu'elle habitait encore en ses terres.

Les tragiques évènements ayant aboutis à la destruction quasi totale de sa famille avaient des allures de cauchemars. Ceux-ci tout comme le voyage jusqu'à Castral Roc avaient été vécu par Eléanora comme dans une transe. Elle était restée la plupart du temps silencieuse, comme prostrée et incapable de réellement comprendre ce que tout ce qui se passait pouvait impliquer. Même lorsqu'elle avait entendu d'une rumeur dans la taverne que ses sœurs et sa mère avaient connu un sort bien terrible avant de se trouver délivrer par le trépas. Elle ne réussissait tout simplement pas à s'imprégner de cette tragédie. Il lui avait donc fallut plusieurs jours pour reprendre une contenance. Heureusement William avait pris les reines de leur petit groupe, bien que ce fut Eléanora qui suggéra la destination des fugitifs. Il n'aurait pas été prudent de demeurer à Godric's Hall car les Malefoy dans leur funeste tâche n'aurait pas manquer une occasion de pouvoir parachever le meurtre de la famille Potter dans son ensemble. Au moins n'allaient-ils pas avoir cette satisfaction même si c'était une bien maigre consolation. Il leur avait fallut fuir, quitter les terres qui les avaient vu naître, et c'était là l'aveu d'un échec cuisant. La faute en revenait totalement à la Lady, car c'est pas sa pratique des rites venus du Nord qu'elle avait attiré l’opprobre sur son nom et une faiblesse pour pouvoir atteindre ses proches. Si cela n'entamait pas du tout la foi qu'elle portait en son cœur, il était clair pourtant que son monde venait tout juste de s'écrouler.

C'est à peine s'y avaient eu de quoi vivre et faire le périple pour demander l'arbitrage royal. Les cousins dormaient dans une promiscuité qu'ils n'avaient jamais connu, tremblant ensemble pour leur survie. Ils n'avaient plus rien de matériel pour faire reconnaître leur sang noble, seul le titre demeurait. Le nom des Potter restait leur seule ancrage afin d'éviter une totale noyade. Cependant, il ne pouvait suffire à remplir leur ventre et dans le fond de son cœur Eléanora craignait ce qu'il leur faudrait faire pour garantir leur subsistance. Elle n'était arrivée au Roc que depuis trois jours, mais déjà des dizaines de plans lui venaient à l'esprit pour prendre sa revanche. La haine était devenue partie intégrante de sa personne, car elle seule lui permettait de mettre un pieds devant l'autre. Le chagrin immense et l'insoutenable sentiment de solitude qui lui étreignaient le corps risquaient à tout moment de l'abattre, elle ne pouvait alors se résigner à l'inaction et à voir ce crime impuni. Parfois la colère était si forte qu'elle en tremblait de tout ses membres, et seul un cri profond et terrible de désespoir permettait de relâcher quelque peu la pression, juste assez pour vivre un jour de plus. Néanmoins elle ne pourrait rien accomplir seule, sa condition de femme ne lui ouvrant droit à rien du tout, d'autant plus par son veuvage. Il était hors de question malgré tout de baisser les bras bien que ce serait à William d'effectuer la plus délicate partie du travail.

Assise sur le bord de la fontaine Eléanora méditait donc à la meilleure approche à adopter pour convaincre la reine de prendre part en leur faveur dans cette querelle de banneret. Nul doute que cette affaire intéresserait particulièrement la famille royale, surtout aux vues des troubles récents ayant secoués le pays. Malheureusement l'affaire n'était pas gagnée d'avance. Il leur faudrait placer prudemment leurs arguments, et surtout se faire des alliés au sein des autres nobles de la cour. Poussant un petit soupire de lassitude Eléanora conserva tout de même son visage impassible, on n'était jamais certain en ces lieux d'être complètement invisible et en dehors de l'intimité d'appartement privatif il n'était pas sécuritaire de se laisser aller à ses sentiments. Glissant quelques doigts dans l'eau fraîche elle ferma les yeux, effectuant une prière silencieuse aux Dieux considérés comme païens par les adorateurs des Sept.


Code by Sleepy
avatar
Que je trépasse si ma détermination faiblit
Messages : 24
Membre du mois : 0
Célébrité : Annabel Scholey
Maison : Potter
Caractère : ♦ Aveuglée par la haine ♦ Loyale ♦ Ambitieuse ♦ Intelligente ♦ Fanatique ♦ Réfléchie ♦ Manipulatrice ♦ Charismatique ♦ Brisée ♦ Passionnée ♦ Coupable ♦
Que je trépasse si ma détermination faiblit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vengeance doit se fomenter avant d'être consommée [Pv: William Potter]    Dim 28 Mai - 21:36

Nous n’avions déjà presque plus d’or. Oh, bien sûr, la noblesse était relativement entretenue à Castral Roc. Mais cela ne voulait pas dire que je devais taper dans l’argent et les services mis à notre disposition par nos hôtes. La maison Potter n’avait plus de maison. Plus de maison voulait aussi dire plus de revenus. Plus de richesses, rien. Mon épée avait été ébréchée dans ce qu’on pouvait appeler « combats » pour le castel de mes ancêtres ; j’avais dû mordre profondément avec le tranchant dans une partie métallique, peut(-être un gorgerin, voire une espalière. Je ne m’en rappelais plus très bien, maintenant. Mes souvenirs de cette nuit-là étaient souvent ou clairs comme de l’eau de roche, soient totalement obscurs, ténébreux, perdus. Je ne savais pas trop quoi en penser, mais les faits parlaient d’eux-mêmes. Je n’avais pas d’argent pour me racheter d’autres tenues que celles mises à ma disposition par le chambellan, et j’étais donc condamné à faire travailler les couturières du château pour coudre mon blason sur ces tuniques, par exemple. Mais je ne pouvais pas en sus utiliser les deniers royaux pour mon propre bénéfice au-delà de la simple dignité. Alors j’allais utiliser probablement le peu qu’il me restait pour voir un forgeron, pour qu’il me répare ma lame. Au moins aurais-je l’air décent lors des cérémonies ou des repas officiels ; je ne pouvais pas me présenter comme le dernier des gueux, sinon ma cause en souffrirait immanquablement.

Je trouve l’artisan, qui a la décence de ne pas me plumer de la totalité de ce qu’il me reste. Il mise aussi sur l’avenir. Si je me rappelle de lui au moment où je reprendrais ce qui est mien, alors il pouvait sans doute espérer une certaine place au soleil… Certainement. Un pari d’avenir plus radieux contre un peu de travail. Il y avait de moins bons choix que celui-ci, vous pouvez en être sûrs. Bref. Je reste assis dans un coin de son atelier, suant à grosses gouttes, m’hydratant au moyen d’une grosse outre de cuir, dans laquelle je prélève de généreuses rasades d’une eau que je ne goûte pas, mais qu’importe. La chaleur qui irradie de l’âtre, de l’îlot central, est telle que je perds mon eau presque aussi vite que je ne la récupère, je suis donc forcé d’en boire beaucoup et régulièrement, perdu dans mes pensées, somnolant presque sous l’effet de la chaleur artificielle du foyer. Je continue malgré tout, de ne rien faire, d’attendre. D’attendre en me perdant dans les fantasmes de milliers de façons de recouvrer la pleine et entière réalité de mon pouvoir, de mon nom, de mon domaine. De faire perdurer le nom des Potter, d’une façon ou d’une autre.


Je finis, des heures après, par récupérer mon épée. Je paie l’homme comptant, même s’il m’attriste de voir les piécettes changer de main et le poids de la bourse, ressenti comme bien plus léger, presque inexistant d’ailleurs, maintenant. Je finis par revenir au château, me promenant tranquillement, perdu dans mes pensées, mes songes, mes cauchemars. Je finis par tomber sur ma cousine dans les jardins, alors que main posée sur le pommeau de mon épée, je manquais de louper la fontaine. Eléanora était là, penchée sur la fontaine et sur son eau. Je ne savais pas à quoi elle pensait. Je ne le savais jamais, je ne le devinais jamais non plus. Mais je me rapprochais, sans la saluer. Trop d’amour pour cette unique survivante de ma famille, mais trop de colère et de rage contre elle qui venaient empoisonner le reste.



| Est-ce que tu es encore en train d’adresser tes prières à tes fichus anciens dieux ? Je pensais que tu chercherais des appuis de ton côté, pour nous, pour notre famille. Tu en seras peut-être heureuse ; j’ai fait réparer le seul bien de valeur qu’il nous reste. |



Nous Survivons
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Potter
Âge du Personnage: 23 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Nous Survivons !
Messages : 48
Membre du mois : 4
Célébrité : Jamie Bell
Maison : Potter
Nous Survivons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La vengeance doit se fomenter avant d'être consommée [Pv: William Potter]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On doit faire le deuil de sa vie passé [ Tsuki ]
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» [Résolu] Pourquoi doit-on se présenter?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: