AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mar 5 Mai - 13:59

| Sire, un garde dornien vient de réclamer audience pour la Princesse Deria de Dorne, si vous avez le loisir de la recevoir. |


L'homme a toqué avant d'entrer. Je suis attablé sur la terrasse ; il fait beau et doux, ici, en plein été. Il me rejoint sur la terrasse en pierres de taille et me donne un parchemin fermé du sceau des Martell, soleil percé d'une lance. Je le détache et lis la missive. Une demande d'audience, respectueusement adressée au Roi du Nord. J'acquiesce en redonnant le papier au soldat nordien ; qu'il prenne un autre garde et aille escorter la princesse et ses hommes, puis, qu'ils attendent au dehors. Ceci fait, l'homme disparaît prestement après avoir incliné une dernière fois la tête de manière respectueuse. La porte reclaque. Je me lève, regardant la vue qui s'offrait à moi. Appuyé sur le rebord du balcon fait de sculptures de pierre, je note que l'activité du port de Goeville se fait plus intense encore. La majorité des maisons est arrivée à destination et il semblerait que je sois en mesure maintenant de rencontrer le reste des têtes couronnées de Westeros. Après ces premiers jours passés ici, la fièvre de l'événement commençait à prendre et il semblait évident que les marchands allaient rapidement s'enrichir, moins vite que les prostitués mais plus que les bretteurs du crû. Qu'importe. Je pose la main sur la poignée d'Hurlements, mon épée habituelle, tandis que j'abore ma tenue habituelle. Tenue de cuir noir au motif de loup-garou sur le plastron, bottes et cape blanche aux couleurs des Stark. En contrebas, l'activité est également effrénée ; les gardes de diverses maisonnées sont de faction, s'entraînent ou s'équipent. Je m'amuse de voir le placement des différents groupes ; nordiens bien éloignés des riverains et fer-nés, dorniens loin des bieffois ou valois loin des oragiens. Je me retourne lorsque la porte de ma chambre se rouvre et que mes gardes encadrent une jeune femme de haute silhouette, fine et élancée, qui entre dans mes quartiers privés.


Je m'avance, un très léger sourire aux lèvres, prenant sa main pour y déposer un baiser poilu, ma barbe caressant sa peau, douce au toucher et sentant les fleurs. Parfum de femme, parfum riche. Parfum de Dorne. congédiant nos hommes avant que l'un des miens ne commence à déclamer tous mes titres, ce que j'ai toujours trouvé agaçant pour la perte de temps que cela provoquait.



| Princesse Deria, c'est un honneur de pouvoir vous rencontrer. |


Je me recule d'un pas, lui faisant signe de prendre place sur la terrasse alors que je m'y rendais pour prendre tous mon fatras de papiers à pleines mains pour les lâcher sur mon lit, pourtant fraîchement refait.


| Allez-y je vous en prie, prenez place et ne faites pas attention au désordre. J'essaie de préparer ce conclave comme il se doit... |


Je reviens avec une carafe de vin de Dorne, ayant délaissé celui de la Treille après une hésitation, par simple souci diplomatique. Je fixe la beauté du regard.


| Je ne connaissais pas votre père, ni même votre grand-mère, mais j'ai été attristé d'entendre la nouvelle de leur mort. Soyez assurée de toute ma compassion, Princesse. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mer 6 Mai - 18:15

Nous n’étions arrivés que deux jours plus tôt. Et déjà, je trouvais ces simagrées lassantes. Certes, j’étais habituée à la cour, aux sourires enjôleurs, aux paroles trompeuses et aux regards arrogants. J’y été douée. Mais devoir affronter tout cela, en ces contrées étrangères, après avoir perdus Père et Mima… Affronter les autres suzerains. Y arriverais-je ? Mima gérait le Royaume et son trône d’une véritable main de fer. Tout le monde la connaissait et, à défaut de la respecter, la redoutait. Ce conclave arrivait bien trop tôt. Même conseillée, même aidée. Face aux autres seigneurs régnants sur leurs terres depuis des années, voir des décennies… Comment pourrais-je rivaliser ? Serais-je réellement à la hauteur ?
Debout devant le miroir, je relève la tête. Ilyana et Célène finisse de me coiffer et de me parer. Elles sont silencieuses, ce qui change d’ordinaire, et ce qui prouve bien qu’elles me connaissent. Je suis nerveuse. Négocier avec des Seigneurs ou grands marchants des Cités Libres est une chose. Demander audiance au Roi du Nord en est un autre. Pourtant, je n’ai pas à tant m’inquiéter. Ce n’est qu’une rencontre en vue d’accords commerciaux. Je l’ai déjà fait des dizaines de fois. Tout se passera bien. Et j’en affronterais un, avant de devoir tous les dévisager.

Célène avait tenté de me convaincre de mettre une robe plus sophistiquée, mais celle-ci est parfaite. Longue jupe blanche, tunique sans manche tout aussi longue dans les tons orangés. C’est parfait. Cheveux tressés et coiffés à la dernière mode, peu de maquillage, à quoi bon ?
La tunique est ouverte sur les côtés jusqu’au niveau de la poitrine, Célène a ramené les pans devant et derrière, les bloquant avec une ceinture ouvragée. Beaucoup trop de peau apparente pour la plupart des habitants que je croiserais m’est avis. Beaucoup trouveront à redire.
Je me regarde une dernière fois et souris. Tant mieux. Autant jouer sur la réputation que l’on nous attribue. Si les simples d’esprit ne voient pas plus loin que les apparences et ne distinguent en moi qu’une Dornienne à la réputation facile, cela ne pourra que m’aider. Oh, je ne me fais guère d’illusion quant aux suzerains. Mais qu’importe. J’aime cette tenue. Je suis moi. Deria Martell. Héritière de Meria Martell. Je suis Princesse de Dorne. Je serais à la hauteur de son héritage.

Deran revient et s’incline en m’indiquant que le Roi a accepté ma demande. Bien. Je redresse les épaules, et avance, suivie de mes gardes, jusqu’à sa suite. Ses gardes m’ouvrent et je fais un pas en avant, me focalisant sur lui.
Je le regarde s’approcher, souriant, et incline la tête alors qu’il baise ma main. Oui, bien loin des rumeurs de brute courant à son sujet. Enfin, il n’empêche que cela reste un guerrier redoutable… ou qui fut redoutable par le passé. Mais il n’est pas aussi âgé ou fatigué que je me l’étais imaginée non plus.
Je fais un signe à mes gardes alors qu’il congédie les siens. Je suis souris.

« Roi Stark. Tout l’honneur est pour moi. »

J’entre et avance vers la terrasse alors qu’il m’y invite, pendant qu’il débarrasse la table des documents qui y traînaient sans plus de cérémonie. Oui, le conclave. Sûre de toi, droite et fière. Facile.

« C’est d’autant plus aimable d’avoir accepté de me recevoir. Je vous remercie du temps que vous m’accordez. »

Je prends place, m’installant au soleil. Il y ferait presque bon. Oui, je suis difficile.
Je l’observe alors qu’il va chercher du vin, m’amusant en notant qu’il a sans doute pris un vin provenant de mes contrées. Quel souci du détail. Avons-nous donc une telle réputation de querelleurs concernant ce genre de broutilles ? Hum, oui, sans aucun doute.
Je le regarde, un voile passant devant mon regard une seconde. Reprends-toi, tu ne peux montrer signe de faiblesse, quel qu’il soit. Je lui offre un petit sourire.

« Je vous remercie Messire. Je n’ai guère eu loisir de vous répondre à nouveau, mais vos lettres nous ont beaucoup touchées. Ces pertes sont douloureuses pour tout le Royaume. Ma famille et moi-même sommes sincèrement touchés par votre sollicitude.
Mais n’ayez crainte, je n’enflammerais pas mes terres sans certitude. »


Je lève la main avant qu’il ne me réponde, souriant davantage.

« Et non, je ne vous accuse pas de me taxer de stupidité. Ce n’était pas le sens de ma phrase Roi Stark. »
Je l’observe un instant, avant de poursuivre. Autant être claire et franche d’entrée de jeu, n’est-ce pas ?
« Nombres de personnes craignent que Dorne ne prenne les armes et déclare ouvertement la guerre. Nombre de personnes me pensent trop jeune ou trop inexpérimentée pour parvenir à tenir le Royaume. »
Je souris à nouveau.
« Ils oublient que je suis Deria Martell, petite fille de Meria Martell. Dorne est mon Royaume. Je ne laisserais pas les choses s’envenimer. »

Beaucoup plus assurée en parlant qu’en réalité. Mon peuple gronde. Mes vassaux grondent. Ma famille hurle à la vengeance. Je temporise. Mais pour combien de temps ?



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Mer 13 Mai - 12:42, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Ven 8 Mai - 10:52

Le poison était l'arme des femmes, c'était indéniable et de notoriété commune. Puisqu'on ne les entraînait pas à se battre depuis leur enfance comme nous autres, jeunes nobles, j'imaginais qu'elles n'avaient pas d'autres choix pour satisfaire les pulsions de meurtre qui les touchaient comme nous autres, chevaliers, nobles, rois. Restait bien sûr la solution d'un homme sans honneur, qui n'avait aucun intérêt à se déclarer et qui ne s'importait guère de ce qui était honorable ou non. Je ne m'aventurerai pas à pointer du doigt qui que ce soit. Il était de notoriété publique que l'Orage comme le Bief étaient en lutte contre Dorne depuis des centaines d'années et que la haine entre ces royaumes était vivace, malgré la sagesse de Meria Martell ou la diplomatie du Roi Mern IX. J'imaginais volontiers que ces deux puissants voisins du sud avaient tout intérêt à ne pas laisser un pays de Dorne trop puissant et quand bien même Deria Martell n'était pas forcément une mauvaise souveraine, elle restait encore inexpérimentée. Face à moi, la princesse de Dorne semble particulièrement jeune ; je n'aurais pas aimé que mon Jon ne monte sur mon trône à cet âge. J'étais moi-même devenu Roi très jeune, mais j'étais un homme fait depuis longtemps. Ma femme se plaisait à me lancer, dans les premiers temps houleux de notre mariage, que j'avais connu le goût du sang en même temps que celui des femmes, bien trop tôt pour un si cruel mélange. Cela me rendait hors de moi, mais qu'importe. Ce temps était passé, et je ne gardais que les meilleurs des souvenirs de cette époque.


Je notais cependant que même si j'étais vieux et peu réputé pour mes talents de séducteur, la princesse de Dorne était venue toute en beauté. Il s'agit bien sûr d'une tenue d'apparat. Nous jouons tous un rôle. Moi, je suis le Roi guerrier, celui qui n'a encore jamais été vaincu, pas même par Harren le Noir. Je porte l'armure de mailles ou d'écailles à longueur de temps, ou au moins une tenue de cuir qui, chez moi, est souvent dévolue aux soldats. Longue cape et bottes lourdes et résistantes, épée au côté. Les dorniens étaient réputés pour leurs goûts de l'esthétique ; la silhouette grande et féminine de Deria Martell était parfaitement soulignée par sa tenue, qui laissait apparaître les contours d'une poitrine avenante ou moulait son bassin. Chez moi, ce serait qualifié de déshabillé indécent, mais je ne suis pas chez moi, et je n'ai encore jamais rencontré de Princesse de Dorne. Je suis certain que ce genre de tenue dénote aussi bien leur habitude de la chaleur la plus torride que la sensualité de leur vie, et j'imagine que Deria Martell était bien consciente de son impact sur les hommes. Je n'y étais pas insensible, mais cela faisait bien longtemps que je n'étais plus un jeune fol qui saute sur tout ce qui bouge. Je quémandais ma favorite toutes les... Combien de semaines ? Rares. Mais je n'avais plus besoin de plus depuis bien longtemps. Vieilli avant l'âge, c'est ce que disait Brandon. A qui plairait sûrement cette princesse... La jeune femme me sourit et me salue à son tour.Alors que nous nous asseyons et que je sers le vin, la jeune femme me remercie.



| Oh, je vous en prie, Ma Dame. Quel Roi serais-je si je ne profitais pas de ce Grand Tournoi pour rencontrer mes égaux du sud? |


Ce n'est pas vraiment une question, bien sûr. La jeune femme est touchée de mes mots, mais elle reste forte. Je hoche la tête doucement alors qu'elle me remercie à nouveau pour mes courriers. Je souris à mon tour. Beau discours.


| D'aucun diraient que c'est justement une des spécialités de Dorne, le poison... Et je me doute que vous êtes pressée de toutes parts pour identifier et punir les coupables. Je puis parfaitement comprendre l'appel de la vengeance. J'ai un frère qui a péri noyé, perdu avec son navire face à la Flotte de Fer. Un autre est tombé en prenant d'assaut les murs nord des Jumeaux. Le troisième a été tué dans les Roches face aux pirates. A chaque fois, je brûlais de colère et je la reportais sur mes ennemis. Mais ceux-ci étaient déclarés. Les vôtres ne le sont pas encore. Avez-vous progressé dans l'identification des empoisonneurs ? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Sam 9 Mai - 23:57

Les rayons du soleil réchauffent lentement ma peau. Non, un châle aurait gâché l’effet de la robe, cela aurait été beaucoup moins amusant, comme si j’aurais tenté de camoufler ce que ma robe montrait si ostensiblement. Ce n’est pas le soleil de Dorne, celui qui faisait sécher mes vêtements trempés dans le détroit quand j’étais petite en quelques minutes ou qui, sous sa chaleur presque accablante, faisait disparaître tous mes soucis sous son éclat. Mais sa douceur n’en est pas moins agréable, et j’essaie tant bien que mal de m’en contenter.
J’observe le Roi qui se mouvoit sous mes yeux, vêtu de sa cape et de ses bottes, son épée ne dépareillant pas de sa tenue. Grand-mère parlait de lui avec un certain respect, disant que c’était un grand guerrier, alors qu’elle m’apprenait elle-même l’histoire des grandes familles de ce monde. Grand guerrier, grand stratège, à la tête de son Royaume depuis quoi maintenant ? 15 ans, 20 ans ? Quelle gamine dois-je paraître en face de lui. Tu peux avoir des craintes, mais ne les montres pas, elles en deviendraient des faiblesses. Tu ne peux te permettre de paraître fragile ou incertaine.
Je prends le verre de vin qu’il me tend, le remerciant d’un sourire alors qu’il me répond. Là encore Roward râlerait. Mais j’imagine très mal mon vis-à-vis employer un quelconque artifice pour tuer quelqu’un. Et puis, tout le monde sait que je suis ici.  Je rirais presque en me demandant comment cette pensée saugrenue m’a traversé l’esprit. Ah oui. Le vin. Le poison. Non, ce n’est pas un sujet si drôle au final non.

Oui, ses lettres m’ont touchées. Plus par son intérêt quant à l’avenir de Dorne que pour ses condoléances pour être franche. Et c’est même cela qui m’a poussé à lui demander audience à lui. Quand bien même je sais qu’il agit avant tout pour son propre Royaume, ce qui me paraît on ne peut plus normal, on ne peut pas dire que j’ai nombre de personnes dans ma manche qui souhaite autant que moi éviter que tout cela ne se termine en guerre. Bien évidemment, je souhaite venger les miens. Mais certainement pas au détriment d’une paix si précaire. Pas alors même que nous sommes menacés de tous côtés. Et quand même vos conseillers et autres généraux vous poussent à l’action, trouver quelqu’un qui lui vous sommes de prendre garde, c’est plaisant. Et c’est assez ironique que de penser que c’est un de ses barbares du nord lointain qui rejoint mes idées. Mais il est connu que les Dorniens ne sont guère enclin à l’inaction et à la douceur. La Reine Sharra Arryn pourrait m’être utile, après tout, ce conclave est son idée.

Je porte la coupe à mes lèvres. Très bon cru. Epicé. De Dorne oui. Chez moi.
Je souris alors qu’il reprend la parole. Pressée de toute part. Oui, s’il savait à quel point. Mais il doit le savoir. Même s’il ne se rend pas totalement compte de la difficulté pour moi. Moi qui suis, malgré ce que je viens de dire, trop inexpérimentée et trop jeune dans ce rôle qui m’est dévolu.
Je penche la tête sur le côté alors qu’il parle de ses frères. Oui. Comment s’appelaient-ils… Mima me l’a fait apprendre. Comme si cela avait une importance là maintenant de suite. La tête toujours penchée, je reprends doucement la parole.

« Je n’imagine à quel point cela doit être difficile et cruel de se voir enlever les membres de sa fratrie. Les aïeules et aïeux, c’est dans l’ordre des choses, quand bien même ils sont enlevés de manière aussi brutale. » Je secoue la tête. « Pardonnez-moi. Je ne voulais pas remuer de douloureux souvenirs. »

Je lui offre un sourire, comme pour me faire pardonner, avant d’hausser les épaules en me redressant, croisant les jambes sous la table.  

« Non nos ennemis ne sont pas déclarés. Ils ont préférés agir dans l’ombre. Et bien que Dorne puisse être réputée en ce domaine, je vous assure que cela ne vient pas de chez nous. » S’il y avait une chose dont j’étais sûre, c’était bien celle-là. Avais-je besoin de le préciser ?
« Quant au reste… Nous menons une enquête. Même si la majorité des miens a déjà arrêté son opinion à ce sujet. Ce qui ne me facilite pas la tâche.
Mais la colère ne nous les ramènera pas. Je sais que nous n’avons pas réputation d’être patient ou pondéré, nous autres Dorniens. Mais je ne peux laisser toutes ces tensions, ces animosités entraver mes décisions et les actions qui en découlent. Je ne souhaite pas la guerre Messire. Mais comprenez bien que mon peuple attend un coupable à exécuter pour cette félonie. Si je ne trouve pas, si cette enquête n’aboutit pas… Je ne peux me permettre d’avoir une révolte sur les bras. Pas plus qu’une guerre ouverte j’en conviens. Mais je privilégierais toujours les miens, mon peuple passera avant toute autre chose. »



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Mer 13 Mai - 12:42, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Dim 10 Mai - 12:18

Je semble faire un certain effet à la princesse de Dorne. Peut-être me trouve-t-elle intimidant pour une raison ou pour une autre. J'ai tant rencontré de riverains et de valois, de fer-nés et d'autres étrangers qui n'avaient entendu de moi que des histoires de guerre, de destruction et de mort... Qu'avait-elle entendu sur moi ? Je n'en savais rien et au final, peu importe. Nous n'étions pas vraiment là pour partager des rumeurs, pour évoquer ce que nous devions être, mais nous étions là pour discourir sur ce que nous étions vraiment. La jeune femme me sourit en s'emparant du godet de vin que je lui tends, une belle pièce d'ivoire comme la Reine Sharra en dispose pour tous ses invités, de beaux objets qui contribuent, comme chaque petit détail, à défendre l'image de sa puissance. Il me semblait que tout était fait pour nous charmer. De mon côté, j'avais l'habitude de boire dans des cornes d'os ou des godets de bois, et cela ne m'avait jamais dérangé outre mesure. La princesse de Dorne semble assez touchée par mes courriers, je ne sais de fait qui lui a fait part de ses regrets et de sa compassion mais malgré la distance, j'ai probablement été parmi les derniers. Car certains avançaient en diplomatie en mêlant les choses ; pour eux déclamer sa compassion pour la famille Martell revenait à dire que nous étions alliés. Moi, je séparais les choses. Je pouvais très bien présenter mes respects à la Reine Dragon tout en lui disant que jamais je ne plierai le genoux devant ses prétentions illégitimes et démesurées. J'étais ainsi fait. Pas étranger pour autant à certaines formes de finesse, mais je pensais avant tout que le savoir-vivre était une obligation pour toute personne de notre condition. Je savoure le vin, même s'il ne s'agit de ma boisson favorite. Elle semble de son côté sensible à cette intention. Je secoue doucement la tête mais sans croiser son regard. Oui, ces souvenirs étaient douloureux comme au premier jour. Que n'avais-je passé de bons moments avec Rickart, Weyton et Ryman... Eux ne m'auraient jamais trahi. Eux seraient restés les mêmes, tout du long. Mon père, j'en gardais quantité de souvenirs. Et même avec le temps, je ne savais toujours pas si je le regrettais ou pas.


| Ne vous en faites pas, Altesse, je les ai pleurés il y a bien longtemps et ils ont rejoint nos ancêtres. |


Ils ne sont donc pas à plaindre, n'ont plus à subir trahisons, courroux et autres désirs honteux. C'était ainsi. Je note qu'elle est certaine qu'il ne s'agit pas d'une manœuvre de l'une de ses maisonnées pour prendre le pouvoir ou affaiblir Lancehélion. Je note les nuances des paroles de la jeune et jolie brune. Elle trouvera une issue pacifique à ce drame autant que faire se peut. Lorsqu'il sera trop tard, alors elle sera forcée de s'exécuter devant la menace de la vindicte populaire. Je ne pouvais pas en attendre plus.


| Je comprends tout à fait votre position. Mais il convient avant tout de réfléchir posément à qui profite le crime... Et je conviens que ce n'est jamais, ou en tous cas rarement, une chose aisée... |


Je nous ressers un peu de vin.


| Mais si nous en venions au fait, Princesse ? Vous m'avez demandé cette entrevue pour autre chose que pour me demander mon concours pour déjouer des entreprises criminelles qui se sont probablement décidés à mille lieux d'ici. Je suis assez curieux de savoir ce que vous pouvez bien attendre des barbares du Nord... | dis je d'un ton cordial, vaguement taquin



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mar 12 Mai - 3:45

Tout Roi du Nord qu’il est, je suis Princesse de Dorne. Je suis son égale. Au moins à ce niveau. Au niveau de l’expérience, c’est autre chose. Pourtant… Pourtant je sais que niveau diplomatie et transaction, je n’ai pas à rougir. Je ne dis pas qu’il ne vaut rien à ce niveau-là, loin de moi cette idée, mais j’ai eu bien assez d’expériences, avec des personnes de milieu différent. Je sais de quoi je suis capable. Mais à la tête d’un Royaume, oui, c’est autre chose. Quand l’avenir de tout un peuple est en jeu, plus ou moins… c’est beaucoup, beaucoup plus angoissant.
Mais, face à lui, je sais qu’il est peut-être l’un des seuls à se préoccuper de mes décisions parce qu’elles pèseront dans l’avenir de tout Westeros. Non, ce n’est pas le seul certes, tous sont plus ou moins tournés vers Dorne. Mais c’est l’un des rares à m’avoir dit ouvertement de ne pas me lancer dans une guerre aveugle. Loin de l’image guerrière et barbare que l’on peut avoir. Mais il est Roi, ne l’oublie pas, un Roi n’est pas stupide ou insensé. D’autant plus s’il a connu la guerre la majorité de sa vie, il souhaitera préserver la paix qui existe. J’ai l’impression d’entendre Mima.

Je lui souris doucement, m’aventurant trop loin dans sa vie passée, dans ses douleurs anciennes. Premier faux pas ? Non. Petite maladresse. Ça ira.
Et quand il me demande si j’avance dans mes recherches pour démasquer le ou les coupables, j’essaie tant bien que mal d’être sincère. En choisissant mes mots avec soin. J’essaye du moins. Il doit comprendre que non, je ne souhaite pas déclencher les hostilités. Oui, je désire maintenir cet équilibre, cette paix qui existe. Mais mon peuple gronde. Ma famille davantage encore. Je suis bien trop jeune sur le trône, bien trop jeune peut-être aussi tout simplement, pour pouvoir maintenir très longtemps tout ce monde.

« Oh, croyez-moi, j’y réfléchis.
Le crime profite à tout le monde Messire. Aux Bieffois. Aux Orageois. Au Fernés. Aux Dorniens. »
Même si nous avons cherché en premier lieu parmi les nôtres et finit par rejeter cette idée… cela me laisse un goût de cendre dans la bouche quand je me dis que malgré tout peut-être que… « J’arrive sur le trône, du jour au lendemain, après de lourdes pertes, aussi bien pour moi que pour mon Peuple. Je suis Princesse de Dorne. Je ne suis pas mariée. Cela doit faire de moi un parti acceptable je suppose. »

Je lui souris, désabusée et amusée. Parce que j’ai eu beau chercher et réfléchir. Encore et encore. Je ne trouve aucun motif, rien, qui ne puisse justifier que l’on tue Père et Mima, mais ni moi ni Roward. Fragiliser Dorne soit. Mais autant tous nous tuer si tel était le but. Les bannerets s’en seraient donnés à cœur joie pour prendre la place. Le Royaume entier aurait été une poudrière, une cible tellement facile. Alors qu’en nous laissant, en me laissant en place… le Royaume garde sa stabilité, quoique superficielle, la famille dirigeante étant toujours présente. Mais fragile, tenue. En attente d’aide, de soutien, d’accords…
C’était peut-être aussi pour cette raison, que je l’avais choisi lui. Comme première tête couronnée à rencontrer. Il était tellement loin. De tous, il était sans doute le moins susceptible de s’intéresser à Dorne.

Je le remercie, alors qu’il remplit à nouveau mon godet de vin.
Mon sourire s’agrandit à sa tirade, alors que je porte le verre à mes lèvres. Je sais être franche, je sais être espiègle également.

« Je me targuerais bien de ne jamais avoir osée penser de telles choses à votre égard, mais cela reviendrait à ouvertement vous mentir Messire. Je n’oserais point vous faire un tel affront. »
Je repose ma coupe sans cesser de sourire.
« Ma grand-mère me contait les épopées héroïques, en essayant de me faire comprendre l’importance des stratégies, du courage, et de toutes ces valeurs. En voulant me faire apprendre les familles et leurs histoires. Moi tout ce que je retenais, quand elle me parlait des Stark, du Mur, de Winterfell, c’était la glace et le froid de vos contrées. »
J’hausse les épaules. « Mais je suis ravie de constater que vous êtes loin de l’image de croquemitaine que j’avais pu construire. »

Je reprends, ou tente de reprendre, mon sérieux.
« Pardonnez-moi Sire. Je m’égare.
Je souhaitais vous voir, non pas effectivement pour que vous m’aidiez à trouver de potentiels coupables, mais afin d’établir avec vous un partenariat commercial.
Dorne, et nombres de ces marchands, souhaiterait pouvoir commercer avec le Nord, pour pouvoir vous faire découvrir nos biens et savoir-faire : vin, tissus, produits plus… exotiques, tels que les agrumes, les épices, … »
Je souris. « Pour amener un peu de douceur et de délicatesse à ses habitants que l’on dit barbares. »

Je pousse un peu trop ? Non. C’est lui qui a commencé avec le barbare. Il joue sur le barbare, je peux jouer sur la douceur. Et puis, les accords commerciaux, tous sérieux qu’ils soient, le sont beaucoup moins que le conclave ou que mes recherches de coupables.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Mer 13 Mai - 12:43, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mar 12 Mai - 22:14

Barbares du Nord... Nous avions fait ce qu'il fallait pour mériter cette réputation que l'on nous avait faite, dans le sud. En particulier dans le Conflans, après l'assaut féroce et sanglant sur les Jumeaux, les batailles autour de Moat Cailin. Un instant, je me perds dans mes pensées, dans mes souvenirs. Les cliquetis des épées s'entrechoquant se fait entendre aux limites de ma conscience, comme les hurlements des blessés qui se couvrent les uns les autres, le sifflement des flèches et le vrombissement des carreaux. Je me revois demander à Conrad, mon Sénéchal, de mener la charge pour repousser dans les marais les lanciers des Mallister et des Bracken. Son hésitation, même lui. La guerre avait fait de nous des barbares, et nous avions fait ce qui s'était avéré nécessaire. Ni plus, ni moins. Jamais. Fidèles à au devoir avant tout le reste, fidèles à notre honneur de nordiens. Même si pour l'être, il avait fallu verser le sang par hectolitres et en couvrir le Neck, les Roches et les Rus. Pour qu'ils comprennent. Plus têtus encore et obstinés que nous ne l'étions, ces Fer-Nés. Je me demandais maintenant dans combien de jours j'allais devoir tuer à nouveau. Le plus étonnant était que je n'en nourrissais nulle peine et nulle appréhension. Je ferais ce que j'aurais à faire. Si cela signifie massacrer des dizaines de milliers de crève-la-faim qui débarquent sur mes côtes parce qu'ils n'ont rien, ainsi soit-il. Glace avait soif de sang, et je devais remplir mon office.


La jeune femme me sourit. Ce sourire me réchauffe l'âme, mais doucement. Jadis, un sourire de femme m'enflammait les tripes et je devais tirer l'épée du fourreau,n'importe laquelle. Puis, ils me réconfortaient. Aujourd'hui, cela aussi ne me fait plus vraiment ni chaud ni froid. Cela n'a rien à voir avec les attraits de la Princesse de Dorne ; il s'agit d'une beauté phénoménale. Le problème vient de moi, depuis bien longtemps. Je souris sans chaleur, mais poliment.



| J'espère que vous ne pensez pas aux nordiens, nous avons déjà suffisamment de soucis sur les bras sans aller chercher querelle à nos cousins méridionaux... |


Je reprenais, plus sérieux. Cela aussi, je ne le voyais plus.


| Plus qu'acceptable. On a déjà trouvé pire raison pour tuer que votre beauté, croyez-moi. Votre nom, votre titre et surtout la femme que vous êtes ne peuvent qu'aiguiser les appétits des ambitieux, Ma Dame. |


Elle ferait parti terriblement intéressant pour Jon. Leur différence d'âge n'était pas si grande et mon fils était un homme comme il s'en faisait peu ; il était bien meilleur homme que je ne le serais jamais, et que je ne l'avais jamais été. Mais quel intérêt à se lier à un sud dont je ne sais rien ? Demain, dorniens et bieffois ou oragiens peuvent maculer les Marches de sang, réclamant vengeance et appelant au carnage. Dans six mois, il pouvait ne rien rester des trois pays sudiens. Et quand bien même à quoi servirait Dorne, contre les sauvageons ou les fer-nés ? Nous étions loin. Et je ne pouvais faire saigner mes nordiens pour des gens qui vivaient à plus de mille lieux de chez eux. Je hoche la tête, amusé par ses paroles candides et sa proposition. Décidément. Il aura suffi d'une visite dans le Sud pour emplir les coffres du trésor...


| Vous seriez dans l'erreur, Altesse, de ne pas croire les rumeurs. Elles en disent plus long sur nos actes que nous ne nous l'avouons à nous-mêmes. Nous sommes barbares pour des gens du sud tels que vous. Mais vivre dans nos contrées, leur survivre, et résister à nos ennemis qui se ruent sans arrêt à notre porte, ne peut forger que des hommes rudes, obstinés et j'en ai bien peur, assez mal embouchés. Votre consoeur de Peyredragon a notamment pu s'en rendre compte récemment ; je gage lui avoir fait forte impression. |


A dessein, je distillais des informations dans la conversation, pour tester la princesse, ses réactions, pour tirer profit de la situation. Je vide mon verre et retourne vers ma chambre pour en revenir avec un grand livre, un encrier et une plume pour écrire.


| Un peu de délicatesse ne nous fera cependant pas de mal. Je profite de ces entrevues au Val pour faire fructifier vingt ans d'efforts à la tête de mon Royaume pour le doter de routes, de ports, de moulins et de forges. Il est temps que tout cela serve, et nous produisons largement de quoi satisfaire nos besoins. Nous aussi, nous avons à exporter. Acier de bonne qualité, matériaux de construction, fourrures et autres spiritueux bien nordiens, qui s'entassent sur les quais de Blancport. |


Je me fige, levant de mes écritures un regard taquin, essayant de mettre en confiance la Princesse. Qu'elle ne doute pas tant d'elle-même, ce qu'elle proposait avait du sens.


| Quoique je doute de l'utilité que vous pourriez trouver aux fourrures ; votre tenue est très bien comme elle est. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mer 13 Mai - 3:14

J’essaie de paraître sûre de moi et calme. Comme si je contrôlais parfaitement la situation. Certes, c’est le cas. Mais pour combien de temps ? Pas certain qu’il soit dupe, mais qu’importe. Les apparences, c’est déjà un premier pas. Même si ce n’est pas assez. Il répond à mon sourire, sans que le sien n’atteigne ses yeux. Il se montre poli. Oh, je n’en prends pas ombrage. Pourquoi le ferais-je ? Ce n’est qu’une représentation. Il n’a pas à m’apprécier ou à être enchanté de ma présence.
Mon sourire s’agrandit.

« Je me doute bien qu’entre les sauvageons et les Fer-nés, vous avez amplement suffisamment de problèmes à gérer pour ne pas vous embarquer dans des démêlés avec le sud si lointain.
C’est même une des raisons qui m’ont fait venir vers vous en premier lieu Sire. D’avoir pu si aisément vous écarter ainsi de la liste des potentiels suspects. »


Et je souris. Encore. Autant pour me rassurer que pour lui.
Le seul objectif dans les meurtres de ma famille que je vois, que mes conseillers ont pu trouver, c’était moi. Plutôt glauque et sordide. Je suis jeune et inexpérimentée, mais j’ai le soutien de mes vassaux et de mon peuple. Le Royaume est fragilisé, mais certainement pas vacillant. Il ne reste donc que moi. Moi et ma main. Mon nom et mon titre comme il dit si bien.
Mon sourire désabusé se fait légèrement amusé.

« La femme que je suis ? »
Je ne peux m’empêcher de rire légèrement. « Je ne vaux que par mon nom et par mon titre comme vous le dites. La personne que je suis n’a aucune importance. Seul ce que je représente importe. Je représente Dorne. Ma main vaut un Royaume. »
Je n’ai aucun intérêt en moi-même. Je secoue la tête, avant de l’incliner. « Mais je vous remercie Messire. De tels compliments sont toujours agréables à entendre. »

Et alors que j’étais venue là, m’inquiétant et m’angoissant à l’idée de cette rencontre, je me retrouve à plaisanter. Ce n’est qu’un échange. Une tractation. Mon interlocuteur a beau être Torrhen Stark, Roi du Nord, j’ai déjà marchandé avec parties plus difficiles. Lui ne le semble pas, être si difficile en affaires.
Et après tout, ce Conclave sert à bâtir les bases de nouvelles relations non ? A rétablir la paix et peut-être, après tout, arranger un peu cette situation explosive. Même si je doute que tout cela n’aboutisse. Je ne peux personnellement reculer après ces assassinats.
Quoiqu’il en soit, même si les rumeurs sont exactes, il est loin de l’image que je m’en faisais. C’est un barbare du Nord, féroce combattant et homme… mal embouché. Je souris. Mais il est franc. Oui, tout cela ne peut être que façade, je le reconnais.

« Les rumeurs peuvent dire tellement de choses… Certes, il y a toujours une part de vérité, sinon ces clameurs se taisent rapidement. Tenir le Nord ne permet pas de se reposer, encore moins de paraître faible, j’en conviens.
Nous avons également des hommes rudes et obstinés à Dorne. J’en connais certains avec qui vous vous entendriez sans doute. »

Enfin, si Elios était moins suspicieux…
Je bois une gorgée de vin. Hum. Rhaenys. J’esquisse un sourire. « Quant au côté mal embouché, si cela peut vous rassurer, jusqu’à présent, je vous trouve plutôt agréable et avenant pour ma part. Peut-être êtes-vous une exception dans votre pays de glace ? Peut-être suis-je moi l’exception ? Je devrais m’estimer heureuse dans un cas comme dans l’autre, n’est-ce pas ? »

J’hausse une épaule en souriant, avant de l’observer un instant.

« Vous avez donc rencontré Rhaenys Targaryen ? L’entrevue c’est si mal passée que cela ? Pour être honnête, je peux comprendre que certaines de ses velléités puissent être mal acceptées. »

C’était le moins que je puisse dire. Je ne l’avais jamais revue, pourtant j’en gardais le souvenir d’une jeune fille plus calme et sage que je ne l’avais été. La perte de sa famille avait dû être particulièrement douloureuse. Mais cela ne pardonnait en rien son stupide désir de poursuivre les rêves insensés de son frère.
Je le regarde se lever et revenir avec livre et tout le nécessaire. Eh bien, je ne pensais pas que ce serait si simple et si rapide… Vingt ans… et vingt jours, ou presque, de mon côté. Cesse donc ! C’était facile.
Bien sûr qu’il a à exporter. Tout le monde a quelque chose à vendre.

« L’acier intéressera grandement mes forgerons, tout comme les matériaux.»

Mon verre à la main, je le regarde en clignant des yeux. Qui a dit que le nord était peuplé de brutes ? Je le trouve plutôt amusant au final pour un barbare. Dirais-je charmeur ? Peut-être bien. Je lui souris, avant de prendre un air sérieux, me penchant vers lui.

« Que de compliments de la part d’un barbare nordique. Je vous remercie Messire. Sachez que je la trouve également très bien, mais j’ai croisé nombre de regards qui auraient fait frémir quantité de jouvencelles. A tel point que j’ai songé un instant à retourner me changer pour mettre une houppelande. »

Je me redresse. « Mais cela aurait été un gâchis, après le mal que s’est donné ma couturière. Et je n’aurais pu profiter du soleil. Ni vous entendre me complimenter de la sorte. C'eut été fort dommage. En quelques minutes, vous venez d’éclairer ma journée.
Et je suis ravie que ma tenue vous plaise. »


Mon sourire, mi-amusé, mi-flatté, est toujours présent.

« Je serais donc ravie d'apporter la délicatesse chez vous, roi Torrhen.  
J’ai toujours rêvé de posséder une fourrure, toute inutile qu’elle puisse être aux premiers abords. Nous leur trouverons bien une utilité. »



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mer 13 Mai - 21:38

Décidément, les femmes sudiennes sont bien étranges. Celle-ci semble bien peu aguerrie mais ne manque pas d'idées, et elle fait dériver la conversation sur des sujets bien peu sérieux. Pourtant, je sens en elle une volonté des plus fortes, et je me rends bien compte qu'elle est probablement en train de tenter de me manoeuvrer. Dans quel but ? Je n'en sais rien et cela importe peu. Le Nord ne se laisse manoeuvrer par personne, en aucune circonstance. Son Roi encore moins. Je ne suis pas prisonnier d'alliances déclinantes, de contrats onéreux, d'amour ou de désir. Je raisonne calmement, froidement. J'analyse, j'observe. Je suis le métal froid et tranchant du Nord. Qu'est-elle, cette petite princesse de Dorne ? Je ne la réduirais pas à son joli minous et ses hanches bien faites. Un royaume frappé en plein cœur, et elle est toujours là. Elle n'est peut être pas la plus grande souveraine car jeune et encore inexpérimentée, mais elle a des atouts, des qualités. Je ne sais sa position en rien, aussi n'évoquais-je rien d'autre que le commerce. Echanger des denrées engage à peu. Si cela enrichit un potentiel ennemi ? J'ai confiance dans les piques et les épées du Nord. Nous n'avons jamais été conquis. Vaincus, parfois. Cela arrive. Jamais sous mon commandement mais je ne suis pas stupide.


Je ne m'engagerai à rien avec une femme qui met en avant ses atouts naturels, masquant ainsi mieux son intellect et ses intérêts. Je conserve mon sourire. Peut être est-elle si ingénue, ou peut-être est-ce moi le vieux guerrier froid et cynique, mais qu'importe. Elle va trop vite en besogne.



| Permettez moi, Princesse, de me faire vieux sage pour une unique fois. Vous êtes Princesse depuis quelques semaines et vous allez vivre votre première entrevue royale. Tous ont des intérêts différents des vôtres, et tous vont vous tendre la main pour vous tirer le bras tout entier. Vous risquez gros en n'envisageant pas toutes les possibilités. Cela étant dit, je soutiens bien n'être pour rien dans vos malheurs. | tentais-je, plus gaillard.


Tout n'était que façades, fumée et illusions. J'acquiesce aux paroles suivantes de la Princesse.


| La personne que vous êtes est importante, car d'après vos lois c'est vous aux commandes. Vous valez un Royaume, c'est certain. Ses richesses, son armée, sa flotte et ses marchands. Vous valez tout cela. Vos prétendants vont bientôt se bousculer, et eux ne verront pas forcément cette valeur que vous avez en propre. A vous de la leur rappeler. |


C'était un conseil et un espoir. J'espérais que Dorne ne s'allierait pas aux premiers venus. En particulier, aux Targaryen ou aux Hoare. Ce serait péril mortel pour la paix dans les deux cas. Hoare pourrait avec les Martell, vite conquérir ce qu'il y avait entre Harrenhal et Lancehélion. Et les Targaryen pouvaient y gagner une armée à même de menacer Orage et Bief, multipliant leur puissance. Dorne réclamait du sang ; j'avais retenu l'information qu'avait confirmée la princesse. Plus le temps et les entrevues passaient et plus j'étais convaincu que nous allions droit vers un bain de sang. Je souris poliment à la jeune femme. Des hommes durs, à Dorne ? Sans doute. Nation de marchands et de putains, disait-on, mais qui devait parfois se battre contre les pirates et d'autres menaces. Il devait y en avoir pour obéir à l'appel du carnage, comme partout. Mon sourire s'accentue légèrement.


| D'expérience, les souverains représentent plutôt une certaine idée de leur royaume que la vérité de son peuple. |


Je n'en disais pas plus, alors que le véritable intérêt de cette conversation émergeait, avec plus de force encore que la perspective de richesses et de prospérité.


| Oui, en revenant de chasse avec des nobles valois. Elle m'a soutenu qu'elle se vengerait d'Harren le Noir, et mettrais à feu et à sang avec son dragon et ses troupes les terres de tous ceux qui lui résisteront. Elle veut la paix mais désire la guerre. Je vais vous confier un secret... |


TOn de la confidence, léger humour dans le ton de ma voix.


| Je n'aime pas Harren le Noir. J'aurais probablement pu concilier mes intérêts avec ceux de la Reine de Peyredragon, si celle-ci n'avait pas pour objectif de faire plier le Nord et tous les autres royaumes, de gré ou de force. Voyez-vous, sous mon aspect raisonnable se cache un vrai nordien. Je crois l'avoir quelque peu brusquée... Et vous, j'imagine qu'elle vous a approchée ? Elle a un frère, et je sais qu'à Dorne vous êtes plus libéraux que chez nous. Vous a-t-elle proposé son frère survivant en épousailles ? A quel prix pourrait-elle obtenir votre amitié? |


Simple ton de conversation, mais j'étais on ne peut plus sérieux. Pas insultant, pas inquisiteur. La Princesse de Dorne était libre d'agir pour son Royaume, mais je souhaitais savoir dès à présent ce qui se tramait en préparation du Conclave. J'avais joué là encore cartes sur table ; le Nord ne s'allierait pas à Peyredragon, et je ne serais jamais l'ami d'Hoare. Que fera Dorne? Leur soif de sang et de vengeance était conciliables, j'en avais conscience, avec celle des Targaryen. Mais Deria Martell accepterait elle toute limitation de sa souveraineté, induite par l'alliance à une Reine de Westeros ? Je souris, les paroles de la Princesse éveillant le coureur de jupons que je fus, jadis.


| Le Grand Tournoi excite les appétits. J'imagine que les gens d'ici n'ont pas l'habitude de voir des femmes vêtues de manière aussi... Sensuelle que vous, Ma Dame. Pour tous vous dire, vous devez avoir le quart du tissu porté chez nous, dans le Nord, au plus fort de l'été. Je suis ravi à tous points de vue que vous ayez préféré la franchise et le respect de votre culture plutôt que d'essayer de me plaire en travestissant vos coutumes. Quant au reste... |


Je reprends mon godet et porte un toast.


| Une fourrure n'est jamais inutile. Car l'Hiver vient. |


Oh oui, il vient. Et je le sens dans mes os, celui là sera terrible.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Sam 16 Mai - 20:37

Je sais bien que je suis jeune. Jeune à ce poste qui m’est dévolu depuis si peu de temps. Mais ai-je l’air si… candide et ignorant ? Peut-être. Sans doute. Mais…
Me donnerait-il un conseil ? Le vieux Roi barbare essayant de guider la jeune souveraine que je suis ? Mon sourire se fait plus sincère.

« Merci Roi Torrhen. Je suis touchée par votre inquiétude à mon égard. »
J’inspire avant de relever les yeux vers lui. « Mais n’ayez crainte, je ne vous ai pas retiré de la liste des suspects uniquement parce votre Royaume est distant du mien. Même si je ne suis Princesse que depuis quelques semaines, mes conseillers sont ceux de ma grand-mère. Ils réfléchissent sans doute aux différentes éventualités mieux que moi. »

Mais je ne suis pas assez naïve pour ne pas voir les tenants et les aboutissants des meurtres de ma famille. Mon Nom. Mon Titre. Mon Royaume. L’un ou l’autre, il n’y a pas de réelles différences.
Depuis ma naissance, je suis destinée à cela. Tant à gouverner qu’au mariage d’intérêt. Comme tous nobles. Assassiner les miens pour que le Royaume se retrouve en position de faiblesse. Pour que je recherche soutien et alliance. Comment pourrais-je pardonner ?
Je le regarde la tête penchée sur le côté. Le vieux sage.

« La valeur que j’ai en propre ? » En ai-je réellement une ? « Je gouvernerais quel que soit celui que j’épouserais c’est vrai. Que mes prétendants soient là pour mon Royaume, mes richesses, ou autre, ne change rien » Mon sourire las est toujours là.

Mais voilà le barbare du Nord qui repointe le nez derrière le vieux sage. Oh, certes, Dorne n’a pas pour première réputation de faire des guerriers. Pourtant mon armée n’a pas à rougir. Même si le grand soldat qu’il est n’est visiblement pas convaincu.

« Oh. Une certaine idée ? » Oui. Moi, dans ma tenue légère. Lui dans sa tenue de cuir. Une Dornienne dans toute sa splendeur décadente, et un soldat inflexible. J’hoche légèrement la tête. « Oui. Sans aucun doute. »

Je lui souris, alors qu’il enchaîne innocemment sur sa rencontre avec Rhaenys Targaryen. Il est amusant. Un instant, il me conseille, l’instant d’après il me prendrait pour confidente, à l’abri des oreilles indiscrètes. Représentation et jeu. Pourtant, je sais qu’il ne me prend pas pour plus stupide que je suis. Il use simplement d’artifices. Presque étonnant pour un barbare nordique. Il est intéressant ce roi. Son jeu pourrait se révéler dangereux, si j’étais proche d’Harren ou de Rhaenys… Enfin dangereux, façon de parler.
Et prêcher le faux pour connaître le vrai peut-être utile. Le ferait-il ? Ah. Voilà. J’hausse un sourcil alors qu’il mentionne Dorne et son libéralisme…
Je l’observe en silence un instant. Avant de lui sourire, me penchant vers lui.

« Je vais vous avouer quelque chose à mon tour. Je n’apprécie guère Harren Hoare non plus. Et tout comme vous, j’aurais pu m’allier à Peyredragon. Mais l’un comme l’autre ont choisi une voie dangereuse et inquiétante. »
Ma langue passe rapidement sur mes lèvres alors que je fais tourner le vin dans mon verre. «  Vous parlez des mœurs de mon Royaume…
Une de mes premières décisions a été de légitimer ma sœur et mon frère. Et malgré notre libéralisme, je sais que cela est mal passé. Mes nobles réprouvent et y voit une erreur. Mais il s’agit de ma famille, des enfants du Prince Nimor, la grogne passera. Pensez-vous réellement que je puisse épouser un étranger, un bâtard, tout légitimé qu’il soit, et trouver grâce aux yeux des miens ? »
Je lui souris. « N’ayez crainte Messire. Je ne peux m’allier à quelqu’un qui souhaite s’emparer de ma couronne et de mes terres.
Qui plus est, obtenir mon amitié ne signifie aucunement obtenir davantage. »


Je secoue la tête, et me redresse. D’autant que non, elle ne m’avait aucunement approché. Et non, je ne pouvais la laisser mener sa vendetta ni, comme il disait si bien, mettre mes terres à feu et à sang. Elle avait son dragon. J’avais mon armée, mes insoumis. Aucun suzerains n’accepterait de se laisser dépouiller de la sorte. Enfin, je l’espérais. Dommage qu’il fut si loin, il ferait un allié de poids ce roi barbare.
Et les sujets brûlants laissent la place aux sujets sérieux, toutefois plus distrayants. Je souris devant son infime hésitation et le choix de son mot. Sensuelle.
Amusant et charmant, je l’ai déjà dit ? Guerrier barbare du nord, plus séduisant que je ne l'aurais cru... Mais beaucoup trop sérieux…

« Oui, sans doute est-ce le Grand Tournoi qui influe.
Je dois vous avouer que je n’ai jamais connu que des régions chaudes voir caniculaires que ce soit de ce côté-ci du Détroit ou de l’autre. Goëville est mon record personnel, je vous crois donc sur parole. Nous multiplierons donc la quantité de tissus que nous vous ferons parvenir dans ce cas…
Et je n’ai pas pour habitude de masquer ce que je suis, quand bien même cela ne plaît pas à tous. Et vous m’avez complimenté sur ma tenue, n’est-ce pas ? Je n’ai pas besoin de me camoufler pour vous plaire dans ce cas. »

Mon sourire se fait plus grand.
« Je suis Princesse de Dorne. Je représente mon Royaume, que l’on dit léger, aux coutumes frivoles, voir libertines, il faut bien que je lui fasse honneur, au moins en apparence. »

Hum. Oui, bon. Tiens ta langue Princesse, ne va pas trop loin. Je lève mon verre en même temps que lui. Oui, beaucoup beaucoup trop sérieux. Est-ce l’apanage du Nord ou juste de son Roi ? Je sais bien que c’est sa devise, mais tout de même…

« Certes. Bien que nous serons toujours moins sévèrement touchés dans le sud…
Auquel cas, les fourrures pourront être disposées, à défaut de cheminée, près des lits ou des oasis intérieures. Elles seront plus douces que le carrelage existant… »
S’il ne comprend pas… Mais tu n’es pas raisonnable. Tu es la Princesse de Dorne. Tu ne devrais plus jouer à ce genre de jeux… Sans doute. Une odeur de lilas flotte dans l’air, alors que je regarde le vin tournoyer dans mon verre. Je me mords la lèvre, relevant les yeux vers lui.  
« J'aimerais bien que l'hiver vienne en été... »

Il a bien parler de respect de ma culture non ? Qu'il ne comprenne pas, malgré mon regard, mon sourire et mes sous-entendus, pas forcément si subtils que ça pour le dernier, serait ... perturbant. Amusant certes, mais perturbant, limite vexant.
Mais dans le pire des cas, je me fais gentiment rembarrée et autant pour la réputation de la Princesse de Dorne…



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Dim 17 Mai - 16:57

La discussion avec la dornienne est détendue. Le fait déjà de n'avoir aucune frontière commune ne peut que nous aider à bien nous entendre, sachant que je nourris en plus quelque compassion pour sa propre situation, et que je me rends également compte que nous pouvons jeter les bases d'échanges entre nos deux royaumes. Qui plus est, je suis bien forcé de le reconnaître, la dornienne capte mon attention de la plus douce des manières qui soit alors qu'elle me lance des regards appuyés et que sa robe met en valeur ses formes. Elle est assez svelte et si elle est moins pulpeuse que ma femme ne l'était, elle semble attirante, bien proportionnée. Elle sait se mettre en valeur et joue totalement sur ses attraits physiques. Cela masque bien sûr son intelligence et ses desseins, mais comme je l'ai dit ceux-ci ne m'effraient pas particulièrement, loin de là. Elle me dit qu'elle est jeune et considère peut être que je lui soutiens qu'elle n'y entend rien. La jeune femme sourit, et c'est un beau sourire. Franc. Charmeur. Jeune et plein de vie. Je ne suscite que rarement des sourires de la sorte. En repensant à la Targaryen, je me prends à penser que je ne suscite d'ailleurs que rarement de sourires tout court. Une princesse assez sage visiblement, puisqu'elle se targue d'écouter ses conseillers.


| En Westeros, il faut de toute manière s'attendre toujours à tout. Les motivations les plus évidentes ne sont pas systématiquement les plus probables. |


Voilà pour clore le chapitre assassinat. Pour le reste, elle affiche une détermination à gouverner qui l'honore. J'oubliais souvent que les lois sudiennes n'étaient pas toujours les mêmes que dans le Nord, même si j'en avais la preuve vivante sous les yeux. La princesse régnait seule, déjà, mais elle pouvait très bien s'arranger que son futur mari n'ai qu'un pouvoir symbolique et que ses enfants aient le nom Martell. Si cela rendait difficile de l'unir à une maison royale, les maisons nobles de son pays devaient s'arracher la perspective de son mariage. Nous échangeons également sur nos cultures, nos valeurs, et ce que nous représentons. Cela faisait si longtemps que j'incarnais le Nord que j'en étais parfaitement indissociable. On retrouvait chacun des aspects, chacun des traits de mon pays, en chaque partie de ma personne. En chaque occasion. En chaque mot, également. Tout comme moi ? Je fronçais les sourcils.


| Je ne me suis pas allié à Peyredragon. La Reine de l'Île m'a bien fait comprendre quel sort elle réservait aux bouchers en Westeros. Et il se trouve que j'en suis un, moi aussi. Quant au reste, je suis dans le même état d'esprit. Les nordiens réagissent toujours très mal à la menace, et il se trouve que je tolère très peu la perspective de voir brûler mon royaume sans rien faire. |


Le regard de la jeune femme se fait plus sensuel, plus séducteur. Elle me parle de la chaleur qu'elle connaît depuis toujours dans sa région d'origine, et me parle aussi de voyages au delà du Détroit. Je souris à ce qu'elle dit sur le tissu, et me dit aussi qu'elle ne peut trahir sa nature. Deria Martell a décidément l'air de quelqu'un d'honnête, quand bien même je ne saurais me fier à quelqu'un qui met en avant de si beaux atours. J'ai toujours essayé, tout au long de mon existence, de me montrer probe, de raisonner plus avec mon esprit qu'avec mes désirs. Aujourd'hui ne fait pas exception, quand bien même la beauté met à mal toutes mes belles résolutions et mon stoïcisme. La jeune femme continue son petit manège, me jette un regard enflammé et se mord la lèvre inférieure avant de continuer ses sous-entendus. Je souris, nullement décontenancé, bien qu'intérieurement un peu perturbé de cette manière de mener des négociations. Mon regard se perd sur sa silhouette ; rien ne sert de prendre des gants avec personne aussi... Chaleureuse. Je termine ma coupe de vin.


| Ce qu'il y a de bien avec les devises de maisons royales, c'est qu'on peut probablement leur trouver une justification au gré des circonstances. |


Je nous ressers en vin. La jeune beauté à réussi à éveiller mon désir, mais je ne suis pas homme à abdiquer toute raison pour une fille, aussi avenante soit-elle.


| La prochaine étape de nos négociations inclue-t-elle quelconque défi m'enjoignant de montrer à quel point vous pouvez être insoumise, invaincue et intacte? |


Ce n'était nullement une insulte, et je me penchais sur la table.


| Menez-vous ces négociations dans un but bien précis, Princesse? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mar 19 Mai - 23:26

Qui aurait pensé qu’un barbare du grand nord me conseille de la sorte ? Certes, il s’agit du Roi, mais ce n’est pas le peuple le plus réputé pour son ouverture d’esprit et sa convivialité. Pourtant, c’est bien ce qu’il fait. Me guider de la sorte, pour que je prenne garde aux motivations cachées. Non pas que j’ai réellement besoin de l’apprendre à nouveau cette leçon, Mima a été particulièrement claire sur ce point depuis que je suis en âge de comprendre. Mais je trouve cela singulièrement … touchant. Et il a raison. L’évidence cache parfois de plus sombres réalités. Oui. Effectivement. Peut-être… Concernant ma famille… Qu’importe, je finirais pas trouver le responsable de toute cette tragédie. Et il paiera.

Mais ce n’était pas l’objet premier de ma visite. Et nous finissons, comme il fallait s’en douter, par évoquer Harren et Rhaenys, et leurs exigences stupides. Je suis rassurée, même si je n’en doutais pas réellement, de savoir qu’il ne pliera pas le genou. C’est le Nord. Et je doute de toute manière qu’un suzerain ne le fasse, ni pour l’un ni pour l’autre. Si cela devait arriver… Nous aviserions le moment venu.

« Les nordiens ne sont pas les seuls à mal réagir à ce genre de chose. Notre réputation n’est pas usurpée Messire, les dorniens ne ploierons pas devant un étranger. Qu’il soit de Peyredragon ou des Iles de Fer ne change rien. Et, personnellement, je ne tolèrerais pas davantage que l’on menace de ravager mes terres ou de s’en prendre à mon peuple. »

Mais ai-je également besoin de le dire ? Dorne n’est pas réputé que pour son commerce ou ses filles faciles. La notoriété de notre côté belliqueux a depuis longtemps dépassé les frontières de notre Royaume. Seul un fou penserait pouvoir s’en sortir aisément en nous prenant de front. D’un autre côté, qui d’assez sain se prétendrait Roi ou Reine légitime des 7 couronnes ?

Les sujets changent. Devenant plus légers et moins sujets à caution. Je lui souris, Et parle de beaucoup de choses sans rapport avec la transaction qui devrait nous occuper. Mais j’ai toujours plus ou moins agi de la sorte. Parler de moi, de mon interlocuteur. Lorsqu’un sourire et un peu de conversation sur tout et n’importe quoi vous ouvre autant de portes, ou presque, que votre nom, il serait dommage de ne pas en profiter. Certes, je n’ai pas besoin de tout cela avec lui. Les échanges commerciaux lui vont, c’est parfait.
Pour autant… outre son côté froid, barbare, nordien… Il m’amuse. Et peut se montrer charmant. Même si je ne l’aurais pas cru sans  le voir, il me plait. Et je ne lui suis pas indifférente. Il a beau garder son apparente froideur, je vois son sourire devant mes sous-entendus de moins en moins équivoque. Il ne prend même pas la peine de se cacher alors qu’il m’observe sans ambiguïté et sans gêne.
Mon sourire se transforme en rire amusé au fur et à mesure de ses paroles. Je l’observe, penché vers moi.
Je me penche à mon tour, un peu en avant, et pose mon menton sur la paume de ma main.

« Nos négociations ne sont-elle pas terminées Roi Stark ? Ces échanges me conviennent… A moins que vous n’ayez d’autres choses à me demander ou à proposer ? »
Je le dévisage un instant, toujours amusée. Oh oui, décidemment, il est plein de surprises. J’aime beaucoup. « Toute négociation a un but précis. Cet accord commercial enrichira nos Royaumes respectifs. Et nous ouvre de nouvelles possibilités. N’êtes-vous pas d’accord ? »

Ne parle-t-il pas de ces négociations-là ? Non ? Mon sourire s’agrandit.   « Vous donnerez-je l’impression de chercher à négocier autre chose Sire ? »

Je secoue légèrement la tête et regarde mon verre. « Et je ne vous ferais pas l’affront de vous dire que je suis une jouvencelle. Je n’aime guère… mystifier. Quant au reste… » Je relève les yeux vers lui. « Il ne tient qu’à vous de le découvrir. »

Plus loin, dans les contreforts, des chiens aboient, les marchands vendent leurs camelote, la vie suit son cour… Moi, je me perds. Je lui souris et me passe à nouveau la langue sur les lèvres. « Et avez-vous réellement besoin d’un défi pour cela Messire ?
La question n'est-elle pas plutôt la suivante : le Loup habitué à la pâle lueur de la lune peut-il résister à l'éclat du soleil ? »


Va-t-il falloir que je me lève et aille moi-même le chercher ? Va-t-il simplement m’éconduire et me mener sagement jusqu’à la porte ? Ou va-t-il peut-être enfin davantage vouloir jouer ?



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Mer 20 Mai - 21:55

La jeune princesse me dit que les dorniens ont le même genre de caractère et de fierté que les nordiens. Qu'eux non plus ne plieront le genoux. J'agrée poliment, avec un léger sourire. Je ne sais pas à qui je peux me fier. L'expérience m'a soufflé que je ne pouvais me fier en personne. Jamais. Trahi par mon propre frère qui avait toujours tout été pour moi, avant que je n'aie des enfants. J'étais dans sa tête et lui dans la mienne, nous étions semblables. Et pourtant, il m'avait trahi, il avait entaché mon honneur et celui de ma femme. Ce genre de trace était indélébile et marquait à vie. Cela me fit cesser de sourire. Quant à la princesse de Dorne, elle est jeune. J'ai compris qu'elle essayait de me séduire depuis le début de cet entretien, et ne pas comprendre pourquoi me mettait sur mes gardes. Elle attendait quelque chose de moi. Comme toutes celles qui ont partagé ne serait-ce qu'un moment de ma vie. Quoi ? Je n'en savais rien. Sa cause était semblable à celle de la Targaryen. Il pouvait y avoir alliance. Peut être même était ce cette seconde qui m'envoyait Deria Martell pour m'amadouer.


J'étais un guerrier, pas un courtisan ni un diplomate. Je hoche la tête, sans quitter des yeux la princesse.



| Je ne peux que comprendre, Altesse, pour partager la même opinion. |


L'avenir dira si je peux me fier aux dorniens. Pour l'instant, tout est toujours dans la balance. La posture de la princesse se fait plus lascive, plus sensuelle. Son regard est une invitation, tout comme sa posture. On a essayé de me séduire toute ma vie pour de la gloire, des richesses, des titres. Elle attend quelque chose de moi, et ce quelque chose s'achète avec du temps passé dans mon lit. Je ne suis pas venu pour ça, mais le bateau dans lequel je fais venir Mathie tarde à arriver, et Deria Martell est tout sauf repoussante. Elle continue de me charmer, de m'attirer, me révélant mêeme qu'elle n'est plus pucelle. C'était évident ; son attitude toute entière exsude le stupre, à cet instant. L'invitation se fait plus claire, moins voilée. Je me demande ce qu'elle compte tirer de moi par cette approche. Mes tripes remuent, et j'ai plus chaud que cinq minutes auparavant. Je me lève, contourne la table et me place face au balcon, vers l'extérieur, vers la baie. Le léger vent remue mes cheveux, même courts comme ils le sont. Je regarde au loin.


| Vous êtes particulièrement séduisante, Princesse Deria. Coucher avec vous ne nécessiterait nul artifice. Vos propositions m'honorent, je n'ai pas pour habitude d'être courtisé par de si grande beauté que vous, Ma Dame. |


Je soupire et regarde les nuages, par les Anciens Dieux. Se protéger. Comme toujours. De tout. De tout le monde. Tout le temps.


| Mais j'ai bien peur que la chaleur du soleil ne soit pas pour un vieux loup qui ne vit que dans l'hiver le plus froid et le plus obscur depuis des années, Ma Dame. |


J'avais envie d'elle. Là, maintenant. Je pourrais la prendre sur la table, sous les yeux des gens sur les balcons du même étage ou des étages supérieurs. Elle avait éveillé en moi assez de désir. Mais je me méfiais. Je ne me sentais pas en sécurité. Paradoxalement, j'avais infiniment moins peur sur le champ de bataille que face à la perspective d'attirer quelqu'un. Plutôt mourir sur le champ de bataille, du poison ou de la fièvre que de subir à nouveau l'attachement, les désillusions, la manipulation. Deria Martell souhaitait quelque chose de moi. Quelque chose que je ne voulais pas donner, de peur de ce que cela pourrait entraîner. Je me retourne vers elle. Sourire poli, mais désabusé. Je voulais Sigyn, et ne l'aurais plus jamais. Je voulais Sigyn, tout en souhaitant ne l'avoir jamais rencontrée. Les vieilles blessures se rouvraient.


| Je suis sûr que vous pourriez aisément trouver jeune compagnon courageux et jovial, moins nostalgique et ennuyeux que je ne le suis. |


C'était terrible, de repousser ainsi les avances d'une femme si séduisante. Je m'en voulais déjà. Mais le mal que nous nous ferions par la suite en valait il vraiment la peine? J'avais peur depuis des années que rompre ma solitude soit plus dangereux que la subir. J'en étais persuadé. Je ne voulais pas offenser la Princesse.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Jeu 21 Mai - 19:10

Alors que j’essaie de lui faire comprendre que les Dorniens ne plieront pas davantage que les Nordiens, je le vois acquiescer et sourire. Sourire qui disparait ma foi bien vite. Ai-je dit quelque chose susceptible de le blesser ou de le faire douter ? Ou est-ce uniquement sa méfiance naturelle qui refait surface ? Certes, il ne me connait pas et n’a aucune raison de me croire. Pourtant, le Royaume de Dorne s’est toujours tenu à l’écart. Pourtant le Royaume de Dorne n’a jamais  été connu pour sa docilité. Qu’importe. Je sais que je ne pourrais jamais laisser quelqu’un d’autre se prévaloir comme suzerain de mes terres.

Il parvient à me faire sourire et rire. Je l’admets, je ne suis pas public bien difficile soit. Mais il me surprend. Ce qui est, malgré ma jeunesse, plus difficile. Et aussi étonnant que cela paraisse, il me plait. Et mes allusions subtiles, qu’il écarte bien froidement, se transforment en sous-entendus de moins en moins discrets. Mais le résultat est là. Il réagit et me répond. Et si j’avais commencé par jouer, je me rends bien compte que j’ai envie de lui. Et je sais que c’est réciproque. Il se lève pourtant, rejoignant le balcon et me tournant le dos. Est-ce plus facile de me résister sans me voir ? Ou est-ce plus facile de m’éconduire ainsi ?

Je me tourne vers lui et l’observe, alors qu’il regarde la baie. Mon sourire disparaît alors qu’il parle. Non pas qu’il me vexe ou autre. Mais il est tellement sérieux. J’ai beau m’être déjà fait la réflexion, cela m’étonne encore. S’il avait eu besoin d’artifices, oui, j’aurais pu me vexer certes. Et il en fait un peu trop non ? De si grandes beautés, il y en a d’autres, de plus jolies…  Et ce genre de locutions sont souvent suivies d’un mais… Ah… on y arrive.
Pourquoi ? Je lui propose juste un moment à deux. Pourquoi a-t-il besoin de se justifier ou d’expliquer ? Pourtant, il ne me semble pas qu’il y ait quelqu’un dans sa vie. Je fronce les sourcils.  Froid et obscur… C’est triste. Il n’a pourtant pas l’air si vide de vie… Je ne réponds pas. J’essaie de comprendre. De quoi a-t-il peur ?

Il se retourne enfin, m’offrant un sourire. Mais loin du sourire chaleureux que j’ai pu entrapercevoir par moment. Un sourire courtois, ni plus ni moins. Est-ce cela qui lui fait peur ? La différence d’âge ? Ca me paraît tellement léger.
Je me lève à mon tour et le rejoints, posant mes mains sur la rambarde, lui laissant son espace.

« Je vais continuer d’être franche. Puisque tel semble être également votre cas.
Mes… propositions n’étaient pas tant faites pour vous honorer Sire. »


Je regarde un instant la baie, avant de fermer les yeux en levant le visage vers le soleil.

« Tout le monde a besoin de soleil Messire. Personne ne peut vivre éternellement dans le froid, l’obscurité et la solitude, pas même un vieux loup. »

J’ouvre un œil et tourne la tête vers lui, un sourire amusée aux lèvres.

« Je ne suis peut-être pas le soleil qu’il vous faut. J’ai beau être particulièrement séduisante, il suffit de me dire que je ne vous conviens pas. Je ne me vexerais pas, je n’ai pas pour habitude de m’offenser aisément, toute dornienne que je sois. Vous maniez tant et si bien le verbe que vous trouverez sans aucun doute les formules adéquates quoiqu’il arrive. »

Je me tourne vers lui, posant ma hanche contre la rambarde, avant de regarder en contrebas.

« Quant à trouver un jeune compagnon… Effectivement, il me suffirait sans doute de descendre, de tendre la main… et j’en trouverais certains nombre ravis de me tenir compagnie. Séduits par ce ma tenue laisse apercevoir. Par le royaume que je représente. Par la couronne qui représente tant. Peut-être en trouverais-je même un qui puisse me plaire. »

J’hausse légèrement les épaules. « Mais quel intérêt cela aurait-il ? »
Je relève les yeux vers lui. A-t-il peur lui que je ne m’intéresse à sa couronne ou à son Royaume ? J’ai déjà mon Royaume. Alors quoi ?
Et non. Je n’ai pas vraiment peur en réalité. Je trouve cela toujours décevant. De n’être qu’un trophée ou une position sociale.

 « Vous allez trouver cela profondément naïf, et j’ai beau le savoir depuis aussi longtemps que je sais tenir debout, j’ai toujours du mal à accepter que l’on ne s’intéresse à moi que pour mon nom… et mon rang aujourd’hui. »

Je souris à nouveau, la tête penchée sur le côté alors que je l’observe.

 « Et je n’aurais jamais cru dire ça d’un barbare nordien, mais… Vous me plaisez. Je vous trouve amusant et surprenant pour quelqu’un qui se pense si ennuyeux. J’aurais aimé juste… » Je secoue la tête, souriant franchement. « Je suis ravie de vous avoir rencontrée Roi Stark. »

Et, faisant fi des conventions et du savoir-vivre, je m’approche, pose ma main sur son torse pour me stabiliser, avant de déposer un baiser sur sa bouche. Je murmure à son oreille.

« Merci d’avoir été sincère. Et ne prenez pas offense, je ne voulais pas vous manquer de respect Sire. »

Je me recule à nouveau. Il est temps que je m’en aille. Avant de simplement lui sauter dessus. Ce qui risquerait de causer davantage d’ennuis et de reproche qu’un simple baiser.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Ven 22 Mai - 0:29, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5923
Membre du mois : 1
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   Jeu 21 Mai - 21:08

La jeune femme me dévisage. Je dois lui paraître bien singulier. Bien étranger, aussi. Je ne suis qu'un barbare après tout, pour tous ces gens du Sud. Il s'agit de tenir mon rang et ma position, de faire en sorte de véhiculer le bon message. Cela n'était pas toujours facile, bien sûr, mais je comptais bien me tenir à la ligne de conduite qui avait toujours été la mienne. Le Roi du Nord fait rire la Princesse de Dorne. Un son clair, joyeux. Un son vraiment plaisant, qui pourrait être très apaisant si je me laissais aller. Ce n'était pas le cas. Pas de repos pour le Roi du Nord. Pas de repos pour les Rois tout court. Je la sens suspendue à mes mots, comme s'ils revêtaient tant d'importance. La Princesse finit par me rejoindre, alors que je lui fournis mes ojections. Elle est belle, ainsi. Vraiment. Elle m'explique la sincérité de sa proposition. Et que tout le monde a besoin de soleil. Je souris doucement, nostalgique, en regardant la baie en sa compagnie. Je me love dans le souvenir de Sigyn, toujours si doux mais si douloureux. Je suis plus honnête encore, peut être trop.


| Le soleil est mort pour moi il y a huit ans, princesse. Je laisse ses rayons aux jeunes, maintenant. |


Connaîtrait elle un jour amour si intense et si douloureux ? Le seul de ma vie. La Princesse est amusée. Elle ne doit pas avoir l'habitude qu'on la repousse, pour tout un tas de raisons. Mais qu'importe. Je me tourne à mon tour vers elle, souriante. Si, elle est belle. Elle reconnaît mes flagorneries, mais sent-elle ma sincérité?


| Je n'ai jamais su partager à l'impromptu ma couche qu'avec des femmes que j'aimais. Pour une heure, une nuit... La dernière m'a emprisonné, jusqu'à la fin de mes jours. C'est ainsi. Autrement, vous feriez plus que me convenir. |


Je lâche un petit rire, à demi étouffé par la puissance du souvenir.


| Il y a vingt ans, je vous aurais probablement retiré cette robe, vous aurais jetée sur le lit, et vous aurais baisée à mort. Aujourd'hui, je suis plus sage. Vous méritez mieux que les attentions d'un vieillard qui se complait plus dans la mort et le souvenir que dans la vie et les émotions. |


Je hoche la tête ensuite. Oui, elle avait raison. Quel intérêt d'aller baiser un inconnu ? Autrefois, je le voyais parfaitement. Le plaisir était une récompense en soi. Mais je ne le voyais plus de cette façon, aujourd'hui. La belle me remercie et me salue, m'embrasse sur la bouche. Le contact m'enflamme. Ma main se pose sur sa joue. J'ai une envie d'elle presque irrépressible.


| Soyez prudente, Princesse. Vous avez peu d'amis lors de ce Conclave, mais vous pouvez estimer n'avoir pas laissé le Nord indifférent, croyez moi. |


Alors qu'elle me quitte, je regarde sa main. Il serait si facile de la rattraper. J'esquisse un geste, mais ne le fais pas. Je suis le Roi du Nord. Je la laisse partir. Parler plus tôt n'aurait fait qu'embrouiller les choses. La porte se referme derrière elle. Longtemps après, je sens encore son odeur. Je ferme les yeux.


| Merci à toi, petite princesse, de m'avoir rappelé ce que ça a été un jour, de vivre ça. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 14498
Membre du mois : 189
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pleine Lune et Soleil Ardent [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piège sous la pleine lune [PV Eowen Sauloon] terminé
» Un soir de pleine lune
» Les Histoires de la Pleine Lune
» Pleine lune, sombre présage. [Moyen, privé]
» - Pleine Lune - PV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: