AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Mer 6 Mai - 11:53


    Je m'étais assise par terre, mes jupes étalées autour de moi, alors que j'égrenais les pétales d'une fleur, pensivement. Je profitais de la douceur des températures du Val et du soleil qui réchauffait ma peau. C'était très agréable. J'étais seule pour le moment et je m'étais retranchée dans ma bulle. Si ma petite rencontre nocturne avec le mystérieux jeune homme blond m'avait permis de retrouver une part d'enfance et d'insouciance, le matin venu, les soucis m'avaient de nouveau accablé. Et je m'en voulais quelque part d'être davantage focalisée sur cette grotesque histoire de mariage que sur les sauvageons qui nous menaçaient, les Fer Nés qui nous harcelaient et levaient leur armée. Père avait bien davantage de soucis à se faire que moi et il avait besoin d'alliés je le savais bien. Il comptait sur ses enfants pour le seconder... Et malheureusement cela passait par des alliances maritales. Jon y passerait aussi. Père n'avait juste pas encore trouvé l'héritière qui nous amènerait du soutien. Mon frère pouvait bien se moquer de moi, il ne tarderait pas à suivre.Je soupirais lourdement, prenant une autre fleur. A ce rythme, j'allais finir par désherber tout mon petit carré d'herbe. Le soleil n'allait pas tarder à disparaître à l'horizon. Déjà. Je relevais la tête pour admirer la beauté de ce spectacle qui apaisait un peu le chaos intérieur qui m'agitait. J'étais piégée... Père devait encore voir quelques modalités avec le roi Loren, mais je savais que ce n'étaient que des formalités. Nous étions engagés... Le Nord et l'Ouest... Une Louve unie à un Lion... Quelle idée saugrenue ! Les Lannister étaient fort riches... Puissants. Ce n'était pas la pire alliance que nous pouvions contracter, je le savais mais qu'importe le parti, je ne voulais pas me marier, je ne voulais pas quitter les miens, ils avaient encore besoin de moi ! Jon avait besoin de mon soutien, Walton de ma présence, même s'il me repoussait ! Cela cachait forcément quelque chose, je n'avais pas terminé... Et père ? Lui aussi avait besoin de moi enfin ! J'étais en train de me rapprocher de lui, et voilà qu'il me chassait... Et malheureusement oncle Bran ne semblait pas peser beaucoup dans la balance. Avait-il plaidé ma cause ?Mes pensées s'envolèrent vers le jeune Lannister. Je ne l'avais jamais vu. Mais quand mes suivantes avaient appris qu'on m'avait promise à lui, elles s'étaient mises à ricaner et à piailler, y allant toutes de leurs petits commentaires et surtout de leurs ragots. Elles m'avaient agacé ! Mais j'avais écouté malgré moi, même si certaines rumeurs m'avaient paru bien exagérées ! Mais toutes s'accordaient à dire qu'on le disait charmant et beau, jeune. Oh j'avais tellement de chance, mon père s'était montré bienveillant à mon égard ! Mais oui... Je les avais toutes chassées, de mauvaise humeur. Et quand j'étais ainsi, elles savaient qu'il ne valait mieux pas s'attarder dans le coin.Une ombre se dessina tout à coup et je relevais la tête pour voir trois jeunes hommes. Il était déjà tard, mais le soleil se couchait plus tard ici que chez nous. A leur façon de se tenir, je devinais qu'ils avaient bu. C'était bien ma veine. Que je détestais les hommes quand ils étaient ivres ! Cela faisait du plus honorable chevalier la pire des fripouilles !« Bonsoir Milady, accepteriez-vous que nous partagions un moment ensemble ? »Le premier s'assit, un peu lourdement, près de moi. Trop près. Je reculais, me relevant alors, en lissant mes jupes, le visage fermé.« Il me semble que votre esprit baigne trop dans l'alcool pour que votre compagnie me soit agréable. Messieurs, bonne soirée. »Je commençais à battre en retraite, quand une deuxième osa me prendre le poignet pour m'arrêter. Le premier se levait en titubant.« Oh allez ma jolie, ne fais pas ta mijaurée. On veut juste passer du temps avec toi, tu dois t'ennuyer toute seule. »Bon... Ils me prenaient pour qui au juste ? D'accord, je n'avais pas revêtu ma plus belle robe et traîner par terre n'était peut-être pas très digne d'une Lady, mais de là à me prendre pour une servante... Mon regard s'étrécit et je retirais brutalement ma main.« Premièrement, je vous interdis de me toucher. Deuxièmement, pour qui me prenez-vous au juste ? Si vous avez envie de compagnie féminine pas trop regardante, je vous conseille d'aller faire un tour du côté des servantes. Restons-en là et j'oublierais votre affront. »Mais apparemment, je n'étais pas très convaincante.« Hum, mais c'est qu'elle aboie la petite. »« Je suis Lady Jeyne Stark ! Cela suffit ! »« Mignonne la petite louve. Mais elle a la langue trop pendue ! »De nouveau, mon poignet se trouva enserré dans les doigts d'un des hommes. Je commençais à me débattre, mais ne criais pas. J'avais un soupçon de dignité. Réduite à peau de chagrin alors que je n'arrivais pas à me défaire de ces trois balourds. Jamais encore on avait osé me manquer de respect ainsi ! Je regrettais de ne pas avoir une petite dague sur moi, je leur aurais passé l'envie de rire de moi !



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Mer 6 Mai - 16:41



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


Je n'étais pas mécontente d'être enfin arrivée à Goeville, le voyage avait été éprouvant et long, mais nous n'avons eu aucun incident majeur et comme prévu nous avions laissés nos hommes supplémentaires chez les Cirley avant d'arriver à notre destination. Qu'il était bon de voir un plan se dérouler comme prévu. C'est une fois arrivé en ces lieux que les véritables problèmes ont commencés. Tout d'abord la tension était omniprésente, si les membre d'une famille royale opposés se croisaient au coin d'un couloir on ne savait si ils allaient s'ignorer, se saluer ou se sauter à la gorge. Dans un tel contexte inutile de dire que nous avions légèrement paniqués quand Lyman avait disparu et qu'il s'était aventuré sans garde dans la ville. Lorsqu'il revint enfin, sain et sauf, inutile de dire que lui et moi avions eu droit à notre lot de remontrance de la part de la Reine Jordane, le traitant d'inconscient et d’irresponsable et me désignant comme incapable et unique responsable si quelque chose arrivait à l'héritier de la couronne. Je n'avais rien dit, la laissant verser son venin sur moi, Loren intervint finalement, la calmant et disant que l'essentiel était que Lyman nous étais revenu sain et sauf. Le lionceau était venu me voir dans la matinée, s'excusant auprès de moi et disant qu'il n'avais jamais été dans son intention de me porter préjudice. Je l'avais pardonné bien entendu, comme tout bon chien qui pardonne son maître d'être partit ou de l'avoir frappé.

Le reste de la journée s'était passé relativement bien, mais malgré tout j'étais encore énervée des événements de la veille et je n'avais pas envie qu'on vienne me chercher des noises. J'avais donc enfilé mon armure complète dés le levé, m'était muni de mon épée, Silence, ainsi que de mon heaume. Heaume assez particulier : il était en forme d'une tête de chien, la visière était la mâchoire supérieure et je voyais au travers de la "gueule". Un cadeau de Loren, tout comme le reste de mon équipement, après une expédition dans les montagnes de la Falaise où je m'étais pris une flèche dans le ventre en m'interposant entre mon Roi et des bandits. Une fois remise de ma blessure Loren m'avait gratifié de ces présents.

Le soleil commençait à se coucher et je sentais que j'allais craquer si je ne frappais pas quelqu’un maintenant. La fatigue et l'énervement des derniers jours commençait à avoir raison de ma patience, patience qui n'était pas déjà grande en soi. J'avais répondu en grognant et en gueulant sur une bonne partie des servants, qu'ils soient Lannister ou Arryn. Inutile de dire qu'une bonne partie du personnel avait peur de moi maintenant. Je venais de laisser la famille royale entre les mains des gardes royaux Lannister, je ne fesait pas confiance à ceux du Val. J'avais besoin de vin, de beaucoup de vin. Je passais donc par la cour afin de quitter le château et d'aller étancher ma soif dans une taverne en ville quand...


« Hum, mais c'est qu'elle aboie la petite. »

Je me tournais vers l'origine des voix. A quelques mètres de là, deux hommes, visiblement avinés, étaient en train d’importuner une jeune fille. Je détestais ce genre de scène, en tant que femme cela me révulsait. Il n'était pas rare que lors des tournois des chevaliers aient ce genre de comportement avec des servantes, ceux là finissaient avec mon poing au milieu de la figure. Les hommes des Lannister le savaient et se tenaient à carreau devant moi, mais lors des tournois c'était une autre affaire, mais ce qui m’interpella...

« Je suis Lady Jeyne Stark ! Cela suffit ! »

« Mignonne la petite louve. Mais elle a la langue trop pendue ! »


Jeyne Stark! La fille de Torrhen Stark, le Roi du Nord et Sire de Winterfell! La promise de Lyman! Sans plus attendre je franchissais les quelques mètres me séparant d'eux, attrapa l'épaule du premier imbécile, le fesant se retourner... et lui planta mon poing droit dans le visage, le fesant s’effondrer au sol. Son ami se retourna, les yeux exorbités, essayant de comprendre ce qui venait de se passer. Je me tournais vers lui et il eu l'intelligence de lâcher la jeune louve. J'en profitait pour me placer devant elle, la main sur la paume de Silence. L'autre pochtron se tenait le nez en sang.

"Chalaud! Connard! Pour qui tu te..."

"Arrête! T'as pas vu son blason ? C'est un Clegane! Un chien des Lannister!"

Celui au nez cassé, écarquilla les yeux et se releva en titubant. J'avais fait forte impression dirait-on. En tout cas sur le lâche encore intacte si j'en croyait ses tremblements.

"Bwahaha! C'est trop drôle! Un sale cabot protégeant une traînée de louve! Ouaf! Ouaf! Oua..."

Cette fois-ci ce fût sa mâchoire que ma main gantée de fer rencontra, l'envoyant définitivement à terre. Je reportais mon attention sur l'autre ivrogne, il donnait l'impression qu'il allait faire dans ses pantalons. Il releva son compagnon, passa son bras par dessus son épaule et se traînèrent jusqu'à disparaître de mon champ de vision. Je me tournais vers la jeune Stark, lui parlant d'un voix grave et concernée que mon heaume amplifiait :

"Vous allez bien, Milady ? Ces rustres ne vous ont pas fait de mal ?"



Dernière édition par Aléinor Clegane le Mer 27 Mai - 14:19, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Lun 11 Mai - 12:10

    C'était un cauchemar. Jamais je n'aurais pensé qu'il puisse m'arriver pareille mésaventure au sein même du Manoir, sous la protection de la reine Sharra. C'était inadmissible ! J'essayais de conserver mon calme et ma dignité, de ne pas céder à la panique, mais cette dernière s'insinuait au creux de ma poitrine et comprimait mon cœur alors que je commençais à me demander jusqu'où des jeunes gens avinés pouvaient bien aller... Pas... Jusqu'au bout, n'est-ce pas ? Déjà me manquer de respect à ce point allait leur attirer de graves ennuis, Père ne laisserait pas passer pareille offense, mais si, en plus, ils perdaient la raison au point de commettre l'irréparable... Par les Sept ! Je ne vaudrais alors plus rien. Alors certes, d'un côté, j'échapperais au mariage avec le fils Lannister, mais le prix était bien trop élevé pour le bénéfice que cela m'apportait. Mais que pouvais-je bien opposer comme défense quand même mon rang et mon nom ne suffisaient pas ? Cela les amusait et je commençais à perdre mon sang froid. Crier ? Cela pouvait attirer des secours, mais j'avais des difficultés à me résoudre à entrer dans la peau de la demoiselle en détresse... Ah, si j'avais eu une dague, ils auraient été moins prompts à se jouer ainsi de moi ! Je n'étais pas un valeureux combattant, mais cela m'aurait permis de me défendre.

    Et je sentis soudain la pression autour de moi se relâcher alors qu'un homme intervenait et mettait au tapis le premier homme en lui collant un bon crochet dans la face. Je sentis alors l'autre me lâcher totalement et j'en profitais pour m'éloigner de quelques pas, histoire de ne pas être une cible facile ou une sorte d'otage. Merci bien, j'avais assez donné. Surprise par l'intervention de mon sauveur anonyme, masqué par son heaume, je reprenais mes esprits, le cœur flambant de haine et de colère envers ces idiots. Mon sauveur en profita pour se placer entre moi et les deux autres. Ça allait chauffer... Quoique, je ne pariais pas sur le devenir des deux crétins. Le chevalier était armé et dangereux. Les autres étaient... ivres. Belliqueux mais pas dangereux pour qui savait se battre. Pas pour moi donc, et c'était un amer constat.

    Mais je sursautais quand je découvris l'identité du chevalier. Un Clegane, un chien des Lannister ? Ahah... Pourquoi le destin jouait-il ce genre de tour, hum ? Il fallait que je sois sauvée par la garde rapprochée de mon futur époux. Qu'est-ce que j'avais fait aux Sept ? Mais je n'eus pas le temps de me lamenter davantage alors que celui qui avait été frappé, sensiblement plus idiot que son compagnon se mit à... nous insulter. Moi plus que le chevalier d'ailleurs. Une traînée de louve ? UNE TRAINÉE DE LOUVE ?!

    « Comment oses-tu ! Je te ferais pendre pour ces paroles ! »

    J'étais outrée, offusquée, mais malheureusement, il ne dit pas entendre mon indignation alors qu'il finissait totalement sonné au sol, par une nouvelle droite du plus bel effet. Son ami le releva et ils filèrent sans demander leur reste sous mon regard fulminant. Je lui aurais bien décoché un coup ou deux pour lui apprendre à s'adresser à une Lady à cet abruti ! Mais je ne le fis pas. Je n'étais pas une vulgaire fille du peuple bagarreuse. J'étais Jeyne Stark et mon rang m'obligeait à un peu plus de calme et de pondération, même si Père pensait que j'étais dénuée de ces deux qualités sitôt que j'étais en colère. Il n'avait pas tort, mais j'avais tout de même reçu une éducation.

    Mon regard se reporta sur le chien des Lannister qui s'enquérait de mon état de santé. Je ramassais les miettes de dignité qui me restaient, me tenant bien droite et lissant tranquillement ma jupe.

    « Non, il semble que vous soyez arrivé à point nommé pour me sortir d'une situation fort délicate. Je ne pensais pas devoir me déplacer avec ma garde au sein de ces murs, mais c'était oublier que l'alcool n'est pas proscrit et fait ressortir les plus bas instinct et la plus grande stupidité quand il est consommé en trop grande quantité. »

    Je marquais une pause pour détailler le Clegane, avant de poursuivre :

    « A qui dois-je adresser mes remerciements ? »

    Un Clegane certes, mais j'espérais un peu plus d'information tout de même, de sa part. La curiosité me dévorait maintenant. Et cela rendait aussi plus concrète cette maudite alliance.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Lun 11 Mai - 16:04



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


« Non, il semble que vous soyez arrivé à point nommé pour me sortir d'une situation fort délicate. Je ne pensais pas devoir me déplacer avec ma garde au sein de ces murs, mais c'était oublier que l'alcool n'est pas proscrit et fait ressortir les plus bas instinct et la plus grande stupidité quand il est consommé en trop grande quantité. »

Elle avait du répondante la petite. Lyman ne risquait pas de s'ennuyer avec elle. D'ailleurs le souvenir de la réaction du lionceau à l'annonce de ses fiançailles me fit doucement sourire. Surprise, déni, incompréhension et colère étaient apparu sur son visage en un laps de temps très court. Il n'y eu aucun cris de protestation, ni de larme, Lyman savait ou était son devoir. Le soir même, alors que je rentrais Tempête à l'écurie, Lyman vint me trouver. Il avait besoin de parler. Je m'étais assise sur une botte de paille et l'avait encouragé à faire de même, il ne se fit pas attendre, sa tête trouva mon épaule et ma main ses cheveux. Je l'avais laissé parler, me dire son ressentit, se confier à moi. La chienne consolait le lionceau. Un chien n'est pas seulement le fidèle protecteur de ses maîtres, il peut être aussi leur meilleur ami et leur confident. Lyman était partit se coucher en me remerciant et affirmant qu'il se sentait mieux.

« A qui dois-je adresser mes remerciements ? »

Oh c’est vrai. Les circonstances avaient fait que je ne m'était pas présenté. Je me demandait si la jeune Stark était au courant du fait que le bouclier-lige du Roi Loren était une femme. Dans tous les cas, sa réaction ne risquait pas d'être ennuyeuse. Je défaisait les sécurités qui permettaient de maintenir mon heaume en place avant de l'enlever et de la caler sous mon bras droit. Je gratifias Lady Jeyne d'un sourire avant de m'incliner, la main gauche sur le cœur.

"Aléinor Clegane. Héritière de la maison Clegane et bouclier-lige du Roi du Roc, Loren Lannister. Pour vous servir, Milady."

Je saisissait délicatement la main entre la mienne couverte de métal et y déposait un chaste baiser. Mon statut particulier au sein de la cour de Castral-Roc fesait que les présentation étaient tout aussi particulière si ce n'est plus. J'avais donc prit l'habitude de me présenter de la manière qu'un vrai chevalier le ferait. Oh je n'en avais certes pas le titre, mais j'étais traitée avec le même respect et le même égard au sein du Royaume du Roc. C'était certes diffèrent dans les autres royaumes, mais je gardais cette habitude. Elle en dérangeait plus d'un, mais les reste était intrigués et amusés de voir une dame se comporter comme un Ser. Je n'allais pas tarder à savoir dans quelle catégorie Lady Jeyne avait sa place. Je relâchait sa main et me redressait, toujours souriante. Dire qu'un jour elle prendrait la place occupée par Jordane et qu'elle deviendrait la Reine du Roc, ma Reine...

"Vous ne devriez pas vous promener sans escortes, Milady. Je sais par expérience que les gardes vallois ne sont pas les plus fiables. Vous ne devriez vous fiez qu'à vos propres gardes."



Dernière édition par Aléinor Clegane le Mer 27 Mai - 14:22, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Jeu 14 Mai - 18:36

    Oh mince. J'écarquillais les yeux de surprise en voyant, sous le heaume, un visage fin et féminin et de longs cheveux noirs. Alors le chien des Lannister était une femme ? Je l'ignorais. Quelle surprise ! Les Fer Nés avaient des femmes qui se battaient. Mais sinon, cela demeurait assez exceptionnel. Elle n'était pas chevalier quand même, si ? En tous les cas, elle se comportait comme tel, saluait comme tel et se présentait comme un homme. Non, elle ne devait pas avoir le rang de chevalier, c'était une femme. Mais quand elle se saisit de ma main pour me la baiser, je restais figée de stupeur. Jusque là ? Décidément, voilà une bien étrange rencontre. Pas déplaisante, mais je sentais pas curiosité me dévorer et remplacer ma contrariété première d'avoir été... sauvée par la chienne de mon futur époux. Peut-être que je pouvais tirer parti de cette rencontre. Et si elle allait rapporter à son maître qu'elle avait trouvé Lady Jeyne Stark avec deux hommes, seule ? Irait-il douter de la légèreté de mes mœurs et annuler le mariage ? Possible... Mais je rechignais à passer pour une fille légère quand même. Et remettre en cause ma vertu. Ce serait aussi déshonorer mon père.

    « Et bien, voilà une rencontre surprenante... j'ignorais qu'une femme se cachait sous le heaume de ce valeureux chevalier. C'est singulier. Comment dois-je vous appeler ? »

    Lady ? Cela semblait peu approprié. Ser ? Étrange chez une femme. Autant demander ce qu'elle préférait, quel usage, pour éviter de commettre un impair. Je l'observais attentivement. L'armure dissimulait ses atouts féminins. C'était à s'y tromper. Mais dés qu'elle montrait son visage... C'était une belle femme. Elle avait un visage fin, un joli sourire, mais une lueur farouche au fond des yeux. Je me demandais à quoi ressemblait son corps. Pour porter une armure, elle devait être musclée et forte. Alors, féminine ou pas du tout ? Cela dit, mon visage curieux se ferma quand elle me fit la leçon. Voilà bien une chose que je détestais par dessus tout. J'avais assez de mon père pour ne pas avoir besoin des conseils d'un bouclier lige.

    « Vous le savez d'expérience, vraiment ? Je serais curieuse d'entendre cela. »

    Certes, ce n'était pas malin de se promener seule, mais je m'étais pensée en sécurité, à tort apparemment. Je ferais plus attention la prochaine fois. J'espérais que cet incident ne parviendrait pas aux oreilles de mon père ou de mes frères, parce que sinon, j'aurais le droit à un long sermon sur mon rang, sur ma sécurité... Mais en même temps, si je voulais punir ces rustres... Je devrais passer par le roi du Nord. Ah que tout cela était contrariant. Aurais-je proféré des menaces en l'air ? Je détestais cela. Je détestais l'idée que ces crétins puissent s'en sortir aussi facilement. Ils avaient besoin d'une leçon, même si Aliénor avait déjà débuté en leur faisant mordre la puissance. Mais au delà du fait de ne pas m'écouter, ils avaient proféré des insultes totalement inacceptables qui méritaient que la vie leur soit ôtée. Je me fichais que c'était là cause d'ivresse. Les hommes n'avaient qu'à apprendre leurs limites et surtout assumer leurs déviances et leurs propos. Cela était un casse-tête, j'avais le temps d'y réfléchir, voire de les recroiser. J'aviserais alors.

    « Malheureusement, je manque encore d'expérience. Je songeais que la reine Sharra avait les moyens de prévenir ce genre d'incidents. Je suppose avoir été trop confiante. Certains débordements ne peuvent être contenus. »

    Et cela ne présageait rien de bon pour le conclave... Toutes ces têtes couronnées rassemblées, avec tant de griefs...

    « Je me pose une question, vous avez été prompte à intervenir. Dois-je remercier votre sens de l'honneur ou bien mon nom a-t-il motivé votre rapidité ? »

    Aurait-elle sauvé n'importe quelle demoiselle ? Ou bien que je sois une princesse me sortait-il du lot des communs ? Et surtout... la chienne savait-elle que je risquais un jour de tenir sa laisse ?



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Jeu 14 Mai - 20:58



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


Encore une fois ce n'était pas la première fois que j'étais confrontée à ce genre de question. Après la surprise venait toujours la curiosité. Le terme "chevalier" me fit légèrement rire. En réalité je n'avais que du mépris pour ces hommes qui portaient le titre de ser. Oh je me doutais bien que parmi eu il y a des jeunots pétrit d'idéaux et ayant été bercés par les contes et chants de brave chevaliers, mais c'est ce qu'ils sont. Des contes et des chants et non la réalité. Ici est fait ser quiconque est brutal et sanguinaire et sert un seigneur avec fidélité, bien que cela soit en fait plutôt optionnel. Les chansons vantent l'idéal chevaleresque et les valeurs défendues traditionnellement par les chevaliers. Les exploits de chevaliers légendaires et historiques sont cités en exemple et nourrissent l'imaginaire collectif de chevaliers vertueux défendant les faibles et portant secours aux nécessiteux. Ha! Quelle belle hypocrisie! Un ramassis de barbares avinés et lubriques, voilà la réalité! Je me demandais si Lady Jeyne était de celle à croire à ces mensonges. Je le saurais bien assez tôt.

"Dame Clegane est le titre par lequel on me nomme, mais je répond bien plus souvent au nom de Chienne."

« Vous le savez d'expérience, vraiment ? Je serais curieuse d'entendre cela. Malheureusement, je manque encore d'expérience. Je songeais que la reine Sharra avait les moyens de prévenir ce genre d'incidents. Je suppose avoir été trop confiante. Certains débordements ne peuvent être contenus. Je me pose une question, vous avez été prompte à intervenir. Dois-je remercier votre sens de l'honneur ou bien mon nom a-t-il motivé votre rapidité ? »

C'était là une très bonne question, pertinente. Lady Jeyne n'était donc pas de ces jouvencelles nobliautes écervelées et ne sachant que sourire, glousser et approuver tout ce que leur mari ou père disent... du moins je l'espère pour elle. Lyman n'était pas une mauvaise personne, mais il avait tendance à être trop souvent indécis et il avait un caractère bien à lui. Je me doutais bien que si il s’ennuyait de son épouse il trouverait un maîtresse et j'ignorais si la jeune louve était aussi permissive à ce sujet que Jordane l'est avec Loren. Encore une fois je le saurais bien assez tôt.

"Je connais assez bien le Capitaine de la Garde Royal du Val. C'est un homme honorable, un guerrier puissant et un Capitaine plus que compétent, mais malheureusement on ne peut pas en dire autant de ses hommes. Un tas d'incompétents constamment avinés ou bien occupés à courir la gueuse.

Pour revenir à votre question, sachez que j'aurais agis de la même manière si j'avais vu une quelconque autre damoiselle dans cette situation, ce genre de comportement m'a toujours profondément révulsée ; cependant je mentirais si je disais qu'entendre votre nom ne m'avais pas provoqué une certaine réaction."


Comme tout bon chien en entendant les cris de secours de sa maîtresse enfin de sa possible futur maîtresse. Il est vrai que l'union entre Lady Jeyne Stark et le Prince Lyman n'était pas encore scellée et devait rester secrète jusqu'à l'annonce officielle. Je n'étais au courant de ces fiançailles uniquement car j'avais toute la confiance de mes maîtres. J'avais parfaitement conscience que se tenait en face de moi la Dame qui deviendrait peut-être un jour la Reine des Terres de l'Ouest. Ne plus imaginer Dame Jordane sur le trône me semblait étrange et presque impossible, je l'avais toujours connu ainsi et soyons franc, cette femme était faite pour gouverner, elle aimait la politique, le jeu du trône et s'y épanouissait pleinement. Je fis passer mon heaume sous mon bras gauche et tendis le droit à la Lady du Nord.

"Puis-je avoir l'honneur de vous raccompagnez à vos appartements ? Je ne tiens pas à ce que vous soyez de nouveau importunez par quelques seigneurs avinés. De plus si je crains la colère du Grand Lion je ne tiens pas non plus à subir celle du Loup du Nord. Votre père a su faire forte impression auprès de moi lors de notre récente rencontre. Un fait rare."



Dernière édition par Aléinor Clegane le Mer 27 Mai - 14:29, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Sam 16 Mai - 0:35

    La surprise se lut sans doute de nouveau dans mes prunelles sombres quand elle me répliqua qu'on la nommait Dame Clegane, mais plus souvent... chienne. Là, non, ce n'était juste pas possible que je me permette d'affubler quelqu'un de ce nom. Même si c'était le sien, même si cela ne l'offusquait pas. Je trouvais cela humiliant en fait. Réducteur. Et on en arrivait presque à oublier la personne pour cette fonction bien étrange.

    « Dame Clegane alors. »

    Autant la mettre au parfum tout de suite, je ne l'appellerais pas autrement. Je n'étais pas son maître... mais je songeais tout aussi vite qu'il était possible que je le devienne si ce stupide mariage se faisait. Merveilleux... Cela dit, je fus intriguée qu'elle me conseille de ne pas faire confiance aux garde Valois, pas vraiment fiables d'après son expérience. Vraiment ? J'avais envie de l'entendre me raconter ce qui motivait cette déclaration. La reine Sharra n'apprécierait sans doute pas que l'on remette ainsi en cause la valeur de ses hommes surtout maintenant, alors qu'un événement aussi important allait se tenir et qu'il fallait une sécurité maximale. Même ainsi, je n'étais pas rassurée à l'approche du conclave... Elle me rétorqua alors que si elle ne remettait absolument pas en cause les qualités du capitaine de la garde royale, ce n'était pas le cas de ses hommes et je penchais légèrement la tête :

    « Voilà une opinion assez déplorable... Il faudrait songer à prévenir la reine Sharra de l'incompétence des hommes qui sont censés la protéger et nous avec, vous ne pensez pas ? »

    Je souris, angélique. Pour mieux demander si elle m'avait sauvé parce que j'étais une demoiselle en détresse ou parce que j'étais Jeyne Stark la promise de son jeune maître. Je préférais me montrer franche, quitte à être un peu offensante. Elle le fut ainsi, m'avouant qu'elle aurait volé au secours de n'importe qui. Je hochais la tête alors qu'elle me confiait que ce genre de comportement la révulsait. Elle aurait pu s'arrêter là, je ne lui en demandais pas davantage et elle avait répondu à ma question, mais elle ajouta que mon nom avait provoqué une réaction chez elle. Nous y voilà. Elle savait donc ce qui était envisagé pour rapprocher l'Ouest et le Nord. Combien de personnes étaient au courant ? Et combien l'avaient été avant moi ? C'était avec amertume que je me posais la question. Je supposais que chez nous, oncle Bran, Jon et Walton étaient au courant, en plus de Conrad sans doute. Mais chez les Lannister ?

    « Je vois. »

    Je n'ajoutais rien, méditative, jusqu'à ce qu'elle me tende son bras, me demandant la permission de me raccompagner jusqu'à mes appartements, non sans me rappeler que je pouvais encore être importunée par un ivrogne. Mon intérêt se réveilla quand elle parla de mon père, qui avait su lui faire une forte impression. Tiens, tiens... Pourquoi Père avait-il rencontré le bouclier lige des Lannister ? Il m'avait avoué sur le bateau qu'il se renseignerait sur l'homme qu'il voulait me faire épouser... En passant par la chienne de la famille ?

    « Très bien. »

    Je posais une main délicate sur l'avant bras de Dame Clegane, légèrement gênée de me comporter ainsi avec une femme, mais ne montrant rien de mon trouble.

    « Ainsi donc, vous avez rencontré le roi du Nord. Je ne suis pas étonnée qu'il vous ai fait forte impression. Je l'aurais été du contraire. Dans quelles circonstances en êtes vous venus à vous entretenir avec lui ? »

    Je me montrais faussement naïve, on verrait bien si elle serait honnête jusqu'au bout.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Sam 16 Mai - 16:28



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


« Ainsi donc, vous avez rencontré le roi du Nord. Je ne suis pas étonnée qu'il vous ai fait forte impression. Je l'aurais été du contraire. Dans quelles circonstances en êtes vous venus à vous entretenir avec lui ? »

Un sourire se dessina sur mon visage. Par où commencer ? Je ne m'étais certainement pas attendu à la visite du Roi du Nord et Seigneur de Winterfell, Torrhen Stark. En soit il n'avait rien à gagner à s'entretenir avec la Chienne des Lannister... sauf dans le cas précis d'obtenir des informations sur le prince Lyman. Le Loup m'avait interrompu durant mon entraînement avec Jares, mon écuyer. Nous avions conduit notre conversation dans la tente des Lannister et le moins que je puisse dire est qu'elle fut... instructive. Pour les deux partis. Lord Stark était repartit avec les informations qui l'intéressait et en ce qui me concerne j'avais appris une leçon qui allait sans doute me servir dans le reste de la partie se jouant actuellement. J'étais reconnaissante envers le Loup pour cette leçon, mais j'en gardais néanmoins un arrière goût amer et quelques sentiments contradictoire à l'égard du Seigneur de Winterfell. Lady Jeyne avait posée sa main sur mon bras droit et nous avions entamés le chemin vers ses appartements, traversant la cour.

"Vous connaissez votre père mieux que moi. Je ne doute pas que vous devez déjà savoir pourquoi il a tenu à s'entretenir avec moi, un simple bouclier-lige."

Quelque part au fond de moi je ne pouvais m'empêcher d'être une peu jalouse de la jeune louve. Non pas à cause de son rang, mais du simple fait qu'elle avait un père qui tenait à elle et s’inquiétait suffisamment de son avenir pour enquêter sur son fiancé. A une époque j'aurais tué pour cela. Aujourd'hui je n'en avais cure, mais je ne pouvais empêcher un pincement au cœur lorsque je voyais Loren proche de ses enfants ou encore Lord Stark s'enquérir du futur de sa fille. J'ai longtemps souhaité que mon propre père se comporte ainsi avec moi, ne serait-ce qu'une journée. Des baisers et des embrassades à la place du mépris et des insultes habituelles. Je retenais un soupir. Tout cela était impossible désormais : Père était décédé depuis longtemps et il m'avait tenu responsable de la mort de Mère jusqu'à la fin. Cela semblait d'être une convention chez les Clegane : une mère morte en couche et un père blâmant l'enfant. Deonte n'y avait pas échapper.

"Lord Stark est venu me trouver au campement des Lannister, non loin du palais de la Reine Sharra. Il a prétendu vouloir me parler au sujet du prince Lyman."

Je n'avais pas de raison particulière pour mentir à Lady Jeyne. Si la jeune louve était aussi honorable et franche que son père, elle chercherait à obtenir des informations au sujet du prince Lyman à travers ma personne. Elle n’obtiendrait rien de plus ou de moins que ce que le Loup du Nord a eu.



Dernière édition par Aléinor Clegane le Mer 27 Mai - 14:33, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Mar 26 Mai - 17:55

    Je souris à mon tour alors que Lady Aléinor évitait habilement de me répondre en me laissant tirer mes propres conclusions. Ma foi, si celle préférait se taire, c'était son problème. Cela me confirmait ce que je pensais. Pour que mon Père approche les Lannister, notamment leur chienne de garde, c'était pour enquêter, sans nul doute. Il aurait sans doute été judicieux de se renseigner avant d'envisager de me marier avec le fils Lannister, mais bon... Père avait promis qu'il me donnerait à un homme qui ne me rendrait pas malheureuse et me respecterait et il tenait en haute estime la puissant famille du Roc. A raison, je l'espérais. Bien qu'il y ai toujours un décalage entre le paraître et l'être. Il y avait bien des rumeurs concernant les Lions. Mais davantage sur le couple que sur leurs enfants. Père avait essayé de me rassurer, mais je ne le serais pas tant que je ne saurais pas moi-même qui était Lyman Lannister. Et je craignais qu'il ne fasse bonne figure jusqu'au mariage et qu'en suite, il révèle sa nature. C'était de bonne guerre... Et terrifiant. Certaines femmes seraient heureuses d'être mariés et délaissées ensuite, relativement tranquilles tant qu'elles fermaient les yeux sur les maîtresses de leur époux. Je savais que je ne saurais me contenter de cela.

    Mais je devais reconnaître à Père le soucis de mon bien être. Et je profitais bien trop de son indulgence à mon égard. Même s'il n'avait pas été et n'était toujours pas un père parfait, il était loin d'être un monstre. Il avait à cœur notre bonheur, notre sécurité et le bien du royaume. Il devait marier ses enfants pour sceller des alliances, ce qui était le lot de tous les princes et princesses, sans préférence, mais au lieu de simplement voir ce que cela pouvait lui apporter, il essayait de me trouver un parti avec lequel je pouvais m'entendre... Même si j'avais du mal à l'avouer, je lui étais reconnaissante de me chercher un jeune prince agréable, plutôt qu'un vieux veuf ou vieux garçon repoussant et violent... Mais plutôt m'arracher la langue que de l'avouer !

    Dame Aléinor consentit finalement à avouer la raison de la visite de Père, confirmant ainsi mes doutes. Se renseigner sur Lyman. Naturellement. Je me demandais s'il s'était déjà renseigné auprès de la reine Jordane ou du roi Loren... Ou même auprès du jeune homme. Et était-il aussi curieux que moi me concernant ? Etait-il emballé à l'idée de se marier, se demandait-il à quoi ressemblait sa potentielle fiancée du Nord ? Autant de questions qui me trottaient dans la tête. Je pouvais interroger la chienne des Lannister... Comme mon père. Ce serait montrer de l'intérêt et cela me dérangeait. Mais ne pas le faire par fierté... C'était me priver de quelques informations... Je pris une ample inspiration et décidais de me lancer :

    « Quel âge avez-vous Dame Clegane ? Êtes-vous mariée ? »

    Je supposais que non, puisqu'elle s'appelait Clegane et je voyais peu d'hommes accepter que leur épouse soit dévouée corps et âme à un Maître... Et puis, c'était une guerrière, elle semblait ne pas avoir à subir les mêmes pressions que d'autres nobles. J'étais curieuse concernant sa vie.

    « J'ai toujours su que viendrait le moment où il me faudrait trouver un époux, afin de servir ma famille et ses intérêts. C'est le lot de nous toutes. Le savoir ne signifie pas l'accepter de gaieté de cœur... J'ai des appréhensions, toutes naturelles alors qu'on parle d'un homme avec lequel je vais devoir passer le reste de ma vie. Et je ne sais rien de lui. On loue ses parents, sa famille, ses richesses. Mais qui est-il ? Qu'aime-t-il ? Comment se divertit-il ? Est-il un guerrier ou plutôt un politicien ? Est-il grand, petit, musclé, chétif ? A-t-il belle allure ? Tant de questions qui me tourmentent et chassent le sommeil... »

    Je soupirais.

    « Pardonnez-moi de cette avalanche d'interrogations, la nervosité me rend bavarde. »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Jeu 28 Mai - 21:30



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


« Quel âge avez-vous Dame Clegane ? Êtes-vous mariée ? »

Si la première question me laissa sensiblement indifférente, la seconde en revanche me fit tiquer. Je sentis les muscles de ma mâchoire se contracter tandis que je luttais pour garder un visage neutre. Je ne devais surtout pas laisser ma nature instable et colérique prendre le dessus, surtout pas devant la possible promise de Lyman. Lady Jeyne avait sans posée cette question par simple curiosité, je ne pouvais pas lui en vouloir. Le mariage et les Lannister. Les deux seules choses capables de me faire sortir de mes gonds instantanément. Je gardais le silence un moment, continuant à marcher en compagnie de la jeune louve dans les couloirs du palais. Je détestais le fait que je pouvais m'empêcher de réagir aussi négativement au terme "mariage" surtout lorsque mon nom figurait dans la même phrase. Encore une chose que la famille Clegane m'aura gâchée tiens. Une tirade de questions venant la jeune femme me ramena à l'instant présent.

Je ne pu me retenir de rire. Non pas à cause de la détresse de mon interlocutrice, mais en repensant à mon entretien avec Lord Stark. Si le Loup m'avait posé des questions différentes au final le but était le même : se renseigner sur Lyman Lannister. Dans tous les cas l'on pouvait réellement dire que Lady Jeyne était bien la fille de son père : outre la ressemblance physique qui se fesait sentir, les deux manquaient de tact et était francs. Tout comme moi. Les Chiens et les Loups se ressemblent plus qu'ils ne sont différents dirait-on.


"Je suis actuellement dans ma trente-et-unième année et non je ne suis pas mariée. J'ai toujours dédiée ma vie à la protection des Lannister, je n'ai jamais accordé de l'importance à ce genre de chose. De plus le reste de la famille Clegane s'occupe très bien de perpétuer notre lignée."

Je m'arrêtais soudainement au milieu de couloir, je tournais la tête vérifiant que nous étions seuls, je me penchais vers la jeune femme, lui disant sur un ton franc. et juste.

"Je vais vous dire ce que j'ai répondu à votre père : je ne peut décemment vous donner un avis sincère sur le prince Lyman. C'est un beau jeune homme et il le sait, c'est un charmeur qui aime boire et ripailler. Il est loin d'être la meilleure lame du Royaume du Roc et il est souvent indécis, hésitant longtemps avant d'agir. C'est aussi une personne très têtu par moment, ne se laissant pas faire, mais pour tout cela... Il est aussi jovial, intelligent, sensible. Il est encore jeune et il croit tout savoir de la vie, de ce fait il commet de nombreuses erreurs, mais il est encore jeune, il apprendra."

Je pourrais m'arrêter là et nous pourrions continuer notre chemin, après j'avais répondu à ces interrogations. Pourtant quelque chose dans cette jeune fille éveillait en moi un instinct maternel. Étais-ce parce qu'elle serait possiblement un membre de la famille Lannister ? Ou bien la rencontre avec le Loup du Nord ? Je l'ignore. Dans tous les cas je la fixais dans les yeux, osant posé une main sur son épaule.

"Cependant gardez en tête que si cette union a lieu vous serez une louve au milieu d'une fosse pleine de lions. Ces lions sont peut-être paisibles, doux et même affectueux, mais n'oubliez pas que leurs griffes sont longues et acérées tout comme leurs crocs. Il ne tiens qu’à vous de les amadouer et peut-être même de les charmer.
N'oubliez pas qu'une chienne se dresse au milieu de cette fosse, veillant sur les félins... et peut-être même sur la jeune louve."


Je me reculais un peu de Lady Jeyne, enlevant ma main de son épaule, mais mes yeux restaient encrés dans les miens.

"Un chien mourra pour vous, mais il ne vous mentira jamais."



Dernière édition par Aléinor Clegane le Dim 31 Mai - 1:22, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Sam 30 Mai - 21:36

Avais-je commis un impair en demandant si franchement à la guerrière si elle était mariée ? Parce que ce fut un long silence qui me répondit de prime abord. Ma foi, au moins, elle pourrait aller dire à son jeune maître que la louve du Nord n'était pas du genre à s'encombrer de salamalecs et allait droit au but. Je n'étais pas aussi brutale que Père et j'aimais, bien entendu, les discussions pleines d'esprit et les phrases ampoulées, mais cela était fatiguant et... Et je me disais que la chienne serait vite agacée de ce genre de discours. Les soldats étaient des gens simples qui ne s'encombraient pas de vaines politesses. J’enchaînais avec plusieurs questions sur mon potentiel fiancé. Des questions légitimes, non ? N'importe qui aurait voulu savoir de quel bois était fait l'homme qui risquait de partager sa vie. Et comment il était physiquement. Et là, la chienne des Lannister se mit à rire, si bien que je me tus, troublée. Se moquait-elle de moi ? Ou bien était-elle amusée de constater combien j'étais curieuse ?

Mais je réussis à avoir ainsi des réponses à mes premières questions. Je la regardais en coin. Trente et un an déjà ? Le double de mon âge quasiment. Une vieille fille. Pas étonnant au vu de son métier cela dit. Il semblait difficile de concilier bouclier lige des Lannister et vie de famille. Ce qu'elle confirma ensuite. Suffisamment d'héritiers pour s'occuper de perpétuer la lignée. Je penchais un peu la tête :

« Vous avez choisi votre voie ou bien était-ce là votre.. rôle de par votre naissance ? »

Curieuse ? Totalement. Pourquoi choisir de sacrifier sa vie de femme pour avoir celle d'un homme. Ou presque. Mais pouvait-on parler de sacrifice dans ce cas ? Je n'en étais pas certaine. Elle n'avait pas besoin de faire attention aux convenances et pouvait sans doute se permettre bien des choses qui m'étaient interdites, quand bien même j'étais d'un rang supérieur. Mais des parents pouvaient-ils décider d'offrir cette vie là à leur fille ? Curieuse mentalité.

Mais Lady Clegane s'arrêta subitement et je fis de même alors qu'elle semblait vouloir me parler sur un air de confidence. Elle commença en me répliquant qu'elle allait me dire la même chose qu'à mon père. Bah, comme il ne m'avait rien dit, cela n'allait pas me déranger. Mais dommage qu'elle ai le même discours pour le père que pour la fille. Parce que Père et moi ne cherchions pas à savoir exactement la même chose.

« Pourquoi ne pourriez-vous donner un avis sincère ? C'est pourtant le genre d'avis qui m'est le plus précieux. »

Et surtout si elle disait ne pas pouvoir être sincère, cela laissait présager qu'il avait des défauts qu'elle ne voulait pas me dire. A moins que je ne me méprenne. Elle me répliqua qu'il était beau et le savais, usant de son charme, et profitant de plaisirs de son âge. J'étais jeune, mais pas cruche. Il faisait comme tous les jeunes hommes. Rien de nouveau, qu'importe que l'homme soit du Nord, de Dorne, du Val ou de Peyredragon. Ils étaient bien tous unis pour cela. Il n'était pas le meilleur guerrier qui soit. Je notais cela. Indécis, têtu, vindicatif mais aussi jovial, intelligent et... sensible. Voilà bien un trait de caractère qui n'était pas courant chez les hommes du Nord, souvent durs.

« Mais... Il est grand comment ? Comment sont ses cheveux, ses yeux, son sourire ? Est-il plutôt élancé, musclée, chétif ? »

Mince alors, ce n'était pas une femme que j'avais devant moi ! N'importe laquelle de mes dames de compagnie aurait commencé par là pour me le décrire. Qu'il soit beau garçon était une chose, mais la beauté était affaire de goût finalement.

« Ma foi, je me demande que donne une union entre deux entêtés Lady Clegane. »

Je laissais ainsi échapper, sciemment de toutes façons, que j'étais moi même têtue. Cela risquait d'être explosif si nous campions sur nos positions. Quant à être jeunes et faire des erreurs...

« Le principal est d'apprendre de ses erreurs afin de ne pas les réitérer. Je suppose que la sagesse vient de cet apprentissage et que c'est ainsi que les monarques deviennent avisés. Pas en étant dépourvus d'erreurs de jugement, mais en sachant faire avec, les rectifier et ne plus s'y laisser prendre. »

Je me disais également qu'un futur monarque ne pouvait être indécis. Il fallait être ferme, quitte à se tromper. Cela risquait de trancher avec moi qui avais tendance à m'enflammer rapidement. Trop. La main de Lady Aléinor se posa alors sur mon épaule et après y avoir jeté un regard, je le plantais dans le sien alors que j'avais l'impression de parler... d'égale à égale. Sans que cela ne me dérange ou ne soit un manque de respect, bien au contraire. Elle me mit alors en garde... et me prodigua des conseils. Et une main tendue. Sa loyauté. Je hochais la tête, gravement, consciente que c'était là une alliée de poids. Qu'il valait mieux m'en faire une amie qu'une ennemie. Elle conclut alors par une sorte de devise, que je comprenais aisément.

« Merci. J'apprécie la franchise. Un trait de caractère que je partage avec mon Père, peut-être l'avez-vous remarqué. »

J'esquissais un sourire.

« Rapporterez-vous cette entrevue à vos maîtres ? »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Lun 1 Juin - 0:42



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


Je me demandais tout de même ce qui m'avait poussé à me comporter ainsi avec Lady Jeyne. Elle était la fille d'un Roi qui me troublait et la possible futur femme de Lyman, mais à part ça ? Qu'est ce qui m'obligeait à lui avoir fait une telle confession et de lui avoir prodiguer de tels conseils ? je suppose que la possibilité qu'elle devienne un jour la Reine du Roc et qu'elle tienne ma laisse m'avait grandement influencé. Les chiens et les loups ne peuvent pas s'entendre hein ? Il semblait pourtant que la Chienne se soit prise d'affection pour un louveteau. Cocasse s'il en est. Je ne savais pas si je devais en rire ou en pleurer. Se plier devant un Lion est une chose, mais devant une louve... Espérant que dans le futur je n'ai pas à regretter ma décision. Pour l'instant je devais m'atteler à répondre à ses nouvelles questions. La première concernait mon rôle de bouclier-lige.

"La famille Clegane protège les Lannister depuis trois générations. Le rôle de bouclier-lige du Roi ne va pas nécessairement à l'héritier de la maison puisque mon grand-oncle a déjà exercé cette fonction cependant je n'ai pas toujours su que je prendrais un jour la place de mon père auprès du Lion. J'étais encore une enfant lorsque mon entraînement commença. J'ai bien vit compris l'importance d'une telle fonction et si j'avoue avoir eu quelques appréhensions quand aux Lannister... mais la jour venu j'ai compris que c'est là qu'était ma place. Je les sers depuis maintenant seize ans et je ne le regrette nullement."

Venait ensuite mon incapacité à donner un avis sincère sur Lyman et d'autre question concernant son physique. Il est vrai que c'est un aspect que j'avais totalement omis inconsciemment. Je ne m'arrête pas au physique des gens et j'ai plus tendance à décrire les qualités de la personne que son allure.

"Je connais le prince Lyman depuis qu'il est enfant et je dois vous dire que j'ai une profonde affection pour lui et cette affection m'empêche d'être objective quand à son sujet.

En dehors des qualités et défauts que je vous ais cités et bien... Lyman est un Lannister au sens physique du terme. Cheveux blonds, yeux bleus... Par ailleurs c'est un jeune homme de taille moyenne, quasiment aussi grand que moi. Pour le reste il a plutôt un physique élancé, bien meilleur cavalier qu’épéiste."


Pour être franche, je me confiais bien plus facilement auprès de Lady Jeyne que de son père. Il faut dire que Lord Stark m'inspirait des sentiments assez contradictoires tantôt je souhaitais le frapper, tantôt je voulais l'embraser. Bien entendu, il était hors de question que la jeune louve apprenne ce détail. La situation était déjà bien assez complexe comme cela, il n'était pas nécessaire que mes sentiments viennent embrouillés les relations entre les Stark et les Lannister. Mon interlocutrice me remercia de ma franchise, affirmant que c'était là un trait de caractère qu'elle appréciait et me demandant si j'allais rapporter notre entretien à mes maîtres. Je lui souris, me penchant à nouveau vers elle.

"Comme je vous l'ai dit, une chienne ne ment jamais... mais elle n'est pas obligé de tout dire. Disons que tant que mes maîtres ne me questionnent pas sur mes agissements, je ne piperais mot de notre entretien."

Je reculais et tendis à nouveau mon bras afin que Lady Jeyne le prenne et que nous continuions notre chemin.

"Quand est-il de vous ? Est-ce que le Loup du Nord apprendra de votre bouche que la Chienne des Lannister a sauvé sa progéniture ?"

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Ven 5 Juin - 10:54

J'écoutais Aléinor me parler rapidement de sa famille, de son devoir. J'étais subjuguée. Interrogative aussi. Pourquoi avait-elle été choisi ? Pourquoi une femme quand sa famille comptait sûrement des hommes et quand l'héritier n'était pas forcément désigné d'office ? C'était déconcertant. Je ne pensais pas qu'une femme était moins méritante ou performante qu'un homme, là n'était pas la question, mais je pensais qu'un seigneur ferait moins confiance à une femme qu'à son homologue masculin pour garder les siens... Nous évoluions dans une société où, malheureusement, hommes et femmes n'avaient pas les mêmes privilèges. Et Aléinor avait sûrement du en souffrir plus jeune... Ou même encore maintenant avec les plus obtus. Surtout que c'était une très belle femme... Elle avait commencé jeune auprès des Lannister. Mon âge. Et je ne me voyais absolument pas à sa place. Même si je ne niais pas trouver cela fascinant. En tous les cas, une femme bouclier lige devait être sous estimée. C'était malin.

« Et... Si un malheur vous advient, que les Sept nous en préservent, qui prendra la relève ? »

Elle n'avait pas d'enfants. Mais sans doute demeurait-il quelques recrues chez les Clegane. Ou y avait-il plusieurs Clegane au service des Lannister ? Ah j'aurais du me renseigner davantage au sujet de mon futur époux. Cela n'aurait évité cette ignorance insupportable. Et l'avalanche de questions naïves envers Dame Clegane. Heureusement, elle faisait preuve de patience et de sympathie envers moi. Peut-être parce qu'elle ne voulait pas risquer un incident diplomatique dans une éventuelle alliance. A moins que sa curiosité à mon égard soit égale à la mienne. Ou tout simplement que ma compagnie lui soit agréable. Et j'en profitais pour demander davantage de détails sur mon potentiel époux. Alors sans doute était-ce la jeunesse qui me rendait futile, mais je voulais quand même savoir à quoi il ressemblait ! Aléinor était davantage focalisée sur d'autres aspects. Importants bien sûr, mais qui n'étaient qu'un pan de l'ensemble.

Concernant son manque d'objectivité, elle m'apporta la réponse en se justifiant par l'affection qu'elle avait pour le prince, l'ayant vu grandir. D'accord, je pouvais tout à fait le comprendre. Elle aurait presque pu être sa mère. Tout du moins, une grande sœur. Elle me fit toutefois un rapide portrait de Lyman. Yeux bleus, cheveux blonds, plus grand que moi, sans être un géant (mais Aléinor était grande pour une femme), élancé, donc mince sans doute ? Et cavalier. Bien... Sur le papier, ça sonnait bien.

Je m'inquiétais du coup concernant cette rencontre et ce que les Lannister en sauraient. Ou du moins, je préférais savoir à quoi m'attendre. Je n'avais rien à cacher et elle pouvait bien rapporter la teneur de cette conversation sans que je m'en soucie. Les circonstances de notre rencontre, en revanche, c'était une autre affaire. Et si elle m'assura qu'elle ne dirait rien de cela si on ne lui en formulait pas la demande, elle se montra fort perspicace quand elle me renvoya la question. Je dus faire un effort pour ne pas grimacer, comme une petite fille prise en faute. J'étais une princesse. Un jour je serais une reine.

« Sachez que de cet entretien, je n'ai pas à me cacher. Je pense ma curiosité envers celui qui sera peut-être mon époux assez légitime. Et je ne pense pas avoir eu un comportement qui puisse faire rougir de honte ma famille. Cependant... Vous êtes perspicace Dame Clegane. Concernant mon père, je ne sais encore si je pourrais lui relater cela. Non pas que j'ai à avoir honte de cette rencontre, vous avez été admirable et mon père mériterait de le savoir... mais je crains aussi que l'inquiétude d'un père doublée de celle d'un seigneur qui craint pour la vertu de celle qu'il doit donner en mariage ne le rende enclin à me faire escorter où que j'aille... Situation pénible s'il en est... »

Je soupirais... Adieu liberté. Contrariant et frustrant.

« Disons que je dois trouver le moyen d'aborder le sujet sans l'inquiéter. De quoi m'occuper l'esprit pour les prochains jours et me détourner de mes angoisses concernant un mariage. »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Lun 8 Juin - 23:09



Quand une louve est sauvée par une chienne

feat Jeyne Stark


La question de Lady Jeyne me fit légèrement tiquer. Si je venais à mourir ? Il est vrai que c'est une idée qui m'a quelques fois traversée l'esprit. J'avais bien conscience que plus les années venaient, moins je risquait d'être efficace dans mon rôle de bouclier-lige, je ne pouvais décemment faire cela éternellement. Pour autant je redoutais le jour où des suites de mon âge ou d'une blessure trop grave je devrais quitter les Lannister et retourner au château des Clegane. Je n'en éprouvais aucune envie, pas uniquement car je détestais presque chaque membre de ma famille, mais parce que j'avais résolument faite toute ma vie autour de la famille royale et que j'avais du mal à l'envisager autrement. La Chienne serait complètement perdue sans ses Lions de maîtres, mais je pensais surtout que personne n'était suffisamment compétent pour prendre ma place. Oncle Barroth pouvait m'écrire autant de fois qu'il le voulait et me décrire les compétences de Deonte dans ses missives, je ne lui céderais pas ma place sans que je me sois assuré de ses capacités.

"Si jamais je venais à être gravement blessée ou à mourir ce serait à mon cousin, Deonte Clegane, de prendre la place de bouclier-lige auprès du Roi Loren. Il est actuellement en train de terminer son entraînement au château Clegane."

Je souriais doucement en écoutant Lady Jeyne me parlé de son père et des retombées de notre rencontre si il apprenait que j'avais sauvée sa fille. J'imaginais en effet très bien le Loup du Nord imposer des gardes à son louveteau suite à l'incident de tout à l'heure. Aaaah petite louve, si tu savais à quel point je t'envie d'avoir un père qui se soucie de ton bien être. Ce même père qui était venu me voir et qui n'avait pas flanché quand la Chienne des Lannister avait montrée ses crocs. C'était un homme franc et bien plus honorable que ce que les rumeurs à son sujet racontaient, je l'estimais bien plus que certains autres souverains. Les pensées de la jeune femme se tournèrent à nouveau vers son possible mariage et son angoisse. Je pouvais la comprendre dans une certaines mesures, il n'y avait rien en ce monde que je redoutais plus que le mariage. Etre séparé de mes maîtres, me retrouvé dans une situation similaire à feu ma mère, me soumettre à un mari... Non. Jamais. Instinctivement, ma main gantée de métal vit prendre avec délicatesse celle de Lady Jeyne, souriante et plongeant mon regard absinthe dans le sien cyan.

"Si besoin est j'irais moi-même voir le Roi Torrhen pour témoigner sur mon honneur de votre vertu encore sauve. J'irais même écumer les rues de Goeville pour retrouver ces deux malotru et les amener à ses pieds et aux siens afin de les faire témoigner et qu'ils reçoivent une punition digne de leurs actes. Je ne permettrais pas que votre honneur soit ainsi remis en cause.
Par ailleurs vous me blessez, Lady Jeyne. "Escorte pénible" ? Je vous rappelle que si un jour vous serez Reine du Roc, je serais moi-même votre chienne de garde et qu'il y aura alors de très grandes chances pour que je sois votre escorte personnel. J'eu cru que ma compagnie vous étais sympathique. J'aurais donc pensé à tort ?"


Malicieuse ? Peut-être un peu, mais que voulez-vous ? A force de fréquenter les Lannister, j'ai acquis certaines de leurs mimiques.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   Jeu 11 Juin - 13:42

Je devais probablement manquer cruellement de tact en demandant ce qu'il adviendrait si Lady Aléinor devait mourir, mais tout ceci me rendait curieuse et ce n'était pas non plus comme si la jeune femme n'était pas une guerrière qui savait probablement que sa vie pouvait prendre fin à tout moment. Je n'avais pas en face de moi une jeune pucelle effarouchée qui allait pousser de grands cris d'orfraie alors que j'abordais le sujet de sa mort. Ou de sa retraite. Ce ne serait pas forcément la mort qui mettrait un terme à son devoir, mais l'âge également. Tout expérimenté soit-il, un guerrier arrivait forcément à un point où cette expérience ne rivalisait plus avec la fougue et la force de la jeunesse. Elle me répondit alors de bonne grâce qu'il y avait déjà un remplaçant qui se trouvait en plein apprentissage, son cousin, sans doute plus jeune qu'elle. Je hochais la tête, satisfaite de la réponse, ma curiosité momentanément étanchée. Quel drôle de destin que celui de cette famille, liée aux Lannister, mais simplement dans le but de servir... Et en concevant une grande fierté qui plus est. Les Lions pouvaient s'estimer heureux d'une telle loyauté. C'était rare et d'autant plus précieux. Surtout que ce rôle de chien (ou chienne) était source de maintes moqueries... Moqueries rarement lancées en face. Ce serait un coup à y perdre la vie.

Le sujet revint sur moi, sur cette rencontre et surtout ses circonstances, délicates. Les avouer à Père, c'était me condamner à avoir des gardes collés aux basques jusqu'à notre retour dans le Nord. Non merci. D'un autre côté... Cacher cela me mettait mal à l'aise. Je n'étais pas adepte de la dissimulation et du mensonge. Ce n'était pas dans ma nature. Dans celle d'aucun Stark il me semblait. Une qualité, qui pouvait devenir défaut face à des gens sans scrupules. Et ici, parmi les têtes couronnées, il y en avait beaucoup trop... J'essaierais d'en parler à mon père, quand j'aurais trouvé le moyen d'aborder le sujet sans lui faire avoir une attaque. Ce que je confiais d'ailleurs à Aléinor. Je préférais être franche avec cette femme qui avait l'oreille de ses maîtres. Je n'étais pas du genre à mentir pour plaire. J'étais naturelle avec elle et je lui soumettais mes interrogations et mes angoisses avec franchise. Cela ne remettait en aucun cas en doute les qualités de ses maîtres et surtout du prince Lyman qu'elle semblait tant apprécier. J'aurais conçu les mêmes craintes avec n'importe quel autre homme. Sans doute davantage s'il avait eu une réputation d'être cruel ou violent, ou bien s'il était âgé et ayant déjà eu une famille. Je devais reconnaître cela à Père : il prenait soin de trouver un époux qui puisse me plaire...

Lady Aléinor me prit alors la main et je la regardais avec surprise. C'était un geste spontané. Presque... Affectueux ou maternel. Elle m'assura que s'il le fallait, elle irait voir mon père pour attester de mon honneur, voire retrouver les malotrus qui m'avaient tourmenté. C'était touchant. Je ne pouvais m'empêcher de me demander pourtant si elle faisait cela par... affection pour moi ou simplement parce que j'étais la fiancée de son jeune maître. Aurait-elle fait pareille proposition à n'importe quelle jeune fille ? J'en doutais.

Et elle ne put s'empêcher de rajouter, taquine, qu'elle était blessée que je puisse qualifier une escorte de pénible alors qu'elle-même serait la mienne si je venais à devenir une Lannister. Malgré moi, je souris en retour, même si l'idée de devenir une Lannister ne me plaisait toujours pas. J'aurais aimé demeuré une Stark, mais il aurait fallu que je naisse homme pour cela.

« Non, vous avez raison. Votre compagnie est agréable. Mais il n'en est pas moins vrai que si vous recevez des ordres concernant ma sécurité, vous serez dans l'obligation de les exécuter, que cela me plaise ou non. Et cela sera forcément une atteinte à ma liberté. Mais je vous accorde que vous êtes de meilleure compagnie que les gardes de mon père. Votre conversation est bien plus intéressante ! »


Je ris doucement alors que nous arrivions à mes appartements. Le temps était passé trop vite en si bonne compagnie.

« Merci Lady Aléinor. Pour votre intervention et pour vos réponses également. J'espère ne pas vous avoir fait trop mauvaise impression par mes questions et mes confidences. La franchise n'est pas toujours appréciée à sa juste valeur, surtout hors des frontières du Nord. »

Mais j'avais dans l'idée que si quelqu'un pouvait comprendre cette honnêteté, c'était bien la chienne des Lannister.

« Vous avez quelque peu apaisé mon esprit, Lady Aléinor. Au plaisir de vous revoir. »

Même si cela risquait d'être en tant que fiancée officielle de son maître... Je souris, la saluais et rentrais chez moi, réfléchissant à tout cela et à la façon de dire à mon père que j'avais été chahutée par de jeunes seigneurs impudents et avinés.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1926
Membre du mois : 22
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand une louve est sauvée par une chienne [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la louve est partie
» Que fais tu dans mon rêve ? [PV Solembum][FINI]
» Quand le masque tombe [Tour II- Terminé]
» Quand une lame noire tombe sur la louve... (ou le contraire ?) [PV Amy] [TERMINE]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: