AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Jupe de femme est lange du diable
MessageSujet: Jupe de femme est lange du diable   Dim 21 Mai - 20:33





“Votre Majesté, ils sont à 3 lieues d’ici.” Aussitôt, elle donne l’ordre de mouvement. A ses côtés, l’héritier Fengué se dépêche d’aller étrier son cheval. Elle en fait de même, ainsi que tous les hommes sous leur commandement. Voilà quelque temps qu’ils ont dépassé Blanchépine, et quelque temps qu’elle a ordonné de se préparer au mouvement, ils sont donc prêts à accueillir les rebelles sur ses terres. Ils n’ont pas reçu l’ordre d’attaquer, pour l’instant, mais ils sont tout aussi prêts.

Les sabots claquent le sol, les armures cliquettent avec fracas, les chevaux sont lancés au galop, la bannière Durrandon et Fengué en avant garde. Cela fait à peine quelques jours que l’armée est arrivée dans les environs, lorsqu’elle a entendue parler de la mutinerie dans le Conflans. De la défaite des rebelles, et leur direction vers la Néra. Elle ignore encore, si elle doit les accueillir à bras ouverts, ou les chasser de ses terres. Pour le déterminer, il faut donc aller à leur rencontre, non sans des renforts au nombre équivalent au leur, au cas où.

Ils ont été plusieurs à tenter de la dissuader d’y aller, pour sa sécurité, mais pas que… Mais si la rumeur dit vrai, elle n’aura pas besoin de combattre, auquel cas, elle a juré de ne pas se lancer dans la mêlée. En attendant, elle veut déterminer au plus vite, la menace qu’ils représentent. D’après les patrouilleurs, un capitaine de peyredragon serait auprès d’eux, mais il peut aussi bien être un ennemi déguisé.

Vers la fin d’après-midi, il fait presque nuit tant le ciel est sombre, mais il ne pleut pas encore. Cela ne saurait tarder, le temps laisse présager un gros orage. S’ils ne mettent pas des heures à palabrer, ils ont des chances de se mettre à l’abri de Fengué, avant que l’orage n’éclate. Les hommes Durrandon et Fengué arrivent à hauteur des autres. Ils ont pris légèrement de l’avance pour se présenter aux troupes face à eux. Gawen à son côté, Liam de l’autre, et Bronn sur leur gauche. Les portes étendards sont légèrement en arrière. Ils ont laissé la moitié des troupes à quelques lieues d’eux, il n’y a qu’en se laissant voir comme faible, que l’ennemi y verra une brèche.

“Halte là!” Hurle Bronn Fengué aux troupes qui leur font désormais face. “Que vos capitaines s’approchent et se présentent à nous !” Sous peine d’en répondre à coups d’épée, ce qu’il ne dit pas, mais tous le pensent. En face d’eux, des ennemis séculaire, alors ouais, ils se feraient un plaisir de trancher quelques riverains. Argella ne dit rien, mais son identité est tout à fait visible, puisqu’elle porte la couronne en bois de cerf, sertit de quelques joyaux, sur la tête. Son armure représente tout autant son royaume. Sa main droite enserre la garde de son épée à sa taille. Ouais, ils font un sacré comité d’accueil.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2634
Membre du mois : 25
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jupe de femme est lange du diable   Lun 22 Mai - 19:41





Notre avancée était pénible car les blessés étaient nombreux. J’étais moi-même affaiblie par la longue entaille qui parcouraient ma clavicule gauche et je n’avais qu’une envie, pouvoir me reposer. Cependant, je continuais d’avancer la tête droite, ne laissant rien paraître. Il fallait montrer l’exemple, les hommes en avaient besoin ! Mais j’espérais que notre route tomberait très vite sur celle de l’armée impériale ou d’un allié quelconque car nos vivres allaient commencer à manquer. Cela n’aurait pas été le cas si nous avions réussi à tenir le terrain et si nous avions eu le temps de voler leur ravitaillement aux troupes ennemies. Mais nous avions été dépassés !
Cependant, mes hommes avaient fait preuve de courage et d’audace, nous n’étions simplement pas assez nombreux. La prochaines fois serait différente, j’en étais persuadée ! Nous allions prendre notre revanche mais en attendant nous suivions Lord Vipryn.

Nous étions en direction de Fengué pour y rejoindre des troupes impériales et faire leur jonction avec elles pour panser nos plaies. Les bonnes connaissances de la région du Lord nous permirent contourner les troupes d’Harrenhal jusqu’à ce nous tombions sur une autre.
J’étais trop en arrière pour voir quoique ce soit et j’accélérais afin de me retrouver sur les premières lignes. En chemin, je rattrapais de justesse un jeune homme très affaibli et le confiait aux soins d’un autre sans prêter attention à l’élancement dans mon épaule. J’étais assez près pour entendre les ordres de l'inconnu et atteignaient la limite de notre troupe au moment même où le capitaine de Peyredragon s’avançait. Je faisais de même sachant que je n’aurais pas la même allure que lui qui, même blessé, avait l’air plus frais dirons nous. Pour ma part il me manquait mon espalière gauche dont l’emplacement vide laissait paraître ma blessure soignée à la va-vite et je sentais goutter au bout de mes doigts le sang qui s'en échappait de nouveau. Beaucoup de nos hommes étaient dans un état aussi misérable que moi. En bref, nous n’avions pas l’air de terreurs mais j’étais fière de constater que tous gardais la tête haute ! Peu m’importait si la mienne tournait légèrement, je devais rester de marbre.

Je laissais le capitaine s’avancer un peu plus et se présenter pendant que j’observais ceux qui nous faisaient face. Je n’étais toujours pas habituée à ce genre de rencontre. Comment aurais-je pu l’être ? Moi qui devais me présenter comme capitaine alors que je n’étais qu’une simple dame de compagnie il y avait encore peu de temps !
Je réalisais alors que mon tour était venu et je prenais la parole tandis que mon attention se posait sur la dernière personne que je n’avais pas encore observée.



- Capitaine Raybrandt ! déclarais-je en apercevant la couronne de la femme dont je n’ignorais plus l’identité. Une reine ! Et pas n’importe laquelle. N’étant pas à cheval et sachant ce que je devais faire, je posais un genou à terre pour saluer la dénommée Argella Durrandon. Votre Majesté !

.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de milice
Âge du Personnage: 29 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Ma "Destinée" tranchera la vôtre !
Messages : 99
Membre du mois : 20
Célébrité : Jaimie Alexander
Maison : Lothston
Caractère : ♦ Impulsive ♦ Loyale ♦ Têtue ♦ Franche ♦ Méfiante ♦ Combative ♦ Rancunière ♦ Attentive
Ma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jupe de femme est lange du diable   Mer 24 Mai - 21:40





3 personnes sortent du lot presque immédiatement l’ordre donné. Ils ploient le genou à sa vue et se présentent, sans trop rechigner. “Lord Vipryn !” S’annonce le premier, un nom qu’elle reconnaît à l’instanté. “Capitaine Chester !” S’annonce le second, protégé d’une armure de Peyredragon. Et enfin... Une femme, une Capitaine. Elle retient immédiatement l’attention d’Argella, et pas que la sienne. Derrière elle, quelques murmures s’élèvent, Vipryn ? Une femme ? Une Capitaine ? Raybrandt ne lui dit rien. Peut-être une petite maison Riveraine.

“Votre Majesté, votre royaume est fédérée à l’Empire, nous aurions besoin d’assistance. Lord Vipryn et Dame Raybrandt ici présents, ont rejoint l’Empire, ainsi que tous les hommes qui nous suivent depuis des semaines. Nous avons subi une défaite…” Le chevalier de Peyredragon comprend l’importance du moment, il doit se faire voir comme ami, lui, comme les autres. Seulement, le nom Vipryn a retenu l’attention de tous. “N’est-ce pas Lord Vipryn en personne qui a assiégé Rosby ?” Interrompt Bronn. Cette information n’était qu’une rumeur, Fengué profite de l’occasion pour obtenir réponse. Elle lui laisse tout loisir d’être son porte parole, tandis qu’elle observe la jeune femme. Intriguée. Au vu de son état, elle a pris part au combat.

“C’est moi, et mes hommes.” Affirme-t-il. “J’ai exécuté les ordres de mon Roi et Prince. Nous avons levé le siège sous ses ordres également, et avons croisé la route de Dame Raybrandt et Capitaine Chester. Nous sommes des déserteurs désormais, j’ai rejoint l’Empire, ainsi que mes hommes. On ne fait que nous donner des ordres de marches, nous mener ici et là, comme de vulgaires canassons pendant que notre Roi dort dans son lit à Harrenhall.”

Argella ne rate rien de la conversation, et détourne son regard de la jeune femme pour observer les dit hommes. De ce qu’elle voit, ils sont tous mal en point, blessés, harassés, et si Vipryn le dit, rien ne leur prouve qu’ils sont tous pour l’Empire. Ils n’ont que leur parole, celle d’un cavalier de Peyredragon -possiblement déguisé-, d’un Lord qui a envahi ses terres et d’une Dame guerrière.

Argella démonte son cheval, aussitôt ses gardes tentent de l’imiter, mais elle leur fait signe de n’en rien faire. Ca ne leur plait pas, mais ils ne peuvent contrevenir à un ordre. Elle fait signe à Gawen et Liam de la suivre et ils s’exécutent. Alors que les voix se turent, elle s’approche du trio. Trois contre trois. “Relevez-vous.” Demande-t-elle avant de les observer plus intensément, l’un après l’autre. Elle s’arrête devant la femme.

“Je peux comprendre la désertion des hommes, mais je m’interroge... Qu’est-ce qui pousse une femme à déserter ? A prendre le commandement d’une milice ?” Lui demande-t-elle, en avisant les gouttes de sang qui s’échappent de ses doigts. Elle remonte sur sa blessure à l’épaule et à peine visible de sa position. Argella est sincèrement curieuse de connaître l’avis de cette Capitaine. Des femmes guerrières, elle n’en croise assurément pas tous les jours. La seule connue à ce jour n’est autre que Rhaenys Targaryen et leur entrevue fut des plus brèves, bien qu’intense.

Tous dans un état misérable, c’est incontestable, mais s’ils leur apportent assistance comme le demande le cavalier de peyredragon, c’est tout de même presque 200 hommes qu’ils font entrer à Fengué. La question est : Vont-ils laisser entrer le loup dans la bergerie ? Elle se méfie trop des riverains pour prendre la situation à la légère, se méfie trop de Harren et ses foutues manigances. Assiéger Rosby, puis lever le siège, s’amuse-t-il à la faire vadrouiller avec ses troupes pour lui faire du temps ? Au détriment des troupes riveraines ? Oui, il est envisageable que Vipryn et ses hommes en aient eu assez et décident de déserter, mais il est tout aussi envisageable qu’ils exécutent encore des ordres de leur Roi.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2634
Membre du mois : 25
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jupe de femme est lange du diable   Ven 26 Mai - 22:45





Je n’étais pas à l’aise… mon rôle n’avait jamais été de me mettre en avant ! Au contraire, en tant que servante en cuisine puis dame de compagnie, il m’avait toujours été demandé d’être discrète. Et j’étais douée pour cela. Le fait que ma force de caractère m’ait accordé le respect des hommes que j’avais croisés et qui composaient mon groupe ne voulait pas dire que j’étais prête pour ce genre de situation... être en compagnie de deux hommes qui présentaient leur troupe et ce, face à des personnes qui se méfiaient forcément de nos intentions. Moi-même j’aurais été méfiante en nous voyant.
Je tâchais de ne pas prêter attention aux murmures lorsque je me présentais car ils n’étaient pas surprenants. Les femmes n’avaient pas vraiment leur place au combat et seule la présence de la reine me soulageait et renforçait mon courage. Pourtant je ne la connaissais pas même si cela ne m’empêchait pas de savoir qui elle était.

Attentive, observatrice, j’écoutais les paroles qui s’échangeaient sans prononcer le moindre mot. Il fallait reconnaître que je ne savais rien de ce Lord qui nous avait rejoints suite, d’après ce que je venais d’entendre, au siège Rosby. Ils avaient obéi au roi ! Ma mâchoire se serra alors que je me demandais jusqu’où ils étaient allés. Mais je chassais cette question de mon esprit afin de ne pas perdre le moindre mot de cet échange.
Et puis autant leur laisser le bénéfice du doute. Qui aurait pu croire qu’une simple dame de compagnie aurait agi comme je l’avais fait ? Alors pourquoi Lord Vipryn et ses hommes n’auraient-ils pas pu délaissés l’homme qu’ils servaient.

Un mouvement de la part de la reine attira mon attention sur elle alors qu’elle était à présent descendue de sa monture. Elle fut immédiatement rejoint par deux de ses hommes et je me relevais comme les deux autres lorsqu’elle nous le demanda. La femme nous observa jusqu’à s’arrêter devant moi !
Tandis qu’elle m’adressait la parole je la vis observer ma main le long de laquelle gouttait du sang pour remonter jusqu’à ma blessure.



- L’assassinat de son époux… voilà ce qui peut pousser une femme à déserter, répondis-je sans détour à sa question. Pourquoi aurais-je cherché à tourner autour du pot. Il y avait aussi l’envie de rester en vie. J’ai vengé la mort de mon époux en tuant le soldat qui lui avait pris la vie… j’étais donc condamnée ! avouais-je avec franchise. Puis je jetais un coup d’œil au peu d’hommes qui étaient les miens avant de regarder la reine. Cette prise de commandement s’est faite d’elle-même et elle a semblé convenir à tout le monde.


J’étais persuadé que mes hommes, les rares qui restaient et qui étaient à mes côtés depuis le début, avaient hoché la tête en signe d’accord. Nous avions le même but ! Voir tombé ce tyran qui nous servait autrefois de roi. Pour le reste, j’étais peu à peu passée de conseillère à capitaine sans que je ne cherche à m’imposer. Mes suggestions, mes idées avaient plu et ma force de conviction avait fait le reste.
Cependant, je n’étais pas folle ! Je savais que je n’étais pas une guerrière même si j’en prenais le chemin. Mes techniques de combat je les perfectionnais jour après jour grâce aux conseils de ceux qui me suivaient.



- Mes hommes et moi-même ne voulons qu’une chose Majesté… Voir celui qui trahi, viole et tue son peuple tomber. La tête d’Harren ne doit pas être sous une couronne mais au bout d’une pique, expliquais-je froidement tandis que quelques murmures approuvèrent mes paroles.


Je levais légèrement la main pour que ces derniers s’arrêtent et le calme qui n’avait pas vraiment cessé revint.


.


Feu, Sang et Hiver !
“Ne laissez jamais vos peurs vous empêcher de faire ce que vous savez juste” .•°¤ Aung San Suu Kyi.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de milice
Âge du Personnage: 29 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Ma "Destinée" tranchera la vôtre !
Messages : 99
Membre du mois : 20
Célébrité : Jaimie Alexander
Maison : Lothston
Caractère : ♦ Impulsive ♦ Loyale ♦ Têtue ♦ Franche ♦ Méfiante ♦ Combative ♦ Rancunière ♦ Attentive
Ma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jupe de femme est lange du diable   Dim 28 Mai - 12:35





Elle devait beaucoup l’aimer son mari, et elle doit avoir une certaine force de caractère pour le venger. L’amour est une émotion dangereuse, l’amour vous fait faire des choses déraisonnables. Argella se retient d’ailleurs de tourner le regard vers le capitaine de sa garde. Elle garde les yeux rivés sur ses hommes dont l’allégeance n’est pas encore déterminée. Tous des riverains, dans un état lamentable, des ennemis quand même.

Dans un sens, ils ont bien de la chance d’avoir une femme dans leur camp, entre femmes, elles sont plus susceptible de se comprendre, qu’homme contre femme, mais la méfiance reste prédominante. “De ce que j'en sais, vous êtes, dans tous les cas, tous condamnés.” Fait-elle remarquer, sans faire mention de la bataille qui lui est venu jusqu’aux oreilles, c’est une évidence pour tous. Et leur présence ici apporte le danger sur eux tous. Le Noir ne laissera pas passer la mutinerie si facilement, il est déjà étonnant qu’ils n’aient pas poursuivi les déserteurs. A un moment donné, ils viendront punir ces derniers, se ficheront que des orageois fassent partie de la mêlée, au contraire, ils s’en réjouiront probablement. Argella doit prendre cette éventualité en compte.

La prise de commandement s’est faite d’elle-même, à coup sûr aucun noble, hormis Vipryn ne se trouve dans cette mêlée, ou elle n’aurait jamais atteint ce stade. Le petit peuple est bien plus impressionnable pour peu qu’on sache leur parler. Et pour finir, ils veulent tous voir la tête du Roi sur un pal plutôt que sous une couronne, des murmures d’assentiments emportèrent les gredins derrière les 3 capitaines. Vite tût par le geste de la femme.

Ils ne valent pas grand chose en l’état, mais avec de l’aide, ils peuvent devenir plus. Le tout est de savoir s’il est judicieux de leur accorder leur confiance. Sans un mot, elle leur tourne le dos et rejoint l’héritier Fengué, aussitôt rejoint par son Capitaine et son second. Ils échangent quelques mots, ce n’est pas ici qu’ils pourront palabrer des heures afin de déterminer le taux de danger que représente les déserteurs. Aucun d’eux n’a confiance aux autres, mais ils se fient au jugement d’Argella. La décision lui revient. Après quelques minutes de discussion, elle se retourne vers les riverains.

“Vous n’êtes ni nos invités, ni nos prisonniers, comprenez que la loi de l’hospitalité ne s’applique donc pas dans le cas présent, mais vous êtes bienvenue sur mes terres, notamment celles de la famille Fengué, Ser Fengué, ici présent vous montrera la parcelle dont vous pourrez disposer pour y établir votre campement. Pour l’heure, vous n’êtes pas autorisé à pénétrer dans la cité, sauf si vous y êtes invités par moi-même ou Ser Fengué. Nos mestres prendront en charge vos blessés, mais vous devrez vous nourrir par vous-même.Vous, Lord Vipryn, Capitaine Chester et Capitaine Raybrandt, serez les garants de vos hommes, veillez à ce que ces derniers se tiennent bien ou notre justice tranchera.”

Cependant, la situation ne pourra rester indéfiniment comme telle. A un moment donné, ils devront tous poser carte sur table et démêler cette toile d’araignée dans laquelle ils se retrouvent impliqués. “Acceptez ces conditions, ou repartez d’où vous venez.” Ils n’auront guère le choix, ou ils filent vers une mort assuré. Ils auront toujours la liberté de partir une fois leur état amélioré et alors leur progression sera surveillé. Ou ils auront toute liberté de faire leur preuve et venir gonfler les rangs de l’Empire ou des orageois. Tout cela, il va falloir le déterminer. Quoi qu’il en soit, pour ce soir, ils pourront tous se reposer en paix, devant un feu, et un bon repas pour peu qu’ils arrivent à chasser. Fengué ne peut se permettre de prendre sur leur réserve pour nourrir des rebelles.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2634
Membre du mois : 25
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jupe de femme est lange du diable   Lun 19 Juin - 22:23





Je ne mentais pas car le but de notre présence n’était pas de nous faire de nouveaux ennemis mais des alliés. Peu m’importait si pour cela je devais conter ma triste histoire ! Je n’en avais pas honte car elle avait fait de moi celle qui se tenait à présent debout, prête à combattre celui qui nous avait trahis, opprimés. Cette révolte était dangereuse et, comme le disait la femme qui nous faisait face, elle nous avait condamnés. Je jetais un bref coup d’œil à mes hommes les plus proches. Ils savaient quels étaient les risques et ils ne regrettaient pas… Leur détermination faisait leur force ! J’en étais persuadée. Ils n’étaient pas des lâches, ni des traîtres et si je comprenais la méfiance à notre égard, je prouverais que mes hommes et moi-même n’étions pas des ennemis.

Je me contentais donc de hocher la tête aux propos de la reine. Je ne voyais pas ce que j’aurais pu répondre à cette malheureuse vérité. Quoique… J’aurais pu lui dire que nous étions condamnés certes, mais unis dans le même but : celui de voir tomber cette homme qui se disait être un roi alors qu’il n’était qu’un tyran. Je le faisais finalement mais en ne laissant aucun doute au sujet de mon ressentiment envers mon ancien roi. Mes hommes approuvèrent mais je ne pouvais leur laisser le loisir de faire partager leur accord. Nous devions trouver un endroit pour panser nos blessés et pour le moment nous ne savions pas si nous pourrions rester ici.
Je priais mentalement pour que cela soit le cas jusqu’à ce que sa majesté reprenne la parole. J’écoutais chaque mot attentivement et les retenais ! J’allais les répéter et les faire répéter à chacun de mes hommes. Il était hors de question que l’un d’entre eux ne commette un impair.

Je fus la plus prompt à répondre mais cela n’avait rien d’étonnant. Je n’avais plus grand-chose à perdre puisque j’avais déjà tout perdu. Sauf ma vie qui était tout de même un trésor.



- Nous vous remercions. Vos mestres nous serons d’une grande utilité et il ne fait aucun doute qu’aucun de nous ne pénétrera la cité sans y avoir été convié, déclarais-je en observant les deux autres capitaines puis notre groupe plus brièvement. Pour la nourriture, nos hommes valides nous en trouveront aisément. Ils en ont l’habitude, dis-je sûre de moi. Je marquais une pause pour observer les deux capitaines qui hochèrent la tête. Nous vous garantissons que vos conditions seront respectées.


- Sans quoi nous puniront nous même les félons par la peine de mort… si vous nous le permettez, précisa le Capitaine Chester.


Lord Vipryn hocha la tête tout comme moi. Si nous avions des traîtres dans nos rangs c’était à nous de nous en débarrasser ! La vermine ne nous aiderait en rien et gangrénerait notre motivation de réussite.
Maintenant, j’espérais seulement pouvoir aider à la chasse même si la douleur au niveau de ma clavicule ne cessait de me rappeler à son bon souvenir.





hrp:
 
.


Feu, Sang et Hiver !
“Ne laissez jamais vos peurs vous empêcher de faire ce que vous savez juste” .•°¤ Aung San Suu Kyi.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine de milice
Âge du Personnage: 29 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Ma "Destinée" tranchera la vôtre !
Messages : 99
Membre du mois : 20
Célébrité : Jaimie Alexander
Maison : Lothston
Caractère : ♦ Impulsive ♦ Loyale ♦ Têtue ♦ Franche ♦ Méfiante ♦ Combative ♦ Rancunière ♦ Attentive
Ma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jupe de femme est lange du diable   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Jupe de femme est lange du diable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Corne du Diable = Psycopathe
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» UNE TOUTE PETITE EXPLICATION SUR LA DEMISSION D'ALAIN JUPE !
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Peyredragon et la Baie de la Néra
-
Sauter vers: