AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme
MessageSujet: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    Sam 13 Mai - 16:14




A lady Rohanne Ashford,

Mon aimée je vous adresse ces quelques mots pour vous indiquer à quel point la situation est grave. Notre défaite à Tiniviel fut une véritable humiliation qui a vu les ennemis du royaume écraser l’ost de notre bon roi Mern IX. A l’instar de la chevalerie présente sur le champ de mort je n’ai rien pu faire pour tirer le souverain des griffes des coalisés. Complètement impuissant à l’instar de mes compatriotes je me suis échiné à briser les phalanges orageoises en vain. Tant de mes frères d’armes sont tombés, tant de braves ont été fauchés, tant de jeunes ont agonisés sous les assauts de l’ennemi. La vision de notre armée anéantie m’a dévasté et laissé un gouffre amer dans le cœur. La situation est terrible pour les restes de l’armée de feu le roi. Le moral est au plus bas et l’ennemi est en marche sur notre position. Selon mes informations, ils ne se trouveraient qu’à quelques jours de marche. J’ai le soulagement de vous informer du fait que vos frères et votre père sont en vie et se portent bien madame malgré l’amère déception et le ressentiment qui habitent leurs cœurs comme ils habitent également ceux de mes frères et mes cousins. Pour le moment nous sommes en vie et c’est tout ce qui importe. La prochaine bataille est bien plus proche que vous ne pouvez l’imaginer. Nous allons nous battre à n’en point douter. Les circonstances exceptionnelles m’ont propulsées au rang de commandement aux cotés de vétérans bien plus expérimentés tels que lord Tarly ou du Rouvre. Aussi, je me dois de me montrer à la hauteur de cet honneur insigne ma mie. Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait. Je ne peux que faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous soyons victorieux. Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait alors je veux que vous sachiez à quel point je vous aime. Le souvenir de votre visage et de votre chaleur m’aide à tenir dans les moments difficiles. Prenez soin de notre petit Jacen mon aimée et assurez-lui de l’amour que lui porte son père. Je vous prie d’embrasser ma mère et mes sœurs et de leur transmettre mon affection. Portez-vous bien mon aimée. Votre dévoué époux qui puise du réconfort dans votre souvenir au milieu de la tempête.
Votre dévoué et aimant époux ser Alessander Ashford





           

   
« Don't fight in the north or the south. Fight every battle everywhere. Always in your mind. »
© .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Alessander Ashford, héritier de Cendregué
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Messages : 209
Membre du mois : 30
Célébrité : Max Irons
Maison : Ashford
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    Sam 13 Mai - 16:18



A lord Peake et aux commandants de l'armée de Pont l'Amer,

Mon seigneur il a été porté à mon attention votre missive en tant qu’officier de l’ost royal de Grassy Vale. Je suis au regret de vous avertir que nous avons décidé à l’issue d’une délibération générale des officiers survivants de ne pas déplacer l’ost royal de la ville pour le moment. Nos hommes sont harassés et ne supporteraient probablement pas une marche forcée à travers vingt lieux. Nous avons pris le temps de fortifier sommairement le bourg en prévision d’une bataille sous ses murs. Nous allons tenter de prendre contact avec l’armée de Cendregué et de lui demander d’opérer la jonction. L’absence évidente de dorniens nous interpelle, étant donné qu’ils constituent l’essentiel de la cavalerie de reconnaissance de l’ost ennemi. Sont-ils rentrés à Dorne eu égard à notre poussée victorieuse sur le front sud ? Ou attendent t’ils que nous fassions mouvement pour harceler nos troupes et les décimer lentement mais surement ? Nous préférerions que vous poussiez plus au sud pour vous rapprocher du bourg afin de faciliter la jonction des trois armées.  Nous comprenons votre impatience légitime d’en finir avec l’ennemi mais c’est l’impétuosité qui nous a coûté la victoire à Tiniviel. Ne répétons pas les mêmes erreurs. Les orageois ne sont pas assez nombreux pour l’emporter et pourtant les voilà sur nos terres. Ils espèrent certainement défaire nos armées l’une après l’autre. Ne leur laissons pas ce plaisir monseigneur. Rapprochez-vous du bourg autant que faire ce peu.
Ser Alessander Ashford




           

   
« Don't fight in the north or the south. Fight every battle everywhere. Always in your mind. »
© .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Alessander Ashford, héritier de Cendregué
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Messages : 209
Membre du mois : 30
Célébrité : Max Irons
Maison : Ashford
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    Sam 13 Mai - 16:20



Aux commandants de l'armée de Cendregué,

Mes seigneurs comme vous le savez probablement déjà nous nous trouvons à Grassy Vale avec les survivants de l’ost royal de feu notre bon roi Mern IX et récupérons de nos blessures. L’absence de ravitaillement est pesante et le moral est au plus bas. Nous avons fait sommairement fortifier les lieux dans l’idée d’un affrontement dans la zone. Seulement, une missive de lord Peake nous est parvenu indiquant la présence d’éclaireurs orageois au nord-est du bourg à environ vingt lieux. Ce dernier requiert notre aide de toute urgence et a tenté de vous contacter sans parvenir à vous localiser. Nous lui avons conseillé de ne pas engager l’ennemi et de se rapprocher du bourg dans l’attente de votre arrivée. La jonction est essentielle pour que nous puissions écraser l’ost ennemi le plus rapidement et aisément possible. Nous vous prions de rejoindre Grassy Vale afin que nous venions fusionner les deux armées et marcher ensemble sur l’armée ennemie. Nous nous tenons prêt à partir dès que votre position sera connue.
Ser Alessander Ashford



           

   
« Don't fight in the north or the south. Fight every battle everywhere. Always in your mind. »
© .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Alessander Ashford, héritier de Cendregué
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Messages : 209
Membre du mois : 30
Célébrité : Max Irons
Maison : Ashford
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    Sam 13 Mai - 16:21



Au traître à son sang et son royaume Kevan Gardener,

Messire, votre missive est une offense aux valeurs de notre royaume et une insulte à la mémoire de votre frère feu notre bon roi Mern IX. Je vous ai longtemps admiré et même considéré comme un ami mais aujourd’hui alors même que vous proclamez sans honte aucune que nous devrions briser nos alliances et nous tourner vers ceux-là mêmes qui ont dédaignés la paix que notre défunt roi leur offrait, vers ceux-là mêmes qui ont violés nos frontières pour massacrer notre peuple, violer nos femmes et piller nos terres. Vous nous demandez d’embrasser ceux-là mêmes qui ont abattus sans hésitation aucune nos braves alors qu’ils se rendaient. En proférant de telles inepties vous révélez votre vrai visage. Vous auriez pu fuir et trouver asile dans les terres de l’ouest dont la neutralité est une réalité mais vous avez choisi de frayer avec nos voisins les plus belliqueux, les ennemis de notre royaume et de votre frère. Un digne fils du Bief ne soulignerait pas les défauts de son peuple avec aplomb alors qu’il se trouve dans le camp ennemi. Vous avez combattu contre nous à Tiniviel et cela ne vous sera jamais pardonné. Je trouve stupéfiant que vous puissiez encore imaginer pouvoir prétendre au trône du royaume après de tels actes. Si vous aviez prouvé votre bonne volonté et votre amour du Bief par vos actions suites à votre fuite nous aurions pu considérer votre prétention mais vous n’avez fait que confirmer les accusations que l’on portait à votre encontre. Moi, plus qu’aucun autre homme de valeur ayant servi sous vos ordres suis particulièrement blessé et déçu de votre attitude. Sachez que si nous venions à nous croiser sur le champ de bataille, je n’hésiterais pas et ma lame cherchera le chemin de votre gorge pour y faire son œuvre afin de venger l’affront que vous avez fait à notre royaume.

Nos ennemis font saigner notre royaume. Je n’oublierais pas cela. Je ne pardonnerais pas cela. Je les punirais aussi longtemps que les sept me prêteront la force de lever mon épée.
Ser Alessander Ashford



           

   
« Don't fight in the north or the south. Fight every battle everywhere. Always in your mind. »
© .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Alessander Ashford, héritier de Cendregué
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Messages : 209
Membre du mois : 30
Célébrité : Max Irons
Maison : Ashford
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    Ven 4 Aoû - 13:36

Relecture du personnage I

We are what we are

La mélancolie peut ètre perçue comme une maladie du cœur relativement difficile à expliquer d’autant plus lorsque cette dernière ne trouve racine dans quelque chose de concret mais bien dans un vague à l’âme éclatant d’abstrait. L’âme de ce chevalier du soleil est semble-t-il prédisposée à ce genre d’émotion lancinante et délicatement empreint de tragédie éphémère aussi fugace que l’envol d’un oiseau flairant la tempête d’automne ou aussi long que l’écho d’un cri se répercutant sur les parois décharnées d’une grotte. Ce trait de caractère ne vient pourtant étonnement pas entacher son côté joueur et taquin. En effet, l’héritier de Cendregué sait parfaitement se montrer d’un naturel enjoué à l’occasion. Il n’est d’ailleurs pas le dernier à basculer dans l’excès en festoyant et le voir sourire et rire est paradoxalement assez aisé comme si malgré cette tendance latente à sombrer dans la tristesse, le jeune noble n’en demeurait pas moins un bon vivant assez agréable à côtoyer dans ses bons jours. Joueur et taquin, il apprécie parfois de jouer avec les nerfs des gens et de les asticoter mais jamais par méchanceté. Plutôt parce que cela le réconforte de tirer des réactions humaines des gens qui l’entourent. Néanmoins, cette mélancolie qui ne le quitte que bien rarement malgré les apparences est aisément identifiable dans ses compositions musicales inspirées au luth ou à la harpe. La mélodieuse mélodie que ses mains parviennent à faire jaillir se teinte par trop souvent de cette noirceur intérieure prompte à la douleur du cœur et la lourdeur des émotions.

Cette sensibilité artistique vague reflet d’une jeunesse prospère est une des victoires les plus éclatantes de sa douce mais redoutable mère sur son sévère pater qui ne voyait pas en quoi son premier né tout comme n’importe lequel de ses fils devrait se parer des atours d’un saltimbanque. La musique est une chose relativement importante dans son existence. En effet, le qualificatif de mélomane semble notablement s’accorder avec la personnalité du jeune homme tant ce dernier apprécie la musique sous toutes ses formes et y trouve bien plus qu’une échappatoire à certains maux humains. Lorsque son humeur se fait sombre il lui arrive bien souvent de s’isoler dans un coin tranquille avec son instrument et une coupe de vin pour puiser du réconfort dans le son rythmique et envoûtant. Lorsque celle-ci est au contraire joyeuse, il sera le premier à danser avec entrain au bord des flammes. Fort de cet amour pour la chose musicale, le fils de la Coquelle tente parfois de déclamer quelques vers sous forme de rimes à la qualité variable sur l’étendue grêlée d’un parchemin ou dans l’intimité paisible d’une nature ouvragée. La poésie lui réussit bien moins que la musique mais ce dernier n’en apprécie pas moins cette discipline qu’il lui arrive de détourner en des situations pour le moins incongrues comme à l’orée d’un champ de bataille dévasté. Qui a dit que l’horreur n’était pas source de beauté ? Macabre certes.

L’érudition qui bien que le privilège des biens nés n’est pas une règle générale dans les cours des forteresses du continent puisque les mestres sont là pour représenter la connaissance dans les demeures des grands et des puissants de ce monde est une caractéristique non négligeable de son ètre tant sa psyché est intrinsèquement marqué par cette soif de connaissance ayant émaillée toute son enfance. La curiosité du gamin d’alors semblait insatiable aux yeux du personnel de la forteresse familiale ancestrale du mestre au sergent d’armes. Le jeune héritier souhaitait en savoir le plus possible sur chaque chose comme s’il était incapable de se contenter de la surface et des explications sommaires, comme s’il ne pouvait pas trouver la paix cérébrale tant qu’il n’estimait pas en avoir assez pour comprendre ce sur quoi son intérêt se portait. De fait, une part assez considérable de son enfance s’égrena dans les pattes du vieux mestre local ainsi que sur les genoux de son intimidant père qui appréciait grandement que son fils l’interroge et l’idolâtre ainsi. L’âge n’a pas instillé de prise sur cet amour de la connaissance et le chevalier sait utiliser chaque opportunité offerte pour continuer de s’instruire. La vie n’est-elle pas qu’un apprentissage sans fin ? L’homme est indubitablement complexe eu égard à la dualité qui l’anime comme l’atteste le début de ce portrait intérieur. Oui, Alessander Ashford est loin d’ètre une personne simple et cela s’impose aux regards des personnes pouvant se prétendre proche de lui.

A l’image d’un papillon de nuit à l’aise au milieu des ténèbres mais irrémédiablement attiré par l’éclat brûlant de la lumière, l’héritier est un entre deux insaisissable. Cette dualité imprécise, reflet d’indécision trouve un écho particulièrement évocateur dans son rapport aux mots. Car s’il sait les manier avec verve et habilité faisant de lui un redoutable orateur capable de galvaniser ou au contraire apaiser ses interlocuteurs. Il est la plupart du temps relativement économe de ses propos. Comme s’il considérait les mots comme un atout dans son arsenal de chevalier, comme s’il les voyait comme des armes aussi dangereuses que les épées qu’il manie. Le qualifier de champion du verbe haut serait somme toute un brin exagéré mais il reste bien que la maîtrise du discours par le natif de Cendregué constitue une réalité. Malgré le fait qu’il soit un excellent orateur bien que de nature taciturne son entourage pourrait balayer ce tableau car en sa compagnie, le jeune homme fait fi de ses réserves pour taquiner ou dévoiler son affection. Vis-à-vis de cet entourage qu’il chérit qu’il s’agisse de son cercle intime ou de sa famille il a une tendance exacerbée au protectorat aiguisé qui peut aisément s’expliquer par son histoire personnelle. En effet, en tant que fils aîné de la maison Ashford ce dernier n’a que des cadets et des cadettes alors il a bien vite du prendre le pli sans oublier que les leçons du seigneur et maître de Cendregué lui ont fait explicitement comprendre qu’il serait un jour le garant de la prospérité des siens et le responsable de sa famille. Le dernier élément venant souligner ce réflexe protecteur est le respect profond qu’il ressent pour les valeurs de la chevalerie.

Fou amoureux de son épouse il est certainement à son encontre encore bien plus protecteur qu’envers quiconque. Cet amour brûlant, sincère et insatiable n’est pas que l’apanage d’une fougue universelle à la jeunesse. Il aime sa belle avec passion parce qu’il sait à quel point sa chance est grande d’avoir pu épousé une femme si brillante et qui lui correspond entièrement. Tous n’ont pas cette chance dans les sept couronnes. Son amour des belles choses transmis par sa rayonnante mater ont fait de lui un hédoniste éclairé. Trait de caractère assez commun dans un royaume telle que celui de l’étendard à la main verte il faut bien en convenir néanmoins assez étonnant au vu de l’austérité naturelle de son paternel. Savourer un magnifique tableau, une sculpture de grès ou un splendide coucher de soleil ne manque jamais de lui procurer un grand plaisir à l’instar de la dégustation de mets délicats ou d’un vin de grand cru.

Cet hédonisme a peut-être un rapport avec son perfectionnisme latent qui s’exprime en nombre de circonstances qu’il s’agisse de ses entraînements au combat, de la beauté d’une joute ou d’un domaine radicalement opposé à la chose martiale tel que la danse d’apparat. L’héritier de Lord Elmar aspire toujours à donner le meilleur de lui-même dans tout ce qu’il entreprend depuis sa plus tendre enfance. Une habitude trouvant certainement racine dans le caractère exigeant de son pater mais pas seulement car selon lui autant ne pas effectuer quelque chose plutôt que de mal l’effectuer. Cette obsession du meilleur peut parfois friser l’acharnement le plus excessif mais il est parfaitement naturel chez lui. Le soleil ne brille il pas loin au-dessus de la masse terne ? Le soleil est l’emblème des Ashford.  Mais, tout homme ayant ses défauts la rancune est indubitablement l’un des siens. Car, si vous veniez à le froisser ou à vous en faire un ennemi l’affront ne serait jamais o grand jamais oublié et encore moins pardonné.

Les capacités de réflexion du jeune chevalier couplée aux leçons inlassables de son père lui ont permis de se découvrir des talents prononcés de stratège bien que la stratégie soit un art par bien des aspect difficile à appréhender surtout pour un chevalier relativement  jeune dont le bagage militaire ne saurait être comparé en terme de quantité et de qualité à celui de ses aînés du moins pour l’instant. Néanmoins, cette pensée globale de commandant militaire existe bel et bien chez lui et ne demande qu’à s’affirmer dans l’adversité que connait le royaume en ces heures si troublées. A l’instar des attentes placées en lui par son seigneur et père lord Elmar l’exigence auquel il a été soumis l’a poussé à s’accaparer à son tour ce trait vis-à-vis de ses subordonnés et notamment ses hommes d’armes personnels qui ont appris à vivre avec cette rigueur d’efficacité. L’héritier du fief de Cendregué s’attend au meilleur de la part des hommes sous son commandement mais n’est pas abusif non plus dans ce rôle. Il reste quelqu’un de profondément juste qui cherche toujours à se montrer magnanime en toute situation aussi si ces hommes savent qu’il exige d’eux le meilleur lorsque cela s’avère nécessaire ils savent également qu’il sait les récompenser comme ils le méritent lorsque les circonstances s’y prêtent.  

Si le chevalier cendré est stratège, il est d’un trait inhérent à ce talent martial qui existe également en tant que tel dans le civil. Secret il lui arrive de l’ètre à certaines occasions durant lesquelles il estime ne pas devoir d’explications aux siens ou à ses frères d’armes. Exposer un de ses plans a parfois tendance à lui déplaire comme s’il s’imaginait que le sceau du secret rendait la mise en œuvre plus difficile. Ce qui peut malheureusement parfois le conduire à des remarques aisément qualifiables d’acerbes. Oui, la verve assez prosaïque du jeune homme se pare parfois d’un éclat de silex lorsqu’il est contraint à se révéler sur certains points mais cette propension à se montrer acerbe est tempéré par le reste de son caractère. La vérité c’est que le jeune Ashford n’aime pas pouvoir être lu et compris par les autres car cela leur donnerait une prise exploitable sur sa personne. Un plan étant le reflet d’un mode de pensée bien personnel. Ayant un sens du théâtral assez prononcé lié certainement à l’hédonisme qui est le sien ainsi que son attrait pour la chose artistique, il aime souvent se ménager un effet avant une annonce ou durant certaines situations. Ne boudant pas son plaisir d’ètre admiré. Ce trait peut paraître paradoxal en vertu de sa dualité de caractère mais l’homme est jeune et la jeunesse a gout pour ce genre de rayonnement. Cette flamboyance n’est pourtant que le fruit de son enseignement. Un Ashford se doit de briller pour faire honneur à la devise familiale. Cela peut le faire apparaître comme insupportable mais le fait que ce sens du théâtral repose sur du concret et solide tempère bien souvent l’exaspération.

Sa formation de chevalier et sa passion pour la chose martiale l’ont poussé à aimer relativement tôt les affres du combat et de la bataille. Le maniement des armes et les sensations qu’il procure l’ont durablement marqué à l’instar de l’adrénaline d’un assaut ou d’une passe d’arme. De cette formation chevaleresque a découlé une férocité dans le sang que tout combattant acharné peut se targuer de posséder. Malgré les considérations humanistes, l’effet que procure une charge implacable ne le laissera jamais de marbre. C’est un guerrier jusqu’à la moelle et cette férocité n’est que l’apanage de son plaisir de combattre. Il mènera toujours la charge en première ligne au milieu de ses hommes bien plus parce qu’il apprécie être grisé par le vent de la bataille que pour montrer l’exemple aux siens. Il est méthodique dans son approche de combattant comme de stratège ainsi que dans la plupart des domaines de la vie. Appliquant une technique pleine de rigueur et de répétitions ayant fait ses preuves bien avant lui et qui continuera certainement de le faire bien après lui. Les enseignements qui lui ont été prodigués l’ont été à raison à ses yeux et constituent donc le socle de son être. Méthodique il l’est également lorsqu’il doit résoudre un problème, effectuer des choix délicats ou penser une stratégie. Cette rigueur des choses lui a été indubitablement transmise par son père. Malgré cette rigueur, le jeune homme est tout à fait capable de se montrer fougueusement audacieux lorsqu’il estime que la situation s’y prête. Une brèche, une ouverture ou simplement une envie face à sa bien-aimée…Après tout la jeunesse reste la jeunesse. Mais la chance sourit aux audacieux lorsque bien dosée.

Fier, le soleil cendré l’est sans conteste. Cela se ressent dans sa manière d’ètre, de se tenir et de penser. Car bien plus que faire partie d’une illustre lignée Bieffoise ce dernier s’enorgueillit de ce qui fait sa force et de ses épreuves pour l’heure relativement éparses mais que l’histoire ne devrait pas manquer de rendre plus déterminantes. Cette fierté tient également de son rang bien particulier au sein de sa famille car si bien des nobles peuvent se sentir supérieurs au commun des mortels peu d’entre eux sont finalement des seigneurs. Son statut d’héritier de sa maison a donc sans équivoque quelque chose à voir avec cette fierté. Néanmoins, l’homme accordant une place prépondérante au mérite. Il estime certainement en avoir. La fierté n’est point un défaut mais la suffisance si. Or, il arrive malheureusement parfois que le chevalier se montre borné et entêté. Lorsqu’il estime avoir raison, ce dernier campe sur ses positions et il est bien difficile de l’en déloger. Sa confiance en lui même le fait parfois basculer dans cette suffisance à son propre plus grand dam. Mais, c’est humain et personne n’est parfait lui comme un autre. Méfiant il l’est vis-à-vis d’un certain nombre de chose mais ce défaut peut être vu comme une qualité dans bon nombre de cas de figure. Cette méfiance aisée est le fruit de son instinct protecteur assez développé. Enfin, il lui arrive de se laisser aller à la colère en cas de mauvaise humeur ou de mauvaise nouvelle. Il n’est qu’un simple homme après tout. Dans de telles circonstances, mieux vaut le laisser s’en décharger seul dans son coin. Il s’apaise souvent de lui-même avec une coupe de rouge de la Treille et son instrument préféré.



           

   
« Don't fight in the north or the south. Fight every battle everywhere. Always in your mind. »
© .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Alessander Ashford, héritier de Cendregué
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Messages : 209
Membre du mois : 30
Célébrité : Max Irons
Maison : Ashford
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    Ven 4 Aoû - 13:43

Relecture du personnage II

Une symphonie pour un caractère

Épée dressée dans l’adversité★Douce mélancolie d’une harpe★Pages écornées d’un ouvrage★Souvenir lancinant d’un amour★Carte plantée sur une table★Espoir de découvrir un visage★Goût sucré d’une coupe de vin★Hennissement d’un destrier★Danse des flammes sous les étoiles★Prière au guerrier s’élevant★Élan de fraternité martiale ★Poème de sang sous la grisaille
What we think show what we are

N°1 ▪▪ Que pensez-vous de la situation tendue entre les différents royaumes de Westeros? Vous sentez-vous concerné ?

Westeros n’a jamais été un continent paisible. Un continent pour sept royaumes. Il suffit de se référer à l’histoire afin de comprendre que les affres de la guerre ont de tout temps été une triste tradition intemporelle. Disserter sur la question de la nature humaine prendrait somme toute bien trop de temps aussi je la laisse à des hommes s’étant entièrement dévoués à l’étude. Nul doute que les mestres doivent s’échiner sur la question à moins qu’il considère à raison ce domaine comme difficilement cernable. La guerre est profondément humaine. C’est notre malédiction de mortels. La condition humaine s’accompagne de bien des défauts parmi lesquels l’envie, le ressentiment, la haine, la jalousie, l’ambition et bien d’autres traits coûtant chers à la collectivité des hommes. Ayant eu la chance de pouvoir être versé dans la connaissance grâce à mon statut de noble je n’ai pas laissé cet enseignement se perdre puisque je me réfère aux erreurs de nos ancêtres pour me prémunir de certaines choses. Cependant, quand bien même mon étude relative de l’histoire du continent me permet d’avoir une certaine hauteur de vision je reste avant tout un sujet du vaste et prospère royaume du Bief, un fidèle chevalier aimant de son peuple et de ses terres, loyal au trône de chêne et me sens donc bien évidemment concerné par cette évolution critique. La situation tendue entre les différents royaumes du continent n’est que le fruit des différentes politiques de certains royaumes.

Il apparaît comme évident que l’expansionnisme du royaume guerrier du sel et du roc a une responsabilité majeure dans le triste état de la diplomatie actuelle. Lorsque l’on tente de s’élever au-dessus des autres, il faut s’attendre à faire des mécontents et se faire une palanquée d’ennemis. D’autant plus lorsque l’on cherche à s’élever d’une manière pouvant être unanimement condamnée. Mais pointer le sanguinaire Conflans serait hypocrite car son ennemi mortel n’est pas innocent. En effet, si le seigneur de Peyredragon n’avait pas eu l’outrecuidance de se prétendre roi des sept couronnes les événements ne se seraient pas emballés de la sorte. Désormais, tout Westeros s’embrase en raison de l’ambition de deux royaumes. Est-ce bien normal que deux querelleurs conduisent tout un continent à la ruine ?

Ce raisonnement est néanmoins réducteur car il omet les inimités ancestrales et séculaires, les blessures d’hier mal refermées, les non-dits, les haines de voisinage ainsi que bien d’autres maux régionaux. Le Bief est un royaume puissant dont la richesse attire des envies mal placées. Les Dorniens, ces chiens galeux du désert toujours prêts à nous prendre en traître, les Orageois ces soldats ne connaissant pas la véritable valeur de la paix avides de conquêtes à l’instar d’un Harren, les Ouestriens qui sous les apparences paisibles et pardonnées doivent certainement encore avoir en mémoire la guerre sanglante menée par notre ancien souverain. Personne n’est innocent à Westeros à part le peuple qui subit la folie de grandeur de ses maîtres. Je me sens concerné parce que j’aime mon royaume, j’aime mon peuple, j’aime les miens, j’aime le Bief du plus modeste de ses cailloux au plus imposant de ses palais. Je ne vis que pour servir mon royaume alors je ne peux que me sentir concerné par cette guerre qui le touche désormais d’autant plus qu’en tant que chevalier mon devoir est de me trouver au milieu de la bataille à scander le cri de guerre de ma maison en abattant les ennemis de mon peuple. Ceux qui prétendent œuvrer pour la paix mais qui ne sont rien d’autres que des conquérants de plus à l’image de leurs ennemis. Pour l’indépendance et la gloire du Bief.

N°2 ▪▪ Êtes-vous loyal à votre Royaume, à la famille régnante, ou seriez-vous plus... Electron libre ?

Ma loyauté à l’endroit de mon royaume est pleine et entière. La remettre en question serait un affront qui ne pourrait se solder que par un duel à mort que je compterais bien remporter tant mon ardeur à défendre mon amour de ma patrie supplanterait celle à défendre mon honneur. J’aime mon royaume dans chaque parcelle de son être. De ses prés verdoyants, ses vallées sans fin, ses fleuves et ses rivières sinueuses à ses édifices considérables, ses forteresses élégantes ou ses navires marchands aux voiles immaculées. J’aime mon peuple y compris ses travers. J’aime ma contrée de naissance plus qu’aucune autre et si je devais mourir pour lui, je le ferais sans hésitation aucune non pas pour rentrer dans l’histoire contée par nos mestres ou pour récolter des lauriers mais parce que ce sacrifice pour la sauvegarde et l’indépendance du royaume de mes ancêtres est le seul choix envisageable. Je suis fier d’ètre Bieffois n’en déplaise à certains. Je pense par ailleurs être un bon représentant de notre idéal chevaleresque régional du moins bien plus qu’un traître comme notre ancien connétable Kevan Gardener car je ferais toujours passé le Bief avant toute chose.

Quant à mon allégeance à la famille royale, la situation est réellement compliquée depuis la mort de feu notre bon roi Mern IX mais je pense pouvoir affirmer que pour l’heure la reine Tricia a mon soutien malgré son impossibilité de rester maîtresse du trône du fait de la non conception passée d’héritiers au trône. Il ne fait aucun doute que la reine ne le restera pas éternellement. Dès que la situation militaire du royaume sera plus propice à une évaluation intérieure, les prétendants au trône ne manqueront pas de se manifester d’une manière ou d’une autre. N’étant pas membre d’une grande maison du royaume comme les Hightower ou les Tarly, je suis bien conscient que je ne risque pas de connaitre l’impossible mais je vois également dans cette tragédie une manne d’opportunités à saisir pour augmenter le prestige de ma maison. Le poste de connétable ou un poste de conseiller royal permettrait à la maison Ashford de briller comme elle le mérite.

N°3 ▪▪ Si jamais la guerre venait à toucher votre région, quelle serait votre réaction?

La guerre avait déjà touché ma région dès le moment ou les dorniens avaient prévus de rejeter les accords de paix gracieusement offerts par feu notre bon souverain Mern IX. Puissent les sept accueillir son âme valeureuse. Car les conflits séculaires opposant nos deux nations ne connaîtront jamais de fin. Dorne ne manquera jamais de jalouser ce qu’elle ne possédera jamais et le venin du serpent se verra accueilli par la lame du brave. Il est néanmoins vrai que notre collusion avec le royaume du sel et du roc nous a d’office placé dans le camp ennemi de la cause Targaryenne ce qui n’est pas plus mal car cet empire hérétique ayant pour ambition dévoilée de dominer l’entièreté du continent ne nous aurait jamais laissé en paix j’en suis persuadé. La menace de la plus grande armée de Westeros ne pouvant laisser personne indifférent d’autant plus lorsque l’on cherche à se placer de facto au-dessus des autres. Peu importe leurs belles paroles et leurs idéaux hypocrites, nous les combattrons le temps qu’il faudra pour leur faire comprendre que le Bief est et restera indépendant de la volonté d’une descendante de Valyria. Le mal est relatif, relatif vis-à-vis du côté dans lequel on se trouve. Il n’y aucun mauvais se proclamant comme tel seulement des soi-disant dirigeants éclairés. La cause du Bief me semble juste. La cause d’Harren lui semble certainement juste. La cause de l’empire lui semble juste. Qui a raison ? Qui a tort ? Et qui peut se targuer d’affirmer que l’autre est le mauvais camp ?

La guerre avait déjà touché ma région avant cette alliance pour le moins calamiteuse avec un royaume criblé d’ennemis et conformément à mon honneur, mon devoir et mon ardeur de défendre les miens j’ai combattu les dorniens dans les montagnes rouges. J’ai combattu les Orageois à Tiniviel et les combats encore parce que je suis chevalier. Je combattrais l’Empire si ce dernier ose défier mon royaume. Je ne suis ni un expansionniste, ni un belliciste seulement un homme qui souhaite que son royaume reste ce qu’il est et ce qu’il a été loin du joug d’ambitieux. Je ne veux pas que mon épouse adorée connaisse les affres de la guerre, je ne veux pas que mon fils tout juste né ait à souffrir du chaos causé par un petit nombre. Je veux que les gens que j’aime soit à l’abri de la moindre menace. Malgré mon amour du combat, je sais à quel point la paix est précieuse. Je préférerais mille fois me trouver dans mon fief à bercer mon bambin dans mes bras tout en contemplant avec amour et dévotion aveugle ma merveilleuse moitié plutôt que de me trouver ici au milieu d’un royaume ennemi dans lequel la mort rode sans se voiler. Mais la guerre a touché ma région alors je fais ce que j’ai à faire.

N°4 ▪▪ Vous avez sûrement entendu parler de l'embuscade tendue par Harren le Noir à Aegon Targaryen, que pensez-vous d'un tel acte ?

Toutes les sept couronnes ont entendu parler de cet acte ignoble. Quel genre d’homme peut inviter un homme chez lui fusse il son rival pour l’abattre de la manière la plus vile qui puisse être. Qu’on se le dise je n’ai aucune sympathie pour la dernière lignée Valyrienne mais cet acte est contraire à toutes les lois de l’hospitalité. Tenir sa parole est ce qui sépare l’homme d’honneur du parjure dont on ne peut pas croire le moindre mot. Cet acte me révulse moi qui a été élevé dans les valeurs les plus pures de la chevalerie. Voilà pour l’élan du cœur mais après le cœur vient le raisonnement de l’esprit car les deux éléments sont souvent contradictoires. En effet, si d’un point de vue personnel je condamne fermement un tel geste. Lorsque je l’analyse sans à priori je dois bien convenir que le noir a fait ce qu’il avait à faire. Cette déloyauté était la seule manière d’éliminer un adversaire formidable à bien peu de frais. Qui pourrait trouver le courage de charger un dragon sur un champ de bataille. La ruse semble le seul moyen de venir aisément à bout de ces créatures légendaires. Il lui reste désormais à vaincre un empire qui ne s’arrêtera pas avant d’avoir détruit son royaume et de le voir brûler. Un pari hasardeux mais le fer né a de la ressource. S’il tombe au nord, nous tombons avec lui aussi pour le meilleur et le pire le fer né a intérêt à garder sa couronne.



           

   
« Don't fight in the north or the south. Fight every battle everywhere. Always in your mind. »
© .bizzle
   
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser Alessander Ashford, héritier de Cendregué
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Messages : 209
Membre du mois : 30
Célébrité : Max Irons
Maison : Ashford
Dark times call for dark choices but our sun shall shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le chemin que l'on se choisit est le reflet de l’âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» Chemin détourné
» AU Creux du chemin noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Chroniques de l'Ere des Luttes.
 :: La salle d'audience :: Journaux intimes
-
Sauter vers: