Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Black Sea [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyLun 4 Mai - 18:37

Tout s'était précipité depuis les courriers de la Reine Sharra et ceux venus du nord, de Karhold et des clans de montagnards. Même les Mormont nous avait assaillis de courriers, et j'y avais répondu en veillant très tard la veille du départ. Ensuite, tout s'était très bien passé pendant tout le trajet terrestre, qui avait pourtant duré un bon moment. J'avais pu profiter de mes enfants, profiter de ma région et de ce que mes bannerets avaient à nous offrir sur la route. La veille, le bateau. Là, c'était d'un seul coup beaucoup moins plaisant, puisque je n'avais jamais vraiment été passionné par la mer. La mer, c'est le domaine des pirates, des Fer-Nés, des tempêtes et des drames. J'avais perdu un frère en mer, voici une dizaine d'années, et si je n'avais pas peur ni ne subissais le mal de mer, je ne me sentais absolument pas dans mon élément. Je restais enfermé de longues heures dans ma cabine, continuant avec notre mestre d'envoyer courriers sur courriers à mes bannerets pour gérer au mieux le rassemblement du ban. Et ce soir, je relisais justement la réponse du Roi Loren, et le Mestre me conseillait de parler à ma fille de tout ça, car vu son caractère, emporter son adhésion ne serait pas aisé et ce genre de plan ne fonctionne que si les deux parties adhèrent un minimum à l'idée. Connaissant les extrêmités auxquelles se livrait parfois ma fille en ce qui concernait son caractère, je décidais de suivre ce conseil et montais sur le pont, envoyant un de mes gardes chercher la princesse Jeyne dans sa cabine pour qu'elle me rejoigne sur le château arrière de la Nef.


J'y restais un moment, regardant la lune et sa lumière se refléter sur l'eau alors que les navires continuaient leur longue route vers le sud. Il y avait pas mal de bruit ; les cordages, le bois qui grinçait et fendait l'eau, le vent qui gonflait les voiles... Mais c'était tout de même infiniment moins bruyant qu'en journée, ou quantité de marins se divertissaient ou manœuvraient le navire. Là, il n'y avait qu'une équipe réduite pour permettre aux autres de se reposer par quarts. Je repensais à mes frères. Je m'emmitouflais dans ma cape alors que le vent se levait. Bientôt, les sauvageons et la guerre. Avant cela, les néogications au sud. Et tout de suite, la tempête Jeyne.


Comment va-t-elle prendre la chose, elle qui est si fière et si indépendante, comme sa mère ? Elle verra cela comme une insulte, comme une menace. Je sais qu'elle va se défendre bec et ongles, mais elle est ma fille. Je trouverais les mots. Il le faut. Je l'entends finalement arriver derrière moi. Toujours accoudé au bastingage, je lui dis sans me retourner.



| C'est une belle nuit, tu ne trouves pas ? Ta mère aurait apprécié ce voyage. |


Je me retourne vers ma fille, qui ne sait visiblement pas trop à quoi s'attendre. Je chasse la mélancolie pour faire ce qui doit être fait. Ou dit, plutôt.


| Et toi Jeyne, qu'est ce que tu penses de notre petite expédition familiale ? As-tu hâte que l'on arrive? |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMar 5 Mai - 10:52

    Ce voyage était une source continuelle d'émerveillement. Je n'avais jamais quitté le Nord. Petite princesse chérie, protégée et farouchement gardée. Alors quand Père nous avait annoncé que nous nous rendions au Val d'Arryn pour un tournoi, que tous les rois et reines des Sept Royaumes seraient présents, j'avais bondi de joie, enthousiaste à l'idée de découvrir enfin autre chose ! Attention, j'adorais ma contrée et mon cœur serait à jamais au Nord, là n'était pas la question, mais j'avais entendu tant de récits des terres du Sud que j'avais très envie de me faire ma propre opinion au lieu de me laisser bercer par des contes souvent enjolivés. Et puis... Un tournoi ! Naturellement que j'avais très envie de voir des hommes jouter, même si c'était violent, même s'il n'était pas rare que certains concurrents en ressortent gravement blessés. Ou meurent. Mais là encore, tant de récits avaient bercé mon enfance que j'étais toute excitée à l'idée d'y assister. Père ferait-il jouter quelques uns de ses meilleurs chevaliers ?

    Pour l'occasion, j'avais eu le droit d'emporter mes plus belles robes et mes plus riches parures. Même d'en faire faire quelques unes, plus légères encore, dans des tissus somptueux. La frivolité n'était pas dans les mœurs de nos contrées, mais Père tenait à ce que nous représentions le Nord de la meilleure façon possible et cela passait également par l’apparat. Je n'allais certes pas m'en plaindre. Père préférait voyager léger, mais je dus arguer qu'il me fallait quantité de toilettes pour toutes sortes d'occasions et montrer la beauté du Nord pour obtenir gain de cause et pouvoir emmener quantité de malles. Sans doute bien plus que nécessaire d'ailleurs ! A moi seule, j'avais plus de bagages que Jon et Père réunis.

    Seulement le voyage était long. Très long. Je savais chevaucher, bien entendu, mais c'était inconvenant dans ces conditions, donc j'étais cantonnée dans le chariot la plupart du temps. Ce qui était d'un ennui mortel. Alors, quand cela devenait intenable, je finissais par sortir lors d'une halte et monter à mon tour. C'était moins confortable (quoique, c'était discutable étant donné la façon dont le chariot était ballotté par la route accidentée!), mais je me sentais davantage à ma place ainsi et au moins, je pouvais bavarder avec Jon ou Père, ou bien encore quelques chevaliers qui nous accompagnaient. J'avais toujours davantage été à l'aise avec les hommes qu'avec les femmes... Sans doute parce qu'il n'y en avait pas dans ma famille proche et que j'avais été élevée dans un milieu d'hommes...

    Mais cela me permettait aussi de voir l'étendue de notre royaume et de rencontrer ses gens. Nous dormions chez les bannerets qui se pliaient en quatre pour nous être agréables et j'étais enchantée de voir combien Père était respecté. J'espérais que Jon connaîtrait la même loyauté et pas seulement parce qu'il était le fils de Torrhen. Il était un homme de valeur, il saurait se faire aimer lui aussi.

    Et puis, vint le temps de prendre la mer. Une grande première pour moi. Si je fus au départ, peu rassurée par le roulis du bateau et légèrement indisposée par les sensations que cela faisait naître en moi, je finis par m'y habituer et la suite du voyage se passa bien mieux pour moi. Il m'arrivait souvent de me pencher par dessus le bastingage pour observer les eaux froides et tenter d'y distinguer quelque animal marin ou poisson, ou de rire aux éclats quand les oiseaux luttaient contre le vent fort. J'interrogeais parfois les marins ou le capitaine sur leur façon de travailler, curieuse. Comme j'étais la fille de leur Seigneur, ils se montraient un minimum poli, même si j'en importunais certains alors que d'autres me répondaient avec plaisir.

    J'étais en train de lire quand on frappa quelques coups à la porte de ma cabine. Surprise, je vis entrer un garde de Père, qui me mandait. A cette heure ? Intriguée et légèrement anxieuse, je m'emmitouflais dans une cape de fourrure. Non seulement il faisait froid, mais l'air du large venait encore renforcer ce sentiment glaçant. Je finis par le rejoindre, alors qu'il regardait les eaux sombres. Il m'entendit pourtant arriver. J'étais plus discrète au château quand je me faufilais dans les cuisines, mais là, je luttais souvent pour conserver l'équilibre. Et je n'avais pas tenté d'être silencieuse. Je levais le visage vers le ciel à son préambule, admirant la lune et les étoiles, écoutant le roulis de l'eau, les bruits nocturnes. Je fermais les yeux et inspirais profondément l'air salé. Père parlait souvent de Mère. J'étais heureuse de savoir qu'elle aurait aimé ce voyage. Moi, je l'adorais. Cela me faisait encore un point commun avec elle. Mais je m'en doutais, elle avait illuminé la froide Winterfell de festivités, de musique... Cela me manquait. Je le regardais, avec une certaine incertitude. Il me demanda mon avis et je souris :

    « Je suis ravie ! Il y a tant de choses à voir et à découvrir ! J'ai été enchantée de rencontrer nos bannerets, de parcourir nos terres, de rendre plus concret ce que je savais. Et je suis soulagée de ne pas avoir le mal de mer, car le voyage aurait été moins agréable je pense. »

    Je ris légèrement, enthousiaste. Mon regard pétillait de joie et mes joues étaient rougies par le froid mais également la satisfaction. Je me rapprochais de mon père, m'accoudant à mon tour au bastingage pour voir les étoiles se mirer dans l'eau. Je savais que nous avions eu de la chance. Pas de tempêtes... J'espérais ne pas découvrir comment je vivais cela. J'avais perdu un oncle en mer. Père devait y penser souvent...

    « Mais oui, j'ai hâte d'arriver, le voyage est bien long... »

    Je marquais une pause, avant de m'enhardir :

    « Ne craignez-vous pas quelques troubles avec toutes les maisons ainsi réunies au même endroit ? »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMar 5 Mai - 14:59

J'aurais aimé faire ce voyage avec Sigyn. Maintenant que j'ai pensé à elle, mes souvenirs ne me quittent plus. Elle aurait tout aimé, là-dedans. Le fait que l'on fasse quelque chose en famille qui, s'il y avait un rapport évident avec l'exercice du pouvoir, nous permettait également de passer plus de temps ensemble que d'ordinaire, ce qui était toujours une bonne chose. Mais plus encore, elle aurait aimé une expédition maritime, elle aurait aimé la mer, et elle aurait sûrement adorer rencontrer la Reine Sharra et les autres roi et reines de Westeros. Cette pensée d'elle me serra le cœur, mais qu'importe. Elle n'était pas là. J'étais seul depuis des années. Et je me trouvais en présence de sa réplique quasi-parfaite, bien que sa mère était légèrement plus grande et élancée. Cela dit, l'air que ma fille arborait sur son visage me faisait grandement penser à celui que j'avais pu voir des années plus tôt quand j'essayais de conquérir ma Reine en la surprenant autant que possible ; cette pointe d'émerveillement, de curiosité, et de bonheur le plus pur. Cela me mit mal à l'aise, finalement, car je me rendais bien vite compte que cela n'aurait qu'un temps... Et que bientôt, j'allais risquer les foudres de ma jeune princesse.


Il faisait froid ici, en pleine mer. Oh, ce n'était pas les océans, mais les embruns des eaux froides et noires nous séparant du Val étaient fraîches en été et plus froides encore en hiver. Je me rappelais l'histoire de notre maison et la guerre pour les Trois Soeurs, des îles que nous avions vues passer, au large d'elles, hier dans la journée. Les Stark et les Arryn avaient débarqué des centaines d'hommes qui s'étaient étripés en plein sur les plages, attirant par le bain de sang les squales de ces eaux glacées. Bain de sang inutile. Aujourd'hui, le Val et nous n'avions que peu de liens voire aucun ; je n'avais échangé que quelques courriers avec le Roi Jehan il y a des années, avant sa mort. Mais stratégiquement, face à un Royaume du Sel et du Roc aussi puissant, la Montagne était notre alliée naturelle.


Je regarde ma fille, si heureuse, si calme et si gentille. Dommage que cela ne durera pas ; j'aime la voir ainsi. Je souris à ses paroles.



| Le mal de met n'est qu'un jeu de l'esprit ; attends que l'on soit en pleine tempête pour le redire... Mais tu as raison. Ce voyage est agréable. S'il n'y avait pas la menace de ces maudits sauvageons, nous aurions pu en profiter pour faire le tour du Royaume ; il est plus que temps que vous connaissiez chaque recoin de notre immense territoire... Et de ses richesses, de ces habitants. |


Je parlais comme un vieux sage, mais ce n'était que le calme avant la tempête. Je souris, d'un air bienveillant.


| Bien sûr que si, c'est pourquoi nous n'y allons pas sans garde. Mais j'ai confiance en la Reine Arryn ; elle a tout intérêt à garantir notre sécurité plus efficacement encore que nous ne l'aurions fait nous-mêmes. Mais je m'attends quand même à du grabuge. Tous ces rois, ces nobles et même le peuple, tous se détestent. Harren Hoare presse ses troupes à nos frontières et à celles du Val, il a conquis des territoires de l'Orage, lui-même en conflit presque permanent avec Dorne ou le Val. Peyredragon a perdu son Roi, et l'Ouest a peur d'Hoare autant que du Bief. Tous les sudiens craignent Dorne, avec les rumeurs de l'assassinat de la princesse Meria et de son fils... Il y aura des disputes, peut être des incidents. Mais nous serons en sécurité. |


Je pose une main sur sa joue, la caresse doucement, mon sourire se fige. Je suis Roi du Nord, je dois dire ce que j'ai à dire.


| Je ne te dis pas tout ceci pour t'effrayer, mais en tant que ma fille tu dois savoir. Nous nous rendons à Goeville pour essayer de sauver la paix et trouver des alliés pour ce faire. J'escompte trouver un bon parti pour ton frère, pour sceller ces unions. Et pour toi aussi, ma fille. Il faut encore que j'en discute les termes avec le Roi son père, mais je pense t'unir à Lyman Lannister. Pour le bien de notre famille. Pour le bien des Stark. On dit beaucoup de bien de ce prince... | avançais je, hésitant, comme pour mieux faire passer la pilule


En fait, se jeter à l'eau n'était pas forcément l'idée du siècle.




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMer 6 Mai - 12:15

    Je fis une petite grimace quand Père évoqua une bonne tempête pour savoir si j'avais vraiment le pied marin ou pas. Non merci, je n'avais pas envie de savoir. Je me réjouissais que le voyage se déroule sans encombres. Je n'avais pas envie de tester mes limites à ce point. Une tempête pouvait faire sombrer un navire après tout et le notre n'était pas très imposant... Ma grimace disparut bien vite quand il parla de la menace sauvageonne qui nous empêchait de profiter de notre royaume. Les maudits... j'aurais tellement aimé entreprendre ce genre de voyage sur nos terres ! Je hochais la tête.

    « Il n'est jamais trop tard Père. »

    Même si je doutais que ces sauvages nous laissent un jour tranquille. Suffisamment pour libérer l'esprit de Père en tous les cas et lui permettre de nous emmener visiter tous ses bannerets. Quel dommage... Mais je préférais demeurer optimiste. Même si ce n'étaient que des paroles en l'air et que cela ne se réalisait jamais. Nous le savions tous les deux. D'ailleurs, en prime de ces soucis propres au Nord, nous allions tout de même nous retrouver avec tus les souverains des Sept Royaumes et sachant certaines inimitiés, cela risquait d'être mouvementé... Et Harren le Noir y serait aussi. Au vu de la félonie dont il était capable, il pouvait aussi bien tenter quelque perfidie lors du conclave pour asseoir une bonne fois pour toutes son pouvoir usurpé... Père ne devait pas avoir l'esprit tranquille, ce qu'il me confirma, même s'il avait confiance en la reine Sharra. Cependant, il ne craignait pas pour notre sécurité... Cela dit, si j'avais été de Dorne ou de Peyredragon, j'aurais tout fait pour tenter de faire assassiner Harren, en représailles. Ce n'était pas chevaleresque, ce n'était pas honorable, mais je ne saurais rester calme face à l'assassin d'un membre de ma famille !

    Père se permit alors un petit geste tendre à mon égard et je fermais les yeux sous cette marque d'affection trop rare, mon corps semblant se tendre, assoiffé de ce genre de gentillesse. J'étais quelqu'un de très tactile et câlin, mais je ne pouvais me le permettre avec tout le monde... Père n'acceptait pas forcément, Jon était devenu un homme, Walton me rejetait... C'était difficile. Alors ce geste, je le pris pour ce qu'il était... Sans me douter de ce qu'il annonçait. Je rouvris les yeux quand il reprit la parole, son expression s'était durcie. Sauver la paix, trouver des alliés... Oui, je savais tout cela, je l'avais deviné, je n'étais pas totalement naïve. Cependant, quand il parla d'un parti pour Jon, je me raidis et quand il parla de moi, je me crispais, ma main se posant sur la sienne, pour l'enlever de ma joue alors que je reculais légèrement. Avait-il tenté de m'amadouer ? C'était raté.

    Et l'ombre du mariage qui planait sur ma tête depuis plusieurs semaines pesa soudainement sur mes épaules alors qu'on nom sortait enfin. Lyman Lannister... Il tenta bien de mettre en avant mon devoir. Pour le bien de notre famille, pour le bien des Stark... Et ça, c'était petit. Et maladroit. Franchement, j'ignorais ses qualités diplomatiques avec les autres familles, mais alors avec sa famille, c'était franchement nul. Je me doutais pourtant qu'il m'approchait avec des pincettes. Il aurait aussi bien pu se montrer intransigeant et m'annoncer la nouvelle comme un ordre. Mais non... Il ouvrait le débat. De toutes façons, même s'il avait ordonné, à moins de me bâillonner, il n'aurait pu empêcher ma riposte.

    « Beaucoup de bien de ce prince, vraiment ? »

    Ma voix était trop mielleuse et sarcastique pour ne pas laisser deviner l'orage qui couvait.

    « Oh, je serais vraiment curieuse de savoir à quel genre d'homme le roi du Nord veut marier sa fille. Vas-y je t'écoute. »

    L'orage couvait dans mes prunelles. L'explosion ne tarderait pas, mais j'étais curieuse quand même d'entendre ce qu'il pensait, pourquoi il avait choisi ce prince justement. Après, je pourrais hurler.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMer 6 Mai - 22:09

Je souris doucement aux paroles de ma fille. Il n'est jamais trop tard... Bien sûr que si. Elle n'a pas idée à son âge, à quel point le temps passe vite. Hier encore, je faisais n'importe quoi avec mes compagnons d'armes, je bravais les gardes de mon père et je courais la gueuse, pensant que je ferais un mariage d'amour et que si tout me gonflait un peu trop, je pourrais abdiquer en faveur d'un de mes frères. Et me voilà. Vingt ans plus tard. J'en ai connu des jouvencelles, ça oui. Et ça n'a rien d'aussi glorieux que ce que j'imaginais à l'époque. On ne perd jamais goût à la caresse d'une femme, mais on ne peut pas non plus s'en nourrir. Je n'ai plus de compagne officielle depuis la mort de ma femme, plus aucune relation suivie, sinon un rien d'intimité avec une femme que je paie, et quelques autres, à l'occasion. Depuis, j'ai connu la guerre. Si au début elle avait les parfums doucereux de la gloire, de l'immortalité et de l'honneur, ce n'est plus le cas depuis longtemps. Je me satisferais très bien d'un rien, en fait. Même le luxe d'un règne paraît fade après tout ce temps. Elle pense qu'il y a toujours un espoir pour tout, cette petite Jeyne Stark. Qu'il est toujours temps d'être heureux, d'aimer, de façonner l'avenir. Elle ressemble à sa mère, mais elle me ressemble aussi. Etrange, quand on sait la part si active que j'ai prise dans son éducation... Mais c'est ainsi. Jeyne ne sait pas encore de quoi elle parle, et mon rôle de père consiste à tout tenter pour qu'elle ne le sache jamais, tout en sachant très bien qu'arrivera un jour où elle goûtera elle aussi aux cendres.


Qu'est ce que la vie, sinon le prolongement indéfini des souffrances des hommes ?


Ma fille se tend vers moi quand je lui caresse la joue. Nul doute qu'elle prendra par la suite la marque d'affection comme une trahison perfide, mais qu'importe ; ce genre de moment est trop rare pour être laissé ainsi, gâché. Et voilà que mes craintes se confirmaient, que ses douces mains se serrèrent pour m'agripper et me rejeter de cette tendre étreinte. Immédiatement, sa voix changea et prit une tournure plus acide, plus sarcastique. Cela ne me plaisait, venant de qui que ce soit d'autre j'aurais élevé le ton. Mais pas de ma fille. Je notais qu'en même temps que ma fille s'énervait, elle se mit à me tutoyer, chose rarissime. Un instant, un court instant, j'eus l'impression de me retrouver face à sa mère quand j'avais commis une action douteuse et que sa voix hurlait « Torrhen Stark ! ». Je n'avais jamais aimé qu'elle fasse cela, mais j'avais toujours trouvé ça attendrissant. Séduisant aussi. Je restais ferme, cependant, sans pour autant la rabrouer aussi sèchement que mon instant me le dictait. L'instant était crucial, j'en avais bien conscience.



| [color]Oui, beaucoup de bien. Il est le fils de la maisonnée la plus riche de Westeros et son père est un brave, sa mère une grande Reine. On dit qu'il est éduqué comme il se doit, qu'il a appris à se battre autant qu'à régner. J'ai ouï-dire qu'il aurait même réglé quelques affaires délicates pour son père le Roi de l'Ouest. Autrement, je ne sais rien de lui.[/color] |


Je soupire, regardant de nouveau la lune pour y puiser quelque courage.


| Crois-tu que nous ayons le choix ? Jon devra épouser quelque princesse ou quelque souveraine étrangère pour nous donner des épées. Tout comme toi. Lorsque viendra le temps, Walton devra aussi accomplir son devoir. Comme je l'ai fait. Comme ta mère l'a fait. Nous vivons dans la richesse, dans la sécurité. Nous présidons au destin des peuples. Tel est notre fardeau. Pour protéger nos gens, pour qu'ils nous suivent, nous devons tout faire pour assurer leur sécurité. Je n'aimais pas ta mère, au début, tu sais ? Elle était rétive, indépendante et farouche. Elle me considérait comme un coureur de jupons éhonté, écervelé jeune Roi qui préférait se battre, s'enivrer et courir la gueuse que régner. Tout ne se fait pas en un jour. Et un jour, pour une raison ou pour une autre, nous devons quitter le cocon familial pour en constituer un nouveau. |


Je lui prends la main, la caresse doucement du pouce.


| Ton bien m'a toujours énormément importé. Je ne vais pas te marier au premier venu. Je ne monnaie pas ta vie contre des épées. Cela compte, bien sûr, mais ce n'est pas l'essentiel. Les Lannister sont riches et puissants. Avec tout ce qu'il se prépare, tu seras plus en sécurité là-bas. Si nous échouons contre les sauvageons, tu risques de ne jamais me revoir, ni ton oncle Bran, ni ton frère Jon. Si Harren le Noir nous attaque dans le dos, si les Targaryen et leurs dragons montrent le bout de leur nez alors que je fais la guerre au loin... Je te veux heureuse et en sécurité. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyLun 11 Mai - 12:34

    Bien, bien, bien... Cette petite mise en scène n'était que le prélude à une annonce dont il savait la finalité me concernant. Père me connaissait bien, il savait prévoir mes colères et il avait sans doute deviner l'avis de tempête qui allait s'abattre sur lui dés lors qu'il m'aurait révélé le nom de mon futur mari. Je lui en voulais de s'être montré tendre et complice juste avant de lâcher cette infirmation. D'avoir tenté de m'amadouer pour mieux faire passer la pilule. C'était une belle tentative, mais vouée à l'échec. Me l'annoncer sur ce navire n'était pas non plus l'idée du Siècle, mais cela m'empêchait toute fuite. Quelle fuite ? Je ne fuyais pas de toutes façons. J'avais des choses à dire et il allait les entendre ! Quand bien même il s'en fichait et que la décision lui reviendrait de toutes façons... j'avais l'impression que mon avenir était scellé et que j'étais un pauvre insecte pris au piège dans une toile d'araignée, qui se débat pour s'échapper... En vain. Je pouvais tempêter, hurler, bouder, rien n'y ferait... Et mon oncle ne semblait pas avoir davantage de poids que moi... Alors quoi ? M'enfuir ? C'était trop dangereux... J'étais seule, inexpérimentée, c'était la meilleure façon de me faire violer et tuer, de finir putain dans un bordel ou même esclave. Non, ce serait irraisonné et je n'étais pas idiote... Convaincre Père de renoncer à cette alliance ? Possible. Avec des arguments... politiques, à la rigueur. Mais c'était reculer pour mieux sauter. Un autre mari serait proposé...

    Je me montrais sarcastique avec mon père qui m'avançait que l'on disait du bien de mon futur époux. Oh vraiment ? Qu'il avance donc les qualités de ce petit lion ! J'étais bien heureuse d'apprendre qu'il ne souhaitait pas m'unir à un pourceau. Quel soulagement ! Il n'aurait plus manquer que cela ! Et là, ni mon oncle Bran, ni mon frère Jon ne l'auraient laissé faire ! Mais si l'on disait le roi Torrhen froid, solitaire et intransigeant, c'était mal connaître l'homme qu'il était, bienveillant et protecteur avec les siens. Quand bien même je le détestais de vouloir me marier, j'étais au moins assurée d'une chose : il avait choisi un homme avec lequel je ne serais pas malheureuse. Du moins, de son point de vue...

    Mais ses premiers arguments n'étaient pas très convaincants. Fils de la plus riche famille de Westeros, fils d'un brave et d'une grande reine... C'était son héritage, pas ce qu'il était. Cela ne m'intéressait pas. Qu'il soit bien éduqué et prêt à prendre la suite de son père était normal. De fait, Père ne savait finalement rien de lui.

    « Alors ne dis pas qu'on dit le plus grand bien de lui, puisque tu ne le connais même pas ! Les seules valeurs que tu prônes le concernant sont celles dues à son héritage et sans doute inhérentes à n'importe quel héritier des Sept couronnes ! »

    Et j'ajoutais, perfide :

    « On dit aussi que son père est un séducteur patenté, incapable de résister aux charmes féminins. Si son fils a hérité de cette... qualité, je serais humiliée. »

    On ne trompait pas une louve. Je refusais que mon époux me préfère les charmes d'une autre. C'était blessant, humiliant. Encore une fois, je savais que peu d'hommes étaient fidèles toute leur vie à leur épouse... Que l'amour ne naissait pas toujours des mariages de raison. Pas souvent même... Mère et Père étaient une exception. La preuve en était que les Lannister, eux, ne s'aimaient pas. Comment supporter les infidélités ? Si je devais épouser Lyman, je ferais en sorte d'être la seule. Question d'honneur.

    Et Père me sortit alors le discours moralisateur que tout héritier ou enfant noble avait entendu des centaines de fois. Les mariages étaient des alliances pour se protéger, pour grandir et bla bla bla. Je soupirais, excédée et peu sensible à ce rappel. Même si me confier ce qu'il s'était passé pour eux avait tendant à m'adoucir un peu.

    « Tu ne l'aimais pas, mais tu la voulais. »

    Mère aussi m'avait parlé de leur rencontre, de leurs débuts, d'un ton complice, comme un secret de femme... Et elle m'avait confiée comment elle avait réussi à dompter le farouche et volage loup du Nord... Juste avant de mourir. Une boule se forma dans ma gorge à ce souvenir, mais je refusais de me laisser aller à la tristesse. J'étais dans l'affrontement et c'était plus facile de se raccrocher à la colère. Je le laissais pourtant s'emparer de ma main, rétablir le contact physique... Parfois, j'avais envie de redevenir une petite fille et de me blottir dans les bras sécurisants de mon père. Une envie que je n'avais jamais assouvi... parce que je l'avais découvert trop tardivement pour me laisser aller à ce genre de fantaisie enfantine.

    Mais je retirais de nouveau ma main, horrifiée, quand il m'avoua que c'était là une façon de me mettre à l'abri si jamais les Sauvageons finissaient par gagner. Que je les perdrais tous. La menace avait toujours été... Pouvait-elle se concrétiser au point de m'arracher tous ceux que j'aimais ? Une guerre couvait, je le savais. Il s'était passé trop de choses pour que cela n'arrive pas... La traîtrise de Harren, la vengeance des Targaryen, l'empoisonnement à Dorne... Cela allait exploser et les petites guerres de voisinage allaient devenir bien plus importantes. A ce tournoi, c'était surtout un conclave qui allait avoir lieu. Ou chacun choisirait son camp.

    « Comment être heureuse loin de vous ? En sachant les dangers qui peuvent vous arracher à moi à tout moment ? Peux-tu être certain que je suis en sécurité quelque part avec tout ce qui se prépare ? Et si le Roc était attaqué ? Au Val, chaque maison devra choisir son camp, n'est-ce pas ? La guerre éclatera, plus meurtrière que tout ce que nous avons pu connaître, car étendue sur une plus grande échelle... Même les Lannister du Roc peuvent être attaqués... »

    Mais je savais au fond de moi que c'était moins probable que la chute du Royaume du Nord, isolé et attaqué de toutes parts...

    « Tu sais que j'ai à cœur de toujours porter haut l'honneur des Stark. Bien sûr que toi et mère êtes passés par là... Mais elle était une habitante du Nord, comme toi... Les terres de l'Ouest sont si lointaines... Je serais une étrangère à leur Cour... »



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyLun 11 Mai - 23:57

Moi, le grand Roi du Nord Torrhen de la maison Stark, Sire de Winterfell, Ami de la Garde de Nuit et Roi Invaincu... Je devais mettre les formes pour parler à ma fille. J'avais comme l'impression pourtant, que j'étais loin d'être le seul souverain de Westeros à pouvoir m'entretenir ainsi avec mon enfant. Nous avions tous de grands rêves pour nos rejetons, un impérieux désir de les protéger tout autant que de les faire grandir. Autant dire que nous courrions forcément à la catastrophe mais ça, qui pouvait nous prévenir ? Ma mère était morte de chagrin à cause de la mort de mon père, il y a longtemps et nous n'avions jamais été proches. Mon père lui-même n'avait eu que des fils, et il s'en targuait le bougre, de ne pas avoir à torché des pisseuses et à marier des pucelles ineptes. Vieux bougre d'idiot, celui-là. Mes frères auraient bien ri de moi en me voyant ici, en train de manoeuvrer ma fille plus difficilement qu'une armée toute entière. C'était sans doute ça, la magie de la vie.


Putain, j'étais pas sorti de l'auberge.


Ma fille semblait en rage et elle semblait avoir toute les peines du monde à se contenir. Je sais qu'elle se sent piégée. Par les Anciens Dieux, on dirait vraiment sa mère. La pauvrette avait dû faire la même tête quand son père était venu la voir pour lui dire « tiens au fait, le Roi Torrhen t'as choisie pour épouse, t'en as de la chance, hein ! ». Elle avait dû bondir. En fait, elle avait bondi. J'avais même un peu cran pour ma vie parfois, au début. Et qu'on consomme le mariage ne retirait rien de ma prudence au début. C'était si bon, de se souvenir de cette drôle de passion qui nous avait habitée, un temps... Je changeais vite de pensées. Inutile de penser à la suite. J'avais en tous cas l'impression que rien de ce que je pouvais dire ne pouvait réfréner la colère de la jeune Stark que j'avais sous les yeux. Je soupirais. Touché. J'aurais pu clôturer tout le débat en lui parlant d'une grande discussion que j'aurais eue avec sa mère... Mais qui étais-je pour briser les illusions d'une fille à propos de l'amour que ses parents avaient l'un pour l'autre. Oh, nous nous aimions, bien sûr... Si fort qu'on s'en blessait. Jene savais pas trop comment aborder le problème de la fidélité, en fait. Par les Anciens Dieux, ma fille me prenait à contrepied.



| Je ne le connais pas car je ne suis jamais allé au sud que pour guerroyer, Jeyne. Je ne connais pas ses parents, je ne l'ai jamais vu non plus. Mais je sais de quel bois sont les Lannister. Ils tiennent tête aux Gardener et aux Hoare depuis des décennies. Leur Roi a certes une réputation de libertin mais aussi de guerrier, et la Reine Jordane est l'une des têtes couronnées les plus fortes de tout Westeros. Tu apprendras beaucoup auprès d'elle. Et tu n'imagines pas que je vais te laisser au Prince du Roc sans que je me fasse un minimum une idée sur lui, n'est-ce pas? |


Je soupirais, la toisant du regard, ne sachant pas à quel degré d'honnêteté un père pouvait prétendre avec ses enfants, pour les préserver... Mais les faire grandir. Ce genre de trucs, c'était Bran qui était plus compétent que moi. Pour ça comme pour d'autres choses. Je choisissais d'être ce que j'étais depuis toujours, même si cela devait me desservir.


| Quant au reste... Je suis sûr que tu sais que tous les mariages sont sujets à concessions. Je ne vais pas te mentir, ma chérie. Il se peut que tu ne vives pas le grand amour avec Lyman Lannister. Mais crois-moi, épouser quelqu'un que tu crois aimer ne règle pas le problème. La vie est compliquée. Avec ta mère... Nous ne nous aimions pas, au tout début. Et notre mariage a été compliqué durant toute sa durée. Je ne dis pas que tu seras pas heureuse ; je ne t'enverrais jamais où tu risquerais de ne pas l'être. Mais il faut que tu relativises. Apprends à connaître le Prince, avant de porter un jugement sur lui. Découvres sa famille, ses terres. Une belle et intelligente jeune fille comme toi a tout pour s'épanouir, dans l'Ouest. Ici, tu serais la pouliche de quelque nobliau qui voudrait me plaire, condamnée à enfanter une chiée de marmots pour un mari qui te délaissera les trois quarts de sa vie pour la guerre. Et un jour, il n'en reviendra pas. Ou pire, il reviendra. |


Okay, j'étais dur. Mais je parlais avec toute l'honnêteté dont j'étais capable. Cynique, je l'étais assurémment. Mais j'essayais, bien désespéremment, de porter un certain message d'espoir à ma fille. IL pouvait y avoir bien plus de bonheur en des terres lointaines qu'en Winterfell. J'en étais persuadé, j'en avais l'intime conviction. Un mari nordien ne pouvait rien apporter à une femme comme Jeyne, si pleine de vie, si joviale. Nous étions des guerriers revêches, avec tous les travers que l'on imagine ordinairement à propos d'une horde de tueurs ripailleurs. Je continuais sur ma lancée de vérité.


| Oh, au début, je voulais surtout l'appui de son père. J'étais très jeune, puis... Je l'ai voulue elle, pour sa beauté. Très vite, je me suis dit que j'avais peut être fait une connerie... C'est qu'elle n'était pas commode. Et pour être honnête, je n'étais qu'un jeune fol. Il nous a fallu du temps. |


Et cela n'avait pas suffi, pas pour tout. Pourtant, je ne songeais en aucune manière à me remarier. Pourquoi faire ? Epouser une jeune pouliche qui me fera de beaux enfants, qui viendront contester la légitimité de Jon, Walton et Jeyne ? Non, jamais de la vie. Je n'avais pas besoin de ça. Le Nord avait ses Enfants à marier. Les vieux pouvaient toujours laisser place à la jeunesse, disparaître une fois pour toutes dans le tumulte de la guerre. La guerre, c'était la raison principale de son mariage à venir. Je lui caresse la joue à nouveau, attendri par ses inquiétudes.


| Harren le Noir ou quiconque pourrait envahir l'Ouest, Gardener ou Durrandon... Aucun ne touchera à la fille du Roi du Nord. Personne n'oserait, car ils savent tous que je leur offrirais la pire des guerres qui soit, et aucun ne prendra jamais le risque. Pas même Hoare. Avec ton oncle Brandon et avec Conrad, nous avons fait ce qu'il fallait il y a des années pour montrer à qui voudrait nuire à notre famille ce qu'il perdrait dans cette agression. Pour le reste tu as raison... |


Ma fille n'était pas une jument que je vendais par seul souci d'avoir des alliés. Elle était de mon sang. Elle aurait un rôle à jouer, dans le futur de notre maison et dans le futur de tout Westeros.


| Au Val, nous aurons confirmation de la couleur qu'auront les prochaines années. Et j'ai bien peur qu'elles ne soient rouges écarlates. Tu n'es pas la seule à devoir accomplir un devoir pour ta famille ; je compte bien y nouer des alliances, s'il le faut en promettant des unions pour Jon et Walton. Harren le Noir contrôle le plus puissant Royaume, ça, tu le sais déjà. Son embuscade contre les Targaryen est plus qu'une félonie. C'est le tremplin rêvé pour poursuivre sa conquête de Westeros. Il va chercher à s'étendre, à gagner de la légitimité en détruisant ces descendants de Valyria. Eux-mêmes ne pourront jamais passer outre l'innommable attentat subi. Ils vont chercher à gagner des alliés. Ils viendront vers moi, vers vous peut-être. Pour nous charmer, pour nous séduire. Parce que nous sommes une épée au dessus de la tête d'Harren, et que le prestige de notre nom peut enfoncer le clou du cercueil des Targaryen. |


Je laisse un court silence s'installer, avant de reprendre.


| Tu vas à l'Ouest car il s'agit, avec les Gardener, de la famille en qui j'ai le plus confiance. Les Durrandon sont affaiblis. Je ne sais encore rien de la situation des dorniens, et ne t'enverrais pas au bout du monde. Le Val... J'aurais pu te proposer le Roi Ronnel, bien qu'il soit jeune. Mais je pense sincérement que tu seras mieux à l'Ouest. Lors du Grand Tournoi, je vais chercher l'alliance du Val, qui ne peut pencher pour l'un ou l'autre camp sans risquer la destruction. Le Royaume de la Montagne a déjà subi tant de destructions... J'assurais à la Reine Sharra ma protection, et reconnaitrais officiellement Ronnel Arryn comme le Suzerain du Val. Cela coupera l'herbe sous le pied des deux factions qui ne tarderont pas à s'affronter. J'y porterais mon armée, s'il le faut. Mais d'abord, les sauvageons. Le Val gagné... Il nous faut un autre contrepoids. L'Ouest. Il peut calmer les vélléités d'Harren, car puissant royaume sis sur ses arrières alors qu'Harren nous craint déjà au Nord. Les Durrandon vont se laisser embarquer dans le conflit. Martell et Gardener se haïssent depuis toujours, le feu risque de prendre tout seul là-bas. J'isolerai autant que possible nos ennemis, pour éviter la guerre. Ta tâche à toi, sera de nous assurer le soutien de l'Ouest... Plus qu'un lien d'union, il faut que tu leur montres, à Castral Roc, ce que vaut le Nord. Qui mieux que toi pour ça ? Qui mieux que toi pour vivre une vie d'aventures, loin d'ici, à apprendre auprès de grands souverains, vivant avec un prince qui, j'en suis sûr, te plairas ? |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyVen 15 Mai - 23:58

    Allez vas-y, conte moi donc toutes les éloges que l'on peut faire sur ce jeune prince de l'Ouest à qui tu veux m'unir papa, je suis avide de t'entendre.

    Il pouvait bien louer les qualités de sa famille ou de ses parents, ce n'était pas là ce que je voulais entendre. Et naturellement, mon père n'en savait pas plus sur ce fameux prince. Il ignorait ce qu'il aimait, s'il était davantage un guerrier ou un diplomate, s'il avait le sang chaud ou au contraire, capable de colères froides... S'il... était un homme à femmes et multipliait les conquêtes. Ou s'il était brutal. Toutes sortes de choses très intéressantes pour une future épouse, donnant ainsi une petite idée du quotidien auprès de cet inconnu dont il ne savait rien et auquel il promettait ma main. J'épinglais mon père à ce sujet, nullement décidée à me soumettre dans me battre. Sans obtenir davantage. Il m'avoua d'ailleurs qu'il ne le connaissait pas, qu'il ne savait même pas à quoi il ressemblait. Magnifique... Non pas que je sois particulièrement exigeante, mais... j'avais quand même quelques critères pour ne pas être dégoûtée par l'homme qui pouvait partager ma couche.

    Je frémis à cette idée. J'étais novice sur ces choses là et je ne savais pas grand chose. Mais j'avais vu des gardes lutiner des servantes, même si je n'avais rien dit et que tout le monde essayait d'être discret. Cela m'avait horrifié la première fois. Cela me faisait toujours peur, mais... m'intriguait aussi. Parce que ça n'avait pas l'air si mal. Le sexe était omniprésent... Les hommes y prenaient du plaisir. Certaines femmes aussi. Mais j'imaginais mal ce... ce genre de rapport avec un homme qui ne m'inspirerait rien. J'avais 16 ans, j'aimais regarder les chevaliers les plus beaux. Naturellement. Comme les hommes aimaient regarder les belles femmes.

    Mes pensées s'égaraient. On n'en était pas là de toutes façons ! Il m'assura que le roi Loren était un guerrier, mais libertin (très rassurant) et la reine Jordane une grande reine auprès de laquelle je pourrais apprendre. Je soupirais. J'avais entendu parler d'elle, naturellement. On louait sa grande beauté, mais aussi sa façon de gouverner. On ne pouvait qu'admirer une telle femme, si ce qu'on disait sur elle était vrai. Il ajouta qu'il ne me marierait pas au prince du roc sans se renseigner un minimum sur lui et j'ouvris de nouveau la bouche :

    « Et je suppose que ce conclave et les festivités sont l'occasion rêvée pour ton entreprise. »

    Non je ne supposais mais, je savais, mais ma voix demeurait sarcastique, vibrante de colère. J'allais être marchandée, voilà tout, qu'importe qu'il essaie d'arrondir les angles. Cependant, il me regarda un moment sans rien dire, avant de se décider à me parler des mariages en règles générale et je levais les yeux au ciel, comme déjà saoulée de cette énième rappel à l'ordre de mes devoirs et obligations en tant que jeune princesse. Je savais que je pouvais ne pas vivre le grand amour avec ce Lyman. Les probabilités que je tombe amoureuse de lui et lui de moi étaient minces. Et bien sûr, père ne manqua pas de me faire remarquer qu'un mariage d'amour n'était pas la solution. Oui, mieux valait s'en convaincre. Et faire une croix dessus de toutes façons. Il tenta de tempérer ma colère en me confiant que son mariage avec maman n'avait pas été de tout repos, alors même qu'ils avaient fini par s'aimer. Mais quand il me dit que je devais apprendre à connaître le prince, découvrir ses terres, sa famille, mais surtout qu'il me flatta en me disant ce que je pouvais être là bas, tout en me décrivant une réalité bien triste, je levais l'index, comme pour le mettre en garde :

    « Tu sais que la flatterie ne te mènera à rien dans ce cas ! Je te vois venir ! »

    Je le fusillais du regard. Oui, il était le terrible roi du Nord, avec une solide réputation d'ours et beaucoup tremblaient devant lui, mais moi, je me permettais de lui tenir tête. Heureusement que personne ne nous voyait, son image en aurait prit un sacré coup ! Mais jamais il ne lèverait la main sur moi. Sur aucun de ses enfants. Père était un homme dur et impitoyable envers ses ennemis et ceux qui le décevaient, mais il était naturellement protecteur envers ses enfants. Et curieusement patient.

    « Parce qu'au Roc, je ne serais pas condamnée à donner des héritiers ? Parce qu'au Roc, je ne risque pas d'être délaissée par un mari qui préférera les charmes d'autres pendant que je... comment dis-tu si élégamment ? Ah oui, pendant que j'enfanterais une chiée de marmots ? Je préfère encore être délaissée pour la guerre, que pour la luxure. »

    Je croisais les bras sur ma poitrine, têtue. De mon mari, si je n'avais l'amour, je voulais du moins le respect. C'était la moindre des choses. Et je me battrais pour l'avoir. Père avait-il raison en pensant que je serais plus à ma place ailleurs que sur les terres qui m'avaient vu naître ? On nous disait barbare. Nous étions juste rudes. Je n'étais pas offensée par les vilaines manières ou les paroles grivoises, j'en avais l'habitude.

    « L'éducation du Nord n'est pas celle de l'Ouest... Ni de nulle part ailleurs. »

    Je n'y serais pas à ma place, qu'importe sa conviction. Et quand il parla de ma mère... Il ne l'avait pas aimé, mais il l'avait désiré, il l'avait voulu quand même ! Mais il se montra honnête, et je le trouvais très humain alors que je l'imaginais à tenter de conquérir cette femme qui lui résistait.

    « Il paraît que je tiens d'elle. Tout le monde le dit. Tu ne crains pas de faire un cadeau empoisonné au jeune lion ? »

    J'avais susurré ces paroles, un brin doucereuse. Et de mauvaise foi. Je n'étais pas si difficile que ça... Juste que je n'aimais pas être manipulée et que je ne supportais pas qu'on pense que j'étais juste une jolie fille sans rien dans la tête. Je n'étais pas un pot de fleur, j'avais des opinions, que cela plaise ou non. Mais surtout, l'entendre me dire la raison de mon éloignement me serra le cœur. Je ne voulais pas les perdre... Être mise à l'écart quand le sang du Nord coulait autant dans mes veines que dans celles de mon père et de mes frères. Et je n'étais pas persuadée que je serais plus en sécurité dans l'Ouest. Mais encore une fois, père démonta mes arguments en assurant que quiconque me ferait du mal le paierait très chèrement.

    « Ton nom finira par ne plus faire trembler suffisamment nos ennemis... »

    S'ils s''alliaient... S'il utilisaient une horrible ruse. Toute la colère du Nord ne suffirait pas. D'un autre côté... Offenser le Nord, le pousser à l'extrême, c'était risquer que plus personne ne garde le Mur... Et plonger ainsi Westeros dans le chaos. Si les Starks n'avaient plus rien à perdre... Cela serait discuté au conclave et j'avais peur de nouvelles trahisons. Père craignait aussi la guerre. Je l'écoutais, pourtant, fascinée, alors qu'il me révélait ce qui risquait d'arriver, les enjeux, les alliés... j'écoutais et je retenais. Et je soupirais de nouveau à la fin de son discours en marmonnant :

    « La flatterie ne fonctionne toujours pas... »

    Mais je n'étais plus si convaincue. Malgré mon sale caractère, malgré mes envies de liberté, je tenais à ma famille, je les aimais et jamais je ne jetterais l'opprobre sur le nom des Stark. Père me confiait un grand rôle : être le lien entre le Nord et l'Ouest... Influencer les Lannister. Tâche délicate... impossible ? Peut être pas. Je penchais la tête, un sourire mutin au lèvres quand il conclut que le prince me plairait.

    « Je serais déjà curieuse de savoir si à toi, il va te plaire. Au delà de toute considération politique. Tu vas quand même choisir le père de tes futurs petits enfants. »

    Et je botte en touche.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptySam 16 Mai - 17:49

Je me targue d'être toujours le plus honnête possible, car je crois aux vertus de cette posture, de cette philosophie d'existence. Je crois que l'on peut tout obtenir par la confiance et l'ouverture. Cela ne veut pas dire que je suis ami avec tous ceux que je rencontre, c'est même plus l'inverse. Des amis, je n'en ai pas beaucoup. Si je voulais être tout à fait honnête, je n'avais plus d'amis depuis que j'étais Roi. Quand on est souverain, il est de ces choses que l'on doit malgré tout cacher, des décisions difficiles que l'on doit prendre et des amours propres que l'on peut ou que l'on est obligé de froisser. Je ne suis plus le camarade bon vivant à qui l'on peut tout dire, de qui l'on peut tout attendre. Surtout ce dernier point, finalement. Je viens quoiqu'il en soit de tout confier à ma jeune fille. Elle sait tout. Des dangers qui nous guettent à la situation géostratégique de Westeros en passant par mon plan pour garantir notre situation. J'ai tout dit. J'ai même évoqué nos difficultés, à sa mère et à moi-même. J'avais évoqué les possibles infidélités de son futur mari, une union qui ne pouvait pas forcément etre aimante. Cela et tout le reste. C'était ainsi. J'acquiesçais aux paroles de ma fille.


| Oui, Jeyne. Ce conclave servira à accomplir tout ce qui s'avère nécessaire pour la survie de notre maison et je l'espère, notre bonheur et notre sécurité à tous. |


Pourtant, je ne me faisais aucune illusion là-dessus. Et aucune illusion non plus sur l'humeur de mon enfant, qui restait emprunte d'une quantité phénoménale de mauvaise humeur. Je ne pouvais que la comprendre, mais elle devait l'accepter. C'était ainsi que les choses fonctionnaient en Westeros. Mon regard restait neutre ; j'étais un peu amusé par les réactions de Jeyne tout autant u'un peu agacé de tant de résistance. Décidément, sa mère toute crachée... Je haussais les épaules alors qu'elle me mettait en garde, jouant faussement l'innocent. Mais Jeyne savait que sous la flagornerie, il y avait de la vérité. Et pas qu'un tout petit peu. Je pose ma main sur mon épaule.


| Je pense ma chérie, que pour ton bien comme pour ton propre mal, tu ne pourras jamais être délaissée par qui que ce soit. Ce n'est pas dans ton caractère. Pour le reste, que crois-tu que cela génère chez les hommes ? J'étais un jeune Roi bête et stupide, préférant me battre et courir les tavernes que régner. Je n'avais pas envie d'une famille, en tous cas, pas si jeune. Je n'ai pas eu le choix. Tu dois peut-être porter des enfants, mais nous autres devons sacrifier à leur conception. Si les choses ne se passent pas bien avec ton mari, tu trouveras toujours du bonheur dans ta famille. Celle que tu auras là bas, autant que celle que tu as ici. |


J'acquiesçais avec un mince sourire à sa pique suivante.


| Certes. C'est pourquoi ta future situation ne m'inquiète pas trop. Tu sauras t'adapter et t'imposer à ton nouveau milieu. |


Cependant, mon regard se durcit. Autant par le souvenir que par ce que sous entendait Jeyne. Je savais qu'elle n'avait pas pensé à mal, mais je me sentis malgré toout étrangement atteint. La douleur mordait un peu plus mon vieux corps.


| Je n'ai jamais dit et ne dirais jamais que ta mère m'a empoisonné l'existence. A sa manière, elle a su... Non, rien. Je ne pense pas que tu sois un poison pour qui que ce soit. Tu n'es pas docile ni stupide. Tu es jeune et pleine de vie. Tu es une Stark. Un changement de nom n'y changera rien. |


Oui, elle était une Stark... De plus en plus, les souvenirs de dix années plus tôt remontaient à la surface, pour mon plus grand plaisir et pour ma plus profonde peine. On ne pouvait rien changer au passé. On ne pouvait plus qu'affronter le futur, aussi ténébreux soit-il. Mon regard resta tout aussi dur quand elle parlait de la crainte qu'inspirait mon nom. Comment serait-elle au fait de ces choses ? Savait-elle seulement ce que nous avions fait pour qu'elle et ses frères soient le plus en sécurité possible ? Le saurait-elle jamais ? Non. Il ne valait mieux pas.


| Mon nom fera toujours troubler. Je marche sur les sauvageons, d'abominables croquemitaines pour les sudiens. Ils sont des dizaines de milliers. Lorsque j'aurais mis un terme à la menace et aurait rejeté cette engeance à la mer, et que j'aurais signé quelques alliances, personne n'osera faire quoi que ce soit contre moi ou mes proches. |


C'était le plan, si tout se passait bien. Cela supposait aucun accident, aucune embuscade, aucune flèche perdue ni combattant ennemi trop fort pour moi, de bons talents diplomates de ma part ainsi qu'une grande persuasion. Autant dire que tout pouvait tout aussi bien capoter. Je soupirais, alors que je sentais que je l'avais presque terrassée, cette petite louve au caractère assez entier. Le père de mes futurs petits enfants. Les verrais je un jour, même si je survivais aux épreuves à venir ? Je n'en savais rien. Moi aussi, je savais botter en touche.


| J'imagine fort qu'aucun homme qui pourrait t'être proche ne trouverait suffisamment grâce à mes yeux pour mériter ma fille... | dis je en lui caressant la joue.


Je me retournais, contemplant les eaux noires et la lune pleine.


| L'hiver vient, Jeyne. Je le sens dans mes os. J'espère juste que quand il nous tombera dessus, tu seras heureuse et en sécurité dans le sud. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMar 26 Mai - 18:33

    C'était terrifiant de s’apercevoir que nous allions jouer notre avenir au Val. Quelques jours qui pouvaient tout faire basculer... Et chacun avait son rôle à jouer. Père irait trouver les autres monarques pour négocier quelques accords commerçants, nouer quelques alliances et signer quelques traités. Et pour rendre ses efforts plus concrets, il allait placer ses enfants dans différentes maisons, afin d'avoir quelques garanties. Ou du moins, j'allais être placée dans une autre maison. Jon, lui, en tant qu'héritier, resterait à Winterfell pour y régner après Père. Et Walton... il était encore trop jeune, mais on pouvait toujours lui promettre un mariage et il pouvait encore partir dans sa future famille... Plus rien ne serait comme avant hélas. Je n'aurais plus mes frères auprès de moi, plus le décor familier de Winterfell. Beaucoup de visiteurs trouvaient le Nord et ses habitants austères. C'était pourtant ma terre, mes racines et je savais que cela me manquerait terriblement.

    Mais je savais aussi que je ne pouvais faire honte à ma famille, que l'on comptait sur moi et que j'allais devoir couper mes ailes et laisser mon futur époux me nouer une chaînette à la cheville... Cela me rendait malade. Mais c'était mon devoir. Néanmoins, j'avais quand même le droit d'espérer de mon futur époux, respect et entente. Et fidélité ! Il m'affirmait que mon sort ne serait pas très enviable si j'épousais un de ses bannerets, mais finalement, mon rôle au Roc serait le même... Et je préférais que mon époux soit absent parce qu'il guerroyait, comme Père avec Mère autrefois, plutôt que parce qu'il préférait prendre du plaisir entre les jambes d'une servante ou d'une catin pendant que je pondais.

    Il me rétorqua pourtant qu'aucun homme ne saurait me délaisser, au vu de mon caractère. Mais que la guerre générait également l'infidélité... Il me confia sa propre expérience, en tant que jeune roi, insouciant, léger, aimant se battre et coucher à droite et à gauche, plutôt que régner et fonder une famille. Cela n'était pas si étonnant... Et quelque part, je me demandais s'il n'avait pas passé tout ce temps loin de nous aussi parce qu'il n'assumait toujours pas sa famille... Peut-être préférait-il l'adrénaline de la guerre, la camaraderie entre soldats et les bras accueillants des filles accortes. Il me dit également que même si mon époux me délaissait, je trouverais du réconfort dans ma famille au Roc... mes enfants ? Mère avait-elle trouvé cela en nous ? Je me souvenais encore des regards qu'elle pouvait lancer à Oncle Bran... Elle s'était sentie seule. Il était là. Ils avaient été amoureux, j'en étais convaincue. Et il avait été davantage un père pour nous que le roi du Nord... Même s'il tentait de se rattraper. Pour m'envoyer au Roc, quel succès ! Parmi des étrangers qui me regarderaient comme une barbare... Même si cela ne semblait pas inquiéter mon père, convaincu que je m'adapterais... A moins qu'il veuille juste me faire taire.

    Mais je n'étais pas résolue à me taire. Et je laissais sous entendre que je risquais de rendre la vie difficile à mon futur époux avec mon caractère, hérité de ma mère. Je vis alors le regard de père changer. J'avais du toucher un point sensible. Mère était un sujet sensible pour lui. Je pouvais en parler plus librement. Elle me manquait, naturellement, cruellement. Ses conseils, ses sourires... Sa présence apaisante. Il me reprit un peu durement, affirmant que mère ne lui avait jamais empoisonné l'existence. Malgré tout, il failli dire quelque chose, mais se rétracta, aiguisant ma curiosité.

    « Qu'est-ce qu'elle a su faire ? »

    J'aimais tellement entendre parler de leur relation, de leur couple, certes pas idyllique, mais où la passion s'était invitée.

    « Oui, je serais toujours une Stark. »

    J'avais acquiescé solennellement.

    « Et pourtant, si un jour, mon mari décide de s'en prendre au Nord, je devrais le soutenir... Imagines-tu combien cela pourrait me déchirer le cœur alors qu'il appartiendra à jamais à Winterfell ? »

    Cela me tourmentait. Même s'il y avait peu de probabilités que les Lannister attaquent les Stark. Mais savait-on jamais en ces temps incertains... Il affirma que son nom suffisait à dissuader nos ennemis d'attaquer, mais je me montrais plus mesurée. Un peu pernicieuse, chatouillant ainsi son orgueil. Et remuant des souvenirs douloureux.

    « Mais cette menace pourra-t-elle seulement avoir un fin un jour ? »

    J'avais parlé avec douceur, inquiète également. Je conclus alors en lâchant que mon futur époux risquait aussi de ne pas trouver grâce aux yeux de mon vieux père. Ce qu'il confirma, mais parce qu'il n'imaginait personne assez bien pour moi. Je fermais de nouveau les yeux sous sa caresse, avant de les rouvrir tandis qu'il se retournait et concluait par un message fort peu optimiste. Notre devise...

    « Il se pourrait qu'il s'abatte sur nous tous et qu'aucun lieu ne soit épargné par sa morsure... »

    Je passais alors mon bras autour des épaules de mon père, mes doigts jouant doucement dans ses cheveux, comme pour l'apaiser. Je le sentais inquiet, tourmenté. Il portait un poids énorme. J'appuyais ma joue contre son épaule.

    « Jamais je ne déshonorerais notre nom. Et si ce mariage doit avoir lieu, je nous assurerais le soutien de l'Ouest. »

    Mon cœur se serrait en voyant le vieux loup. Si je pouvais alléger sa peine, son fardeau... Alors je le ferais. Qu'il ai confiance en moi surtout.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMer 3 Juin - 22:21

Heureuse et en sécurité. Si pareille existence existait seulement. Ma fille connaîtrait à coup sûr bien des joies et bien des peines. Mais je la connaissais. Je savais qu'elle avait la force de s'adapter. Plus que moi je n'aurais pu. Plus que Jon le pourrait. C'est sur Jeyne, ma gentille petite fille, que reposent toutes ces responsabilités. La pauvre n'a rien demandé, mais c'est pourtant ainsi. Son caractère est son meilleur atout pour survivre. Elle se sacrifiait déjà à la mort de sa mère pour faire tourner une famille dont je ne savais rien. La petite était solide, infiniment plus que ce que son joli minois pouvait laisser paraître. Je savais aussi que tout cela, ce destin, ces attentes, étaient du genre à insupporter ma fille... Mais qu'importe. Après tout, nous sommes tous prisonniers de notre nom, de nos ascendants, de notre famille. C'est triste, mais c'est ainsi. Je me demandais toutes les choses qui enflammaient les pensées et les souvenirs de Jeyne, alors qu'elle restait ainsi, pensive. J'avais peut-être détruit quelques illusions ce soir mais qu'importe. Elle est forte. Elle peut le devenir plus encore. Ma fille me relança sur sa mère. Je gardais le silence, le vague à l'âme et le cachant du mieux possible en regardant l'eau noire de la nuit, par dessus le bastingage. Que vivrions nous en ce moment, avec Sigyn ? Ces années hantaient mes rêves, peuplaient mes cauchemars. J'étais prisonnier d'elle à tout jamais, j'en avais bien conscience. C'était ainsi. J'allais ne rien répondre, mais je soupirais, avant de reprendre, doucement, d'une voix mesurée.


| Elle a su me faire vivre, Jeyne. Elle me transportait de rage et de bonheur, mais elle m'éveillait à chaque instant. |


Je me rappelais très bien de l'époque. Elle m'ouvrait au monde. Pas que je sois introverti, bien au contraire. Mais je passais plus de temps dans de grandes beuveries avec mes camarades, Bran, Rickard, Weyton, Ryman, Conrad... Et avant elle, à courir la gueuse, qu'à organiser de grands bals et banquets. Elle m'avait donné une famille. Elle m'avait fait croire en autre chose qu'en une éternité de batailles, de carnages et de faux espoirs. J'avais cru en la vie, en la fête, en la prospérité. C'est pourquoi le revers de la médaille m'avait frappé si durement. Soufflet dont je ne m'étais jamais vraiment relevé, moi, le Roi-Guerrier, le Roi du Nord. Je me tournais vers ma fille alors qu'elle parlait de Winterfell, de l'avenir, de sa position.


| Sondes ton cœur et dis moi si tu pourrais tolérer que ta future famille s'en prenne à notre nom, à notre ville, à notre Royaume ? Bien sûr que non, tu ne le toléreras pas. Tu n'es pas de celles que l'on ignore, que l'on bafoue. Ta parole fera loi. Tu es née Reine. Crois-moi. |


Quant au reste... La Lune illuminait la nuit, et pourtant, j'avais toujours ce pressentiment, ce frisson persistant. Je me détendais en sentant ma fille se rapprocher, m'offrir une étreinte rassurante et aimante. Ces instants de complicité, de proximité, avaient toujours été trop rares entre nous, comme avec mes fils. Et je n'avais plus le temps pour ça.


| J'ai bien peur que la menace ne s'arrêtera jamais vraiment. Mais il faut voir le défi et le danger comme un moyen de se construire, de se forger. Peut-être tirerons nous quelque chose de nouveau, des acquis stables et durables ? Qui sait. |


J'offrais un mince sourire à ma fille, lui ébouriffant doucement les cheveux.


| Je le sais, ma chérie. Je souhaite que le bonheur guide plus ta future tâche que le devoir. Le devoir n'a rien d'autre à offrir qu'une certaine forme de paix. Mais toi, tu tiens de tes deux parents ; il te faut tout sauf la paix, tu t'ennuierais. Il te faut de la vie, de la passion. Tu devrais trouver tout cela dans l'Ouest. De toute manière, nous devons d'abord rencontrer ces Lannister... |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyVen 5 Juin - 13:25

    Oh... Je comprenais un peu mieux ce que mon père voulait dire alors qu'il me répondait que mère avait su le faire vivre. Elle l'avait fait tourner en bourrique, ils s'étaient aimés, ils s'étaient disputés. Mais à chaque instant, elle avait entretenu les sentiments, les émotions du loup du Nord. Et depuis... il était seul. Inaccessible. Oh il l'était déjà avant, du moins pour ses enfants, mais il s'était refermé et était souvent aussi froid que la contrée qu'il chérissait tant... Il regrettait ces années. Il regrettait son épouse. De cela, je ne doutais absolument pas.

    « Veux-tu dire que depuis sa disparition, tu ne vis plus ? »

    J'avais posé la question d'un ton très doux et dans un souffle. Compatissante, mais aussi vaguement inquiète de la réponse. C'était terrifiant. Terrifiant de se dire qu'il était mort à l'intérieur, que plus rien ne savait faire son bonheur. Je le plaignais. Oui, je plaignais cet homme fort, brave, intransigeant, froid et solitaire. Il n'aurait sans doute pas aimé apprendre qu'il provoquait cela chez moi, mais qu'il se rassure : je devais bien être la seule à penser cela de lui. Et jamais je ne me permettrais de le partager. Je me sentais... privilégiée ? Oui c'était peut-être le mot. Privilégiée qu'il se confie à moi, même si c'était pour arrondir les angles et m'éviter de faire capoter une alliance importante.

    Une alliance qui ferait de moi une louve parmi les lions... Mon cœur serait à jamais au Nord, mais... Mais il me faudrait pourtant adopter les opinions et avis de ma famille d'adoption... Cela me troublait. J'avais peur d'être un jour déchirée entre deux loyautés. Ce à quoi mon père répondit en tentant de me rassurer. Je secouais farouchement la tête quand il me demanda si je tolérerais que les Lannister s'en prennent aux Stark. Bien sûr que non ! Malgré tout... L'opinion qu'il avait de moi me touchait. Je le pensais sincère. Père avait des défauts, mais la tromperie ou la manipulation n'en faisaient pas partie. Il était droit et honnête. Trop sans doute. S'il disait que j'étais née Reine, s'il pensait que j'avais les qualités pour sortir mon épingle du jeu alors il le pensait, même si cela devait aussi servir à m'amadouer.

    Et quand bien même j'étais consciente de la manœuvre, je n'en étais pas moins heureuse qu'il ai tant confiance en moi. Ces mots là étaient rares dans sa bouche. Je me souviendrais sans doute longtemps de cette nuit, sur ce navire, avec la lune pour seule témoin de notre échange. De cet amour entre nous, si peu exprimé et pourtant bien réel. Spontanément, je me fis câline avec mon vieux père, comme une enfant. Quand je serais arrivée au Val d'Arryn, il ne serait plus question de l'être. Je serais une femme, une princesse... Une fiancée. Mon cœur se serra douloureusement à cette pensée. Je serais loin des miens. Des miens qui affronteraient la menace au delà du Mur et pourraient y laisser leur vie. Une menace qui ne cesserait jamais d'exister. Mon père ne me fit pas l'affront de me détromper, prenant cela avec une certaine philosophie.

    Jon et lui et un jour Walton, étaient des guerriers. C'était presque une insulte que de souhaiter les garder près de moi, pour qu'ils restent saufs. Ils avaient cela dans le sang. Je hochais la tête, muette. Que dire ? La discussion arrivait à son terme... Je ferais ce qui devait être fait. Quand bien même je n'étais pas d'accord, quand bien même cela me privait de ma liberté. Parce que le prestige de ma famille était plus important que mon confort. Malgré tout. Je réussis pourtant à sourire quand il m’ébouriffa les cheveux comme une enfant. Il n'y avait plus rien à sauver de ma coiffure avec cette brise marine. Il affirma que j'avais besoin de vie, de passion, que l'ennui serait mon plus terrible ennemi. Il avait sans doute raison.

    « Ah, qui sait ? Si tu dis cela aux Lannister, peut-être prendront-ils peur de voir une petite sauvage intégrer leur prestigieuse famille ? »

    Je souris, malicieuse... Mais ce n'était pas totalement une boutade pour autant.



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyMar 9 Juin - 21:15

Je me rendais bien compte que tout ce que je disais à ma fille n'aidait pas forcément, mais le pire était surtout que je n'aimais pas particulièrement ces confidences. Cela faisait longtemps que la Reine du Nord était morte, et que j'avais chassé le plus possible tout ce qui me la rappelait, en pure perte. Je n'avais pas eu le cœur de renvoyer ses caméristes, pas plus que de chasser les portraits que j'avais fait faire d'elle. Je les gardais toujours, dans notre ancienne chambre. Bien cachés, dans un coin. Pour moi, pour moi seul. Penser à elle m'était insupportable, mais je me complaisais dans les sentiments néfastes et nostalgiques que cela faisait naître en moi. Etait-ce si sage de montrer ainsi à mon enfant quelles étaient les pires plaies d'un amour véritable ? Probablement pas. Surtout, j'essayais d'y voir de la sagesse. La préparer... Mais à quoi ? A devenir comme moi ? Il ne fallait surtout pas. Elle avait une force et une grandeur qui m'étaient inconnues. Dans le milieu dans lequel elle évoluerait bien vite, cela ne pouvait que la servir. Il n'empêchait que je parlais de choses bien sombres. Et bien personnelles aussi. Du genre de celles qu'un père préserve d'ordinaire sa fille.


Sa question était complexe. J'étais tenté de dire non, mais c'était stupide. Si plus rien ne m'éveillait à la vie comme autrefois, je devais quand même avouer que voir mes enfants grandir était un plaisir rare, et que j'éprouvais toujours le même frisson en chevauchant vers la guerre. Mes escapades avec Mathie réveillaient en moi une certaine dose d'humanité, d'empathie et de jeunesse aussi, sans doute. Je souris doucement à ma fille, caressant sa joue.



| Bien sûr que si, je vis. A chaque fois que je te vois sourire, par exemple. |


Jeyne comprenait. Cela ne lui plaisait pas vraiment, mais elle comprenait. C'était tout ce que je demandais. Elle était intelligente. Je n'avais pas pris le temps de l'informer de la suite des événements et la lâchais bien malgré moi au milieu d'intrigues complexes et dangereuses, mais il fallait qu'elle puisse vivre comme elle l'avait toujours fait. Cela faisait partie de la démarche, des buts et attendus de tout ceci. Je souris à sa plaisanterie suivante.


| J'escompte bien le contraire, ma douce. |


Je regardais de nouveau la lune, loin au dessus de nous.


| As tu d'autres questions à me poser, ou tu préfères peut être réfléchir à tout ça à tête reposée ? Je ne veux pas que cette discussion te prive des joies du Grand Tournoi. Tu vas y rencontrer tout ce que Westeros a de gens dignes et indignes de te rencontrer, mais ce sera enrichissant quoiqu'il arrive. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25774
Membre du mois : 136
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] EmptyJeu 11 Juin - 14:09

    « Si je l'avais su, sans doute n'aurais-je jamais cessé de sourire. »

    Je n'étais pas totalement dupe de cette réponse. C'était une façon de fuir le réel sujet et de me faire plaisir, même si je ne doutais pas que bien que distant, Lord Stark n'en aimait pas moins ses enfants. Et s'il ne savait pas vraiment nous dire combien il pouvait être fier de nous, je le devinais dans certains regards. Quel dommage que nous nous rapprochions précisément quand je devais partir... Arrachée à ma famille et à mon foyer. C'était insupportable. En tant qu'homme, pouvait-il seulement le comprendre, lui qui était guerrier du Nord et ne vivait que pour la guerre et la sécurité de son royaume et des siens ? Je n'en étais pas certaine. J'espérais juste que Jon saurait profiter de l'ouverture de notre père pour s'engouffrer dans la brèche et enfin avoir la reconnaissance de celui dont il cherchait désespérément l'approbation.

    Je ne pus m'empêcher de plaisanter quant à mon caractère difficile, si semblable à celui de ma mère, qui avait du rentre père fou, mais également le faire vibrer et animer leur foyer. Peut-être que je ne plairais pas aux Lannister qui seraient horrifiés de voir une petite louve sauvage montrer les crocs. Nous n'étions pas des barbares, en déplaisent aux gens du Sud, mais nous n'avions pas non plus la même conception de la vie et de ses priorités. Nous n'étions pas délicats et raffinés. Nous étions rudes, avec le cœur honnête. Enfin, du moins, en règle générale, il y avait toujours des exceptions et il y avait des menteurs et des hypocrites au Nord aussi. Néanmoins, si Père sourit à ma plaisanterie, il ne la prit pas au sérieux.

    « Je sais. »

    De même, je n'avais pas spécialement envie de passer pour une sauvageonne aux yeux des puissants et riches Lannister, ne m'en déplaise. J'avais ma fierté et j'avais bien l'intention de montrer qu'il se trouvait dans la froideur du Nord des trésors cachés. Petit caprice et vanité personnelle, sans doute. Je craignais de me confronter aux beautés du Sud, si exotiques. Je ne me faisais des idées à leur endroit que par les récits que j'avais pu entendre à Winterfell. Mais j'avais été fascinée par ce que l'on avait décrit. Les peaux dorées, les tissus fins... Comment ne pas se trouver pâle, insignifiante et grossière en comparaison ? Mais je n'étais pas femme à reculer ou craindre un obstacle. Je serais digne de mon nom, de mon rang. Ma fierté était plus forte que mon désir d'indépendance. Et je craignais que mon père mise là dessus pour me museler.

    « J'aurais sans doute des milliers de questions à te poser, mais cela nous prendrait plus que le voyage ne peut nous en donner. »

    Je souris, regardant le ciel à mon tour.

    « Oui, je suppose qu'il est temps de sortir de ma tour de glace et de découvrir la vie telle qu'elle est avec ses espoirs et ses désillusions... »

    J'avais été protégée pendant 16 ans. Même si j'avais pleuré ma mère, si j'avais endossé son rôle, découvert les responsabilités, j'avais été isolée, tenue à l'écart de la félonie et de la traîtrise. Au Val, ce ne serait plus le cas. L'hypocrisie des courtisans se verrait décuplée, projetée sur de puissants princes et rois... Les mots seraient de miel quand la main cachée dissimulerait une dague aiguisée. J'avais été isolée, mais je n'étais pas naïve pour autant. Ce serait enrichissant, c'était certain. Restait à ne pas me laisser prendre au piège. Je déposais un baiser sur la joue de mon père.

    « Je vais rejoindre ma cabine. Bonne nuit Père. »

    J'allais réfléchir naturellement. Et sans doute que lui aussi. Néanmoins, s'il s'était débarrassé du poids de l'annonce, il m'avait confié une source de tourments qui risquait de repousser le sommeil à venir.


RP TERMINE



   
Lannistark
The heart of a wolf and the soul of a lioness.
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. (by anaëlle)
Jeyne Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 17 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 2507
Membre du mois : 33
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Black Sea [Tour I - Terminé]   Black Sea [Tour I - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Black Sea [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» Le reflet d'une perle au soleil [Tour I - Terminé]
» Le Grand Banquet [Tour I - Terminé]
» The Storyteller's Dreams [Tour II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Nord-
Sauter vers: