AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Tour IV - Terminé]Une envie matinale
MessageSujet: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Dim 2 Avr - 16:05



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage


Assis depuis plusieurs heures face à cet homme, je passai doucement mes doigts sur l’arrête de mon nez pendant qu’il triturait ses mains crasseuses sur le bois lisse de la table, ses ongles jaunis par l’usure prisée et pour certains rongés, laissant voir que l’homme qui me faisait face n’était en rien un feignent ou un calme. Son geste nerveux se répétait inlassablement alors qu’il me répétait pour la huitième fois au mot prêt son récit. Tout était trop bien connu, trop soutenu pour que j’accepte la version qu’il m’en faisait. Pas une fois il n’avait dérogé à un verbe, une tournure, récitant sa litanie comme on répétait une prière. Et c’était bien là le souci. La raison même de mon geste qu’il avait retenu lui demandant de reprendre. Sauf que cette fois je ne le fis pas, au lieu de cela je posai mes doigts sur l’os fin de mon nez, celui-là même qui bien brisé remontait au cerveau et tuait son porteur aussi certainement qu’un coup de dague dans le cœur.

A sa venue j’avais donné l’ordre de ne pas me déranger de clore les évacuations qu’il ne puisse savoir si nous étions le jour ou la nuit. Son sac sur la tête, ses vêtements usés de plusieurs jours de mauvais traitements, il n’avait plus aussi fière allure que le jour de sa capture. Ses cheveux eux-mêmes démontraient une crasse sans borne. Me laissant tomber sur le dossier finement travaillé où était incrusté un coussin aux armoiries des Durandon, je poussai un petit soupire. Laissant poindre une lassitude feinte, mais parfaitement rodée par sept années de mariage.  

❝Voici ce qu’on va faire, je vous laisse une dernière chance de me dire la vérité… ❞

J’attrapai ma coupe et la plaçai devant lui, glissant doucement la main sous la table pour prendre le pichet en terre cuite et versai doucement dans un bruis bien tenu de chute d’eau le liquide rouge.

❝ Celle qui se cache derrière ce beau poème appris par cœur… ❞ D’un geste calme, je déposai le pichet hors de sa portée.  

❝ Si vous répétez encore vos sornettes, je vous couperai les doigts, si vous êtes plus conciliant, vous pourrez boire. ❞

Il se tritura à nouveau les mains, son dos courbé sur le tabouret, ses épaules quelque peu affaissées. La douleur de sa position due à l’assise précaire de ce simple siège au pied central le forçant à tenir en équilibre devait commencer à tirer sur son dos et ses jambes repliées trop hautes. Je relevai la main pour qu’il reprenne quand le voile de la tente bougea. D’un bond je me plaçai sur mes pieds et attrapai la coupe pour l’avaler d’une traite et sans tourner le dos à l’homme, me plaçant sur le côté de la table, replaçant sur son crâne le tissu, le privant de la vue.

❝ Entrez. ❞

On ne m’aurait dérangé sous aucun autre prétexte que la reine. La jeune servante s’avança et minauda une révérence pour planter ses iris vertes dans les miens, se courbant de sorte que je pouvais tout aussi bien explorer ses yeux que sa peau dénudée et son corsage délassait. J’inspirai et m’avançai d’un pas vers elle.

❝ Qu'y a-t-il ? ❞ L’homme poussa un gémissement, comprenant soudain que sa fin serait proche si la personne venait à révéler un élément dont il ne devait rien savoir.

❝ Qu'y a-t-il ? ❞ Répétais-je alors qu’elle avait porté toute son intention sur mon prisonnier.

« C’est la reine depuis quelques jours elle est souffrante, elle refuse de nous écouter et de faire mander le mestre lord. »

Mon regard se plissa et ma main se glissa sur ma dague face à mon geste la jeune femme recula d’un pas.

❝ Et c’est que maintenant que vous venez ? ❞ Dis-je me détournant d’elle pour m’avancer vers l’homme.

« Elle nous avait aussi interdit de vous en parler mon seigneur. » Cette fois mon soupire ne feigniait aucun agacement. J’étais réellement courroucé, sortant ma dague de son fourreaux, j’arrachai le tissu du crâne de l’homme qui détailla aussitôt la jeune femme et vit mon arme.

❝ Vous l’avez compris, je n’ai plus temps pour vous, un dernier mot pour éviter de mourir ? ❞

Ma main se glissa sur ses cheveux poussant sa tête en arrière et alors que la pointe de la lame se plaça sur l’artère.  

« Ils m'ont payé dix sous pour les chevaux, mon seigneur, j’avais besoin de cet argent, ma maison a été brûlée, me fille violée et engrossée, je suis sans fortune… » Ma main glissa sur son épaule et je poussai un soupire.

❝ Et bien souhaitons que cet argents offre à ta fille une vie plus digne. ❞ Murmurais-je en plantant la dague alors qu’un râle gras se souleva de sa gorge et qu’il tomba à terre.

❝ Fait laver ma tente et attendez-moi ici, nous aurons aussi à parler à mon retour vous et moi. ❞

J’attrapai d’un geste son tablier et essuyai le sang sur celui-ci replaçant ma dague dans son encoche je la contournai pour me diriger d’un pas vif vers la tente d’Argella. Le soleil était encore timide l’aube automnale laissait naître un brouillard sur la canopée qui formait des vagues sur les vallées que dominaient le camp. D’un pas déterminé je m’avançai et saluai mes hommes qui claquaient des pieds en se redressant. La tente était luxueuse, plus grande que la plupart, une pièce principale avec un parquet mal ordonné où la reine pouvait recevoir en son centre un trône, sur le côté une table de travail et au fond une seconde rangée pour les réunions, un sofa, une cheminée suspendue au cœur de la pièce chauffait l’édifice. Plusieurs femmes s’affairaient en silence à préparer le petit déjeuner du couple royal, d’un regard vers le bain que l’une préparait, je compris que la reine n’était pas encore prête à paraître, rien à faire, ce ne serait nullement une première fois que je la vois en chemise de nuit. Je ne voulais simplement pas croiser son époux.

❝ Il sont là ? ❞ Murmurais-je à la plus proche.

« Sa grâce est seule, son noble époux est sorti s’entraîner. » Grand bien lui en fasse. Me dis-je en m’avançant vers une autre.

❝Toi va chercher les mestres, je les veux ici dans une heure. ❞ Dis-je d’une voix tout aussi murmurée.


❝ Sortez tout et fermez, que personne ne nous dérange ! ❞ Ordonnais-je, cette fois sans plus aucune retenue ou courtoisie. L’essaim s’anima, un cortège de femmes, quelques hommes, s’extirpaient de leurs travaux et partaient en laissant tomber leurs ouvrages. Je détachai ma cape et mes gants attendant que nous soyons totalement seuls et poussai la tenture qui séparait la salle de la chambre pour me retrouver dans une pièce plus sombre aux murs recouverts d’épais tapis pour préserver la chaleur. Le sol en bois lustré tenait en son centre un lien à baldaquin d’où je ne pouvais voir qu’un énorme duvet de plumes.

❝ Debout fillette.❞  Dis-je de ma voix la plus calme après avoir poussé le rideau de discrétion et en me plaçant à son côté, me laissant doucement tomber à la place de son époux, ❝ Et bien ce lit est bien silencieux, voilà qui est fort malheureux. ❞ Dis-je en appuyant ma main sur le matelas pour le remuer. ❝ Alors comme ça on ne doit plus dire quand tu es souffrante ? ❞ Continuais-je en poussant un coussin pour m’adosser.


 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 3 Avr - 11:28

Elle est épuisée, le seul fait de le savoir, le ressentir, l’épuise davantage. Argella n’a pas souvenir d’avoir été aussi fatiguée par le passé. Elle sent le froid à son côté, son mari s’est levé avant elle, probablement pour malmener sa blessure en s’entrainant malgré les recommandations du Mestre qui lui imposait plutôt le repos. Elle en ferait de même, si elle n’était pas mieux occupé à l’ignorer en dehors de leurs tâches communes. La Reine ne peut nullement accuser le prince consort de ne pas mettre du coeur à l’ouvrage, ça ne simplifie pas pour autant leur relation.

Elle devrait être debout déjà, au lieu de cela, ce sont les servantes qui sont venues l’éveiller. En douceur, elles savent que la reine n’aime pas être bousculée de bon matin, son seul moment de tranquillité, avant de devoir assurer toutes les responsabilités qui l’attendent. Sa main joue distraitement avec le coin du duvet chaud qui l’entoure, tandis qu’elle attend que les servantes viennent la chercher pour la préparer. En temps normal, elle serait debout, déjà à s’affairer, mais son corps joue encore des siennes.

Mais elle avait prestement renvoyé l’une des servantes venues la réveiller, avant que la nausée ne la gagne de nouveau. Elle empestait, odeur qu’Argella avait bien eu du mal à déterminer, avant d’être saisie d’un haut le coeur dans son propre lit. Désormais, elle s’applique à forcer son corps à laisser son estomac en paix, en vain. Ce mal être lui mine le moral. Ce n’est pas la première fois, fort heureusement ce n’est pas tous les jours, mais cette semaine est particulièrement rude.

Somnolente, elle entend quelques murmures derrière la tenture qui sépare le lit royal du reste de la tente tout aussi royal. Puis, plus rien. Quand, tout à coup, Liam s’impose et la prend par surprise, elle relève aussitôt le duvet jusqu’à son menton afin de cacher sa nudité. Il est rare qu’elle dorme avec une chemise de nuit depuis qu’elle est mariée, ces derniers jours encore moins puisqu’elle tombe de fatigue dès son devoir conjugale accompli.

Le capitaine de la garde royale se laisse tomber sur le lit, provoquant un remou de ce dernier, pire encore, il provoque d’autres remous en secouant le matelas. Argella lâche un gémissement lorsque son estomac se rebiffe. Elle se croirait en mer, souffrante dès lors qu’elle pose le pied sur un navire, son corps est saisit de nausées. Il suffit d’une vague trop brusque pour que son estomac se manifeste. Comme à l’instanté, sauf qu’elle n’a rien à régurgiter puisqu’elle n’a pas mangé la veille et n’est saisit que de hoquets étranglés et incontrôlables.

“Vieillard croulant... je te hais.” Croasse-t-elle tandis que son corps se calme. “Fiche le camp !” Crache-t-elle en se rallongeant dans son lit, duvet bien en place autour de son corps. Elle fixe le plafond de la tente, fermer les yeux ne fait qu’accentuer son mal-être. Argella ne prend pas la peine de répondre au capitaine, son visage exprime assez bien sa fureur, l’une de ses servantes l’a trahie. Maintenant, Liam ne va plus la lâcher, elle le connait par coeur.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 3 Avr - 13:18



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
Pour beaucoup l’idée de s’inviter ainsi dans la chambre D’Argella n'était même pas envisageable, pour certains sûrement, un fantasme et pour moi un acte des plus naturels, aussi normal qu’elle dans la mienne. En y pensant, cela avait un air presque rassurant, comme un brin d’assurance que malgré les morts, les multiples dangers, on gardait elle et moi un semblant de vie familiale. Sauf que nous n’avions de familial que l’idée elle et moi, aucun sang commun ne coulait dans nos veines, rien, peut-être un lointain cousin dans le fond d’un caveau ou deux, qui voulait raconter son histoire aux dieux sourds qui les avaient oubliés. Mais dans le fond qu’est que cela changeait ? On nous avait fait grandir si proche l’un de l’autre qu’il m’était simplement inenvisageable de que je ne prenne pas soin d’elle de la sorte et qu’elle ne colle pas son nez dans mes affaires sans un brin de malice.

« Vieillard croulant... » Elle remonta son duvet en se plaçant sur le dos « Je te hais. » Lança-t-elle en détaillant la toile qui formait son plafond coupé par une énorme poutre sombre sur laquelle on avais pendu la corde des rideaux du baldaquin. « Fiche le camp ! »

Silencieux je me redressai doucement cette fois, ne bougeant pas pour autant ma position.

❝ Ben voyons ! Que d’amour que voilà, tu me hais autant que tu m’aimes c’est bien là le souci.❞ Je détaillai un instant ses traits tirés par la fatigue, son visage auréolé d’une chevelure désordonnée parfait contraste entre sa peau claire et ses iris azurs. Sa petite moue boudeuse lui donnait un air plus adorable qu’elle n’aurait aimé qu’il le soit et c’est bien pour cette raison que je m’étais toujours gardé de le lui dire.

❝ On est en guerre et sa majesté flemmarde au lit, voilà qui est peu saillant, est-ce là une habitude Dornienne que tu cherches à prendre ?  ❞ Dis-je en attrapant le duvet pour le lancer à ces pieds.

Belle erreur que voilà, je me retrouvais allongé aux côtés d’une femme totalement nue.

❝Par les… mais t’as ton jamais appris que dormir ainsi est un danger femme ! ❞ Lançais-je en bondissant de son lit pour remettre le duvet sur elle sans le moindre ménagement. ❝Rien d'étonnant qu’on vienne à moi pour me dire que tu es malade dans une telle tenue ! ❞ J’éclatai de rire et me détournai à la recherche de sa chemise de nuit, visiblement les servantes avaient jugé utile de la prendre et il ne restait dans la pièce que ma cape.

❝ Et bien nous voilà bien, un bataillon de mestre s’en viennent et ton époux t'a volé ta chemise de nuit. ❞  Je récupérai ma cape et la lui lançai.

❝ Mais que vais-je faire de toi princesse ! ❞ Je revenais au lit et passai ma cape sous le duvet. ❝ Si ma dame veut bien se rendre présentable que je ne sois pas à mon tour incommodé par la beauté royale de ses nobles attribues. On pourait parler de ces histoires de… ❞ Je bloquai mes mots sur nausée. Par les sept manquait plus qu’un événement pareil.

❝ Dis-moi que tu prends encore ton remède de grand-mère ! ❞ Non, sérieusement on était pas encore passé à l’idée d'accepter son époux que… impossible elle n’aurait quand même pas fait cela dans une période pareille, ça ne pouvait qu’être lié à la nourriture ou l’eau, pas à ce foutu Dornien qui… Rien que l’idée de leurs ébats et j’eus la sensation d’avoir moi-même attrapé son mal, un rapide haut le cœur m’en prit que je le chassai en allant rapidement boire le verre de lait qu’on avait délaissé sur sa table de déjeuner.
 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 3 Avr - 22:15

Elle croise son regard tandis qu’il semble la détailler, comme s’il venait juger par lui-même de son état. C’est bref, jusqu’à ce qu’il lui prenne l’idée de tirer sur le duvet et elle de hurler son courroux. “LIAM!” Ça le surprend autant qu’elle, puisqu’il quitte le lit pour la recouvrir. “Femme, je suis une femme, non plus une fillette.” Murmure-t-elle à elle-même. Comme si elle n’avait pas évolué, grandit, son corps a bien changé depuis leur enfance, elle a pris des courbes où il fallait. Lui, voit toujours en elle la fillette de leur enfance.

“C’est possible d’avoir de l’intimité ici?” Marmonne-t-elle en replaçant rapidement le duvet sur elle. "Je suis mariée, tu t'attendais à quoi par les Sept!"Pas plus choquée que cela, elle n’est plus au premier homme qui la surprend dans sa nudité. La majorité de ses gardes l’ont déjà surprise dans des situations bien plus compromettantes, ils sont bien les rares à pouvoir se permettre d’intervenir à tout moment s’ils le jugent nécessaire et cela a mené plus d’une fois à la surprendre. Mais là, la situation ne l’exige pas, Liam se permet beaucoup de choses qui ne se justifient pas.

“Bon sang, je ne suis plus une enfant! Je suis ta Reine.” Explose-t-elle finalement en apprenant qu’il a fait mander les mestres. Ca ne la surprend pas, ce n’est pas sans raison qu’elle ne voulait pas que la rumeur de son état s’ébruite, encore moins auprès de Liam. Il réagit exactement comme elle l’a supposé, il dramatise. Sa réaction est ridicule.

Malgré tout, elle s’empare de la cape. De toute façon, elle devait se lever et se préparer pour la journée. Sauf qu’une servante aurait dû lui apporter son peignoir qui se trouve à l’entrée de l’espace à coucher. Liam n’y a guère fait attention, elle n’en a pas plus fait la remarque, dans la mesure où ce fut sa petite récompense de le voir chercher, en vain. Elle n’admettra jamais, qu’elle aime simplement son odeur. S’en parer est un péché mignon qu’elle met sur le compte de l’habitude, déjà jeunes, elle empruntait ses capes pour se faire passer pour un garçon.

“Il y a du sang sur ta cape.” Fait-elle remarquer en avisant une tâche sur un pan de l’étoffe dont elle se pare. Elle cligne des yeux en se redressant doucement pour ne pas être prise par une nausée plus forte que l’actuel et s’entoure totalement du vêtement chaud, son remède de grand-mère ? “De quoi parles-tu? Quel remède?” Argella baille et passe devant lui à pas lent pour soulever la tenture et se rendre dans l’espace principal.

“Je vais bien d’accord ? J’ai juste attrapé un petit coup de froid, c’est pas la première fois. Les Mestres ont autre choses à faire que s’occuper d’un rhume.” Assure-t-elle. Tout est quasiment prêt, elle touche du bout des doigts l’eau de la baignoire, encore chaude. “C’est malin, tu as renvoyé tout le monde qui va me laver le dos maintenant. Toi peut-être?” Une façon comme une autre de lui demander de rappeler ses servantes. Elle a une terrible envie de faire passer son malaise dans ce bain, du moins, elle espère que l’eau chaude calmeront les caprices de son corps.

Elle se retourne vers le capitaine de sa garde et constate qu’il se trouve dans un drôle d’état, elle arque des sourcils, tandis qu’il boit son verre de lait. Non seulement il se permet de bondir dans le lit du couple royal, non seulement il ne s’imagine pas une seconde qu’elle ne puisse pas porter de chemise de nuit dans le lit conjugale, non seulement il la traite comme une enfant, mais il se permet de boire son verre de lait. Elle le renverrait aussitôt, s’ils s’agissait d’un autre que Liam. Ils ne partagent peut-être pas le même sang, mais ils partagent le même lien qui unit un frère et une soeur.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 3 Avr - 23:53



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
« Il y a du sang sur ta cape. » Je relevai le regard vers elle avec un sourire en coin des plus forcés.

❝Nous sommes en guerre, ce n’est pas le miens. ❞   Dis-je avalant une nouvelle gorgée du lait au miel dégoûtant qu’on lui préparait, comment pouvait-elle avaler ces horreurs chaque matin ? Sûrement pour avoir la gorge assez déployée pour nous hurler des ordres. Qu’importe c'était juste infecte.

« De quoi parles-tu ? Quel remède ? » Je la suivis dans la pièce principale, la regardant vaquer à ses tentatives de fuite. « Je vais bien d’accord ? J’ai juste attrapé un petit coup de froid, ce n’est pas la première fois. Les Mestres ont autre choses à faire que s’occuper d’un rhume. » Assura-t-elle tout en s’approchant de l’eau et du baquet de bain.

« C’est malin, tu as renvoyé tout le monde qui va me laver le dos maintenant. Toi peut-être ? »

M’avançant vers le centre de la pièce, je délassai ma veste et lui tournai le dos pour choisir sur la table de buffet un morceau de viande séchée et déposai ma veste, me retrouvant en simple chemise blanche.

❝ S’il le faut je vais vous baigner votre altesse, veuillez entrez dans votre bain. ❞ Dis-je un brin provocateur m’avançant vers elle et me stoppant au plus près d’elle ma main vide défaisant l’encoche aux armoiries des maîtres pour la laisser tomber alors qu’elle se retrouvait pour la seconde fois dénudée devant moi. Mon regard cependant ne dévia pas, se plaçant sur son visage.

❝ Tu as faim ? ❞ Dis-je plaçant le morceau de viande sous son nez. Qui a dit que mon travail n’était pas risqué et ne méritait nulle place de marque dans le royaume ? Et bien je voudrai le voir en cet instant, un morceau bidoche séchée a la monde dornienne sous le nez d’une créature désirable à souhait parfaitement nue alors que mon regard ne dérivait pas du siens.

❝ Si tu vomis, cela relèvera de ta sécurité et à la fin de ton bain, le mestre sera ici. ❞ Murmurais-je. ❝ Mange, tu dois être propre mais nourrie aussi, sur un camps rempli d'hommes bourrus sœurette. ❞ Dis-je en remontant mon morceau de viande au plus près de ses lèvres en lui faisant un sourire en coin.
 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mar 4 Avr - 17:45

Elle n’a jamais douté que le sang ne fut pas le sien. Elle n’aurait probablement pas la même certitude s’ils n’étaient pas dans les terres de l’Orage, mais ici, sur leur territoire, il est difficile de le prendre par surprise. Quoi qu’il en soit, il semble bien décidé à ne pas faillir à son devoir en délaissant sa veste. Il est bien capable de rester jusqu’au bout, à s’assurer que les Mestres l’auscultent comme il faut et ne partira que lorsqu’ils lui auront dit la cause de son mal. Envahissant, c’est le mot. Quand bien même il fait son travail.

Il suggère de lui faire prendre son bain, ce qui la fait ricaner. Rien de joyeux, elle ne l’en pense pas capable. Ce n’est pas la première fois qu’il la surprend au saut du lit et il ne lui a jamais proposé jusque là de lui faire prendre son bain. Cependant, elle retient bien vite son souffle alors qu’il fait tomber sa cape aux armoiries des Penrose à ses pieds. Son regard se rive au sien, légèrement écarquillé, elle ne cache pas sa surprise d’un tel geste. Ses joues rosissent.

Si Roward entre à cet instant précis, de nombreuses interrogations risquent d’être posées. Que fait donc la Reine, nue, face au capitaine de sa garde? Qu’y répondrait-elle ? Ce n’est rien, c’est Liam, mon frère qui me reluque. Rien d’anormal. Sauf que c’est tout l’inverse, il n’a jamais fait preuve d’autant de liberté… Elle ne saurait définir cette réaction, espiègle ? provocant ? A aucun moment, il ne détourne les yeux, ne cherche à regarder autre chose que son visage. Quant à elle, ce regard l’a toujours fascinée, l’un vert, l’autre bleu tacheté.

Argella frémit, le froid se raisonne-t-elle. C’est cela, la petite brise de l’automne, même si un feu brûle dans l’âtre. Finalement, son regard se durcit, elle ne flanchera pas, il la provoque, elle n’a pas l’intention de se terrer comme une effarouchée. Elle s’empare de pinces à cheveux et se les attache sur le haut de la tête, quelques mèches rebelles s’échappent de sa dense chevelure et lui chatouille les épaules. Elle garde résolument les lèvres closes, alors qu’il présente de la nourriture devant ses lèvres.

La jeune femme se détourne pour passer les jambes par-dessus la baignoire et s’y plonger. Elle ferme son visage a toute émotion, mais par les Dieux, elle est confuse. L’eau encore chaude du bain lui fait un bien fou, soulage sa poitrine lourde et douloureuse. Argella lâche un soupir d’extase, c’est exactement ce dont elle avait besoin. Elle pose la tête contre le bord de la baignoire et ferme les yeux.

“Ne t’avise plus d’entrer comme tu t’en ai toujours arrogé le droit. Nous ne sommes plus des enfants, et surtout, j’ai maintenant un mari qui peut se trouver là à n’importe quel moment. Epargne moi de devoir lui fournir des explications.” Quand bien même, en tant que capitaine, il a tout à fait le droit de s’arroger les droits qu’il estime nécessaire et à elle de n’avoir aucune explication à donner à Roward. Mais elle ne souhaite pas que ce genre de scène se rejoue à l’avenir. Ca la rend trop confuse pour apprécier ça.

Elle table sur toute l’autorité dont elle est capable pour se faire entendre. “Je ne suis pas si malade que ça, les Mestres ont déjà fort à faire avec les blessés qui n’ont pu partir. C’est passager et je mangerai quand j’en aurais l’appétit.” Ces derniers temps, celui-ci joue au yoyo, tantôt saisie d’une faim de loup, tantôt, elle ne mange qu’une fois avoir trouvé ce qu’elle voulait manger dès que la nausée a disparu.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mar 4 Avr - 19:54



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
« Ne t’avise plus d’entrer comme tu t’en est toujours arrogé le droit. Nous ne sommes plus des enfants et surtout, j’ai maintenant un mari qui peut se trouver là à n’importe quel moment. Épargne-moi de devoir lui fournir des explications. » Un sourire se vissa sur le coin de mes lèvres alors qu’elle s’invitait dans l’eau opaque des laits parfumés placés dans ce dernier. Portant la viande à mon nez, j’émis une grimace et finalement dégageai la lance dans l’âtre de ce dernier sans une fois descendre le regard sur elle.

❝ Depuis quand la reine s’explique sur ses envies ? Tu ne t’es jamais embrumée de la sorte, quand tu voulais quelque chose, tu le prenais et quand bien même cela ne nous convenait pas, je me rappelle encore de la fois où tu as gagné ce tournois et rendu si fière ton père, ne change pas avec ce mariage, du moins ne change pas ce trait de caractère qui fait de toi le prince que chacun de nous apprécions.❞ Dis-je tout en me dirigeant vers le feu pour le raviver et en m’approchant de l’entrée.

❝ Personne ne rentre, pas même son époux, ordre de la reine, nous sommes en réunion. ❞ Dis-je aux deux gardes qui me firent un salut du chef, je tirai ensuite sur la corde clôturant l’accès et me tournai vers elle la détaillant à demi allongée dans l’eau fumante.

Sa poitrine généreuse telle à deux îlots à demi immergés n’était pas plus visible qu’avec une robe à balconnets, mais l’idée de la savoir totalement nue là ne me laissait pas de marbre si bien que je décidai de lui faire un peu craindre ma venue en retirant ma chemise et en m’approchant de la table où se trouvaient les huiles et tissus pour la laver.

« Je ne suis pas si malade que ça, les Mestres ont déjà fort à faire avec les blessés qui n’ont pu partir. C’est passager et je mangerai quand j’en aurais l’appétit. » Dos à elle je me saisis d’une huile pour la sentir.

❝ Tu n’insisterais pas autant si tout allait bien, tu aurais laissé un mestre passer rapidement pour en attester et n’aurais pas donner autant de cœur à me vendre une bonne santé feinte, mais pour l’heure, je vais m’occuper de ton bain puisque tel est ton bon plaisir et que le miens est de te priver de tes servantes tant qu’on n’aura pas trouver un accord raisonnable. ❞ Glissant l’huile citronnée la plus douce sur le tissus, je refermai les bouchons qui de mémoire importunaient Rhoéna durant sa grossesse et m’avançai vers elle pour me pencher au-dessus du bain et glisser ma main dans l’eau pour attraper sa cheville. Je m’installai en équilibre sur le bord et plaçai sa jambe sur ma cuisse, glissant le tissu humide sur son pied vers son mollet jusqu’à la limite de l’eau.

❝ Je ne te pense pas malade, je te pense indisposée et si tel est le cas, j’ai besoin de le savoir et que personne, pas même ton… ❞ Je replaçai sa jambe dans l’eau et me plaçai à genou à côté pour glisser le tissu sous l’eau et remonter vers son entre jambe sans toutefois m'y aventurer, passant d’une cuisse à l’autre.

❝ Mari le sache, une grossesse ne serait pas la bienvenue ici, attends la Néra, le moral de nos troupes est bon car ils te savent à leurs côtés, pas car tu t’es donnée à un Martel. ❞ Murmurais-je en remontant le linge sur son ventre et en m’avançant vers elle.

❝ Ne me mens pas, pas à moi, nous sommes trop proches, ici pas de reine pas de capitaine, juste toi et moi… ❞ Dis-je en passant le linge sur un de ses seins sans le regarder pour remonter vers sa gorge. ❝ Angy, est-ce cela ou n'est-ce vraiment qu’une indisposition à la nourriture qu’on te donne? ❞ Dis-je glissant ma main vers sa nuque et la forçant à se redresser et s’asseoir.

 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mar 4 Avr - 21:32

Il lui demande d’être elle, simplement elle, tel que ses hommes l’apprécient. Elle sourit à la mention du tournoi qu’elle a remporté. Ca la touche, sincèrement, mais ça lui fait mal également, parce qu’elle ne peut plus se permettre d’être elle-même. Argella ne peut plus être cette princesse au caractère impétueux, parce que les responsabilités lui tombent dessus chaque jour. Elle aimerait que ce soit possible, que son père soit toujours parmi eux, et elle toujours une Princesse qui continuerait de jouir de sa liberté. Mais on réalise la valeur de ce qu’on avait, que lorsqu’on l’a perdu.

Argella ouvre les yeux lorsqu’elle l’entend s’affairer avec les huiles et constate qu’il a retiré sa chemise. A quoi joue-t-il ? Se demande-t-elle en l’observant. Chaque muscle de son dos tressaille à chaque geste. Elle sait déjà ce qu’elle verra quand il se retournera, elle l’a déjà vu s'entraîner, torse nu. Le genre de spectacle qui ne laisse aucune femme indifférente, pas même elle.

Le voilà qu’il l’informe clairement avoir l’intention de la priver de ses servantes. Ses paupières clignotent, elle le voit venir de loin, le bougre. Prêt à tout pour la faire céder, quitte à tenir lui-même le rôle du petit peuple à son service. Elle sait ce qu’il compte faire et ne fait rien pour l’arrêter. Pourquoi s’en priverait-elle? Puisqu’il prend lui-même cette liberté. Il y a pire comme vu, qu’un homme séduisant qui vous lave.

Oh elle sait, pendant qu’il s’empare de sa jambe, qu’elle ne devrait pas. Ca n’a rien de raisonnable. Liam aura gain de cause, elle se laissera ausculter par les Mestres, il est tout aussi têtu qu’elle et quand ils s’y mettent, ils finissent toujours par obtenir ce qu’ils veulent. Son petit plaisir à elle, sera de le voir se plier en 4 pour obtenir ce qu’il veut. Le linge glisse sur sa jambe, parcourt chaque parcelle de sa peau, avant qu’il ne reprenne la parole.

Il énonce une grossesse, mais elle est bien trop focalisée sur ce que fait sa main sous l’eau, sur sa peau, sur son corps pour le réaliser. Son coeur bat la chamade, ses mains commencent à trembler, son corps est soudainement saisi de bouffées de chaleur. C’est pas bon signe, elle les reconnaît bien, loin d’être novice dans ce genre de choses. D’un autre homme, elle l’aurait accueillie à bras ouvert, mais de Liam… Elle ressent de la culpabilité en prime. De ressentir quelque chose, alors qu’elle ne devrait sans doute pas. D’une, ils sont comme frère et soeur. De deux, il est marié.

Ici, que lui et elle, pas de reine, pas de capitaine. Juste deux personnes, en dehors des responsabilités. Un homme et une femme, songe-t-elle. Si c’était si simple ça se saurait. D’un coup, elle stoppe son avancée, prenant sa main dans les siennes, à demi-assise et demi-allongée. Ses yeux s’écarquillent. “Je… Que… Qu’est-ce que tu viens de dire ?” Le mot résonne dans sa tête. Grossesse. “Arrête!” Ordonne-t-elle en se relevant brusquement du bain. Ruisselante d’eau, pantelante d’un corps qui trahit sa psychée. Le remède de grand-mère dont il parlait, commence à s’expliquer dans son esprit, le thé de lune.

Consciente d’être nue sous les yeux de Liam, elle sort du bain pour aller se parer de son peignoir, à sa place. Finit de jouer. “Tu penses que… Que je peux être enceinte ?” S’exclame-t-elle surprise. Bon sang ! Elle a beau avoir attendu ce moment, dès lors qu’elle a accepté d’épouser le prince avec précipitation, de porter un enfant. La possibilité que ce soit le cas la terrifie. Elle n’a jamais été enceinte, ignore tout des symptômes qui allaient être les siens, elle avait simplement mis ses petits malaises sur le compte d’un coup de froid des derniers jours.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mar 4 Avr - 22:18



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
Un mot, une simple réminiscence entre le plaisir de la détente que lui procurait mes gestes et la réalité remontait entre deux muscles que je sentais tressaillir sous mes gestes. En quelques secondes l’eau déborda et m’arrosa abondamment. Alors que pour la seconde fois de la matinée elle s’offrait à mon regard totalement dénudée et cette fois, sans plus aucune gène, bien trop occuper à marmonner mes mots et faire la liaison que j’avais fait quelques minutes plus tôt en ingurgitant son lait au miel.

Pas après pas elle se saisit de son peignoir et je fis un geste de tête négatif à l’idée qu’elle se moque de moi en me laissant chercher en vain pour me laisser finalement lui confier ma cape. Qui pour la somme était arrosée autant que je l'étais.

❝ Tu ne fais pas de broderie avec ton mari et visiblement quand je t'ai parlé du thé tu n’en a pas fait le lien. On ajoute les nausées propres à ton état.❞ Je m’avançai pour prendre la serviette et la passer sur mon pantalon.

❝ As-tu mal aux seins, des envies d'uriner tout le temps ? ❞ Je n’étais pas mestre, mais j’avais simplement vécu la grossesse de ma femme, ce besoin pénible à tout moment qui finissait par me pousser à dormir dans mon bureau à Accalmie. Oh bien sûr il y avait ses envies plus intimes que je ne fuyais pas, mais son besoin de manger dans le lit ou sa manie de se lever pour rejoindre le pot de chambre furent les premiers signes de nuits pénibles, s'en vint au sixième mois les bouffées de chaleur, me faisant couper le feu, ouvrir les fenêtre là où l’hiver piquait dans le vif. Non je n’en avais pas oublié les signes et face à elle nue et les mots de la femme de chambre, c’était la seule conclusion qui me vint.

❝ Écoute, je ne vois que cela, ou alors c’est une indigestion sérieuse vu qu’on m’a dit que cela dure depuis plusieurs jours, seul un mestre te le confirmera, mais dans les deux cas tu dois en voir un ou tu nous mets tous en danger en n’étant pas prudente. ❞ Lançant la serviette, je m’avançai vers elle et repoussai une mèche derrière son oreille.

❝ Ce n’est pas forcément le bon moment, pas ici du moins, mais dans tous les cas, devenir parent est un cadeau des dieux, précieuse Argella. ❞ On en prend encore plus conscience quand les dieux, vous le reprend et arrache une part de votre âme.

❝Vas-tu me laisser faire venir le mestre, il gardera le silence, mais tu dois savoir et moi aussi. ❞ Murmurais-je l’attrapant pour la serrer tendrement dans mes bras.  

❝ J’ai perdu ma mère en couche, si tu ne le fais pas pour toi, fait cela pour moi.❞ Murmurais-je doucement. Fourbe, oui clairement mais pour le coup ma mère qui n’avait jamais rien pu m’offrir pouvait au moins m’aider par sa perte à raisonner Argella.


 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mer 5 Avr - 10:31

Quelle claque ! Alors même que c’est exactement ce qu’elle attend, elle n’y a pas songé une minute. Il peut se tromper, elle peut simplement être malade et seuls les Mestres pourront définir son mal et la soigner. D’un geste distrait, elle pose une main sur son ventre. N’est-ce pas terrifiant de l’imaginer s’arrondir ? Savoir qu’un être grandi en son sein ? “J’ai cessé de prendre du thé avant mon départ d’Accalmie.”

Il décrit encore des symptômes dont elle souffre, mais elle secoue la tête, refuse de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Elle tomberait de haut, s’il ne s’agissait finalement que d’une indigestion. Argella songe alors à toute autre chose, l’empoisonnement. Les Dorniens ne sont-ils pas maîtres en la matière ? Sa mère ne l’a-t-elle pas prouvé en faisant assassiner Meria et Nymor ? Deria se montrerait-elle indigne de confiance ? Après tout, le camp pullulait de dorniens avant leur départ, et l’un d’entre eux se trouve toujours à ses côtés. Roward deviendrait Roi d’office, s’il arrivait quoique ce soit à Argella.

“Tout ce que tu veux.” Capitule-t-elle sans plus résister. Grossesse, indigestion ou empoisonnement, elle doit savoir. Liam cesse d’être provocant pour se faire tendre. Elle ne sait que dire, il connaît trop bien la tête de mule qu’elle est et joue sur les sentiments. Argella n’a jamais su se battre contre ça, les sentiments. Elle a travaillé dure pour obtenir une forte réputation, elle n’est pour autant pas dépourvue d’émotions.

Il lui parle, et elle pense à son fils. Le fils qu’il a perdu, qu’elle a aimé comme un neveu malgré le conflit qu’elle entretenait avec Liam. Ce jeune garçon parti trop vite. Elle se souvient de toutes les fois où il s’enfermait dans son bureau, de son impuissance à lui venir en aide, le soutenir. Argella referme ses bras autour de lui, pose sa tête sur son épaule et lui rend son étreinte. Elle est prête à tout pour lui épargner de nouveau de la souffrance. Sauf être enfermée dans un château recouvert de mousses. Il en serait capable.

“C’est exactement ce que j’attendais de mon mariage précipité, mais…” Elle secoue la tête à nouveau, a du mal à mettre des mots sur ses doutes en tant que mère. “Je ne...” Ne pense pas être capable d’être une mère. Comment conjuguer ses responsabilités avec celles d’être maman ? Elle a déjà des difficultés à régner, alors y ajouter un enfant à élever ? Pire, élever cet enfant avec un homme dont elle se méfie.

Blottie contre ce corps chaud et torse nu, elle s’écarte sans énoncer ses doutes, enchaîne sur un autre sujet. “Tu me feras le plaisir de te vêtir. Le Grand Septon n’attend qu’une chose, l’occasion de me descendre, je n’ai pas besoin qu’un Mestre lui répète que le capitaine de ma garde se promène à moitié nu sous ma tente.” La concernant, il ne sert à rien de se vêtir avec la venue des mestres. Ils auront tôt fait de tout lui retirer pour l’ausculter sans gênes.

Elle s’approche de la table, où sont posés divers source de nourriture ou à boire. “Et si on tentait de m’empoisonner ?” Elle ne peut garder ça pour elle, pas auprès de Liam, chargé de sa sécurité. Sans nul doute y a-t-il lui-même pensé, en ce cas, elle veut savoir exactement ce qu’il envisage de faire.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mer 5 Avr - 20:05



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
« Tout ce que tu veux. » Murmura-t-elle en se laissant un instant aller à la sécurité de mes bras, doucement son visage s’engouffra sur ma poitrine et ses bras m’entourèrent alors qu’aucun sourire victorieux ne se glissait sur mes traits.

J’étais bien trop préoccupée par son état, qu’elle fut enceinte ou simplement indisposée, tout pouvait devenir plus important dans un tel lieu. Certes elle n’avait jamais été de constitution fragile, mais si on pouvait mourir d’une rage de dents non traitée, qu’en était-il d’un ventre mal soigné ? Glissant machinalement ma main sur son dos couvert d’un vêtement humide, j’explorai sans la voir la salle, perdu dans les possibilités, dans mes consignes, avais-je été assez prudent ? Étais-je dans le bon avec l’idée d’une grossesse ou simplement voulais-je y croire pour ne pas voir qu’on l’avait peut-être empoissonnée sous mon nez ?

« C’est exactement ce que j’attendais de mon mariage précipité, mais… » Souffla-t-elle en se détachant pour faire quelques pas perdue elle-même dans de sombres pensées.

Une telle nouvelle, même espérée, ne pouvait que nous chambouler, je me rappelle encore ce matin de prise de vomissement, Rhoéna avait fini par susurrer entre deux haut le cœur ses craintes. Des mots tels un couperet qui m’avait divisé en deux. Une part bien sur fière à l’idée de donner un ou une descendance à ma famille, un mortier solide au miens, une autre plus confuse sur le père que je serai ou simplement sur l’avenir avec cette femme qui portait en elle cette possible part de moi et dont je n’avais pour grande partie que peu de confiance. J’avais clairement douté jusqu’au possible qu’il fut miens, c’est un venin qui s’invite en vous, qu’elle ne pouvait vivre en cette minute. Ne dit on pas qu’on est certain de la mère, jamais du père. Jamais je n’avais eu autant en tête cette doctrine. Mais ma femme n’avait pas ces responsabilités, au mieux celles de notre logis et le bien de nos gens, au pire le reflet de notre union dans les situations mondaines et politiques, rien en somme qui pouvait mettre à mal le fruit qui poussait en elle, comme Argella.

« Je ne... »

Je relevai les yeux sur elle alors qu’elle remonter sûrement les événements et possibilités, avec les quelques informations liées à mon expérience d'époux et de père. Son cerveau niant sûrement le possible enclin à une vie future en elle.

« Tu me feras le plaisir de te vêtir. Le Grand Septon n’attend qu’une chose, l’occasion de me descendre, je n’ai pas besoin qu’un Mestre lui répète que le capitaine de ma garde se promène à moitié nu sous ma tente. » Lança-t-elle en réalisant que sous peu elle serait l’objet d’attention et que ma tenue lui volerait certainement une part d’attention. Un sourire en coin se glissa une nouvelle fois sur mon visage alors que je tendais doucement les bras en croix.

❝ Tiens donc ma tenue ne semblait pourtant pas te déplaire il y a peu, mais à vos ordres altesse royale. ❞ Dis-je en allant récupérer mes effets pour me rendre présentable alors qu’elle s’approchait de la table et explorait les plats d’un œil circonspect.

❝ Et si on tentait de m’empoisonner ? ❞

Ne refermant pas mon gilet pour le moment je m’approchai à mon tour du possible objet du délit, le détaillant certain que le seul délit commis était d’avoir donné son corps à ce Dornien qui l’avait honoré sans vergogne pour vomir en elle le fruit infecte de son sang. Mais cela je me gardai bien de le souligner, mon amour pour son époux était connu d’elle et partagé de beaucoup, mais nous gagions de ne rien en dire verbalement, lui faisant sûrement espérer que le temps lui serait à son crédit là où pour le coup je me retrouvais en accord avec la foi et était presque dévot. Enfin plus vraiment en réalité, si elle portait en elle un enfant, il ne pouvait souffrir d’une dote de bâtard là où il était par sa mère notre futur souverain.

❝ Tes goûteurs se portent bien, si tel est le cas, ce n’est pas sur cette table que se trouve le poison, mais… ❞ Dans ton lit, sauf que là aussi j’avalai mes mots, elle cheminerait seule vers cette conclusion. Je glissai ma main sur une simple pomme et saisis un couteau pour la découper et mordre un quartier, elle était bonne, juteuse. Je découpai un second et le lui tendis.

❝ Mange au moins ceci, dans un cas comme dans l’autre, la malnutrition te sera néfaste sœurette. ❞ Je m’attelai à la préparation de la pomme et la déposai dans une coupe pour la lui tendre.

❝ Je vais faire rentrer tes servantes, qu’elles te sèchent et te couvrent, le mestre n’aura pas besoin de voir l’ensemble pour juger. ❞ Je récupérai ma cape trempée au sol et la délaissai sur un des portes manteaux pour me diriger vers l’entrée et l’ouvrir. Un vent frais s’engouffra alors que je resserrai la lanière de gilet de cuir et me glissai à l’extérieur. Rapidement la tente fut l’objet de femmes, toutes de la petite noblesse, dont les époux se trouvaient à mes services ou ceux d’hommes de confiance. Certaines n’en étaient que les filles, travailler pour la reine et même à de basses besognes offrait quelques bons avantages, telle que la possibilité de voir le beau monde et qui sait gravir quelques échelons en volant le cœur d’un jeune noblion romantique ou trop crédule. Peu ou pas étaient pucelles, beaucoup sûrement de par la faute de soldats ou la mienne. L’avantage de telles femmes était qu’elles étaient dévouées au bien de la couronne, le souci c’est entre deux coupes de cheveux ou levés de jupons, elles s’adonnaient au cancannage, aux mots de basse court telles des poulets sortis du poulailler, en apparat de plumes et de ramage pour attirer le regard des coqs et décrédibilisaient celles qu’elles jalousaient. C’est un sport des plus commun à toutes les cours, si on voulait mesurer l’ambiance d’une famille, il suffisait de relever la jupe d’une servante qui entre deux caresses vous donnerait même l'heure des besoins de son maître. Le souci donc était de maîtriser les informations qu’elle pouvait recueillir et pour cela Argella était déjà bien rodée, ayant connu ces mots depuis l'enfance.

Elle s’adonnait généralement à des discutions futiles en leur présence, poussant plus celles-ci à lui conter leurs vies que l’inverse, leur faisant croire l’espace d’une toilette ou d’une coiffure que leur basse vie avait une réelle importance. Et quelque part elles en avaient puisque ce faisant Argella ou moi savions la température de chacun des foyers dévots à son service. Laissant donc la reine à ses préparatifs, j’attendis quelques instants avec les gardes pour voir apparaître deux mestres.

Je m’avançai, m’assurant ainsi de la discrétion de nos échanges et sans leur donner mes doutes pour ne pas les incliner où parler de soucis alimentaires. Je les saluai, leur rappelant de ne donner leur diagnostics et conclusions qu’à moi et à la consterner, que nul autre ne devait pour l’heure avoir une autre version qu’un souci de flatulence Dornienne incommodante due aux nourritures épicées du prince. Souci qui privait de ce fait le couple d’un sommeil réparateur. Le plus jeune eut un sourire des plus soulignés alors que le plus vieux se renfrogna en soulignant que si les vrais maux fuitaient par la suite c’était leur réputation qui en serait faite. Je rappelai alors qu’une maladie pouvait souvent évoluer et un diagnostic tout autant, que leur réputation ne serait rien pour eux s’ils perdaient leurs places aux côtés de la famille pour finir simple mestres dans un village choisi sur le nombre des plus pauvres ou leurs services seraient sûrement les bienvenus pour enrailler la teigne ou les vermines corporelles. Sur mes mots ils se grattèrent le crâne dans un geste inconscient me saluèrent d’une belle révérence et entrèrent dans la tente alors que je faisais ressortir les dames, leur demandant d’aller s’enquérir des besoins de l’hygiène des tentes des généraux. 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Ven 7 Avr - 10:59

Une probable grossesse, c’est aussi inattendu, qu’espérer. Et si c’est effectivement le cas, Liam souhaiterait qu’elle en garde le secret ? C’est plutôt une nouvelle qu’elle se réjouirait d’annoncer aux orageois, son royaume ne sera plus en crise dynastique, tous y verront un avenir en ce petit être qui grandirait en elle. Mais ce petit être, l’aimera-t-elle ? Sans nul doute, sera-t-elle une bonne mère ? De cela, elle en doute sérieusement. Elle secoue la tête, autant ne pas trop y penser tant qu’elle n’a pas confirmation, quand bien même elle ne pourra s’en empêcher dans les heures, les jours et semaines à venir.

En attendant, Liam doit se rhabiller, il a beau en plaisanter, elle n’en rit pas. Parce qu’il n’a pas tort, mais ne l’admettra pas. Ils ont changé. Elle a évolué à Accalmie, tandis qu’il suivait son père comme son ombre. Elle ne voyait pas l’un plus que l’autre, tous deux, le plus souvent bien loin de la capitale. Liam était encore qu’un ado quand il a suivi Argilac, d’un coup, il était un adulte des plus séduisants et savait en jouer. Devant elle, il séduisait tout ce qui bougeait. Dès lors, elle avait commencé à prendre ses distances.

Et ça fonctionnait très bien ainsi, jusqu’à ce qu’il prenne la décision de s’occuper personnellement de sa sécurité. Leur relation s’est améliorée depuis son retour, mais elle ne supporte pas mieux qu’il se la joue bourreau des coeurs, coureur de jupons. Elle ne souhaite pas davantage qu’il joue a cette comédie avec elle, qui ne sera certainement pas une de ses pouliches dont il soulève les jupes n’importe où, selon son bon plaisir. Argella ne l’encouragera certainement pas sur cette voie là, quand bien même elle grivoise aisément avec ses gardes. Elle a l’impression qu’il n’existe pas la même frontière entre Liam et ses gardes, cette frontière très explicite qui annonce clairement que rien ne se passera jamais et que l’on peut donc se permettre d’en plaisanter.

Elle tourne un regard incisif dans sa direction, à ses présomptions muette à l’égard de son mari. C’est dur, de savoir que son mari tente peut-être de la tuer. Du moins, en avoir des doutes. Argella ne souhaite pas en tirer de conclusion hâtive, mais elle fera davantage attention tant qu’on ignorera de quoi elle est atteinte. “Si je ne peux avoir confiance en mon mari, en qui le puis-je?” Marmonne-t-elle en s’emparant du morceau de pomme pour croquer dedans. La réponse se trouve en face d’elle, Liam mourrait pour elle, il s’est engagé à se sacrifier en devenant le capitaine de la garde. “Merci.” Dit-elle, pas uniquement pour la pomme qu’il lui a préparé, pour tout ce qu’il fait malgré ses manières.

Après quoi, la tranquillité ne fut plus qu’un lointain souvenir. Dès l’instant où il quitte sa tente, ses servantes entrent et s’attellent à leurs tâches quotidiennes. Argella est bien silencieuse et se contente de les laisser faire leur travail. Certaines, les plus proches osent lui demander si tout va bien et la jeune femme répond par un oui laconique tout en mangeant sagement et distraitement sa pomme. Quelques instants plus tard, sèche, vêtue et nourrie, Liam fait sortir tout le monde pour laisser entrer 2 mestres. Elle s’attendait qu’il reste auprès d’elle, Argella aurait préféré vue l’angoisse qui la saisie.

“A quand remonte votre dernière saignée ?” S’enquit le plus vieux. Elle hausse des sourcils et y reflechit. Ce n’est pas comme si elle tenait un calendrier de ce genre de chose. “6, ou 7 semaines.” Répond-elle. C’était avant qu’elle n’arrive à Dorne, avant d’épouser Roward. Le mestre hoche la tête, échange un regard avec le second et continuent de poser des questions, toutes plus variées les unes que les autres tandis qu’ils étudient son corps. “Suis-je enceinte?” S’enquit-elle alors, n’y pouvant plus de leurs questions sans qu’un diagnostic ne vienne. “Eh bien, difficile à dire. D’autres ont les mêmes symptômes que vous, hommes comme femmes, nous pensons que le changement de saison n’y est pas étranger. Pas impossible cependant, vous avez du retard votre Majesté.” C’est comme recevoir un second uppercut dans l’estomac. Moins puissant que le premier, mais tout aussi intense. 1 chance sur 2 qu’elle soit juste malade.

“Dans combien de temps serons-nous fixé?” “Quelques semaines, 3 ou 4 je dirai, si vous ne saignez toujours pas, il faudra sérieusement l’envisager. En attendant… ” Ils commencent à lui prescrire tout un tas de conditions à suivre, boire plus, mieux se couvrir, éviter le contact avec les autres. Ce qui lui fait penser que Roward ne semble atteint d’aucun mal, alors qu’il est celui dont elle est le plus proche depuis le début de ses symptômes. Elle doit boire des infusions de plantes dont elle ignore tout des vertues. Et bien sûr, du repos.

Lorsqu’ils quittent enfin sa tente, la laissant avec davantage de questions que de réponses, elle s’assoit à sa table, perdue dans ses songes. Sans doute font-ils le même rapport à Liam. Au moins n’ont-ils pas envisagé l’empoisonnement et lave son mari de tout soupçons à ce sujet. C’est pas plus mal, elle n’a pas besoin que des soupçons rendent son mariage plus difficile encore.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Dim 9 Avr - 21:32



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
Les mestres voilà une belle arnaque ou une superbe invention qui fonctionne entre science occulte et savoir contenu. Quelque part nous dépendions de leurs études du corps comme on pouvait dépendre d’une drogue, une fois passé entre leurs mains, il était compliqué voire impossible de les fuir. Quoi qu’il en soit ils étaient reconnus comme ceux qui détenaient le savoir en matière de santé et par ce simple fait et l’accord de la foi à leurs sujets on composait avec eux comme on compose avec un parent, leur ouvrant notre vie, nos corps et nos intimités comme on le ferait seulement avec un proche.


Pour le coup, ils venaient de soi qu’ils seraient la réponse aux maux. Sauf qu’une fois leur visite faite et leurs rapports chuchotés, ils n’avançaient aucune réponse claire. Je fronçai les sourcils clairement pas satisfait de leurs mots et me grattai le menton silencieux alors qu’ils tentaient de me convaincre que d’ici une ou deux semaines les réponses viendraient. Forcément qu’elle viendrait ou elle serait morte sous un poison, ou serait dans le meilleur cas une femme en gestation pour le compte de son royaume. Je me gardai de tout commentaire et leur lançai un merci et les saluai pour me rendre vers la tente royale.

Sous le regard interrogatif que quelques soldats que je rassurai d’un sourire parfaitement rodé. Me stoppant dans la salle principale alors qu’elle était dans sa chambre avec ses servantes, je fus cette fois reçu par une des Sasha, une jeune servante d’origine roturière au service de la maison depuis plus de quinze ans sur les trente qu’elle avait. Elle me fit un large sourire et me demanda ma cape. Je la détachai la laissant prendre le tissu.

Elle était avant tout au service d’Argilac c’est sous ses bon soins que j’avais passé mes épreuves sur feu en matière de femme, avant que mon roi m’invite dans un bordel. Bref je n’étais pas ici pour Sasha mais connaitre à présent le programme de la reine et parler de sa santé si elle le souhaitait.


❝ couleur parole : #612A0C ❞

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 1 Mai - 15:30

Grossesse ou non, le doute va la bouffer jusqu’à ce qu’elle ait la certitude de son mal. Depuis le temps qu’elle s’interroge sur sa fertilité, elle a une chance sur deux de le découvrir d’ici quelques semaines. Et si elle l’est, n’est-ce pas une bonne nouvelle ? Liam laisse entendre que non, du moins pas pour le royaume. Argella pense l’inverse, par cette grossesse, elle assure l’avenir du royaume jusque là sans héritier. A condition qu’elle mène cette grossesse à terme. Encore faut-il en avoir la certitude.

Elle relève les yeux vers ses servantes, elle est trop bouleversée et nauséeuse pour leur faire la conversation, et se contente donc de se laisser coiffer. La brosse le long de sa chevelure la détend légèrement, pas de quoi lui faire oublier ce qu’il vient de se passer, mais suffisamment pour lui faire réaliser que l’univers continue son chemin. Les doigts parcourent ses cheveux, forment des tresses, Argella ferme les yeux. C’est agréable, un contact apaisant. Petit à petit la tension accumulée disparaît de ses nerfs en pelote. Elle continue de manger la pomme que Liam a découpé avant l’arrivée des Mestres.

Les cheveux en bataille de son réveil ne sont plus qu’un souvenir, ils sont désormais attachés grâce à une multitude de tresses et dressés sur sa tête. Ses servantes ne sont pas sans savoir que le contact avec ses cheveux est son péché mignon et quand elle ne proteste pas, c’est qu’elles peuvent se donner à coeur joie sur la coiffure. Désormais vêtue de son habituelle tenue masculine recouverte d’une longue tunique féminine, elle quitte l’espace chambre pour rejoindre Liam.

“Ca ne change rien, nous partons toujours pour la Néra.” S’il espérait que ses maux ou une grossesse la dissuaderait de partir, il y fondait beaucoup trop d’espoir. Elle n’a que trop négligé la Néra depuis qu’ils ont récupéré leur part, pire ils sont menacés par l’arrivée de riverains sur le territoire. Elle doit également se rapprocher de la guerre qui fait rage dans le Conflans depuis que le Nord et Peyredragon l’ont envahi. Autant faire d’une pierre deux coups, se rapprocher de la coalition et défendre la Néra. Elle peut faire confiance en Beric et ses conseillers pour mener l’armée.

Ses servantes posent une lourde cape de fourrure sur ses épaules pendant qu’elle resserre le noeud du fourreau de son épée à la taille. Elle invite Liam à la suivre et sort de la tente royale, à l’extérieur, l’air est beaucoup plus vif, piquant. Signe que l’été se termine, place désormais à l’automne et bientôt l’hiver. De cela aussi il faut s’en occuper, le royaume doit se préparer à l’hiver et augmenter leurs réserves. Elle lève les yeux vers le ciel, sans aucun doute la pluie ne tardera pas à tomber.

“Pourquoi penses-tu qu’il s’agisse d’une mauvaise nouvelle ?” S’enquit-elle en se retournant vers lui. Elle fait tout pour ne pas montrer à quel point elle est blessée par cette pensée. Certes, tant qu’ils n’en ont pas la certitude, il est hors de question que cela ne s’ébruite, mais ensuite ? Elle ne pourra garder le secret éternellement, c’est pas comme si ça continuerait à ne pas se voir. Ce n’est pas comme le secret qu’elle partage avec sa mère et qu’elle garde farouchement pour elle.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 1 Mai - 20:09



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
“Ça ne change rien, nous partons toujours pour la Néra.”
Silencieux un pas en recul, je n’affichais plus rien de personnel, alors que ma main fixée sur la garde de mon épée se serrait et délassait à mesure de notre progression au cœur des dédalles du campement. A mesure de nos pas hommes et femmes se penchaient pour effectuer leurs révérences.

❝ Et bien soit Néra nous voilà, ma femme sera surement heureuse de pouvoir s’inviter au cortège, vu que nous ne passerons pas loin. ❞ Dis-je tout en saluant le forgerons qui s’interrompit dans son œuvre sur notre passage.

A cela rien de bien suspect ou anormal, enfin sauf peut-être pour eux qui en temps normal voyaient les gardes effectuer les visites matinales des lieux en sa compagnie. Notre chemin se fit calmement sans rapidité ou lenteur, la boue par endroit touchait les pans de nos capes, mais aucun de nous n’y prêtait la moindre attention, bien trop occupé à notre route qui se terminait sur le terrain d’entrainement.

“Pourquoi penses-tu qu’il s’agisse d’une mauvaise nouvelle ?”

Je relevai un sourcil vers elle et tachai de garder mon pas, de reculer, piqué de curiosité par sa question, mais pas en position de pouvoir détailler mes mots sans oreilles curieuses à nos côtés.

❝ Votre altesse, nous devrions prendre le temps de reparler de cela dans un lieu plus propice, vos gens sont tous bien affairés à vous plaire et réclament bien plus votre attention que mes propos. ❞

Finie la proximité personnelle, ici ne restait que l’homme au service de la couronne, si elle voulait en savoir plus, il faudrait attendre ou alors s’inviter dans ma tante qui était non loin et faire sortir la servante surement encore à quatre pattes en train de retirer le sang de paysan ou les jupes relevées à m’attendre avec espoir que je la détrousse un peu plus en récompense de ses bons services. Dans les deux cas, rien qui ne plairait à Argélla visiblement encore peu propice à la bonne humeur.

❝ Quand souhaitez-vous partir ma reine ? ❞ Dis-je finalement afin de clore tout papotage publique sur la graine dornienne qui fleurissait dans ses ovaires.

❝ couleur parole : #612A0C ❞

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mar 2 Mai - 12:45

A peine ont-ils quitté le couvert de la tente royale, Liam prend ses distances. Aux oubliettes l’homme qui la provoquait pour obtenir ce qu’il attend d’elle. Qui l’affrontait, la touchait comme il ne l’a jamais fait. Elle secoue la tête, chassant ses images et sensations de son esprit. Elle n’a vraiment pas besoin de ça. Après quoi, comme si rien ne s’était passé, il annonce que sa femme pourrait bien s’inviter au voyage.

“Quelle merveilleuse nouvelle.” Lance-t-elle sarcastique. Joie, sa femme les rejoindra, elle ne pouvait rêver mieux que cette maudite femme dans son entourage. Manquerait plus qu’elle demande à être sa dame de compagnie pour légitimer davantage sa présence dans une région en guerre et compléter le charmant tableau. Bien sûr, il ne répondra pas à sa question, pas quand des oreilles indiscrètes sont susceptibles d’entendre. La tension se fait plus présente, il va jusqu’à ce point, refuse même des sous-entendus quand bien même les mots ne sont pas énoncés en public. “Nous partons dans quelques jours.” Elle a de nombreuses choses à voir avec Swann et Connington avant de les quitter.

Elle s’arrête à l’orée du champ d’entraînement et observe les hommes qui se battent. Des hommes qu’elle quittera bientôt, qui partiront en guerre contre le Bief, qu’elle ne reverra peut-être plus. Tous ici présent, c’est peut-être la dernière fois qu’elle les voit. De l’autre côté, elle croise un homme qu’elle connait que trop bien, Kevan. Il ne l’a pas encore vu, il s’entraîne avec un de ses hommes et elle ne peut s’empêcher d’observer la souplesse et la rapidité des mouvements.

Argella s’oblige à détourner le regard, plus longtemps deviendrait indécent, trahirait ce qu’elle ressent pour ce prince. Non loin, un autre homme semble chercher quelque chose ou quelqu’un, il écarquille des yeux en les posant sur Argella et Liam et s’approche à grand pas. Elle le connaît, il traîne toujours dans les jambes des Mestres. Il se courbe devant eux comme le veut le protocole, avant de venir annoncer tout bas une mauvaise nouvelle.

Ses mâchoires se crispent en l’écoutant. Mern délire complètement avec une fièvre qui pourrait lui être fatal. Les Mestres font toujours tout ce qu’ils peuvent, mais ils n’excluent pas que le Roi finira par mourir de ses blessures. Elle a échoué avec le Roi du Bief, une défaite cuisante qui prouve les difficultés qu’elle rencontre pour régner. S’il meurt, elle aura encore moins de chances de pouvoir le rencontrer à nouveau. Si seulement il existait un moyen plus pacifique de faire entendre raison aux bieffois, de cesser cette guerre qui ôte tant de vies.

La fatigue s’abat de nouveau sur elle, pas physique cette fois, de la lassitude. Ajouté à l’incertitude et elle perd toute patience. La Reine demande à ce que le jeune homme aille prévenir Kevan et observe la progression. Puis, elle ne lâche rien de la réaction du prince du bief, elle croise un regard souffrant et c’en est trop. D’un pas vif, la jeune femme se détourne et marche jusqu’à la tente de Liam. Deux choses attirent son attention.

Premièrement, du sang parsème le sol, elle comprend d’où vient le sang de sa chemise. Deuxièmement, une femme nue relève brusquement une fourrure sur elle, dans le lit. Une femme qui n’a rien d’une étrangère, c’est même l’une de ses servantes. Le sang peut justifier sa présence, mais certainement pas sa nudité. “DEHORS!” Hurle-t-elle. Hors d’elle, il vaut mieux crier que se jeter mains tendues pour étrangler cette femme. “DEHORS!” Réitère-t-elle tandis que la jeune femme fait mine de se rhabiller en se confondant d’excuses. Elle se fiche du reste, de ce qu’en penseront les autres là dehors en voyant surgir une femme nue à l’extérieur de cette tente comme si elle avait des loups aux fesses.

Argella est rouge de rage, une colère accumulée depuis des semaines qu’elle ne parvient plus à garder pour soi. “Non!” Dit-elle en pointant un doigt furieux sur le Capitaine de la Garde. “Non, non et non! Je t’interdis de sauter toutes les femmes à mon service.” Ce n’est pas la première fois, elle n’est pas aveugle, ni sourde. Elle entend les minauderies de ces dernières, elle voit les joues rosies lorsqu’elles la rejoignent après être probablement passées sous les mains et le corps de son Capitaine. Jamais son nom est prononcé, mais elles ne sont pas avares en multiples détails quand elles pensent qu’Argella ne les écoute pas, ou ailleurs. Mais voir l’une d’entre elle se pelotonner dans son lit, c’est plus que ce qu’elle peut supporter dans l’immédiat.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mar 2 Mai - 20:33



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
La suite se passa de mots, les nouvelles funestes, les regards brûlant dirigé vers le prince du Bief, tout un tas de petites choses qui me donnaient envie de rejoindre l’espace d'entraînement pour évacuer quelques rages intérieures que je ne maîtrisais qu’à la force de ma main sur la garde de mon épée.

Je pouvais sentir sa rage aussi palpable que la mienne, certes les raisons étaient bien différentes. Je n’avais aucun sentiment pour les deux Bieffois et rien à perdre ou gagner à leurs survies, la diplomatie était certes un atout pour la suite, mais pour se faire, il aurait fallu plus de poids que celui qu’on leur imposait visiblement.  

Silencieux au possible à l’écoute de l’apprentie chargée des funestes nouvelles, tout autant inanimé quand il se tordit de toutes sorte de galipettes avec le prince, roi en devenir d’un royaume qui n’en avait visiblement plus pour longtemps avant de voir venir une dépouille et un prince réclamant son dû de naissance. Je détaillais les expressions d’Argella qui visiblement elle, était à toutes autres affaires d'émotions. S’en suivie une marche rapide entre les tentes, sous le regard d’hommes qui s’affairaient à laisser tomber leurs occupations pour ne pas manquer de courtoisie. Ce n’est qu’une fois ma tente en vue que je poussai un soupire. Sachant pertinemment que la donzelle qui s'y trouver serait forcément ingénue comme à son habitude. Certes rien ne prédisait que la récompense à ses mots ne soit mon corps, mais je pouvais parfaitement lui conférer la grâce de ses audaces pour me conduire à quelques plaisirs du genre tout en la congratulant de son sens plaisant de la loyauté.

Mon regard se posa en premier lieu sur la marre de sang un peu plus brun que dans mon souvenir et je compris qu’elle n’avait pas jugé judicieux de se salir les mains avant que je ne rentre, pas plus qu’elle n’avait jugé agréable l’idée de tirer les rideaux du lit pour se prémunir d’une visite, à croire que la jeune noble au service de la reine aimait provoquer quelques idées salaces au premier qui pouvait croisé sa chaire bien dotée par la nature.

Je n’eus pas le temps de dire un mot, en avais-je d’ailleurs l’envie ? Les hurlements d'Argella couvrant tout bruit provenant du camp. Je dû me faire violence pour ne pas rire de la situation. Voir la jeune fille se confondre soudainement en excuses, tenter de se couvrir maladroitement, d’une pudeur inédite face à moi et surtout à celle qu’elle servait.

C’est le cul mal préservé, les pieds nus, sa robe tenue en main qu’elle détala comme un lapin face au cerf royal en rage.

Claquant des doigts les gardes fermèrent les pans de la tente parfaitement silencieux et sûrement désireux de s’éviter la tempête matinale qui venait d’exploser dans mes appartements. Retirant ma cape d’un pas rapide pour la lancer sur le lit, alors qu’elle m’intimait l’ordre de ne plus sauter les femmes à son service.

❝ D’accord, je ne sauterai que celles qui sont au service de l’ennemi ou des autres nobles, ça n’en réduit pas le nombre, juste la prestation. ❞ Dis-je dans un calme olympien qui cachait parfaitement la jalousie cuisante qui avait consumé mes veines en la voyant dévorer le prince sur le terrain d’entraînement.

❝ Vas-tu aussi me demander d’être fidèle à mon épouse ou ai-je encore le droit d’éviter une condamnation aux ordres et à la foi en te demandant si j’ai le droit me soulager avec quelques filles de joie comme tout homme ? ❞

J’avançai près de l’âtre central et de ma main toujours couverte de mon gant en sortis la théière fumante pour nous servir un thé. Et délaissai le tout sur mon bureau contournant sans un regard la tache de sang pour revenir vers elle.

❝ Écoute Lyli, je suis désolé, je n’ai pas donné l’ordre à cette femme de m’attendre nue, mais celui de laver le sol et m’attendre ici, je n’y suis pour rien si tes dames de compagnie ont besoin de compagnie, mais je tacherai de prendre en compte ton souhait, du moins le temps que tes sautes d’humeurs passent afin qu’elles ne finissent pas toutes nues à courir dans les allées, viens te réchauffer. ❞
❝ couleur parole : #992A0C ❞

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Mer 3 Mai - 17:05

“Tu n’es qu’un odieux goujat!” Écraser la paume de sa main sur cette joue mal rasé la démange littéralement. S’il ne s’était pas détourné pour s’emparer du thé c’est sûrement ce qu’il aurait reçu comme châtiment a son manque de bon sens. Et il persiste dans ses propos, réclame le droit de se soulager, comme tout homme. Elle crispe les mâchoires, elle ne se retient qu’à peine de se jeter sur lui pour lui montrer qu'elle est là, pas juste une fillette qu’il connaît depuis l’enfance, pas juste une fillette qu’il voit toujours comme une soeur.

“Te demander d’être fidèle à ta femme serait comme demander au kraken de cesser de couler nos navires. “ Ce n’est pas ce qu’elle demande. Mais voir une femme nue dans son lit c’est… Douloureux. Davantage que d’entendre ses conquêtes raconter ses exploits. Depuis des mois elle supporte ça, c’est plutôt facile d’oublier au vu de tous les évènements qui accaparaient son attention. Mais ça, c’est la cerise sur le gâteau.

Puis il s’excuse, pas n’importe comment, il la surnomme comme il le faisait quand ils étaient enfants, et encore aujourd’hui quand ils font preuve d’un élan d’affection fraternel. Il se justifie, il n’a rien demandé, mais il est loin de comprendre le fond du problème. Elle aussi d’ailleurs, seul sa colère parle et elle ne la contient plus. Dans ces cas là, soit elle cogne, soit elle balance les 4 vérités.

“Elles n’auraient pas besoin de compagnie si tu cessais de te trimballer torse nu avec ton sourire suffisant aux lèvres.” Quand il ne réalise pas les divers tâches dû à son rang, il est sur le champ d’entrainement. Chose qu’elle ne manque pas de remarquer quand elle est dans les parages. Elle a toujours eu un faible pour les guerriers, les hommes qui se battent, ses rétines s’en donnent à coeur joie lorsqu’elle assiste aux entraînements. C’est pas seulement physique, c’est aussi technique. Si elle ne reste pas simple spectatrice, elle participe et parce qu’elle les a observé elle leur colle une raclée.

“Tu n’as aucun respect pour les femmes, tu les prends, tu les jettes quand tes bourses sont vides, ou dès que tu t’en lasses. Tu n’as aucune considération pour leurs sentiments, pas même avec ta propre femme. Il est hors de question que mes filles deviennent tes objets. Tu n’en as pas plus pour moi et tu sais très bien que mes filles sont sous ma protection. Vous aviez peut-être l’habitude de partager les femmes avec mon père cette époque est révolu avec moi. Si j’entends encore l’une d’entre elle conter tes exploits je fais de toi un eunuque. Si elles t’approchent, tu les renvoient.” Elle n’est pas un modèle de vertues, mais bon sang elle est une femme douée d’empathie. Voir ses filles se pavaner devant les hommes la rend folle, elle qui s’est battu et se bat encore pour prouver qu’une femme n’est pas qu’une potiche. Voir un homme utiliser ses filles pour se satisfaire la rend tout aussi folle. Mais Liam atteint le sommet le plus culminant de sa fureur.

“Je te pensais plus malin que ça ! Tu n’as donc aucune idée des conséquences de tes actes ? Ses femmes sont à mon service, sous ma protection et je les protégerais, même d’un coeur brisé si nécessaire. Qu’elles soient nobles ou du petit peuple, je les protège. Par ailleurs, si les pères apprennent que leur fille fricote avec le Capitaine de ma garde, elles perdront tout honneur et ce sera à moi de leur trouver un mari qui accepte de prendre une épouse déflorée par un autre.

“Imagine la réaction de Père s’il m’avait trouvé à la place de cette femme sous ta tente? Il t’aurait tué sur le champ! Il aurait ensuite prétexté que j’étais une jeune romantique, naïve et manipulé par un homme aux multiples conquêtes féminines. Au final t’es mort ou tu reçois tout le blâme, la fille s’en sort plutôt bien. Crois-moi c’est pas une mince affaire, je ne veux pas user de mon pouvoir parce que tu n’as pas su la mettre ailleurs. Et je ne parle pas de l’humiliation de ta femme. Quant à toi, je ne peux pas me permettre de traitement de faveur.”


Le tout pourrait s’arranger en proposant le mariage, mais ce bellâtre est déjà marié. C’est elle que l’on viendra trouver la première, parce qu’elle n’aura pas su éviter cela alors qu’elles sont sous sa protection. A elle d’arranger un mariage, trouver le mari qui acceptera la situation, mais ce qui la répugne le plus est de devoir l’imposer pour sauver l’honneur de sa fille. Liam est plus intelligent que ça, mais les hommes n’ont rien dans le ciboulot quand il s’agit de se les vider.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Sam 6 Mai - 1:14



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
❝ Voilà donc que je suis le coupable tout trouvé au fait que tes fifilles ne savent pas rester la culotte sur leurs fesses ? ❞  Je relevai un sourcil curieux en la détaillant, était-elle sérieusement à s’en faire pour celle-ci qui était plus demandeuse que victime, ou me craindre pour ma réputation qui était bien moindre à Loras ou encore Beric qui lui aimait les étrangères. Quoi qu’il en soit, ce qui tenait rang de ma vie privée et mon lit n’était pas affaire d’état. Mais j’allais me garder de lui en faire la remarque surtout quand moi-même j’avais bien souvent eu envie d’arracher quelques hommes à ses nuits.

❝ Pense-tu vraiment que je suis le seul à les sauter comme tu le dis si bien ? Non, car je n’ai pas vu le cul d’une pucelle depuis des années autour de toi. ❞  Pour ce point aucune duperie possible, j’en avais défloré par le passé et savais pertinemment quand j’étais le premier à placer l’épée au fourreau, et pour celles qui la servaient, nul doute qu’un autre se chargeait de les déniaiser en matière de plaisir corporel. Me passant les doigts sur l’arête du nez, je fis quelques pas vers mon lit laissé à la libre vue de tous. Détaillant celui-ci avec curiosité.

❝ Lily, ne va pas croire que je tripote toutes les vendeuses de rêve de ta caravane. Franchement, je n’ai pas que cela à faire de mes nuits, de plus sache que j’ai jamais fait de commentaire sur les hommes que tu collais dans le tiens, bien que beaucoup auraient portés à de longs débats, alors je ne comprends pas vraiment en quoi mon propre honneur ou celui de ma femme ne te soit aussi cher quand pour la chaire tu n’as pas eu autant de courtoisie avec le tiens. Je suis la personne qui joue ton ombre, tu ne peux pas venir me reprocher de faire ce que toi-même tu faisais. ❞  Délaissant ma couche, je contournai le feu, me repassant la masse de reproches et d’arguments à une sauterie qui n’avait pas eu lieu et n’aurait surement pas eu lieu. Mais je me gardais cependant bien de le démentir totalement vu qu’à une époque je l’avais fait.

❝ Et puis franchement qu’est-ce que peut bien faire l’honneur de ma femme, il serait touché si j’arquais à de tels actes avec elle à mes côtés, ce qui n’est en rien le cas. Ou si je touchais celle qui m’attire le plus depuis des années et dont je ne serai pas sans le moindre sentiment. ❞ D’un geste je l’attrapai et la figeai face à moi, ma main glissant sur sa joue.

❝ Si tu me disais le vrai fond tu problème au lieu de m’engueuler pour quelque chose que je n’ai pas fait, vu que je te donnais ton bain, ma reine. ❞  Mes doigts se glissèrent sur son épaule, son cou et finalement son menton pour fixer son regard vers le miens.

❝ Comment peut-on être d’aussi mauvaise humeur et aussi belle, franchement, sœurette, tu ne devrais pas te mettre dans de tels états dans ton état.❞  Murmurais-je avec un petit sourire en coin.


❝ couleur parole : #992A0C ❞

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Sam 6 Mai - 11:59

Il garde son calme, bien sûr, il n’entre pas en conflit avec elle, mais il s’explique à voix tranquille. Il sait parfaitement comment l’apaiser, compétent d’années d’expérience à côtoyer la princesse. Lui, comme sa mère et quelques rares privilégiés, savent parfaitement comment la calmer. Le truc, c’est de rester calme face à sa colère. Il n’y en a qu’un qui haussé le ton, Argilac. Le père et la fille étaient incapables d’être pondérés l’un envers l’autre, pourtant, ils s’aimaient malgré tout. Preuve en est, il ne l’a jamais enfermé pour la faire devenir une vraie princesse, au contraire, il l’a encouragé sur cette voie.

Liam énonce alors que ses filles ne sont plus pucelles, elle jure entre ses lèvres. Autant ça ne l’étonne pas des jeunes filles du petit peuple, mais ses dames de compagnie sont de noble naissance et donc censés se préserver jusqu’au mariage. Comme elle était censé le faire également, chose que Liam ne manque pas de faire remarquer, il n’a pas tort sur le fait que certains auraient porté sur un long débat. Elle en a commis des erreurs sur le choix de ses amants, surtout ceux qui n’ont passé qu’une nuit en sa compagnie. Comme son propre oncle, avant qu’elle l’apprenne, ou encore le Prince de Peyredragon, de Dorne en sus désormais.

Maintenant, il l’accuse de lui reprocher ce qu’elle-même fait. C’est bas. Elle s’apprête à répliquer qu’il se trompe, qu’elle est fidèle à Roward depuis leur mariage, mais il la fige sur place avec de simples mots. Il est attiré par une autre depuis des années ? Dans le même temps, il caresse sa joue. Ses yeux s’écarquillent de stupeur, sans s’en rendre compte, elle retient sa respiration tandis que son coeur s’emballe. Qu’est-ce que ça signifie? Elle aimerait croire que c’est elle, celle qui l’attire et qu’il touche présentement, mais une part de son esprit se rebiffe à cette idée. Elle sent le rouge lui monter aux joues tandis que la main de son capitaine vadrouille entre son épaule et son cou.

Ca joue à la toupie dans son estomac, c’est vertigineux, la tête lui tourne. Puis, il plonge son regard au sien, lui rappel qu’il lui donnait son bain au lieu d’être avec sa servante. Son regard s’abaisse sur ses lèvres, il parle, mais elle n’écoute rien. Les images du dit bain sont intenses dans sa mémoire, oh et ce petit sourire en coin. Il veut sa mort ! Elle réalise maintenant que ses lèvres sont closes, il a cessé de parler et elle relève les yeux vers les siens. Le rouge de ses joues disparaît pour la rendre livide.

Argella n’a que le temps de se détourner de Liam avant de rendre son déjeuner au sol. Elle lâche un grognement rauque, depuis toute petite elle a toujours fait une très mauvaise malade. Il faut dire qu’elle déteste ça, sentir son corps la trahir. Elle se sent basculer en avant, faible, mais n’atteindra jamais le sol, Liam est là pour elle, il la soutient. Si elle est enceinte, elle déteste définitivement ça.

Combien de temps s’est-il écoulé? C’est le trou noir. Son malaise finit par se dissiper, elle reprend ses esprits dans le lit de son Capitaine. Elle relève une main tremblante sur son front, elle a l’impression d’avoir un pic vert dans son crâne. “Que s’est-il passé?” Demande-t-elle avant de rouvrir les yeux.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Sam 6 Mai - 16:55



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
Tout se passa dans une lenteur et une sombre rapidité, le sol déjà entaché de sang se retrouva maculé du faible déjeuné et mes bras l’entouraient déjà alors qu’une de mes mains retint ses cheveux, en quelques secondes le poids de la jeune reine s’affaissa dans mes bras et alors qu’elle reprenait son souffle elle perdit conscience. Sur l’instant je maudis cette mauvaise pousse qui avait pris racine, si les mestres étaient plus réservés, je n’avais aucun doute quant à la nature des maux. Lentement je soulevai son corps et la plaçai comme une enfant dans mes bras pour aller la déposer sur mon lit. Voilà une première dont j’aurai voulu une autre tournure, mais visiblement les dieux aimaient se rire de moi.

Silencieux, je me délestai de son poids sur le matelas et allai vider un peu d’eau fraîche sur un linge laissé pour cet effet sur le meuble de toilette. Serrant le linge, j’halai un garde, lui demandant de faire venir une personne pour nettoyer le plus silencieusement possible ce foutu sol souillé. Il lança un regard vers la reine et m’interrogea du regard. Je lui annonçai qu’elle avait une fragilité face au sang et il grimaça, mentir à mes hommes, une première, mais bon…

J’œuvrai à laver son visage et retirai sa cape pour explorer des yeux sa tunique que je délassai pour son confort et finalement la recouvris du duvet et tirai le rideau. Pas besoin que la servante joue les commères.

Les minutes passèrent et dans le silence religieux la jeune roturière œuvrait à sa tâche, n’osant me regarder, elle s’activait, s’agitait sans le moindre bruit, alors que je m’animais à lire les missives sur l’assise de mon bureau. Après un moment elle se figea, attendant que je la questionne. Me laissant retomber sur le dossier de mon siège, je relevai le menton et elle me demanda dans un murmure si elle devait aussi faire mon lit. C’était surement le rideau tiré qui l’invitait à cela, je lui dis que non, d’aller me trouver une liste de plantes que je voulais au plus vite, chacune étant connue pour calmer les maux de la grossesse. Je lui expliquai que c’était pour une prisonnière, elle me sourit et disparut dans une parodie de révérence apprise sur le tas. Après deux heures et les plantes déposées sur mon bureau, c’est le nez perdu dans les réponses que j’entendis la voix d’Argella.

« Que s’est-il passé ? » Déposant ma plume, j’explorai le lit où elle avait sommeillé un bon moment.

❝ Tu as béni mon parquet et décidai de rattraper le temps que tu donnes physiquement à ton époux dans mon lit. ❞ Dis-je avec un sourire amusé.

Sans venir à elle je préparai un nouveau thé mais cette fois avec les plantes et dosages que je donnais à ma propre femme durant sa grossesse, si ceci la calmait, plus besoin de mestre pour certifier de son état. Me dis-je tout en glissant l’eau fumante dans la tasse griffée aux armoiries de ma maison. C’est seulement armé de mon breuvage que je vins repousser le rideau et m’assoir sur le côté.

❝ Allez, d’une traite ou tu ne sortiras pas de mon lit avant demain, et après avoir vu un nouveau bataillon de mestres.❞ Je lui laissai prendre la tasse et glissai ma main sur sa joue pour me pencher et déposer un baiser sur son front. ❝ Fallait le dire si je te n’attire pas… ❞ Je lui fis un petit sourire

❝ Tu n’avais vraiment pas besoin de me vomir sur les pieds tu sais… Allez avale ça avant qu’on se demande pourquoi notre réunion dure plus de trois heures. ❞ Murmurais-je en replaçant les coussins pour qu’elle ne soit plus assise et en me redressant pour la laisser faire.


❝ couleur parole : #992A0C ❞

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Lun 8 Mai - 18:13

Ses deux mains rejoignent son front qu’elle commence à masser en attendant une réponse. Les yeux ouverts, elle constate que les rideaux sont tirés. Argella émerge doucement avec une migraine virulente. Elle s’allonge sur le côté en écoutant Liam lui répondre, elle cligne des yeux, bénie le sol ? Ah oui, en effet ça lui revient, après c’était le trou noir. En somme, elle a fait un malaise. Elle marmonne entre ses dents, la honte !

Elle est capable de supporter un coup d’épée dans le flanc et de mener des hommes à la bataille pour libérer la capitale, mais elle tombe dans les pommes à cause d’une petite maladie. Ou grossesse. Ca ne change rien au résultat, son corps l’a lâché. Elle déteste ça et se trouve ridicule. La jeune femme est plus résistante que ça en temps normal, elle ne se souvient pas de la dernière fois qu’elle a été victime d’un malaise. Lamentable.

Argella se pince l’arête du nez lorsque les rideaux sont tirés pour dévoiler Liam avec une tasse entre les mains. Elle se redresse légèrement pour la prendre. L’idée de protester ne lui vient même pas à l’esprit. “Merci.” Souffle-t-elle en humant la vapeur du liquide chaud. C’est chaud et ça sent pas trop mauvais, elle meurt de soif, alors elle ne se fait pas prier pour y tremper les lèvres. Elle ferme les yeux, appréciant la caresse de sa main et le contact de ses lèvres sur son front et les rouvre brusquement quand il reprend la parole. S’il ne l’attire pas ?

Ses sourcils se froncent, son regard se braque sur sa tisane. Au passage, elle constate que les lacets de son corset sont dénoués, de froncer, elle hausse les sourcils. Décidément, c’est pas sa journée. Elle est trop perturbée et son mal de tête trop virulent pour s’arrêter sur ce détail. Elle est juste ronchonne d’avoir fait preuve d’autan de faiblesses, heureusement, elle peut compter sur Liam pour que personne ne l’ait vu dans cet état.

S’il ne l’attire pas ? Sombre idiot, il ne voit rien, pas même son nez au milieu de la figure. Même elle n’est pas assez sotte pour ne pas réaliser l’ampleur de ses sentiments, qui n’ont rien de fraternel. Elle l’a aimé comme un frère, mais elle ne sait plus trop quand, ses sentiments ont évolué. Elle ne sait trop quoi en penser, elle aimerait y croire, prendre ses propos pour une déclaration, mais elle n’ose y croire. Ou ne peut y croire.

C’est franchement compliqué de son côté, vous savez ce que c’est de côtoyer son mari et son amant ? Ex-amant devrait-elle dire, non, c’est même plus compliqué que ça puisqu’elle a juré d’être fidèle jusqu’à ce que son mari l’engrosse. Mais même sans cela, elle ne doute pas d’aimer Kevan et réciproquement, mais leur situation respective complique bien des choses. Alors ajouter à cela une énième complication avec Liam…. Non, il vaut mieux ne pas y croire.

“Toi, qui me donnes toujours du soeurette, serais amoureux de moi ? Tes plaisanteries sont de très mauvais goût.” Dit-elle finalement avant de siroter sa tisane. Elle s’assoit contre les coussins qu’il a remontés pour elle et relève les genoux contre elle. La jeune femme n’est pas vraiment pressée de sortir de là avec sa migraine, elle entend d’ici l’agitation et le bruit environnant de l’extérieur et c’est déjà bien assez.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Jeu 18 Mai - 1:24



Une envie matinale
.feat Liam & Argella


 
image du personnageimage du personnage
❝ Bien sûr que je t’aime, en voilà un doute vil et douloureux, qu’elle autres femme laisserais-je ainsi me pourri la vie avec des idées aussi folles que partir en guerre ou… ❞ j’arrêtai mes mots, m’installant sur le côté du lit.

❝ Ok, migraine ou vexée d’être une femme ? ❞ Lui demandais-soudainement. ❝ Lily, sérieusement, aussi reine et guerrière sois-tu, tu restes une femme, on ne va pas t’en vouloir de vomir, pleurer ou même avoir des saut d’humeur digne d’une ménopause. ❞ la provoquer voilà ce qu’il y a de plus simple pour qu’elle oublie ce petit passage dans mes bras qui avait causé son arrivée dans mes draps. Récupérant la tasse finie je la déposai sur la table où trônait le bougeoir éteint.

❝ Tu ne crois en rien, femme, je te dis que je tiens à toi, tu doutes, je te dis que tu vas bientôt ressembler à une boule sur pied, tu doutes encore, franchement t’ai-je déjà mentis ? ❞

J’attrapai d’un geste son bras et l’attirai vers moi me stoppant qu’une fois qu’elle fut assez proche pour sentir son souffle sur mon visage.

❝ Je n’ai pas besoin de mestre pour savoir quand une femme est chiante car elle attend un enfant, j’ai pas besoin non plus de t’expliquer pourquoi, je t’aime, car tu le sais parfaitement, ce que tu refuses de voir c’est qu’il en faut de l’amour pour supporter ton sale caractère aujourd’hui. A présent tu vas me retirer ce foutu corset, ou je vais le faire et t’allonger, je vais aller prévenir les gardes que tu es partie avec Ezio et d’aller annuler tes rendez-vous du jour, si tu sors de ce lit, les dieux m’en son témoin, que tu sois reine ou non, tu vas prendre la correction de ta vie. ❞ Je glissai ma main sous son menton plantant mes yeux dans les siens.

❝ Tu es dans mon lit, chez moi, ici pas de reine, pas de sœur, juste une femme qui va pour une fois faire ce que je lui dis et sans négocier. ❞ Ma bouche frôla de plus en plus la sienne, et finalement se glissa sur sa joue.

❝ Je reviens, et à mon retour je veux ce fichu bout de tissus par terre. ❞ Je me relevai et tirai d’un coup le rideau, soupirant, en m’engueulant de l’avoir presque embrassé, mais bien trop préoccupé par son état si faible. J’allais voir d’un pas sur les gardes, donner mes ordres et passer commande d’une soupe. Revenant sur mes pas, j’attrapai une chemise à moi et passai le bras entre les rideaux, la lui tendant, ce n’est pas comme si je ne l’avais jamais vue nue, non, mais pour le coup, valait mieux que je ne la voie pas.


❝ couleur parole : #992A0C ❞

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    Dim 21 Mai - 16:44

Elle n’a jamais douté qu’il l’aimait, bien sûr qu’il l’aime, mais pas d’un amour réciproque au sien. Un amour moins fraternel qu’elle le devrait. A quel moment l’a-t-elle réalisée ? Étrangement, que très récemment, ça ne lui est pas tombé dessus du jour au lendemain, mais puisqu’il ne quittait jamais Argilac, elle n’avait que peu eu l’occasion de rencontrer Liam depuis 6 ans. Sauf lorsqu’il rentrait avec son père, mais ces moments-là, elle les passait surtout avec ce dernier qu’en compagnie de Liam.

Puis, depuis 5 ans, il est marié, c’est à partir de ce moment que son comportement a changé. Elle a assisté au mariage, rencontré sa femme qu’elle a pris en grippe dès l’instant. A partir de ce moment, leur relation a changé, elle a pris ses distances et puisque la séparation était forcée lorsqu’il suivait son père, c’était presque facile à vivre. Lors de la mort de son père, c’est naturellement qu’il s’est pleinement investi auprès d’elle. Difficile de fuir le capitaine de sa garde.

Ou ? Il s'interrompt dans son interrogation et s’installe dans le lit, à côté d’elle. Argella plonge ses lèvres dans le breuvage et boit. Il ne comprend pas, il est le mieux placé pour le savoir pourtant. On lui en veut, exactement parce qu’elle est une femme, sur un trône qu’un homme est censé remplir de son royal fessier. Un homme non sujet aux sauts d’humeurs que l’on prête plus facilement aux femmes.

Liam enchaîne, ne lui laisse que peu de répit pour en placer une, démontrer ses propos. Il s’empare de sa tasse, lui demande s’il lui a déjà menti. Elle secoue la tête, il a beau être un coureur de jupons, il ne lui a jamais menti. Mais encore une fois, il ne l’aime pas, comme elle l’aime. Ressembler à une boule sur pied, elle écarquille les yeux. Ca ne l’a fait pas rire du tout. Elle n’envisageait pas de tomber enceinte si vite.

Il enchaîne, encore et toujours, il la connaît très bien. L’attire avec fermeté vers lui, son coeur bat la chamade, ses joues rougissent à nouveau, mais cette fois ce n’est pas son estomac qui fait des siennes. Il l’aime, mais elle a toujours ce doute persistant sur l’intensité de ses sentiments. Elle l’écoute jusqu’au bout, reste légèrement abasourdi par ce baiser, très succinct, volatile, mais il ne s’amuserait pas avec elle sur ce terrain là, s’il ne ressentait pas exactement ce qu’il dit.

Puis, il la laisse là. Lui laisse le temps de décider ce qu’elle fera. Parce qu’une chose est sûre, elle ne restera pas là, pas avec lui dans son état actuel. Hors de question de retirer son corset, d’annuler tous ses rendez-vous. Au delà de ce qu’elle ressent pour cet homme, elle a des responsabilités qu’elle ne peut balayer d’un geste de la main parce que son corps fait des siennes. Ils s’attendent exactement qu’elle délaisse tout parce qu’elle est une femme. Elle se persuade également qu’elle n’est pas qu’une lâche qui fuit la situation, cette situation en l'occurrence.

Elle aura tout loisir d’y réfléchir plus tard, pour l’heure, elle ressert les lacets de son corset, se glisse avec le moins de bruit possible de l’autre côté du lit, se glisse entre les rideaux tirés pendant qu’il s’adresse aux gardes à l’extérieur. Elle tombe sur un tapis, elle regarde jusqu’où il va et est satisfaite. La tisane lui a fait du bien constate-t-elle avec un sourire amusé aux lèvres. Elle attend, qu’il revienne, qu’il se positionne exactement à l’endroit qu’elle veut. Et tire, d’un coup sec, le tapis vers elle.

Elle éclate de rire quand elle l’entend se vautrer et pester. Argella est plus que satisfaite de l’avoir pris par surprise et se relève pour accourir jusqu’à l’entrée de la tente. Un sourire aux lèvres, elle se retourne vers lui. “Avant de me donner une correction, faudra que tu m’attrapes, mais ce ne sera pas aujourd’hui Niam.” Et elle sort. Il n’osera rien à l’extérieur, sa sécurité contre cet homme qui a le don de la rendre folle furieuse, ou totalement fondre. Elle fait signe aux gardes qui n’y comprennent plus rien et se dirigent vers son lieu de rendez-vous.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3033
Membre du mois : 77
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Tour IV - Terminé]Une envie matinale    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Tour IV - Terminé]Une envie matinale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Les Mêlées du Grand Tournoi [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Orage
-
Sauter vers: